Rapport PFE 2011 Zimbra
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Rapport PFE 2011 Zimbra

on

  • 2,874 views

 

Statistics

Views

Total Views
2,874
Views on SlideShare
2,873
Embed Views
1

Actions

Likes
2
Downloads
3,530
Comments
0

1 Embed 1

http://www.steampdf.com 1

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    Rapport PFE 2011 Zimbra Rapport PFE 2011 Zimbra Document Transcript

    • Ministère de l’Enseignement Supérieur *** * *** Direction Générale des Etudes Technologiques *** * *** Institut Supérieur des Etudes Technologique de Nabeul PRO JE T DE FIN D’ E TUDE S SPECIALITE R E S EA UX ET S ER VI C E S IN FO RM A TI Q UE INTITULE ETUDE ET INTEGRATION D’UNE PLATEFORME DE TRAVAIL COLLABORATIF BASEE SUR ZIMBRA (OPENLDAP,SAMBA,ACTIVE DIRECTORY,PROCESSMAKER,ALFRESCO ET SUGARCRM) ORGANISME REALISE PAR AYOUB KOCHBATI ENCADREUR INTERNE ENCADREUR EXTERNE MME. ABIR KHALDI MR. ROCHDI ABID J U I N 2 0 1 1
    • ISET de Nabeul 2011 Dédicace A Dieu source de toute connaissance A ma raison de vivre, d’espérer, A ma source de courage, à ceux que j’ai de plus cher Ma mère, mon père Mes frères Ma fiancée Pour leur amour, leur confiance Et leur sacrifice sans limite A tout mes professeurs Qui m’ont soutenu De prés ou de loin tout au long de ce projet. A tous mes amis A toute personne Qui m'a aidé à franchir un horizon dans ma vie… Ayoub
    • ISET de Nabeul 2011 Remerciements Au seuil de ce travail, je tiens à remercier profondément mes deux encadreurs, madame Abir KHALDI et monsieur Rochdi ABID, qui, sans leur précieuse assistance, ce travail n’aurait sans doute pas abouti. Madame Abir KHALDI est assuré de ma reconnaissance pour avoir supervisé à cœur veillant le cheminement de cette recherche; aussi pour ses encouragements et surtout pour ses conseils et ses orientations précis émanant d’une rigueur scientifique et d’une érudition précieuse. Monsieur Rochdi ABID est assuré de ma gratitude la plus profonde pour m’avoir fait profiter de son expérience et de son savoir sans égal; aussi pour m’avoir accueillie dans Luniweb où j’ai réalisé mes travaux dans des conditions particulièrement agréables, tant sur le plan logistique que sur le plan humain. Je tiens également à remercier monsieur Yvon Begoug, directeur de Luniweb pour m’avoir offert l’opportunité d’effectuer un stage au sein de l’agence dirigé par monsieur Rochdi Abid. Mes remerciements les plus distingués sont adressés aux membres du jury qui m’ont fait l’honneur de bien vouloir accepter d’évaluer ce modeste travail. Enfin, je remercie toutes les personnes, des amis aux inconnus, qui m’ont fait découvrir le plaisir d’apprendre.
    • ISET de Nabeul 2011 Sommaire Introduction générale ............................................................................................................. 1 Présentation de l’entreprise .................................................................................................... 3 Chapitre 1 : Etat de l’art ..................................................................................................... 5 1.1. Introduction ................................................................................................................. 6 1.2. Le travail collaboratif................................................................................................. 6 1.2.1. Les intérêts du travail collaboratif........................................................................... 6 1.2.2. Les contraintes du travail collaboratif ..................................................................... 7 1.2.3. Les types des outils de travail collaboratif .............................................................. 7 1.3. Les outils de travail collaboratif existants ................................................................. 8 1.3.1. Microsoft Exchange Server ..................................................................................... 9 1.3.2. Lotus Notes ........................................................................................................... 10 1.3.3. Zimbra ................................................................................................................... 10 1.4. Etude comparative entre Zimbra et MS Exchange et Zimbra et Lotus Notes ............ 14 1.4.1. Comparaison Zimbra et MS Exchange ................................................................. 14 1.4.2. Comparaison Zimbra et Lotus Notes .................................................................... 15 1.5. Les possibilités d’intégration au niveau de Zimbra .................................................. 15 1.5.1. Les Zimlets ............................................................................................................ 16 1.5.2. Les outils à intégrer ............................................................................................... 17 1.6. Conclusion ................................................................................................................ 21 Chapitre 2 : Spécification des besoins et conception ...................................................... 22 2.1. Introduction ............................................................................................................... 23 2.2. Les besoins fonctionnels ........................................................................................... 23 2.2.1. Module intégration Zimbra, Samba, OpenLDAP ................................................. 23 2.2.2. Module intégration de Zimbra et Active Directory ............................................... 25 2.2.3. Module intégration de Zimbra et ProcessMaker ................................................... 25 2.2.4. Module intégration de Zimbra et Alfresco ............................................................ 26 2.2.5. Module intégration de Zimbra et SugarCRM ....................................................... 26
    • ISET de Nabeul 2.3. 2011 Les besoins non fonctionnels .................................................................................... 27 2.3.1. La performance ..................................................................................................... 27 2.3.2. La sécurité ............................................................................................................. 27 2.4. Conception ................................................................................................................ 28 2.4.1. La modélisation UML ........................................................................................... 28 2.4.2. Spécification des cas d’utilisations ....................................................................... 28 2.4.2.1. L’identification des acteurs ............................................................................ 28 2.4.2.2. L’identification des cas d’utilisations ............................................................ 28 2.4.2.3. Description textuelle des cas d’utilisation ..................................................... 31 2.4.3. Les diagrammes de séquences .............................................................................. 32 2.4.3.1. Diagramme de séquence de ProcessMaker via Zimbra ................................. 33 2.4.3.2. Diagramme de séquence d’Alfresco via Zimbra ........................................... 34 2.4.3.3. Diagramme de séquence du SugarCRM via Zimbra ..................................... 35 2.5. Conclusion ................................................................................................................ 36 Chapitre 3 : Réalisation ..................................................................................................... 37 3.1. Introduction ............................................................................................................... 38 3.2. Environnement de travail .......................................................................................... 38 3.2.1. Environnement matériel ........................................................................................ 38 3.2.2. Environnement logiciel ......................................................................................... 38 3.2.2.1. Système d’exploitation .................................................................................. 38 3.2.2.2. Outils de modélisation ................................................................................... 38 3.2.2.3. Outils de virtualisation ................................................................................... 38 3.2.2.4. Plateforme d’intégration ................................................................................ 39 3.2.2.5. Outils à intégrer ............................................................................................. 39 3.3. Mise en place de la plateforme d’intégration ............................................................ 40 3.3.1. Préparation de l’environnement Zimbra ........................................................ 40 3.3.2. Zimbra avant intégration ................................................................................ 41 3.3.3. Les étapes d’intégration ................................................................................. 43 3.3.3.1. Intégration Zimbra et OpenLDAP/Samba ..................................................... 43 3.3.3.2. Intégration Zimbra et Active Directory ......................................................... 47 3.3.3.3. Intégration Zimbra et ProcessMaker.............................................................. 50
    • ISET de Nabeul 2011 3.3.3.4. Intégration Alfresco et Zimbra avec le Zimlet ............................................... 53 3.3.3.5. Intégration Zimbra et SugarCRM .................................................................. 57 3.3.4. Zimbra après intégration.................................................................................... 59 3.1. Conclusion ................................................................................................................ 60 Chapitre 4 : Tests et validation ......................................................................................... 61 4.1. Introduction ............................................................................................................... 62 4.2. Architecture de tests.................................................................................................. 62 4.3. Plan de tests .............................................................................................................. 63 4.3.1. Scénario ProcessMaker et Zimbra ........................................................................ 63 4.3.2. Scénario Alfresco et Zimbra ................................................................................. 63 4.3.3. Scénario SugarCRM et Zimbra ............................................................................. 63 4.4. Exécution du plan de tests ........................................................................................ 63 4.4.1. Test intégration ProcessMaker et Zimbra ............................................................. 63 4.4.2. Test intégration Alfresco avec Zimbra .................................................................. 65 4.4.3. Test intégration SugarCRM avec Zimbra ............................................................. 67 4.5. Conclusion ................................................................................................................ 69 Conclusion générale............................................................................................................. 70 Bibliographie ....................................................................................................................... 71 Glossaire .............................................................................................................................. 73 Annexe A ............................................................................................................................. 75 Annexe B ............................................................................................................................. 79 Annexe C ............................................................................................................................. 82 Annexe D ............................................................................................................................. 89 Annexe E.............................................................................................................................. 92
    • ISET de Nabeul 2011 Liste des figures Figure 1.1 : Architecture général du Zimbra ...................................................................................... 11 Figure 1.2 : Clients supportés par Zimbra.......................................................................................... 12 Figure 1.3 : Support étendu de la mobilité ......................................................................................... 13 Figure 2.1 : Architecture Zimbra, Samba, OpenLDAP ................................................................... 24 Figure 2.2 : Diagramme des cas d’utilisation...................................................................................... 30 Figure 2.3 : Diagramme de séquence de ProcessMaker via Zimbra .............................................. 33 Figure 2.4 : Diagramme de séquence d’Alfresco via Zimbra .......................................................... 34 Figure 2.5 : Diagramme de séquence de SugarCRM via Zimbra ................................................... 35 Figure 3.1: Interface d’authentification administrateur Zimbra ..................................................... 40 Figure 3.2: Console d’administration Zimbra .................................................................................... 41 Figure 3.3 : Les Zimlets par défaut dans l’administration Zimbra ................................................. 41 Figure 3.4 : Les Zimlets client par défaut ........................................................................................... 42 Figure 3.5: Liste des Zimlets ajouté dans la console d’administration Zimbra ............................ 59 Figure 3.6 : Liste des Zimlets dans l’interface client ......................................................................... 60 Figure 3.7 : Interface d’authentification administrateur OpenLDAP ........................................... 43 Figure 3.8 : Console d’administration OpenLDAP .......................................................................... 43 Figure 3.9 : Interface d’authentification administrateur Ldap-Account-Manager ....................... 44 Figure 3.10 : Console d’administration Ldap-Account-Manager ................................................... 44 Figure 3.11: Configuration de l'authentification ................................................................................ 45 Figure 3.12 : LDAP externe .................................................................................................................. 45 Figure 3.13 : Remplissez la configuration de LDAP ........................................................................ 46 Figure 3.14 :Le DN de liaison .............................................................................................................. 46 Figure 3.15 : Authentification pour le serveur externe .................................................................... 47 Figure 3.16 : Test d'authentification réussie ....................................................................................... 47 Figure 3.17: Interface d’authentification administrateur…………………………………..…55 Figure 3.18 : Console de la gestionnaire de serveur…………………………………………55 Figure 3.19 : Configuration de l'authentification…………………………………………….55 Figure 3.20 : Active Directory externe………………………………………………………55 Figure 3.21 : Remplissez la configuration de LDAP.………………………………………...56 Figure 3.22 : L’authentification pour Windows serveur 2008………………………………..56 Figure 3.23 : Test d'authentification réussie…………………………………………………56 Figure 3.24 : Authentification ProcessMaker pour administrateur ................................................ 51 Figure 3.25: Console administrateur ProcessMaker ......................................................................... 51 Figure 3.26 : Gestion des Zimlets ........................................................................................................ 51 Figure 3.27 : Choisir le Zimlet .............................................................................................................. 52 Figure 3.28 : Sélectionner le Zimlet ProcessMaker........................................................................... 52 Figure 3.29 : Déployer le Zimlet .......................................................................................................... 52 Figure 3.30 : Le Zimlet a été déployé .................................................................................................. 53 Figure 3.31: La Zimlet processMaker déployé................................................................................... 53
    • ISET de Nabeul 2011 Figure 3.32: Authentification Alfresco pour administrateur .......................................................... .65 Figure 3.33:Console administrateur Alfresco ......................................................................... ……. 65 Figure 3.34:Console administrateur Alfresco .................................................................................... 66 Figure 3.35: Choisir le Zimlet ............................................................................................................... 66 Figure 3.36: Choisir le Zimlet ............................................................................................................... 66 Figure 3.37: Choisir le Zimlet ............................................................................................................... 66 Figure 3.38: Le Zimlet a été déployé ................................................................................................... 67 Figure 3.39: La Zimlet Alfresco déployé ............................................................................................ 68 Figure 3.40: Authentification SugarCRM pour administrateur ....................................................... 69 Figure 3.41: Console administrateur SugarCRM ............................................................................... 69 Figure 3.42: Gestion des Zimlets ......................................................................................................... 70 Figure 3.43: Sélectionner le Zimlet SugarCRM ................................................................................. 70 Figure 3.44: Déployer le Zimlet ........................................................................................................... 71 Figure 3.45:Le Zimlet a été déployé .................................................................................................... 71 Figure 3.46:La Zimlet SugarCRM déployé ......................................................................................... 71 Figure 4.1 :Présentation de l’architecture de test .............................................................................. 74 Figure 4.2: Interface client Zimbra ...................................................................................................... 75 Figure 4.3: Préférences pour ProcessMaker....................................................................................... 76 Figure 4.4: Les paramètres de connexion ProcessMaker ................................................................. 76 Figure 4.5: Session ProcessMaker démarré ........................................................................................ 76 Figure 4.6: Démarrer nouvelle cas ProcessMaker ............................................................................. 77 Figure 4.7: Les cas Processmaker disponible ..................................................................................... 77 Figure 4.8: La Zimlet Alfresco ............................................................................................................. 78 Figure 4.9: Les propriétés du serveur Alfresco .................................................................................. 78 Figure 4.10: Sauvegarde d’un massage dans Alfresco ...................................................................... 79 Figure 4.11: boîte de dialogue pour sauvegarde ................................................................................ 79 Figure 4.12: Massage de confirmation ................................................................................................ 80 Figure 4.13: Les propriétés du serveur SugarCRM ........................................................................... 80 Figure 4.14: les contacts du serveur Zimbra ...................................................................................... 81 Figure 4.15: Contact impotré ................................................................................................................ 81 Figure 4.16: Message de confirmation ................................................................................................ 82 Figure 4.17: Vérification d’importation au niveau SugarCRM ....................................................... 82 Figure A.1: Authentification Zimbra…………………………………………………….….92 Figure B.1: Interface OpenLDAP…………………………………………………………..93 Figure B.2: Authentification OpenLDAP……………………………………..…………….93 Figure C.1 : Configuration PhpMyAdmin………….…………………….…………………95 Figure C.2: Configuration d'installation…………………………………..………….….…..96 Figure C.3: Configuration terminé......................................................................................................97
    • ISET de Nabeul 2011 Figure C.4: Modification du réglage………………………………………………….……..98 Figure C.5 : Authentification ProcessMaker…………………………………..………...…..99 Figure E.1: Configuration SugarCRM………………………………….………………….103 Figure E.2: Authentification SugarCRM………………………………..……………...…..103
    • ISET de Nabeul 2011 Liste des tableaux Tableau 1 : Etude comparative entre Zimbra et MS Exchange………………………...14 Tableau 2 : Etude comparative entre Zimbra et Lotus Notes………………..….……...15 Tableau 3 : Description des cas d’utilisations……………………………………..……29
    • ISET de Nabeul 2011 Introduction générale Les réseaux informatiques sont devenus, depuis une dizaine d’années, un élément très important dans toute institution : qu’elle soit commerciale, industrielle, gouvernementale, ou autre. Ceci est dû notamment à la vulgarisation de l’outil informatique et l’apport extraordinaire qu’apportent les réseaux informatiques dans la circulation rapide de l’information. De nos jours, rares sont les institutions qui ne disposent pas d’un parc informatique. D’où la nécessité d’une :  Messagerie collaborative pour l’entreprise  Solution sécurisée  Solution pour la mobilité Par conséquent, il faut des indicateurs afin de répondre à tous ces besoins. En effet, les éditeurs de logiciels sont de plus en plus sensibilisés de ce côté. Il existe des solutions propriétaires couteuses, mais aussi des logiciels libres qui nécessitent un paramétrage et du temps. Dans le cadre de notre projet, il s’agit d’intégrer des composants au niveau d’un système à base d’outils de travail collaboratifs. Ces outils permettent de donner l’accès à un gestionnaire de planning professionnel ou privé sur un réseau local de l’entreprise d’accueil Luniweb à savoir:  Les serveurs et les stations (Linux et Windows) ;  les commutateurs et les points d’accès ;  Les routeurs ;  Les imprimantes. Notre rapport est composé de quatre chapitres : Le premier chapitre, est consacré à l’état de l’art des différents outils de travail collaboratif. Dans le deuxième chapitre, nous présentons les principaux besoins fonctionnels et non fonctionnels du projet pour entamer la partie conception. 1 Ayoub KOCHBATI
    • ISET de Nabeul 2011 Dans le troisième chapitre, nous présentons la réalisation de la mise en place de notre solution d’intégration. Nous présentons dans ce cas l’environnement du travail puis nous donnons les configurations et les installations nécessaires pour la bonne intégration de la solution. Le quatrième chapitre, présente les tests réalisés, les résultats obtenus ainsi que les principales interprétations dégagées. Le rapport se termine par une conclusion qui établit un bilan du travail et dresse les perspectives. 2 Ayoub KOCHBATI
    • ISET de Nabeul 2011 Présentation de l’entreprise Luniweb est une agence pluridisciplinaire. Leurs cultures Internet de plus de 10 ans, il conduit à impliquer totalement par un rapport de proximité et de confiance propice à une vision globale des enjeux du tout numérique et du (presque) zéro papier. Une société spécialisée dans le commerce électronique et la gestion de projets Internet complexes. Agence légère et réactive, proactive, focalisée sur le canal numérique et les solutions.  Etes-vous concernés Le système d’information de toutes entreprises est à considérer comme un ensemble cohérent, bien que complexe, de ressources immatérielles, d’outils informatiques, de protocoles Internet, d’actions commerciales et de postures communicantes. En tant que partenaire qualifié, Luniweb se propose d’intervenir sur tout ou partie de votre démarche. Chaque mission, prise isolément, se place de façon pertinente et durable dans l’environnement stratégique de l’entreprise et ses projets de développement. C'est parce qu'il convient de s'adapter aux nouveaux enjeux commerciaux du numérique, recadrer les aspects financiers et humains, ajuster les bases de son positionnement concurrentiel, qu'un dirigeant d'entreprise doit constamment optimiser, faire évoluer ses outils ainsi que les compétences qu'il doit mobiliser dans et hors de son entreprise.  Le conseil Confrontée à différentes problématiques, l'entreprise, principalement la PME / TPE, dispose souvent de peu de moyens et d'outils pour trouver les réponses justes. Luniweb étudie ses besoins organisationnels et fonctionnels dans le but de proposer des solutions et outils sur mesure, adaptés à son infrastructure réseau, mais aussi de construire des interfaces web, pour devenir progressivement de véritables outils d'aide à la décision. Elle met à votre disposition et avec votre participation des moyens de communication, d'information et de promotion de votre savoir-faire. 3 Ayoub KOCHBATI
    • ISET de Nabeul 2011  La création Disposant d'un « atelier » riche en ressources humaines et techniques, Luniweb crée et met en place les solutions planifiées selon un calendrier précis (infrastructure réseau, Gestion de mails, Téléphonie IP, Sécurité réseau etc.). Luniweb met en place les solutions de communication en interne ou en externe indispensables au développement de votre entreprise (site web, portail, wiki, CRM « Customer Relationship Management », etc.)  La communication / promotion En réponses à des questions essentielles telles que : Comment avoir de nouveaux clients ? Comment internet développera mon activé ? Quelle technique de communication dois-je mettre en place ? Quel sera la rentabilité de tels leviers marketing ? Luniweb, par sa connaissance des techniques de communication interactive, vous apporte les réponses opérationnelles à ces questions et vous accompagne dans la conception et la mise en œuvre de votre stratégie webmarketing à travers des techniques telles que le référencement naturel SEO (en anglais, Search Engine Optimization) le référencement payant SEM (en anglais, Search Engine Marketing), l'e-mailing et autre levier e-marketing. 4 Ayoub KOCHBATI
    • ISET de Nabeul 2011 Chapitre 1 : Etat de l’art 1.1 Introduction 1.2 Le travail collaboratif 1.3 Les outils de travail collaboratif existants 1.4 Etude comparative entre Zimbra et MS Exchange et Zimbra et Lotus Notes 1.5 Les possibilités d’intégration 1.6 Conclusion 5 Ayoub KOCHBATI
    • ISET de Nabeul 2011 1.1. Introduction Le développement de la culture de réseau, des apprentissages et du travail en groupe ainsi que des échanges d'information en tout genre conduisent à l'utilisation de nouveaux outils dans le cadre de nouvelles façons de faire. Dans ce chapitre, nous allons présenter les notions de base concernant le travail collaboratif et ces différents outils. 1.2. Le travail collaboratif Le travail est souvent naturellement collectif et collaboratif, c'est-à-dire qu'il fait interagir plusieurs acteurs pour la réalisation de tâches qui visent à atteindre un but commun. La notion de travail collaboratif désigne aujourd'hui un travail qui n'est plus fondé sur l'organisation hiérarchisée traditionnelle, et plus spécifiquement un nouveau mode de travail (éventuellement intégré dans un modèle économique de production) où collaborent de nombreuses personnes grâce aux technologies de l'information et de la communication. 1.2.1. Les intérêts du travail collaboratif Le travail collaboratif présente des intérêts qui permettent la bonne conduite du projet collectif. Certaines valeurs doivent être définies pour permettre de mener à bien le projet collaboratif parmi lesquelles :  Le travail d’équipe : qui est facilité grâce à la mise en commun des outils qui restent à la portée de tous les acteurs du travail coopératif.  La créativité : qui est encouragée et facilitée grâce aux échanges entre les membres du groupe.  Les savoirs : qui sont partagés car le travail de chacun reste à disposition de l’ensemble du groupe, et grâce au respect de la transparence sur l’avancée et les pratiques de travail. 6 Ayoub KOCHBATI
    • ISET de Nabeul 2011 1.2.2. Les contraintes du travail collaboratif Le travail collaboratif assisté par ordinateur présente différentes contraintes :  Des contraintes de lieu : lors de la constitution d’un groupe de projet, les membres de ce groupe ne sont pas toujours concentrés au même endroit. Dans le cadre d’un travail collaboratif, la distance s’avère être une source de contraintes notamment liées à la communication et la coordination qui compromettent et engendrent des retards dans l’application des tâches.  Des contraintes de temps : le travail collaboratif impose un enchaînement rigoureux dans l’exécution des tâches et notamment dans le temps. En effet, il est important que les délais de réalisation soient définis, connus et respectés par tous les acteurs. 1.2.3. Les types des outils de travail collaboratif Les outils de travail collaboratif peuvent se distinguer par leurs fonctionnalités : outil de communication, de partage, de coordination. Parfois, un outil recoupe ces diverses catégories.  Les outils de communication Les logiciels de courrier électronique sont utilisés à des fins d'échange, soit par des listes de correspondants que l'on se crée soi-même dans le logiciel de courriel, soit par l'utilisation de listes de diffusion publique ou privée. On peut aussi utiliser des logiciels de discutions "chat" pour échanger et travailler ensemble. De ce côté, on pourra utiliser une interface Web comme dans le cas de iCHAT [1] ou encore un logiciel client comme mIRC [2]. Il est aussi possible d'échanger en doublant le tout avec la transmission vidéo, on pourra alors parler tout en se voyant (ou en se devinant fonction de la vitesse de transmission). Des logiciels comme NetMeeting [3] ou Ivisit [4] permettent cette transmission audio/vidéo simultanée et à plusieurs. 7 Ayoub KOCHBATI
    • ISET de Nabeul 2011  Les outils de partage Ce sont des outils qui permettent de partager un espace de travail (un tableau blanc en temps réel, par exemple), ou de partager des annuaires, ou encore des fichiers dans un espace commun. L'outil de partage de tableau blanc le plus connu est sans doute celui de NetMeeting Par ailleurs, on trouve un espace de partage fichiers, annuaires, agenda dans des outils tels que: Yahoo Groupes ; vous devrez vous inscrire à Yahoo avant de pouvoir créer un groupe d'échange.  Les outils de coordination Il existe des outils qui permettent de coordonner des tâches communes. On pense ici aux agendas, mais aussi à la gestion d'activités, de projets, de flux de travaux et même aux sondages. Dans le cas des agendas communs, Yahoo Groups et First Class offrent cette possibilité. Côté gestion d'activités, il faudra des instruments plus importants, tels Lotus Notes [5], MS Project [6], etc. ou encore utiliser NetMeeting et sa possibilité de partager des applications en ligne. 1.3. Les outils de travail collaboratif existants Le marché des outils de travail collaboratif déborde des logiciels de messagerie ; il en existe une diversité, d’autres sont payants et d’autres font parti du monde libre ou on peut même trouver des Open Source, Nous allons dans ce qui suit citer quelque uns et nous détaillerons les plus connus et répandus dans le milieu des entreprises. Le marché des outils de travail collaboratif peut être découpé en deux grandes sous-parties:  Les offres éditeurs : qui permettent de fournir des outils de travail collaboratif payants.  Les offres du monde libre : qui permettent d’avoir des outils de travail collaboratif gratuits (Open-source). Dans ce qui va suivre, nous présenterons deux principaux des logiciels payants de travail collaboratif: Microsoft Exchange Server et Lotus Notes. 8 Ayoub KOCHBATI
    • ISET de Nabeul 1.3.1. 2011 Microsoft Exchange Server  Présentation Microsoft Exchange Server est un Groupware (logiciel de groupe de travail) pour le serveur de messagerie électronique créé par Microsoft [7]. C'est un produit de la gamme des serveurs Microsoft, conçu pour la messagerie électronique, mais aussi pour la gestion d'agenda, de contacts et de tâches, qui assure le stockage des informations et permet des accès à partir de clients mobiles (Outlook Mobile Access, Exchange Active Server Sync) et de clients Web (navigateurs tels que Internet Explorer, Mozilla Firefox, Safari…). Microsoft Exchange Server constitue le centre vital des communications pour les entreprises en fournissant les services de messagerie électronique et de messagerie instantanée.  Caractéristiques a. Flexibilité et fiabilité Exchange Server offre la flexibilité qui permet de personnaliser un déploiement en fonction des besoins de l’organisation et une manière simplifiée d'assurer la disponibilité continue des messages électroniques pour les utilisateurs. b. Accès à distance et en tout lieu Microsoft Exchange Server aide les utilisateurs à augmenter leur productivité en leur permettant d'accéder en toute sécurité à toutes leurs communications, comme la messagerie électronique, la messagerie vocale et instantanée, à partir d'une plateforme, d'un navigateur Web ou d'un périphérique via des protocoles standards. c. Protection et conformité Dans l'environnement réglementaire actuel, il est devenu important de conserver efficacement les dossiers commerciaux. Ceux-ci comprennent les messages électroniques qui sont vite devenus la source principale de données dans la découverte légale (eDiscovery) et d'autres découvertes liées à la conformité. 9 Ayoub KOCHBATI
    • ISET de Nabeul 1.3.2. 2011 Lotus Notes  Présentation Lotus Notes est un logiciel de travail collaboratif, utilisé dans des entreprises ou des administrations pour gérer les projets, les courriels et les échanges d'informations autour d'une base commune [8].  Caractéristiques Il permet la publication, la communication, l’amélioration et l’optimisation du travail collaboratif entre utilisateurs, la collaboration et la réplication. Conforté par la notion de sécurisation des données, respect et confidentialité des informations utilisées ou fournies par les utilisateurs. L'identité des utilisateurs est garantie par la mise à disposition d'un certificat au sein du carnet d'adresse d'un domaine Notes et fourni à l'utilisateur sous la forme d'un fichier d'identification qui est utilisé dans le fonctionnement du client de messagerie et/ou du client collaboratif. Nous présenterons ainsi, les outils de travail collaboratif, gestion de projet le plus populaires: Zimbra, Open-Xchange, eGroupWare, WebCalendar, Open WorkBench, Ganttproject... 1.3.3. Zimbra  Présentation Zimbra Collaboration Suite (ZCS) est l'une des premières solutions de gestion de messagerie et de travail collaboratif complète au monde aux cotés de Microsoft Exchange et Lotus Notes. De plus, Zimbra est, en partie, s’appuyant sur le meilleur de l’open source. Zimbra offre une solution intégrant tous les composants essentiels d’une solution de messagerie incluant les composants de sécurité. Le client Web très évolué AJAX (Asynchronous Javascript And XML) offre une ouverture totale [9] 10 Ayoub KOCHBATI
    • ISET de Nabeul  2011 Architecture générale Zimbra peut gérer plusieurs centaines de milliers de comptes de messagerie sur un serveur PC. Ils supportent toutes les normes de sorte que vous pouvez utiliser n'importe quel client de messagerie et Zimbra a également leur propre application très slick AJAX bureau basé sur le Web. Aussi Zimbra utilise MySQL comme méta-référentiel de données pour stocker les contacts, calendriers et informations du dossier. [10] L’architecture de Zimbra est illustrée dans la figure 1.1 ci-dessous : Architecture générale du Zimbra Coté Client Coté Serveur Client Zimbra Serveur Zimbra Zimbra AJAX Toolkit Client Outlouk Domaine: iset.com Zimbra MAPI Client Apple Autre périphériques sans fil Zimbra iSync Figure 1.1 : Architecture générale de Zimbra  Les fonctionnalités de Zimbra Zimbra est une solution complète qui comprend notamment les fonctionnalités suivantes : a. Un client Web Zimbra dispose d’une particularité forte : Il est développé sur un mode "Web service". Toute l’interface AJAX est chargée à la première connexion, puis les interactions, les ajouts et les modifications d’informations sont envoyées au serveur par le protocole SOAP (Simple Object Access Protocol). [11] 11 Ayoub KOCHBATI
    • ISET de Nabeul 2011 Son interface AJAX pour un client web permet de disposer d’une interface autorisant le glisser/déposer, le clic-droit, les infos-bulles, l’utilisation de raccourcis claviers, le rendant très simple à utiliser. Le serveur est accessible via tout navigateur web moderne et de nombreux clients lourds tels que Mozilla Thunderbird et Outlook Express uniquement pour ce qui est de l’annuaire (via LDAP « Lightweight Directory Access Protocol ») ou les emails (via POP3 « Post Office Protocol » ou IMAP « Internet Message Access Protocol ») [12] b. Autres clients de messagerie Zimbra offre la compatibilité client de messagerie, donne aux utilisateurs une meilleure liberté de choix et aux administrateurs la possibilité de protéger les investissements existants en raison mixtes PC, Mac et les environnements de bureau Linux sont prises en charge sur le même serveur Zimbra. Quelques exemples clients de messagerie sont illustrés dans la figure 1.2 à savoir :  Synchronisation MAPI (Messaging Application Programming Interface) native avec Outlook 2003 / 2007 (avec délégation et accès hors ligne).  Synchronisation native avec les applications Apple Desktop (connecteur Zimbra iSync),  Clients supports: Outlook, Thunderbird, Apple Mail, Sunbird, Novell Evolution [13]. Figure 1.2 : Clients supportés par Zimbra 12 Ayoub KOCHBATI
    • ISET de Nabeul 2011 c. Un accès mobiles L'accès mobile (Smartphones et PDA « Personal Digital Assistant ») est intégré dans Zimbra Collaboration Suite tandis que le client lourd gratuit zDesktop permet d'effectuer une synchronisation de son compte de messagerie sur son poste de travail et d'y accéder en mode offline si besoin. Zimbra peut être consulté à partir d'un large éventail d'appareils, des téléphones du marché de masse pour Smartphones. Quelques exemples des clients mobiles sont illustrés dans la figure 1.3: Figure 1.3 : Support étendu de la mobilité d. L’administration Zimbra offre aux administrateurs des fonctions avancées comme le déplacement, la sauvegarde et la restauration de boîtes aux lettres "online", l'intégration avec des annuaires LDAP existants (Lightweight Directory Access Protocol) un système de stockage hiérarchique, la possibilité de fonctionner en cluster ainsi que l'intégration à des web services déjà existants. De même, il intègre un antivirus et un anti spam. 13 Ayoub KOCHBATI
    • ISET de Nabeul 2011 1.4. Etude comparative entre Zimbra et MS Exchange et Zimbra et Lotus Notes La messagerie est devenue un outil de travail à part entière. Son rôle aujourd'hui dépasse souvent les fonctionnalités d'envoi et de réception d'emails. Entre les différentes solutions propriétaires et open source, clients riches ou clients légers, il n'est pas facile de choisir. Voici une comparaison entre Zimbra et MS Exchange et Zimbra et Lotus Notes. 1.4.1. Comparaison Zimbra et MS Exchange [14] Cette partie se propose d'examiner les différents points concernant la messagerie collaborative Zimbra 7 comparée à la solution Microsoft Exchange 2010 selon certains critères qui sont illustrés dans le tableau 1 : Catégorie Architecture Zimbra 7 Conçue depuis le départ autour des nouvelles tendances et technologies web 2.0 Exchange 2010 Le noyau conçue au début des années 90, n'est pas modulaire, s'adapte difficilement Utilisation des composants éprouvés et Des problèmes de fiabilité (perte du d'un environnement plus robuste système de 4h par mois en moyenne) Zimbra en production avec des millions Architecture impose des limites, Montée en charge d'utilisateurs et des boites mail problèmes au delà du Go sans dépassant le gigaoctet investissement en matériel Fiabilité Acces web Outils d’administration Mobilité Indexation et recherche Messagerie instantanée intégrée/ Documents 14 Interface web avancée en Ajax Accès limité, seulement supporté sous supportée par de nombreux navigateurs Internet Explorer 6+ : IE, Safari, Firefox, Chrome -Outils de ligne de commande, accès L'API SOAP a un accès limité au API SOAP serveur - Accès web Zimbra fonctionne avec les téléphones Exchange fonctionne également sous Windows Mobile, Palm, Symbian, Windows Mobile, Palm, Symbian, iPhone et Blackberry iPhone et Blackberry -Indexation et recherche parmi les Indexation et recherche parmi les champs sujets et contenu et plus de 200 champs sujet et contenu et les pièces types de pièces jointes et possibilité de jointes de type documents Office. recherche visuelle ou syntaxique - Messagerie Instantanée intégrée, modules applicatifs intégrés, et documents Web Ne peut fonctionner qu'avec des solutions de messagerie instantanée Microsoft. Ayoub KOCHBATI
    • ISET de Nabeul Partage et Collaboration 2011 -Partage d'emails, calendriers et carnets d'adresses avec les utilisateurs internes Partage email, calendrier et carnets de - Partage de dossiers avec les utilisateurs contact avec des utilisateurs internes externes ou possibilité de les rendre public Tableau 1 : Etude comparative entre Zimbra et MS Exchange 1.4.2. Comparaison Zimbra et Lotus Notes [15] Cette partie se propose d'examiner ces différents points concernant la messagerie collaborative Zimbra 7 comparée à la solution Lotus Notes selon certain critères qui sont illustrés dans le tableau 2 : Catégorie Acces web riche Mobilité et Client Compatibilité Administration Zimbra 7 -Client web riche (Ajax) Lotus Notes Non disponible -Navigation clavier, recherche avancée -Native de synchronisation over-the-air pour le courrier, contacts, calendrier -Outlook/MAPI via HTTP/S Administration basée sur le Web Non disponible Administration basée sur le Web limité Anti-spam/Antivirus intégrée Sécurité Non disponible Tableau 2 : Etude comparative entre Zimbra et Lotus Notes 1.5. Les possibilités d’intégration au niveau de Zimbra Grâce à son infrastructure basée sur des logiciels libres, Zimbra permet une intégration avancée dans les systèmes d’information. Pour aller plus loin qu’une « brique collaborative », mais plutôt disposer d’un « environnement collaboratif », et ainsi construire un flux d’informations métier organisé, automatisé, permettant de rendre vraiment service à vos collaborateurs. Cette solution propose dans ce cadre de nombreux services avancés, tels que : 15 Ayoub KOCHBATI
    • ISET de Nabeul 2011  Intégration dans votre annuaire d’entreprise, afin de n’administrer qu’un seul annuaire  Intégration d’un environnement de SSO (ou identification unique ; en anglais Single Sign-On) permettant une authentification unique depuis Windows ou un portail applicatif ;  Intégration de services de GED (Gestion Electronique des Documents) dans Zimbra. 1.5.1. Les Zimlets a. Présentation Un Zimlet est un add-on (composant logiciel) qui permet à la suite ZCS de disposer de nouvelles fonctionnalités et cela de façon très rapide. Bien évidemment, ZCS fournit en standard un certain nombre de Zimlets mais il est également possible de développer ses propres Zimlets. Voici quelques exemples des Zimlets comme Google Maps, Wikipédia, Google translator, Yahoo Maps, Amazon, RSS, Date, Search permettent d'enrichir la suite ZCS. Les Zimlets sont créés comme un mécanisme servant à intégrer des informations et un contenu tiers dans les fonctions Client Web de Zimbra. Les Zimlets vous permettent d'interagir avec différents types de contenus dans vos mails. Selon la configuration de votre interface, il est possible que vous n'ayez pas accès aux Zimlets depuis le panneau d'aperçu [16]. Exemple de Zimlets disponibles :  Intégration avec des CRM (Customer Relationship Management) comme SugarCRM [17];  Intégration avec Alfresco [18] ;  Intégration avec ProcessMaker [19] ;  Ajout de Google Map ou Yahoo Map directement dans Zimbra ;  Ajout du moteur de traduction Google,  Intégration avec Facebook, Tweeter. b. Utilisation Depuis la version 6.0, Zimbra intègre la Zimlet sociale, dont l’apparition coïncide avec la sortie d’une fonctionnalité permettant de créer un nouvel onglet applicatif à côté des emails, carnet d’adresses, agenda, et porte documents. Comme c’est le cas pour tout mashup, la Zimlet sociale permet d’accéder à des services web externes sans quitter l’interface de Zimbra, cette fois depuis le fameux onglet. La Zimlet sociale se connecte à pas moins de 5 services 16 Ayoub KOCHBATI
    • ISET de Nabeul 2011 simultanément : Twitter, Facebook, Digg, Twitter Trends et Tweetmeme. Elle permet de consulter des flux d’informations et de re-twitter ceux qui sont particulièrement pertinents, de gérer plusieurs comptes pour un même réseau, ou bien de partager avec son réseau des informations reçues dans un email, le tout sans avoir à ouvrir de nouvelle fenêtre ou à se connecter au réseau social souhaité. De plus, le bouton « socialize » permet de mettre à jour son statut sans même avoir à cliquer sur l’onglet de la Zimlet sociale, tandis qu’un résumé des nouveaux messages est envoyé à l’utilisateur par email. Au delà de ses fonctionnalités permettant d’intégrer de façon transparente Zimbra et les réseaux sociaux, la zimlet sociale est aussi une belle démonstration des possibilités offertes par le développement d’extensions. 1.5.2. Les outils à intégrer  OpenLDAP a. Présentation OpenLDAP est une implémentation libre du protocole LDAP (Lightweight Directory Access Protocol) développée par OpenLDAP Project. LDAP est à l’origine un protocole permettant l’interrogation et la modification des services d’annuaire. Nous allons utiliser le serveur LDAP afin de centraliser les informations utilisateurs des sites et services du serveur. En effet la plus par des services telles que les serveurs web, FTP (File Transfer Protocol), proxy peuvent s’authentifier sur un serveur LDAP [20]. b. Utilisation Le serveur de messagerie Zimbra utilise LDAP comme base de données compte par défaut, mais on peut également utiliser LDAP externes ou AD (Active Directory) que l'authentification des utilisateurs de Zimbra. Intégration de SSO (Single Sign-On) via un annuaire LDAP unifié serait nécessaire. À l'heure actuelle Zimbra utilise une version modifiée de l’OpenLDAP pour l'authentification unique.  SAMBA a. Présentation SAMBA (Son nom provient du protocole SMB « Server Message Block », le nom du protocole standard de Microsoft, auquel ont été ajoutées les deux voyelles a : « SaMBa ».) est un ensemble de programmes qui permettent de connecter à un serveur LINUX, des stations fonctionnant sous des systèmes divers : 17 Ayoub KOCHBATI
    • ISET de Nabeul 2011 Windows3.11,Windows9x,WindowsNT[21]. Le serveur Linux est en mesure de se conduire comme un serveur de fichiers capables d'offrir les services habituels sur un réseau :  partage de fichiers et de répertoires,  partage d'imprimantes,  respect des comptes utilisateurs,  gestion des permissions d'accès,  exécution de scripts de connexion personnalisés. b. Utilisation Pour renforcer notre solution de travail collaboratif, elle se doit de disposer d’un serveur de fichiers performant et à la fois simple pour les utilisateurs (un simple lecteur réseau dans leur poste de travail). Samba est un serveur de fichiers qui a fait ses preuves faces à l’environnement Active Directory de Microsoft et va donc parfaitement répondre à nos besoins. De plus, nous allons le configurer pour utiliser l’annuaire des utilisateurs présent dans Zimbra (basé sur OpenLDAP) pour centraliser toutes les informations d’administration.  Active Directory a. Présentation Active Directory (AD) est la mise en œuvre par Microsoft des services d'annuaire LDAP pour les systèmes d'exploitation Windows. L'objectif principal d'Active Directory est de fournir des services centralisés d'identification et d'authentification à un réseau d'ordinateurs utilisant le système Windows [22]. b. Utilisation Il permet également l'attribution et l'application de stratégies, la distribution de logiciels, et l'installation de mises à jour critiques par les administrateurs. Active Directory répertorie les éléments d'un réseau administré tels que les comptes des utilisateurs, les serveurs, les postes de travail, les dossiers partagés, les imprimantes, etc. Un utilisateur peut ainsi facilement trouver des ressources partagées, et les administrateurs peuvent contrôler leurs utilisations grâce à des fonctionnalités de distribution, de duplication, de partitionnement et de sécurisation des accès aux ressources répertoriées. 18 Ayoub KOCHBATI
    • ISET de Nabeul  2011 ProcessMaker a. Présentation ProcessMaker, le logiciel de gestion des processus business BPM (Business Process Management) open source de Colosa. C’est un moteur de workflow. Il permet la gestion de flux d'informations, d'opérations ainsi que la coordination entre biens et personnes. Il est écrit en PHP (Hypertext Preprocessor). En plus de la gestion de Workflow, ProcessMaker propose un atelier graphique de génération de workflow. Utilisant pour le stockage de ses données rémanentes le système de gestion de base de données MySQL, appuyé sur un serveur Web, par défaut Apache, ProcessMaker est l'archétype d'une pile AMP (Apache MySQL PHP) pour Linux (LAMP) et pour Windows (WAMP). Son installation sur une distribution Linux de type Mandriva ou Red Hat (RHEL, CentOS ou Fedora) peut être facilité par l'utilisation du paquetage RPM. Il est autrement distribué sous la forme d'une archive tarball [23]. b. Utilisation Les utilisateurs Zimbra peuvent désormais, en un seul clic, lancer un nouveau cas ProcessMaker de l'intérieur Zimbra (Il suffit de cliquer sur Nouveau pour commencer un nouvel e-mail), l'accès de choses à faire des listes de cas ProcessMaker, et par un flux d'agenda (iCal) savent que les dates à partir de formulaires et de workflow ProcessMaker sont définies automatiquement dans leur calendrier Zimbra. Encore plus impressive, les utilisateurs peuvent faire glisser les emails entrants de leur boîte de réception Zimbra sur le Zimlet ProcessMaker afin de stocker le fil email dans un cas ProcessMaker. Et avec l'authentification automatique de l'utilisateur, cela signifie que les utilisateurs peuvent facilement accéder à ProcessMaker de Zimbra sans avoir à vous connecter à nouveau.  Alfresco a. Présentation Alfresco est un système de gestion de contenu ECM (en anglais Enterprise Content Management) libre. 19 Ayoub KOCHBATI
    • ISET de Nabeul 2011 Alfresco est à la base le résultat des travaux d'une équipe qui provient massivement de Documentum, leader historique du marché, mais aussi d'Interwoven pour la partie gestion de contenu web. La mission que se donne Alfresco est : « ouvrir le monde de la Gestion de contenu afin d’augmenter les innovations grâce à la participation de la communauté et au libre accès au code source, et viser à fournir une application complète à moindre coût, et avec plus d'agilité » [24]. b. Utilisation Avec plus de 700 références clients, Alfresco est une solution open source adaptée à différents usages :  Gestion Documentaire,  Gestion de Contenu d’Entreprise (ECM),  Travail Collaboratif, Intranet,  Gestion de Contenu Web (CMS),  Knowledge Management,  Gestion de Document Numériques (Dématérialisation),  Gestion d’Archives,  Workflow Documentaires.  SugarCRM a. Présentation SugarCRM (Customer Relationship Management) est le premier éditeur mondial de solutions commerciales Open Source de gestion de la relation client (GRC). SugarCRM est une société basée en Californie qui édite des solutions open-source de gestion de la relation client utilisées par plus de 50 000 entreprises à travers le monde. La gamme SugarCRM est disponible en trois versions  Sugar Community Édition (libre et téléchargeable)  Sugar Professional  Sugar Enterprise Chaque version découle de la même arborescence de code, avec Sugar Community Edition contenant environ 85 pour cent des fonctionnalités contenues dans les versions commerciales. Sugar a d’abord été créé dans un environnement LAMP (Linux, Apache, MySQL et PHP), mais il peut aussi bien fonctionner sur d'autres plates-formes supportant 20 Ayoub KOCHBATI
    • ISET de Nabeul 2011 PHP telles que Windows, Solaris ou Mac OS X. Sugar peut aussi utiliser d'autres bases de données telles qu'Oracle ou SQL Server de Microsoft. SugarCRM propose Sugar Community Edition gratuitement, tandis que Sugar Professional et Sugar Enterprise sont disponibles sous forme de contrat de souscription et de support annuel, quelle que soit la version, peut être mise en place en mode local (dans l'entreprise) ou en mode hébergé [25]. b. Utilisation Selon les besoins, les logiciels SugarCRM s'adaptent facilement à tous secteurs d'activité et toutes tailles d'entreprise permettant une solution alternative souple et économique aux applications propriétaires. Les solutions SugarCRM sont en "open-source" ce qui permet aux entreprises de faire évoluer et d'intégrer plus aisément leurs processus clients, de manière à entretenir et développer des relations clients encore plus profitables. Il existe différents modes de déploiement : SaaS (en anglais le Software as a Service) ou sur site, pour mieux s'adapter aux besoins spécifiques de chaque client en termes de sécurité, d'intégration et de configuration. 1.6. Conclusion Dans ce chapitre, nous avons illustré l’état de l’art des outils de travail collaboratif pour choisir Zimbra comme plateforme de base d’intégration. Nous passons par la suite à spécifier et concevoir les besoins de notre projet. 21 Ayoub KOCHBATI
    • ISET de Nabeul 2011 Chapitre 2 : Spécification des besoins et conception 2.1 Introduction 2.2 Les Besoins fonctionnels 2.3 Les Besoins non fonctionnels 2.4 Conception 2.5 Conclusion 22 Ayoub KOCHBATI
    • ISET de Nabeul 2011 2.1. Introduction L’étape de modélisation constitue une partie fondamentale pour la réalisation de tout projet. Elle consiste à bien comprendre les besoins et les respecter tout au long de la construction du projet. Pour ce faire, nous allons utiliser le langage de modélisation orienté objet UML (Unified Modeling Language). Dans de ce présent chapitre, nous commençons par identifier les besoins fonctionnels et non fonctionnels du projet. Nous entamons ensuite la phase de la conception. 2.2. Les besoins fonctionnels Les besoins fonctionnels sont définis comme étant les services attendus par l’utilisateur. Dans le cas de notre projet le travail est composé de trois modules à savoir:  Module intégration Zimbra,Samba,OpenLDAP  Module intégration de Zimbra et Active Directory  Module intégration de Zimbra et ProcessMaker  Module intégration de Zimbra et Alfresco  Module intégration de Zimbra et SugarCRM 2.2.1. Module intégration Zimbra, Samba, OpenLDAP  Les acteurs Administrateur, utilisateur  L’objectif Zimbra, Samba, OpenLDAP est une solution collaborative open-source destinée à remplacer MS Exchange dans une structure de taille moyenne. Elle est intégrée, facilement administrable, basée sur des standards, inter-opérable et évolutive. Elle repose sur un annuaire LDAP centralisé.  Les fonctionnalités L'intégration de Zimbra, Samba et LDAP offre aux utilisateurs de nouveaux services : 23 Ayoub KOCHBATI
    • ISET de Nabeul 2011 Une authentification unique et un accès complet à toutes les fonctionnalités (courriers électroniques, agendas, contacts) au travers d'une interface Web basée sur Ajax ou de clients lourds de messagerie, et cela, indépendamment de la localisation et de la plate-forme. L'administration du Zimbra par une interface Web ou en ligne de commandes et l'intégration aisée de Samba en facilite la gestion. La synchronisation des calendriers et des contacts vers les clients de messagerie ou l'utilisation de l'interface Web en font un outil idéal pour l'utilisateur nomade. Figure 2.1: Architecture Zimbra, Samba, OpenLDAP (1): Zimbra est développé à partir de logiciels libres et elle est basée sur des standards à savoir: - Apache Tomcat, serveur d'applications Web utilisé par Zimbra. (2): OpenLDAP, implémentation libre du protocole LDAP fournissant l'authentification des ressources de Zimbra. Postfix agit principalement comme un agent de transfert de courrier MTA ( Mail Transfer Agent) et les actes de serveur de messagerie Zimbra comme MDA (Mail Delivery Agent). (3): Serveur Samba pour le partage. (4) : Postfix, Amavisd-new, ClamAV, SpamAssassin, pour la gestion de la messagerie, incluant un antipourriel et un anti-virus. 24 Ayoub KOCHBATI
    • ISET de Nabeul 2011 2.2.2. Module intégration de Zimbra et Active Directory  Les Acteurs Administrateur, utilisateur.  L’objectif L'objectif principal d'Active Directory est de fournir des services centralisés d'identification et d'authentification à un réseau d'ordinateurs utilisant le système Windows.  Les fonctionnalités Active Directory stocke ses informations et paramètres dans une base de données centralisée. La taille d'une base Active Directory peut varier de quelques centaines d'objets pour de petites installations à plusieurs millions d'objets pour des configurations volumineuses. Active Directory est étroitement intégré au système de nom de domaine DNS (Domain Name System) Les serveurs Active Directory proposent le service LDAP (Lightweight Directory Access Protocol) via le protocole TCP. 2.2.3. Module intégration de Zimbra et ProcessMaker  Les acteurs Administrateur, utilisateur ProcessMaker  L’objectif L’objectif est de communiquer avec ProcessMaker à travers l’interface Zimbra  Les fonctionnalités ProcessMaker contient deux volets principaux : L'environnement de conception de ProcessMaker inclut des outils pour tracer des processus, définir des règles d'affaires, créer des formulaires dynamiques, et ajouter des documents d'entrée et de sortie. Le moteur d'exécution permet pour les cas d'être créées et dirigées par le processus. Ce moteur entraîne la conception cartographie des processus en une application qui fonctionne. 25 Ayoub KOCHBATI
    • ISET de Nabeul 2011 ProcessMaker est basé sur le Web et multi-navigateur, mais il est optimisé pour Mozilla Firefox. L’utilisation de LDAP, ProcessMaker sera en mesure de gérer l'authentification des utilisateurs de haut. 2.2.4. Module intégration de Zimbra et Alfresco  Les acteurs Administrateur, utilisateur Alfresco  L’objectif L’objectif est de connecter les applications Zimbra et Alfresco de la façon la plus simple qu'il soit, afin d’une part de rendre transparents pour les utilisateurs les requêtes et les échanges entre ces outils, et d’autre part d’offrir une plate-forme qui permettra d’intégrer d’autres applications à la solution Alfresco/Zimbra.  Les fonctionnalités Alfresco permet d’effectuer des recherches avancées et de parcourir les fichiers de manière aisée. Le paramétrage d’Alfresco permet ensuite de l’adapter aux besoins de chaque entreprise, tandis que les possibilités de développement le rendent extensible à souhait. La gestion des règles et actions est effectuée au niveau serveur, une seule fois pour toutes les interfaces. De plus, Alfresco supporte parfaitement la montée en charge et possède une architecture orientée service avec tolérance d’erreur. Gestion des droits des utilisateurs, versionning, workflows de validation sont autant de fonctionnalités garantissant le travail collaboratif selon les règles propres à chaque organisation. 2.2.5. Module intégration de Zimbra et SugarCRM  Les acteurs Administrateur, utilisateur SugarCRM 26 Ayoub KOCHBATI
    • ISET de Nabeul 2011  L’objectif L’objectif est d’intégrer les contacts de Zimbra dans SugarCRM et elle permet aux utilisateurs de : - Définir leurs informations de connexion au serveur SugarCRM. - Glisser un contact sur le Zimlet afin de le sauvegarder en tant que lead dans Sugar. Le lead est assigné à l’utilisateur défini dans la connexion à SugarCRM.  Fonctionnalités Les principales fonctionnalités disponibles sont l’automatisation de la force de vente, les campagnes marketing, le service client, les outils collaboratifs et les outils de recherche et statistique. 2.3. Les besoins non fonctionnels Il est possible de considérer ce procédé sous un angle davantage organisationnel ou bien avec une approche qui se veut plus fonctionnelle. Il faut prendre en compte de multiples aspects afin d’améliorer notre plateforme d’intégration. 2.3.1. La performance Notre plateforme doit traiter un grand nombre de données tout en tenant compte du critère temps réel, c’est pourquoi nous devons optimiser les applications intégré (Alfresco, ProcessMaker et SugarCRM) et de communications entre les différents systèmes (Zimbra, OpenLDAP, Samba et Active Dirtectory). 2.3.2. La sécurité La sécurité est un facteur basique dans notre solution, l’utilisation de la technologie de SSL (Secure Sockets Layer) doit être accompagnée par la garantie d’un niveau minimum de sécurité. 27 Ayoub KOCHBATI
    • ISET de Nabeul 2011 2.4. Conception 2.4.1. La modélisation UML UML (Unified Modeling Language) est un langage de modélisation par objets, devenu un standard depuis qu'il a été adopté par l'OMG (Object Management Group) en 1997 [27] 2.4.2. Spécification des cas d’utilisations 2.4.2.1. L’identification des acteurs Un acteur représente l’abstraction d’un rôle joué par des entités externe (utilisateur, dispositif matériel ou autre système) qui interagissent directement avec le système étudié. Un acteur peut consulter et/ou modifier directement l’état du système, en émettant ou en recevant des messages éventuellement porteurs de données. Les acteurs qui interagissent avec notre plateforme d’intégration sont principalement : Le client ou l’administrateur. 2.4.2.2. L’identification des cas d’utilisations Les cas d’utilisation permettent de structurer les besoins des utilisateurs et les objectifs correspondants d'un système, ils identifient les utilisateurs du système (acteurs) et leur interaction avec le système. Nous utilisons dans notre projet les diagrammes des cas d’utilisation et les diagrammes des séquences. Dans les deux sections suivantes, nous présentons le diagramme des cas d’utilisation (Tableau 3) ainsi que la description textuelle de ces cas. 28 Ayoub KOCHBATI
    • ISET de Nabeul Acteur 2011 Type acteur Cas d’utilisation - Consulter un compte Zimbra - Démarrer une session ProcessMaker pour :  Démarrer nouveau cas ProcessMaker  Consulter la boîte de réception des cas ProcessMaker Utilisateur Principal - Démarrer une session Alfresco pour :  Sauvegarder un document sous Alfresco  Envoyer un document sous Alfresco - Démarrer une session SugarCRM pour : Sauvegarder des contacts sous SugarCRM - Créer et supprimer des comptes mail Administrateur Principal - Configurer les comptes - Déployer et configurer les Zimlets ProcessMaker/Alfresco Tableau 3 : Description des cas d’utilisations Le diagramme des cas d’utilisations est présenté par la figure 2.2 suivante : 29 Ayoub KOCHBATI
    • ISET de Nabeul 2011 Out ils de t rav ail c ollaborat if Zimbra, Proc es s Mak er, Alf res c o et SugarCRM Consulter un compte Zimbra Démarrer une session ProcessMaker << extend >> << include >> << extend >> << include >> Utilisateur Consulter la boîte de réception des cas ProcessMaker Démarrer nouveau cas ProcessMaker << include >> << include >> Démarrer une session Alfresco << include >> << extend >> << extend >> Sauvegarder un document sous Alfresco Envoyer un document S'authentifier << include >> Démarrer une session SugarCRM << extend >> << include >> << include >> Sauvegarder un contact sous SugarCRM << include >> Créer et suppimer des comptes mail << include >> Configurer les comptes Administrateur Déployer et configurer les Zimlets ProcessMaker/Alfresco/SugarCRM Figure 2.2 : Diagramme des cas d’utilisation 30 Ayoub KOCHBATI
    • ISET de Nabeul 2011 2.4.2.3. Description textuelle des cas d’utilisation Cas d’utilisation : Consulter un compte Zimbra Titre : Consulter un compte Zimbra Résumé : c’est le principal cas d’utilisation de l’application, il s’agit de se connecter à un serveur Zimbra pour bénéficier des services de ce dernier. Acteurs : Utilisateur Zimbra Pré conditions : L’utilisateur ouvre la page web Zimbra. Cas d’utilisation : Démarrer une session ProcessMaker Titre : Démarrer une session ProcessMaker Résumé : Ce cas d’utilisation permet à l’utilisateur de consulter et démarrer les cas ProcessMaker disponibles (créer, envoyer, supprimer…) Acteurs : Utilisateur Zimbra Pré conditions : il faut que l’utilisateur possède un compte ProcessMaker pré configurée. Cas d’utilisation : Démarrer une session Alfresco Titre : Démarrer une session Alfresco Résumé : ce cas d’utilisation assure l’envoie et la sauvegarde des documents et le partage. Acteurs : Utilisateur Zimbra Pré conditions : il faut que l’utilisateur possède un compte Alfresco pré configurée. 31 Ayoub KOCHBATI
    • ISET de Nabeul 2011 Cas d’utilisation : Démarrer une session SugarCRM Titre : Démarrer une session SugarCRM Résumé : ce cas d’utilisation assure l’envoie et la sauvegarde des contacts. Acteurs : Utilisateur Zimbra Pré conditions : il faut que l’utilisateur possède un compte Alfresco et pré configurée. Cas d’utilisation : Créer et supprimer des comptes mail Titre : Créer et supprimer des comptes mail Résumé : Ce cas d’utilisation permet à l’utilisateur de gérer (créer, envoyer, supprimer…) les comptes de messagerie électronique. Acteurs : Administrateur Zimbra Cas d’utilisation : Déployer et configurer les Zimlets ProcessMaker/Alfresco/SugarCRM Titre : Déployer et configurer les Zimlets ProcessMaker/Alfresco/SugarCRM Résumé : Suite à la création des comptes mail et les comptes ProcessMaker, Alfresco et SugarCRM ce cas d’utilisation permet d’installer leurs Zimlets. Acteurs : Administrateur Zimbra Pré conditions : Serveur ProcessMaker et serveur Alfresco en marche. 2.4.3. Les diagrammes de séquences Pour compléter la description textuelle nous présentons ci-dessous les diagrammes de séquence des cas d’utilisation "Démarrer nouveau cas ProcessMaker" et " Démarrer une session Alfresco "et ‘’Démarrer une session SugarCRM ‘’ 32 Ayoub KOCHBATI
    • ISET de Nabeul 2011 2.4.3.1. Diagramme de séquence de ProcessMaker via Zimbra Nous présentons le diagramme de séquence de ProcessMaker et Zimbra dans la figure 2.3 : Diagramme de Séquence Zimbra et ProccessMaker Serveur Zimbra Serveur ProcessMaker Utilisateur Demander l'ouverture du ProcessMaker Demander les paramétres du serveur ProcessMaker Saisir les paramétres PocessMaker Session ProcessMaker ouverte Paramétre envoyer vers serveur ProcessMaker Vérifier les paramétres Données enregistrées Vérifier les cas disponibles Démarrer nouvelle cas ProcessMaker Affichage des cas Consulter la boite ProcessMaker Demande vers serveur ProcessMaker Envois des cas disponibles Demande vers serveur ProcessMaker Vérifier les cas Affichage des cas Envois des cas disponibles Figure 2.3 : Diagramme de séquence de ProcessMaker via Zimbra 33 Ayoub KOCHBATI
    • ISET de Nabeul 2011 2.4.3.2. Diagramme de séquence d’Alfresco via Zimbra Pour le cas d’utilisation de démarrage d’une session Alfresco, les diagrammes de séquences diffèrent selon le type de la tache à réaliser ; sauvegarde des fichiers ou des conversations. Le diagramme de séquence du démarrage de la session Alfresco est donné par la Figure 2.4 : Diagramme de s équenc e A lf res c o Serveur Zimbra Serveur Alfresco Utilisateur Demander l'ouverture du serveur Alfresco Demander les paramétres Saisir les paramétres du serveur Session réussi Vérifier les paramétres Envoie les paramétre au serveur Alfresco Paramétres vérifier Glisser-Déposer d'une conversation sur le Zimlet pour l'enregistrer dans Alfresco Enregistrer dans Alfresco Notification de l'enregistrement effectuée Enregistrement Enregistrement effectuée Figure 2.4 : Diagramme de séquence d’Alfresco via Zimbra 34 Ayoub KOCHBATI
    • ISET de Nabeul 2011 2.4.3.3. Diagramme de séquence du SugarCRM via Zimbra Nous présentons le diagramme de séquence de SugarCRM via Zimbra dans la figure 2.4 : Diagramme de s équenc e A lf res c o Serveur Zimbra Serveur SugarCRM Utilisateur Demander l'ouverture du serveur SugarCRM Demander les paramétres Saisir les paramétres du serveur Session réussi Vérifier les paramétres Envoie les paramétre au serveur SugarCRM Paramétres vérifiées Glisser-Déposer d'un contact sur le Zimlet pour l'enregistrer dans SugarCRM Enregistrement Enregistrer dans SugarCRM Notification de l'enregistrement effectuée Enregistrement effectuée Figure 2.5 : Diagramme de séquence de SugarCRM via Zimbra 35 Ayoub KOCHBATI
    • ISET de Nabeul 2011 2.5. Conclusion Dans ce chapitre, nous avons dégagé l’ensemble des besoins fonctionnels et non fonctionnels attendus; dans laquelle nous avons pu identifier les besoins de notre plateforme d’intégration et comprendre le contexte du système. Ensuite nous avons entamé la phase de conception pour dégager le diagramme des cas d’utilisations correspondant après avoir représenter les différents scénarios exprimés par les diagrammes de séquences et d’états. Dans le chapitre suivant, nous présentons la phase de réalisation. 36 Ayoub KOCHBATI
    • ISET de Nabeul 2011 Chapitre 3 : Réalisation 3.1 Introduction 3.2 Environnement de travail 3.3 Mise en place de la solution 3.4 Conclusion 37 Ayoub KOCHBATI
    • ISET de Nabeul 2011 3.1. Introduction Ce chapitre décrit l’installation et l’intégration de la solution suivie tout au long de ce rapport. Dans la première partie, nous procédons à la présentation de l’environnement matériel et logiciel de l’installation et la configuration et les choix techniques pris, puis dans la deuxième partie, nous présentons la mise en place de la plateforme d’intégration. 3.2. Environnement de travail 3.2.1. Environnement matériel Pour réaliser ce projet, nous avons utilisé : -Un PC Toshiba Satellite Intel 865 ayant les caractéristiques techniques suivantes :  Vitesse du Bus de Données : 800MHz  Processeur Type Intel Core i3  RAM Taille installée : 3Go  Capacité totale des disques durs : 320 Go  Réseaux : Protocole de liaison de données Ethernet / Fast Ethernet -Un modem ADSL : pour se connecter à Internet via une ligne ADSL. -Un commutateur D-Link 2XR 4 ports avec Wifi. 3.2.2. Environnement logiciel 3.2.2.1. Système d’exploitation Nous avons utilisé Linux comme système d’exploitation en deux distributions Ubuntu version 11.04 [28] et Debian 5.0.8 Lenny [29] et Windows Server 2008 Standard [30]. 3.2.2.2. Outils de modélisation Pour la construction des diagrammes UML, nous avons utilisé une version d’essai de Power AMC v 15 [31]. 3.2.2.3. Outils de virtualisation Nous avons utilisé Oracle VM VirtualBox [32] (anciennement VirtualBox) est un logiciel de virtualisation de systèmes d'exploitation. En utilisant les ressources matérielles de l'ordinateur (système hôte), VirtualBox permet la création d'un ou de plusieurs ordinateurs virtuels dans lesquels s'installent d'autres systèmes d'exploitation (systèmes invités). 38 Ayoub KOCHBATI
    • ISET de Nabeul 2011 3.2.2.4. Plateforme d’intégration Nous avons utilisé Zimbra 7, la dernière version de sa plate-forme avancée de collaboration et de gestion du courrier électronique [33] La nouvelle version de Zimbra intègre de nouveaux outils de partage des données et des fonctionnalités étendues de gestion des agendas, de recherche et d’administration destinées tant aux utilisateurs finaux qu’aux professionnels des technologies de l’information 3.2.2.5. Outils à intégrer  OpenLDAP Il existe de nombreux logiciels propriétaires permettant de créer un serveur LDAP sur Windows, mais soient ils sont chers, soit ils ne respectent pas les standards (Active Directory). Nous avons utilisé OpenLDAP 2.4.25 [34] comme un serveur LDAP Open source très répandu sur plate-forme Unix, il serait donc très intéressant de pouvoir l'utiliser sur Windows.  Active Directory Active Directory est le nom du service d'annuaire de Microsoft apparu dans le système d'exploitation Microsoft Windows Server 2000. Le service d'annuaire Active Directory est basé sur les standards TCP/IP : DNS, LDAP, etc. Nous avons utilisé la dernière version du système d'exploitation Microsoft Windows Server 2008 pour installer l’annuaire Active Directory.  ProcessMaker Nous avons utilisé ProcessMaker 2.0 [35] est un moteur de workflow. Il est facile à installer et l'installation Windows met en place les services apache et MySQL pour une exécution en local [36].  Alfresco Nous avons utilisé Alfresco Community 3.4.d [37] qui fonctionne dans un environnement applicatif open source. Son support est assuré par la communauté Alfresco et à travers les forums de développeurs  SugarCRM Nous avons utilisé SugarCRM 6.2.0 le premier éditeur mondial de solutions commerciales Open Source de gestion de la relation client (GRC) [38]. 39 Ayoub KOCHBATI
    • ISET de Nabeul 2011 3.3. Mise en place de la plateforme d’intégration 3.3.1. Préparation de l’environnement Zimbra Etape 1 : Nous avons installé Zimbra 7 sur une machine Debian 5.0.8. L’installation de Zimbra est bien détaillé dans l’annexe A. Etape 2 : Après l’installation de Zimbra, nous pouvons accéder à l’interface web d'administration suivant l’une de ces deux URL https://iset.com:7071/zimbraAdmin/ Ou https://192.168.0.100:7071/zimbraAdmin/ Nous nous connectons avec un nom d'utilisateur et un mot de passe que nous avons affectés au cours de l’installation comme dans la figure 3.1 : Figure 3.1 : Interface d’authentification administrateur Zimbra Etape 3 : Après la phase d’authentification nous pouvons accéder à la console d’administration Zimbra comme montre la figure 3.2 : 40 Ayoub KOCHBATI
    • ISET de Nabeul 2011 Figure 3.2 : Console d’administration Zimbra 3.3.2. Zimbra avant intégration Avant d’intégrer de nouveaux services au niveau du serveur Zimbra nous allons voir les services par défaut coté administrateur et coté client  Coté administrateur Les services par défaut offre pour l’administrateur sont comme montre la figure 3.3 Figure 3.3 : Les Zimlets par défaut dans l’administration Zimbra Comme montre la figure 3.3 les services sont bien évidement les Zimlets par défaut à savoir :  Joindre contact : Permet de Joindre des contacts lorsque vous composez un nouveau message.  41 Email Attacher : Joignez des mails lorsque vous en rédigez un nouveau. Ayoub KOCHBATI
    • ISET de Nabeul  2011 Date : Souligne les dates, donne un aperçu des rendez-vous associés et crée un lien vers le calendrier.  Glissez-déposer piéces jointes : Permet de glisser-déposer les pièces jointes quand vous composez un mail.  Adresse mail : Souligne et donne un aperçu des détails contact associés à une adresse mail.  LinkedIn : Connecte aux mails Zimlet, affiche les résultats de recherche LinkedIn pour un mail donné  Téléphone : Souligne les numéros de téléphone pour autoriser les appels Skype.  Zimbra Social : Accédez aux réseaux sociaux tels que Twitter, Facebook, Digg et TweetMeme.  Surligneur de recherche : Après une recherche mail, ce Zimlet surligne les termes de la recherche en jaune  Liens URL : Surligner les URL Web à lier dans les mails.  WebEx : Programmez, lancez ou rejoignez facilement des réunions WebEx.  Coté client Les services par défaut du client Zimbra sont comme montre la figure 3.4 : Figure 3.4 : Les Zimlets client par défaut Les Zimlets qui sont installé par défaut dans Zimbra sont : LinkedIn: est un réseau social professionnel en ligne [39]. - WebEx : est une société américaine offrant des services logiciels de visioconférence et de web conférence à la demande [40]. 42 Ayoub KOCHBATI
    • ISET de Nabeul 2011 Certains Zimlets n’apparaissent pas dans l’interface client car ils fonctionnent en arrière plan. 3.3.3. Les étapes d’intégration 3.3.3.1. Intégration Zimbra et OpenLDAP/Samba Etape 1 : Nous installons et nous configurons un serveur OpenLDAP sous Debian 5. L’installation de OpenLDAP est bien détaillée au niveau de l’annexe B. Etape 2 : L’interface d’OpenLDAP sera accessible via l’url http://192.168.0.101/phpldapadmin comme montre la figure 3.5 : Figure 3.5: Interface d’authentification administrateur OpenLDAP Après la phase d’authentification (figure 3.5), nous pouvons accéder à la console d’administration phpLDAPadmin comme montre la figure 3.6 : Figure 3.6: Console d’administration OpenLDAP 43 Ayoub KOCHBATI
    • ISET de Nabeul 2011 Etape 4 : Nous configurons le serveur OpenLDAP avec Ldap-Account-Manager (LAM) L’installation de LAM est bien détaillée au niveau de l’annexe B. Etape 5 : Une fois le paquet installé, LAM est accessible à cette adresse : http://192.168.0.101/lam comme dans la figure 3.7 : Figure 3.7 : Interface d’authentification administrateur LAM Etape 6 : Après la phase d’authentification nous pouvons accéder à la console d’administration LDAP Account Manager comme montre la figure 3.8 : Figure 3.8 : Console d’administration LAM Comme montre la figure 3.8, dans le domaine de notre plateforme d’intégration nous pouvons voir la liste des utilisateurs, les groupes et les machines qui se trouvent dans l’annuaire OpenLDAP. 44 Ayoub KOCHBATI
    • ISET de Nabeul 2011 Etape 7 : Nous configurons l'authentification LDAP externe via l’interface d'administration Zimbra Nous connectons à Zimbra Admin et nous allons au menu de domaine sur le volet de gauche comme montre la figure 3.9 : Figure 3.9 : Configuration de l'authentification Nous choisissons le domaine à configurer dans notre cas iset.com et nous choisissons la configuration de l'authentification. Etape 8 : Nous choisissons le mode d'authentification LDAP externe Figure 3.10 : LDAP externe Nous avons choisi LDAP externe parmi les trois autre choix selon notre cas. Etape 9 : Nous remplissons la configuration de LDAP externe comme montre la figure 3.11 : 45 Ayoub KOCHBATI
    • ISET de Nabeul 2011 Figure 3.11 : Remplissez la configuration de LDAP Etape 10 : Figure 3.12 : Le DN de liaison Le DN de liaison (Distinguished Name) est l'utilisateur sur le serveur LDAP externe autorisé à chercher dans l'annuaire LDAP dans la base de recherche définis. La plupart du temps, le DN sera permis de chercher dans tout le répertoire. Le rôle de la DN de liaison est d'interroger l'annuaire en utilisant la base de filtre de requête LDAP et de recherche pour la DN pour authentifier les utilisateurs de Zimbra. Lorsque la DN est retourné, le DN et mot de passe sont utilisés pour authentifier l'utilisateur Zimbra [43]. Etape 11 : L’authentification pour le serveur externe est illustrée la figure 3.13 : 46 Ayoub KOCHBATI
    • ISET de Nabeul 2011 Figure 3.13 : Authentification pour le serveur externe Nous utilisons le compte utilisateur LDAP comme nom d'utilisateur et mot de passe et puis cliquez sur Tester pour tester la connexion OpenLDAP. Le test d'authentification réussit si OpenLDAP s'est connecté avec succès comme montre la figure 3.14 : Figure 3.14 : Test d'authentification réussie 3.3.3.2. Intégration Zimbra et Active Directory Etape 1 : Nous supposons qu’un serveur Windows server 2008 avec Active Directory est bien installé et fonctionnelle. Etape 2 : Nous démarrons le serveur Windows Server 2008 installé sur une machine virtuel comme montre la figure 3.15 : 47 Ayoub KOCHBATI
    • ISET de Nabeul 2011 Figure 3.15: Interface d’authentification administrateur Etape 3 : Après la phase d’authentification (figure 3.15), nous pouvons accéder à la console de gestionnaire de serveur et vérifier les informations et les paramètres de serveur comme montre la figure 3.16 : Figure 3.16 : Console de la gestionnaire de serveur Etape 4 : Nous configurons l'authentification LDAP externe via l’interface d'administration Zimbra Nous nous connectons à Zimbra Admin et nous allons au menu de domaine sur le volet de gauche comme montre la figure 3.17 : 48 Ayoub KOCHBATI
    • ISET de Nabeul 2011 Figure 3.17 : Configuration de l'authentification Nous fixons le domaine iset.com et nous configurons l'authentification. Etape 5: Nous choisissons le mode d'authentification Active Directory externe Figure 3.18 : Active Directory externe Etape 6 : Nous remplissons la configuration d’Active Directory externe comme montre la figure 3.19 : Figure 3.19 : Remplissez la configuration de LDAP Etape 7 : L’authentification pour le serveur externe est illustrée la figure 3.20 : 49 Ayoub KOCHBATI
    • ISET de Nabeul 2011 Figure 3.20 : L’authentification pour Windows serveur 2008 Nous utilisons le compte administrateur Active Directory comme nom d'utilisateur et mot de passe. Nous cliquons ensuite sur Tester pour tester la connexion avec Active Directory. Le test d'authentification réussit si Active Directory est bien connecté comme montre la figure 3.21 : Figure 3.21 : Test d'authentification réussie 3.3.3.3. Intégration Zimbra et ProcessMaker Etape 1 : Nous avons utilisé Debian 5.0.8 comme système d’exploitation pour installer ProcessMaker. Les serveurs installés avec ProcessMaker sont : Apache 2.2.3, MySQL 5.1.6 et PHP 5.1.6. L’installation de ProcessMaker est bien détaillée au niveau de l’annexe C. Avec un navigateur Web, nous avons saisir l'adresse IP (et numéro de port si vous n'utilisez pas le port 80 par défaut) où ProcessMaker est installé. Par exemple, si ProcessMaker est installé à l'adresse 192.168.10.105, puis allez à: http://192.168.10.105 Si vous utilisez ProcessMaker qui est installé localement sur le port 8080, allez à: http://127.0.0.1:8080 50 Ayoub KOCHBATI
    • ISET de Nabeul 2011 Figure 3.22 : Authentification ProcessMaker pour administrateur Après la phase d’authentification nous pouvons accéder à la console d’administration ProcessMaker comme montre la figure 3.23 : Figure 3.23: Console administrateur ProcessMaker Etape 2 : Nous accédons a l’aide de la console d'administration Zimbra accessible via une URL du type: https://192.168.0.100:7071/zimbraAdmin/ au niveau de la gestion des Zimlets nous choisissons « Zimlets » puis « Déployer » comme montre la figure 3.24 : Figure 3.24 : Gestion des Zimlets 51 Ayoub KOCHBATI
    • ISET de Nabeul 2011 Après le clique sur Déployer une autre fenêtre est affichée pour parcourir votre pc et choisir le Zimlet comme montre la figure 3.25 : Figure 3.25 : Choisir le Zimlet Une fenêtre ouverte pour parcourir et chercher la Zimlet ProcessMaker comme montre la figure 3.26 : Figure 3.26 : Sélectionner le Zimlet ProcessMaker Puis nous avons cliqué sur Déployer comme montre la figure 3.27 : Figure 3.27 : Déployer le Zimlet 52 Ayoub KOCHBATI
    • ISET de Nabeul 2011 Le déploiement sur le serveur terminé comme montre la figure 3.28 : Figure 3.28 : Le Zimlet a été déployé Une fois le déploiement réussi la Zimlet apparait dans la console administrateur gestion des Zimlets comme montre la figure 3.29 : Figure 3.29 : La Zimlet processMaker déployé 3.3.3.4. Intégration Alfresco et Zimbra avec le Zimlet Etape 1 : Nous avons utilisé Debian 5.0.8 comme système d’exploitation pour installer Alfresco. L’installation de Alfresco est bien détaillée au niveau de l’annexe D Nous ouvrons un navigateur Web et saisissez l'adresse IP (et numéro de port si vous n'utilisez pas le port 80 par défaut) où Alfresco est installé. Par exemple, si Alfreco est installé à l'adresse 192.168.0.104, puis allez à: http://192.168.0.104:8080/alfresco Si vous utilisez Alfresco qui est installé localement sur le port 8080, allez à: http://127.0.0.1:8080 53 Ayoub KOCHBATI
    • ISET de Nabeul 2011 Figure 3.30 : Authentification Alfresco pour administrateur Après la phase d’authentification nous pouvons accéder à la console d’administration Alfresco comme montre la figure 3.31 : Figure 3.31 : Console administrateur Alfresco Etape 2 : Nous accédons à l’aide de la console d'administration Zimbra accessible via une URL du type: https://192.168.0.100:7071/zimbraAdmin/ et nous déployons le Zimlet Alfresco comme montre la figure 3.32 : 54 Ayoub KOCHBATI
    • ISET de Nabeul 2011 Figure 3.32 : Gestion des Zimlets Après le déploiement, une autre fenêtre est affichée pour parcourir votre pc et choisir le Zimlet comme montre la figure 3.33 : Figure 3.33 : Choisir le Zimlet Une fenêtre ouverte pour parcourir et chercher la Zimlet Alfresco pour pouvoir cliquer sur Ouvrir comme montre la figure 3.34 : Figure 3.34 : Sélectionner le Zimlet Alfresco Nous avons cliqué sur Déployer comme montre la figure 3.35 : 55 Ayoub KOCHBATI
    • ISET de Nabeul 2011 Figure 3.35 : Déployer le Zimlet Le déploiement sur le serveur est terminé comme montre la figure 3.36 : Figure 3.36 : Le Zimlet a été déployé Une fois le déploiement réussi la Zimlet apparait dans la console administrateur gestion des Zimlets comme montre la figure 3.37 : Figure 3.37 : La Zimlet Alfresco déployé 56 Ayoub KOCHBATI
    • ISET de Nabeul 2011 3.3.3.5. Intégration Zimbra et SugarCRM Etape 1 : L’installation de Zimbra est bien détaillée au niveau de l’annexe E. Démarrez le programme d'installation basé sur le web SugarCRM en ouvrant l'URL dans votre navigateur et tapez : http://192.168.0.108/crm comme montre la figure 3.38 : Figure 3.38 : Authentification SugarCRM pour administrateur Après la phase d’authentification nous pouvons accéder à la console d’administration SugarCRM comme montre la figure 3.39 : Figure 3.39 : Console administrateur SugarCRM Etape 2 : Nous accédons a l’aide de la console d'administration Zimbra accessible via une URL du type: https://192.168.0.100:7071/zimbraAdmin/ et nous déployons le Zimlet Alfresco comme montre la figure 3.40 : 57 Ayoub KOCHBATI
    • ISET de Nabeul 2011 Figure 3.40 : Gestion des Zimlets Une fenêtre ouverte pour parcourir et chercher la Zimlet Alfresco puis cliquer sur Ouvrir comme montre la figure 3.41 : : Figure 3.41: Sélectionner le Zimlet SugarCRM Nous avons cliqué sur Déployer comme montre la figure 3.42 : Figure 3.42 : Déployer le Zimlet 58 Ayoub KOCHBATI
    • ISET de Nabeul 2011 Le déploiement sur le serveur est terminé comme montre la figure 3.43 : Figure 3.43 : Le Zimlet a été déployé Une fois le déploiement réussi la Zimlet apparait dans la console administrateur gestion des Zimlets comme montre la figure 3.44 : Figure 3.44 : La Zimlet SugarCRM déployé 3.3.4. Zimbra après intégration Après l’intégration de nouveaux services au niveau du serveur Zimbra nous allons voir les services ajoutés et installés coté administrateur et coté client.  Coté administrateur Les services intégrés pour l’administrateur sont comme montre la figure 3.45 : Figure 3.45: Liste des Zimlets ajouté dans la console d’administration Zimbra 59 Ayoub KOCHBATI
    • ISET de Nabeul 2011 Comme montre la figure 3.5 les services qui sont installés sont bien évidement. Les Zimlets par défaut à savoir :  La Zimlet de ProcessMaker : ProcessMaker est open source workflow logiciel qui s'intègre avec Zimbra ;  La Zimlet d’Alfresco : permet de sauvegarder des emails sur le poste, dans un répertoire désigné par l’utilisateur. Pour cela il suffit tout simplement de glisserdéplacer les emails ou conversations sur la Zimlet ;  La Zimlets de SugarCRM : est un moyen simple pour les utilisateurs d’intégrer leurs contacts Zimbra dans Sugar CRM. Les services intégrés dans la coté client sont comme montre la figure 3.46:  Coté client Figure 3.46 : Liste des Zimlets dans l’interface client Les Zimlets sont ajoutés et déployés (ProcessMaker, Alfresco, et SXP Sigar pour SugarCRM) 3.1. Conclusion Au niveau de ce chapitre nous avons présenté les étapes de mise en place de la plateforme d’intégration et ce par l’installation et la configuration des différents composants, ensuite nous avons présenté les différentes fonctionnalités de la solution réalisée. Dans le chapitre suivant, nous allons tester notre plateforme d’intégration avec ses nouveaux services. 60 Ayoub KOCHBATI
    • ISET de Nabeul 2011 Chapitre 4 : Tests et validation 4.1 Introduction 4.2 Présentation de l’architecture de tests 4.3 Plan de tests 4.4 Exécution du plan de test 4.5 Conclusion 61 Ayoub KOCHBATI
    • ISET de Nabeul 2011 4.1. Introduction Après avoir achevé l’étape de la mise en place de Zimbra et ses nouveaux composants intégrés, nous passons à la phase de tests et validation. 4.2. Architecture de tests Nous avons réalisé les tests dans l’entreprise d’accueil Luniweb, nous avons utilisé quatre serveurs sous Debian 5 (voir Figure 4.1) et un commutateur installé au niveau de la passerelle par défaut. Cette architecture nous permet d’avoir une vue globale sur le trafic entrant et sortant de notre réseau local. Domaine: iset.com Zone Serveur Internet Serveur Zimbra 192.168.0.101 Serveur OpenLDAP + Samba 192.168.0.100 Routeur Zone clients Switch 192.168.0.103 Serveur ProcessMaker Utilisateur Serveur Alfresco 192.168.0.104 Serveur SugarCRM 192.168.0.108 Figure 4.1 : Présentation de l’architecture de tests 62 Ayoub KOCHBATI
    • ISET de Nabeul 2011 4.3. Plan de tests Le plan de test et composé des scénarios de teste de Zimbra et ses différents outils intégrés. Nous présentons ci-dessous les scénarios de tests à exécuter. 4.3.1. Scénario ProcessMaker et Zimbra Démarrer une session ProcessMaker pour :  Démarrer nouveau cas ProcessMaker ;  Consulter la boîte de réception des cas ProcessMaker. 4.3.2. Scénario Alfresco et Zimbra Démarrer une session Alfresco pour :  Sauvegarder un document sous Alfresco  Envoyer un document sous Alfresco 4.3.3. Scénario SugarCRM et Zimbra Démarrer une session SugarCRM pour Sauvegarder des contacts sous SugarCRM. 4.4. Exécution du plan de tests 4.4.1. Test intégration ProcessMaker et Zimbra Etape 1 : Après l’ouverture du compte Zimbra, nous pouvons accéder à la Zimlets ProcessMaker comme montre la figure 4.2 : Figure 4.2: Interface client Zimbra 63 Ayoub KOCHBATI
    • ISET de Nabeul 2011 Pour démarrer une session ProcessMaker clique droite sur le Zimlet et choisissez Préférences comme montre la figure 4.3 : Figure 4.3 : Préférences pour ProcessMaker Il faut déjà un compte ProcessMaker valide et active pour le démarrer via Zimbra avec les paramètres tels que Login et mot de passe et l’adresse du serveur ProcessMaker comme montre la figure 4.4 : Figure 4.4: Les paramètres de connexion ProcessMaker Si les paramètres sont corrects alors l’authentification réussie. Un message est affiché pour indiquer le démarrage la session ProcessMaker comme montre la figure 4.5 : Figure 4.5 : Session ProcessMaker démarré Etape 2 : Maintenant nous pouvons commencer un nouveau cas ProcessMaker en cliquant sur le bouton droite puis Star New Case comme indique la figure 4.6 : 64 Ayoub KOCHBATI
    • ISET de Nabeul 2011 Figure 4.6 : Démarrer nouvelle cas ProcessMaker Voici une liste des cas qui déjà créer au niveau de serveur ProcessMaker, donc il faut choisir un cas comme montre la figure 4.7 : Figure 4.7: Les cas Processmaker disponible 4.4.2. Test intégration Alfresco avec Zimbra Cette Zimlet enregistre les messages électroniques et leurs pièces jointes dans le référentiel Alfresco. Le Zimlet peut être trouvé dans la liste «Zimlets». Il est affiché comme une disquette icône du disque avec le texte « Enregistrer dans Alfresco» à côté de l'icône comme montre la figure 4.8 : Figure 4.8 : La Zimlet Alfresco 65 Ayoub KOCHBATI
    • ISET de Nabeul 2011 Etape 1 : Il faut déjà un compte Alfresco valide et active pour le démarrer via Zimbra avec les paramètres tels que Login et mot de passe et l’adresse du serveur Alfresco comme montre la figure 4.9 : Figure 4.9 : Les propriétés du serveur Alfresco Etape 2 : Enregistrement d'une conversation : il suffit de glisser et déposer une conversation sur le Zimlet pour l'enregistrer dans Alfresco comme indique la figure 4.10 : Figure 4.10 : Sauvegarde d’un massage dans Alfresco Selon les propriétés sélectionnées avant, il va sauver le dernier message ou tous les Messages d'une conversation. Une boîte de dialogue permet à l'utilisateur de sélectionner un espace et un nom sur le serveur Alfresco. Glisser-déposer un courriel sur le Zimlet ouvre la boîte de dialogue: 66 Ayoub KOCHBATI
    • ISET de Nabeul 2011 Figure 4.11 : boîte de dialogue pour sauvegarde Confirmation : Une fois que l'utilisateur a cliqué sur «enregistrer», un message de confirmation s'affiche, suivie les noms des fichiers sauvegardés, ou un message d'erreur si elle a échoué comme montre la figure 4.12 : Figure 4.12 : Massage de confirmation 4.4.3. Test intégration SugarCRM avec Zimbra Etape 1 : Il faut déjà un compte SugarCRM valide et active pour le démarrer via Zimbra avec les paramètres tels que Login et mot de passe et l’adresse du serveur SugarCRM comme montre la figure 4.13 : Figure 4.13 : Les propriétés du serveur SugarCRM 67 Ayoub KOCHBATI
    • ISET de Nabeul 2011 Etape 2 : Maintenant dans le menu « Carnet d’adresses », nous pouvons choisir un contact pour l’importation vers SugarCRM come montre la figure 4.14 : Figure 4.14 : les contacts du serveur Zimbra Maintenant cliquez sur Import pour importé le contact: Figure 4.15 : Contact impotré Une fois le contact est importé, un message est affiché pour indiquer que l’importation est réussie comme montre la figure 4.16 : Figure 4.16 : Message de confirmation 68 Ayoub KOCHBATI
    • ISET de Nabeul 2011 Maintenant nous pouvons vérifier le contact dans le serveur SugarCRM comme indique la figure 4.17 : Figure 4.17: Vérification d’importation au niveau SugarCRM 4.5. Conclusion Dans ce dernier chapitre, nous avons présenté la partie tests et validation, nous avons tout d’abord proposé l’architecture des tests, puis nous avons dégagé et interprété les résultats obtenus. 69 Ayoub KOCHBATI
    • ISET de Nabeul 2011 Conclusion générale Les outils de travail collaboratif doivent être combinés de manière à répondre dans leurs totalités à une situation donnée, notamment face aux résultats attendus et aux moyens à mettre en œuvre pour y parvenir. Il n'existe pas une solution parfaite à toute situation, cela donc va dépendre de plusieurs facteurs : le résultat attendu, l'architecture du réseau, la nature des serveurs et des services de messagerie et les droits attribués à l'outil de travail collaboratif lui-même. Dans ce contexte, notre solution consiste à mettre en place une plateforme de travail collaboratif au niveau du système d’information de l’entreprise d’accueil Luniweb basée sur Zimbra. Nous avons intégrés dans cette plateforme différents composants à savoir OpenLDAP, Alfresco, ProcessMaker, SugarCRM. Nous pouvons poursuivre notre travail en ajoutant d’autres composants pour améliorer le travail au sein de l’entreprise. En effet, il est possible d’intégrer au niveau de Zimbra d'autres outils open source comme les outils de la gestion de la relation client (GRC) et les outils de la gestion électronique d'informations et de documents (GED). 70 Ayoub KOCHBATI
    • ISET de Nabeul 2011 Bibliographie [1] http://fr.wikipedia.org/wiki/IChat [2] http://www.mirc.com/ [3] http://fr.wikipedia.org/wiki/NetMeeting [4] http://www.ivisitfr.com/ivisit/ [5] http://fr.wikipedia.org/wiki/Lotus_Notes [6] http://fr.wikipedia.org/wiki/Microsoft_Project [7] http://fr.wikipedia.org/wiki/Microsoft_Exchange_Server [8] http://fr.wikipedia.org/wiki/Lotus_Notes [9] http://www.gestion-ressources.com/site/content/zimbra http://www.starxpert.fr/spip/Decouvrir-Zimbra [10] Zimbra Forum France http://www.starxpert.fr/zimbraforumfrance/presentations/ZimbraForumFrance_StarXpertI ntegrationAuSI.pdf [11] http://www.versusmind.eu/Zimbra [12]https://zimbra.inria.fr/zimbra/help/fr/advanced/Getting_Started/about_liquid_mail.ht ml [13] PowerPoint Presentation - Zimbra Collaboration Suite http://www.enovance.com/ZimbraEnovanceOpenDay-May2009.pdf [14] Zimbra_vs_Exchange.pdf http://www.starxpert.fr/spip/squelettes/form_zimbra_exchange.php http://www.oasiswork.fr/faq/zimbra-6-vs-exchange-2007 [15] http://en.wikipedia.org/wiki/Comparison_of_e-mail_clients [16] Zimbra_(Extrait-du-livre).pdf http://www.editions-eni.fr/_Download/fb8809a5-2f00-4bf0-a1da2a92473d160c/Zimbra_(Extrait-du-livre).pdf [17] http://www.sugarcrm.com/crm/fr 71 Ayoub KOCHBATI
    • ISET de Nabeul 2011 [18] http://fr.wikipedia.org/wiki/Alfresco [19] http://fr.wikipedia.org/wiki/ProcessMaker [20] http://fr.wikipedia.org/wiki/OpenLDAP [21] http://fr.wikipedia.org/wiki/Samba_%28informatique%29 [22] http://fr.wikipedia.org/wiki/ProcessMaker [23] http://fr.wikipedia.org/wiki/Alfresco [24] http://www.sugarcrm.com/crm/fr http://www.crm-france.com/ http://fr.wikipedia.org/wiki/SugarCRM [25] http://ekiga.org/ [26] http://www.framasoft.net/article4608.html [27] L. Piechocki, Uml en français, 2002, disponible sur : http://laurent-piechocki.developpez.com/uml/tutoriel/lp/ [28] http://www.ubuntu.fr/ [29] http://www.debian.org/releases/lenny/ [30] http://www.microsoft.com/downloads/fr-fr/details.aspx?FamilyID=b6e99d4c-a40e4fd2-a0f7-32212b520f50 [31] http://www.sybase.fr/products/modelingdevelopment/poweramc [32] http://www.virtualbox.org/ [33] http://www.zimbra.com/downloads/os-downloads.html [34] http://mguessan.free.fr/nt/openldap.html http://www.openldap.org/ [35] http://processmaker.com/processmaker-bpm [36]http://www.ebancel.com/tutoriel_processmaker.php?PHPSESSID=020b5d887e628d147 562aeacde4cbf9d [37] http://wiki.alfresco.com/wiki/Download_Community_Edition [38] http://www.sugarcrm.com/crm/fr [39] http://fr.wikipedia.org/wiki/LinkedIn [40] http://fr.wikipedia.org/wiki/WebEx 72 Ayoub KOCHBATI
    • ISET de Nabeul 2011 Glossaire ………………………………………. A ………………………………………………. AJAX (Asynchronous Javascript And XML) AMP (Apache MySQL PHP) ………………………………………. B ………………………………………………. BPM (Business Process Management) BIND (Berkeley Internet Name Daemon, parfois Berkeley Internet Name Domain) ………………………………………. C ………………………………………………. CRM (Customer Relationship Management) CMS (Gestion de Contenu Web) ………………………………………. E ………………………………………………. ECM (en anglais Enterprise Content Management) ………………………………………. F ………………………………………………. G ………………………………………………. FTP (File Transfer Protocol) ………………………………………. GED (Gestion électronique des documents) ………………………………………. I ………………………………………………. IMAP (Internet Message Access Protocol) ………………………………………. L ………………………………………………. LDAP (Lightweight Directory Access Protocol) LMTP (Locale Mail Transfer Protocol) ………………………………………. M ………………………………………………. MAPI (Messaging Application Programming Interface) MTA (Mail Transfer Agent) MDA (Mail Delivery Agent) ………………………………………. O ………………………………………………. OMG (Object Management Group) ………………………………………. P ………………………………………………. PHP (Hypertext Preprocessor) POP3 (Post Office Protocol) PDA (Personal Digital Assistant) 73 Ayoub KOCHBATI
    • ISET de Nabeul ………………………………………. 2011 S ………………………………………………. SSL (Secure Sockets Layer) SMTP (Simple Mail Transfer Protocol) SMB (Server Message Block) SaaS (en anglais le Software as a Service) SEO (en anglais, Search Engine Optimization) SEM (en anglais, Search Engine Marketing) SAN (Storage Area Network) SOAP (Simple Object Access Protocol) SSO (ou identification unique ; en anglais Single Sign-On) ………………………………………. T ………………………………………………. TCO (Total Cost of Ownership) TCP (Transmission Control Protocol) littéralement, « protocole de contrôle de transmissions ») ………………………………………. U ………………………………………………. UML (Unified Modeling Language) ………………………………………. Z ………………………………………………. Zimbra Collaboration Suite (ZCS) 74 Ayoub KOCHBATI
    • ISET de Nabeul 2011 Annexe A A.1. Zimbra Pré-requis  Zimbra contenant de nombreuses sous-applications et dépendances,  Il est fortement recommandé de ne rien installer d'autre sur le même serveur,  Privilégiez la RAM plutôt que la puissance CPU : minimum 4 GB, idéalement 6 ou 8  Configurez préalablement un serveur DNS avec un MX record pointant sur votre futur serveur  Si vous êtes dans un réseau privé, configurez en plus un DNS interne avec les adresses IP internes.  Un fichier /etc/hosts ne suffit pas Suppression des services inutiles update-rc.d -f exim4 remove ps aux | grep exim /etc/init.d/exim4 stop Ajout des paquets pré-requis et recommandés apt-get install sysstat apt-get install libstdc++5 apt-get install libstdc++6 apt-get install libgmp3c2 apt-get install curl apt-get install libtie-ixhash-perl apt-get install libexpat1 apt-get install libxml2 apt-get install libpcre3 apt-get install libidn11 apt-get install libperl5.10 apt-get install libltdl3 apt-get install sudo Configurer les hôtes apt-get install openssh-server apt-get install fetchmail Vérifiez install rsyslog apt-getdans /etc/hosts que le nom pleinement qualifié apparaisse en premier : apt-get install cabextract Nom de machine: zimbra Nom du domaine: iset.com Adresse de serveur: 192.168.0.100 A.2. Installer le serveur Zimbra Adresse de passerelle par défaut: 192.168.0.1 75 Ayoub KOCHBATI
    • ISET de Nabeul 2011 Allez sur www.zimbra.com/downloads/os-downloads.html et vérifiez la version courante, à remplacer ci-dessous : Version 7.1.0 wget http://files2.zimbra.com/downloads/7.1.0_GA/zcs7.1.0_GA_3140.DEBIAN5.20110329135356.tgz tar xvzf zcs* cd zcs* ./install.sh Il suffit ensuite de suivre les instructions pas à pas ... Installing packages zimbra-core......zimbracore_7.0.0_GA_2462.DEBIAN5.0_i386.deb... zimbra-ldap......zimbraldap_7.0.0_GA_2462.DEBIAN5.0_i386.deb...done zimbra-logger......zimbralogger_7.0.0_GA_2462.DEBIAN5.0_i386.deb...done zimbra-mta......zimbramta_7.0.0_GA_2462.DEBIAN5.0_i386.deb...done zimbra-snmp......zimbrasnmp_7.0.0_GA_2462.DEBIAN5.0_i386.deb...done zimbra-store......zimbrastore_7.0.0_GA_2462.DEBIAN5.0_i386.deb... zimbra-apache......zimbraapache_7.0.0_GA_2462.DEBIAN5.0_i386.deb...done zimbra-spell......zimbraspell_7.0.0_GA_2462.DEBIAN5.0_i386.deb...done Operations logged to /tmp/zmsetup.010019000000138937840.log Setting defaults...No results returned for A lookup of zimbra.iset.com Checked nameservers: 192.168.0.100 DNS ERROR resolving zimbra.iset.com It is suggested that the hostname be resolveable via DNS Change hostname [Yes] iset.com 76 Ayoub KOCHBATI
    • ISET de Nabeul 2011 Attention : il faut changer le domaine proposé par défaut : zimbra.iset.com -- > iset .com L'installalation continue Je vais mettre un mot de passe à l'admin: Store configuration 1) Status: Enabled 2) Create Admin User: yes 3) Admin user to create: admin@zimbra.iset.com *4) Admin Password UNSET 5) Enable automated spam training: yes 6) Spam training user: spam.niup_i62q@zimbra.iset.com 7) Non-spam(Ham) training user: ham.nv__zr3t@zimbra.iset.com 8) Global Documents Account: wiki@zimbra.iset.com 9) SMTP host: zimbra.iset.com 10) Web server HTTP port: 80 11) Web server HTTPS port: 443 12) Web server mode: http 13) IMAP server port: 143 14) IMAP server SSL port: 993 15) POP server port: 110 16) POP server SSL port: 995 17) Use spell check server: yes 18) Spell server URL: http://zimbra.iset.com:7780/aspell.php 19) Configure store for use with reverse mail proxy: FALSE 20) Configure store for use with reverse web proxy: FALSE Select, or 'r' for previous menu [r] 4 Password for admin@zimbra.iset.com [UX7tkqorO] ****** 77 (min 6 characters): Ayoub KOCHBATI
    • ISET de Nabeul 2011 Vous pouvez accéder à l'interface web d'administration via https://iset.com:7071/zimbraAdmin/ ou https://192.168.0.100:7071/zimbraAdmin/ Connectez-vous avec le nom d'utilisateur "admin" (sans les guillemets) et le mot de passe que vous avez affecté au cours de l’installation. Figure A.1: Authentification Zimbra 78 Ayoub KOCHBATI
    • ISET de Nabeul 2011 Annexe B B.1. OpenLDAP et Samba OpenLDAP On commence l’installation par le traditionnel apt-get apt-get install slapd ldap-utils Le serveur est fonctionnel, on va tous de même installer une interface de gestion en PHP : apt-get install phpldapadmin L’interface sera accessible via l’url http://192.168.0.101/phpldapadmin Figure B.1: Interface OpenLDAP Figure B.2 : Authentification OpenLDAP 79 Ayoub KOCHBATI
    • ISET de Nabeul 2011 Loguez vous avec le login est cn=admin,dc=iset,dc=com, le pass est celui que vous avez généré tous à l’heure. B.2. Samba monserveur:~# aptitude install samba-doc monserveur:~# gunzip -c /usr/share/doc/sambadoc/examples/LDAP/samba.schema.gz > /etc/ldap/schema/samba.schema On édite ensuite le fichier de configuration /etc/ldap/slapd.conf pour qu'il prenne en charge ce nouveau schéma : monserveur:~# vi /etc/ldap/slapd.conf On rajoute la ligne qui contient samba.schema à la fin de la série des "include" : # Schema and objectClass definitions include /etc/ldap/schema/core.schema include /etc/ldap/schema/cosine.schema include /etc/ldap/schema/nis.schema include /etc/ldap/schema/inetorgperson.schema include /etc/ldap/schema/samba.schema C'est fait. Pour terminer, on redémarre le service LDAP : monserveur:~# /etc/init.d/slapd restart Installation des paquets samba monserveur:~# aptitude install samba smbclient smbfs smbldap-tools 80 Ayoub KOCHBATI
    • ISET de Nabeul 2011 Répondre aux questions suivantes : Nom du domaine ou groupe de travail : ISET Voulez vous chiffrer les mots de passe : Oui Modifier smb.conf pour utiliser les paramètres WINS fournis par DHCP : Non Comment voulez-vous lancer Samba : Démon Faut-il créer une base de données /var/lib/samba/passdb.tdb : Non (voir note ci dessous) Note : si on répond Oui à la dernière question, le programme d'installation de Samba va importer tous les comptes locaux déjà présent dans /etc/passwd. Ca inclut les comptes comme root, daemon, nobody, www-data, game, etc. Sur un serveur fraichement installé, il vaut mieux répondre Non. On pourra les rajouter à la main plus tard en cas de besoin. Une fois l'installation terminée, on arrête samba car on n'a pas terminé la configuration. monserveur:~# /etc/init.d/samba stop 81 Ayoub KOCHBATI
    • ISET de Nabeul 2011 Annexe C C.1. Installation ProcessMaker Requirements Serveur:  Apache 2.2.3 ou plus, avec les modules suivants ont permis: o deflate o expires o rewrite o vhost_alias  MySQL 5.1.6 or greater  PHP 5.1.6 or greater Client:  Mozilla Firefox (recommandé) ou Internet Explorer version 7 ou supérieure Note: Bien que ProcessMaker peut se connecter à d'autres bases telles que Oracle, SQL Server et PostgreSQL, MySQL doit être installé pour stocker des informations sur les processus, les utilisateurs et les rapports. Installer MySQL, PHP, Apache Si la pile LAMP n'est pas déjà installé, ouvrir un shell en allant dans Applications> Accessoires> Terminal. Sur la ligne de commande, basculez vers l'utilisateur "root" et entrez: apt-get apt-get apt-get apt-get apt-get apt-get apt-get apt-get apt-get 82 install install install install install install install install install mysql-server php5 apache2 php5-mysql php5-gd php5-ldap php5-curl php5-cli php5-mcrypt Ayoub KOCHBATI
    • ISET de Nabeul 2011 Install SSH Server and PhpMyAdmin Pour installer le serveur OpenSSH et phpMyAdmin: apt-get install openssh-server phpmyadmin Si on vous demande qui de serveurs Web PhpMyAdmin devrait utiliser, appuyez sur la barre d'espace pour sélectionner "apache2": Figure C.1 : Configuration PhpMyAdmin C.2. Installation de ProcessMaker Aller à http://sourceforge.net/projects/processmaker/files et télécharger une archive récente de ProcessMaker, qui devrait être nommée ProcessMaker-2.XX.tar.gz. Les versions sont numérotées selon le modèle majeur.mineur-REVISION, tels que "de 2,0 à 8". Les versions bêta aura le mot «bêta» ajouté au numéro de version. Une fois le téléchargement terminé, décompressez l'archive dans le répertoire où sera installé ProcessMaker. ProcessMaker peut être installé dans n'importe quel répertoire qui n'est pas accessible au public à l'internet (il ne faut pas l'installer dans / var / www), mais il est généralement installé dans / opt, puisque c'est un programme facultatif qui ne proviennent pas du dépôt standard: tar -C /opt -xzvf processmaker-2.X-X.tar.gz Vérifiez que ProcessMaker a été correctement décompressé: 83 Ayoub KOCHBATI
    • ISET de Nabeul 2011 ls /opt/processmaker Le répertoire ProcessMaker doit contenir le contenu suivant: gulliver LICENSE.txt processmaker processmaker.bat rbac README.txt shared workflow Définir les permissions de fichiers Ensuite, exécutez les commandes suivantes en tant que l'utilisateur "root" de telle sorte que ProcessMaker pouvez accéder aux fichiers nécessaires lorsqu'il est exécuté par le serveur Apache: cd /opt/processmaker chmod -R 770 shared cd /opt/processmaker/workflow/engine/ chmod 770 config content/languages plugins xmlform js/labels chown -R www-data:www-data /opt/processmaker Mise en place ProcessMaker Ouvrez un navigateur Web et saisissez l'adresse IP (et numéro de port si vous n'utilisez pas le port 80 par défaut) où ProcessMaker est installé. Par exemple, si ProcessMaker est installé à l'adresse 192.168.10.103, puis allez à: http://192.168.10.103 Si vous utilisez ProcessMaker qui est installé localement sur le port 8080, allez à: http://127.0.0.1:8080 La page de configuration d'installation devrait apparaître à l'installation ProcessMaker. Si la page par défaut d'Apache apparaît, puis la première à le désactiver et réessayer. 84 Ayoub KOCHBATI
    • ISET de Nabeul 2011 Figure C.2: Configuration d'installation Dans la page de configuration, entrez le nom d'utilisateur et mot de passe pour accéder à MySQL. Cela devrait être un utilisateur comme "root" qui a des privilèges de créer de nouvelles bases de données MySQL. Cliquez sur le bouton Test pour vérifier que ProcessMaker est correctement configuré. Coches verte indique que les paramètres de fonctionner correctement: 85 Ayoub KOCHBATI
    • ISET de Nabeul 2011 Figure C.3 : Configuration terminé Pour modifier un réglage après avoir cliqué sur Test, cliquez sur Réinitialiser. Pour modifier le nom d'utilisateur et mot de passe d'administrateur par défaut, sélectionnez l'option dans la section Configuration ProcessMaker. Une fois tous les paramètres sont correctement configurés cliquez sur Installer pour installer ProcessMaker. L'écran d'installation doit indiquer le succès. 86 Ayoub KOCHBATI
    • ISET de Nabeul 2011 Figure C.4: Modification du réglage Cliquez sur Terminer l'installation, pour rediriger vers l'écran de connexion ProcessMaker. Entrez le nom d'utilisateur «admin» et le mot de passe «admin»et le nom d'espace de travail, qui est par défaut "workflow". Une fois connecté en tant qu'administrateur, les nouveaux utilisateurs et les processus peuvent être créés dans ProcessMaker. Pour vous connecter avec un espace de travail, autre langue ou de la peau, voir la section Connexion. 87 Ayoub KOCHBATI
    • ISET de Nabeul 2011 Figure C.5 : Authentification ProcessMaker 88 Ayoub KOCHBATI
    • ISET de Nabeul 2011 Annexe D D.1. Installation Alfresco  Téléchargez l'un des fichiers d'installation suivants alfresco-community-3.4.d-installer-linux-x64.bin alfresco-community-3.4.d-installer-linux-x32.bin  Exécutez le fichier téléchargé  Dans le programme d'installation - Alfresco Community fenêtre, cliquez sur Suivant.  Sélectionnez la langue d'installation. Ceci définit la langue à utiliser pour le reste de l'assistant d'installation.  Dans la fenêtre Sélection des composants, sélectionnez les composants que vous souhaitez installer. Décochez les composants que vous ne souhaitez pas installer. Vous pouvez choisir parmi les éléments suivants: .SharePoint .Records Management .Web Quick Start .Web Project Management (AVM) .Quickr Connector Support .OpenOffice Les composants suivants sont installés par défaut et vous ne pouvez pas désélectionner: .MySQL .Java .Alfresco  Cliquez sur Suivant.  Dans la fenêtre Type d'installation, vous pouvez choisir entre: 89 Ayoub KOCHBATI
    • ISET de Nabeul 2011 .Easy - installe les serveurs Alfresco avec les paramètres de configuration par défaut .Advanced - installe Alfresco avec les ports du serveur configurable et les propriétés de service Cliquez sur Suivant pour choisir l'option par défaut Easy type d'installation.  Dans la fenêtre du dossier d'installation, cliquez sur Suivant pour accepter l'emplacement par défaut. Par exemple, l'emplacement par défaut est /opt/alfresco  Dans la fenêtre d'installation de base de données, vous pouvez choisir de: .Utilisez la base de données MySQL, qui est installé avec Alfresco, Ou .Utilisez une instance de base de données existante Choisissez la base de données MySQL, puis cliquez sur Suivant.  Dans la fenêtre de vérification des pouvoirs MySQL, tapez un mot de passe root pour la base de données MySQL intégré. Répétez le mot de passe, puis cliquez sur Suivant. Le mot de passe MySQL est créé.  Dans la fenêtre mot de passe Administrateur, tapez un mot de passe. Répétez le mot de passe, puis cliquez sur Suivant. Ceci définit le mot de passe pour le compte d'utilisateur Administrateur Alfresco (admin).  Dans la fenêtre Prêt à installer, cliquez sur Suivant. La fenêtre Installation, montrant la progression de l'installation.  Dans la page Fin de l'installation Alfresco Communauté fenêtre de l'assistant, cliquez sur Terminer. Par défaut, lorsque vous cliquez sur Terminer, l'affiche fichier 90 Ayoub KOCHBATI
    • ISET de Nabeul 2011 Readme. Cliquez sur OK. Le démarrage du serveur Alfresco et Alfresco Share lance dans votre navigateur par défaut. Si vous ne voulez pas lire le fichier Readme, décochez la case. En outre, si vous ne voulez pas commencer à Alfresco à ce stade, décochez la case Lancer Alfresco Community Partagez maintenant? case à cocher. 91 Ayoub KOCHBATI
    • ISET de Nabeul 2011 Annexe E E.1. Installation SugarCRM Installation du serveur de base de données MySQL Connectez-vous en tant qu'utilisateur root sur le shell sur votre serveur. Installez MySQL: apt-get install mysql-server mysql-client Exécutez la commande suivante pour définir le mot de passe root MySQL mysqladmin -u root password yourrootsqlpassword Créez un utilisateur MySQL et SugarCRM base de données pour: mysql -u root -p Et exécuter les commandes suivantes sur la coque MySQL: CREATE DATABASE sugarcrm; GRANT SELECT, INSERT, UPDATE, DELETE, CREATE, DROP ON sugarcrm.* TO 'sugarcrm'@'localhost' IDENTIFIED BY 'sugarpasswd'; GRANT SELECT, INSERT, UPDATE, DELETE, CREATE, DROP ON sugarcrm.* TO 'sugarcrm'@'localhost.localdomain' IDENTIFIED BY 'sugarpasswd'; FLUSH PRIVILEGES; QUIT; Remplacer le mot sugarpasswd dans les commandes ci-dessus avec un mot de passe de votre choix. 92 Ayoub KOCHBATI
    • ISET de Nabeul 2011 Installation Apache et PHP apt-get install apache2 apache2-doc apache2-mpm-prefork apache2-utils apt-get install libexpat1 libapache2-mod-php5 apt-get install php5-common php5-gd php5-idn php-pear php5-imap apt-get install php5-mcrypt php5-mhash php5-mysql php5sqlite php5-xmlrpc php5-xsl php5-curl Installation SugarCRM mkdir /var/www/crm cd /tmp wget http://www.sugarforge.org/frs/download.php/3103/SugarOS4.5.1e.zip unzip SugarOS-* cd SugarOS-Full-* mv * /var/www/crm/ chown -R www-data:www-data /var/www/crm Démarrez le programme d'installation basé sur le web SugarCRM en ouvrant l'URL dans votre navigateur: http://192.168.0.108/crm/ 93 Ayoub KOCHBATI
    • ISET de Nabeul 2011 Figure E.1: Configuration SugarCRM L'installation est maintenant terminée et l'écran de connexion s'affiche. Vous pouvez vous connecter avec l'identifiant admin et le mot de passe que vous avez choisi ci-dessus. Figure E.2: Authentification SugarCRM 94 Ayoub KOCHBATI