Gustave flaubert  et  madame bovary
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Gustave flaubert et madame bovary

on

  • 5,368 views

 

Statistics

Views

Total Views
5,368
Views on SlideShare
4,940
Embed Views
428

Actions

Likes
0
Downloads
10
Comments
0

3 Embeds 428

http://www.bovarynet.com 307
http://geudensherman.wordpress.com 118
http://www.bovarynetcom.webself.net 3

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Microsoft PowerPoint

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

Gustave flaubert  et  madame bovary Gustave flaubert et madame bovary Presentation Transcript

  • GUSTAVEFLAUBERT Sabrina Muñoz
  • BIOGRAPHIE• Il est né à Rouen en décembre 1821, fils du chirurgien en chef de l’Hôtel-Dieu de Rouen.• Après le baccalauréat, il commence des études de droit.• En 1844, il y renonce en raison d’une maladie nerveuse et s’installe à Croisset en 1846. Il mène alors une vie de solitaire mais habite régulièrement à Paris où il retrouve Louise Colet• En 1849, il voyage en Orient.• À son retour, il commence à écrire Madame Bovary (1857)• Il est poursuivi pour atteinte aux bonnes mœurs, mais il est finalement acquitté.
  • • Après la publication de "Salammbô" (1862), il fréquente les écrivains célèbres de Paris, Les Goncourt, Sainte- Beuve, Théophile Gauthier, George Sand... La critique de "LEducation sentimentale", ouvrage auquel il a consacré sept ans et quil publie en 1869, est très mauvaise• Epuisé, dépité de tout et harcelé par les difficultés financières, il meurt subitement dune hémorragie cérébrale, avant davoir pu finir "Bouvard et Pécuchet".
  • POINT DE VUE LITTÉRAIRE Gustave Flaubert introduit la religion dans ses romans commeAuteur profondément pessimiste un des éléments constitutifs de qui se situe à la charnière du la société méritant un examen romantisme et du réalisme. satirique dans son analyse du ridicule, des abus et des préjugés de son époque Opposé aux dogmes et aux idôles, libre penseur, voire il décrit la réalité avec la plus anticlérical, il napparaît grande objectivité et une cependant pas complètement précision presque scientifique. hostile à la religion dans laquelle il voit un facteur dordre.
  • ŒUVRES PRINCIPALES DE FLAUBERT: SALAMMBOLas dattendre dêtre payés, les mercenaires qui ont combattu Rome pour lecompte de Carthage se sont révoltés. Lun, Mâtho, réussit à sintroduire dansle temple de la ville, et à voler le voile sacré de la déesse lunaire Tanit. Pourse sauver, Carthage fait appel à Hamilcar, mais il est vaincu par les insurgés,rejoints par le Numide NarrHavas.Sur les conseils du grand prêtre, Salammbô, la fille dHamilcar, se rend aucamp des mercenaires et se donne à Mâtho, qui lui restitue le voile de Tanit.Dès ce moment le sort des armes tourne, mais la ville est maintenant privéedeau, Mâtho ayant saboté laqueduc. La pluie ne tombera quaprès unsacrifice denfants, immolés au dieu Moloch.Hamilcar, appuyé par NarrHavas, qui a rejoint le camp de Carthage et sestvu promettre Salammbô, accule ses ennemis dans le défilé de la Hache, oùils mourront de faim. Mathô, capturé, est torturé et Salammbô meurt à lavue de son supplice.
  • http://www.slideshare.net/jydupuis/flaubert-bovaryhttp://www.youtube.com/watch?v=8YdwU4ZR3rE
  • HISTOIRECharles Bovary, fait la rencontre dune jeunefemme, Emma Rouault, élevée dans uncouvent. Après la mort de sa femme, il héritede la fortune. Emma épouse Charles, aprèsavoir été convaincue par son père. Elle seprend à rêver dune vie en adéquation avec sesaspirations naïves de jeune fille grâce à sonmariage.Mais sa vie en couple dégénère rapidementpour devenir insipide et monotone. Arrivele bal donné au château de la Vaubyessard, quimarque une étape déterminante dans la viedEmma, lui laissant entrevoir les charmestentateurs dune vie privilégiée dont elle rêve.
  • Emma sennuie et sombre dans la dépressiontandis que Charles part à Yonville, alors qu’elleest enceinte. Emma nen reste pas moinsécœurée par son mari, qui semble ne pascomprendre ses préoccupations. Elle va selaisser séduire, par Rodolphe. Il se lassera vitedu romantisme de la jeune femme. Cest aprèsêtre tombée malade, à la suite du départ deRodolphe, quelle revoit Léon à un spectacle.Cette deuxième liaison lentraînerafréquemment à Rouen et lobligera à desdépenses excessives.Menacée par une saisie de ses biens et plusseule que jamais, Emma se suicide en absorbantde l’arsenic. Charles découvrira plus tard leslettres échangées avec ses amants. Il finit parmourir de chagrin après lui avoir toutefoispardonné.
  • ANALYSEMadame Bovary recèle des aspects réalistes et desaspects romantiques, comme l’œuvre de Flaubert, quioscille elle-même sans cesse de la grisaille à la couleur,de la terne réalité aux fastes de l’imaginationL’auteur des se situe exactement à la charnière de sonsiècle, héritant du mal du siècle romantique, cettedifficulté à vivre dans un monde borné, il annonce lespleen baudelairien et l’incapacité à s’accommoderd’une existence qui brime l’idéal.Madame Bovary a été profondément influencépar Don Quichote, de Cervantes. Flaubert, pendantquil écrivait le roman, sexclama : « Je retrouve toutesmes origines dans le livre que je savais par cœur avantde savoir lire, Don Quichotte ».
  • Thèmes:La bêtise.Léchec et lennui.Lauteur dans son œuvre, les rapports de la vie et de linvention.La variation du point de vue.Linfluence des lectures.Lucidité et illusion dans le rapport au monde.Axe principal de lecture:Un roman de lIronie. LIronie est présente sous plusieurs formes dans leroman : satire sociale, mais aussi remise en question du langage. Ellerévèle une posture du romancier en face de lart et de la vie. 5 annéesdécriture.
  • Le personnage dEmma.Le plus souvent, elle est décrite à travers le regard dun personnage. Cest lachevelure dEmma qui est son attribut de féminité : elle change en fonction de sesétats dâme. Bandeau lorsquelle est sage « anneaux noirs » de sa chevelurelorsquelle se veut sensuelle.Elle a été éduquée au couvent des Ursulines de Rouen. Cest là que sonimagination senflamme à la lecture des livres romantiques. Mais elle ne retientaucune discipline, elle est «de « tempérament plus sentimental quartiste ». A sasortie du couvent, elle a pris la campagne en dégoût. Elle épouse le premierprétendant quon lui présente, croyant éprouver de lamour.Tout le développement du roman est dans cette situation initiale : une jeune fillerêveuse, sans réelle formation intellectuelle ou morale, exaltée par des lecturesquelle comprend mal, et qui épouse un médiocre destiné à une vie médiocre.Sous cet angle, on peut penser que Madame Bovary est un romandapprentissage.
  • Insatisfaction et désillusion : le bovarysme.Emma balance entre idéal et médiocrité quotidienne. Même dans sesrelations adultères avec Rodolphe et Léon, Emma finit par retrouver lesmêmes déceptions que dans le mariage. La répétition des désillusions accroîtle sentiment déchec. Emma ne croit pas pouvoir trouver le bonheur dans laréalité. Elle naccorde dintérêt quaux êtres de fiction.Le drame dEmma cest de se faire toujours des illusions sur elle-même, sessentiments, de croire quelle vit des sentiments quelle néprouve pas.Elle se conçoit toujours autre quelle nest: cest ce quon nommera lebovarysme.Finalement, la seule véritable expérience authentique que vivra Emma, cestcelle du suicide. Il lui aura fallu affronter lépreuve de la mort pour rencontrerlauthenticité.
  • Style et choix narratifs.La description expressive est particulièrement utilisée : Flaubert nhésite pas à décrireplusieurs fois le même lieu, vu par des personnages différents, dans des circonstancesdifférentes. Cette description apporte un puissant soutien à lanalyse psychologique :une correspondance étroite sétablit entre les sentiments de lhéroïne et lareprésentation de lespace quelle a sous les yeux.Par exemple, le sommeil des choses, les cloportes qui se traînent, la statue abîmée,tout se métamorphose en son équivalent subjectif : les déceptions, lesdécouragements, lennui. A la dégradation du monde correspond la dégradationpsychologique.Flaubert privilégie le discours indirect libre pour traduire la pensée et la psychologiede ses personnages.Le discours indirect libre se reconnaît surtout par le contexte. Pas de verbeintroducteur, pas de marque de subordination ( ni « que » ni « si » ), respect de laconcordance des temps, mais maintien de la ponctuation et marques de modalisation( présence du jugement du narrateur ) par le biais de certains termes : adverbes,adjectifs.Le discours indirect libre exprime un contenu de pensée du personnage et permet aulecteur de se sentir au plus près des pensées du personnage, créant ainsi un « effet deréel ».
  • Portée ironique du texte.Nous savons cependant que ce propos est rapporté par un narrateur qui nepeut considérer Rodolphe comme un être « bon et généreux ». Cest de cedécalage entre ce que dit et pense le personnage, et la vision du monde dunarrateur, que naît la portée ironique du discours rapporté.Cest la grande force du discours indirect libre : il permet de se situer entant que lecteur, à la fois dans et à lextérieur du personnage, de percevoirlenthousiasme dEmma, mais aussi na naïveté. La subjectivité envahit lanarration.Polyphonie du texte.Le style flaubertien se caractérise également par la multiplication des voixnarratives. Lunité du sujet parlant est mise en cause, annonçant lesgrandes orientations narratives du 20e siècle. On ne sait parfois à quiattribuer les remarques, les jugements, les commentaires.
  • Limpersonnalité.Flaubert sest voulu absent de son libre : « Nul lyrisme, pas de réflexion,personnalité de lauteur absente » ( correspondance ).Tout objet peut être digne décriture. « Lauteur dans son œuvre, doitêtre comme Dieu dans lunivers, présent partout, visible nulle part »Ce désir dimpersonnalité de Flaubert provient de sa méfiance à légarddu romantisme. Mais la véritable motivation de Flaubert, cest de viserà luniversel : pour toucher à une généralité plus grande, il fautdépouiller lexpression de ce quelle a de trop personnel. « Pas demonstre, pas de héros ».Par ailleurs, Flaubert répugnait à appartenir à une « école » littéraire : ilnaimait pas les étiquettes, cest pourquoi il sest défendu dappartenir àun quelconque mouvement.Le caractère visionnaire du style de Flaubert dans Madame Bovarycontribue à faire de ce roman une œuvre capitale et fondatrice dont seréclameront nombre de romanciers.
  • BIBLIOGRAPHIEhttp://www.slideshare.net/jydupuis/flaubert-bovaryhttp://www.etudes-litteraires.com/flaubert.phphttp://www.intellego.fr/index.php?PageID=document&blog=1234&document=4494&from=recherchehttp://www.tv5.org/TV5Site/publication/galerie-87-4-Ecouter_un_extrait.htmhttp://www.youtube.com/watch?v=8YdwU4ZR3rEhttp://fr.wikipedia.org/wiki/L%C3%89ducation_sentimentale