Your SlideShare is downloading. ×
cours 15 janvier Gestion de l'info
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×

Introducing the official SlideShare app

Stunning, full-screen experience for iPhone and Android

Text the download link to your phone

Standard text messaging rates apply

cours 15 janvier Gestion de l'info

1,050
views

Published on

cours du vendredi 15 janvier 2010

cours du vendredi 15 janvier 2010


0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
1,050
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
59
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide

Transcript

  • 1. Gestion de l’information
  • 2.  Rappel : L’entreprise est au cœur de flux d’information, elle doit mettre en place d’un processus continu et dynamique destiné à fournir aux personnes concernées les données et informations qui les concernent.  Ce travail consiste à : Collecter - Analyser - Trier - Sélectionner - Diffuser - Organiser - Traiter - Classer -Archiver
  • 3.  Pour cela elle met en place un système d’information : c’est l’ensemble des moyens (organisation, acteurs, procédures, systèmes informatiques) nécessaires au traitement et à l’exploitation des informations dans le cadre d’objectifs définis au niveau de la stratégie de l’établissement, des métiers, de la réglementation
  • 4. L’importance des informations varient selon leur nature :  Certaines supportent et prouvent l'activité de l'entreprise. Elles peuvent être réclamées par des administrations, des tribunaux ou autres tiers en cas de contrôles ou de litiges : bons de commande, bons de livraison, factures, fiches de pointage, bulletins de salaire, notes de frais, etc. Ces informations doivent être classées et restées accessibles. C'est une obligation légale.  D'autres ne font pas l'objet d'obligations légales, mais sont tout aussi importantes pour l'existence, le développement ou la survie de la société. Elles concernent la veille concurrentielle, la recherche, la stratégie commerciale, le service après-vente, les avis ou réactions des clients, etc.
  • 5. Exercice 2 : vous travaillez dans une PME en cosmétiques. Pour chaque information annoncé à la radio aux infos de 08h et décrite ci-dessous, dire si elle concerne l’entreprise ou pas et dans quels cas elle est susceptible de la concerner.  Augmentation du taux interbancaire de la Banque de France  Un médiateur est nommé pour aider les petites entreprises qui ne parviennent pas à obtenir des crédits auprès des banques  Un accident de la circulation sur l’autoroute A1 a fait 5 morts  Le coût des matières premières vient d’augmenter de 5%  Augmentation du prix du pétrole  Les derniers chiffres officiels du ministre de l’Intérieur démontrent une baisse de la délinquance  Football, ligue 1 : Bordeaux bat l’OM 3-1  La commission santé de la DASS décide d’accroître les contrôles sanitaires sur les produits cosmétiques  Suite au refus de l’Europe d’importer de la viande des USA, le gouvernement américain décide de mettre une taxe de 10% sur l’importation des produits cosmétiques  La TVA sur les travaux de rénovations des résidences principales à 5,5 % est prolongée
  • 6. Information Concerne Dans quel cas l’entreprise Augmentation du taux interbancaire de la Banque de France Oui En cas de prêt, les taux vont baisser. Un médiateur est nommé pour aider les petites entreprises Oui En cas de difficulté, le médiateur qui ne parviennent pas à obtenir des crédits auprès de leur peut être utilisé pour obtenir des banque. prêts. Un accident de la circulation sur l’autoroute a fait 5 morts Non Le coût des matières premières vient d’augmenter de 5 % Oui mais L’entreprise peut être concernée selon les matières premières qu’elle utilise. Augmentation du prix du pétrole Oui Le coût des transports va augmenter. Le coût de certains produits chimiques utilisés risque d’augmenter.. La délinquance a diminué Non Bordeaux a battu L’OM 3-1 Non La commission santé de la DASS décide d’accroître les Oui Les contrôles sanitaires sur les contrôles sanitaires sur les cosmétiques. produits fabriqués peuvent augmenter. Suite au refus de l’Europe d’importer la viande de boeuf des Oui Uniquement si l’entreprise exporte à USA, le gouvernement décide de mettre une taxe de 10 % destination des USA. sur l’importation des cosmétiques aux USA. La TVA sur les travaux de rénovation des résidences Non principales à 5,5 % est prolongée.
  • 7. Les caractéristiques, qualités et fonction de l’information  Fonction, utilité et pertinence : une information peut être technique, commerciale, financière… Son importance dépende de sa fonction, de son utilité et de sa pertinence pour la société. Ex. : prix du kilo de sucre est une information pertinente et utile pour une pâtisserie. A contrario, le prix du kilo d’acier n’est ni pertinent ni utile ! Une information pertinente enrichit le système d’information et concourt aux prises de décision. Ex. : la connaissance de la quantité en stock permet de prendre une décision concernant les réapprovisionnements.
  • 8. Les caractéristiques, qualités et fonction de l’information  Forme du support : une information peut être auditive, visuelle, sous une forme imprimée ou numérique. La collecte, le traitement, les stockages doivent être adaptés à la nature de l’information et à son support.  Type de présentation : une information peut être numérique, alphabétique, qualitative, quantitative. Le type de la donnée conditionne son stockage et son traitement. Une quantité peut être utilisée pour des calculs, ce n’est pas le cas d’une donnée quantitative.
  • 9. Les caractéristiques, qualités et fonction de l’information  Qualité : une information peut être élémentaire (un prix) ou élaborée (prix à payer). Elle peut être brute ou codée. Enfin elle doit être fiable, sûre et pertinente. Il est impératif de mettre en place des moyens pour contrôler cette fiabilité et de définir les sources.  Coût : une information à un coût de collecte (saisie par ex.), de traitement (logiciels), de stockage (supports) et de diffusion (plaquette imprimée, intranet,…).
  • 10. DONNÉES, INFORMATIONS, CONNAISSANCES ET DOCUMENTS  Les entreprises sont confrontées à une multiplication des documents (papier ou informatiques) qu'elles doivent organiser, gérer, traiter, classer puis archiver. Ce travail impose une réflexion sur les données, les outils et les procédures à mettre en œuvre pour en rendre la gestion efficace.  Pour que le système d'information et de communication de l'entreprise reste efficace et pertinent, il est important de veiller à ne pas le saturer d'informations et de documents inutiles qui font perdre du temps et représentent des coûts pour la société.
  • 11. Quelques notions préalables  Donnée: une donnée brute est inintelligible, si elle n'est pas reliée à un contexte qui lui donne du sens. Ex.: le chiffre 5 est un simple nombre.·  Information: une information est une donnée qui a du sens. Ex.: 5 heures prend du sens et devient une information.·  Connaissance: une information reliée à d'autres informations devient une connaissance. Ex.: rendez-vous à 5 heures dans le bureau du directeur de la société.  Document: un document est un support d'informations. Une information orale peut être facilement déformée ou oubliée. Pour éviter ces dysfonctionnements, la plupart des informations sont transférées sur un document papier ou numérique.
  • 12.  Conséquence : une donnée n'a de sens que si elle devient information et une information n'a de valeur que si elle participe à une connaissance. Il est donc inutile d'accumuler des données ou des informations qui ne conduisent pas à une connaissance pertinente et utile  Nécessité de mettre en place un système documentaire organisé
  • 13. Plan : Les objectifs de la documentation Les fonctions documentaires L’organisation du service documentaire
  • 14. 1. les objectifs de la documentation La fonction « documentation » aura pour effet d'assurer une meilleure efficacité au système d'information en le dotant des avantages inhérents à tout système d'information organisé, à savoir en premier lieu: - exhaustivité de l'information; - fiabilité de l'information; - nouveauté de l'information; - rapidité de l'information.
  • 15. Nécessité d’un système documentaire Un organisme dispose obligatoirement d'un système documentaire puisqu'il gère différents documents et informations. Voici quelques exemples :  la documentation technique liée aux produits et aux services (fiches techniques, cahier des charges...) ;  la documentation sociale liée à la gestion des ressources humaines (fiches de paye, contrats de travail, planning des congés...) ;  la documentation commerciale (plaquette, conditions générales de vente, bon de commande...) ;  la documentation administrative et financière (notes de services, documents comptables...).
  • 16. Nécessité d’un système documentaire Le système documentaire d'une entreprise joue donc un rôle essentiel par de nombreux aspects :  c'est la mémoire de l'entreprise, il permet de, pérenniser son savoir-faire ;  c'est un outil de travail, il permet de disposer de documents à jour, au lieu et au moment appropriés ;  il exprime la bonne organisation de l'entreprise par une formalisation de ses activités ;  il donne confiance au client en lui permettant de constater que l'entreprise est bien structurée ;
  • 17. Nécessité d’un système documentaire  c'est un outil d'initiation et de formation interne ;  il permet d'influencer le comportement interne (amélioration de la cohérence, de l'efficacité) ;  il réduit ainsi les interférences inopinées dans les activités des col-lègues de travail ;  il permet, selon le cas, de créer, d'améliorer ou de restructurer la culture d'entreprise ;  il donne l'occasion de passer en revue et d'analyser la pertinence et l'efficience des actions de routine (ré ingénierie) ;  c’est un guide auquel les employés peuvent se référer pour faciliter leurs tâches.
  • 18. 2. Les fonctions documentaires  Les fonctions d'un service de documentation s'articulent autour des quatre opérations de base des systèmes tertiaires, à savoir : - saisie, élaboration, traitement de l'information; - multiplication; - transmission ; - mémorisation (stockage et restitution).  Ces opérations de base sont explicitées tout au long de ce que l'on appelle la chaîne documentaire.
  • 19.  Le schéma ci-après montre l'enchaînement des diverses actions documentaires depuis le point de départ (c'est-à-dire l'analyse des besoins), jusqu'à l'ultime étape qui permet de boucler la boucle: le contrôle du système ou feed-back.  Les fonctions documentaires peuvent être également réparties, comme dans tout système, en « opérations d'entrée », « opérations de traitement» et « opérations de sortie ».  L'analyse des fonctions documentaires va nous montrer que l'on arrive à ce que l'on peut appeler « l'iceberg documentaire» : en effet, neuf dixièmes du travail du documentaliste ressortent d'opérations d'entrée ou d'opérations de traitement, travail indispensable au fonctionnement du système. Or, seules les opérations « de sortie », c'est-à dire les opérations de diffusion de l'information, apparaissent aux yeux de l'utilisateur final.  Sans doute doit-on voir dans ce phénomène l'une des principales causes aux problèmes rencontrés par les documentalistes dans la reconnaissance de leur fonction.
  • 20. Analyse des  Recherche des  Acquisitions  besoins sources   Contrôle et Sélection évaluation   Produits et La chaîne documentaire Enregistrement services   Diffusion Catalogage  Stockage :  Analyse :  Mémorisation des Condensation informations Indexation Classements des documents
  • 21.  La chaîne documentaire comporte dix opérations successives articulées entre elles : Analyse des besoins - Recherche des sources - Acquisitions - Sélection – Enregistrement – Catalogage -Analyse : indexation et condensation -Stockage : mémorisation de l’information et Classement des documents - Diffusion -Produits et services - Contrôle et évalauation
  • 22.  2.1 L'analyse des besoins  C'est la première tâche du documentaliste. Première tâche, car c'est elle qui ouvre la chaîne documentaire, mais aussi parce que c'est une tâche primordiale qui oriente l'ensemble du travail du documentaliste. En dehors des analyses en profondeur, le documentaliste, dans son rôle de communicateur ou de« transmetteur d'information », sera toujours à l'écoute des besoins renouvelés de ses utilisateurs. Le documentaliste est un « médiateur» entre le «fournisseur d'information» et le «consommateur».
  • 23.  2.2 Recherche des sources  La recherche des sources constitue la deuxième opération documentaire et va conduire à la constitution des premiers fichiers, et aux premières acquisitions: fichiers des sources et acquisition de répertoires de bibliothèques et centres de documentation, annuaires, liste de bases de données accessibles, etc.  Dans certains cas très spécifiques, cette opération constituera la seule fonction du centre de documentation. C'est le cas en particulier des centres d'orientation, organismes chargés d'aiguiller vers les centres compétents la demande de l'utilisateur.
  • 24.  2.3 Acquisition  Cette opération va permettre au documentaliste de constituer son fonds documentaire. C'est ce qui permettra l'obtention du document, parfois difficilement, pour le compte de l'utilisateur.  Les acquisitions se font: - par achat (achat unitaire, abonnement ou cotisation) ; - par échange avec les publications d'un centre ou d'un organisme; - par don reçu.  Avec l'interrogation de plus en plus fréquente des bases de données par l'utilisateur final, la fourniture des documents primaires devient une fonction de plus en plus importante.  Le déchargement des documents numériques, dans le respect des droits d'auteurs, est devenu un élément essentiel dans les acquisitions, de même que les abonnements aux revues électroniques.
  • 25.  2.4 Sélection  Cette opération est une des plus délicates de la chaîne documentaire. En effet, le documentaliste ne peut traiter la totalité des documents qui transitent dans son service, certains d'ailleurs sont même complètement inutiles. Il doit donc choisir, en fonction des besoins des utilisateurs et des objectifs du centre de documentation, les documents qui feront l'objet d'un traitement documentaire. Mais qui dit choix, dit risque. Tous les documentalistes font l'expérience du document rejeté et impérativement demandé le lendemain.
  • 26.  2.5 Enregistrement  Il s'agit ici d'une opération de caractère purement administratif ayant pour but de dresser un inventaire des documents entrés dans le service documentation.  L'enregistrement consistera donc, d'une part, en la tenue à jour du fichier d'inventaire dans lequel seront inscrits les ouvrages avec leur numéro chronologique d'entrée, et d'autre part, en l'opération de « bulletinage». Cette opération permet de contrôler l'arrivée de chaque fascicule de périodiques (ou bulletins) et de suivre la régularité des abonnements. La fourniture des revues sous forme électronique facilite largement cette tâche.
  • 27.  2.6 Catalogage  Le catalogage, opération effectuée depuis toujours dans les bibliothèques, consiste en la description physique du document (description du contenant). Le catalogage définit les références bibliographiques d'un document, références qui permettront dans le traitement ultérieur de l'individualiser, et à l'utilisateur de localiser le document.
  • 28.  2.7 Analyse  L'analyse documentaire est l'opération clef dans la chaîne documentaire. C'est elle qui conditionne la qualité du système documentaire.  L'analyse documentaire se subdivise en deux parties:  la condensation qui a pour objet la rédaction d'un résumé qui sera utilisé pour faciliter la diffusion des documents ;  l'indexation, c'est-à-dire la description du contenu du document à l'aide de mots clefs (ou indices de classification) pour faciliter la mémorisation du contenu de ce document pour une recherche ultérieure.  L'analyse documentaire, opération purement intellectuelle, est aussi l'opération la plus coûteuse de la chaîne documentaire.
  • 29.  2.8 Stockage  Sous la fonction stockage, il faut distinguer deux opérations très différentes :  d'une part, il y a le stockage des documents eux-mêmes, c'est-à-dire leur classement physique. Le classement permet d'atteindre le document demandé dans l'ensemble du fonds documentaire;  d'autre part, il y a la mémorisation des données issues de l'opération d'analyse et de l'opération de catalogage. Les données sont mémorisées dans des fichiers organisés en vue des recherches ultérieures selon les demandes formulées par les utilisateurs.  Les systèmes de GED (gestion électronique de documents) permettent en règle générale de stocker et gérer en parallèle les « données documentaires » et les « documents ».
  • 30.  2.9 Diffusion  Cette fonction justifie l'existence du service de documentation. Elle est en effet orientée vers les utilisateurs et elle mettra ceux-ci en contact avec l'information. On distingue commodément dans la diffusion deux notions, celle de services et celle de produits documentaires :  Les services sont toutes les actions réalisées par le service de documentation à l'initiative de l'utilisateur et sur sa demande: prêts de documents, consultation de documents, recherche rétrospective ou historique, etc. ;  Les produits sont représentés par l'ensemble des initiatives du documentaliste pour aller au-devant de la demande: bulletin bibliographique, revue de presse, diffusion sélective de l'information, etc.
  • 31.  2.10 Contrôle ou évaluation  Tout système a besoin d'une information en retour pour sa régulation. Le système documentaire devra donc être contrôlé par l'information obtenue : sur la satisfaction des utilisateurs et sur son fonctionnement interne.  L'information sur la satisfaction des utilisateurs viendra compléter et orienter celle recueillie au cours de l'analyse de leurs besoins.