L’informatique documentaire -Collections et services numériques en             bibliothèques  CNFPT Poitiers – Mardi 25 ja...
Présentation(s)• Patrice Auvinet  Bibliothécaire chargé TIC – administrateur site Web  à la Bibliothèque départementale de...
Déroulement de la journéeL’informatique documentaire                         Le numérique et les bibliothèques9h30 -12h30:...
L’informatique documentaireAlors cest quoi ?Cest linformatique appliquée à la gestionde linformation documentaire
Petit historique de linformatique                       documentaire• Depuis le 19ème siècle :   – création des premières ...
Petit historique de linformatique             documentaireAnnées 60 :– naissance du premier réseau ARPANET (ancêtre de lin...
Petit historique de linformatique                  documentaireAnnées 70 :– troisième génération dordinateurs : ordinateur...
Petit historique de linformatique          documentaireAnnées 80 :– 4éme génération dordinateurs à microprocesseurs– démoc...
Petit historique de linformatique                  documentaireAnnées 1990 :   •   essor internet grand public, commercial...
Petit historique de linformatique                    documentaireAnnées 2000 :– Ère de lADSL, des réseaux internet rapides...
SIGB et informatisationAu coeur de la question de linformatique documentaire enbibliothèque: le SIGB : Système Intégré de ...
Module acquisitionsIl est capable de gérer les suggestions dachats, à partir desnotices bibliographiques déjà présentes da...
Module catalogageA quoi sert le catalogage?Il permet de renseigner le fichier bibliographique qui va permettre :    • de r...
Module catalogageSont rattachées aux notices bibliographiques, les donnéesdexemplaires (ou données locales). Aucune norme ...
Rapide retour sur les normes et les formats Le module de catalogage doit respecter les normes et standards en cours, le fo...
Rapide retour sur les normes et les formats   les différentes zones de l’ISBD pour les monographies   •Zone 1 : zone du ti...
Rapide retour sur les normes et les formats  Le format Unimarc comprend 10 blocs numérotés de 0 à 9  comprenant eux-mêmes ...
Rapide retour sur les normes et les formats  Notice ISBD*                                                                 ...
Rapide retour sur les normes et les formats – Une fois la notice rédigée en Unimarc, on peut la retrouver dans le catalogu...
Rapide retour sur les normes et les formats•   MARC (MAchineReadableCataloging) :     – format qui décrit les données bibl...
Les différentes architectures
Les différentes architectures
Les différentes architectures
Export Import de noticesLe SIGB doit bien sûr permettre de créer des notices pour nimportequel document, mais doit aussi p...
Export Import de noticesUn autre outil est disponible : le   MOCCAM.Cest un outil gratuit de récupération de notices sur I...
Export Import de noticesEnfin, il existe des services commerciaux de fourniture de noticesbibliographiques : par exemple Z...
Module gestion de périodiquesCest le module qui va gérer la gestion des documents en série oupériodiques (abonnement).Sa p...
Module prêt ou transactionsLe prêt a été une des premières fonctions à être informatisé, cest lafonction qui demande de pl...
Module Editions et StatistiquesIl sagit dun module primordial dans la gestion des bibliothèques,mais pourtant , il est peu...
Module Editions et StatistiquesLes outils de gestion statistiques sont tout aussi importants. Ilspermettent de lire les fi...
Module rechercheCest laccès aux descriptions bibliographiques à travers un moduledinterrogation de la base. La recherche d...
Module rechercheLa recherche également peut utiliser différents traitements ditslinguistiques sur le même modèle que ceux ...
Schéma d’une recherche fédérée  Requête ?                 Client                            Z39.50                        ...
La mise en place du SIGB• La mise en place du projet :   – Un projet d’informatisation ou réinformatisation comporte des p...
La mise en place du SIGB• Phase d’etudes :   – Études de l’opportunité d’un developpement spécifique   – Définitions des b...
La mise en place du SIGBLe nécessaire cahier des charges   – Cahier des charges : synthèse de la réflexion menée lors de l...
La mise en place du SIGBLes procédures légales   – Les marchés publics sont des contrats conclus à titre onéreux avec des ...
La mise en place du SIGBSeuils et procédures   – < 20 000 € : pas de procédure de marché obligatoire - marché de gré à gré...
Etat des lieux du marché et dernières                         tendances•   D’après l’enquête annuelle de Tosca Consultants...
Les offres avec portails documentaires et              architectures dites full web• Les portails documentaires :  Ce sont...
Les offres avec portails documentaires et         architectures dites full webAccès aux ressources : • Catalogue • Bases e...
le logiciel libre ou open sourceIl se caractérise par :    •   un code source disponible et modifiable    •   un logiciel ...
le logiciel libre ou open source• Inconvénients :    •   interface peu intuitive    •   documentation souvent insuffisante...
Simples à utiliser et intégrées dans les standards du web, ces autorisations non exclusives    permettent aux titulaires d...
Upcoming SlideShare
Loading in …5
×

CNFPT_MEDIACENTROUEST_25janvier matin

997
-1

Published on

0 Comments
1 Like
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

No Downloads
Views
Total Views
997
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
4
Comments
0
Likes
1
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

CNFPT_MEDIACENTROUEST_25janvier matin

  1. 1. L’informatique documentaire -Collections et services numériques en bibliothèques CNFPT Poitiers – Mardi 25 janvier 2011
  2. 2. Présentation(s)• Patrice Auvinet Bibliothécaire chargé TIC – administrateur site Web à la Bibliothèque départementale de Lot-et-Garonne www.lot-et-garonne.fr/bd47• Formateur occasionnel CNFPT, Médiaquitaine, BDP, IUT Gaco Agen, …• paauvine@cg47.fr• 05-53-40-02-36
  3. 3. Déroulement de la journéeL’informatique documentaire Le numérique et les bibliothèques9h30 -12h30: 13h30-16h30 : • Petit historique • Des offres numériques : • Informatisation et SIGB : • Contexte Fonctions, modules • Conservation et numérisation Retour sur les formats et les • Offre de contenus commerciales : rôle normes des consortiums • Mise en place, cahier des charges • Politiques d’acquisition • Etat des lieux du marché et dernières tendances • Au services numériques : • Internet pour quoi faire? • Le web au service des bibliothèques : blogs, fils rss, etc. Exemples et enjeux •Vers la bibliothèque 2.0 ?
  4. 4. L’informatique documentaireAlors cest quoi ?Cest linformatique appliquée à la gestionde linformation documentaire
  5. 5. Petit historique de linformatique documentaire• Depuis le 19ème siècle : – création des premières machines et calculateurs de traitements des données - invention de la carte perforée• Après la Seconde Guerre mondiale : – naissance du premier ordinateur : énorme machine à tubes (bug)• Années 50 : – deuxième génération dordinateurs à transistors, IBM met en place un système dindexation automatique des documents – Les cartes perforées sont utilisées pour la gestion de prêts
  6. 6. Petit historique de linformatique documentaireAnnées 60 :– naissance du premier réseau ARPANET (ancêtre de linternet) : système de communication entre machines qui permet de transmettre des données binaires,– passage des cartes perforées aux bandes magnétiques– 1965 : création du format UNIMARC (Machine Readable Catalog) par Henriette Davidson Avram (1919-2006) : uniformiser les données, à partir de formats de description normalisés (ISBD) lisibles par machine, favorise léchange des notices– on utilise alors lordinateur pour la production de fiches
  7. 7. Petit historique de linformatique documentaireAnnées 70 :– troisième génération dordinateurs : ordinateurs à circuits intégrés (milliers de transistors sur un seul circuit électronique)– création des modèles de base de données (système de tables)– création du microprocesseur qui va permettre lapparition des micro-ordinateurs (machine plus petite et compacte)– apparition du traitement de texte– 1977 : Apple 1er micro ordinateur annonce la génération des PC : personal computer et la micro-informatique grand public– création de linformatique documentaire par modules (catalogage, transactions, ... )
  8. 8. Petit historique de linformatique documentaireAnnées 80 :– 4éme génération dordinateurs à microprocesseurs– démocratisation du PC et début de la commercialisation grand public des ordinateurs et des logiciels– développement des nouveaux supports de stockage : cd et cdrom– essor de la bureautique– en France, développement du minitel– apparition des offres clés en main pour la gestion documentaire : matériel + progiciel– apparition des OPAC et de la norme Z39.50 qui permet de fédérer une recherche sur plusieurs catalogues
  9. 9. Petit historique de linformatique documentaireAnnées 1990 : • essor internet grand public, commercialisation des premiers abonnements pour les particuliers • Windows envahit les pc • développement du commerce électronique • apparition de la GED, des ebooks, et de moteurs de recherche • traitement automatique ou assisté par ordinateurs des documents • commercialisation large des SIGB • Multiplication des bases de données en ligne • Après les lois de décentralisation en France, refonte du paysage des bibliothèques, rôle des lÉtat et des Collectivités territoriales dans laide à linformatisation des bibliothèques, essor des bibliothèques en France
  10. 10. Petit historique de linformatique documentaireAnnées 2000 :– Ère de lADSL, des réseaux internet rapides– Équipement des foyers en PC, smartphones, abonnements adsl, e-commerce...– Explosion économique des moteurs de recherches– Emergence du web 2.0 comme plateforme universelle collaboration sociale, indexation collaborative– Rôle dinternet dans les bouleversements sociaux– Succès du logiciel libre et de laccès libre à linformation et à la connaissance– Développement des portails documentaires, et des CMS (Content management system ou système de gestion de contenus)– La bibliothèque est sur internet et participe aux évolutions– Politique de numérisation et de bibliothèques numériques– Paradoxalement peu davances au niveau de la gestion documentaire
  11. 11. SIGB et informatisationAu coeur de la question de linformatique documentaire enbibliothèque: le SIGB : Système Intégré de Gestion de BibliothèqueIl sagit dun progiciel visant à répondre aux besoins essentiels degestion dune bibliothèque. Il est construit autour dun système degestion de base de données. Il est organisé en modules afin derépondre aux fonctions de la bibliothèque :Acquisitions – Catalogage – Classement – Prêt – Information –RenseignementsLes modules des SIGB sont les suivants :ACQUISITION - CATALOGAGE – PRÊT – GESTIONPERIODIQUES – EDITIONS ET STATISTIQUES – RECHERCHE –ADMINISTRATION
  12. 12. Module acquisitionsIl est capable de gérer les suggestions dachats, à partir desnotices bibliographiques déjà présentes dans la base ou encréant des notices dites de commandes.Ce module gère aussi :• Les listes de commandes, les différentes évolutions de lacommande en attribuant un statut correspondant• La réception des documents• les éventuelles relances auprès des fournisseurs• le suivi des budgets
  13. 13. Module catalogageA quoi sert le catalogage?Il permet de renseigner le fichier bibliographique qui va permettre : • de retrouver le document à partir dun ou plusieurs éléments le décrivant, • de montrer ce que la bibliothèque possède • de guider lusager dans son choix en identifiant les caractéristiques dédition ou physiques du document (nouvelle édition, illustration, taille, format, support,...) • de localiser les documents dans la bibliothèque ou dans les annexes • de contrôler le développement des collections, cest un outil de gestion de stock • le fichier bibliographique est un fichier descriptif, il doit répondre aux normes de description en vigueur.
  14. 14. Module catalogageSont rattachées aux notices bibliographiques, les donnéesdexemplaires (ou données locales). Aucune norme précise pour lesnotices d’exemplaires mais quelques éléments indispensablesdoivent y figurer :Le numéro d’exemplaire (code à barre) ;La cote ;Le statut ;Les modalités de prêt (ou utilisation ) ;La disponibilité ;La section ;Des notes ou messages internesLors déchange de notices (exportation vers dautres bases parexemple) ces données dites locales viennent enrichir une zone delunimarc destinée à l’échange de donnés, cest la zone 995.
  15. 15. Rapide retour sur les normes et les formats Le module de catalogage doit respecter les normes et standards en cours, le fonctionnement en réseau. Limportation et lexportation de notices bibliographiques imposent le respect de ces normes, ceci afin de permettre linteropérabilité des systèmes et éviter lisolement. • La norme commune est lUNIMARC. • Lunimarc cest la description par champs de la notice bibliographique, avec comme base le pavé ISBD.
  16. 16. Rapide retour sur les normes et les formats les différentes zones de l’ISBD pour les monographies •Zone 1 : zone du titre et de la mention de responsabilité •Zone 2 : zone de l’édition •Zone 3 : pas utilisée pour les imprimés •Zone 4 : zone de l’adresse •Zone 5 : zone de la collation •Zone 6 : zone de la collection et de la monographie en plusieurs volumes •Zone 7 : zone des notes •Zone 8 : zone de l’ISBN (International Standard Book Number)
  17. 17. Rapide retour sur les normes et les formats Le format Unimarc comprend 10 blocs numérotés de 0 à 9 comprenant eux-mêmes 100 zones ou champs (pas tous utilisés). Chaque zone est subdivisée en sous-zones ou sous-champs identifiés par des séparateurs symbolisés par $ suivi d’une lettre ou éventuellement d’un chiffre. Chaque zone est identifiée par une étiquette de 3 chiffres : le premier correspond au bloc. Chaque zone possède deux indicateurs numériques (0, 1 ou blanc ) Ils donnent une indication sur le contenu de la zone (par exemple le titre est significatif ou non).
  18. 18. Rapide retour sur les normes et les formats Notice ISBD* Notice UNIMARCHalimi, Serge 001 - $a frBN005997337 010 - $a 2-912107-01-6 $b br. $d 59 F Les nouveaux chiens de garde / Serge Halimi. - Paris: Ed. Liber , 020 - $a FR $b 089145641997. - couv. en coul. ; 111p. ; 12 cm. - (Raisons d ’agir). 100 - 19970802d1997 m y0frey0103 ba 101 - $a fre 102 - $a FRJournalisme ** France 200 - $a [Les] Nouveaux chiens de gardeInformation**Société**Xxème s. $b Serge Halimi 210 - $a Paris $c Ed. Liber $d 1997 225 - $a Raisons d ’agir BU DROIT : UA3487 / 306.4 HAL 517 - $a Journalisme France PRESIDIAL : FA 345 / 302 HAL (1) 517 - $a Information Société Xxème s. 700 - $a Halimi $b Serge 990 - $a UA3487 $b 870852106a $5 306.4 HAL 990 - $a FA 345 $b 870852222m $5 302 HAL (1) * International Standard Bibliographic Description (en France : norme Z 44-050) 18
  19. 19. Rapide retour sur les normes et les formats – Une fois la notice rédigée en Unimarc, on peut la retrouver dans le catalogue en cherchant par titre, auteur, collection, … C’est le format de catalogage. Le catalogueur travaille avec une grille de saisie correspondant aux éléments du format, les libellés des zones ou sous-zones étant exprimés en clair ou en code. – La notice est disponible pour les bibliothèques du monde entier. C’est le format d’échange quelque soit le logiciel de la bibliothèque avec qui on échange les notices.
  20. 20. Rapide retour sur les normes et les formats• MARC (MAchineReadableCataloging) : – format qui décrit les données bibliographiques contenues dans les catalogues de bibliothèques (UNIMARC, MARC21)• ISO 2709 : – norme internationale qui définit un format d’échange informatique de notices (bibliographiques ou autres).• ISO 23950 (ANSI Z39.50) : – protocole de communication client-serveur qui permet l’interrogation via un réseau informatique de bases de données réparties et hétérogènes. – Permet par exemple d’interroger plusieurs catalogues simultanément.• XML : – format universel d’échange de données développé par le W3C. (Vers le fullweb)
  21. 21. Les différentes architectures
  22. 22. Les différentes architectures
  23. 23. Les différentes architectures
  24. 24. Export Import de noticesLe SIGB doit bien sûr permettre de créer des notices pour nimportequel document, mais doit aussi permettre lintégration (ou import) detoutes notices soumises au format MARC. Cette recommandationest aujourdhui indispensable, les bibliothèques utilisant le plussouvent des réservoirs bibliographiques à leurs disposition pouralimenter leurs fichiers bibliographiques au fur à mesure dudéveloppement de leurs collections.L‘utilisation de reservoirs de notices externes nest plus à discuter, legain de temps lors du catalogage en est le meilleur atout.La BNF met à disposition gratuitement les notices de soncatalogue, et les SIGB désormais ont, grâce aux passerelles Z39.50,des outils de récupération de notices simples dutilisation à partirdun module de recherche.
  25. 25. Export Import de noticesUn autre outil est disponible : le MOCCAM.Cest un outil gratuit de récupération de notices sur Internet permettantdinterroger à la fois la réserve de notices de la BNF mais aussi lesnotices commerciales dAmazon, en cas dabsence dune référence surle site de la BNF, loutil MOCCAM interroge la base Amazon et transfèreles renseignements bibliographiques sous forme normalisée mais légère.Il permet ainsi de proposer des notices bibliographies allégées, maisaussi propose un outil de veille sur la reserve BNF pour remplacer lanotice allégées Amazon par une notice BNF complète dés que celle-ciest disponible.
  26. 26. Export Import de noticesEnfin, il existe des services commerciaux de fourniture de noticesbibliographiques : par exemple ZEBRIS mais surtoutELECTRE.Fournisseur et partenaire historique des bibliothèques : le serviceElectre appartient à la même société qui édite Livres Hebdo ouLivres du Mois, les anciennes bibliographies commerciales papier(Livres disponibles version papier, puis version Cédérom).Aujourdhui cest le leader de fourniture de notices bibliographiquesen France. Il offre bien sûr des services de récupération de noticesmais aussi de recherches performant et de gestion de veille éditorialde qualité que la BNF noffre pas. Il sest imposé comme le meilleurfournisseur commercial de ressources bibliographiques.
  27. 27. Module gestion de périodiquesCest le module qui va gérer la gestion des documents en série oupériodiques (abonnement).Sa particularité vient surtout de gèrer le bulletinage : cest à direlopération qui consiste à pointer chaque périodique lors de leur arrivée àpartir des abonnements. Il répond bien sur aux mêmes normes decatalogage que les imprimés.
  28. 28. Module prêt ou transactionsLe prêt a été une des premières fonctions à être informatisé, cest lafonction qui demande de plus de manipulations et dont laideinformatique a été très vite reconnue comme bénéfique.Il nécessite la création dun fichier lecteur, qui va reprendre lesinformations utiles à lidentification des emprunteurs.Déclaration à la CNIL : déclaration obligatoire dès lors qu’on utiliseun fichier d’informations nominatives, ce qui est le cas du fichierlecteurs de toute bibliothèque.Le module Prêt doit aussi proposer des services annexes comme leslettres de rappel, la gestion de régie, la gestion des amendes, leslistes de prêts, la réservation.Aujourdhui les SIGB et leurs versions Web proposent aussi sur lesportails, la gestion du compte lecteur en ligne par lusager.
  29. 29. Module Editions et StatistiquesIl sagit dun module primordial dans la gestion des bibliothèques,mais pourtant , il est peu évalué par les professionnels. Parfois danscertaines offres commerciales il souffre d’un mauvaisdéveloppement voire même de non production.Le fonction Editions doit permettre à la bibliothèque de produire deslistes dédition de données bibliographiques ou non . Que ce soitpour un usage courant : listes de commandes, lettres de rappel,listes de documents sortis, liste de documents perdus ; mais aussien répondant à un besoin ponctuel : liste des éliminés, bibliographiesthématiques...Ces besoins ne sont pas normalisés et ils dépendent desparticularismes de chaque bibliothèque, ce module doit être donc leplus complet et le plus souple possible.
  30. 30. Module Editions et StatistiquesLes outils de gestion statistiques sont tout aussi importants. Ilspermettent de lire les fichiers pour pouvoir écrire ou compter deséléments quils contiennent.Cest lun des modules le moins connu, le moins inspecté et le pluscomplexe.Pourtant, il sagit là de produire des outils statistiques indispensablespour la gestion des collections, les politiques documentaires ou plande développement des collections, les rapports dactivités à la tutelle,à lÉtat ou internes.
  31. 31. Module rechercheCest laccès aux descriptions bibliographiques à travers un moduledinterrogation de la base. La recherche doit permettre la sélection depoints daccès (auteur, titre, editeurs, sujets, ...). On parle de recherchesimple ; mais aussi leur fusion on parle alors de recherche détaillée ouapprofondie.On utilise alors pour la sélection des opérateurs booélens :ET * SAUF * OULe module doit aussi proposer des filtres permettant de limiter la requêtepar date, support langue ou localisationLutilisation de la troncature doit être aussi possible. Elle consiste àrechercher par début de chaîne de caractères des informations sur unchamp (exemple auteur = dupon*) : cest la troncature à droite.
  32. 32. Module rechercheLa recherche également peut utiliser différents traitements ditslinguistiques sur le même modèle que ceux très popularisés par lesmoteurs de recherche sur le web :• un traitement linguistique, il sagit là dabolir les différences entresaccents et majuscules• un traitement linguistique grammatical et orthographique sestdéveloppé ces derniers années. Il consiste à étendre une recherche àtoutes les flexions grammaticales dun terme : singulier, pluriel,conjugaison ...• dautres traitements ont été développés : le traitement phonétique quipermet détendre la requête à toute forme de graphie approchant duterme• traitement sémantique : qui permet détendre la requête à dautrestermes associés par synonymie
  33. 33. Schéma d’une recherche fédérée Requête ? Client Z39.50 Réponses 1 seule requête 33Informatique documentaire
  34. 34. La mise en place du SIGB• La mise en place du projet : – Un projet d’informatisation ou réinformatisation comporte des phases clés : – Phase d’études – Phase du cahier des charges – Phase de réalisation
  35. 35. La mise en place du SIGB• Phase d’etudes : – Études de l’opportunité d’un developpement spécifique – Définitions des besoins et des objectifs – Détermination du budget et de la procédure – Mise en place de l’équipe projet
  36. 36. La mise en place du SIGBLe nécessaire cahier des charges – Cahier des charges : synthèse de la réflexion menée lors de l ’étude préliminaire qui reprend les contraintes techniques et les besoins de la bibliothèque. – Le but du cahier des charges est de présenter au fournisseur potentiel les conditions de la prestation souhaitée. C ’est aussi un document contractuel qui engagera le futur soumissionnaire vis-à-vis de la bibliothèque. – Il comporte une présentation de l’existant – Une description des besoins – Le type de progiciel et le type de prestations (matériel, logiciel, accompagnement de la mise en place, formations, service après vente) – Choix de la procédure
  37. 37. La mise en place du SIGBLes procédures légales – Les marchés publics sont des contrats conclus à titre onéreux avec des personnes publiques ou privées par des personnes morales de droit public (…), pour répondre à leurs besoins en matière de travaux, de fournitures ou de services. - Ils répondent à certains principes : - principe de liberté daccès à la commande publique - égalité de traitement des candidats - transparence des procédures – Ces principes permettent dassurer lefficacité de la commande publique et la bonne utilisation des deniers publics. Ils exigent une définition préalable des besoins de lacheteur public, le respect des obligations de publicité et de mise en concurrence et le choix de loffre économiquement la plus avantageuse.
  38. 38. La mise en place du SIGBSeuils et procédures – < 20 000 € : pas de procédure de marché obligatoire - marché de gré à gré – > 20 000 € et < 90 000 € : procédure adaptée (MAPA) avec publicité au choix du pouvoir adjudicateur (site internet, journal local, etc) – > 90 000 € et < 125 000 € pour l ’Etat et < 193 000 € pour les collectivités locales : procédure adaptée (MAPA) avec avis d ’appel public à la concurrence dans le BOAMP ou un Journal d ’annonces légales – > 125 000 € pour l ’Etat et > 193 000 € pour les collectivités locales : procédure d ’appel d ’offres avec publicité dans le BOAMP et le Journal Officiel de l ’Union Européenne obligatoire. L ’appel d ’offres peut être ouvert (toutes les sociétés peuvent y répondre sous 52 jours) ou restreint (le délai étant plus long en raison d ’une présélection des soumissionnaires, soit 37 jours + 40 jours).
  39. 39. Etat des lieux du marché et dernières tendances• D’après l’enquête annuelle de Tosca Consultants l’Equipement informatique des bibliothèques parue dans Livres-Hebdo n° 811du 5 mars 2010 , on assiste à : – Un phénomène de concentration (baisse continue depuis 2007) – Un vieillissement des SIGB – Un marché en baisse – Développement des offres nouvelles avec portails documentaires et architectures dites full web (rôle des navigateurs web dans l’utilisation des applications) – Augmentation des choix vers des logiciels libres
  40. 40. Les offres avec portails documentaires et architectures dites full web• Les portails documentaires : Ce sont des applications qui permettent aux bibliothèques de donner accès à plusieurs types d’informations et de service à partir d’un point d’entrée : Accès aux informations • Présentation de la bibliothèque (coordonnées, contact, plan d’accès) • Règlements, prêts, tarifs • Actualités, listes de nouveautés, animations, action culturelle, programmation, inscription aux ateliers ou animations.
  41. 41. Les offres avec portails documentaires et architectures dites full webAccès aux ressources : • Catalogue • Bases et revues en ligne • Sélection de sites Internet • Ressources pédagogiques • Collections de documents numérisés • Liste des dernières acquisitions • Accès libre à Internet ( connections en interne).Accès aux services • Questions / Réponses de type Bibliosésame, Guichet du Savoir • Services personnalisés (moyennant authentification) avec accès au compte-lecteur, réservation, prolongation, éventuellement Flux rss, suggestion d’achat • FAQ • Action culturelle
  42. 42. le logiciel libre ou open sourceIl se caractérise par : • un code source disponible et modifiable • un logiciel qui peut-être librement redistribué, avec ou sans changement • un logiciel qui doit avoir une licence explicite• Quelques exemples de logiciels libres présents dans les bibliothèques : • OpenOffice • Mozilla Firefox - Mozilla Thunderbird• Exemples de SIGB « open source » : • Koha (20 installations en 2008) • PMB (471 installations en 2008)
  43. 43. le logiciel libre ou open source• Inconvénients : • interface peu intuitive • documentation souvent insuffisante • Nécessite une équipe compétente• Points forts : • des programmes mieux écrits et plus stables grâce à la communauté des développeurs • une meilleure adaptation à l ’environnement web • Un coût qui peut être parfois allégé
  44. 44. Simples à utiliser et intégrées dans les standards du web, ces autorisations non exclusives permettent aux titulaires de droits dautoriser le public à effectuer certaines utilisations, tout en ayant la possibilité de réserver les exploitations commerciales, les oeuvres dérivées ou le degré de liberté (au sens du logiciel libre).• Paternité : loeuvre peut être librement utilisée, à la condition de lattribuer à son lauteur en citant son nom.• Pas de Modification : le titulaire de droits peut continuer à réserver la faculté de réaliser des oeuvres de type dérivées ou au contraire autoriser à lavance les modifications, traductions...• Pas dUtilisation Commerciale : le titulaire de droits peut autoriser tous les types d’utilisation ou au contraire restreindre aux utilisations non commerciales (les utilisations commerciales restant soumises à son autorisation).• Partage à lIdentique des Conditions Initiales : à la possibilité dautoriser à lavance les modifications peut se superposer lobligation pour les oeuvres dites dérivées dêtre proposées au public avec les mêmes libertés (sous les mêmes options Creative Commons) que loeuvre originaire.
  1. A particular slide catching your eye?

    Clipping is a handy way to collect important slides you want to go back to later.

×