Your SlideShare is downloading. ×
  • Like
Actes sociotopes Introduction
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×

Now you can save presentations on your phone or tablet

Available for both IPhone and Android

Text the download link to your phone

Standard text messaging rates apply

Actes sociotopes Introduction

  • 284 views
Published

 

  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Be the first to comment
    Be the first to like this
No Downloads

Views

Total Views
284
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
3

Actions

Shares
Downloads
2
Comments
0
Likes
0

Embeds 0

No embeds

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
    No notes for slide

Transcript

  • 1. actes:Mise en page 1 12/11/2009 14:17 Page 1 Les actes de la journée Réussir la ville dense en l’ouvrant sur la nature Pour une approche sociale de la trame verte et bleue Ploemeur - 8 septembre 2009 Schéma de Cohérence Territoriale du Pays de Lorient
  • 2. actes:Mise en page 1 10/11/2009 15:46 Page 2 Sur le CD Rom ci-contre : n Le diaporama de Jean-Pierre Ferrand au format .pdf n Le diaporama d’alexander STaHLe au format .pdf n Le présent document au format .pdf
  • 3. actes:Mise en page 1 12/11/2009 14:20 Page 3 Les actes de la journée du 8 septembre 2009 Préface Nous avons tous besoin d’espaces, dans les villes ou autour des villes, pour la rencontre, le jeu, le repos, l’ac- tivité physique, la découverte… Les «espaces ouverts», librement accessibles à tous, sont de ce fait une com- posante essentielle d’une ville accueillante et agréable à vivre. Réussir Aujourdhui, la nécessaire recherche de l’économie d’espace et les pratiques de densification urbaine pourrait sembler menacer l’existence de tels espaces. à contrario, de nombreux exemples français ou étrangers, no- la ville dense tamment dans les pays du Nord, montrent quil est possible de construire des quartiers conjuguant qualité de lhabitat, une certaine densité et beaucoup de verdure et que cela saccompagne en général dun aménage- en l’ouvrant ment plus durable sur le plan de la gestion de leau, des nuisances et du cadre de vie. Dans cette logique, les espaces de nature ne sont pas à considérer comme un frein au développement, mais bien comme une com- sur la nature posante à part entière de lagglomération et de son territoire. à ce titre, le concept de «trame verte et bleue» peut aider à concevoir des villes et des bourgs mieux ouverts Pour une sur les espaces de nature, à condition de prendre en compte les fonctions sociales de ceux-ci : s’ils constituent des «biotopes» pour les animaux et les plantes, ils peuvent aussi être des «sociotopes» pour les gens qui y approche sociale vivent, les fréquentent et les aiment. de la trame verte Des chercheurs suédois se penchent depuis longtemps sur les fonctions sociales des «espaces ouverts» (qui et bleue ne sont pas uniquement des espaces de nature). Cette notion de sociotope a ainsi été développée par Anders Sandberg et Alexander Ståhle à la suite des tra- vaux sur la structure verte de la ville de Stockholm. Par des protocoles d’observation élaborés, ils ont mis en évidence les multiples fonctions remplies par ces espaces, de manière à pouvoir développer toutes leurs po- tentialités dans le cadre des politiques d’urbanisme et d’environnement à l’échelon local. Sappuyant sur ses travaux de recherche et sa pratique opérationnelle, Alexander Ståhle nous montre ainsi que non seulement la «ville dense» n’est pas incompatible avec l’accès de tous aux espaces libres, mais qu’elle facilite même leur préservation et leur accessibilité, pour autant que ces préoccupations soient soigneusement intégrées à tous les stades de l’élaboration des projets urbains – des documents d’urbanisme à la conception de nouveaux quartiers. Alexander Ståhle est architecte-paysagiste, directeur de l’agence SPACESCAPE à Stockholm et co-auteur du manuel des sociotopes. Il vient de publier sa thèse sur les rapports entre la densification urbaine et l’offre d’es- paces libres au service des habitants. 1 «Réussir la Ville dense en l’ouvrant sur la nature» - Les Actes - Décembre 2009
  • 4. actes:Mise en page 1 10/11/2009 15:46 Page 4 2
  • 5. actes:Mise en page 1 10/11/2009 15:46 Page 5 Les actes de la journée du 8 septembre 2009 Sommaire Propos introductifs page 4 Partie 1 : Intervention de Jean-Pierre FerrAnD conseil en environnement page 7 Partie 2 : Conférence d’Alexander STAHLe architecte-paysagiste, Spacescape page 24 Partie 3 : Les questions et points de vue de la salle page 115 3 «Réussir la Ville dense en l’ouvrant sur la nature» - Les Actes - Décembre 2009
  • 6. actes:Mise en page 1 10/11/2009 15:46 Page 6 Propos introductifs Nadine Bonjour et merci à tous d’être là. Un petit mot pour rappeler le son expérience. En ce qui concerne le programme, je vais laisser la Nicolas-Minier, contexte de la conférence et le programme de la matinée. Cette confé- parole à monsieur Loïc Le Meur, maire de Ploemeur et à monsieur chargée détudes rence est co-organisée par le Syndicat Mixte pour le SCoT du Pays de Norbert Métairie, Président du Syndicat Mixte pour le SCoT, ainsi à AudéLor  Lorient, les agences d’urbanisme de Lorient et de Rennes : AudéLor qu’à Jacques Lescoat de la Conférence des Villes de Bretagne pour et Audiar, et la Conférence des Villes de Bretagne. à l’origine, il y a les mots d’accueil et d’introduction. Ensuite, Jean-Pierre Ferrand fera eu un stage de l’IRPA (Institut Régional du Patrimoine de Bretagne) une courte introduction pour resituer le contexte de Stockholm, de la organisé à Stockholm sur les fonctions sociales de la nature en ville. planification en Suède et du travail d’Alexander Ståhle. Puis Alexan- Ce stage, animé par Jean-Pierre Ferrand, nous a permis de découvrir der Ståhle fera son exposé, suivi bien évidemment par un temps de l’expérience de Stockholm, en termes de planification et de prise en questions – réponses avec la salle. Cet après-midi, il y a également compte des espaces ouverts dans la planification, et de découvrir éga- un groupe de travail restreint, entre les agences d’urbanisme et leurs lement le travail d’Alexander Ståhle sur ce thème. Suite à l’intérêt que partenaires, pour un atelier plus technique. Il se passera au premier ce travail a suscité, nous avons de nouveau sollicité Jean-Pierre Fer- étage, à partir de 14h15. Je vous souhaite une bonne conférence et je rand pour faire venir Alexander Ståhle en France et vous présenter laisse la parole à monsieur le maire de Ploemeur. Loïc Le Meur Bienvenue à toutes et à tous, je salue tout particulièrement monsieur jourd’hui est particulièrement riche d’enseignement pour nous. Alors maire de Ploemeur  le Président du syndicat mixte pour le schéma de cohérence territoriale j’ai le sentiment que nous sommes tous des apprentis, et dans l’appren- du Pays de Lorient et madame la Vice Présidente du Conseil régional. tissage, il y a une part d’enseignement et je remercie monsieur Ståhle Il y a aussi de nombreux élus dans la salle, ce qui atteste l’importance d’être là et de nous faire part de son expérience. Et puis nous avons à de la rencontre d’aujourd’hui. Je suis particulièrement satisfait qu’elle mettre en œuvre cet apprentissage sur les territoires qui nous concer- se tienne ici à Ploemeur, un territoire – on parle de ce que l’on connaît nent et sur lesquels nous avons des responsabilités - ce n’est pas tou- le mieux – qui conjugue toutes les problématiques de communes ur- jours facile - Je suis persuadé qu’il faut inventer pour chaque territoire, baines, de communes littorales, de la présence de l’agriculture, de la face à chaque culture locale, des nouveaux modes de vie entre les pêche, d’activités aussi économiques et industrielles… On est face ici hommes et face à la nature. En tout cas, je remercie messieurs Ståhle à des problématiques importantes et le sujet qui va être développé au- et Ferrand pour cette rencontre. Je laisse la parole à Norbert Métairie. 4
  • 7. actes:Mise en page 1 10/11/2009 17:14 Page 7 Propos introductifs Norbert Métairie, Je vais vous épargner les remerciements, cela a déjà été fait, et je les par- chemin. De même, l’enjeu économique ne peut se concevoir que s’il est maire de Lorient, tage volontiers. Je vois que si vous êtes aussi nombreux aujourd’hui, c’est respectueux de l’environnement dans lequel il se développe. Et l’envi- Président du Syndicat parce que le sujet traité fait l’objet de nombreuses préoccupations, tant ronnement ne peut appréhender l’économique que s’il ne crée pas de Mixte pour le SCOT chez les élus que chez les techniciens des collectivités ou des agences zones de conflits majeurs, ni de répercussions sociales lourdes. du Pays de Lorient  d’urbanisme, désireux de renouveler les pratiques d’aménagement du territoire. Nous vivons une période charnière, une période d’évolution Ces notions environnementales, économiques et sociales doivent pouvoir culturelle dans nos pratiques d’aménagement. Je remercie donc monsieur se concilier avec la notion de trame verte et bleue mise en œuvre sur le Ståhle de venir nous présenter sa démarche fort intéressante. Il ne s’agit territoire du Pays de Lorient : Comment faire entrer la végétation dans pas de la transposer telle quelle sur notre territoire, mais de l’adapter la ville et dans l’agglomération ? Comment cette végétation participe-t- au contexte local et de s’en inspirer pour avancer dans notre réflexion elle à son développement... ? Il y a là un débat, extrêmement utile et in- sur la trame verte et bleue. téressant, parce que, derrière tout cela, c’est en réalité sur la notion d’espaces publics que l’on s’interroge : où vivent les gens ? Où travail- Dans le cadre de la préparation du SCoT du Pays de Lorient, cette lo- lent-ils ? Comment se déplacent-ils ?… Et dans une agglomération telle gique de trame verte et bleue fut, dès le départ, une préoccupation cen- que la nôtre, la notion d’étalement urbain, compte tenu de la densité déjà trale et l’objet d’un travail spécifique. Entre mer, rade, vallée, le territoire existante et du peu d’espaces disponibles, est à proscrire. Nous devons du Pays de Lorient est un territoire aux équilibres fragiles, un territoire réellement réfléchir à ce que nous devons protéger et à la manière dont très contraint par la problématique de la qualité de l’eau… Un territoire nous intervenons : comment protéger les terres agricoles, comment den- au sein duquel de nombreux écosystèmes sont à protéger. C’est pourquoi sifier nos espaces, comment traiter la question des déplacements… ? Sans cette notion s’est imposée comme clé de voûte de notre SCoT. Il reste en- jamais oublier un des acteurs qui s’invite en permanence au débat et core beaucoup à faire, mais tout un travail est engagé sur ce sujet, dans qu’il est nécessaire de persuader : la population. Rien ne peut se faire une logique de développement durable. Nous nous sommes, pour cela, sans son appropriation et son adhésion. Lorsque l’on fait des économies appuyés sur la préoccupation environnementale du développement du- d’énergie, lorsque l’on densifie la ville, on répond, d’une certaine ma- rable, sans pour autant nous cantonner à cette seule notion. Si elle est nière, à une préoccupation sociale majeure. Mais, nous devons aussi met- bien évidemment indispensable, elle ne peut fonctionner qu’en s’ap- tre à disposition des habitants des espaces pour pouvoir, au quotidien, puyant sur un triptyque, qui met en relation à la fois l’écologie, l’écono- se promener, déambuler, se retrouver… : des espaces publics. Et la trame mique et le social. Tout en préservant ces espaces, nous devons nous verte et bleue joue un rôle primordial dans l’organisation de ces espaces. poser la question de savoir comment ils participent à la vie d’une agglo- Il convient donc de protéger nos espaces naturels tout en leur permettant mération ou d’un territoire, en corrélation avec les autres fonctions du de contribuer à la vie sociale. C’est pourquoi, il me semble fort intéres- développement durable. Chacune contribuant à nourrir l’autre. Elles ne sant de s’inspirer des expériences et des démarches réalisées ailleurs et peuvent fonctionner qu’ensemble. Pourquoi ? Parce que parler unique- du travail mené par Jean-Pierre Ferrand, car ils apportent des réponses ment de biodiversité et de préservation des espaces naturels, sans les à toutes ces préoccupations. Je suis donc très heureux de vous accueillir, mettre en valeur pour qu’ils contribuent également à l’économie, au dé- avec le maire de Ploemeur, ici à l’Océanis pour cette journée de travail veloppement social, au cadre de vie… ce serait ne faire que la moitié du qui sera, je n’en doute pas, très studieuse. Merci de votre attention. 5 «Réussir la Ville dense en l’ouvrant sur la nature» - Les Actes - Décembre 2009
  • 8. actes:Mise en page 1 10/11/2009 15:46 Page 8 Propos introductifs Jacques Lescoat, Merci, très brièvement, monsieur le Président, monsieur le Maire, que Norbert aurait pu souligner un exemple que nous avons signalé Conférence chers collègues. C’est tout naturellement que la Conférence des Villes – nous avons réalisé un petit ouvrage et nous l’actualisons par toute des Villes de Bretagne de Bretagne a voulu s’associer à cette initiative. Je salue, pour com- une série de fiches d’expériences, et notamment une très belle expé- mencer, tous les participants, au nom de Jean-Pierre Le Roch, maire rience à Lorient, qui est celle de Kervénanec, qui se trouve reliée à de Pontivy, conseiller régional et Président de la Conférence des Villes l’étang de Ter, à la nature, et au vert, à l’ensemble de l’agglomération. de Bretagne. Et nous avons également Loïc Le Meur, qui a oublié de Nous avons également, dans ces fiches d’expériences, présenté d’ex- dire qu’il est aussi membre du bureau de la Conférence des Villes de cellentes réalisations autour du SCoT. J’aurais pu ajouter, pour com- Bretagne, qui rassemble les 38 plus grandes villes et communautés de pléter ce que vous avez dit, que Lorient est une ville faite d’obstacles notre région. Je rappelle également que c’est sans relâche que la avec les vallées, la rade. Et à travers le SCoT, on a finalement trans- Conférence intervient auprès des villes sur les thèmes que nous allons formé ces obstacles en avantages. Je vous invite à regarder ces élé- voir ce matin. Je note, en particulier, la nouvelle et juste densité des ments sur nos fiches Internet que vous pourrez trouver sur notre site : villes, l’économie d’espace, l’agriculture périurbaine, voire l’agricul- www.villes-de-bretagne.com Je pense, à cet égard, que l’intervention ture urbaine, la qualité architecturale, les nouvelles formes urbaines d’Alexander Ståhle arrive vraiment au bon moment. J’ai eu la chance – on pourrait aussi signaler un autre dossier qui est celui des nou- grâce à l’IRPA et à Jean-Pierre Ferrand de voir, in situ, ce qui se fait velles zones d’activités ou la reconquête de ce que nous avons, hélas, en Suède, c’est un énorme encouragement et je vous invite donc, au mal fait – Mais ne devons-nous pas ajouter aussi plus fortement une nom de la Conférence des Villes de Bretagne, dont de nombreuses autre dimension, qui est celle précisément que nous allons examiner villes sont présentes, d’écouter attentivement cette splendide expé- aujourd’hui : réussir la ville dense en l’ouvrant sur la nature. Je pense rience suédoise qui est transposable, j’en suis persuadé. 6