• Save
Valorisation d'itinéraires touristiques sur le thème du personnage de Saint-Martin-de-Tours
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Like this? Share it with your network

Share

Valorisation d'itinéraires touristiques sur le thème du personnage de Saint-Martin-de-Tours

on

  • 1,232 views

Etude réalisée autour de la problématique : Quelles activités peut-on proposer pour valoriser économiquement les chemins de Saint Martin de Tours?...

Etude réalisée autour de la problématique : Quelles activités peut-on proposer pour valoriser économiquement les chemins de Saint Martin de Tours?
Quatre options ont particulièrement été développées, les activités :
- religieuses ;
- culturelles ;
- basées sur le patrimoine culinaire et viticole ;
- basées sur le thème du partage citoyen.

Statistics

Views

Total Views
1,232
Views on SlideShare
1,228
Embed Views
4

Actions

Likes
0
Downloads
0
Comments
0

1 Embed 4

http://www.aureliecharles.fr 4

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

Valorisation d'itinéraires touristiques sur le thème du personnage de Saint-Martin-de-Tours Presentation Transcript

  • 1. MARKETING ET MANAGEMENT DE L’INNOVATION – A08 RAPPORT DE PROJET Enseignante responsable : Nathalie DARÈNE VALORISATION D’ITINÉRAIRES TOURISTIQUES SUR LE THÈME DU PERSONNAGE DE SAINT MARTIN DE TOURSAurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 1/ 143
  • 2. SOMMAIRE RAPPORT DE PROJET....................................................................................................................................................................................1SOMMAIRE........................................................................................................................................................................................................2INTRODUCTION ...............................................................................................................................................................................................8 I. Histoire de Saint Martin de Tours .................................................................................................................................................................8 II. Problématique ..............................................................................................................................................................................................9 III. Enjeux .........................................................................................................................................................................................................9CARACTERISATION DE L’INNOVATION .................................................................................................................................................10 I. Objet de l’innovation..................................................................................................................................................................................10 II. Intensité novatrice ......................................................................................................................................................................................10 III. Origine de l’innovation ..............................................................................................................................................................................10 IV. Nature systémique de l’innovation et portée économique de l’innovation...................................................................................................11 V. Stratégie adoptée........................................................................................................................................................................................11 VI. Position visée sur le marché.......................................................................................................................................................................11ETUDE DE L’ENVIRONNEMENT INTERNE ..............................................................................................................................................12CHAMBRE DE COMMERCE ET D’INDUSTRIE DE TOURAINE ............................................................................................................13 I. Organisation des Chambres de Commerce et d’Industrie en France ............................................................................................................13 II. Objectifs de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Touraine..............................................................................................................14 III. Loire, tourisme et culture ...........................................................................................................................................................................14 A. Objectifs liés à la francophonie ..........................................................................................................................................................14 B. Objectifs liés au tourisme...................................................................................................................................................................14 C. Objectifs liés au Patrimoine Mondial .................................................................................................................................................15 D. Objectifs liés à la viticulture...............................................................................................................................................................15 IV. Organigramme du département « Direction Marketing Communication » de la CCI de Touraine...............................................................16CENTRE CULTUREL EUROPEEN SAINT-MARTIN DE TOURS.............................................................................................................17 I. Centre Culturel Européen Saint Martin de Tours.........................................................................................................................................17 II. Localisation des chemins de Saint Martin de Tours en Touraine.................................................................................................................18 III. Fondation Saint Martin de Tours................................................................................................................................................................20 A. Partage Citoyen..................................................................................................................................................................................20 B. Ses missions ......................................................................................................................................................................................20 Aurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 2/ 143
  • 3. BILAN DE L’ETUDE DE L’ENVIRONNEMENT INTERNE.......................................................................................................................21LE TOURISME EN TOURAINE.....................................................................................................................................................................23 I. Les monuments et le patrimoine................................................................................................................................................................23 A. Les châteaux de la Loire ....................................................................................................................................................................23 B. Le patrimoine religieux......................................................................................................................................................................23 C. Les sites troglodytiques......................................................................................................................................................................23 II. L’offre culturelle ...................................................................................................................................................................................25 A. Les musées ........................................................................................................................................................................................25 B. Les festivals.......................................................................................................................................................................................25 C. Les visites contées .............................................................................................................................................................................25 D. Les spectacles de sons et lumières......................................................................................................................................................26 III. La nature ...............................................................................................................................................................................................26 A. Les parcs et jardins ............................................................................................................................................................................26 B. Les espaces naturels...........................................................................................................................................................................26 C. La Loire à vélo...................................................................................................................................................................................27 D. La Loire dans les airs et sur l’eau .......................................................................................................................................................27 IV. Les autres activités ................................................................................................................................................................................28 A. Les parcs de loisirs.............................................................................................................................................................................28 B. Les activités sportives ........................................................................................................................................................................28 C. Les foires et marchés .........................................................................................................................................................................28L’HOTELLERIE ET LA RESTAURATION EN TOURAINE ......................................................................................................................29 I. Hébergement.............................................................................................................................................................................................29 A. Parc de l’hôtellerie de tourisme..........................................................................................................................................................29 B. Parc de l’hôtellerie de plein air...........................................................................................................................................................30 C. Parc des locations de meublés ............................................................................................................................................................30 D. Parc des chambres chez l’habitant......................................................................................................................................................30 E. Les autres hébergements marchands...................................................................................................................................................31 F. Hébergement non marchand...............................................................................................................................................................31 G. Graphiques récapitulatifs ...................................................................................................................................................................32 II. Restauration ..........................................................................................................................................................................................32 A. Produits du terroir ..............................................................................................................................................................................33 B. Offres de restauration.........................................................................................................................................................................34 Aurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 3/ 143
  • 4. LE VIGNOBLE EN TOURAINE .....................................................................................................................................................................35 I. Historique .................................................................................................................................................................................................35 II. AOC (appellation d’origine contrôlée)...................................................................................................................................................36 A. Définition ..........................................................................................................................................................................................36 B. AOC de Touraine...............................................................................................................................................................................36 III. L’influence de Saint Martin...................................................................................................................................................................38 IV. L’œnotourisme ......................................................................................................................................................................................38 A. Définition ..........................................................................................................................................................................................38 B. Types de prestations pouvant être proposées autour du vin.................................................................................................................38 C. Enquêtes autour de l’œnotourisme .....................................................................................................................................................39 D. Intérêts des animations sportives autour de l’œnotourisme .................................................................................................................40 E. En Touraine .......................................................................................................................................................................................40 Bilan................................................................................................................................................................................................................41CLASSEMENT AU PATRIMOINE MONDIAL DE L’HUMANITE............................................................................................................42 I. UNESCO..................................................................................................................................................................................................42 II. Définition du patrimoine culturel et naturel ...........................................................................................................................................42 A. Article 1 de la Convention de 1972 ....................................................................................................................................................42 B. Article 2 de la Convention de 1972 ....................................................................................................................................................43 III. Financement..........................................................................................................................................................................................43 IV. Missions................................................................................................................................................................................................44 V. Val de Loire ..........................................................................................................................................................................................44 VI. Intérêts et inconvénients ........................................................................................................................................................................46BILAN DE L’ETUDE DE L’ENVIRONNEMENT EN TOURAINE .............................................................................................................48BENCHMARKING...........................................................................................................................................................................................49LES GRANDS ITINERAIRES EUROPEENS.................................................................................................................................................50 I. Les chemins de Saint-Jacques de Compostelle ..........................................................................................................................................50 A. Historique et présentation...................................................................................................................................................................50 B. Chiffres-clés ......................................................................................................................................................................................52 C. Mise en valeur actuelle ......................................................................................................................................................................54 II. L’itinéraire Mozart ................................................................................................................................................................................54 A. Historique et présentation...................................................................................................................................................................54 B. Activités proposées ............................................................................................................................................................................57 Aurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 4/ 143
  • 5. III. La route de Don Quichotte.....................................................................................................................................................................57L’ORIENT-EXPRESS ......................................................................................................................................................................................60 I. Historique .................................................................................................................................................................................................60 A. Orient-Express...................................................................................................................................................................................61 B. Simplon-Orient-Express.....................................................................................................................................................................61 C. Arlberg-Orient-Express, Ostende-Vienne-Orient-Express et Tauern-Orient-Express ..........................................................................61 D. Balte-Orient-Express et Nord-Orient Express.....................................................................................................................................61 II. Offres contemporaines...........................................................................................................................................................................62 III. Raisons de son succès............................................................................................................................................................................63 IV. Produits dérivés.....................................................................................................................................................................................64LE TRANSSIBERIEN ......................................................................................................................................................................................65 I. Historique .................................................................................................................................................................................................66 A. Les principaux tronçons .....................................................................................................................................................................66 II. Le Transsibérien aujourd’hui.................................................................................................................................................................67 A. Le transsibérien original.....................................................................................................................................................................67 B. Principaux itinéraires proposés...........................................................................................................................................................68 C. Services proposés...............................................................................................................................................................................70 III. Autour du transsibérien .........................................................................................................................................................................73LA ROUTE 66 ...................................................................................................................................................................................................74 I. Historique .................................................................................................................................................................................................74 II. Faits ......................................................................................................................................................................................................74 III. Carte du parcours ..................................................................................................................................................................................75 IV. La National Historic Route Federation...................................................................................................................................................76BILAN DE L’ETUDE DE BENCHMARKING ...............................................................................................................................................77SEGMENTATION ............................................................................................................................................................................................79SEGMENTS CHOISIS .....................................................................................................................................................................................85ANALYSE DES SEGMENTS...........................................................................................................................................................................86DECOUVERTE DU PATRIMOINE GASTRONOMIQUE ET ŒNOLOGIQUE ........................................................................................87 I. Adaptation du marché de référence ...........................................................................................................................................................87 A. Définitions.........................................................................................................................................................................................87 B. Cible..................................................................................................................................................................................................88 C. Marché de référence...........................................................................................................................................................................88 Aurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 5/ 143
  • 6. II. Analyse des turbulences potentielles......................................................................................................................................................88 III. Mesure de l’attractivité..........................................................................................................................................................................91 A. Plus-value et moins-value ..................................................................................................................................................................91 B. Analyse du comportement probable de l’acheteur ..............................................................................................................................92 IV. Représentation du marché......................................................................................................................................................................94 A. Consommateurs (et acheteurs) ...........................................................................................................................................................94 B. Distributeurs ......................................................................................................................................................................................97 C. Prescripteurs ......................................................................................................................................................................................98 D. Producteurs........................................................................................................................................................................................99 V. Analyse de Porter ..................................................................................................................................................................................99 A. Les concurrents du secteur .................................................................................................................................................................99 B. Le pouvoir de négociation des fournisseurs........................................................................................................................................99 C. Le pouvoir de négociation des clients...............................................................................................................................................100 D. Les produits de substitution..............................................................................................................................................................100 E. Menace des nouveaux entrants.........................................................................................................................................................100ACTIVITES RELIGIEUSES ASSOCIEES ...................................................................................................................................................102AUX ITINERAIRES DE SAINT MARTIN DE TOURS...............................................................................................................................102 I. Adaptation du marché de référence .........................................................................................................................................................102 II. Analyse des turbulences potentielles....................................................................................................................................................102 III. Mesure de l’attractivité du produit et de la compétitivité de l’entreprise...............................................................................................103 A. Plus-value et moins-value ................................................................................................................................................................103 B. Analyse du comportement probable du pèlerin.................................................................................................................................104 IV. Représentation du marché....................................................................................................................................................................105ACTIVITES CULTURELLES ASSOCIEES.................................................................................................................................................106AUX ITINERAIRES DE SAINT MARTIN DE TOURS...............................................................................................................................106 I. Adaptation du marché de référence .........................................................................................................................................................106 II. Analyse des turbulences potentielles....................................................................................................................................................106 III. Mesure de l’attractivité........................................................................................................................................................................108 A. Plus-value et moins-value du produit ...............................................................................................................................................108 B. Analyse du comportement probable de l’acheteur ............................................................................................................................109 IV. Représentation du marché....................................................................................................................................................................111ACTIVITES SUR LE THEME DU « PARTAGE CITOYEN »....................................................................................................................112Aurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 6/ 143
  • 7. ASSOCIEES AUX ITINERAIRES DE ..........................................................................................................................................................112SAINT MARTIN DE TOURS.........................................................................................................................................................................112 I. Adaptation du marché de référence .........................................................................................................................................................112 A. Définitions (Le Petit Larousse) ........................................................................................................................................................112 B. Marché de référence.........................................................................................................................................................................113 II. Analyse des turbulences potentielles....................................................................................................................................................113 III. Mesure de l’attractivité du produit et de la compétitivité de l’entreprise...............................................................................................114 A. Plus-value et moins-value ................................................................................................................................................................114 B. Analyse du comportement probable de l’acheteur ............................................................................................................................115 IV. Représentation du marché....................................................................................................................................................................117DIAGNOSTIC .................................................................................................................................................................................................119MATRICES D’ANALYSE DES RISQUES ...................................................................................................................................................120 I. Risques liées aux activités.......................................................................................................................................................................121 II. Diagnostic commercial et social ..........................................................................................................................................................124DIAGRAMME D’INDICE STRATEGIQUE ................................................................................................................................................127PLAN MARKETING......................................................................................................................................................................................128SEGMENT DES ACTIVITES LIEES A LA DECOUVERTE......................................................................................................................129DES PRODUITS DU TERROIR ET ŒNOTOURISME ..............................................................................................................................129ET SEGMENT DES ACTIVITES CULTURELLES ....................................................................................................................................129 I. Plan d’action...........................................................................................................................................................................................130 II. Co développement...............................................................................................................................................................................132 III. Plan marketing ....................................................................................................................................................................................132SEGMENT « PARTAGE CITOYEN » ..........................................................................................................................................................134 I. Plan d’action...........................................................................................................................................................................................135 II. Co développement...............................................................................................................................................................................138 III. Plan marketing ....................................................................................................................................................................................138SEGMENT DES ACTIVITES RELIGIEUSES .............................................................................................................................................139 I. Plan d’action...........................................................................................................................................................................................139 II. Plan marketing ....................................................................................................................................................................................140CONCLUSION................................................................................................................................................................................................141SOURCES........................................................................................................................................................................................................142 Aurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 7/ 143
  • 8. INTRODUCTIONDans le cadre de l’UV GE39, « Marketing et management de l’innovation », nous avons dû chercher un projet innovant concretafin d’effectuer un diagnostic marketing sur ce sujet. La Chambre de Commerce et d’Industrie nous a alors commandé une étudeautour des chemins sur le personnage de Saint Martin de Tours. En fait, le Centre Culturel Européen Saint Martin de Tours a créédepuis peu trois chemins liés chacun à un passage de la vie de ce personnage et la Chambre de Commerce et d’Industriesouhaite valoriser de manière économique ces chemins. I. Histoire de Saint Martin de ToursSaint Martin de Tours est né en 316 à Savaria, Nord Ouest de la Hongrie actuelle.Martin est sensibilisé à la religion chrétienne à 10 ans, et fréquente une église. Il demande à devenir catéchumène sans lapermission de ses parents.À 15 ans, il est enrôlé dans l’armée. Martin est affecté à Amiens. Lors d’un hiver rigoureux en 338, il rencontre un pauvre à moitié nuimplorant la pitié des passants. Martin coupe alors son manteau en deux et donne la moitié au mendiant.La nuit suivante, le Christ lui est apparu en songe revêtu de la moitié du manteau, il décide alors de se faire baptiser à Amiens etdémissionne de l’armée en 356.Le reste de son manteau, appelé « cape » sera placé plus tard, à la vénération des fidèles, dans une pièce dont le nom est àl’origine du mot chapelle.Un songe le pousse à se rendre dans sa ville natale pour tenter de convertir ses parents. Il parvint à convertir sa mère et quelquesde ses compatriotes.Il gagna l’Illyrie (ouest de la Slovénie et de la Croatie actuelles). Persécuté par les Ariens, il fut forcé de quitter la région et gagnal’Italie. Martin essaye de mener une vie d’ermite à Milan avec quelques disciples avant de se faire chasser par l’évêque arien de laville. Il s’isola donc à Galinaria, île déserte de la côte ligure, avec un compagnon prêtre.Il fonda à Poitiers vers 360 le premier monastère de la Gaule à Ligugé (sud de Poitiers), où il est rejoint par des disciples. Il accomplitses premiers miracles dont la ressuscitation d’un serviteur qui s’était pendu.À la mort d’Hilaire, évêque de Poitiers (ami de Martin) en 367, les Poitevins n’avaient pas réussi à convaincre Martin de devenir leurévêque. Quelques années plus tard, à la mort de l’évêque de Tours, il est enlevé de force par des Tourangeaux et poussé par leflot du peuple à devenir évêque le 4 juillet 371.Aurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 8/ 143
  • 9. Il établit un monastère à Marmoutier (à 2 km en amont de Tours, sur la rive droite de la Loire) où il vivait dans une grotte avec 80disciples.A partir de 375, il lance l’évangélisation des campagnes (en commençant par la Touraine). Il poursuivit son action de missionnairedans toute la Gaule et en Europe. L’importance historique de Martin de Tours tient davantage au fait qu’il a créé les premiersmonastères en Gaule et qu’il a formé des clercs par la voie monastique.Au soir de sa vie, sa présence est requise pour réconcilier des clercs à Candes sur Loire. Son intervention est couronnée de succèset Martin meurt à Candes, le 8 novembre 397, sur un lit de cendres comme mouraient les saints hommes ; disputé entre Poitevins etTourangeaux, son corps est subtilisé par ces derniers et rapidement reconduit par le fleuve jusqu’à Tours où il est enterré le 11novembre.Une légende veut que les fleurs se soient mises à éclore en plein novembre, au passage de son corps sur la Loire entre Poitiers etTours : c’est ce qu’on appelle « l’Été de la Saint Martin ». II. ProblématiqueC’est dans ce contexte et cet historique que la Chambre de Commerce et d’Industrie de Touraine nous commande une étudeavec la problématique suivante : « Comment créer de la valeur économique à la fois cultuelle, culturelle et touristique autour desitinéraires Saint Martin de Tours et de son action de partage ? »III. EnjeuxLes enjeux de cette étude sont les suivants : • Meilleure rentabilité des activités touristiques de la région tourangelle (hôtels, gites, restaurants, musées, etc.) • Promotion du tourisme vert • Découverte et valorisation du patrimoine de la région (gastronomie, vignobles, architecture, etc.) • Réappropriation du personnage de Saint Martin de Tours par les Tourangeaux (pédagogie et information) • Découverte du patrimoine martinien.Aurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 9/ 143
  • 10. CARACTÉRISATION DE L’INNOVATION I. Objet de l’innovationLe produit de l’innovation est un service.Il s’agit de valoriser des itinéraires touristiques sur le thème de Saint Martin de Tours, afin de créer une économie touristique dans larégion.L’innovation est donc d’intégrer des activités nouvelles dans les parcours existants.II. Intensité novatriceL’innovation est incrémentale, en effet les chemins existent déjà, il faudra les améliorer en proposant des activités les rendant plusattractifs.III. Origine de l’innovationLa chambre de commerce veut profiter de l’engouement pour les parcours et itinéraires touristiques. Il existe déjà une opportunitéde marché (market pull), en effet les chemins du type « Saint Jacques de Compostelle » sont très prisés. Il est intéressant pour laclientèle de ce type de chemin de découvrir un nouveau parcours.Le thème du partage citoyen véhiculé par nos chemins peut attirer une clientèle axée sur ce qui touche au développementdurable et à l’écologie (car partage des ressources naturelles).Aurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 10/ 143
  • 11. IV. Nature systémique de l’innovation et portée économique de l’innovationLe projet de valorisation des chemins de Saint Martin de Tours est intégré dans une démarche globale de développementtouristique (partie des objectifs 2010 de la CCI Touraine).L’innovation est de ce fait locale car ne mobilisant pas la partie la plus importante des ressources de la CCI Touraine.V. Stratégie adoptéeOn adoptera une stratégie de différenciation des services offerts.Il s’agira de proposer une large gamme d’activités, allant de la découverte de produits du terroir, de vignobles, de visites dupatrimoine architectural de la région en passant par le patrimoine martinien, à des réflexions autour du partage (ramassage dedéchets, sensibilisation au développement durable, au partage des ressources).VI. Position visée sur le marchéLes chemins de Saint Martin existant sont « sur les pas » de Saint Jacques de Compostelle. On s’inscrit dans une position de suiveur.Cependant, la volonté de nous différencier des chemins existants en visant un large public, plus laïc, nous entraîne vers uneposition de challenger. Aurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 11/ 143
  • 12. ETUDE DE L’ENVIRONNEMENT INTERNEAurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 12/ 143
  • 13. CHAMBRE DE COMMERCE 1 ET D’INDUSTRIE DE TOURAINELes Chambres de Commerce et d’Industrie sont, en France, des organismes chargés de représenter les intérêts des entreprisescommerciales, industrielles et de service d’une zone géographique et de leur apporter certains services. Regardons les objectifsparticuliers de celle de Touraine afin d’analyser l’environnement interne du projet de parcours touristique autour de Saint-Martin deTours.I. Organisation des Chambres de Commerce et d’Industrie en FranceLes Chambres de Commerce et d’Industrie ont à leur tête une assemblée élue parmi les représentants des entreprises de leurcirconscription. Chaque entreprise est classée dans une catégorie (commerce, industrie ou services) et, le cas échéant, dans unesous-catégorie. Le nombre de représentants de chaque catégorie ou sous-catégorie au sein de l’assemblée est fonction du poidséconomique relatif de chacune d’elles en termes de nombre d’entreprises, de nombre de salariés et de base fiscale. Cetteassemblée désigne en son sein un président et un bureau (vice-présidents - un par catégorie -, trésorier, secrétaire...). Les servicesde la CCI sont placés sous l’autorité d’un directeur général nommé par le président après consultation du bureau. Le trésorierexerce, au sens de la comptabilité publique, le rôle de comptable de l’établissement public, le président étant l’ordonnateur.Ce sont des organismes qui gèrent concurremment des services publics administratifs et des services publics industriels etcommerciaux. La jurisprudence de la Cour de cassation et du Conseil d’État les classe dans les établissements publicsadministratifs. Néanmoins, quand elles gèrent des services publics industriels et commerciaux (ports, aéroports, etc.), elles secomportent, tant vis-à-vis de leurs usagers que de leurs personnels affectés à ces services, comme des établissements publicsindustriels et commerciaux.Leurs recettes proviennent d’une taxe perçue de manière additionnelle à la taxe professionnelle, des produits de leurs activitésindustrielles, commerciales et d’enseignement et éventuellement de subventions.Aurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 13/ 143
  • 14. II. Objectifs de la Chambre de Commerce et d’Industrie de TouraineLa Chambre de Commerce et d’Industrie de Touraine s’est donné pour objectif de : « Construire l’image économique de laTouraine en exploitant les valeurs et atouts de cette dernière : qualité de vie et bien-être portent des potentialités dedéveloppement économique, donc l’emploi. Santé, Habitat, Sens, Environnement, doivent permettre de forger une véritablestratégie économique pour la Touraine, dont la synthèse trouve son expression autour du développement durable. »D’ici 2010, la CCI Touraine s’applique particulièrement dans quatre domaines : • Santé, beauté, bien-être • Énergies et industries d’avenir • Carrefour logistique • Loire, tourisme et cultureIII. Loire, tourisme et culture« Le patrimoine culturel et environnemental de la Touraine est d’une extraordinaire richesse. Tourisme (3e région de France la plusconnue), notoriété de la francophonie reconnue dans le monde entier, activité touristique intense, Loire classée au PatrimoineMondial de l’Humanité, viticulture de grande tenue : les entreprises ont tout à y gagner, pour autant qu’une dimensionéconomique soit donnée à ces valeurs ligériennes. » A. Objectifs liés à la francophonie • Utiliser la francophonie en Touraine comme un facteur de développement économique • Renforcer le rayonnement de l’Institut de Touraine B. Objectifs liés au tourisme • Contribuer à professionnaliser les méthodes et approches touristiques • Investir dans le tourisme d’affairesAurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 14/ 143
  • 15. • Déployer du réceptif de masse et des outils de réservation hôtelière au moyen d’une démultiplication des offres sur Internet • Exploiter les manifestations tourangelles pour leur conférer un fort impact touristique et économique C. Objectifs liés au Patrimoine Mondial • Dynamiser l’action des cinq Chambres de Commerce et d’Industrie ligériennes (Orléans, Blois, Tours, Saumur et Angers) • Démultiplier les exploitations touristiques de la Loire : Loire à Vélo, Loire navigable. D. Objectifs liés à la viticulture • Construire un partenariat avec l’Association Professionnelle Interloire • Porter les intérêts du vignoble tourangeau au sein de l’Association Consulaire regroupant les vignobles de Bordeaux, Bourgogne, Beaujolais, Côtes du Rhône • Créer des intérêts communs autour des activités viticoles notamment en fédérant les entreprises ressortissantes de la CCI de Touraine appartenant à la filièreAurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 15/ 143
  • 16. IV. Organigramme du département « Direction Marketing Communication » de la CCI de TouraineAurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 16/ 143
  • 17. 2 CENTRE CULTUREL EUROPÉEN SAINT-MARTIN DE TOURSLe Centre Culturel Européen Saint-Martin de Tours est une structure récente puisqu’elle a été fondée en 2004. Depuis sa fondation,le centre a créé trois chemins Saint Martin dans la région Touraine. Dans notre étude de l’environnement interne, il est importantd’appréhender le fonctionnement de ce centre car il est à l’origine des chemins.I. Centre Culturel Européen Saint Martin de ToursLe Centre culturel européen Saint Martin de Tours est une association de type Loi 1901, composée de deux salariés : AntoineSelosse, le directeur, et Martine Campangne, directrice adjointe. Le centre dispose d’un budget annuel de 250 000 €, constitué à100% de subventions provenant à la hauteur de 50% du Ministère de la Culture et de 50% du Conseil Général d’Indre-et-Loire.Cette convention avait une durée limitée à trois ans plus un an d’avenant. Le statut du centre va donc évoluer petit à petit verscelui d’une Fondation européenne. Le fonctionnement et les missions seront alors modifiés.Le Centre culturel européen Saint Martin de Tours a pour principal rôle de développer à l’échelle de la France et de l’Europel’Itinéraire Culturel Européen « Saint Martin de Tours, personnage européen, symbole du partage, valeur commune ». Dans ce but, ilcollabore avec l’Institut Européen des Itinéraires Culturels du Conseil de l’Europe, à Luxembourg. Ses différentes missions sont donc : • Dresser un inventaire du patrimoine culturel matériel et immatériel martinien au niveau de la France et de l’Europe, le sauvegarder et le valoriser ; • Coordonner les études de candidature des « Villes et Territoires Martiniens » ; • Garantir l’application des chartes du Centre Culturel Européen Saint Martin de Tours ; • Sensibiliser à la prise de conscience d’une identité culturelle européenne et d’une citoyenneté européenne, fondée sur des valeurs communes, « le partage », concrétisée par un itinéraire culturel européen, retraçant l’histoire de Saint Martin, son culte, son geste symbole et son évolution dans les cultures en France et en Europe ;Aurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 17/ 143
  • 18. • Exercer une fonction de conseil et d’expertise afin de développer des actions liées au patrimoine culturel martinien, comme facteur d’amélioration du cadre de vie et comme source de développement social, économique et culturel, et de donner une place de choix au tourisme culturel, dans une optique de développement durable.Le Centre Culturel Européen Saint Martin de Tours est adhérent du Groupement Européen d’Intérêt Economique Culture Routes, cequi permet à tous ses partenaires de développer une collaboration multilatérale ; à ce titre, des rencontres régulières et desformations sont organisées avec d’autres villes européennes responsables d’itinéraires culturels, et un lobbying auprès de l’UnionEuropéenne est entrepris.II. Localisation des chemins de Saint Martin de Tours en TouraineAurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 18/ 143
  • 19. Aurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 19/ 143
  • 20. III. Fondation Saint Martin de ToursLe rôle de la future Fondation Saint Martin de Tours sera basé sur le concept de « Partage citoyen ». A. Partage CitoyenLe concept du Partage citoyen a été validé par une Commission d’une vingtaine d’experts européens réunis dans le cadre de lacélébration du 50e anniversaire du Traité de Rome le 14 mars 2007 à Paris, sous la tutelle du Conseil de l’Europe et du Ministère dela Culture et de la Communication, sous la présidence de Madame Catherine Lalumière. C’est un concept novateur, qui tend àrassembler les hommes au-delà des clivages de toutes natures, dans une même démarche : partage des ressources, desconnaissances, des valeurs… dans l’optique de préserver l’humanité. Le Partage citoyen s’étend donc du partage matériel del’eau, de la nourriture, de l’environnement et des richesses, au partage des valeurs spirituelles universelles et au partageinterculturel.Le rôle de la Fondation sera de construire un cadre de réflexion sur ce qui doit être partagé ou réparti, comment devra se fairecette répartition et dans quels buts. Elle fera donc appel aux travaux des économistes, sociologues, philosophes, historiens etpersonnalités du monde scientifique et intellectuel concernées par cette réflexion. B. Ses missionsLa Fondation Saint Martin de Tours aura alors pour missions de : • Affirmer l’importance de la valeur universelle du partage à laquelle chacun peut adhérer, pour chercher des solutions à l’échelle de la planète aux problèmes contemporains (environnement, éducation, santé…) ; • Sensibiliser à la prise de conscience d’une identité et d’une citoyenneté humaine communes, à l’ouverture à l’autre, en respectant cultures et différences ; • Inscrire le « Partage citoyen » dans la Déclaration universelle des Droits de l’Homme (quatrième génération) ; • Mettre en place et diffuser le label « Partage citoyen » ; • Organiser les « journées européennes du partage » ; • Faire de Tours la capitale internationale du « Partage citoyen », en créant un sommet permanent du Partage citoyen par le biais des nouvelles technologies, qui établira des passerelles entre les organisations et les institutions qui concrétisent sur le terrain des projets, pour créer une meilleure compréhension entre les individus. Ce travail s’appuiera sur la réflexion et l’interrogation permanente de tous, dans une démarche citoyenne qui utilisera toutes les formes de communications modernes.Aurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 20/ 143
  • 21. BILAN DE L’ETUDE DE 3 L’ENVIRONNEMENT INTERNEIl se dégage de cette étude sur l’environnement interne qu’il existe une volonté commune de créer une offre touristique autour dupersonnage de Saint Martin de Tours. La Chambre de Commerce et d’Industrie souhaite promouvoir les chemins créés par leCentre culturel européen Saint Martin de Tours afin que les Tourangeaux puissent s’approprier ce personnage historique. Lavalorisation de ces chemins entre parfaitement dans leurs objectifs de 2010.Il est important de constater que les deux structures pourront travailler ensemble si cette même volonté reste. Cependant, onremarque également des ambitions très différentes qui pourront créer des tensions si elles ne sont pas prises en compte dès ledébut.En effet, la Chambre de Commerce et d’Industrie Touraine a une approche économique du projet. L’objectif principal de cettevalorisation touristique est de créer une offre commerciale autour du personnage de Saint Martin de Tours. Au contraire, laFondation Saint Martin de Tours a une approche de la valorisation de ces chemins plus philosophique, avec la notion de partagecitoyen qu’elle souhaite mettre en place et promouvoir. Ces deux visions ne sont pas contradictoires, mais peuvent le devenir si lesactivités économiques et touristiques de la CCI Touraine sont trop dispersées et contraires à la notion de partage citoyen.Aurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 21/ 143
  • 22. ETUDE DE L’ENVIRONNEMENT EXTERNEAurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 22/ 143
  • 23. 1 LE TOURISME EN TOURAINECette partie s’attache à présenter le tourisme en Touraine dans ses grandes lignes. L’inventaire qui est fait n’est pas exhaustif ; nousnous sommes attachés à recenser dans plusieurs grandes catégories ce qui existait actuellement. I. Les monuments et le patrimoine A. Les châteaux de la LoireIl existe une quarantaine de châteaux dans la région et ils expliquent en partie le classement d’une partie de celle-ci à l’UNESCO.Ces châteaux sont situés sur les cours de différents fleuves et rivières (la Loire et l’Indre principalement, dans une moindre mesuresur le Maine, le Cher et la Vienne). Une quinzaine de ces châteaux est reconnue comme remarquable.Il est important de souligner le rayonnement d’un château en particulier : le château de Chambord. Celui-ci est le vingtième siteculturel le plus visité en France. Tous les ans, 700 000 personnes s’y rendent. B. Le patrimoine religieuxLe patrimoine religieux en Touraine est riche et réparti sur l’ensemble du territoire. De nombreux monuments se rapportent à Saint-Martin, ce qui n’est pas un hasard puisque c’est lui qui a fondé Tours. Citons à titre d’exemple les monuments suivants : • La cathédrale Saint Gatien de Tours et la basilique Saint Martin • L’abbaye Saint-Martin à Ligugé • La collégiale de Candes Saint Martin • La chartreuse du Liget • Le prieuré Saint Jean de Grais C. Les sites troglodytiquesCes sites troglodytiques sont une originalité du patrimoine ligérien. Plusieurs sont visitables : • Les grottes de SavonnièresAurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 23/ 143
  • 24. • La magnanerie de Bourré (lieu d’élevage des vers à soie) • La cave des roches de Bourré (culture de champignons)Aurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 24/ 143
  • 25. II. L’offre culturelle A. Les muséesLe premier musée à mentionner dans cette partie est celui de Saint Martin. Localisé dans une dépendance du cloître de labasilique, il retrace les principaux épisodes de la vie du saint.Des musées de la région sont consacrés à deux grandes figures de la littérature française : • Le musée Rabelais à Seuilly (maison de la Devinière, datant du XVe siècle, où François Rabelais est né) • Le musée Balzac (château de Saché, lieu d’inspiration de Balzac)D’autres musées sont aussi présents : • Le musée des Beaux-arts de Tours (peintures françaises et étrangères du Moyen-âge au XXe siècle) • Le musée du Compagnonnage de Tours (chefs-d’œuvre des compagnons du Tour de France depuis 1840, unique au monde) • Le musée de la Résistance (Chargé) • Le musée de la Préhistoire (château de Grand-Pressigny)Deux musées peuvent intéresser les amateurs d’œnologie : • Le musée des vins de Touraine (Tours). Ses collections illustrent différents thèmes, notamment la mythologie et les rites en rapport avec le vin • Le musée Moncontour (Vouvray). Situé dans les caves troglodytiques du château, il retrace l’histoire de la vie de la vigne et du vin. B. Les festivalsLe festival majeur de la région est le festival des jardins de Chaumont-sur-Loire. C. Les visites contéesDifférentes visites contées ont été mises en place pour découvrir la ville d’Amboise ou encore son château (ex. : la visite« Confidences de Reines »).Aurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 25/ 143
  • 26. D. Les spectacles de sons et lumièresDe nombreux spectacles de sons et lumières sont organisés dans le prestigieux cadre des châteaux de la Loire. Organisésprincipalement à la belle saison, voici les principaux : • Promenade nocturne au château de Chenonceau • À la cour du roi François au château d’Amboise • Songes et lumières au château d’Azay-le-Rideau • Rêves de lumières à Chambord III. La nature A. Les parcs et jardinsUne dizaine de jardins sont particulièrement mis en valeur en Touraine. Les plusconnus sont sans doute les jardins suspendus du château de Villandry. Cesjardins, organisés en terrasses, sont un chef-d’œuvre du génie français del’époque.Autrement, les jardins suivants peuvent être mentionnés : • Les jardins de la Chatonnière • Les jardins de Valmer • Les jardins du château de la Farinière • Les jardins du Prieuré de Saint Cosme • Le parc Richelieu B. Les espaces naturelsLa Touraine est une zone géographique particulièrement préservée. Dans la proximité immédiate de Tours se trouve en effet leParc naturel régional Loire-Anjou-Touraine.Les autres espaces naturels de la région sont : • Le parc naturel régional du PercheAurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 26/ 143
  • 27. • Le parc naturel régional Loire-Anjou-Touraine • Le parc naturel régional de la Brenne • La forêt d’Orléans • La SologneCes espaces sont particulièrement intéressants à exploiter et valoriseraient indéniablement les itinéraires Saint-Martin. C. La Loire à véloLa Loire à vélo est un itinéraire de 800km créé au plus près du fleuve pour relier Nantes, Angers, Saumur, Tours, Blois, Orléans à piedou à vélo. À ce jour, la moitié de l’itinéraire est créée. Le projet doit quant à lui être achevé en 2010 normalement. D. La Loire dans les airs et sur l’eauComme un grand nombre de régions touristiques françaises, il est possible de découvrir le fleuve et la région aussi bien dans les airsque sur l’eau. Les classiques promenades fluviales peuvent être effectuées sur la Loire à bord de bateaux authentiques à rames.Ceux qui souhaitent prendre de l’altitude peuvent le faire à bords d’engins motorisés (avions, hélicoptères) ou non, de même qu’àbord de Montgolfières, comme c’est le cas à Montrichard, Rochecorbon et Saint-Georges-sur-Cher.Aurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 27/ 143
  • 28. IV. Les autres activités A. Les parcs de loisirsIl y a plusieurs parcs de loisirs dans la région. • Parc des mini-châteaux (Amboise) • Fantasy Forest à Mosnes • Parc des mini-châteaux à Amboise B. Les activités sportivesLes activités sportives classiques sont praticables dans la région. En raison de ses grands espaces, celle-ci se prête particulièrementà la pratique de sports nautiques et de l’équitation. C. Les foires et marchésDifférents événements organisés annuellement peuvent être exploités dans le cadre du développement des chemins de Saint-Martin. Citons particulièrement : • La foire de Tours (du 1er samedi au 2e dimanche de mai) • La grande braderie commerçante (le 1er dimanche de septembre) • Le marché de Noël (les trois semaines précédant Noël)Aurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 28/ 143
  • 29. L’HÔTELLERIE ET 2 LA RESTAURATION EN TOURAINEDans chaque projet touristique, il est important de prendre en compte les capacités d’hébergement et de restauration. Commentla Touraine est-elle équipée ?I. Hébergement A. Parc de l’hôtellerie de tourismeAu 31 décembre 2007, l’Indre-et-Loire comptait 195 hôtels classés tourisme, représentant 11 262 lits. 43,2% des chambres sontclassées 2 étoiles.Les hôtels classés en Indre-et-Loire représentent en 2007 25,4% des hébergements marchands et 10,6% de la capacité d’accueiltotale du département.Pour ce qui est de la fréquentation des hôtels classés en 2007 : • Le taux d’occupation est de 57,4% ; • 1 243 60 arrivées totales ; • 1 867 246 nuitées totales • La durée moyenne d’un séjour est de 1,5 jours ; • La part des nuitées étrangères est de 35,1% ; • La part des nuitées d’affaires est de 43,2%.Les meilleurs taux d’occupation annuels moyens sont enregistrés par les hôtels situés en zone urbaine.Il existe cependant un manque d’accueil de très haut de gamme, avec un seul hôtel 4 étoiles à Tours. C’est un manque en termesde tourisme d’affaires et pour les touristes étrangers tels que les Américains, qui réservent des chambres d’hôtes dans les châteauxet demeures de caractère pour palier cette situation.Aurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 29/ 143
  • 30. B. Parc de l’hôtellerie de plein airAu 31 décembre 2007, l’Indre-et-Loire comptait 75 hôtels plein air, représentant 5 785 emplacements nus et 581 chalets, mobilhomes, caravanes, bungalows, bungatoiles. La capacité d’accueil totale en lits s’élevait à 17 687.Les campings en Indre-et-Loire représentaient en 2007 39,9% de la capacité d’accueil en hébergement marchand et 16,7% de lacapacité d’accueil totale du département. Ce mode d’hébergement reste le 1er parc du département.La fréquentation des campings 1 à 4 étoiles en 2007 avait les caractéristiques suivantes : • Taux d’occupation de saison de 24,8% ; • 148 811 arrivées totales ; • 483 560 nuitées totales ; • Durée moyenne d’un séjour de 3,25 jours ; • Part des nuitées étrangères de 55,2% ; • Part des nuitées en locatifs de 24,1% ; • Part des nuitées des campings 3 et 4 étoiles de 71% ; C. Parc des locations de meublésAu 31 décembre 2007, l’Indre-et-Loire comptait 902 locations de meublés, représentant une capacité d’accueil de 4 517personnesdont 64% en Gîtes de France, 14,4% en Clévacances et 21,6% hors labels et groupements.Les meublés représentaient en 2007 10,2% de la capacité d’accueil en hébergement marchand et 4,3% de la capacité d’accueiltotale du département.Le taux d’occupation moyen en 2007 des gîtes ruraux représentait 41,2%. Le nombre moyen de semaines de location par gîte en2007 était de 17,1 tandis que le nombre de nuitées en 2007 était de 238 046 avec une part de 23,7% de nuitées étrangères. Ladurée moyenne de séjour était alors de 7,5 jours. D. Parc des chambres chez l’habitantEn 2007, on comptait 394 propriétaires proposant 1 225 chambres chez eux. La capacité d’accueil représentait donc 3 309personnes dont 46,8% en Gîtes de France, 5,6% en Clévacances, 16,4% avec des autres labels et 31,2% hors labels. Les chambreschez l’habitant représentaient 7,5% de la capacité d’accueil en hébergement marchand et 3,1% de la capacité d’accueil totaledu département, en 2007. Les propriétaires proposant 1 à 3 chambres avaient un nombre de nuitées par chambre d’hôtes de 240et de 190 pour ceux proposant 4 à 6 chambres.Il faut souligner que l’Indre-et-Loire est le 2e département au niveau national en termes de nombres de chambres d’hôtes.Aurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 30/ 143
  • 31. Au niveau de la région Centre, ce parc est considéré comme « petit » en termes de capacité d’accueil mais les chambres d’hôtesont une image très importante et valorisante en termes de promotion. En effet, de très nombreux touristes choisissent ce moded’hébergement qui permet de visiter la région en se déplaçant au fil de ses visites. C’est un créneau très porteur en fortecroissance. E. Les autres hébergements marchandsOn peut également constater qu’en 2007, il existait : • 2 établissements village vacances « Loisirs de France » qui accueillaient 550 places ; • 2 auberges de jeunesse correspondant à 254 places ; • 2 résidences de tourisme correspondant à 932 places ; • 9 résidences hôtelières ou meublées correspondant à 423 places ; • 37 gîtes de groupe (étape, séjour, enfants) correspondant à 804 places ; • 38 autres hébergements collectifs ou de groupes correspondant à 2 852 places.Ces autres hébergements marchands correspondant à 17% de la capacité d’accueil en hébergement marchand et à 7,2% de lacapacité d’accueil totale du département. F. Hébergement non marchandIl faut également prendre en compte ce qu’on appelle l’hébergement non marchand et qui correspond à tout typed’hébergement ne demandant pas de contrepartie d’une ou plusieurs nuitées réalisées par un touriste. On comptabilise alors lesrésidences secondaires personnelles, les hébergements chez des parents ou amis et les autres types tels que le camping sauvage.Ce type d’hébergement est très courant et relativement porteur car on dénombrait en 2007 12 285 résidences secondairespersonnelles en Indre-et-Loire, ce qui correspond à 61 425 lits. Les hébergements non marchands représentent 58,1% de lacapacité d’accueil totale du département.Cependant, il n’est pas possible de quantifier les hébergements faits au domicile privé d’amis ou de membres de sa famille.Aurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 31/ 143
  • 32. G. Graphiques récapitulatifsLes hébergements en Indre-et-Loire sont hétérogènes et permettent d’accueillir différents types de touristes. On remarque quandmême un manque en termes d’hébergement très haut de gamme et en auberge de jeunesses.Nous pouvons constater que la grande majorité des hébergements sont non marchands, il faut prendre en compte cettecaractéristique pour essayer d’augmenter la part d’hébergements marchands.II. RestaurationLa France est, de loin, le pays d’Europe qui accorde le plus d’importance à son art culinaire et les Français communient volontiersautour de ses valeurs en les intégrant à un art de vivre. Les arts culinaires font partir de notre patrimoine culturel, c’est pourquoi laFrance souhaite inscrire le patrimoine culinaire et gastronomique français au patrimoine mondial de l’UNESCO. Ceci montrel’importance d’avoir une offre gastronomique de qualité. Qu’en est-il pour la Touraine ?Aurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 32/ 143
  • 33. A. Produits du terroirDepuis la décentralisation administrative des régions dans les années 1980, la notion de terroir est revenue en force dans la cuisinegastronomique. L’engouement pour les produits du terroir a pris une ampleur certaine depuis une quinzaine d’années, allant depair avec les goûters à la ferme, les gîtes ruraux et le tourisme vert en général. La région Centre a un terroir culinaire très étenduentre le vin, le miel, le fromage de chèvre, les bières, les biscuits, les fraises… Quelles sont les structures qui mettent en avant cepatrimoine ? a) Les assiettes et les cafés de paysLes deux marques « Assiettes et cafés de pays » reposent sur les mêmes principes : l’alliance de la découverte des productionslocales, de la convivialité et de la qualité, une charte nationale de qualité portée par un comité national partenarial et uneprocédure d’agrément, d’animation, de suivi, de formation et de contrôle qualité organisée au niveau local pour conforter laprofessionnalisation des prestataires.Les « Assiettes de Pays » correspondent à des assiettes salées ou sucrées (ou mixtes) servies avec un verre de vin et composéesuniquement de produits locaux ou régionaux dont on peut assurer la traçabilité. Pour les « Cafés de Pays », il s’agit de fairedécouvrir aux visiteurs de passage les vins locaux servis au verre et provenant de châteaux ou caves coopératives locaux.Il existe également les tartines de pays qui sont l’occasion d’une dégustation-repas fondée sur une spécialité de terroir. b) Les associations de cuisiniersTouraine Gourmande regroupe 35 restaurateurs et artisans de métiers de bouche qui œuvrent avec des aspirations propres pourrégaler leurs convives en toutes occasions gourmandes aux quatre coins de la Touraine. c) Dans la restauration : exemple « Les logis de France »Depuis les années 90, les restaurants Logis de France proposent dans leur carte le « Menu du Terroir Logis de France », qui met envaleur, à chaque plat, les produits locaux, mais également la tradition culinaire locale.En 2007, le Conseil régional et la Chambre Régionale d’Agriculture, au travers de COVALOR, ont associé les Logis de France à lamise en valeur des produits de la région Centre.Aurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 33/ 143
  • 34. B. Offres de restaurationLa Touraine a une offre gastronomique variée. On y trouve des restaurants proposant de la cuisine française traditionnelle,italienne, végétarienne, japonaise. On peut y trouver également des spécialités de crêpes ou de grillades. Il existe une grandediversification au niveau des classements. Il y a des restaurants allant de zéro à cinq étoiles.Aurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 34/ 143
  • 35. 3 LE VIGNOBLE EN TOURAINEI. HistoriqueLa présence de la vigne en Touraine est antérieure à la colonisation romaine. Du Moyen Âge au XVe siècle, la bourgeoisie est àl’origine de la pleine extension des vignobles de Saumur, Tours et Orléans avec l’abolition du droit de banvin (proclamation par leseigneur de l’ouverture de la saison de vente du vin. Droit de banvin, par lequel le seigneur se réservait de vendre son vin avantcette ouverture). Les exportations vers les pays du nord de l’Europe en furent favorisées.La Loire fut un axe de circulation idéal. Elle constitue certainement l’une des raisons de l’implantation et du développement desvignobles qui la bordent. D’autre part, elle facilite le transport et le commerce depuis les ports importants (Saint Thibault près deSancerre, Orléans, Vouvray, Tours, Angers, Nantes, ...)Aux XVe et XVIe siècles, la présence des rois de France dans les châteaux de Touraine favorisa grandement le développement et larenommée du vignoble tourangeau.À la fin du XIXe siècle, les vins de Touraine ont subi de plein fouet le phylloxera (sorte de puceron ravageur de la vigne), et après ladestruction du vignoble, les vignerons ont choisi de s’orienter vers une production de qualité. Cet effort fut récompensé en 1939par l’obtention de l’appellation d’origine contrôlée « Coteaux de Touraine ». Cette AOC regroupait alors 39 communes dudépartement du Loir-et-Cher et fut modifiée en 1953 pour devenir l’actuelle AOC Touraine.Aujourd’hui, l’appellation Touraine couvre 8 000 hectares sur 146 communes. Comprise entre 200 000 et 250 000 hectolitres, laproduction se partage pour moitié de rouges et pour autre moitié de blancs.Aurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 35/ 143
  • 36. II. AOC (appellation d’origine contrôlée) A. DéfinitionL’appellation d’origine contrôlée (AOC) est un signe officiel français qui garantit l’origine de produits alimentaires traditionnels.Cette appellation fait partie au niveau européen des appellations d’origine protégée (AOP).Les appellations d’origines sont des certifications officielles de qualité délivrées par un organisme dépendant d’un ministère.Les AOC identifient un produit, l’authenticité et la typicité de son origine géographique. Elles sont garantes de ses qualités et de sescaractéristiques, de son terroir d’origine, du savoir-faire du producteur (vins, cidres, fromages, fruits et légumes, produits laitiers,miels, etc.), de l’antériorité et de la notoriété d’un procédé et de son nom qui sont trop anciens pour faire l’objet d’un brevet. Laquantité et le contrôle d’étiquetage des produits sous AOC répondent à un cahier des charges validé, en France, par l’INAO(Institut national des appellations d’origine) dépendant du ministère de l’agriculture. B. AOC de TouraineParmi les vins AOC de Touraine, les appellations les plus connues sont (cf. carte) : • Touraine • Touraine Amboise • Touraine Mesland • Touraine Azay-le-Rideau • Bourgueil • Saint-Nicolas-de-Bourgueil • Chinon • Vouvray • Montlouis-sur-LoireAurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 36/ 143
  • 37. Aurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 37/ 143
  • 38. III. L’influence de Saint MartinLa présence de la vigne en Touraine remonterait à Saint Martin, fondateur du monastère de Marmoutier et premier évêque deTours. Il aurait planté un premier cep à Vouvray en 380. Il aurait introduit les cépages et les modes de taille de la vigne toujoursutilisés aujourd’hui. Saint Martin aurait été un des premiers moines vignerons. 400 ans plus tard, les moines des abbayes de Touraine,grands propriétaires terriens, détenaient la majeure partie du vignoble.IV.L’œnotourisme A. DéfinitionLe concept de tourisme viticole, ou œnotourisme, renvoie à la notion de découverte, par des gens en situation de tourisme ou deloisirs, du vin dans sa région de production. Il regroupe l’ensemble des activités de tourisme et de loisirs liées à la découverte du vin(visites de caves, routes des vins, stages d’œnologie, musées et écomusées du vin,...), ainsi que la « mise en tourisme » des sites etpatrimoines liés au vin et à sa production.Le tourisme viticole est un marché émergent et a fait l’objet d’un rapport en 2007 - L’œnotourisme : une valorisation des produits etdu patrimoine vitivinicoles - commandé par Dominique BUSSEREAU, Ministre de l’Agriculture et de la Pêche, et de Léon BERTRAND,Ministre du Tourisme.Il ressort de ce rapport que l’œnotourisme est un enjeu fort pour les professionnels du vin, et évidemment pour ceux du tourisme.On note également que l’œnotourisme est un secteur dynamique et qu’il est essentiel de le mettre en réseau avec les autresformes de tourisme pour son développement. B. Types de prestations pouvant être proposées autour du vinVoici une liste de prestations pouvant être proposées autour du tourisme viticole : routes des vins, sentiers et chemins de randonnéeviticoles, circuits ou séjours organisés dans le vignoble, stages d’œnologie, visites et autres prestations des exploitations viticoles,musées et écomusées du vin, maisons du vin, fêtes et festivals, salons professionnels, foires au vin locales et ventes aux enchères.Aurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 38/ 143
  • 39. C. Enquêtes autour de l’œnotourisme • L’enquête Omnibus auprès des Français met en évidence un fort intérêt pour le vin et la vigne puisque : 40 % des Français affirment être allés lors de vacances ou week-end en France dans une cave pour visiter, déguster ou acheter du vin, 22 % des Français ont choisi au moins une fois leur destination parce qu’ils pouvaient y découvrir le vignoble et y acheter du vin, 28 % ont fait au moins une fois un détour pour la même raison. Pour les Français, la capacité d’attraction du tourisme vinicole augmente avec le revenu, l’âge et l’absence d’enfants à charge. • Quatre familles de clients pour ce type de tourisme ont été dégagées : o Les amateurs du vignoble (20 %) viennent régulièrement dans le vignoble pour s’y fournir en vin de la région. o Les amateurs de vin (20 %) viennent pour la première fois dans le vignoble et cherchent à acheter. Ils sont connaisseurs des vins en général, o Les amateurs de la région (22 %) viennent régulièrement dans la région pour son vin mais également pour profiter de ses attraits touristiques, o Les amateurs de l’offre touristique (38 %) ont pour motivation la découverte d’une région, dont une dimension incontournable est le vignoble et le vin, qu’ils appréhendent dans sa dimension culturelle et touristique.Ces deux dernières familles de clients sont des cibles intéressantes dans le cadre de notre projet. • Les trois régions les plus prisées sont le Bordelais (21 %), l’Alsace (17 %) et la Champagne (12 %), les autres régions sont largement dépassées : le Languedoc-Roussillon (8 %), la Vallée du Rhône (6 %), le Sud-Ouest autre que Bordelais (6 %), le Val de Loire (5 %), la Provence-Corse (3 %).Le Val de Loire n’est pas l’une des régions les plus prisées pour le tourisme viticole, y associer un autre type de tourisme, commedans le cadre d’un itinéraire sur le thème de Saint Martin, pourrait avoir une influence positive.Ainsi notre projet pourrait s’associer au développement de l’œnotourisme (qui s’inscrit dans un cadre national) dans la régiontourangelle, on profiterait réciproquement de ce marché dynamique en y associant des produits complémentaires : chambresd’hôtes, animations culturelles ou sportives, musées…Aurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 39/ 143
  • 40. D. Intérêts des animations sportives autour de l’œnotourismeLes zones de vignoble sont très variées en termes de paysage et de patrimoine. Il n’est donc pas étonnant que s’y développentdes activités sportives et de découverte dont la plus répandue est la randonnée. Le nombre de randonneurs est en effet estimé àquelque 15 millions de personnes en France par ODIT France. On assiste de plus en plus à la naissance ou à la renaissance deroutes thématiques dont la plus célèbre est le chemin de Saint-Jacques de Compostelle. Ce type de thématique s’inscritexactement dans notre projet de valorisation d’un itinéraire sur Saint Martin.L’existence de sentiers balisés au sein des vignobles est de nature à accroître notablement leur fréquentation et à faciliter lescontacts avec les vignerons et leurs exploitations. Les vignobles peuvent évidemment être parcourus de diverses manières, d’oùl’existence de randonnées équestres ou de circuits vélo. De nombreux exemples peuvent être cités comme « les bastides etvignobles en Albigeois » ou « le Lubéron en vélo ». E. En TouraineIl existe déjà en Touraine des domaines viticoles qui se sont engagés dans une démarche d’accueil touristique. À ce sujetl’interprofession des vins de Loire met à disposition un guide, intitulé « Invitation dans le vignoble de Loire ».Il existe également un musée des Vins de Touraine à Tours.Il y a sans aucun doute une base propice à un développement d’un tourisme viticole dans la région tourangelle pouvants’associer au développement d’une route thématique sur Saint Martin de Tours.Associer un itinéraire touristique sur le thème de Saint Martin et du vignoble de Touraine est cohérent et intéressant car Saint Martinserait à l’origine du développement du vin en Touraine et particulièrement du vin de Vouvray qui aujourd’hui fait partie de l’AOCTouraine. Un itinéraire touristique pourrait se développer le long des vignobles AOC de Touraine avec une étape importante àVouvray.Aurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 40/ 143
  • 41. Bilan Avantages InconvénientsDes vignobles classés AOC Le Val de Loire n’est pas une région très prisée pour l’œnotourismeSaint Martin serait à l’origine de la première vigne à VouvrayL’œnotourisme est un secteur dynamique avec un marché émergeantFort intérêt des Français pour le VinIl y a déjà des vignobles engagés dans l’accueil touristique dans la régionAurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 41/ 143
  • 42. CLASSEMENT AU PATRIMOINE 4 MONDIAL DE L’HUMANITÉLe Val de Loire entre Sully-sur-Loire et Chalonnes-sur-Loire est classé au Patrimoine Mondial de l’UNESCO depuis 2000. Ceci peutêtre un atout à prendre en compte lors de la programmation d’un parcours touristique sur le thème de Saint Martin de Tours. Pourcela, des recherches sur les missions de l’UNESCO sont nécessaires.I. UNESCOL’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) est une institution spécialisée du Système desNations Unies créée le 16 novembre 1945. L’UNESCO encourage l’identification, la protection et la préservation du patrimoineculturel et naturel à travers le monde considéré comme ayant une valeur exceptionnelle pour l’humanité.II. Définition du patrimoine culturel et naturel A. Article 1 de la Convention de 1972« Aux fins de la présente Convention sont considérés comme « patrimoine culturel » : • Les monuments : œuvres architecturales, de sculpture ou de peinture monumentales, éléments ou structures de caractère archéologique, inscriptions, grottes et groupes d’éléments, qui ont une valeur universelle exceptionnelle du point de vue de l’histoire, de l’art ou de la science, • Les ensembles : groupes de constructions isolées ou réunies, qui, en raison de leur architecture, de leur unité, ou de leur intégration dans le paysage, ont une valeur universelle exceptionnelle du point de vue de l’histoire, de l’art ou de la science,Aurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 42/ 143
  • 43. • Les sites : œuvres de l’homme ou œuvres conjuguées de l’homme et de la nature, ainsi que les zones y compris les sites archéologiques qui ont une valeur universelle exceptionnelle du point de vue historique, esthétique, ethnologique ou anthropologique. » B. Article 2 de la Convention de 1972Aux fins de la présente Convention sont considérés comme « patrimoine naturel » : • Les monuments naturels constitués par des formations physiques et biologiques ou par des groupes de telles formations qui ont une valeur universelle exceptionnelle du point de vue esthétique ou scientifique, • Les formations géologiques et physiographiques et les zones strictement délimitées constituant l’habitat d’espèces animale et végétale menacées, qui ont une valeur universelle exceptionnelle du point de vue de la science ou de la conservation, • Les sites naturels ou les zones naturelles strictement délimitées, qui ont une valeur universelle exceptionnelle du point de vue de la science, de la conservation ou de la beauté naturelle.III. FinancementIl est créé un fonds pour la protection du patrimoine mondial culturel et naturel de valeur universelle exceptionnelle, dénommé « leFonds du patrimoine mondial ».Les ressources du fonds sont constituées par : • Les contributions obligatoires et les contributions volontaires des États parties à la présente convention ; • Les versements, dons ou legs que pourront faire : o D’autres États, o L’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture, les autres organisations du système des Nations Unies, notamment le Programme de développement des Nations Unies et d’autres organisations intergouvernementales, o Des organismes publics ou privés ou des personnes privées ; • Tout intérêt dû sur les ressources du Fonds ; • Le produit des collectes et les recettes des manifestations organisées au profit du Fonds et • Toutes autres ressources autorisées par le règlement qu’élaborera le Comité du patrimoine mondial.Aurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 43/ 143
  • 44. IV.MissionsLa mission de l’UNESCO en faveur du patrimoine mondial consiste à : • Encourager les pays à signer la Convention du patrimoine mondial et à assurer la protection de leur patrimoine naturel et culturel ; • Encourager les États parties à la Convention à proposer des sites sur leur territoire national pour inscription sur la Liste du patrimoine mondial ; • Encourager les États parties à élaborer des plans de gestion et à mettre en place des systèmes de soumission de rapports sur l’état de conservation des sites du patrimoine mondial ; • Aider les États parties à sauvegarder les sites du patrimoine mondial en leur fournissant une assistance technique et une formation professionnelle ; • Fournir une assistance d’urgence aux sites du patrimoine mondial en cas de danger immédiat ; • Appuyer les activités menées par les États parties pour sensibiliser le public à la préservation du patrimoine mondial ; • Encourager la participation des populations locales à la préservation de leur patrimoine culturel et naturel ; • Encourager la coopération internationale dans le domaine de la conservation du patrimoine culturel et naturel du monde.V. Val de LoireL’inscription concerne spécifiquement le Val de Loire et le périmètre situé en général entre les deux coteaux le bordant de Sully-sur-Loire (45) à Chalonnes-sur-Loire (49) sur une longueur de 280 km et près de 800 km².Aurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 44/ 143
  • 45. Aurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 45/ 143
  • 46. Le Val de Loire a été inscrit comme paysage culturel évolutif et vivant. Un paysage culturel évolutif « résulte d’une exigence àl’origine sociale, économique, administrative et/ou religieuse et a atteint sa forme actuelle par association et en réponse à sonenvironnement naturel. »Un paysage vivant est « un paysage qui conserve un rôle social actif dans la société contemporaine, étroitement associé au modede vie traditionnel et dans lequel le processus évolutif continue. »Le Comité a décidé d’inscrire ce site sur la Liste du patrimoine mondial car il répond à 3 des 10 critères définis par l’UNESCO : • Représenter un chef-d’œuvre du génie créateur humain. • Témoigner d’un échange d’influences considérable pendant une période donnée ou dans une aire culturelle déterminée, sur le développement de l’architecture ou de la technologie, des arts monumentaux, de la planification des villes ou de la création de paysages. En effet, le Val de Loire est un paysage culturel exceptionnel le long d’un grand fleuve. Il porte témoignage sur un échange d’influences de valeurs humaines et sur le développement harmonieux d’interactions entre les hommes et leur environnement sur deux mille ans d’histoire. • Offrir un exemple éminent d’un type de construction ou d’ensemble architectural ou technologique ou de paysage illustrant des périodes significatives de l’histoire humaine. En effet, le paysage du Val de Loire, et plus particulièrement ses nombreux monuments culturels, illustre à un degré exceptionnel les idéaux de la Renaissance et du siècle des Lumières sur la pensée et la création de l’Europe occidentale.Le paysage culturel du Val de Loire a été façonné par l’homme autour de la culture de 4 éléments : • La culture de l’eau avec la Loire et ses affluents • La culture de la pierre, avec son patrimoine bâti, architectural monumental (châteaux de la Loire, abbayes, …), mais aussi urbain (villes et villages en front de Loire) et à usage domestique (habitats troglodytiques) • La culture des jardins, à la fois au travers des jardins d’ornement et d’une culture maraîchère • La culture de la vigne et du vin du Val de LoireVI.Intérêts et inconvénientsLes chemins de Saint Martin de Tours passent par le Val de Loire, classé au patrimoine mondial de l’UNESCO.Il serait intéressant de promouvoir cet aspect des chemins de Saint Martin de Tours car le classement de l’UNESCO garantit auxvisiteurs une protection du site. Ce classement est également considéré comme un gage d’intérêt culturel, historique et naturel. SiAurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 46/ 143
  • 47. cette promotion est accompagnée d’une présentation des valeurs mises en avant par le Val de Loire telles que l’histoire desmonuments, du fleuve, cela peut être considéré comme un atout touristique majeur.Les atouts mis en valeur par le Val de Loire peuvent également être appropriés pour illustrer la notion de partage que les cheminsde Saint-Martin de Tours veulent véhiculer. En effet, la culture de l’eau, de la pierre et des jardins peut être couplée avecl’évocation des notions de partage de l’eau dans notre monde, de partage de nos maisons et de développement durable etd’environnement.Cependant, le classement des sites au patrimoine de l’UNESCO a également une image négative auprès de certaines personnes.En effet, on peut considérer que les sites et les monuments classés sont vieillissants et ne sont pas contemporains et ludiques. Leclassement de l’UNESCO prend en compte des sites historiques sans permettre une évolution contemporaine de ceux-ci. Cetteclassification entraîne énormément de contraintes et réglementations qu’il faudra prendre en compte lors de l’élaboration d’uneprogrammation autour du personnage de Saint Martin de Tours.Cet aspect touristique est donc à prendre en compte selon le public visé.Aurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 47/ 143
  • 48. BILAN DE L’ETUDE DE 5 L’ENVIRONNEMENT EN TOURAINELa Touraine est une région très riche culturellement et patrimonialement. Elle a une véritable histoire architecturale, culinaire etœnologique. Cependant, sa renommée n’est pas identique selon les sujets. En effet, elle est très réputée pour son architectureavec les châteaux de la Loire mais assez peu pour son vin. Toutefois l’histoire est reconnue mondialement par son inscription aupatrimoine de l’UNESCO et le vin de Touraine par l’appellation AOC. Ces reconnaissances permettent de montrer leur intérêt etleur qualité mais peut également avoir une image un peu vieillissante. La communication sur ces produits touristiques est donc àprévoir pour un public bien particulier et sans porter l’intérêt uniquement sur cette dimension de reconnaissance. De nos jours, deplus en plus de personnes souhaitent revenir aux valeurs de la terre, c’est pourquoi les produits du terroir connaissent une nouvellevie.La Touraine a également un paysage très riche avec différents parcs naturels, forêts, et aussi la Loire.Cette richesse fait de la Touraine une destination touristique très intéressante. L’offre touristique est de plus diverse et variée etpermet de répondre à des envies très différentes. Il en est de même pour les offres d’hôtellerie et de restauration. Pour cela, il fautpourtant considérer que la majorité des touristes logent chez des personnes de la famille ou des amis. Il manque également desstructures de luxe en Touraine.On a pu remarquer également que le tourisme cultuel est présent dans l’ensemble de la Touraine par un patrimoine martinien trèsimportant. Cependant, il existe un décalage entre cette richesse et l’offre touristique de la Touraine. Celle-ci est peucommuniquée et c’est pourquoi les Tourangeaux ne s’approprient pas le personnage de Saint Martin de Tours. La valorisation deschemins de Saint Martin de Tours en Touraine devra prendre en compte une communication adaptée afin de promouvoirl’ensemble des richesses de la Touraine qu’elles soient naturelles, patrimoniales, culturelles que religieuses.Aurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 48/ 143
  • 49. BENCHMARKINGAurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 49/ 143
  • 50. 1 LES GRANDS ITINÉRAIRES EUROPÉENSLes chemins de Saint Martin sont reconnus au niveau européen. D’autres l’ont été avant lui, comme ceux de Saint-Jacques deCompostelle. Plus récemment, d’autres itinéraires ont aussi été reconnus. Parmi ceux-ci, nous avons choisi d’étudier l’ItinéraireMozart et les chemins de Don Quichotte. I. Les chemins de Saint-Jacques de Compostelle A. Historique et présentationLes chemins de Saint-Jacques de Compostelle existent depuis le Moyen Âge (XIe siècle). Ils mènent à Saint-Jacques-de-Compostelle, une commune de la province espagnole de Galice. À cette époque, ils servaient aux chrétiens se rendant sur letombeau supposé de saint Jacques. Ces chemins sont aujourd’hui encore empruntés par des centaines de milliers de personnes,croyantes ou non. S’ils comptent aujourd’hui parmi les plus connus en Europe, cela n’a pas été le cas les siècles précédents. Leurrenouveau date des années 1990.Cette période correspond justement à la qualification des chemins, par le Conseil de l’Europe, en Itinéraire culturel européen(1987). Plus récemment, en 2004, les chemins sont devenus un Grand itinéraire culturel européen. Notons aussi l’inscription deschemins au Patrimoine mondial de l’UNESCO (en 1993 pour l’Espagne, en 1998 pour la France).Quelles sont les motivations des nouveaux pèlerins ? Elles sont nombreuses et de différents ordres. Le côté religieux, s’il resteprépondérant, est associé aux valeurs de solidarité et de tolérance. C’est autant le but à atteindre que les évènements duvoyage, la rencontre de compagnons de route et le dépassement de soi qui sont recherchés. Aujourd’hui, aussi bien despersonnes croyantes que non-croyantes se rencontrent à cette occasion et cheminent ensemble.Les routes reconnues officiellement aujourd’hui sont : • Le chemin français, le plus emprunté • Le chemin du Nord • Le chemin primitifAurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 50/ 143
  • 51. • Le chemin anglais • Le chemin portugais • Le chemin du Sud-Est (voie de l’Argent)Aurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 51/ 143
  • 52. B. Chiffres-clés On estime à 6 millions le nombre de personnes parcourant les chemins de Saint-Jacques. Ce chiffre varie énormément selon les sources considérées. En revanche, on connaît précisément le nombre de personnes qui se sont manifestées à l’archevêché de Santiago. Ce dernier leur fait compléter un questionnaire et peut ainsi établir des statistiques de fréquentation à partir des réponses collectées. Le nombre de réponses traitées, 114 000 pour l’année 2007, peut paraître faible si on le compare aux nombre total estimé. Il n’en demeure pas moins qu’elles apportent différents renseignements sur le « pèlerin type ». Nombre de pèlerins enregistrés par larchevêché de Santiago entre 1986 et 2007200 000180 000160 000140 000120 000100 000 80 000 60 000 40 000 20 000 0 1986 1987 1988 1989 1990 1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 Nous voyons ainsi que le nombre de pèlerins comptabilisés a progressé assez régulièrement ces dernières années. Les pics de fréquentation correspondent aux années jubilaires (dites aussi années saintes), périodes pendant lesquelles l’Église accorde de singulières grâces spirituelles aux fidèles. Il y a en général plus d’hommes que de femmes qui prennent part au pèlerinage. Aurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 52/ 143
  • 53. Lorsque l’on se penche sur les raisons poussant les pèlerins à venir sur les chemins de Saint-Jacques, nous découvrons qu’elles sontavant tout religieuses. Comme l’ensemble des chiffres de cette partie, l’année considérée est 2007. Ce que les pèlerins entendentpar « motifs religieux et autres » n’est malheureusement pas explicité.Sur les deux graphiques ci-dessous, nous pouvons constater que le public des pèlerins est assez diversifié : aucune catégorie socialeou classe d’âges n’est prépondérante sur les autres.Aurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 53/ 143
  • 54. Lorsque l’on considère les pèlerins, nous voyons qu’ils sont principalement espagnols (48,5%), allemands (11,4%), italiens (9%),français (6,1%), portugais (3,5%) et nord-américains (3,1%). Les 17,8% restants sont répartis entre des nationalités situées aux quatrecoins du globe. Le caractère du pèlerinage est avant tout européen, mais cela est loin d’être exclusif. C. Mise en valeur actuelleEn Espagne, le groupe de travail du Consejo Jacobeo, créé en 1991, mène des actions portant sur la signalétique, lesinfrastructures et l’assistance aux visiteurs et pèlerins. Il réalise des études pour identifier les chemins historiques en Espagne. Lors desannées Jubilaires (1999, 2004, 2010, 2021), il accorde des déductions fiscales pour promouvoir différentes activités.La Société française des amis de Saint Jacques de Compostelle, créée en 1950, œuvre en France et dans le monde pour recréerles itinéraires empruntés depuis le Moyen Âge par les pèlerins de St Jacques. Comme son homologue espagnol, elle prodigueconseils et aide aux pèlerins. Elle mène aussi un travail de recherche sur l’histoire du pèlerinage en l’Europe pour permettre auxmarcheurs de comprendre les chemins. Deux bulletins d’information annuels sont publiés. De plus, la Société organise descolloques scientifiques, des expositions et des conférences sur Saint-Jacques. Elle collabore avec les Centres d’étudescompostellanes européens (situés en Espagne, Italie, Angleterre, Allemagne).Dès 1958, un passeport (credencial) prouvant la qualité de pèlerin a été créé. Il permet d’accéder aux gîtes répartis le long duchemin. Il permet aussi d’obtenir la compostela, le certificat officiel attestant qu’une personne a parcouru le chemin. Pour obtenirce certificat dans la cathédrale de Saint-Jacques, il faut avoir parcouru à pied, à vélo, ou en cheval, une distance suffisante sur lechemin (les 100 à 200 derniers kilomètres). II. L’itinéraire Mozart A. Historique et présentationMozart est né en Autriche en 1756. Les nombreux voyages qu’il a réalisés en font un compositeur avant tout européen. En effet, il apassé plus de dix ans sur ses trente-cinq années de vie à parcourir ce continent. Il s’est ainsi rendu en Autriche, en Belgique, enFrance, en Allemagne, en Grande-Bretagne, en Italie, aux Pays-Bas, en Slovaquie, en Suisse et en République tchèque. Au XVIIIesiècle, cela représente une vraie prouesse.Aurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 54/ 143
  • 55. La renommée de Mozart et de plusieurs de ses œuvres de Mozart ne sont plus à faire. Paradoxalement, le personnage demeuretoutefois méconnu par un grand nombre d’Européens.Une initiative de la province autrichienne de Salzburg (où Mozart est né), Europäische Mozart Wege (Voies européennes deMozart) vise à rassembler 200 villes mozartiennes, situées dans 10 pays européens, autour d’un projet commun. En 1990, l’itinéraireMozart a été inscrit par le Conseil de l’Europe dans la catégorie « personnages européens ». En 2004, il a été reconnu « Granditinéraire culturel ».La valorisation des voyages et des lieux de vie de Mozart a été engagée vers l’an 2000, de sorte qu’en 2006, à l’occasion du 250eanniversaire de la naissance du compositeur, un ensemble d’activités a pu être organisé dans différents pays : festivals, messes,concerts, actions pédagogiques, réouverture de bâtiments rénovés, etc.Concrètement, l’action se matérialise aussi par la mise en place d’une signalétique et du logo « Voies de Mozart », garant d’unniveau artistique et scientifique reconnu.L’engouement actuel pour Mozart est assez ironique : Mozart n’aimait pas Salzburg et les Autrichiens n’ont pas toujours été tendresavec lui. Il faut notamment se rappeler que Mozart est mort à 35 ans dans une grande indifférence et qu’il a été enterré dans unefosse commune.Aurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 55/ 143
  • 56. Carte des voyages de Wolfgang Amadeus MozartAurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 56/ 143
  • 57. B. Activités proposéesUne multitude d’activités sont proposées. Un calendrier annuel est tenu à jour à l’initiative de la ville de Salzburg. • Festival de Salzburg (de fin juillet à fin août) • Opéras • Concerts • Messes • Spectacles • « Mozart à vélo » (450 km de pistes cyclables autour de Salzburg) • Réouverture de la maison natale de Mozart • Expositions • Produits dérivés (vêtements, stylos, chopes de bière, chocolats et sucreries, produits kitsch comme la saucisse et le yaourt « Mozart »)Différents itinéraires « Mozart » sont proposés. Charge à chacun de trouver un moyen de transport et un hébergement pour lesréaliser. Exemple d’itinéraire sur 3 jours. Visite de Berlin le premier jour, de Prague le second et de Vienne le troisième. III. La route de Don QuichotteDon Quichotte est un personnage de la littérature espagnole. En 1605 paraît L’Ingénieux Hidalgo Don Quichotte de la Manche,écrit par Miguel de Cervantès. Ce roman est l’histoire d’un gentilhomme (un hidalgo), Don Quichotte, qui veut rétablir lachevalerie. Il parcourt les chemins de la Manche, une région de la Castille, accompagné de son écuyer. Les deux personnagessont d’un caractère opposé (l’hidalgo est plutôt austère tandis que son écuyer est rondouillard et bon vivant) et leurs aventuressont traitées sur un registre drôle et très plaisant. Le livre connaît un succès foudroyant et des millions de lecteurs l’ont lu.En 2007, la Route de Don Quichotte (Ruta de Don Quijote en espagnol) voit le jour. Le Conseil de l’Europe l’associe au thème« personnage européen » et classe la route en itinéraire culturel européen. Plus de 400 ans après la publication de l’ouvrage,l’objectif est de faire connaître les lieux parcourus par Don Quichotte. Don Quichotte n’a en fait jamais existé ; les endroits dansAurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 57/ 143
  • 58. lesquels il se rend sont par contre bien réels. Les noms de villes et de villages ne sont en revanche pas indiqués précisément dans lelivre. De nombreuses localités revendiquent donc être « l’authentique » village de l’hidalgo.Localisation et carte de la routeMalheureusement, peu de monuments de l’époque de Cervantès ont subsisté jusqu’à nos jours. Aussi bien sa tombe que sadernière maison ne sont localisables. La route de Don Quichotte s’axe donc principalement autour des lieux décrits dans le livre. Ils’agit du couloir éco-touristique et culturel le plus long d’Europe (2500 km).Quelques sites touristiques : • Les moulins à vent de Consuegra • Le cachot supposé de Cervantès à Argamasilla de AlbaAurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 58/ 143
  • 59. • La gorge de la Sierra Morena • Les lagunes de Ruidera (parc naturel)La route de Don Quichotte se parcourt à pied, à vélo ou même à cheval. L’itinéraire est divisé en 10 tronçons représentant un totalde 60 journées. Il est aussi possible d’utiliser sa voiture pour rejoindre les différents sites.Qu’est-ce qui est mis en avant sur cette route ? • L’aventure (grands espaces, ravins, canyons, gorges) • La découverte de paysages naturels (forêts, lagunes, montagnes) • La découverte du patrimoine historique et artistique (châteaux, moulins à vent, églises, palais) • La gastronomie (auberges, fromages, vins)Il existe aussi de nombreux produits dérivés estampillés « Don Quichotte ». Les boutiques de souvenirs vendent par exemple desfigurines et des statuettes représentant le duo du roman.Aurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 59/ 143
  • 60. 2 L’ORIENT-EXPRESSUn des itinéraires les plus connus au monde par son prestige et son histoire est l’Orient Express. L’étude de ce chemin a pour but decomprendre comment il est devenu aussi célèbre.L’Orient-Express est en fait un train de luxe qui, depuis 1883, assure la liaison entre Paris (gare de Paris-Est), Vienne et Constantinople(devenue Istanbul), avec desserte de plusieurs capitales européennes. I. HistoriquePlusieurs trajets ont été réalisés pour l’Orient Express. Ceux-ci desservent l’ensemble de l’Europe et se sont créés à des momentsdifférents de l’histoire. La carte ci-dessous permet de localiser les différents itinéraires.(Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Image:Orient-express_histoire.png)Aurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 60/ 143
  • 61. A. Orient-ExpressLe premier train, qui s’est appelé « Express d’Orient », puis « Orient-Express » à partir de 1891, circulait, deux fois par semaine, entreParis et Constantinople via Strasbourg, Munich, Vienne, Budapest et Bucarest. Ce train n’était pas direct : il s’arrêtait à Giurgiu enRoumanie, la traversée du Danube jusqu’à Roussé (Bulgarie) se faisait sur un bac, puis un second train assurait le trajet jusqu’àVarna, port bulgare sur la mer Noire. De là, un vapeur conduisait les passagers en 14 heures jusqu’à Istanbul. En 1885, le servicedevint quotidien jusqu’à Vienne. À partir de 1889, la ligne étant achevée jusqu’à Istanbul, le train devint direct. B. Simplon-Orient-ExpressLe 11 avril 1919, un service supplémentaire fut créé par l’Italie après l’ouverture, quelques années plus tôt, du tunnel du Simplon. LeSimplon-Orient-Express reliait Calais-Maritime et Paris-Gare de Lyon à Istanbul et Athènes via Lausanne, Milan, Vérone, Venise,Trieste, Zagreb, Belgrade, Sofia et Salonique. Cet itinéraire sud, qui évitait l’Allemagne, devint rapidement le plus important. C. Arlberg-Orient-Express, Ostende-Vienne-Orient-Express et Tauern-Orient-ExpressDes « concurrents » furent lancés : l’Arlberg-Orient-Express de Calais et Paris vers Athènes via Bâle, Zurich, Innsbruck et Vienne,l’Ostende-Vienne-Orient-Express vers Istanbul via Amsterdam, Bruxelles, Bucarest et surtout le Tauern-Orient-Express entre Berlin etIstanbul via Munich, exploité par la rivale allemande de la Compagnie des wagons-lits, la Mitropa.En 1930, une nouvelle correspondance est assurée sur la rive asiatique d’Istanbul, d’Haïdar-Pacha vers Bagdad et Bassora par lenouveau Taurus-Express. Plus rapide que le bateau, le service associé Simplon-Orient-Express + Taurus-Express permet d’aller enEgypte, en Palestine, et encore plus loin, dans un confort inégalé. C’est l’âge d’or de l’Orient-Express mais la guerre y mettra fin. D. Balte-Orient-Express et Nord-Orient ExpressAprès l’élévation du Rideau de fer, les démocraties populaires d’Europe de l’Est acceptèrent mal ce « cordon occidental »traversant leurs frontières. Les performances baissèrent, les contrôles s’intensifièrent.Paradoxalement, les pays de l’Est mirent en marche, dans les années 1950, deux nouveaux Orient-Express, le Balte-Orient-Expresssur le trajet Rostock – Berlin – Prague – Budapest – Bucarest prolongé vers la mer Noire en été et jumelé avec l’estival Nord-Orient-Express Varsovie – Prague – Bucarest – Constanza- Varna. La Yougoslavie envoya quant à elle beaucoup d’émigrés vers l’Ouest etune nouvelle clientèle apparut dans les trains la traversant, ce qui nécessita une refonte totale du service. En effet, le grandavantage du voyage en train réside dans l’absence de surtaxe pour les bagages, que l’on peut emporter à volonté.Aurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 61/ 143
  • 62. L’Orient-Express d’origine continua de circuler par l’itinéraire nord (Paris – Strasbourg – Munich – Vienne – Budapest) et des voituresdirectes, notamment des wagons-lits français, furent incorporés de Paris à Bucarest jusqu’au début des années 1990. En 2001 eutlieu une reprise de ce service de wagons-lits Paris – Bucarest avec des wagons-lits roumains, mais pour peu de temps. Le train futensuite limité de Budapest à Vienne. Aujourd’hui ce nom est toujours porté par le train rapide autrichien Strasbourg – Vienne, encorrespondance à Strasbourg avec le TGV Est.En 1982, un nouvel Orient-Express a été reconstitué par un entrepreneur britannique, Sir James Sherwood, président de la sociétéde transport Sea Containers, avec du matériel d’origine restauré. Il assure un service régulier entre Boulogne-sur-mer, puis Calais etVenise via Paris, Milan puis Innsbruck sous le vocable Venise–Simplon–Orient-Express, avec des étapes, à certaines dates, à Vienne,Prague ou Budapest, et un prolongement vers Istanbul, d’abord par un bateau spécial, dénommé Orient-Express, puis, de nosjours, par voie terrestre.Le Simplon-Express, quant à lui, héritier du Simplon-Orient-express, connut un grand succès jusque dans les années 1990, lorsque laguerre en Europe centrale et le démembrement de la Yougoslavie provoquèrent sa disparition.De son côté, en 2003, la Compagnie des wagons-lits appartenant au Groupe français Accor a restauré sept voitures de sonpatrimoine historique et les a remises en service dans un train dénommé Pullman Orient-Express, exploité principalement sous laforme de dîners-voyages au départ de Paris, mais pouvant également être affrété, à la demande, par des sociétés ou desparticuliers.II. Offres contemporaines • Un service quotidien relie Paris à Vienne, via Strasbourg, par TGV Est puis train de nuit 263 Orient-Express, avec matériel haut de gamme des Chemins de fer autrichiens (ÖBB). Le départ de la gare de Paris-Est est fixé à 19h24, l’arrivée à Salzbourg à 5h09 et à Vienne-Ouest à 8h51 le matin suivant. Dans l’autre sens, l’Orient-Express porte le numéro 262, part de Vienne- Ouest à 20h28, de Salzbourg à 23h42, et l’arrivée à Paris-Est est prévue à 9h34. Le service direct a été arrêté le 9 juin 2007, mais ce nouveau service TGV + Train de nuit, mis en place le lendemain, présente l’avantage de gagner près de deux heures dans le sens est-ouest. Toutefois, devant le succès mitigé du nouveau service impliquant un changement à Strasbourg, les ÖBB parlementent actuellement avec la SNCF pour relancer un service direct Paris-Vienne, comme viennent de le faire les Russes sur le nouveau Paris-Moscou, en accrochant deux ou trois voitures (wagon-lits et couchettes) au train de nuit allemand CNL Paris-Munich, reportées ensuite sur le train Munich-Salzbourg-Vienne. • Même si l’on ne peut plus s’offrir le mythique Venise-Simplon-Orient-Express, il est toujours possible d’aller de Paris vers Istanbul ou Athènes par le train, avec des étapes qui coupent le voyage et permettent de visiter les villes traversées. Vers laAurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 62/ 143
  • 63. Turquie, au départ de la gare de l’Est, départ quotidien par le train de nuit allemand CNL Paris-Munich. Le lendemain, visite, au choix, de la capitale bavaroise ou continuation immédiate par le train du matin vers Salzbourg et Vienne. Le soir, le train de nuit « Belgrade-Express » relie la capitale autrichienne à la serbe, par Budapest. Le jour suivant, le « Balkan-Express », en correspondance à Belgrade, assurera la dernière partie du voyage, via la Bulgarie, pour une arrivée sur les rives du Bosphore le lendemain matin. Tous ces trains comportent wagons-lits et couchettes confortables, pour un trajet de trois jours, avec la traversée de paysages grandioses, jamais vus d’avion, et une atmosphère « Orient-Express » inoubliable de grand voyage et d’aventure. Pour Athènes, prendre le train quotidien de nuit Artésia « Stendhal » Paris-Venise, arrivant le matin et, de Venise, le bateau du soir de la Compagnie Anek vers Corfou et Patras. De ce dernier port, le « Péloponnèse-Express » ralliera, en quelques heures, la capitale grecque. Trois jours de voyage (une autre option est envisageable via Ancône ou Brindisi, en empruntant les TGV Paris-Milan) Pour tous ces voyages, l’utilisation du passe « Inter-Rail » s’impose comme la formule la plus économique.L’Orient-Express continue donc d’exister du train de luxe au circuit d’aventure et, à l’heure d’aujourd’hui, devant la nécessitéécologique de réduire les pollutions, la renaissance des trains à très long parcours, héritiers de l’Orient-Express, est de plus en plusévoquée, comme le retour du Paris-Moscou, fin 2007, vient de le confirmer.III. Raisons de son succèsL’Orient-Express est connu dans le monde entier pour sa longueur. L’Extrême-Orient-Express reste, à ce jour, le plus long trajetferroviaire direct jamais effectué en voiture-lit. Ce train ne circula qu’une seule fois pour un trajet de 10 jours environ.Sa réputation est également due à sa luxuriance et à l’image que l’itinéraire a su garder. Têtes couronnées, célébrités, hommespolitiques, femmes du monde voyageaient à bord de ce train de luxe, et en forgèrent la réputation. La vie à bord allie confort etraffinement. Des chefs français préparent les mets, à partir de produits frais livrés au cours du voyage, et les cartes des vins sontdignes des grandes caves. Trois voitures-restaurants accueillent les voyageurs pour les repas, chacune dans un style propre.Les passagers voyagent en cabines privées, avec un cabinet de toilette particulier. Un steward de cabine est à leur dispositionpour leur confort personnel, qui s’occupe notamment de faire la conversion des salons en chambre confortable pour la nuit. Descabines doubles permettent de conserver un salon privé jour et nuit.Enfin et surtout, sa notoriété est due à la littérature. En effet, l’Orient-Express a inspiré à Agatha Christie l’un de ses plus célèbresromans policiers, Le Crime de l’Orient-Express, en forme de « huis-clos ferroviaire » dans le wagon-lit Istanbul-Calais, où son hérosAurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 63/ 143
  • 64. Hercule Poirot est confronté à un crime si particulier, que lui et les autres enquêteurs préfèrent « oublier » la solution de l’énigme etlaisser le crime impuni. Ce roman a également fait l’objet d’une adaptation cinématographique réalisée par Sidney Lumet et sortiesur les écrans en 1974.Orient-Express, le roman de Graham Greene évoque quant à lui l’atmosphère des années trente en Europe centrale.IV. Produits dérivésAujourd’hui, nous pouvons trouver un certain nombre de produits et services dérivés de l’Orient-Express. Par exemple, « Orient-Express Hôtels Trains et Croisières » propose une collection d’hôtels, trains, croisières, et restaurants situés dans des endroits dumonde entier (France, Pérou, Russie, Tahiti, Portugal, Botswana…). La caractéristique de train européen n’a pas été reprise par lasociété, mais ils ont axé leur service sur deux autres particularités du célèbre train à savoir le luxe et l’aventure. Un de leur itinérairepropose cependant un voyage à bord du train de légende du Simplon-Orient-Express. Aurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 64/ 143
  • 65. 3 LE TRANSSIBÉRIENLe chemin de fer transsibérien (ou encore Le Transsibérien) est la plus grande voie ferrée du monde qui, en reliant la Russieeuropéenne à l’Extrême-Orient, traverse la Sibérie méridionale de Moscou à Vladivostok.Le Transsibérien est une route de plus de 9000 km qui longe différents paysages (steppes, désert, taïga, Lac Baïkal…) et cultures lelong de la Sibérie. C’est la seule route terrestre qui traverse toute la Russie. Ce statut unique fait du Transsibérien une voie ferréeassez importante pour l’économie et la sécurité du pays. Ces caractéristiques ont d’ailleurs été les motivations de sa construction ily a plus de 100 ans.Aurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 65/ 143
  • 66. I. HistoriqueEn 1857 Murav’yov-Amurskiy, gouverneur général de la Sibérie orientale eu l’idée de la construction d’une voie ferrée en Sibérie.Plusieurs projets ont été développés durant la seconde partie du XIXe siècle mais aucun ne reçut l’approbation du gouvernement.Des suggestions d’entrepreneurs étrangers sont refusées, le gouvernement Russe voulant éviter une influence étrangère en Sibérieet en Russie orientale en laissant des entreprises étrangères y bâtir une voie ferrée.La première impulsion pour le commencement de la construction de la voie ferrée fut donnée par Alexandre III, qui, parlant de laSibérie, admet que « le gouvernement n’a presque rien fait pour satisfaire les besoins de cette région riche mais négligée. Il esttemps de corriger cette erreur ». En 1891, le comité de la construction de la voie ferrée sibérienne est formée, il déclare que « laconstruction de la voie ferrée sibérienne est un événement national important ; elle devrait être construite par des Russes avec desmatériaux russes ».Le transsibérien a été construit de 1891 à 1916. Il s’est fait en plusieurs tronçons qui ont été exploités au fur et à mesure de leurachèvement.La voie ferrée partira de Vladivostok pour rallier Moscou.La partie ouest et est ont été érigées en même temps : chemin de fer d’Oussourisk (1891-1897), chemin de fer de SibérieOccidentale (1892-1896), chemin de fer de Transbaïkalie (1895-1900), chemin de fer de Chine Orientale (1897-1901), chemin de ferautour du Baïkal (1899-1905), chemin de fer d’Amour (1908-1916). A. Les principaux tronçonsChemin de fer d’Oussourisk (765 km) - Itinéraire: Vladivistok - Nikolsk-Ussuriiskiy - Grafskaya - Khabarovsk. (1891-1897)Chemin de fer de Sibérie Occidentale (1417 km) – Itinéraire : Chelyabinsk - Kurgan - Petropavlovsk - Omsk - Ob. (1892-1895)Chemin de fer de la Sibérie Moyenne (1830 km) - Itinéraire: Ob - Achinsk - Krasnoyarsk - Zima - Irkutsk. (1893 – 1898)Chemin de fer de l’Oural (240 km) – Itinéraire : Yekaterinburg - Vhelyabinsk. (1894-1895)Chemin de fer de Transbaïkalie (1105 km) – Itinéraire : Mysovaya - Verkhneudinsk - Chita - Sretensk. (1895-1900)Chemin de fer de Chine Orientale (2536 km) – Itinéraire : Manchuria - Harbin - Pogranichny; Harbin - Changchun - Port-Arthur. (1897– 1901)Chemin de fer autour de la Baikal (260 km) – Itinéraire : Baikal - Slyudyanka - Mysovaya. (1899 – 1904)Chemin de fer d’Amour (2236 km) – Itinéraire : Kuenga - Zilovo - Alexeevsk - Amur river; Bochkarevo - Blagoveshchensk; Reinovo -Ðóõëîâî; branche vers Kivda. (1907-1915)Aurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 66/ 143
  • 67. Construction du pont d’Amour (Environ 3 km). Début de la construction en 1913.Début d’une ligne régulière de Saint Petersbourg à Vladivostoc en octobre 1916.II. Le Transsibérien aujourd’hui A. Le transsibérien originalLe Transsibérien part tous les 2 jours. Le circuit classique allant de Vladivostok à Moscou (ou vice versa) dure 9 jours et comporte 8nuits à bord. Le train comprend une 1re et une 2e classe. Les voyageurs sont logés dans des cabines comportant en général 4couchettes. Le train comprend une voiture-restaurant.Dans le sens Est-Ouest, le voyage commence à Vladivostok, vieux port russe au point de passage entre la Sibérie et la Corée. Lapremière tranche du voyage passe par Khabarovsk et Chita puis conduit à la ville historique d’Irkoutsk dont les bâtiments et églisesAurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 67/ 143
  • 68. datent du XVIIIe siècle. Après un arrêt dans cette région du Lac Baïkal, plus grand lac au monde abritant une très grande variétéd’espèces sauvages, le Transsibérien repart pour un voyage de quatre jours et trois nuits à travers la Sibérie vers la capitale,Moscou. Le train passe par Krasnoïarsk, Novossibirsk, Omsk, Tcheliabinsk. Tout le long de la route, les arrêts permettent de vivre uneexpérience unique, de voir des villes et régions étonnantes, d’approcher la réalité russe. Les petits arrêts dans les villages fontrencontrer des habitants essayant de vendre toutes sortes de choses, des pommes de terre bouillies aux traditionnelles poupéesrusses.Le train est opéré par RZD Russian Railways. Le visa russe est obligatoire.On ne peut pas s’arrêter en route. Mais on peut créer son propre itinéraire en prenant d’autres trains faisant la même route.Exemple : le Baïkal Express part de Moscou tous les deux jours et permet de faire Moscou-Irkoutsk (seulement dans ce sens).Le Transsibérien n’est pas un train de luxe, mais c’est un train emprunté par des Russes pour se rendre à Moscou ou pour quitter lacapitale. Par ailleurs, depuis la chute du rideau de fer, il a été mis en place des trains touristiques de luxe, qui sur des portions duparcours ou des lignes annexes tentent de recréer l’environnement luxueux des transsibériens du temps des tsars. B. Principaux itinéraires proposésContrairement à ce que l’on croit généralement, il n’existe pas une seule ligne de chemin de fer qui traverse la Sibérie. En fait, enfonction des parcours effectués, on retrouve le Transsibérien lui-même qui va de Moscou à Vladivostok, le Transmanchourien deMoscou à Pékin, le Transmongolien de Moscou à Pékin via la capitale de la République de Mongolie, Oulan-Bator et le BAM(Baïkal, Amour, Magistral) qui rejoint le Pacifique en s’écartant de 500 km de la frontière chinoise.Aurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 68/ 143
  • 69. De Vladivostok à MoscouItinéraire originel5 itinéraires sont proposés pour rallier ces deux villes.Le trajet peut se faire directement avec de petites escales non programmées permettant de découvrir des produits locaux dequelques villes. Ce type de parcours est le même que celui du Transsibérien original et est surtout destiné aux passionnés du train.D’autres parcours sont proposés avec des escales (un maximum de 8 escales) de quelques heures à quelques jours afin de visiterles régions traversées (notamment le Lac Baïkal, escale incontournable).Selon le type d’itinéraire, le voyage peut durer d’une dizaine à une quinzaine de jours.Les itinéraires proposés peuvent également se prolonger jusqu’à Saint Petersburg permettant aux touristes de découvrir et de visitercette grande ville proche de Moscou.De Moscou au Lac BaïkalD’autres itinéraires partent de Moscou ou de Saint Petersburg pour se diriger vers le Lac Baïkal.Le lac Baïkal et le lac le plus vieux et le plus profond du monde, Il représente 20 % du volume mondial d’eau douce contenue dansles lacs et les rivières.Le lac est inscrit par l’UNESCO en 1996 au patrimoine de l’humanité pour sa richesse écologique.Aurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 69/ 143
  • 70. Il est ainsi un lieu touristique important pour la Russie.Le trajet Moscou – Lac Baïkal permet, en plus de découvrir le Transsibérien, de visiter ce lieu.Il y a principalement deux types d’itinéraires proposés :Le premier relie directement Moscou ou Saint Petersburg à la région du Lac Baïkal (Irkoutsk) pour une durée de 9 jours et le secondpermet de faire des escales dans les différentes régions traversées (6 escales) pour une durée de 15 jours.Le Transmanchourien, de Moscou à PékinLe Transmanchourien est le train international qui fait le plus long trajet dans le monde (Le trajet Moscou-Vladivostok est plus longmais n’est pas un trajet international). Il relie Moscou à Pékin.A l’instar du transsibérien, on note une dizaine d’itinéraires variant selon les escales dans les différentes régions traversées.Ainsi le voyage peut durer une dizaine de jours pour le trajet direct sans escale et peut aller jusqu’à 21 jours selon le nombred’escales.Des itinéraires permettant de relier Pékin et le Lac Baïkal sont également proposés par des agences de voyages. C. Services proposésLes différentes formules proposées considèrent le départ de différentes villes comme Paris, Genève, Nice, Lyon,… pour Moscou.Aurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 70/ 143
  • 71. Elles intègrent également l’hébergement lors des escales et des services annexes tels que des visites guidées, la présence d’unconférencier sur le transsibérien (dans le train), ou des activités dans différentes régions traversées. a) Types d’activitésLe Transsibérien permet de voyager à travers la Sibérie. Lorsque le parcours se fait sans escales, les touristes devront se contenterd’admirer les différents paysages traversés (lac, steppes, déserts,..) et aussi quelques produits locaux lors de petits stops (20minenviron) dans certaines gares.Les voyageurs ayant choisi d’effectuer des escales peuvent participer aux activités suivantes : excursions avec la découverte desites mythiques (Lac Baïkal par exemple), d’ouvrages d’arts et de constructions (ponts, tunnels, etc.).Ils peuvent également faire des safaris photo, rencontrer des éleveurs nomades, faire des balades à cheval ou en traîneaux…Ces escales permettent aussi de visiter les différentes villes traversées, des musées et par exemple la Grande muraille en Chine.Enfin, les touristes découvrent les produits locaux (gastronomie : charcuteries, poissons fumés, vodka, etc. ; vêtements, objets d’art).Cette liste n’est pas exhaustive et les activités proposées sont différentes selon les agences de voyages. b) Voyages à thèmesDes voyages sur des thèmes particuliers sont aussi proposés, en voilà quelques exemples :Dr Zhivago, Moscou-Chine (13j.)Dr Zhivago est un roman qui a été adapté à l’écran. L’intrigue se déroule sur le Transsibérien et différents lieux des scènes del’histoire sont visités.Gobi et Gulag, Moscou - ChineLa Sibérie a abrité de nombreux camps de concentration durant l’ère soviétique.Cet itinéraire permet de visiter le seul goulag restant à ce jour qui se situe près de Perm.Aurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 71/ 143
  • 72. D’autres activités sont ajoutées à ce voyage, notamment du rafting sur la rivière Usva.Nouvel An en Transsibérien (du 27 décembre au 11 janvier), Transsibérien en hiverSur ce thème, les touristes sont invités à découvrir la Sibérie en hiver, l’itinéraire proposé rallie Moscou par Pékin en passant par leLac Baïkal et la Mongolie (Oulan-Bator). Il s’agit donc de visiter uniquement les principales régions de la Sibérie. Des balades entraîneau sont proposées et on découvre le lac Baïkal gelé.Transsibérien de LuxeTrains luxueux : douches dans les compartiments, restaurants, personnel attentif et soigné. Cet itinéraire destiné aux plus fortunéspermet aux touristes d’effectuer des visites à la carte.Cette liste n’est évidemment pas exhaustive ; différents thèmes de voyages sont proposés selon les agences. c) Agences de voyagesLes offres pour le Transsibérien sont proposées par des agences de voyages classiques ou des agences de voyages spécialiséesdans les destinations des pays de l’Est.Il existe également des agences spécialisées sur le Transsibérien. Elles proposent ainsi des offres plus diversifiées. Les voyages sontencadrés par des historiens ou guides spécialisés dans le Transsibérien et la Russie. d) TarifsLes tarifs dépendent des différents circuits et activités annexes. Ils sont en général compris dans une plage de 2000€ à 5000€ parpersonne (plus de 9000€ pour le transsibérien de luxe).Le Transsibérien est un voyage qui se prépare donc longtemps en avance. Il est destiné aux passionnés du train ou de la Sibérie, etqui disposent d’un budget assez conséquent.Aurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 72/ 143
  • 73. III. Autour du transsibérienAujourd’hui encore, le transsibérien suscite beaucoup d’intérêt, surtout en Europe.Ainsi, de nombreux romans sur ce thème sont parus : Les sirènes du Transsibérien de Hervé Bellec, paru en mai 2008, Le Transsibériende Albert Thomas paru en novembre 2007, Seule sur le transsibérien de Géraldine Dunbar paru en août 2006.On trouve également des expositions et conférences sur le Transsibérien, en plus des documentaires diffusés sur ce thème.L’information sur cet itinéraire est ainsi largement diffusée du fait de son caractère historique.Aurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 73/ 143
  • 74. 4 LA ROUTE 66 I. HistoriqueQuand la route a été créée en 1926, elle mesurait seulement 800 miles de long. Quelques années plus tard, elle en mesura 2448.Elle fut créée grâce aux efforts de Cyrus Avery (Tulsa, Oklahoma) et de John Woodruff (Springfield, Missouri) qui souhaitaient voir unlien interrégional entre Chicago et Los Angeles. Elle fut réalisée par la rencontre entre leur souhait et le Programme national dedéveloppement des routes aux Etats-Unis. Elle traversait 8 États et constituait un itinéraire majeur. Il y avait des centaines de motels,de cafés, de stations-services et d’attractions touristiques établis le long de la route.Mais les ans ont passé et suite à la construction et au développement des autoroutes, la route perdit de son utilité : son usagedevint majoritairement local. Elle a été officiellement déclassée en 1985 mais elle conserve néanmoins un caractère mythique etdemeure sans doute la plus connue des routes américaines.II. Faits • La Route 66 n’existe plus dans les cartes actuelles. • La route est connue aussi sous le nom « The mother road » (littéralement, « la route-mère »). • Il existait un programme télévisé qui s’appelait Route 66 aux États-Unis. • Aujourd’hui, on peut seulement trouver des portions de la route ; de nouvelles autoroutes les traversent. • Tous les petits commerces et villages qui vivaient de la Route 66 ont été abandonnés. • D’innombrables villes fantômes longent ainsi la vieille route, toujours ouverte au voyageur aventurier.Aurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 74/ 143
  • 75. • Route 66 est également une chanson célèbre, écrite et interprétée d’abord par Bobby Troup puis reprise par plusieurs groupes dont les Rolling Stones, Chuck Berry et Nat King Cole. • Il existe des organisations qui promeuvent le tourisme sur la route. • Les villes principales sont Amarillo, Albuquerque, Saint Louis, Oklahoma City et Toulsa.III. Carte du parcoursAurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 75/ 143
  • 76. IV. La National Historic Route FederationLa National Historic Route 66 Federation est une fédération qui promeut le tourisme et essaie de trouver des financements destinésà la préservation et à la protection de la route. Elle cherche à faire connaître l’importance de celle-ci dans l’héritage culturel desÉtats-Unis. Pour cela, elle réalise les actions suivantes : • Éducation du public. • Activités de membres. • Publication d’un magazine : « Federation News ». • Programmes de préservation. • Présentation de prix de préservation. • Animation d’un site internet. • Publication de guides (The Route 66 Dining and Lodging Guide et The EZ 66 Guide for Travelers). • Événements spéciaux. Aurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 76/ 143
  • 77. BILAN DE L’ÉTUDE 5 DE BENCHMARKINGLes différents itinéraires connaissent un nouveau succès depuis quelques années. Nous avons donc étudié les différents atouts etfaiblesses des routes les plus connues afin de pouvoir proposer une valorisation des chemins de Saint Martin de Tours adaptée. Points forts Points faibles • Existence du chemin connue par de • Trop dévoyé de son but premier (voyages nombreuses personnes « tout confort » entièrement organisés par • Les rencontres d’autres marcheurs sur le exemple) Les chemins de Saint chemin • Association à un tourisme de masse (hordes de Jacques de Compostelle • Organisation assez rôdée (gîtes, système de « pèlerins » sur les routes) certificats pour les pèlerins, etc.) • Côté « pèlerinage » et aspect religieux forcément associés au chemin • Mozart, personnage mondialement connu • Programmation culturelle peut-être trop • Qualité reconnue de la programmation de foisonnante Salzburg (Festival Mozart) • Le côté musical semble occulter tous les autres (autres arts, patrimoine architectural et naturel L’itinéraire Mozart par exemple) • Difficulté de structurer les différentes actions entre les 200 villes mozartiennes • Trop de produits dérivés n’ayant aucune signification • Beauté des paysages naturels • Peu connu du grand public (Don Quichotte, unLa route de Don Quichotte • Côté « aventure » et art de vivre classique oublié ?) • Luxuriance du train • Tarifs élevés • De nombreuses célébrités sont venues • Offre contemporaine n’ayant plus de lien avec L’Orient-Express emprunter le chemin le trajet passé • Menu gastronomique et carte des vins • Dispersion des activités proposés dans le train de grande qualitéAurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 77/ 143
  • 78. • Découverte de paysages variés • Large diffusion avec des romans et des films • Propositions de parcours d’aventure • Le prestige du Transsibérien, la plus grande • Le Transsibérien est un voyage très long voie ferrée du monde • Formalités administratives pour obtenir le visa • Découverte de paysages variés • Tarifs élevés • Passage par le Lac Baïkal qui est la plus grande source d’eau douce du Monde • Le Transsibérien fait partie de l’Histoire de la Russie Le Transsibérien • Des activités sont proposées en annexe des trajets (balades en traineaux, safaris photos, visites de musées…) • Découverte de produits locaux • Voyages à thèmes • Large diffusion du Transsibérien en terme de communication (romans, expositions, films documentaires…) • Première grande route des Etats-Unis • Coupée par de nouvelles autoroutes • Mythique grâce aux paysages qu’elle traverse • Oubli La Route 66 • Peu de villes se sont développées autour de cette routeAurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 78/ 143
  • 79. SEGMENTATIONAurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 79/ 143
  • 80. Personnes étrangères Groupes à la région g H H r A d a a a d P l E e F b P b n o A e a t a i a i d l d r â B r p Clients/animations m t r t e e u s g r O a r i a i a s s l o é é B n o l n s n c t n e g O g v l t i t v e e n s i S e i e s e s i n s e o r n s n l t s n s c d d l s e e e e s Foire aux vins x x x x x x x Parcours œnologiques (visite vignobles + dégustation) x x x x x x x x Stages d’œnologie x x x x x x x Œnologie Visites caves vins x x x x x x x x x Séjours dans vignobles x x x x x x x x x Participations vendanges x x x x x x x x x Découverte produits du terroir x x x x x x x x x Pique-nique géant x x x x x x x x Parcours dégustation x x x x x x x x xP Séjours gourmands x x x x x x xA Produit du terroir Barbecue géant x x x x x x x xT Offre de snacks (si possible responsables) x x x x x x x x xR Système de restaurants partenaires (carte de réduction p. x x x x x x x x xI ex.)M Dégustation de produits de la ferme x x x x x x x x xO Découverte des monuments x x x x x x x x xI Architecture ville + région x x x x x x x xN Visite de la ville de Tours x x x x x x x x xE Architecture Pack Musées x x x x x x x x x Châteaux de la Loire x x x x x x x x x Découverte patrimoine martinien « laïque » x x x x x x x x x Parcours guidés x x x x x x x x x Découverte patrimoine martinien religieux x x x x x x x x x Visite des églises x x x x x x x x x Célébrations religieuses (messes spéciales) x x x x x x x x Religion Chorales x x x x x x x x Veillées de prière x x x x x x x Pèlerinage x x x x x x x Découverte narrative de la vie martinienne (conteur) x x x x x x x x x Parcours théâtral x x x x x x x x x Spectacles ponctuels de théâtre x x x x x x x x x Concerts x x x x x x x x x Expositions sur la vie de St Martin x x x x x x x x x Expositions artistiques (tableaux) x x x x x x x x xC Culture classique Exposition de photos représentant le partage x x x x x x x x xU Présentation de l’histoire du manteau x x x x x x x x xL Présentation chronologique de l’histoire de St Martin x x x x x x x x xT Film sur St Martin à diffuser dans les chambres d’hôtes x x x x x x x x xU Spectacle médiéval x x x x x x x xR Festival St Martin x x x x x x x x xE Chansons martiniennes x x x x x x x x Valoriser livres sur St Martin x x x x x x x x Balisage des lieux martiniens x x x x x x x x Culture martinienne Jumelages avec les villes martiniennes x x x Audioguides (à louer ou télécharger sur baladeur MP3) x x x x x x x Interventions dans les écoles pour présenter St Martin x Balades à pied x x x x x x x x x Balades à vélo x x x x x x x x x Balades en âne x x x x x x x x Balades à cheval x x x x x x x Sport Parcours fluvial x x x x x x x x x Parcours sportif x x x x x x x xS Balades en forêt, Accro branche x x x x x x xP Golf « Saint Martin » x x x x x x xO Jeu de rôle St Martin (incarner St Martin) x x x x x x x x xR Jeux pédagogiques pour les enfants xTETL
  • 81. SPORT Chasse au trésor, jeu de piste x xE Jeu type Bonhanza (échange de haricots) x x xT Colonies de vacances x Parcours nocturnes x x x x x x x x xL Parcours pour différents âges x x x x x x x x xO Implication des touristes et des habitants dans desI x x x x x x x x spectacles (type Puy du Fou)S Loisir Fête des lumières x x x x x x x x xI Fête de quartier x x x x x xRS Colonies de vacances et centres aérés religieux x Circuits, fléchage au sol x x x x x x x x x Marionnettes x x Parcours sensoriels x x x x x x Petit train x x x x x x x x x Carte animée du parcours x x x x x x x x x Services de locations de bateaux x x x x x x x x Classes vertes, classes découvertes (séjours pour écoliers) x Séjour « développement durable » (ne pas gaspiller l’énergie,P x x x x x x x x x l’eau, etc.)A Hébergement écologique (campings, hôtels, maisonsR Développement durable x x x x x x x d’hôtes, gîtes)T Journée ramassage des déchets x x x x x xAG Visite à la ferme x x x x x x x x xE Séjour à la ferme x x x x x x x x Partage géant de manteaux x x x x x x x x xC Don de manteaux x x x x x x x x xI Echange de cadeaux à Noël x x x x x x x x xT Marché du manteau x x x x x x x x xO Partage Troc géant x x x x x x x x xYE Marché équitable sur les berges, en centre-ville ? x x x x x x x x xN Echanges de maisons x x x Accueil gratuit de touristes par les Tourangeaux x x x x x x x x x Système de dons pour l’association St Martin x x x x x x x x Brocante x x x x x x x Produits et services dérivés Figurines et produits dérivés St Martin x x x x x x x x x Thèmes martiniens variant selon périodes de l’année x x x x x x x x xP Parcours haut de gamme (prise en charge individuelle,A x x x x x x x x prestations « luxe »)R Parcours weekend au départ de Paris, des villes martiniennes x x x x x xC Autres parcours Pack transports (bus, train, location de vélo) x x x x x x x x xO et communicationU Guide type Routard x x x x x x x xR Itinéraires sur différents thèmes : voyage (pays visités par SaintS Martin : expositions, conférences, etc…) ; partage, vin + x x x x x x x x x produits du terroir, architecture, religion Tourisme daffaire Offre de tourisme d’affaire (colloques, congrès)
  • 82. CLIENTS Amateurs de Scolaires Religieux Spécialistes Associations Colonies Sportifs Artisans gastronomie P P P E a E C A A A V r A A p a c C R a r t r t a s H r P d P s P i é R e m m r s u o C C a s l o u c u h P t s i c a ’ a s v r t F AE t e l a a o t s l l a y n s a m d h d i è é o s h s H t o a o i e rl u l i t t d e i t o v c d i e c i i i s l c c t é s i r c c m c r tè d i g e v e u r o u n a l o o n n h a t a t e h i o o i s i i a e u m iv i g i u i u i r n r i l i n n a e i n e n o r u a r l o t m a n n l i se a i e r n r t o n e e i s n n t u e t c t i i m t i o n o o t c e t e as n e u s s s i é l s e t e é u r n s t s r n è i e g n i i i e u e r n, t u s r s l r e u s r s u e s n o n u é r n o s r u s s s x e d d d e d s s r e e r e e n s e s e e n s r s e e u d s e s d d n e n s s s s s u e e x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x
  • 83. x x xx x xx x xx x x x x x x x x x x x xx x x x xx x xx x x x x x x x x x x x x x x xx x x x x x x x x x x x xx x xx x x x x x x x xx xx x x x x x x x xx x xx x x xx x x xx x x x x x x x x xx xx x x x x x xx x x x x x xx x x x xx x x x xx x x x x xx xx x x x x xx x x x x x x x x xx xx x x x x x xx x x x x x x x xxx x xx x x x x x x x x x x x x x x x x xx x x x x x x xx x x x x x x x x x x x xx x x x x x x xx x x x x x x x x x x x x x x
  • 84. PRESTATAIRES Organisateurs Entreprises et CommerceOffices Artistes de voyages collectivités territoriales responsable S d C t i E d ’ o e r O A t G n ( ’ e l r é e f t g e t A C C v v u t t a C n l r q s f o e s o r o o o o i r o f o t e i u p i u n u t m m y y d e u f m r c t i o c r c I r i m m a a e p r a i e t o t n e i e n i s e e g g s r i i t p i r a s s s s t s t r r e e i s r é r v i b a m e m e c c s s d s m e s i i a l b d e d r e s e e e e e s s t l e l e e n s ) e é e e e s s s t x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x
  • 85. x xxx x x x xx x xx x x x x x x xx x x x x xx xx xx x xx x xx x x x xx x x x x x x x xx x x x x x xx x x x x x xx x x x x x x xx x xx x x x xx x x x x x xx xx x xx xx x xx xx x x x xx x xx x xxx x xx x xx x x x xx x x x xx x x x x x xx xx x x x x x x xx x x x x x x
  • 86. SEGMENTS CHOISISAprès l’étude de l’innovation et de l’environnement, nous avons établi un brainstorming selon deux axes : les activités à proposer lelong des parcours de Saint Martin de Tours et les clients et prestataires possibles. A partir de ce tableau, nous avons sélectionnédifférents segments :Segment 1 : Découverte du patrimoine œnologique et gastronomiqueSegment 2 : Découverte du patrimoine architecturalSegment 3 : Activités religieusesSegment 4 : Activités culturellesSegment 5 : Activités sportivesSegment 6 : Activités sur le partage citoyenDans la suite de notre étude, nous ne pourrons pas étudier l’ensemble des segments. C’est pourquoi nous nous focaliserons sur lessegments 1, 3, 4 et 6. Nous avons choisi ces segments car ils nous semblaient plus novateurs et plus adaptés à l’environnementinterne et externe de notre étude.Aurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 85/ 83
  • 87. ANALYSE DES SEGMENTSNotre étude de l’environnement et la segmentation qui en a suivi ont mené au choix des 4 segments ci-dessous quenous avons étudiés : - Découverte du patrimoine œnologique et gastronomique - Activités religieuses - Activités culturelles - Activités sur le thème du « partage citoyen »Pour chaque segment, nous avons dans un premier temps étudié son adaptation au marché de référence. Nous avonsensuite analysé les turbulences potentielles qui peuvent apparaître et mesuré l’attractivité de l’offre. Nous avonségalement étudié la représentation du marché des différents segments.Aurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 86/ 83
  • 88. 1 Découverte du patrimoine gastronomique et œnologique sur les itinéraires de randonnées Saint Martin de Tours I. Adaptation du marché de référence A. Définitions • Œnotourisme : Le concept d’œnotourisme, renvoie à la notion de découverte, par des gens en situation de tourisme ou de loisirs, du vin dans sa région de production. Il regroupe l’ensemble des activités de tourisme et de loisirs liées à la découverte du vin in situ (visites de caves, routes des vins, stages d’œnologie, musées et écomusées du vin...), ainsi que la « mise en tourisme » des sites et patrimoines liés au vin et à sa production.(Source : http://www.revue-espaces.com/focus/0013.tourisme-viti-vinicole-oenotourisme.html) • Produits du Terroir : Produits qui proviennent d’un territoire délimité et homogène, et dont les caractéristiques dépendant des particularités du milieu (ex climat), de savoir-faire ainsi que de savoirs traditionnels, les distinguent de façon significative des produits de même nature. Ces caractéristiques reposent aussi sur la spécificité de ce territoire. Le producteur doit garder un contrôle sur toutes les étapes de production, de transformation et de mise en marché du produit.(Source : http://www.solidarite-rurale.qc.ca/documents/190/Analyse_texte_II.pdf)Aurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 87/ 83
  • 89. B. CibleNotre clientèle cible regroupe des personnes intéressées par la découverte culturelle d’une région à travers lepersonnage de Saint Martin de Tours et aussi par les produits du terroir de la région Tourangelle, comme les vins. C. Marché de référenceLe marché de référence est donc l’association d’activités liées à l’œnotourisme et à la découverte de produits duterroir avec des randonnées sur les chemins de Saint Martin de Tours.Il s’agit donc de mettre en relation les chemins de Saint Martin qui sont de nature religieuse ou culturelle selon lesusagers avec des parcours liés à un tourisme œnologique ou gastronomique existant déjà dans la région.Ce rapprochement pourrait ainsi favoriser mutuellement le développement de ces tourismes dans la région et inciter lesusagers des chemins de Saint Martin à la consommation par des dégustations de vin et autres produits du terroir.II. Analyse des turbulences potentielles • Il existe déjà un tourisme œnologique en Touraine. Un parcours permettant de visiter plusieurs caves est proposé.Ce parcours rencontre à quelques petites étapes les chemins de Saint Martin. Il sera donc difficile pour un clientd’effectuer le parcours œnologique existant déjà en même temps que les randonnées sur les chemins de Saint Martin.Il faudrait ainsi une entente entre les prestataires ouvrant leurs caves et vignobles au public et le Centre cultureleuropéen Saint Martin de Tours afin de proposer une offre de parcours pouvant allier randonnées sur chemins de SaintMartin et découvertes de vignobles et de caves.Dans ce sens, des turbulences sont à prévoir au niveau de ces 2 structures afin de réaliser ce rapprochement.Ce rapprochement permettrait en plus de viser une clientèle plus large : amateurs de vin, de gastronomie, randonneurs,personnes intéressées par le personnage de Saint martin, etc. Ce qui ajoute une nouvelle turbulence du fait del’hétérogénéité de la clientèle qui viendra pour des raisons différentes.Aurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 88/ 83
  • 90. • Le produit gastronomique phare de la région est le Sainte-Maure de Touraine, un fromage de chèvre qui est lapremière AOC caprine française.D’après un sondage réalisé en septembre 2006 par l’institut CSA, les deux produits du terroir auxquels les Français sont leplus attachés sont les fromages (46 %) et le vin (38 %). Il serait donc cohérent d’associer au tourisme œnologique ladégustation du Sainte-Maure de Touraine.Cependant une autre turbulence est ainsi amenée car il faudrait intégrer les producteurs et distributeurs de ce fromageau projet. Il existe déjà un certain nombre de producteurs qui organisent des visites et des ventes de fromage à laferme. Les associer au projet entraînerait ainsi une nouvelle organisation de leurs emplois du temps en fonction desprogrammations sur les différents parcours afin qu’ils puissent être impliqués.De plus, la Communauté de Communes de Sainte-Maure a lancé en 2005 une réflexion sur la réalisation d’une maisondu fromage qui serait implantée à Sainte-Maure. Il s’agirait de faire un site de promotion capable de promouvoir l’offretouristique de la région. Ce site intégrera entre autres un espace dédié à la promotion du territoire et sera décomposéen 3 secteurs :- un espace consacré au fromage : le Sainte-Maure de Touraine- un espace relatif à la valorisation d’autres produits locaux- un espace sur le thème de la valorisation du petit patrimoine local et des chemins randonnéesCe projet s’intègrerait bien à celui des itinéraires Saint Martin de Tours, il faudrait donc contacter les responsables de ceprojet de Maison du Fromage afin de discuter des éventuels rapprochements possibles. Evidemment des turbulencespossibles apparaissent ainsi car une étude a déjà été menée pour la mise en place de la Maison du Fromage et elleserait peut-être à revoir afin de pouvoir la mettre en adéquation avec le parcours que nous proposons. • A l’instar du Sainte-Maure de Touraine, La Géline de Touraine (une poule) fait aujourd’hui partie intégrante dupatrimoine gastronomique de la Touraine, et s’affiche même, depuis quelques temps, parmi les meilleures races devolailles françaises. Une demande AOC est en cours. Des éleveurs ouvrent également leurs portes au public et il existeaussi des ventes à la ferme. Donc une stratégie similaire à celle évoquée ci-dessus pour le fromage Sainte-Maure deTouraine est envisageable, les turbulences qui en découleraient sont les mêmes. • Dans le cas où les chemins de Saint Martin sont considérés comme des chemins culturels, les associer à untourisme œnologique et gastronomique est cohérent. Dans le cas où ils sont considérés comme des chemins cultuels,Aurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 89/ 83
  • 91. de pèlerinage, ces associations pourraient avoir une connotation négative pour des pèlerins qui seraient intéressés parle côté purement religieux.(Sources : http://www.valdeloire-tourisme.fr/index.php?id=produits-terroir-touraine http://www.sainte-maure-de-touraine.fr/page.php?id=11&id_article=496&id_noeud=593)Aurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 90/ 83
  • 92. III. Mesure de l’attractivitéDans notre étude, l’attractivité et la compétitivité ont une limite très fine étant donné que la Chambre de Commerce et d’Industrien’a pas besoin d’être compétitive à proprement parler. Dans cette partie, nous allons donc nous atteler à définir les points forts etles points faibles des activités proposées sur les différents segments. A. Plus-value et moins-value a) Plus valueLe plus value de ce segment est l’association aux chemins de Saint Martin existant déjà d’un tourisme différent etcomplémentaire permettant la découverte des produits du terroir. En effet, comme nous avons pu le voir,l’œnotourisme est un secteur dynamique en France, et de même le tourisme gastronomique est une valeur sûre sansoublier que la France va demander dès 2009 le classement de sa gastronomie au patrimoine de l’Unesco. Cela pourraitêtre un plus pour la communication et attirer davantage de touristes étrangers. Ainsi, associer ce type de tourisme auxparcours sur Saint Martin permettrait d’accroître le marché cible.De plus, fédérer ces types de tourisme permettrait une meilleure organisation du tourisme de la région. b) Moins valueLes inconvénients liés à ce segment peuvent être négligeables. Cependant nous pouvons penser que ce segmentregroupant différents types de tourisme pourrait être mal perçu par une clientèle uniquement intéressée par un tourismeparticulier (gastronomique, cultuel ou seulement œnologique) et qui ne se reconnaîtrait pas dans cette offre pas assezspécifique. Ainsi le danger de cette offre serait le fait qu’elle propose des activités diverses.Egalement, l’intérêt d’effectuer les parcours de Saint Martin, de valoriser, et de mieux faire connaître le personnagepourrait être éclipsé par le fait que cette offre touristique mêle d’autres types d’activités qui ne sont pas uniquement surle thème de ce personnage.Aurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 91/ 83
  • 93. B. Analyse du comportement probable de l’acheteur a) Avant l’achat • Risque perçuLe risque perçu concernant ce segment est assez faible. En effet, il s’agit de proposer des randonnées culturelles sur lethème du personnage de Saint Martin de Tours, associées à la découverte de produits du terroir de la région. Le clientpeut juste être réservé sur ce qu’il va découvrir et sur les activités qui lui seront proposées. Saint Martin n’est pas trèsconnu, et le manque d’informations à ce sujet pourrait justifier le scepticisme probable du futur client mais pourraitégalement attiser sa curiosité.Il faudra donc communiquer sur ces chemins, en mettant l’accent sur qui était Saint Martin, et ensuite son lien avec levignoble afin de montrer une cohérence avec l’œnotourisme et communiquer sur toutes les activités qui serontproposées, sur les produits à découvrir, etc. • Degré d’implicationL’acheteur potentiel devra préparer sa démarche et sûrement la comparer à d’autres offres existant déjà. En effet, lesoffres concernant des chemins de randonnées sont multiples et également les parcours d’œnotourisme.Notre offre bien que cohérente est un « mix » de plusieurs types de tourisme, cultuels dans un sens, mais culturel enpremier lieu. Le futur usager devra être convaincu de cette cohérence et croire à l’originalité de cette offre qui estdonc plus complète que les offres déjà présentes sur le marché.Comme précédemment, il faudra donc communiquer sur le fait que notre offre mêlant découverte du patrimoine d’unpersonnage essentiel de la région et découverte culturelle à travers un œnotourisme et un tourisme gastronomique estcohérente. • Propension à consommerLa propension à consommer du client que nous ciblons est liée au revenu.Il s’agira tout d’abord de palier les frais relatifs au séjour sur place (logement, restauration). Ensuite, nous proposons desvisites de caves, découvertes de vignobles, de produits du terroir ; ces prestations seront probablement payantes et leclient devra être convaincu de la qualité de l’offre afin de pouvoir acheter les produits qu’il découvre. Tel est le but decette offre touristique : développer l’économie de la région tourangelle en apportant une clientèle aux entrepriseslocales, ici les producteurs et distributeurs de vins et autres produits des terroirs. La propension à consommer dépendraégalement de la cohérence des activités proposées. C’est ainsi comme nous le verrons plus loin, que le rôle deAurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 92/ 83
  • 94. prescripteurs sera idéalement assuré mutuellement par les viticulteurs, les hébergeurs et les restaurateurs les uns enversles autres. Le simple fait de mettre à la disposition des touristes une liste des restaurants servant les vins du territoirepermettra d’assurer cette cohérence vis-à-vis du consommateur. b) Pendant l’achat • Risque perçuLe risque perçu pendant l’achat reste principalement un risque financier. Les usagers des chemins seront amenés àvisiter des caves et vignobles, et autres producteurs, et peut-être payer pour ces prestations, mais également voudrontacheter les produits qui leur seront présentés. La qualité des visites et la qualité des produits convaincront les acheteursde dépenser plus. • Degré d’implicationEn situation d’achat, on peut imaginer que le degré d’implication reste modéré. L’acheteur aura surtout tendance àconsommer en mode affectif. Il faudra veiller à soigner la qualité des activités qui lui sont proposées par les prestataires. • Propension à consommerLa propension à consommer sera également liée aux revenus. La rentabilité de ce segment dépendra des dépenseseffectuées par les clients. Les produits du terroir sont réputés ne pas être de bon marché. La qualité de ces produits nedevra faire aucun doute pour le consommateur. Il faudra surtout mettre l’accent sur les produits AOC et autres produitslabélisés. c) Comportement après l’achatNous souhaitons atteindre avec ce segment un niveau d’aspiration.En effet, les différents types de tourismes que nous proposons existent déjà mais cependant leur agencement sous cetteforme, la cohérence avec les randonnées culturelles sur le thème du personnage de Saint Martin, reste plus rare.Ainsi, la clientèle visée est un peu plus large ; les personnes qui seront là pour effectuer des randonnées pourront aussidécouvrir un personnage qu’ils ne connaissaient pas et en plus découvrir la culture de la région à travers ses produits.De même, l’amateur de vins et de vignobles pourra apprendre par exemple que Saint Martin fut à l’origine du vignobleen Touraine.Aurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 93/ 83
  • 95. IV. Représentation du marché A. Consommateurs (et acheteurs)Vu la nature de notre produit, nous avons considéré que le consommateur qui est la personne qui empruntera noschemins touristiques et qui participera aux différentes activités est dans la majeure partie des cas l’acheteur de notreproduit. Il n’y aura donc pas de distinction faite entre le consommateur et l’acheteur de nos offres.Aurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 94/ 83
  • 96. Outre les touristes venant visiter la Touraine, les consommateurs de nos offres sont également les personnes intéresséespar le tourisme gastronomique (dont l’œnotourisme) et par la pratique de randonnées sur des itinéraires culturels oucultuels.Ainsi, nous présentons ici les consommateurs susceptibles d’être intéressés par notre offre. a) Fréquentation touristique en TouraineLa Touraine a vu 1 400 000 arrivées de touristes enregistrées dans les hôtels, gîtes et campings en 2007 dont 62% deFrançais et 38% d’étrangers. Elle a également enregistré plus de 2 800 000 entrées dans les sites de visite qui serépartissent selon la figure ci-dessous. Nos consommateurs cibles seront donc en priorité les 6,4%, c’est-à-dire environ 180 000 personnes qui vont visiter les autres sites chaque année, sachant que 18 sites réalisent chacun plus de 45000 entrées annuelles. Il faudrait également récupérer une partie de la clientèle des monuments et des musées. (Sources : Ministère Délégué au Tourisme / INSEE / CRT Centre / Relais départemental des Gîtes de France OE2T / CRT Centre / Sites de visite) b) Randonnées en France9,2 millions de séjours par an en France donnent lieu à une pratique de la randonnée pédestre.Nous avons privilégié d’étudier les typologies des personnes empruntant les itinéraires de Saint Jacques de Compostellequi sont classés, comme les chemins de Saint Martin, Grand Itinéraire Culturel Européen et qui sont aussi les cheminstouristiques les plus fréquentés et de ce fait nos principaux concurrents.Il est difficile de connaître exactement le nombre de personnes empruntant ces chemins mais on l’estime à 6 millions.Nous pouvons nous inspirer de la répartition de la clientèle empruntant ces chemins.Selon une enquête, elle se répartit comme suit : - Il y a autant d’hommes que de femmes (respectivement 51% et 49%)Aurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 95/ 83
  • 97. - Ils sont âgés de 55 à 64 ans (34 %). Les 65 ans et plus sont 11 %, tandis que les plus jeunes restent faiblement représentées (8 % pour les moins de 25 ans). - Ils sont pour la plupart retraités (32 %) ou cadres supérieurs/professions libérales (24 %). 9 % sont étudiants - Leur pays d’origine reste essentiellement la France (79 %). L’Allemagne arrive en seconde position (7 %), 4% de Suisses, 3% de Belges - L’Ile-de-France est la région d’origine la plus souvent citée (24 %). Les Franciliens sont dans leur grande majorité des pèlerins traditionnels. - La marche/randonnée/promenade demeure le loisir préféré de 29 % des personnes. 84 % des personnes interrogées déclarent pratiquer plusieurs fois par an la randonnée. 12 % ne la pratiquent qu’une fois par an. Les randonneurs sportifs en sont naturellement de fervents adeptes.En résumé nous pouvons donc dire que les usagers de ces types de chemins sont en majorité des personnes âgées (àpartir de 55 ans), assez aisées, qui n’ont plus d’enfants à charge et qui sont restées sportives.(Sources : www.tourisme-aquitaine.fr/upload/pdf/spec_compostelle_2005-02_01.pdf) c) « Œnotouristes »Le vin et la gastronomie constituent une motivation forte pour visiter une destination. En France, 1 visiteur sur 3 citespontanément le vin et la gastronomie parmi les motivations de choix d’un séjour. La proportion entre les Français et lesétrangers est la même parmi les amateurs de vins : les Parisiens viennent en tête de la fréquentation des vignobles, avec43% du total, les Allemands sont seconds avec 39% des visites. La fréquentation annuelle totale des caves est estimée à7,5 millions de personnes, dont 2,5 millions d’étrangers. Comme précisé dans l’étude de l’environnement, Le Val de Loireet donc en partie la Touraine, n’attire que 5% de cette clientèle soit 375000 personnes.Les études font émerger 4 profils de clientèles : - Les amateurs du vignoble (20 %) viennent régulièrement dans le vignoble pour s’y fournir en vin de la région. - Les amateurs de vin (20 %) viennent pour la première fois dans le vignoble et cherchent à acheter. Ils sont connaisseurs des vins en général, - Les amateurs de la région (22 %) viennent régulièrement dans la région pour son vin mais également pour profiter de ses attraits touristiques,Aurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 96/ 83
  • 98. - Les amateurs de l’offre touristique (38 %) ont pour motivation la découverte d’une région, dont une dimension incontournable est le vignoble et le vin, qu’ils appréhendent dans sa dimension culturelle et touristique. En moyenne, 88% des touristes se déclarent acheteurs : 50% dépensent au moins 78€ en vins au cours de leur séjour et 25% plus de 150 €.(Sources : http://www.lefigaro.fr/vins/oenotourisme.php http://www.vitisphere.com)Il ne faut pas oublier de noter que le Francilien est une cible privilégiée. Elle apparait en tête de tous les types deconsommateurs, il serait donc judicieux de mettre l’accent sur cette clientèle. B. DistributeursLes distributeurs pour ce type d’offre touristiques sont variés. Ils seront tous nos prescripteurs. Il est donc difficile d’en faireune étude exhaustive. Cependant on peut en identifier quelques uns. a) Hôtellerie et RestaurationAinsi, nous distinguons l’hôtellerie et la restauration en ce qui concerne la gastronomie. Il faudra mettre l’accent sur lesrestaurants des marques « Assiettes et cafés du pays » ou sur le même type de restaurant proposant en priorité desproduits locaux.On compte ainsi dans la région près de 180 restaurants proposant une cuisine traditionnelle et une dizaine derestaurants gastronomiques. b) Producteurs locauxParmi les distributeurs, nous pouvons également compter les producteurs spécialisés dans les produits du terroir eteffectuant des ventes directes à la ferme. Il est difficile de trouver une estimation de leurs nombres.Plus de 100 caves touristiques présentent les 10 vins AOC de Touraine. c) Organisateurs de séjours touristiquesEn ce qui concerne les itinéraires, les distributeurs sont souvent également prescripteurs, on pourrait citer les agences devoyages mais également les offices de tourisme de la région. Les distributeurs sont tous les établissements proposant etorganisant des séjours touristiques.Aurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 97/ 83
  • 99. C. Prescripteurs a) Les blogsUne étude de Benchmark group révèle que les blogs ont une influence sur le comportement d’achat de voyages. 44%des personnes interrogées déclarent s’en être servi pour choisir le site sur lequel ils ont réservé leur voyage. Par ailleurs,59% d’entre elles admettent avoir eu envie de visiter un pays ou une région suite à la lecture d’un blog… 29% desinternautes ont été dissuadés de visiter une région.(Source : Le Quotidien du Tourisme du 31 mai 2007) b) Les prestatairesConcernant le tourisme gastronomique, le rôle de prescripteurs serait idéalement assuré mutuellement par lesviticulteurs, les hébergeurs et les restaurateurs les uns envers les autres.Il faudrait ainsi envisager des partenariats avec un ensemble de prescripteurs et prestataires touristiques sur la région :hébergeurs, restaurateurs, cavistes, sites naturels et patrimoniaux, musées et écomusées, entreprises liées au vin,entreprises liées à la gastronomie, événementiels, etc. c) Offices de TourismeOn distingue également les Offices de Tourisme de la région et le Comité Départemental du Tourisme de Touraine.On note ainsi près de 440 000 demandes de renseignements dont un peu plus des 2/3 à leurs guichets auprès desOffices de Tourisme et Syndicats d’Initiatives de Touraine en 2007.(Sources : OE2T, Le tourisme en Indre et Loire) d) Livres et guides touristiquesOn peut également compter les livres et guides touristiques, et notamment les « guides des randonnées de France » ou« les Routes touristiques » proposé par France Guide.Un autre prescripteur est le centre culturel européen Saint Martin de Tours.Aurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 98/ 83
  • 100. D. Producteurs • On compte plus de 3500 producteurs de vin dans la région tourangelle. Les vins AOC regroupent plus de 1000 exploitants et près de 100 caves ouvertes à la visite. • Le fromage phare de la région, l’AOC Sainte-Maure de Touraine, regroupe 74 producteurs fermiers, 5 fabricants (industriels privés et coopératives) et 135 producteurs de lait. • Les chemins de Saint Martin ont pour producteur le Centre culturel européen Saint Martin de Tours qui les a mis en place.V. Analyse de Porter A. Les concurrents du secteurIl existe déjà une offre de chemins de randonnées dans la région, mais ces derniers s’adressent plutôt à une clientèlefamiliale et sont de courtes distances, moins de 15 km.Le principal concurrent reste les chemins de Saint Jacques de Compostelle qui sont aussi un itinéraire culturel européen.Ils sont leaders sur le marché et nous nous placeront en position de suiveur avec cependant une offre un peu différente. B. Le pouvoir de négociation des fournisseursIl est assez important dans notre cas, en effet le succès des activités que nous proposons dépend de l’implication et dela qualité des prestataires. Il faudra donc bien choisir ces derniers. La collaboration devra être totale. Les prix devrontrefléter la qualité des prestations proposées.Aurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 99/ 83
  • 101. C. Le pouvoir de négociation des clientsIl est assez faible. L’offre permet de viser une clientèle hétérogène qui découvre un nouveau type de produit. D. Les produits de substitutionCela concerne les autres offres touristiques.Ces offres sont assez diversifiées dans la seule région tourangelle. On trouve ainsi : - Plus de 100 lieux de mémoire et d’exposition (musées, visites d’entreprises…) - 14 parcs et sites ludiques et de loisirs - 5 trains touristiques - 15 sites semi-naturels (parcs et jardins aménagés, sites troglodytiques…) - 16 bateaux permettent des balades sur la Loire et ses affluents - 8 golfs ou swing-golfs - De nombreux sites accessibles pour la pratique de sports : aériens, équestres, mécaniques, sports d’eau, etc. - 11 prestataires de tourisme aérien (montgolfières, hélicoptères) - 40 châteaux : Ils proposent leur histoire prestigieuse (souvent liée aux rois de France) et beaucoup sont dotés de jardins remarquables.(Source : Observatoire de l’Economie et des Territoires de Touraine)Toutes ces offres participent à l’économie de la région, ces produits de substitution devront être plutôt vus comme unavantage afin d’attirer les touristes qui sont déjà venus dans la région et leur montrer qu’il existe d’autres offres. E. Menace des nouveaux entrantsNotre offre reste sur un thème bien spécifique, il s’agit d’itinéraires touristiques culturels. Les entrants pouvant nousperturber seraient les autres itinéraires classés Grand Itinéraire Culturel Européen.Les derniers chemins qui furent classés Grand itinéraire du Conseil de l’Europe depuis 2005 (date où les chemins de SaintMartin furent intégrés dans ce classement) sont les chemins de Saint Michel en 2007 (pèlerinage) et la route de DonQuichotte (personnage européen) la même année.Aurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 100/ 83
  • 102. Comme nous avons pu le voir dans l’étude de l’environnement externe, sont mis en avant dans la route de DonQuichotte : - La découverte du patrimoine historique et artistique (châteaux, moulins à vent, églises, palais) - La gastronomie (auberges, fromages, vins)Dans ce sens, ces chemins peuvent constituer une menace car une partie de l’offre est similaire à nos propositions.Cependant, à l’inverse de Don Quichotte, Saint Martin fut un personnage réel et nous visons donc une clientèle pluslarge alors que la route de Don Quichotte intéressera en priorité les passionnés de l’œuvre.Les chemins de Saint Michel restent essentiellement des chemins de pèlerinages, ils sont dans ce cas moins menaçantscar nous nous situons dans un thème laïc et culturel.Aurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 101/ 83
  • 103. Activités religieuses associées 2 aux itinéraires de Saint Martin de Tours 1 I. Adaptation du marché de référenceLe public du segment des activités religieuses est constitué des personnes de confession catholique et suffisamment pratiquantes.Ces personnes peuvent être des religieux, mais nous pensons avant tout aux personnes de la société civile, plus nombreuses etaussi plus pertinentes au regard des activités envisagées (découverte du patrimoine religieux, célébrations religieuses, chorales,etc.).Pour se démarquer de pèlerinages déjà existants, nous pouvons cibler les jeunes âgés entre 17 et 30 ans. Cela correspond à deslycéens, des étudiants et des jeunes actifs. Sur les chemins de Saint Martin, ils pourront devenir des pèlerins conciliant tradition etmodernité. Tradition puisque les chemins de Saint Martin étaient renommés dans l’époque ancienne, modernité puisque lesactivités proposées sont revisitées et adaptées à notre époque.II. Analyse des turbulences potentiellesLes turbulences potentielles, intrinsèques à tout projet innovant, peuvent être séparées selon qu’elles sont positives, négatives, ouambivalentes.Les turbulences négatives peuvent d’abord être causées par des pèlerins existants qui ne verraient pas le bien-fondé d’un nouvelitinéraire. Ne voyant pas l’apport des chemins de Saint Martin par rapport aux pèlerinages déjà reconnus, ils montreraient alors uneréaction de rejet. Sur le même plan, les organisateurs des pèlerinages existants (Saint-Jacques de Compostelle, Lourdes, Mont-Saint-Michel,…) pourraient voir les chemins de Saint Martin comme une concurrence et donc se montrer hostiles à leurdéveloppement.Aurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 102/ 83
  • 104. Les turbulences ambivalentes (négatives ou positives), pourraient émaner du diocèse et des autorités religieuses de la Touraine.Notre ressenti est bon : l’évêque voit positivement ce qui peut participer au développement du sentiment religieux. S’il perçoitl’apport des chemins à ce niveau, il sera un appui de poids. Inversement, il peut être un obstacle important s’il ne souhaite pas voirles activités religieuses se développer autour du chemin. Les turbulences ambivalentes peuvent aussi être retrouvées chez leshabitants et les hôteliers de la région. Ils pourraient voir d’un mauvais œil l’arrivée de pèlerins sur les routes et chemins en raison desnuisances qu’ils provoqueraient. Ils feraient alors preuve d’inimitié voire d’hostilité envers eux, ce qui rendrait le cheminement despèlerins peu agréable.Les turbulences positives sont à trouver auprès de pèlerins en puissance qui seraient très intéressés par des activités religieusesalliant tradition et modernité. Cela peut aussi concerner des personnes déçues d’un précédent pèlerinage et qui souhaitent voirquelque chose de nouveau.III. Mesure de l’attractivité du produit et de la compétitivité de l’entreprise A. Plus-value et moins-valueLa plus-value du produit est très clairement son originalité parmi les pèlerinages qui existent. Il allie à la fois un caractèrecontemporain et traditionnel. Il permet de renouer avec la tradition du pèlerinage chrétien qui existait au Moyen Âge et est enmême temps adapté pour satisfaire des attentes nouvelles et actuelles : aller vers les autres, réfléchir sur soi et la société, seremettre en cause, etc.La moins-value principale du produit est son faible niveau de connaissance par le public. Cela est sans doute lié à la mise en placerécente des chemins. Ce caractère est donc provisoire. Une autre moins-value envisageable est la perception d’un caractèrereligieux trop exclusif aux yeux du public en général. Mettre en valeur des activités religieuses autour de Saint Martin peut donnerune image biaisée des chemins et brouiller l’aspect laïc qui doit aussi être véhiculé. La notion de partage ne peut êtreexclusivement associée à la religion, au risque de créer une confusion et de gêner le développement d’autres segments. Saint-Jacques de Compostelle est associé naturellement à un pèlerinage religieux, il ne faut pas faire de même pour les chemins deSaint Martin.Aurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 103/ 83
  • 105. B. Analyse du comportement probable du pèlerinPar « pèlerin », nous entendons toute personne intéressée par des activités religieuses autour des chemins de Saint Martin. Le motest donc à comprendre au sens large. a) Avant l’achat • Degré d’implicationLe degré d’implication est élevé. Se rendre sur les chemins de Saint Martin dans un but religieux demande, comme pour toutpèlerinage, de réfléchir et de se renseigner avant de s’engager. Si certains pourront faire preuve d’un engouement important enraison du caractère nouveau du produit, ils resteront minoritaires. Le risque est d’avoir a priori plus de personnes désintéresséespuisque les chemins sont peu connus. Ici intervient l’importance de la prescription : ce type d’activité se pratique souvent sur lesrecommandations de proches ou d’amis. Nous faisons confiance à notre entourage et c’est le bouche-à-oreille qui peut êtredécisif pour faire connaître et développer nos activités. • Risque perçuLe risque perçu est modéré. L’engagement pour se rendre sur les chemins de Saint Martin peut être remis en cause assezfacilement. Il est possible de penser qu’une fois sur place, chacun pourra participer aux activités qui l’intéressent. Il n’y a pasd’obligation de faire des visites d’églises ou de participer aux célébrations religieuses. Le programme est à la carte et à composerselon sa volonté. b) Pendant l’achat • Propension à consommerLa propension à consommer est potentiellement élevée. Si les activités sont cohérentes et en phase avec les attentes des pèlerins,la tendance sera d’en pratiquer beaucoup parmi toutes celles qui sont proposées.Aurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 104/ 83
  • 106. c) Après les activitésDans l’hypothèse où le pèlerin a été satisfait de son expérience religieuse sur les chemins de Saint Martin de Tours, il pourramanifester le désir de revenir une année ultérieure ou à une autre saison.Un levier important pour développer les chemins est le bouche-à-oreille. Un pèlerin qui recommande les chemins à son entouragepeut ainsi démultiplier son expérience et amener de nouveaux pèlerins en Touraine. La boucle est en quelque sorte bouclée.Attention toutefois, l’effet inverse est aussi possible : une personne insatisfaite sera même plus facilement encline à faire part de sonmécontentement autour d’elle. Le danger est d’autant plus grand avec la rapidité des moyens de communication actuels,internet en premier lieu.IV. Représentation du marchéCe marché est atypique dans la mesure où producteurs et distributeurs sont les mêmes. Producteurs et distributeurs • Autorités religieuses • Bénévoles lors des messes et chorales Prescripteurs • Presse spécialisée (Pèlerin magazine, La Croix,…) • Cercles spécialisés (aumôneries, groupes de catéchisme, scouts,…) • Famille, amis et relations Pèlerins • Fidèles et croyantsAurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 105/ 83
  • 107. Activités culturelles associées 3 aux itinéraires de Saint Martin de Tours I. Adaptation du marché de référence 2 3Pour ce segment, la clientèle cible regroupe toutes les personnes intéressées par des activités culturelles, et qui peuvent d’unefaçon ludique découvrir le personnage de Saint Martin. Cette clientèle est très vaste : elle comprend un public allant des enfantsjusqu’aux personnes âgées, familles, élèves et étudiants inclus. 1Le répertoire d’activités à proposer est vaste également. Il comprend des représentations théâtrales, des films, des expositions, desfestivals et concerts. Il faut adapter les activités aux différentes catégories et tranches d’âges de visiteurs.Le marché de référence du segment est celui de toutes les activités culturelles de la région. Nous y intégrons des activités ludiquesmais instructives sur le thème du personnage de Saint Martin de Tours et du message qu’il véhiculait : le partage. II. Analyse des turbulences potentiellesLes activités culturelles correspondent à une partie importante des événements proposés le long du parcours SaintMartin de Tours. L’histoire de Saint Martin sera à la base de ces dernières. Des turbulences sont à prévoir auprès dupublic-cible et des différents prestataires.Il existe des turbulences de différentes sortes : • Tout d’abord, pour les écoles et les colonies de vacances. Les prestataires devront gérer le nombre de demandes d’événements auprès des jeunes. Il est possible que les structures éducatives soient en demandeAurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 106/ 83
  • 108. d’activités culturelles basées sur Saint Martin de Tours. Il faudra répondre à cette demande et prévoir des activités adaptées. • Les activités culturelles peuvent engendrer une augmentation de touristes dans la région. Selon le type d’activités, cette augmentation peut être régulière ou ponctuelle. Si elle est ponctuelle, par exemple pour des festivals, les hôtels, les campings, les restaurants… vont devoir gérer cette augmentation soudaine de clientèle. • Les activités culturelles peuvent correspondre à des publics très différents. Les parcours devront prendre en compte le public-cible de chaque activité et s’adapter. Pour certaines activités, les familles seront plus visées alors que pour certaines ce sera les personnes âgées. Ceci demande une adaptation des prestataires pour des événements ponctuels. En effet, l’offre d’hôtels, de restaurants, de transports, de communication devra évoluer en fonction des usagers prévus pour l’événement proposé le long des parcours Saint Martin de Tours. • Les artistes subiront également une turbulence. En effet, la création d’événements culturels le long de l’itinéraire Saint Martin de Tours va ouvrir un marché artistique dans la région et même à plus grande échelle. En fait, les organisateurs de ces activités seront en demande de maîtres d’œuvre. Ces activités sont donc une source d’offre d’emplois artistiques et culturels. Les agences offrant ce type de services devront donc s’adapter au marché. • Les expositions organisées dans le cadre de ces activités culturelles le long des chemins Saint Martin de Tours peuvent engendrer des partenariats avec des musées de la région ou d’Europe. En effet, des prêts d’œuvres évoquant la vie de Saint Martin de Tours par exemple, peuvent être possibles pour certaines occasions.Cependant, ces turbulences sont plutôt positives. Des prestataires devront d’adapter à ces nouvelles offres culturelles, aux publics-cibles évoluant au gré des événements.Aurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 107/ 83
  • 109. III. Mesure de l’attractivité A. Plus-value et moins-value du produit a) Plus-value • Faire connaitre l’histoire de Saint Martin afin de rendre ce personnage plus connu. • Promouvoir les chemins. • Proposer des parcours Saint Martin de Tours plus dynamiques. • Présenter les informations par des guides et animateurs, ce qui permet au public de les retenir plus facilement. • Rendre les parcours plus ludiques pour les enfants, ce qui les encourage à participer aux activités. • Rendre les parcours attractifs afin que les colonies de vacances les choisissent comme activités. b) Moins-value • Les activités peuvent être trop nombreuses ce qui peut entraîner une fatigue des usagers, une lassitude ou un désintérêt. • Des usagers peuvent suivre les chemins de Saint Martin de Tours et ne pas vouloir suivre les activités culturelles. • Certaines activités, comme les expositions par exemple, peuvent ne pas paraître assez ludiques pour les enfants.Aurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 108/ 83
  • 110. B. Analyse du comportement probable de l’acheteurOn peut imaginer le comportement probable des consommateurs des activités culturelles sur le personnage de Saint Martin avant,pendant et après l’achat, comme présenté ci-dessous. a) Avant l’achat • Degré d’implicationL’usager se questionne pour savoir ce que sont exactement les activités proposées par la Chambre de Commerce et Industrie lelong des parcours. Il peut faire des hypothèses sur les activités et se demander comment elles vont se dérouler. Pour ce typed’activités, on peut prévoir un niveau d’implication haut ou moyen parce qu’un des objectifs du parcours est d’apprendre deséléments sur la vie de Saint Martin en faisant des activités attractives. Des actions de communication sont donc à prévoir afin derépondre aux attentes des usagers. • Risque perçuLe risque perçu est a priori faible. Le risque dépend de la force du lien entre l’usager et l’activité. Il faut raconter l’histoire d’unemanière simple pour que tous puissent la comprendre. Une option peut être de proposer des activités et offrir des optionsdifférentes pour que chaque personne ait un parcours plus personnalisé. Il y a aussi un risque d’incompatibilité entre les attentesdes usagers et les activités proposées. • Propension à consommerLes activités culturelles représentent une part très importante des activités proposées le long des parcours Saint Martin de Tours. Lepublic visé regroupe tous les participants du parcours.Aurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 109/ 83
  • 111. b) Pendant l’achat • Degré d’implicationLe degré d’implication est important lors des activités culturelles. Pour qu’il existe un apprentissage effectif, il faut que le niveaud’implication soit haut. La participation active des touristes est importante pour la réussite du parcours. On peut attendre un bonniveau d’implication pendant l’achat parce que c’est en partie l’essence des chemins. • Risque perçuLe risque perçu est de proposer des activités inintéressantes pour les personnes et que le message de la vie de Saint Martin ne soitpas transmis. Si une personne n’aime pas les activités, une partie du message pourrait ne pas lui être transmise. Cependant, si lesusagers ne veulent pas suivre les activités il leur sera possible de suivre les chemins sans les faire. • Propension à consommerLa propension à consommer peut être importante si les personnes qui font le parcours sont intéressées par la vie de Saint Martin. Lavariété des activités doit permettre à chacun de trouver ce qui l’intéresse. On aura sans doute toutefois des activités plusdemandées que d’autres. c) Après les activitésLes usagers peuvent être contents des activités faites et avoir des connaissances plus approfondies sur la vie de SaintMartin. Ce savoir aura été acquis non seulement par des histoires racontées mais aussi grâce à des images, ce quil’ancrera encore plus solidement.Aurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 110/ 83
  • 112. IV. Représentation du marché Producteur et Prescripteur: Chambre de Commerce et d’Industrie Prescripteur: Centre Culturel Européen Saint Martin de Tours Distributeur: Agences Promotion: Moyens de publicité Bouche à oreille touristiques conventionnels (TV, radio, presse Distributeur: Écoles écrite, guides touristiques,…) et colonies de vacances Acheteurs/Consommateurs : Groupes, Familles, Couples Consommateurs: Enfants, collégiens.Aurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 111/ 83
  • 113. Activités sur le thème du « partage citoyen » 4 associées aux itinéraires de 3 Saint Martin de Tours I. Adaptation du marché de référence 4 2Le segment étudié comprend les activités liées à la notion de « Partage Citoyen », créée par le Centre Culturel Européen SaintMartin de Tours. Afin de mieux appréhender le marché de référence, nous allons au préalable donner les définitions des notions 3importantes. A. Définitions (Le Petit Larousse)Partage : 1 • Action de partager, diviser en portions, en parties. • ARITHM. Action de diviser une grandeur ou un nombre en parties. • DR. Acte qui règle les parts d’une succession ou qui met fin à une indivision. • Fait de partager, d’avoir quelque chose en commun avec quelqu’un, avec d’autres.Partager : • Diviser en parts ; fractionner, morceler. • Diviser en parts destinées à être attribuées à des personnes différentes, à des usages divers, etc. • Séparer en parties distinctes. • Donner une part de ce que l’on possède, de ce dont on dispose. • Avoir en commun avec quelqu’un, avec d’autres.Citoyen : • Dans l’Antiquité, personne qui jouissait du droit de cité. • Membre d’un Etat, considéré du point de vue de ses devoirs et de ses droits civils et politiques.Aurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 112/ 83
  • 114. • Sous la Révolution française, titre substitué à « monsieur », « madame ». • Relatif à la citoyenneté et aux conditions de son exercice. B. Marché de référenceLes notions de « partage » et de « citoyen » n’ont au premier abord aucune relation entre elles. Cependant les activités proposéessur le thème de « Partage Citoyen » auront pour but d’apporter une réflexion auprès des usagers, que ce soit des groupes, desscolaires ou des étrangers, sur toutes les thématiques qui sont communes au sein d’une société et qui peuvent (doivent) êtrepartagées (eau, environnement, richesse…).Ces animations seront donc situées le long des chemins de Saint Martin de Tours mais également dans des structures autour. Lanotion de « Partage Citoyen » doit être plus large que les chemins eux-mêmes. Ce doit être l’occasion d’une réflexion plus globalepour les habitants de la Touraine. Les associations seront donc mises largement à contribution.II. Analyse des turbulences potentiellesCes activités vont normalement apporter une turbulence importante auprès des usagers des chemins de Saint Martin de Tours. Eneffet, l’objectif même de ces activités est d’apporter une réflexion. Cela veut dire que ces dernières doivent montrer des actionsnouvelles sur le thème du « partage citoyen » et donc surprendre. Une fois cette étape de surprise, elles doivent permettre unecritique de notre société. Les turbulences auprès des utilisateurs seront donc fortement présentes du fait de l’essence même desactivités proposées. Cependant, ces turbulences désirées sont sensées amener une amélioration de la société en introduisantcette notion de partage considérée comme l’élément manquant avant le développement durable. Ces turbulences doiventdonc être positives.Pour mettre en place ces activités, des partenariats avec des associations caritatives sont à prévoir. Là encore, cela entraînera desturbulences. En effet, une réflexion préalable devra être mise en place pour trouver les actions que chaque association peutprévoir en rapport avec le partage citoyen. On peut par exemple envisager un déplacement d’une association dans les écolespour sensibiliser les enfants au partage de l’eau. Cela crée également des turbulences dans les groupes scolaires. En effet, lesprogrammes scolaires devront être repensés en fonction des interventions et des visites proposées sur le thème du « PartageCitoyen ».Aurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 113/ 83
  • 115. Il en va de même pour les organisateurs de voyage en groupes. Ces structures devront prendre en compte un nouveau type detouristes : les personnes intéressées par la notion de « partage ». En effet, cette notion témoigne de nouveaux mode de vie etfaçon de pensée qui peuvent déjà être présents chez certaines personnes et qui viendront alors renforcer leur conviction ou qui nele sont pas encore et qui le deviendront peut être grâce aux activités.Enfin, l’Office de Tourisme devra communiquer sur ces activités. La communication devra prendre en compte cette notion de« Partage Citoyen ». Une étude devra donc être réalisée pour connaître le public cible, les supports à utiliser pour lacommunication, les enjeux écologiques pour ne pas aller à l’opposée de la thématique.III. Mesure de l’attractivité du produit et de la compétitivité de l’entreprise A. Plus-value et moins-valueLa principale plus-value de ces activités sur le « Partage Citoyen » est son originalité. Il n’existe pas dans le marché des itinérairesd’activités liées à la notion de partage. Il existe un véritable lien entre les activités et l’histoire de Saint Martin de Tours dont le gestefort est le partage de son manteau.Un grand nombre d’associations humanitaires et sociales pourront se faire connaître grâce à ces activités. Les réflexions serontd’autant plus étendues.Le thème du « Partage Citoyen » peut être un moyen d’améliorer notre société et peut être le démarrage d’une réflexion généraleà une échelle plus grande que la Touraine. Si les visiteurs prennent en compte les remarques et les critiques proposés, les actions departage peuvent se multiplier chez eux, en France ou à l’étranger.Les événements basés sur ce thème peuvent être en permanence renouvelés par les idées et les réflexions proposés par lesutilisateurs. En effet, si quelqu’un a un concept novateur de partage à présenter les activités doivent le prendre en compte. Unedes plus-values de ces activités est donc le développement perpétuel. Ces activités ne sont pas fixes et ne cesseront d’évoluer parles échanges établis.Cependant, les activités proposées pourront être prises comme moralisatrices et ne pas être acceptées par les usagers. Lesutilisateurs peuvent ne pas être ouverts à la critique et à la réflexion. En effet, les activités seront principalement basées surl’intellectuel et une partie des usagers des itinéraires ne sera alors pas réceptive à ce type de propositions.Aurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 114/ 83
  • 116. La Chambre de Commerce et d’Industrie a une mission de développement économique de la région. Il pourra alors y avoir uneincompréhension auprès des usagers si les activités sur le « Partage Citoyen » sont proposées par cette structure. L’image n’est paspropice à ce type d’activités. B. Analyse du comportement probable de l’acheteur d) Avant l’achat • Degré d’implicationL’usager se pose des questions sur le concept « Partage Citoyen ». Cette expression n’étant pas connue elle apporte desinterrogations auprès des futurs usagers qui sont donc intrigués. Une démarche intellectuelle doit être faite au préalable parl’usager pour se rendre disponible intellectuellement lors des activités liées au partage. Sa présence lors de ces activités serasouvent due à une réflexion préalable sur des questions écologiques…Les usagers vont plus facilement vers un service facile à comprendre. Une action de communication est donc à prévoir pourinformer sur le concept de « partage citoyen ». Les utilisateurs auront plus envie d’aller aux activités si celles-ci sont expliquées aupréalable. • Risque perçuLe risque perçu est a priori faible. Au pire, si les activités proposées à l’utilisateur ne lui conviennent pas, il partira et aura l’impressiond’avoir perdu du temps. Cependant, il ne faut pas négliger cet aspect. Comme il a déjà été dit, une communication estnécessaire pour expliquer un minimum la démarche de ce type d’activités afin que les utilisateurs viennent pour une raison qui leurtient à cœur. Meilleure est la communication, moins il y a de risque d’incompatibilité entre les attentes des usagers et les activitésproposées. • Propension à consommerLe public visé regroupe des scolaires et des groupes. La propension à consommer est souvent liée aux revenus. Les activités auxscolaires n’amèneront donc pas d’argent. Cependant, l’essence même du « Partage Citoyen » sera réalisée par les activitésproposées dans les groupes scolaires à savoir les sensibiliser au partage.Les groupes pourront par contre consommer lors des marchés et des foires. Si les produits proposés ainsi que la réflexion apportéesur la société leur plaisent, la propension à consommer sera grande. La catégorie des Bobos peut être particulièrement attirée àl’achat de produits ayant une politique environnementale et sociale.Aurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 115/ 83
  • 117. e) Pendant l’achat • Degré d’implicationLe degré d’implication est important lors des activités basées sur le « Partage Citoyen ». En effet, ces activités sont créées poursurprendre l’utilisateur et pour l’amener à réfléchir sur leur mode de vie, leur société. Si l’usager n’est pas ouvert à la critique, il y apeu d’intérêt de suivre ces événements. De plus, si des débats sont organisés sur ce thème, leur implication est d’autant plusgrande. Le débat sera ouvert et tout le monde devra apporter sa réflexion. • Risque perçuA priori le seul risque est lié au désintéressement du thème de partage citoyen. Par exemple, une possibilité d’activité peut être deréaliser un parcours « Partage Citoyen » les longs des chemins de Saint Martin de Tours, si le thème ne plait pas l’utilisateur pourraalors continuer le chemin sans s’arrêter. Le long des itinéraires, il faut donc permettre aux usagers d’autres activités. Il ne faut pasfocaliser les activités que sur cette notion de « partage citoyen ». Cependant, si les activités sont trop diverses, les usagers intéresséspar le « partage citoyen » ne comprendront pas la « politique » des itinéraires. En effet, proposer des activités trop éloignées dupartage discréditera le discours sur ce thème. • Propension à consommerSi les activités plaisent aux utilisateurs et les font réfléchir sur leur mode de vie, la propension à consommer peut être importante. Eneffet, les aliments dits « bio » remportent en ce moment un franc succès et sont pourtant plus chers que les produits classiques. Lesconsommateurs privilégient la qualité aux prix. Les marchés et foires du partage peuvent donc être l’occasion aux utilisateurs detrouver des produits de qualité environnementale et sociale.Cependant, la notion de partage n’amène pas forcément à l’achat. Un certain nombre d’activités sera basé sur ce partage etdonc l’argent n’interviendra pas forcément. Des trocs seront alors effectués. f) Après les activitésNous prévoyons d’atteindre un niveau idéal de satisfaction. En effet, le client sera surpris, étonné puis critiquera son propre modede vie pour aboutir à une transformation. Après avoir suivi les activités proposées, l’usager changera sa façon de vivre et sasatisfaction personnelle augmentera. La volonté de faire des actions bonnes pour la société ne peut être que valorisante. Or lesactivités proposeront des idées pour cela.Aurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 116/ 83
  • 118. IV. Représentation du marchéLe principe du partage citoyen est nouveau. Aucune structure propose des activités liées à ce concept, il n’existe donc pasd’étude réalisée sur son marché. Il faudrait réaliser une étude de marché plus approfondie pour connaître en détail le public-cibleet les prestataires qui sont donc concernés. Néanmoins, nous pouvons quand même en décrire les grandes lignes.La Chambre de Commerce et d’Industrie Touraine souhaite utiliser les itinéraires Saint Martin de Tours pour valoriser la région demanière économique. C’est donc cette structure qui va demander aux différents prestataires de proposer certaines activités.Cependant, dans le cadre des activités liées au « Partage Citoyen », ce sera le Centre Culturel Européen Saint Martin de Tours quiles gérera. En effet, la future Fondation Saint Martin de Tours a dans ses missions de construire un cadre de réflexion sur ce qui doitêtre partagé ou réparti, comment devra se faire cette répartition et dans quel but. Il est donc évident que ce doit être le CentreCulturel Saint Martin de Tours puis la Fondation qui devra gérer les activités proposées sur le partage citoyen le long des itinéraires.Pour cela, il utilisera en particulier les ressources des associations présentes en Touraine. Les activités permettront aux associationsde relier entre elles leur mission et de mener une réflexion globale sur le partage. Les actions devront être coordonnées par leCentre Culturels Européen Saint Martin de Tours afin que ce soit réfléchi et organisé. Les associations ne doivent pas proposer toutet n’importe quoi, il faut que cela ait du sens.Les groupes parcourant les chemins de Saint Martin de Tours sont des clients potentiels des marchés ou des foires associatifs. Cesactivités auront un impact surtout sur les groupes des « bobos » et ceux de la tranche d’âge 35-45ans qui sont plus ouverts à leurmode de vie et qui marquent une volonté de changer pour laisser un monde meilleur à leurs enfants.Néanmoins, l’objectif premier de ces activités n’est pas de faire de l’argent. D’autres activités seront donc proposées au groupeen lien avec le partage citoyen mais sans apporter de l’argent directement. C’est par exemple le cas des activités de troc.D’autre part, le Centre Culture Européen devra également faire des démarches pour intéresser les plus jeunes à la notion departage citoyen. Ceci a un but direct non lucratif. Cependant, les enfants peuvent être porteurs de messages auprès de leursparents et ainsi les encourager à utiliser des produits de bonne qualité environnementale et sociétale.Aurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 117/ 83
  • 119. Aurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 118/ 83
  • 120. DiagnosticLe diagnostic de nos segments constitue la dernière étape de notre projet. Il va nous permettre, en complément del’ensemble des études effectuées préalablement, sur laquelle il se base de voir les segments les plus risqués, et ainsid’élaborer un plan d’attaque du marché.Nous présentons ainsi dans cette partie, 2 matrices d’analyse des risques. En effet, en raison de la nature de notre sujet,le diagnostic technique rassemble dans une même matrice les risques liés à la technologie et les risques liés àl’environnement technologique. De la même manière et comme évoqué lors de la mesure de l’attractivité, lediagnostic économique et commercial sera également fait en une seule matrice.Aurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 119/ 83
  • 121. 1 Matrices d’analyse des risques 3 1Pour chaque segment, nous avons listé les risques liés aux activités que nous proposons et les critères économiques etcommerciaux auxquels nous avons ajouté des critères sociaux, en se basant sur l’ensemble de l’étude effectuéepréalablement.Ces éléments sont présentés dans une matrice regroupant l’ensemble des risques pour les différents segments.Ces risques sont notés selon une échelle de 0 à 4. 0 lorsque le risque est inexistant et 4 lorsqu’il est majeur.Une moyenne de ces notes est effectuée pour chaque segment. Ces moyennes serviront de tracer le diagrammed’indice stratégique qui permet de visualiser le résultat du diagnostic.Aurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 120/ 83
  • 122. I. Risques liées aux activités Activités Activités basées Activités Activités Risques liés aux activités gastronomiques sur le partage religieuses culturelles et œnologiques citoyenCommunication et promotion des activités 1 2 1 2Visibilité des activités 2 2 1 3Intérêt pour les activités (1) 2 2 1 2Caractère fermé du segment 3 0 1 2Caractère classique, conventionnel 3 1 1 0Caractère vieillissant 2 0 1 0Importance de St Martin dans la religion catholique 2 0 0 0Coordination des activités dans lannée (2) 2 2 2 1Capacité dorganisation des chorales (pour les activités culturelles) 2 0 0 0Adhésion de lévêque au projet 1 0 0 0Organisation et thèmes abordés dans les messes 2 0 0 0Organisation des marches 2 1 0 1Attrait de la Touraine comme région œnologique 0 1 3 0Caractère porteur du tourisme gastronomique (marché de ce type de tourisme 0 0 2 0en général)Diversité des produits du terroir 0 0 1 0Focalisation sur les produits du terroir 0 0 2 0Nombre de restaurants et offre de restauration 1 1 1 1Condition physique pour faire les vendanges (pour les activités doenotourisme) 0 0 1 0Caractère porteur du tourisme œnologique (marché de ce type de tourisme engénéral) 0 0 2 0Accessibilité intellectuelle ? (du concept de "partage citoyen") 1 1 0 2Caractère "tendance" écologique 0 0 1 1Adhésion des associations au projet 2 1 0 1Adhésion de linspecteur dacadémie (aux activistés de partage citoyendestinées aux écoliers) 0 1 0 2Informations adaptées pour chaque public 1 2 1 2Autorisation pour organiser les marchés, le troc (partage citoyen) 0 0 1 1Organisation de léchange géant 0 0 0 2Organisation des dons (collecter les différents dons? lié aux activités departage) 0 0 0 1Aurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 121/ 83
  • 123. Activités Activités basées Activités Activités Risques liés aux activités gastronomiques sur le partage religieuses culturelles et œnologiques citoyenOrganisation des spectacles (liés aux activités culturelles) (3) 1 2 0 0Sécurité des personnes 1 1 1 1Nombre des lieux de représentation (liés aux activités culturelles) 1 2 0 0Organisation des expositions 0 2 0 0Formation des guides et conférenciers (4) 1 2 1 1Cohérence des activités de sensibilisation et du programme scolaire (5) 0 1 0 2Ecriture des discours sur le partage citoyen (6) 0 0 0 1Gestion des idées novatrices (7) 1 1 0 2Divulgation des idées novatrices (8) 0 0 0 2Lieux de marchés 0 1 2 1Distribution équitable lors des trocs 0 0 0 1Création dune base de données internationale sur le thème du partagecitoyen ? 0 0 0 2Influence des conditions météorologiques 1 1 1 1Participation active des visiteurs 1 1 1 2Approbation des producteurs pour un parcours œnologique (9) 0 0 2 0Intérêt des pèlerins 1 1 0 0Evanouissement de lintérêt pour le personnage de Saint Martin (10) 1 1 0 1Qualité des visites chez les producteurs et des produits des producteurs 0 0 2 0Prix des activités 0 2 1 1Développement dactivités concurrentes meilleures 2 2 1 1Réaction dindifférence ou dhostilité des Tourangeaux 1 1 1 1Canibalisation dautres segments 3 1 1 2Organisation des transports 2 2 1 1MOYENNE 0,84 0,72 0,72 0,88Aurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 122/ 83
  • 124. (1) Les activités proposées doivent être adaptées à différentes catégories de visiteurs et à différentes tranches d’âge.(2) Proposer un calendrier s’intégrant dans les programmations de la région.(3) L’organisation des spectacles liés aux activités culturelles demande la prise en compte de nombreux paramètres (lieux, acteurs…).(4) Il faudra penser à la formation de guides, conférenciers et divers animateurs sur l’Histoire de Saint Martin de Tours. La narration devraégalement s’adapter au type de public, et notamment lorsque celui-ci est composé d’enfants.(5) Des activités sur le "partage citoyen" peuvent être proposées aux scolaires. Pour une efficacité optimale, il faudrait que les programmesscolaires soient en adéquation avec le thème.(6) Le discours sur le partage citoyen doit être adapté à la notion évoquée : eau, richesse… et au public cible.(7) Le Centre Culturel Européen Saint Martin de Tours peut rassembler les idées novatrices liées au "partage citoyen". Une gestion de ces idéesest à prévoir.(8) Comment divulguer la base de données établie grâce aux idées novatrices recensées ? Faut-il mettre en place des brevets?(9) Il existe déjà un œnotourisme en Touraine, donc il faudrait que les producteurs proposant cette offre puissent être impliqués dans lesparcours que nous proposons.(10) L’idée de base est d’effectuer le parcours sur le thème du personnage de Saint Martin. Les activités que nous proposons sont nombreuseset variées et pourraient éclipser l’idée de base.Aurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 123/ 83
  • 125. II. Diagnostic commercial et social Activités Activités basées Activités Activités Critère économique et commercial gastronomiques sur le partage religieuses culturelles et œnologiques citoyen Définition des responsabilités 1 2 2 2 Coordination des prestataires 1 2 2 2 Pouvoir de négociation des prestataires 1 2 2 2 Entente de la CCI et du centre culturel 0 1 1 2 Equilibre entre le caractère économique et lidée de partage 0 0 0 3 Cohérence des activités menées par les prestataires 1 2 1 2 Communication et promotion des activités 1 2 1 2 Visibilité des activités 2 2 1 2 Offre dhébergement adaptée 1 2 1 1 Prise en compte des touristes en hébergement non marchand 1 2 2 1 Offre de restauration adaptée 1 1 1 0 Union avec loffre œnologique déjà existante (1) 0 0 2 0 Implication des producteurs locaux (2) 0 0 2 1 Implication des associations (3) 1 1 0 2 Création dune offre plus ludique (4) 1 2 1 1 Intensité concurrentielle des autres itinéraires (5) 3 1 1 0 Intensité concurrentielle des autres offres en Touraine 1 2 2 1Aurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 124/ 83
  • 126. Activités Activités basées Activités Activités Critère économique et commercial gastronomiques sur le partage religieuses culturelles et œnologiques citoyenRisque politique (6) 0 2 1 1Risque religieux (7) 2 0 0 1Dynamisme du marché des chemins culturels 1 1 1 1Diversification des offres culturelles par rapport à lexistant 0 2 1 0Cohérence des activités menées par les associations (8) 1 1 0 2Gestion des activités par le Centre Culturel Européen Saint Martin 1 1 0 2de Tours (9)Cohérence entre le thème de partage citoyen et la valorisation 0 0 0 2économiqueDifférenciation avec les autres marchés hebdomadaires 0 0 1 1Gestion des récoltes dobjets 0 1 0 3Développement économique de la base de données 0 0 0 1Nombre déquipes techniques 0 1 0 1Implication des différents producteurs 0 0 1 0Projet Maison du Fromage (10) 0 0 2 0Entente et coordination des différents prestataires (11) 1 2 2 2Communication cohérente avec les offres touristiques existantes 1 2 1 1déjà dans la régionMenace des nouveaux grands itinéraires du conseil de lEurope 2 1 1 12007 (Route Don Quichotte et Chemins Saint Michel) (12)Développement du bouche à oreille autour de notre produit 0 1 1 1Nombre darticles dans la presse spécialisée 1 1 1 1Offre de transports adaptée 1 1 1 1Coordination transports et hébergement 2 2 1 1Lien avec marchés équitables 0 0 1 1Publicité en lien avec la notion de partage citoyen (13) 0 0 0 2MOYENNE 0,69 1,01 0,88 1,22Aurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 125/ 83
  • 127. (1) Il existe déjà une offre pour un tourisme œnologique. Il faudra prendre en compte l’existant et s’allier aux producteurs participant à cesoffres.(2) Une partie de l’offre pour sur un tourisme permettant de découvrir les produits du terroir. Il faudra donc une implication totale desproducteurs locaux qui devront participer en ouvrant par exemple leurs fermes, en acceptant de recevoir des visites, etc.(3) Une grande partie des activités proposées sur la notion de "partage citoyen" permet de promouvoir les actions des associations.(4) L’implication des associations religieuses est importante pour le succès des activités de ce type.(5) La concurrence en matière de chemins religieux est forte, actuellement St Jacques de Compostelle est la destination la plus reconnue etfréquentée.(6) Adhésion du maire à confirmer.(7) L’évêque est a priori d’accord pour toute action permettant de promouvoir la religion.(8) Mener des actions cohérentes sur l’ensemble des chemins (ne pas avoir de répétitions p. ex.).(9) Pour les activités basées sur la notion de "partage citoyen", des trocs sont prévus. Ces activités nécessitent une gestion des objets récoltéspour les partager équitablement.(10) Cf. Analyse turbulence Segment Produits Terroir. Les objectifs du projet la maison du fromage se recoupent avec les nôtres, il faudrait doncsonger à un partenariat pour éviter d’éventuelles divergences(11) Cf. Analyse comportement acheteur, propension à consommer avant achat. Les différents prestataires devront jouer mutuellement le rôlede prescripteur afin de garder une certaine cohérence entre les offres proposées. (Ex. : proposer un produit du terroir s’accompagnant bienavec un vin, etc.)(12) Les autres itinéraires labellisés ont un fort potentiel de développement(13) Il ne serait pas cohérent de promouvoir les activités de "partage citoyen" avec des affiches qui ne respecteraient pas l’environnement et lasociété.Aurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 126/ 83
  • 128. 2 Diagramme d’indice stratégique 3 1Le diagramme d’indice stratégique présenté ci-dessus permet de visualiser le résultat de l’analyse des risques.Il en ressort que sur nos quatre segments, deux sont faciles d’accès. Il s’agit des segments des activités culturelles, desactivités gastronomiques (dont œnotourisme). Les segments « Partage Citoyen » et activités religieuses devront fairel’objet de plus de précautions.Aurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 127/ 83
  • 129. PLAN MARKETINGDans cette partie, nous présentons nos préconisations d’attaque du marché pour les différents segments. Nous notonsainsi comment aborder chaque segment cependant, il ne s’agit pas d’un vrai plan marketing car nous ne disposonspas d’informations nécessaires à l’établissement d’une planification à proprement dite, c’est-à-dire, le budget qui seraalloué au projet, les responsabilités et le calendrier prévu pour le lancement de ce projet.Aurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 128/ 83
  • 130. Après l’étude de l’environnement et le diagnostic des différents segments, nous préconisons d’attaquer en priorité lesegment lié à l’œnotourisme et la découverte des produits du terroir, et le segment des activités culturelles GO. SEGMENT DES ACTIVITES LIEES A LA DECOUVERTE 1 DES PRODUITS DU TERROIR ET ŒNOTOURISME et SEGMENT DES ACTIVITES CULTURELLESLe diagramme d’indice stratégique qui a découlé de nos analyses des risques permet de voir que ces segmentspeuvent être abordés sans prise de risque trop forte.Aurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 129/ 83
  • 131. Cependant, il faudra veiller à réduire les risques existants. I. Plan d’actionAfin de réduire les risques liés à ces segments, nous proposons le plan d’action suivant.Dans un premier temps, il est essentiel de définir les responsabilités relatives aux activités de ces segments et derépondre à un certain nombre de questions. (Nous posons ces questions mais nous ne disposons pas des compétencespour y répondre, il est donc de la responsabilité de la Chambre de Commerce et du Centre culturel européen St Martinde Tours de lever les indéterminés.) Comment sont coordonnées les activités et qui les coordonne? Faut-il s’adresser à un nombre limité de prestataires etbien sélectionnés ? Quels sont les producteurs qui prennent part aux activités ? Comment sont-ils sélectionnés ? Quelcalendrier ? (De même pour la restauration et l’hébergement).Il est nécessaire de promouvoir les activités de ces segments.Il faut communiquer sur le fait que la Touraine est une région avec une gastronomie assez riche, et pas loin de lacapitale.Malgré ces 10 AOC viticoles, la région est l’une des moins prisées parmi les régions d’œnotourisme.La promotion de ces activités devra donc commencer par les touristes en visite dans la région, qui par des prescripteursdivers pourront se rendre compte de la qualité du vin local et de la richesse gastronomique de la Touraine.L’idée de base étant d’associer ces activités avec le personnage de Saint Martin de Tours, il faudra veiller à montrer lacohérence d’un tourisme viticole avec le personnage de Saint Martin qui fut à l’origine de la viticulture dans la région.De la même façon, il faudra jouer sur le fait que les activités culturelles proposées seront ludiques, interactives, etconcernent toutes les tranches d’âges.La collaboration avec les différents producteurs de la région et prestataires dont certains proposent déjà des offressimilaires devra être totale. Ils seront des partenaires essentiels et ils devront être convaincu que le développement dece segment ne leur sera que profitable. Il faudra donc veiller à ce qu’ils proposent des produits et des services deAurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 130/ 83
  • 132. qualité afin d’attirer les touristes. On pourrait envisager un nombre limité de partenariats avec des producteurs quiaccepteront de participer aux activités. Il leur sera demandé de faire des offres respectant un cahier des charges afinde garantir leurs qualités et pourront être audité à ce sujet.Il faudra également étendre cette collaboration à la commune de Sainte-Maure par rapport au projet de Maison duFromage qui s’inscrit dans une optique similaire à nos activités. Un développement mutuel de ces 2 projets ne seraientque profitable aux 2 parties.Il faudra développer un mode de transport et une offre d’hébergement adaptés à notre offre. En effet si un parcoursœnologique ou gastronomique est développé, il faudra penser au mode de déplacement des randonneurs entre lesdifférents producteurs ou fermes. Selon le type de client, plusieurs possibilités peuvent être proposées : à pied pour lesrandonneurs, ou à bicyclette, ce qui permettrait de se rapprocher d’une offre touristique existant déjà, « La Loire àbicyclette », et même en voiture ou minibus selon le nombre de touristes.Il faudra également veiller à l’offre d’hébergement, donc contacter des gîtes pouvant se trouver aux mêmes endroitsque les fermes ou vignes, ou développer avec les producteurs une offre d’hébergement dans leurs propriétés si cela estpossible.Il est important d’identifier et de sélectionner des lieux propices à l’organisation des activités culturelles que nousproposons (concerts, spectacles, expositions, etc.).Aurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 131/ 83
  • 133. II. Co développementLe lancement des activités liées à ces segments nécessite un partenariat total avec les prestataires concernés.Ainsi, il faudra trouver et sélectionner des producteurs et autres prestataires (gîtes, restaurants, etc.) qui souhaiteraientprendre part au projet. Ces derniers devront être très impliqués car les activités ne pourront être menées qu’avec leurcollaboration.Les partenaires de co-développement à envisager pour le segment œnotourisme et découverte des produits du terroir »seront donc des producteurs de vin, producteurs du fromage Sainte-Maure, restaurants traditionnels et gastronomiques,gîtes se trouvant sur les sites des producteurs, la commune de Sainte-Maure.Pour le segment culturel il s’agira d’agences d’animations et d’animateurs, d’acteurs, de la ville aussi (qui est leprincipal propriétaire des lieux potentiels de représentation), d’associations culturelles, etc.Ces partenaires devront, s’il le faut, effectuer les investissements nécessaires à leur échelle pour la bonne tenue desactivités les concernant. Ils pourront par exemple en contrepartie être cités dans des guides touristiques, bénéficier depublicités gratuites et bien sûr des clients de notre offre touristique.III. Plan marketingLe segment « activités liées aux produits du terroir » est un bon segment d’accès. Notre stratégie sur segment est unestratégie de substitution. Il existe déjà une offre de tourisme œnologique et également gastronomique, mais ces derniersne sont ni liés, ni sur le thème de Saint Martin de Tours. Nous allons donc profiter de ce marché existant déjà et essayerde le développer en fédérant et en coordonnant ces offres autour des chemins de Saint Martin de Tours. Ainsi, noussouhaitons profiter de l’engouement pour les chemins de randonnées, accentué par le fait que les chemins de SaintMartin sont classés Grand Itinéraire Culturel Européen afin d’apporter une clientèle au tourisme œnologique etgastronomique. De la même façon, il est à noter que ce type de tourisme est apprécié des Français et des étrangersvenant en France. Ces activités pourraient ainsi être également des attracteurs pour les chemins de Saint Martin.Aurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 132/ 83
  • 134. Comme spécifié précédemment, les activités liées à ce segment devront être proposées par des prestataires(producteurs locaux, restaurants et autres partenaires). Il faudra donc encourager l’implication de ces acteurs locauxdans le projet.En ce qui concerne le segment lié aux activités culturelles, il s’agira de proposer selon un calendrier déterminé (sebasant sur les dates marquantes de l’histoire de Saint Martin) un certain nombre d’animations évoquant le personnage.Ces activités devront permettre en plus de découvrir l’histoire et le patrimoine de Saint Martin, d’apprendre sur la culturede la région tourangelle. Il serait ainsi intéressant de lier ce segment à d’autres offres touristiques culturelles existant déjà,comme la visite de châteaux.Les produits du terroir sont également un patrimoine culturel, il sera donc intéressant de proposer en association avec lesegment « œnotourisme et découverte de produits du terroir » des dégustations de vins et d’autres produits durant lesévènements qui seront organisés.Aurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 133/ 83
  • 135. 2 SEGMENT « PARTAGE CITOYEN »Après analyse de l’environnement, et diagnostic des risques liés aux activités basées sur le « Partage citoyen », nouspréconisons d’approfondir le plan d’action du segment avant de se lancer. Cependant, nous pouvons constater sur lediagramme d’indice stratégique que les risques techniques et commerciaux ne sont pas très élevés et pas très éloignésdes autres segments. Nous recommandons donc un « GO sous RESERVES »Aurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 134/ 83
  • 136. I. Plan d’actionPour structurer le plan d’action, regardons en détail les résultats d’analyse des risques pour le segment « Partagecitoyen ».Aurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 135/ 83
  • 137. Nous pouvons ainsi voir clairement les actions à effectuer en priorité pour mettre en place les activités liées à la notionde « partage citoyen ». Pour les risques techniques, nous pouvons constater que le risque le plus élevé correspond à lavisibilité des activités. Pour résoudre ce problème, une véritable réflexion sur le partage citoyen est à réaliser. La notionde « partage citoyen » est nouvelle puisqu’elle a été créée en 2008. Il est nécessaire d’établir les missions des activités àproposer le long des chemins Saint Martin de Tours. Ces activités auront-elles un but pédagogique, une mission derassembler les idées novatrices sur le thème du partage et de les mettre en place, etc. ? Pour cela, il faut égalementétablir un lien évident entre Saint Martin de Tours et les activités proposées. Si nous voulons que les usagers comprennentla programmation, il faut déterminer et fixer clairement ce lien. Enfin, il faut une véritable cohérence entre lesdifférentes activités proposées sur ce thème. Tous les événements doivent faire partie d’une mission commune et êtrereliés entre eux.D’un point de vue économique et commercial, il existe plus de risques notés à 3. En effet, il existe un véritable risque demésentente entre la Chambre de Commerce et d’Industrie et le Centre Culturel Européen Saint Martin de Tours parrapport à ces activités. En fait, ces dernières n’ont pas pour objectif de valoriser économiquement la Touraine. Elles vontpromouvoir des actions pour améliorer le mode de vie des utilisateurs et pour leur faire prendre conscience des biens àpartager. L’action de « partager » n’entraînera pas de consommation, au contraire. Cependant, la Chambre deCommerce et d’Industrie peut utiliser ces activités comme une valorisation de l’image de la Touraine. Elle pourrapromouvoir ensuite cette politique d’amélioration de notre société et d’écologie. Un autre problème à réglerrapidement pour mettre en place le segment concerne la gestion des récoltes d’objets. Nous avons pu constater quepar le passé, cette gestion n’avait pas été optimale lors de récoltes organisées par le centre culturel européen SaintMartin de Tours. Là encore, ce risque pourra être réglé grâce à une réflexion sur le thème du « partage citoyen » et surles activités à proposer le long des parcours Saint Martin de Tours. Une fois que les événements seront programmés avecdes objectifs pédagogiques, économiques, de public, il sera plus facile de prévoir la gestion qu’ils engendrent. Lesobjectifs détermineront les problèmes de transport, de restauration, de stockage, de matériels, d’aides techniques…Les autres risques techniques seront pour la plupart levés après la réflexion menée sur la définition de « partagecitoyen », les objectifs des activités liées et la programmation qui s’en suit. Cependant, il faut noter que cette réflexiondevra prendre en compte un certain nombre de contraintes pour que ces activités puissent avoir du sens par rapportaux autres déjà proposées et auprès des touristes. On peut ainsi citer la communication. Il est évident que lacommunication sur ces activités doit être réfléchie par rapport à la notion de « partage citoyen ». Elle ne peut pas êtremassive et doit suivre une politique éthique. Les affiches publicitaires pourront par exemple être réalisées sur du papierAurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 136/ 83
  • 138. recyclé avec des encres écologiques. De même, il existe un risque d’effet de mode. Nous sommes dans une période oùles gens commencent à prendre conscience qu’il ne faut pas continuer à vivre dans ces conditions et qu’il faut faireplus attention à la nature. Un « retour aux vraies valeurs » est envisagé. Cependant, beaucoup de sociétés proposentainsi des produits et des services dits « écologiques ». Le développement durable est devenu à la mode et est utilisépour tout et n’importe quoi. Pour le segment de « partage citoyen », il va donc falloir faire attention à justifier le terme etles activités, montrer que cela a du sens et n’est pas un effet de mode. Il peut exister un ras-le-bol de l’écologie et desfausses actions de développement durable. Il faudra prendre en garde à ne pas sermonner les touristes mais à amenerune véritable prise de conscience. Cela doit également être accessible. Il ne faut pas proposer un discours sur le thèmetrop élitiste. Les activités sur le « partage citoyen » devront être ludiques et attractives pour les enfants et les adultes.Si une ambition européenne et internationale existe pour le thème du « partage citoyen », il faudra aussi mener uneréflexion à cette échelle géographique pour la tester au niveau des chemins de Saint Martin de Tours. Ainsi, s’il est prévude créer une base de données des idées novatrices sur le thème du « partage citoyen », un certain nombre dequestions sont à se poser : comment recenser les idées, les classer, les gérer, les sauvegarder, les mettre en place, lesdiffuser… L’échelle de recensement et de diffusion est également à prévoir.Il faut également régler des risques concernant les acteurs du projet. Durant la réflexion menée pour créer unprogramme d’événements ayant du sens, il faudra définir clairement les responsabilités de chacun, en particulier entrela Chambre de Commerce et d’Industrie et le Centre Culturel Européen Saint Martin de Tours. Il faut aussi prendre encompte les attentes de l’inspecteur d’académie si des actions de sensibilisation des scolaires sont prévues, celles desassociations si des marchés sont organisés et des différents prestataires (restauration, hébergement, office detourisme…). Une fois que les attentes sont entendues, il faut mettre au point les responsabilités de chacun afin quel’ensemble des activités ait un sens et qu’il n’y ait pas des actions contradictoires. C’est un point très important pour laréussite de ces activités. De même, les activités proposées par les autres segments (religieuses, culturelles,gastronomiques et œnologiques) ne doivent pas aller contre la politique de « partage citoyen ». En effet, celadiscréditerait l’ensemble des activités. Par exemple, il faudrait que les transports prévus pour les parcoursgastronomiques et œnologiques soient optimisés en nombre, en temps, en parcours et de manière écologique.Aurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 137/ 83
  • 139. II. Co développementLe lancement des activités liées à ce segment nécessite un partenariat total avec les prestataires concernés. Ainsi, ilfaudra trouver et sélectionner des associations, des écoles, d’autres structures, des partenaires qui souhaiteraientprendre part au projet. Comme pour le segment gastronomique et œnologique, ces derniers devront être très impliquéscar les activités ne pourront être menées qu’avec leur collaboration.Les partenaires de co-développement à envisager seront donc certaines associations de Touraine, les groupes scolaires(écoles maternelles, primaires, collèges, lycées), les colonies de vacances, les centres d’aide…Là encore, une réflexion est à mener pour que les offres et les activités proposées par ces différents prestataires soienten accord entre elles.III. Plan marketingLe segment correspondant aux activités basées sur la notion de « partage citoyen » est un segment à mettre en placeaprès une large réflexion auprès de l’ensemble des acteurs et dirigé par le Centre Culturel Européen Saint Martin deTours. Une stratégie de niche est à mettre en place. Quelques actions ont été menées par le Centre Culturel EuropéenSaint Martin de Tours, mais elles n’ont pas été inscrites dans une programmation basée sur le principe du « partagecitoyen ». De plus, aucun autre itinéraire ne propose des activités sur ce thème. Une création de marché est doncprévue. Nous allons donc profiter de cette notion de partage amenée par le personnage de Saint Martin de Tours pouramener un nouveau type d’activités le long d’un parcours historique et ainsi proposer une offre différente. Ellepermettra entre autre de se différencier du chemin de Saint Jacques de Compostelle. Cependant, il existe aujourd’huiun certain nombre de risques qu’il faudra régler avant de lancer le projet. Ceux-ci seront largement diminués après uneréflexion globale sur le thème et la programmation associée, comme nous avons pu le voir auparavant.Aurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 138/ 83
  • 140. 3 SEGMENT DES ACTIVITÉS RELIGIEUSESD’après le diagramme d’indice stratégique élaboré à partir de l’analyse des risques, nous avons décidé de donner un« GO sous réserves » au segment des activités religieuses. Cet avis s’accompagne d’un plan d’actions et d’un planmarketing, détaillés ci-dessous. Sur le diagnostic, on peut remarquer que le segment activités religieuses est bien placépar rapport aux autres et à la notation. Cependant, pour ne pas associer exclusivement et de manière irréversible leschemins de Saint Martin de Tours à un itinéraire de pèlerinage, nous avons décidé de le lancer en dernier lieu. Celapermettra également de se différencier de Saint Jacques de Compostelle. I. Plan d’actionEn vue de réduire les risques mis en évidence lors de notre étude, nous émettons différentes recommandations. Unrisque important est de se lancer sur un marché fermé et jugé trop conventionnel. Aux yeux de certains, un pèlerinageest une activité vieillissante et ancrée dans le passé. Ces opinions pourront être minimisées par l’organisation d’activitésse démarquant suffisamment de l’existant et dont la promotion sera faite de façon efficace. La mise en place d’uneoffre d’hébergement et de transport adaptées est aussi nécessaire.Le lancement d’activités religieuses sur le thème du personnage de Saint Martin de Tours peut aussi entraîner le risquede cannibalisation d’autres segments. Cela signifie que ces activités pourraient nuire au développement d’activités nonliées à la religion, en premier lieu celles envisagées dans nos trois autres segments (œnologie et gastronomie, culture etpartage citoyen). Le résultat serait d’associer définitivement la région de Tours à un itinéraire religieux, ce que laChambre de commerce et d’industrie ne veut pas.Ce scénario peut selon nous être évité, tout en tirant profit de retombées économiques liées à l’arrivée de pèlerins. Lemarché des grands itinéraires, dont Saint-Jacques-de-Compostelle fait partie, est en effet dynamique. Si d’autresAurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 139/ 83
  • 141. activités sont développées parallèlement à celles du segment religieux, il est possible de réduire fortement, sinonsupprimer, le risque. Les principaux secteurs qui pourraient bénéficier de ce public sont l’hôtellerie, la restauration et lestransports.Une fois l’adhésion des associations religieuses gagnée, une condition de réussite est remplie. Le préalable à cerassemblement est la définition des responsabilités. Il nous parait clair que la Chambre de commerce et le Centreculturel doivent tous deux être impliqués. Nous ignorons toutefois quelle autorité constituera le troisième pilier del’organisation : autorités religieuses, associations ?II. Plan marketingIl existe déjà de grands itinéraires européens et celui de Saint Martin de Tours est un nouvel entrant sur le marché. Lesitinéraires existants sont actuellement orientés soit vers la culture (ex. : itinéraire Mozart), soit vers la religion (ex. : cheminsde Saint-Jacques-de-Compostelle). Dans le sens où l’on souhaite « capter » une partie du public des chemins depèlerinage existants, le cas de Saint Martin de Tours peut donc être vu comme une substitution de marché. Dansl’hypothèse retenue ici de ne pas retenir exclusivement le côté religieux au détriment des autres, il y a création demarché.Il est nécessaire d’avoir une bonne coordination des activités dans l’année. La prédominance de Saint-Jacques-de-Compostelle joue malheureusement en notre défaveur. En raison de sa reconnaissance et des nombreuses associationsbien organisées qui en font la promotion, il est possible que nos activités soient reprises, voire améliorées, avant d’avoirpu les développer.Aurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 140/ 83
  • 142. CONCLUSIONLe but de ce projet fut de créer de la valeur dans la région Tourangelle à partir des chemins de Saint Martin de Tours.Après une analyse de l’environnement interne des porteurs du projet (Chambre de commerce et d’industrie deTouraine, le porteur du projet et du Centre culturel européen Saint Martin de Tours, à l’origine des chemins) puis del’environnement externe par l’étude du tourisme en général dans la région tourangelle, du patrimoine culturel de larégion et de différents itinéraires touristiques existants, nous avons pu dégager 4 segments pouvant permettre derépondre au problème qui nous a été posé. Il s’agit d’un premier segment proposant des activités culturelles, d’unsecond segment proposant des activités liées à la découverte de produits du terroir (dont l’œnotourisme), d’unsegment proposant des activités religieuses et pour finir d’un segment sur le thème du partage citoyen.Dans une seconde partie de notre étude, nous avons exploité cette segmentation afin de voir les perspectives deréussite de notre innovation.Ainsi, après l’analyse de nos différents segments, nous préconisons de mettre en place en premier lieu les activités liéesà la découverte des produits du terroir en mettant un accent sur l’œnotourisme. Le segment des activités culturellespourra être lancé simultanément.Dans un second temps, les activités liées au segment « partage citoyen » pourront être intégrées progressivement aprèsavoir levé les indéterminations sur ce concept. Et enfin, nous finirons par attaquer le segment des activités religieusesune fois que les autres activités seront bien établies, et ce afin d’éviter de confondre les chemins de Saint Martin avecdes itinéraires de pèlerinage.Aurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 141/ 83
  • 143. SOURCES • Plaquette de présentation « Projet de développement économique de CCI de Touraine – 2010 » • http://whc.unesco.org/fr/ • http://www.valdeloire.org/?PubliId=3141 • http://fr.wikipedia.org/wiki/Orient-Express • http://www.orient-express.fr/web/luxury_fr/luxury_travel.jsp • www.notretemps.com/article/index.jsp?docId=2235737 • www.vins-vouvray.com/vouvray.php • http://pro.rhonealpes-tourisme.com/docs/1578-1-tde-dossier-documentaire-2007.pdf • http://lesrapports.ladocumentationfrancaise.fr/BRP/074000311/0000.pdf • http://www.tourism-touraine.com/route_vins_val_de_loire_2008.html • http://www.gralon.net/tourisme/musee-musee-des-vins-de-touraine-1273.htm • http://www.espace-transsiberien.com • http://www.waytorussia.net/TransSiberian/Intro.html • http://www.transsib.ru/Eng/city-mos.htm • http://www.trans-siberian.co.uk/site • http://www.epbroye.ch/mediawiki/index.php/Transsib%C3%A9rien • http://www.culture-routes.lu/php/fo_index.php?lng=fr&dest=bd_pa_det&unv=ic • http://www.saintmartindetours.eu/tourisme/index.html • http://www.culture-routes.lu/php/fo_index.php?lng=fr&dest=bd_do_lst • Présentation Powerpoint de la Société française des amis de Saint-Jacques de Compostelle • Présentation Powerpoint de la Fédération des associations espagnoles du Camino Santiago • Site du tourisme en Val de Loire, par le Comité régional du tourisme du Centre (ne mentionne pas St Martin) : http://www.visaloire.com/index.html • Site du tourisme en Touraine, par le Comité départemental du tourisme d’Indre-et-Loire : http://www.tourisme-touraine.com/ • Site de l’Office de tourisme de Tours : http://www.ligeris.com/ • Site de l’Office de tourisme du Val d’Amboise : http://www.amboise-valdeloire.com • Site édité par le Conseil général d’Indre-et-Loire : http://www.monuments-touraine.fr/ • Site de l’Office de tourisme de Chenonceaux : http://www.chenonceaux-blere-tourisme.com/Aurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 142/ 83
  • 144. • Site de la société Je découvre la France : http://www.centre-val-de-loire.jedecouvrelafrance.com/d-78.indre-et-loire.html • Site de l’Office de Tourisme de Saint Avertin : http://www.valleeducher-touraine-tourisme.com • Indicateurs sur le tourisme et l’hôtellerie restauration : http://www.insee.fr/fr/themes/theme.asp?theme=13&sous_theme=5, http://www.tourisme.gouv.fr • Statistique de l’évêché de Saint Jacques de Compostelle (en espagnol et d’autres langues) : http://www.archicompostela.org/peregrinos/Franc%C3%A9s/Estadisticaperegrinacion.htm • Rapport du Conseil Economique et Social de la Région Centre, « La région Centre : une région à croquer, du paysage à l’assiette », 20 Juin 2007 • http://www.economie-touraine.com/blanc_telech_tajc.htmlAurélie CHARLES• Alioune DÈME • Denisse HAMARD • David LE FRANÇOIS 143/ 83