Artémois

452 views
371 views

Published on

Published in: Career
0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total views
452
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
6
Actions
Shares
0
Downloads
0
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Artémois

  1. 1. artém ois 08 20 E MN AURELIE CHARLES _ AUTO ALICE DAUSSY HUGO SMADJA 8 SI2 RTORAPP
  2. 2. Sommaire1• CONCEPT______________________________________________________________________________________________________________________________ 4 1• 1• Concept______________________________________________________________________________________________________________________ 42• PUBLIC CIBLE___________________________________________________________________________________________________________________________ 5 2• 1• Qui ?_ _________________________________________________________________________________________________________________________ 5 2• 2• Ses attentes ___________________________________________________________________________________________________________________ 5 2• 3• Mode de consultation _ _____________________________________________________________________________________________________ 53• OBJECTIFS_ ____________________________________________________________________________________________________________________________ 64• RESSOURCES Médias___________________________________________________________________________________________________________________ 7 4• 1• Forme narrative_ ____________________________________________________________________________________________________________ 7 _ 4• 2• Ressources artistiques_ ______________________________________________________________________________________________________ 85• structure et navigation_____________________________________________________________________________________________________________ 96• formes et degrés d’interactivité____________________________________________________________________________________________________ 107• choix techniques___________________________________________________________________________________________________________________ 11 7• 1• Interface utilisateur_________________________________________________________________________________________________________ 11 7• 2• Données_ ____________________________________________________________________________________________________________________ 11 7• 3• Contrôle____________________________________________________________________________________________________________________ 122/32 Rapport SI28 - A08 Alice Daussy . Aurélie Charles . Hugo Smadja
  3. 3. 8• PROPOSITIONS GRAPHIQUES___________________________________________________________________________________________________________ 13 8• 1• Interfaces proposées par Alice_____________________________________________________________________________________________ 14 8• 2• Interfaces proposées par Aurélie___________________________________________________________________________________________ 16 8• 3• Interfaces proposées par Hugo____________________________________________________________________________________________ 189• Choix graphiques et réalisation___________________________________________________________________________________________________ 19 9• 1• Les interfaces________________________________________________________________________________________________________________ 19 9• 2• Les éléments graphiques_ ___________________________________________________________________________________________________ 20 _10• Scénario___________________________________________________________________________________________________________________________ 2111• Story Board_ ______________________________________________________________________________________________________________________ 27 _ 11• 1• Interface d’accueil________________________________________________________________________________________________________ 27 11• 2• Préambule__________________________________________________________________________________________________________________ 28 11• 3• Animation à l’écran durant la narration________________________________________________________________________________ 29 11• 4• Interfaces de choix________________________________________________________________________________________________________ 30 11• 5• Interfaces de visualisation_ _______________________________________________________________________________________________ _ 3112. CONCLUSION_________________________________________________________________________________________________________________________323/32 Rapport SI28 - A08 Alice Daussy . Aurélie Charles . Hugo Smadja
  4. 4. 1• CONCEPT 1• 1• ConceptNotre projet multimédia conçu dans le cadre de l’UV SI28 consiste à créer une histoire interactive, en flash. La narration est basée sur une successiond’émotions vécues par un personnage incarné par l’utilisateur.Chaque étape correspondra à un sentiment particulier exprimé. A chaque niveau, l’utilisateur aura le choix entre plusieurs univers de réalisateurs,d’auteurs... exprimant tous la même émotion. Il pourra donc créer de multiples récits sensoriels, selon ses propres envies. La contrainte majeureréside dans le fait que les émotions se succéderont toujours dans le même ordre.Notre intention est donc de concevoir un parcours émotionnel ludique et interactif.4/32 Rapport SI28 - A08 Alice Daussy . Aurélie Charles . Hugo Smadja
  5. 5. 2• PUBLIC CIBLE 2• 1• Qui ?Les multiples parcours permettent à un public d’adolescents et d’adultes de trouver leurs univers propres. Cependant, le public visé est plusparticulièrement celui ayant un intérêt pour l’art et la culture en général. 2• 2• Ses attentesL’attente suscitée par le produit est d’abord le divertissement. L’utilisateur doit prendre plaisir à se plonger dans des univers délirants etfantasques.L’attrait de combiner différents mondes artistiques doit permettre à l’utilisateur d’avoir envie de recommencer le parcours émotionnel plusieursfois. 2• 3• Mode de consultationLe mode de consultation sera Internet.5/32 Rapport SI28 - A08 Alice Daussy . Aurélie Charles . Hugo Smadja
  6. 6. 3• OBJECTIFSAvec ce projet, nous souhaitons que l’utilisateur puisse voyager à différents niveaux : ’’artistique avec plusieurs supports : peinture, musique, littérature, cinéma... ’’temporel avec des oeuvres anciennes et contemporaines ’’sensoriel avec l’utilisation de la vue et de l’ouïe ’’émotionnel avec l’histoire du personnage principalNotre ambition est de rendre cette histoire attractive en nous appuyant sur son aspect interactif et ludique, et en jouant sur la sensibilité del’utilisateur (parcours émotionnel).Nous espérons que ce concept permettra à l’utilisateur d’explorer de nouveaux univers et lui donnera envie d’aller plus loin dans la découvertedes oeuvres présentées.Nous souhaitons aussi lui permettre de construire sa propre histoire à partir de ses univers préférés. L’idée est que ses choix influent sur le cours durécit.Nos objectifs personnels pour ce projet sont divers. Dans un premier temps, il nous permettra d’appréhender différents logiciels comme Flash etAudacity.Ensuite, nous souhaitons faire découvrir des univers différents mais propres à chaque artiste. Une grosse recherche devra alors être effectuée etnous espérons ainsi élargir notre culture artistique avec ce projet.6/32 Rapport SI28 - A08 Alice Daussy . Aurélie Charles . Hugo Smadja
  7. 7. 4• RESSOURCES MédiasDans ce projet, nous utilisons les médias de deux manières distinctes : ’’Ceux créés par nos soins pour notre trame narrative nous permettant de raconter une histoire. ’’Les médias artistiques extérieurs utilisés pour faire ressentir une émotion particulière.Notre volonté de faire découvrir l’Art sous de nombreuses formes nous a poussés à proposer des supports très diversifiés. Plus précisément, les artsque nous avons choisis ont déterminé le type de ressources médias utilisées pour les émotions.En revanche, notre scénario nous laisse plus libre dans l’utilisation des médias. 4• 1• Forme narrative AudioLe scénario est conté pour jouer sur la métaphore de l’histoire racontée à un enfant. Le média audio permet à l’utilisateur de se concentrer sur lerécit.Par ailleurs, des bruits d’ambiance associés à la scène contée sont insérés en arrière plan de la voix du narrateur. Ces sons permettent d’accentuerl’immersion de l’utilisateur dans le récit. Eléments graphiquesNous pouvons distinguer deux utilisations du support graphique. D’une part lors de la narration, des éléments graphiques agrémentent le récitconté. Ils illustrent l’histoire.7/32 Rapport SI28 - A08 Alice Daussy . Aurélie Charles . Hugo Smadja
  8. 8. D’autre part, ils servent d’interface de choix entre les scènes contées. Ils permettent l’interaction avec l’utilisateur.Dans les deux cas, les éléments graphiques choisis ne sont pas statiques. Ils sont soit animés, soit interactifs. 4• 2• Ressources artistiques AudioLe support audio est utilisé pour les médias musique et chanson française. Il est aussi utilisé pour les médias théâtre et poésie. Pour ces deuxderniers, nous décidons que l’utilisateur pourra choisir entre le texte affiché à l’écran et une écoute. VidéoLe support vidéo est utilisé pour les médias cinéma européen, cinéma américain, série et animation. A l’écran, une série d’actions, d’ambiances…nous fait ressentir une série d’émotions. Cependant, le but de notre création est d’illustrer une émotion par un média. Aussi, nous allons sélectionnerprécisément le passage illustrant l’émotion voulue. Eléments graphiquesAfin de ne pas trahir l’essence de la peinture, de la photographie et de la Bande Dessinée, nous décidons de les présenter sous forme d’élémentsgraphiques. TexteLe média roman sera présenté dans sa version écrite. Quant aux supports poésie et théâtre, l’utilisateur pourra choisir entre la version écrite et laversion audio. Comme pour la vidéo, nous sélectionnerons précisément le passage du texte illustrant l’émotion recherchée.8/32 Rapport SI28 - A08 Alice Daussy . Aurélie Charles . Hugo Smadja
  9. 9. 5• structure et navigationL’utilisateur suit l’histoire à travers une structure séquentielle. Il avancedans des étapes que nous avons prédéfinies. Pour passer de la phase1 à la 2 il choisit une catégorie de médias. On a alors une structurehiérarchisée sur un niveau de profondeur. Au sein de chaque catégorie,un tirage aléatoire est effectué pour sélectionner le média. L’utilisateur Étapeest amené à faire des choix et ne peut jamais revenir en arrière. Il nepeut donc pas explorer l’ensemble des possibilités en un seul parcours,on a affaire à une structure combinatoire restreinte.Une analogie est possible avec le livre de Raymond Queneau, Cent ... ... ... ... ...mille milliards de poèmes. Nos interfaces de choix correspondent àun vers du poème. Notre projet diffère par l’ajout d’un choix aléatoiresupplémentaire, celui du média proposé. A raison de 3 médias possibles 7par catégories, 12 catégories et 7 émotions, nous proposons 312 soit 1040parcours possibles.Il est laissé à l’utilisateur la possibilité de ne pas attendre la fin d’un médiapour passer à l’étape de narration suivante. Il peut également retournerau début de l’histoire à tout moment. ... ... ... ... ... Choix de l’interface (phase 1) Catégorie de médias (phase 2) Média tiré aléatoirement (phase 3)9/32 Rapport SI28 - A08 Alice Daussy . Aurélie Charles . Hugo Smadja
  10. 10. 6• formes et degrés d’interactivitéDans notre projet, la principale forme d’interactivité est l‘interactivité de navigation. L’utilisateur accède aux différents grains de contenu eninteragissant avec son ordinateur. C’est notamment le cas dans l’interface de choix préalable à la diffusion des médias.Pendant la diffusion du média, en choisissant de l’écourter, l’utilisateur peut jouer sur la durée du récit. L’interactivité de manipulation est doncégalement présente.L’interactivité d’introduction de données n’est pas directement utilisée. Cependant, dans la mesure où les choix de l’utilisateur influencentla narration, on peut considérer que chaque parcours réalisé crée un récit original et potentiellement unique. L’utilisateur produit son proprerésultat.10/32 Rapport SI28 - A08 Alice Daussy . Aurélie Charles . Hugo Smadja
  11. 11. 7• choix techniques 7• 1• Interface utilisateurNous avons décidé d’utiliser la technologie Flash pour notre projet. Ainsi, nous intégrons nos différents médias et animations au sein du logiciel FlashCS2. La construction et la manipulation de ceux-ci s’appuient sur différents outils : ’’PhotoShop pour la retouche (effets, découpage…) des ressources graphiques ’’Illustrator pour la création d’éléments de l’interface ’’Flash CS2 pour la création, l’animation et l’intégration d’éléments de l’interface ’’Audacity pour la création de nos propres médias audio ainsi que la retouche des ressources externes ’’VirtualDub pour la retouche des médias vidéos. 7• 2• DonnéesL’utilisation de la technologie Flash nous contraint dans la manipulation des données. Ainsi, toutes les ressources vidéos utilisées sont encodéesau format Flash, les ressources audio au format mp3, les ressources graphiques au format jpeg et les éléments de l’interface dans des formatsvectoriels.Afin d’exploiter et de répertorier correctement ces données, nous utilisons le langage de description de données XML. Celui-ci nous permet delister et renseigner (type, auteur, format, taille, émotion associée…) l’ensemble de nos médias externes. Il est alors aisé de récupérer l’ensembledes médias associés à telle émotion pour en tirer une aléatoirement. Cela permet également de décrire en fin de média la source de celui-ci.Les objets temporels (audios et vidéos) sont chargés au fur et à mesure de leur lecture afin d’éviter les temps de chargements trop longs.11/32 Rapport SI28 - A08 Alice Daussy . Aurélie Charles . Hugo Smadja
  12. 12. 7• 3• ContrôleLa manipulation de nos données au sein de l’interface sera réalisée par le langage de programmation ActionScript 2. Encore une fois, le choix dulangage nous était imposé par la technologie choisie. Cependant, nous avons opté pour l’utilisation de la version 2 pour plus de souplesse et desimplicité. En effet, le groupe étant composé au deux tiers de non GI, la rigueur (et par là même, la complexité accrue) qu’exige Action Script 3 aclairement orienté notre choix. De plus, il nous était préférable d’éviter un changement d’environnements par rapport aux ordinateurs des sallesde TD où nous avons appris à utiliser cette technologie.12/32 Rapport SI28 - A08 Alice Daussy . Aurélie Charles . Hugo Smadja
  13. 13. 8• PROPOSITIONS GRAPHIQUESNotre projet consiste à créer une histoire interactive basée sur une succession d’émotions illustrées par des médias. Dans le récit, des extraits defilms, de romans, des photos... s’immiscent donc dans la narration off. Cette succession « d’étapes» peut aller à l’encontre de la concentrationde l’utilisateur sur l’histoire, et perturber son immersion dans le récit. Ceci, d’autant plus que la nature même des éléments qui le composent sonttrès diverses (Voix off «uniforme» vs extraits multiples et variés qui n’ont en commun avec l’histoire que l’émotion normalement éprouvé et/ouracontée)Outre son coté esthétique, il était donc important que le graphisme des différentes interfaces de notre projet lui confère une certaine unité.Donc important que le graphisme des différentes interfaces de notre projet lui confère une certaine unité.Plutôt que de désigner un designer, tout le monde à essayer de proposer des principes graphiques pour les principales interfaces : ’’Interface d’accueil ; ’’Animation durant la narration ; ’’Interface de choix des médias ; ’’Interface de visionnage des médias ;Les meilleures idées ont ensuite été choisies.13/32 Rapport SI28 - A08 Alice Daussy . Aurélie Charles . Hugo Smadja
  14. 14. 8• 1• Interfaces proposées par AliceMalgré ma relative maîtrise de certains outils de dessin, jen’ai pas la main particulièrement créative. Aussi, n’ai-je pasessayer de réaliser des interfaces artistiques ou réalistes. Pourque le graphisme joue malgré tout un rôle dans l’unité duprojet, il me fallait donc trouver un «concept» : simplicité etabstraction en étaient les maîtres mots. L’histoire racontéeétant un rêve, je suis partie sur l’image de la nuit et descontes : nuit étoilée en guise de fond et utilisation du bleufoncé et du rose comme couleurs principales. (Bleu foncépour renforcer l’image de la nuit, Rose pour le contraste). Chute de la boule en continu. En survolant la grosse tâche, apparition d’une «invitation Interface d’accueil à entrer».Dans le cahier des charges cette interface permet biensur de rentrer dans le coeur du projet : l’histoire. Elle donneaussi accès aux fonctionnalités complémentaires que sont En survolant les rectanglesle parcours horizontal par émotion et la liste des médias. situés en haut à gauche,J’ai ajouté une présentation de nos noms. Pour les lire en apparition de liens versentier, il faut vraiment le vouloir, car la boule ne s’arrête pas. d’autres pages. (parcoursSans intervention de l’utilisateur, l’interface reste très neutre complémentaires dupossible : noire et bleue. En survolant les différents éléments parcours principal)qui la compose, les fonctionnalités apparaissent.Le lien vers l’histoire saute aux yeux car c’est lui le plusimportant. Par «Titre du projet», je veux dire titre de l’histoire En passant au dessus et enracontée. Ce titre, ainsi que l’image apparaissant au survol haut de la boule, nos nomsde la tâche doivent donner envie d’entrer. apparaissent 14/32 Rapport SI28 - A08 Alice Daussy . Aurélie Charles . Hugo Smadja
  15. 15. Animation à l’écran durant la narrationPour cette partie plutôt difficile à imaginer, dans la mesureoù elle accompagne la narration de l’histoire, j’ai essayé demettre en avant la temporalité du récit et le changementd’émotion de l’utilisateur.La boule qui descend l’écran en zigzags représente letemps. Les mots qui apparaissent sur le chemin de la boulesont des mots de l’histoire en rapport avec l’émotion quedoit ressentir l’utilisateur à la fin de la narration. Chaqueémotion est associée à une couleur, et c’est avec cettecouleur que sont écrits les mots.. Interface de choixA la fin sa chute, la boule change de couleur. Elle prendcelle associée à l’émotion évoquée par la narration et illustrée dans les médias à choisir.Tous les mots révélés lors de la descente s’affichent à nouveau.Des icônes représentatives de chaque média proposé apparaissent également à l’écran.En cliquant sur l’une ou l’autre, l’utilisateur se dirige vers le média de son choix.Hormis les éléments présents dans les interfaces précédentes, tout s’affiche de la couleurassociée à l’émotion que l’on veut faire ressentir à l’utilisateur. L’apparition des mots doitfaciliter cette «mise en émotion».Il est possible de retourner à l’accueil à partir de l’interface de choix et à tout momentde la narration. Pour cela, il suffit de survoler puis de cliquer sur le rectangle en bas àgauche.15/32 Rapport SI28 - A08 Alice Daussy . Aurélie Charles . Hugo Smadja
  16. 16. 8• 2• Interfaces proposées par AurélieComme Alice, je suis partie sur un concept abstrait. Il me semblait plus évident d’écouter la voix-off de l’histoire en ayant une interface abstraiteet plutôt statique, qu’en ayant des images. N’ayant de plus, pas encore toute notre histoire d’écrite, je trouvais difficile de proposer une interfaceillustrant l’histoire. Ceci demande plus de recherches graphiques et nous n’avons pas le temps durant ce projet multimédia. Nos recherches demédia, nous prenant déjà beaucoup de temps. Enfin, l’abstraction avait pour autre avantage de permettre une répétition du processus graphiqueà chaque passage conté. J’ai essayé de donner un côté poétique aux interfaces. Enfin, mes choix ont été dictés par ma volonté d’unité. Notreprojet comporte un certain de nombres de médias proposés, il me semblait qu’il fallait que toutes les interfaces que nous avions créées devaientêtre dans la même charte graphique. Ceci pour permettre une meilleure compréhension du parcours. L’utilisateur pourra ainsi savoir si c’est unepartie de notre histoire ou un autre support que nous proposons. Animation à l’écran durant la narrationIl me semblait important que l’animation présente lors des passages contés, représente le rêve. Je 1 2trouve qu’il peut être difficile pour l’utilisateur de comprendre que l’histoire racontée est celle durêve de notre héros. Notre interface doit alors permettre une meilleure compréhension du contexte.Pour illustrer le rêve, j’ai donc décidé d’utiliser en fond un ciel nocturne. J’ai également décidéd’utiliser la métaphore de la plante qui pousse. Ceci pour symboliser, la montée vers l’émotion,mais aussi la montée vers le sommeil profond de notre héros. Pour accentuer encore la notion derêve, j’ai proposé de donner un effet nébuleux aux plantes qui se balanceraient. 3 4 5 616/32 Rapport SI28 - A08 Alice Daussy . Aurélie Charles . Hugo Smadja
  17. 17. Interfaces de choixJ’ai voulu qu’il n’y ait pas de coupure graphique entre l’histoire narrée etl’interfaces de choix des différents médias. Cette interface est considéréecomme une étape de l’histoire. D’un point de vue graphique, j’ai donc décidéque les plantes s’arrêteraient de pousser avec à la fin de chaque branche uneétoile. La couleur des étoiles dépendraient de l’émotion. Chaque émotion auraitsa propre couleur de référence. Dans une même continuité, deux branches serelieraient pour former le mot de l’émotion. Il me semblait qu’il fallait explicitercette étape du parcours. Je ne suis pas sûre que les utilisateurs comprennenttout de suite qu’ils ont un choix à effectuer parmi des médias qui illustreraienttous la même émotion. C’est pourquoi j’ai choisi d’écrire à l’écran l’émotion.Pour permettre une meilleure compréhension de l’interface, quand l’utilisateurpasserait sur une étoile de choix, celle-ci grossirait et le mot du média serait alorsécrit. Visualisation du médiaLe choix graphique de l’interface de visualisation du média a encore une fois étédéterminée pour qu’il y ait une continuité dans notre projet multimédia. Quandl’utilisateur clique sur l’étoile désirée, un rectangle de la couleur de l’émotionapparaît pour être tout de suite remplie de manière graduelle verticalement parune couleur plus neutre grise. Un bouton permet d’avancer à l’étape suivantesi l’utilisateur ne veut pas voir l’intégralité du support. A droite du média, desinformations sont données. Le choix graphique est de les mettre en petit et enblanc. Ces informations sont intéressantes pour l’utilisateur mais ne doivent pasavoir une grande importance sur notre interface.17/32 Rapport SI28 - A08 Alice Daussy . Aurélie Charles . Hugo Smadja
  18. 18. 8• 3• Interfaces proposées par Hugo18/32 Rapport SI28 - A08 Alice Daussy . Aurélie Charles . Hugo Smadja
  19. 19. 9• Choix graphiques et réalisation 9• 1• Les interfacesAprès avoir regardé les propositions de chacun, nous avons décidé de rester dans un graphisme abstrait reprenant la métaphore de la plante quipousse. Nous avons également choisi d’associer à chaque émotion une couleur. Animation à l’écran durant la narrationTant par son esthétisme que par son concept, l’idée d’Aurélie nous a tous séduits. Pour la création des animations définitives présentes à l’écrandurant la narration, nous avons donc transposé sous Flash les dessins qu’elle avait réalisés avec Illustrator. Nous avons décidé d’y ajouter l’apparitionde certains mots au fur et à mesure de la narration. Interfaces de choixNous avons repris telle quelle la proposition d’Aurélie. Visualisation du médiaNous avons également repris la proposition d’Aurélie d’interface de visualisation des médias. Nous y avons apporté quelques modifications afind’insérer à l’extérieur de la visionneuse les informations sur le média, ainsi que des icônes de retour à l’accueil et de passage rapide du médiaen cours. Deux interfaces ont été créées : l’une pour les médias « visuels », l’autre spécifiquement pour le son. Afin de renforcer le lien entre lesinterfaces de visualisation et les autres interfaces du projet, nous avons décidé de laisser les plantes en arrière plan un peu transparent. Interface d’accueilNous avons conçu l’interface d’accueil en dernier, de manière à ce qu’elle soit en accord avec le projet dans son ensemble, mais en mêmetemps qu’elle joue un rôle de mise en condition de l’utilisateur. Elle reprend donc globalement le graphisme du projet (éléments graphiques,couleurs...) mais ne figure encore ni l’ascension des plantes, ni le sens des différents éléments dans le coeur du projet.19/32 Rapport SI28 - A08 Alice Daussy . Aurélie Charles . Hugo Smadja
  20. 20. 9• 2• Les éléments graphiques PolicesNous avons cherché des polices en accord avec l’ambiance générale du projet : flottement, rêve, arrondi.... Nous avons ainsi choisi la police Duralithpour les plus gros titres, car elle répond aux critères cités et est assez originale. La police Century Gothic, plus classique, a elle été choisie pour le restedes textes apparaissant à l’écran (médias texte, informations sur les médias...). Elle répond aussi aux critères et est très lisible.Nous ne sommes pas certains de parvenir à intégrer ces police à notre projet de façon à ce que tous les utilisateurs les visualisent sans les avoirinstallées sur leur ordinateur. Nous y travaillons. BoutonsPour naviguer entre les interfaces nous utilisons des boutonsconstruits selon le même principe. Leur forme évoque uneétoile, et en les survolant l’utilisateur découvre où il peutaller. Cette information correspond à l’apparition d’untexte adéquat. CouleursNous avons recherché des couleurs pour chaque émotion. bonheur peurCette couleur devait symboliser l’émotion représentée.Voici donc la palette colorée des émotions. amour Colère tristesse rire ennui20/32 Rapport SI28 - A08 Alice Daussy . Aurélie Charles . Hugo Smadja
  21. 21. 10• ScénarioLe scénario principal de notre projet se présente sous la forme d’un récit, où s’enchevêtrent : Des instants de narration contés L’illustration de l’émotion qu’ils traduisent en médiasEn voici le contenu : Un père lit la dernière phrase d’un conte de fée à son enfant. Ses yeux se ferment et il se met à rêver.[Musique de carillon berceuse d’enfant]Un soupir étrange monta à leurs lèvres et elles s’enfoncèrent dans les vagues. La petite sirène écarta le rideau de pourpre de la tente, elle vit ladouce épousée dormant la tête appuyée sur l’épaule du prince. Alors elle se pencha et posa un baiser sur le beau front du jeune homme. Sonregard chercha le ciel de plus en plus envahi par l’aurore, puis le poignard pointu, puis à nouveau le prince, lequel, dans son sommeil, murmuraitle nom de son épouse qui occupait seule ses pensées, et le couteau trembla dans sa main. Alors, tout à coup, elle le lança au loin dans les vaguesqui rougirent à l’endroit où il toucha les flots comme si des gouttes de sang jaillissaient à la surface. Une dernière fois, les yeux voilés, elle contemplale prince et se jeta dans la mer où elle sentit son corps se dissoudre en écume. Lors d’un repas de famille, à l’apéro. L’homme est à table avec sa famille au complet. Le vieil oncle Marcello raconte ses bêtises d’enfance.Toute l’assemblée s’esclaffe.[Bruit d’agitation pré-repas et de trinquage]Marcello “ - Et alors, à la caserne, le brigadier chef nous disait toujours : Un bon soldat doit être capable, à tout moment, d’attester de la propretéde ses slips!”21/32 Rapport SI28 - A08 Alice Daussy . Aurélie Charles . Hugo Smadja
  22. 22. L’oncle Marcello la raconte toujours celle-là, à vrai dire, depuis quelques années je me demande si c’est pas la seule dont il se souvient... Enfinbon, comme dit EdithEdith : “ - On ne peut pas aller contre les traditions. Un anniversaire de maman sans les histoires de Marcello, c’est comme... comme un poissonsans bicyclette...”[Edith et Mr H rient]Marcello “ - C’est cela riez tous les deux mais je peux vous dire que pendant la drôle de guerre ... “Edith (à Mr H, à voix basse) : “Ils en ont chié... ! “[Ils rient encore plus fort] Rire Lors du même repas de famille. Un secret de famille est dévoilé et il s’énerve contre un membre de sa famille. Pris d’une colère folle àl’égard de ce dernier, il crie, s’énerve et s’emporte.[Bruit de repas toujours, l’oncle marcello ronfle en fond]Sylvia m’avait dit qu’elle ne pouvait pas venir, cette année, à l’anniversaire de ma mère.Vers la fin du repas, je suis donc très étonné de la voirdébarquer, l’air de rien.Maman lui ouvre, elle porte une très belle robe en soie rouge, peut-être un peu trop sexy pour l’occasion, non? Derrière elle, un homme que je neconnais pas, elle le tient par la main.Mes yeux font le tour de la table, personne ne semble l’avoir remarquée. Maman rejoint sa place et poursuit son repas.22/32 Rapport SI28 - A08 Alice Daussy . Aurélie Charles . Hugo Smadja
  23. 23. Sylvia s’avance jusqu’au milieu du salon, se retourne et embrasse passionnément son amant. Cette petite salope, je savais bien qu’elle metrompait. Je me lève, les autres continuent à mastiquer, personne n’a rien vu, personne n’a remarqué cette putain qui vient faire défiler sonnouveau jouet sur la table du salon, personne ne comprend que cette hyène est venue pisser sur mon coeur encore chaud.Mr H. “ Espèce de sale...” Colère Préliminaires meurtriers. Notre personnage emmène sa victime dans une pièce à l’écart des autres. Isolé, le héros tue sa protagoniste.Affolé par son geste ou la réaction de ses hôtes, il est en proie aux affres de l’angoisse.J’empoigne Sylvia par le bras. Je pousse la porte de la cuisine, je balance Sylvia sur notre lit :Sylvia (sanglotant) :Mr H. (enragé) : “Alors crève, salope!Mes yeux se voilent de rouge, je sens la chaleur d’Annabella couler de mes mains en gouttes sur le sol. Je panique, je cherche la porte à tâtons,je tourne la poignée...Ils sont tous là dans le salon, ils continuent à mastiquer. L’oncle Marcello ronfle, Maman flirte avec un homme que je ne connais pas, que j’ai déjàvu quelque part. Edith entre en chantant joyeux anniversaire, tenant le gateau à bout de bras. Les lumières s’éteignent les flammes des bougiesme brûlent le visage, il faut que je m’échappe, je monte les escaliers quatre à quatre et fonce sous le lit de Maman. Peur23/32 Rapport SI28 - A08 Alice Daussy . Aurélie Charles . Hugo Smadja
  24. 24. Cache-cache. Toujours effrayé, il trouve un lieu sûr où se cacher. Mais après quelques temps, l’ennui le gagne inéluctablement.Maman : “Mon p’tit bout, où es-tu?”.C’est Maman qui m’appelle pour que je vienne prendre mon p’tit déjeuner.Maman : “Ton lait va être froid, mon chéri!”C’est bon, on en est qu’à l’étape 2, en général ensuite j’ai le droit à l’heure qu’il est, puis à celle qu’il sera dans un sale quart d’heure. À laquatrième étape, c’est là qu’il faut se bouger, le point de friction, celui après lequel on a droit à:Maman : “Je vais le dire à papa, et tu seras puni!”, et avant lequel on se paye:Maman : “Bien, mais ne recommence pas.”, celui où l’on dira juste :Maman : “Bien.”Je connais tellement le point de friction de maman, j’ai jamais eu à étudier celui de papa. Pratique. Mais maman n’appelle pas... J’avais jamaisremarqué à quel point c’était étroit sous ce lit. Bon elle appelle? Pfff... si elle appelle pas, c’est pas du jeu... pfff... pfff... Ennui NoirL’utilisateur aussi doit s’ennuyer : 10 secondes devraient suffire.24/32 Rapport SI28 - A08 Alice Daussy . Aurélie Charles . Hugo Smadja
  25. 25. «Sortez de vos cachettes». En sortant de l’endroit où il se terrait, il se souvient d’un très très bon moment avec la personne qu’il a tuéet se dit qu’il ne pourra plus jamais le revivre. Ce constat affreux provoque en lui un effroyable chagrin.[Bruit de vagues, de mouettes, de bord de mer]Hein? J’ai dû m’endormir ici... (tousse)... Ah! Ce que j’ai mal au dos. Bon allez sortons de là-dessous. Je m’assieds sur le bord du lit. De la fenêtre,on voit l’océan. On ne devait pas avoir cet emplacement mais Sylvia a insisté. Elle avait préparé tellement soigneusement ces vacances,Sylvia : “Que l’océan, je veux le voir même en dormant!”Je sors. Sylvia et moi sommes là, à marcher au bord de l’eau. Elle a glissé sa main dans la poche arrière de mon jean. Je glisse ma main dans sescheveux, elle les portait encore long à l’époque. Quel plaisir de la regarder comme ça, marcher devant moi, et à côté de moi. Les couples ça setient trop près l’un de l’autre, avec un peu de recul, je trouve Sylvia encore plus belle.J’essaye de la rejoindre, je veux lui dire que je suis désolé, que je regrette. Plus je cours, plus le couple s’éloigne, j’accélère, L’océan me glisse surles joues. Mes jambes fléchissent, je tombe, et je laisse l’océan sortir de moi, et rejoindre son lit. Tristesse Charmante, Princesse Charmante. Soudain, une inconnue est touchée par la tristesse de cet homme et c’est le coup de foudre... (Scèned’amour à noter dans les anales)J’ouvre les yeux... (tousse)... Ah, j’ai du sable plein la bouche, quelle horreur...(bruit de crachat).Je m’approche de l’eau pour me rincer la bouche, c’est toujours mieux que du sable.Le visage mouillé mais propre, je lève les yeux vers la falaise.Mr H. : “Mademoiselle! Mademoiselle!”25/32 Rapport SI28 - A08 Alice Daussy . Aurélie Charles . Hugo Smadja
  26. 26. Elle se tient vraiment très près du bord, elle risque de tomber. Je la vois jeter quelque chose. Oh non! Elle ne risque pas, elle VA se jeter.Je cours et gravis la falaise le plus vite possible. J’y suis, elle est toujours là. Je m’élance vers elle et la prend dans mes bras. Elle me regarde, sesyeux sont pleins de larmes et elle a du sable sur les joues. Qu’est-ce qu’elle est belle! Elle se penche sur moi et dépose un baiser sur ma joue, puis,elle se remet face au précipice. Elle me regarde et sourit :Arielle : “Prêt?... Partez!” Amour Quelques instants plus tard... La princesse est enceinte. Elle donne naissance à un merveilleux bébé....... A compléter Bonheur26/32 Rapport SI28 - A08 Alice Daussy . Aurélie Charles . Hugo Smadja
  27. 27. 11• Story Board 11• 1• Interface d’accueilLes trois étoiles vertes sont animées (grossissements et rétrécissement successifs) et proposent les différents modules du parcours narratif au passagede la souris.27/32 Rapport SI28 - A08 Alice Daussy . Aurélie Charles . Hugo Smadja
  28. 28. 11• 2• PréambuleSi la navigation principale du projet est choisie, l’utilisateur commence son parcours.Il entre dans la tête d’un père de famille qui raconte une histoire à son enfant... ... et qui finit lui aussi par s’endormir...28/32 Rapport SI28 - A08 Alice Daussy . Aurélie Charles . Hugo Smadja
  29. 29. 11• 3• Animation à l’écran durant la narrationEt le rêve commence.... Alors que des voix Off racontent ce qui se passe, 3 plantes grimpent....29/32 Rapport SI28 - A08 Alice Daussy . Aurélie Charles . Hugo Smadja
  30. 30. 11• 4• Interfaces de choixAu fur et à mesure de la narration de chaque «partie» de rêve, une émotion se fait ressentir ; et petit à petit, l’ interface de choix du média illustrantl’émotion apparaît à l’écran.Chaque étoile correspond à un média : Photographie Autres supports graphiques Théâtre Poésie 1 2 Roman Chanson française Musique (sans parole) Film d’animation Cinéma européen Cinéma américain 3 4 Séries Bande dessinée30/32 Rapport SI28 - A08 Alice Daussy . Aurélie Charles . Hugo Smadja
  31. 31. 11• 5• Interfaces de visualisationDeux types d’interfaces de visualisation sont utilisées. L’une, utilisée pour tous les médias hors médias sonores, présente sur fond noirla vidéo, l’image ou le texte dans un rectangle de visualisation de la couleur del’émotion considérée. (le rectangle vert correspond au format maximal du média.Il n’apparaîtra pas à l’écran.)L’autre, dédiée au média ayant pour support une seule bande sonore, présenteune petite animation au centre de l’écran de visualisation. Elle occupe l’espacemais ne doit pas déranger l’écoute.Dans les deux cas, le point d’interrogation donne accès aux informations relativesau média visionné.31/32 Rapport SI28 - A08 Alice Daussy . Aurélie Charles . Hugo Smadja
  32. 32. 12• CONCLUSIONArtémois, à quelques jours de sa finalisation, remplit ses principaux objectifs à savoir l’aspect narratif et la présentation d’émotions à travers desoeuvres d’art très diverses.Cependant, les problèmes de programmation liés aux choix graphiques nous ont fait prendre du retard. De plus, la quantité de ressources étanttrès importante, nous n’avons pas encore trouvé tous les médias que nous présenterons. Néanmoins, il nous est facile de mettre un média en moinsou d’en regrouper deux. Cela ne nuira pas à la qualité du projet. Etant donné qu’il n’est pas difficile d’insérer de nouvelles oeuvres, nous nouslaissons jusqu’au dernier moment pour faire ce choix.Par contre, le nombre d’émotions n’est pas réductible, c’est pourquoi nous avons choisi d’automatiser la pousse des plantes. En effet, si on sait lefaire pour une séquence, on saura le faire pour toutes. La recherche de programmation était donc nécessaire.La réalisation de ce projet a été pour l’ensemble de ces concepteurs une joie, un véritable enrichissement personnel du point de vue artistique,graphique et informatique.32/32 Rapport SI28 - A08 Alice Daussy . Aurélie Charles . Hugo Smadja

×