• Share
  • Email
  • Embed
  • Like
  • Save
  • Private Content
100 ans de la maison du peuple de Saint Claude
 

100 ans de la maison du peuple de Saint Claude

on

  • 1,749 views

Elaboration d'un état des lieux et d'une proposition de programmation culturelle pour les 100 ans de la Maison du peuple de Saint-Claude en 2010....

Elaboration d'un état des lieux et d'une proposition de programmation culturelle pour les 100 ans de la Maison du peuple de Saint-Claude en 2010.
Volonté de faire de cet événement un tremplin pour le futur de l'association.

Janvier 2009
Commanditaire : Maison du peuple de Saint-Claude
Travail en équipe de 2

Statistics

Views

Total Views
1,749
Views on SlideShare
1,749
Embed Views
0

Actions

Likes
0
Downloads
0
Comments
1

0 Embeds 0

No embeds

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel

11 of 1 previous next

  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
  • je peux telecharger le 100 ans maison de peuple
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    100 ans de la maison du peuple de Saint Claude 100 ans de la maison du peuple de Saint Claude Document Transcript

    • n du peupleLes cent an s de la Maiso Saint-DE GARDE PAGE Clau de UV TX A08 - Aurélie CHARLES - Alice DAUSSY
    • Introduction 4 1. état des lieux 7 01. Histoire 8 1. Les origines de la Maison du peuple en Europe 8 2. Le mouvement coopératif et ouvrier de Saint-Claude, une école 9 3. La Maison du peuple de Saint-Claude 10 4. Après la coopérative, l’association 16 02. Saint-Claude, la ville 18 1. Saint-Claude, capitale du Haut-Jura 18 2. L’espace public 19 3. Espaces culturels, institutions municipales et infrastructures sportives 20 4. Les associations culturelles 22 5. Programmation culturelle pour le grand public 24 6. Activités avec les scolaires 26 03. L’architecture de la Maison du Peuple 28 1. Description des usages présents 28 2. Descriptif technique 29 3. Matériels disponibles 31 4. Localisation des supports de communication 31 5. Déplacements dans la Maison du peuple 31 04. L’existant culturel 34 1. Acteurs et fonctionnement 34 2. Contenu des sections 35 3. Économie 41 2. PROGrammation 43 01.Proposition d’événement 45 1. Bal populaire 45 2. Repas populaire 45 3. Concerts de chants populaires 46 4. Jeux traditionnels 47 5. Artothèque au caveau des artistes 47 6. Soirée «Aux origines du Jazz» 48 7. Chasse au trésor 48 8. Visite contée de la ville de Saint-Claude 492
    • 00 SOMMAIRE 9. Sketchs joués par les scolaires retraçant des moments de vie 49 au sein de la Maison du peuple 10. Programmation de films sortis durant l’année 1910 50 11. Programmation de films relatant l’histoire des luttes ouvrières 50 12. Représentation d’une prise de théâtre contemporaine 51 sur le thème de l’utopie moderne 13. Repas insolent : Animation gustative et théâtrale sur thème 52 des inégalités nord-sud 14. Fête des associations 52 15. Soirée Slam 53 16. Création d’un livre de réflexion sur l’utopie moderne, écrit par les lycéens de Saint-Claude 17. Création d’affiches sur l’utopie moderne et mur de réflexions 54 18. Programmation de films de réflexion sur la société contemporaine 5402. Les Acteurs de l’événement 5603. Les lieux de l’événement 62 1. Dans la maison du peuple 64 2. Hors les murs 66 04. Le budget de l’événement 7304. Le planning prévisionnel de l’événement 75Conclusion 763. Bibliographie 814. Annexes 8701. OrgAnisation d’un repas insolent 8802. Programme 2008 du festival de la soupe de Florac 9203. Programme du centenaire de la maison du peuple de Maffle 96 3
    • Dans le cadre de notre formation en Génie des Systèmes Urbains, à l’Université de Technologie de Compiègne, une étude nous a été commandée par l’association la fraternelle de Saint- Claude pour réfléchir sur les modalités de l’événement à organiser pour le centenaire de la Maison du peuple de la ville. Construite en 1910, par la Coopérative de production et de consommation, la Fraternelle, cette Maison du Peuple est très vite devenu le symbole du patrimoine social et coopératif haut jurassien ainsi qu’un haut lieu de l’histoire ouvrière. Mais, depuis la fin du mouvement ouvrier sanclaudien en 1984, la Maison du peuple appartient à une association à but non lucratif «La fraternelle», à laquelle les coopérateurs ont donné vocation de sauvegarder l’immeuble de la Maison du Peuple et de permettre la continuation de l’oeuvre d’éducation populaire qui avait sous-tendu tout le mouvement depuis ses origines : « La valorisation du patrimoine bâti et historique; la création, la diffusion et la formation dans les domaines de la culture contemporaine et vivante; la création d’événements dans un lieu de vie, d’échanges et de débats. » (Art 2 des statuts de l’association) En 2010, la Maison du peuple aura 100 ans. La fraternelle souhaite à cette occasion proposer une programmation particulière en rapport avec l’utopie sociale et le patrimoine architectural exceptionnel que représentent la Maison du peuple de Saint-Claude. En apportant un regard extérieur sur cette aventure associative historique et sociale, il nous a été demandé de réfléchir à la programmation de cet événement mémoriel qui veut aussi être un vecteur du rayonnement de la Maison du peuple dans la société d’aujourd’hui. Mais comment valoriser un lieu de mémoire à l’occasion de sa commémoration? Comment tenir compte de l’évolution de la société et de ses préoccupations dans le cas de la commémoration d’un édifice de classe, symbole de l’utopie d’une époque et d’une population du siècle dernier pour proposer un événement qui soit un éloge du passé en rapport avec le présent ? Nos recherches de benchmarking ne nous ont guère aidées sur la question. En effet, si le XIXème siècle à vu naître une multitude de Maisons du peuple en France et en Europe, peu existent encore aujourd’hui. Parmi celles qui subsistent, beaucoup n’ont gardé de leur passé populaire que le nom. Et si certaines, ont gardé quelques une de leurs activités d’antan, notamment culturelles, nous n’avons trouvé qu’un seul exemple de commémoration du centenaire de ces édifices de classe, alors que beaucoup de Maisons du peuple ont été construites avant celle de Saint-Claude. La Maison du peuple de Saint-Claude présente donc la particularité de pouvoir fêter son 100ème anniversaire sans avoir un jour perdu son usage. Et si les activités d’aujourd’hui ne sont plus exactement celles d’hier, elles restent en rapport avec les principes fondateurs du lieu. Afin de comprendre l’originalité du cas sanclaudien et de sa longévité, nous allons commencer notre étude par un état des lieux qui nous permettra de nous familiariser avec l’histoire et le contexte actuel de vie de cet édifice remarquable.4
    • introductionCet état des lieux constituera la base de la programmation proposée par la suite. En effet, cen’est qu’après avoir compris l’histoire de la Maison du peuple et des différentes associationsqui s’y sont succédées, de la ville de Saint-Claude, des particularités architecturales du lieuet du fonctionnement existant des activités culturelles, que nous allons proposer des activitéset des événements pouvant promouvoir, lors de son centenaire, tout ce qui fait la richesse etl’originalité de cette Maison du peuple. 5
    • 01 01ETAT DES LIEUX
    • 1. Les origines de la Maison du Peuple en Europe Dans La Maison du peuple. Le temps d’un édifice de classe, Mario Scascighini revient sur les facteurs à l’origine de l’avènement de la Maison du peuple en Europe et notamment en France. Pour lui, il fait suite aux évolutions qu’a subies la société occidentale du XIXème siècle. A cette époque, l’Europe connaît en effet une période d’industrialisation massive. Les modes de production changent et d’une manière générale, au savoir-faire artisanal ou ouvrier est substitué le travail indifférencié du prolétaire. On assiste donc à une déculturation des populations rurales exilées à la ville, couplée d’une déculturation technique des travailleurs. Le quotidien est dur pour ces gens qui doivent s’acclimater à des mœurs nouveaux et à des conditions de vie souvent assez difficiles, surtout en ce qui concerne l’habitat et les ressources. A cette époque, l’alimentation est en effet la principale charge des ménages. Les plaisirs sont exclus de la vie des prolétaires ; le théâtre, l’opéra… réservés aux riches. Très vite, le peuple va trouver une alternative à sa condition dans l’espace public et la création de lien social. Les cafés deviennent ainsi des lieux de détente, d’échange… puis de prise de conscience. Leur vocation politique s’accentue au point qu’ils apparaissent comme les berceaux du syndicalisme naissant et le siège de la préparation des grèves et des manifestations. A l’image des cercles bourgeois, les ouvriers créent des cercles souvent politiques, et institutionnalisent donc leurs organisations informelles. Parallèlement à la montée de la conscience politique des ouvriers et à l’émergence des organisations ouvrières, on voit apparaître dans le paysage urbain des manifestations sportives et culturelles à l’initiative de la population. Jeux divers, kermesses, musique et théâtre de rue, bals populaires, spectacles de marionnettes, tournois de sport…ponctuent la vie de la ville. Le socialisme apparaît à partir de 1830 en France et plus largement en Europe. Il critique l’économie libérale, la machinisation et le développement intensif de l’industrie qui aggravent les conditions de vie de l’ouvrier. Dès 1840, il conquiert le pouvoir et porte les problèmes et la condition des classes ouvrières dans la sphère politique, rendant possible le développement des activités et institutions populaires. Le socialisme comprend plusieurs courants : le socialisme utopique, le socialisme marxiste et le socialisme libertaire (anarchique). Le socialisme libertaire représenté notamment par Pierre Joseph Proudhon porte la critique de l’étatisme et revêt des conceptions diverses. Le socialisme marxiste est caractérisé par l’objectif de la mise en commun des moyens de production et d’échanges, ainsi que par la répartition des biens équitablement à tous. Karl Max en est le principal penseur. Il lutte pour un monde sans classes sociales et sans oppression. Le socialisme utopique regroupe plusieurs penseurs et praticiens parmi lesquels on peut citer Charles Fourier et Robert Owen. Il prône la transformation sociale et l’édification d’une société idéale, fondée sur l’abondance et l’égalité, et se caractérise généralement par l’idée de formation de petites communautés plus ou moins autogérées et organisant, à côté de la vie professionnelle, la vie sociale, liant architecture et société (logements, services sociaux et culturel, voire mœurs). La multiplication de ces communautés, fraternellement fédérées, devant modifier l’ensemble de l’organisation de la société. Il s’adresse à tous et n’entend pas fonder de distinctions entre les différentes classes sociales.8
    • 01 HISTOIRELa Maison du peuple est essentiellement issue du socialisme utopique. Elle est aussi une formed’aboutissement du mouvement coopératif né en 1844 à Rochdale en Angleterre. Une maisonpar le peuple et pour le peuple.2. Le mouvement coopératif et ouvrier de Saint-Claude, une écoleA l’initiative des syndicats, des coopératives..., les Maisons du peuple apparaissent donc peuà peu dans le paysage urbain des villes européennes. A Saint-Claude, tout commence par lacréation d’une coopérative d’alimentation :émanation du Cercle Ouvrier de Saint-Claude, la coopérative d’alimentation La Fraternelle futfondée en 1881. Les statuts initiaux de l’entreprise s’inspiraient de ceux des sociétés lyonnaises,nées au début du XIXème siècle, dont les bénéfices étaient affectés en quasi totalité à la réalisationd’oeuvres sociales, dans la veine du mutualisme.Vers 1884, les sociétaires de La Fraternelle, moins intéressés par l’aspect social de l’affairetransformèrent les statuts afin de pouvoir profiter des bénéfices conséquents produits par lavente du vin et des denrées d’épicerie.Cependant, en 1889, les ouvriers diamantaires parisiens venus former leurs collègues haut-jurassiens, font apparaître l’idéal socialiste à Saint-Claude.Henri Ponard, un des piliers du socialisme local, entre à la Fraternelle en 1886, alors qu’elle necomptait que 150 adhérents et est élu membre du conseil d’administration en 1888.C’est en 1896, qu’Henri Ponard entre dans l’histoire de la Fraternelle en étant à l’origine de larefonte des statuts. Ces nouveaux statuts consacrent l’apparition d’une spécificité régionaledans le système coopératif : la naissance de « l’Ecole de Saint-Claude » par différenciation avecl’école de « Nîmes ». Dorénavant, la totalité des bonis résultant de l’activité de La Fraternelle,c’est-à-dire les surplus dégagés une fois le travail rémunéré, reste aux mains de l’entreprise afind’augmenter le fonds social, aucune répartition individuelle ne venant en diminuer la masse.Ensuite, à la différence de la plupart des coopératives françaises, La Fraternelle peut vendre àdes clients non sociétaires. Ses statuts prévoient aussi qu’en cas de dissolution, l’actif sera verséà un groupement aux objectifs proches des siens ou à la municipalité pour servir de base àune œuvre sociale. La Fraternelle s’engage aussi dans la production et se développe à partirde 1899 avec le début de son activité de boulangerie et l’ouverture d’une succursale au 6 ruedu Faubourg Marcel. Dès 1919, avec la création de nombreuses succursales dans le Jura, c’estla fédération des forces ouvrières au-delà de la ville est réalisée. La Mutuelle de la Maison dupeuple de Saint-Claude naît le 29 septembre 1907. Elle fait partie de ces sociétés de secoursmutuel de la région de Saint-Claude qui se constituent en Union le 19 octobre 1907 afin decréer une pharmacie mutualiste, ouverte le 1er janvier 1908 au 8 rue de la Poyat. L’«Associationd’alimentation, de production, de prévoyance, de secours et retraites La Fraternelle », S.A.à capital et personnel variables, poursuit ainsi ses activités dans le domaine social et sondéveloppement sous l’impulsion d’Henri Ponard qui réussit à fédérer les entreprises jurassiennesdans une aventure coopérative et humaniste de grande ampleur.Au travers de cet homme, la Fraternelle s’implique aussi politiquement. En effet, Henri Ponard,participe activement aux combats politiques en tant que responsable de la Fédération socialistedu Jura ; et, entre 1924 et 1928, en tant que député du Jura. Il devient le co-fondateur du 9
    • syndicat Le Travail ; puis en 1893, du Cercle du Travail. Il assure également la comptabilité de l’Imprimerie Ouvrière et de la Fraternelle. En 1897, il établi les statuts de la coopérative « Le Diamant » puis ceux de la coopérative « La Pipe » en 1906, y incluant à chaque fois la clause de non répartition des bénéfices aux sociétaires adoptée à son initiative à la Fraternelle en 1896. A sa mort en 1928 et la crise pétrolière de 1929, la Fraternelle amorce un lent déclin. Pour combattre la concurrence des grandes surfaces, elle fusionne en 1965 avec d’autres coopératives jurassiennes telles la Famille à Moret et la Fourmi du Cuzot. Cela ne suffit pas, les conditions économiques sont trop défavorables au mouvement coopératif local qui ne peut plus faire face. En 1984, la coopérative disparaît et confie les bâtiments de la rue de la Poyat ainsi que ses archives à une association loi 1901 créée à l’occasion. Cette association se donne pour objectif «d’assurer la pérennité et la continuation de l’œuvre et de l’action entreprises par la Mouvement Coopératif et Ouvrier de Saint-Claude depuis XIXème siècle et notamment dans les domaines de l’éducation populaire, des œuvres sociales, des activités culturelles, artistiques et sportives» (extrait des statuts). 3. La Maison du peuple de Saint-Claude A. La Maison du peuple de Saint-Claude, avènement du mouvement ouvrier haut- jurassien « Vers 1890, outre la Fraternelle, de nombreuses autres structures avaient été créées par les ouvriers du Haut-Jura, syndicats, coopératives de production, cercles et groupes socialistes. Il apparaissait, aux yeux des principaux dirigeants, que les disparités trop souvent entretenues entre ces organisations entraînaient des fractures néfastes à la constitution d’une réelle force politique. L’idée a alors été de rassembler ces différentes structures dans un même lieu. En effet, dès la création de la coopérative d’alimentation, les sociétaires évoquèrent le problème des locaux. Le stockage du vin requérait l’utilisation de vastes caves ; la vente de l’épicerie au détail nécessitait la tenue d’une échoppe en bonne place dans les rues commerçantes de la ville. Pendant plusieurs années, la coopérative loua donc différents immeubles de Saint-Claude. Mais vers 1890, l’essor de la société incita les membres du Conseil d’administration à rechercher l’édifice idéal. En 1894, le choix des sociétaires se portait sur la maison Dumoulin, au 12, rue de la Poyat. Henri Ponard mettait en avant les différentes caractéristiques de cette maison : l’étendue et la solidité de la construction, la possibilité d’accès à la cour pour les chariots, le grand jardin où pouvaient s’étendre les bâtiments en cas de besoin et la bonne place au centre commercial de la ville. » En parallèle, entre 1897 et 1899, les socialistes sanclaudiens découvrent le modèle de Maison du peuple développé par les ouvriers du Vooruit de Gand. Henri Ponard décide donc d’aller visiter les Maisons du peuple de Bruxelles et de Gand afin de comprendre leur fonctionnement. Le bâtiment de Gand regroupait sous un même toit les entrepôts et les bureaux de la coopérative de consommation, les locaux syndicaux et l’immense salle des fêtes, à la fois d’expression et de diffusion de l’idéal, et espace de sociabilité. En septembre 1899, le projet est lancé ; en10
    • 01 histoirenovembre 1899, Jean Jaurès, invité par les socialistes jurassiens, appuie cette résolution nouvelledevant la foule venue l’écouter.Dès le 15 mai 1900, Henri Ponard expose au conseil d’administration de la Fraternelle lesavantages qu’offrirait à la société la création d’un tel établissement - réunissant salles de réunion,caves, fours et entrepôts - pour «développer ses services dans son propre local, centraliser sonadministration et étendre continuellement son commerce.»Dès l’année suivante, il demande à l’architecte socialiste Charles Meunier de dresser un avant-projet de Maison du peuple à Saint-Claude.Simultanément, le 16 décembre 1901, sont achetés les terrains nécessaires à la construction. Ilssont situés à l’arrière de l’immeuble de la rue de la Poyat, qui abrite alors le café, un magasinde la société et des logements.Après un dernier voyage d’étude de l’architecte en février à Bruxelles, Gand, Jolimont et Parisauprès de Maisons du peuple et de coopératives, l’avant-projet est présenté par Henri Ponardà l’assemblée générale du 2 mars 1902. Il déclare alors : «Depuis trois ans l’idée de l’édificationd’une Maison du peuple, qui soit à la fois un foyer économique par ses services d’instruction, dedistractions utiles et d’agréments, et un foyer de solidarité par le développement de ses caissesde secours et de retraite, nous tient au coeur, et nous attendons avec une impatience toujoursplus vive sa réalisation.»Le projet est alors adopté par 132 voix contre 25 et 3 abstentions et c’est ainsi que la Maison dupeuple de Saint-Claude est bâtie de 1908 à 1910 par l’architecte Paul Mouret sous les propositionscréées en 1902 par Henri Ponard et l’architecte Charles Meunier. Entre 1902 et 1908, une révisiondu projet est effectuée. En effet, le projet nécessite un emprunt de 400 000 francs, à réaliser parl’émission de 2 400 obligations nominatives et au porteur, dont le remboursement définitif est fixéau 1er janvier 1940. En fait, cet emprunt est un échec et le projet reste en suspens. Les plans deCharles Meunier subissent alors quelques changements. L’inauguration aura tout de même lieule 18 septembre 1910.« La « cathédrale des temps nouveaux » devint l’immeuble phare du socialisme jurassien. De1910 à 1940, l’essor économique de la coopérative ne cessa que pendant la Première GuerreMondiale. Le développement industriel de Saint-Claude, en provoquant une extension de laville, suscita une implantation systématique de La Fraternelle dans les nouveaux quartiers. Dès1919, les coopérateurs purent concrétiser leur projet ancien : fédérer ou absorber les petitessociétés rurales, afin de souder, au-delà du cadre urbain ou péri-urbain, l’ensemble des forcessocialistes. » B. Évolution des usages du bâtimentLes locaux de la Maison du peuple de Saint-Claude se situent au niveau de l’ancienne maisonDumoulin qui date du 18e siècle mais qui est agrandie de deux ailes entre 1855 et 1874. LaFraternelle achète ce bâtiment en 1894.« Alors que l’architecte socialiste Charles Meunier dessinait une première ébauche, la licencedu café Blondeau fut libérée ; en décembre 1902, La Fraternelle inaugurait le Café de la Maisondu peuple, première manifestation du projet futur, lieu de communication et de sociabilité parexcellence. » 11
    • Le projet d’origine de Charles Meunier prévoyait d’aménager le lieu avec dans un bâtiment de six étages: des caves à fromage et à vin, des entrepôts et chambres froides, des magasins de vente, 33 logements, des bureaux et des salles de réunion, une bibliothèque, un café et un théâtre. Deux corps de bâtiments, en contrebas, doivent accueillir sur deux niveaux une usine de pipes et la boulangerie avec ses magasins à farine. Etat du 12 de la rue Poyat en 1894 Projet d’aménagement de Charles Meunier Suite aux problèmes de financement, les plans de Charles Meunier sont modifiés. Les logements et les magasins de vente prévus au rez-de-chaussée côté rue de la Poyat ont été remplacés par le théâtre qui se développe alors sur trois niveaux et offre 600 places. Les logements disparaissent et sont remplacés par la charcuterie et la bibliothèque. De même, en contre-bas, la boulangerie et l’usine de pipes disparaissent également. Dès 1913, la cour inférieure reçoit un gymnase et une salle de répétition destinée à la chorale et à la fanfare. En 1919, de nouveaux aménagements changent les usages de la Maison du peuple. Un bûcher est alors surélevé pour accueillir l’imprimerie. Cette construction permet également d’agrandir la salle du café. En 1920, la Maison du peuple répond à diverses fonctions: production et commerce de biens de consommation, administration de la société, habitation, activités sociales et culturelles. Elle12
    • 01histoireest alors composée : • D’un théâtre ; • D’un café ; • D’une écurie ; • D’une remise à automobile et d’un atelier de réparation; • D’une imprimerie ; • D’une bibliothèque ; • De salles de réunion ; • D’une charcuterie ; • D’une crémerie ; • D’un atelier de torréfaction; • D’une boulangerie ; • De chambres froides ; • D’entrepôts et de celliers ; • D’un gymnase ; • D’un siège de syndicats, de la Bourse du travail et du journal le Jura Socialiste.Au même endroit, dans la maisonDumoulin se trouve : • Une épicerie ; • Un restaurant ; • Des bureaux ; • Des salles de réunion • Des logements.« En juillet 1920, on pensait Etat du 12, rue Poyat en 1910déplacer l’écurie vers le fond dela cour, derrière le théâtre, pour transformer l’ancien local, placé en prolongement de l’aile norddu vieux bâtiment, en chambre de manipulation des huiles. En partie de la cour supérieure, afind’agrandir les entrepôts devenus exigus et malcommodes ; malgré l’importance de l’enjeu, larestructuration de la cette partie de la parcelle et la construction des « sheds » des nouveauxentrepôts ne furent achevées qu’en août 1924. »« Mais l’expansion de la coopérative imprima plus largement le paysage urbain. Outre l’ouverturede magasins dans d’autres secteurs de la ville, la construction des immeubles du boulevard dela République imposa l’image de la Fraternelle sur la place du Pré, nouveau centre de la citévoulu par les autorités municipales. »Sur le plan cadastral de 1980, on peut constater les différents usages présents à cette date. (cf.page de droite) 13
    • La Maison du peuple appartient désormais à l’association la fraternelle qui est organisée en sections autour des thèmes du cinéma, du théâtre, de la musique et des arts plastiques. C’est pourquoi, en 1984 et 1985, elle remplace l’ancienne salle des Assemblées par deux salles de cinéma de 84 et 124 places. Pour son atelier patrimoine, en liaison avec l’Education Nationale, elle réhabilite l’imprimerie en 1991. En 1992, le site est occupé par un magasin de commerce, des bureaux de l’Union mutuelle du Haut-Jura, le siège de l’association la fraternelle, la bibliothèque et une salle de réunion, l’atelier arts plastiques, des logements, un théâtre, un cinéma, un café, une remise d’automobile et une imprimerie. Malgré les évolutions du lieu et des usages, on peut remarquer que la Maison du peuple de Saint-Claude a toujours regroupé des usages de culture, d’administration et de politique, d’habitation et de commerce de biens de consommation. Cependant l’importance des usages a changé. Dorénavant la culture a pris le dessus sur l’usage de commercialisation de biens de consommation. Etat du 12, rue Poyat en 194014
    • 01 histoireExtrait du plan cadastral, 1990tiré de l’Inventaire général du Patrimoine culturel de Franche-Comté 15
    • 4. Après la coopérative, L’association la fraternelle En 1984, la fraternelle, association de loi 1901 devient propriétaire des bâtiments rue de la Poyat et des archives de la Fraternelle. Les anciens coopérateurs cèdent ainsi la Maison du peuple à des jeunes, regroupés en association, qui veulent développer les activités culturelles dans la Maison du peuple, lieu unique à Saint-Claude. Les membres fondateurs de l’Association et les administrateurs successifs, se sont proposés : • De perpétuer le souvenir de l’action menée, depuis 1881, par la coopérative « La Fraternelle», qui a pris le nom en 1965 de « Les coopérateurs du Jura » ; • De conserver « La Maison du peuple » et lui permettre d’assurer son activité, ainsi que l’a voulu, en 1910, le Conseil d’Administration de « La Fraternelle », animé par son Président Henri Ponard. Les statuts de l’association précisent également : « En effet, l’idéal qui a animé ses fondateurs ne pouvant être poursuivi par la Coopérative elle- même, il appartiendra à l’Association de se substituer à la Coopérative pour gérer la Maison du peuple. L’association devra en particulier veiller à ce que se perpétue le souvenir des sacrifices consentis par La Fraternelle durant l’occupation allemande en favorisant la Résistance Jurassienne. » L’article 2 des statuts définit les objectifs de l’Association : « L’association a pour objet d’assurer la pérennité et la continuation de l’œuvre et de l’action entreprise par le Mouvement Coopératif et Ouvrier de Saint-Claude depuis le XIXème siècle et notamment dans les domaines de l’éducation populaire, des œuvres sociales, des activités culturelles, artistiques et sportives, de développement de l’activité de production et de diffusion de spectacles avec licence d’entrepreneur du spectacle conformément à la législation en vigueur. La gestion de la Maison du Peuple fondée pour les buts précités par la coopérative La Fraternelle devra constamment faire référence aux mobiles qui avaient animé les dirigeants de ladite Coopérative en créant : • Le cinéma-théâtre devenu pour la ville de Saint-Claude, un centre d’intérêt particulier eu égard aux facilités qu’offre la salle pour la réalisation de soirées culturelles, musicales ou théâtrales ; • Les groupes d’agréments, que l’association s’engage à encourager, notamment au travers de l’association omnisport « La Prolétarienne » et de la Bibliothèque de la Maison du Peuple ; • Des salles de réunions, que l’association devra entretenir et mettre à disposition dans l’esprit des coopérateurs de la Fraternelle. En s’appuyant sur l’héritage légué par les Anciens, l’actuelle association « La fraternelle » a pour objet : • La valorisation du patrimoine bâti et historique ; • La création, la diffusion et la formation dans le domaine de la culture contemporaine et vivante ; • La création d’événements dans un lieu de vie, d’échanges et de débats. À l’image des anciens groupes d’agréments et afin de faciliter la gestion de différents secteurs16
    • 01histoired’activités, l’association peut constituer des sections ; leurs rôles et leurs fonctionnements sontdéfinis dans le règlement intérieur. »En fait, d’abord gestionnaire du cinéma, l’association remet en état le bâtiment et le matérield’imprimerie et de sérigraphie ; entre 1987 et 1990 elle propose très vite une programmationmusicale axée sur le Jazz, des ateliers patrimoine à destination des scolaires, une programmationthéâtrale, des ateliers théâtres et s’approprie le café comme lieu d’échanges, de rencontre,de découvertes et de partage. Plus tard, elle crée une section archives pour favoriser la miseen valeur de son patrimoine et porter à la connaissance du public l’aventure de la Fraternelleet du mouvement ouvrier sanclaudien et jurassien. Petits à petit, elle tisse des partenariats avecd’autres associations sanclaudiennes comme la ludothèque, et développe les résidencesd’artistes et les activités transversales.Peu à peu donc, l’association étend ses activités et prend de l’ampleur. Fonctionnantessentiellement grâce à l’implication de ses nombreux bénévoles, elle est amenée à créer despostes salariés au fur et à mesure que le besoin s’en fait sentir. 17
    • 1. Saint-Claude, capitale du Haut-jura A. Localisation La ville de Saint-Claude est située dans le Jura, département de la région de Franche-Comté, au pied des plateaux du Jura, au confluent de la Bienne et du Tacon, à 435 mètres d’altitude dans une vallée que surplombent des sommets pouvant atteindre 1000 mètres. Capitale du Haut-Jura, elle abrite près de 13000 habitants. B. Accessibilité Par la route, Saint-Claude se trouve à : • 475km de Paris • 120km de Besançon • 85km d’Annecy • 35km de Les Rousses • 55km de l’aéroport de Genève- Cointrin • 120km de l’aéroport St Exupéry La ville est également desservie par les lignes de TER Paris-Dôle-Saint-Claude et Lyon-Morez, ainsi que par une ligne de bus du réseau de l’Ain (ligne 130 : Lyon-Oyonnax-Saint-Claude). Elle est reliée aux autres communes du département par le réseau de bus URBUS39, dont les horaires répondent essentiellement aux besoins des scolaires. Ainsi, notamment à cause du relief assez marqué dans la région, l’accès à Saint-Claude n’est ni aisé, ni rapide. C. Historique Pour beaucoup, la ville de Saint-Claude est plus associée à la pipe en bois qu’à la Fraternelle ou à la Maison du peuple. étrange si l’on considère que sans l’existence de la coopérative de la Fraternelle, la filière de la pipe ne se serait pas forcément autant développée et les pipes de Saint-Claude ne seraient peut être pas devenues si célèbres. Le passé haut en couleurs de la ville mérite d’être rappelé. Il reste peu de chose de ce qui fut l’un des premiers monastères d’Occident, fondé dans les premières décennies du Vème par deux religieux originaires de la région, Romain et Lupicin, sur18
    • 02 saint-claude, la villel’emplacement d’un établissement gallo-romain sans doute déserté. Seule reste l’imposantecathédrale, ancienne église abbatiale construite entre les XIVème et XVIIIème siècles, et élevée aurang de cathédrale en 1742. Condadisco devint Saint-Claude au cours du XIIIème siècle.S’appuyant sur ses premières franchises acquises au XIIIème siècle, la ville acquit peu à peu sonindépendance par rapport à l’abbaye et développa un artisanat actif basé sur la productionde petits articles en bois ou en os tourné vendus aux pèlerins : chapelets, sifflets et toutes sortesde quinquailleries qu’on appellera plus tard articles de Saint-Claude.La Révolution puis le grand incendie de 1799 causèrent un frein à l’accroissement de lapopulation amorcé au XVIIIème siècle ; il reprit à la fin de l’Empire avec le rattachement descommunautés d’Etables et Vaucluse en 1811 et surtout la multiplication des usines hydrauliquesutilisant la force motrice des cours d’eau : papeterie, filature de coton, tréfileries…La tournerie traditionnelle connut un grand essor à partir de 1855 grâce à la pipe de bruyèredont Saint-Claude eut le monopole pendant quelques décennies et qui fait encore aujourd’huil’essentiel de sa renommée, même si cette industrie n’occupe plus qu’un petit nombre depersonnes.C’est le cas également pour l’industrie lapidaire (taille des pierres précieuses naturelles ouartificielles) et diamantaire, connue dès le XVIIIème siècle et développée dans les années 1880,de pair avec le mouvement coopératif dont elle contribua à faire le succès économique(coopératives Adamas et Le Diamant) ; elle reste cependant bien représentée dans lescommunes voisines de Villard-Saint-Sauveur et Septmoncel.Marquée par les conséquences de la crise mondiale des années 1930 qui entraîna le départde nombreux immigrants de fraîche date, puis par les déportations de 1944, handicapée parun cadre géographique très resserré, Saint-Claude connut une période de régression jusqu’auxannées 1960. Grâce à l’ouverture d’une zone industrielle du Plan d’Acier en 1970, les entreprisesde plastique et de métallurgie, souvent dérivées de la tournerie-tabletterie, ont peu à peu quittéle centre ville malcommode en laissant derrière elles des friches industrielles que la municipalitéessaie de résorber.Le fusionnement avec les 5 communes limitrophes de Chaumont, Chevry, Cinquétral, Ranchetteet Valfin en 1974 apporta 450 habitants supplémentaires et quelques terrains constructibles. Aujourd’hui, Saint-Claude fait partie de la Communauté de Communes du Val de Bienne quiregroupe 13 communes. Elle possède un PLU, et une partie du territoire communal est classéeen Zone de Protection du Patrimoine Architectural, Urbain et Paysager (ZPPAUP).2. L’espace publicPar manque de temps, nous n’avons pas pu visiter Saint-Claude dans son ensemble. Cependant,nous avons pu découvrir son centre ville autour de la rue de la Poyat, et recenser un certainnombre de caractéristiques et d’éléments de l’espace public qui seraient à prendre en comptedans l’élaboration d’une programmation hors les murs de la Maison du peuple. Certainesconstructions pourraient également servir de supports de communication. 19
    • Espaces publics à mettre en scène • Place des carmes • Place du 9 avril 1944 • Place Louis XI • Montée Saint-Romain • Marché couvert • Place de la Halle • Passages piétons ou semi-piétons Supports urbains de communication • La façade de la Maison du peuple • Les ponts de Saint-Claude : Pont de Pierre et Grand pont notamment • N’importe quelle autre façade surplombant la Bienne ou le Tacon, notamment les immeubles d’habitation appartenant anciennement à la Fraternelle, boulevard de la République. 3. Espaces culturels, institutions municipales et infrastructures sportives Si l’on s’intéresse à la fréquentation des musées dans le Jura pour l’année 2007, on obtient la classification des dix premiers : • Anciennes Salines - Salins-les-Bains avec 49 054 visiteurs • Maison des fromages - Les Moussières avec 33 184 visiteurs • Musée de la pipe et du diamant - Saint-Claude avec 28 272 visiteurs • Musée du Jouet - Moirans-en-Montagne avec 25697 visiteurs • Centre Paul Emile Victor - Prémanon avec 25 000 visiteurs • Musée des Beaux-Arts - Dole avec 19 542 visiteurs • Maison de Louis Pasteur - Arbois avec 14 998 visiteurs • Musée de la lunetterie - Morez avec 14 622 visiteurs • Musée de la tournerie - Lavans-les-Saint-Claude avec 13 286 visiteurs • Musée de la maison natale de Pasteur - Dole avec 11 872 Au travers de la fréquentation du musée de la pipe et du diamant, Saint-Claude apparaît comme une ville jurassienne visitée. Cette fréquentation pourrait augmenter dans les années à venir avec l’ouverture récente d’un musée des beaux arts au cœur de la ville ; le musée de l’abbaye, qui propose une collection léguée par les artistes Guy Bardone et René Genis, et présente au sous-sol des vestiges archéologiques attestant de la présence de l’un des plus anciens monastères de France. Ce musée semble en effet faire l’unanimité auprès de ceux qui l’ont visité. Il est aussi labellisé « musée de France ». Outre ces deux musées, d’autres lieux rythment la vie culturelle de Saint-Claude. Nous évoquerons ici seulement ceux qui ne font pas partie de la Maison du peuple. • Patrimoine religieux L’église du Sacré-Cœur fut bâtie en 1923. Elle témoigne de l’importance prise alors par les quartiers nord de la cité, comme ils étaient dénommés à l’époque.20
    • 02 saint-claude, la villeLa cathédrale Saint-Pierre est classée Monument Historique.Elle fut construite entre le XIVème et le XVIIIème siècle. On y trouve aujourd’hui dans la chapelle, lachâsse contenant le corps de cire du Saint. L’avant bras du vrai corps du saint, qui échappa àla profanation de 1794, est conservé dans le trésor. L’auriculaire de la main gauche se trouvedans un reliquaire que vous pourrez voir en passant derrière l’autel. De magnifiques stalles sontégalement présentes.Chapelle Expiatoire des Carmes a été inscrite à l’inventaire supplémentaire des MonumentsHistoriques en 1977. Les carmes-déchaussées, ordre religieux d’origine espagnole, s’installèrentà Saint-Claude au XVIIème siècle. Ils achetèrent plusieurs maisons et jardins entre la rue de laPoyat et derrière Bonneville et les transformèrent en couvent. La chapelle expiatoire date de1869 seulement : elle fut élevée «en expiation du crime des révolutionnaires» qui avaient brûléle corps de Saint-Claude en 1794. • Musées et expositionsL’exposition Résistance et Déportation, place Louis XI a été crée au début des années 2000. Ellefait découvrir l’histoire de la résistance dans le Haut-Jura grâce à de nombreux documents etphotos. Une salle est également consacrée à la déportation, elle retrace le calvaire enduré partant d’hommes, de femmes et d’enfants. L’entrée est gratuite.Le caveau des artistes, salle d’exposition gérée par le Service culturel municipal propose entre10 et 12 expositions d’amateurs et de professionnels par an. Peinture, sculpture, photographies’y côtoient et invitent à un petit moment de détente et de découverte des arts plastiques.Entrée libre • Institutions municipalesLa bibliothèque municipale propose outre des collections diversifiées régulièrement renouveléeset des conseils et propositions de lecture, des espaces pour lire, feuilleter, travailler ou consulterInternet. Elle organise également des animations et des expositions tous publics (atelierd’écriture…)Le Conservatoire municipal de musique est un vaste édifice construit sous la place du 9 avrilqui abrite une institution publique à vocation de former des musiciens amateurs de bon niveauet d’accompagner le plus loin possible les talents particuliers qui envisagent de poursuivre desétudes dans un conservatoire supérieur, en vue d’une carrière musicale. Il dispose de salle derépétitions…Infrastructures sportives extérieures : Stade de Serger, Stade de vol libre, Centre nautique,Tennis • Edifices publicsLa Salle des fêtes de Saint-Claude, 10 rue Rossuet accueille notamment les concerts duconservatoire municipal de musique. Elle peut contenir jusqu’à 450 personnes et disposed’éléments de scène. Elle est accessible aux handicapésL’Espace Bavoux-Lançon dispose de plusieurs salles et accueille plusieurs fois par mois lesconférences des amis du vieux Saint-Claude, ainsi que les conférences de l’université ouvertedu Haut-Jura. Des expositions, ainsi que de nombreuses réunions y ont également lieu.Le Palais des sports de la ville peut se transformer en salle de spectacle. Il est utilisé à cette fin 21
    • notamment quand les contraintes techniques des spectacles ne permettent pas qu’ils soient joués au théâtre de la Maison du peuple. Il accueille aussi des manifestations sportives de tous types. Dans le cadre du centenaire de la Maison du Peuple de Saint-Claude et éventuellement de manière plus générale, il est intéressant d’envisager l’organisation de spectacles, d’activités ... dans ces lieux de Saint-Claude hors de la Maison du peuple. En effet, si tout le monde ne fréquente pas la Maison du peuple de Saint-Claude, la mobilisation de nouveaux espaces pour les activités de la fraternelle (surtout dans le cadre du centenaire de la Maison du peuple) peut contribuer à la faire connaître et à développer son public. Par ailleurs, le partenariat avec ces lieux permet d’élargir la gamme des activités à proposer pour l’événement. 4. Les associations culturelles Il existe également beaucoup d’associations à Saint-Claude. Celles-ci sont diverses et variées. Elles constituent une véritable source de partenariat possible avec la Maison du peuple qu’il ne faut pas négliger. A. Expression artistique Les associations à mission d’expression artistique peuvent rejoindre les sections de la Maison du peuple pour certains événements. A Saint-Claude, les associations présentes sont : Chant : • A tempo : Robert Charreyre – 45 rue Faubourg Marcel – 03 84 45 17 55 • Atout cœur : Jean-Marc DUMONT – 8 rue du Pré – 03 84 41 07 64 Fanfare : • Batterie-fanfare : René GRANDCLEMENT – 14 rue de la Poyat – 03 84 45 31 22 Musique : • Musique pour tous : Daniel OBER – 36 rue du Collège – 03 84 45 18 02 • Festival de musique du Haut-Jura – Organisation d’un festival de musique sur les mois de juin et juillet : Didier PERRET – 3 rue Reybert – 03 84 45 18 85 Organisation de spectacles : • Saint-Claude au fil du temps : Simone LORGE – 5 rue de la Sous-Préfecture – 03 84 45 01 39 B. Jeunesse La Maison du peuple a une mission d’éducation populaire, il semble donc intéressant de proposer des partenariats avec les associations dites «jeunesse» de Saint-Claude. • Associations de parents d’élèves – Amincale des familles et amis de l’école de musique sanclaudienne : Hervé DUQUET – 10 rue du 8 mai 1945 – 03 84 45 71 3922
    • 02 saint-claude, la ville • Association des parents d’élèves marocains : Abderrahim GUENBOURA – 34 rue Bonneville – 03 84 45 57 29 • Association des parents d’élèves turcs de st claude et ses environs : Erdal OZTURK – 1 avenue Belfort – 03 84 45 42 96 • Association des amis de l’école laïque : Sandrine LIZEE – 32 rue du Pont Central – 03 84 45 46 89 • Parents d’élèves des écoles publiques : Marc VILLIEN – 1 avenue Belfort – 03 84 45 54 21 • Fédération des conseils de parents d’élèves des écoles publiques : 1 avenue Belfort – 03 84 45 02 47 C. Vie socialeLà encore, les associations sociales doivent faire partie des ressources possibles pour la Maisondu peuple : • Amis d’emmaüs : Andrée HUGONNET – 7 place Christin – 03 84 41 03 88 • Artisans du monde Saint Claude (Boutique) : 12 rue de la Poyat – 03 84 45 79 58 • Association des paralysés de France : Marie-Louise JOURDAIN – 27 rue des Perrière – 03 84 45 14 53 • Association des parents et amis des personnes handicapées mentales : Gérard BARRET – Centre d’aide par le Travail – 32 rue du Pont Central – 03 84 45 07 73 • Comité des œuvres sociales communal et intercommunal de St Claude et du Haut-Jura : Marie-Alexandre VERPILLAT – 32 rue du Pré – 03 84 41 42 71 • Epicerie sociale : 10 rue de la glacière – 03 84 45 39 77 • Foyer socio-éducatif CES Rosset : CES Rosset – 03 84 45 11 60 • Foyer socio-éducatif lycée pré Saint-Sauveur : Dominique CHARBONNIER – Lycée Pré- Saint-Sauveur – 03 84 45 33 03 • Union départementale des associations familiales du Jura : Agnès CABASSET – 17 rue du Belvédère – 03 84 45 61 18 D. Sports et loisirsLa Fraternelle avait installé le sport dans ses activités principales et effectuer un partenariatavec les associations sportives et de loisirs peut être un « retour aux sources ».Ludothèque, échecs, bridge, informatique, pipe, astronomie, tarot,Athlétisme, aïkido, badminton, cyclisme, escalade, escrime, basket, chasse, course à pied,football, gymnastique, handball, judo, karaté, pratique de la montagne, pêche, pétanque,plongée, randonnée, rugby, ski, ninjutsu, tai-jitsu, tai-chi-chuan, tennis, tir à l’arc, danse, volley-ball, V.T.T.L’association «La Prolétarienne» avec laquelle la Fraternelle organisait des événements et desenseignements sportifs existe toujours : 12 Boulevard République – 03 84 45 27 91 23
    • E. Vie locale • Associations d’anciens combattants : Maquis du Haut-Jura : Raymon BAILLY – 2 chemin de la Rochette – 03 84 45 47 28 • Association des diamantaires et lapidaires du Haut-Jura : Olivier GOUJON – 1 place Faizant • Amis du Haut-Jura : Francis WIEL – Gîtes Melo – Le Manon – 39310 SEPTMONCEL – 03 84 41 25 14 • Association des portuguais : Serge SOARES – 18 chemin de la Crozate – 03 84 45 52 88 • Association des réfugiés laotiens du Jura : Khambay BOUARAVONG – 29 rue de la Glacières – 03 84 45 65 21 • Association franco-italienne esperia : Agostinon FAVIA – 1 avenue Belfort – 03 84 45 29 55 • Association franco-maghrebine de Saint-Claude : Hamadi BOUTANA – 5 rue Pasteur – 03 84 45 20 50 • Amis du Vieux Saint-Claude : Michel LANCON – 3 chemin Bataille – 03 84 42 19 09 5. Programmation culturelle pour le grand public Encore une fois, il est ici question de la programmation culturelle de la ville de Saint-Claude, hormis l’offre de la fraternelle sur laquelle nous reviendrons par la suite. A. Programmation annuelle Dans sa saison culturelle disponible notamment sur internet et sur demande, la ville de Saint- Claude propose chaque année, une quinzaine de spectacles de théâtre, de danse et de musique. La programmation est variée ; musique classique, jazz,, humour musical, opérette, théâtre de boulevard, chanson, danse contemporaine… Les spectacles ont lieu à la salle des fêtes, au palais des sports ou au théâtre de la Maison du peuple qui est loué pour l’occasion. Outre des concerts proposer en partenariat avec la ville, le conservatoire de musique de Saint- Claude propose chaque année plusieurs concerts gratuits. B. Sport et loisirs Les associations sportives de Saint-Claude sont actives toutes l’année, et proposent à leurs adhérents de participer à des manifestations sportives. Le palais des sports accueille régulièrement certaines de ces manifestations. D’autres ont lieu en plein air, comme le raid VTT jura.24
    • 02 saint-claude, la ville C. RéflexionLes amis du vieux Saint-Claude et l’Université Ouverte du Haut-jura proposent tous les mois desconférences respectivement sur l’histoire de Saint-Claude et du Jura, et sur des thèmes divers. D. Festivals et événementsLe Festival des soufflaculs, ancienne fête traditionnelle célébrée par les moines le mercredi desCendres (carnaval), a lieu aujourd’hui fin mars ou début avril. Les habitants, qui revêtus unechemise de nuit, et armés de soufflet, allaient déloger, le visage masqué, l’esprit malin sous lesjupes des femmes, défilent aujourd’hui déguisés accompagnés de chars. La fête est l’occasionde batailles de confettis et d’une retraite aux flambeaux.Le Week-end de l’artisanat et des métiers de l’art à lieu tous les 2 ans.Le Festival de la musique du haut-jura se déroule tous les ans en juin. D’année en année, leFestival de Musique du Haut-Jura trace son sillon « Musique Ancienne » à travers les hauts lieuxd’un patrimoine architectural exceptionnel. Musique ancienne et baroque, art vocal, restent lefil conducteur de cet événement culturel permettant ainsi aux mélomanes de découvrir avecenchantement un répertoire musical un peu oublié.Jazzcontreband a été créé en 1997 par trois structures franco-genevoises, le festivalJazzcontreband. C’est le premier événement transfrontalier voué au jazz. Aujourd’hui,Jazzcontreband est un festival regroupant 12 structures et un outil fédérateur pour le jazz.D’Jazz au bistrot fait partie du collectif et participe au festival.Les petites fugues sont un “ festival ” de littérature contemporaine organisé chaque année lorsde la seconde quinzaine de novembre, par le Centre régional du Livre de Franche-Comté (CRL),en partenariat avec une centaine d’acteurs du livre (bibliothèques, librairies, établissementsscolaires, théâtres, structures culturelles) mobilisés dans tout le territoire de la région de Franche-Comté.Jazz en scène est un festival des scènes unies dans un même événement. Il est organisé par laFédération des scènes de jazz et de musiques improvisées (FSJ), et il fête ses 10 ans cette année.Conçu dans un esprit de partage, ce festival original, associe grâce à un double plateau et àdes échanges inter-régions, les musiciens les plus en vue de la scène actuelle aux formationsrégionales émergentes, révélant les talents de demain.Tout en apportant un éclairage sur la richesse du travail artistique effectué au cours de l’annéepar les scènes de la FSJ, la Fédération ouvre, pendant quatre jours, les portes du festival auxclubs et scènes de tous horizons; ce qui constitue une formidable opportunité de partenariatavec des lieux de diffusion, urbains ou ruraux.Le café de la Maison du peuple de Saint-Claude accueille deux concerts du festival cetteannée. 25
    • 6. Activités à destination des scolaires Outre sa programmation régulière, le service culturel de la ville de Saint-Claude conçoit un programme trimestriel d’expositions destiné aux enseignants qui facilite l’anticipation des visites de classe et l’intégration dans les projets pédagogiques. Des ateliers de création à destination des enfants sont également organisés afin de favoriser la rencontre avec les artistes. L’Ecole Municipale des Sports propose pendant les vacances scolaires, aux enfants âgés de 9 à 15 ans, de découvrir ou redécouvrir des activités sportives qui ne sont pas nécessairement enseignées dans le cadre de la scolarité.26
    • 02saint-claude, la ville 27
    • 1. Description des usages présents La Maison du peuple est aujourd’hui un espace artistique, culturel, lieu de mémoire et de création contemporaine. Les usages sont donc assez différents de ceux passés. Le pôle artistique est composé d’un cinéma, d’un café, d’un théâtre, d’ateliers d’arts plastiques et d’imprimerie. Pour accueillir les artistes en résidence, des loges de théâtre et les anciens bureaux de la Fraternelle ont été aménagés en chambre. Il n’existe plus à l’intérieur de la Maison du peuple de commerces à part le café. La boulangerie, la charcuterie et les caves ont donc été remplacés par des usages à vocation culturelle. À la place de l’ancienne charcuterie, on trouve ainsi aujourd’hui les ateliers d’archives et l’exposition permanente « Archéologie d’un rêve ». La boulangerie est quant à elle devenue un espace dédié aux arts plastiques. Le sport a également complètement disparu de la Maison du peuple. Le gymnase est dorénavant une salle d’exposition fonctionnant l’été. Enfin, il existe des usages qui sont inchangés depuis des années. On peut ainsi citer la bibliothèque, le cinéma-théâtre, les logements. Les usages sont répartis entre les deux corps de bâtiment. Au niveau du bâtiment, côté rue de la Poyat, on trouve ainsi : Au rez-de-chaussée : • Deux fonds de commerce : Amellis (ex Union Mutuelle) et Artisans du monde Au1er étage : • Bureaux de l’association • Salle de réunion Henri Ponard • Appartement pour les artistes en résidence ou pour les chercheurs et étudiants qui viennent consulter les archives Aux 1er, 2e et 3e étage : • Huit appartements locatifs Le bâtiment, côté vallée de la Bienne regroupe : Au rez-de-chaussée : • Café • Salle de théâtre / cinéma • Coulisses et quatre loges équipées • Entrepôts et atelier Au 1e sous-sol : • Deux salles de cinéma • Loges du café • Bibliothèque et salle de lecture • Exposition permanente « Archéologie d’un rêve » • Salle de travail et de consultation des archives • Entrepôt décors et costumes théâtre Au 2e sous-sol : • Espace arts plastiques28
    • 03 l’architecture de la maison du peuple • Salle d’exposition permanente • Salle de travail d’expression plastique • Atelier de sérigraphie • ImprimerieAu 3e sous-sol : • Caves à vin • Deux salles désaffectéesNiveau cour : • Salle d’exposition2. Descriptif techniqueLa Maison du peuple représente 4000m2 de locaux.Les surfaces sont ainsi réparties dans le bâtiment de la rue de la Poyat : • Au 1e étage : 442 m2 de bureaux, logements et salles de réunion ; • Au 2e étage : 442 m2 de logements ; • Au 3e étage : 317 m2.Pour le bâtiment, côté vallée de la Bienne, nous avons la répartition suivante : • Au 1e étage : 185 m2 de galerie technique pour le théâtre et le cinéma ; • Au rez-de-chaussée : 208 m2 pour la salle de théâtre / cinéma accueillant 247 places et 51 m2 pour les loges d’artistes ; 29
    • • Au 1er sous-sol : 875 m2 pour les deux salles de cinéma accueillant 88 et 110 places, les loges café et trois salles d’exposition ; • Au 2e sous-sol : 738 m2 d’imprimerie, de sérigraphie et de salle de théâtre ; • Au 3e sous-sol : 441 m2 de caves à vin et de salles désaffectées ; • Au 4e sous-sol : 170m2 pour la salle d’exposition. Plus spécifiquement, le café a les caractéristiques techniques suivantes : • Superficie de la salle : 180 m² • Capacité : 180 places assises et 180 places debout • Configuration : Plain-pied • Dimensions du plateau : ouverture de 8,00 m et profondeur de 4,00 m • Hauteur sous plafond ou gril : 2,85 m • Possibilité de modulation du plateau • Eléments de scène fournis • Régie Son • Régie Lumière • Salle occultable • Excellente qualité acoustique • Salle insonorisée : Oui • Chauffé • Accessibilité des Handicapés • Pas de parking Dans le cadre des 100 ans de la Maison du peuple, des travaux de réhabilitation sont prévus. Des intérêts ont ainsi été déterminés pour prévoir ces travaux : • « Valoriser un patrimoine exceptionnel pour Saint-Claude, le Haut-Jura et le mouvement coopératif à l’occasion de ses 100 ans d’existence ; • Conforter la dynamique de l’association ; • Assurer le bon fonctionnement des activités ; • Pérenniser les actions et en développer de nouvelles notamment en direction de la ressource et de la formation pour les acteurs de l’économie sociale et solidaire ; • De permettre une économie d’énergie par une meilleure isolation et par la récupération d’aire ; • Consolider les emplois. » Ces travaux sont également l’occasion « d’assurer la sécurité du bâtiment, d’améliorer l’accueil du public, d’améliorer l’accueil des personnes à mobilité réduite, de répondre aux besoins culturels locaux et touristiques. » Ainsi, les deux petites salles de cinéma vont être complètement réhabilitées (changement de fauteuils, revêtements des sols et des murs tendus, réfection de l’éclairage…). La salle d’exposition dans l’ancien gymnase va subir des travaux pour le chauffage, l’électricité, la reprise étanchéité toiture et le renforcement de l’isolation. Les deux salles désaffectées du 3e sous-sol seront rénovées pour accueillir une salle dédiée à la répétition et à la préparation et une autre à la pratique scénographique. Enfin les travaux prendront en compte les façades, les menuiseries extérieures, les balcons et les toitures. L’ensemble des travaux est budgété à 892 814 euros TTC.30
    • 03 l’architecture de la maison du peuple3. Matériels disponiblesEn l’état de notre connaissance, nous ne pouvons fournir un inventairedu matériel disponible. Nous avons pu constater cependant qu’il existaitdans l’entrepôt et les salles désaffectées des tas de matériaux inutiliséscomme du bois ou de la ferraille. Malheureusement, il est prévu que laMaison du peuple se sépare, pour des problèmes de place, de cetteressource lors des travaux de réhabilitation. Ce matériaux pouvant eneffet servir pour la création ou le montage de diverses installations.4. Localisation des supports de communicationLa fraternelle dispose de plusieurs supports de communication pources différentes manifestations. Au sein même de la Maison du peuple,le passage d’entrée regorge d’affiches de cinéma et des animations.Les panneaux permettent de disposer plusieurs affiches A3 sur un mêmesupport. Cependant, pour voir ces affiches, il faut entrer à l’intérieur. Ellesne sont pas visibles correctement de la rue. Mais nous avons pu constaterqu’un certain nombre de commerces de la ville disposait des affiches dela Maison du peuple sur leur devanture. L’information est également bienreprise à l’Office de tourisme de la ville. On peut y trouver les programmesactuels de chaque section.5. Déplacements dans la Maison duPeupleLa Maison du peuple dispose de deux entrées, maisseule celle de la rue de la Poyat est utilisée. L’autreentrée donne sur une rue déserte et personne nepasse par là. Elle est de plus condamnée. Ensuiteselon les attentes de chacun, la déambulationest différente. Un bénévole, un salarié ou unlocataire peut prendre à droite avant la fin dupassage d’entrée pour atteindre les bureaux oules logements. Le bâtiment côté rue de la Poyatse parcourt verticalement. Les autres personnesentrent dans la cour. Elles peuvent alors accéderau musée à droite, aux cinémas au fond à droiteou au café à gauche. Les visiteurs du muséeparcourront le bâtiment du coté de la Bienneverticalement en descendant. Deux ou trois salles 31
    • par étage sont visibles. Il y a donc très peu de déplacements horizontaux. Le retour sur la cour sefait par le même escalier qu’à l’aller, ou par l’escalier de secours à l’extérieur du bâtiment. Lesbénévoles, oeuvrant dans l’atelier arts plastiques peuvent percevoir ce bâtiment différemment.Cependant, cette fois les déplacements se font horizontalement puisque tous les ateliers sesituent au 2e sous-sol. À part pour des occasions particulières, ils ne parcourent pas toutes lessalles du bâtiment.L’architecture et la définition des usages ne laissent pas la déambulation possible. Les trajetssont peu variés et définis pour un usage bien déterminé.32
    • 03 l’architecture dela maison du peuple 33
    • 34
    • l’existant culturel 041. Acteurs et fonctionnementL’association La fraternelle fonctionne notamment grâce à l’implication de bénévoles qui, aucoté des salariés participent activement tout au long de l’année au bon fonctionnement deses différentes sections. Leur contribution passe par la diffusion des supports de communication,l’accueil du public dans les différents espaces de la Maison du peuple, la vente de billets ou deconsommations…La structure associative repose sur un fonctionnement relativement autonome de 6 sections.(Nous détaillerons leurs activités ultérieurement.)Construites sur le même modèle, elles regroupent un responsable ou un groupe de programmationet des bénévoles. Le responsable de programmation et l’un des membres du groupe deprogrammation siègent à la Commission de Coordination Culturelle et Artistique. Des membresdu conseil d’administration et le secrétaire général, ainsi que des personnes compétentessiègent également à la commission, chargée de valider les activités proposées par chaquesection, d’organiser les résidences d’artistes et de promouvoir les actions transversales à plusieurssections. La commission joue aussi un rôle important dans la programmation des évènementsparticuliers tels les journées du patrimoine ou les anniversaires des différentes sections. Toutbénévole de l’association peut en théorie proposer un projet devant la commission.Le Conseil d’administration valide les décisions de la commission. Il est composé de 13 personnes.Par ailleurs, le bureau de l’association composé de 5 personnes, se réunit régulièrement.L’association emploie aujourd’hui 10 salariés qui s’occupent essentiellement de la gestionde l’association (secrétariat et comptabilité, communication …) et des tâches techniquesqui requièrent une grande disponibilité, telles la projection des films, la sérigraphie de tous lessupports de communication… ainsi que l’archivage.2. Contenu des sectionsLa fraternelle, au cœur de multiples réseaux, est une association au service notamment de ladiffusion culturelle sous toutes ses formes.La programmation culturelle proposée par la fraternelle repose sur 6 principales sections dont 4subventionnées : • La section jazz - musique • La section théâtre/contes • La section arts plastiques et imprimerie • La section archives et MuséeEt 2 non-subventionnées : • La section café • La section cinémaLa fraternelle cherche à favoriser les actions transversales regroupant au sein d’un même projetdifférentes sections. Les résidences sont souvent l’occasion d’une telle transversalité. Les journéesdu patrimoine ou tout autre événement particulier qui tend à valoriser l’art en général le sontégalement. Cependant, la plupart des activités proposées par la fraternelle s’organise selon ledécoupage en section : 35
    • La section jazz-musique concerne le pôle Jazz, D’Jazz au Bistrot, et le pôle musique. D’Jazz au Bistro, qui a eu 20 ans cette année, est depuis sa création, un espace de diffusion et de formation du Jazz et de la musique improvisée. Il participe à l’opération « Jazz en Scènes » organisée au mois de décembre par la Fédération des Scènes de Jazz et de Musiques Improvisées (dont il est membre) ; et depuis 2007, fait parti de la programmation du festival transfrontalier «Jazzcontreband ». D’Jazz au bistrot est donc une scène de diffusion du Jazz et des musiques improvisées, incontournable en Franche-Comté. Il réunit au sein de sa programmation, les jeunes formations régionales et les grands noms du jazz. Il affirme sa volonté de garder une ligne artistique axée sur le jazz notamment français et européen. Parallèlement à la diffusion, la section jazz de la fraternelle propose des ateliers amateurs ou professionnels de formation. Il organise aussi des résidences d’artistes souvent sous forme de collaboration ou de coproduction (AMR Genève, ASPRO IMPRO Besançon…). Le pôle musique programme également plusieurs concerts par an. A l’occasion des « Scènes ouvertes », la scène équipée est mise à disposition de musiciens amateurs de la région à tendance plus rock. Les concerts « Fra’cafés » sont également l’occasion de découvrir une autre musique, plus « nouvelle ». Des groupes régionaux se produisent à ces occasions. Dans les deux cas, l’accent est mis sur la création. Lors de la fête de la musique, la scène de la Maison du peuple est ouverte en collaboration avec d’autres associations locales et les autres sections de la fraternelle. La section théâtre/contes se construit autour d’activités de création, de diffusion, et de formation. Elle dispose d’un service éducatif à destination des scolaires. Les comédiens et les conteurs amateurs de la fraternelle proposent chaque année des spectacles d’auteur mis en scène et joués à la Maison du peuple puis dans les environs. Les conteurs, participent également à différentes manifestations locales. Des visites contées de la Maison du peuple peuvent être organisées par eux. Le théâtre de la Maison du peuple est également un lieu privilégié de diffusion théâtrale. La programmation des spectacles est faite en partenariat avec le réseau Côté Cour (fondé par les fédérations d’œuvres laïques (FOL) de Franche-Comté), avec le centre régional du livre et des compagnies de théâtre. Dans le cadre des animations du Café associatif, des compagnies de théâtre amateur ou professionnel sont invitées à venir passer quelques jours à la Maison du peuple travailler un spectacle. Elles se produisent ensuite au café. Les formations prennent la forme d’ateliers à l’année ou de stages sur un ou plusieurs week- end. Ils sont animés par des professionnels et sont l’occasion de travailler sur l’écriture, la voix, le conte…. La diffusion des spectacles bénéficie, enfin, d’un accompagnement spécifique (animations diverses autour des spectacles) en direction des scolaires, des centres sociaux, de loisirs… D’autres actions culturelles en direction des scolaires sont également menées (travail des conteurs avec des classes de collège, rencontres…). La bibliothèque municipale ou/et la librairie Zadig proposent enfin des ouvrages en rapport avec le thème des spectacles proposés par la fraternelle. Elles peuvent organiser des rencontres lectures…36
    • l’existant culturel 04Le pôle théâtre de la fraternelle fait donc partie du réseau Côté Cour. Ce réseau de diffusionet de coproduction culturelle, créé il y a 10 ans, s’appuie sur la mutualisation des moyens pourque chaque ville ou village puisse accueillir les mêmes spectacles de qualité, notamment endirection du jeune public. Il œuvre toute l’année pour aider au développement des politiquesculturelles des municipalités et des associations de trois départements comtois (Jura, Doubs etHaute-Saône).L’axe artistique de la section arts plastiques privilégie les résidences de passage dans le cadred’actions transversales avec les autres sections. Chaque année des thèmes sont choisis etdonnent lieu à des expositions. En 2009, l’artiste plasticien Raphaël Galley sera ainsi invité àconfronter ses objets à des espaces de vie variés, à d’autres pratiques artistiques (musique) età d’autres territoires.L’axe exposition favorise lui, la diffusion des créations réalisées à la Maison du peuple en et horsdes murs.Dans le cadre des ateliers patrimoine, le service éducatif de la section arts plastiques accueilledes classes de Saint-Claude et de la région dans l’atelier de sérigraphie. Au programme,confection collective des élèves, du professeur et de Michel Bastien, d’un objet sérigraphié :livre, Kamishibai…Depuis janvier 2008, une animatrice en techniques sérigraphiques assiste Michel Bastien dansson travail avec les scolaires. Elle assure aussi notamment la fabrication des supports decommunication de la fraternelle, ainsi que l’atelier d’éditions.La section arts plastiques souhaite enfin développer un axe « Artothèque » en particulier àdestination des scolaires. La fraternelle dispose en effet des estampes fabriquées sur place, maisaussi d’un certain nombre de tableaux provenant de dépôts du département. L’associationvoit la mise en place d’une artothèque comme un bon moyen de valoriser le fond présent.Cela peut également permettre de s’assurer des rentrées d’argent si certaines oeuvres sontvendues.L’association s’intéresse aussi à la conservation de la mémoire de la coopérative au travers desa section archives et de la création d’une exposition permanente, « archéologie d’un rêve»,sur l’histoire coopérative et ouvrière jurassienne à la Maison du peuple de Saint-Claude. En1994, Alain Mélo, historien, est ainsi engagé comme archiviste pour classer et mettre en valeurle patrimoine de l’ancienne Fraternelle. Il s’agit non seulement d’identifier, de classer et deconserver les collections constituées dans la Maison du peuple, et par la mémoire des anciensparticipants ; mais également de favoriser la communication des collections vers un large public.A cette fin est créée l’exposition « archéologie d’un rêve », qui aborde la réalisation concrèted’une certaine utopie sociale ouvrière du XIXème siècle : coopérative d’alimentation, syndicats,mutuelles, organisations culturelles et sportives...L’exposition se développe sur six salles qui veulent également montrer, comment cette utopies’est exprimée dans l’architecture de la Maison du peuple: • L’espace consacré à l’architecture de la Maison ; • La reconstitution des entrepôts ; • Objets et documents iconographiques explicites de l’idéal mutualiste au travers du 37
    •                                                                                                                                                                 
    • l’existant culturel 04 parcours d’un individu ; • La bibliothèque conservée dans son mobilier de 1922 ; • L’atelier typographique années 30 ; • Les caves à vin.La section Archives accueille également des chercheurs, des classes et des formations. Elleorganise des expositions et des conférences sur des thèmes en rapport avec l’histoire de laFraternelle et de la Maison du peuple.L’association La fraternelle est par ailleurs adhérente à la Chambre Régionale de l’ÉconomieSociale et Solidaire (CRESS) de Franche-Comté qui place l’Homme au centre de sa démarche,et promeut l’égalité des chances pour tous dans chacune de ses actions. L’Économie Socialeet Solidaire a également une exigence éthique, qui entraîne de nouveaux rapports entre lesgénérations, les territoires, entre producteurs et consommateurs, et qui exigent le respect desdroits sociaux et de l’environnement dans toutes relations commerciales. Sorte d’expressionactuelle de l’utopie sociale du XIXème siècle, l’économie sociale et solidaire se développe enFrance aujourd’hui. Chaque année, les acteurs de La CRESS de Franche-Comté et des CRESSvoisines se rencontrent pour échanger sur les mouvements coopératifs d’hier et d’aujourd’hui,sur la mise en valeur des uns et la promotion et le développement des autres. Cette plateformed’échanges est une source de réflexion et d’inspiration vis-à-vis des problématiques deconservation et de mise en valeur du patrimoine culturel et historique de la fraternelle. Depuis2007, des conférences sont organisées chaque année à la Maison du peuple en partenariatavec la CRESS de Franche-Comté.La fraternelle propose une « programmation café » qui vise à promouvoir la pratique amateur(musique, théâtre, contes, travaux divers…) et l’émergence de projets locaux. Cetteprogrammation est aussi le cadre privilégié de la coopération entre la fraternelle et les autresassociations sanclaudiennes pour la mise en place d’une multitude d’activités « au café » :slam, jeux de société, débats, lectures, bals… Des associations comme les recoins, RESF, le CPIE,la ludothèque de Saint-Claude… sont ainsi associées à la programmation.La fraternelle gère les 3 salles de cinéma de la Maison du peuple ainsi que la salle de Moirans enMontagne. Leur programmation comprend des films grand public, des classiques et du cinémad’art et d’essai. Dans un souci de diversification, elle mélange les films en sortie nationale, lesdocumentaires, les films d’animation, les cycles thématiques, les rétrospectives…« Le cinéma de la Maison du peuple » fait parti des 5 cinémas jurassiens membres del’association française des cinémas d’art et d’essai (AFCAE). Il organise des soirées en lienavec des associations de la région qui prennent souvent la forme de ciné-débats, des ciné-goûter, des avant premières, des projections avec les réalisateurs, des semaines à thème… Uneprogrammation à destination des scolaires est également mise en place.Le tableau suivant tente de dresser une représentation thématique des activités par sectionde la fraternelle en fonction des orientations de l’association définies dans ses statuts. Nous nedisposions pas de toutes les informations nécessaires, néanmoins, iI permet de se rendre comptedu poids de chaque «thème» dans la programmation. 39
    • 40
    • l’existant culturel 043. Économie A. La fraternelle, une grande part d’autofinancementLe budget total de l’association est de 770 000 euros. Pour l’exploitation, la fraternelle estsubventionnée de l’ordre de 220 000 euros. Les subventions proviennent de la DRAC, de larégion, du département, de la ville, du CND et du CNC.Une grande part d’autofinancement est réalisée grâce aux recettes établies par le cinéma.Elle loue aussi des appartements et un local commercial. B. PartenariatLa fraternelle a un réseau de partenaires important et diversifié, puisqu’elle bénéficie du soutiende : • Ministère de la Culture ; • Ministère de la Jeunesse et des sports ; • La DRAC ; • Conseil Régional de Franche-Comté ; • Conseil Général du Jura ; • La mairie de Saint Claude ; • Parc Régional du Haut-Jura ; • La SACEM ; • CNV ; • Centre Régional du Livre ; • CNC ; • Cinéma art et essais • Hôtel et Chambres d’Hôtes des alentours ; • Centre de Recherche Educative ; • CPIE ; • Les Amis du Vieux Saint Claude (pour l’organisation de 5 conférences avec « Les Conférences de l’Oncle Alain) ; • Les librairies de Saint Claude qui diffuse les œuvres en lien avec la Maison du peuple ; • Centres sociaux de la Ville.Un soutien financier ponctuel a déjà été attribué par le Crédit Agricole, la Caisse d’épargne etla Macif.La fraternelle fait partie des réseaux de la Fédération nationale des scènes de jazz et des musiquesimprovisées et de Côté Cour (ligue de l’enseignement) et est membre du CODHOS (collectifdes centres de documentation en Histoire Ouvrière et Sociale) et de l’IALHI ( InternationalAssociation of Labour History Institution).En outre, l’association est adhérente au CRL, à la CRESS et à l’office de tourisme de Saint-Claude. 41
    • 02 02PROGRAMMATION
    • A la suite de cette étude, nous pouvons proposer un certain nombre d’activités pour le centenaire de la Maison du peuple. Ces propositions sont le résultat de notre observation et notre réflexion durant ces cinq mois. Une autre réflexion est également à mener en interne pour connaître les envies de chacun. Il nous semble important d’utiliser la Fête des 100 ans de la Maison du peuple pour envisager un nouveau futur de la fraternelle. Les fondateurs de l’association, qui occupent aujourd’hui des postes clé et qui s’investissent beaucoup, ne resterons pas éternellement aussi actifs qu’ils le sont aujourd’hui. Motiver une nouvelle génération de bénévoles devient un enjeu majeur pour l’association qui ne compte aujourd’hui pas une majorité de jeunes dans ses effectifs. Les 100 ans de la maison du Peuple peuvent être l’occasion de mener cette réflexion. En effet, en ouvrant ses activités à la ville le temps de l’événement, la fraternelle se fait connaître sous un autre jour. En impliquant de plus beaucoup d’acteurs et de partenaires, elle encourage l’investissement du plus grand nombre. La Maison du peuple ne peut-elle pas redevenir un lieu de débats, en intégrant l’ensemble de la population, que ce soit les jeunes et les moins jeunes? Comment adapter l’utopie laissée par l’histoire de la Maison du peuple de Saint-Claude à la société contemporaine? Car l’avenir de la Maison du peuple en tant que «Maison du peuple» réside, semble t-il dans sa capacité à imaginer une Maison du peuple pour aujourd’hui et pour demain. Ceci concerne l’ensemble de la fraternelle, au delà du centenaire de la Maison du peuple que nous imaginons comme le point de départ de ces évolutions. Parce qu’il nous semble important que cet événement soit en cohérence avec les statuts de l’association, plusieurs axes sont à développer : • Le patrimoine (bâti, historique, documentaire...) ; • La création, formation, diffusion artistique (culture contemporaine et vivante) ; • La pluridisciplinarité du lieu avec une transversalité des événements entre les sections ; • Une réflexion sur l’utopie moderne. Nous préconisons également des retours « clin d’oeil » à des activités présentes dans le passé et absentes des actions de la fraternelle aujourd’hui. Comme le sport. Nous avons en effet essayé d’inscrire la dimension sportive à cet événement car la fraternelle s’engage dans ses statuts à encourager les groupes d’agréments tel l’association omnisports «La Prolétarienne». Tout cela, en tenant compte des programmations en cours d’élaboration à savoir : un colloque international, la publication d’un livre sur l’aventure de la fraternelle, et l’adaptation théâtrale du livre de Roger Bergeret La cathédrale du peuple. Les activités que nous proposons sont vouées à être organisées dans le cadre d’un événement qui durerait 3 mois, entre septembre et décembre 2010. Les journées du patrimoine en septembre et le colloque International sur l’Utopie pouvant être les festivités d’ouverture et de clôture de l’événement.44
    • 01 PROPOSITIONS D’événementsLes propositions suivantes ont été élaborées dans le respect des principes fondateurs de laMaison du peuple, et sont enracinées dans le tissu associatif et populaire de Saint-Claude.1. bal populairEIl est stipulé dans les statuts de la fraternelle que l’association a une mission d’éducation populaireà réaliser. Cette volonté d’éducation populaire et d’émancipation du peuple est à l’origine dela création de la Maison du peuple. En effet, les ouvriers ont construit celle-ci pour disposer d’unespace important pour leurs activités d’éducation populaire et de loisirs.... Il est important desouligner que dans l’histoire, ces activités culturelles et sportives entre autres ont souvent étéassociées à une ambiance festive et conviviale. Il va de soi que les événements programméslors du centenaire de la Maison du peuple restent dans cet esprit.Nous proposons donc de clôturer le week-end inauguratif dédié aux Journées du Patrimoinepar un bal populaire.Ce week-end et cette clôture symboliseront ainsi l’état d’esprit souhaité lors de ces trois moisde Fête dans une tradition populaire et de convivialité. De plus, le couplage de ces deuxévénements touchera un public très varié et permettra de faire connaître ce centenaire à unelarge population.En effet, le bal populaire qui se déroulera dans la cour ou dans l’entrepôt s’il fait mauvais tempsfera écho à l’histoire de la Maison du peuple et permettra une mixité sociale importante.2. repas populairesA l’image de la fête de la Soupe de Florac, nous proposons d’organiser pendant les trois moisdu centenaire de la Maison du peuple, plusieurs repas populaires à destination de l’ensembledes habitants de la ville de Saint-Claude, à la Maison du peuple où dans d’autres lieux de Saint-Claude.Le repas est, en effet, un moment privilégié de partage. D’abord en tant que pratique : àtable, on prend le temps, on échange avec ses convives, on savoure. La nourriture elle mêmedevient facilement un vecteur de communication quant il s’agit de faire découvrir sa cultureaux autres. Le repas communautaire (collectif) s’il n’est plus très présent dans notre quotidienétait enfin une pratique courante à l’époque de la construction de la Maison du peuple, lors demanifestations populaires rassemblant toute une partie de la population.D’un point de vue historique, social et culturel, nous pensons donc que le repas populaire a saplace dans le programme du centenaire de la Maison du peuple.Plusieurs modalités d’organisation sont envisageables : • Gestion intégrale du repas par la fraternelle (local, nourriture....) contre frais de participation; • Mise à disposition d’un espace convivial de la fraternelle pour l’occasion (café ou entrepôt) et à chacun de venir dans la bonne humeur avec son plat à partager ; • Organisation d’un repas dans un espace public de Saint-Claude (place louis XI ou dans 45
    • le marché couvert par exemple) selon les mêmes modalités que dans les deux propositions précédentes ; • ... Cependant, afin de toucher un maximum de personnes et de favoriser la mixité culturelle et sociale, nous proposons une organisation conjointe de l’événement entre la fraternelle et des associations de la vie locale sanclaudienne comme l’association des réfugiés laotiens du haut jura, l’association franco-italienne Esperia et l’association franco-maghrébine de Saint- Claude. L’idée serait de mettre en place plusieurs repas populaires tout au long des trois mois de l’événement. Chaque association partenaire ayant pour mission l’organisation d’un repas. Ainsi, non seulement la charge de travail serait repartie entre les différents acteurs. Mais en plus, nous pensons que ce mode de fonctionnement peut favoriser l’implication de communautés qui ne se sentiraient pas forcément invités à l’événement de la Maison du peuple, et donc favoriser la mixité sociale et culturelle. On peut envisager l’organisation selon ces modalités de 3 à 4 repas populaires dans le café, la cour ou l’entrepôt de la Maison du peuple, éventuellement dans d’autres lieux choisis par les autres associations organisatrices, mais il nous semble que la centralisation de l’événement dans la Maison du peuple est préférable. Le repas populaire aurait lieu le midi du premier dimanche des trois mois de l’événement. 3. Concert de chants populaires Quoi de plus populaire que les chansons ? C’est en partant de ce constat, que nous avons décidé de proposer un concert de chants populaires. Un samedi par mois, un groupe de chanteurs sanclaudiens chanterait des chansons populaires qui évoquent les luttes ouvrières ou qui font partie du patrimoine musical de la Fraternelle. Pour promouvoir une mixité, nous proposons que l’équipe soit composée de chanteurs d’associations sanclaudiennes telles « A Tempo » et « A tout coeur », et de techniciens bénévoles de la section Musiques. La musique fait partie des enseignements du primaire et du secondaire, aussi, les classes le désirant pourront elles être associées au concert. Le chant fait partie de la tradition française et le public se reconnaîtra sûrement dans ce concert. La mixité et les rencontres pourront alors être importantes. Cette activité a donc une double signification, elle est à la fois un moyen de retracer le contexte et l’historique de la vie à la Maison du peuple. C’est également l’occasion de favoriser la mixité et les rencontres d’univers différents (habitués de la fraternelle, associations sanclaudiennes, élèves et parents d’élèves...). Cette activité joue enfin en quelque sorte, un rôle d’éducation populaire en proposant au public un type de chansons et de paroles adapté à la vie de leur ville et de leur pays mais plutôt inhabituel aujourd’hui. Le lieu des concerts pourraient être différent chaque mois afin de toucher le plus de public possible et de changer les ambiances. On peut envisager la tournée suivante : • A la Maison du peuple ; • Sur la place du 9 Avril 1944 ; • Dans un quartier populaire de Saint-Claude.46
    • 01 propositions d’événementsMême si la base du concert reste la même, il serait intéressant d’adapter les textes chantés aupublic visé. Par exemple, il serait adapté de chanter « Sentite Buona Gente » si le public viséest représenté par des italiens. En effet, c’est un chant italien des femmes travaillant dans lesrizières.4. Jeux traditionnelsNous proposons dans le cadre de la réflexion menée sur le futur de la Maison du peuple, deréintégrer une dimension d’éducation populaire du sport dans les activités de la fraternelle.C’est pourquoi, nous envisageons un événement sportif lors du centenaire de la Maison dupeuple.Dans la mesure où la Maison du peuple ne dispose plus de locaux capables d’accueillir desmanifestations sportives (salle ou terrain de sport), la réintégration du sport dans les activités dela fraternelle requiert un partenariat avec les associations sanclaudiennes. L’organisation horsles murs d’un tournoi ou d’une manifestation sportive «labelisée» centenaire de la Maison dupeuple n’aurait cependant aucun sens dans la mesure où les compétences des membres dela fraternelle et les moyens de l’association contraignent à déléguer entièrement la chose àune autre association. Pourtant les activités d’agréments avaient une place très importantes àl’époque de la création et du développement de la Maison du peuple. Afin d’ajouter malgrétout une dimension sportive à l’événement, nous proposons donc la tenue dans l’espace public(place des carmes, du 9 avril 1944 ou Louis XI) d’une journée de découverte et de pratique desjeux populaires d’antan (avant l’apparition du sport moderne en France) : mat de cocagne,lutte à la corde, criquet, échasses, chamboultou.... Cette journée pourrait avoir lieu un samedidu mois de septembre ou d’octobre.5. Artothèque au caveau des artistesLa fraternelle dispose d’un grand nombre d’estampes réalisées dans les ateliers de la Maisondu peuple. Nous savons que l’idée de proposer une artothèque a déjà traversé l’esprit desbénévoles de l’association. Dans le cadre du centenaire de la Maison du peuple, le caveaudes artistes qui accueille les oeuvres d’artistes tous les mois pourrait présenter les estampes de laMaison du peuple le temps de l’événement. Un service d’artothèque pourrait être égalementproposé durant cette période.Cela porterait à connaissance d’un public plus large les travaux réalisés par les artistes enrésidence et les groupes scolaires dans les ateliers de la Maison du peuple et constituerait untest quant à la pertinence de proposer une artothèque des estampes de la Maison du peuple.Le partenariat monté à cette occasion pourrait être répété dans le futur, afin de présenterrégulièrement les travaux réalisés à la Maison du peuple dans le cadre d’une expositionouverte. 47
    • 6. soiree « aux origines du jazz » La section Musique de la fraternelle est réputée pour ses concerts de Jazz. Seulement cette forme de musique peut paraître élitiste pour certaines personnes. Nous proposons donc à l’occasion des 100 ans de la Maison du peuple, une découverte du Jazz pour les non initiés. Pour cela, nous projetons de programmer une soirée « Aux origines du Jazz ». Les musiciens régulièrement présents à de la Maison du peuple ainsi que ceux des autres associations de Saint-Claude ou de l’Ecole de Musique pourraient jouer des morceaux qui ont fait naître le Jazz. A titre d’exemple, nous avons repéré quelques morceaux de musique qu’il serait intéressant de programmer durant la soirée : • Soudan de Original Dixieland Jass Band ; • Ory’s Creole Trombone de Kid Ory ; • Petite fleur de Sidney Bechet ; • Potato Head Blues de Louis Armstrong. Le Café de la Maison du peuple semble adapté pour accueillir cet événement. En effet, cette structure a l’habitude de recevoir des concerts de Jazz. De plus, le cadre d’un café pour recevoir un concert convient au type de musique qu’est le Jazz. Il permet une communication plus facile entre les personnes du public. Cette soirée pourrait de plus être l’occasion d’un échange entre les musiciens et le public sur le Jazz. 7. chasse au trésor A l’occasion du centenaire de la Maison du peuple, nous proposons un retour du sport dans les activités de la fraternelle. Pour répondre à la fois à cette envie et aux objectifs de la Fête des 100 ans, nous proposons de programmer une chasse au trésor à travers la ville de Saint- Claude. Cette chasse au trésor organisée sur une après-midi viserait différents types de public. Les énigmes seraient adaptées à l’âge des joueurs. La chasse au trésor est un moyen ludique pour présenter l’histoire de la Maison du peuple et du développement de la ville de Saint- Claude autour de cette structure. Comme toute course, il faudra prévoir une récompense adaptée pour le gagnant. Cette activité semble d’autant plus adaptée que Saint-Claude est une ville réputée pour ses diamants. Les énigmes peuvent donc tourner autour de ce symbole pour trouver le trésor. Le rendez-vous serait donné à la Maison du peuple et tous les participants obtiendraient à une heure donnée une première énigme et un plan de la ville. Cette énigme devra les conduire à une deuxième énigme et ainsi de suite jusqu’au trésor. Des niveaux de difficulté seront effectués et des aides seront disséminées dans la ville pour que la chasse au trésor reste ludique et faisable. Bien évidemment, le trajet passera par des lieux stratégiques ayant participé à la réputation de la Maison du peuple de Saint-Claude. Nous pensons ainsi aux succursales de la Fraternelle.48
    • 01 propositions d’événements8. Visite contée de la ville de saint-claudeLa section théâtre / conte de la fraternelle propose en temps normal des visites contées de lapartie muséale de la Maison du peuple. Le centenaire de la Maison du peuple serait l’occasiond’étendre cette activité. Nous avons pu voir que durant les années 1920, la Fraternelle s’estfortement développée à Saint-Claude et dans ses alentours. De nombreuses succursales de laMaison du peuple de Saint-Claude ont été ouvertes dans le département du Jura. En particulier,à Saint-Claude, deux succursales étaient implantées. Pour retrouver ce rayonnement dansla ville, la fraternelle pourrait profiter de la Fête des 100 ans de la Maison du peuple pour laréinvestir.Il semble évident que la visite de la ville contée par les acteurs de la fraternelle répond à lamission d’éducation populaire de l’association.Ces visites pourraient se dérouler de Septembre à Décembre 2010, à raison d’un dimanchetoutes les deux semaines. Le parcours se déroulerait à travers le centre ville en débutant à laMaison du peuple, afin de donner sens à la visite et finirait place du 9 avril 1944 où se situent lesdeux anciennes succursales.La mission de cette visite est de montrer comment et dans quel contexte s’est créé la Maison dupeuple de Saint-Claude. Une deuxième partie de visite évoquera l’importance de la Fraternelledans le développement de la ville de Saint-Claude.Le conte et le théâtre étant des arts populaires, ces activités seront accessibles à un largepublic. Les visites s’adapteront à tous les âges, à toutes les catégories sociales ainsi qu’à desattentes différentes. En effet, le touriste voudra apprendre l’histoire de la région qu’il visite alorsque l’habitant de Saint-Claude viendra pour mieux connaître l’histoire de sa ville. Dans tous lescas, cette activité est adaptée.9. sketchs joués par les scolaires retraçant des moments de vie au sein dela maison du peupleIl sera possible de proposer une représentation événementielle de sketchs retraçant des momentsde vie au sein de la Maison du peuple. Cet événement serait proposé par les scolaires de Saint-Claude. En collaboration avec la section conte / théâtre de la fraternelle, les jeunes de Saint-Claude réaliseront un travail d’écriture de sketchs puis de mise en scène de ces derniers. Eneffet, à partir d’un ou plusieurs échanges avec Alain Mélo, historien de la fraternelle, ils pourrontécrire le scénario des différents sketchs. Nous pouvons ainsi citer différents moments de viesusceptibles d’être à l’origine d’un sketch : • Réalisation des plans de la future Maison du peuple ; • Débats ouvriers dans le café de la Maison du peuple ; • Création de la fraternelle ; • Initiation musicale du groupe des enfants du Peuple ; • Travail des ouvriers au sein de la coopérative ; • Action militante dans les années 1920 ; • Résistance lors de la seconde guerre mondiale. 49
    • Le public pourrait alors se rendre au théâtre de la Maison du peuple pour voir la représentation de ces sketchs joués par les jeunes de Saint-Claude. Afin de toucher le public le plus large possible, toujours dans un esprit d’éducation populaire, les écrivains et acteurs de ces sketchs pourront avoir des âges différents. Un premier sketch pourra avoir été préparé par une classe de primaire alors qu’un autre sera le fruit d’un travail lycéen. Cela apportera également des visions différentes de l’histoire de la Maison du peuple ce qui augmentera l’intérêt et la particularité de l’événement. Cette activité a un autre intérêt : l’apprentissage de manière ludique de l’histoire de la Maison du peuple, du mouvement ouvrier et de la ville de Saint-Claude par les jeunes sanclaudiens. C’est une manière populaire de les sensibiliser à l’histoire sociale ancienne et actuelle. Nous proposons de fixer cet événement un vendredi soir du mois de décembre afin de laisser le temps de préparation adéquate et pour toucher le plus de public possible. 10. Programmation de films sortis durant l’année 1910 Nous proposons une programmation particulière du cinéma de la fraternelle durant la période de la Fête des 100 ans de la Maison du peuple. En parallèle, de la programmation classique, nous conseillons de programmer des films sortis durant l’année 1910. Ce sera l’occasion de comprendre le contexte de la création de la Maison du peuple à travers les films sortis à cette période. Nous pouvons ainsi proposer de programmer les films suivants : • Frankenstein de J. Searle Dawley ; • In Old California de D. W. Griffith ; • Les Martigues, film français de Léonce Perret ; • La Trouvaille de Bébé, film français de Louis Feuillade ; • Uncle Tom’s Cabin de James Stuart Blackton ; • La Vengeance de Louis XIII, film français de André Calmettes. Pendant une semaine par mois, un film daté de 1910 à l’affiche du cinéma de la Maison du peuple permettrait de proposer une vision populaire d’une époque et d’une vie différente de celle de la société contemporaine. 11. programmation de films relatant l’histoire de luttes ouvrières Nous proposons également, une programmation de films relatant l’histoire des luttes ouvrières. Une des missions de la fête des 100 ans est de montrer le contexte dans lequel s’est créé la Maison du peuple et cette programmation répondrait à cet objectif. Là encore, la programmation d’un film durant une semaine par mois permettrait au public d’être sensibilisé à la lutte ouvrière. Nous pouvons ainsi proposer plusieurs films adaptés à cette programmation particulière : • Les Lip, l’imagination au pouvoir de Christian Rouault. « Le film donne à voir et à entendre les hommes et les femmes qui ont mené la grève ouvrière la plus emblématique de l’après 68, celle des usines LIP à Besançon. » • Rue Santa Fe de Carmen Castillo. « C’est un film sur l’engagement politique, au plus près de la vérité d’une femme chilienne, Carmen Castillo, qui suivit son compagnon, Miguel50
    • 01 propositions d’événements Enriquez, chef de la Résistance contre la dictature de Pinochet, mort au combat, rue Santa Fe, dans les faubourgs de Santiago du Chili, le 5 octobre 1974. » • La Grève de Sergei Mikhailovich Eisenstein. « Dans la Russie tsariste de 1912, la révolte gronde au sein d’une des plus grandes usines du pays. Poussés à bout par des conditions de travail exécrables, les ouvriers ne tardent pas à faire valoir leur droits en brandissant la menace de la grève. » • Grève party de Fabien Onteniente. « Un matin du mois de mai, M. Jean, ex-baron de la lutte syndicale des années soixante et aujourd’hui libraire sur la place Sainte-Genevieve, reprend du service par amitié pour René, un ancien camarade. Du fond de sa librairie, il orchestre au téléphone la grève des Messageries. » • Les virtuoses, film britannique de MarK Herman raconte « l’histoire d’un orchestre de mineurs en lice pour le championnat national de brass band du Royaume-Uni et qui luttent contre la fermeture de leur mine au début des années 1990. Toute la vie des familles de ces mineurs en grève pour sauver leur mine est dépeinte ; le film évoque aussi de nombreux aspects de la chute de ces hommes et de ces femmes : le chômage, la division de la famille et même le suicide ».12. représentation d’une pièce de théâtre contemporaine sur le thème del’utopie moderneLa section conte / théâtre a prévu de présenter à l’occasion du centenaire de la Maison dupeuple une adaptation d’un roman de Roger Bergeret, La cathédrale du peuple. Il est intéressantde proposer une représentation d’un texte retraçant l’historique de la Maison du peuple, et del’histoire ouvrière à Saint-Claude. Cependant, nous proposons de coupler cette activité avecla représentation d’une pièce évoquant l’utopie contemporaine. Durant les quatre mois de laFête des 100 ans de la Maison du peuple, nous proposons de jouer un samedi par mois le textede Roger Bergeret et un deuxième samedi par mois, le texte exposant une vision modernede l’utopie. Cette activité permettrait d’amener un débat sur l’utopie de nos jours auprès desacteurs et donc des bénévoles de l’association mais également auprès du public. C’est aussi unemanière de réaliser une éducation populaire. Cette activité apportera au public une réflexionsur sa condition de vie et sur la société en générale. Ce couplage des deux pièces de théâtrepermettra également de chercher une évolution de cette utopie sociale. La présentation deces deux pièces au public pourra se faire à Saint-Claude, mais aussi dans d’autres ville du Juravoir de Fanche-Comté, un moyen de faire connaître l’événement au delà de Saint-Claude.Nous pouvons citer plusieurs textes qui pourraient être adaptés à ces représentations : • Adaptation du livre de Christophe Cousin, Sur la route des utopies qui relate le voyage de l’auteur à la recherche des « communautés utopiques de la planète, du squat libertaire danois de Christiana à l’utopie pirate de Libertalia, à Madagascar ; du village planétaire d’Auroville en Inde à Uzupis, le quartier des artistes de l’autre rive, en Lituanie. » • Présentation de la pièce de théâtre King de Michel Vinaver. « King est l’histoire vraie de King C. Gillette : inventeur en 1895 du rasoir jetable, sef-made-man devenu multimillionnaire, mais également prophète d’une société nouvelle où l’argent n’existerait plus. Deux facettes d’un même homme pour le moins antinomiques. » Cette pièce est un théâtre politique et 51
    • poétique où dialoguent capitalisme, utopie et excès du totalitarisme. 13. repas insolent : Animation gustative et théâtrale sur thème des inégalités Nord-Sud Plusieurs animations et activités sont organisées au cours d’un repas pour sensibiliser les convives à certains thèmes liés au développement et à la solidarité internationale. L’objectif général de ce repas est de faire prendre conscience au public des inégalités entre les régions du monde et entre les pays. Il veut également susciter le débat, faire réfléchir les participants, les faire réagir, les guider dans leur réflexion sur cette problématique, les en rendre acteurs. Concrètement, ce repas prévu pour 20 / 30 personnes commence par la répartition des convives à 5 tables représentants les 5 continents. La répartition des convives, des couverts, et de la nourriture respectant les caractéristiques et les proportions de la réalité. Pour que tout le monde ait de quoi manger à sa faim et de façon équilibrée, il va y avoir de la négociation et des échanges... (voir modalités d’organisation détaillées en annexes) Si le sujet n’est pas directement lié aux thèmes du centenaire de la Maison du peuple, les problèmes sont d’actualité et peuvent participer à la réflexion sur l’économie social et solidaire d’aujourd’hui. En intégrant à l’animation de ce repas des acteurs sanclaudiens touchés par ces problématiques (immigrés par exemple), il peut être l’occasion d’une rencontre des différentes populations de Saint-Claude, d’une prise de conscience des uns de ce qu’ont vécu les autres.... Le repas insolent pourrait avoir lieu le jeudi 15 octobre, date de la journée mondiale de l’alimentation dans la cour; l’entrepôt ou le café de la Maison du peuple. 14. fête des associations La Maison du peuple a toujours été le lieu de missions sociales pour les sanclaudiens. Dans ce contexte, nous proposons d’organiser une Fête des associations de Saint-Claude à l’occasion du centenaire de la Maison du peuple. Afin de centraliser cet événement autour de la Fête des 100 ans, nous proposons que ceci se passe au sein même de la Maison du peuple, en particulier dans l’entrepôt qui propose un espace important couvert et accessible à tous facilement puisqu’il se situe au rez-de-chaussée. Comme si c’était un marché, les associations de la ville viendraient présenter leurs actions et rôles aux riverains. Cependant, pour garder ce côté festif, les associations auraient également pour mission d’organiser une par une des activités de partage de leur savoir au niveau de la Cour de la Maison du peuple. Cet événement se déroulerait sur un week-end entier. En effet, une première partie de journée pourrait être réservée aux associations sportives et de loisirs, alors que la seconde partie de journée serait réservée aux associations sociales de Saint-Claude. Ainsi, l’association «épicerie sociale» pourrait proposer des jeux aux enfants sur ce qui est correct ou non de vendre et de manger. Ces activités supplémentaires pourraient être programmées pour 30min chacune.52
    • 01 Propositions d’événementsAinsi toutes les associations se sentiraient impliquées dans ce projet et dans la Fête des 100 ansde la Maison du peuple en général.Cette organisation permet également une mixité des activités très importante durant le week-end. Le public peut rester un certain temps à cette Fête des associations puisqu’il pourraparticiper aux activités proposées par les associations , une par une, puis déambuler dansl’entrepôt pour faire plus ample connaissance avec les bénévoles de ces associations quiseront à leur disposition pour expliquer leur fonctionnement. De plus, toutes les 4 heures, lesassociations seront différentes ce qui permettra au public de ne pas se lasser et de rester ou derevenir plus tard.15. soirée slamEn collaboration avec l’association « les recoins », une soirée slam thématique autour dumouvement ouvrier et de l’utopie pourrait être organisée. Scène d’expression populairecontemporaine, cet art naissant peut intéresser un public jeune et inhabituel et favoriser lamixité dans l’atmosphère conviviale du café de la Maison du peuple.On peut envisager que le travail préalable sur l’écriture des textes soit réalisé par les scolaires etles jeunes des foyers socio-éducatifs de Saint-Claude, dans le cadre de leur formation et avecla collaboration de leur équipe éducative.Programmer tous les soirs d’une semaine de novembre (du lundi au jeudi) ce spectacle pourraitfaire l’objet d’une sortie scolaire pour chaque classe ayant contribué à la réalisation (au moinsces classes là).Encore une fois, l’association forte de la jeunesse sanclaudienne au contenu de la programmationde l’événement se justifie par rapport à la mission d’éducation populaire que s’est donnée lamaison du peuple. Proposer une activité créatrice et éducative autour du slam à des jeunes endifficultés c’est les faire être acteurs de l’événement dans un domaine qui les intéresse. Cettedémarche répond aussi à la mission de valorisation de la création de la fraternelle.Ce spectacle pourrait avoir lieu dans le Café de la Maison du peuple, dans des écoles et/oudes salles municipales de différents quartiers de Saint-Claude.16. Création d’un livre de réflexion sur l’utopie moderne, écrit par leslycéens de saint-claudeNous proposons qu’un livre de réflexions sur l’utopie moderne soit sorti juste avant le colloqueorganisé à l’occasion des 100 ans de la Maison du peuple par la fraternelle. Ce livre permettraitd’alimenter les débats à l’occasion de cette journée et de proposer une vision extérieure del’utopie moderne. En effet, ce livre serait le fruit d’un travail d’écriture réalisé par des élèves determinale des lycées de Saint-Claude. Dans le cadre de leur cours de philosophie ils pourraientmener à bien une étude de l’utopie moderne. Avec l’aide de la section Arts Plastiques de lafraternelle, ils pourraient ensuite mettre en valeur leurs écrits par une mise en page appropriée.Enfin, la fraternelle les aiderait à mettre en avant leur ouvrage lors du colloque mais aussi lorsd’événements programmés pour le centenaire de la Maison du peuple. On peut envisager de 53
    • les voir présenter leur travail lors de ce colloque. Cette proposition remplit un certain nombre d’objectifs. Tout d’abord, elle permet de proposer une activité d’éducation populaire importante pour les lycéens à trois niveaux: philosophique, littéraire et artistique. Elle permet également d’amener une réflexion sur la société auprès des lecteurs du livre, a priori, au moins les parents. Enfin, elle peut être considérée comme une base de réflexions pour le colloque organisé par la fraternelle sur le thème de l’utopie depuis le XIXème siècle apportant un regard jeune sur ce qu’est l’utopie aujourd’hui. 17. création d’affiches sur l’utopie moderne et mur de réflexions Pour toucher le plus grand nombre de personnes possibles sur le thème de l’utopie moderne, nous proposons de créer des affiches proposant différentes réflexions. Le point d’orgue de cette activité d’affichage serait la réalisation d’un mur graphique des réflexions créé et développé par le public. L’affichage est une manière simple de faire passer des idées et des critiques. Chaque passant peut comprendre rapidement une affiche dans la rue. Cela ne nécessite pas beaucoup de temps ni de connaissances particulières. L’affiche est un moyen de communication facile d’accès. Il nous semble donc intéressant de proposer à l’occasion des 100 ans de la Maison du peuple un affichage particulier sur des thèmes contemporains tels que la sauvegarde de l’environnement, l’éducation populaire, le syndicalisme, la mixité sociale, l’engagement bénévole ou volontaire... La sections « Arts Plastiques » aurait alors pour mission de faire passer graphiquement des idées sur ces thèmes. Cependant, le but n’est pas de donner une réponse toute faite. C’est pourquoi, nous proposons de créer dans le passage d’entrée de la Maison du peuple, un mur de réflexions. Ainsi les personnes qui le souhaitent pourraient répondre sur les affiches à la question posée par l’affichage. Le but est de proposer un moyen d’expression libre et ouvert à tous. Pendant trois mois, toutes les deux semaines, un nouveau thème serait apporté aux sanclaudiens par des affiches qui les inviteraient à donner leur avis sur le mur de réflexions. Le résultat de ce mur pourrait également servir de base au colloque organisé par la fraternelle à l’occasion du centenaire de la Maison du peuple. 18. programmation de films de réflexion sur la société contemporaine Pour amener une réflexion auprès d’un vaste public sur notre société contemporaine, nous proposons de programmer un film, une semaine par mois, sur cette thématique lors du centenaire de la Maison du peuple. Cette programmation permettrait d’être à la base de débat sur le thème plus large de l’utopie moderne. Cependant, si le public ne veut pas participer à ce débat, c’est également un moyen de leur apporter un esprit critique sur leur mode de vie et la société en général. C’est une manière de mener une éducation populaire. D’autant plus que le cinéma touche un public plus large que les autres sections de la fraternelle. Nous pouvons ainsi penser à programmer les films suivants : • Fahrenheit 9/11 de Michael Moore. Documentaire s’attaquant aux problèmes brûlants de54
    • 01 Propositions d’événements l’Amérique. • Super Size Me de Morgan Spurlock. Enquête sur le fast-food et l’obésité. • La 11ème heure, le dernier virage de Nadia Conners et Leila Conners Petersen. « Un regard sur l’état de l’environnement et des solutions pour tenter de restaurer l’écosystème planétaire, à travers des rencontres avec une cinquantaine de scientifiques, intellectuels et leaders politiques. »Les trois volets de la programmation cinéma peuvent chacun faire l’objet de l’organisationd’un débat suite à la projection des films.Les 18 propositions effectuées dans cette étude ne prétendent pas être exhaustives, elles ontété conçues et envisagées comme base de la réflexion que doit mener dorénavant l’ensembledes bénévoles de la Maison du peuple en vue du centenaire de la Maison du peuple et du futurde l’association la fraternelle. En effet, l’événement approchant, sa programmation, si l’on veutqu’elle soit à l’image de tous les bénévoles, doit dors et déjà être au coeur des discussions desmembres de la fraternelle.Nous avons pu voir, dans le cadre de cette étude, qu’il restait en Europe très peu de Maisonsdu peuple. Celle de Saint-Claude a la chance de pouvoir vivre son centenaire et cela grâce àla population sanclaudienne qui ne l’a jamais abandonnée. Aujourd’hui, la fraternelle est à unnouveau tournant de son histoire, et il est sensé d’imaginer que l’année 2010, envisagée commeune véritable célébration, soit également le point de départ d’une réflexion plus profonde sur lefutur de cette institution. 55
    • Nous avons souhaité que nos propositions d’événements pour le centenaire de la Maison du peuple, soient au cœur d’un vaste réseau d’acteurs et de partenaires. Nous avons ainsi résumé dans deux organigrammes l’ensemble des possibilités de liens à tisser et de réseaux à utiliser pour la programmation de la fraternelle. Nous avons souhaité que ces deux organigrammes soient représentatifs des possibilités de partenariat offert à la fraternelle pour l’ensemble de sa programmation. Cependant, le centenaire de la Maison du peuple est l’occasion pour former ces partenariats. La fraternelle est une association sanclaudienne déjà bien ancrée dans le réseau des acteurs associatifs de la ville. Plusieurs structures participent en effet chaque année à la programmation culturelle annuelle de la fraternelle (ludothèque, les recoins....). Cependant, aux vues des moyens financiers et humains de la fraternelle, l’implication d’encore plus d’acteurs aux compétences et aux connaissances multiples et variées est nécessaire, si l’on veut donner à la Maison du peuple un anniversaire à l’image de sa symbolique et de son rôle dans l’histoire de Saint-Claude. En effet, historiquement, la Fraternelle ne se limitait pas à la Maison du peuple. Associer au centenaire de la Maison du peuple, des acteurs sanclaudiens avec lesquels la fraternelle n’a pas encore eu de liens, c’est aussi et surtout faire que cet événement soit appropriable par un maximum de monde. C’est donc un moyen d’augmenter le rayonnement de la Maison du peuple auprès de l’ensemble de la population de Saint-Claude. La fraternelle dispose également d’un grand nombre de partenaires financiers ou culturels avec lesquels elle organise sa programmation annuelle. Pour les 100 ans de la Maison du peuple, elle doit réussir à solliciter ces réseaux et leurs diverses compétences. Dans ces organigrammes, nous avons également mis en exergue les espaces culturels, institutions municipales et infrastructure sportives qui, selon nous, pourraient être utilisés dans les activités de la fraternelle. Si, maintenant, nous nous recentrons sur le centenaire de la Maison du peuple, les propositions d’activités faites sont l’occasion de créer de nombreux partenariats. Ceci implique la mise en relation des responsables de chaque structure avec ceux de la fraternelle dès maintenant. Ces événements requièrent donc une organisation et une gestion commune de l’événement. Pour chaque proposition, nous allons préciser quels sont les acteurs susceptibles de participer. Par ailleurs, si les partenariats financiers sont une composante essentielle de la réussite de l’événement, il n’en est pas question dans cette présentation des partenaires impliqués non pas dans les financements mais dans la réalisation et l’organisation de l’événement : les acteurs porteur du sens et du contenu de l’événement. 1. Bal populaire Pour cet événement, la section « Musique » de la fraternelle sera en partenariat avec « Saint- Claude au fil du temps » pour l’organisation. Les associations « Batterie-fanfare » et « Musique pour tous » pourraient participer à l’événement en tant que musiciens. S’il est possible, les étudiants56
    • 02 les acteurs de l’événementde l’école de Musique de Saint-Claude pourraient également venir s’ajouter à ce groupe demusiciens.Une aide technique des services de la Mairie de Saint-Claude peut être à prévoirpour monter une scène. La section « Arts Plastiques » sera en charge de la décoration.2. Repas populairesDans le cas de l’organisation des repas populaires, la fraternelle aura la mission de gérerl’événement. Cependant, ce sont les associations sanclaudiennes qui seront les véritablesacteurs de l’événement. Une invitation et un partenariat est ainsi à prévoir avec l’ « Associationdes portugais », l’ « Association des réfugiés laotiens du Jura », l’ « Association franco-italienneesperia » et l’ « Association franco-maghrebine de Saint-Claude ».3. Concert de chants populairesLes partenaires envisageables pour cette activité sont identiques à ceux du Bal populaire, àsavoir « Saint-Claude au fil du temps », « Batterie-fanfare », « Musique pour tous » et l’Ecole deMusique de Saint-Claude.Il faudra également prévoir un accord avec la Mairie si les concerts se déroulent dans les ruesde Saint-Claude. On peut envisager de faire venir des groupes spécialisés dans les chansonspopulaires comme cela se fait parfois durant l’année.4. Jeux traditionnelsCet événement requiert un large partenariat auprès des associations sportives de Saint-Claude.Le choix des jeux populaires dictera les partenariats. Cependant, nous pouvons déjà citer « LaProlétarienne » qui est étroitement liée aux activités de la Fraternelle.Là encore, un partenariat avec la Mairie de Saint-Claude est à prévoir pour pouvoir utiliser deslieux lui appartenant.5. Artothèque au caveau des artistesUn partenariat est à prévoir avec le « caveau des artistes » pour réaliser cette activité. Sans cetaccord, cet événement ne pourrait avoir lieu.6. Soirée « Aux origines du Jazz »La section « Café » de la fraternelle accueillerait et organiserait cette soirée. Cependant, lasection « Musique » serait en charge de trouver les acteurs de cette soirée auprès des associationsde musique de Saint-Claude ou de la région. Nous pouvons ainsi souhaiter un partenariat avecl’Ecole de musique de Saint-Claude et « Musique pour tous ». 57
    • 7. Chasse au trésor Pour cette activité, un accord avec la Mairie de Saint-Claude est indispensable afin de proposer un parcours ayant un intérêt pour le centenaire de la Maison du peuple mais étant également sécuritaire. La Mairie pourra autoriser l’utilisation du patrimoine religieux et publics répertoriés. Un partenariat avec les différents musées est à prévoir également pour proposer des énigmes sur la pipe par exemple. 8. Visite contée de la ville de Saint-Claude La visite contée de la ville est à prévoir en partenariat avec l’Office de tourisme de la ville. En effet, l’écriture du texte pourra être réalisé conjointement. Ensuite, la Mairie de Saint-Claude devra permettre un passage sécuritaire le temps de la visite. Certains aménagements peuvent être à prévoir comme l’arrêt de la circulation durant une certaine période. 9. Sketchs joués par les scolaires retraçant des moments de vie au sein de la maison du peuple Pour cette proposition, le partenariat est surtout ciblé auprès des groupes scolaires de Saint- Claude qui seront les acteurs de l’ensemble de l’activité avec la section « Conte / Théâtre » et « Archives ». 10. Programmation de films sortis durant l’année 1910 La programmation de ces films ne nécessite pas de partenariat particulier au premier abord. Cependant, certains films étant rares, il est possible qu’il en faille finalement pour les obtenir durant une semaine. 11. Programmation de films relatant l’histoire de luttes ouvrières Là encore, cette activité ne nécessite pas de partenariat particulier. 12. Représentation d’une pièce de théâtre contemporaine sur le thème de l’utopie moderne La section « Conte / Théâtre » de la fraternelle a l’habitude d’adapter et de jouer des textes. Un partenariat n’est pas nécessaire pour ces tâches. Un accord avec la Mairie peut néanmoins être prévu pour utiliser des édifices publics lors des représentations. 13. Repas insolent : Animation gustative et théâtrale sur thème des inégalités Nord-Sud58
    • 02 les acteurs de l’événementL’ensemble de cette activité serait organisé par la section « Café » de la Maison du peuple.Un recours au réseau CRESS auquel appartient la fraternelle est cependant envisageable pourcette activité.14. Fête des associationsUn partenariat fort est à prévoir pour cet événement. Ceci est la base de cette activité. Lepartenariat touche l’ensemble des associations sanclaudiennes (sportives et de loisirs, viesociale, vie locale, jeunesse).15. Soirée slamCette activité regroupe un grand nombre de jeunes acteurs. Nous souhaiterions alors que lafraternelle établisse une invitation et un partenariat avec un grand nombre d’associations : lesgroupes scolaires, le foyer socio-éducatif CES Rosset et le foyer socio-éducatif lycée pré Saint-Sauveur. Les sections « Café » et « Musique » seraient en charge de programmer cet événementet de suivre les créations des différents acteurs pour les lier entre elles.16. Création d’un livre de réflexion sur l’utopie moderne, écrit par leslycéens de Saint-ClaudeCette activité est basée sur un partenariat entre les groupes scolaires pour l’écriture du livre. Unpartenariat s’établira ensuite entre ces classes de terminale et la section « Arts plastiques » pourla mise en page et l’impression de cet ouvrage.Enfin, la fraternelle pourra créer ou utiliser des partenariats avec les librairies de Saint-Claudepour promouvoir cette création.17. Création d’affiches sur l’utopie moderne et mur de réflexionsLes affiches sur l’utopie seront réalisées par la section « Arts Plastiques » de la fraternelle.Cependant, l’affichage pourra être prévu en partenariat avec la Mairie de Saint-Claude etl’ensemble des commerçants de la ville.18. Programmation de films de réflexion sur la société contemporaineAucun partenariat n’est nécessaire pour cette programmation, au premier abord.Enfin, il nous parait important de signaler que chaque événement de l’événement, chaque«projet» requiert la définition claire d’un porteur de projet, qui peut être un acteur de la fraternelleou des autres associations et institutions impliquées. 59
    • 62 Bal populaire LES LIEUX DE LEVENEMENT Repas populaires Repas insolent Fête des associations Visite contée de la ville de Saint-Claude Création daffiches sur lutopie moderne et mur de réflexion ESPACE PUBLIC QUARTIERS Chasse au trésor POPULAIRES Jeux traditionnels Pièce de théâtre sur lutopie moderne Sketchs sur des moments de vie à la Maison du peuple présentés par les scolaires Bal populaire Programmation cinéma : Repas populaires Réflexion sur la société contemporaine Soirée Slam Repas insolent Films de 1910 Histoire des luttes ourvières Fête des associations ETABLISSEMENTS SCOLAIRES Concerts de chants populaires Artothèque BIBLIOTHEQUE SALLE DES Création FETES dun livre sur lutopie moderne CAVEAU DES ARTISTES Partie de la Visite contée Pièce de théâtre de la ville de Saint-Claude sur lutopie moderne Repas populaires A définir, A définir, problèmes Soirée "Aux origines du Jazz" problèmes daccessibilité daccessibilité Repas insolent Soirée Slam
    • 03 les lieux de l’événementIl est important à l’heure de sa préparation, de penser les lieux de l’événement et leur potentielusage. La Maison du peuple offre beaucoup de possibilités. Cependant, la question de lapertinence d’une commémoration historique centrée sur un seul bâtiment se pose. Elle se posed’autant plus que la Maison du peuple n’est pas dissociable du milieu dans lequel elle s’insère, laville de Saint-Claude, milieu qui lui a fait voir le jour et qu’elle a fait évoluer par son existence:En 1881, la Fraternelle naît en effet de la volonté de quelques Sanclaudiens de mutualiser leursefforts en fondant une coopérative. Près de 20 ans plus tard, sous l’impulsion d’Henri Ponard, lecercle ouvrier agrandi met tout en oeuvre pour doter le peuple de Saint-Claude de «sa Maison».La Maison du peuple prend vie. Elle est le fruit de la volonté du peuple de Saint-Claude.Par la suite, avec l’avènement de la « cathédrale rouge », c’est l’organisation de Saint-Claudequi évolue. En effet, si la rue de la Poyat abritait auparavant des notables, alors que les activitésse concentraient au centre, dans la ville basse ; la construction de la Maison du peuple transfèrel’économie vers la ville haute, à proximité de la rue de la Poyat. Des succursales sont alorsouvertes dans le centre ville et dans d’autres villes de la région.Saint-Claude a changé depuis cette époque. La Fraternelle n’existe plus, mais la ville s’estconstruite avec et autour de la Maison du peuple, dont les activités ont elles aussi évolué,tenant compte d’un environnement mouvant et de publics différents.Les histoires de la Fraternelle, de la Maison du peuple et de Saint-Claude sont ainsi étroitementliées. Aujourd’hui, pourtant, si beaucoup d’associations partenaires ou associées de lafraternelle interviennent au 12 rue de la Poyat, il est assez rare que les sections proposent uneprogrammation hors les murs.C’est pourquoi, nos propositions d’événements pour le centenaire de la Maison du peupleont été pensées pour se développer dans la ville de Saint-Claude. En effet, le centenaire de laMaison du Peuple est l’occasion de cette ouverture des activités de la fraternelle à Saint-Claude,dans le cadre d’une organisation conjointe avec tous les acteurs de la ville. Cependant, pourune meilleure lisibilité des activités proposées dans le cadre du centenaire, il existe pour chaqueproposition un lien avec la Maison du peuple. Nous avons tenu compte de ce constat dans nospropositions, et envisagé des activités dans plusieurs espaces de la Maison du peuple et de laville de Saint-Claude.Nous avons représentés sur le plan situé sur la page de gauche, les différents lieux de l’événementproposé. Nous pouvons ainsi observer le résultat de cette volonté d’étendre l’événement à laville de Saint-Claude.Néanmoins, notre réflexion sur les lieux ne s’est pas limitée au centenaire de la Maison du peuple,nous proposons donc maintenant une liste d’espaces que nous avons répertoriés commepouvant être utilisés de manière générale pour les activités de la fraternelle et bien sur lors ducentenaire. 63
    • 1. L’entrepôt 2. La cour 3. Le café 7. Les caves 6. Le musée 5. Le gymnase 4. Le jardin64
    • 03 les lieux de l’événement1. Dans la Maison du peupleLa Maison du peuple comporte de nombreux espaces adéquats pour accueillir les manifestationsorganisées lors de ses 100 ans. Leur utilisation lors de ce centenaire pourra être reprise par lasuite pour des activités annuelles.Le café, lieu de réunions ouvrières passées, accueille un grand nombre d’activités actuellesproposées par la fraternelle. Il est au centre de l’organisation présente de la programmationculturelle de l’association puisque c’est à la fois un lieu de représentation théâtrale et musicale,de jeux, de débat et un lieu de rencontres quotidiennes. Il doit le rester, mais peut égalementdévelopper ses activités autour de la thématique du repas populaire.Le cinéma attire un public plus large que les autres sections, il faudra donc le prendre encompte dans la programmation des événements du centenaire de la Maison du peuple etdans la communication, en pensant notamment des actions qui donnent envie aux cinéphilesde découvrir le reste de l’événement.La partie muséale de la Maison du peuple doit faire partie des lieux accueillant l’événementdes 100 ans. En effet, l’exposition « archéologie d’un rêve » est tout à fait adapté au propos dela programmation de 2010. Elle reprend l’histoire de la Maison du peuple et c’est un bon supportpour l’expliquer et la mettre en avant. Un accès plus libre est peut-être à prévoir si le publicaugmente pour l’occasion. Il faudrait alors mettre en place une signalétique de déambulationplus adaptée.Les anciennes caves peuvent être le lieu de représentation de certaines performances artistiquescomme cela a déjà été réalisée il y a quelques années.Les archives et les espaces dédiés à la sérigraphie ne seront pas ouvertes au public enpermanence. Cependant, ils pourront accueillir des ateliers de groupes pour des activités enrapport avec les 100 ans de la Maison du peuple.La cour est un lieu qui peut proposer des activités extérieures. On peut par exemple envisagerdes repas communs notamment en période estivale, des bals... Elle est alors parfaitementadaptée.Le centenaire de la Maison du peuple est également une bonne occasion d’utiliser l’entrepôtet de le mettre en valeur pour la suite. Ce dernier permet en effet d’agrandir la cour tout enprotégeant les gens de la pluie ou de la neige. Ce peut être un lieu de rendez-vous à valoriserentre les associations de Saint-Claude et les habitants. Un réaménagement est à prévoir pourdégager de l’espace et rendre ce lieu agréable et accueillant. Cet aménagement ne nécessitecependant pas de matériel non disponible. Il suffit de quelques tables et de chaises. 65
    • 2. Hors les murs A. L’espace public De part son relief étonnant et son caractère montagnard, la ville de Saint-Claude recèle de nombreux endroits susceptibles d’être mis en scène et d’accueillir des spectacles spontanés ou organisés. Nous en avons relevé quelques-uns lors de notre visite de la ville. 1 Place du 9 avril 1944 2 Place des Carmes 3 Montée Saint-Romain 4 Place Louis XI, Marché couvert, Place de la Halle Principaux ponts Maison du peuple Zone de zoom 1 Commune de Saint-Claude 3 2 466
    • 03 les lieux de l’événement1. La place du 9 Avril 1944 1 1 Ancien immeuble d’habitation de la Maison du peuple, boulevard de la républiqueL’ampleur de cette place (jusqu’à 53 mètres delarge) qui accueille en temps normal un parkinget sur laquelle se tenait lors de notre visite unmarché, permet d’envisager l’organisation d’unemanifestation importante, du type arts vivantsnécessitant un peu de matériel, concert, cinéma en plein air....En plus de sa taille intéressante, cette place bénéficie d’une situation stratégique. Elledonne en effet sur les deux immeubles d’habitation ayant anciennement appartenuà la Fraternelle, sur le musée de la pipe et du diamant, sur l’office d tourisme et sur le conservatoire de musique municipal. Le passage y est important. 67
    • 2. Place des Carmes La place des Carmes, qui abrite la Chapelle Expiatoire des Carmes, se compose d’une esplanade en béton et d’une descente en escalier vers la rue de Bonneville. Elle est bordée par une école. Il est possible d’y organiser des spectacles d’art vivant, de musique, voir un banquet collectif. Cette place est en effet intéressante de par sa proximité de la Maison du peuple.68
    • 03 les LIEUX DE L’éVéNEMENT 3. Montée Saint-Romain Les escaliers qui montent depuis la rue du marché peuvent être considérés comme des gradins vis à vis du trottoir élargi à cet endroit (là où se trouve la voiture sur la photographie). De petites animations peuvent ainsi être envisagées ici. De plus, ce lieu de passage entre la place de l’abbaye, le marché couvert et la place du 9 avril 1944, peut aussi être mis à profit pour effectuer une publicité créative. 4. Marché couvert, Place Louis XI, Place de la HalleCe lieu est particulièrement intéressant pour la création d’un spectacle ou d’une animationdans la mesure où il présente des espaces fermés et ouverts dans un cadre magnifique. Ilest de plus situé à proximité de l’abbaye et du musée de l’abbaye, ainsi que de l’expositionrésistance et déport ation.Ce lieu est également très pratiqué par les habitants de Saint-Claude, notamment lesamedi matin lors du marché. Il est original, et pourrait faire l’objet d’une création artistiquetransversale, ou de l’organisation d’un banquet. 69
    • Passages piétons ou semi-piétons Rue Mercière Rue des écoles Tous les passages piétons ou semi-piétons de Saint-Claude peuvent être l’espace de déambulations artistiques et festives. L’occasion aussi de communiquer avec les gens sur l’événement Les lieux recensés ici sont concentrés dans le centre ville de Saint-Claude car lors de notre visite de la ville, nous n’avons pas eu le temps de nous rendre au delà. Il est souhaitable d’étendre cette liste aux autres quartiers de la ville et notamment aux quartiers populaires. B. Les espaces culturels, institutions municipales et infrastructures sportives Nous l’avons vu dans l’état des lieux, la ville de Saint-Claude dispose d’un certain nombre d’espaces capables d’accueillir des manifestations diverses. Un des enjeux de la gestion du centenaire de la Maison du peuple et de son avenir sera le montage de projets avec ces lieux hors les murs disposant de moyens dans des domaines spécifiques en rapport avec les activités de la fraternelle (musique, arts-plastiques, arts vivants...).70
    • 03 les LIEUX DEL’éVéNEMENT 71
    • 04 le budget de l’événementLe financement de l’événement est une dimension à prendre en compte lors de l’élaborationd’un événement tel que le centenaire de la Maison du peuple de Saint-Claude.Les propositions faites nécessitent peu de frais supplémentaires par rapport à la programmationactuelle de la fraternelle. Un budget est tout de même à réaliser.En l’état de nos connaissances, nous ne pouvons vous proposer un chiffrage de nospropositions.Néanmoins, nous tenons quand même à vous mettre en garde sur cette problématique.Des demandes de subventions supplémentaires pour cet événement sont à prévoir avec lespartenaires financiers existants. Les nouveaux acteurs et partenaires de la programmationpourront amener de nouvelles sources de financement qu’il faudra également prendre encompte. 73
    • 74
    • le planning prévisionnel 05 de l’événementLa temporalité de l’événement est à considérer dès aujourd’hui. En effet, le centenaire de laMaison du peuple s’annonce comme une fête de grande ampleur mobilisant un grand nombred’acteurs dans de nombreux lieux. L’organisation de cet événement requiert de plus en amontde la création artistique, la mise en place de partenariats avec l’éducation nationale et lesassociations sanclaudiennes, des recherches historiques... (nous l’avons évoqué plus haut). Lamise en place de ces partenariats peut prendre du temps, chaque acteur évoluant avec unetemporalité propre et une organisation particulière.Les demandes de subventions exceptionnelles qui pourront être effectuées pour l’événement,demandent également du temps.Ce planning prévisionnel présente donc les principales tâches (durée et succession) à effectuerpour mener à bien dans le temps imparti, les activités proposées dans le cadre de cetteétude.Les durées proposées sont indicatives car nous n’avions pas tous les éléments nécessaires ennotre possession pour établir un planning prévisionnel. Cependant, celui-ci donne une bonneindication de la temporalité globale des événements et des tâches à accomplir.Les présentes propositions sont à développer et à mettre au point avec les différents partenaireset intervenants envisagés. 75
    • Malgré un manque de temps et de moyen dû notamment à la distance séparant notre lieu d’études de Saint-Claude, qui ne nous a pas permis de nous imprégner autant que désiré de l’atmosphère de la Maison du Peuple, de rencontrer les gens qui participent à l’organisation des activités quotidiennes de la fraternelle…, nous avons réussi à proposer des éléments de programmation pour les 100 ans de la Maison du peuple de Saint-Claude. Ces propositions font suite à une analyse du contexte sur place et aux travers de recherches qui nous ont permis de comprendre les liens existants entre les différents acteurs, l’histoire du lieu, son fonctionnement et son rayonnement à travers la ville de Saint-Claude. Cette programmation nous semble avoir du sens par rapport aux particularités de la fraternelle et de la Maison du peuple qui font de Maison du peuple de Saint-Claude l’exception. Plusieurs aspects nous semblent importants à développer pour le centenaire de la Maison du peuple : Dans un premier temps, nous avons souhaité que cet événement soit collectif, que tous les sancllaudiens puissent être investis dans sa réalisation. En effet, l’histoire de la Maison du peuple est étroitement liée aux bénévoles et aux sanclaudiens des deux fraternelles, et prend racine dans la culture coopérative. Depuis sa création, toutes les activités de la Maison du peuple tournent autour des personnes et de leur émancipation. Son rôle social est donc prédominant. Nous avons donc souhaité que le centenaire de la Maison du peuple soit l’occasion d’ouvrir encore plus cette structure à la population sanclaudienne. Nous avons également envisagé un développement des activités de la fraternelle dans la ville de Saint-Claude pour les mêmes raisons. En ce moment, les activités de la fraternelle sont en effet toutes regroupées au sein de la Maison du peuple. Or, dans son histoire, son développement géographique a été important avec l’ouverture de succursales à différents endroits de la région Franche-Comté. La Maison du peuple a également fortement influencé l’essor de Saint-Claude. Il nous semblait donc évident que la commémoration de ce lieu se devait de s’étendre à la ville de Saint-Claude. Un autre de nos partis pris pour la réalisation de cette programmation a été d’introduire pour l’événement une dimension nouvelle aux activités de la fraternelle. En effet, nous souhaitons que le centenaire de la Maison du peuple soit un tournant dans le fonctionnement et les préoccupations de l’association. Il nous semble indispensable qu’une réflexion débute sur son devenir. Car ce futur ne peut se construire que par rapport à son passé et son présent. Une recherche sur l’utopie moderne est donc à débuter à cette occasion afin donner un nouveau souffle à la fraternelle. Si nous voulons que la pérennité de la Maison du peuple continue à rester une des principales caractéristiques, une véritable réflexion est à mener sur son avenir. Nous avons donc souhaité que le centenaire de la Maison du peuple soit l’origine de cette réflexion collective.76
    • conclusionNous n’avons pas voulu proposer une programmation exacte et exhaustive de l’événement.Celle-ci doit se faire avec l’ensemble des intervenants de la fraternelle afin que chacun puisse sesentir impliqué. Notre première volonté qui est de faire de cet événement, une fête collective nepeut se réaliser que si sa programmation reflète les attentes et les envies de chaque bénévole.Néanmoins, nous avons pu constater en réalisant le calendrier prévisionnel des propositionsétablies que cette réflexion devait être menée dès maintenant. Il va en effet falloir rapidementcommencer à mettre en place certaines activités et cela ne peut s’effectuer que si l’ensemblede la programmation a été validée par tout le monde.Selon nous, c’est en suivant ces lignes de conduite, que le centenaire de la Maison du peuplesera une réussite et reflétera un passé, un présent et un futur capables de transformer l’utopieen réalité. 77
    • SEPTEMBRE 2010 OCTOBRE 2010 NOVEMBRE 2010 DECEMBRE 2010 BAL POPULAIRE CHASSE AU TRÉSOR SOIRÉE " AUX ORIGINES DU LIVRE DE RÉFLEXIONS SUR 12 13 19 JAZZ " 11 LUTOPIE MODERNEActeurs : section Musique de la fraternelle, Acteurs : Mairie de Saint-Claude, patrimoine Acteurs : sections Café et Musique de la Acteurs : lycéens de Saint-Claude, section Artsassociations "Saint-Claude au fil du temps", religieux, édifices publics, musées fraternelle, Ecole de Musique de Saint-Claude, Plastiques de la fraternelle et librairies"Batterie-fanfare" et "Musique pour tous", Mairie Lieux : ensemble de la ville de Saint-Claude lassociation "Musique pour tous" Lieux : lycées, atelier darts plastiques de lade Saint-Claude Lieux : Café de la Maison du peuple Maison du peuple et libriairiesLieux : cour ou entrepôt de la Maison du peuple REPAS INSOLENT 15 FÊTE DES ASSOCIATIONS COLLOQUE INTERNATIONAL Acteurs : section Café de la fraternelle 20-21 11-12 Lieux : café, cour ou entrepôt de la Maison du peuple Acteurs : lensemble des associations de Saint-Claude SKETCHS DE MOMENTS DE Lieux : lentrepôt de la Maison du peuple JEUX TRADITIONNELS 17 VIE A LA MAISON DU PEUPLE 16 Acteurs : sections Conte/Théâtre et Café de la SOIRÉES SLAM fraternelle et groupes scolaires de Saint-Claude Acteurs : associations sportives et Mairie de Lieux : Théâtre de la Maison du peuple Saint-Claude 22-26 Lieux : place des Carmes ou place du 9 Avril 1944 ou place Louis Louis XI Acteurs : groupes scolaires de Saint-Claude, les foyers socio-éducatifs CES Rosset et lycée Pré Saint-Sauveur Lieux : Café de la Maison du peuple, écoles, salles publiques de différents quartiers REPAS POPULAIRES 03 07 05 Acteurs : les associations " des portugais ", " des réfugiés laotiens du Jura ", "franco-italienne esperia ", " franco-maghrebine de Saint-Claude " Lieux : Café, cour ou entrepôt de la Maison du peuple PIECE DE THEATRE "LA 11 16 20 05 CATHEDRALE ROUGE"Acteurs : la section Conte / Théâtre de la fraternelleLieux : théâtre de la Maison du peuple, salle des fêtes de Saint-Claude, bibliothèque municipale, quartiers populaires PIECE DE THEATRE SUR 18 23 06 11 LUTOPIE MODERNEActeurs : la section Conte / Théâtre de la fraternelleVisite :contée de la Maison du peuple, salle des fêtes de Saint-Claude, bibliothèque municipale, quartiers populairesLieux théâtre de la ville de Saint-Claude PROGRAMMATION DE FILMS DE 1910, SUR LHISTOIRE DE LUTTES OUVRIERES, DE REFLEXIONS SUR LA SOCIETE CONTEMPORAINE ARTOTHÈQUE AU CAVEAU DES ARTISTES CRÉATIONS DAFFICHES SUR LUTOPIE MODERNE ET MUR DE RÉFLEXIONS
    • conclusion PROPOSITION DE PROGRAMMATION DU CENTENAIRE DE LA MAISON DU PEUPLE DE SAINT-CLAUDELégende : Education populaire et mission sociale Création, diffusion, sport Utopie moderne Valorisation du patrimoine 79
    • 03 03Bibliographie
    • Ouvrage MARIO SCASCIGHINI. La Maison du peuple. Le temps d’un édifice de classe, Presses polytechniques et universitaires romandes, Lausanne, 1991. ALAIN MELO. Une maison pour le peuple à Saint-Claude (Jura), 1880-1940. Exposition, Maison du Peuple, Saint-Claude, 1er juillet-30 septembre 1995. Editions La Fraternelle, Saint-Claude, 1995. 109 p. RAPPORT la fraternelle. D’Jazz au bistro fête ses 20 ans – semestre Janvier – Juin – Saison 2007 – 2008. LA FRATERNELLE. Projet colloque international Maison du peuple (2010) Centenaire. LA FRATERNELLE. Projet de sommaire pour un livre «  Archéologie d’un rêve ou l’aventure fraternelle. LA FRATERNELLE. Mémoire coopérative et mutualiste, journée du 29 Novembre 2008, Présentation de la journée, CRESS. 2008. LA FRATERNELLE. Lettre d’information du service éducatif n°4. Mai 2008. LA FRATERNELLE. Maison du peuple, activité de l’association, Bilan 2008, projets 2009. 2008. LA FRATERNELLE. Statuts de l’association la fraternelle. 16 Juin 2007. LA FRATERNELLE. Maison du peuple, présentation générale. Sections et historique. Saint-Claude. 2008. LA FRATERNELLE. Document de présentation. Septembre 2008. Réhabilitation de la Maison du peuple à l’occasion des 100 ans du bâtiment (1910-2010). Maison du peuple de Saint-Claude. Août 2008 LA FRATERNELLE. Livret d’accueil à l’usage des musiciens professionnels et amateurs, utilisateurs de la salle du café. Présentation, fonctionnement et cahier des charges. Maison du peuple de Saint-Claude.2008. LA FRATERNELLE. La diffusion et la formation musicale à la fraternelle. Livret d’accueil à l’usage des artistes utilisateurs de la salle du café. D’Jazz au Bistro. Concerts Fra’Cafés. Scènes ouvertes. Maison du peuple de Saint-Claude.82
    • PROSPECTUSLA FRATERNELLE. Saint-Claude Maison du peuple. Rendez-vous Novembre 2008. La fraternelle.Saint-Claude. Novembre 2008.LA FRATERNELLE. Cinéma Maison du peuple, programme du 29/10 au 4/11 et du 5/11 au 11/11.Saint-Claude. 2008LA FRATERNELLE. Cinéma Maison du peuple, programme du 12/11 au 18/11 et du 19/11 au25/11. Saint-Claude. 2008LA FRATERNELLE. Programme. Théâtre Saison 2008. Maison du peuple de Saint Claude.LA FRATERNELLE. Programme. D’Jazz au bistro Semestre Octobre à Décembre 2008. Saison 2008– 2009.SERVICE CULTUREL MUNICIPAL DE LA VILLE DE SAINT-CLAUDE. Saison culturelle 2007/2008 de laville de Saint-Claude. 2007.SERVICE CULTUREL MUNICIPAL DE LA VILLE DE SAINT-CLAUDE. Saison culturelle 2008/2009 de laville de Saint-Claude. 2008.OFFICE DU TOURISME HAUT-JURA. Circuit découverte de la ville de Saint-Claude. Saint-Claude.2008OFFICE DU TOURISME HAUT-JURA. Saint-Claude et les balcons du Val de Bienne. Saint-Claude.LA MAISON DES ASSOCIATIONS DE SAINT-CLAUDE. La Maison des Associations de Saint-ClaudeAgenda Décembre 2008. Saint-Claude. 2008LA MAISON DES ASSOCIATIONS DE SAINT-CLAUDE. Le guide des associations. Saint-Claude.2008LA MAISON DES ASSOCIATIONS DE SAINT-CLAUDE. Guide es activités sportives et culturelles.Saint-Claude. 2008 – 2009.PARC NATUREL REGIONAL DU HAUT-JURA. La Route des savoir-faire du Haut-Jura. Artisans,producteurs agro-alimentaires, artistes – Musées et maisons thématiques. 2008 – 2009. 2008.PARC NATUREL REGIONAL DU HAUT-JURA. Haut-Jura. Accueils touristiques, produits artisanaux etsavoir-faire du Parc naturel régional. 2008OFFICE DU TOURISME DU HAUT-JURA. Ligne des Hirondelles. Découverte ferroviaire Dole / St-Claude. Eté 2008. 83
    • CONSERVATOIRE DEPARTEMENTALE D’HISTOIRE NATURELLE – ARCHEOLOGIE – ETHNOLOGIE. 2008. Musées – Lieux d’artisanat et d’industrie. 2008. LA FRATERNELLE. Journée d’étude, de rencontre et d’échange autour de la «  Mémoire coopérative et mutualiste ». le samedi 29 Novembre 2008 de 9h à 16h à la Maison du peuple. Maison du peuple de Saint-Claude. 2008. LA FRATERNELLE. Archives de la Maison du Peuple. Un siècle d’histoire ouvrière. Accessible à tous. MUSEES DES TECHNIQUES ET CULTURES COMTOISES. 2008. Guide découverte. Animations et expositions. 11 sites d’exception du patrimoine industriel en Franche-Comté. 2008. CPIE DU HAUT-JURA. Les Animations Patrimoine du CPIE du Haut-Jura. Année 2008. 2008. MUSEE DE L’ABBAYE. Musée de l’Abbaye. Donations Guy Bardone René Genis. 2008. CONFRERIE DES MAITRES PIPIERS. Exposition Pipes Tabatières Diamants Pierres précieuses Pierres de synthèse. Saint-Claude. REVUE VERRIERES. Rencontres littéraires itinérantes en Franche-Comté. Les Petites Fugues. 2008. A contretemps. Du 13 au 30 novembre 2008. 2008 FESTIVAL JAZZ EN SCENES. Festival Jazz en scènes. 11-14 Décembre 2008. DIVERS OFFICE DU TOURISME DU HAUT-JURA. Plan officiel 2007 de la ville de Saint-Claude. 2007 LA FRATERNELLE. Plan par étage de la Maison du peuple. Saint-Claude. 20 Septembre 2006. OFFICE DU TOURISME HAUT-JURA. Statistiques – Offices de tourisme et syndicats d’initiatives du Jura – Année 2007. Saint-Claude. 2008 SITE INTERNET MINISTERE DE LA CULTURE. La Fraternelle et la maison du peuple, Saint-Claude (Jura). Disponible sur : http://www.culture.gouv.fr/documentation/memoire/VISITES/fraternelle/lieu_frameset.htm (2008) MINISTERE DE LA CULTURE. Service Régional de l’Inventaire de Franche-Comté. Disponible sur  : http://www.culture.gouv.fr/documentation/memoire/HTML/IVR43/IA39000416/INDEX.HTM (2008)84
    • Calenda - Ledoux, l’utopie, la ville. Disponible sur : http://calenda.revues.org/nouvelle6197.html(2008)HAUT-JURA SAINT-CLAUDE OFFICE DE TOURISME. Haut-Jura Saint-Claude Office de tourisme.Disponible sur : http://www.tourisme.fr/office-de-tourisme/saint-claude.htm (2008)VILLE DE SAINT-CLAUDE. Site officiel de la Ville de Saint-Claude - Capitale du Haut-Jura. Disponiblesur : http://www.saint-claude.fr/ (2008)Observatoire Régional du Tourisme de Franche-Comté. Observatoire Régional duTourisme de Franche-Comté. Disponible sur  : http://observatoire.franche-comte.org/editions/bilan_region/region_memento.asp (2008)LA FRATERNELLE. Accueil. Maison du peuple. Assoc. La fraternelle. Disponible sur  : http://maisondupeuple.fr/ (2008)CITE DU LIVRE DE SAINT-CLAUDE. Une cité du livre à Saint-Claude.Disponible sur : http://www.jh-conseil.com/A_scclivre_presentation/b_SCClivre05.htm (2008)La Fraternelle. Disponible sur  : http://edu.saline.free.fr/01-cites/1-thema/02-fraternelle.html(2008)JURABUS.JURABUS dans le département. Disponible sur: http://www.jurabus.com/ (2008)CRESS DE FRANCHE-COMTE. Ensemble pour une économie au service de l’homme. Disponiblesur :<http://www.cress-fc.org/> (2008)ArticlesLe Courrier. Quotidien suisse indépendant. La Maison du peuple réalise un siècle d’utopieouvrière. Disponible sur : http://www.lecourrier.ch/index.php?name=NewsPaper&file=article&sid=38026 (2008)Ecole de Saint-Claude par Michel Dreyfus, historien - issu de L’économie sociale de A à Z n°022Janvier 2006. Disponible sur  : http://www.alternatives-economiques.fr/ecole-de-saint-claude_fr_art_223_31202.html (2008)L’événement syndical. La fraternelle, histoire d’une utopie. L’ES. Septembre 2006. Disponiblesur : http://evenement.ch/include/mod.print.php?aid=10 (2008)DOMAINE PUBLIC. Maisons du peuple, les édifices de classes partent à la casse. Disponible sur :http://www.domainepublic.ch/files/articles/html/8238.shtm (2008) 85
    • 04 04Annexes
    • Extraits du site web www.repas-insolent.org: 1. Historique du «Repas insolent» 2004 : Le « Repas Insolent » est une animation créée en 2004 par l’association étudiante « Insolens » (Initiatives et Solidarité Étudiants Nord-Sud) de l’Institut d’Études Politiques de Paris, association aujourd’hui en sommeil (et anciennement membre du réseau SENS coordonné par Starting- Block). Sous cette appellation, l’animation « Repas Insolent » s’inscrit donc désormais dans le cadre du programme SENS (« SENsibiliser-ENSem­ le ») de l’association Starting-Block et est gérée b par un comité de pilotage composé de bénévoles d’associations membres du réseau SENS. 2006 : L’animation se déroule, dans un premier temps, principalement en région Ile-de-France puis, à partir de 2006, la diffusion de l’animation s’organise au sein du réseau national de Starting-Block, notamment à Lyon, Lille, Grenoble, Caen et Angers. Des sessions de formations sont organisés lors des week-ends de formation de starting-block. 2007 : L’animation est allée jusqu’à traverser les frontières vers le Danemark, où plus de 2000 jeunes ont été sensibilisés par le « Development Éducation Center » ! 2008 : Le livret de l’animateur du repas insolent est professionalisé et des kits peuvent être empruntés pour effectuer son repas. C’est aussi durant cette année qu’une première journée de formation spécifique au repas à lieu. 2. Objectifs • Faire prendre conscience aux participants des inégalités à l’échelle mondiale, • Les inciter à s’interroger sur l’organisation actuelle des grandes instances économiques internationales (entreprises, États et institutions) • Les orienter vers des actions citoyennes pour faire reculer ces inégalités. 3. Pédagogiquement parlant Cette animation vise donc à ce que les participants soient capables : • De réfléchir à partir de données avérées sur les inégalités à l’échelle mondiale • D’en débattre et donc de développer un regard critique sur l’organisation actuelle des relations internationales. 4. Du concret88
    • 01 organisation d’un repas insolent • L’animation est prévue pour 20 à 30 personnes et dure 2 à 3 heures (plus 2 heures de préparation) • De part la complexité des thématiques abordées, l’âge minimum pour participer et apprécier l’animation est de 15 ans. • Trois animateurs sont nécessaires • Une formation est nécessaire pour animer le Repas Insolent (prendre contact avec des associations telles que Ingénieurs sans frontière et Starting-Block et les associations membres du réseau SENS qui organisent régulièrement des repas insolents). Des livrets et des kits de repas insolents sont mis à disposition par repas-insolent.org (voir leur site internet).Extrait de la fiche d’expérience en éducation au développement et à la solidarité internationalepar l’ Association Starting-Block d’un repas insolent :(L’ Association Starting-Block organise des formation pour animer les repas insolent (voir sur leursite internet : http://www.starting-block.org)5. Déroulement de l’actionConseil : Avant le repas, il est important de rester «secret» sur le fonctionnement du jeu, dedévoiler le moins possible d’éléments… A. RésuméPlusieurs animations et activités sont organisées au cours d’un repas pour sensibiliser les convivesà certains thèmes liés au développement et à la solidarité internationale. Les organisateurspeuvent laisser libre cours à leur imagination pour ce qui concerne les activités et les thèmessouhaités. Voici une version possible du repas, dont chacun peut s’inspirer en le modifiantcomme bon lui semble, en ajoutant ou enlevant des éléments. On peut imaginer toutes sortesde cas de figure pour faire ressortir un thème ou un autre... B. PréparationPréparation et décoration dans la salle de 5 tables selon 5 zones géographiques, préparationdu repas (froid, de préférence, plus facile à gérer, moins de problèmes logistiques)Le mieux est de disposer de 2 salles (une cuisine et une grande salle de réunion) C. Déroulement1. Accueil du public2. On demande aux convives de se séparer en cinq groupes, représentant 5 «zonesgéographiques» (Afrique, Amérique latine - Caraïbes, Pays industrialises, Asie, Monde arabo- 89
    • musulman) dans les mêmes proportions que la population mondiale; puis correction des animateurs. 3. Entrée dans la salle du repas, où les tables ont été préparées et décorées, en fonction du nombre de personnes à chaque table. 4. On demande aux participants de répartir les assiettes (vides) en fonction de la richesse par continent, puis correction ; répartition des verres (vides) en proportion de la consommation d’eau, puis correction. 5. On apportera ensuite de la nourriture aux zones géographiques en fonction des productions locales (ex : riz et thé en Asie, énergie (symbolisé par des bougies) au Monde Arabo-musulman, viande et fruits en Amérique Latine, fruits, café, chocolat en Afrique, produits industriels dans les pays industrialisés : boissons, sauces, yaourts, fromages, bonbons…). C’est une possibilité, il y en a beaucoup d’autres (en fonction de la production mondiale…) L’idée ici est qu’ils auront nécessairement besoin des produits d’autres tables pour avoir un repas complet. 6. Commerce (échanges / troc) de produits entre les tables On donne aux tables la permission de faire un commerce : nourriture contre couverts pour les uns, couverts contre nourriture pour les autres, viande contre céréales, etc. A eux de s’organiser pour qu’ils puissent bien manger. (NB si on le souhaite, on aura pu ajouter des biens échangeables supplémentaires - chaises, lumière, mots de passe à donner pour recevoir la nourriture (= éducation ?) etc - et les faire représenter quelque chose d’autre. On se rendra vite compte que les africains ont beaucoup de mal et sont dépendants de la bonne volonté des autres s’ils veulent manger... 7. Divers événements peuvent se produire au cours du repas (avec des règles précises) : • Election ou désignation (si régimes peu démocratiques) d’un chef politique par zone géographique • Assurance facultative contre les catastrophes naturelles par continent, puis catastrophes naturelles possibles (tremblements de terre, inondations, tsunami…) • On peut donner la possibilité aux tables de s’assurer contre les catastrophes naturelles, par exemple, en rendant aux organisateurs une partie de ses boissons si on en a trop pour sa table. Un peu plus tard, on crée une catastrophe naturelle et on enlève toute la nourriture des tables qui ne se sont pas assurées. Celles qui peuvent se racheter leur nourriture des organisateurs le font, les autres sont dépendantes de la solidarité des autres tables (aide alimentaire !) • Flux de migration des populations (au choix de chaque zone géographique) vers les pays riches, qui peuvent fermer leurs frontières, les laisser ouvertes, ou contrôler l’immigration. • On peut donner l’autorisation aux tables de migrer. Mais les tables plus riches peuvent s’acheter l’aide des organisateurs pour défendre l’accès à leur table sauf à ceux à qui ils auront donné l’autorisation. • Pollutions sonores-visuelles en fonction de la production industrielle de la zone On peut imaginer l’échange de «permis de polluer» comme prévu par l’accord de Kyoto.90
    • organisation d’un 01 repas insolentDans ce cas, les Européens et les Américains, qui polluent beaucoup, n’auraient pas le droitde manger avant d’avoir payé (en couverts, boissons, nourriture...) les moins polluants pourune partie de leurs permis de polluer. Mais on pourrait faire en sorte que, si les plus pauvresdemandent un prix trop élevé, les Américains puissent à la place payer les organisateurs pourleur donner leur nourriture quand même. D. Démarche pédagogique : le public est acteur du jeu E. Outils utilisés et/ou réalisés • 1_ Les données chiffrées du « jeu des chaises » (répartition géographique de la population, des richesses et de la consommation d’eau) • 2 _ Produits alimentaires pour une trentaine de personnes • 3_ Assiettes, verres, couverts, nappes, poste radio et CD, tissus pour décorer, panneaux indiquant les zones géographiques… F. Moyens humains et financiers • 2 animateurs (ayant quelques connaissances sur les thèmes abordés – économie, relations internationales, environnement…). • 3 personnes pour la logistique (nourriture) et la communication (affiches, préventes…). • Chaque participant a payé son repas 5 euros. G. Mots clefsAlter-mondialisation.Repas ludiqueRepas alternatifInégalités Nord SudMise en situationRépartitions de la richesse, des ressources naturelles, de la population mondialeeu des chaisesAnimation gustative 91
    • 92
    • 02Programme 2008 du festival de la soupe à FLORAC 93
    • Disponible sur : http://www.mescevennes.com/sortir/festival-soupe/index.php94
    • 02Programme 2008 du festival de la soupe à FLORAC 95
    • 96
    • 03Programme du centenaire de la Maison du peuple de Mafffle 97