L'impact d'Internet sur l'économie de la presse
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Like this? Share it with your network

Share

L'impact d'Internet sur l'économie de la presse

  • 7,819 views
Uploaded on

Support de présentation - Anciens ESCP (23 oct. 2007) - L'impact d'Internet sur l'économie de la presse : quel chemin vers la profitabilité ?

Support de présentation - Anciens ESCP (23 oct. 2007) - L'impact d'Internet sur l'économie de la presse : quel chemin vers la profitabilité ?

  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Be the first to comment
No Downloads

Views

Total Views
7,819
On Slideshare
7,119
From Embeds
700
Number of Embeds
12

Actions

Shares
Downloads
181
Comments
0
Likes
5

Embeds 700

http://danielleattias.typepad.com 450
http://amiel.typepad.com 158
http://escp-eap-media.blogspot.com 46
http://www.netvibes.com 23
http://www.slideshare.net 12
http://www.danielleattias.typepad.com 4
http://204.nvmodules2.netvibes.com 2
file:// 1
http://209.85.135.104 1
http://feeds.feedburner.com 1
http://209.85.165.104 1
http://www.slideee.com 1

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
    No notes for slide

Transcript

  • 1. L’impact d’Internet sur l’économie de la presse : quel chemin vers la profitabilité ? Danielle ATTIAS Greenwich Consulting AAESCP-EAP - Groupe Communication & Médias 23 octobre 2007 A A E S C P -E A P 1 25/10/07
  • 2. Ce qu’évoque l’industrie de la presse ces dernières années A A E S C P -E A P 2 25/10/07
  • 3. Pourtant l’effervescence créative est réelle sur Internet pour réinventer les modes de consommation de l’information A A E S C P -E A P 3 25/10/07
  • 4. Les hésitations des acteurs de la presse quant à leur modèle économique renforcent le sentiment d’une industrie sans boussole • Dès leur lancement au milieu des années 1990, la plupart des titres d’informations générales optent pour la gratuité (NY Times, Libération, Le Monde, The Guardian, etc.) ; a contrario, les grands titres de la presse économique adoptent un modèle entièrement payant (WSJ, Les Echos, FT) • En 2002, Le Monde lance une zone payante dédiée à ses abonnés (papier et web) en leur offrant des informations exclusives ; en Espagne, El Pais devient 100% payant en ligne • En 2003, The Irish Times décide de repasser au tout payant et perd 95% de son audience • En 2005, le NY Times lance Time Select, une zone payante dédiée à ses abonnés (papier et web) leur donnant accès aux éditoriaux du journal ; Le Parisien devient entièrement payant sur Internet • En 2006, El Pais redevient gratuit sur Internet • En 2007, FT choisit de rendre ses contenus gratuits à hauteur d’un forfait de 30 consultations ; le WSJ, désormais entre les mains de R. Murdoch, réfléchit à un passage vers le gratuit ; Time Select, la zone payante du NY Times, est abandonné et redevient gratuit ; Le Parisien adopte un modèle mixte, majoritairement gratuit…  La tarification des lecteurs seule n’est pas une catégorie suffisante pour comprendre les logiques stratégiques des acteurs de la presse sur Internet A A E S C P -E A P 4 25/10/07
  • 5. L’objectif de ma recherche était de déterminer les leviers que pouvaient utiliser la presse pour retrouver le chemin d’une croissance rentable Dresser une typologie des acteurs de la presse en ligne via une analyse de leurs modes de production 1e étape et de distribution de l’information (structures organisationnelles) Questionner l’efficacité de ces choix 2 étape organisationnels, en fonction de leurs résultats en e termes d’audience et de stickiness des lecteurs Mettre en valeur les risques d’une course à l’audience de certains éditeurs et le levier lié au 3e étape binôme qualité éditoriale – prix de la publicité A A E S C P -E A P 5 25/10/07
  • 6. Concernant la problématique du faire ou du faire faire, les acteurs de la presse se dégagent de nombreuses contraintes industrielles sur Internet Presse en ligne Presse traditionnelle • Spécificités de site : • Actifs de marque : proximité entre sites de renommée du média, label Actifs structurant production et de distribution de qualité les choix • Spécificités physiques : • Actifs d’investissement : d’intégration ou investissements capacités de production de d’externalisation technologiques entre contenus de la production • Faible incertitude producteurs et distributeurs et de la • Actifs d’investissement : • Très forte fréquence des capacités de production transactions distribution de • Forte incertitude contenus • Forte fréquence des d’information transactions • Organisation industrielle • Multiplication des formes verticale, fondée sur les d’organisation, faibles Schémas économies d’échelle coûts de coordination organisationnels A A E S C P -E A P 6 25/10/07
  • 7. Quatre grandes formes organisationnelles de sites de presse cohabitent sur Internet Les « Généralistes de qualité » Les « Grands spécialistes » 1 2 • Intégration partielle • Distribution duale −Production en propre, enrichie de −Production en propre et distribution contenus de tiers, distribués sur le de contenus sur divers supports site de l’éditeur seul −Fortes capacités de production −Fortes capacités de production −Faibles actifs de marque en ligne −Forts actifs de marque en ligne • Modèle de financement publicitaire et • Modèles de financement divers ; d’optimisation du référencement souci de protection de la marque Les « Editeurs de niche » Les « Agrégateurs » 3 4 • Intégration verticale (par défaut) • Externalisation de la production −Production et distribution de −Distribution de contenus produits contenus en propre par des tiers −Faibles capacités de production −Faibles capacités de production −Faibles actifs de marque en ligne −Forts actifs de marque en ligne • Modèles gratuits ou inexistants • Modèle de partenariat « visibilité (vitrines) ; faible rayonnement contre contenus » ou achat de contenus ; financement publicitaire A A E S C P -E A P 7 25/10/07
  • 8. Ces catégories d’acteurs ont des résultats contrastés en termes d’audience • Très fortes audiences 1 • Forte attention (temps passé par les utilisateurs) Les « Grands • Contenus spécialisés, originaux, mis à jour très régulièrement spécialistes » • Développement d’un savoir-faire propre à Internet (visibilité en ligne) • Fortes audiences 2 • Attention moyenne Les « Généralistes • Contenus généralistes, protection de la marque (modèles ! de qualité » mixtes ou payants dans cette catégorie) • Stratégie tournée vers l’audience, plus que d’attention • Très fortes audiences 3 • Forte attention Les « Agrégateurs » • Grande diversité des contenus, mis à jour très régulièrement, propice à une lecture récurrente et diversifiée à chaque visite • Faibles audiences 4 • Faible attention Les « Editeurs de niche » • Pauvreté des moyens pour développer des contenus attractifs et travailler sur la rétention des lecteurs A A E S C P -E A P 8 25/10/07
  • 9. Une stratégie centrée sur l’acquisition d’une audience de masse peut être pénalisante pour certains éditeurs A A E S C P -E A P 9 25/10/07
  • 10. Une stratégie centrée sur l’acquisition d’une audience de masse peut être pénalisante pour certains éditeurs  Une stratégie d’audience qui peut être pénalisante pour certains sites – Situation de concurrence entre 2 sites de presse – Différenciation par le volume (nombre de visiteurs uniques) – Modélisation des stratégies optimales des annonceurs – Résultat : le site qui dispose de la plus petite audience est exclu du marché publicitaire s’il ne se valorise que par son volume de visiteurs  Les éditeurs de presse sur Internet ont un intérêt économique à privilégier une stratégie de différenciation en qualité sur les deux faces de leur marché : – Vis-à-vis de leurs lecteurs, en proposant des contenus originaux adaptés à Internet (fidélisation) – Vis-à-vis des annonceurs, en mettant en avant la spécificité de leur audience (qualification) pour pratiquer des tarifs publicitaires plus élevés (ciblage plus fin) et restaurer la profitabilité de leurs activités en ligne A A E S C P -E A P 10 25/10/07
  • 11. Merci pour votre attention. A A E S C P -E A P 11 25/10/07