• Like
Introduction à Hibernate p.1
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Introduction à Hibernate p.1

  • 150 views
Uploaded on

Introduction à Hibernate

Introduction à Hibernate

More in: Technology
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Be the first to comment
    Be the first to like this
No Downloads

Views

Total Views
150
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
1

Actions

Shares
Downloads
11
Comments
0
Likes
0

Embeds 0

No embeds

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
    No notes for slide

Transcript

  • 1. « Spread Information Technology » Athman Hajhamou Club Informatique-FSDM
  • 2. Sommaire I. Modèle MVC : rappel. II. Architecture. III. Configuration. 1. Connexions JDBC. 2. Quelques propriétés de configuration optionnelles. 3. Fichier de configuration XML. IV. Classes persistantes. V. Mapping O/R basique. VI. Mapping des associations. VII. Manipulation d’objets persistants. VIII.SQL natif. IX. Requêtes par critères.
  • 3. MVC • Une architecture logicielle qui permet de séparer une application en trois parties : Le modèle contient les objets applicatifs. Les vues affiche à l’utilisateur des information sur le modèle. Le contrôleur agit sur la demande de l’utilisateur et effectue les actions nécessaire sur le modèle. Côté applicatif Côté événementiel Côté visuel
  • 4. MVC
  • 5. MVC traduits • en changement dans la vue s'ils agissent sur le côté visuel. OU • en changement dans le modèle s'ils agissent sur le contenu du modèle. Reçoit les événements de l'interface utilisateur Contrôleur
  • 6. MVC Il peut être modifié sur ordre du contrôleur Modèle Il signale à ses vues tout changement de contenu en leur envoyant un événement qui leur spécifie de se mettre à jour Mais il ignore : • comment il est affiché. • qui lui a notifié un changement d'état.
  • 7. MVC Elle se met à jour dès qu'elle reçoit un ordre de notification du contrôleur ou du modèle. Vue Quand la notification vient du modèle, elle va consulter le modèle pour se réafficher de manière adéquate.
  • 8. Intérêts de l'architecture MVC Représentation logique d'une application (modèle) Représentation visuelle qu’on en donne (vue) Actions que l ’utilisateur effectue (contrôleur) Indépendance Modularité dans la conception •vue et contrôleur peuvent être développés indépendamment du modèle (pourvu qu'une interface entre les deux soit définie). Meilleure répartition des tâches •développeurs du modèle: connaissance métier •développeurs de l ’interface : connaissance des besoins utilisateurs, souci d ’ergonomie… MVC
  • 9. Séparation claire entre les données du programme et l’interface graphique affichant ces données Possibilités de vues différentes d'un même modèle Intérêts de l'architecture MVCMVC
  • 10. HIBERNATE Constat Travailler dans les deux univers que sont l'orienté objet et la base de données relationnelle peut être lourd et consommateur en temps dans le monde de l'entreprise d'aujourd'hui. Solution Hibernate peut réduire de manière significative le temps de développement qui aurait été autrement perdu dans une manipulation manuelle des données via SQL et JDBC. Le but d'Hibernate est de libérer le développeur de 95 pour cent des tâches de programmation liées à la Persistance des données communes
  • 11. Mapping Objet/Relationnel (ORM) • Le terme mapping objet/relationnel (ORM) décrit la technique consistant à faire le lien entre la représentation objet des données et sa représentation relationnelle basée sur un schéma SQL. • Hibernate est un outil de mapping objet/relationnel pour le monde Java. Non seulement, il s'occupe du transfert des classes Java dans les tables de la base de données (et des types de données Java dans les types de données SQL), mais il permet de requêter les données et propose des moyens de les récupérer.
  • 12. Première application • Vous pouvez voir que cette classe utilise les conventions de nommage standard JavaBean pour les méthodes getter/setter des propriétés, ainsi qu'une visibilité privée pour les champs. • La propriété code contient la valeur d'un identifiant unique pour un événement particulier. Toutes les classes d'entités persistantes (ainsi que les classes dépendantes de moindre importance) auront besoin d'une telle propriété identifiante si nous voulons utiliser l'ensemble complet des fonctionnalités d'Hibernate. JavaBean (Employee)
  • 13. Première application • La méthode setter devrait être privée. Seul Hibernate assignera les identifiants lorsqu'un objet est sauvegardé. • Le constructeur sans argument est requis pour toutes les classes persistantes; Hibernate doit créer des objets pour vous en utilisant la réflexion Java. JavaBean (Employee)
  • 14. Première application • Hibernate a besoin de savoir comment charger et stocker des objets d'une classe persistante. C'est là qu'intervient le fichier de mapping Hibernate. Le fichier de mapping indique à Hibernate à quelle table dans la base de données il doit accéder, et quelles colonnes de cette table il devra utiliser. Fichier de mapping
  • 15. Première application • L'élément code est la déclaration de la propriété de l'identifiant, name="code" déclare le nom de la propriété Java- Hibernate utilisera les méthodes getter et setter pour accéder à la propriété. L'attribut column indique à Hibernate quelle colonne de la table EMPLOYEES nous utilisons pour cette clef primaire. L'élément generator imbriqué spécifie la stratégie de génération de l'identifiant ,dans ce cas nous avons utilisé increment. Fichier de mapping
  • 16. Première application Fichier de mapping
  • 17. Première application • Les types que nous déclarons et utilisons dans les fichiers de mapping ne sont pas, comme vous pourriez vous y attendre, des types de données Java. Ce ne sont pas, non plus, des types de base de données SQL. Ces types sont donc appelés des types de mapping Hibernate, des convertisseurs qui peuvent traduire des types Java en types SQL et vice versa. Fichier de mapping
  • 18. Première application • Nous avons maintenant une classe persistante et son fichier de mapping. Il est temps de configurer Hibernate. • Pour la configuration d'Hibernate, nous pouvons utiliser un simple fichier hibernate.properties, un fichier hibernate.cfg.xml légèrement plus sophistiqué, ou même une configuration complète par programmation. La plupart des utilisateurs préfèrent le fichier de configuration XML. Fichier de configuration
  • 19. Première application Fichier de configuration
  • 20. Première application • Nous configurons une SessionFactory d'Hibernate une fabrique globale responsable d'une base de données particulière. Si vous avez plusieurs base de données, utilisez plusieurs configurations <sessionfactory>, généralement dans des fichiers de configuration différents (pour un démarrage plus facile). • Les quatre premiers éléments property contiennent la configuration nécessaire pour la connexion JDBC. L'élément property du dialectes pécifie quelle variante du SQL Hibernate va générer. Fichier de configuration
  • 21. Première application • Nous devons compléter la configuration avec du code d'infrastructure. Nous devons démarrer Hibernate. Ce démarrage inclut la construction d'un objet SessionFactory global et le stocker quelque part facile d'accès dans le code de l'application. Une SessionFactory peut ouvrir des nouvelles Sessions. • La SessionFactory est un objet global instancié une seule fois. • Nous créerons une classe d'aide HibernateSessionFactory qui s'occupe du démarrage et rend la gestion des Sessions plus facile. Regardons l'implémentation: Démarrage
  • 22. Première application Démarrage
  • 23. Première application • Une Session représente une conversation entre l'application et l'entrepôt de persistance. Encapsule une connexion JDBC. Pour le moment, nous allons faire les choses simplement et assumer une granularité un-un entre une Session hibernate et une transaction à la base de données. Pour isoler notre code du système de transaction sous-jacent (dans notre cas,du pure JDBC,mais cela pourrait être JTA), nous utilisons l'API Transaction qui est disponible depuis la Session Hibernate. Charger et stocker des objets
  • 24. Première application Charger et stocker des objets la Session Hibernate devrait-elle être utilisée pour exécuter une ou plusieurs opérations en base de données ? Le scope d'une Session Hibernate est flexible mais vous ne devriez jamais concevoir votre application de manière à utiliser une nouvelle Session Hibernate pour chaque opération en base de données.
  • 25. Première application • Une Session représente une conversation entre l'application et l'entrepôt de persistance. Encapsule une connexion JDBC. Pour le moment, nous allons faire les choses simplement et assumer une granularité un-un entre une Session hibernate et une transaction à la base de données. Pour isoler notre code du système de transaction sous-jacent (dans notre cas,du pure JDBC,mais cela pourrait être JTA), nous utilisons l'API Transaction qui est disponible depuis la Session Hibernate. Charger et stocker des objets
  • 26. Classes persistantes • Les classes persistantes sont les classes d'une application qui implémentent les entités d'un problème métier (ex. Client et Commande dans une application de commerce électronique). Toutes les instances d'une classe persistante ne sont pas forcément dans l'état persistant-au lieu de cela, une instance peut être éphémère (NdT: transient) ou détachée. • Hibernate fonctionne de manière optimale lorsque ces classes suivent quelques règles simples, aussi connues comme le modèle de programmation Plain Old Java Object (POJO). Cependant, aucune de ces règles ne sont des besoins absolus.
  • 27. Classes persistantes Etats des instances Passager (transient) : l'instance n'est pas et n'a jamais été associée à un contexte de persistance. Elle ne possède pas d'identité persistante (valeur de clé primaire). Persistant: L'instance est associée au contexte de persistance. Elle possède une identité persistante (valeur de clé primaire) et, peut être un enregistrement correspondant dans la base. Pour un contexte de persistance particulier, Hibernate garantit que l'identité persistante est équivalente à l'identité Java (emplacement mémoire de l'objet) Détaché: l'instance a été associée au contexte de persistance mais ce contexte a été fermé, ou l'instance a été sérialisée vers un autre processus. Elle possède une identité persistante et peut-être un enregistrement correspondant dans la base. Pour des instances détachées, Hibernate ne donne aucune garantie sur la relation entre l'identité persistante et l'identité Java.
  • 28. Classes persistantes Règles POJO • Implémenter un constructeur sans argument. • Fournir une propriété d'indentifiant. • Déclarer les accesseurs et mutateurs des attributs persistants. • Implémenter equals() et hashCode() : il est recommandé d'implémenter equals() et hashCode() en utilisant l'égalité par clé métier.
  • 29. • La manière la plus évidente est d'implémenter equals()/hashCode() en comparant la valeur de l'identifiant des deux objets. Si cette valeur est identique, les deux doivent représenter la même ligne de base de données, ils sont donc égaux ( si les deux sont ajoutés à un Set, nous n'aurons qu'un seul élément dans le Set). Malheureusement, nous ne pouvons pas utiliser cette approche avec des identifiants générés! Hibernate n'assignera de valeur d'identifiant qu'aux objets qui sont persistants, une instance nouvellement créée n'aura donc pas de valeur d'identifiant ! Classes persistantes Règles POJO