• Share
  • Email
  • Embed
  • Like
  • Save
  • Private Content
Perspectives n°16   mai-juin 2013 - athénéa conseils
 

Perspectives n°16 mai-juin 2013 - athénéa conseils

on

  • 446 views

AU MENU DE CE NUMERO DE JUIN 2013: ...

AU MENU DE CE NUMERO DE JUIN 2013:

-L'EDITO : 24h chrono, le marketing instantané
-DOSSIER MARKETING : La stratégie du moment présent ou l'abandon du moyen et long terme
-STRATEGIES DE TERRITOIRES : Comment Laval s'est fait un nom sur la scène internationale grâce aux nouvelles technologies
-ZAPPING : Notre revue de presse, La Tribune, Les Echos, Capital, EMarketing, Le Monde, Stratégies, Challenges, LSA, CB News...
-TENDANCES MARKETING : Du Parisgo Cola, des cuillères en céréales, une cuisine verticale, des coffre-forts dans les lits...
-EVENEMENTS : Retour sur le reportage de France Ô au sujet du parcours de Steve Jobs, cofondateur emblématique d'Apple.

Téléchargez librement notre magazine (format pdf) directement sur la page d'accueil de notre site internet www.athenea.fr

Statistics

Views

Total Views
446
Views on SlideShare
446
Embed Views
0

Actions

Likes
0
Downloads
0
Comments
0

0 Embeds 0

No embeds

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    Perspectives n°16   mai-juin 2013 - athénéa conseils Perspectives n°16 mai-juin 2013 - athénéa conseils Document Transcript

    • DOSSIERMARKETINGLe marketing instantané :l’abandon des stratégies àmoyen et long terme ?PAGE 5STRATEGIES DETERRITOIRESComment Laval s’est fait un nomsur la scène internationalegrâce aux nouvelles technologiesPAGE 17N°16Mai-Juin 2013Le magazine des stratégies et des tendances marketingPERSPECTIVESTENDANCESToutes les dernières innovationsporteuses et les conceptsmarketing de demainPAGE 13MARKETING INSTANTANÉ :SEREZ-VOUS ASSEZ RAPIDE ?
    • EDITOEDITO24H CHRONO!LE MARKETING INSTANTANÉL’affaire Cahuzac est symptomatique. Non, rassurez-vous, je ne vais pas vous parler de crise de confiancepolitique, de corruption généralisée ou de combatshumanistes. Le sujet qui nous intéresse, commetoujours dans Perspectives, est purement Marketing.Lors de nos revues de presse, nous avons dénichéquelques jours seulement après l’affaireCahuzac cette jeune femme qui “avouait”,visage masqué : “moi aussi, j’ai un compte aux3 Suisses”. Après avoir souri, nous y avons vu chezAthénéa bien plus qu’une anecdote ou une belleréussite marketing. Nous sentions une tendance forteet durable.Quand il y a quelques années à peine, les campagnesmarketing se bâtissaient sur plusieurs mois à grandrenfort d’enquêtes et contre-enquêtes pour mesureren amont les ressentis des clients cibles, le motd’ordre aujourd’hui a changé.Le marketer doit être avant tout réactif pourêtre impactant. Le rapport au temps est bouleverséet la viralité de l’information impose un tout autrerythme aux marques. Elles s’adaptent et rebondissentsur les actualités avec des campagnes de publicitécalées sur l’évènement du moment. Pour sedifférencier, les marketers doivent être les premiers àréagir.Cette course vers la communicationparticulièrement collée à l’actualité, nousl’avons nommée, à Athénéa, “Marketinginstantané”.L’instant T prédomine. Il est la cible du marketer quicherche à inscrire sa marque ou son produit dans lemoment, à s’associer à l’évènement pour mieux sedifférencier et marquer l’esprit de son consommateur.Les exemples fleurissent et après avoir analysé lesnouveaux comportements des clients, nous mettronsen lumière dans ce dossier de juin les meilleurespratiques de marketing instantané que nous avonsrelevées.Et bien sûr, comme toujours, vous trouverez aussidans ce numéro de Perspectives les dernièrestendances, les produits de demain avec un focus cemois-ci sur un marketing territorial bien spécifique :quand Laval devient la référence en réalité virtuelle.Alors, bonne lecture et... gardez toujours unelongueur d’avance !PAGE 1 – PERSPECTIVES, LE MAGAZINE D’ATHENEA CONSEILS – N°16 MAI-JUIN 2013
    • LSA le 21/05/2013Coca-Cola piste les poubelles de dix foyers françaisCoca-Cola, en partenariat avec l’Université britannique d’Exeter, va tenterde comprendre comment les Français trient leurs déchets ménagers. Pourcela, lentreprise mène une enquête approfondie dans dix foyers français, àPontorson, dans la Manche. En savoir plusLes EchosYahoo! s’offre un bain de jouvence en achetantl’irrévérencieux TumblrYahoo va faire l’acquisition de la plate-forme demicroblogging Tumblr pour 1,1 milliard de dollars. L’opérationdoit permettre à Yahoo! de rajeunir son audience, mais ausside rattraper son retard dans le mobile. En savoir plusChallenges le 21/05/2013Météo pourrie : comment les entreprises peuvent se prémunir contreles aléas climatiquesLe mauvais temps ne plombe pas seulement le moral des Français, ilimpacte le chiffre daffaires de 80% des entreprises de lHexagone.Pourtant, il existe des moyens de mieux gérer les aléas climatiques.En savoir plusle 15/05/2013DEMAIN A LA UNEDEMAINA LA UNEEMarketing Magazine le 17/05/2013À Cannes, les marques aussi jouent les stars.LOréal, Nespresso, Renault, Christian Dior... Pour les marques, un festivalde cinéma est le meilleur endroit où faire le sien !En savoir plusLa TribuneBlackBerry lance un smartphone pour les paysémergents... et certains pays dEuropeLe groupe canadien a présenté mardi un nouveau"smartphone" doté dun clavier classique et dun écran tactile,qui sera lancé cet été dans les pays émergents et surcertains marchés en Europe. En savoir plusLe Monde le 21/05/2013A Paris, les incubateurs à start-up se bousculentTech City, la Silicon Valley londonienne, na quà bien se tenir. A Paris, lesincubateurs, qui aident les start-up à grandir, poussent comme deschampignons. Microsoft a inauguré Spark, son "accélérateur" de start-up, le17 mai. En savoir plusle 18/01/2013PAGE 2 – PERSPECTIVES, LE MAGAZINE D’ATHENEA CONSEILS – N°16 MAI-JUIN 2013
    • EMarketing Magazine le 17/05/201332% des Français dépenseront moins pour la Fête des mèresSi la Fête des mères est toujours loccasion doffrir des cadeaux, la baissedu pouvoir dachat affectera budget qui leur sera alloué en 2013, pourenviron un tiers des Français. En savoir plusCapital le 15/05/2013La TV connectée ou l’avènement de l’écran 2.0Les frontières entre télévision et Web s’estompent. Fabricants detéléviseurs, fournisseurs d’accès à Internet et chaînes se disputentdésormais les milliards d’euros de la publicité. En savoir plusStratégies le 17/05/2013BNP Paribas crée une banque sur mobileBNP Paribas a présenté le 16 mai sa banque en ligne Hello Bank,spécialement conçue pour une utilisation sur smartphones et tablettes, aveclaquelle le groupe espère conquérir 1,4 million de clients dans les cinqprochaines années. En savoir plusLSA le 17/05/2013Google Wallet, où quand Gmail autorise l’envoi d’argent … en piècejointe !La nouvelle annonce de Google fait réagir en annonçant qu’il allait intégrerun module appelé Google Wallet à son service de messagerie Gmail, afind’envoyer de l’argent par mail. En savoir plusEMarketing MagazineApple, toujours la marque la plus puissante au mondeDaprès la huitième édition du Brand Z top 100 de MilwardBrown Optimor, la valorisation des 100 marques les pluspuissantes au monde repart à la hausse de manièresignificative (+7%). Apple est toujours en tête, talonnée parGoogle qui passe devant IBM. En savoir plusle 21/05/2013DEMAIN A LA UNELa Tribune le 17/05/2013Et si le e-commerce souffrait plus du climat que de la crise?Les sites dachat en ligne ont enregistré une croissance de 14% au premiertrimestre 2013 daprès les chiffres publiés jeudi par la Fevad. Le secteur delhabillement a toutefois chuté de 7%. Et ce, alors que le panier moyenconnaît un plus bas historique. En savoir plusle 16/01/2013CB NewsCa bulle à ParisUn cola parisien, c’était curieux mais pourquoi pas. Mais cesont finalement deux sodas qui se battent pour la capitale. Lasociété Fonbelle, spécialiste depuis plus de 15 ans du produitalimentaire sur le thème de Paris, communique à tout va surson Paris Cola. En savoir plusPAGE 3 – PERSPECTIVES, LE MAGAZINE D’ATHENEA CONSEILS – N°16 MAI-JUIN 2013
    • EVENEMENTSEVENEMENTSON A AiméAPPLE ET MARKETINGFrance Ô a diffusé ce 15 mai un reportage sur leparcours hors norme de Steve Jobs. Un programmeque nous avons bien sûr regardé trèsattentivement. C’était l’occasion de faire un zoomsur le sens aigu du marketing et les facultésd’anticipation du fondateur emblématique d’Apple.Car Steve Jobs n’est pas complètement uninventeur de génie comme on le gratifie parfois.C’est surtout un stratège hors pair qui a su vendremieux que personne des produits en sedifférenciant de la concurrence à tout prix et en serapprochant au mieux des frémissements dumarché. A ce titre, le reportage rapporte uneanecdote qui résume selon nous un des piliersfondamental de toute stratégie marketing.Un ordinateur toutce qu’il y a de plusclassique mais undesign jamais vuauparavant Lesigne durenouveaud’Apple.A son retour auprès dun Apple au bord de la failliteen 1997, Steve Jobs interpelle ses salariés et sesdirigeants. Pourquoi continuer à produire descaméras, qui en plus se vendent mal, alors queCanon le fait très bien? Pourquoi sobstiner dans lavente dimprimantes alors quHP le fait déjà.Faisons quelque chose que les autres ne fontpas. Ainsi était né le slogan « ThinkDifferent » et ainsi était redéfini l’ADN dugroupe.Apple na pas été forcément ultra-innovante commecertains laffirment. Dautant plus que la sociétérachète bien souvent des start-ups ou bien desbrevets existants. Cependant, elle poursuit le butperpétuel de la différenciation comme avantageconcurrentiel. Au delà du charisme de Steve Jobs,cest bien cet axe stratégique qui constitue lefacteur clé de succès majeur de lentreprise.Une différenciation qui lui fait de plus en plus défautaujourdhui…1998 Imac 2001 Ipod1998 Itunes 2007 Iphone 2010 IpadNEXT?LA killingapplicationd’Apple. Une vraieanticipation dumarché de lamusique et untour de force sanséquivalent avecles majors pourvendre des titresà 0,99$.Le premier viragestratégiqued’Apple dans lechoix de lamusique. C’estaussi le 1erappareil capablede vraimentexploiter Itunes.La cash-cowd’Apple grâce ausmartphone maisaussi à l’AppStore.Prés de 300millions d’unitésvendues et 50milliards d’applistéléchargées.Une autreanticipation desmutations dumarché. D’ici2017, les ventesde tablettesdépasseront cellesdes PC. Plus de100 millionsd’Ipads vendus.A ne pas rater, le Salon de la MêléeNumérique à Diagora Labège (Toulouse) les 5et 6 Juin 2013. Il s’agit de l’événementincontournable des TIC, du numérique et del’innovation. Parrainé par la ministre FleurPellerin, le Salon abordera cette année lesthèmes suivants : Ville connectée, Opensociété, Marketing digital, Retail numérique etSystèmes d’information.www.meleenumerique.com/@La_Melee#MN_2013PAGE 4 – PERSPECTIVES, LE MAGAZINE D’ATHENEA CONSEILS – N°16 MAI-JUIN 2013
    • DOSSIER MARKETING PAGE 5 – PERSPECTIVES, LE MAGAZINE D’ATHENEA CONSEILS – N°16 MAI-JUIN 2013DOSSIERINFOGRAPHIE22minutesde pause déjeuneren France (Les Echos2011)36heurespar an perduesdans lesembouteillagesen France (Inrix2012)11 minutesd’attente enmoyenne dans unhypermarché enFrance (Wincor Nixdorf2013)Déclarent manquerde temps dans unejournée (Axa 2012)22 minutes par jourpassées sur Facebook par lesfrançais (Badoo 2012)32 millions decyberacheteursen France en 2013 sur 40millions d’internautes contre25 millions en 2009 et57% des françaisachètent en ligne (FEVAD 2013)2023 drivesouverts en Février2013 et 20% desfrançais ayant déjàutilisé un drive(Keyneosoft2013)LE MARKETING Instantané ouLA Stratégie DU MOMENT Présent1h37 passées par jour aubureau sur Internet (59%pour un usage personnel)(Timetosignoff.fr 2013)65% du tempspassé sur unsmartphone nesert plus àtéléphoner (CEA2013)3h50 passées parjour devant la TVpar les français(Médiamétrie 2013)Twitter permetd’interagiravec les émissions TV endirect.72% des moins de 25 ansqui se servent d’un secondécran devant la télévisionutilisent Twitter ou uneapplication mobile pourcommenter en direct leprogramme suivi.(EMarketing 2012)
    • DOSSIER MARKETING1« Dis, papa, c’est quoila théorie de larelativité ? »PAGE 6 – PERSPECTIVES, LE MAGAZINE D’ATHENEA CONSEILS – N°16 MAI-JUIN 2013Une heure de 1913 est-elle égale à une heurede 2013 ? Tout puriste mathématicien dignede ce nom me rétorquera : « mais biensûr, qu’est-ce que vous me racontez là ?!?Soixante minutes. Pas une de plus. Pas unede moins ! ». Et pourtant, d’un point de vuesociologique, économique ou commercial, l’heures’est radicalement raccourcie. Ou, pour être plusprécis, le rapport de l’Homme à une heure detemps a totalement changé.En une heure aujourd’hui, je peux parcourir678 kms pour arriver à Paris depuis Toulouseen avion. Les trajets se raccourcissent et il n’estpas rare de travailler à une heure de son domicile,à 50 ou 60 kms. 120 kms aller-retour. Toujoursplus connecté et mobile, le travailleur poursuit sesactivités de la journée durant son trajet domicile-bureau. Mais en une heure, je peux aussi faireintégralement mes courses sur internet, lesoir, au coin du feu, tout en regardant la TV.J’irai soit les récupérer le lendemain en deuxminutes, soit je me les fais livrer carrément chezmoi pour un maximum de confort.En une heure par contre, je n’ai plus letemps de manger ! Quand la durée moyenne durepas d’un salarié en 1990 était d’une heure etdemi en moyenne, elle n’est plus que de… vingt-deux minutes aujourd’hui ! Imaginez lesconséquences sociales, médicales etéconomiques.Le salarié mange devant son ordinateur sansmême se rendre compte qu’il se nourrit. Or lesnutritionnistes sont formels : le sentiment desatiété ne peut intervenir qu’au bout de quinzeminutes, et seulement quand le cerveau aconscience de manger. La conséquence est unsentiment de faim et du grignotage tout au longde la journée. Au niveau social, il n’est pasdifficile d’imaginer les différences entre une pausedéjeuner entre collègues tous les midis, et unlunch de quelques minutes seul devant sonordinateur. Et d’un point de vue économique, lerevirement est phénoménal. Le CA de larestauration rapide représente en 2012 54%du CA global de la restauration. Avec unpanier moyen significativement plus bas, oncalcule rapidement que le nombre de clients esttrois à quatre fois supérieur pour les fast-foods.En une heure enfin, et c’est symptomatiqued’une société de l’immédiateté, je peux aussitchater sur Meetic avec cinq prétendantesdifférentes et rencontrer l’âme-sœur…Connecté sur Twitter en parallèle, j’aurai puapprendre en outre la mort d’un artiste connu, lesdernières tendances du designer Starck, lesventes records de Subway et les résultats desélections au Guatemala.DOSSIERPOUR COMPRENDRE
    • DOSSIER MARKETING PAGE 7 – PERSPECTIVES, LE MAGAZINE D’ATHENEA CONSEILS – N°16 MAI-JUIN 2013Mais comme l’explique Vincent, lycéen de 16 ans etfondateur toulousain du site bothenjoy.com : « Noussommes une génération où tout va de plus en plusvite, l’information, la communication, laconsommation… Il en va de même dans l’approcheamoureuse. Déjà, le « râteau », un terme que vousconnaissez, n’a jamais été agréable quelle que soitl’époque… Mais le besoin se situe aussi et surtoutailleurs : dans cette société d’immédiateté, dansquelque domaine que ce soit, nous souhaitons tousaccéder rapidement à nos désirs ». Ainsi, Vincentpropose à celui qui est connecté sur Facebook, desavoir si l’un de ses contacts a « flashé » sur lui, entoute discrétion bien sûr. Lancé début 2013, Vincentambitionne de révolutionner les rencontresamoureuses.En conclusion, car je n’oublie pas la question poséeau départ de cet article, je répondrai à ma fille de 5ans qui passe son BAC L l’an prochain (oui, elle estprécoce…) : « ma fille, le temps est dit relatif quandon parle de durée perçue et non de durée réelle. C’estça la théorie de la relativité. Aujourd’hui, noussommes tellement habitués à des sollicitationsconstantes, que passer une heure à ne rien faire(pas de jeux vidéos, pas de TV, pas de Facebook, pasde Twitter…) passera beaucoup moins vite qu’il ya cent ans, où l’on vivait au rythme de la natureet des saisons. Les conséquences sont nombreusesd’un point de vue sociologique, physiologique etéconomique. Et d’un point de vue marketing,nous devons nous adapter aux nouveauxcomportements de ces clients qui veulent« tout, et tout de suite ». Mais cela est une autrehistoire. »Je suis sûr que ma fille a tout compris…ZOOM SUR : BOTHENJOYQui na pas rêvé de savoir quasi-immédiatement si unepersonne "flashe" sur vous ? Avec BothEnjoy.com, cestle cas. Le site est en ligne depuis quelques jours. Etlidée a germé dans la tête dun lycéen toulousain de 16ans !Cliquezpour lire
    • JE VEUX TOUT,TOUT DE SUITE !2PAGE 8– PERSPECTIVES, LE MAGAZINE D’ATHENEA CONSEILS – N°16 MAI-JUIN 2013DOSSIER MARKETINGDOSSIERCôté CONSOMMATEURLE REFUS DE L’ATTENTEParce qu’il n’a plus le temps de rien, leconsommateur souhaite éliminer toute contrainte liéeau temps. En particulier l’attente.Une personne sur 4 révèle que lattente encaisse constitue la raison principale delabandon de lachat en magasin selon une étudeIFOP WINCOR NIXDORF d’Octobre 2012. Unphénomène qui s’étend aujourd’hui également sur lenet. 65 à 75% des internautes s’interrompentavant de finaliser leur commande, à cause d’untemps de procédure trop long (trop de questions, tropd’étapes, pas assez de clarté…). Attendre, c’estperdre un temps précieux. Une étude a montré queles Américains passent 43 jours de leur vie àattendre au téléphone… Inconcevable.Et le consommateur n’en peut plus et n’en veut plus.En 2007, l’Ipsos avait dressé le palmarés des lieuxexaspérants : en tête, les grands magasins (64% dessondés) devant la Poste (53%), les comptoirsd’aéroports (41%), les guichets de gare (21%), lesguichets de banque (18%) et les fast-foods (13%).Des chiffres qui n’ont pas cessé de croître. Tant et sibien que les entreprises n’ont plus droit à l’erreur etun temps d’attente trop long est devenu undésavantage concurrentiel.JE VEUX TOUT, TOUT DE SUITEVoilà désormais le credo du consommateur. Il vaalors se tourner vers des solutions qui lui permettentde franchir la barrière temporelle. Pourquoi perdre dutemps dans les files d’attente des magasins quand jepeux acheter mes produits sur le net ?La croissance du e-commerce est fulgurante.On comptait en 2001, seulement 5 millions decyberacheteurs en France pour plus de 30millions aujourd’hui. Plus simple, plus rapide,plus souple. Même les médicaments pourraient êtrecommandés sur le net. Une directive européennedatée de 2011 permet la vente en ligne demédicaments. Directive vers laquelle lAutorité de laconcurrence a rendu public son avis défavorabletout récemment en France. Mais l’idée reste trèssymptomatique du caractère de l’homme pressé. Ilne faut oublier que la consultation médicale estpossible par internet depuis 2010.Et s’il ne peut pas encore tout acheter sur lenet, le consommateur va privilégier lessolutions de libre-service. Finies les longuesattentes aux guichets et bienvenue auxdistributeurs automatiques. Une automatisation quiva devenir présente dans tous les secteurs. Leconsommateur va pouvoir en toute autonomieretirer de l’argent, faire le plein d’essence,récupérer ses billets de train ou d’avion, passer sacommande de burgers, prendre sa chambred’hôtels, ouvrir la barrière du péage d’autoroute…Ce n’est donc pas une surprise de voir leconsommateur se ruer avec délice vers le conceptdu drive. Le premier trimestre 2013 a vu lenombre de solutions drive franchir la barresymbolique des 2000 établissements enFrance. 20% des français ont déjà utilisé undrive. A 95% pour des raisons de facilité etde…gain de temps. Cela ne s’invente pas.Dans la même lignée, on pourra soulignerl’engouement croissant pour les caissesautomatiques dans les hypermarchés, 76% desfrançais ont déjà essayé ce dispositif. De quoiréduire au maximum en temps d’attente estimé à11 minutes en moyenne.
    • DOSSIER MARKETINGLa démocratisation des solutions technologiquescomme le smartphone et la tablette tactile contribuegrandement à modifier le comportement duconsommateur. Les capacités pratiques qu’autorisentces nouveaux outils ont également une influencesignificative sur l’appréhension de la notion de temps.En 2012, 29 % des Français sont ainsi équipés dunsmartphone et 8 %, dune tablette selon une étude del’Arcep. En termes de comportements, on compteaujourd’hui 19,4 millions d’utilisateurs de smartphones.Parmi ceux-ci, 4,3 millions ont déjà acheté uneapplication ou un bien via leur terminal. Pour 40%d’entre eux, cela leur fait gagner du temps. A cetitre, la machine du m-commerce est en marche. Unmarché qui présente déjà plus de 2,2 milliards d’euroset dont les perspectives sont plutôt réjouissantes avecdes prévisions de 6,5 milliards d’euros en 2015.Au delà du simple aspect mercantile, il est intéressantde constater que le smartphone accompagne plus quejamais le quotidien des français. C’est devenuvéritablement le prolongement de leur main et deleur cerveau. 40% l’utilisant même aux toilettes et17% pendant un câlin amoureux…Les marques ont bien saisi ce phénomène et desperspectives de conquête et de fidélisationexistent avec ce nouveau support. Des stratégiesqui s’inscrivent nécessairement dans l’instantprésent grâce notamment au potentiel degéolocalisation des smartphones.PAGE 9– PERSPECTIVES, LE MAGAZINE D’ATHENEA CONSEILS – N°16 MAI-JUIN 2013DE CARPE DIEM A L’HOMOSOCIALISEt si finalement l’avènement des réseaux sociauxn’était pas une revendication moderne desthéories épicuriennes d’Horace. Jouir de l’instantprésent c’est signifier à mes proches ce que je faisou ce que j’aime à l’instant T. Les nouvellesfonctionnalités de Facebook permettent depréciser la musique que je suis en train d’écouter,l’émission TV que je suis en train de regarder oubien encore le lieu dans lequel je me trouve.L’intégration d’Instagram dans le réseau social deMark Zuckerberg accentue cette sensation departage en temps réel en publiant mes photosprises dans l’instant. Quand on y pense, Polaroïden était au final le précurseur en permettant defixer le moment présent et d’en posséder uncliché immédiat… L’engouement des réseauxsociaux témoigne en partie de cette notion detemps qui se compresse. Facebook a franchi lemilliard de membres dans le monde. Twitter 200millions de membres actifs. Plus qu’unengouement, c’est une vraie addiction. 81% desjeunes actifs (25-30 ans) déclarent ainsiutiliser Facebook et s’y connecter 6,4 foispar jour depuis leur travail (contre 7,4 foisdepuis leur domicile).Face à ce phénomène, les marques ne peuvent sepermettre de délaisser ce terrain de jeu. 24%des internautes interrogés inscrits sur desréseaux sociaux utilisent ces derniers pourguider leurs achats.Ainsi les entreprises vont-elles s’orienter versFacebook pour vanter leur offre ou développerleur culture d’entreprise. Et sur Twitter pourcommuniquer en temps réel. En effet, quelmeilleur outil que Twitter permet de réagir surl’actualité ou faire part de son sentiment en tempsréel. Comme le symbole d’une vie vécue dans lemoment présent, Twitter est l’outil même de lacommunication courte et rapide : 140 caractèresmaximum à poster dans la seconde.LA POULE OU L’OeUF ?Est ce un besoin plus pressantqui a fait avancer latechnologie ou bien les progrèstechnologiques qui augmententnotre exigence ? Le débit interneten France est passé de 56k/s avant les années 2000à 4,9M/s en moyenne aujourd’hui, soit 8650% enmoins de 15 ans… Idem pour les téléphonesportables. Le GPRS des années 90 autorisait 115Kbps quand la 4G d’aujourd’hui permet 100 Mbpsvoire 1Gbps. Soit un croissance de 87000%...Comment dés lors ne pas devenir toujours plusexigeant quand nos outils évoluent si vite ??
    • DOSSIER MARKETINGDOSSIERLA Réponse DU MARKETINGSAISIR LA BALLE AU BONDLes entreprises peuvent revoir leurs plans quinquennaux,les stratégies marketing s’inscrivent aujourd’hui dans lemoment présent. En premier lieu, parce qu’il estimpossible de prévoir avec certitude les évènements àvenir dans les 5 prochaines années. Autant il est facilede programmer des dates clés dans son pland’actions commercial comme les fêtes ou bien desévènements récurrents comme les électionsprésidentielles, autant les aléas de l’actualité nepermettent pas l’anticipation. Et pourtant, unévénement médiatique peut constituer une excellenteopportunité de surfer dans son sillage pour en récolterquelques fruits. De nombreuses marques ontparfaitement saisi les enjeux du marketing instantané.Oasis s’en est même fait une spécialité. Notamment àtravers un réseau social qui se prête parfaitement à cescommunications dites one-shot, Twitter. Quand unebimbo, pseudo star de la télé-réalité, génère un buzzimmense avec son désormais célèbre (et marquedéposée !) « Allo quoi ? », cela constitue une mine d’orpour les marques à exploiter dans l’urgence. Oasistweete alors « T’es un fruit et t’as pas de pépins, à l’eauquoi ? ». D’autres concoctent rapidement des visuelspour bénéficier de retombées. SFR affiche son « Alloquoi ? T’as un mobile et t’as pas de réseau ? ». Quant àIkea, c’est une aubaine pour faire la promotion de soncoussin Hallö, ça ne s’invente pas. Que ce soit un faitd’actualité futile ou bien un événement bien plus sérieux,tout se prête plus ou moins bien au marketinginstantané.PAGE 10 – PERSPECTIVES, LE MAGAZINE D’ATHENEA CONSEILS – N°16 MAI-JUIN 2013BIENVENUE AU TrèsCOURT TERME !3
    • „Les récents déboires juridiques et fiscaux de JérômeCahuzac sont du pain béni pour les marques. Les 3Suisses ont alors imaginé en un temps record un visuelprésentant le visage caché d’une femme, certainementhonteuse d’affirmer qu’elle aussi dispose d’un compte…aux 3 Suisses. Le loueur Sixt, spécialiste de lacommunication one-shot lors des élections présidentiellesprécise qu’il n’est pas nécessaire de disposer d’unpasseport russe pour faire des économies. GérardDepardieu saura apprécier.Parfois les marques confondent vitesse et précipitation.Oui l’essence du marketing instantané réside dansl’utilisation du présent. Oui, il faut être réactif car lebuzz s’étouffe généralement aussi rapidement qu’ilest apparu. L’enjeu pour les marques est d’êtreégalement parmi les premières à réagir pour sedifférencier. Mais quand on agit vite, on prend le risquede faire des erreurs. American Apparel a choquél’Amérique en voulant vite profiter de la visibilité del’Ouragan Sandy à New York en fin d’année dernière. Lamarque s’était alors empressée de sortir une offrepromotionnelle de 20% limitée aux zones les plustouchées en suggérant de faire du shopping au cas oùvous vous ennuieriez pendant la tempête… Plusrécemment c’est Canal Plus qui a créé la polémique lorsdu festival de Cannes suite à la remise de la palme d’Orau film "La vie dAdèle" dAbdellatif Kechiche, produit parles studios Canal. Le film traitant de l’homosexualité, lesstudios n’ont rien trouvé de mieux que de tweeter àl’annonce des résultats : « Est-ce qu’elles vont se lécherle minou pour fêter la palme d’Or ? » Le tweet a été viteretiré et Canal s’est confondu en excuse prétextant uneerreur. Foutaises ! C’est bien une opération (ratée ?) demarketing instantané.DISCUTER SE CONJUGUE AU PrésentLe marketing instantané, ce n’est pas seulement uneappropriation opportuniste des faits dont on parle le plus.C’est aussi un comportement logique. Dans une époqueoù l’engagement des marques et desconsommateurs est essentiel dans les stratégiesnotamment sur les réseaux sociaux, il sembleévident que cet engagement ne soit rendu possibleque dans l’instant. Quand vous discutez avecquelqu’un, ce n’est pas hier ou demain, c’est bien ici etmaintenant. Les community managers sont doncdevenus des pièces maîtresses dans ce marketinginstantané. Ils font donc réagir en direct la sonde MarsCuriosity pour le compte de la NASA sur son proprecompte Twitter. Ils prêtent également leurs plumes auPère Fouras de Fort Boyard qui discute tranquillementavec les fans. A ce titre, la télévision devient sociale ets’inscrit désormais dans l’instant. Vous n’avez pas puéchapper à l’apparition de ce symbole « # » sur vosécrans. Ce signe mystérieux pour les néophytes est lehashtag de l’émission sur Twitter. On vous invite donc àréagir en direct sur l’émission. Certaines réactions serontmême diffusées en temps réel. Plus le nombre de tweetsrelatifs à l’émission est important, plus c’est un signe desuccès pour le programme. Le tweetomètre remplacel’audimat traditionnel.DOSSIER MARKETING PAGE 11 – PERSPECTIVES, LE MAGAZINE D’ATHENEA CONSEILS – N°16 MAI-JUIN 2013LES PLUS ET LES MOINS+-„ Potentiel de viralité„ Simple et rapide à mettre en place„ Un vivier de sujets„ Moins coûteux„ Capital sympathie de la marque„ Proximité clients„ Gain de notoriété notable„ Une veille permanente„ Effet éphémère„ Risque de dérapage et de précipitation„ Etre réactif pour limiter la récupération„ Maîtriser les réseaux sociaux
    • DOSSIER MARKETING PAGE 12 – PERSPECTIVES, LE MAGAZINE D’ATHENEA CONSEILS – N°16 MAI-JUIN 2013C’est ainsi que des numéros de Dance avec les Stars ontdépassé les 100 000 tweets durant la diffusion. Outre lavisibilité notoire pour le programme, c’est un échangeinteractif avec le consommateur qui s’instaure. Celui-civa donc faire profiter la marque de son engagement sansavoir l’air d’y être forcé. Imparable ! C’est la magie dudirect.DIS MOI Où TU ES, JE TE DIRAI QUOIACHETERMais le marketing instantané peut aller encore beaucoupplus loin, en s’inspirant des théories de Big Brother. Lesoutils technologiques que nous utilisons au quotidien ontles inconvénients de leurs avantages. Ils sont quasibiométriques en permettant de nous tracer à laseconde. Une aubaine pour les adeptes dumarketing instantané et notamment les stratégiesde push. Décathlon développe un procédé futuriste dansses magasins avec des caméras intelligentes capables devous localiser à 25 cm prés. Elles pourront vous guiderdans les rayons mais vous proposer des promotions viavotre smartphone en fonction de ce que vous regardez.Ebay et Paypal travaillent conjointement sur leGeofencing pour imaginer les boutiques du futur. Al’approche d’un magasin, votre smartphone pourrarecevoir des offres privilégiées et votre entrée dans lemagasin sera saluée personnellement. On est plus trèsloin de Minority Report… Et si vous n’avez plus letemps de faires des emplettes, les magasins sedéplacent jusqu’à vous. Les shopping-wallsapparaissent dans les lieux publics. Et plus seulement enCorée. Carrefour a placé ces murs d’un nouveau genredans 5 gares d’Ile de France. Il s’agit de murs avecsimplement des QR Codes correspondant à des produitsde consommation (alimentaires, hygiène, culturels). Ilsuffit alors de les scanner avec son smartphone pourfaire ses courses et payer en ligne. Et comme voscourses sont en plus livrées à votre domicile, peut-êtrearriveront-elles même plus vite que vous à destination !Si ça, ce n’est pas de la compression temporelle ! Et quedire de l’initiative d’Emart en Corée ? L’enseigne a mis enplace des ballons remplis d’hélium et intégrant desrouteurs Wifi dans toute la ville (centres commerciaux,bureaux, rues…). En se connectant au ballon, on peuttranquillement faire ses courses. Le marketinginstantané, c’est aussi accepter le multitasking duconsommateur. Comme ce dernier manque detemps, il fait plusieurs choses à la fois.Mais l’objet le plus emblématique et symbolique dece marketing instantané quasi-biométrique, c’estbien les Google Glass. Ces lunettes bourrées detechnologie qui affichent vos mails, vos appels, votreagenda mais aussi qui vous signalent les commerces àproximité, les promotions en cours et les bons plans dansles alentours. Et Google fait des émules, preuve quebientôt nous serons presque tous myopes ou presbytesavec nos lunettes sur le nez. Les marques réfléchissentcomment intégrer ces nouvelles technologies dans leursstratégies marketing car pour elles plus que jamais,après l’heure ce ne sera plus l’heure…
    • TENDANCESTENDANCESDE DEMAINPAGE 13 – PERSPECTIVES, LE MAGAZINE D’ATHENEA CONSEILS – N°16 MAI-JUIN 2013TENDANCESALIMENTAIRESParis aura aussi son Cola!Aprés le Breizh Cola, le PoitouCola et le Corsica Cola, la capitalesuccombe elle aussi à la vague derégionalisme qui déferle sur lessodas. Et pour le coup, ce nestpas une mais deux marques quifont leur apparition sur le marchéparisien. La première sappelleParis Cola et adopte unpositionnement glamour à limagedes strass de Paris. Paris Colasouhaite safficher comme unproduit haut de gamme calé surlimage de la plus belle ville dumonde. La seconde est beaucoupplus iconoclaste. Parisgo Colajoue la carte de la dérision endéclarant quon aime aussi Parispour ses défauts. Le ton estdonné à travers une campagnetrès axée sur lauto-dérision: "LeParigot a bon goût" ou bien "LeParigot nest pas imbuvable".La mode est au slim et Perrier s’offre aussi unecure d’amaigrissement dans ses packagings. Lamarque souhaite conquérir de nouveauxconsommateurs notamment à l’international et dansle domaine festif (night clubs, beach bars…). « Pluspetite, plus nomade, plus facile à transporter, plussimple à stocker, plus jeune, plus moderne ». Voilàle nouveau credo de la marque pour ce formatallongé de 25cl. Perrier a déjà adopté ce formataux Etats-Unis et souhaite aujourd’hui le développersur le marché français. Le format est élégant etpour rappeler l’ADN de la marque, la célèbrebouteille de verre en forme de poire se devine enfiligrane. Pour l’instant, la Slim Can serauniquement disponible dans les Monoprix, dans lesavions Air France et à bord du Thalys.Retrouvez cet article sur : www.e-marketing.fr -Les couverts en plastique, cest bien et cestpratique. Mais ce n’est malheureusement pas lameilleure solution en matière décologie. La sociétéEdible Spoon propose sa solution. Il sagit dunecuillère en céréales. Une fois utilisée, il suffit de laconsommer. Fabriquée à partir de farine de maïs,de farine de blé, doeufs, de levure, de lait, dépiceset de graines de céréales, la cuillère existe en 3versions: nature, épicée ou douce. Edible Spoon aétudié toutes les contraintes liées à son produit. Lastructure même de la cuillère permet de lutilisersans soucis pour des aliments solides et liquides.
    • TENDANCESTENDANCES DESIGNTENDANCES CONSOPAGE 14 – PERSPECTIVES, LE MAGAZINE D’ATHENEA CONSEILS – N°16 MAI-JUIN 2013Voilà une initiative qui devrait ravir les marquesde bières. Deux créatifs, Daniel Eugster etAlexandre Michelbach ont imaginé un pantonepour les bières. Au total, ce sont plus de 202couleurs de bières, de la plus blanche à la plusbrune qui sont référencées sur ce BeerTone.Sur chaque couleur, des marques de bières(suisses) sont apposées. Ce Beertone jouitdune esthétique réussie qui redonne ses lettresde noblesse à un produit bien trop souventrabaissé à la différence de son cousin éloigné, levin.Créé par deux femmes, Laetitia Malavoy etDelphine Paroux, Jolis Mômes surfe sur lavague des cosmétiques pour enfants en pleinboom et propose un concept unique deparfumeries. Forme de Séphora pour enfants,Jolis Mômes présente donc une gammecomplète de produits dhygiène (crème dechange), de beauté (démêlant pour les cheveux,parfum, maquillage) et d’accessoires (jeux pourle bain, bijoux et autres accessoires de mode).Jolis Mômes va bientôt achever son site devente en ligne et a ouvert sa première boutiqueparisienne en attendant dautres ouverturesdans des grandes villes françaises.La marque de literie espagnole DeSS a su profiterde la crise économique pour la transformer enopportunités. Elle vient de créer et commercialiserun matelas équipé dun coffre fort baptiséMicolchon. Une exclusivité mondiale.Comme le symbole du climat qui règne enEspagne, DeSS est fière dafficher son nouveauproduit avec ce slogan frondeur "Votre argent plusprès de vous".Hälssen & Lyon a conçu un outil fidèle àl’engouement croissant pour la consommation de thé.Le calendrier des thés se présente comme un calendrierclassique où les sachets de thés ont remplacé lesfeuillets quotidiens. Outre laspect esthétique et classe,le calendrier inscrit la consommation de thés dans lequotidien et invite à la découverte de nouveaux goûts.Le Tea Calendar nest pour linstant quun objetpromotionnel mais la marque songe sérieusement à lecommercialiser après le succès rencontré.
    • TENDANCESCONCEPTS DE DEMAINTENDANCES PAGE 15 – PERSPECTIVES, LE MAGAZINE D’ATHENEA CONSEILS – N°16 MAI-JUIN 2013La banque du futur selon la Banque Populaire,permettra de tester de nouveaux comportements etde nouveaux usages en revalorisant la relationclient. Pour cela, elle a imaginé un espace quireprend les codes commerciaux actuels tout en yintégrant un parcours de découvertes etdinformations ponctué par des espacesthématiques. Parce que le client est hyper-connectéet ultra-équipé, la banque du futur se devradintégrer les nouvelles technologies.La guerre des sodas se joue aussi sur leterrain de linnovation. Pepsi Colaprésente son distributeur de boissons dedemain. La Touch Power 1.0, dotée dunécran digital, est capable de proposer plusde 100 choix de boissons, à partir duportefeuille des marques du groupe. Descombinaisons de différents sodas sontmême possibles. En test depuis 12 moisdans le monde entier, elle est installéedans un restaurant US depuis Mai.Voici à quoi pourrait ressembler la cuisine du futur. Ledesigner italien Massimo Facchinetti pour lentrepriseitalienne Clei vient de présenter la Ecooking, unconcept de cuisine verticale et modulable. LaEcooking se présente comme un grand cube allongéau design épuré et moderne tout en surface polie. Cecube contient tous les éléments de la cuisine et peutse plier ou se replier à volonté. Table, plaques vitro-céramiques, frigo, four, lavabo et poubelle, tout y estde manière parfaitement fonctionnelle et peut êtreaménagé ou rangé comme bon lui semble. En outre,la Ecooking revêt une dimension écologique. Lesappareils électroniques présents sont alimentés parlénergie solaire. En outre, la hotte utilise unetechnologie qui permet, en plus daspirer la fumée etles vapeurs, de purifier lair ambiant.Dans le cadre de son projet dinnovation ODE(Open Design Explorations) et à loccasion de lasemaine du design à Milan, Heineken propose àdes designers du monde entier de réfléchir surleur vision du bar de demain. Un projetextrêmement participatif et transversal puisquilsadresse aux professionnels du design maisaussi à la population.
    • ON BUZZ PAGE 16 – PERSPECTIVES, LE MAGAZINE D’ATHENEA CONSEILS – N°16 MAI-JUIN 2013ON BUZZUN CONCEPT REMARQUABLEBIENVENUE AU TEMPSDE LA PROHIBITIONLa loi américaine sur la prohibition, en vigueur de1919 à 1933, est tellement ancrée dans lhistoire desEtats-Unis quelle sert de support de communication àde nombreuses marques. Parce quil sagit duneatteinte aux libertés, parce quelle autorise unecommunication sur certaines valeurs commelémancipation mais aussi parce quelle sert dethéâtre à de nombreuses histoires ou légendes surfonds de mafia.En ce début dannée 2013, la marque de sodasMountain Dew sétait déjà appropriée tous les codesde la prohibition pour manifester contre le projetdinterdiction des formats de boissons XL dans la villede New York.Mais tout ceci nétait rien comparé au dispositifimpressionnant et innovant mis en place par lamarque de bière espagnole Senador Volstead. Lamarque a fait de la prohibition son patrimoinegénétique et propose au consommateur uneexpérience unique et un univers à part.Tout commence par le nom. Senador Volsteadnest pas anodin. Il fait référence à Andrew Volstead,un sénateur à lorigine du Volstead Act qui marque ledébut de la prohibition aux Etats-Unis. Exactementcomme durant cette période, la bière espagnole doitêtre cachée, vendue en catimini pour ne pas éveillerles soupçons des autorités. Cest pourquoi, elle secache dans le décor des bars qui la distribuent. Lesconcepteurs de la campagne ont même imaginé uneétagère pivotante qui dévoile un frigo secret à la plusgrande surprise des consommateurs.Même le site internet de la marque sinscrit dans cemouvement. Cest pourquoi quand vous vous yrendrez, vous ne verrez aucune bouteille de bières.Celles-ci ont été remplacées par des oursons enpeluche. Seuls les initiés trouveront leur bonheur.Comment? Tout simplement en réduisant la fenêtredu navigateur. Dés lors, les oursons setransforment en bouteilles. Idem pour ceux quinavigueraient avec leur smartphone. Il faut alorspasser le téléphone en mode paysage pour voir lespetits oursons se transformer en bouteilles.Il est alors possible de passer commande en lignemais il ne faut pas éveiller les soupçons desautorités et de la police. Cest pourquoi, vousrecevrez en guise de commande un petit ourson enpeluche quil faudra dépecer pour découvrir lesprécieuses bouteilles. Essayez, c’est un exemplebluffant de responsive design et de marketingexpérienciel.
    • TERRITOIRESDéveloppement LOCALLE SOUTIEN AUX FilièresINNOVANTES COMME VECTEUR DEDéveloppementDES ATOUTS MéconnusNichée au cœur de la Mayenne, Laval est une modeste villede 50 000 habitants. Petite mais costaud car elle faitvéritablement figure d’oasis privilégiée dans la tourmenteéconomique actuelle. En 2008, elle a été élue par lemagazine LEntreprise agglomération la plus attractive deFrance pour les entreprises dans la catégorie des villes de50 000 à 100 000 habitants. Elle affiche ainsi une santééconomique à faire pâlir de jalousie certains territoires plussinistrés: un tissu économique diversifiés, des grandsnoms comme Lactalis et un taux de chômage très inférieurà la moyenne (6,9% en 2011).LA Capacité A SE REMETTRE ENQUESTIONSeulement voilà, la ville pâtit d’un déficit d’imageimportant. Les jeunes pousses et les entreprises sontplutôt tentées par les grandes villes. Notamment lesvoisines bretonnes et ligériennes comme Rennes, Nantesou Angers. Un déficit d’image qui résulte en grande partied’une méconnaissance. D’autant que le TGV portera la villeà 1h10 de Paris d’ici 2015.Autre problème : la crise économique. Le tissu économiquede Laval et son agglomération intègre une forte densitéd’acteurs du secteur de l’automobile. Une activitéfortement impactée la crise.Trop dépendante, peu connue, pas sexy. Voilàl’équation à résoudre pour relancer et pérenniser ledéveloppement économique du territoire. Dés 1996,la ville prend le pari des nouvelles technologies en créantLaval Mayenne Technopole. Le projet intègre une pépinièredentreprises spécialisées dans les hautes technologies ensynergie avec les établissements denseignement supérieurde Laval et les entreprises locales.uNombre d’habitants ville :50 940 (INSEE 2010)uNombre d’habitants agglomération :119 475 (INSEE 2009)uSuperficie :34,22 km2uDensité :1489 hab/km2uNombre d’étudiants :4500uNombre d’employés :77 000 postes salariés (INSEE 2011)uTaux de chômage :6,9% (INSEE 2011)uNombre d’entreprises :4153 établissements actifs (INSEE 2012)uRépartition du tissu économique(INSEE 2012) :Commerce, Transport et Services : 68,1 %,Industrie : 6,1 %,Construction : 5,2%,Agriculture : 0,9%,Administration publique, Enseignement,Santé et Action sociale : 19,6%uPrincipales entreprises :Lactalis (siège monde)Valéo Thermique MoteurMANN+HUMMEL FranceTHALES CommunicationsCORIOLIS ServicesCrédit Mutuel MABNMACIFTERRITOIRESEn 2008, élue par le magazineLEntreprise agglomération la plusattractive de France pour les entreprisesdans la catégorie des villes de 50 000 à100 000 habitantsPAGE 17 – PERSPECTIVES, LE MAGAZINE D’ATHENEA CONSEILS – N°16 MAI-JUIN 2013
    • TERRITOIRES PAGE 18 – PERSPECTIVES, LE MAGAZINE D’ATHENEA CONSEILS – N°16 MAI-JUIN 2013Le deuxième acte fondateur du projet dedéveloppement réside dans la création du LavalVirtual. Deux mots qui frisent l’anachronisme etpourtant quel pari gagnant !CAP SUR LA Réalité VIRTUELLEChaque année depuis 15 ans maintenant, la ville deLaval organise un salon entièrement dédié à la RéalitéVirtuelle et aux Technologies Convergentes. Ce salondenvergure européenne est rapidement devenuincontournable dans le milieu.Un milieu qui tenait plus du microcosme confidentiel ily a quelques années mais qui constitue aujourdhuiun secteur en pleine croissance et dont le potentielest extrêmement important.Grâce au développement rapide des technologies etles mutations comportementales quant à lutilisationdes smartphones notamment, la réalité virtuellesintègre de plus en plus dans de nombreuxdomaines: loisirs, commerce, relation clients, jeuxvidéos...Au départ simple laboratoire, le Laval Virtual estmaintenant devenu un véritable salon daffairesavec 1/3 de visiteurs professionnels dont 20%en provenance de létranger. Lédition 2012 affichedes résultats intéressants en matière defréquentation: 15000 visiteurs et plus de 100exposants.Un joli succès qui commence à construire laréputation de la ville et à attirer un tissu économiquesur son territoire. Le secteur compte aujourdhui 20entreprises installées en permanence pour 80emplois. Essai transformé.Ainsi, une Cité de la Réalité virtuelle verra lejour à lautomne 2015 avec pour ambition dedevenir un lieu de référence au niveau mondialpour développer des technologies du virtuel.Une annonce faite en présence de Fleur Pellerin, laMinistre déléguée auprès du ministre duRedressement productif en charge des Petites etmoyennes entreprises, de lInnovation et delÉconomie numérique et Guillaume Garot, Ministredélégué auprès du ministre de lAgriculture, delAgroalimentaire et de la Forêt, chargé delAgroalimentaire.Réhabiliter LES SITESANCIENSLe projet va permettre en outre de réhabiliter lesanciennes casernes du 42ème régiment detransmission, abandonnées suite à la réforme de lacarte militaire et par conséquent de redonner unsecond souffle à la ville.La Cité de la Réalité Virtuelle aura pour but dêtre àla fois un centre de recherche et de développement,un pôle denseignement et de formation mais aussiun incubateur dentreprises. Le tout gravitantautour des nouvelles technologies, de la 3D et de laréalité virtuelle. 5700m2 dédiés à la fois au mondeprofessionnel mais aussi au grand public à traversles 2000m2 du Living Lab un lieu où les visiteursparticiperont à la conception de produits et servicesen testant et évaluant des prototypes.Le projet, unique en Europe, bénéficie du soutien detoutes les collectivités qui cofinanceront le projet.Les 18,8 millions deuros nécessaires à la mise enoeuvre de la Cité seront répartis entre la Région(9,4 millions deuros), Laval agglo (8 millionsdeuros) et lÉtat (1,4 million deuros).Grâce à ce projet, la ville de Laval espèreattirer à la fois des grands noms du secteurmais aussi un tissu de start-ups innovantes.Plus que jamais, le développementéconomique des territoires passe par ladifférenciation et la spécialisation dans desfilières davenir. En prenant garde déviter ladépendance vis à vis dun secteur dactivité.
    • CONTACTPerspectives est un magazineconçu et édité par AthénéaConseils. Le magazine est distribuéà 2000 lecteurs.ATHENEA CONSEILS15 chemin de la crabe31300 ToulousePour nous contacter :Ligne directe : 06 72 89 76 06Mail : direction@athenea.frwww.athenea.frVous souhaitez communiquer,être interviewé ou bien mettreen avant votre entreprise ausein de notre magazine :contactez-nous.Créer DULIENFACEBOOKVIADEOTWITTERYOUTUBELINKEDINNOTRE ACTURejoigneznos2000 lecteursNOTRE ACTUVIE DU CABINETIMAGE, Réputation &NotoriétéEric Bompard « La notoriété doitêtre construite en permanence »Pour vendre ses produits et services, il ne suffit pas deconstruire une offre cohérente avec les attentes, lesbesoins et les budgets de sa cible, il faut aussi bâtir leurimage et les faire connaître.En effet, beaucoup d’entreprises pêchent par une image ou unenotoriété défaillantes. Et ce, malgré même une offre quasiparfaite.Athénéa accompagne les entreprises dans la connaissance et lamaîtrise de leur notoriété et de leur image grâce à des étudescomplètes menées auprès de leur cible ou bien sur la populationen général. Notre expertise permet de mesurer la notoriétéd’une marque, de comprendre les origines d’un déficit d’image,de détailler les flux de fréquentation d’un point de vente oubien encore de connaître l’impact d’une campagne decommunication récente. Toutes nos études s’accompagnentde préconisations stratégiques pour vous aider à atteindrevos objectifs.51,6% des entreprises françaises ne réalisentjamais des enquêtes de notoriété, 16,7% eneffectuent moins d’une fois par an.JournalduNet 2008PAGE 19 – PERSPECTIVES, LE MAGAZINE D’ATHENEA CONSEILS – N°16 MAI-JUIN 2013