Uploaded on

Les infections mixtes - Présentation de la 1ère édition du Cours international « Atelier Paludisme » - RAMAROSANDRATANA Benjamin, Adjoint technique Service de Lutte contre la Paludisme, Min. Santé …

Les infections mixtes - Présentation de la 1ère édition du Cours international « Atelier Paludisme » - RAMAROSANDRATANA Benjamin, Adjoint technique Service de Lutte contre la Paludisme, Min. Santé MADAGASCAR.

  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Be the first to comment
    Be the first to like this
No Downloads

Views

Total Views
299
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0

Actions

Shares
Downloads
8
Comments
0
Likes
0

Embeds 0

No embeds

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
    No notes for slide

Transcript

  • 1. PALUDISME:LES INFECTIONS MIXTES Ramarosandratana Benjamin 02 mai 2003
  • 2. Présentation générale Les espèces plasmodiales de l’homme Définition des infections mixtes Différents aspects traités Le diagnostic Les conséquences cliniques Les interactions immunologiques Les recommandations thérapeutiques
  • 3. Les espèces plasmodiales de l’homme P. falciparum P. vivaxLa seule espèce qui Responsable destue et est rechutes à distanceresponsable desformes graves
  • 4. Les espèces plasmodiales (suite) P. malariae P. ovaleReviviscence (20 à 50 ans) Responsable des rechutes à distances
  • 5. Qu’est ce qu’une infectionmixte ? Infections mixtes: Deux espèces plasmodiales différentes ou plus chez un même individu. Exemples: P. falciparum + P. malariae (Afrique intertropicale) P. falciparum + P. ovale (Afrique de l’ouest) P. falciparum + P. vivax (Asie et Amérique du Sud) A DIFFERENCIER : Des infections multiples Du polyparasitisme Les co-infections
  • 6. Les aspects diagnostiquesLes infections mixtes sont souvent méconnues àl’examen microscopique car: Très faible densité pour l’une des espèces. Lecture trop rapide et influencée par l’espèce majoritaire. Mauvaise qualité des préparations microscopiques. Formation du microscopiste. Sous estimation de la prévalence des espèces minoritairesGrand intérêt pour les méthodes moléculaires (PCR) Augmentation des prévalences des espèces minoritaires. Méthodes complémentaires et utiles.
  • 7. Les conséquences cliniques Perturbations des cycles classiques des accès palustres. Paludisme grave: Symptômes plus atténués: Ex: P. vivax réduirait la sévèrité de l’infection par P. falciparum. "Autorégulation" des densités parasitaires. Le degré de l’anémie est diminué. La réponse au traitement serait améliorée.
  • 8. Les interactions immunologiques Il existe une immunité croisée entre les espèces: Espèce B Espèce A Spécificités antigéniques partagées Réponses immunitaires croisées INTERACTIONS entre espèces
  • 9. Interactions immunologiquesImmunité spécifique d’espèce chez l’homme: La protection contre P. falciparum ne protège pas contre l’infection à P. vivax La réponse immuno –protectrice contre P. malariae a une incidence sur le développement d’une infection à P. falciparum
  • 10. Les recommandationsthérapeutiques Infections à p.falciparum + P. vivax ou P. ovale: Si l’examen ne reconnaît que le P. falciparum, les rechutes tardives à P. vivax ou P. ovale pourraient échapper au traitement. A l’inverse si l’infection à P. falciparum est méconnue, l’urgence du traitement peut ne pas apparaître. Une infection mixte à P. falciparum doit être traitée comme une infection à P. falciparum associée à une molécule (ex: Primaquine) pour éviter les rechutes occasionnées par P. vivax ou P. ovale sauf contre-indication à la Primaquine (déficience en G6PD). Pour P. falciparum + P. malariae: Traiter uniquement comme P. falciparum. Notion de "Résistance aux antipaludéens" :risque de sélection de parasites résistants.
  • 11. Conclusion On doit avoir à l’esprit cette notion d’infection mixte dans l’étude de l’épidémiologie et du traitement du paludisme. Beaucoup d’hypothèses restent à vérifier en ce qui concerne les interactions entre les espèces et leurs conséquences sur l’épidémiologie du paludisme. Ceci offre de nombreuses voies de recherche dans l’avenir.
  • 12. Références bibliographiqueshttp://www.africaonline.com/site/Articles/1,10,1512.jsphttp://www.pubmedcentral.nih.gov/articlerender.fcgi?rendertype=abstract&artid=111500http://www.md.ucl.ac.be/stages/hygtrop/Wery/plasmodiums/wery1310.html#biologiehttp://www.med.univ-angers.fr/service_serveur/invite/anofel/cnrepia/Part2oCnrmi16_17.pdfhttp://biomserv.univ-lyon1.fr/E2M2/presentations/chapitre6/Vignes_Frederique.htmlhttp://www.sciencedirect.com/sciencehttp://www.rph.wa.gov.au/labs/haem/malaria/france/test36.htmlhttp://www.malaria.orghttp://www.malaria-info.net/malaria_test/index.htmlhttp://www.ncbi.nlm.nih.gov/entrez/query.fcgi?cmd=Retrieve&db=PubMed&list_uids=1287912&dopt=Abstract