Où en est-on par rapport aux objectifs d'Abuja ?

  • 93 views
Uploaded on

Où en est-on par rapport aux objectifs d'Abuja ? - Présentation de la 7e édition du Cours international « Atelier Paludisme » - Rakotobe Ramy - Madagascar - ramy.rakotobe@gmail.com

Où en est-on par rapport aux objectifs d'Abuja ? - Présentation de la 7e édition du Cours international « Atelier Paludisme » - Rakotobe Ramy - Madagascar - ramy.rakotobe@gmail.com

  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Be the first to comment
    Be the first to like this
No Downloads

Views

Total Views
93
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0

Actions

Shares
Downloads
1
Comments
0
Likes
0

Embeds 0

No embeds

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
    No notes for slide

Transcript

  • 1. Ramy RakotobeMINSANPFAtelier Paludisme 2009EVALUATIONpar les FACILITATEURS
  • 2. Code de classementExcellente présentation : 5 étoiles colorées sur 5(voir diapositive de titre)Adressez vos questions ou commentaires à :atelier.paludisme@pasteur.mgBonne lecture !
  • 3. Ramy RakotobeMINSANPFAtelier Paludisme 2009EVALUATIONpar les FACILITATEURS
  • 4. Abuja??...C’est quoi? Sommet des chefs d’état et de gouvernement des paysafricains: 25 avril 2000 à Abuja, Nigéria Qui? 44 des 50 pays africains touchés par le paludisme Quoi? Réalisation en 2 phases (2005 et 2010) desrésolutions prises durant le sommet Mots-clés: objectifs, Abuja, où, quandAtelier Paludisme 2009
  • 5. Objectifs d’AbujaEn 2005 En 2010 Accès à un traitement rapide,adéquat et abordable dans les24h après apparition dessymptômes de 60% des patientsatteints du paludisme 60% des enfants<5 ans etfemmes enceintes exposées aupaludisme bénéficient desmesures de prévention Accès à la chimioprophylaxie ouau traitement présomptifintermittent de 60% des femmesenceintes Réduction d’au moins 50% de lamorbidité et de la mortalitépalustre(Déclaration d’Abuja et plan d’action extrait dusommet africain pour faire reculer lepaludisme WHO/CDS/RBM/2000,17)Atelier Paludisme 2009
  • 6. Avant Abuja Situation de l’Afrique face au paludisme en 2000 Augmentation de l’incidence du paludisme dans lesannées 1980 à 1990: 300 millions de nouveaux cas par an Résistance aux insecticides et antipaludiques Détérioration des centres de santé primaires Accès difficile au traitement et à la prévention(World Malaria Report 2005 OMS) Fonds disponibles pour la lutte insuffisantsAtelier Paludisme 2009
  • 7. Après Abuja Situation de l’Afrique contemporaine face aupaludisme Incidence du paludisme quasi constante: 270 millions denouveaux cas par an (Africa malaria elimination campaign 2007, OMS) Centres de santé primaires précaires, éloignés Traitement et prévention difficiles d’accès Résistance aux antipaludiques Financement de la lutte pour l’élimination du paludisme→Bailleurs de fonds (Global Fund, Banque Mondiale,USAID, fondation Bill et Melinda Gates)Atelier Paludisme 2009
  • 8. Zones à risque épidémique enAfriqueAvant Abuja Après AbujaSource: Africa malaria report 2006 OMSSource: World malaria report 2003 OMSAtelier Paludisme 2009
  • 9. Réflexions(1) Taux d’échec croissant. Pourquoi? Surveillance du paludisme: Traitement à domicile Centres de santé primaire ne sont pas très fréquentés Agents de santé donnent chloroquine devant un cas de fièvre Résistances aux molécules utilisées (Kouyaté et al. 2007, Burkina Faso) Touche surtout enfants en bas âge 2001: 10% de résistance à la chloroquine et en 2003, taux de plus de 50% Application de la politique nationale(Kouyaté et al. 2007, Burkina Faso) Juste théorique mais non effective ACT préconisée mais non disponible Chloroquine reste le traitement de choix
  • 10. Réflexions(2) Écart entre Politique Nationale et la réalité ACT préconisés par l’OMS sont 10 fois plus chers que lachloroquine ($0.10 la dose) et la sulfadoxine-pyriméthamine→ inaccessibles pour la plupart des pays africains Influence des bailleurs de fonds: choix desantipaludiques utilisés dans la PNLP. Kenya où refus dufinancement des ACT et aval celui de la sulfadoxine-pyriméthamine malgré taux d’échec > 50% dans certainsdistricts (Kibwezi) (Yamey G. 2003)Atelier Paludisme 2009
  • 11. Réflexions(3) Mésentente entre institutions Malaise entre différentes entités Perte de crédibilité des principaux bailleurs Dépenses inutiles (Attaran et al. 2004 WHO, Global Fund) Et après? Autonomie des états face au fléau?(Attaran et al. 2004 WHO,Global Fund) Efforts de la part des gouvernements pour la mise enplace d’une PNLP efficace(Steketee et al. The Zambia experience through 2006. 2008)
  • 12. Par rapport aux objectifs Accès à un traitement rapide Traitement à domicile Antipaludiques accessibles sur les étals des marchés Prévention chez enfants <5 ans 23% enfants et 27% des femmes enceintes dorment sous moustiquaires(World Malaria Report 2008, OMS) Majorité des enfants mourant de paludisme ne sont pas vus au sein d’uncentre de santé. Cause majeure de mortalité infantile: 35 pour 1000 paran au Burkina Faso (Kouyaté et al. 2007) Accès à la chimioprophylaxie 18% femmes enceintes (World Malaria Report 2008, OMS)
  • 13. Par rapport aux objectifs Réduction d’au moins 50% de la morbidité et de lamortalité palustres Selon l’OMS, entre 2000 et 2006 ou 2007, objectif estatteint (World Malaria Report 2008, OMS) Mais: Fiabilité des données recueillies? Représentatif ou sélectif? Diagnostic confirmé ou simple présomption clinique? Administration des antipaludiques: efficace? Abordable? Mesures de lutte: suffisantes? Efficaces?Atelier Paludisme 2009
  • 14. Perspectives Mise à niveau des agents de santé TDR et confirmations biologiques Traitement à domicile Mesures préventives: Assainissement de l’environnement Moustiquaires imprégnées Aspersions intra domiciliaires d’insecticide Traitement présomptif intermittent Participation plus active de l’Etat dans le financement de laPNLPAtelier Paludisme 2009
  • 15. Conclusion Objectifs d’Abuja = mythe Financements, et après? Autonomie des pays? Jusqu’à quand? Vers l’élimination effective du paludisme ? Oupandémie à craindre?Atelier Paludisme 2009
  • 16. Bibliographie World Malaria Report 2005 rbm.who.int/wmr2005/pdf/intro_section.pdf WHO/CDS/RBM. The African Summit on Roll Back Malaria Meeting Report.Geneva: World Health Organization. 2000, 17-18 Steketee et al. National malaria control and scaling up for impact: the Zambiaexperience through 2006. Am. J. Trop. Med. Hyg. 2008, 79(1):45-52 Attaran et al. WHO, the Global Fund, and medical malpractice in malariatreatment. The lancet 2004, 363:237-240 Kouyaté et al. The great failure of malaria control in Africa: a districtperspective from Burkina Faso. Plos medicine 2007, 4, 6:e127 Yamey G. Malaria researchers say global fund is buying « useless drug ». BMJ2003, 327: 1188 Africa malaria elimination campaign 2007, OMS World Malaria Report 2003, OMS World Malaria Report 2006, OMS World Malaria Report 2008, OMS
  • 17. Merci de votreattention!Atelier Paludisme 2009