Table-ronde "La salle, la classe, le web" - OPCAL

1,942 views
1,860 views

Published on

Synthèse de la table-ronde "L’action et la diffusion culturelles", organisée par le collège Action&Diffusion culturelles de l'association OPCAL. 13/03/2010 - http://www.opcal.fr

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total views
1,942
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
3
Actions
Shares
0
Downloads
9
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Table-ronde "La salle, la classe, le web" - OPCAL

  1. 1. TABLE RONDE  LA CLASSE, LA SALLE, LE WEB  FESTIVAL INTERNATIONAL DE LA‐ROCHE‐SUR‐YON                                                              VENDREDI 15 OCTOBRE 2010   Introduction  par  Carole  Desbarats  (directrice  de  la  diffusion  des  savoirs  à  l’Ecole  Normale Supérieure de Paris) et Yannick Reix (Délégué général du FIF de La Roche‐sur‐Yon)  YANNICK REIX Ce  colloque  est  organisé  par  les  Enfants  de  Cinéma,  en  collaboration  avec  le  Festival International  du  Film  de  La  Roche‐sur‐Yon  et  l’OPCAL  (Association  des  Professionnels  du Cinéma et de l’Audiovisuel Ligériens), qui regroupe des professionnels de tous les corps de métiers  du  cinéma  (de  la  production  à  la  diffusion),  avec  le  soutien  de  la  DRAC  Pays  de  la Loire et la Région Pays de la Loire. Ce colloque a été pensé avec Eugène Andréanszky (Délégué général des Enfants de Cinéma), sur une actualité qui concerne l’éducation artistique, donc les différents dispositifs (Ecole et Cinéma…).  Nous  souhaitions  engager  une  réflexion  sur  le  travail  à  mener  dans  les  classes, avec les salles de cinéma, commencé à appréhender la question de l’Internet et du Web.  CAROLE DESBARATS Pour ce d’entre vous qui participez régulièrement aux rencontres, cela doit faire écho avec ce que nous avions fait autour du jeu vidéo, je veux dire par là travailler un sujet qui n’est pas  directement  de  notre  culture,  de  notre  travail,  de  notre  rapport  aux  enfants  dans  la classe, mais qu’il est nécessaire de connaître, voir de pratiquer de par son implantation dans la  société.  Avant  de  lancer  ce  colloque  je  voudrais  vous  rapporter  le  sentiment  que  j’ai  eu  en participant très récemment aux Assises de l’Education Numérique. Cela se passait à la Cité  1
  2. 2. des  Sciences  et  de  l’Industrie.  Plusieurs  centaines  de  personnes  étaient  présentes. Participaient  aux  rencontres  et  aux  ateliers  les  plus  hauts  sommets  du  Ministère  de l’Eduction  de  l’Enseignement  et  de la  Recherche,  mais également  des organismes  dont  j’ai découvert l’existence, telle que Cap Digital. À tel point que dans certain atelier, 70% des gens venaient de l’industrie et 30% de l’éducation au sens très large du terme – des enseignants comme  vous  et  moi,  mais  aussi  des  gens  de    l’éducation  informelle  (par  exemple  les personnes travaillant pour la télévision de la Cité des Sciences, qui font de l’éducation vers un très large public). Je dois avouer que cela a été un choc car d’habitude nous voyons les enseignants entre eux, les industriels entre eux. De plus il était tout à fait intéressant de constater que la majorité était du côté des industriels.  Qui sont ces industriels ? Tous les gens qui se préoccupent de faire de l’édition numérique, les fameux tableaux blancs, toutes ces PME, plus ou moins importantes qui gravitent autour de  ce  nouveau  « fromage »  et  qui  se  demandent  avec  quel  contenu  remplir  ces  nouveaux outils qu’ils inventent. Et c’est cela qui était rassurant, de voir ces industriels appeler à ce qu’il y’ait autre chose que la digitalisation de livres déjà existants, mais bien des contenus spécifiques. Et  c’est  dans  ce  sens  que  va  le  colloque  de  ce  jour,  qu’est  ce  qu’apporte  ce  support spécifique, comment peut‐on travailler avec ?  Nous  continuons  à  Ecole  et  Cinéma  à  débroussailler  des  terrains  qui  nous  sont  un  peu étrangers et qui sont pourtant notre quotidien.  Je dirais que pendant ces Assises, j’ai eu le sentiment très fort qu’il y avait des recherches qui se faisaient du côté du Ministère, des cabinets, mais il reste important qu’une organisation comme  la  nôtre  se  pose  des  questions  avant  que  des  textes  ne  viennent  nous  dire exactement ce que nous devons faire.   Nous pouvons être une force de proposition.   2
  3. 3. Pour finir, hier soir, Françoise Lagarde qui représentait ici la DEGESCO (Direction Régionale de  l’Enseignement  Scolaire),m’expliquait  par  exemple  qu’il  venait  d’être  lancé,  autour  du Ministère  de  l’Education  National, un  Dictionnaire  des Ecoliers,  un  nouvel  outil  totalement wiki  (c‐a‐d  participatif).  Commence  donc  à  grandir  cette  idée  que  des  classes,  des  enfants font des définitions. J’espère  que  cet  après‐midi,  avec  nos  intervenants,  avec  vous,  nous  allons  avoir  un  débat nous  permettant  de  mieux  appréhender  cette  nouvelle  culture,  perçu  comme  horizontale, collaborative par rapport à une culture dite verticale où la parole tombe du haut vers le bas. Ces  deux  descriptions  sont  bien  sur  caricaturales,  nous  pouvons  probablement,  en connaissant mieux ces réseaux du Web et ce qu’ils peuvent apporter à la classe, affiner ce schématisme et rentrer dans des propositions.   Première  intervention : Web  et  Cinéma. De  l’économie  de l’attention  aux  nouvelles  pratiques  d’écritures :  quels  enjeux  pour quels publics ?  Par  OLIVIER  ERTZSCHEID,  professeur  à  la  faculté  de  La  Roche‐sur‐Yon  et  spécialiste  des réseaux sociaux et du Web.  L’objectif  de  mon  intervention  est  d’essayer  de  vous  montrer  ce  que  les  nouvelles technologies,  qui  ne  sont  plus  très  nouvelles  d’ailleurs,  peuvent  changer  dans  le  rapport  à l’enseignement  et  plus  généralement  l’impact  qu’elles  peuvent  avoir  sur  nos  rapports  aux médias. Un sujet à la fois très dense et très vague.  Dès qu’on aborde le sujet des nouvelles technologies, se pose toujours la question de savoir si ceci va remplacer cela, si demain Youtube remplacera le cinéma, si les TIC (Technologies de  l’Information  et  de  la  Communication)  ou  les  logiciels  d’enseignement  à  distance remplaceront les professeurs etc. Je vais donc commencer par vous expliquer ce que je ne vais pas vous dire : Je ne vais pas vous dire si Facebook, si Youtube, si les blogs sont bons ou mauvais.  3
  4. 4. Je ne vais pas vous dire qui sont les ados, élèves, étudiants présents sur ce type de sites. Je ne vais pas  vous dire non plus si les usagers vont êtres pris en otages, si les vieux métiers vont  disparaître,  si  le  Web  va  tuer  le  cinéma  et  les  droits  d’auteurs  ou  si  les  blogs  et  les réseaux sociaux vont remplacer les enseignants.  Ce que je veux vous dire tiens en quatre points :   1 – Que change le paradigme, le modèle Internet ? 2 – De quelle manière s’effectue ce changement dans la relation de transmission et d’accès au savoir et à la culture ? 3 – Qu’est ce qui est encore négociable dans nos pratiques d’enseignants, de pédagogues, de formateurs ? 4 – Qu’est ce qui n’est déjà plus négociable, qu’est ce qui a déjà vraiment changé pour qu’il soit impossible de revenir en arrière ?   1 – Que change le paradigme, le modèle Internet ?  En  premier  lieu  notre  rapport  à  l’espace.  Avec  tous  les  outils  mis  à  notre  disposition,  les notions  de  frontières,  de  territoires,  d’éloignement,  de  proximité  ne  sont  plus  dictées  par l’organisation sociale du monde mais par des outils qui vont conditionner notre perception de ce qui est loin ou proche. Aujourd’hui avec Google Earth je peux zoomer sur le jardin de mon voisin qui habite à 25 000 Km de chez moi, je peux échanger instantanément avec lui sur les réseaux sociaux. Nous avons un rapport à l’espace qui est complètement bouleversé.   Notre  rapport  au  temps  est  également  chamboulé,  le  mot‐clef  dominant  étant l’immédiateté. Cette immédiateté agie à la fois en émission – je suis capable de bloguer, de prendre  une  photo  dans  la  rue  et  de  la  mettre  instantanément  sur  un  site  via  mon  smart phone,  photo  ou  propos  qui  seront  ensuite  repris  dans  les  journaux,  l’AFP  etc  –  mais également  en  réception  puisque  dès  qu’une  information  m’arrive  avec  plus  d’une  demi‐heure  de  retard,  j’ai  l’impression  qu’elle  date  du  siècle  dernier  et  qu’elle  n’a  plus  aucun intérêt puisque j’ai envie d’avoir tout, tout de suite.  4
  5. 5. On passe d’une logique de périodicité (dictée par le média lui‐même) à une logique de flux, tendu  en  permanence  (un  va  et  vient  informationnel  permanent  dans  lequel  il  est  parfois difficile de se situer). On voit par exemple sur le site Google News, quasiment en temps réel ce pouls du monde qui s’affiche, avec des informations datant parfois de 3 ou 4 minutes.     Ce  qui  change  également,  c’est  le  passage  d’un  rapport  documentaire  au  monde  qui  était dicté  par  des  lois  professionnelles  (genres  cinématographiques  bien  identifiés,  contenus d’enseignements,  modèles  de  classifications…).  Aujourd’hui,  tout  le  monde  a  un  rapport documentaire au monde. On est en permanence, sur les blogs, les réseaux sociaux, en train de classer, de déposer des petits mots‐clefs, des tags, qui servent ensuite à l’organisation de l’information. Nous sommes en train de construire un modèle collaboratif d’indexation où ce qui fait la pertinence du mot‐clef n’est plus le fait qu’il est été choisi par quelqu’un avec une compétence  professionnelle,  mais  qu’il  soit  le  plus  caractéristique  des  usages.  C’est  le nombre de personnes qui ont choisi ce mot‐clef qui en fait un terme marquant, déterminant.   5
  6. 6. Notre rapport à l’archive est également bouleversé. La où il fallait faire des choix pour des raisons  de  places,  d’utilité  des  documents…  aujourd’hui  avec  les  technologies  du  Web, l’archive  est  permanente,  alimentée  par  tout  le  monde.  Il  existe  sur  un  site  d’archive  la Wayback Machine, qui vous permet de retracer sur 15 ans l’historique de milliards de pages Web.  Tout  ce  que  l’on  dépose  sur  l’Internet  alimente  une  archive  en  temps  réel  de  notre monde.  Ce qui change aussi, c’est notre rapport à l’information, à la culture, à l’enseignement avec un  poncif  qui  consiste  à  dire  que  tout  va  trop  vite.  Ce  qui  est  incontestable  c’est l’accélération des choses, des modes de transmission et du rapport au monde, mais ce n’est pas  parce  qu’il  y  a  une  fuite  en  avant  qu’il  y  a  nécessairement  une  chute  à  la  fin.  Il  existe aujourd’hui des dispositifs qui permettent de gérer cette accélération du temps, d’en faire quelque chose de productif, qui peut être utilisé dans une perspective d’enseignement.  Ce qui change enfin, c’est que peu importe le sujet abordé, on s’aperçoit qu’Internet est de plus  en  plus  un  centre  de  gravité  autour  duquel  on  va  retrouver  des  choses  qui  existaient bien avant Internet : des lieux de médiations (la classe, la salle de cinéma), des espaces de transmission, des dispositifs techniques (ordinateurs, smart phones…). La difficulté étant de trouver  ça  place  l’intérieur  de  ce  dispositif ;  en  tant  qu’individu,  mais  également  en  tant qu’enseignant, que membre d’une collectivité, qu’institution, que producteur….  Il  existe  une  théorie,  « L’économie  de  l’attention »  développée  par  Herbert  Simon  (Prix Nobel  d’Economie),  qui  permet  de  décrire  les  enjeux  derrière  tous  ces  nouveaux  outils, derrière  tous  les  bouleversements  d’Internet.  Mr  Simon  a  dit  une  chose  assez  simple, l’attention c’est finalement, le temps passé au visionnage + le temps d’audition + le temps d’usage d’une ressource. Avant Internet nous étions confronté à un espace limité (nombre de  pages  d’un  journal,  d’un  livre…),  un  temps  limité  (durée  d’un  film,  d’une  émission…). Internet abolit ces limites spatiales et temporelles. Parmi les avantages, il y a le fait que nous ayons basculé dans une espèce d’économie de l’abondance, il y a une profusion d’articles de presse,  de  ressources  pédagogiques  et  de  tout  ce  que  vous  voudrez  bien  chercher.  Cette profusion à souvent pour effet de placer le citoyen lambda dans une situation de surcharge cognitive  et  informationnelle  –  nous  recevons  beaucoup  trop  d’information,  bien  plus  que  6
  7. 7. nous  ne  sommes  capable  de  gérer.  Nos  amis  Québécois  ont  inventé  un  mot  pour  cela, l’infobésité,  cette  espèce  de  dérèglement  hormonal  dû  à  notre  surconsommation d’information.  À  côté  de  cela,  qui  reste  quand  même  un  avantage  –  l’idée  n’étant  pas  de  raréfier l’information – il y a malgré tout un phénomène de pollution informationnelle, c’est‐à‐dire l’éternel  débat  sur  Internet  comme  lieu  de  circulation  des  rumeurs,  les  réseaux  sociaux comme  dangereux  agitateurs  permettant  de  mobiliser  les  lycéens  qui  sinon  seraient  en cours… à laquelle s’ajoute une sorte de procès en moralité adressé à tous ces sites, plus des pratiques  documentaires  qui  consistent  par  exemple  à  faire  de  l’indexation  faussée  pour être en bonne place dans les moteurs de recherche. Ce que Mr Simon explique dans sa théorie c’est que l’attention de chacun étant limité, fasse à cette profusion d’information elle devient une source très rare. On en arrive au final à la fameuse doctrine de Patrick Lelay qui, quand il vend du temps de cerveau disponible à Coca‐Cola, vend en fait l’attention de téléspectateur de TF1. Le  responsable  des  partenariats  publicitaires  chez  Google  explique ceci à  ces  clients :  « Les internautes vous paient avec le temps qu’ils passent sur vos contenus. Ils vous paient avec leur attention. » Nous  touchons  là  à  quelque  chose  d’essentiel  puisque  cette  attention  est  ensuite décortiquée,  analysée,  alimentée  par  des  sites  qui  ressemblent  de  près  ou  de  loin  à  des réseaux sociaux. Au  final,  quand  on  essaye  de  faire  la  photographie  d’un  individu  relativement  actif  sur  les blogs ou les réseaux sociaux, on s’aperçoit que cette personne, du point de vue des moteurs de  recherche,  des  réseaux  sociaux  eux‐mêmes,  devient  une  ressource  documentaire.  En permanence,  dans  tous  ces  sites,  nous  nous  décrivons  nous‐même,  parfois  à  « l’insu  de notre plein gré ». Nous allons poster des photos, des commentaires, mais aussi adhérer à un certain nombre de groupes, de pages qui vont aussi dire des choses de nous. Quelle que soit l’activité que l’on pratique en ligne nous sommes à chaque fois plus documentés, plus décrit. Derrière  tout  cela,  les  annonceurs,  les  équipes  marketing  sont  bien  sûr  à  l’affût  de  cette mine de  renseignements.     7
  8. 8. 2 – De quelle manière s’effectue ce changement dans la relation de transmission et d’accès au savoir et à la culture ?  Il y en premier lieu ce que j’appelle le syndrome de la diligence. Je veux dire par là que nous essayons systématiquement d’inventer, d’interpréter les nouvelles technologies à l’aune de modèles  anciens  qui  ne  sont  pas  nécessairement  adéquats.  Par  exemple,  ceci  est  une diligence  (un  moyen  de  transport  avec  des  sièges,  des  rangements  pour  les  bagages,  des passagers…) :     Ceci  est  également  un  moyen  de  transport  (comportant  plus  ou  moins  les  mêmes caractéristiques) :     Pour autant, ce ne sont pas les conducteurs de diligence qui auraient pu inventer le TGV. Au‐delà des invariants que nous allons retrouver (différence d’époque, de technologie…), il y a  8
  9. 9. surtout  une  approche  totalement  différente  et  c’est  cette  bascule‐là  qu’il  est  souvent difficile de trouver.  Il y a d’autre exemple comme cette bibliothèque (BNF de Paris) :     Mais ceci est également une bibliothèque :       Une bibliothèque où l’on va retrouver des encyclopédies, des ressources iconographiques en abondance  et  de  très  grande  qualité,  bien  sûr  une  indexation,  des  mots‐clefs,  mais également  un  espace  détente  (facebook,  msn…)  où  l’on  va  discuter  de  ses  dernières  9
  10. 10. lectures, du dernier film que l’on a vu, comme on le ferait autour de la machine à café en sortant de la BU.    Autre exemple, ceci est une salle de cinéma :       Ceci ressemble à leur salle de cinéma :       Pour  vous  donner  une  idée,  en  2008,  13  heures  de  vidéos  étaient  mises  en  ligne  chaque minute sur Youtube. Dans toutes ces vidéos, il y a bien sur beaucoup d’images de mariages,  10
  11. 11. de vidéo gag… mais il y a aussi par exemple une partie de la programmation du Festival que vous  avez  pu  voir  hier,  des  films  anciens  qui  ont  été  postés  par  des  amateurs  ou  des organismes, des colloques…  Enfin,  ceci  est  une  (ancienne)  salle  de  classe  avec  de  la  transmission,  de  l’échange,  un rapport au savoir :      Ceci est également une salle classe puisqu’il y a aussi de la transmission, de l’échange et un rapport à la connaissance :        11
  12. 12. 3 – Qu’est ce qui est encore négociable dans nos pratiques d’enseignants, de pédagogues, de formateurs ?  Que fait‐on une fois qu’on a dit tout ça ? Il y a plusieurs stratégies, la première étant de jouer l’indifférence en passant totalement à côté de ces nouveaux outils. La  seconde,  à  mon  avis  assez  risquée  sur  le  long  terme,  étant  d’en  interdire  totalement l’accès.  Certaines  institutions  tout  à  fait  respectables  ont  choisi  cette  deuxième  option  en interdisant à leurs étudiants d’utiliser Wikipédia ou de se connecter sur Facebook. La troisième consiste à aller chercher les utilisateurs pour les ramener dans « la vraie vie » en expliquant que le savoir se trouve dans les encyclopédies, dans les vraies bibliothèques ou les vraies salles de cinéma. Enfin,  la  dernière  solution,  et  certainement  la  meilleure,  consiste  à  y  aller  également, considérer qu’il y a aussi des outils intéressant et s’en servir. Pour le dire autrement, il faut s’efforcer de redevenir pédagogue au sens premier du terme, le  pédagogue  était  dans  l’Antiquité  l’esclave  charger  d’accompagner  les  enfants  de  son maître  sur  le  chemin  de  l’école.  C’est  dans  ce  sens  d’accompagnement  que  nous  avons  le moyen de qualifier positivement notre rapport aux nouveaux médias.  D’après Henry Jenkins (chercheur au MIT qui travaille notamment sur les réseaux sociaux), nous voyons se mettre en place sur ces réseaux ce qu’il appelle des adhocraties, des formes d’organisation  sociale  et  politique  avec  peu  de  structuration  et  de  relations  hiérarchiques entre  les  membres  mais  construites  avec  un  maximum  de  diversité.  Ce  qu’il  dit,  c’est  que nous devons réussir à inventer des universités sur le modèle de Youtube, qui vont permettre d’aller  chercher  la  compétence,  l’expertise  là  où  elle  se  trouve,  de  la  valoriser  et  de  la ramener  dans  un  cycle  de  pédagogie  standard.  Il  dit  aussi  que  pour  éduquer  de  tels étudiants,  lycéens,  collégiens,  nous  n’avons  pas  tant  besoin  d’universités  que  de  réseaux intellectuels.  D’où  l’intérêt  de  notre  présence  sur  ces  sites  pour  porter  la  parole  de l’enseignant, du formateur, du pédagogue.  Deux  autres  chercheurs,  Jean  Lave  et  Etienne  Wenger,  anthropologues  de  leur  état,  ont théorisé  ce  qu’ils  appellent  « La  légitimation  de  la  participation  périphérique ».  Ils  ont  12
  13. 13. observé  sur  des  communautés  humaines  que  l’on  apprenait  davantage,  de  manière  plus efficace, à partir du moment où l’on était en situation de participation périphérique, plutôt qu’en  étant  au  centre  de  l’action,  donc  en  rapport  traditionnel  prof/élève.  Notre apprentissage est plus naturel si on observe, si on nous sollicite en nous demandant notre avis et qu’à partir de là s’engage le débat.  Il  y  a  une  autre  constante,  caractéristique  des  outils  Internet  qu’on  appelle  « La  force  des liens  faibles ».  Normalement,  dans  la  vraie  vie,  les  liens  les  plus  forts  en  termes  de recommandation  (choix  d’achat  d’un  livre,  d’un  film  à  aller  voir…)  sont  plutôt  notre  cercle proche (familles, amis, collègues…). Sur Internet, et sur les réseaux sociaux en particulier, on se  rend  compte  que  les  meilleurs  outils  de  recommandation  sont  ces  fameux  « liens faibles ». Des gens très éloigné de vous, à tous les points de vue, mais qui participent là aussi à une espèce de périphérie. Si quinze d’entre eux vous explique que le film diffusé ce soir au FIF est vraiment génial, vous allez être tenté de suivre leur recommandation. On  voit  apparaître  des  nouveaux  mécanismes  de  conseils  tout  à  fait  spécifiques  au  média Internet.  Pour  réussir  à  gérer  cette  bascule  entre  nouveau  et  ancien  monde,  pour  faire  dans  la caricature,  il  manque  finalement  assez  peu  de  choses.  Il  s’agit  essentiellement  d’une question d’angle, au sens cinématographique du terme.  Internet, c’est avant tout des nouveaux codes à maîtriser, pour les enseignants comme pour les élèves. Ce que les pédagogues appellent « les nouvelles littératies du numérique », c’est‐à‐dire les nouvelles compétences liées aux outils numériques. Il y a également une série de notions qui bougent de manière radicale, quel que soit le site abordé. Danah  Boyd,  ancienne  universitaire  aujourd’hui  chez  Microsoft,  explique  très  bien  ces notions.  La  première,  la  persistance.    Ce  que  vous  avez  écrit  quand  vous  aviez  quinze  ans sera encore potentiellement accessible quand vous en aurez soixante. Deuxième  bouleversement,  la  « searchability »,  soit  la  capacité  à  être  retrouvé.  Sur  les réseaux sociaux, votre mère sait toujours où vous êtes, ce que vous y faites et avec qui. Ce qui peut poser des problèmes qui dépassent le seul outil numérique. Au Etat‐Unis, il y a des  13
  14. 14. sociétés qui proposent pour 50$ par mois de créer de faux profils Facebook pour infiltrer les enfants qui ont refusé de devenir « amis » avec leurs parents – et ça marche très fort. La  notion  de  reproductibilité  est  également  très  importante.  Tout  ce  que  l’on  a  dit, photographié, filmé, mis en ligne… peut se retrouver recopié, déplacer dans un univers de discours  totalement  différent.  Dans  le  rapport  de  la  transmission,  ce  qui  compte  c’est  le contexte de l’énonciation. C’est un des principaux problèmes inhérents aux nouveaux outils numériques, la décontextualisation du discours.  Autre  caractéristique  très  forte  du  rapport  au  numérique,  les  audiences  invisibles.  En  ce moment, je vous parle, vous êtes en face de moi, vous m’écoutez ou non, mais nous sommes ensemble.  Sur  les  réseaux  sociaux,  la  plupart  des  publics  destinataires  n’est  pas  là  au moment  où  s’effectue  la  médiation.  Quand  vous  publiiez  quelque  chose  sur  votre  mur Facebook, la majorité de vos amis ne sont pas connectés, ils en prendront connaissance dix minutes  ou  deux  jours  plus  tard.  Cela  pose  quand  même  un  gros  problème  en  termes  de transmission.   4 – Qu’est ce qui n’est déjà plus négociable, qu’est ce qui a déjà vraiment changé pour qu’il soit impossible de revenir en arrière ?  En premier lieu il y a ce que j’appelle les technologies de l’artefact. Sur Internet, rien ne sera plus  jamais  comme  avant  entre  l’originale  et  la  copie.  Par  exemple  sur  cette  diapo,  nous avons un monsieur qui fait du kayak :      14
  15. 15. Dans un journal à fort tirage, les bourrelets du monsieur ont été gommés grâce à un logiciel. Juste en dessous nous avons une photo de Winston Churchill avec son célèbre cigare. Cette photo  a  été  utilisée  à  Londres  en  grand  format  à l’entrée  d’une  exposition,  mais  sur  cette dernière, le cigare à disparu. Cela n’est pas caractéristique du média Internet. Ce qui change par  contre  avec  Internet  c’est  que  le  coût  d’entrée  pour  ces  technologies  est  totalement différent.  Aujourd’hui,  n’importe  qui,  sans  aucune  compétence  technique  particulière,  est capable  de  truquer  à  dessein  la  réalité.  Ce  qui  est  mis  en  question  ici  c’est  la  valeur  de preuve qui est essentielle à la société. À partir de quand peut‐on estimer qu’un document est authentique ? Par qui a‐t‐il été certifié ?  Cela  induit  également  le  problème  de  l’intégrité  de  l’œuvre  numérique.  Avant  une  œuvre avait  un  début,  une  fin,  elle  était  produite  par  un  auteur,  était  diffusée  dans  une  salle  de cinéma,  rangée  dans  une  bibliothèque…  Aujourd’hui  il  est  plus  compliqué  de  définir  une œuvre numérique. Encore une fois cela n’a pas été inventé avec Internet, en son temps, Luc Besson avait produit deux fins pour « Le grand bleu », une pour le public Français, une pour le  public  Américain.  Dans  le  cas  de  ce  film,  il  s’agissait  d’un  choix  d’auteur  identifié, revendiqué. Pour ce qui est des œuvres numériques qui n’ont de vie que sur le réseau, nous n’avons  plus  la  possibilité  de  savoir  ce  qui  est  authentique  ou  pas.  Il  faut  inventer  des nouveaux systèmes de certification. On parle beaucoup en ce moment des livres ou des films vendus à la découpe. Quel est les sens d’aller acheter le chapitre 4 des « Misérables » ou de la minute 17 ou la minute 22 de « Démineurs ».  D’autant que l’industrialisation de la production et de la diffusion des contenus numériques peut devenir aussi une systématisation de l’erreur, voir de la censure. Récemment, Toyota a rappelé  plusieurs  millions  de  voitures  pour  cause  de  problèmes  techniques.  Et  si  demain Amazon rappelait un million de copies des « Misérables » dans lesquelles Javert se retrouve demi‐frère de Jean Valjean. Ou encore Universal Picture qui rappelle des millions de copies de « Ben‐Hur » dans lesquelles il invente le vaccin contre la grippe. Sur Internet, on trouve également  les  films  « suédés » ;  des  amateurs  retournent  à  leur  manière  les  grands classiques,  soit  en  le  reprenant  plan  par  plan,  soit  en  modifiant  le  scénario,  bien  souvent avec de tout petit moyen (voir « Be kind rewind » de Michel Gondry). Cela ne veut pas dire  15
  16. 16. que c’est dangereux, mais cela interroge. Notre rapport à ce qui est vrai, ce qui ne l’est pas, à tout ce cycle de production et de diffusion est changé. Ce qui est plus inquiétant par contre, c’est d’imaginer qu’Amazon ou Universal ne rappelle pas  ces  œuvres‐là.  Qu’il  n’y  ait  plus  de  philtre  éditorial,  de  médiateur  qui  soit  capable  de nous dire, attention, ses œuvres sont peut‐être intéressantes et rigolotes, mais ça n’est pas « Les misérables », ça n’est pas « Ben‐Hur ».  Autre  gros  problème  que  pose  Internet,  c’est  le  périmètre  d’application  de  la  loi.  Les  lois sont nationales quand les usages sont internationaux. On en sortira pas, c’est comme ça. La législation  sur  les  droits  d’auteurs  par  exemple  n’est  pas  les  mêmes  en  France  et  en Amérique du Nord. Cela peut donner lieu à des aberrations tel qu’un site Québécois publiant les  œuvres  complète  de  tel  auteur  tombé  dans  le  domaine  public  chez  eux  mais  pas  chez nous. On a donc le droit de les télécharger à Montréal mais pas à La Roche‐sur‐Yon. A  priori  on  ne  trouvera  pas  de  solution  à  ces  problèmes  de  droits.  Sauf  à  dire  qu’au  lieu d’essayer  de  légiférer  sans  cesse,  sur  des  pratiques,  qui  soit  dit  en  passant  peuvent  être totalement  anecdotique,  il  vaudrait  mieux  réfléchir  à  des  manières  de  réglementer  les usages.  De  dire,  voilà  comment  nous  pouvons  prendre  en  compte  des  usages  avérés,  et grâce à cela, comment protéger efficacement les droits d’auteurs, les secteurs marchands.  Il  y  a  par  exemple  le  système  des  Licence  Creative  Commons  qui  ont  été  inventés  par Lawrence Lessig, professeur de droit à Harvard, qui consiste à laisser différentes possibilités aux  auteurs  diffusant  leurs  œuvres  sur  Internet.  Première  licence,  ils  diffusent  librement leurs  oeuvres,  demandant  seulement  à  ce  qu’on  les  mentionne  bien  en  tant  qu’auteurs. Deuxième  licence,  ils  diffusent  toujours  librement  et  autorisent  ou  non  la  modification  de l’œuvre… il y a six licences en tout qui ont toutes valeurs juridiques, pour lesquelles aucune loi n’a été votée mais qui correspondent à des usages. C’est également une manière assez saine  de  responsabiliser  les  gens,  autre  que  les  messages  un  peu  vains  sur  le  piratage  qui fleurissent autour de nous.  Pour conclure, je dirais que la question que pose ces nouveaux sites, ces nouvelles pratiques, est fondamentale et très ancienne. C’est la question des écritures, et d’avantage encore la question de la trace, de la mémoire de cette trace. Que va‐t‐il rester de tout ça. Ces écritures  16
  17. 17. sur  Internet  ont  forcément  évolué.  Il  y  a  une  quinzaine  d’années  le  must  technologique c’était  le  lien  hypertexte  (on  clique  sur  un  endroit  qui  nous  envoi  vers  un  autre  endroit). Nous sommes passé ensuite à l’écriture multimédia, on parle beaucoup aujourd’hui dans les milieux  audiovisuels  de  l’écriture  cross  média  (les  Web  documentaires  par  exemple  qui exploitent les acquis des écritures cinématographique, multimédia et papier dans un grand mixe qui tire le meilleur de chacun de ces médias).  Cela pose donc la question de l’inscription, de la mémoire, que va‐t‐il rester de tout ça… Hé bien tout va rester. Il y a des sites sont là pour tout archiver, qu’on le veuille ou non. Mais qui  va  assurer  la  médiation  sur  ces  immenses  entrepôts  de  données,  qui  va  être prescripteur ?  Est‐ce  que  les  enseignants  vont  lâcher  l’affaire  en  disant,  de  toute  façon  ils trouvent ce qu’ils veulent sur Facebook ou Wikipédia, ou bien va‐t‐on dire, dans Wikipédia, il y a des pages vérifiées qui sont pertinentes, d’autres qui ne le sont pas (d’ailleurs des outils du site permettent déjà d’organiser ce tri).  Ce qui me paraît essentiel c’est d’acquérir la capacité à s’orienter dans une carte, des outils qui sont à l’échelle du territoire (je vous renvoi à ce que je disais plus haut sur le changement de notre rapport à l’espace et au temps).  Ensuite,  et  là  nous  sommes  dans  un  vrai  programme  pédagogique,  il  faut  apprendre  à distinguer  ce  qui  relève  du  discours,  de  la  narration,  du  story  telling.  Pas  grand‐chose  de nouveau si ce n’est que l’éducation se doit de plus en plus d’être une adresse critique faite aux médias. Nous sommes de plus en plus dans des systèmes de médias qui pose un certain nombre de problèmes dans notre rapport à l’information et c’est, me semble‐t‐il au sein du bastion éducatif que nous avons le pouvoir de rebattre les cartes et de repartir sur des bases saines (mais c’est un autre débat…).  Je vous remercie de votre attention.  CAROLE DESBARATS En corollaire de tout ce que vous venez de nous dire, que pensez‐vous en tant que chercheur du lien à l’intimité, la vie privée ou à l’absence de vie privée ?  17
  18. 18.  OLIVIER ERTZSCHEID Il est évident que la vie privée, l’intimité font parties des choses qui sont le plus bousculés par Internet. Je crois qu’il y a toujours une part d’intime qui existe, mais il est de plus en plus difficile de la circonscrire. On est en permanence dans une tentation légitime du donnant‐donnant. Les réseaux sociaux fonctionnent sur un postulat assez simple, plus vous dévoilez de voter intimité aux autres, et accessoirement à ceux qui gèrent le site, plus vous bénéficiez d’un service de qualité, puisque proche de vos goûts, de vos centres d’intérêts. On retrouve cela  également  sur  les  sites  marchands  comme  Amazon  qui  vous  propose  toute  une sélection de produit en fonction de ce que vous achetez (si vous avez aimé ça, vous aimerez ça).  Un  monsieur  qui  s’appelle  Alain  Giffard  parle  d’une  industrialisation  de  l’intime.  L’intime devient  une  marchandise  fabricable,  reproductible.  Il  faut  être  très  vigilent  par  rapport  à cela. Je  fais  toujours  un  cours  sur  Facebook  à  mes  étudiants,  pour  leur  apprendre  à  restreindre leur  profil.  Comme  la  plupart  ne  m’écoutaient  qu’à  moitié,  j’ai  changé  de  stratégie. Maintenant  je  leur  demande  systématiquement  d’être  ami  avec  moi.  En  général  ils acceptent.  Pendant  les  cours,  je  leur  montre  des  photos  d’anciens  étudiants,  dans  des postures  par  toujours  très  avantageuses  et  tout  à  coup  ils  comprennent  l’intérêt  de restreindre  un  peu  leur  paramètre  de  confidentialité.  Mais  cela  reste  très  compliqué  car Facebook  change  sa  politique  de  confidentialité  tous  les  six  mois.  Cela  fait  parti  de  règles problématiques.  CAROLE DESBARATS Que pensez‐vous de cette modification du rapport au savoir qui consiste à dire que la vraie culture serait collaborative ?  OLIVIER ERTZSCHEID  Il  y  a  tout  d’abord  une  idée  fausse.  C’est  de  croire  qu’Internet  est  un  média  massivement collaboratif.  La  collaboration  c’est  quand  X  personnes  essaient  toutes  de  donner  quelque chose  à  la  communauté.  Sur  Wikipédia  par  exemple  on  retrouve  comme  dans  toute communauté humaine, 1% de participants actifs (qui créent de nouveaux articles), 30% de  18
  19. 19. collaborateurs  indirects  (qui  se  contentent  de  corriger  des  fautes  par‐ci  par‐là,  qui améliorent le contenu) et une immense majorité d’utilisateurs purs. Internet étant ce qu’il est il y a forcément plus de contributeurs, de producteurs d’infos que dans la vie réelle, mais le cycle de la collaboration, est stratifié de la même façon.   Deuxième intervention : La pluralité des écritures du Web  Par  PAUL  MATHIAS,  chercheur  en  « diktyologie »  et  Inspecteur  général  de  l’Éducation nationale  Je voudrais commencer par me référer à un travail d’Éric Guichard autour de la question de la définition de l’internaute, et dont il rend compte, par exemple, dans son mémoire d’H.D.R. intitulé L’Internet et l’écriture : du terrain à l’épistémologie (2010). La définition officielle de l’internaute  est  souvent :  « une  personne  ayant  eu  au  moins  une  expérience  récente  de l’Internet, quelle qu’elle fût » (voir par exemple le site de l’INSEE). Essayant de tester cette définition, Éric Guichard se demande comment les internautes, ainsi catégorisés, apprécient leur propre expérience des choses. Parmi les différentes questions posées à un large panel composé  indistinctement  d’internautes  et  de  non‐internautes,  il  était  demandé  de  dire  si l’on se sentait capable de faire des recherches sur le Web. Le dépouillement des résultats fit apparaître  qu’il  y  avait  un  plus  grand  nombre  de  personnes  estimant  s’y  connaître  en Internet que de personnes ayant effectivement eu au moins une expérience du Web. C’est un peu comme si, parmi nous, sur dix personnes qui ne seraient jamais montées dans une voiture, deux ou trois d’entre elles sauraient quand même conduire !  Cette enquête, un peu étrange il est vrai, nous montre en premier lieu que deux choses sont totalement  indissociables.  Tout  d’abord  la  réalité  de  l’Internet,  c’est‐à‐dire  un  réseau,  des moyens  de  communication,  des  machines,  des  protocoles,  etc. ;  et  ensuite,  le  halo  de représentations,  peut‐être  un  peu  de  fantasmes,  en  tout  cas  d’imaginations,  très certainement d’évaluations aussi. Il y a quelque chose de valorisant dans l’Internet, en tout  19
  20. 20. cas  que  l’on  estime  être  tel,  qui  touche  à  la  découverte  d’univers  nouveaux,  de connaissances nouvelles, à du savoir, à des savoirs.  D’un point de vue plus philosophique, on dira que l’expérience de l’Internet ne se développe pas à proprement parler à partir de la seule réalité de l’Internet. C’est immédiatement une expérience représentée, fantasmée, une expérience axiologiquement constituée. En ce sens, l’expérience  de  l’Internet  n’est  pas  le  résultat  de  cette  réalité  techno  structurelle  que constituent  les  réseaux,  mais  plutôt  –  et  paradoxalement  –  une  expérience  composant  la réalité de l’Internet comme système dusages et de pensées. Je veux dire par là que la réalité de  l’Internet,  ce  ne  sont  pas  simplement  des  réseaux  que  nous  nous  approprions  a posteriori,  mais  plutôt  un  affrontement  direct,  immédiat  et  intellectuel  des  réseaux  et  de leurs  « offres  de  possibilités » :  c’est  une  certaine  constitution  des  réseaux  dans  une intelligence  plus  ou  moins  appropriée  que  nous  avons  de  ceux‐ci.  Pour  le  dire  autrement, notre  expérience  des  réseaux  n’est  pas  une  expérience  réfléchie  et  a  posteriori,  mais  une expérience  immédiatement  et  radicalement  intellectuelle,  anticipée  comme  telle  avant même la prise en main effective de la chose. Notre approche, qu’elle soit rudimentaire ou approfondie,  qu’elle  soit  maladroite  et  primitive  ou  technologiquement  maîtrisée,  est immédiatement  et  fondamentalement  intellectuelle :  aller  sur  les  réseaux,  cest  dabord penser  aller  sur  les  réseaux  et  donc  y  aller  tout  surchargé  des  préconceptions  qui  en façonnent demblée, et en quelque sorte à notre insu, lexpérience.   Ce  qui  veut  également  dire,  me  semble‐t‐il,  que  nous  ne  sommes  pas  dans  une  simple pratique, dans un modèle de la manipulation de l’outillage communicationnel. Nous n’avons pas à notre disposition un certain nombre de machines, de protocoles, de logiciels que nous manipulons plus ou moins bien. Je crois que nous sommes  d’emblée et de plain‐pied dans un  monde.  Le  contact  que  nous  avons  avec  les  réseaux  et  l’Internet  est  immédiatement immersif et intellectuel. Un peu comme quand on dit que pour apprendre à nager il faut se jeter  à  l’eau.  On  s’agite,  on  barbote,  mais,  bon  an  mal  an,  on  arrive  à  flotter.  La  nage  est immédiatement  de  la  nage.  De  la  même  manière,  avec  l’Internet,  nous  sommes  d’emblée dans  de  la  représentation,  de  la  compréhension,  de  l’interprétation,  dans  un  rapport massivement intellectuel aux réseaux.   20
  21. 21. Évidemment,  à  des  degrés  très  divers.  Il  est  incontestable  que  ce  que  nous  pensons  de l’Internet,  de  notre  rapport  ou  de  celui  des  autres  à  ce  dernier,  est  le  plus  souvent extrêmement  rudimentaire.  Au  fond,  les  idées  reçues  que  nous  avons  –  que  c’est  plus  ou moins  dangereux  pour  les  enfants,  qu’il  n’est  pas  bon  d’y  télécharger  de  la  musique  mais bon  de  s’y  cultiver  –  toutes  ces  idées  relativement  banales,  qui  circulent  de  magazines  en émissions  de  télévision,  sont  néanmoins  des  représentations,  des  interprétations  qui dessinent le phénomène global, le caractère monde de l’Internet et notre immersion en lui.  Cette  expérience  immédiatement  intellectuelle  des  réseaux  est  effectivement  une expérience immédiatement herméneutique, car ce n’est pas après coup que l’on interprète ce  que  l’on  fait.  Elle  en  constitue  également  une  approche  conceptuelle  plus  ou  moins appropriée.  Nous  n’avons  pas  affaire  à  des  tuyaux,  à  des  machines  ou  à  des  outils  de communication,  mais  à  de  la  technologie,  bien  sûr,  et  surtout  de  l’intelligence.  De l’intelligence  partagée, qui  circule, qui  se  dissémine,  qui  se  réfracte  de  pages  en pages,  de blog en blog.  Par « intelligence », j’entends du sens, des idées, des opinions, des contenus de  connaissance,  des  compétences.  Comme  nous  avons  affaire  d’emblée  à  cela,  je  pense qu’il faut en induire que l’expérience de l’Internet n’est pas seulement « en gros », mais bien fondamentalement  syntaxique,  rhétorique  et  grammaticale.  Il  sagit  dune  expérience  qui mobilise  des  syntaxes  et  des  logiques  variées,  et  que  nous  maîtrisons  plus  ou  moins.  En d’autres  termes,  il  s’agit  ici  de  l’expérience  d’un  outillage  naturellement  intellectuel  qui  se déploie  sous  la  forme  de  nos  expressions,  de  nos  expositions  d’idées,  d’images,  de  sons  – sous forme d’une production permanente de sens, d’expressions diverses de nos savoirs et de nos compétences.  L’Internet  est  donc  à  mes  yeux  un  monde  radicalement  intellectuel.  Je  n’oublie  pas  que, « derrière », il y a des tuyaux, « de la brique et du mortier », de l’électricité et des hommes qui travaillent. Mais  l’Internet, ce n’est pas seulement la mise en réseau des machines, c’est avant tout les pratiques intellectuelles que nous déployons à l’intérieur de ces réseaux ou de ces tuyaux. Dans ce contexte, il me semble que l’expérience intellectuelle telle que nous la développons  n’est  pas  lucide  ou  intellectuellement  pertinente,  mais  extrêmement « bazardeuse », confuse, et que cest une expérience amphigourique. C’est un bazar de sens, un  entrelacs  indéfiniment  dynamique  de  tout  et  de  n’importe  quoi.  Mais  justement,  un  21
  22. 22. entrelacs de tout, avec des choses extrêmement pertinentes et signifiantes. L’intérêt n’étant pas dans le pertinent ou dans l’imbécile, mais bien dans l’entrelacs, dans le tissage du sens et du non‐sens.  Mon hypothèse de travail est par conséquent la suivante : nous avons affaire avec lInternet à un bazar rhétorique et sémantique. Ce qui n’est pas une manière de condamner l’Internet, mais une manière de concevoir l’émergence de nouvelles structures culturelles, de nouvelles manières  d’être  cultivé,  de  nouvelles  figures  de  la  littératie  –  si  l’on  entend  par  là  une maîtrise plus ou moins approfondie d’un outillage intellectuel donné. La notion de « bazar » n’a  donc  pas  un  sens  péjoratif.  Ça  n’est  dailleurs  pas  une  idée  nouvelle ;  Eric  Raymond, célèbre  informaticien  américain,  distinguait  dans  La  Cathédrale  et  le  bazar,  deux  types  de structures collaboratives, la première avec sa hiérarchie et la seconde avec son horizontalité supposée et ses échanges polymorphes.   Mon idée est que ce « bazar » rhétorique et culturel quest l’Internet doit être appréhendé en  bonne  part.  Pour  cela,  il  faut  tenter  d’en  comprendre  les  soubassements  –  techniques, syntaxiques, logiques, linguistiques. Je vais donc tenter de vous présenter les choses en deux parties :  une  première  consacrée  à  une  pluralité  des  langues,  qui  est  à  la  racine  de  notre expérience  de  l’Internet ;  et  une  seconde  qui  posera  plus  précisément  la  question  de  la culture Internet et des compétences qui accompagnent l’expérience que nous en faisons.  1.  Premier  point :  la  pluralité  des  langues  et  des  écritures.  Partons  de  quelque  chose  de simple :  qu’est  ce  qu’une  page  Web ?  Soit  une  page  sur  laquelle  nous  aurions  un  énoncé extrêmement simple, par exemple : « le petit chat est mort ». C’est avant tout une page sur laquelle  on  trouve  un  énoncé  écrit  dans  une  langue  naturelle,  le  français.  Mais  pour  que cette phrase puisse apparaître sur l’écran de l’ordinateur, il faut qu’elle soit rendue par un autre  langage  que  le    français,  le  langage  HTML.  Mais  pour  que  le  langage  HTML  soit  lui‐même  rendu,  il  faut  qu’un  navigateur  puisse  présenter  notre  énoncé  et  traduise  le  HTML dans  la  forme  française  que  nous  connaissons.  Également,  pour  que  le  navigateur fonctionne, il faut qu’il soit lancé à l’intérieur d’un système opératoire (Windows, Linux, Mac OS…).  Ensuite,  pour  que  notre  énoncé  soit  visible  d’une  machine  à  l’autre,  il  faut  que l’information  circule  à  travers  les  réseaux  au  moyen  des  protocoles  qui  permettent  la  22
  23. 23. circulation  des  données,  etc.  En  somme,  pour  qu’une  simple  phrase  apparaisse  sur  nos écrans  d’ordinateur,  il  faut  pour  ainsi  dire  « parler »  au  moins  six  langues :  le  français,  le HTML,  le  C++,  le  langage  informatique  propre  au  système  opératoire  et  les  protocoles  de réseaux TCP (Transmission Control Protocol) et IP (Internet Protocol).   Il  y  a  là  un  paradoxe,  car  sur  ces  6  langues  ou  langages,  celui  que  nous  manipulons réellement, le Français, est peut‐être celui que nous parlons le plus mal. Nous le manipulons plus ou moins correctement, nous faisons plus ou moins de fautes d’orthographe – quoi qu’il en  soit,  c’est  une  langue  dans  laquelle  l’incorrection  reste  permanente.  En  revanche,  les autres  langages,  qui  servent  concrètement  à  écrire  « le  petit  chat  est  mort »,  que principalement  nous  ne  maîtrisons  pas,  nous  les  parlons  parfaitement  bien !  Lorsque  nous lançons une requête, cela fonctionne véritablement uniquement parce que nous parlons ces langages à la perfection – mais sans vraiment le savoir !  Nous  rencontrons  ici  une  situation  assez  amusante,  je  dirais  lacanienne.  Mais  ça  n’est  pas seulement du Lacan, c’est aussi du Plastic Bertrand : « ça parle pour moi » ! La machine parle pour moi. Évidemment, la structure sur la base de laquelle « ça parle pour moi » n’est plus une structure psychique. Cela veut dire qu’il y a des machines, des calculateurs, des logiciels, des applications qui parlent pour moi. Tout cela ne se fait pas véritablement à mon insu, car jen ai une vague conscience, mais ça se fait cependant sans que j’y aie véritablement part.  Au fond, l’expérience que  nous faisons des réseaux, expérience de paroles et d’écritures, est complètement  médiatisée  par  un  appareillage  extrêmement  complexe.  Nous  sommes dépossédés de la maîtrise des conditions de notre parole, de nos écrits. N’y voyons rien de dramatique,  je  ne  suis  pas  en  train  de  dire  qu’une  espèce  d’inconscient  machinique s’exprime  à  notre  place.  Je  dis  simplement  que  les  conditions  requises  pour  une  parole réticulaire  –  cest‐à‐dire  sur  les  réseaux  –  sont  des  conditions  linguistiques  qui  nous dépassent et sur lesquelles nous n’avons pas la main.  C’est  pourquoi,  une  des  idées  que  j’ai  pu  développer  dans  mes  travaux  est  que  notre expérience intellectuelle des réseaux tient principalement d’une « dépropriation ». Non pas « aliénation » :  je  ne  veux  pas  dire  que  quelqu’un  d’autre,  à  notre  place,  est  en  train  23
  24. 24. d’exploiter notre force intellectuelle ; mais qu’il y a un fossé abyssal, infranchissable, entre la maîtrise intellectuelle des énoncés que nous produisons et les conditions technologiques et intellectuelles de production de ces énoncés. Au fond il y a un hiatus entre le sens, ce qui nous produisons, et les conditions de possibilité du sens. C’est un cauchemar kantien ! Il n’y a pas de connexions directes et maîtrisables  entre les savoirs et les conditions de possibilité de ces savoirs !  Comment  comprendre  cela ?    Premier  point,  il  est  clair  que  nous  sommes  au  cœur  des processus de production de l’Internet. L’Internet, c’est ce que nous disons, faisons, écrivons, les  requêtes  que  nous  lançons  –  c’est  l’ensemble  de  nos  pratiques  intellectuelles,  plus  ou moins approfondies. Certes, ça n’est pas la même chose de regarder la télé sur le Web et d’y écrire  ses  œuvres  complètes.  Mais  quoi  que  nous  fassions,  et  j’y  tiens  beaucoup,  nous sommes investis intellectuellement, même pour les usages totalement inanes. Ce que nous faisons sur l’Internet passe en effet par des logiciels, des systèmes opératoires ; cela passe par  des  sédimentations  linguistiques  sur  lesquelles  nous  n’avons  pas  la  main.  Du  même coup,  ce  qui  fait  la  base  même  de  la  production  du  sens  est  totalement  absent  de  notre horizon  intellectuel.  Je  dirais  que  fondamentalement,  l’Internet  nous  est  inappropriable. Nous  ne  pouvons  pas  en  avoir  de  maîtrise  globale,  comme  nous  pourrions  l’avoir  pour  les mathématiques,  par  exemple.  Ni  au  plan  individuel,  ni  au  plan  institutionnel  ou  même gouvernemental. Je crois qu’il y a quelque chose de radicalement étranger aux opérateurs, dans les opérations qui ont lieu sur les réseaux.  J’en conclurai que la pluralité des langues, la déconnexion entre les opérations linguistiques qui  ont  lieu  et  la  production  de  sens  qui  est  la  nôtre  dans  nos  pratiques  intellectuelles,  a pour conséquence que notre expérience des réseaux est constitutivement aveugle. Nous ne pouvons  en  quelque  sorte  pas  savoir  ce  que  nous  faisons  quand  nous  sommes  sur  les réseaux ! Dans mon esprit, cela n’a pas pour conséquence que nous sommes noyés par les flux  communicationnels  auxquels  nous  sommes  soumis,  mais  plutôt  que  cela  induit  des stratégies multiples de clarification ou de réappropriation toujours partielles, mais toujours plus ou moins efficaces.   24
  25. 25. Je ne veux pas dire qu’après s’être rendu compte qu’on n’y comprend rien, on va prendre le chemin inverse et tout comprendre, tout se réapproprier, se  libérer de la technologie –  on n’est  pas  chez  Walt  Disney  et  dans  Tron  –  mais  plutôt  que  dans  le  contexte  d’une mécompréhension  radicale  de  ce  qu’est  l’expérience  de  l’Internet,  il  nous  appartient  de développer  de  nouvelles  stratégies  de  clarification,  de  déplacement  des  lieux  de compétence,  ce  qu’on  appelle  dans  les  institutions  un  « socle  commun  de  compétences ». Dans le contexte d’un univers aussi vaste, il y a des petits espaces de clarification possible.  2.  Ce  qui  nous  amène  à  notre  second  point,  la  question  de  la  culture  Internet  et  des compétences qui accompagnent l’expérience que nous en faisons.   Partons d’une description assez simple. Je ne crois pas qu’on puisse dire des réseaux qu’ils soient un objet que nous soyons susceptibles de nous approprier, comme une automobile, un avion, une caméra. Nous n’avons pas affaire à un instrument ou à quelque chose qui se réduirait  à  son  « usabilité »,  mais  plutôt  à  un  échafaudage  permanent  de  signification,  en translation. L’Internet, ce sont des pages qui s’ouvrent, qui se ferment, qui se substituent les unes aux autres et créent une circulation – et cest cela que jappelle des « significations en translation ». Évidemment, il y a beaucoup de niaiseries, mais  il y a aussi des connaissances, de  la  littérature  –  il  y  a  plein  de  choses,  dans  tous  les  registres.  Ce  qui  me  paraît  le  plus important,  dans  ces  conditions,  c’est  bien  la  circulation.  Cela  induit  des  expériences,  des usages intellectuels, cela enrichit des pratiques intellectuelles.  En corrélation avec cette idée, je ne pense pas que l’on puisse parler d’une histoire du Net, au motif notamment d’une accumulation considérable des données et donc des savoirs. Je ne pense pas non plus que l’on puisse parler, sinon d’un progrès, en tout cas d’une sorte de logique de l’autodépassement, d’une logique du sens uniforme dans le développement des réseaux.  Je  pense  qu’il  s’agit  plutôt  d’une  espèce  de  palimpseste  dont  les  couches  ne  se seraient  pas  irrémédiablement  substituées  les  unes  aux  autres.  On  a  des  vieilleries  qui ressortent et réciproquement des nouveautés qui disparaissent du seul fait qu’elles sont là.  Autre chose, assez curieuse : nous sommes tous plus ou moins des maniaques du blog, de la page Web, des sites Internet. Mais si 65 millions de français produisent 65 millions de blogs,  25
  26. 26. qui  lit  quoi ?  Au  fond,  parler,  voire  brailler  sur  les  réseaux,  c’est  parler  et  brailler  dans  le vide ! Ce qui fait écho à ce que nous produisons en termes de sens sur l’Internet, c’est quand même  le  plus  souvent  un  grand  silence.  Un  auteur  Hollandais,  Geert  Lovink,  a  récemment écrit  un  ouvrage  qui  s’intitule  Zero  Comments  pour  stigmatiser  ce  qui  passe  sur  la  plupart des  blogs,  que  personne  ne  commente,  faute  de  visiteurs.  Doù  cette  situation  assez paradoxale  sur  les  réseaux  :  on  y  parle  beaucoup,  on  y  produit  beaucoup  de  sens,  et personne ne le voit ni ne l’entend, ou si peu !  Ce  qui  me  conduit  à  penser  qu’indépendamment  du  fait  que  l’expérience  signifiante  des réseaux  est  plus  ou  moins  pathétique,  l’outillage  linguistique  auquel  est  adossé  cette expérience constitue ce que je crois être un système de technologies de l’intellect. Je veux dire par là que nous avons affaire à des langages informatiques variés, à divers protocoles – on  ne  fait  pas  la  même  chose  avec  le  Web,  avec  le  FTP,  avec  les  protocoles  de  courrier électronique.  Cette  variété  de  protocoles  entraîne  des  usages  variés.  Et  même,  Il  y  a  une variation de ces protocoles qui est assez intéressante. Par exemple, il y a 10 ans, quand on voulait  télécharger  de  la  musique  gratuitement,  on  allait  sur  Napster,  puis  ce  site  a  été interdit.  Aujourd’hui,  quand  on  veut  télécharger  des  fichiers  de  manière  illicite,  sur l’Internet, on va sur un réseau de P2P (pair‐à‐pair) qui est encore un protocole particulier. Les protocoles évoluent donc, ils sont non seulement variés mais aussi variables. C’est tout cela qui fait les langues que nous parlons sur les réseaux, qui fait un système de technologies de l’intellect. En fonction des protocoles que nous utilisons (dont nous faisons un usage plus ou  moins  clairvoyant  et  raisonné)  nos  usages  intellectuels,  nos  choix,  éventuellement  nos convictions varient. Or, ces protocoles font eux‐mêmes suite à des choix : des informaticiens les ont inventés, écrits, mis en place, développés, et derrière ces langues que nous parlons, il y a des choix axiologiques, des valeurs sociales et politiques qui sont en jeux. Ces valeurs ne viennent pas au‐delà des protocoles, mais y sont inscrites. Cette idée est d’ailleurs fort bien développée  par  Lawrence  Lessig  dans  son  ouvrage  intitulé  Code  and  other  laws  of cyberespace, où lon rencontre cet axiome : « code is law », le code, cest de la loi. Dans le code informatique, il n’y a pas que des mathématiques, il y aussi des choix éthiques, sociaux, juridiques.   26
  27. 27. Ce qui est dès lors important, quand on parle de technologies de l’intellect, c’est qu’on ne parle pas seulement d’un outillage technico‐informatique, mais véritablement des structures les plus fondamentales de nos interactions ; au fond, des structures les plus fondamentales de notre culture et de notre humanité.   L’autre aspect des choses, donc, c’est que ce que nous construisons avec ces technologies de l’intellect,  c’est  le  réseau,  l’entrelacement  des  pages,  des  sites  et  des  pratiques  relatives  à ces  pages  et  ces  sites.  Nous  avons  affaire  à  de  l’intelligence  partagée.  Non  pas  de l’intelligence au sens restrictif du terme (il n’y a pas que ce qui est intelligent qui se partage), mais  au  sens  où  les  usages,  les  opinions,  n’importe  quel  type  d’énoncé,  est  partagé.  Je  ne suis  pas  en  train  de  dire  que  l’Internet  est  une  espèce  de  « noosphère »,  ça  n’a  rien  de spirituel.  Je  pense  que  l’Internet  est  quelque  chose  de  profondément  mondain.  Mondain, parce que ça n’est pas que des mathématiques ou de linformatique abstraite, ça nest pas non  plus  seulement  de  la  signification  pure  irradiant  les  internautes,  de  l’exégèse  et  de l’herméneutique, mais c’est bien un monde, cest notre monde : de plus en plus, désormais, l’Internet est notre monde.  Or  ce  monde  est,  me  semble‐t‐il,  encore  un  monde  lettré.  Et  c’est  là  le  paradoxe,  car  les normes de ce monde ne sont pas du tout celles de la littératie traditionnelle.  Qu’est  ce  qu’un  lettré  au  sens  traditionnel  du  terme ?  C’est  un  homme  –  plutôt  quune femme, dailleurs – qui parle le Latin, qui a lu Les Vies parallèles de Plutarque, en d’autres termes  quelqu’un  qui  est  capable  de  développer  une  vision  normativement  éthico‐rationnelle  de  la  vie.  Bref,  un  bon  bourgeois  de  la  fin  du  XIXe    siècle.  Évidemment,  cette figure de la littératie a presque complètement disparu de notre horizon.  Qu’est ce que la littératie dans le monde Internet ? J’ai envie de dire, un peu trivialement, que  c’est  principalement  de  la  bidouille,  de  la  débrouille,  du  hacking.  Par  hacking,  je  veux dire une manière de s’approprier des textes, des pages, de les taguer, de les baliser, de les encoder ou de les réencoder… En d’autres termes, c’est la manipulation intellectuelle d’une idée  sémantique.  Le  hacking  est  quelque  chose  de  très  intéressant.  Mais  cela  n’est  pas nouveau.  J’oserai  dire  que  le  hacking  intellectuel  remonte  à  Montaigne.  Hacker,  cela  veut  27
  28. 28. dire prendre un énoncé et le reproduire en le modifiant un petit peu, en l’enjolivant ou en l’altérant. Précisément, ce que fait Montaigne avec Les Essais. Et c’est ce que nous faisons sur les réseaux, en moins bien que dans Les Essais, lorsque nous balisons une page, que nous la mettons sur Digg, sur MyYahoo, Delicious, etc.  Quand on regarde les choses d’un peu plus prêt, au fond, que faisons‐nous ? Nous faisons des choix – nous taguons telle page plutôt que telle autre, nous sélectionnons du texte… – nous  faisons des choix à la fois rhétoriques, esthétiques, en fonction d’une culture que nous mobilisons d’une manière plus ou moins pertinente. En ce sens, nous restons très classiques dans  nos  pratiques  intellectuelles.  Mais,  en  deçà,  il  y  a  des  techniques  plus  ou  moins étendues quant à leur spectre, plus ou moins approfondies quant à leur maîtrise. Il y a une manière de parler les langages de la machine sur laquelle nous avons plus ou moins la main. En  d’autres  termes,  littératie  veut  dire  «  compétence  »  plutôt  que  «  connaissance  ».  On rencontre  ici  une  expression  assez  peu  institutionnelle  du  rapport  des  connaissances  aux compétences. Dans l’ordre classique des choses, on dit que les jeunes doivent commencer par  acquérir  des  compétences  afin d’obtenir  les  moyens  d’acquérir  des  connaissances.  Par exemple,  ils  assimilent  des  compétences  consistant  à  maîtriser  l’ordinateur,  pour  pouvoir ensuite faire les bons choix et visiter le site de la Tuft University, plutôt que le site X ou Y sur lequel  ils  verront  des  horreurs.  De  la  compétence,  on  passe  traditionnellement  à  la connaissance.  Je  crois  que  dans  l’expérience  globale  que  nous  faisons  des  réseaux,  c’est  le  contraire  qui arrive. Ce sont plutôt les compétences, parcellaires, diffractées, plus ou moins approfondies, qui  d’une  façon  ou  d’une  autre  subliment  la  connaissance,  qui  expriment  des  visions,  des usages plus ou moins savants ou simplement quelque forme de curiosité intellectuelle. Les connaissances, en dautres termes, sont premières et commandent la précision, lajustement ou  la  richesse  des compétences  linguistiques  et  informatiques  au  moyen  desquelles  on  les exprime :  on  a  les  usages  réticulaires  qu’on  peut  en  fonction  des  préconceptions  qu’on investit.  * Je  conclurai  donc  en  me  demandant  si,  dans  ce  bazar  réticulaire,  dans  cet  amphigouri  de sens  qui  circule  de  manière  ubiquitaire,  il  faut  entrevoir  comme  une  « fin  de  la  culture ».  28
  29. 29. Franchement,  je  ne  le  crois  pas.  À  mon  avis,  avec  son  développement  désormais irrémédiable,  notre  monde  est  désormais  Internet.  Avec  le  développement  des  réseaux, avec la réticularisation de notre monde réel, nous n’existons plus qu’à travers nos échanges info‐communicationnels.  Dans  ce  contexte,  une  nouvelle  littératie  amphigourique  se  fait jour, dont le résumé serait celui‐ci : il n’est pas nécessaire de maîtriser les langues que l’on parle  !  À  travers  ces  langages,  du  sens  se  distribue  parmi  les  réseaux  et,  ce  faisant,  il rencontre d’autres aspirations, d’autres usages, d’autres visions. Et quand bien même nous n’aurions  pas  la  maîtrise  des  soubassements  de  ces  échanges,  cela  n’empêche  pas  leur réalisation – cela nempêche pas que des significations soient effectivement en translation.  Il ne faut pas pour autant en venir à une posture totalement ravie et dire que nous sommes enfin arrivé au temps de la distribution égale des savoirs, de la culture et des  connaissances. Je  crois  que  dans  le  hiatus  irrémédiable  entre  ce  que  nous  maîtrisons  de  sens  et l’impossibilité radicale où nous sommes de maîtriser les soubassements de ce sens, il y a la place  pour  une  représentation  critique,  pour  une  appropriation  critique  des  réseaux,  des usages liés à ces derniers et des compétences liées à ces usages. Au fond, il y a la place pour une représentation critique de la littératie, non pas seulement pour nous autres qui sommes désormais âgés, mais surtout pour nos petits que nous aimons tant.  Je vous remercie.  CAROLE DESBARATS Plus  je  vous  entendais, dans  cette espèce  d’échographie  nous  permettant  d’entrer  dans  le système même du réseau, d’un point de vue intellectuel et philosophique, plus me revenais en mémoire des outils qui sont les nôtres, gens de cinéma, et plus particulièrement une série d’articles  datant  des  années  70  de  Jean‐Louis  Comolli  parut  dans  les  cahiers  du  cinéma  et intitulés « Technique et idéologie ». Je crois savoir qu’il est en train de travailler sur ce dont vous parlez, sur cette réticulation du monde. J’aurais aimé avoir votre avis sur cette question de  l’idéologie  qui  pénètre  totalement  les  réseaux  et  nous  pénètre  aussi  puisque  nous sommes les réseaux d’une certaine manière.  PAUL MATHIAS  29
  30. 30. Je suis tout à fait en phase avec ce que vous dites. Je dirais que ça n’est pas une idéologie qui pénètre le réseau, mais de l’idéologie. C’est‐à‐dire que les choix technologiques qui sont les nôtres ne sont pas des choix technologiques : ce sont des choix techno‐axiologiques. Il y a, derrière ces choix, des représentations d’intérêt idéologique. Il y a, si on veut, une idée de la liberté de parole, de ce qui convient et de ce qui ne convient pas. Ce que nous permettent les  protocoles  informatiques,  c’est  quelque  chose  qui  ne  résulte  pas  simplement  d’une fatalité informatico‐mathématique. Ce qu’ils nous permettent, c’est ce que des hommes et des  femmes  ont  voulu  développer.  Prenons  une  question  simple,  comme  les  suffixes géographiques (.fr pour la France, .it pour l’Italie, .es pour l’Espagne…). On se dit que le choix de ces suffixes est « naturel » ; or cette répartition géographique a été inventée à la fin des années 80 par Jon Postel. Il a très raisonnablement estimé qu’il fallait partitionner le monde en fonction de sa géographie. Mais le monde change, les dénominations géographiques ont un temps et les choix qui sont faits sont au fond ceux d’un universitaire américain de la fin du XXe siècle. Cela veut dire que certaines régions très éloignées sont gérées en Europe, que les  suffixes  sont  gérés  par  une  société  de  droit  privé  californien  –  l’ICANN  –  alors  qu’ils concernent les pays, leur indépendance et leur souveraineté. On est en pleine idéologie, et non pas simplement dans une contrainte objective ou géographique. Nous sommes dans des choix.    Troisième partie : Question du public  1 ‐ « Vous avez parlé de liberté, d’idéologie, d’appropriation ou non du système. Internet est  tout  de  même  né  d’un  système  militaire  codé,  fait  pour  communiquer  sans  que  les autres  le  sachent.  Maintenant  le  système  s’est  inversé,  tout  le  monde  peut  s’emparer d’Internet et s’échanger des données. Pouvez‐vous réagir à ce paradoxe ? »  OLIVIER ERTZSCHEID Ça  n’est  pas  vraiment  un  paradoxe  dans  le  sens  où  je  ne  pense  pas  qu’Internet  existe vraiment. Internet c’est le Web, c’est‐à‐dire les contenus, et puis le Net, les tuyaux. Arpanet, qu’on présente souvent comme l’ancêtre du réseau Internet serait plutôt l’ancêtre du Net.  30
  31. 31. On ne parlait pas de contenus mais de tuyaux pour échanger entre ordinateurs distants. Puis les universitaires sont arrivés sur Internet et l’on a commencé à avoir de contenus, grâce aux tuyaux. Enfin est arrivé l’Internet marchand, les contenus commerciaux. Il n’y a donc pas de paradoxe à mon avis, il y a juste une utilisation différente du même outil.  PAUL MATHIAS Je  suis  assez  d’accord,  il  y  a  deux  choses  qui  n’en  font  qu’une,  les  tuyaux  d’un  côté  et  les contenus  de  l’autre,  mais  je  ne  crois  pas  qu’on  puisse  vraiment  les  séparer.  Il  y  a  un  co‐développement. Par exemple, Google s’est développé grâce à des machines, le fait qu’il y ait plus  de  machines  à  permis  plus  de  pratiques,  ce  qui  a  induit  la  fabrication  de  plus  de machines…  Je  ne  pense  pas  qu’il  y  ait  d’abord  des  tuyaux  et  ensuite  des  pratiques intellectuelles. Ils se sont, me semble‐t‐il, réciproquement constitués. Je crois que la réalité de l’Internet, si on peut trouver une dénotation à cette expression, c’est l’ensemble tuyaux‐usages.   CAROLE DESBARATS On peut dire beaucoup de chose sur l’invention militaire de départ. Paul Virilio les a dites, notamment sur la façon dont les militaires ont fait avancer le cinéma. La liaison entre l’outil et l’utilisation n’est pas spécifique à Internet.  2 ‐ « Dans ce que vous avez développé, j’ai souvent entendu le mot « intellectuel ». Je me suis beaucoup interrogé sur ce qu’on met derrière ce mot. Au terme de cette table ronde sur la salle, la classe, le Web, je me suis posé la question de l’émotion. Où est l’émotion, qu’elle  est  sa  place  dans  notre  rapport  à  l’Interne ?  D’autant  que  l’émotion  est  centrale dans notre rapport à la salle ».  PAUL MATHIAS J’entends  bien  votre  remarque  qui  a  l’aspect  d’une  objection  tout  à  fait  légitime.  J’ai beaucoup  parlé  de  « technologies  de  l’intellect »  ou  de  « pratiques  intellectuelles »  parce qu’il  me  semble  très  important  d’insister  sur  le  fait  que  nos  expériences  de  l’Internet,  qui sont  très  triviales  le  plus  souvent,  ne  sont  pas,  au  motif  de  leur  trivialité,  des  expériences  31
  32. 32. insignifiantes. On entend régulièrement que l’Internet rend les gamins idiots, qu’ils vont sur des sites imbéciles au lieu de travailler… Faisons l’hypothèse d’un enfant totalement abruti de sites idiots. Je persiste à dire que là encore ses pratiques sont intellectuelles. Il va cliquer, faire des choix, repérer des différences, lire, écrire… c’est de l’ordre de l’intellect et non pas du tout un phénomène de passivité, d’exposition béate dénuée de sens. D’où un abus peut‐être  de  ma  part  de  ce  terme  « intellectuel »,  dans  lequel  je  mettrais  aussi  l’émotion,  par exemple.  Tout  simplement  parce  que  l’émotion  est  suscitée  par  une  navigation,  une recherche, une manière de construction d’un cheminement rhétorique. Au bout du chemin il y  a  l’émotion  pure  si  l’on  veut.  Elle  est  un  effet  de  bidouillage  plus  ou  moins  sérieux  et massivement intellectuel.  CAROLE DESBARATS C’est vrai qu’il y avait tellement de chose à dire que la classe stricto sensu qui était incluse dans les trois termes de cette table ronde a un petit peu disparu. En même temps je crois qu’on à parler aussi de ça, c’est‐à‐dire un lieu où la question du savoir est posée. Je suis très frappée  par  le  fait  que  les  justifications  intellectuelles,  les  critiques  qui  peuvent  être apportées, si ouvertes soit‐elles, me rappellent terriblement celles dont le cinéma à souffert quand la cinéphilie a tenté d’introduire dans les classes le cinéma en tant qu’outil artistique, que pratique de construction du moi des enfants. Il y a eu réticences extrêmement fortes qui étaient  ce  que  vous  venez  de  décrire  –  les  enfants  sont  abrutis,  ils  ne  digèrent  pas  les images…  Il  y  a,  me  semble‐t‐il,  quelque  chose  d’une  résistance  intellectuelle  liée  à  une pratique générationnelle différente.  PAUL MATHIAS Si vous me le permettez, j’irais dans votre sens en faisant  référence à un film des années 50, Artistes et modèles, avec Jerry Lewis et Dean Martin. Dans ce film, Jerry Lewis joue le rôle d’un jeune type, plus si jeune que ça d’ailleurs, dont toute la culture est basée sur la bande dessinée. Évidemment, il est complètement idiot, en un sens. Il va jusqu’à participer à une émission  de  télévision  où  l’on  trouve  le  professeur  de  psychologie  Machin,  le  professeur Truc…  et,  très  candide,  Jerry  Lewis  explique  que,  oui,  il  est  complètement  idiot,  il  est  un crétin absolu qui ne lit que de la BD, que ça n’est pas art et qu’il n’aime que les gros lapins et les petits chats. Cette critique de la BD, qui a eu court aux États‐Unis pendant les années 50,  32
  33. 33. on la retrouve un peu plus tard au sujet de la télévision, destinée à abrutir les masses, puis encore  plus  tard  avec  l’Internet.  John  Katz,  journaliste  pour  le  magazine  Wired  dans  les années  90,  a  écrit  un  livre  intitulé  Virtuous  Reality  (1997).  Il  y  dresse  l’analogie  entre  le moralisme érigé contre la BD dans les années 50 et celui qui a été opposé l’Internet dans les années 90. Mais on en revient un peu, aujourd’hui, me semble‐t‐il.  CAROLE DESBARATS Quand  j’étais  aux  Assises  du  Numériques,  j’étais  entouré  de  professeurs  des  écoles  qui semblait Internet au quotidien dans leurs classes avec une aisance absolue. Pensez‐vous que c’est une généralité ?  PAUL MATHIAS L’utilisation de l’Internet en classe, c’est compliqué !   OLIVIER ERTZSCHEID  Ce qui me frappe dans les nouveaux outils numériques que l’éducation nationale dans son ensemble  met  à  disposition  de  ses  praticiens  sur  le  terrain,  c’est  l’absence  totale  de l’élément de médiation. Au‐delà de la qualité de ces outils – on va pouvoir gérer les absences à distance, avoir des cahiers de textes électroniques très pointus… seulement il n’y a aucune médiation à l’intérieur. À côté de ça, quand regarde les outils utilisés et plébiscités par les jeunes (Facebook, Youtube…), on voit qu’il s’agit d’outils où le dispositif technique s’efface complètement derrière la médiation. Ce qui est au centre de ces outils c’est d’abord de la médiation,  de  la  confrontation  à  l’autre,  de  l’échange,  du  retour.  Dans  l’approche  qui  est proposée aux gens sur le terrain, leur est livré clés en main des dispositifs qui ne permettent pas de les investir en termes de médiations. Cela dit, vous serez toujours médiateurs. Vous serez toujours ceux qui corrigent les devoirs que les élèves auront déposés sur leur cartable électronique, mais l’échange numérique est totalement démédiatisé, désintermédié dans les outils que propose les industriels et que valide le ministère. Ça me paraît être une source de profond divorce, de profond retard, entre les pratiques d’un certain type de population et celles d’une population peut‐être plus âgée.   33
  34. 34. CAROLE DESBARATS Dans une journée, qui a eu lieu mardi dernier qui s’appelait Image Numérique et Education, on a vu à certain moment la présentation d’outils qui vont dans le sens de ce que vous dites. Où l’on se dit, tout ça pour ça. À côté de cela, je tiens à dire qu’il y avait des pratiques qui étaient innovantes, des façons d’utiliser le Web dans la classe pour modifier la circulation du savoir. Je crois que c’est de cela que je voulais parler quand je vous posais la question de la culture  collaborative  dont  se  réclame  tellement  les  gens  de  l’Internet.  Il  y  avait  là  des tentatives qui essayaient de faire autres choses du simple fait qu’il y ait des écrans dans les classes.  Plus  encourageant  encore,  pendant  les  Assises  du  Numérique,  les  industriels expliquant  qu’on  ne  peut  pas  se  contenter  de  mettre  les  contenus  de  livres  de  manière digitale  dans  les  outils.  Ils  cherchent  du  contenu,  ils  cherchent  une  pédagogie  différente. Bien  sûr  c’est  un  intérêt  industriel  bien  compris,  mais  il  y  avait  là  quelque  chose  qui frémissait.  Pour  conclure,  je  dirais  que  ce  qui  est  important  aujourd’hui,  c’est  d’intégrer l’idée qu’il est temps de s’y coller et c’était, je crois le but de cette table ronde d’aujourd’hui. Merci.      Transcription réalisée par Simon Fretel, simfret@gmail.com  34

×