Formation des PLC 1 Documentation  2008-2009   IUFM de Haute-Normandie  11 février 2009 Nouvelles modalités de l’informati...
Web 2.0, Science 2.0 ? HAL, TEL ? Portails multi-disciplinaires ? Blogosphère scientifique ? Archives ouvertes ? Moissonne...
PLAN <ul><li>1/ Introduction : rappels sur l’IST  </li></ul><ul><li>2/ Le libre accès : archives ouvertes et revues </li><...
1/ Introduction : qu’est-ce que l’IST ?   <ul><li>6 aspects  : </li></ul><ul><li>des documents , des supports, des traces ...
1.1 Caractéristiques de l’IST <ul><li>L’information scientifique et technique = une information :  </li></ul><ul><ul><li>D...
1.2 Grands repères historiques sur l’IST   <ul><li>17e-18e siècles </li></ul><ul><ul><li>La correspondance </li></ul></ul>...
1.2 Repères historiques sur l’IST <ul><li>20e siècle : 1ère moitié </li></ul><ul><ul><li>Les revues bibliographiques  </li...
1.3 Introduction : repères sur  l’explosion documentaire   <ul><li>Augmentation exponentielle du nombre de chercheurs, de ...
 
1.4 Différents documents d’IST  <ul><li>Prépublications ( preprint ) </li></ul><ul><li>Articles de périodiques :  </li></u...
1.5 LE CYCLE DE L’INFORMATION SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE D’après un schéma fait par  Gabriel Gallezot . (In  Les chercheurs...
1.5 LE CYCLE DE L’IST et LES DISPOSITIFS INFORMATIONNELS D’après un schéma de  Gabriel Gallezot . (In  Les chercheurs et l...
1.6 Circuits traditionnels de validation et de publication de l’IST <ul><li>Une publication scientifique, c’est :  </li></...
1.6 Circuits de validation :  le contrôle par les pairs (peer-review) <ul><li>Contrôle sur :  </li></ul><ul><li>La nouveau...
1.6 Introduction : la chaîne traditionnelle de l’édition D’après support de  T. Chanier
1.7 Introduction : mutations de l’IST liées à Internet  <ul><li>Du coté de la production :   </li></ul><ul><ul><li>Numéris...
1.7 Introduction : mutations de l’IST liées à Internet <ul><li>Du côté de la diffusion :   </li></ul><ul><li>Diversificati...
2/ Le libre accès à l’information scientifique <ul><li>Mutations profondes des circuits et des processus de publication et...
2.1 Problématique  du libre accès :  le coût des revues
2.1 Problématique du libre accès :  la « parabole » d’Harnad <ul><li>1. Un jeune chercheur ayant tout juste obtenu son doc...
2.1 La « parabole » d’Harnad (suite) <ul><li>3. Un étudiant, dans la même université, voit le même article cité sur le Web...
<ul><li>5. Des années plus tard, la titularisation [recrutement]  du docteur du point 1 est envisagée. Ses publications so...
<ul><li>8. Il essaie de mettre ses articles sur le Web, en accès libre, afin d’augmenter leur impact [visibilité]. Son édi...
Les autres chercheurs ne peuvent accéder au post-tirage que  si leur université est abonnée à la revue où il est publié Le...
Accès maximal -- Impact maximal   partout, en tout temps  (d’après  support Eprints ) NOUVEAUX CYCLES D’IMPACT  :  Les nou...
2.1 Problématique du libre accès : quels  objectifs ? <ul><li>L’autoarchivage des articles de recherche les rend : </li></...
2.1 Problématique du libre accès : quels  objectifs ? <ul><li>“ Le but de l’Initiative pour l’accès libre et les motifs qu...
Le but de l’accès libre, c’est de  : <ul><li>maximiser  l’impact   </li></ul><ul><li>de la recherche </li></ul><ul><li>en ...
2.2 Définition, principes, modalités du libre accès <ul><li>Selon l’ Initiative de Budapest pour l’Accès Ouvert  :  </li><...
2.2 Définition, principes, modalités du libre accès <ul><li>Trois principes fondamentaux :   </li></ul><ul><ul><li>accessi...
2.2 Définition, principes, modalités du libre accès <ul><li>Auteurs accordent aux utilisateurs un accès libre, gratuit, ir...
2.2 Libre accès, archive ouverte : quelle différence ? <ul><li>Distinction à faire :  </li></ul><ul><li>Libre accès  ( Ope...
2.3 Le libre accès :  les archives ouvertes <ul><li>Les archives ouvertes ( Open Archive ) :  </li></ul><ul><ul><li>Réserv...
2.3 Diversité des archives ouvertes :   archives multidisciplinaires <ul><li>HAL  ( HyperArticles en Ligne ) : </li></ul><...
2.3 Diversité des archives ouvertes :  archives disciplinaires <ul><li>Les plus anciennes </li></ul><ul><li>Surtout en sci...
2.3 Diversité des archives ouvertes :  archives disciplinaires et thématiques <ul><li>En Sciences Humaines et sociales :  ...
2.3 Diversité des archives ouvertes : archives institutionnelles <ul><li>Enjeux des AO institutionnelles :   </li></ul><ul...
2.4 Libre accès :  les revues électroniques <ul><li>Définition :  </li></ul><ul><ul><li>Une  revue en libre accès  ( open ...
2.4 Libre accès :  les revues électroniques <ul><li>Deuxième composante de l’Open Access </li></ul><ul><li>Nouveau modèle ...
2.4 Libre accès :  les revues électroniques <ul><li>Dans le  DOAJ , 3833 revues recensées en janvier 09 </li></ul><ul><li>...
2.4 Libre accès : les portails de revues en SHS en France <ul><li>Deux grands portails, complémentaires : </li></ul><ul><l...
2.5 Le libre accès : bilan, impact... <ul><li>Un mouvement irréversible, mais progressif ;  </li></ul><ul><li>De nombreuse...
« En ligne ou invisible ? »  (Lawrence 2001) <ul><li>« Les articles en ligne ont l’avantage d’être  cités 336 % plus souve...
2.6 Aspects techniques :   OAI,  m oissonneurs… <ul><li>L’OAI-PMH  ( Open Archives Initiative-Protocol for Metadata Harves...
2.6 Moissonneurs OAI : schéma de fonctionnement Source :  François  Nawrocki
2.6 Aspects techniques :   OAI,  m oissonneurs… <ul><li>OAIster   :  </li></ul><ul><ul><li>Le plus grand moissonneur OAI <...
2.7 Le libre accès :  Quelques ressources pour aller plus loin <ul><li>Pour suivre l’actualité du libre accès : </li></ul>...
3/ La diffusion des thèses <ul><li>Enjeux de la diffusion des thèses : </li></ul><ul><ul><li>Environ  10 000 thèses  soute...
3/ La diffusion des thèses : quels changements avec Internet ?   <ul><li>Facilitation du repérage dans les catalogues : </...
4/ Acteurs et portails de diffusion de l’IST <ul><li>Très nombreux acteurs et outils de diffusion de l'IST :  </li></ul><u...
4.1 Les portails multi-disciplinaires <ul><li>Une tendance lourde de l’IST : la course au gigantisme </li></ul><ul><ul><li...
4.1 Les portails multi-disciplinaires : Quelques exemples <ul><li>Au plan international :  </li></ul><ul><ul><li>WorldWide...
4.2 Les moteurs scientifiques <ul><li>Moteurs spécialisés sur les ressources scientifiques </li></ul><ul><li>Plusieurs typ...
4.2 Moteurs scientifiques : Google Scholar <ul><li>Stratégie de Google  :   </li></ul><ul><ul><li>«  guichet universel  » ...
5/ La blogosphère scientifique <ul><li>Essor de la blogosphère scientifique :  </li></ul><ul><ul><li>En 2008, entre  3000 ...
5/ La blogosphère scientifique <ul><li>Emergence de portails et méta-portails de blogs  </li></ul><ul><ul><li>ScienceBlogs...
5/ La blogosphère scientifique <ul><li>Hypothèses, Carnets de recherche en sciences humaines  : </li></ul><ul><ul><ul><li>...
6/ Bibliométrie, évaluation de l’IST <ul><li>«  La bibliométrie se définit comme l'exploitation statistique des publicatio...
6/ Bibliométrie, évaluation de l’IST : méthodes <ul><li>Calculs et exploitation statistiques sur :  </li></ul><ul><ul><li>...
6/ Bibliométrie, évaluation de l’IST : acteurs <ul><li>Prédominance de  l’ ISI   (Institute of Scientific Information), au...
6/ Bibliométrie, évaluation de l’IST : évolutions <ul><li>Nouvelles modalités de citations :  </li></ul><ul><ul><li>Nombre...
6/Bibliométrie : problèmes et enjeux <ul><li>Domination des critères quantitatifs d’évaluation de la recherche : nombre de...
7/ Vers une « science 2.0 » ? <ul><li>Une « science 2.0 » ?  (cf.  O.  Ertzscheid ) </li></ul><ul><ul><li>Possibilité d’an...
Conclusion : IST et culture informationnelle <ul><li>Enjeux de la formation des doctorants :  </li></ul><ul><ul><li>Aux ou...
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Iufm Rouen Formation Ist Fevrier09

3,442

Published on

"Nouvelles modalités de l'information scientifique" ; intervention à l'IUFM de Rouen, février 2009

Published in: Education
0 Comments
3 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

No Downloads
Views
Total Views
3,442
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
1
Actions
Shares
0
Downloads
0
Comments
0
Likes
3
Embeds 0
No embeds

No notes for slide
  • 17ème siècle = période clé de l’histoire des sciences : marque la naissance de la science moderne. Création des 1ères académies savantes (1660 = Académie des sciences de Paris, créée par Colbert) ; les pratiques de communication des sciences s’institutionnalisent. Le métier de chercheur n’existe pas ; on parle de savants, d’érudits. Echanges épistolaires : les travaux scientifiques et leur avancement ne sont connus qu’à travers les lettres de leurs auteurs (cf. B. Pascal et Pierre Fermat : théorie des probabilités, calcul différentiel). Inconvénients : petits groupes restreints + pas de recns des priorités sur les découvertes. C’est plutôt au sein des académies et avec la parution de qques ouvrages que s’élaborent les avancées scientifiques. Ex : Lavoisier présente en 1787 « La méthode de nomenclature chimique » à l’Académie des sciences. La publication du « traité élémentaire de chimie » aura lieu ensuite en 1789. Apparition des 1ères revues dans lesquelles les lettres de lecteurs et les correspondances sont la principale source d’information. Mais avantage = certification des droits de propriété des savants sur leurs découvertes. 19ème siècle = A partir du 18e siècle, la revue scientifique devient un élément central de la communication des sciences. Le 19e siècle est l’époque de la multiplication des journaux scientifiques, et en particulier des journaux américains. L’augmentation considérable de la masse d’information devient difficilement gérable ; création de publications dites «secondaires ». Ex : Pharmazeutisches en 1830 ; Science Abstracts en 1898 (deviendra ensuite Physics Abstracts, puis Inspec). Ces revues offrent au lecteur une synthèse des contributions récentes et significatives dans un champ donné. Elles se développent en parallèle des revues primaires en focalisant l’attention sur une partie de leur contenu : recensement des articles (titres, auteurs, revue et parfois résumé).
  • D’autres types de publications secondaires se sont mis en place au 20e siècle, tjs dans une logique de compression et de compilation des contenus primaires. Ex : - revues de synthèse (review journals) = récentes avancées dans un domaine particulier. Fait le point sur un domaine en s’appuyant sur des textes déjà publiés et considérés comme des articles de référence dans le domaine étudié. - revues de sommaires - revues d’indexation Revues bibliographiques désormais classées par thèmes ( Chemical Abstracts en 1905 ; Biological Abstracts en 1920…) 2ème GM : importance des applications scientifiques (ex : bombe atomique) ; institutions créées pour développer la recherche (CNRS, CEA, …). Les chercheurs deviennent des professionnels embauchés ; la recherche devient un vrai projet. Après 1945 = Explosion du nombre de périodiques : En 1700 = 30 journaux scientifiques ; En 1885 = 5105 ‘’ ‘’ ; En 1963 = recensement d’une liste mondiale de 50000 périodiques scientifiques parus depuis le 17e siècle, dt 30000 encore édités ; Actuellement , doublement du nombre total de revues et d’articles scientifiques tous les 10 à 15 ans. Plusieurs facteurs : augmentation du nombre de chercheurs, Implication grandissante d’acteurs commerciaux dans la production et l’édition de revues, Importance croissante de la publicisation comme critère fondamental de l’évaluation des chercheurs Fin des années 90 = révolution avec le Web
  • En 2005 dans le monde : 5 millions de chercheurs ont publié 25 millions d’articles scientifiques, dans 200 000 revues scientifiques (=100 000 communications par jour ouvrable) Plus de la ½ ne sont jamais cités.
  • La révision par les pairs implique l’évaluation par des experts. Les données de base à évaluer sont l’intérêt général de l’article, s’il est approprié et intéressant pour la communauté scientifique. S’il s’agit d’une étude, il faut déterminer si les résultats sont valides. Il faut aussi évaluer : la présentation : titre, résumé, structure générale de l’article La qualité de la langue utilisée Les méthodes, dont les éléments éthiques et statistiques en jeu L’expression des résultats, l’exactitude des calculs, la pertinence et la lisibilité des figures et tableaux, la justesse de la conclusion, la qualité des références. Un questionnaire est envoyé aux pairs pour juger de l’intérêt de publier l’article. Seuls 10 à 20% des articles sont acceptés.
  • - Certains abonnements : 4000 à 5000 € par an
  • Google comme « Superstructure bibliographique »
  • Transcript of "Iufm Rouen Formation Ist Fevrier09"

    1. 1. Formation des PLC 1 Documentation 2008-2009 IUFM de Haute-Normandie 11 février 2009 Nouvelles modalités de l’information scientifique Alexandre Serres URFIST de Rennes
    2. 2. Web 2.0, Science 2.0 ? HAL, TEL ? Portails multi-disciplinaires ? Blogosphère scientifique ? Archives ouvertes ? Moissonneurs OAI ? Libre accès ? Peer-reviewing ? Bibliométrie ?
    3. 3. PLAN <ul><li>1/ Introduction : rappels sur l’IST </li></ul><ul><li>2/ Le libre accès : archives ouvertes et revues </li></ul><ul><li>3/ La mise en ligne des thèses </li></ul><ul><li>4/ Les portails multi-disciplinaires </li></ul><ul><li>5/ La blogosphère scientifique </li></ul><ul><li>6/ La bibliométrie </li></ul><ul><li>7/ Vers une “science 2.0” ? </li></ul>
    4. 4. 1/ Introduction : qu’est-ce que l’IST ? <ul><li>6 aspects : </li></ul><ul><li>des documents , des supports, des traces </li></ul><ul><li>des outils : de recherche, de traitement… de l’information </li></ul><ul><li>des réseaux : techniques et humains </li></ul><ul><li>des dispositifs , des appareils d'état, des organismes </li></ul><ul><li>des enjeux scientifiques, stratégiques… </li></ul><ul><li>des discours sur la science : scientométrie, infométrie, bibliométrie... </li></ul>
    5. 5. 1.1 Caractéristiques de l’IST <ul><li>L’information scientifique et technique = une information : </li></ul><ul><ul><li>De portée internationale </li></ul></ul><ul><ul><li>Validée au sein de collèges de spécialistes </li></ul></ul><ul><ul><ul><li>> importance de la source de l’information </li></ul></ul></ul><ul><ul><li>D’importance stratégique : IST au coeur des innovations techniques </li></ul></ul><ul><ul><li>De plusieurs niveaux de spécificité : de l’étudiant à l’expert </li></ul></ul><ul><ul><li>D’une durée de vie plus ou moins courte </li></ul></ul><ul><ul><li>De différentes formes : textes, cartes, données, photos, sons, images... </li></ul></ul><ul><ul><li>Sur différents supports : imprimé, électronique, audiovisuel... </li></ul></ul><ul><ul><li>Plus ou moins difficile d’accès, mais beaucoup plus accessible par le web </li></ul></ul><ul><ul><li>En augmentation exponentielle : «l’explosion documentaire » </li></ul></ul>
    6. 6. 1.2 Grands repères historiques sur l’IST <ul><li>17e-18e siècles </li></ul><ul><ul><li>La correspondance </li></ul></ul><ul><ul><li>Les ouvrages </li></ul></ul><ul><ul><li>Les académies </li></ul></ul><ul><li>19e siècle </li></ul><ul><ul><li>Les sociétés savantes </li></ul></ul><ul><ul><li>Les journaux scientifiques </li></ul></ul><ul><ul><li>Les revues bibliographiques </li></ul></ul><ul><ul><li>( Annales chimie, Journal der physiks) </li></ul></ul><ul><ul><li>(D’après support de BU Sciences Grenoble ) </li></ul></ul>
    7. 7. 1.2 Repères historiques sur l’IST <ul><li>20e siècle : 1ère moitié </li></ul><ul><ul><li>Les revues bibliographiques </li></ul></ul><ul><li>20e siècle : après 1945 </li></ul><ul><ul><li>Explosion de la production scientifique </li></ul></ul><ul><ul><li>Augmentation du nombre de revues, de congrès… </li></ul></ul><ul><ul><li>Transformation des bibliographies en bases de données ( 1960) </li></ul></ul><ul><li>21e siècle </li></ul><ul><ul><li>Révolution du Web = un nouveau media </li></ul></ul><ul><ul><li>Les documents électroniques = un nouveau support </li></ul></ul><ul><ul><li>Le libre accès à l’IST </li></ul></ul><ul><ul><li>(D’après support de BU Sciences Grenoble ) </li></ul></ul>
    8. 8. 1.3 Introduction : repères sur l’explosion documentaire <ul><li>Augmentation exponentielle du nombre de chercheurs, de publications… au XXème siècle </li></ul><ul><li>Quelques indicateurs : </li></ul><ul><ul><li>Sur totalité des chercheurs depuis l’Antiquité, 90% en vie aujourd’hui </li></ul></ul><ul><ul><li>En 2000 : 2 000 000 articles scientifiques publiés, 20 000 revues « peer-reviewed » </li></ul></ul><ul><ul><li>En 2004, 2 500 000 articles publiés, 24 000 revues « peer-reviewed » </li></ul></ul>
    9. 10. 1.4 Différents documents d’IST <ul><li>Prépublications ( preprint ) </li></ul><ul><li>Articles de périodiques : </li></ul><ul><ul><li>Editorial </li></ul></ul><ul><ul><li>Article de recherche ( research paper ) </li></ul></ul><ul><ul><li>Méta-analyse, état de l’art </li></ul></ul><ul><ul><li>Revue de littérature ( Review ) </li></ul></ul><ul><li>Thèses </li></ul><ul><li>Actes de congrès </li></ul><ul><li>Rapports </li></ul><ul><li>Brevets </li></ul><ul><li>Ouvrages </li></ul>
    10. 11. 1.5 LE CYCLE DE L’INFORMATION SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE D’après un schéma fait par Gabriel Gallezot . (In Les chercheurs et la documentation numérique , Cercle de la Librairie, 2002, p. 230)
    11. 12. 1.5 LE CYCLE DE L’IST et LES DISPOSITIFS INFORMATIONNELS D’après un schéma de Gabriel Gallezot . (In Les chercheurs et la documentation numérique , Cercle de la Librairie, 2002, p. 244) Bases de données bibliographiques Bases de données en texte intégral, factuelles… Revues : - papier -électroniques - préprint Colloques : - communications E-discussion : - listes de diffusion - forums - messagerie Réunions de labo Documents primaires : livres, articles, thèses... Archives ouvertes Cognition : -lecture -interprétation - écriture... Logiciels : - bureautiques - analyse lexicale - analyse statistique - analyse d’images - cartographie de l’information Techniques informatiques : - SGBD - extraction d’information - présentation, visualisation de l’information
    12. 13. 1.6 Circuits traditionnels de validation et de publication de l’IST <ul><li>Une publication scientifique, c’est : </li></ul><ul><ul><li>Un document (papier ou électronique) </li></ul></ul><ul><ul><li>Rédigé par des chercheurs </li></ul></ul><ul><ul><li>Décrivant un travail original </li></ul></ul><ul><ul><li>Réalisé par eux-mêmes </li></ul></ul><ul><ul><li>Contrôlé par des pairs ( peer-review ) </li></ul></ul><ul><ul><li>(D’après support de BU Sciences Grenoble ) </li></ul></ul><ul><ul><li>> Différentes formes de contrôle : a priori, a posteriori... </li></ul></ul>
    13. 14. 1.6 Circuits de validation : le contrôle par les pairs (peer-review) <ul><li>Contrôle sur : </li></ul><ul><li>La nouveauté du travail </li></ul><ul><ul><li>Intérêt scientifique significatif </li></ul></ul><ul><li>La validité des processus expérimentaux </li></ul><ul><li>La fiabilité des résultats </li></ul><ul><li>La qualité de l’interprétation des résultats </li></ul><ul><li>La présentation : longueur, rédaction, bibliographie </li></ul><ul><li>L’adéquation : article / revue </li></ul><ul><ul><li>(D’après support de BU Sciences Grenoble ) </li></ul></ul>
    14. 15. 1.6 Introduction : la chaîne traditionnelle de l’édition D’après support de T. Chanier
    15. 16. 1.7 Introduction : mutations de l’IST liées à Internet <ul><li>Du coté de la production : </li></ul><ul><ul><li>Numérisation des traces </li></ul></ul><ul><ul><li>Autonomie informationnelle plus grande des auteurs </li></ul></ul><ul><ul><li>Travail collectif, coopération </li></ul></ul><ul><ul><li>Utilisation des outils collaboratifs : wikis... </li></ul></ul><ul><ul><li>Renforcement des réseaux (collèges invisibles) </li></ul></ul><ul><li>Du côté de la publication </li></ul><ul><ul><li>Le Libre Accès </li></ul></ul><ul><ul><li>Phénomène de l’auto-publication </li></ul></ul><ul><ul><ul><li>Blogs, sites personnels… </li></ul></ul></ul><ul><ul><li>Nouvelles modalités d’évaluation : du peer-review au post-review </li></ul></ul>
    16. 17. 1.7 Introduction : mutations de l’IST liées à Internet <ul><li>Du côté de la diffusion : </li></ul><ul><li>Diversification, richesse des lieux de diffusion : </li></ul><ul><ul><li>Dépôts d’archives ouvertes, moissonneurs OAI </li></ul></ul><ul><ul><li>Numérisation des thèses : Thèses En Ligne </li></ul></ul><ul><ul><li>Portails disciplinaires et multi-disciplinaires : Fabula, Revues.org, Scitopia … </li></ul></ul><ul><ul><li>Portails de revues : Persée </li></ul></ul><ul><ul><li>Bibliothèques virtuelles: Gallica </li></ul></ul><ul><ul><li>Portails documentaires </li></ul></ul><ul><li>Du côté de la recherche d’information : </li></ul><ul><ul><li>Accessibilité généralisée aux catalogues, aux bases de données... </li></ul></ul><ul><ul><li>Explosion de l'offre des outils de recherche et de traitement de l'information </li></ul></ul><ul><ul><li>Moteurs de recherche spécialisés : Scopus , Scholar Google </li></ul></ul><ul><ul><li>Nouveaux outils personnalisables du Web 2.0 </li></ul></ul>
    17. 18. 2/ Le libre accès à l’information scientifique <ul><li>Mutations profondes des circuits et des processus de publication et de diffusion de l’IST : </li></ul><ul><ul><li>Mouvement historique du libre accès </li></ul></ul><ul><li>Trois raisons à la base du libre accès : </li></ul><ul><ul><li>Problème du coût des revues scientifiques </li></ul></ul><ul><ul><li>Monopole des revues sur la publication scientifique </li></ul></ul><ul><ul><li>Délais de publication </li></ul></ul><ul><ul><li> Difficultés d’accès à l’IST </li></ul></ul>
    18. 19. 2.1 Problématique du libre accès : le coût des revues
    19. 20. 2.1 Problématique du libre accès : la « parabole » d’Harnad <ul><li>1. Un jeune chercheur ayant tout juste obtenu son doctorat annonce fièrement à sa mère qu´il vient de publier son premier article. Elle lui demande combien il a été payé. Il grimace, répond : « Rien » et se lance alors dans une explication longue et compliquée... </li></ul><ul><li>2. Un chercheur de la même université repère cet article. Il se rend à la bibliothèque pour l´obtenir. On lui répond : «  Nous ne sommes pas abonnés à cette revue, trop chère pour nous (notre budget d´abonnements, de droits, de prêt et de reproduction est déjà largement dépensé).  » </li></ul>
    20. 21. 2.1 La « parabole » d’Harnad (suite) <ul><li>3. Un étudiant, dans la même université, voit le même article cité sur le Web. Il clique sur la citation. Le site de l´éditeur demande un mot de passe : «  Accès refusé  : seules les institutions autorisées et ayant souscrit un abonnement ont accès à la revue. » </li></ul><ul><li>4. L´étudiant perd patience, s´ennuie et clique sur Napster pour mettre la main sur la version MP3 de son CD favori et se consoler ainsi de ses malheurs. </li></ul>
    21. 22. <ul><li>5. Des années plus tard, la titularisation [recrutement] du docteur du point 1 est envisagée. Ses publications sont bonnes, mais pas assez citées ; leur « impact sur la recherche » n’est pas suffisant. Titularisation refusée. </li></ul><ul><li>6. Le même scénario se répète lorsqu’il essaie d’obtenir des crédits de recherche. Ses résultats scientifiques n’ont pas eu un impact suffisant. Trop peu de chercheurs les ont lus, s’en sont inspirés et les ont cités. Financement refusé. </li></ul><ul><li>7. Il essaie alors d’écrire un livre. Les éditeurs refusent de le publier : « On n’en vendrait pas assez d’exemplaires car il y a trop peu de BU ayant suffisamment d’argent pour en payer le prix (leurs budgets d´achat sont limités par le coût annuel, sans cesse croissant, de leurs abonnements, droits et prêts). » </li></ul>2.1 La « parabole » d’Harnad (suite)
    22. 23. <ul><li>8. Il essaie de mettre ses articles sur le Web, en accès libre, afin d’augmenter leur impact [visibilité]. Son éditeur menace de le poursuivre, ainsi que son fournisseur d’accès, pour violation du copyright. </li></ul><ul><li>9. Il demande à son éditeur : « Qui le copyright est-il censé protéger ? » Son éditeur lui répond : « Vous ! » </li></ul><ul><li> Qu’est-ce qui ne va pas dans cette histoire ? </li></ul>2.1 La « parabole » d’Harnad (suite et fin)
    23. 24. Les autres chercheurs ne peuvent accéder au post-tirage que si leur université est abonnée à la revue où il est publié Le post-tirage est accepté, validé et publié par une revue LE CYCLE D’IMPACT DÉMARRE : La recherche se fait Le chercheur écrit le « prétirage » de son article Le prétirage est soumis à une revue Le prétirage est évalué par un comité de lecture Le prétirage corrigé par l’auteur devient un «post-tirage» 12-18 Mois Accès restreint -- Impact Restreint (d’après support Eprints en libre accès) NOUVEAUX CYCLES D’IMPACT : les nouvelles recherches s’appuient sur les recherches précédentes
    24. 25. Accès maximal -- Impact maximal partout, en tout temps (d’après support Eprints ) NOUVEAUX CYCLES D’IMPACT  : Les nouvelles recherches s’appuient sur les recherches précédentes Les autres chercheurs ne peuvent accéder au post-tirage que si leur université est abonnée Le post-tirage est accepté, validé et publié par la revue LE CYCLE D’IMPACT DÉMARRE : La recherche se fait Le chercheur écrit le « prétirage » de son article Le prétirage est soumis à une revue Le prétirage est évalué par un comité de lecture Le prétirage corrigé par l’auteur: devient un « post-tirage » 12-18 Mois Le pré-tirage est auto-archivé sur le site Web de l’établissement où travaille le chercheur Le post-tirage est publié dans une revue à accès libre ou auto-archivé sur le site Web de l’établissement du chercheur NOUVEAUX CYCLES D’IMPACT L’impact scientifique des articles de recherche libres d’accès s’accroît et s’accélère grâce à l’augmentation de l’accès
    25. 26. 2.1 Problématique du libre accès : quels objectifs ? <ul><li>L’autoarchivage des articles de recherche les rend : </li></ul><ul><li>libres d’accès . </li></ul><ul><li>Il augmente et accélère leur impact scientifique (et, par la même occasion, le progrès scientifique, la productivité des chercheurs et les bienfaits qu’on en retire). </li></ul><ul><li>(d’après support Eprints en libre accès) </li></ul>
    26. 27. 2.1 Problématique du libre accès : quels objectifs ? <ul><li>“ Le but de l’Initiative pour l’accès libre et les motifs qui inciteront les chercheurs à auto-archiver n’est pas : </li></ul><ul><ul><li>de combattre, de ruiner ou de remplacer les éditeurs </li></ul></ul><ul><ul><li>ni de résoudre les problèmes budgétaires des bibliothèques (et pourtant…) </li></ul></ul><ul><ul><li>ni de fournir un accès aux enseignants, aux étudiants et au grand public (et pourtant…) </li></ul></ul><ul><ul><li>ni de fournir un accès aux gens du Tiers Monde (et pourtant…)” </li></ul></ul><ul><li>(d’après support Eprints en libre accès) </li></ul>
    27. 28. Le but de l’accès libre, c’est de  : <ul><li>maximiser l’impact </li></ul><ul><li>de la recherche </li></ul><ul><li>en maximisant l’accès </li></ul><ul><li>à la recherche </li></ul><ul><li>(d’après support Eprints en libre accès) </li></ul>
    28. 29. 2.2 Définition, principes, modalités du libre accès <ul><li>Selon l’ Initiative de Budapest pour l’Accès Ouvert : </li></ul><ul><ul><li>«  le libre accès à la littérature scientifique est sa mise à disposition gratuite sur l’Internet public, permettant à tout un chacun de lire, télécharger, copier, transmettre, imprimer (…), ou s’en servir à toute autre fin légale , sans barrière financière, légale ou technique autre que celles indissociables de l’accès et l’utilisation d’Internet.  » (d’après Libre Accès Inist ). </li></ul></ul>
    29. 30. 2.2 Définition, principes, modalités du libre accès <ul><li>Trois principes fondamentaux : </li></ul><ul><ul><li>accessibilité : </li></ul></ul><ul><ul><ul><li>de toute la littérature scientifique </li></ul></ul></ul><ul><ul><li>pérennité  : </li></ul></ul><ul><ul><ul><li>accessibilité garantie sur le long terme, par le recours à des formats de diffusion et des protocoles communs, permettant l’intéropérabilité des contenus </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><ul><li>Protocole OAI ( Open Archive Initiative ) </li></ul></ul></ul></ul><ul><ul><li>gratuité de l’accès  : </li></ul></ul><ul><ul><ul><li>condition-clé de l’accessibilité des travaux scientifiques. </li></ul></ul></ul>
    30. 31. 2.2 Définition, principes, modalités du libre accès <ul><li>Auteurs accordent aux utilisateurs un accès libre, gratuit, irrévocable et possibilité de réutiliser sous réserve de reconnaissance de paternité </li></ul><ul><li>Contribution (document, données, etc.) déposée dans serveur de type public avec garanties : accès ouvert, distribution sans limitation, inter-opérabilité et archivage à long terme . </li></ul><ul><li>Acteurs : chercheurs, sociétés savantes, bibliothèques, éditeurs </li></ul><ul><li>Serveurs de dépôt -> Archives ouvertes </li></ul>(Déclaration de Berlin, 2003) D’après support de T. Chanier
    31. 32. 2.2 Libre accès, archive ouverte : quelle différence ? <ul><li>Distinction à faire : </li></ul><ul><li>Libre accès ( Open Access ) englobe : </li></ul><ul><ul><li>Revues en libre accès </li></ul></ul><ul><ul><li>Archives ouvertes </li></ul></ul><ul><li>Archive ouverte ( Open Archive ) : </li></ul><ul><ul><li>Auto-publication volontaire sur un serveur, inter-opérable </li></ul></ul><ul><li>Open access = gratuité totale ou partielle </li></ul><ul><li>Open archive initiative (OAI) = ouverture de l'architecture technique, interopérabilité </li></ul><ul><li>Open source = publicité du code-source des logiciels </li></ul>
    32. 33. 2.3 Le libre accès : les archives ouvertes <ul><li>Les archives ouvertes ( Open Archive ) : </li></ul><ul><ul><li>Réservoirs d’articles, de textes scientifiques … </li></ul></ul><ul><ul><li>Auto-archivés : libre dépôt par les chercheurs </li></ul></ul><ul><ul><li>En accès libre et gratuit </li></ul></ul><ul><ul><li>Avec des logiciels libres : E-Prints… </li></ul></ul><ul><ul><li>Accessibles sur des moissonneurs OAI : </li></ul></ul><ul><ul><ul><li>Exemple de OAISTER </li></ul></ul></ul><ul><li>Un nouveau modèle de communication scientifique : </li></ul><ul><ul><li>Alternative au monopole des revues </li></ul></ul><ul><ul><li>Libre diffusion des résultats de la recherche </li></ul></ul><ul><ul><li>Remise en cause du modèle éditorial dominant </li></ul></ul>
    33. 34. 2.3 Diversité des archives ouvertes : archives multidisciplinaires <ul><li>HAL ( HyperArticles en Ligne ) : </li></ul><ul><ul><li>http://hal.archives-ouvertes.fr/ </li></ul></ul><ul><ul><li>Portail d’archives ouvertes le plus important en France </li></ul></ul><ul><ul><li>Géré par le CCSD (Centre pour la Communication Scientifique Directe), du CNRS </li></ul></ul><ul><ul><li>Partenariats avec tous les établissements de recherche et universités </li></ul></ul><ul><ul><li>Auto-archivage de documents publiés ou en cours de publication </li></ul></ul><ul><ul><li>Croissance spectaculaire des dépôts : </li></ul></ul><ul><ul><ul><li>883 documents en janvier 2005 </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>57473 en janvier 2008 </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>116528 en janvier 2009 </li></ul></ul></ul><ul><li>TEL ( Thèses en Ligne ) </li></ul>
    34. 35. 2.3 Diversité des archives ouvertes : archives disciplinaires <ul><li>Les plus anciennes </li></ul><ul><li>Surtout en sciences “dures” </li></ul><ul><ul><li>ArXiv : Physique, 1991 </li></ul></ul><ul><ul><li>CogPrints : S. Harnad, 1997 </li></ul></ul><ul><ul><ul><li>au départ Sciences Cognitives </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>puis Psychologie, Philosophie, Linguistique, Informatique… </li></ul></ul></ul><ul><ul><li>Cellule MathDoc : portail de libre accès et d’archive ouverte en mathématiques </li></ul></ul><ul><ul><li>PubMed Central : plate-forme d’archive ouverte des NIH ( National Institutes of Health ) en Sciences de la vie et Médecine </li></ul></ul>
    35. 36. 2.3 Diversité des archives ouvertes : archives disciplinaires et thématiques <ul><li>En Sciences Humaines et sociales : </li></ul><ul><ul><li>HAL-SHS </li></ul></ul><ul><ul><li>> 17200 documents, en janvier 2009 </li></ul></ul><ul><li>En Sciences de l’Information et de la Communication: </li></ul><ul><ul><li>@rchivesSIC : http://archivesic.ccsd.cnrs.fr </li></ul></ul><ul><ul><ul><li>Une des premières AO en France, mai 2002 </li></ul></ul></ul><ul><ul><li>MemSic : http://memsic.ccsd.cnrs.fr </li></ul></ul><ul><li>AO thématiques : </li></ul><ul><ul><li>Sur les TICE : </li></ul></ul><ul><ul><ul><li>Archive EduTice : http://edutice.archives-ouvertes.fr </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>Education et Technologies de l ’information </li></ul></ul></ul>
    36. 37. 2.3 Diversité des archives ouvertes : archives institutionnelles <ul><li>Enjeux des AO institutionnelles : </li></ul><ul><ul><ul><li>Visibilité de l’établissement </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>Visibilité des équipes </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>Evaluation de la recherche… </li></ul></ul></ul><ul><li>Exemples d’AO institutionnelles : </li></ul><ul><ul><ul><li>En Europe : </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><ul><li>Université de Florence </li></ul></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>En France : </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><ul><li>ULP Strasbourg </li></ul></ul></ul></ul><ul><ul><li>Accès par HAL : </li></ul></ul><ul><ul><ul><ul><li>Exemple de Rennes 2 </li></ul></ul></ul></ul>
    37. 38. 2.4 Libre accès : les revues électroniques <ul><li>Définition : </li></ul><ul><ul><li>Une revue en libre accès ( open access journal ) est une revue scientifique , «  nouvelle ou existante, qui répond aux exigences de qualité des articles par la présence d’un comité de lecture, mais qui a un mode de financement permettant une diffusion aussi large que possible, sans restriction d’accès et d’utilisation  » (d’après l’INIST) </li></ul></ul>
    38. 39. 2.4 Libre accès : les revues électroniques <ul><li>Deuxième composante de l’Open Access </li></ul><ul><li>Nouveau modèle économique : </li></ul><ul><ul><li>frais de publication supportés par les auteurs ou leurs institutions </li></ul></ul><ul><ul><li>généralement subventionnées </li></ul></ul><ul><li>Revues en libre accès = revues scientifiques : </li></ul><ul><ul><li>articles soumis aux règles d’évaluation habituelles du «  peer-reviewing  » </li></ul></ul><ul><ul><li>revues elles-mêmes évaluées par mêmes indicateurs d’évaluation bibliométrique </li></ul></ul>
    39. 40. 2.4 Libre accès : les revues électroniques <ul><li>Dans le DOAJ , 3833 revues recensées en janvier 09 </li></ul><ul><li>Exemples d’éditeurs et portails de revues en libre accès : </li></ul><ul><ul><li>En sciences exactes : </li></ul></ul><ul><ul><ul><li>BioMed Central (BMC) : près de 200 revues en biologie et médecine </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>PLOS (Public Library Of Science) : 7 titres de revues </li></ul></ul></ul>
    40. 41. 2.4 Libre accès : les portails de revues en SHS en France <ul><li>Deux grands portails, complémentaires : </li></ul><ul><li>Persée : </li></ul><ul><ul><ul><li>programme de publication électronique de revues scientifiques en SHS ; </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>numérisation rétrospective des collections </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>108 revues partenaires, 62 revues sur le portail </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>> 200 000 documents diffusés </li></ul></ul></ul><ul><li>Revues.org , du CLEO : </li></ul><ul><ul><ul><li>Revues électroniques, en libre accès </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>112 revues en ligne (jan. 09) </li></ul></ul></ul><ul><ul><li>Partenariat récent entre Persée et Revues.org, pour une continuité de consultation des revues communes ; </li></ul></ul>
    41. 42. 2.5 Le libre accès : bilan, impact... <ul><li>Un mouvement irréversible, mais progressif ; </li></ul><ul><li>De nombreuses controverses entre chercheurs </li></ul><ul><li>Des situations parfois tendues avec les éditeurs </li></ul><ul><li>Des soutiens institutionnels importants : </li></ul><ul><ul><li>Sénat américain </li></ul></ul><ul><ul><li>UE : </li></ul></ul><ul><ul><ul><li>Conseil des Ministres européen « Compétitivité » , nov. 07 </li></ul></ul></ul><ul><ul><li>Grandes institutions scientifiques, Ministère Ens. Sup., ANR… </li></ul></ul><ul><li>Prise en compte future dans l’évaluation des chercheurs </li></ul>
    42. 43. « En ligne ou invisible ? » (Lawrence 2001) <ul><li>« Les articles en ligne ont l’avantage d’être cités 336 % plus souvent que les articles hors ligne » </li></ul><ul><li>Lawrence, S. (2001) Free online availability substantially increases a paper's impact Nature 411 (6837): 521. </li></ul><ul><li>http://www.neci.nec.com/~lawrence/papers/online-nature01/ </li></ul><ul><li>(d’après support Eprints en libre accès) </li></ul>
    43. 44. 2.6 Aspects techniques : OAI, m oissonneurs… <ul><li>L’OAI-PMH ( Open Archives Initiative-Protocol for Metadata Harvesting ) : </li></ul><ul><ul><li>protocole visant à favoriser l’échange de données entre bases hétérogènes </li></ul></ul><ul><ul><li>partage des métadonnées </li></ul></ul><ul><li>Entrepôts OAI : </li></ul><ul><ul><li>Fournissent les données </li></ul></ul><ul><ul><li>Archives ouvertes, bibliothèques numériques, portails de revues… </li></ul></ul><ul><li>Agrégateurs OAI : </li></ul><ul><ul><li>Collectent les données par un « moissonneur » </li></ul></ul>
    44. 45. 2.6 Moissonneurs OAI : schéma de fonctionnement Source : François Nawrocki
    45. 46. 2.6 Aspects techniques : OAI, m oissonneurs… <ul><li>OAIster : </li></ul><ul><ul><li>Le plus grand moissonneur OAI </li></ul></ul><ul><ul><li>Université du Michigan et OCLC (depuis janvier 09) </li></ul></ul><ul><ul><li>Donne accès à plus de 19 millions de notices </li></ul></ul><ul><ul><li>Alimenté par plus de 1000 organisations : archives ouvertes essentiellement </li></ul></ul><ul><li>Raphael : </li></ul><ul><ul><li>Moissonneur OAI européen </li></ul></ul><ul><ul><li>Accès aux collections numériques : culture, arts, patrimoine </li></ul></ul>
    46. 47. 2.7 Le libre accès : Quelques ressources pour aller plus loin <ul><li>Pour suivre l’actualité du libre accès : </li></ul><ul><ul><li>site de l’Inist «  Libre accès  » </li></ul></ul><ul><li>Sur le libre accès en général : </li></ul><ul><ul><li>Wiki AO des URFIST de Nice et Paris </li></ul></ul><ul><ul><li>Hélène Bosc (et Jean-Luc Gatti), La communication scientifique revue et corrigée par Internet </li></ul></ul><ul><li>Sur les enjeux économiques et sociétaux : </li></ul><ul><ul><li>Un article récent d’Hervé le Crosnier </li></ul></ul>
    47. 48. 3/ La diffusion des thèses <ul><li>Enjeux de la diffusion des thèses : </li></ul><ul><ul><li>Environ 10 000 thèses soutenues /an en France </li></ul></ul><ul><ul><li>Enjeu scientifique majeur : circulation, diffusion des résultats d’une recherche originale ; </li></ul></ul><ul><ul><li>Enjeu professionnel : visibilité du chercheur, valorisation de ses travaux </li></ul></ul><ul><ul><li>Enjeu institutionnel : notoriété de l’établissement </li></ul></ul><ul><li>Quelle diffusion des thèses imprimées ? </li></ul><ul><ul><li>Difficultés de consultation : </li></ul></ul><ul><ul><ul><li>Uniquement les thèses de l’établissement de soutenance </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>PEB : accès aux microfiches… ! </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>Relations personnelles </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>Moyenne de consultation d’une thèse sur papier : 1 fois tous les 10 ans ! </li></ul></ul></ul><ul><ul><li>Faible nombre de thèses publiées </li></ul></ul><ul><li> Problème crucial de la diffusion des thèses imprimées </li></ul>
    48. 49. 3/ La diffusion des thèses : quels changements avec Internet ? <ul><li>Facilitation du repérage dans les catalogues : </li></ul><ul><ul><li>SUDOC … </li></ul></ul><ul><li>Archives ouvertes de thèses: </li></ul><ul><ul><li>TEL (Thèses En Ligne) : </li></ul></ul><ul><ul><ul><li>12571 thèses (23 janvier 09) </li></ul></ul></ul><ul><li>Accès au texte intégral </li></ul><ul><li>Autonomie du chercheur </li></ul><ul><li>Explosion de la consultation et de la diffusion : </li></ul><ul><ul><li>Sur TEL : plus de 1000 téléchargements / jour… </li></ul></ul><ul><ul><li>Sur PASTEL : une thèse téléchargée 8 fois/mois ! </li></ul></ul><ul><li>Essor des projets de numérisation des thèses dans les universités : </li></ul><ul><ul><li>Cyberdocs , Castore </li></ul></ul><ul><ul><li>Projet national STAR </li></ul></ul><ul><li>Transformations dans la chaîne éditoriale et documentaire : </li></ul><ul><ul><li>Pour le doctorant : dans la mise en forme, </li></ul></ul><ul><ul><li>Pour les bibliothécaires : dans le traitement documentaire : </li></ul></ul><ul><li>Nouvelles compétences nécessaires : </li></ul><ul><ul><li>maîtrise du traitement de texte, des feuilles de style </li></ul></ul><ul><ul><li>connaissance des métadonnées, des protocoles d’OAI… </li></ul></ul>
    49. 50. 4/ Acteurs et portails de diffusion de l’IST <ul><li>Très nombreux acteurs et outils de diffusion de l'IST : </li></ul><ul><ul><li>Editeurs scientifiques : ex. d'Elsevier : </li></ul></ul><ul><ul><ul><li>Scirus , moteur scientifique en sciences exactes, en libre accès </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>Scopus : portail payant, accès à la littérature scientifique primaire ; lancé en mars 2004 </li></ul></ul></ul><ul><ul><li>Agrégateurs : Thomson, Ebsco, Dialog... </li></ul></ul><ul><ul><li>Moteurs de recherche : </li></ul></ul><ul><ul><ul><li>Concurrence Google / Elsevier / Microsoft </li></ul></ul></ul><ul><ul><li>Sociétés savantes : </li></ul></ul><ul><ul><ul><li>Aux USA : projet Scitopia </li></ul></ul></ul><ul><ul><li>Gouvernements : </li></ul></ul><ul><ul><ul><li>Accord DoE / B.L. </li></ul></ul></ul><ul><ul><li>Chercheurs : archives ouvertes... </li></ul></ul><ul><ul><li>Bibliothèques : Sudoc... </li></ul></ul>
    50. 51. 4.1 Les portails multi-disciplinaires <ul><li>Une tendance lourde de l’IST : la course au gigantisme </li></ul><ul><ul><li>Regroupement des données numériques disséminées dans de grands entrepôts d’archives </li></ul></ul><ul><ul><li>Regroupement des acteurs au sein de grands consortiums : organismes, associations, universités… </li></ul></ul><ul><ul><li>Concentration des accès : moteurs de recherche scientifiques (Google Scholar), gigantesques portails (WoS), … </li></ul></ul><ul><ul><li>Contexte de rivalités public/privé et entre acteurs privés </li></ul></ul>
    51. 52. 4.1 Les portails multi-disciplinaires : Quelques exemples <ul><li>Au plan international : </li></ul><ul><ul><li>WorldWideScience Alliance : </li></ul></ul><ul><ul><ul><li>Origine américaine, regroupe une quinzaine de grands organismes scientifiques du monde </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>Recherche dans 32 banques de données et portails scientifiques de 44 pays </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>Portail mondial d’accès à l’IST </li></ul></ul></ul><ul><li>Aux E.U. : </li></ul><ul><ul><li>Scitopia : portail des sociétés savantes américaines (15 au lancement en 2007, 31 en jan. 09) ; plus de 3,5 millions de références ; </li></ul></ul>
    52. 53. 4.2 Les moteurs scientifiques <ul><li>Moteurs spécialisés sur les ressources scientifiques </li></ul><ul><li>Plusieurs types, plusieurs statuts… </li></ul><ul><li>Moteurs de recherche scientifiques : </li></ul><ul><ul><li>Google Scholar : toutes disciplines </li></ul></ul><ul><ul><li>Scirus : sciences exactes </li></ul></ul><ul><ul><li>Academic Index : toutes disciplines </li></ul></ul><ul><ul><li>CiteSeer.IST : sciences physiques et de l’ingénieur </li></ul></ul><ul><ul><li>In-extenso.org : SHS </li></ul></ul>
    53. 54. 4.2 Moteurs scientifiques : Google Scholar <ul><li>Stratégie de Google : </li></ul><ul><ul><li>« guichet universel » pour la science </li></ul></ul><ul><ul><li>grand catalogue mondial </li></ul></ul><ul><li>Succès de Google Scholar : </li></ul><ul><ul><li>Très bon accueil dans les universités </li></ul></ul><ul><ul><li>Ancrage dans les bibliothèques anglo-saxonnes, et européennes : </li></ul></ul><ul><ul><ul><li>Initiative Library Links </li></ul></ul></ul><ul><ul><li>Rivalité avec l’ISI : </li></ul></ul><ul><ul><ul><li>Même nombre de citations que l’ISI </li></ul></ul></ul><ul><li>Intérêt de Google Scholar : </li></ul><ul><ul><li>Accès gratuit à l’IST, même en référence secondaire </li></ul></ul><ul><ul><li>Valorisation et visibilité des AO </li></ul></ul><ul><ul><li>Intérêt des citations </li></ul></ul><ul><ul><li>Visibilité des chercheurs </li></ul></ul><ul><ul><li>Pas de publicité </li></ul></ul><ul><li>Problèmes posés : </li></ul><ul><ul><li>Situation dangereuse de monopole d’accès </li></ul></ul><ul><ul><li>Gratuité pour le moment , mais jusqu’à quand ? </li></ul></ul><ul><ul><li>Effets pervers de l’indice de popularité </li></ul></ul>
    54. 55. 5/ La blogosphère scientifique <ul><li>Essor de la blogosphère scientifique : </li></ul><ul><ul><li>En 2008, entre 3000 et 10 000 blogs scientifiques dans le monde, dont 2000 aux E.U </li></ul></ul><ul><li>Typologie des blogs scientifiques : </li></ul><ul><ul><li>Blogs institutionnels : </li></ul></ul><ul><ul><ul><li>Blogs collectifs, de labos, d’enseignants, d’universités… </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>Logique de communication institutionnelle, pédagogique… </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>Exemple : Les carnets de l’université Paris Descartes , </li></ul></ul></ul><ul><ul><li>Blogs « primaires » (au sens de « documents primaires ») : </li></ul></ul><ul><ul><ul><li>Publications de travaux, réflexions de chercheurs, de doctorants… </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>Diffusion de supports de formation, d’informations… </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>Logique d’expérimentation, de production scientifique, pédagogique… </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>Exemple : Le blog de Frédéric Rolin </li></ul></ul></ul><ul><ul><li>Blogs « secondaires » : </li></ul></ul><ul><ul><ul><li>Blogs documentaires et bibliothécaires </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>Pages d’agrégation de flux RSS </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>Logique de veille, de diffusion des informations… </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>Exemples : UrfistInfo , Ecrans de veille en éducation </li></ul></ul></ul>
    55. 56. 5/ La blogosphère scientifique <ul><li>Emergence de portails et méta-portails de blogs </li></ul><ul><ul><li>ScienceBlogs : </li></ul></ul><ul><ul><ul><li>Portail privé ; société de presse américaine Media Seed Group, financement par publicité ; </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>75 blogs scientifiques, dont plusieurs en SHS </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>lieu de débats sur des thèmes sensibles scientifiques et politiques </li></ul></ul></ul>
    56. 57. 5/ La blogosphère scientifique <ul><li>Hypothèses, Carnets de recherche en sciences humaines : </li></ul><ul><ul><ul><li>Plate-forme née en 2008, créée par le CLEO (Centre pour L’Edition Electronique Ouverte) ; 16 carnets en ligne </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>Possibilité pour tout chercheur de créer un carnet, à partir d’un projet validé </li></ul></ul></ul><ul><ul><li>Différents types de carnets : </li></ul></ul><ul><ul><ul><li>Blog individuel , de vulgarisation, de réflexion… : Culture et politique arabes </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>Blog collectif d’information, de formation : ex. Quanti , Compostelle </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>Blog de séminaire , de colloque : MIDAS </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>Blog de revue : Vertigo </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>Blog pour un projet de recherche : EMMA </li></ul></ul></ul>
    57. 58. 6/ Bibliométrie, évaluation de l’IST <ul><li>«  La bibliométrie se définit comme l'exploitation statistique des publications. Cette analyse permet de rendre compte de l'activité des producteurs (chercheur, laboratoire, institut...) ou des diffuseurs (périodique, éditeur...) de l'information scientifique, tant d'un point de vue quantitatif que qualitatif.  » ( Institut Pasteur ) </li></ul>
    58. 59. 6/ Bibliométrie, évaluation de l’IST : méthodes <ul><li>Calculs et exploitation statistiques sur : </li></ul><ul><ul><li>le nombre d’articles sur un sujet </li></ul></ul><ul><ul><li>Le nombre de publications d’un chercheur , d’un laboratoire </li></ul></ul><ul><ul><li>Le nombre de citations : </li></ul></ul><ul><ul><ul><li>D’un article </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>D’une revue </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>D’un auteur </li></ul></ul></ul><ul><li>Calcul du « facteur d’impact » : </li></ul><ul><ul><li>Rapport, pour une année donnée, entre : </li></ul></ul><ul><ul><ul><li>le nombre de citations des articles publiés par un périodique </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>et le nombre d'articles publiés , </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>le tout sur une période de deux ans . </li></ul></ul></ul>
    59. 60. 6/ Bibliométrie, évaluation de l’IST : acteurs <ul><li>Prédominance de l’ ISI (Institute of Scientific Information), aujourd’hui Thomson Scientific: </li></ul><ul><ul><li>Fondé en 1958 par E. Garfield ; </li></ul></ul><ul><ul><li>Producteur de nombreuses bases de données, notamment : </li></ul></ul><ul><ul><ul><li>JCR (Journal Citation Report) : </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><ul><li>Classement des revues : + 6000 titres analysés </li></ul></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>SCI (Science Citations Index) : </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><ul><li>Base de citations sur 8000 revues, depuis 1987 </li></ul></ul></ul></ul><ul><ul><ul><ul><li>Accessibles sur le Web Of Science (accès payant) </li></ul></ul></ul></ul>
    60. 61. 6/ Bibliométrie, évaluation de l’IST : évolutions <ul><li>Nouvelles modalités de citations : </li></ul><ul><ul><li>Nombre de téléchargements sur les AO </li></ul></ul><ul><ul><li>Nombre et qualité des commentaires : </li></ul></ul><ul><ul><ul><li>Post-reviewing : exemple de Scitopics </li></ul></ul></ul><ul><li>Nouveaux outils : </li></ul><ul><ul><li>Google Scholar ; concurrence avec l’ISI </li></ul></ul><ul><ul><li>PublishOrPerish : </li></ul></ul><ul><ul><ul><li>outil bibliométrique exploitant les résultats de Google </li></ul></ul></ul>
    61. 62. 6/Bibliométrie : problèmes et enjeux <ul><li>Domination des critères quantitatifs d’évaluation de la recherche : nombre de publications dans les revues internationales « peer-review », facteur d’impact… </li></ul><ul><li>Déséquilibre structurel entre France, GB et Allemagne : </li></ul><ul><ul><li>Problème du différentiel de publication entre chercheurs français et anglais, du classement de Shangaï… </li></ul></ul><ul><ul><li>Problème de la visibilité de la recherche </li></ul></ul><ul><li>Quelle explication ? </li></ul><ul><li>Poids écrasant des « Big Four » de l’édition scientifique : Elsevier, Springer Verlag, Blackwell-Wiley, Thomson Scientific ; </li></ul><ul><ul><li>Ces 4 grands éditeurs contrôlent : </li></ul></ul><ul><ul><ul><li>25 % des 23 277 revues internationales ; </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>Mais surtout, 51 % du marché (en valeur) de l’info. scientifique </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>Et 50,1 % des revues à facteur d’impact mesuré dans l’ISI </li></ul></ul></ul>
    62. 63. 7/ Vers une « science 2.0 » ? <ul><li>Une « science 2.0 » ? (cf. O. Ertzscheid ) </li></ul><ul><ul><li>Possibilité d’annoter et de commenter des publications scientifiques = peer reviewing en accès libre et interactif = «  Open reviewing  » </li></ul></ul><ul><ul><ul><li>Plos One : lancée fin 2006 ; revue électronique en libre accès et collaborative  </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><ul><li>Articles évalués par les pairs ( peer review ), publiés et soumis à d’éventuels commentaires et annotations par les lecteurs ( peer commentary ). </li></ul></ul></ul></ul><ul><ul><ul><ul><li>Voir La lettre&quot; de La Société des Neurosciences Eté 2008 n°34 </li></ul></ul></ul></ul><ul><ul><li>Nouveaux modes d’interrogation des bases de données ( Interface HubMed sur la base Medline : flux RSS, tags, annotations…) </li></ul></ul><ul><ul><li>Expérimentation des wikis comme plates-formes collaboratives : </li></ul></ul><ul><ul><ul><li>Voir les wikis en génétique sur AgenceSciencePresse </li></ul></ul></ul><ul><ul><li>Expérimentations d’usage des podcasts : </li></ul></ul><ul><ul><ul><ul><ul><li>«  Projet Podcast  »à Lyon 2 </li></ul></ul></ul></ul></ul>
    63. 64. Conclusion : IST et culture informationnelle <ul><li>Enjeux de la formation des doctorants : </li></ul><ul><ul><li>Aux outils, aux sources, aux nouvelles modalités de l’IST… </li></ul></ul><ul><li>Sensibilisation des étudiants : </li></ul><ul><ul><li>aux circuits, aux caractéristiques, aux enjeux de l’IST </li></ul></ul><ul><li>Formation des enseignants-documentalistes : </li></ul><ul><ul><li>Connaissance des sources et outils de l’IST </li></ul></ul><ul><ul><li>Vulgarisation de la science </li></ul></ul><ul><ul><li>Intégration des notions d’IST dans la didactique de l’information </li></ul></ul>

    ×