L'identiwité des journalistes

675 views
547 views

Published on

Analyse des mises en scène de soi des journalistes français sur leur compte Twitter et de tous les problèmes de régulation déontologique que Twitter peut poser par rapport à cette présentation de soi et aux usages qui en découlent. Etude réalisée par Arnaud Mercier pour Obsweb, l'Observatoire du webjournalisme

Published in: News & Politics
0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total views
675
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
1
Actions
Shares
0
Downloads
9
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

L'identiwité des journalistes

  1. 1. II Colóquio Internacional Mudanças Estruturais no Jornalismo. Brasília: Programa de Pós-Graduação em Comunicação da Universidade de Brasília, 2013. ISSN: 2237-4248 Disponível em: www.surlejournalisme.com L’identwité des journalistes : entre affirmation de soi et normalisation déontologique Arnaud Mercier• Résumé : L’adoption très rapide de la technologie Twitter dans l’exercice du métier de journaliste questionne les pratiques professionnelles à plusieurs titres. Se pose d’abord la question de l’autonomie éditoriale relative que les journalistes tentent de se donner sur ce support, situé en périphérie de l’espace rédactionnel « légitime », autonomie qu’ils affichent dans leur présentation de soi sur leur compte. De plus, les réseaux sociaux produisent une accélération supplémentaire dans le tempo de l’actualité en direct, qui devient proche de l’urgence absolue. Cela ne manque pas de produire des dérapages de journalistes, des atteintes aux principes déontologiques, qui peuvent donner lieu à des sanctions de leur hiérarchie et à la publication de chartes de bon usage pour réguler les pratiques. Cet article revient donc sur les tensions qui se font jour autour du journalisme sur Twitter entre volonté d’autonomisation rédactionnelle et d’expression de soi et contrôle hiérarchique par les groupes de médias. Mots-clés : Twitter, réseaux sociaux, journalistes, déontologie, identité professionnelle" Introduction Les sites de réseaux sociaux connaissent un fort développement depuis une dizaine d’années grâce notamment au potentiel d’expressivité qu’ils offrent aux abonnés. A l’instar du blog, lié à l’idée d’expression personnelle libre pouvant être facilement partagée, les comptes sur des réseaux comme Facebook, Pinterest, Tumblr ou Twitter sont associés à un désir d’affirmation de soi, souvent dans un mixte de récits mettant en jeu sa vie privée et sa face publique, ce que Allard et Vandenberghe (2003) nomment un « individualisme expressif ». Les rédactions ne pouvaient rester en retrait d’un mouvement d’adhésion continue de la population à ces réseaux socionumériques. Aussi, ont-elles laissé des journalistes à l’esprit pionnier s’essayer à l’apprentissage de ces outils à des fins professionnelles, afin d’aller tisser de nouveaux liens avec les publics. Les réseaux socionumériques sont en constante appropriation par les journalistes sous • * Professeur à l’université de Lorraine, France, chercheur au CREM. Responsable de l’Observatoire du webjournalisme (http://obsweb.net). E-mail: mercierarno@gmail.com 153
  2. 2. des formes qui s’inventent au fil du temps. Nous avons procédé à une première étude systématique des usages de Twitter et Facebook par les journalistes français et les sites d’information, durant le mois de janvier 2012, en établissant une liste d’environ 600 comptes sur chacun des deux supports. Une synthèse des principaux résultats a été mise en ligne (http://obsweb.net/2012/05/14/enquete-sur-les-usages-des-reseaux-sociaux-par-lesjournalistes-francais/). Il apparaît que Twitter est bien plus apprécié et donc approprié par les journalistes, pour l’exercice de leur métier, que Facebook. Twitter sert aussi bien d’outil promotionnel pour annoncer ce qui est paru sur le site, que de lieu de commentaire et d’annonce d’infos chaudes (« breaking news »), de couverture en direct d’événements spécifiques, ou encore de source de repérage de faits en train d’advenir, ou enfin de lieu de crowdsourcing. Nous aboutissons à des conclusions similaires à celle d’une étude faite aux États-Unis sur 13 supports d’information (The George Washington university, 2011). L’adoption de ces outils socionumériques ne va pas sans questionner le métier de journaliste. Les comportements émergents font apparaître des polémiques et le besoin de définir de nouveaux réglages entre les acteurs concourant à la production d’information. L’objet de cet article est de cerner ces rapports conflictuels qui émergent dans les médias occidentaux, depuis quelques années, liés à : - la façon dont les journalistes, à titre individuel, négocient leur identité sur le réseau Twitter ; - des situations de « dérapages » ou jugés tels par la hiérarchie éditoriale, qui ont valu à des journalistes des sanctions, souvent lourdes ; - la manière dont la déontologie est convoquée pour aider à la mise en place d’un (re)cadrage normatif collectif avec les résistances qui perdurent côté journalistes. Affirmation de soi, expressivité et bricolage identitaire Les réseaux socionumériques reposent en partie sur l’expression de soi, et souvent dans une logique de libération de certains cadres et conventions sociales qui régissent les interactions sociales ordinaires. Des technologies de l’affirmation de soi Les réseaux socionumériques sont perçus et vécus comme des technologies d’affirmation de soi permettant de laisser libre cours à l’exposition de son intimité, de ses goûts, de sa personnalité, sans censure, au risque de l’impudeur, ce que nous appellerons ici : expressivité de soi. 154
  3. 3. Les modalités d’une telle appropriation sont multiples : choix des contenus diffusés, façon de s’exprimer, portrait de soi dans son profil public (photos, informations sur soi, ses titres et fonctions…), investissement ou non des capacités offertes de personnaliser le dispositif de présentation des pages écrans. Cela implique que les médias sociaux, tout sociaux qu’ils soient puisqu’ils s’inscrivent dans une économie de la circulation, du partage et de l’interaction, n’en sont pas moins aussi des médias personnels, au sens où « des particuliers créent du contenu multimédia personnel dans un cadre non institutionnalisé » et où « tout le monde devient assez qualifié pour être un producteur de médias et est susceptible d'avoir un public pour ses productions » (Lüders, 2008: 393; 394). Du coup, ce qui se joue sur les profils des utilisateurs touche à l’identité. Identité personnelle et sociale. Que ce soit par les actes, mots, photos posés là sciemment pour construire l’identité que l’on souhaite donner à voir, ou que ce soit par les contenus que l’on laisse : véritable livre ouvert sur notre personnalité, offert à l’herméneutique des internautes. Fred Dervin et Yasmine (2009) énumèrent une série de questions autour de cette réalité sociale dont celles-ci : « quelles sont les spécificités des (co-)constructions du soi par le biais des technologies numériques ? Comment ces technologies contribuent-elles à présenter le soi ? Que dit-on du soi ? Comment le dit-on ? Comment le construit-on ou le met-on en scène ? Avec qui ? Pour qui ? Pourquoi ? Quels mythes de l’identité sont identifiables dans les productions de soi ? » (Dervin & Abbas, 2009 : 12). Les réseaux socionumériques peuvent être utilisés de façon à proposer à ceux qui nous suivent une « identité supplémentaire » (Idem : 19), identité sociale et personnelle tout en maîtrise voire en idéalisation, car retravaillée et valorisée ; identité en décalage, hors des codes imposés ou attendus, pour surprendre ou s’affirmer ; identité renouvelée, le dispositif technologique étant l’occasion de se fabriquer sui generis une identité numérique (avec force avatars, noms d’emprunt, références à des personnages, convocation de nos mythologies personnelles…). En adoptant un point de vue goffmanien (Goffman, 1973) on peut considérer les réseaux socionumériques comme des scènes, où se rejoue, mais de façon renouvelée, le jeu des rôles et des faces donnant lieu ou non à des interactions sociales réussies. C’est dans cette perspective théorique que travaillent Coutant et Stenger (2010), en définissant le profil d’un titulaire de compte sur réseau socionumérique comme « une narration par laquelle on présente sa face et dont le vocabulaire et la syntaxe sont constitués par les activités en ligne. Cette construction commence dès l’inscription au moment où l’individu remplit les quelques renseignements qui apparaitront dans la partie "infos". Elle ne fait ensuite que se développer à chaque nouvelle action de l’individu qui vient allonger le fil d’actualité. Ainsi s’illustre parfaitement l’aspect processuel, 155
  4. 4. multi-facette et narratif de l’identité ». Dans la construction de son profil numérique, cela renvoie notamment à la mise en avant de marqueurs identitaires liés à la civilité (nom, genre, profession…) ou de marqueurs constitutifs de ce que Cardon (2008) nomme « l’identité agissante », celle des actes, des productions, des valeurs… La gestion de l’image de soi sur les réseaux socionumériques, dès lors qu’on en fait un usage d’expressivité de soi, est une vraie difficulté, faite de dialectiques subtiles voire contradictoires entre ce qu’on veut, doit et peut montrer et exposer à la face du monde mais d’abord à son entourage, ses amis, ses pairs, ceux qui nous connaissent déjà, qui nous fréquentent et ceux qu’on ne connaîtra que virtuellement ou, mieux encore, qu’on espère attirer vers son compte grâce à son profil. Danah Boyd a bien mis en évidence ces possibles contradictions pour les adolescents. « Ils doivent travailler sur la façon dont ils se voient eux-mêmes et dont ils veulent être vus et doivent alors utiliser des outils pour articuler formellement les deux, souvent sans les mécanismes de rétroaction et sans le contexte qui rendent transparente la gestion des impressions » (Boyd, 2008: 128-129). Twitter et le requestionnement de l’identité journalistique Dès lors que les journalistes ont adopté le site de micro-blogging Twitter (créé en 2006) pour le détourner en un outil de traitement de l’information (ce qui n’était pas du tout envisagé par ses concepteurs), ils ont réouvert la question si souvent posée dans l’histoire du métier, des contours de leur identité professionnelle, entre affirmation de la personnalité de l’individu journaliste et l’inscription de son action dans le cadre collectif et contraignant, d’une rédaction, d’une ligne éditoriale et de règles déontologiques ; entre nouvel « art de faire » et modes de traitement de l’information ayant acquis force d’évidence car largement admis, pratiqués et même routinisés. L’adoption très rapide de ce dispositif de communication est l’objet de discours de la profession sur elle-même,. Une querelle entre les « anciens » et les « modernes » semble se jouer entre ceux qui ont initialement refusé et dénigré ce nouveau support jugé sans intérêt pour l’expression journalistique et les primo adoptants suivis par d’autres après (Ahmad, 2010; Farhi, 2009). La polémique interne autour de la notion d’egobranding où le journaliste construirait sa marque personnelle en ligne, faisant fi des solidarités de rédaction et d’une humilité attendue, s’est beaucoup nourrie des façons d’être sur les réseaux socionumériques (Lomborg, 2011), où « une partie des messages consiste en une autoédition de publiants construisant eux-mêmes les conditions de leur reconnaissance » (Merzeau, 2013 : 46). Les jugements oscillent entre usages 156
  5. 5. pour valoriser le site et la rédaction et attitudes plus personnelles voire égocentrées mais qui se justifieraient par les nécessités actuelles du marché du travail et l’obligation de construire sa notoriété en ligne pour être vu et accéder in fine aux médias traditionnels. Investir sur Twitter est aussi une façon de consolider ou acquérir ce que Nathalie Heinich nomme « un capital de visibilité ». Capital qui est accumulable : « plus une vedette est visible, plus augmente le nombre de ses fans, plus l’exploitation de son image rapporte de profits, plus elle passe dans les médias et plus augmente sa visibilité » (Heinich, 2012 : 49). Sur les réseaux socionumériques, ce capital de visibilité est mesurable, grâce au nombre de friends ou de followers qui s’affiche sur le compte. Une partie de la stratégie de présentation de soi des journalistes sur Twitter est donc déterminée aussi par cet enjeu : attirer l’attention, voir donc ses message être repris, disséminés, espérer en tirer pour bénéfice de voir son nombre d’abonnés croître. De façon plus générale, « la visibilité est au cœur du dispositif de Twitter » (Domenget, 2013 : 186). L’enjeu de visibilité n’est cependant pas le même pour les journalistes déjà célèbres sur leurs médias grand public et ceux, moins connus ou émergeant sur le marché journalistique, qui doivent accumuler du capital de visibilité. Avec pour enjeu de se retrouver dans une situation de « prestige » où l’assymétrie entre le nombre de ceux qui nous suivent et la petite quantité de ceux qu’on suit, sera flagrante. Se pose aussi la question de l’autonomie relative que les journalistes sur Twitter tentent de se donner par ce moyen, situé en périphérie de l’espace rédactionnel « légitime ». On trouve des similitudes avec ce qui a pu s’expérimenter un temps avec les journalistes bloggeurs (Le Cam, 2006) même si la question fut là redoublée fortement par l’enjeu du journalisme amateur. Les réseaux sociaux reposent également la question du rythme et du manque de recul, puisqu’ils produisent une accélération supplémentaire dans un tempo de l’information pourtant déjà marqué par l’urgence. Les usages des réseaux sociaux pour l’information approfondissent aussi le questionnement des journalistes sur ce qui fait leur métier et leur spécificité, dès lors qu’ils plongent dans le bruit ambiant en mêlant leur parole à celle des anonymes. Alfred Hermida (2010) évoque à cet égard des « formes de para-journalisme » qui contribuent à créer un « ambient journalism ». Alors quelle est donc l’identité que les journalistes français les plus actifs sur Twitter donnent à voir ? L’identwité des journalistes Le passage expressif sur Twitter a pour potentielle conséquence une remise en cause de l’identité statutaire du journaliste, selon la manière dont chacun s’empare de ce dispositif. C’est cette oscillation entre engagement expressif individuel et privé et adoption professionnelle cadrée 157
  6. 6. que nous retrouvons dans la façon dont les journalistes français (mais aussi américains et britanniques) conçoivent leur profil et personnalisent leur interface - pour ceux qui le font. À partir d’un corpus de 600 comptes Twitter élaboré en janvier 2012, nous avons extrait les 150 premiers journalistes, selon une combinatoire nombre de followers, nombre de comptes suivis et nombre de tweets émis. Nous avons également utilisé plusieurs twitter lists élaborées par et pour des journalistes anglophones pour parcourir les profils de presque 1000 journalistes, en recherche de confirmation des observations faites en France. La psychosociologie nous a appris que l’identité est le fruit d’une articulation entre les diverses combinatoires possibles des identifications attribuées (identité par et pour autrui) et des identités construites et revendiquées (pour soi). L’identité se présente donc comme un point d’équilibre (souvent à restabiliser) entre l’affirmation d’une singularité individuelle et la pression d’appartenance à un groupe donné par incorporation des figures d’identification prescrites. Zygmunt Bauman (2006 : 44) parle à ce titre « d’une quête d’identité toujours tiraillée dans des directions opposées ». Pour le sociologue Claude Dubar, il y a crise des identités sociales (Dubar, 2000) dès lors que les figures traditionnelles d'identification prescrites des individus (culturelles ou statutaires) ont perdu de leur légitimité et de leur efficacité et que les formes plus récentes (réflexives et narratives, reposant sur un projet personnel d’accomplissement…) ne sont pas encore pleinement constituées. Or, plus les identifications stables s’affaiblissent, plus les identités individuelles ont besoin d’être racontées et exposées. Prolongeant ces analyses, Danilo Martuccelli conceptualise ces transformations en cours, en essayant de cerner ces « labilités identitaires ». Il constate que le caractère composite de l’identité individuelle est accentué « par la prolifération de topiques narratives de soi auxquelles peut recourir un acteur pour parler de ses pratiques ou pour s’autoreprésenter » (Martuccelli, 2002 : 356). Si ces topiques restent enracinées dans des traditions culturelles et sociales, leur usage ouvre pourtant une voie assez vaste à des formes d’individualisation, ne serait-ce que par l’ouverture très large de la palette des combinaisons possibles. Le savant mélange entre les figures d’identification relevant de la réalité et celles puisées dans l’imaginaire, est amené à se recombiner en laissant une part plus grande au registre de l’imagination. L’identité est néanmoins marquée par la quête d’unité entre ces exigences. Martuccelli parle alors d’un « double individualisme » pour décrire ce tiraillement entre des « aspirations culturelles opposées », à la recherche d’une unité personnelle. « L’une est axée sur la performance, la capacité de maîtrise de l’environnement, une rationalité qui met en accord les moyens et les fins. L’autre est fondée sur l’expression, le désir de montrer son authenticité, une raison humanitaire engagée dans un rapport communicationnel à autrui et expressif envers soi-même. (…) L’identité est ici la capacité à tenir 158
  7. 7. ensemble un discours sur sa propre authenticité et une pratique qui l’insère dans un projet de réussite sociale » (Martuccelli, 2002 : 378 & 379). Et Papacharissi évoque d’une autre manière cette idée de quête délicate d’unité, en parlant d’un « équilibre privé/public présent dans tout réseau social », avec pour paradoxe oxymorique que les styles de présentation de soi prennent corps dans « des espaces privativement publics et publiquement privés » (Papacharissi, 2013 : 217). En plus de ses vertus pour la circulation de l’information, l’adoption de Twitter par les journalistes peut donc s’interpréter comme une volonté d’adopter des figures nouvelles d’identification dans ce dispositif technologique qui fait la part belle à l’expressivité, la convivialité, le partage. Il apparaît toutefois dans notre corpus qu’une majorité de profils sont pensés comme professionnels et très neutres. Souvent, les journalistes les plus connus, appartenant aux médias les plus reconnus, font assaut d’ascétisme dans leur présentation d’eux-mêmes. Une photo des plus classiques trône sur un fond noir et l’arrière plan global est un de ceux fournis par l’hébergeur. Leur biographie est souvent laconique, on y mentionne le média d’exercice, la fonction, parfois l’émission. Des versions plus développées font état des derniers ouvrages du journaliste, de l’existence d’un blog personnel ou de son émission, de sa trajectoire journalistique antérieure. Ces journalistes, d’autant plus nombreux qu’ils sont en responsabilité, rendent donc public un acte d’allégeance et d’appartenance à leur rédaction, faisant taire leur expression de soi au profit de leur identité professionnelle et institutionnelle. Identité mosaïque : journaliste… et autre chose Un peu plus complexes sont les comptes qui entremêlent franchement le professionnel et le personnel. On en trouve beaucoup aux États-Unis et quelques-uns très emblématiques en France, comme celui d’un des fondateurs de Rue89, Pascal Riché. Le symbole de la mosaïque mis en fond de son profil illustre l’idée qu’il n’est pas que journaliste puisqu’il est aussi « bien d’autres choses ». 159
  8. 8. Ce profil nous renseigne sur la claire conscience chez certains, du mélange des genres inhérent à la présence des journalistes sur les réseaux sociaux. À travers les quatre exemples ci cidessous on perçoit différentes motivations de cette ouverture vers la sphère privée. Gilles Donada affiche son hobby : la marche, il est « caminophile » et propose un lien vers son compte Twitter « blog du marcheur », où l’on voit que sont liés marche et catholicisme (il est dans un titre de presse confessionnel) car il est beaucoup question de pèlerinages. Il propose aussi un lien vers son blog consacré à un exercice autoréflexif sur le métier. Cédric Garofé étale ses compétences Garofé musicales et revendique son statut de créateur d’un réseau social dédié aux végétariens. 160
  9. 9. Exaltation d’un espace de liberté On remarque aussi la forte présence d’images qui associent les comptes Twitter à un espace géographique, à une étendue large et ouverte qui connotent la liberté et la libération. C’est vrai des espaces ouverts et « sauvages » où la ligne de fuite visuelle donne un sentiment d’infinitude et d’évasion : nuages et ciels (promesses du blue bird symbole de Twitter), mers et étendues d’eau, routes et chemins, paysages grandioses. Ces images illustrent l’idéal qui associe Internet aux mots et notions de « navigation », « surf », « plongée »… 161
  10. 10. Le compte de Xavier Ternissien est intéressant car il fait coup double : il offre à la fois une référence cinématographique, étalant ainsi ses goûts esthétiques, tout en renvoyant à une mythologie de la route, de l’évasion, puisqu’il reprend une image du film d’errance libertaire Into the wild. 162
  11. 11. Profils décalés et journalisme LOL L’investissement expressif de soi dans son profil devient plus fort chez les journalistes qui décident d’adopter une posture décalée, par le texte et/ou l’image. La rupture avec les conventions journalistiques est réelle et assumée, puisque la mise en scène de soi et de son compte vise à intriguer, à y voir autre chose que le journaliste de métier, mais bien l’humain qui est derrière la façade professionnelle. On trouve des exemples sur les comptes anglophones de présentations gentiment décalées, très axées sur les goûts personnels, comme Joyce Chen : « Enthusiast of square plates, bubble tea, good beats, sweet treats. Web editor at http://Usmagazine.com . Not a fan of onions, loves Funyuns ». Le compte du journaliste de la chaîne LCI Benoit Gallerey est un bien curieux mélange, donc atypique à bien des égards. Son fond d’écran est totalement décalé, puisqu’il exploite un fond d’images issu d’un site suédois rendant hommage à des groupes musicaux improbables, de dance rock. Les images kitch se succèdent, comme en ce moment avec le groupe Pererix. Son portrait est remplacé par un dessin expressif de lui. Son arrière-plan de portrait a une teneur plus militante. Il reprend une photo engagée de députés polonais du parti démocratique Palikot protestant, par des masques, contre l'accord commercial anti-contrefaçon (ACTA) visant à mieux protéger le droit de la propriété intellectuelle et industrielle sur Internet et jugé liberticide par nombre d’internautes libéraux ou libertaires. Le texte de présentation est tout aussi décalé le rédacteur en chef qu’il est, devient sous sa plume : un « raide red chef » et on apprend que, mystérieusement le groupe de rock Pink Floyd « diffuse mon visage sur écran géant ». Il nous a donné pour explication (en direct message) que cela renvoyait aux débuts de concert où Roger Waters cassait à la masse son portrait sur écran géant avant d’entonner The wall. Et de poursuivre 163
  12. 12. avec autodérision : « J'ai préféré mentionner cette utilisation de mon image qu'écrire "je suis une légende". :-) » Georges Kaplan choisi l’autoportrait décalé, avec pour avatar une célèbre scène du film La mort au trousse d’Hitchcock. En sa qualité de secrétaire de rédaction, il s’autoproclame, non sans ironie sans doute, « aristocrate du print, du bon français et du code typo ». Il affirme son appartenance à un club de défenseurs des pâtes à l’italienne. Il ne fait aucune mention de son employeur mais juge bon de préciser quand même que son « compte est indépendant de toute rédaction ». Un journaliste de France info personnalise son profil, avec une photo de Christopher Walken dans le film de M. Cimino Heaven’s gate. Son arrière-plan reprend la pochette d’un album du groupe de hip hop, Slum village. Et l’affirmation de son ancrage culturel américain est complétée par son arrière-plan global : une photo des buildings de New York. On retrouve logiquement dans les présentations de soi, un des usages des messages journalistiques émis sur Twitter, à savoir la recherche de l’humour au profit d’un journalisme LOL, en quête du bon mot, du clin d’œil moqueur et amusé que nous avons identifié dans notre étude précédente (Mercier, 2013). Samuel Goldschmidt (@rtlgrandest) se présente ainsi comme « Reporter pour RTL. Vers la Lorraine, l'Alsace, la Franche-Comté, la Champagne-Ardenne et au-delàààà ! », dans un phrasé tout droit venu de Buzz l’éclair dans le dessin animé Toys story. 164
  13. 13. Laurent Guimier, directeur de l'information numérique du pôle news de Lagardère Active, rompt avec l’esprit de sérieux attendu d’une telle fonction : son fond d’écran est une photo de pièces de Légo et il s’affiche comme « clown en formation… ». S’afficher en provocateur La provocation est un des ressorts de ces portraits décalés et une façon efficace, parfois radicale de s’affirmer dans sa singularité et de se faire remarquer dans le flot des journalistes qui arpentent Twitter. Que l’on songe à cette journaliste de Med Mediapart, Marine Turchi, qui a choisi pour avatar un buste de Christ sur la croix en Playmobil David Abiker détourne une photo Reuters prise en 2011 pour célébrer le 90e anniversaire du Parti communiste chinois. Son avatar est un spiderman portant turban. Et son texte d’accompagnement est une sentence un brin provocante : « touche pas à mes élites ! » C’est dans un esprit punk, que Jean Jean-Claude Ferraud se portraiture. Il se revendique de la raud « dinguerie numérique », et n’hésite pas à se désigner comme simple « supplétif culturel ». Il existe des autoportraits plus flatteurs. En janvier 2012, il formulait un peu différemment : « Journaliste old school mais pas vieux. Maître Gonzo autoproclamé. TwitterAddict. Blogueur erratique. Punk avec un futur. Econoclaste ». La provocation peut aller plus loin encore. Chez Philippe Brochen, son portrait est remplacé par un cliché (de Reuters, en 2011) d’un chien à lunettes noires fumant le cigare. 165
  14. 14. L’arrière-plan est composé d’une provocatrice photo de l’actrice et icône trash connue, Asia Argento, nue, dans une position lascive et fumant elle aussi. Il évoque par un texte décalé lui aussi, son appartenance au journal Libération, mais tout se passe comme si le journaliste poussait très loin la provocation pour bien ancrer l’idée d’une séparation radicale entre sa parole personnelle et celle de son journal. La promesse d’un engagement journalistique Certains journalistes jouent des effets de mise en scène de leur compte pour afficher ou réaffirmer leurs convictions et engagements journalistiques. Les journalistes (singulièrement d’investigation) utilisent des photos qui renvoient à des événements où des journalistes ont joué leur rôle de contre-pouvoir. Philippe Mathon, rédacteur en chef du Vanity Fair France, a remplacé sa photo par celle des deux acteurs jouant le rôle des découvreurs du Watergate dans le film Les hommes du président. Fabrice Arfi, enquêteur chez Médiapart, a tapissé son fond de compte d’un article de Seymour Hersh, grand journalistes d’investigation américain qui a dévoilé les horreurs de la guerre du Vietnam ou fait tomber des têtes au sein de la CIA pour diverses turpitudes coupables. L’un des cofondateurs du site Médiapart, illustre la volonté de « porter la plume dans la plaie » selon l’expression d’Albert Londres et d’incarner un journalisme engagé, sa photo étant remplacé par un dessin de stylo poing levé : On retrouve cette verve engagée dans des profils de journalistes anglophones. Ainsi Ben Swann, journaliste à Cincinnati qui affiche une posture de combat contre la domination des 166
  15. 15. techniques de relation publique : « Journalism is printing what someone else does not want printed. Everything else is public relations ». Le ton engagé se retrouve aussi sur une forme différente, de l’ordre de la revendication syndicale. Les réseaux sociaux comme espace d’expression et de diffusion d’informations auprès des publics commencent aussi à être utilisés par les journalistes pour faire passer des messages concernant leur situation salariale ou l’avenir de leur rédaction. Ainsi Kefti Widad, après avoir travaillé pour le Bondy blog, exprime-t-elle son amertume et sa colère par rapport à sa situation personnelle qu’elle présente avec un certain humour noir. En mars 2013, les journalistes du San Francisco Chronicle ont utilisé l’espace profil de leurs réseaux sociaux pour attirer l’attention de leurs followers sur leur plateforme revendicative (Facebook et Twitter principalement) en remplaçant leurs photos personnelles par un carré rouge, en signe de protestation contre la politique sociale de leur direction et en y diffusant un appel à soutien auprès du public. Leurs réseaux sociaux apparaissent comme d’efficaces « new picket lines ». Dérapages et sévères recadrages Faire usage de Twitter pour s’exprimer à titre très personnel, tout en se revendiquant de son statut de journaliste, pire : de son appartenance à une rédaction, n’a pas manqué de soulever des polémiques au sein des titres. Suite à des écarts jugés trop importants entre la ligne d’un titre, ses intérêts financiers et d’image et la manière de s’exprimer sur Twitter de certains journalistes, des mesures sévères de recadrages ont été prises, pouvant aller jusqu’au licenciement. 167
  16. 16. Les risques de vanner et persifler L’éviction de Pierre Salviac en mai 2012 suite à un Tweet d’un goût douteux, est un bel exemple de ce que Twitter a de libératoire dans la parole journalistique, surtout quand on se laisse déborder par le désir de faire ce qu’on croit être un bon mot : « à toutes mes consœurs je dis : « baisez utile vous avez une chance de vous retrouver première Dame de France » ;-) . La goujaterie insultante de ce tweet visant Valerie Trierweiler (compagne du Président Hollande) a été intensément commentée sur les réseaux socionumériques, suscitant des centaines de réactions indignées, d’internautes comme de journalistes, manifestant ainsi le pouvoir d’autorégulation de cet « espace en commun ». Il est intéressant de noter que le patron de l’information de RTL, Jacques Esnoux, s’est senti obligé de dénoncer lui aussi sur Twitter le propos injurieux de son collaborateur, avant de l’évincer, en l’interpellant directement : « Ton tweet est absolument intolérable. J’y vois un sexisme vulgaire inqualifiable que je condamne ». Le 3 mai 2012, durant le « printemps d’érable » au Canada, une journaliste travaillant pour The Gazette (Montréal) a couvert une manifestation d’étudiants canadiens ayant décidé de défiler presque nus. Anne Sutherland dans sa couverture de l’événement sur Twitter, a joint, dans ses sarcasmes, jugement politique (elle ne soutient visiblement pas le mouvement) et remarques blessantes sur le physique de certains étudiants dénudés. Son ton de raillerie laissait prise à l’accusation de mépris, appelant certains à se rhabiller pour des raisons esthétiques. 168
  17. 17. Comme on pouvait s’y attendre, de nombreux internautes se sont sentis blessés par cette attitude et ont protesté sur Twitter et sur Facebook (une page dédiée a même été ouverte). Dès le lendemain, la journaliste a présenté ses excuses sur son fil Twitter puis l’a fermé définitivement (ce qui explique qu’on ne retrouve plus trace de ces excuses). Le quotidien a également réagi sur Twitter, le lendemain matin, en publiant deux tweets pour redire sa stratégie d'utilisation des médias sociaux. -@mtlgazette La politique de The Gazette énonce que nos journalistes doivent se comporter d'une manière à ne pas se compromettre eux-mêmes, leurs collègues ou le journal... -@mtlgazette The Gazette prend tous les manquements à l'éthique très au sérieux. 169
  18. 18. Les risques de critiquer sa rédaction sur Twitter Aux lendemains de l’élection présidentielle, un grand reporter de la chaîne publique France3 se réjouit bruyamment et réclame sans ménagement le départ du PDG et du directeur de l’information, sur son compte. Se justifiant ensuite au nom « d’un humour potache », il a toutefois dû subir les foudres de sa hiérarchie. Convoqué pour un entretien de licenciement préalable, il a finalement (grâce au soutien syndical) vu sa sanction commuée en mise à pied, avec excuses publiques à la clé. L’incident est ec censé faire jurisprudence comme le reconnaît le syndicaliste Marc Chauvelot, représentant de la CGT « La direction a envoyé un message fort : on ne peut pas faire n'importe quoi sur Twitter. Joseph Tual a lui-même recadré ses propos ». Dans une radio de l’Arkansas, Renee Gork a été virée, en août 2010, à cause d’un seul de ses tweets. Son directeur s’en est expliqué dans une interview. Il lui reproche un défaut de loyauté sur son compte personnel Twitter. Elle a osé dire sur son compte alors qu’elle était affectée à la alors couverture d’un événement, qu’elle aurait préféré en couvrir un autre, se déroulant au même moment. La faute peut sembler assez vénielle, mais son supérieur affirme : « We can’t allow employees covering the Razorbacks to get on the Twitter account and say how much she’d prefer get to be covering the Gators and things like that ». Fin novembre 2012, suite à des critiques émises publiquement par des salariés de la BBC contre leur station (“the Newsnight crisis”) sur leurs comptes sociaux, deux salariés ont été renvoyés. Les risques d’exprimer ses opinions personnelles Octavia Nasr, ex-senior editor pour le Proche et Moyen Orient à CNN a été licenciée senior parce qu’à l’occasion d’un de ses tweets, en juillet 2010, elle a osé afficher son « respect » pour un dignitaire chiite décédé du Hezbollah, alors qu’il s’agit d’une organisation ter terroriste aux yeux des États-Unis. « Sad to hear of the passing of Sayyed Mohammed Hussein Fadlallah … One of Hezbollah’s giants I respect a lot ». Les internautes israéliens se sont insurgés de cette prise de 170
  19. 19. position d’une journaliste de CNN. Elle a dû présenter des excuses mais en vain, puisque sa direction l’a congédiée, estimant que sa crédibilité était durablement obérée à l’avenir : « credibility in her position as senior editor for Middle Eastern affairs has been compromised going forward ». Au Canada, en mai 2011, le groupe Rogers Sportsnet a licencié le journaliste Damian Goddard en raison d’un tweet personnel contre le mariage gay. L’histoire a commencé par un tweet désapprobateur du Uptown Sports renvoyant vers un lien où le joueur Sean Avery participe à une publicité en faveur de la Marriage Equality Campaign. @uptownhockey Very sad to read Sean Avery's misguided support of same-gender "marriage". Legal or not, it will always be wrong. Ce tweet émane de Todd Reynolds, Vice-Président de Uptown Sports, une société qui gère les intérêts de joueurs de la ligue de hockey (sport national du Canada). Encouragé sans doute par cette première prise de position, sur Twitter, Damian Goddard a jugé utile et nécessaire d’afficher son soutien à Reynolds : @heydamo I completely and whole-heartedly support Todd Reynolds and his support for the traditional and TRUE meaning of marriage. Une série de tweets de protestation a été adressée au compte The Rogers Sportsnet, au point de générer une sorte de réponse automatique, par le biais de la diffusion, une dizaine de fois dans la journée, du même tweet : « Today's tweet from Damian Goddard does not reflect the views of Rogers Sportsnet ». Puis le journaliste fut renvoyé, le groupe estimant qu’il n’avait pas à mélanger ses commentaires sportifs avec ses convictions politiques. Normalisation déontologique Ces quelques exemples parmi d’autres prouvent que les rédactions ont dû très vite, réfléchir à une régulation collective. Ainsi, pour ce qui concerne la vitesse de diffusion d’une information sur le fil Twitter, la plupart des directions de médias en continu ont freiné la tentation du « Twitter first » pour revenir à une obligation de transmettre d’abord l’information à la rédaction, avant éventuel relais sur Twitter. Dès mai 2009, les premiers journaux diffusaient des consignes sur la gestion des réseaux socionumériques par leurs journalistes. À l’époque, des journalistes américains se sont insurgés 171
  20. 20. contre pareille restriction, tuant dans l’œuf le déploiement de Twitter pour l’information, pensaient-ils. En mars 2010, The New York Times, suivi de l’agence Reuters ont diffusé des consignes internes sur le bon usage des réseaux. En octobre 2010 est apparu chez un autre titre prestigieux, un mail de cadrage pour des usages informatifs de Twitter qui balbutiaient encore. Suite à un article du Washington Post donnant la parole à des personnes expliquant une série de suicides chez de jeunes gays par le fait que l’homosexualité serait une maladie mentale, des internautes ont réagi sur le compte Twitter du journal et des journalistes y ont répondu en défendant l’article… maladroitement. Cela a justifié une intervention hiérarchique pour poser de premières limites pour une activité pourtant encouragée. « No branded Post accounts should be used to answer critics and speak on behalf of the Post ». Dans les Social Media Guidelines de l’agence Bloomberg, qui datent du printemps 2011, les restrictions sont si nombreuses et portant sur des points si cruciaux du point de vue des usages des réseaux socionumériques, qu’on peut y voir une forme de refus même s’ils restent tolérés. Il ne faut pas exprimer d’opinion personnelle et tendancieuse, ne pas parler de son boulot pour l’agence, ne pas débattre avec les publics des sujets traités, être très prudent sur le fait de retwitter, ne pas annoncer des infos d’abord sur le fil Twitter… Dans une interview au JDD, le 9 juillet 2011, le PDG de France télévision, Rémy Pflimlin alerte ses rédactions sur la responsabilité de chaque journaliste lorsqu’il twitte. « Un journaliste est une signature, qui est identifiée à la maison. Quelqu’un qui signe sous son nom, sur un blog ou sur Twitter, engage son statut de représentant de la télévision publique. Il est tenu au respect des règles professionnelles. S’il émet une opinion personnelle en contradiction avec celle de l’entreprise, cela posera problème ». Les directions des grands médias ont donc compris très vite les enjeux éthiques et réputationnels de ce nouveau support d’expression. Newman (2009) dans son étude pionnière pour le Reuters Institute mit au jour que les grands médias ont rapidement réagi face à l’essor des comptes personnels de journalistes. Observant selon une logique expérimentale de type bottomup, les premières pratiques, ils ont choisi d’encadrer et de formaliser ces activités. Mais il faut noter qu’ils n’ont pas choisi d’interdire, ce qui est un signe que face à l’engouement de nombreux journalistes pour ces dispositifs, il était sans doute impossible d’être trop censeur. On assiste donc à une « normalisation » de Twitter (Lasorsa & al, 2012) dans une esprit proche de ce que décrivait Jane Singer pour les blog (Singer, 2005). 172
  21. 21. Conclusion Pour reprendre la main dans cette lutte avec leurs employeurs pour acquérir des formes d’autonomisation dans l’affirmation de soi, qui peut aller jusqu’à utiliser Twitter pour s’ouvrir ce que nous avons appelé « un espace d’éditorialisation » (Mercier, 2013), les journalistes mettent en avant dans leur profil le fait qu’ils séparent leur appartenance éditoriale de leur compte. Des phrases ritualisées existent pour avertir le lecteur que « Tweets are my owns », « RT≠ endorsement or approbation », « mes tweets n’engagent que moi » et on peut même ajouter « et pas ma rédaction » pour ceux qui n’auraient pas bien compris ! Cette phrase sonne comme un principe régulateur de type énoncé performatif : par la magie du verbe, le point d’équilibre serait trouvé dans les usages et l’employeur est prié de ne plus se mêler de ce que le journaliste twitte. Dans ce petit échantillon anglophone des formulations offertes, les journalistes affichent que leurs « opinions », leurs « point de vue », leurs « favoris », leurs « retweets », leurs « réponses à » sont personnels, ou même « very much » personnels. Cette posture de dissociation pose problème. Elle introduit une forme de schizophrénie identitaire : journaliste produisant de l’information pour un titre, mais faisant circuler de l’information sur Twitter à titre individuel. Des voix se sont élevées pour contester cet 173
  22. 22. arrangement. Bruno Patino directeur du développement numérique, disait en juillet 2011, justifiant la nouvelle charte des antennes de France télévision : « Il n’est pas possible d’avoir sur les réseaux sociaux deux identités, une privée et une professionnelle, qui soient imperméables l’une à l’autre. En clair, il ne faut pas dire des choses sur Twitter que l’on n’assumerait pas à l’antenne »1. Face à la volonté de normalisation des usages journalistiques des réseaux socionumériques, des journalistes résistent donc et veulent continuer à affirmer leur appartenance à un idéal du journalisme libre et frondeur. Nombreux sont les journalistes qui persistent dans leur approche expressive, humoristique, libertaire. Ils détournent alors la phrase qui tend à se ritualiser, pervertissant de l’intérieur le code de recadrage qui tend à s’imposer. Voici un florilège issu de comptes de journalistes français, beaucoup plus prompts que leurs homologues anglosaxons à adopter pareille posture. Voici donc un dégradé de la gestion de cette formule, allant de la reprise non neutre car avec un investissement personnel au détournement de la formulation pour dire le contraire. Ceux qui affichent une séparation nette entre leur compte et leur employeur, mais en persiflant contre ce dernier. Ceux qui se revendiquent du « journalisme LOL » ce qui, du coup, ne peut engager la ligne éditoriale du journal, selon eux. 1 Alice Antheaume, 2011, « Réseaux sociaux et journalistes : l’école des chartes », Slate.fr, mis en ligne le 20 juillet. 174
  23. 23. Ceux qui laissent entendre qu’ils ne croient qu’à moitié à la formule Ceux qui torpillent la formule pour affirmer une forme de refus de ce principe de régulation de Twitter 175
  24. 24. L’explicitation de règles de bon usage n’a pas empêché l’émergence de nouveaux incidents depuis. Cela tient à ce qu’une partie des journalistes continue à surfer sur les limites, à tester jusqu’où ils peuvent aller trop loin. On trouve toutefois trace des effets de recadrage sur l’évolution diachronique du profil de certains journalistes, c’est une piste de recherche à explorer. Références bibliographiques AHMAD, A. N. Is Twitter a Useful Tool for Journalists ?. Journal of Media Practice, 11(2), 2010, p. 145-155. ALLARD, L.; VANDENBERGHE, F. Express Yourself ! Les pages perso entre légitimation techno-politique de l’individualisme expressif et authenticité réflexive peer-to-peer. Réseaux, 117, 2010, p. 191-219. BAUMAN, Z. La Vie liquide. Rodez: Le Rouergue, 2006. 176
  25. 25. BOYD, D. M. Taken Out of Contex. American Teen Sociality in Networked Publics, 2008. PhD (Doctor of Philosophy in information management and systems). Berkeley: University of California, 2008. BRUNO, N. Tweet first, verify later ? How real-time information is changing the coverage of worldwide crisis events. Reuters Institute Fellowship Paper. University of Oxford, 2011. CARDON, D. Le design de la visibilité. Un essai de cartographie du web 2.0. Réseaux, 152 (6), 2008, p. 93-137. COUTANT, A. STENGER, T. Processus identitaire et ordre de l’interaction sur les réseaux socionumériques. Les Enjeux de l’information et de la communication. Article mis en ligne le 13 août 2010, 19 p. Disponível em: http://w3.u-grenoble3.fr/les_enjeux/2010/Coutant-Stenger/CoutantStenger.pdf. Acesso em: 03 jun. 2013. DERVIN F., ABBAS Y. (orgs.). Technologies numériques du soi et (co-)constructions identitaires. Paris: l'Harmattan, 2009. DOMENGET, J-C. La Visibilité sur Twitter : un enjeu professionnel. In: N. Pélissier, G. Gallezot (orgs..). Twitter, un monde en tout petit ? Paris: L’Harmattan, 2013, p.179-194. DUBAR, C. La crise des identités. L'interprétation d'une mutation. Paris: PUF, 2000. FARHI, P. The Twitter Explosion. American journalism review, avril/mai, 2009. Disponível em: http://www.ajr.org/article.asp?id=4756. Acesso em: 03 jun. 2013. GOFFMAN, E. La mise en scène de la vie quotidienne. 1. La présentation de soi. Paris: Les Editions de Minuit, 1973. HEINICH, N. De la visibilité. Paris: Gallimard, 2012. HERMIDA, A. Twittering the news: the emergence of ambient journalism. Journalism Practice, 4 (3), 2010, p. 297-308. LASORSA, D., LEWIS, S., HOLTON, A. Normalizing Twitter : Journalism practice in an emerging communication space. Journalism Studies, 13(1), 2012, p. 19-36. LE CAM, F. États-Unis : les weblogs d'actualité ravivent la question de l'identité journalistique. Réseaux, 138, 2006, p.139-158. LOMBORG, S. Negotiating the Twitter self. On networks of affiliation and relational pressures. Presented at Communication @ the Center, International Communication Association, 26-30 May 2011. Boston, 2011. LÜDERS, M. Conceptualizing personal media. New Media & Society, 10 (5), 2008, p.683-702. MARTUCCELLI, Danilo, Grammaires de l’individu, Paris, Gallimard, 2002. MERCIER, A. Twitter l’actualité : usages et réseautage chez les journalistes français. Recherches en communication (Bruxelles), n°39, 2013 [à paraître]. MERZEAU, L. Twitter, une machine à fabriquer de l’autorité. In: N. Pélissier, G. Gallezot (orgs.). Twitter, un monde en tout petit ? Paris: L’Harmattan, 2013, p.35-51. MORTON, J. Staying Neutral. Journalists should not reveal their political views, Twitter or no Twitter. American journalism review, December/January 2010. Disponível em: 177
  26. 26. http://www.ajr.org/article.asp?id=4837. Acesso em: 03 jun. 2013. NEWMAN, N. The Rise of social media and its impact on mainstream journalism: a study on how newspapers and broadcasters in the UK and US are responding to a wave of participatory social media, and a historic shift in control towards individual consumers. Working paper for the Reuters Institute for the Study of Journalism, University of Oxford, 2009. PAPACHARISSI, Z. A networked self. Identity performance and sociability on social network sites. In: F. Lee et. al. (eds.). Frontiers in new media research. New York: Routledge, 2013, p. 207-221. SINGER, J. The Political j-blogger : ‘Normalizing’ a new media form to fit old norms and practices. Journalism, vol.6 (2), 2005, p. 173-198. THE GEORGE WASHINGTON UNIVERSITY’S SCHOOL OF MEDIA AND PUBLIC AFFAIRS. The Pew Research Center’s Project for Excellence in Journalism. How Mainstream Media Outlets Use Twitter, 2001, 25p. Disponível em: http://www.journalism.org/analysis_report/how_mainstream_media_outlets_use_twitter. Acesso em 03 jun. 2013. 178

×