Your SlideShare is downloading. ×
Diagnostic 2011 de la Société de l'Information
Diagnostic 2011 de la Société de l'Information
Diagnostic 2011 de la Société de l'Information
Diagnostic 2011 de la Société de l'Information
Diagnostic 2011 de la Société de l'Information
Diagnostic 2011 de la Société de l'Information
Diagnostic 2011 de la Société de l'Information
Diagnostic 2011 de la Société de l'Information
Diagnostic 2011 de la Société de l'Information
Diagnostic 2011 de la Société de l'Information
Diagnostic 2011 de la Société de l'Information
Diagnostic 2011 de la Société de l'Information
Diagnostic 2011 de la Société de l'Information
Diagnostic 2011 de la Société de l'Information
Diagnostic 2011 de la Société de l'Information
Diagnostic 2011 de la Société de l'Information
Diagnostic 2011 de la Société de l'Information
Diagnostic 2011 de la Société de l'Information
Diagnostic 2011 de la Société de l'Information
Diagnostic 2011 de la Société de l'Information
Diagnostic 2011 de la Société de l'Information
Diagnostic 2011 de la Société de l'Information
Diagnostic 2011 de la Société de l'Information
Diagnostic 2011 de la Société de l'Information
Diagnostic 2011 de la Société de l'Information
Diagnostic 2011 de la Société de l'Information
Diagnostic 2011 de la Société de l'Information
Diagnostic 2011 de la Société de l'Information
Diagnostic 2011 de la Société de l'Information
Diagnostic 2011 de la Société de l'Information
Diagnostic 2011 de la Société de l'Information
Diagnostic 2011 de la Société de l'Information
Diagnostic 2011 de la Société de l'Information
Diagnostic 2011 de la Société de l'Information
Diagnostic 2011 de la Société de l'Information
Diagnostic 2011 de la Société de l'Information
Diagnostic 2011 de la Société de l'Information
Diagnostic 2011 de la Société de l'Information
Diagnostic 2011 de la Société de l'Information
Diagnostic 2011 de la Société de l'Information
Diagnostic 2011 de la Société de l'Information
Diagnostic 2011 de la Société de l'Information
Diagnostic 2011 de la Société de l'Information
Diagnostic 2011 de la Société de l'Information
Diagnostic 2011 de la Société de l'Information
Diagnostic 2011 de la Société de l'Information
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×
Saving this for later? Get the SlideShare app to save on your phone or tablet. Read anywhere, anytime – even offline.
Text the download link to your phone
Standard text messaging rates apply

Diagnostic 2011 de la Société de l'Information

3,323

Published on

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
3,323
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
3
Actions
Shares
0
Downloads
67
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide

Transcript

  • 1. Diagnostic 2011de la Société de l’Informationen Midi-PyrénéesJanvier 2012 Agence régionale du numérique
  • 2. SommairePAGE 2 PAGE 22Éditos Le Réseau Cyber-base Midi-PyrénéesPAGE 3Les chiffres clés 2011 PAGE 28PAGE 4 La filière TICLe numérique dans les foyers midi-pyrénéennePAGE 9 PAGE 34Les jeunes et le numérique Les TIC dans l’enseignementPAGE 12 PAGE 38Les Collectivités et Internet La e-santé “ Les élus et agents territoriaux ne sont plus à convaincre, ils mesurent les enjeux de la communication numérique. 1
  • 3. Éditos Dans la plus vaste Avec un taux région de France, déquipement les outils numériques important en matière sont utilisés de téléphones mobiles quotidiennement et dordinateurs, © Olivier Schwartz par les citoyens. les Midi-Pyrénéens C’est particulièrement restent dans vrai pour Internet, la moyenne nationale. dont le taux d’usagers Beaucoup dactivités est supérieur à se développent, surtout la moyenne nationale. Autres constats : les services autour de léchange et des loisirs, alors que en lignes des Universités, ainsi que des Communes, les connexions en mobilité sont encore à déployer ! Départements et de la Région connaissent un succès croissant. Les collectivités l’ont bien compris et Lédition 2011 du Diagnostic confirme les tendances développent l’e-administration. Telles sont des années précédentes : les taux déquipement quelques-unes des tendances que révèle évoluent, les usages et services également, et le Diagnostic de la Société de l’Information de façon très positive ! Les Internautes de notre réalisé par Ardesi pour 2011. région, de tous âges et toutes catégories socio- professionnelles sont curieux et en attente de Depuis 10 ans, l’agence régionale observe nouveaux services, même si on note toujours les évolutions des usages TIC et nous livre une utilisation accrue par les jeunes et les étudiants. ses conclusions dans ce rapport annuel. Emploi, développement durable, web social, Plus largement, elle encourage leur développement e-administration, tourisme, recherche et auprès des collectivités et des acteurs économiques. développement, enseignement, santé... notre En 2010, elle a ainsi accompagné la création des sites région peut affirmer une augmentation significative Internet des Grands sites de Midi-Pyrénées. en termes de contenus et de services numériques, La Région contribue à cette dynamique, avec, hier, autour de thématiques attendues par les Internautes. le développement du haut débit, de la télémédecine, Enfin, la forte volonté politique des élus de la résorption des zones blanches, la création des développer des services de qualité à destination espaces Cyber-base. Avec, aujourd’hui, de nouveaux des citoyens sexprime clairement cette année et services innovants : la généralisation du cartable les sites Internet des collectivités gagnent de façon numérique dans les établissements scolaires, significative en nombre et en qualité. l’OrdiLib’ pour les lycéens et bientôt les apprentis ou encore les points visio-public qui rapprochent Si depuis 10 ans Ardesi sensibilise les collectivités les administrations des citoyens. aux enjeux du numérique et les accompagne dans la réalisation de leurs projets, force est de constater Demain l’exigence portera sur la fibre optique. que de nouvelles étapes restent à franchir : faire en Afin qu’aucun territoire ne reste à l’écart sorte quà lheure où 74% des Midi-Pyrénéens sont de ce nouveau progrès, la Région lance connectés, la meilleure couverture des accès aille de un "Plan très haut débit" de 50 M€ sur 10 ans. pair avec une appropriation des usages, quelque soit sa situation personnelle... et géographique ! Il vise à favoriser son déploiement là où les opérateurs privés n’interviendront pas Lunivers des TIC se renouvelle sans cesse. Les Midi- et à compléter le plan national au montant Pyrénéens doivent se lapproprier, bien en mesurer très largement insuffisant. les impacts et sen servir de façon efficace pour Notre objectif est ainsi d’éviter toute fracture construire une société plus juste et plus équilibrée numérique. Midi-Pyrénées, dont 70% du territoire sur lensemble du territoire. Web collaboratif, est composé de zones rurales et de montagnes, Open Data, télétravail, médiation numérique, cloud doit bénéficier de cette nouvelle technologie car computing... mais aussi fracture numérique, la tâche elle favorise le développement économique est immense et Ardesi sy consacre grâce au soutien et un aménagement plus équilibré. de la Région Midi-Pyrénées. Martin Malvy Alain Ciekanski Ancien ministre Président dArdesi Président de la Région Conseiller régional Midi-Pyrénées2
  • 4. Les Chiffres clés 2011 77% dInternautes 26% de mobinautes en Midi-Pyrénées 98% dInternautes 80% chez les 15/24 ans dInternautes 41% de mobinautes chez les 15/24 ans ÉQUIPEMENT JEUNES MIDI-PYRÉNÉES FOYERS MIDI-PYRÉNÉES 90% 91% JEUNES FRANCE FOYERS FRANCE 98% 99,6% 78% 73% 93% 93% 74% 77% Téléphone mobile Ordinateur Connexion Internet 73% des Internautes ont eu recours à 1 service administratif en ligne 1er réseau de services de services social utilisé91% des Internautes inscrits Pour les jeunes Pour les Midi-Pyrénéenss sur un réseau social le sont + de 120 000 cartes 52 espaces cyber-bases sur Facebook multi-services de lUniversité (+5 en cours de déploiement) de Toulouse actives 8 départements couverts des Midi-Pyrénéens 133 applications 178 animateurs35% inscrits sur au moins sur le Bureau numérique de lUniversité de Toulouse + 58 000 inscrits 1 réseau social 28% des Communes présentes 272 établissements sur le web soit concernés par lENT 72% de la population couverte des 15/24 ans76% inscrits sur au moins 488 000 comptes 56% des Intercommunalités 1 réseau social sur lENT créés 72% des Pays 3
  • 5. Le numérique dans les foyers 80% d’Internautes Internet inscrits pour échanger et rester sur les réseaux connecté avec les proches sociaux 73% augmentation des Internautes du taux d’équipement ont eu recours à un service administratif en ligne 90% 78% Connexion connexion 74% web 2.0 sédentaire usage démocratisé chez les jeunes L’équipement des foyers en Midi-Pyrénées ❘ Un fort taux d’équipement 9 habitants sur 10 possèdent un téléphone mobile (+10 Midi-Pyrénées France points en 2 ans), au même niveau que la moyenne nationale. Si le téléphone mobile est le premier équipement des foyers, 90% 91% les Smartphones ne représentent qu’¼ de cet équipement (22%). Un taux légèrement en dessous de la moyenne nationale (26%). 78% 73% Près de 4 foyers sur 5 possèdent un ordinateur (+18 points 74% 77% en 2 ans) : les jeunes et les étudiants sont mieux équipés, ainsi que les hommes et les actifs. Un taux d’équipement supérieur de 5 points à la moyenne nationale. La connexion Internet a elle aussi connu une forte progression en 2 ans dans les foyers : +24 points. ❘ Des disparités entre départements 89% 69% 46 67% 84% 12 72% 84% 65% 65% 82 65% 91% 91% 81 32 71% 68% 92% 71% 66% 85% 82% Téléphone mobile 93% 31 83% 91% Ordinateur 65 75% 09 76% Connexion Internet 71%4
  • 6. Si la région connaît un fort taux d’équipement en téléphonie mobile, des disparités entre départe-ments sont à noter : l’Aveyron et le Tarn-et-Garonne étant les départements les moins équipés (84%).De même, si l’ordinateur est désormais intégré dans les foyers, le Tarn-et-Garonne, le Gers etle Lot sont en retrait ; les foyers de la Haute-Garonne et des Hautes-Pyrénées étant les mieuxéquipés. TENDANCES La tablette tactile reste encore un équipement minoritaire des foyers midi-pyrénéens. Actuellement, 4% des foyers en possèdent une : un équipement pouvant connaître une progression rapide, puisque 3% envisagent déjà d’en acquérir une en 2012. La tablette ne semble pas pour le moment avoir remplacé l’ordinateur, elle se positionne davantage comme un écran "complémentaire" : en effet, plus d’¹⁄³ des équipés tablette utilisent leur ordinateur aussi souvent qu’avant et 27% ont même accru leur consommation numérique depuis l’acquisition de ce nouvel outil. 80% d’Internautes en Midi-Pyrénées4 habitants sur 5 se sont déjà connectés à Internet, légèrement plus que la moyenne natio-nale (77%).La Haute-Garonne (86%) et les Hautes-Pyrénées (83%) comptabilisent le plus d’Internautes. ❘ La connexion au domicile toujours majoritaireLe lieu de connexion privilégié reste le domicile suivi du travail ou un autre lieu privé (amis,parents…). Domicile : 94% Lieu de travail : 36% Amis/parents : 34% Cyber-café / lieux publics : 8% Établissement scolaire : 6% ❘ Internet dans le quotidien des Midi-Pyrénéens79% des Internautes se connectent tous les jours ou presque à Internet.Une assiduité encore plus forte chez les 15/24ans (84%), les CSP+ (88%) et les étudiants (86%).93% des Internautes se connectent au moins une fois par semaine. 5
  • 7. TENDANCES La connexion Internet va de pair avec l’équipement informatique 80% des Midi-Pyrénéens se sont déjà connectés à Internet, cette proportion augmente avec l’équipement informatique ; les habitants des départements les plus équipés étant aussi ceux à se connecter le plus à Internet. L’ordinateur reste le support de connexion favori pour surfer sur Internet Parmi les équipés tablette, ce support remporte un franc succès : 1 équipé sur 2 s’est connecté à Internet depuis cet outil en septembre 2011. Les connexions en mobilité encore sous-utilisées Plus d’¼ des Internautes se sont connectés à Internet depuis un téléphone mobile en septembre 2011. Ce taux est de 41% parmi les 15/24 ans suivis de près par les 25/34 ans (40%). Des mobinautes également plus présents en Haute-Garonne (32%) et parmi les CSP+ (33%). Internet pour échanger/s’informer et rester "connecté" à son entourage ❘ Des activités autour de l’échange, du pratique et des loisirs privilégiées Envoyer ou recevoir des mails personnels 92% Utiliser un site de plans ou ditinéraires 56% Envoyer ou recevoir des mails professionnels 50% visiter un site communautaire ou un réseau social 44% Consulter des sites de loisirs 43% Utiliser une messagerie instantanée 40% Consulter des informations sur un site de transports 34% Utiliser des sites à usage professionnel 20% Consulter ou écrire sur un blog 18% Utiliser des sites de partage de photos 18% Les activités réalisées sur Internet sont des : Activités déchanges : 98% Activités pratiques : 64% Activités de loisirs : 55% L’e-mail personnel est la première activité sur Internet. Internet permet de rester en contact avec ses proches, notamment pour les + de 35 ans et les retraités (95%). Pour les 50/65 ans, Internet revêt une dimension pratique avec notamment la consultation de plan et d’itinéraire (65%). Les 35/49 ans quant à eux, sont plus nombreux à consulter les sites de transport que la moyenne (62%). Les jeunes sont les plus friands de réseaux sociaux : il s’agit de leur premier usage loin devant l’e-mail (84% pour les 15/17 ans contre 44% des Internautes au global).6
  • 8. ❘ 35% des Midi-Pyrénéens inscrits sur un réseau social44% des Internautes Midi-Pyrénées sont inscrits sur au moins un réseau social ce qui représente35% de la population la Région (soit une progression de 10 points en 1 an).Cette activité représente la 3ème activité des Internautes après les e-mails ou la consultation d’unsite de plan ou d’itinéraire. Facebook est de loin le 1er réseau social utilisé, avec 91% d’inscritschez les Internautes présents sur au moins un réseau social.La hiérarchie des sites est sensiblement la même au niveau national.Parmi les internautes inscrits sur un réseau social : Total Total des Midi-Pyrénéens des Français 91% 32% 40% 40% 14% 17% 28% 10% 16% 12% 4% - 11% 4% 5% 9% 3% 6% 9% 3% 5% 8% 3% 2% 5% 2% - 5% 2% 3% 1% - -Des disparités en termes de profil sur l’inscription aux réseaux sociaux.Si la quasi-totalité des 18 à 24 ans est inscrite sur Facebook, Copains d’avant attire un publicplus âgé : 50% des 30 à 49 ans inscrits sur un réseau social sont sur Copains d’avant contre 40%au global.Twitter, réseau plus "informationnel" est davantage présent parmi les 18 à 24 ans. ❘ Un potentiel de développement encore important pour la e-administrationPrès de ¾ des Internautes (73%) ont déjà eu recours à un service administratif en ligne.Les 25-34 ans, les 35-49 ans et les CSP+ sont les plus gros consommateurs de ces services.Les sites locaux sont plébiscités. Parmi les 73% dInternautes, 46% ont déjà eu recours au site dela Commune, 37% à celui du Département et 29% au site de la Région.10% des Midi-Pyrénéens ont connaissance du Service dInformation Publique Midi-Pyrénées(SiP MIP) mis à leur disposition gratuitement par la Région via les sites de Collectivités adhérentes. 7
  • 9. La déclaration des impôts en ligne est le service le plus utilisé. 60% des utilisateurs de services administratifs en ligne ont déclaré leurs impôts en ligne. Une pratique encore plus importante chez les 25-34 ans (69%) et les CSP+ (72%). Le 2ème service concerne la santé avec la consultation du dossier de sécurité sociale pour un ¹⁄³ des utilisateurs. Les autres services à usage plus ponctuels, diffèrent selon la catégorie d’âge et la situation professionnelle : · la consultation du dossier d’allocataire (26%) concerne davantage les étudiants (42%) ou encore les inactifs (50%). Ce sont les départements de l’Ariège et du Tarn qui comptabilisent le plus d’utilisateurs du site de la CAF ; · les jeunes (37% des 18/24 ans et 38% des 25/34 ans) sont plus nombreux à s’être déjà connectés sur le site de Pôle emploi (22% au global). TENDANCES Les jeunes sont les plus "participatifs" sur la toile En effet, si 44% des Internautes ont déjà contribué sur Internet, 76% des 15/24 ans déclarent l’avoir fait. Le plus souvent, cette contribution se fait via des plate-formes d’échanges (réseaux sociaux, forums ou blogs). Les 25/34 ans sont plus nombreux à déposer un avis suite à un voyage. SOURCES Ardesi/Médiamétrie. Les TIC et les Midi-Pyrénéens. Octobre 2011. MÉTHODOLOGIE Sondage réalisé par Ardesi et le pôle Comportements Média et Etudes Ad’hoc de Médiamétrie sur la base d’un questionnaire co-developpé par les Régions francophones adhérents au Site de l’Observatoire des Usages Régionaux d’Internet et des Réseaux (SOURIR). www.sourir.org Enquête téléphonique réalisée par téléphone (CATI) auprès d’un échantillon de 2000 personnes âgées de 15 ans et plus. La constitution de l’échantillon a été réalisée selon la méthode des quotas. Le terrain d’enquête a été conduit du 03 au 12 octobre 2011.8
  • 10. Les jeunes et Internet 48% 98% un smartphone 41%d’Internautes de mobinautes 98% des jeunes des 15/24 ans "stay in touch" possèdent un téléphone mobile76% d’inscritssur un réseau social 93% un ordinateur L’équipement des 15/24 ans Les 15/24 ans sont la tranche de population la mieux équipée en téléphonie mobile et infor- matique conformément à la moyenne nationale pour cette tranche d’âge ; largement au-dessus des moyennes régionales et nationales générales. population 15/24 ans totale Midi-Pyrénées France Midi-Pyrénées France 98% 99,6% 90% 91% 93% 93% 78% 73% Téléphone mobile 5% 6% 4% 4% Ordinateur Tablette Les 15/24 ans sont les plus équipés en téléphone mobile ; ils sont d’ailleurs les plus nombreux à se connecter depuis ce dernier support. 41% des 15/24 ans se sont connectés depuis un téléphone mobile en septembre 2011 (+20 points par rapport à la moyenne nationale). Leur fort équipement en Smartphone (48%) est certainement à l’origine de cette tendance. Une utilisation d’Internet au quotidien ❘ 98% d’Internautes Midi-Pyrénées compte davantage d’Internautes parmi les 15/24 ans (98%) qu’au niveau national (95%). 84% de ces Internautes se connectent tous les jours ou presque. Cette disposition à l’utilisation quotidienne peut être dûe à un suréquipement en support connecté de cette population. ❘ Internet pour communiquer rapidement Si la pratique de la messagerie est plus forte auprès des 15/24 ans midi-pyrénéens qu’auprès des 15/24 ans en France, celle des blogs est moins courante. 9
  • 11. Usage dune boîte mail 81% 85% Usage dune messagerie instantanée 70% 58% Consultation ou écriture sur un blog 27% 41% Usage dun site de partage de photos 31% 15/24 ans des Midi-Pyrénéens 24% 15/24 ans moyenne nationale ❘ 76% des 15/24 ans inscrits sur un réseau social Si la région compte plus de "jeunes" internautes qu’au niveau national, ils sont moins nombreux à fréquenter les réseaux sociaux : 76% contre 80% au niveau national. Parmi, les inscrits sur un réseau social : 98% 92% 37% 49% 11% 25% 19% 18% 12% 10% 18% 15/24 ans des Midi-Pyrénéens 8% 15/24 ans moyenne nationale Les sites de partage de vidéo sont moins fréquentés en Midi-Pyrénées qu’au global des 15/24 ans. Facebook et Copains d’avant, comptabilisent à l’inverse plus d’inscrits.10
  • 12. sur l’usage d’Internet et plus particulièrement sur "L’usage des TIC dans laEn savoir recherche d’emploi et de logement chez les jeunes", rendez-vous sur le site d’Ardesi pour consulter une étude commanditée par le CRIJ et réalisé para Christel Guyomaud par le Master 2 GLECOP (Gestion Locale Étude et Conduite de Projet) – www.ardesi.fr/fr/diagnos-tic/ TENDANCES Les jeunes "stay in touch" La mesure des activités favorites des 15/24 ans sur Internet traduit un fort besoin de garder contact avec leur proches et d’échanger de façon rapide, voire instantanée (70% des 15/24 ans utilise une messagerie instantanée au quotidien contre 40% des Midi-Pyrénéens) et 78% d’entre eux sont des utilisateurs de sites communautaires contre 44% au global. Les 15/24 sont aussi les plus participatifs 52% d’entre eux contribuent sur le web, plus que la moyenne (soit 44% au global), notamment via le dépôt de commentaires sur des blogs ou des sites communautaires, notamment Facebook sur lequel 98% d’entre eux sont inscrits. SOURCES Ardesi/Médiamétrie. Les TIC et les Midi-Pyrénéens. Focus : les 15/24 ans et les TIC. Octobre 2011 MÉTHODOLOGIE Sondage réalisé par Ardesi et le pôle Comportements Média et Etudes Ad’hoc de Médiamétrie sur la base d’un questionnaire co-developpé par les Régions francophones adhérents au Site de l’Observatoire des Usages Régionaux d’Internet et des Réseaux (SOURIR). www.sourir.org Enquête téléphonique réalisée par téléphone (CATI) auprès d’un échantillon de 280 personnes âgées de 15 à 24 ans. La constitution de l’échantillon a été réalisée selon la méthode des quotas. Le terrain d’enquête a été conduit du 03 au 12 octobre 2011. 11
  • 13. Les collectivités et Internet Le Web Public Institutionnel : chiffres clés, faits marquants et tendances 2011 ❘ Chiffres clés 2011 847 Communes 72% ont un site internet en 2011 des Midi-Pyrénéens contre 687 Communes ont accès à de l’information en 2010 www communale en ligne 28% des Communes 56% ont un site Internet des Intercommunalités (soit +5 points en 1 an) 72% des Pays sont présentes sur le web ont un site internet (+7 points en 1 an) soit 116 sur soit 23 sur les 32. les 206 que compte la région Résultat identique à 2010 ❘ Typologie des sites Génération 1 - Site vitrine Communes Intercommunalités Pays 26% 31% 26% 35% 51% 56% 2011 2010 2011 2010 2011 2010 Génération 2 - Site dynamique d’actualités Communes Intercommunalités Pays 40% 37% 48% 51% 57% 61% 2011 2010 2011 2010 2011 2010 Génération 3 - Site portail administratif Communes Intercommunalités Pays 9% 7% 26% 18% 17% 4% 2011 2010 2011 2010 2011 2010 Même si les sites de 1ère génération restent majoritaires, une progression de la qualité des sites des communes est à noter. 60% des Midi-Pyrénéens ont accès à un site de qualité.12
  • 14. Les sites d’Intercommunalités sont globalement toujours de meilleure qualité. À noter : la forteprogression des sites de 3ème génération (+8 points en 1 an).Tout comme les sites d’Intercommunalités, les sites de Pays sont globalement de bonne qualitéavec une progression de 13 points pour les sites de 3ème génération. ❘ Faits marquants 2011 q Le Web Public Communal + • l’accessibilité pour les personnes en situation de handicap est en nette progression : 10% de sites accessibles (+9 points en 1 an) Points forts • d’avantage de sites sont branchés à SiP MIP : +86 sites entre 2010 et 2011 • plus de cartographies interactives : 31% (+6 points) - • 51% des sites sont encore des sites vitrine • 60% des sites possèdent une page d’accueil qui se chargent trop lentement Points faibles • 44% des sites ont un contenu pauvre en matière de démocratie en ligne • 61% des sites ne possèdent pas de mention légale q Le Web Public Intercommunal + • 62% des sites proposent des informations mises à jour (+12 points en 1 an) • un effort dans le ciblage des informations a été fourni (13% soit 9 points Points forts de progression) • des nouveautés du côté de SiP MIP : on passe de 7 sites d’Intercommunalité branchés en 2010 à 28 en 2011 • les sites proposent davantage de cartographies interactives : 28% - • les critères essentiels d’un site de qualité ne sont pas atteints • les sites sont encore trop peu accessibles aux personnes en situation de Points faibles handicap : seuls 16% des sites sont compatibles • près d’¼ des sites ne comportent pas d’actualité ou des actualités dépassées q Le Web Public des Pays + • l’ensemble des sites possède un nom de domaine clairement identifiable • une amélioration de l’accès pour les personnes en situation de handicap est Points forts à noter : 26% soit 25 points de progression • 61% des sites possèdent des actualités mises à jour régulièrement et sont valorisées sur la page d’accueil • 65% des sites comportent les mentions légales complètes - • 57% des sites ne comportent pas de moteur de recherche interne • près d’¼ des sites ne proposent pas d’actualité ou ne les mettent pas à jour Points faibles 13
  • 15. TENDANCES Des sites Internet publics de plus en plus nombreux et une augmentation globale de la qualité de ces sites : telles sont les grandes tendances 2011 de l’Internet Public en Midi-Pyrénées. Une veille toujours active et le travail partenarial engagé depuis plus de 2 ans avec les relais départementaux (CDG 09 - SMICA 12 - CDG 32 - CDG 46 - CDG 65 - ADM 81 et CDG 82) ont permis de repérer de nombreux sites Internet. La grande majorité des Communes, Intercommunalités et Pays présents sur Internet ont également adhéré à SiP Midi-Pyrénées (Service d’Information Publique en Midi-Pyrénées) www.sip.midipyrenees.fr. Cet outil développé et mis à disposition gratuitement des collectivités par la Région, permet d’accéder rapidement, gratuitement et simplement aux principales procédures nationales, régionales, départementales et locales. Les collectivités peuvent également avoir accès, sur demande à l’Agence Ardesi, à la fiche d’analyse personnalisée de leur site disponible sur l’observatoire www.webpublic-mip.fr. Un document précieux pour envisager les marges de progression ou corriger les points de vigilance. Créer ou refondre des sites, encourager des projets de dématérialisation de procédures (marchés publics, Actes, Hélios, …), mener une réflexion sur les enjeux du web social… La tendance la plus marquante cette année est la véritable volonté politique manifestée par nos élus en faveur d’un Internet Public de qualité à destination du plus grand nombre. Les élus et agents territoriaux ne sont plus à convaincre, ils mesurent les enjeux de la communication numérique. Le Web Public Communal 49% TOP 28% des Communes sont dotées d’un site des sites sont de bonne qualité* 3 1 - Toulouse (31) : www.toulouse.fr Internet 2 - Tarbes (65) : www.tarbes.fr 72% des Midi-Pyrénéens 3 - Millau (12) : www.millau.fr concernés ❘ Taux de pénétration du web par département (95 sites sur 340 communes) 46 28% 12 (153 sites sur 195 communes) 82 39% (118 sites sur 304 communes) 78% 81 (67 sites sur 463 communes) 32 14% 33% (108 sites sur 324 communes) 31% (184 sites sur 588 communes) 31 10% (48 sur 474 communes) 65 10% 22% (74 sites sur 332 communes) 09 *Bonne qualité : des sites génération 2 ou 314
  • 16. ❘ Bilan qualitatifq Visibilité http:// 91% des sites comportent le nom de la structre sur toutes les pages du site + 35% des sites sont optimisés pour les moteurs de recherche 98% sont des sites mal référencés -q Ergonomie et navigation Laccessibilité aux personnes en situation de handicap est en nette progression : 10% en 2011 (1% en 2010) + La majorité des sites (86%)comporte un menu de navigation avec des titres et des rubriques significatifs 60% des sites possèdent une page daccueil qui se charge trop lentement - 62% des sites ne possèdent pas de moteur de recherche interne -q Contenus 43% des sites ont une remontée dévènements en page daccueil + 30% des sites offrent des contenus diversifiés (associations et loisirs : 80%, économie et entreprise : 69%) 41% des sites ont une mise à jour défaillante - 44% des sites ont un contenu pauvre en matière de démocratie en ligne 61% des sites ne possèdent pas de mention légale 15
  • 17. q Mais aussi : 18% des sites communaux offrent des téléservices contre 16% en 2010 + Les téléservices les plus répandus sont les demandes dactes (actes de naissance, de mariage, de décès : 17%) Davantage de site sont branchés à SiP MIP : +86 sites entre 2010 et 2011 q Services 8% des sites ont développé leur présence sur au moins un réseau social + Les sites possédant un annuaire sont en augmentation 75% (45% en 2010) Plus de cartographie interactive pour 31% des sites (25% en 2010) Des sites accessibles en technologies mobiles 6 sites en 2011 (+ 5 sites) TENDANCES Des efforts en termes d’ergonomie Les contenus du footer se diversifient : reprise du menu, coordonnées et horaires de la mairie, top téléchargements, articles les plus lus... Une charte graphique épurée : la tendance se confirme par rapport à 2010. Les fonctions pro actives sont plus complètes : au-delà des "classiques" (imprimer, transformer en pdf, envoyer la page par mail), les réseaux sociaux font leur apparition à travers la barre Add This. Plus de contenus... En matière de transports, les mairies développent des services de co-voiturage. L’accès aux contenus selon l’âge se développent : petite enfance, scolaire, jeunesse & seniors. Des portails famille sont proposés et offrent des services à l’administré : payer des prestations en ligne, déclarer une absence ou annuler une réservation, modifier ses coordonnées… Une nouveauté : les informations relatives aux tarifs municipaux (cimetière, location d’une salle, abonnement à la bibliothèque, cantine, repas à domicile, crèche, transports scolaires…). ... et de services Les documents sont maintenant consultables en ligne via Calaméo en majorité et d’Issuu en minorité. Parmi les documents consultables : bulletin municipal, brochures touristiques... Plus de services pour les Internautes-Citoyens grâce à la plate-forme SiP-MIP.16
  • 18. La cartographie s’enrichit : géolocalisation des acteurs (économie, hébergements, activités de loisirs…) et des lieux (équipements sportifs, environnement, culture, scolarité…). Les Communes se lancent sur Facebook avec en moyenne, 478 abonnés. Les abonnés vont de 6 à 4 374. Les publications sont en moyenne de 20 par mois ; elles vont de 0 à 90 en 1 mois. Le Web Public Intercommunal TOP 56% des Intercommunalités 3 1 - Communauté Urbaine de Toulouse (31) www.grandtoulouse.fr sont présentes sur le Web 2 - Communauté d’Agglomération du Grand Rodez (12) 74% www.grandrodez.fr des sites sont 3 - Communauté de Communes de la Lomagne de bonne qualité* Gersoise (82) www.lomagne-gersoise.com ❘ Taux de pénétration du web par département (16 sites sur 23 intercommunalités) 46 69% 12 (7 sites sur 14 intercommunalités) 82 50% (17 sites sur 34 intercommunalités) 50% 81 (17 sites sur 25 intercommunalités) 32 68% 63% (17 sites sur 27 intercommunalités) 65% (19 sites sur 29 intercommunalités) 31(13 sites sur 33 intercommunalités) 69% 48% (10 sites sur 21 intercommunalités) 65 09 ❘ Bilan qualitatif q Visibilité Près de la moitié des sites possèdent un site optimisé pour les moteurs de recherche (48%) + 1 seul site possède un référencement de bonne qualité - 14% des sites possèdent une page tunnel, ce qui nincite pas lInternaute à entrer dans le site. - *Bonne qualité : des sites génération 2 ou 3 17
  • 19. q Ergonomie et navigation Les critères "essentiels" dun site de qualité ne sont pas atteints : plan du site, historique de navigation... - Les sites sont encore trop peu accessibles aux personnes en situation de handicap : seulement 16% des site sont compatibles - q Contenus Les informations sont dans lensemble mieux mises à jour + Le journal dinformation est davantage proposé (59% en 2011, 48% en 2010) + Un effort de ciblage des informations est à noter (13% en 2011, 4% en 2010) + ¼ des sites ne comportent pas dactualité ou proposent des actualités dépassées (26%) - q Services Des nouveautés du côté de SiP MIP : on passe de 7 sites dIntercommunalité branchés en 2010 à 28 en 2011 + Plus de cartographie interactive 28% en 2011 - 20% en 2010 + TENDANCES Des efforts en termes d’ergonomie Grâce à une charte graphique épurée, les sites sinscrivent davantage dans les tendances actuelles du web. Un lien "Accessibilité" donne accès à une version destinée aux personnes en situation d’handicap visuel (texte sans image). De nouvelles thématiques à l’honneur La thématique "assainissement" est largement présente avec des informations sur l’assainissement collectif et non-collectif, les règlements, l’assainissement des eaux usées non-domestiques… Elle fonctionne souvent avec la thématique de "l’eau" qui informe sur la gestion des eaux pluviales, l’entretien et la gestion des cours d’eau…18
  • 20. Et de nouveaux services & contenus Les Intercommunalités se positionnent en tant que carrefour de l’emploi : offres d’emploi sur le site (de l’Intercommunalité, du territoire...), formulaires d’inscription pour les demandeurs d’emploi, formulaire de dépôt d’offres pour les entreprises, formations professionnelles… Le Web Public des Pays TOP 1 - Pays de Figeac du Ségala au Lot-Célé (46) 72% des Pays 3 www.pays-figeac.fr sont présents 2 - Pays Tolosan (31) sur le Web 74% www.paystolosan.eu des sites sont 3 - Pays du Sud Toulousain (31) de bonne qualité* www.payssudtoulousain.fr ❘ Taux de pénétration du web par département (4 sites sur 4 Pays) 100% 46 12 (1 site sur 3 Pays) 82 75% (3 sites sur 4 Pays) 33% 81 (3 sites sur 4 Pays) 32 75% 60% (3 sites sur 5 Pays) 100% (4 sites sur 4 Pays) 31 (2 sites sur 4 Pays) 50% 75% (3 sites sur 4 Pays) 65 09 ❘ Bilan qualitatif q Visibilité http:// 91% des sites possèdent une assez bonne identification de la structure sur toutes les pages du site + 13% des sites souvrent sur une page tunnel - q Ergonomie et navigation Laccès pour les personnes en situation de handicap sest amélioré : 26% (1% en 2010) +*Bonne qualité : des sites génération 2 ou 3 19
  • 21. Le menu de navigation en moins de 7 rubriques est pratiqué dans 87% des cas + Plus de la moitié des sites (57%) ne possède pas de moteur de recherche interne - q Contenus 69% des sites valorisent leurs actualités avec une remontée dévènements en page daccueil + 47% des sites proposent des informations de démocratie en ligne complètes, avec des documents à télécharger + 53% des sites offrent un contenu diversifié (tourisme : 74%, culture : 69%, économie : 61%) + 65% des sites comportent des mentions légales complètes + q Services 39% des sites ont un annuaire des acteurs du territoire + 30% des sites offrent une cartographie interactive + Aucun site ne propose de téléservice - TENDANCES Peu de prise en compte du web social Peu d’évolution sont à noter depuis 2010, la tendance reste la même : le web social nest pas intégré à la politique digitale des Pays. Seuls 2 sites proposent un/des flux RSS. Ils ne sont également que 2 à être présents sur les réseaux sociaux. Aucun de ces sites n’est accessible en version mobile.20
  • 22. SOURCEArdesi/mfDoc. Étude sur l’eadministration.Octobre 2011. MÉTHODOLOGIE Web Public Communal Études quantitative et qualitative menées par le cabinet mfDoc du 1er février au 1er octobre 2011. Le repérage quantitatif est fait avec le concours des relais départementaux de la région. Les 847 sites sont analysés au travers le filtre de 57 critères répartis en 4 blocs : visibilité/ergonomie et navigation/contenus du site/contenu marketing. Web Public Intercommunal Études quantitative et qualitative menées par le cabinet mfDoc du 1er février au 1er octobre 2011. Les 116 sites sont analysés au travers le filtre de 57 critères répartis en 4 blocs : visibilité/ergonomie et navigation/contenus du site/contenu marketing. Web Public des Pays Études quantitative et qualitative menées par le cabinet mfDoc du 1er février au 1er octobre 2011. Les 23 sites sont analysés au travers le filtre de 56 critères répartis en 4 blocs : visibilité/ergonomie et navigation/contenus du site/contenu marketing. 21
  • 23. Le Réseau Cyber-base Midi-Pyrénées + de 58 000 42% inscrits des espaces présents sur les réseaux sociaux 52 espaces Des thèmes de travail variés : Cyber-base 59% proposent des ateliers autour de l’e-administration ouverts 75% proposent des ateliers ( +5 en cours de déploiement) autour du web social… 178 animateurs Créé en 2002 à l’initiative de la Région Midi-Pyrénées et de la Caisse des Dépôts, le programme Cyber-base a pour vocation de développer un réseau de lieux d’accès public à Internet. Sa principale mission est la sensibilisation et l’initiation de tous les publics aux usages dInternet. Cet espace est également un outil au service du développement du territoire, capable de soutenir des projets locaux, en cohérence avec les politiques publiques locales. 52 espaces, 178 animateurs, 58 700 inscrits Octobre 2011 57 implantations validées 52 espaces ouverts et 5 en cours de déploiement 178 animateurs les 8 départements couverts 58 700 inscrits Espaces Cyber-base ouverts Espaces Cyber-base en cours de déploiement Toulouse22
  • 24. ❘ Toujours plus d’inscritsLa croissance enregistrée chaque année est toujours d’actualité. Pour un même nombre d’espaces,les inscriptions ont progressé de 13% en 1 an.Si le public a connu de nombreuses évolutions au cours des 2 dernières années, 2011 n’a pas connude changement notable quant à l’âge des personnes fréquentant les espaces Cyber-base. 8% n - de 15 ans : 8% 20% 20% n 15 à 25 ans : 20% n 25 à 40 ans : 25% 27% 25% n 40 à 60 ans : 27% n + de 60 ans : 20%Les tendances relevées en 2010 se confirment : les 25/40 ans les 40/60 ans les seniors = = = le public fidèle le public majoritaire le public en progression Des axes de travail diversifiés ❘ Le développement durableArdesi souhaite accompagner et sensibiliser le Réseau Cyber-base à la mise en place d’actionsautour de cette thématique. Les espaces mènent de plus en plus d’ateliers ou d’actions en cesens : atelier "informatique durable", retransmission des petits-déjeuners de l’ARPE, projet desensibilisation à l’écologie avec des écoles… A l’occasion des Assises Nationales du Développement Durable, organisées par la Région qui se sont déroulées les 13 et 14 octobre 2011 à Toulouse, 38% des espaces Cyber-base (20) ont retransmis en direct certains ateliers. Cette action s’est faite en partenariat avec les Parcs Naturels Régionaux, Grands Causses, Pyrénées ariégeoises, Causse du Quercy et Haut Languedoc. 23
  • 25. Le Réseau Cyber-base Midi-Pyrénées ❘ La e-administration De nombreux espaces Cyber-base ont mis en place des actions pour sensibiliser et accompagner les Midi-Pyrénéens dans leur appropriation des services en ligne mis à leur disposition. 59% des espaces organisent des ateliers collectifs sur cette thématique : initiations aux téléprocédures, présentation des principaux services publics en ligne, déclarations des revenus en ligne… Un accompagnement individuel est également proposé pour : 79% Déclaration des revenus en ligne 55% Demande d’acte d’état civil 52% Consultation du dossier CAF 41% Création ou modification de papier administratif 17% Consultation d’espace personnel Chèque emploi service ❘ L’économie : le Passeport pour l’Economie Numérique (PEN) Tout au long de l’année 2010, certains animateurs d’espaces Cyber-base ont été formés à des outils leur permettant d’accompagner les artisans et dirigeants de TPE/PME dans leur initiation à Internet et aux outils multimédia. Ces animateurs peuvent ainsi proposer un accompagnement au PEN dans leur espace : des actions d’initiation organisées en 5 modules. Pour en savoir plus sur le PEN : www.econumerique.pme.gouv.fr En Midi-Pyrénées, 25% des espaces Cyber-base proposent cette action (13 espaces sur 52)24
  • 26. ❘ Le web social75% des espaces Cyber-base (39 sur 52) ont mené au cours de l’année une ou plusieursactions autour du web social.Parmi les actions initiées autour de cette thématique, nous pouvons retenir :(liste non exhaustive) • Découverte du logiciel Skype (Gramat, Lourdes, Prayssac, Castres Mazamet, Aussonne, Brassac… ) • Création d’un réseau social dédié à un quartier (Toulouse Bellefontaine - Quartier 31) • Réalisation du blog de l’espace Cyber-base avec un groupe de jeunes (Carmausin) • Interventions autour des réseaux sociaux dans des collèges (Cugnaux, Causse et Vallon de Marcillac, Villefranche de Rouergue, Réalmontais, St Laurent de Neste), des lycées (St Gaudinois) ou auprès de parents (7 vallons) • Conférence sur les "dangers" d’Internet, sa sécurité… (Brassac, Rodez, Cère et Dordogne…) • Présentation en individuel de Twitter (7 vallons) • Organisation de petits déjeuners thématiques sur les réseaux sociaux (Villefranche de Rouergue) • ...60% des espaces proposent également des ateliers collectifs.Même si les ateliers sont majoritairement dédiés aux réseaux sociaux et en particulier Facebooket Twitter (58% des cas), la palette des ateliers reste très variée :(liste non exhaustive) • Atelier de partage de photos : Flickr, Picasa… (Gaillac, Moissac, Arvieu, Castres Mazamet, Prayssac…) • Atelier sur Wikipédia (Brassac) • Atelier autour des services Google : Gmail, Google Map, Google documents, Google Earth… (Cugnaux, Grand Cahors, Cère et Dordogne…) • Atelier de mise en ligne de vidéo sur YouTube (CBB de Moissac…) • Atelier de géolocalisation : le GPS de randonnées (Brassac) • ... Des espaces Cyber-base présents sur les réseaux sociaux42% des espaces (22 sur 52) sont présents sur les réseaux sociaux. ❘ Sur quels réseaux ? 86% 33% 24%Profil en tant qu’animateur 35% 20% 25%Profil en tant qu’espace 55% 15% 5%Profil en tant qu’association ou collectivité - 5% - Page en tant qu’espace 15% - -Page en tant qu’association ou collectivité 25% - -Groupe pour les usagers 10 % - - 25
  • 27. Le Réseau Cyber-base Midi-Pyrénées Majoritairement, 86% des espaces présents sur les réseaux sociaux le sont sur Facebook. Un point de vigilance cependant : 55% ont un profil en tant qu’espace. Or, dans les conditions d’utilisation de Facebook, les profils ne peuvent qu’être créés par des personnes physiques. Les autres cas s’exposent à la suppression pure et simple de leur profil non conforme aux conditions d’utilisation de la plate-forme. Facebook ne prévenant pas avant la suppression. Il existe cependant des solutions pour transformer votre profil en page. Pour en savoir plus : www.insidefacebook.com ❘ Pour quels usages ? Les réseaux sociaux permettent aux espaces d’animer la communauté des usagers, d’annoncer leurs évènements, de valoriser leurs projets… Les pages ou comptes créés peuvent même servir de démonstrateurs durant les ateliers. Ces médias permettent également de veiller, de se tenir informés de l’actualité liée à leurs activités, mais aussi d’échanger entre professionnels. 81% Veille professionnelle 56% Annonce et préparation d’un évènement 48% Échanges entre professionnels de la médiation numérique 41% Valorisation des actions et projets de l’espace et/ou du territoire 15% Animation des usagers et acteurs du territoires TENDANCES Des usagers toujours plus connectés Plus de ²⁄³ des usagers des espaces Cyber-base sont désormais équipés avec une connexion haut débit à domicile et pourtant ils fréquentent les espaces. Certes la mission initiale de réduction de la fracture numérique est toujours à l’œuvre, mais on constate que les espaces Cyber-base s’ancrent réellement comme des lieux ressources sur leur territoire. Les Assises de la Médiation Numérique qui se sont déroulées en septembre 2011 ont permis de mettre en exergue la palette de compétences déployées dans les lieux d’accès public à Internet : culture-patrimoine, e-administration, innovation sociale, e-inclusion, expression citoyenne, formation-éducation. 2011, déjà 10 ans ! 2011 : les 10 ans du réseau national Cyber-base, label créé par la Caisse des Dépôts en 2001. Le programme Cyber-base Midi-Pyrénées lancé dès 2002, par la Région Midi-Pyrénées, a quant à lui été ensuite le 1er programme régional d’envergure et dont l’appel à candidatures est clôturé depuis juin 2011 avec 57 projets validés. L’animation du Réseau se poursuit avec des partenariats qui ne cessent de se développer pour toujours accompagner les usages en permanente évolution.26
  • 28. SOURCECarte du Réseau Cyber-baseService Aménagement Numérique du Territoirede la Région Midi-Pyrénées. Octobre 2011.Le Réseau Cyber-base (inscription, public)Portail Cyber-base. www.cyber-base.org. Octobre 2011.Le développement durable et l’économieArdesi. Données internes. Octobre 2011.L’e-administrationArdesi. Enquête flash : la e-administration au seindu Réseau Cyber-base. Avril 2011.Le web social, les réseaux sociauxet les espaces Cyber-base.Ardesi. Enquête flash : pratiques et usages autour du web social. Octobre 2011.Données 2010Ardesi. Diagnostic 2010 de la Société de l’Information.Janvier 2011. MÉTHODOLOGIE Le Réseau Cyber-base Données statistiques générées par l’outil de gestion du portail cyber- base.org utilisé par les 52 espaces en fonctionnement du Réseau. Octobre 2011. L’e-administration Sondage en ligne envoyé par l’outil SondaWeb d’Ardesi. Enquête réalisée du 20 décembre 2010 au 10 janvier 2011 auprès du Réseau Cyber-base Midi-Pyrénéens. 29 espaces sur 52 ont répondu. Pratiques et usages autour du web social Sondage en ligne envoyé par l’outil SondaWeb d’Ardesi. Enquête réalisée du 2 au 12 octobre 2011 auprès du Réseau Cyber- base. Les 52 espaces ont répondu à l’enquête. 27
  • 29. La filière TIC midi-pyrénéenne cap sur le cloud computing + de 28 000 4ème région salariés en personnel R&D près de 1ère région 3000 entreprises TIC l’e-santé en intensité de recherche et la e-éducation : émergence de nouveaux secteurs La filière TIC : chiffres clés Juste derrière l’Allemagne et l’Angleterre, la France représente 17% des 750 milliards d’euros du marché européen des TIC. Ce marché en plein essor affirme sa présence de plus en plus importante en Midi-Pyrénées. Au 1er avril 2011, l’ensemble de la filière enregistrait 2 915 établissements inscrits dans les CCI de Midi-Pyrénées, représentant plus de 28 000 salariés. ❘ Les chiffres clés : département par département (au 01/04/2011) 123 350 46 12 197 181 82 1726 695 247 168 890 709 32 1793 81 23893 65 31 Total Midi-Pyrénées 141 446 09 65 2915 entreprises 161 28870 salariés Comme dans la plupart des activités de services aux entreprises, les spécialistes des TIC sont fortement concentrés en Haute-Garonne. Si l’on rapporte ces chiffres au nombre d’établissements total par département, le constat est le même : la proportion en Haute-Garonne (4,5% du tissu économique) y est 2 fois plus importante que sur les autres départements eux, très homogènes. Le résultat est encore plus criant si l’on prend pour référence les effectifs salariés : 85% d’entre eux sont concentrés dans le département haut-garonnais.28
  • 30. Proportion des établissements TIC par département ❘ L’évolution de l’effectif salarié8% des établissements ont plus de 20 salariés alors que la proportion moyenne pour les services auxentreprises est inférieure à 4%. La présence d’acteurs de taille importante est liée au phénomènede concentration rencontré dans l’ensemble des segments de la filière. 114 112 110 108 106 104 102 100 98 96 94 1er T. 2e T. 3e T. 4e T. 1er T. 2e T. 3e T. 4e T. 1er T. 2e T. 3e T. 4e T. 1er T. 2008 2008 2008 2008 2009 2009 2009 2009 2010 2010 2010 2010 2011 Filière TIC Tous secteurs confondusSi l’emploi dans la filière a, sur 5 ans, connu une progression semblable à l’ensemble des autressecteurs d’activité, l’évolution accidentée au cours des 20 derniers trimestres est le résultat de2 phénomènes : · la chute importante des effectifs dans l’industrie liée à la fois à certains effets de structures (établissements de taille non négligeable changeant de code d’activité et sortant de la filière) et à la réduction des effectifs de Freescale Semi-conducteurs ; · l’intégration progressive de la totalité des effectifs salariés du Groupe France Télécom dans le champ du Registre du Commerce et des Sociétés. 29
  • 31. L’organisation et la stratégie de la filière Au cœur de la réponse aux demandes et défis sociétaux majeurs, les secteurs d’activités de la filière TIC obéissent à des modes de fonctionnement différents. Les interactions entre ces différents métiers sont essentielles pour définir les stratégies qui devront être menées face aux avancées technologiques. ❘ Le positionnement vers le contenu numérique La vision d’ensemble du secteur conduit à la notion de filière. Les différentes activités des TIC ont des problématiques et des stratégies différentes à mettre en place pour faire face à un rapide développement des technologies et une exigence de plus en plus forte de leurs clients. Les opérateurs télécoms développent une stratégie du contenu. Avec les technologies 4G ou le très haut débit, ces contenus numériques vont occuper une place essentielle dans les années à venir. Dans le cadre du grand emprunt de l’État, ce sont 2,5 milliards d’euros qui seront consacrés aux investissements dans le contenu numérique. 2,5 milliards auxquels s’ajoutent 2 milliards pour les infrastructures pour l’accès généralisé au haut débit. Des investissements de 30 milliards seront nécessaires pour équiper 100% des foyers dici 2025. La stratégie du contenu des opérateurs et les investissements qu’ils consentiront dans les infras- tructures sont d’ailleurs intimement liés. Il existe en effet, un cycle de rétroaction positif entre ces 2 développements : le développement des infrastructures est une condition préalable au déve- loppement des contenus qui contribueront eux-mêmes, en stimulant l’utilisation, au déploiement du haut débit. Hormis le souhait d’un retour sur les investissements à mener, cette stratégie est également guidée par la maturité du marché avec l’atteinte du seuil de taux de pénétration dans la téléphonie mobile et dans l’Internet haut débit et par l’arrivée d’un nouvel entrant, Free qui a une image séduisante vis-à-vis de consommateurs de plus en plus volatils.30
  • 32. ❘ Le potentiel en Recherche et DéveloppementNotre région possède un potentiel important en Recherche et Développement (R&D) lié à laprésence historique de l’aéronautique et de l’espace sur notre territoire. Midi-Pyrénées estdepuis quelques années la 1ère région de France pour l’intensité de R&D et l’une des régionsleaders en dépenses en recherche technologique.L’implantation récente d’Intel en Midi-Pyrénées qui a racheté la branche R&D en téléphoniemobile de Freescale, est un exemple de l’attractivité du territoire.Par ailleurs, Midi-Pyrénées est la 4ème région en personnel de R&D derrière Ile-de-France (38%des effectifs de R&D et 40% des chercheurs en 2007), Rhône-Alpes et Provence-Alpes-Côted’Azur. ❘ Matrice SWOT de la filière FORCES FAIBLESSES u Présence d’industries de pointe, u Activité de la filière très dépendante consommatrices de TIC de la conjoncture économique avec un effet u Main d’oeuvre qualifiée (l’informatique amplificateur pour les sociétés de services est le 1er secteur recruteur de cadres) informatiques et les éditeurs de logiciels avec près d’une centaine de filières u Concurrence des pays asiatiques dans de formation en région l’ensemble des activités industrielles u Présence de laboratoires de recherche de la filière de rayonnement international u Investissements dans les infrastructures (LAAS, IRIT, ONERA…) très importants pour les opérateurs u Midi-Pyrénées est une terre de télécommunications d’expérimentation télécom u Dynamisme de la demande mondiale en équipement grand public (Smartphone, tablettes…) OPPORTUNITES MENACES u Structuration de la filière en cours (Cluster) u Investissement lourds pour les opérateurs u Émergence de nombreuses technologies en place (déploiement de la fibre optique) (4G, Très Haut débit, NFC, u Concentration dans l’informatique avec chute Machine to Machine) des prix des prestations de services qui met u "Révolution numérique" avec une explosion en difficulté les TPE régionales des contenus numériques u Délocalisation des produits industriels u Développement de l’infogérance virtuelle avec dépendance vis-à-vis des entreprises avec le Cloud Computing asiatiques et américaines u Émergence de nouveaux secteurs d’activité liés à la filière (e-santé, e-éducation…) et pénétration dans les secteurs existants (énergie, utilities…) u Dématérialisation des procédures administratives 31
  • 33. TENDANCES les défis de la révolution numérique Les TIC constituent le moteur du développement de la société moderne. Leurs impacts pour les entreprises, pour les usages d’avenir, dans les domaines de la santé, de l’éducation, de l’ad- ministration, de l’environnement ou de l’énergie seront essentiels. Cap sur la virtualisation : le cloud computing1 L’accession à l’ensemble de ces services via un simple navigateur web incarne aujourd’hui la solution attendue par les entreprises. En 2013, le marché mondial du cloud devrait être proche des 50 milliards de dollars. C’est dire l’enjeu qu’il représente pour les entreprises de la filière. Les sociétés de conseil informatique seront également indispensables pour accompagner les craintes des entreprises qui sont encore présentes sur cette technologie émergente qui n’offre pas encore à leurs yeux toutes les garanties, notamment d’adaptation au système existant. L’émergence de nouveaux secteurs Parmi les axes prioritaires du grand emprunt, l’émergence de secteurs comme l’e-santé ou l’e-éducation est attendue. L’e-santé est aujourd’hui au centre des préoccupations des patients, des acteurs de la santé, des collectivités locales et des acteurs de la filière TIC. Le secteur de l’e-éducation sera dans une moindre mesure un marché très porteur de 100 mil- lions d’euros par an d’ici 5 ans. Les environnements numériques de travail (ENT) se généralisent aussi bien dans les écoles primaires, les collèges ou les lycées. En privilégiant les expériences dans les zones rurales, l’État et les Collectivités territoriales contribuent à la lutte contre la fracture numérique. La dématérialisation et la modernisation des procédures administratives (marchés publics, facturation, formalités, services en ligne…) feront du secteur public un relais de croissance important pour le secteur informatique. Les machines parlent aux machines Le développement des échanges d’informations entre 2 machines distantes ("Machine to Machine" ou "M2M") sans intervention humaine constitue une avancée technologique très importante. Il répond aujourd’hui à des besoins très concrets des entreprises et s’insèrera peu à peu dans la vie quotidienne à travers ses applications dans la logistique, les transports urbains, le secteur automobile, la surveillance et la santé. Les technologies NFC2 (Near Field Communication) sont également en plein développement. Après un essai concluant à Nice, la mise en place de tests va se poursuivre dans 9 villes de France dont Toulouse. Cette communication entre machines est également une réponse à des problèmes environne- mentaux. Le "Smart Grid", réseau de distribution d’électricité intelligent, permettra notamment, en utilisant des capteurs sur les réseaux physiques reliés à un réseau informatique, d’optimiser la mise en relation entre l’offre et la demande d’énergie. Les économies d’énergie réalisées réduiraient fortement les émissions de gaz à effet de serre. 1 Le cloud computing (ou l’informatique en nuage), consiste à déporter sur des serveurs distants les données informatiques hébergées sur des serveurs locaux ou directement sur les postes clients. Symbole de la virtualisation, il permet aux utilisateurs d’accéder à l’information quelque soit le lieu où ils se trouvent, aux entreprises de bénéficier d’espace de stockage flexible et extensible et de faire des économies importantes en ne payant que ce qu’elles utilisent. 2 La technologie NFC permet, en mettant son téléphone équipé de la technologie en contact rapproché avec d’autres appareils (bornes par exemple), le paiement mais également bien d’autres services comme l’accès aux informations culturelles locales.32
  • 34. En savoir Pour consulter l’intégralité de cette étude :a www.obseco.fr/publications/dossier_sectoriel_tic.pdf SOURCE Chambre de Commerce et dIndustrie de Toulouse. Dossiers sectoriels 2011 : la filière TIC en Midi-Pyrénées. 2011. 33
  • 35. Les TIC dans l’enseignement lancement d’un schéma directeur du 488 000 comptes numérique de l’UNR créés sur l’ENT fin 2011 120 000 utilisateurs 284 établissements de la carte multi-services concernés par l’ENT MUT cahier de texte 133 applications utilisé par 50% sur le bureau des utilisateurs numérique BUT L’Environnement Numérique de Travail (ENT) Midi-Pyrénées Deux chiffres à retenir : · l’ENT devrait être déployé dans 284 établissements fin 2011, · plus de 488 000 comptes créés (à fin octobre). En 1 an, 27 établissements supplémentaires ont rejoint le dispositif et plus de 90 000 comptes ont été créés. ❘ Forte augmentation du volume de connexions 300000 250000 200000 150000 100000 50000 0 mai 2009 juil. 2009 sept. 2009 nov. 2009 jan. 2010 mars 2010 juin 2010 août 2010 sept. 2010 nov. 2010 jan. 2011 mars 2011 juin 2011 août 2011 sept. 2011 mars 2009 avril fév. mai juil. oct. avril fév. mai juil. oct. déc. sep. déc. Elèves Enseignants Parents Personnels non enseigant Les visites d’élèves ont fortement augmenté : entre octobre 2010 et octobre 2011, les connexions ont progressé de 232%.34
  • 36. ❘ L’usage des services de vie scolaire reste prédominantDéjà prédominants en 2010, les usages des outils de vie scolaire (notes et absences) ont augmentépour représenter plus de 60% des connexions aux services (+10 pts en 1 an). 42% Service de vie scolaire 19% Cahier de texte 13% Messagerie 11% Outils de travail collaboratif 6% AgendaLe cahier de texte et les outils de vie scolaire sont les 2 services qui apparaissent comme lesplus utiles et les plus appréciés.Les élèves et les parents se connectent à l’ENT essentiellement pour consulter des informations.Top 3 des services par profil : TOP TOP 3 Elève 3 Professeur 1 - Cahier de texte 1 - Cahier de texte 2 - Messagerie 2 - Outils de réservation de ressources 3 - Outils de vie scolaire 3 - Outils de vie scolaire TOP TOP 3 Parent d’élèves 3 Personnel de vie scolaire 1 - Cahier de texte 1 - Outils de vie scolaire 2 - Outils de vie scolaire 2 - Cahier de texte 3 - Actualités, blog 3 - Actualités, blogs ❘ Des attentes de nouveaux services3 nouveaux outils sont demandés par les utilisateurs : · un outil de gestion des absences des professeurs, · une messagerie instantanée, · l’intégration des services de note dans le socle applicatif de l’ENT.Mais globalement, 61% des utilisateurs considèrent que l’ENT améliore la communication ausein de la communauté éducative. 35
  • 37. ❘ Et les enseignants ? Pour les professeurs, le principal intérêt pédagogique réside dans le développement de l’interaction avec les élèves. Mais pas que, ils évoquent également leur intérêt pour : · communiquer avec les collègues, l’administration, les parents, · mutualiser les ressources pédagogiques, · accéder à des ressources pédagogiques et enrichir les cours, ·… TENDANCES 2011 ou la poursuite du développement des usages Plusieurs faits marquants pour cette année : · le volume de connexion a fortement augmenté en 2011, · le potentiel de développement du trafic est encore important au regard de la fréquentation actuelle de l’ENT par les élèves, · l’usage des services de vie scolaire reste prédominant, · le cahier de texte est utilisé par plus d’1 utilisateur sur 2. Toutefois, pour une majorité de professeurs, son usage est essentiellement règlementaire. L’Université Numérique en Région (UNR) L’installation de l’Université Numérique en Région Midi-Pyrénées se poursuit. Parmi les objectifs initiaux de l’UNR, le développement de l’accès pour l’ensemble des étudiants au service est considéré comme atteint avec les dernières installations de bornes WIFI. Le développement d’une offre de services numériques destinée aux étudiants et aux personnels a permis le déploiement de la carte multi-services (MUT) et du bureau numérique (BUT) et favorise l’utilisation du podcast. L’UNR s’oriente désormais résolument vers les services numériques et les actions pédagogiques. ❘ La carte multi-services (MUT) utilisée par plus de 120 000 personnes La carte MUT sert de carte étudiante ou professionnelle et donne accès à de multiples services dont les bibliothèques universitaires, un porte-monnaie MONEO, les restaurants du CROUS ou les restaurants privatifs, Vélo Toulouse, les photocopies et impressions et les contrôles d’accès. L’École Nationale d’Architecture de Toulouse a décidé de délivrer la carte MUT en 2011, rejoignant ainsi les 12 établissements d’enseignement supérieur de la région Midi-Pyrénées qui l’utilisent déjà. 124 421 cartes étudiantes et professionnelles sont actives en octobre 2011. ❘ Le bureau numérique (BUT) Le bureau numérique BUT est mis à disposition des étudiants, de personnels de 8 établissements (Université I Capitole, Université II Mirail, Université III Paul Sabatier, INP, INSA, ISAE, ENVT et EMAC) auxquels se rajoute en 2011 l’École Nationale d’Architecture de Toulouse.36
  • 38. Son originalité est d’être partagé par tous ces établissements et de permettre un travail collaboratifentre toutes personnes indépendamment de sa localisation. Le BUT permet donc le partage dedocuments, d’agendas, de contacts …Un service d’authentification permet au BUT de fonctionner en inter-établissements. Il propose unannuaire unifié et un login unique qui donne accès aussi bien aux applications communes qu’auxapplications des établissements.L’annuaire compte plus de 100 000 entrées et plus de 133 applications utilisent les servicesdu login unique. ❘ La diffusion de ressources numériquesL’UNR favorise la diffusion de ressources numériques et plusieurs projets sont en cours.Parmi ces projets : le podcast. Des mallettes permettant aux enseignants de créer de manièreautonome des podcasts ont été fournies aux établissements pour alimenter le serveur de podcast.Des formations sur la création de scenarii sont en cours et une étude est menée sur la création d’unentrepôt de données pédagogiques dans lequel les étudiants et enseignants pourront effectuerdes recherches. TENDANCES Le Schéma Directeur du Numérique Fin 2011 est lancé le Schéma Directeur du Numérique du Site. L’objectif étant d’harmoniser les systèmes d’informations des établissements et de définir un ensemble de projets en Midi-Pyrénées qui pourront être réalisés en commun. Sa constitution fait appel aux différents métiers de l’enseignement supérieur et va solliciter aussi bien les personnels, les enseignants, les chercheurs que les étudiants. SOURCE L’ENT Midi-Pyrénées Région Midi-Pyrénées. Direction de l’éducation et des sports. Octobre 2011. L’Université Numérique en Région (UNR) Direction technique de l’UNR Midi-Pyrénées et Centre Informatique de l’Université de Toulouse (CIUT). Octobre 2011. Pour en savoir plus : unr-mip@univ-toulouse.fr 37
  • 39. La e-santé en Midi-Pyrénées 2 pôles 16 000 participants de compétitivité à des téléformations 26 000 dossiers traités en téléconsultation/teleexpertise des équipements 600 participants de télémedecine aux Ateliers déployés dans toute la région de l’innovation Les chiffres clés de la e-santé Le marché français de la e-santé (technologies et dispositifs médicaux) est estimé à 17 milliards d’euros ; avec un potentiel de croissance de 10% par an. Le marché annuel global des technologies pour la santé est de 185 milliards d’euros pour une croissance annuelle de 6 à 7% en moyenne. C’est donc le 1er secteur créateur de valeur ajoutée dans le monde devant la pharmacie. Les PME innovantes de la e-santé en France et Midi-Pyrénées se positionnent sur ce secteur : · plus de 40 000 PME de 1 à 250 employés en France ont des technologies applicables à la e-santé, · 2 000 d’entre elles sont installées aujourd’hui en Midi-Pyrénées. Les acteurs et services e-santé en région ❘ Les acteurs La Région dispose d’atouts majeurs qui en font un territoire d’innovation unique avec : · un CHU de tout premier plan doté d’une expertise en télémédecine et e-santé grâce au développement d’actions menées par le Professeur Lareng en association avec les équipes médicales de l’établissement ; · des acteurs académiques et de recherche de haut niveau : PRES, Université de médecine, CNES, LAAS, IRIT, ISIS, IUT de Blagnac, IRT et le Centre sur le vieillissement et la prévention de la dépendance ; · 2 pôles de compétitivité (Cancer Bio Santé et Aerospace Valley), un tissu de PME innovantes (Actia, Groupement Cécile, SADIR, MHComm…) et de grands groupes (Sanofi, Capgemini, EADS…) fortement impliqués dans la santé et les nouvelles technologies ; · le Centre e-Santé, centre expert du Centre National de Référence Santé A Domicile et Autonomie sur la thématique "l’optimisation, la refondation des organisations sanitaires et leur traduction par la spécification de solutions utilisant les nouvelles technologies dans les38
  • 40. domaines de la télésanté, la télémédecine et l’enrichissement du dossier médical personnel", dont l’objectif est de faire émerger les services e-santé de demain. ❘ Les services3 grands types de services sont identifiables : · Téléconsultation / Téléexpertise : environ 26 000 dossiers traités entre avril 1996 et décembre 2010 pour 38 spécialités médicales impliquées. Les principales spécialités sollicitées en référence sont la pneumologie, cancérologie, radiologie, neurochirurgie, cardiologie, chirurgie orthopédique et traumatologique, gynécologie obstétrique, urgences, chirurgie cardio-vasculaire… · Téléformation : en Midi-Pyrénées plus de 16 000 participations de professionnels de santé ont participé à des téléstaffs et téléformations (le plus souvent multisites). Organisés depuis 5 ans au sein du Réseau Télémédecine et eS@nté dans le cadre de 38 disciplines, ils bénéficient notamment aux Réseaux de Santé Thématiques (Matermip, Oncomip, Diamip…). · Dossier médical personnalisé (DMP) : son utilisation en région Midi-Pyrénées est assez faible. Au niveau national, on dénombre (à octobre 2011) : · 35 000 DMP créés (50/50 entre professionnels de santé libéraux et établissements de santé), · 62 000 documents ajoutés (3 000 par semaine actuellement) dont une faible part en Midi-Pyrénées, · 35% de DMP avec un accès patient créé dont ¹/³ y accèdent. Cornebarrieu Colomiers Saint-Jean St Céré Toulouse Seysses Gourdon Figeac Espalion Muret Cahors Decazeville Rodez villefranche R. Montauban Salles-Curan Moissac Negrepelisse Carmaux Millau Albi St- Affrique Condom Fleurance Fronton Lacaune Lavaur Auch Toulouse Etablissment public Castres Lombez Mazamet Etablissement privé St Blancard villefranche L. Etablissement privé Tarbes Galan St-Gaudens Gaillac participant au service public Barbazan Toulza Lannemezan Salies Foix- U.C.S.A. Lourdes Pamiers C.M.P. Bagnères Saint-Girons EHPAD de B. Cabinet libéral Luz St Sauveur Luchon Maison médicale 39
  • 41. Les établissement équipés de services de télémédecine Les équipements télémédecine sont déployés dans : · 55 établissements/73 sites/135 configurations dont : - 30 établissements de santé publics - 25 établissements de santé privés · 4 cabinets libéraux · 1 maison médicale · 1 EHPAD · 1 réseau de soin Les évènements e-santé en Midi-Pyrénées ❘ L’université d’été de la e-santé L’Université d’été de la e-santé, organisée par la Technopôle de Castres-Mazamet, La Mêlée et le Centre e-Santé, évènement de portée nationale à destination des entreprises et des professionnels de santé, est un rendez-vous incontournable sur linnovation des TIC au service de la santé. Il sest imposé comme un temps fort de mobilisation des partenaires en région Midi-Pyrénées, mais aussi au niveau national et européen. Dans cette optique, des conférences et des ateliers autour de thématiques sociétales, techniques, médicales, réunissent des professionnels des TIC et de la santé, associations de patients et d’aidants, décideurs, élus, représentants de collectivités, chercheurs, enseignants, étudiants, etc. ❘ Les Ateliers de l’innovation e-santé Organisés par le Centre e-santé et issus d’une démarche novatrice, ces Ateliers visent à mettre en place une démarche de travail collaborative associant tous les mondes de la e-santé. L’objectif étant de créer les conditions de l’émergence de l’innovation e-santé, en favorisant un environnement collaboratif entre des participants qui, d’ordinaire, ont peu l’occasion de travailler ensemble sur des projets d’envergure. 5 éditions des Ateliers de l’Innovation ont été organisées depuis leur création en 2009. Les ateliers sont structurés autour de 2 axes (les pathologies et les outils d’action), déclinés eux- mêmes en différents thèmes, cœurs d’action du Centre e-santé. Ils ont déjà réunis plus de 600 participants, parmi lesquels une majorité d’industriels (42%) et de professionnels de santé (20%) mais également des membres du monde de la recherche et académique, des représentants de patients, des collectivités locales ou encore des financeurs de la santé. Des résultats probants ont émergé directement de la dynamique des Ateliers de l’Innovation avec notamment l’élaboration des projets suivants : · AMIES : plate-forme de télésurveillance de maladies chroniques. Il s’agit d’un appel à projet lancé par la DGCIS sur l’utilisation des TIC pour la prise en charge au domicile des pathologies chroniques. Les travaux des 2 ateliers "Diabète et Insuffisance Cardiaque" ont servi de base de réflexion aux focus groups constitués pour affiner les projets médico-technologiques.40
  • 42. Un accord de consortium a été conclu pour la réponse à l’appel à projet. · RESPECT : repérage et suivi des personnes âgées fragiles par l’évaluation clinico-technique à domicile. Ce projet a été déposé dans le cadre de l’appel à projets "TecSan" de l’ANR. · STROKEDUCATION : plate-forme d’échanges et de modélisation issue de l’utilisation de "serious games" pour l’éducation thérapeutique du patient post-AVC et de leurs aidants. Ce projet a répondu à l’Appel à projet de l’ANR TecSan 2011. · REAGIR : développement d’un outil géronto-technologique pour le repérage du syndrome de fragilité des personnes âgées à domicile. Une solution de financement de ce projet a été récemment identifiée. · CANCER : coordination des professionnels de santé autour du patient à son domicile. Ce projet sera prochainement déposé à un appel à projet (en 2012) à définir avec les partenaires du consortium.D’autres événements sont également présents comme la commissions TIC & Santé de La Mêlée,dédiée aux solutions de e-santé, dont l’objectif est de travailler en complémentarité avecles structures existantes. Les projets e-santé en Midi-Pyrénées · Diabsat : DIABétologie par SATellite en Haute-Garonne Diabsat a pour vocation d’améliorer la prise en charge des patients diabétiques au plus proche de leur domicile, dans des zones rurales où l’accès aux soins spécialisés est difficile, par le développement d’outils innovants assistés par satellite. Ce projet est déployé dans la région depuis 2009. · Plas’O’Soins : Plate-forme dAide au Suivi et à la coordination des activités de Soins à domicile dans le Tarn PLAS’O’SOINS a pour ambition de développer une plate-forme informatique permettant une meilleure gestion des soins et services aux patients à domicile (traçabilité, coordination, organisation) ainsi qu’une meilleure circulation des informations liées aux patients et un meilleur suivi des soins, dans un contexte de qualité de service et de soins améliorée et de maîtrise des dépenses de santé publique. · Projet SACHA : Search And Computerize Human Acts en Ariège Le projet a pour objectif de développer un système intégré de géolocalisation, de contrôle daccès et de détection de chutes pour les personnes atteintes de la maladie dAlzheimer. · PER "Gers Santé Ruralité" dans le Gers Le PER doit permettre un égal accès de la population gersoise aux soins grâce au développement de la télésanté, la création d’un réseau départemental des services d’aide et d’accompagnement à domicile, et le déploiement d’actions de prévention santé. · "Minded" de Labastide Murat dans le Lot Le projet a pour objectif de proposer des actions sur l’alimentation et l’exercice physique pour des groupes de malades. 41
  • 43. ANR : Agence nationale de la recherche CHU : Centre hospitalier universitaire CNES : Centre national détudes spatiales CMP : Centre médico-psychologique DIAMIP : Réseau diabète en Midi-Pyrénées DMP : Dossier médical personnalisé EHPAD : Etablissement dhébergement pour les personnes âgées dépendantes IRIT : Institut de recherche en informatique de Toulouse IRT : Institut de recherche technologique ISIS : Institut de soins infirmiers supérieurs IUT : Institut universitaire de technolgie LAAS : Laboratoire danalyse et d’architecture des systèmes MATERMIP : Réseau de périnatalité de Midi-Pyrénées ONCOMIP : Réseau de cancérologie de Midi-Pyrénées PRES : Pôle de recherche et denseignement supérieur UCSA : Unité de consultations et soins ambulatoires SOURCES Centre e-santé Octobre 2011. Pour en savoir plus : www.centre-esante.com GCS Télésanté Midi-Pyrénées Octobre 2011. Pour en savoir plus : www.telesante-midipyrenees.fr42
  • 44. Ils ont apportéleur concours au Diagnostic 2011“ La présente publication n’engage que son auteur. La Commission Européenne n’est pas responsable de l’usage qui pourrait être fait des informations contenus dans cette communication. 43
  • 45. Agence régionale du numérique15 rue Rivals - BP 3042731004 Toulouse Cedex 6Téléphone : 05 67 77 76 76Fax : 05 67 77 76 77Courriel : contact@ardesi.frSite Internet : www.ardesi.fr Agence régionale du numérique

×