Sites web de services d'archives - Comment faire connaitre son site Web ?

5,693 views
5,496 views

Published on

0 Comments
3 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

No Downloads
Views
Total views
5,693
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
4,277
Actions
Shares
0
Downloads
26
Comments
0
Likes
3
Embeds 0
No embeds

No notes for slide
  • présence sur site Web/hors site Web, dissémination, duplication des contenus (pas grave, au contraire !)
  • Le blog Orwell Diaries [1] publie ainsi, depuis 2008, les journaux de George Orwell à partir de 1938 : chaque jour est publié le texte rédigé exactement 70 ans auparavant. [1]
  • Créé en 2005. La plus grande plate-forme de partage de photographies (en 2010, plus de 4 milliards de photos, 3 millions de visiteurs par jour) Publication d’images, possibilités de tagging et de commentaires, de géolocalisation, etc. Flickr Commons : un espace pour les institutions mettant en ligne des images libres de droit http://www.flickr.com/
  • Inciter les usagers à partager ces contenus, jouer sur l’effet « viral » des réseaux sociaux : boutons j’aime, boutons de partage sur les réseaux, et même lecteurs exportables sur les sites, blogs, FB Est-il vraiment possible de ne pas être sur Facebook ? Avant 2010, la BnF n’avait pas de page officielle…
  • Ex de recherche : napoleon
  • Aider les usagers à retrouver l’aiguille dans la botte d foin
  • Soyez innovants, imaginatifs, curieux !
  • Sites web de services d'archives - Comment faire connaitre son site Web ?

    1. 1. Association des archivistes français – 21 mars 2012 SITES WEB DE SERVICES D’ARCHIVES COMMENT FAIRE CONNAÎTRE SON SITE WEB ?CC BY-NC-SA Vicky&Chuck Rogers, Flickr Pauline Moirez – BnF
    2. 2. Pour l’usager, le Web ressemble souvent à ça !
    3. 3. Que se passe-t-il sur le web en 60 secondes ?
    4. 4. Les archives sur le Web… CC BY fibroblast, Flickr
    5. 5. … et ce qu’offre Internet ! CC BY-NC-SA monmimoun, Flickr
    6. 6. Organiser l’accès àl’information en s’adaptant aux besoins et usages du public CC BY-NC-ND Alain Bachellier, Flickr
    7. 7. Où sont les archives ? CC BY-NC-ND s.alt, Flickr
    8. 8. Heureusement, Super Archivist est là !
    9. 9. Comment faire connaître son site Web ? Disséminer Echanger RéférencerCC BY-ND Jeremy Salmon, Flickr
    10. 10. CC BY Robert Couse-Baker, Flickr Disséminer ses données et contenus sur le web…
    11. 11. Dupliquer?CC BY-SA e3000, Flickr
    12. 12. Quelle stratégie de dissémination ? CC BY-NC-SA Kalexanderson, Flickr
    13. 13. Stratégie n°1 : le modèle du restaurant • Le site web de la bibliothèque propose des ressources aux usagers, préparées à l’avance. • Elles sont portées à la connaissance de l’usager sur le site même, par le biais de « menus ». • C’est à l’usager d’aller vers le site web de la bibliothèque et de choisir parmi les « menus » proposés. Limites du modèle : l’usager doit connaître l’existence du site pour l’atteindre 13© Lionel Maurel
    14. 14. Stratégie 2 : Le modèle de la pêche • Occuper des emplacements au sein des espaces les plus fréquentés par le public sur le web. • Disséminer des « appâts documentaires » au sein des flux d’Internet. Rickydavid. CC-BY-NC-ND • S’assurer que l’usager pourra « suivre la ligne » jusqu’au site de l’établissement. La bibliothèque s’aventure « hors des murs » et va à la rencontre de l’usager dans ses univers personnels d’information 14© Lionel Maurel
    15. 15. Stratégie 3 : Le modèle de la mode • Permettre à l’usager de venir essayer vos contenus sur votre site. • Le laisser repartir avec ce qui lui plaît. • Les contenus portent votre marque et des liens pour attirer de nouveaux usagers en retour. L’usager devient lui-même un agent de la dissémination (effet viral de la recommandation sur les réseaux sociaux) 15© Lionel Maurel
    16. 16. « Fishing where the fish are ! » Web 2.0 and mobile technology at the Library of Congress
    17. 17. Facteurs de fidélisation des internautes Qualité des contenus : 75 %Source : Forrester Research, © Biblioquest
    18. 18. http://i.imgur.com/StBHE.png
    19. 19. La stratégie de dissémination desArchives nationales des États-unis
    20. 20. Gallica et la dissémination Univers Page Facebook Gallica Netvibes Blog Gallica GallicaProfil Twitter @ GallicaBnF Wikisource Gallica
    21. 21. Définir la stratégie avant de choisir les outils CC BY-NC-ND Clairwitch, Flickr
    22. 22. Les blogsNARAtions
    23. 23. Un blog pour publier des documents Le journal de Georges Orwell
    24. 24. Le NARA sur Flickr Commons : 7000 photographies en lignehttp://www.flickr.com/people/usnationalarchives/
    25. 25. 2 790 857 vuesLa Library of Congress sur Flickr : des millions d’images consultées
    26. 26. La BM de Toulouse sur Flickr :1/3 des internautes du site Web vient de Flickr
    27. 27. Les Archives des Alpes-Maritimes sur Dailymotion
    28. 28. Archives fédérales allemandes :80 000 images sur Wikimédia Commons
    29. 29. Des expériences innovantes pour améliorer le contenu des notices de Wikipédia Un wikimédien en résidence au BritishMuseum propose un partenariat sans miseen ligne de documents ou données http:// en.wikipedia.org/wiki/Wikipedia:GLAM/BM http://www.wittylama.com/2010/07/ end-of-my-residency/
    30. 30. Et encore...Un wikimédien en résidence au château de Versailles http://www.wikimedia.fr/partenariat-avec-le-ch %C3%A2teau-de-versailles
    31. 31. Facebook pour mettre en valeur lescollections et échanger avec les usagers Archives de la Manche
    32. 32. Encourager les usagers à partager les contenus sur les réseaux sociaux Le lecteur exportable de Gallica
    33. 33. Twitter pour surveiller son e-reputation et mettre en valeur ses usagers Gallica et les Gallicanautes
    34. 34. Impact de la présence de Gallica sur les réseaux sociaux en termes d’audience Nombre de visites et de pages vues dansGallica en provenance de Facebook et Twitter
    35. 35. L’effet viral des réseaux sociaux Impact de l’effet viral et de la recommandation sur les réseaux sociaux Les réseaux changent aussi fortement le regard que l’on peut porter sur la collection numérique… 36© Lionel Maurel
    36. 36. S’intégrer dans les usages mobilesL’application « Today’s document » du NARA
    37. 37. CC BY-NC oranginagrrl, Flickr DEVELOPPER SON INTEROPERABILITE POUR ECHANGER SES DONNEES…
    38. 38. Recherche fédérée Fonctionnalités de recherche Exposition des donnéesEuropeana, mère de tous les portails…
    39. 39. La nébuleuse des projets liés à Europeana
    40. 40. Des portails par type d’institutionLe Portail archivistique européen
    41. 41. Des portails nationauxLe « guichet unique » français : le moteur Collections
    42. 42. Une dynamique est lancée... Les portails culturels locaux se multiplient GeoCulture en LimousinBanque numérique des savoirs aquitains (BnsA) Manioc, bibliothèque numérique des Caraïbes
    43. 43. Mais aussi... Isidore, plateforme derecherche pour les scienceshumaines et sociales (SHS) Gallica et ses 41 bibliothèques partenaires
    44. 44. Oui mais comment ça marche ? CC BY-NC dr coop, Flickr
    45. 45. INTEROPERABILITE = Permettre léchange de données entre systèmes dinformationPouvoir se parler Se comprendre (transport des (sens des données données) échangées)
    46. 46. L ’interopérabilité en archivesUniformisation des formats numériquesfondés sur les normes internationales dedescription archivistique : XML-EAD, XML-EAC, XML-EAGUtilisation du protocole d’échange OAI-PMH
    47. 47. OAI-PMHOpen Archives Initiative - Protocol forMetadata Harvesting (convention de SantaFé, 1999). Version 2002 www.openarchives.orgRendre interrogeables des bases de donnéeshétérogènesCollecter massivement les métadonnées et lesstocker
    48. 48. CC BY-NC-SA Rantes, Flickr Les acteurs de l’OAI-PMHLes fournisseurs de données, qui déposentleurs métadonnées sur un serveur Web appelé« entrepôt ».Les fournisseurs de service (moissonneurs)qui collectent ces données pour les intégrer àleur index et permettent à lutilisateur final defaire des recherches.
    49. 49. Principes de fonctionnement du protocole OAI-PMH © Ministère de la Culture, 2005
    50. 50. Le Dublin Core non qualifié (ou Dublin Core simple)Norme ISO 15836:2003, révisée en 2009Maintenue par la Dublin Core MetadataInitiative (DCMI)15 éléments de description, facultatifs etrépétables
    51. 51. CC BY-SA See-Ming Lee, Flickr Les atouts de l’OAI-PMHIl sappuie sur les standards du Web.Le moissonnage est simple à mettre en œuvre.Les contenus ne sont pas dupliqués.Les métadonnées collectées sont mises à joursimplement et automatiquement.Il s’adapte à des besoins transdisciplinaires sansinterdire des besoins plus spécialisés.
    52. 52. AMELIORER SONREFERENCEMENT PAR LESMOTEURS DE RECHERCHE CC BY-NC-SA JaHoVil, Flickr
    53. 53. Le référencement : qu’est-ce que c’est ?Améliorer le positionnement d’un site dans lespages de résultats des moteurs de rechercheOn parle aussi de « SEO » (Search enginoptimization).
    54. 54. Le référencement : comment faire ?Une approche technique, pour optimiser le site et lerendre accessible par les moteursUne approche marketing pour la bonne définitiondes mots clés et la mise en adéquation des besoinsdes internautes avec les contenus/services proposéssur le siteUne démarche en amont : lintégration duréférencement naturel doit se faire lors de lacréation ou la refonte du site, afin de pouvoirrespecter les critères W3C d’accessibilité
    55. 55. Le « Web invisible »Une part du Web n’est pas indexable par lesmoteurs de recherche, en particulier les basesde données !Comment rendre accessible ces données ?- Développer le contenu éditorial- Créer des liens- Sortir des bases de données en silo (XML,interopérabilité, Web sémantique)
    56. 56. Comment marchent les moteurs de recherche ?Les robots parcourent le Web de liens en lienset sauvegardent (indexent) le code descontenus visités
    57. 57. Google… et les autres ? Top 5 des moteurs de recherche en part de visites web (2011) Source : Abondance.Les résultats d’une recherche sur différents moteurs ne sont pas lesmêmes : chaque moteur a son proprealgorithme de rechercheEx. “archives en ligne” sur Google, Yahoo!, Bing.
    58. 58. Un peu d’histoire… les débuts… http://www.referencement-blog.net/histoire-du-referencement-1190
    59. 59. Un peu d’histoire… et maintenant… http://www.referencement-blog.net/histoire-du-referencement-1190
    60. 60. Le SEO en une
    61. 61. Les balises <title> et <meta> du code Des URL Une navigationhtml de la page, mais aussi les balises signifiantes et intuitive <h1>, <h2> descriptives 13 conseils pour améliorer votre référencement (Source : MarketingZeus)
    62. 62. Un plan de site Des liens internes Des attributs <alt> La gestion desXML lisible par les sur les images erreurs 404 robots
    63. 63. Savoir parler aux robots… Créer des liens, utiliser les réseaux sociaux, soigner sa popularité
    64. 64. Soigner ses contenus : originaux, pertinents, de qualité, stables, mis à jour régulièrement
    65. 65. Des algorithmes en évolution Les tendances…
    66. 66. Le rôle des réseaux sociaux
    67. 67. Des résultats « enrichis » Voir Choblab, Extraits enrichis (rich snippets) : un guide visuel
    68. 68. Le rôle des métadonnées : vers des recherches « sémantiques »Répondre directement aux questions aulieu de pointer vers des liens Schema.org : un schéma de métadonnées commun pour les 3 grands moteurs de recherche, Google, Yahoo!, Bing
    69. 69. Ressources utilesDublin Core et OAI-PMHSite officiel du Dublin Core Metadata InitiativeGuide d’utilisation du Dublin Core à la BnF, 2008Concordance EAD-Dublin CoreSite officiel de l’Open archive initiativeLe Guide des Bonnes Pratiques Numériques – Version 2, TGE Adonis, 2011.Référencement-SEO : des blogs spécialisésAbondance-RéférencementRamenos
    70. 70. Merci de votre attention pauline.moirez@bnf.fr CC BY-NC Go Esewhere, flickr

    ×