Archives participatives... parce que nous le valons bien !
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Archives participatives... parce que nous le valons bien !

on

  • 645 views

Intervention au Forum des Archivistes (Angers, 22 mars 2013) #Angers2013 ...

Intervention au Forum des Archivistes (Angers, 22 mars 2013) #Angers2013
Indexation collaborative, identification de photographies, transcription de manuscrits, les exemples ne manquent pas… Les services d’archives mettent en place, en France et un peu partout dans le monde, des projets innovants et ambitieux de coopération numérique avec leurs usagers, pour enrichir la description de leurs fonds, pour en améliorer et faciliter l’accès. S’emparant des potentialités du web social et participatif, et s’intégrant dans l’écosystème vertueux du web fondé sur les interactions avec et entre les internautes, les Archives vont bien au-delà d’échanges superficiels avec leurs usagers, et développent des projets fondés sur l’apport de connaissances et de compétences par les internautes.

Statistics

Views

Total Views
645
Views on SlideShare
633
Embed Views
12

Actions

Likes
0
Downloads
10
Comments
2

1 Embed 12

https://twitter.com 12

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Microsoft PowerPoint

Usage Rights

CC Attribution-NonCommercial-ShareAlike LicenseCC Attribution-NonCommercial-ShareAlike LicenseCC Attribution-NonCommercial-ShareAlike License

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment
  • Les données des archives sont parfaitement à leur place sur le web : elles diffusent des contenus riches, des informations qualifiées et structurées.
  • Parce que c’est bien de cela qu’il s’agit ! Donner une nouvelle visibilité à nos catalogues et à nos inventaires, les enrichir des données produites par nos usagers. On parle de web collaboratif et d’institutions culturelles en insistant sur la richesse des interactions avec les usagers, sur les volumes produits, sur les enjeux incroyables que représente le crowdsourcing pour les bibs et les archives, mais rarement en se posant la question concrète de l’apport pour nos catalogues. Alors que concrètement le but est bien d’enrichir nos catalogues, nos inventaires, nos instruments de recherches, nos bases de données ! Bref, produire de nouvelles métadonnées, des données d’un nouveau genre…
  • si les différents domaines patrimoniaux et culturels s’approprient tous peu à peu les usages du web social pour la mise en valeur et la médiation de leurs collections, leurs projets et réalisations montrent des choix résolument différents, en termes de stratégie, de relations avec les usagers, de technologies.
  • La fluctuation de la terminologie ne reflète pas tant la diversité des projets (qui est réelle mais qui peut être désignée de façons différentes) que les enjeux que l’on y met. Interroger la terminologie permet donc de multiplier les angles d’analyse de ce web … collaboratif, participatif…?
  • MASSE DIVERSITE UNICITE VALEURS
  • La numérisation et la mise en ligne ouvrent des possibilités nouvelles pour la constitution de métadonnées sociales INDEXATION COLLABORATIVE IDENTIFICATION DE PHOTOGRAPHIES CORRECTION D’OCR TRANSCRIPTION COLLABORATIVE Cette participation des usagers, qui peut exister sur de simples données bibliographiques, est renforcée par la mise en ligne des bibliothèques numériques. En effet, la mise à disposition des usagers de documents numérisés, images voire textes OCRisés, permet des opérations de crowdsourcing plus ambitieuses qui enrichissent notablement la description des documents : indexation, identification de photographies, correction d’OCR, ou encore transcription collaborative. La mise en ligne des documents numérisés permet de donner aux usagers les clefs pour contribuer à leur description.
  • Diffusion de cette masse documentaire sur les sites web des services d’archives, ou bien directement sur des médias sociaux, support d’une participation des usagers,
  • Les Archives départementales du Lot-et-Garonne ont ainsi ouvert en 2011 une cartothèque départementale [1] où les internautes peuvent déposer en ligne les fichiers de leurs cartes postales numérisées, mais aussi contribuer à l’indexation des cartes postales conservées par les Archives.
  • Enquête sur les usages des doctorants dans les universités de Bretagne : ressources documentaires utilisées : Google 96% - catalogue de la bibliothèque 65%
  • Pour les archives, le web demande des inventaires plus précis, à la pièce, des bases de données nominatives identification, description et indexation au niveau de la pièce, voire transcription des contenus pour permettre une recherche en plein texte.
  • TNA : Africa through a lens, pour l’identification de photographies de l’Afrique
  • Les Archives nationales du Royaume-Uni participent au projet Old Weather [1] de transcription et géolocalisation collaborative des relevés météorologiques manuscrits réalisés par les navires de la Marine royale au début du XXe siècle. L’objectif est de disposer de bases de données météorologiques complètes et fiables, sur lesquelles les météorologues pourront appuyer des études scientifiques pour comprendre et modéliser le climat d’aujourd’hui et ses évolutions demain.
  • Citizen archivist
  • tagging encadré et contrôlé qui évite l’écueil du vandalisme documentaire Les facteurs de succès de cette indexation collaborative reposent sur : les contributeurs : des généalogistes nombreux et investis dans les pratiques collaboratives, parfois encadrés par une association généalogique, bons connaisseurs des patronymes du territoire qu’ils étudient, et intéressés au premier chef par l’utilisation des bases de données nominatives produites dans le cadre de ces projets, la nature de l’indexation demandée : il ne s’agit pas d’un tagging libre difficilement réutilisable dans le cadre d’instruments de recherche, mais de formulaires simples et structurés (indexation de la date, des noms et prénoms, des professions exercées, etc.). Les pages à annoter sont parfois attribuées par « lot » aux contributeurs (Archives de l’Aube, Archives de l’Ain), afin de disposer d’une indexation d’ensembles cohérents plutôt que d’un saupoudrage, le souci de la qualité des données produites : une inscription du contributeur est généralement obligatoire, parfois assortie d’un test de paléographie (Archives de l’Ain) pour évaluer son niveau, et d’une double indexation pour croiser les données, le service d’archives assurant une modération en cas d’erreur signalée, l’ergonomie de l’interface d’indexation : souvent simple et intuitive, intégrée souplement dans l’interface de consultation des archives numérisées, surtout pour les applications les plus récentes (Archives du Cantal, Archives du Rhône) le soutien des collectivités territoriales, qui intègrent ces projets participatifs innovants dans leur stratégie numérique et de services aux usagers. Les Archives départementales du Cantal ont ainsi reçu en 2010 un prix Territoria d’Or pour leur outil d’indexation collaborative de l’état civil. Les chiffres sont parlants : aux Archives départementales de l’Ain, 500 000 pages ont été indexées en 2 ans ; aux Archives départementales du Cantal, 1000 indexations sont réalisées chaque jour… g encadré et contrôlé qui évite l’écueil du vandalisme documentaire
  • Les Archives départementales des Alpes-Maritimes collaborent depuis janvier 2012 avec Wikimedia France sur Wikisource afin d'utiliser cet outil collaboratif pour transcrire des sources manuscrites autour d'une petite communauté de paléographes. Ont déjà été mises en ligne trois visites pastorales des XVIIe-XVIIIe siècles.
  • Ou correction collaborative d’OCR
  • Par ailleurs, le projet européen Monasterium [1] , portail numérique de sources diplomatiques porté par le réseau ICARus (International Centre for Archival Research), propose aux chercheurs médiévistes de participer à la transcription mais aussi à l’édition critique et scientifique de documents de l’Europe médiévale (à ce jour, 250 000 documents originaux conservés dans plus de 50 institutions d'archives en Europe).

Archives participatives... parce que nous le valons bien ! Archives participatives... parce que nous le valons bien ! Presentation Transcript

  • ARCHIVES ? PARTICIPATIVES !CC BY-NC ryancr, Flickr …parce que#ANGERS2013 nous lePauline Moirez, BnF valons bien !@archives_masala
  • sur le web… Les ArchivesCC BY-NC DC Smith, Flickr
  • S’inscrire dans un écosystème oùl’interaction est la norme CC BY-NC-ND valleygirl_tka, Flickr
  • Le web est social !
  • Inventer de nouvelles relations avec nos usagers CC BY-NC-SA Emily Taliaferro Prince, Flick
  • … pour enrichirnos inventaires,nos fonds, et les services à nos usagers CC BY fibroblast, Flickr
  • Explorer la blogosphère Des réponses différentes… Médiation numérique Communication, animation de communautés BIBLIOTHEQUES MUSEES ARCHIVES CC BY-NC Jon Wiley, Flickr Web participatif
  • Une terminologie fluctuante… qui reflète les attentes des institutions culturelles CrowdsourcingWeb collaboratif Métadonnées sociales Web participatif CC BY-NC-SA monmimoun, Flickr
  • Les archives participatives Un organisme, un site ou une collection auxquels des personnes qui ne sont pasdes professionnels des archives apportent leur connaissance ou ajoutent descontenus, généralement dans un contexte numérique en ligne. Il en résulte unemeilleure compréhension des documents d’archives. Kate Theimer
  • Atteindre la masse critique ?CC BY-NC-ND Lulu Witch, Flickr
  • La loi de participation : « 90-9-1 »Source: BBC Et à l’heure du web social ?
  • rquoi ça marcheM a i s p ou HIVES ? POUR LES ARC CC BY-ND Hampton University, Flickr
  • La nature même desdocuments d’archives CC BY-NC-ND _NDenis, Flickr
  • La numérisation:un élan pour desprojetsparticipatifs 300 millions de CC BY-NC-ND Rustman, Flickr pages mises en ligne par les services d’archives en France Source
  • Source Une diffusion massive de documents Les Archives fédérales allemandes sur Wikimedia Commons : 80 000 images
  • Collecte de documents privésLa cartothèque des Archives du Lot-et- Garonne
  • Une évolution des usages de recherche… CC BY-NC-ND keso, Flickr
  • Les nouveauxbesoins des usagers granularité de description plus fine recherche en plein texte CC BY-NC-ND Rickydavid, Flickr
  • Identification de photographies AD de Haute-Garonne
  • Indexation de documents audiovisuelsWaisda – Institut néerlandais pour le son et l’image
  • CC BY-NC-ND jonathan_W, Flickr Les valeurs des archives
  • Valeur citoyenne des archivesSciences citoyennes : Old Weather (AN Royaume-Uni)
  • Archives citoyennesCitizen Archivist (AN Etats-Unis)
  • Valeur de témoignageMoving Here – 200 years of migrations in England (AN Royaume-Uni)
  • Des publics participatifsGENEALOGISTES CHERCHEURS ERUDITS AMATEURS ECLAIRES CC BY-NC-SA Brent Danley, Flickr
  • Indexation collaborativeIndexation de l’état civil aux AD du Cantal
  • Paléographie collaborativePartenariat Wikisource / AD Alpes-Maritimes
  • Transcription collaborativeThe (Arc)HIVE (Archives nationales d’Australie)
  • Transcription et édition critiqueMonasterium et les chartes médiévales
  • Appel aux compétences scientifiques des usagersLe Laboratoire des internautes des AD Vendée
  • CC BY-NC-ND Piblet, Flickr Des wikipédiens en résidence Aux Archives nationales des Etats-Unis
  • Et si la participation des usagers était le moteur des archives ?Source : Internet Archive
  • Merci de votre attention pauline.moirez@bnf.fr @archives_masalaCC BY-NC Go Esewhere, flickr