Your SlideShare is downloading. ×
A Paris, le 18 avril.Mon cher ami,Je ne peux mempêcher de vous relater une visite fort plaisante faite la semaine passée a...
sont à nouveau des bâtiments dinstruction supérieure : écoles dingénieurs et facultés. Les édifices présentent une archite...
Regrouper nos forces sur le plateau de Saclay1Cyrille van Effenterre, directeur de ParisTechLe rapprochement géographique ...
Texte : Marc-Emmanuel Privat, notes : Adrien FenetA Versailles, le 9 maiCher ami, J’ai tardé à répondre à votre lettre du ...
Texte : Marc-Emmanuel Privat, notes : Adrien Fenetvous livrer un florilège. Il a bien sûr été question de renforcer la col...
Texte : Pierre-Antoine Marraud, notes : Marc-Emmanuel PrivatLe plateau de Saclay: texte 212H45, une gare neuve1, ensoleill...
Texte : Pierre-Antoine Marraud, notes : Marc-Emmanuel PrivatIl ny a que sur le parcours que lhomme peut encore imprimer se...
UNE MATRICE AUTOUR DU PLATEAULa matrice qui figure à la page suivante est issue de la recherche statistique des termes « c...
Département de lEssonne :http://www.essonne.fr/Diocèse dEvry :http://evry.catholique.fr/index.phpConseil régional dÎle-de-...
Le bois de lOffice national d’études et de recherches aérospatiales (ONERA) ou « lartialisation in situ »1 portée à son co...
CARTES ET PLANSLes cartes et plans qui suivent ont été choisis pour les différentes orientations et informations quils don...
Carte n° 1   Le réseau hydrographique de l’Yvette et de la Bièvre.Plan Local d’Urbanisme – Commune de Palaiseau           ...
SITOTHÈQUELa sitothèque qui suit recense les sites et/ou pages consultés ; ils ont été classés en quatre catégories, en fo...
Paristech :http://www.paristech.fr/index.php/fre/Ecoles/Localisation-des-ecolesONERA :présentation du site de Palaiseau :h...
LES SITES TECHNIQUES :Conseil régional dIle de France :le site propre de transport en commun :http://www.iledefrance.fr/la...
LES PAGES NEUTRES, « LAUTRE PLATEAU » :Ville de Saclay :histoire des étangs et rigoles sur le plateau de Saclay :http://ww...
chemincompostelle.over-blog.com :page dun blog consacrée à la halte à labbaye Saint-Louis-du-Temple :http://chemincomposte...
Colombe & Adrien                                                                                   Ecriture de lieux et pa...
Articles    Une nouvelle agriculture sur le plateau de Saclay ?     Article paru in Le Castor, journal des AVB n°51     N...
Extraits Internet    Préserver 2300 hectares de terres agricoles et développer le pôle scientifique : une alchimie en tra...
Extraits littéraires (in thèse de Moez Bouraoui)    Voyage en France     Victor-Eugène Ardouin-Dumazet     1907    Esson...
www.agreste.agriculture.gouv.fr Valeur vénale moyenne des terres labourables et des prairies naturelles en 2006 pour les ...
SACLAY EN IMAGESPeintures (in thèse de Moez Bouraoui)    Le pont de Favreuse     Huile sur toile, 26 x 34 cm     Entre 18...
 Massy Palaiseau, établissement Vilmorin     http://www.habitants.fr    Champs de fraises à Vauhallan     http://www.ter...
Bibliographie P-A Marraud :Sources des documents liés au CEA de Saclay :-Statistiques du plateau : www.driaf.ile-de-france...
Bibliographie (Youness Berrada)Un territoire d’exception, uncampus d’excellence, mission de préfiguration de l’OIN, Févrie...
A Paris, le 23 maiMon cher ami,Le terme de notre excursion intellectuelle et paysagère à travers le plateau de Saclay est ...
nest là que pour habiller une décision politique prise de longue date. Lidéal serait donc de repérer les sites dignes dint...
Une vision du Plateau de Saclay
Une vision du Plateau de Saclay
Une vision du Plateau de Saclay
Une vision du Plateau de Saclay
Une vision du Plateau de Saclay
Une vision du Plateau de Saclay
Une vision du Plateau de Saclay
Une vision du Plateau de Saclay
Une vision du Plateau de Saclay
Une vision du Plateau de Saclay
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Une vision du Plateau de Saclay

1,515

Published on

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
1,515
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
1
Actions
Shares
0
Downloads
0
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Transcript of "Une vision du Plateau de Saclay"

  1. 1. A Paris, le 18 avril.Mon cher ami,Je ne peux mempêcher de vous relater une visite fort plaisante faite la semaine passée au cours dune leçon darchitecture au grand air. Nos doctesprofesseurs nous ont mené avec force moyens de transport découvrir la partie centrale du plateau de Saclay. Je vous avais précédemment narré notresortie sur ses contreforts orientaux. Cette visite en est le prolongement et, en quelque sorte, lapprofondissement.Comme à laccoutumée, notre périple démarre de la gare de Massy-Palaiseau. Il faut vous en redire quelques mots. Imaginez un vaste chantier tant ausol quen élévation, parcouru de milliers de gens pressés qui sy croisent en tous sens. Sy rencontrent des trains allant et venant entre Paris, la vallée deChevreuse, Versailles et même les provinces de louest mais aussi des autobus qui desservent les villes alentour. Il est fort malaisé dy trouver sonchemin tant les travaux publics à l’œuvre brouillent les repères. Des ouvriers perchés mettent une dernière main avant louverture prochaine dunepasserelle tout de verre et de métal qui enjambe les voies ; elle ressemble à sy méprendre à une libellule géante qui aurait élu domicile au-dessus duchemin de fer.Nous errons de longues minutes dun bord à lautre de cette coupure ferrée à la recherche de lomnibus à destination du Christ de Saclay; cela nouspermet de saisir une distinction visiblement fondamentale dans lappropriation territoriale des autobus : à la Régie des transports parisiens la rive nord,les flottilles régionale et départementale occupant le sud.Sur la rive sud, nous attendons encore quelques minutes. Je fais des clichés photographiques de ce lieu où le macadam prédomine. Cest en pensant àune place comme celle-ci que les experts versés en hydrologie parlent du ruissellement de leau de pluie. Un talus destiné à accueillir quelquevégétation est recouvert dune espèce de toile de jute. Je crois que les paysageurs la nomment géotextile. Ce tissu, traité spécialement, est destiné àprotéger la plante et à favoriser son enracinement. Sa couleur jaune sable et le soleil déjà haut donnent une impression de Sahara. Le machiniste denotre autobus est pressé. A dire vrai, nous mettons quelques longues minutes à embarquer ; la plupart dentre nous nest pas munie du précieux sésame,jai nommé le ticket de métro maintenant universel. Létablissement dun nombre de tickets plus élevé que celui prévu par lautorité statistique précipiteun grain de sable dans une mécanique bien huilée. Il en résulte une montée brusquée vers les hautes terres de Saclay. Nous nous faisons vivementchahuter. Malgré tout, je repère quelques indices que je soumets à votre sagacité.Le trajet parcouru par lautobus, une fois le plateau atteint, emprunte une sorte de chaussée rocade à lintérieur de l’École Polytechnique. Celamautorise à dresser une première catégorisation : le secteur méridiono-oriental est le lieu de multiples chantiers de construction. Des grues numérotéessont disposées de façon millimétrée ; ainsi elles peuvent atteindre tous les recoins des édifices qui sélèvent en évitant une salade de flèches ; ellestournent en un ballet digne du grand Nijinski.Apparaît ensuite un regroupement de bâtiments plus anciens ; ces parallélépipèdes doivent dater de linstallation de lécole sur le plateau. Les écriteauxqui les ornent me sont familiers. Ils me rappellent, si daventure je lavais oublié, que nous sommes dans une école militaire.Un troisième groupe de bâtiments vient clore cette première séquence : ils accueillent des établissements de haute technicité ; leurs façades rideauassociant verre et métal sont explicites.Lautobus pénètre ensuite dans un entre-deux ; nous sommes toujours sur le plateau certes, mais dans une espèce despace délaissé qui nest pasvraiment rural mais pas non plus estudiantin ni technique ; lapparition de la route nationale 118 et son franchissement ouvrent une nouvelle période; ce
  2. 2. sont à nouveau des bâtiments dinstruction supérieure : écoles dingénieurs et facultés. Les édifices présentent une architecture qui fait furieusementpenser au tabouret « tam-tam » dHenry Massonnet ; ils doivent en être des contemporains.Les carrefours à giration, chers à Eugène Hénard, se succèdent. Nous longeons bientôt les installations du Commissariat à lénergie atomique et enfinlomnibus atteint son terminus, notre but, la station « Christ de Saclay ». Cest encore un carrefour. Sans mauvais jeu de mots, je pars à la recherche dufameux Christ. Je mattendais à une croix imposante, digne de certains calvaires de nos campagnes. Il ne sagit que dune croix de modeste taille avecun crucifié aux traits modernes, reléguée dans un coin du carrefour. La croix originelle a été transférée en léglise de Saclay.Nous découvrons Saclay. Cest un village ancien si lon en juge par les rues à méandres, de celles que Charles-Édouard Jeanneret qualifie de « chemindes ânes ». Lapplication denduits de toutes les teintes allant du blanc cassé au jaune pâle, sur certaines habitations, tranche avec la meulière. Je repèredes grilles anti-vandales qui protègent les vitraux de léglise dédiée à Saint-Germain.Au sortir du village, nos pas nous conduisent à longer la Rigole domaniale, dans la direction de lest ; elle est plantée de roseaux et habitée debatraciens qui sinterpellent ; elle nalimente plus Versailles depuis longtemps, malgré la présence de bornes arborant le lys. Nous sommes là au cœurdu plateau, même si la carte détat-major sentête à dénombrer moult « plaines ». Au nord, les panaches de vapeur de la recherche atomique française ;au sud, les grues des écoles ; à louest, Saclay ; à lest, labbaye Saint-Louis du Temple.Le monastère bénédictin ne déroge pas à une règle bien établie. Linstallation en est certes récente ; jai lu quelque part que la propriété avait été acquisedans les années 1930 ; pourtant ceux qui ont choisi le site y ont mis un soin particulier, soin que Pouillon décrit si bien dans Les Pierres Sauvages. Lebord du plateau donne du relief, masque les constructions en contrebas et confère au lieu un aspect bucolique qui invite à la méditation. Je penseimmédiatement à Solesmes, alors que la géographie y est fort différente.Nous descendons à présent sur Vauhallan. Des pavillons bien tenus salignent dans des jardins au cordeau. Arrivé au cœur du bourg, un coup dœil dansla vitrine dun marchand de biens me permet de les estimer a posteriori à plus dun demi-million. Vauhallan est un écrin préservé. Il semble y régnerune grande sérénité, sans doute accentuée par labsence des écoliers. Nonobstant il est situé sur le « Chemin de grande communication n°60 » qui relieSaclay à Verrières le Buisson par Amblainvilliers.Notre errance, que daucuns qualifieraient de psycho-géographique, sachève. Nous reprenons un autocar de la Régie des Transports parisiens. Sonmachiniste semble aussi pressé que son alter ego de Palaiseau. En moins de temps quil nen faut pour le dire, nous sommes de retour à notre point dedépart mais cette fois sur la rive nord. Si vous avez été attentif, vous avez pu noter que cette arrivée dun autocar appartenant aux Transports parisiens,à cet endroit, est conforme à la logique implacable que jai énoncée plus haut.Je conclus en espérant que cette relation vous donnera envie de prendre votre bourdon pour parcourir ces lieux : ils sont à la veille de vivre de vasteschangements qui pourraient modifier profondément leur physionomie.Mais, après tout, des petites choses comme des grandes, les règles ne sont-elles pas là pour être confirmées par des exceptions ?
  3. 3. Regrouper nos forces sur le plateau de Saclay1Cyrille van Effenterre, directeur de ParisTechLe rapprochement géographique voulu par le plan campus représente donc pour les écoles de ParisTech une opportunité de travailler en plus étroitecollaboration« ParisTech sest construit depuis 1991, donc bien avant et indépendamment de lOpération campus. Cest maintenant un établissement public decoopération dont le fonctionnement sapparente à celui de lUnion européenne : des membres autonomes délèguent certaines prérogatives à ParisTech,une convention de mobilité est établie pour les élèves, etc. La diversité des tutelles ministérielles et des localisations des écoles complexifie le travailcollectif et nous incite à fonctionner selon une logique de réseau.Le rapprochement géographique voulu par le plan campus représente donc pour les écoles de ParisTech une opportunité de travailler en plus étroitecollaboration, tant dans le domaine de la recherche grâce aux synergies entre laboratoires que dans le domaine de lenseignement, à travers notammentla construction de masters communs.En effet, lOpération campus est loccasion financière et politique de regrouper nos forces sur le plateau de Saclay pour y créer un vrai pôle de scienceset dingénierie.Les enjeux de cette opération sont triples pour ParisTech : nous devons améliorer les collaborations entre nos écoles, en relevant le défi de lamutualisation, à loccasion de leur déplacement sur le quartier de Palaiseau ; nous devons développer les synergies avec les autres partenaires duquartier de Palaiseau au sein du campus de Saclay (Paris XI, le CEA, HEC, Moulon, etc.) ; enfin, nous devons renforcer nos collaborations avec lesautres pôles de ParisTech (Arts et Métiers, Chimie Paris, lÉcole des Ponts, etc.) et affirmer notre ancrage Paris-Banlieue en poursuivant ledéveloppement de projets qui mobilisent lensemble des écoles de ParisTech, comme le master Énergie nucléaire qui rassemble à la fois des écoles deParisTech, Centrale-Supelec, lUniversité Paris XI Orsay et le CEA (INSTN) : la convergence sur Saclay a certes facilité lémergence de ce master maisil engage également des écoles de ParisTech non-palaisiennes. »(source : http://www.polytechnique.edu/accueil/l-ecole-polytechnique/les-grands-projets/paristech/regrouper-nos-forces-sur-le-plateau-de-saclay-30228.kjsp?RH=1248885122967)1 NdR : je remercie ici vivement M. Van Effenterre pour son discours : certains de ses mots, surlignés, mont permis de rédiger mon propre texte, qui suit.
  4. 4. Texte : Marc-Emmanuel Privat, notes : Adrien FenetA Versailles, le 9 maiCher ami, J’ai tardé à répondre à votre lettre du 18 avril, pris que j’étais par mille choses.J’ai bien apprécié votre description rafraîchissante du Plateau. Pour votre édification, j’y ajouterai les quelques éléments d’ambiance qui suivent.Il s’agit de la synthèse d’une réunion qui s’est tenue à Polytechnique il y a peu. J’en étais. Le thème affiché de cette sauterie était des plusexplicites : « politique de réseaux et synergies ». La lettre d’invitation nous conviait pour, je cite : « étudier les opportunités de coopération entreles pôles de science et d’ingénierie installés au sud de Paris ». D’habitude peu enclin à céder à la « réunionite 1» mais mis en appétit par votrechronique et par l’objet, vous me connaissez, je ne pouvais faire l’impasse. Je n’ai pas été déçu.Notre hôte, le directeur adjoint pour le pilotage et la stratégie de l’X, nous a reçu de façon fort urbaine. Il avait réquisitionné le salon Carnot dansle bâtiment commandement, avec un panorama imprenable 2 sur l’étang de Saclay. J’ai peu goûté la vue de cette étendue humide de petite taille,peuplée de rochers moussus : mes promenades matutinales quotidiennes autour du Grand Canal de Le Nôtre m’ont rendu difficile. Pourtant,celui-ci n’aurait sans doute pas vu le jour sans celui-là.Très vite, nous sommes entrés dans le vif du sujet. J’ai alors noirci plusieurs pages de mon moleskine avec une théorie de termes 3 dont je vais1Le mot emprunte au vocabulaire médical son suffixe qui, adjoint à un organe, en marque l’infection. En l’occurrence il désigne ici de la prolifération excessive de réunions,syndrome couramment répandu qui consiste essentiellement à organiser des réunions n’ayant principalement pour objet que de planifier les suivantes.2Il y a là un arrière goût étrange, inquiétant même. Peut-être parce que le sens de panorama en y regardant bien est singulièrement proche de celui de panoptique forgé parBentham. Et puis, plus que les panoramas (et même avant eux), ce sont les forteresses qui se devaient d’être imprenables.3L’expression désigne un cortège, une procession de mots solennels revêtus d’une dimension oraculaire quasi prophétique. L’emploi de termes plutôt que de mots ne semblepas anodin: davantage que le mot qui désigne, le terme délimite et arrête le sens d’une chose en la circonscrivant. L’aspect hermétique, presque mystique par endroits dessyntagmes en usage pour parler du plateau de Saclay fini par figer, par sédimenter le lieu dans des visions étatiques en y mettant un terme. Et ce de la même façon que dansl’antiquité les députations officielles, les theoria envoyées vers l’oracle fixaient arbitrairement l’avenir à partir d’exégèses spéculatives contre lesquelles il était périlleuxd’aller compte tenu du caractère sacré de la parole divine.
  5. 5. Texte : Marc-Emmanuel Privat, notes : Adrien Fenetvous livrer un florilège. Il a bien sûr été question de renforcer la collaboration entre les entités présentes sur le site de Saclay, afin d’en regrouperles forces ; ce défi de la mutualisation ne pouvant être relevé qu’en mobilisant les équipes autour de projets convergents dont il faudrait faciliterl’émergence, etc, etc ...Vous concluiez votre billet du 18 en indiquant, je cite de mémoire, que le plateau était à la veille de vastes changements mais vous ajoutiez, defaçon elliptique, que ledit plateau ferait peut-être l’objet d’une exception. Je crains de devoir vous ramener brutalement à la réalité. Le brefaperçu de la planification en marche, que j’ai pu avoir lors de cette réunion instructive, me laisse penser que la machine est lancée à pleinevitesse. Le « cluster»4 de Saclay existe déjà dans de trop nombreuses têtes 5, et non des moindres. Pour vous en convaincre, je laisse la charmanteministre de l’éducation supérieure et de la recherche conclure, parlant de 1’« Opération campus» : « La plus grande cité scientifique dont onrêvait depuis si longtemps ». Et César d’ajouter, franchissant tout à la fois la Bièvre, l’Yvette et la Rigole domaniale : Alea jacta est.4Bien qu’aucun dictionnaire ne semble l’avérer, la proximité de cluster avec les mots claustra, claustration, et par extension cloître (qui viennent de la claustrum latine, c’est-à-dire la barrière) est intrigante. Elle révèle presque involontairement l’ambiguïté du projet et du discours qui le porte.5en l’air ou nucléaires, de mort ou de mule, à-tête ou à-queue, bêche ou de bois, de pioche ou pensantes, de lard ou de loup, de classe ou à claque, lourde ou blonde, de cochonou de moine, de Turc ou de linotte, ailleurs ou d’épingle, mise à prix ou de clou, d’œuf ou de pont, la première ou de mât, de cortège ou de lit: elles sont au bout.
  6. 6. Texte : Pierre-Antoine Marraud, notes : Marc-Emmanuel PrivatLe plateau de Saclay: texte 212H45, une gare neuve1, ensoleillée.Le paysage remplace le plan numérique2 sans toutefois y correspondre. Des maisons standards délaissées par leurs habitants standards 3. Des escalierspuis une barre dhabitation agrémentée dun supermarché. Le paysage se dessine derrière des annonces publicitaires, dernière trace de la ville 4. Unegrange embrassée par les voies de circulation sans une once dérotisme. Un jeu de perspective trompeur la coiffe dun ballon de football. Le ballongéant existe bien, il coiffe un château deau qui se trouve juste derrière. A gauche lONERA se cache, consommée par sa propre progéniture, la forêtdomaniale... Le désert dune route départementale précède la lisière de la forêt. Un panneau officiel présentant le «plan» de la forêt indique par là mêmela nature artificielle de celle-ci5. Sur ce plan linévitable autoroute de la balade (ballade)6synthétique, le parcours, fait figure de chef -d’œuvre de notrecivilisation, prouesse de lhomme moderne. Un homme sans identité, refusant tout lien de parenté, et rêvant dauto-création. Et, pour conforter saposition, inverse les rôles et devient tuteur. Mais la nature, au grand désespoir de lhomme, possède ce pouvoir de reprendre ses droits sur le «plan»,ainsi le fils que lon pensait avoir bien éduqué, choisit la marginalité.1 Une gare neuve, comme une « villeneuve » ; cest le pôle multimodal bâti non pas à côté de la « gare vieille » mais au-dessus, autour, dedans, dessous, non pas à la manière dun symbiote mais suivant le modus operandi dun parasite qui tue son hôte petit à petit. Le Plateau vaut bien ça.2 Sommes-nous face à une nouvelle « double artialisation », pour reprendre le concept forgé par Alain Roger (Court traité du paysage, Paris, Gallimard, 1997) ? La toile de lin a été remplacée par la toile numérique et les allers-retours de plus en plus rapides entre réel et virtuel nous en font perdre la distance. Du coup, la question se pose de la permanence du caractère dual de lartialisation. Le paysage du plateau est-il en train de devenir une série de pixels ?3 Que les maisons soient standards, vues par l’œil de larchitecte, soit. Car bâties sur le modèle dun lotisseur, cest-à-dire sans architecte, pour accueillir une famille à 2,1 enfants. Mais leurs habitants ne le sont pas. Lhabitant standard n’existe pas, sauf dans la tête de quelque statisticien ou économiste. Nous, futurs architectes, devons tout mettre en œuvre pour quils ne le deviennent pas, sauf à être des sectateurs du « Brave New World »...4 Alain Roger développe une idée intéressante à ce sujet : les annonces publicitaires sont le paysage; la ville est le paysage. Robert Venturi en parle très bien à propos de Las Vegas (Robert Venturi, Denise Scott Brown, Steven Izenour Lenseignement de Las Vegas, Bruxelles, Mardaga, 2008). Le paysage nest pas uniquement un tableau de Béraud. Cest aussi une photo de décharge de Paul-Antoine Pichard. Du coup, quentend-on lorsquon parle de protection du paysage ? Il y a souvent une confusion entre paysage et environnement.5 La plupart des forêts sont plus ou moins « jardinées ». Voir au sujet de quelques exceptions : le site internet : http://www.derborence.ch/wpcontent/pdf/salamandre_mission- presque-impossible.pdf qui présente un petit article sur lune des trois dernières forêts vierges de Suisse ; ou encore cette page de RFI : http://www.rfi.fr/actufr/articles/036/article_26254.asphttp://www.rfi.fr/actufr/articles/036/article_26254.asp qui relate lhistoire de la découverte du lac Toponowini en Guyane française.6 Balade ou ballade ? A mon sens, les deux. Le paysage appelle la narration. Le plateau de Saclay vaut à la fois une (des) balade(s) en raison de la diversité des paysages quon y croise, notamment des espaces dagriculture péri-urbaine et des transformations à l’œuvre. Mais labondance de documentation trouvée sur Internet à son sujet, les débats quil entraîne et le caractère symbolique de sa métamorphose permettent denvisager sans exagérer la composition dune ballade prospective qui conterait (compterait) les acteurs en présence, leur poids respectif, les tenants et les aboutissants et la fin annoncée dun espace marqué par la diversité.
  7. 7. Texte : Pierre-Antoine Marraud, notes : Marc-Emmanuel PrivatIl ny a que sur le parcours que lhomme peut encore imprimer ses désirs de ville, de rues rectilignes 7 alors le voilà qui pose son calque sur la forêt8 pourscarifier la chair de sa chair, lui rappelant que lâge de lémancipation ne viendra plus. Les arbres amputés de leurs membres trop anarchiques, sesoumettent ponctuellement, simulation in-désirée de devenir façade. Car la rue, elle, rassure, protège lhomme 9, elle est lenfant légitime, celle qui asuivi le droit chemin. Alors lhomme, pour éviter de se poser limmorale question, peut-on préférer un de ses enfants, choisit de persévérer et trace desparcours.7 Dénonciation de la « tabula rasa » de Le Corbusier : « La rue courbe est le chemin des ânes, la rue droite le chemin des hommes. » (Le Corbusier, Urbanisme, Paris, Éditions Vincent, Fréal & C., 1966 (1924), p. 11) : Le Corbusier souhaite bâtir des villes aux rues rectilignes, qui permettent de respirer (ou daccueillir des files de voitures, alors que les promenades en forêt, jardinées ou pas, permettent justement de respirer) contrairement aux villes médiévales dont les rues tortueuses sont synonyme de miasmes (mais a contrario porteuses dhistoire ; voir à ce sujet les débats sur le projet daménagement du parvis de Notre Dame de Paris en 1970 (Atelier parisien d’urbanisme, Paris Projet n°3 « Le sous-sol de Paris et l’urbanisme – Les Champs Élysées », Paris, 1970, p.12)).8 Lopposition éternelle entre nature et culture. Lhomme, armé de la science, destiné à dompter son environnement, pour avancer vers le progrès radieux... ou mieux dit, par Proudhon : « Il y a progrès continuel du genre humain vers la vérité, et triomphe incessant de la lumière sur les ténèbres » (http://www.cnrtl.fr/definition/progr %C3%A8s/1http://www.cnrtl.fr/definition/progr%C3%A8s/1 )9 Loccasion est trop belle et je tente un rapprochement osé avec un petit texte écrit pour le blog de spéciale Z dans lequel je faisais référence aux théories de larmée israélienne qui renversait les perspectives dans les zones urbanisées entre extérieur et intérieur et entre vide et plein, justement pour échapper aux dangers de la rue ; les soldats perçaient les murs pour tracer leur propre parcours (http://specialez.fr/blog/2011/02/02/reorganiser-lespace-ou-le-desordre-au-secours-des - militaires/http://specialez.fr/blog/2011/02/02/reorganiser-lespace-ou-le-desordre-au-secours-des-militaires/ )
  8. 8. UNE MATRICE AUTOUR DU PLATEAULa matrice qui figure à la page suivante est issue de la recherche statistique des termes « concertation », « synergie » et « mutualisation » dans onzesites internet dentités très diverses (voir liste ci-dessous) ayant un rapport plus ou moins direct avec le plateau de Saclay.Ces mots ont été choisis au hasard parmi une longue liste de termes à forte résonance technocratique ; ils appartiennent au langage de la planification.Du résultat, qui na aucune prétention scientifique, quatre conclusions peuvent cependant être tirées :  au niveau local (abbaye, municipalités), ces termes sont absents, sauf à Saclay pour le terme concertation ;  les sites « politiques », au sens le plus large du terme, les recensent tous les trois ;  un site plus technique (SDRIF) nen compte que deux ;  un site cultuel (évêché) nen compte quun.Abbaye Saint-Louis du Temple :http://www.abbaye-limon-vauhallan.com/histoire/h_histoire5.phpPierre Lasbordes, député de la 5e circonscription de lEssonne :http://www.lasbordes.fr/article.php3?id_article=35Ville de Saclay :http://www.saclay.fr/Ville de Vauhallan :http://www.vauhallan.fr/Communauté dagglomération du plateau de Saclay (CAPS) :http://www.scientipole.fr/Schéma directeur de la Région Île-de-France (SDRIF) :http://www.sdrif.com/École Polytechnique :http://www.polytechnique.fr/Paristech :http://www.paristech.fr/index.php/fre/Ecoles/Localisation-des-ecoles
  9. 9. Département de lEssonne :http://www.essonne.fr/Diocèse dEvry :http://evry.catholique.fr/index.phpConseil régional dÎle-de-France :http://www.iledefrance.fr/
  10. 10. Le bois de lOffice national d’études et de recherches aérospatiales (ONERA) ou « lartialisation in situ »1 portée à son comble...1 Expression empruntée à Alain Roger.
  11. 11. CARTES ET PLANSLes cartes et plans qui suivent ont été choisis pour les différentes orientations et informations quils donnent du plateau de Saclay, quil soit celui ducluster Paris Saclay ou de « lautre plateau ».La carte indiquant limplantation des différentes écoles formant Paristech démontre le contraire que ce quelle veut prouver : Paristech apparaît commeune addition sans véritable logique entre entités évoluant dans des univers intellectuels différents et des sites géographiques non moins différents. Est-ce que le projet autour de Saclay pourrait les fédérer davantage ? Rien nest moins sûr mais Cyrille van Effenterre y croit dur comme fer1.La deuxième carte, illustrant la boucle cyclable et pédestre du plateau, est la preuve de cette volonté affichée des décideurs de lutter contre les« circulations dures ». Mais dans un espace aujourdhui encore relativement préservé, parcouru de chemins, sentiers et sentes depuis des centainesdannées, a t-on besoin de souligner cette possibilité, si ce nest pour signifier que ce sera bientôt un vestige dans un plateau en proie à lurbanisation ?Enfin, la carte extraite du plan local durbanisme de Palaiseau, relative au réseau hydrographique, rappelle que le plateau est un château deau, enserréde rivières. Cette carte est symbolique de la permanence géographique (orographique et hydrographique) face aux évolutions urbanistiques etarchitecturales.1 cf. son discours situé en début de livret, ayant servi de « réserve » de vocabulaire technocratique.
  12. 12. Carte n° 1 Le réseau hydrographique de l’Yvette et de la Bièvre.Plan Local d’Urbanisme – Commune de Palaiseau 2 . 1 – R a p p o r t d e P r é s e n t a t i o n – ANNEXE 1
  13. 13. SITOTHÈQUELa sitothèque qui suit recense les sites et/ou pages consultés ; ils ont été classés en quatre catégories, en fonction du discours tenu et du positionnement àpropos des projets (cluster Paris-Saclay, Opération Campus, etc.) en développement sur le plateau de Saclay. Les sites « pro-cluster » affirment clairementleur optimisme ; les sites « réservés » expriment plutôt des interrogations ou des craintes ; les sites techniques donnent une information brute ; enfin les pages« Autre Plateau » (pouvant appartenir à des sites pro- ou anti- dailleurs...) présentent une autre vision du plateau, culturelle, historique, cultuelle, etc. un peuéloignée du tumulte des débats.LES SITES « PRO-CLUSTER» :Communauté dagglomération du Plateau de Saclay (CAPS) :schéma directeur des circulations douces :http://www.scientipole.fr/index.php?eID=tx_cms_showpic&file=uploads%2Fpics%2FSchema_directeur_des_circulations_douces_du_11_Juil_07_copier.jpg&width=1024&height=768m&bodyTag=%3Cbody%20style%3D%22margin%3A0%3B%20background%3A%23fff%3B%22%3E&wrap=%3Ca%20href%3D%22javascript%3Aclose%28%29%3B%22%3E%20%7C%20%3C%2Fa%3E&md5=031382a58dd4f697b946e44442c9e887le site propre de transport en commun :http://www.scientipole.fr/se-deplacer/les-transports-en-commun/le-site-propre-de-transport-en-commun-sptc.htmlle bois de lONERA :http://www.scientipole.fr/territoire-durable/entretien-de-lespace-public/a-palaiseau-ouverture-du-bois-de-lonera-au-public.htmlPierre Lasbordes, député de la 5e circonscription de lEssonne :Page consacrée à lOpération dintérêt national du pôle Massy-Saclay :http://www.lasbordes.fr/article.php3?id_article=229École polytechnique :Opération Campus :http://www.polytechnique.edu/accueil/vie-sur-le-campus/developpement-du-campus/Discours de Cyrille van Effenterre, directeur de ParisTech :http://www.polytechnique.edu/accueil/l-ecole-polytechnique/les-grands-projets/paristech/regrouper-nos-forces-sur-le-plateau-de-saclay-30228.kjsp?RH=ZYZYZYZYZYZYZYZYZYZYZY
  14. 14. Paristech :http://www.paristech.fr/index.php/fre/Ecoles/Localisation-des-ecolesONERA :présentation du site de Palaiseau :http://www.onera.fr/palaiseau/index.phpCommuniqué de presse Mercredi 29 avril 2009 :http://www.onera.fr/actualites/presse/20090430-onera-campus-saclay.pdfprésentation du plan Campus :http://www.onera.fr/palaiseau/plancampus_presentation.pdfLES SITES « RESERVES » :Ville de Saclay :les dernières informations municipales :http://www.saclay.fr/Informations_municipales.asp?Rubrique=2Cahier dacteurs de Saclay, exprimant de fortes interrogations sur lopération dintérêt national :http://www.saclay.fr/Upload/Agenda/AgendaFile1_1470.pdfPLU de Saclay :http://www.saclay.fr/Upload/Mairiepratique/Urbanisme/Urb_1.pdfVille de Palaiseau :PLU de Palaiseau :http://www.ville-palaiseau.fr/vivre-a-palaiseau/urbanisme-habitat/plu/interrogations sur lavenir du plateau de Saclay :http://www.ville-palaiseau.fr/ville-davenir/grands-projets/lavenir-de-la-ville/paris-saclay-2020/
  15. 15. LES SITES TECHNIQUES :Conseil régional dIle de France :le site propre de transport en commun :http://www.iledefrance.fr/lactualite/transports/bus-tramway/concertation-autour-du-bus-en-site-propre-palaiseau-saclay/Rocade du Grand Paris Express :http://www.iledefrance.fr/les-dossiers/transports/grand-paris-express-laccord/letat-et-la-region-parviennent-a-un-accord/Département de lEssonne :Orientations stratégiques pour un aménagement équilibré et un développement durable du territoire départemental :http://www.essonne.fr/fileadmin/environnement/E2020.pdfSchéma directeur de la Région Ile-de-France (SDRIF) :dernier rapport du SDRIFhttp://www.sdrif.com/nc/fr/pdf/media/les_enjeux_d%2527un_territoire_d%2527exception__30/consulter_le_projet_de_sdrif_adopt%25E9__64/0/Commission Particulière du débat public sur le projet de réseau automatique du Grand Paris :site de débat, ouvert à toutes les opinionshttp://debatpublic-reseau-grandparis.org/Asssociation "ADPP" (A la découverte du plateau de Palaiseau) :présentation des organismes présents sur le plateau :http://siteadpp.perso.sfr.fr/cite_scient_nov_2010.pdf
  16. 16. LES PAGES NEUTRES, « LAUTRE PLATEAU » :Ville de Saclay :histoire des étangs et rigoles sur le plateau de Saclay :http://www.saclay.fr/EtangsRigoles.asp?Rubrique=1ville de Vauhallan :patrimoine de Vauhallan :http://www.vauhallan.fr/fr/patrimoineSyndicat dinitiative de Vauhallan :informations de randonnées autour de Vauhallan :http://sivauhallan.com/brochure/2004/depaysement/depaysement1.htmLes hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem :article sur la Maison de lhôpital de Saclay :http://www.hospitaliers-de-saint-jean-de-jerusalem.org/Commanderies/index.php?page=commanderies_S#243Abbaye Saint-Louis du Temple :histoire de labbaye :http://www.abbaye-limon-vauhallan.com/histoire/h_histoire5.phpdiocèse dEvry :itinéraire du sentier de Jacques de Compostelle à travers lEssonne :http://evry.catholique.fr/GR-655-EstSentier-de-St-Jacques-de?var_recherche=saclaypromenade autour de labbaye Saint-Louis-du-Temple :http://evry.catholique.fr/Autour-de-l-Abbaye-Saint-Louis-du?var_recherche=saclayhistorique de léglise Saint Germain de Saclay :http://evry.catholique.fr/Saclay,670?var_recherche=saclay
  17. 17. chemincompostelle.over-blog.com :page dun blog consacrée à la halte à labbaye Saint-Louis-du-Temple :http://chemincompostelle.over-blog.com/article-abbaye-de-vauhallan-de-paris-a-compostelle-68838032.htmlAssociation de sauvegarde de lenvironnement de Saclay :article sur les rigoles domaniales :http://ases.saclay.free.fr/patrimoine/rigoles/rigoles.htmlSyndicat Mixte de l’Yvette et de la Bièvre pour la restauration et la gestion des étangs et rigoles du Plateau de Saclay :le programme de restauration des étangs et rigoles :http://www.apesa91.fr/Presentation_SYB_APESA-2.pdfwiki.openstreetmap.org :annonce dune "mapping party" des rigoles du plateau de Saclay :http://wiki.openstreetmap.org/wiki/Mapping_Party_Rigoles_de_Saclay_/_Ch%C3%A2teau_de_Versailles#Mapping_Party_-_Rigoles_de_Saclay_.2F_Ch.C3.A2teau_de_VersaillesAssociation Terre et Cité :Photothèque et cartothèque de "lautre plateau" :http://www.terreetcite.org/?page_id=401
  18. 18. Colombe & Adrien Ecriture de lieux et paysages Catherine Zaharia Michaël Batalla ESA . Semestre 8L’agriculture à SaclayBIBLIOGRAPHIESACLAY EN TEXTESEtudes  Les pressions foncières en milieu agricole : vers un équilibre Etude parue in Note rapide n°271, Territoire de l’aménagement n°2 Septembre 2000 IAURIF (Institut d’Aménagement et d’Urbanisme de la Région d’Ile-de-France) www.iau-idf.fr  L’agriculture, nouvel instrument de la construction urbaine ? Thèse de doctorat en Sciences de l’Environnement Décembre 2000 Moez Bouraoui http://www.terreetcite.org/
  19. 19. Articles  Une nouvelle agriculture sur le plateau de Saclay ? Article paru in Le Castor, journal des AVB n°51 Novembre 2003 Le Castor, journal des AVB (Amis de la vallée de la Bièvre) avbnet.free.fr  60 familles de regroupent pour aider un agriculteur Article paru in Le Parisien Décembre 2003 Nicolas Jacquard www.leparisien.fr  Le plateau défend ses agriculteurs contre les promoteurs Article paru in 24 heures Janvier 2005 Stéphanie Auguy  Le succès fou des défenseurs du plateau de Saclay Article paru in Le Parisien Avril 2006 Sébastien Thomas www.leparisien.fr  Plateau de Saclay : un territoire dexception mérite un projet dexception Article paru in Le Monde Avril 2010 Thomas Lamarche et Olivier Réchauchère www.lemonde.fr
  20. 20. Extraits Internet  Préserver 2300 hectares de terres agricoles et développer le pôle scientifique : une alchimie en train de naître à la CAPS Extrait de la rubrique «L’aménagement du territoire » CAPS (Communauté d’Agglomération Plateau de Saclay) www.scientipole.fr  Etat des lieux de l’offre agricole au niveau local et des projets des agriculteurs du Plateau de Saclay Extrait d’un rapport d’étude « Des circuits courts pour la restauration collective des Pays de Saclay » Mathieu labonne www.terreetcite.org  Achat de terres agricoles par une Société Civile Immobilière Territoriale : la SCI Terres Fertiles Ile-de-France (Société Civile Immobilière) Extrait de la rubrique « La foncière » Avril 2006 Valérie Rosenwald www.terredeliens.org  Aménagement du plateau de Saclay, Pour l’ouverture d’une véritable concertation, nous exigeons un moratoire Pétition extraite de la rubrique « Plateau de Saclay » Décembre 2008 Collectif Galu www.terresfertiles-idf.org
  21. 21. Extraits littéraires (in thèse de Moez Bouraoui)  Voyage en France Victor-Eugène Ardouin-Dumazet 1907  Essone au fil de l’eau, au fil du temps Robert Viala 1994SACLAY EN CHIFFRESTableaux et graphiques  Prix des terres et prés, évolution de 1991 à 2007 Tableau extrait de la rubrique « Valeur vénale des terres agricoles » 2008 Agreste www.agreste.agriculture.gouv.fr  Prix des terres et prés par région et département en 2007 Tableau extrait de la rubrique « Valeur vénale des terres agricoles » 2008 Agreste www.agreste.agriculture.gouv.fr  Prix régionaux et départementaux des terres labourables et prairies naturelles libres à la vente Tableau extrait de la rubrique « Chiffres et données » Avril 2008 Agreste
  22. 22. www.agreste.agriculture.gouv.fr Valeur vénale moyenne des terres labourables et des prairies naturelles en 2006 pour les terres agricoles dau moins un hectare, libres à la vente Tableau extrait de la rubrique « Chiffres et données » Avril 2008 Agreste www.agreste.agriculture.gouv.fr Valeur vénale moyenne des terres labourables et des prairies naturelles en 2007 pour les terres agricoles dau moins un hectare, libres à la vente Tableau extrait de l’ « Arrêté du 20 novembre 2008 portant fixation du barème indicatif de la valeur vénale moyenne des terres agricoles en 2007 » Février 2009 www.lafranceagricole.fr Prix et coûts de production de six grandes cultures : blé, maïs, colza, tournesol, betterave et pomme de terre Tableaux et graphiques extraits de la rubrique « Revenus et productions agricoles » Dominique Desbois et Bernard Legris www.insee.fr Le prix des terres et prés libres non bâtis en 2009 par petite région agricole (en moyenne triennale) Carte extraite de la rubrique « Le prix des terres » Terres dEurope-Scafr daprès Safer www.proprietes-rurales.com
  23. 23. SACLAY EN IMAGESPeintures (in thèse de Moez Bouraoui)  Le pont de Favreuse Huile sur toile, 26 x 34 cm Entre 1850 et 1857 Antoine Chintreuil  Vaches au pré Huile sur toile, 20,6 x 33,5 cm Entre 1850 et 1857 Antoine ChintreuilPhotographies (in thèse de Moez Bouraoui)  Saclay, Les Etangs R. Delattre  L’Etang Vieux (1 et 2) Photographies parues in Orsay et alentours 1991 E. Le CoadouCartes postales  Massy Palaiseau, labourage en côte http://www.communes.com
  24. 24.  Massy Palaiseau, établissement Vilmorin http://www.habitants.fr  Champs de fraises à Vauhallan http://www.terreetcite.org  Jouy-en-Josas, les étangs de Saclay http://www.lagenealogie.comVidéos (www.youtube.com)  Grand Paris : L’état et la région divisés !  Nicolas Sarkozy sur le plateau de Saclay  Palaiseau : François Lamy évoque la visite de Nicolas Sarkozy  Plateau de Saclay, des agriculteurs inquiets !
  25. 25. Bibliographie P-A Marraud :Sources des documents liés au CEA de Saclay :-Statistiques du plateau : www.driaf.ile-de-france.agriculture.gouv.fr-Analyse de IINRA : www.inra.frSources des documents liés à l’agriculture du plateau de Saclay :-texte dHerve Hauquard, élu du plateau : www.saclayetvallees.fr-Analyse de IINRA : www.inra.frSources des documents officiels :-Brochure de présentation : www.cluster-paris-saclay.fr-Brochure Projet scientifique et territorial Paris-Saclay 2020 : http://www.scientipole.fr/uploads/media/Communique_de_presse_PARIS-SACLAY_2020.pdfSources cartographiques :-Nouveau réseau de transport : www.cluster-Paris-Saclay.fr-Les communes concernées : www.cluster-Paris-Saclay.fr/articleletablissement-public-paris-saclay/presentation_epps.html-Plan du CEA de Saclay : www.ali.ayad.free.fr_plan_cea-Zonage et transport : www.pontet-allano.comSources des documents liés à lhistorique général du plateau de Saclay :-Fiche générale : wikipededia/saclay.fr-Historique religieux : www.lasbordes.fr-La rigole domaniale : ww.ases.saclay.free.fr-Le christ de Saclay : www.saclay.fr
  26. 26. Bibliographie (Youness Berrada)Un territoire d’exception, uncampus d’excellence, mission de préfiguration de l’OIN, Février2008Un regard politico-économique sur le Plateau de Saclay. Unevision futuriste pleine d’espoir et dambition.http://www.u-psud.fr/fr/l_universite/plan_campus/le_projet_de_l_universite_dans_le_campus_paris_saclay.htmlUne vision universitaire, unpoint de vue sur l’enseignement et ses ambitions sur le campus.http://eco.rue89.com/2011/02/26/saclay-la-silicon-valley-de-sarkozy-a-du-mal-a-sortir-de-terre-192449Une vision journalistique critique du projet et des problèmes de mise en place de celui-ci.J’ai choisi ces trois visions totalement opposées afin d’avoir un maximum de regards sur le projet. Les dates de parution permettent aussi d’avoir une idée surl’évolution du cluster. Mon texte prend en compte ces différentes visions, ; à celles-ci j’ajoute le regard que j’ai pu avoir sur le projet au cours de mesdifférentes visites.
  27. 27. A Paris, le 23 maiMon cher ami,Le terme de notre excursion intellectuelle et paysagère à travers le plateau de Saclay est proche. Je profite donc de cette occasion pour dresser à votreintention les prolégomènes dune anthologie de cet objet paysager non identifié. Si lon recourait à la personnification et si le plateau était un mandarin,on pourrait, de cette étude, tirer des « mélanges en lhonneur de... ». Le plateau, cest des voies, des pentes, des herbes, de leau. De même, quiétudierait cet « OPNI » ne pourrait faire léconomie, sans mauvais jeu de mots, den dire quelques uns sur son avenir.Des voies. Le plateau est enserré par différentes voies routières et couturé par la route nationale 118. Les vallées qui le bordent accueillent des voies dechemin de fer. A cela sajoute la volonté à tout crin des acteurs politiques du plateau de gommer ces traces de « circulations dures » : les voies piétonneset autres circuits cyclables se sont multiplié, surajoutant ainsi des fils à une pelote déjà fort emmêlée.Des pentes. Saclay est un plateau. Cest un truisme que de le rappeler mais, si cela va sans dire, cela va mieux en le disant. Même la toponymie sembleloublier qui multiplie les « plaines ». Pourtant il nest que de parcourir le trajet entre la gare de Massy et celle de Lozère pour sentir physiquement cespentes. Il nest que daller du Christ de Saclay à Vauhallan pour goûter le relief.Lherbe. En effet lherbe est là, omniprésente. Les herbes plutôt et au-delà, par métonymie, lélément végétal : champs, prés, plantations, graminées. Lebois est elliptique et jardiné. La nature est là et les hommes travaillent la terre.Leau, enfin. La Bièvre et lYvette embrassent le plateau au nord et au sud et qui consulte une carte hydrographique, découvre un plateau qui porte unechevelure bleue. Le plateau est un château deau, qui alimenta Versailles. Voilà pour la mémoire du lieu que je garde, forcément construite, comme lesouligne Aldo Rossi.Quelques mots maintenant sur le projet. Le « cluster Paris-Saclay », ou « Paris-Campus », peu importe le vocable et ce quil recouvre exactement, nestpas une greffe ou un parachutage. La présence pluri-décennale de lONERA, du CEA ou encore de Polytechnique est là pour en témoigner. Mais duneprésence répartie, les aménageurs veulent remplir les vides, les « espaces lacunaires ». Selon Aristote, la nature a horreur du vide. Cest bien pourquoi ilconvient de la laisser le remplir.Si je me permettais de tirer une conclusion à deux étages, forcément péremptoire et incomplète, elle serait formulée comme suit.Le sort du plateau de Saclay semble scellé ; compte tenu de lavancement du dossier et des parties en présence, même lémergence rapide dun projetsolide de remplacement, porté localement par les instances et les acteurs de terrain (riverains, associations, paysans, etc.) a peu de chance de fairetriompher le « pays réel » contre le « pays légal ».Plus globalement, il ne faut pas chercher à tout organiser comme une cafeteria dont daucuns nous vantent les effets 1. Le processus de densification,tant en vogue en ce moment, ne doit pas se transformer en un assemblage de briques Lego entre lesquelles, par principe, il ny a pas dinterstice.Certains prônent le « désaménagement »2, comme dautres la décroissance. Sans aller jusque là, il semble nécessaire dajouter une dimensionsupplémentaire au projet, marquée par la narration, la poésie et la lenteur 3. Mais le problème, à Saclay comme ailleurs, est celui du projet prétexte qui1 Voir à ce sujet les déclarations de Michel Rocard en novembre 2009 (http://www.20minutes.fr/article/364758/Economie-Michel-Rocard-L-emprunt-aura-un-effet-de-levier-de-60- milliards-ce-qui-est-gigantesque.php)2 Revue URBAINE, n°41, été-automne 2007 (http://www.urbaine.net/)3 Voir à ce sujet le blog spécialeZ : http://specialez.fr/blog/2011/04/20/narration-et-architecture-sortir-d%e2%80%99une-poliorcetique-du-projet/
  28. 28. nest là que pour habiller une décision politique prise de longue date. Lidéal serait donc de repérer les sites dignes dintérêt et dy intervenir en amontcomme force de proposition avant toute émergence de projet.

×