• Share
  • Email
  • Embed
  • Like
  • Save
  • Private Content
Les bibliothèques scolaires à la croisée des chemins...
 

Les bibliothèques scolaires à la croisée des chemins...

on

  • 1,604 views

Réflexion sur les bibliothèques scolaires proposée par Jocelyne Dion et Nicole Ménard de l'Association pour la promotion des services documentaires scolaires à l'occasion du congrès de la ...

Réflexion sur les bibliothèques scolaires proposée par Jocelyne Dion et Nicole Ménard de l'Association pour la promotion des services documentaires scolaires à l'occasion du congrès de la Fédération des comités de parents du Québec (FCPQ) de mai 2005.

Statistics

Views

Total Views
1,604
Views on SlideShare
1,581
Embed Views
23

Actions

Likes
0
Downloads
12
Comments
0

2 Embeds 23

http://apsds.org 13
http://bibliothequesscolaires.qc.ca 10

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Microsoft PowerPoint

Usage Rights

CC Attribution-NonCommercial-ShareAlike LicenseCC Attribution-NonCommercial-ShareAlike LicenseCC Attribution-NonCommercial-ShareAlike License

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    Les bibliothèques scolaires à la croisée des chemins... Les bibliothèques scolaires à la croisée des chemins... Presentation Transcript

    • Les bibliothèquesscolaires à la croisée des chemins… et des disciplines Jocelyne Dion et Nicole Ménard FCPQ - Congrès mai 2005
    • Introduction: Questions quim ’interpellent Pourquoi, quand on parle de lecture, ne pense-t-on pas automatiquement à la bibliothèque? Pourquoi, en dehors des cercles d ’initiés, ne vient-on pas à la défense des bibliothèques scolaires? Comment croie-t-on préparer des citoyens aptes à intégrer la société de l ’information en ayant des bibliothèques scolaires aussi pauvres? Comment développer une société apprenante sans imaginer un réseau de bibliothèques accessibles à tous les citoyens à tous les âges de la vie?
    • Objectifs de l’atelierCerner les difficultés et défis auxquels est confronté le réseau de l’éducationPrésenter le Plan d’action sur la lectureExplorer le rôle de la bibliothèque dans la formation et la réussite des élèvesPréparer les parents comme intervenants privilégiés
    • Déroulement de laprésentation1re partie:Que vaut la réforme sans l ’apport de la bibliothèque?2e partie:Que pouvez-vous faire comme parents?
    • Que vaut la réforme sansl ’apport de la bibliothèque?1. Quelques constats2. Le Plan d’action sur la lecture3. La bibliothèque scolaire
    • Que pouvez-vous faire commeparents?4- Rôle des bénévoles: témoignage5- Votre rôle comme parent Dans les instances décisionnelles auprès de votre enfant Période de questions
    • 1re partie:Que vaut la réforme sansl ’apport de la bibliothèque?
    • 1- Quelques constats
    • Analphabétisme etdécrochage scolaireUn million de personnes au Québec de 16 à 65 ans - un adulte sur cinq (21,1%) - éprouvent des difficultés importantes à lire et à écrire11% d ’entre eux sont des jeunes de 16 à 25 ansSource: Enquête internationale sur l ’alphabétisation des adultes, EIAA, 1994.
    • Analphabétisme etdécrochage scolaire 80% des jeunes qui ne savent pas lire à la fin de la 1re année mettront plus de six ans pour effectuer leur primaire et feront partie des ces 30% à 40% de jeunes qui ne termineront pas leur secondaire et qui, onze ans plus tard, seront analphabètes fonctionnels ou illettrés… 30% de chaque génération d ’enfants ne s ’intégreront jamais dans la société parce qu ’il s ne pourront ni travailler ni même se débrouiller dans la vie de tous les jours, simplement parce qu ’ils ne sauront pas lire.Source: Régine Pierre (2003, 11 nov.). « Avant tout, la lecture et l ’écriture ». Le Devoir, p. A7.
    • Résultats aux tests PISALes élèves québécois sont parmi les meilleurs au monde...Source: La Presse, mercredi 8 déc. 2004, p. A8
    • Résultats aux tests PISAÀ 15 ans, les résultats moyens en lecture des décrocheurs étaient beaucoup plus bas que ceux des autres élèves. En moyenne, les décrocheurs se situaient à un niveau en deça des persévérants et des diplômés en ce qui a trait aux compétences en lecture. Un écart d ’un niveau peut être considéré comme important et fait ressortir des différences significatives quant à la nature des tâches que les élèves peuvent accomplir en lecture.Source: Statistique Canada. Les premiers indicateurs du risque de décrochage au secondaire. [http://www.statcan.ca/francais/freepub/81-004- XIF/2004006/yits_f.htm]
    • Taux de lectureIl y a moins de lecteurs de livres aujourd ’hui chez les jeunes qu ’en 1979, et plus particulièrement chez les 25 à 34 ans.L ’habitude de lire des livres se perd chez les étudiants, comme si la lecture de livres était devenue de moins en moins nécessaire pour réussir ses études: un écart de 20 points s ’est creusé depuis 1979.
    • Taux de lectureLa fin des études marque Si l ’école demeure la pour plusieurs la voie privilégiée cessation de la lecture de d ’accès à la livres; cette activité n ’est pas suffisamment connaissance, on développée pour peut maintenant persister après la s ’interroger sur sa disparition du cadre capacité à former des scolaire lecteurs à vie Source: Chap. 16. Garon, Rosaire (2004). « 20 ans de lecture de livres au Québec », In Observatoire de la culture et des communications du Québec . État des lieux du livre et des bibliothèques. Québec: Institut de la statistique. [http://www.stat.gouv.qc.ca/observatoire/publicat_obs/etat_livre.htm]
    • Taux de lectureLa lecture est du genre fémininLes francophones accusent un taux de lecteurs inférieur à celui des autres communautés linguistiquesSource: Idem
    • Dynamisme de lalittérature de jeunesse  Des éditeurs innovateurs  Des collections pour tous Un « success les âges story »...  Un vaste réseau de librairies  Des auteurs traduits en plusieurs langues  Des illustrateurs… illustres  Des prix littéraires qui soulignent l ’excellence
    • Comment l ’école peut-elleencore résister à la richesseet à la diversité de l ’offreéditoriale en ouvragesjeunesse?
    • Les lacunes des étudiantsSelon une étude réalisée en août 2003 auprès des étudiants universitaires inscrits au 1er cycle, la majorité :utilise de façon malhabile les concepts nécessaires pour lancer une recherchemanie maladroitement le vocabulaire permettant de préciser sa requêtene sait pas reconnaître les particularités d ’une revue savante
    • Les lacunes des étudiantsne sait pas s ’y retrouver entre les différents outils de rechercheéprouve de la difficulté à interpréter une référence bibliographique et à évaluer l ’information trouvée dans InternetSource: Conférence des recteurs et des principaux des universités du Québec. Groupe de travail sur la formation documentaire. Sous- comité des bibliothèques (2003). Études sur les connaissances en recherche documentaire des étudiants entrant au 1er cycle dans les universités québécoises. [http://www.crepuq.qc.ca/article.php3?id_article=471]
    • Les lacunes des étudiantsL ’étude révèledes résultats inférieurs à 36%pour 11 des 20 questions
    • Les lacunes des étudiantsCette étude démontre bien l ’ignorance des étudiants à comprendre que l ’organisation de la documentation et des outils de recherche est semblable d ’une bibliothèque à l ’autre et que les connaissances en recherche documentaire acquises antérieurement sont transférables.
    • Celles des enseignantsSelon une enquête de Statistique Canada, « Les écoles du Québec ont beau être branchées, les professeurs ne le sont que peu ou prou. Et pire encore, une nouvelle étude démontre que la nouvelle génération d ’enseignants ne le sera pas davantage.
    • Celles des enseignants95% des étudiants au baccalauréat en enseignement secondaire n ’ont jamais, ou très rarement, utilisé Internet, ou même l ’ordinateur, lors de leur dernier stage en milieu scolaire »Source: Ballivy, Violaine (2004, 28 nov.) « Écoles branchées pour futurs profs débranchés ». Le Soleil. p. A1.
    • Celles des enseignantsL ’utilisation de l ’informatique à des fins pédagogiques au secondaire est sporadique
    • Celles des enseignantsQuels sont les obstacles?Manque de soutien au plan pédagogique (formation continue et accès à des ressources humaines compétentes)Manque de qualité et de disponibilité des équipementsSource: Larose, François; Grenon, Vincent; Palm, Stéphane B. (2004) Enquête sur l ’état des pratiques d,appropriation et de mise en œuvre des ressources informatiques par les enseignantes et les enseignants du Québec. Sherbrooke: Centre de recherche sur l ’intervention éducative. Faculté d ’éducation - Université de Sherbrooke.
    • Les jeunes et InternetInternet est la première source d ’information pour 82% des jeunesà 77%, les jeunes font confiance à l ’information qui leur est présenté sur les sites WebInternet se présente comme une grammaire technologique que les jeunes maîtrisent mieux que leurs parents et leurs enseignants
    • Lecture et InternetUne étude américaine auprès des 13 à 17 ans les qualifie de jeunes butineurs: « Ils lisent peu ou pas et ne montrent pas de persévérance quand le site leur apparaît trop compliqué ». Un rien les distrait et ils vont d ’un site à l ’autre sans y porter attention.« Jeunes butineurs » (2005, 1er fév.). La Presse.
    • Lire... À l ’écran Dans un livre« L ’écran favorise le « Le livre […] se lit dans la passage d ’une page à continuité, dans la l ’autre, sans continuité concentration, et […] Recueillir et contribue au accumuler de développement d ’une l ’information, ce n ’est pensée structurante, tout pas comprendre. » en facilitant l ’accès à une langue de qualité. » Source: Lebrun, Monique (2004). Les habitudes de lecture des adolescents québécois.p. 144-145.
    • Biblio et réussite desélèves Ce que révèlent plusieurs recherches...
    • Recherches et réussitescolaire« Il a été démontré que lorsque les bibliothécaires et les enseignants travaillent en collaboration, les élèves font des progrès en écriture et en lecture, savent mieux apprendre et résoudre des problèmes. Ils acquièrent une expérience des techniques de l ’information et de la communication » Source: Manifeste de l ’Unesco, 2000.
    • Recherches et réussitescolaireDe 1993 à 1999, au Colorado, en Alaska et en PennsylvanieLes études démontrent une fois de plus la corrélation positive et statistiquement signifiante entre la taille de la bibliothèque scolaire et de ses ressources et la présence de personnel et entre les résultats scolaires des élèves, nonobstant le ratio profs/élèves, le $/élève et le niveau de scolarité des parents ainsi que l ’origine socio-économique des élèves
    • Un investissement, non une dépenseAu Colorado, les résultats aux tests ont augmenté de 14 % dans les écoles primaires qui ont renouvelé leurs collections, comparativement à ceux des écoles avec des collections désuètesDans les 3 états, les résultats ont progressé de 10 à 15 points dans les écoles qui avaient un programme soutenu de développement de bibliothèque et qui pouvaient compter sur la présence de personnel qualifié en nombre suffisant
    • Facteurs de réussitePrésence de personnel qualifié, de ressources variées et actualisées et disponibilité des technologiesRôle du bibliothécaire confirmé comme un leader et un formateur auprès de l ’équipe-école et travail en collaboration avec le personnel enseignantBibliothèque intégrée au processus éducatif et appui de la directionAccessibilité accrue et en réseau dans l ’école
    • 2- Le plan d ’action sur la lecture
    • ProblématiqueLes garçons obtiennent généralement de moins bons résultats que les filles dans les textes standardisés de langue maternellel ’apprentissage de la langue est la cause du taux plus élevé de redoublement et de retard scolaire des garçons par rapport aux fillesLe taux de décrochage est plus élevé chez les garçons que chez les fillesMoins de garçons que de filles font des études universitaires
    • ProblématiqueDe faibles compétences en matière de lecture et d ’écriture ont de lourdes incidences sur:le rendement dans les autres disciplinesles chances de réussite tout au long de la vie
    • En résuméLe plan d ’action sur la lecture veut s ’attaquer aux problématiques suivantes:l ’enseignement de la lecturela motivation et les habitudes de lecture des jeunesle rôle des parents et de la communautél ’accessibilités aux ressources littéraires et documentaires
    • Enfin, un plan d ’actiontriennalplacé sous le signe du plaisir et de la découverteinvestissement de 60 millions dans les bibliothèques scolaires
    • Les 4 mesures du Pland ’actionDes actions pour:susciter l ’engagement des jeunessoutenir le réseau scolaireaméliorer l ’accès à des ressources documentaires et littéraires et à des lieux structurés et diversifiéspromouvoir et valoriser la lecture et le livre afin de renforcer le rôle des parents
    • Que dit la règle budgétaire?…ou la mesure 50680DescriptionCette mesure vise à contribuer au financement (…) de l’acquisition de livres pour la bibliothèque scolaire.Celle-ci prévoit des allocations spécifiques du Ministère totalisant 40 millions au terme d’un programme triennal (…). Ces allocations permettront l’achat de livres de fiction ou de référence pour la bibliothèque, sous forme imprimée ou numérique.
    • La mesure: suiteNormes d’allocationL’allocation est égale aux deux tiers d’un montant par élève (…). Cette allocation est conditionnelle à ce que la commission scolaire s’engage à investir une somme équivalente au tiers de ce montant par élève (…).Lors de l’analyse des rapports financiers de la commission scolaire, le Ministère pourra procéder aux contrôles qu’il jugera nécessaires relativement aux dépenses engagées pour cette allocation.
    • 3- La bibliothèque scolaire
    • Témoignage d ’un écrivain« […] ici, c ’est l ’univers de la bibliothèque. Il n ’y a pas de race, pas de classe, pas de sexe, pas d ’époque, pas de genre, il n ’y a que le libre plaisir de la lecture, ce « vice impuni » ».Laferrière, Dany (2005, 13 fév.). « Chronique du temps perdu ». La Presse.
    • Témoignage d ’un ancien« À l ’école, j ’étais maigre, j ’avais la peau basanée et je réussissais bien. Bref, j ’avais tout pour me faire haïr et je fus un temps le bouc-émissaire qui allait se réfugier à la bibliothèque ».Khadir, Amir (2005, 13 fév.). « L ’éclaireur ». La Presse.
    • Un jeune lecteur témoigne« La littérature est ma grande passion depuis que je sais lire. Avant cela, j ’étais loin de me douter que ces feuilles de papier, pleines de gribouillis étranges me procureraient autant de plaisir lorsque je pourrais les décrypter »Lauzon-Payette, Gabriel (2005, 13 fév.). « La passion des mots ». La Presse.
    • Sa mission ENSEIGNEMENT MÉTHODE MÉDIAS LECTURE CULTURE INFORMATION ESPRIT APPRENTISSAGE AUTONOMIE CRITIQUE
    • Selon l ’UnescoLa bibliothèque scolaire fournit l ’information et les idées indispensables à quiconque veut réussir sa vie dans la société d ’aujourd ’hui qui repose sur l ’information et le savoir.
    • Suite...La bibliothèque scolaire, en permettant aux élèves d ’acquérir les outils qui leur permettront d ’apprendre tout au long de leur vie et en développant leur imagination, leur donne les moyens de devenir des citoyens responsables.Source: Manifeste de la bibliothèque scolaire. Unesco/IFLA, 2000.
    • Ses objectifs, selonl ’APSDSParticiper au développement global et à la formation fondamentale de l ’élèveêtre un lien culturel et éducatif face au patrimoine d ’ici et d ’ailleurs, d ’hier, d ’aujourd ’hui et de demainêtre une ressource pour l ’enseignement en relation avec les programmes d ’étudesêtre un moyen d ’apprentissage et de développement des habiletés d ’information
    • Pourquoi pas labibliothèque publique? Publique Scolaire Répond prioritairement aux  Répond aux besoins des besoins des enfants de 0 à 5 élèves de 5 à 17 ans ans et de leurs parents et des  Répond aux besoins des adultes en général enseignants Soutient des activités et des programmes d’alphabétisation  Soutient les activités Fournit des services d’apprentissage et d’information aux entreprises d’enseignement et associations  S’arrime au projet éducatif de Assure l’accès aux l’école et au programme informations d’ordre d’études communautaire
    • D’autres différences… Publique Scolaire Aménagée pour accueillir  Conçue pour recevoir des des individus groupes classes Même formation de base:  Connaissance du maîtrise en programme d’études et bibliothéconomie et des diverses approches technique en pédagogiques documentation
    • Que dit le Programme deformation?Réussite de tous les élèvesVolet culturel dans toutes les disciplineslire et apprécier des œuvres littérairesInterdisplinarité et multidisciplinaritécompétences transversales: apprendre à apprendredomaines généraux de formation: médias
    • Les conditions essentiellesDes lieux adéquatsUn personnel qualifiéDes ressources diversifiées et actualisées
    • Des lieux adéquatsDes espaces revus en fonction des différentes activitésun environnement convivialun mobilier adaptédes équipements informatiques adéquats
    • La clé maîtresse: unpersonnel qualifiéDes bibliothécairesdes techniciennes et techniciens en documentationdu personnel de soutien administratif À la commission scolaire Dans l ’école En réseau...
    • Des ressourcesdiversifiées et actualisées En quantité suffisante ouvrages de fiction et ouvrages documentaires sur différents supports élagage régulier organisées et classifiées
    • La triste réalité duQuébec...« Je vais quand même à la bibliothèque, mais pas ici [à l ’école] parce qu ’il n ’y a pas grand chose à lire. Il y a beaucoup de livres mais ils ne sont pas récents ».« Ceux qui y travaillent [les bibliothécaires], c ’est important qu ’ils donnent de la motivation, qu ’ils soient plus accueillants. Le répertoire de livres n ’est pas bon. »« Je trouve que l ’ambiance est lourde. »« Et les néons qui font du bruit… »
    • … dans la province voisineLes commissaires du Toronto School District ont voté en faveur de la création de 65 postes de bibliothécaires dans les écoles primairesCes employés s ’ajouteront aux 235 professionnels déjà à l ’emploi dans les écoles secondaires
    • L’étude 2005 deStatistique CanadaLe Québec consacre 2649$ par école pour la documentation imprimée, sous la moyenne canadienne (3414$) juste devant les provinces maritimesLe Québec dépense 8,46$ par élève, le Manitoba, 17,32$, la Saskatchewan, 23,31$…Le Québec compte 0,07 bibliothécaire pour 1000 élèves; la moyenne nationale se situe à 0,68Source: Coish, David (mai 2005). « Bibliothèques scolaires et enseignants- bibliothécaires au Canada » sur le site de Statistique Canada http://www.statcan.ca/Daily/Francais/050504/q050504a.htm
    • 2e partie:Que pouvez-vous faire comme parents
    • Que pouvons-nous fairecomme parents ?Nous pouvons agir à plusieurs niveaux :À la bibliothèque, comme bénévolesAu sein du conseil d’établissement et des autres instances participativesAu sein des fondations scolairesAuprès de nos enfants
    • Le rôle centraldes bénévolesEn 1997, des parents bénévoles étaient responsables des trois quarts des bibliothèques des écoles primaires du Québec.Imaginez aujourd’hui !
    • Un exemple qui illustreles défis de ce bénévolat  École primaire de la CSDM d’environ 350 élèves  Bibliothèque créée il y a cinquante ans  Prise en charge par les parents depuis de nombreuses années  Opération de revitalisation en cours depuis l’automne 2004
    • Qui sont ces bénévoles ?Des mères, qui disposent d’au moins une heure et demie par semaine pendant les heures d’écoleUn point commun : elles fréquentent les bibliothèques publiques avec leurs enfantsScolarité et expériences professionnelles diversifiées
    • Bénévole pourquoi ? Pressions de la part des jeunes Volonté de maintenir la présence de la bibliothèque à l’école Plaisir à être en contact avec les jeunes Gratification personnelle
    • Leurs tâchesAccueil des groupes une fois par semaine : enregistrement des prêts et retoursRangement des livresPréparation des nouveaux livresAteliers de réparation de livres
    • Une motivation en baisseLa situation en octobre 2004 :Une collection près de 8 000 livres dont bon nombre endommagés, désuets ou périmés.Un local mal situé, surchauffé et partagé avec d’autres services (service de garde, repas, bricolages, chorale, etc.).
    • Sans compter…Des fichiers de référence non fonctionnels, leur mise à jour ayant été suspendue en 1980 dans l’attente d’une informatisation qui n’a pas eu lieu.Un mobilier peu convivial : rayons trop étroits, meubles trop hauts, etc.Une organisation physique inadéquate.
    • Et surtout…Budget 2004-2005 : nulSoutien professionnel : nul Faut-il s’étonner que le «poste»de responsable bénévole n’attire personne ?
    • ConstatLes bénévoles peuvent assurer la survie d’une bibliothèque scolaire pendant un certain temps.À elles seules, elles ne peuvent pas faire évoluer la bibliothèque pour l’adapter aux besoins.Résultat : une désaffection des jeunes, des enseignants …et des bénévoles. Des interventions à d’autres niveaux sont essentielles
    • Notre stratégieMettre fin à notre position d’attentisme.Obtenir des appuis pour tirer le maximum de la bibliothèque avec les ressources disponibles.Faire des pressions pour obtenir des ressources additionnelles.
    • La clé : un engagement detous les acteurs concernésLes parents bénévolesLa direction de l’écoleL’équipe-écoleLa commission scolaireLa Fondation de l’école
    • Comment nousy sommes arrivésEn posant des conditions pour prendre en charge la bibliothèque scolaire :Une redéfinition des responsabilités des bénévoles,La réappropriation des locaux,La révision des règlements, de concert avec les enseignants,
    • Comment nous y sommes arrivés(suite)L’autorisation d’élaguer un certain nombre de livres et un soutien professionnel pour le faire,De l’aide pour réaménager la bibliothèque, à partir du mobilier existant,Un budget pour du matériel de signalisation afin de compenser les lacunes des fichiers de référenceLa recherche de fonds pour acquérir de nouveaux livres.
    • La redéfinition desresponsabilités des bénévolesAu total douze parents bénévoles.La responsable en lien direct avec le directeur de l’école.Mandat élargi à la mise en place de conditions plus favorables aux activités de bibliothèque.Trois comités : Accueil des groupes, Réparation de livres et préparation des acquisition, Aménagement et animation de la bibliothèque.
    • La réappropriationdes lieuxSur intervention du directeur de l’école :Fin du partage des locaux de la bibliothèque avec le service de gardeAmélioration du confort des lieux (chauffage, etc.)Élimination de mobilier non compatible avec les activités de bibliothèqueModification du code d’accès pour éliminer le va- et-vient des jeunes en dehors des heures d’ouverture
    • L’élagageAvec l’aide d’une bibliothécaire et d’une technicienne de la commission scolaire :Retrait de 1 850 livres endommagés, désuets ou périmés (près de 20 % de la collection)Activités d’information auprès de l’équipe-école, du Conseil d’établissement et des parents membres de la Fondation pour la coïncidence de cet élagage et de demandes de fonds
    • Le réaménagementAvec l’aide du personnel d’entretien, ainsi que d’une bibliothécaire et d’une agent de bureau de la CDSM :Réduction du nombre de rayons pour que tous les livres soient debout et accessiblesRéaménagement selon le modèle appliqué dans les bibliothèques publiques : Regroupement des volumes de documentation Regroupement des livres de littérature et des contes et légendes Aménagement d’une section pour les jeunes du 1er cycle
    • La signalisationAvec l’aide d’une bibliothécaire de la CSDM :Étiquetage de tous les rayons de la section documentation pour indiquer les cotes Dewey et les sujets principaux.Affiches sur les sections du système Dewey.Reclassement par ordre alphabétique d’auteur des œuvres de littérature et livres d’histoires, avec repères.Présentation «promotionnelle» de livres au- dessus des rayons concernés
    • La révision des règlementsAvec l’aide de la conseillère pédagogique :Révision des règlements de la bibliothèque Partage des responsabilités avec les enseignants Sections accessibles aux divers groupes Emprunts de bandes dessinées Livres en retard, perdus, etc.Consultation des enseignants et adoption des règlements
    • L’obtention de fondsAvec l’aide du directeur de l’école et des membres de la Fondation :Obtention d’un premier don de 500 $ pour l’achat de livres.Obtention des budget et de l’aide technique pour l’informatisation de la bibliothèque.
    • Les nouveaux défisL’informatisationL’arrimage au projet pédagogiqueL’enrichissement de la collectionL’animation
    • L’informatisationEn cours depuis la mi-mai, avec le soutien de la CSDM.Avantage : accessibilité accrue et en réseau dans l’école : Consultation de la collection par le Web Opérations de prêts améliorées et plus rapides Contrôles, listes et statistiquesÀ venir : présentation et formation (enseignants, bénévoles, jeunes)
    • L’arrimage au projetpédagogiqueObjectif : soutenir les enseignants et les jeunes dans le développement de compétences, en respectant le rythme de chaque cycle : Apprentissage de la lecture (1er cycle) Initiation au système de classification Dewey (2e cycle) Utilisation des index et outils de recherche informatiques (3e cycle)
    • L’enrichissement de lacollectionDéfinir des priorités à la lumière du catalogue informatisé de la collection et des besoins exprimés par les enseignants et les jeunesObtenir des budgets.Obtenir le soutien de ressources pour le choix des acquisitions ; bibliothécaire, libraires, conseillère pédagogique, etc.
    • Un dossier où les parentsont fait la différenceFacteurs de réussite de notre démarche : Soutien actif de la direction et de l’équipe- école Collaboration de la CSDMÉlément déclencheur : Détermination et dynamisme de l’équipe des parents bénévoles
    • En conclusion…Les parents peuvent aussi intervenir auprès des diverses instances décisionnelles:Les conseils d’établissementL’assemblée des commissaires Comment? En posant des questions
    • Éléments de réflexionQuel est le degré d ’accessibilité de la bibliothèque?Quel est le portrait de la collection?Qui procède au choix des documents?Quel est le $/élève consacré à l ’achat des documents?Nos enfants apprennent-ils à faire des recherches?
    • D ’autres éléments deréflexion Le personnel enseignant sait-il comment guider nos enfants lors de recherches, à la bibliothèque ou sur Internet? Le personnel enseignant s ’intéresse-il à la littérature de jeunesse? Combien y-a-t-il de bibliothécaires, de techniciens en documentation à la commission scolaire? Quel est le degré d ’intégration de la bibliothèque et de ses ressources au processus éducatif de l ’école?
    • avec son enfant…Lire et raconter aux petits et aux grandsLaisser traîner des livresÊtre un modèleLaisser la liberté dans le choixAbonner notre enfant à une revueFréquenter la bibliothèque du quartier, la librairieÉchanger avec lui sur ses lectures… et les vôtres
    • Accompagner, c’est aussiPoser des questions pendant et après sa lectureDévelopper les capacités de lecture et d’écriture à travers des activités de tous les jours Surtout, ne pas forcer un enfant récalcitrant… la lecture ne doit pas devenir une corvée
    • Finalement…Vous pouvez adhérer à la Coalition en faveur des bibliothèques scolaires http://www.BibliothequesScolaires.qc.ca/
    • Références utilesPIBS- Le Portail d’information sur les bibliothèques scolaireshttp://www.cla.ca/pibs/Association pour la promotion des services documentaires scolaires (APSDS)http://rtsq.grics.qc.ca/apsds/Accueil/Index2.htmCanadian Association for School Librarieshttp://www.caslibraries.ca/
    • Suite… Manifeste de l’Unesco de la bibliothèque scolairehttp://www.ifla.org/VII/s11/pubs/mani-f.htm Les bibliothèques scolaires québécoises: plus que jamais…; rapport du comité d’étude, mai 1989http://www.meq.gouv.qc.ca/publications/guide/16- 7412.pdfAchieving Information Literacy: Standards for School Library Programs in Canada, 2003. (19,95$)*http://www.cla.ca/marketplace/clabooks.htm* Cette publication n’est disponible qu’en version imprimée
    • La parole est à vous…