Your SlideShare is downloading. ×
Pommedeterrehebdo 956
Pommedeterrehebdo 956
Pommedeterrehebdo 956
Pommedeterrehebdo 956
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×
Saving this for later? Get the SlideShare app to save on your phone or tablet. Read anywhere, anytime – even offline.
Text the download link to your phone
Standard text messaging rates apply

Pommedeterrehebdo 956

256

Published on

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
256
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
0
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide

Transcript

  • 1. POMME de TERRE hebdo Journal économique du marché de la pomme de terreN° 956 - 11 décembre 2010 Culture et gastronomie La pomme de terre en fête Tandis que dans le froid et la neige, on se prépare à célébrer les fêtes de fin d‘année, une autre série de festivités tout aussi joyeuses avait lieu en France de mai à octobre : les fêtes et festivals de la pomme de terre. E n tout, vingt-quatre villes ou villages français ont célébré ce tubercule. Ces événements eurent lieu dans toute la France (Bretagne, Nord-Pas-de-Calais, Rhône-Alpes, Auvergne, Limousin et Lorraine). En tout, seize des vingt- quatre festivals répertoriés ont été organisés dans des régions aujourd’hui produc- trices de pommes de terre primeurs ou de conservation. Loin d’être une simple réjouissance pour touristes, ces fêtes attirent producteurs et consommateurs, flâneurs du dimanche et passionnés ; bref, petits et grands se retrouvent, souvent par centaines parfois par milliers, pour une journée ou un week- end, à célébrer ce légume qui rendit célèbre Parmentier. Pourquoi créer de telles manifestations ? Bien sûr, l’ensemble des fêtes listées veulent rompre avec la routine des fins de semaine. Fréquemment, la “Fête de la pomme de terre” est associée à la fête au village. Toutefois, certains festivals ont été établis dans d’autres buts. Ainsi, l’Union sportive de Saint-Fiel (Creuse) et la Philharmonie de Diemeringen (Bas-Rhin) ont mis en place des festivités afin de financer respectivement leurs associations. La ville de Sens (Yonne) soutient la manifestation “Faites de la pomme de terre” dans le plus large dessein de combattre la transformation de Sens en cité-dortoir. Ces événements per- mettent également de valoriser la production locale de pommes de terre. C’est ainsi que l’on fête la primeur à Eysines (Gironde), à Noirmoutier-en-l’Ile (Vendée) et à Plouédern (Finistère). On est fier de la variété Anaïs, née aux Epesses (Vendée) et du label “Les pommes de terre des collines de St-Christo” à Saint-Christo-en-Jarez (Loire). A côté de la promotion de la pomme de terre fraîche, ces festivals sont l’occa- sion de protéger l’héritage gastronomique dans l’idée plus large d’une patrimonialisa- tion d’une ressource en déclin de production. Ce processus comporte généralement la WWW.CNIPT.FR création d’une confrérie, telle la Confrérie de la Râpée de pomme de terre du pays de Craponne (Haute-Loire). Enfin, ces festivals peuvent s’inscrire dans le cadre d’événe- Les nouveautés ments internationaux. L ’année 2010 a été déclarée Année de la biodiversité par les de l’automne 2010 Nations Unies. Seul le festival de Planguenoual (Côtes d’Armor) s’est engagé dans • La mise à jour des catalogues pour les cette démarche avec des conférences et des présentations d’autres légumes et fruits. “animations magasins” et les “mani- festations grand public” (à voir dans la Qui sont les organisateurs de ces événements ? rubrique Catalogue). Ce sont majoritairement des bénévoles qui se sont regroupés sous forme associative. • La mise à jour de la rubrique Commu- D’ailleurs, certaines associations font preuve d’un tel professionnalisme que leurs nication qui présente notamment les efforts ont été récompensés d’un prix par la Fédération nationale des comités et orga- actions CNIPT de la campagne en nisateurs de festivités (FNCOF). Ainsi, la société des Fêtes de la Saint Jean d’Eysines cours. a reçu, en octobre 2009, le prix du Savoir-Faire de la part de la FNCOF. Les autorités locales sont logiquement et systématiquement sollicitées, que cela soit pour le prêt de
  • 2. En définitive, qui aurait la salle des fêtes, l’occupation du champ de foire ou du marché couvert, la mise en place d’une déviation, etc. Occasionnellement, leur Comité des fêtes est à l’initiative pu dire, au début du de ces manifestations sur le thème de la pomme de terre, tantôt de leur propre chefXX siècle, que cette grosse e comme à Voves (Eure-et-Loir), fréquemment en partenariat avec une association. pomme terreuse serait à Quelles sont les animations ? l’origine d’autant de S’il n’existe pas de programme type, certains éléments sont récurrents : réjouissances ? Personne •L ’exposition de centaines de variétés de pommes de terre. Cet étalage prend place soit dans le cadre d’un marché du terroir comme à Villedieu (Cantal) où plus de deuxprobablement car la pomme cents variétés différentes étaient proposées à l’acheteur averti, soit sous forme d’une de terre était alors un exposition botanique comme à Crevant en Berry (Indre) où près de deux cent trente variétés dont cinquante variétés anciennes étaient présentées au public. légume commun, • La dégustation de spécialités gastronomiques telles la crique ou la râpée à Jaunac grandement consommé, (Ardèche) et à Craponne-sur-Arzon, la galette ou le pâté de pomme de terre à Saint- Fiel ou à Crevant en Berry, le veau et la pomme de terre à Rieupeyroux. (Aveyron) sans valeur autre que et la Grumbeerewurscht (saucisse de pomme de terre) à Diemeringen. calorique. • Les défilés des confréries. Que cela soit la Confrérie des Fous de la patate Aztèque sous le patronage de son géant Kikseki 1er à Esquelbecq (Nord) ou bien la confrérie de la pomme de terre d’Eysines ou encore la Confrérie de la Râpée de pomme de terre du pays de Craponne, toutes défendent avec panache, en habits de jute ou de velours, le légume andin. De façon plus prosaïque, on a assisté à Wirc- kerscwihr (Haut-Rhin) à un défilé de chars conçus pour l’occasion. A Plouédern, ce fut une démonstration de tracteurs neufs et anciens. • Enfin, la musique joue un rôle important. Les fanfares municipales accom- pagnent la plupart des festivités. Des bals prennent place un peu partout. Des concerts sont organisés avec des groupes parfois de renommée internationale telle Abba Generation à Eysines. En définitive, qui aurait pu dire, au début du XXe siècle, que cette grosse pomme terreuse serait à l’origine d’autant de réjouissances ? Personne probablement car la pomme de terre était alors un légume commun, grandement consommé, sans valeur autre que calorique. Il faut attendre les années 70 pour que la première fête consacrée spécifiquement à cette solanacée voie le jour. Or, au même moment, les courbes de la consommation fléchissent. Car, au-delà des festivités présentées ici, ces manifes- tations reflètent un changement de perception : de légume banal, la pomme de terre est devenue un produit valorisé et spécifique qui désormais fait la belle et charme nos papilles dans nos assiettes de fêtes. n Anne-Pauline Sébille, Université de Tours Pommes de terre de conservation Du 1er août au 31 octobre 2010, les expor- Exportations françaises en tonnes (Août 2010 à octobre 2010) tations françaises de pommes de terre 2007-2008 2008-2009 2009-2010 2010-2011 de conservation sont supérieures à celles des campagnes précédentes à la même Espagne 77 600 79 500 48 900 46 300 période. En volume, elles atteignent Italie 73 200 37 900 67 800 80 600 252 900 t, contre 240 200 t en 2009-2010 Portugal 28 500 45 400 24 100 11 900 et 246 900 t en 2008-2009. En valeur, elles Grèce 8 200 3 400 7 500 1 500 s’élèvent à 61,6 millions d’euros contre Allemagne 8 400 8 200 7 400 12 200 34,9 millions d’euros d’août à octobre 2009 Grande-Bretagne 10 200 8 700 7 300 7 600 et 46,5 millions d’euros d’août à octobre Belgique 54 700 42 900 56 500 52 600 Pays-Bas 21 000 6 900 7 500 8 800 2008. Pays de l’Est* 4 700 1 700 5 500 22 300 Source : Douanes Autres 7 300 12 300 7 700 9 100 Total 293 800 246 900 240 200 252 900 Total campagne 1 757 900 1 896 200 2 060 900 * Hongrie, Lituanie, Pologne, République tchèque, Roumanie, Russie, Slovaquie, Slovénie.2 11 décembre 2010 - N° 956 - POMME de TERRE hebdo
  • 3. Portugal Espagne : production moindreCréation d’un consortium pour et prix en hausse La récolte de la campagne de pomme dela pomme de terre primeur terre de demi-saison et tardive s’est ache- vée sur une chute des rendements d’envi- ron 15 à 20 % et sur la prévision d’uneC inq entreprises productrices et exportatrices viennent de créer la marque “Batata Primor de Portugal” ayant comme objectif la promotion de laconsommation de pommes de terre primeurs portugaises. Il s’agit de Agromais, poursuite de la hausse des prix, selon les organisations de producteurs et les coopé- ratives. D’après les dernières prévisions duCampotec, Hortapronta, PrimoHorta et Torriba. Ce consortium veut ainsi pro- ministère de l’Environnement et du Milieuposer une offre plus importante aux opérateurs nationaux et internationaux. Il rural et marin (MARM), la production dea également pour but, en collaboration avec l’Ecole Supérieure d’Agronomie pommes de terre tardives de cette cam-de Santarém, de développer des recherches technico-scientifiques. Le consor- pagne est de 760 900 t, contre 853 400 ttium est organisé dans le cadre de la FNOP (Fédération Nationale des Organi- pour la campagne précédente, alors quesations de Producteurs) et il est ouvert à l’entrée d’autres organisations de celle de la demi-saison s’élève à 1,18 mil-producteurs, entreprises privées ou autres. Les entreprises appartenant à ce lion de tonnes, contre 1,15 Mt en 2009. Lesconsortium pourront utiliser cette nouvelle marque sur des sacs de 25 kg, de producteurs ont jugé les prix « accep-3 kg ou autres sur le marché national ou sur des big-bags à l’exportation. La tables » malgré les fortes fluctuations desdifférenciation de ces pommes de terre tient à la période de production (début cotations.avril-mi-juillet), la fraîcheur (commercialisation juste après la récolte), la proxi- (Source : Mercados)mité des centres de consommation, la sécurité alimentaire (Certification Glo-balGap obligatoire des adhérents) et la valeur nutritionnelle. n (Source : Ubifrance) BRÈVES (….) Pour progresser encore en produc- gènes au niveau national (comme par tivité betteravière dans le cadre d’une exemple le mildiou de la pomme de terre). ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DE LA CGB production durable, il faut avoir accès aux biotechnologies ». BELGIQUE Les betteraviers se préparent à l’avenir LOOS-EN-GOHELLE 3 millions de pommes de terre Suite au Congrès annuel de la CGB, qui transformées s’est tenu le 7 décembre, la Confédéra- Inauguration du labo IPL santé, L’industrie belge de la transformation a tion générale des planteurs de bette- environnements durables Nord connu, au cours de cette dernière décen- raves a fait le point sur les grands sujets Le 7 décembre 2010, le laboratoire IPL nie, une croissance spectaculaire : En 1990, d’actualité de la filière. Tout d’abord, santé, environnements durables Nord a 500 000 t de pommes de terre étaient lors de la table ronde du matin “Le été inauguré à Loos-en-Gohelle (Pas-de- transformées en frites et autres spécialités Bioéthanol : une solution incontour- Calais) par Jean-François Caron (maire de surgelées et réfrigérées tandis qu’en 2010, nable dans le plan énergie-climat”, il a Loos-en-Gohelle), Jean-Louis Robillard le secteur de la transformation franchira été annoncé la réactivation du comité (vice-président du conseil régional du le cap des 3 millions de tonnes de pommes de suivi des biocarburants par le gou- Nord-Pas-de-Calais) et Franck Polyn (direc- de terre. Au sein de l’Union européenne, vernement. Dans le cadre de la deu- teur de la zone Nord pour IPL), dans le la Belgique rejoint les Pays-Bas et l’Alle- xième table ronde “Les planteurs de cadre de la journée technique grandes magne, qui transforment eux aussi ce betteraves européens face au Règle- cultures et pomme de terre. Le labora- tonnage en produits à base de pommes de ment sucre post-2014”, la CGB a toire, ancien service régional de la protec- terre. La Belgique exporte près de 90 % de exprimé son souhait de voir maintenus tion des végétaux, intègre IPL santé, sa production transformée, dont une part les quotas sucre et le prix minimum environnements durables, filiale de l’Insti- croissante vers des destinations non euro- garanti de la betterave au moins tut Pasteur de Lille, constitué en réseau péennes. jusqu’en 2020. Enfin, la CGB a insisté sur national de 14 laboratoires d’expertise. (Source : Belgapom) l’intérêt de développer un génome de Ses missions : faciliter les transactions inter- la betterave. « Nous devons avoir nationales (analyse des organismes régle- Rendez-vous sur la page d’accueil du site www.cnipt.fr pour d’autres comme objectif d’être un jour durable- mentés…), sélectionner l’implantation des brèves sur la pomme de terre. ment compétitif sur le marché mondial. cultures, étudier l’évolution des patho-POMME de TERRE - 11 décembre 2010 - N° 956 hebdo 3
  • 4. LES MARCHÉS PHYSIQUESCotations France (SNM) Cours du 8 décembre 2010 - /tonne- Marché français (logé, palettisé)Variétés de consommation courantesBintje Bassin Nord non lavée cat. II 40-75 mm sac 25 kg 180-210 (∆)Div. var. cons Bassin Nord lavée cat. I 40-70 mm sac 10 kg NCAgata France lavée cat. I + 35 mm carton 12,5 kg 480-540 (∑)Variétés à chair fermeCharlotte France lavée cat. I + 35 mm carton 12,5 kg 450-560 (∑)Rouge France lavée cat. I + 35mm carton 12,5 kg 450-560 (∑)NB: Les flèches tiennent compte de l’évolution hebdomadaire du prix moyen. A ne pas confondre avec la moyenne des deux chiffres de la fourchette de prix.- Export stade expédition (7 décembre 2010) Agata France lavable cat. I 40-70 mm sac 1 tonne, le kg 220-320 (∑) Div. var. cons France lavable cat. I 40-70 mm sac 1 tonne : le kg 200-280 (Ó) Div. var. cons France non lavée cat. II 50-75 mm sac 20 kg : le kg 210-220 (Ó) Rouge France non lavée cat. II 50-75 mm sac 20 kg : le kg 180-250 (Ó)- Industrie (vendredi 3 décembre 2010) Nord-Seine Bintje Nord Tout venant 35 + vrac fritable 130-155 (∑) Div. var. cons. Bassin Nord tout venant 35 +, vrac fritable 140-170 (Ó)- Rungis (8 décembre 2010) L’intégralité des cotations Moyenne du SNM peut être Charlotte lavée 35 + mm cart. 12,5 kg 550-600 (∑) retrouvée sur Div. var. cons. lavée cat. I 40-70 mm sac 10 kg 380-420 (∑) www.snm.agriculture.gouv.fr Agata lavée 60 +, cart. 12,5 kg – et au 08 92 68 67 82 (0,337 /min)Cotations marchés étrangers /tonnePays-Bas : Verenigde Telers Akkerbouw (VTA) le 3 décembre 2010 Destination industrie frites : tout-venant, vrac, fritable, départ, 40 mm + 170-200 (∑) Export : tout-venant, vrac, départ, qualité export, 40 mm + 190-210 (∑) Sté d’édition SCIPT 43-45 rue de Naples Calibre 0-40 mm (indicatif) 45-70 (∑) 75008 Paris Tél : 01 44 69 42 10 Fax : 01 44 69 42 11Belgique (SNM) Grande-Bretagne (Cours BPC) Directeur de publication :le 6 décembre 2010 le 3 décembre 2010 Jean-Luc GosselinBintje 35 mm + 130-210 (∆) Prix moyen 193,74 (Ó) Prix du numéro : 2 (tout venant, départ, hors TVA) production Abonnement 1 an : 53  Edition déléguée : FLD Hebdo (Abc SA)LES MARCHÉS À TERME Imprimerie : RPN 36/40 bd R. Schuman RMX Hanovre-Industrie 30/11/2010 01/12/2010 02/12/2010 03/12/2010 06/12/2010 93190 Livry-Gargan Dépot légal : Avril 2011 256 254 253 255 256 à parution Juin 2011 271 270 268 270 270 ISSN n° 0991333514 11 décembre 2010 - N° 956 - POMME de TERRE hebdo

×