POMME de TERRE    hebdo       Journal économique du marché de la pomme de terreN° 952 - 30 octobre 2010                   ...
son immixtion, après guerre, dans le domaine agri-                                                                        ...
Contrôle de la germinationL’Huile de menthe verte homologuéeL   ’huile de menthe verte distribuée par la société Xeda sous...
LES MARCHÉS PHYSIQUESCotations France (SNM)                                                                               ...
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Pommedeterrehebdo 952

166

Published on

Published in: Technology, Business
0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
166
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
1
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Pommedeterrehebdo 952

  1. 1. POMME de TERRE hebdo Journal économique du marché de la pomme de terreN° 952 - 30 octobre 2010 Eclairage historique Pomme de Terre Hebdo ne paraîtra pas L’irrémédiable progression pendant deux semaines. du doryphore de la pomme Retrouvez votre journal de terre (1922-1931) le 20 novembre. Le leptinotarsa decemlineata Say ou doryphora decemlineata mieux connu sous les noms de “doryphore” ou encore “bête du Colorado” a été pour la première fois observé aux Etats-Unis en 1824 par le natura- liste américain Thomas Say. Un siècle plus tard, cet insecte est présent partout en France. Comment s’est-il implanté sur notre territoire ? L e doryphore, insecte coléoptère phytophage – appartenant comme le hanne- ton ou la coccinelle à la famille des chrysomélidés – est présent sur le terri- toire européen depuis 1876. Mais ce n’est qu’à partir de 1922 que l’insecte inquiète véritablement les successifs gouvernements français. Finalement, quinze années suffisent au doryphore pour envahir l’ensemble du territoire métropolitain. Dans l’étude des causes de cette rapide propagation, trois facteurs sont régulière- ment cités : la prédominance des vents de l’Atlantique, l’obstacle du relief et la grande adaptation du coléoptère à la fois aux variations thermiques et aux traite- ments abiotiques. Avant tout, la prolifération de l’insecte s’explique par la WWW.CNIPT.FR recherche de nourriture. Toutefois, un autre aspect moins connu de cette expansion réside dans l’inefficacité des mesures administratives qui ont été prises, dès 1922, Du nouveau sur le site ! afin de réglementer le transport des pommes de terre en France. Cet article déve- Après avoir fait peau neuve en 2009, loppe cette autre circonstance de l’invasion. le site www.cnipt.fr continue son évolution. La progression du doryphore jusqu’au milieu des années 1920 En page d’accueil, l’accès aux sites Les hasards de l’Histoire font qu’au moment où le doryphore tente de s’installer dans le www.cnipt-pommesdeterre.com et Nord de l’Europe à partir de 1876, un autre insecte commence son irrémédiable progres- www.arvalisinstitutduvegetal.fr est sion à partir du Sud de la France : le daktulosphaira vitifoliae ou phylloxéra. La crise plus visible, l’accès aux rubriques viticole qui s’ensuit marque fortement les esprits. Aussi, lorsque la bête du Colorado est “Documentation” et “Catalogue” se repérée dans la région bordelaise à la mi-juin 1922, le gouvernement de Raymond Poin- fait plus rapidement et le moteur de caré s’empresse de prendre des mesures sévères redoutant une nouvelle crise agricole, recherche est plus performant. particulièrement dans une France meurtrie par la guerre. Certaines rubriques ont connu des Le réflexe est d’abord protectionniste. Moins d’un mois après la découverte, le nouveau “remaniements” pendant l’été, ministre de l’Agriculture, Henry Chéron, fait adopter un décret qui vise à interdire l’en- comme la rubrique “Technique et trée et le transit de pommes de terre étrangères sur le sol français. Sur le plan de l’intérieur, Qualité” ainsi que la rubrique “Docu- le ministre délimite les régions contaminées et les zones de protection, préconise aux mentation” qui s’organise désormais agriculteurs les dispositions les plus efficaces à prendre et réglemente le transport des autour des onglets suivants : “Pomme produits tandis que l’exécution de ces prérogatives est confiée aux préfets et par déléga- de terre hebdo”, “Communication, tion, à partir de février 1923, aux comités de défense, composés d’agronomes et de économie et études”, “Technique et notabilités agricoles locales. Les traitements à base d’arséniate de plomb sont fournis Qualité” et “Réglementation”. gratuitement aux cultivateurs sinistrés. Si l’épisode du premier conflit mondial a fait nécessairement accepter l’intervention de l’Etat dans de nombreux secteurs d’activité,
  2. 2. son immixtion, après guerre, dans le domaine agri- cole est loin d’être approuvée. Les protestations les plus vives viennent des négociants et des commer- çants bordelais qui se trouvent contraints de réduire leurs activités. Pour rappel, Bordeaux était, en 1920, le plus gros centre de transit et de redistribution de pommes de terre en France. Face à ces permanentes protestations, son successeur au ministère, Joseph Capus, rétablit, en mai 1924, le transit des pommes de terre via le port de Bordeaux dans des conditions phytosanitaires strictes. Désengagement de l’Etat Puis succède une phase de calme législatif, ce qui correspond à l’apparent cantonnement de l’insecte dans les départements du Sud-Ouest. C’est alors une période où un certain optimisme se manifeste: « Malgré cette extension en surface, nous paraissons aller vers la régression du fléau », lit-on alors dans la correspondance administrative. La conséquence de© Anne-Pauline Sébille ce retour de confiance est la délégation par le pou- voir central de l’entière initiative de la lutte contre le doryphore aux préfets et de son organisation aux syndicats de défense. En outre, les produits à base d’arséniate di-plombique ou d’arséniate tri-plom- bique, couramment utilisés et jusqu’alors gracieuse- ment livrés aux syndicats, doivent désormais être Etalement progressif par pas de trois ans de achetés auprès des usines de produits chimiques au prix conventionné. En d’autres l’invasion doryphorique sur le territoire français et celui des pays limitrophes entre 1922 et 1938. termes, le ministère se décharge du fardeau de la lutte biologique. Malheureusement, la météorologie des années 1927 à 1931 n’est pas favorable à la culture de la pomme de terre. Les conséquences logiques de cette défaveur climatique sont une baisse de la pro- duction qui, ajoutée aux sévères restrictions commerciales, provoquent la colère des agriculteurs du Limousin. Quant à l’insecte, il profite des années chaudes et sèches pour parcourir de grandes distances du fait du desséchement précoce du feuillage. C’est pour- quoi la dissémination doryphorique fait alors preuve d’un regain et conquiert en 1929 et en 1930 quatre départements annuellement. La progression du doryphore continue dans les années 1930 En revanche, l’intensification de l’invasion à partir de 1931 n’est que partiellement due aux aléas atmosphériques. La principale cause de ce brusque étirement des zones contaminées est une circulaire ministérielle, en date du 26 septembre 1930, qui accorde toute latitude aux expéditeurs pour assurer le triage et le nettoyage des tubercules dans leurs propres installations (jusqu’à présent ces opérations étaient confiées à des centres organisés à cet effet.) Or, il suffit de se rappeler de cette date de 1930 et de regarder la carte de la progression doryphorique à partir de cette année-là pour se rendre compte que cet aspect de l’idéologie du “retour à la terre” a été désastreux. Néanmoins, ce regain de l’invasion inquiète fortement les autorités. Mais au lieu de rétablir un contrôle strict du transport des pommes de terre, les successeurs de Fernand David préfèrent intensifier le combat contre le doryphore grâce à la prévention et au ramassage systé- matique des insectes par les élèves des écoles communales. Dans ce dessein, une propagande multiforme principalement à destination des enfants et incidemment des cultivateurs est déployée durant les années 1930. Elle est l’aveu de l’échec des diffé- rentes politiques gouvernementales de lutte contre ce redoutable ravageur. ! Anne-Pauline Sébille Sources : Archives nationales, archives départementales du Pas-de-Calais et de nombreux articles et ouvrages conservés à la bibliothèque nationale de France. 2 30 octobre 2010 - N° 952 - POMME de TERRE hebdo
  3. 3. Contrôle de la germinationL’Huile de menthe verte homologuéeL ’huile de menthe verte distribuée par la société Xeda sous la forme de la spécialité commer- ciale BIOX M vient de recevoir son Autorisation de Mise en Marché en France (AMMn° 2100194) pour une utilisation comme inhibiteur de germination des pommes de terre. Lestravaux menés depuis de nombreuses années par Arvalis-Institut du végétal avec la collabora-tion de la société Xeda ont contribué à obtenir une bonne appréciation des potentialités de ceproduit naturel qui constitue désormais une alternative au Chloprophame (CIPC), seule matièreactive actuellement applicable en France en cours de conservation pour contrôler la germina-tion. Le produit est appliqué par thermonébulisation à intervalles de temps réguliers dans lebâtiment de stockage et se distribue dans la masse des tubercules par une recirculation interneintermittente de l’air ambiant. Il détruit très rapidement l’ensemble des germes présents et offrel’avantage de ne laisser que très peu de résidus sur les tubercules après leur déstockage. Ceciest lié à sa très faible tension de vapeur qui provoque son évaporation rapide.Les contrôles menés sur les utilisations culinaires et technologiques des tubercules traités n’ontmontré aucun impact négatif sur la qualité après une cuisson vapeur ou une friture. En outre,les mesures faites sur l’évolution de la qualité de présentation en cours de conservationmontrent que l’huile essentielle de menthe verte peut avoir un effet favorable dans la limitationdu développement des pathogènes comme la gale argentée et la dartrose. ! Michel Martin, Arvalis-Institut du végétal BRÈVES contre 83 % l’an dernier à la même QUALITÉ période). Publication de nouvelles SUÈDE La qualité de la récolte est variable mais fiches pratiques globalement jugée satisfaisante. Toute- Pour aider les professionnels à répondre Récolte en baisse de 3 % fois, une prolifération de cas de gale aux exigences de la norme NF V25 112 Les plantations 2010 s’élèvent à (en Ecosse notamment) et de jambe et du référentiel des bonnes pratiques 19 768 ha, soit 265 ha de plus qu’en noire au Sud et à l’Est du pays a été de conditionnement, le CNIPT publie 2009, selon la dernière enquête de constatée. Dans l’ensemble, les planta- des fiches pratiques. Celles-ci sont dis- l’organisation des producteurs suédois. tions effectuées plus tardivement et ponibles sur le site cnipt.fr dans la Les rendements sont en baisse tandis celles dont l’arrachage a été retardé rubrique Documentation, onglet Tech- que la qualité est jugée meilleure. Envi- pour faire grossir les tubercules, nique et Qualité. ron 10 à 15 % de la surface plantée doit obtiennent des rendements meilleurs encore être arrachée. La récolte est que prévu. BELGIQUE estimée à 10 000 t, soit 3 % de moins (Source : Ubifrance) que l’an dernier. Vers une édition record (Source : Potato markets) FORMATION d’Interpom La prochaine édition de la foire interna- ROYAUME-UNI HACCP et sécurité tionale des pommes de terre, fruits et des aliments légumes Interpom Primeurs aura lieu du Du retard dans la récolte Le CTIFL organise les 16, 17 et dimanche 28 au mardi 30 novembre 2010 Les conditions climatiques particulière- 18 novembre 2010 à Carquefou (à côté à Courtrai (Belgique). 210 exposants ment favorables aux arrachages au de Nantes), une formation intitulée : répartis sur 26 500 m2 attendent près de cours de la première quinzaine du mois “HACCP et sécurité des aliments : mise 15 000 visiteurs. Pour plus d’informations: d’octobre ont permis à certains produc- en œuvre de la méthode HACCP dans www.interpom-primeurs.be teurs du Nord-Est du pays de finaliser les entreprises de fruits et légumes”. (Source : Belgapom) leur récolte. Quelles sont les obligations en matière Dans le reste du pays, l’avancée des d’HACCP, comment mettre en place un arrachages a permis de combler une système compatible avec les référen- Rendez-vous sur la page d’accueil du site www.cnipt.fr pour d’autres partie du retard accumulé en août et tiels BRC, IFS et la norme Iso 22 000… ? brèves sur la pomme de terre. septembre (70 % des surfaces arrachées Plus d’informations sur www.ctifl.frPOMME de TERRE - 30 octobre 2010 - N° 952 hebdo 3
  4. 4. LES MARCHÉS PHYSIQUESCotations France (SNM) Cours du 27 octobre 2010 - /tonne- Marché français (logé, palettisé)Variétés de consommation courantesBintje Bassin Nord non lavée cat. II 40-75 mm sac 25 kg 160-180 (∆)Div. var. cons Bassin Nord lavée cat. I 40-70 mm sac 10 kg 190-300 (∆)Agata France lavée cat. I + 35 mm carton 12,5 kg 400-480 (∑)Variétés à chair fermeCharlotte France lavée cat. I + 35 mm carton 12,5 kg 450-600 (∑)Rouge France lavée cat. I + 35mm carton 12,5 kg 450-600 (∑)NB: Les flèches tiennent compte de l’évolution hebdomadaire du prix moyen. A ne pas confondre avec la moyenne des deux chiffres de la fourchette de prix.- Export stade expédition (26 octobre 2010) Agata France lavable cat. I 40-70 mm sac 1 tonne, le kg NC Div. var. cons France lavable cat. I 40-70 mm sac 1 tonne : le kg NC Div. var. cons France non lavée cat. II 50-75 mm sac 20 kg : le kg NC Rouge France non lavée cat. II 50-75 mm sac 20 kg : le kg NC- Industrie (vendredi 22 octobre 2010) Nord-Seine Bintje Nord Tout venant 35 + vrac fritable 125-150 (∑) Div. var. cons. Bassin Nord tout venant 35 +, vrac fritable 140-160 (Ó)- Rungis (27 octobre 2010) L’intégralité des cotations Moyenne du SNM peut être Charlotte lavée 35 + mm cart. 12,5 kg 580-650 (∑) retrouvée sur Div. var. cons. lavée cat. I 40-70 mm sac 10 kg 400 (∑) www.snm.agriculture.gouv.fr Agata lavée 60 +, cart. 12,5 kg – et au 08 92 68 67 82 (0,337 /min)Cotations marchés étrangers /tonnePays-Bas : Verenigde Telers Akkerbouw (VTA) le 22 octobre 2010 Destination industrie frites : tout-venant, vrac, fritable, départ, 40 mm + 125-145 Export : tout-venant, vrac, départ, qualité export, 40 mm + 180-210 Sté d’édition SCIPT 43-45 rue de Naples Calibre 0-40 mm (indicatif) 45-60 75008 Paris Tél : 01 44 69 42 10 Fax : 01 44 69 42 11Belgique (SNM) Grande-Bretagne (Cours BPC) Directeur de publication :le 25 octobre 2010 le 22 octobre 2010 Jean-Luc GosselinBintje 35 mm + NC Prix moyen 157,28 (∆) Prix du numéro : 2(tout venant, départ, hors TVA) production Abonnement 1 an : 53 Edition déléguée : FLD Hebdo (Abc SA)LES MARCHÉS À TERME Imprimerie : RPN 36/40 bd R. Schuman RMX Hanovre-Industrie 19/10/2010 20/10/2010 21/10/2010 22/10/2010 25/10/2010 93190 Livry-Gargan 175 180 183 180 178 Dépot légal : Novembre 2010 à parution Avril 2011 259 258 255 252 247 ISSN n° 0991333514 30 octobre 2010 - N° 952 - POMME de TERRE hebdo

×