• Like
  • Save
Propos Février 10
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

Propos Février 10

  • 2,096 views
Published

Journal de Sciences Po Strasbourg. …

Journal de Sciences Po Strasbourg.
#Février 2010

Published in News & Politics , Business
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Be the first to comment
    Be the first to like this
No Downloads

Views

Total Views
2,096
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0

Actions

Shares
Downloads
0
Comments
0
Likes
0

Embeds 0

No embeds

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
    No notes for slide

Transcript

  • 1. Février 2010 Février 2010. PROPOS . 1
  • 2. SOMMAIRE 6 El Mundo Nottingham, Taipei, Salamanque, Atlanta, New York, Kalamazoo, Nuremberg. Les 3A donnent des nouvelles... 19 Tribune Libre 38 Weill à ce que tu dis 40 PROP’ARTS 55 Sciences Potin 2 . PROPOS . Février 2010
  • 3. Amis écolos du jour, bonjour. Qu’ e s t - ce qui est vert, qui éteint les lumières et qui pollue pas l’air ? ECHO’LOGIK of course ! Autour de notre vénéré président JB nous militons pour la préservation des rennes du Père Noël et du lapin de Pâques. AAAAAAAAAAAAh !!! Vous y avez tous cru !!! N’allez surtout pas croire amis écolo que les engagements d’ECHO’LOGIK ne sont pas sérieux. Preuve en est faite en lisant ces lignes : cet exemplaire de PROPOS est imprimé sur papier recyclé car les arbres sont nos amis. Nous aimerions égale- ment qu’ils deviennent vos amis. C’est pourquoi nous allons, jeunes novices écologi- ques, essayer de vous inculquer quelques vertus vertes tout au long de l’année. Comment, nous direz-vous ? Par notre lutte acharnée visant à installer le tri sélectif dans l’IEP. Par notre élaboration du bilan carbone des locaux. Par l’éveil de votre nature profonde d’écologiste grâce à notre subtile sensibilisation. ECHO’LOGIK est présente et active. Elle a la bre écolo. Vous l’avez aussi. Ne mangez pas de quinoa bio à tous les repas, pensez simplement à éteindre la lumière, à mettre la TV en veille, à fermer le robinet en brossant vos dents et à trier vos déchets. Soyez géniaux, soyez écolo. Ecologiquement vôtre. ECHO’LOGIK Février 2010. PROPOS . 3
  • 4. Pipos, Pipettes, Propos est de retour sous sa version écolo ! Et oui, associé à Echo’logik nous mettons sous tes yeux admiratifs un numéro en papier recyclé parce que Propos agit pour te divertir mais aussi pour sauver la planète (rien que ça te diras-tu mais sache que le BDP est omnipotent). Pour accompagner cette action Ô combien louable conforme-toi donc aux préceptes dogma- tiques de nos « écolos maison » et éteins les lumières, coupe l’écran des ordis de la salle info etc etc, toutes ces choses qu’ils te répètent depuis le début de l’année et qu’il serait temps de mettre en pratique. Bon maintenant que le monde est sauvé intéressons-nous à son centre. L’IEP a encore une fois connu des partiels dont la violence a fait oublier le gala, la soirée de n d’année et toutes ces petites choses qui contribuaient à ta vie de pipo insouciant. Même ton journal préféré semblait avoir dis- paru de la surface de la Terre et se faisait attendre. Ne t’inquiète pas, nous sommes toujours là ! A présent que tu as retrouvé la candeur qui te caractérise plonge-toi dans les méandres des penseurs les plus brillants de cette « auguste maison » en lisant de la première à la dernière ligne notre Tribune Libre qui démonte les a priori et te fera, je l’espère réagir dans le prochain numéro. En n si une âme d’artiste se cache en toi (même très très profondément) tu appré- cieras les multiples poèmes (très en forme nos poètes soit dit en passant), textes et exercice de style de Prop’art. Avant de te laisser plonger dans toute la profondeur de cet opuscule, quel- ques annonces. Tout d’abord, sache que la Commission Krit aura besoin de toi et qu’elle s’exprimera plus longuement dans le prochain numéro qui sera consacré tout spécialement à cet évènement d’ampleur exceptionnelle puisqu’il réunira l’élite planétaire dans la plus belle ville du monde. Un moment à ne pas manquer donc… En n si tu es photographe, il semble- rait que quelque chose se prépare au BDA, BDA qui fera également parler de lui lors de la semaine des arts au mois de mars. Un petit mot également pour tous ceux qui sont déçus par l’IEP et les cours qui y sont dispensés…Un tour rapide dans les couloirs permet de se rendre compte du désarroi qui travaille certains petits pipos. En bon ré- 4 . PROPOS . Février 2010
  • 5. dac’chef je me suis donc plongé dans les précédentes éditions de Propos, cette Bible de l’IEP qui permet d’appréhender les réalités des promotions précédentes et, oh surprise !, tous les ans un ou plusieurs articles souli- gnent une certaine déception, un désenchantement face aux réalités de la première année et des quatre suivantes… c’est mauvais signe… Non pas tant que ça, cela signi e que vous attendez encore plus que ce qui vous est donné (ambition quand tu nous tiens…). Mais redescendez sur Terre vous qui pensez qu’une bonne soirée n’est que beuveries et pétage de plomb, choppes sans lendemain et moqueries… Une école n’est que ce qu’on en fait et quand on est confronté à la réalité associative il est parfois pesant d’avoir l’impression de parler à un mur, de ne jamais rencontrer d’enthou- siasme passé l’adhésion de principe et de galérer sans arrêt pour arracher un maigre « ouai bof ». L’IEP n’a pas changé, les profs sont toujours excel- lents mais les élèves ne sont plus satisfaits, tout va toujours mal. Finale- ment l’étudiant de Sciences Po se dit ouvert, il est sectaire au sein même de sa promo, il clame avoir une vision globale du monde, il ne comprend même pas les réalités de sa propre école, il prêche pour un monde meilleur sans comprendre qu’il ne l’incarne pas ou au contraire il ne roule que pour lui et c’est sûrement pire… Finalement le pipo se croit supérieur mais ce n’est bien qu’un puceau suréduqué. Un puceau de la vie, qui n’y a pas goûté et n’y goûtera que trop tard…Il m’apparaît à présent clairement que nous sommes nés à une époque charnière de l’histoire. La vie nous amène sans cesse de nouveaux dé s. Quelle sera notre place dans le nouveau monde qui se construit sous nos yeux ? Je crains que l’emprise que nous avons sur les événements ne se réduise à mesure qu’augmentent les phé- nomènes que nous ne pouvons que subir. Réchauffement climatique, chômage, nouvelles technologies, accélération de tout, relations biaisées entre les personnes, qui sommes-nous pour prétendre changer quelque chose ? Bien sur nous comprenons tout cela en partie grâce à nos études et c’est heureux. Pourtant il est loin le temps où un excentrique décidait de partir faire un tour en bateau un beau matin et découvrait l’Amérique. Nos rêves sont morts… Chacun tourne vers le passé un regard plein de regrets. Toutes ces craintes sont celles d’un homme du passé, les craintes de celui qui ne comprend plus à une époque où il faut juger et s’intégrer. Sciences Po essaye de nous donner une réponse mais comment répondre au malaise de notre génération, la génération perdue ? Nous voudrions avoir envie à nouveau, ne plus nous abrutir d’alcool et de relations sans lendemain. Bien sur l’homme ne regarda jamais son avenir sans une crainte plus ou moins exprimée. A cela se mêlait l’excitation de l’inconnu. Aujourd’hui l’inconnu est dangereux car l’inconnu résulte de l’ignorance, or il faut que chacun sache tout sur tout. Je prêche peut être dans le dé- sert, c’est possible mais je suis sur que chacun de vous s’est déjà demandé quel serait son futur. Alors je ne suis pas seul. « Ne croyez point ce qui vous diront que la jeunesse est faite pour s’amuser. La jeunesse n’est point faite pour le plaisir : elle est faite pour l’héroïsme. » Paul Claudel, Lettre datée du 3 mars 1907. La rédaction Février 2010. PROPOS . 5
  • 6. ElMundo des nouvelles du front ! Université de Nottingham, UK Natalia Kapyrina Pourquoi ce choix tout à fait possible de choi- (vocation, hasard sir des cours dans d'autres complet, châtiment départements, et le choix est de l'administration)? Vocation est un mot bien immense. La charge élevé... plutôt pragmatisme horaire est mini- accompagné de la bien- male (environ veillance du sort. C'est le 10 heures par classement de la fac de droit semaine) qui m'a poussé à mettre mais l'ensei- Nottingham en premier gnement choix. En plus je voulais UK est fon- découvrir le Royaume-Uni dé sur la et tout simplement perfec- lecture per- tionner mon anglais. sonnelle, ce qui change complètement la donne, 3 mots pour décrire surtout en période de fami- l'endroit où tu es? liarisation avec la lecture en çaise. Sur les installations - United Kingdom of … anglais non-adapté. Et l'en- une chose à dire: c'est excel- vie de laisser tomber les 100 lent, surtout en matière de Comment sont les pages à lire pour demain se richesse et d'organisation cours et les condi- fait souvent pressante. Les des bibliothèques. tions d'études? (cours, profs, exams, profs sont toujours ouverts Comment sont les installations, emploi au dialogue et l'échange de conditions de vie et du temps) mails n'a jamais de teinte tout ce qui touche à Bien qu'on soit assigné à la la vie pratique (lo- officielle, ce qui peut cho- gement, nourriture, School of Politics and In- quer les adeptes du forma- météo, transports, ternational Relations, c'est lisme épistolaire à la fran- langue...)? 6 . PROPOS . Février 2010
  • 7. ElMundo Université de Nottingham, UK Le niveau de vie est similaire d'espérer à Strasbourg. tout à fait le devenir à con- à celui de Strasbourg en dition d'en avoir envie. Et termes de dépenses, avec En as-tu profité pour puis c'est intéressant de se certaines variations. Un voyager ou as-tu des plonger pendant un an dans projets de voyage large choix de logements en pour le reste de l'an- cet environnement anglo- résidences est disponible à née? saxon tellement différent et condition de s'y prendre à tellement méconnu. Il fau- l'avance. Les logements J'ai déjà fait quelques petites dra s'y prendre encore une privés et surtout les collocs escapades en Angleterre, fois à l'avance pour le loge- sont très répandues, mais mais le gros est à venir. Ici ment, ne pas avoir peur des nécessitent une recherche on est à 1h30 en train de statistiques de criminalité de approfondie sur place. La Londres et il y a un aéroport la ville, souvent appelée nourriture anglaise... on est low-cost à 10 km de la ville. Shootingham dans le folk- tous d'accord. La météo... lore, car il n'en est rien dans d'autant plus. Mais ce n'est Qu'est-ce qui te les espaces où les étudiants pas ça qui sabotera ma 3A! manquera le plus à passent leur temps, être prêt ton retour en France? à découvrir sur le terrain les Comment se passe le Je n'y ai pas encore ré é- spéci cités, ô combien contact avec les au- chi... nombreuses, de la mentalité tres étudiants étran- du voisin d'Outre-Manche, gers? Avec la popu- lation locale? Qu'est-ce qui te et en tirer tous les bienfaits Comme tout le monde est manquera le moins? qui constituent une 3A. La météo, quoique je com- dans la même situation mence à m'y faire: au moins Si tu devais refaire ta d'expat', on s'entend très la peau ne sèche pas et une lettre de motiv, fe- bien. En revanche pour rais-tu le même bonne tasse de thé est le créer des liens avec les étu- choix? parfait remède après un diants anglais il faut s'inves- Oui, assurément. Quoique parcours de combattant tir dans les multiples activi- si j'avais le droit à une 3A sous la pluie. tés extra-scolaires proposées supplémentaire, j'irais en et surtout rejoindre les As-tu des conseils Italie. On peut redoubler? équipes sportives de la fac, pour les jeunes pipos ce qui en soit n'est pas re- qui veulent te suivre? Contact : grettable. J'ai en n eu le Nottingham n'est pas une natalia.kapyrina@g temps de me remettre au destination de dépaysement mail.com sport, ce en quoi j'ai cessé à première vue, mais peut Février 2010. PROPOS . 7
  • 8. ElMundo Soochow University - Taipei - Republic of China Ce questionnaire  sera court pour cause d'Indonésie imminente et d'une préparation niveau zé- ro. Et aussi du fait qu'il est 5h du matin.  Julien Roux (ou Zhu Li Yang) Pourquoi ce choix sport (vocation, hasard sont complet, châtiment situés au bord de l'administration)? Choix, je voulais vraiment de la rivière qui traverse l'Asie. le campus. Le campus est très bien équipé : supermar- ché, restaurants, grande bi- (autour de 10, 15° C), mais 3 mots pour décrire l'endroit où tu es? bliothèque, salle multimédia encore souvent humide (et Grouillant, bruyant, humide avec une grande DVDthèque donc plus froid), la vraie (mais c’est cool en fait) et des salles grands écrans ou chaleur (plus de 25) revient box individuels pour les re- vers mars. Attention, ty- Comment sont les garder … Sinon cours : pour phons de juin à octobre. cours et les condi- Transports très faciles avec le tions d'étu- ma part, Chinois débutant (5h semaine), Histoire chi- métro qui va partout, sinon des? (cours, profs, exams, infrastructures noise (2h semaine), Culture réseau de bus développé bien - équipements) chinoise (2h semaine). qu’un peu compliqué (ben La fac est divisée en deux oui tout est en chinois). Si- campus, l’un au centre ville, Même question pour non Taxi très peu cher, au- dans le quartier ministériel les conditions de vie, tour de 2 ou 3 euros la (que j’ai encore très peu vu) et tout ce qui touche course. Nourriture chinoise : et pour cause, je suis affecté à la vie pratique (lo- il faut aimer. (sinon certains gement, nourriture, au campus situé dans la jun- météo, transports...) éléments sont tout à fait gle (et la faune qui va avec) Météo ingrate. Il fait extrê- comestibles, comme le riz, et les montagnes, en banlieue mement chaud et humide les raviolis …) Ceci dit, c’est proche de Taipei et facile (35 degrés), surtout à la pé- un régime pour pas cher. d’accès. Le campus est com- riode d’arrivée (septembre), Logement : apparte tout posé de plusieurs buildings, le temps reste très chaud équipé dans un immeuble accrochés à an de monta- jusqu’en décembre, pour sympa, au 12ème étage (sen- gne, de grands terrains de ensuite devenir plus frais sations garanties pour les 8 . PROPOS . Février 2010
  • 9. ElMundo Soochow University - Taipei - Republic of China fréquents tremblements de très chaleureuse. Contem- terre), pour un loyer de pler la Taipei 101 (ma nou- As-tu des conseils toute façon moins cher qu’à velle cathédrale). Voyager pour les jeunes pipos Stras. très souvent à travers l’Asie. qui veulent te suivre? Allez-y, franchement c’est Les tremblements de terre Qu'est-ce qui te cool. qui font sortir de l’appart en manquera le plus à courant. Les raviolis de Shi- ton retour en Si tu devais refaire ta France? lin. Pouvoir faire ses courses lettre de motiv, fe- Le niveau des prix. Les ma- à 4h du matin en pyjama. rais-tu le même gasins ouverts H24, 7/7. choix? Qu'est-ce qui te Oui sans aucun doute, je Nos volontaire taiwanais manquera le moins? suis persuadé que j’ai choisi extrêmement accueillants, et La météo. Mes 11 kilos en la destination qui me cor- la population en général, moins. respond le mieux. Salamanque, Espagne Manon Burger Cher Pipo, chère Pipote, franche avec toi, cher 2A Un beau matin, je regardais en plein ma boîte mail, quand, oh ! stress pré-di- surprise, un mail de Propos, vulgation- qui me demande d’écrire un des-choix-pour-la- petit papier sur la ville de ma 3A, c’est une destina- 3A. Alors aussitôt dit, aussi- tion de rêve pour un an à d’y passer ta prochaine, je tôt fait, je m’exécute. l’étranger. Bon, tu me diras – te l’assure, tu ne le regretteras et ce à juste titre- la 3A, de pas. Cette année, je fais mon toute façon c’est génial, erasmus à la fac de droit de quelque soit l’endroit où l’on En ce qui concerne la cadre, Salamanque, et pour être va. En tout cas, si tu as choisi il est magni que. C’est une Février 2010. PROPOS . 9
  • 10. ElMundo Salamanque, Espagne ville dans le même esprit de droit constit’ et autres les cours de sciences po, la qu’Oxford : tout s’est déve- barbaries (Quoi ? Moi ? Ne moitié voire les ¾ de la loppé autour de l’université, pas aimer le droit ? Mais promo viennent avec des qui a été fondée en 1212 comment t’as deviné ?), c’est programmes d’échanges. (1ère université d’Espagne, juste que c’est la fac de droit Bon ça c’est pas forcément 4e université d’Europe), et qui dispense les diplômes de un atout non plus, parce est grande : plus d’un tiers sciences politiques, de ges- que comme il y a peu d’es- de la population est univer- tion et administration pu- pagnols, tu vas plus rester sitaire. Mais surtout, ce qui bliques, et de droit) et après avec des étrangers. Bon par rend Salamanque excep- suivre les cours que tu veux, contre, y a certains cours tionnelle, c’est que le vieux quelque soit le domaine. qui te demandent quand centre (qui concentre toutes Ensuite, les cours sont même du boulot (pas les activités) est entièrement vraiment intéressants et sont énorme non plus) et on doit préservé, ce qui fait que tu complètements différents passer des exams, contrai- qu’en France, on ne te rement à d’autres facs où les Universidad Pontifica Plaza mayor as l’impression de te balader stresse pas à respecter la erasmus ne sont pas obligés au temps des chevaliers. rigueur d’un plan, c’est de le faire. Pour résumer, tu pourras y beaucoup plus détendu, et à voir ça : mon sens, ils attachent plus Pour ce qui est des loge- d’attention au fond qu’à la ments, tu n’auras aucun Ensuite, en ce qui concerne forme. Et le niveau exigé est problème pour t’en trouver les cours, d’abord c’est assez moins élevé qu’en France. un, du moins si tu cherches libre : tu n’es obligé, je crois, Et puis surtout, les erasmus une colloc, qui est l’institu- de suivre que la moitié des ont vraiment la belle vie là- tion là-bas, et pour pas cours à la fac de droit (et là, bas, les profs sont la plupart cher : les prix vont de 120€ je te rassure, droit ne veux du temps aux petits soins à 260€ la chambre (parce pas dire autre année de DA, avec nous, et en plus, pour que là-bas, tu peux louer 10 . PROPOS . Février 2010
  • 11. ElMundo Salamanque, Espagne juste la chambre et non tout mais tu t’es trompé d’en- temps, les bars te tractent l’appart. Au-delà de ce prix, droit. C’est juste que c’est pour que tu ailles chez eux ça commence à être de l’ar- impossible de rester sérieux et t’attirent à coups de naque). là-bas, sachant qu’il y a des « tous tes verres à 1€ », « o- bars et des boîtes partout, pen-bar pour 5€ », « 3 bois- Mais bon, trêves de bavar- pour tous les goûts, que rien sones gratuites », etc. dages et passons à l’essen- n’est cher (par exemple, à la tiel : l’ambiance. Pour ré- Chupeteria (l’institution de sumer ça en peu de mots, Salamanque) les shots sont à Donc voilà cher pipo, j’es- on va dire que si tu veux 1€... en bref, tu ne sors pas père que si tu as Salaman- passer une année tranquille, intact) et qu’en plus, on que pour ta 3A, cet article te alors là, désolée de te le dire, t’invite : la plupart du motivera ! Atlanta, États-Unis Passionné de films en VO et amateur de tartines au ket- chup, Julien Courtel décide de passer un an à Atlanta, États-Unis. Après une étude de terrain approfondie, il livre aux lecteurs de Propos tout ce qu’il faut savoir sur la ville. Julien Courtel Pourquoi ce choix cours et les condi- qualité, mais il ne faut quand (vocation, hasard tions d'étu- même pas hésiter à prendre complet, châtiment des? (cours, profs, ceux qui sont de haut ni- de l'administration)? exams, installations, PARCE QUE !!! emploi du temps) veau. Ils durent en général Georgia State University 1h15 (parfois 1h40) et doi- 3 mots pour décrire n’est pas toute à fait aussi vent être préparés à l’avance l'endroit où tu es? grande que l’Université de par de la lecture. Du coup le Les 3 B : Burger, Bible et Strasbourg, mais en n, ça cours n’est en général qu’une Beuverie. reste très impressionnant. révision de ce que vous aurez Comment sont les Les cours sont de bonne déjà lu. Le professeur fera Février 2010. PROPOS . 11
  • 12. ElMundo Atlanta, États-Unis alors de son mieux pour passent pas que d’la m**** ! inintéressante qu’un améri- vous faire parler et débattre, Pour faire du sport ils sont cain qui raconte son voyage soit en faisant le crétin pour aussi très doués. Ou pour à Paris. vous mettre en con ance, n’importe quelle activité Et tiens, puisqu’on me de- soit en baissant votre note si d’ailleurs, et c’est pas cher, mande comment est la mé- vous ne participez pas. et c’est un bon moyen d’in- téo : attention Pipo, les Cela dit pas d’inquiétude, il tégration. prospectus ne disent pas est vraiment difficile d’avoir Alors l’université est bien toujours la vérité. Il y a 2 une mauvaise note (il fau- mais quand on passe à la ans il y a eu une grosse tor- drait être vraiment attardé). question suivante… nade à Atlanta. Ensuite, ils Ça se voit pendant les ont eu une sécheresse terri- exams. Il y en a pas mal, il y Comment sont les ble, et en ce moment, ils a aussi beaucoup de devoirs conditions de vie et passent des records de froid. tout ce qui touche à à préparer à la maison, mais la vie pratique (lo- Alors si vous voulez pro ter c’est toujours très bien noté. gement, nourriture, de votre 3A pour travailler Ce qui est d’ailleurs très bon météo, transports, votre bronzage comme moi pour le moral puisque ça langue...) ? je voulais le faire, sachez donne l’impression d’être C’est catastrophique ! AT- qu’Atlanta ne vaut même plus intelligent que ce que TENTION, l’habitation en pas mieux que Strasbourg. l’on est. (Comme exemple résidence peut provoquer je pourrais donner ce QCM des chocs culturels irréversi- Comment se passe le à faire en classe où l’on de- bles. Si vous devez aller à contact avec les au- Atlanta, je vous conseille tres étudiants étran- vait répondre VRAI ou gers? Avec la popu- FAUX, en ayant le droit de franchement d’essayer de lation locale? regarder nos notes et bou- trouver un appartement, un Ma question préférée… quins). Et comme vous studio ou une colloc’ par GSU est une université très construisez vous-même vo- vous-même. C’est impor- internationale, il y a beau- tre emploi du temps vous tant parce que le quartier coup d’étudiants internatio- pouvez vous arranger pour dans lequel se trouve l’uni- naux. Ils sont une valeur avoir du temps libre. versité (non, ce n’est pas un sure : toujours prêt à sortir, Du coup, tout ça, ça laisse campus), est un des plus à visiter et à bouger, il ne plein de temps pour pro ter minables d’Atlanta. OR, il faut pas perdre contact avec des installations de l’univer- est très difficile de se dépla- eux. sité ! Ils ont un cinéma gra- cer dans Atlanta ! La ville est Qu’en est-il de la popula- tuit pour les étudiants les étalée, le métro est parodi- tion locale ? Elle se débat bougres ! Et en plus, ils ne que et la promenade aussi encore avec ses problèmes 12 . PROPOS . Février 2010
  • 13. ElMundo Atlanta, États-Unis de racisme, d’acceptation de toujours par « Ça te dérange fonde. Le Coca à volonté l’autre et d’ouverture au pas d’être ici ? ». Pendant dans les fast-foods. Passer monde. Même parmi les une semaine nous avons eu pour un sportif quand je étudiants, les noirs restent une manifestation d’extré- monte 3 étages par l’escalier. avec les noirs, les homo- mistes religieux venus dans Avoir la possibilité d’écrire sexuels avec les homosexuels l’université cracher leur pour El Mundo. et les riches avec les riches. haine contre les pêcheurs, Alors dans tout ça, qu’elle j’ai compté, j’ai 14 bonnes Qu'est-ce qui te est la place d’un français ? Je raisons d’aller en enfer, en- manquera le moins? Me faire insulter parce que vais vous laisser le découvrir, tre autre parce que je suis je suis « qu’un étranger qui mais il faut savoir qu’il est français. Quand je dis que je vole 60% de ses impôts au dur d’être accepté par beau- viens de France, les gens les type qui se casse le cul pour coup de gens. En fait, les plus intéressés me deman- son pays ». Payer 100 dol- seuls qui vous ouvriront dent si c’est vrai que les lars pour un bouquin de grands les bras seront les femelles françaises ne se cours. Devoir expliquer évangélistes et les baptistes. rasent pas. quand on me le demande Sinon il est toujours possi- En as-tu profité pour pourquoi les français n’ai- ble de trouver des étudiants voyager ou as-tu des ment pas les américains. qui veulent faire la fête et projets de voyage rencontrer de nouveaux pour le reste de l'an- As-tu des conseils camarades. Pour ça, avoir 21 née? pour les jeunes pipos ans ou plus est un gros Oui, alors être aux États- qui veulent te suivre? avantage. Ne dramatisons Unis effectivement c’est une Travaille et épargne avant de pas, ne soyons pas mépri- bonne occasion pour voya- partir. sants, il a aussi des gens ger. L’auteur aura visité sympathiques, intelligents et quelques grandes villes amé- Si tu devais refaire ta lettre de motiv, fe- cultivés. ricaines et s’apprête à dé- rais-tu le même Tiens, je vais raconter des couvrir le reste du continent choix? anecdotes : Pendant la dans peu de temps. Ben ouais ! Ça fait une belle grosse sécheresse il y a 2 ans, expérience. Je pense que le gouverneur a organisé Qu'est-ce qui te c’est comme la mer quand une prière publique et a lui- manquera le plus à elle est froide : On est con- ton retour en même prié à genoux devant France? tent d’y rentrer, on est con- le Capitole. Je me suis déjà Avoir du temps pour partir tent d’en sortir. retrouvé seul blanc dans une un week-end explorer un fête avec 200 noirs, les con- coin de l’Amérique pro- versations commençaient Février 2010. PROPOS . 13
  • 14. ElMundo New York, USA projet perso aux Services culturels de l'Ambassade de France Maxime Redon Pourquoi ce choix la vie (vocation, hasard pratique complet, châtiment (logement, de l'administration)? nourriture, Vocation à faire un stage météo, transports, MAE, mais surtout langue..) chance d'avoir été accepté La vie pro ter dans cette ville !! est très, très, très chère, sur- dès qu'un long week-end se tout le logement. Quant à la pro le ;-) 3 mots pour décrire nourriture, étant donné le l'endroit où tu es? taux actuel du dollar, ça re- Qu'est-ce qui te man- Dream. Become. True. vient à peu quera le plus à ton près au même qu'à Paris. retour en France? L'agitation constante, la vie Comment sont les cours et les condi- culturelle intense, la diversité Comment se passe le tions d'études? contact avec les au- de la (cours, profs, exams, tres étudiants étran- population. De nitely. installations, emploi gers? du temps) Avec la population locale? Qu'est-ce qui te man- Boulot dans un bâtiment Les services culturels ont quera le moins? superbe, idéalement situé constamment 5 Difficile à dire... Les rats, dans l'Upper East Side. Les ou 6 stagiaires, avec qui peut-être ?? conditions sont l'ambiance est excellente. vraiment idylliques !! L'em- Malheureusement, As-tu des conseils ploi du temps est trèèèès on ne parle que très peu an- pour les jeunes pipos cool, les qui veulent te suivre? glais, sauf pendant les sorties. supérieurs ne sont pas très Tout se joue dans la lettre de sourcilleux quant à l'exacti- motivation !! Et soyez fermes En as-tu profité pour tude des avec l'Administration de voyager ou as-tu des horaires... Mais quand le projets de voyage l'IEP... boulot est passionnant, pour le reste de l'an- née? Si tu devais refaire ta pourquoi arriver en Les bus sont très peu chers lettre de motiv, fe- retard ?? rais-tu le même vers toutes les choix? grandes villes de la côte Est Comment sont les Quelle question !! conditions de vie et et le Canada, donc on essaye tout ce qui touche à d'en Contact : maxime.redon@gmail.com 14 . PROPOS . Février 2010
  • 15. ElMundo Kalamazoo College, Michigan, USA Alban Pellegris Pourquoi ce choix gni que en (vocation, hasard passant). Petit: complet, châtiment c'est un College. de l'administration)? En fait je voulais maîtriser C'est la même tranche l'anglais mais je me suis dis d'âge que l'université, mais c'est une petite structure plines que je pouvais aller en An- avec un petit campus (2000 (musi- gleterre quand je voulais, et étudiants), petites classes (25 que, théâtre, arts, science po, que c'était trop Européen, je élèves). Kalamazoo est aussi socio, économie, sports) et voulais quelque chose de une petite ville (100.000 avec Sc Po il y a une grande culturellement différent. En habitants). Bien situé: Chi- liberté pour le choix des même temps les Etats-Unis cago est à 2h30 en train ainsi cours (en tant que teaching restaient une destination que Detroit, et de Chicago assistant), du coup ce trimes- cher, donc il fallait que je en avion Boston et NYC tre par exemple je fais de trouve un moyen de me faire sont pas très loin. Dans le l'histoire, un cours de musi- des thunes (bourses ou job). Michigan il y aussi des peti- que sur le jazz, du saxophone Et puis j'ai entendu parlé des tes « collines » où je vais sû- et du basket. postes d'assistant. Sachant que je pense à devenir prof, rement aller skier ce week- end. Comment sont les je me suis dis que ça serait conditions de vie et une bonne expérience et tout ce qui touche à surtout c'est nancièrement Comment sont les la vie pratique (loge- cours et les condi- ment, nourriture, mé- super intéressant. Je ne paye tions d'études? ni loyer ni bouffe (14 repas téo, transports, lan- (cours, profs, exams, gue...)? par semaine à la cafétéria installations, emploi A vrai dire je n'aime pas sont pris en charge, et je suis du temps) On est très encadré, comme trop la vie de campus à payé à peu prêt 200$ par l'Américaine: à l'extérieur de mois). c'est un College, ce sont des petits effectifs, avec partici- la ville, tu ne vois que l'étu- pation orale en classe et la diant de base white-middle- 3 mots pour décrire class, donc niveau diversité l'endroit où tu es? notation c'est du contrôle Froid: en ce moment il fait continu (papers à rendre et c'est pas terrible. Et comme -10°C et il y a 15 centimètres nal exams). Sinon ce que tu vis sur le campus tu ne vas de neige. Bon en début sep- j'aime bien c'est que c'est un pas faire des courses dans la tembre je me suis baigné Liberal arts College, donc il ville, tu ne prends pas les dans le lac Michigan (ma- y a vraiment pleins de disci- transports, tu ne découvres Février 2010. PROPOS . 15
  • 16. ElMundo Kalamazoo College, Michigan, USA pas la ville. projets de voyage Ces deux points m'ont ren- Le bon point c'est que j'ai pour le reste de l'an- du patriotes. Et en passant un roomate américain, et née? je suis rentré deux semaines Je suis allé deux fois à Chi- comme c'est un petit éta- à Noël cago et pour Noël j'ai visité blissement je suis tout le Boston et New York. Je veux temps avec des américains Qu'est-ce qui te absolument aller à San manquera le moins? car on se croise souvent. Francisco sûrement pendant De ne pas avoir l'âge de Alors que d'après les quel- le spring break et en pro ter boire. Franchement si tu ques amis français que j'ai pour voir Lilian à Portland n'as pas 21 ans ou l'audace rencontré et qui sont dans en même temps. Je pense de se faire une fausse pièce d'immenses universités c'est aussi à la Nouvelle Orléans, d'identité tu ne peux pas très difficile d'entrer en con- berceau du jazz. Et mon pro ter à fond. Non pas que tact avec des américains roomate m'a invité dans son je sois un alcoolo, mais puisqu'il n'y a pas de pro- appart' en Floride, je ne sais même pour aller écouter de mos et que les campus sont pas encore si j'irai. Et je la musique ou aller en boîte immenses. prévois d'aller voir un con- s'ils servent de l'alcool tu cert de rap à Detroit (ville rentres pas. Comment se passe le contact avec les au- où Eminem a débuté). En- tres étudiants étran- n, j'essaye de monter un Si tu devais refaire ta gers? Avec la popu- projet à Vancouver pour cet lettre de motiv, fe- lation locale? été, je vais essayer de bosser rais-tu le même On est un grand groupe là bas avec deux amis (on choix? (40) vraiment très divers Comme l'année dernière regarde pour les permis de (tous les continents sauf j'hésiterais à fond avec Por- travail actuellement) l'Océanie), on a eu une tland. J'ai revu Lilian qui y semaine d'intégration début est cette année et ça à l'air Qu'est-ce qui te septembre donc on se con- manquera le plus à super, les gens ont l'air dif- naît plutôt bien. ton retour en férents du Michigan (alter- France? natifs). En as-tu profité pour La nourriture et des trans- voyager ou as-tu des ports en commun décent. Contact : balbeine78@hotmail.com 16 . PROPOS . Février 2010
  • 17. ElMundo Allemagne, Nuremberg, Friedrich-Alexander-Universität, WiSo Delphine Uring & Nicolas Hauptmann Pourquoi ce choix diants étrangers. Par (vocation, hasard contre, l’université complet, châtiment de demande une très l'administration)? Nous voulions partir en Al- grande autonomie lemagne et si possible dans de ces étudiants, une grande et belle ville. Nu- donc à toi de te remberg s’est imposé par son débrouiller pour le large choix de cours, par sa choix des cours, réputation de jolie ville et par pour l’inscription sa situation géographique ! aux exams etc. … Tu es par contre très 3 mots pour décrire bien accueilli et soutenu l'endroit où tu es? par l’université pour les Accueillant, Métropole, démarches administrati- étran- Franconien ves. Elle te procure par gers et un oral peut souvent exemple le logement (Wohn- se négocier. Comment sont les heim). Un étudiant allemand cours et les conditions L’éventail des cours est très t’est d’ailleurs spécialement « diversi é, mais comme l’uni- d'études? (cours, profs, exams, installa- attribué » pour t’aider tout au versité est divisée entre deux tions, emploi du long de ton séjour. villes, il faut savoir que seules temps) Un stage intensif d’allemand les matières relatives à l’éco- L’emploi du temps n’est pas est proposé par l’université au nomie et aux sciences sociales trop chargé, environ 12-13h mois de septembre et apporte sont représentées à Nurem- par semaine et la charge de beaucoup, ne serait-ce que berg même. Des séminaires travail est supportable. Il y a sur le plan des rencontres et en sciences po y sont aussi de plus très peu de cours le de l’intégration. Il permet maintenant proposés. vendredi, donc si l’on s’ar- également de se familiariser range on peut avoir un week- avec la langue et la culture Comment sont les end de 3 voir 4 jours ! allemande. Nous te le con- conditions de vie et Les profs sont très compé- seillons vivement ! tout ce qui touche à la tents et tiennent compte (la Les exams sont, pour la plu- vie pratique (loge- plupart du temps) des étu- part, adaptés aux étudiants ment, nourriture, mé- Février 2010. PROPOS . 17
  • 18. ElMundo Allemagne, Nuremberg, Friedrich-Alexander-Universität, WiSo téo, transports, lan- Les contacts avec les autres Prague). Le nord de l’Alle- gue...) étudiants se font essentiel- magne reste encore à explo- Les conditions de vie et tout lement dans les soirées or- rer et pourquoi pas faire un ce qui touche à la vie prati- ganisées par les Wohnheim bond en Italie au second que ne posent pas de pro- ou par l’Université. Le cours semestre ? blème particulier et sont de langue est aussi un bon Les possibilités de voyager dignes d’une grande métro- moyen pour rencontrer du sont multiples, notamment pole européenne. Le réseau monde ! par les offres de la Deutsche de transports est très déve- Avec la population locale, Bahn, qui permettent de loppé, les centres commer- c’est souvent un peu plus voyager à moindre coût. ciaux nombreux et diversi- compliqué, car les Alle- és (Nuremberg est une mands ne sont pas très ou- Qu'est-ce qui te super ville pour le shopping verts naturellement. Ils sont manquera le plus à !). tout de même très sympas ! ton retour en Pour le logement, nous France? Le contact est facilité par le L’ambiance de la Wohnheim sommes dans une super « buddy » (l’étudiant qui t’a Wohnheim en plein centre. et de l’université ! été attribué en début d’an- Les chambres sont assez née). petites et les douches et Qu'est-ce qui te manquera le moins? cuisines sont en commun. En as-tu profité pour La cuisine commune pas Cependant, l’ambiance y est voyager ou as-tu des toujours très rangée ! super et des soirées sont projets de voyage organisées avec les autres pour le reste de l'an- née? As-tu des conseils membres de la Wohnheim, pour les jeunes pipos Nous avons déjà fait beau- ce qui te permet de rencon- qui veulent te suivre? coup d’excursions, pro tant Pro ter du moment et ne trer plein de monde ! de nos week-ends (extra- jamais remettre à plus tard La météo et la nourriture longs !). L’université orga- les visites, voyages… que tu sont à peu près les mêmes nise également deux voyages peux faire tout de suite ! qu’en Alsace, donc pas de dans le semestre, cette fois- dépaysement de ce point de ci c’était à Trèves et à Berlin. Si tu devais refaire ta vue là ! Nous avons aussi pas mal lettre de motiv, fe- visité la Bavière (Bamberg, rais-tu le même Comment se passe le choix? contact avec les au- Rothenburg, Regensburg, Munich, Würzburg) et les Absolument, avec encore tres étudiants étran- gers? Avec la popu- alentours plus ou moins plus de convictions connais- lation locale? proche (Vienne, Dresde, sant maintenant la ville ! 18 . PROPOS . Février 2010
  • 19. Tri bune Li bre B ienvenue chez toi ! Ici les pipos et pipettes sont maîtres et les articles nous ont été envoyés par les élèves de l’IEP. Les thèmes abordés sont multiples : vous êtes quelques-uns à vous être essayés au commentaire poli- tique, à l’exercice biographique ou qui avez simplement couché vos pensées sur le papier. La rédaction vous remercie tous sincèrement, le numéro de ce mois-ci est fourni et nous sommes ers de publier vos articles qui sont de qualité ! Il s’en faut de peu pour que Propos ne devienne un journal sérieux… Nous vous invitons à réécrire pour les numéros à venir, et n’hésitez pas à adopter une posture prosélyte pour convaincre d’autres journalistes en herbe de se joindre à la merveilleuse équipe de Propos ! Février 2010. PROPOS . 19
  • 20. Tri bune Li bre Philippe Séguin : un républicain atypique Dans la nuit du 6 au 7 janvier dernier, une Grégory et frappée de plein fouet par la grande voix de la République s’est éteinte. désindustrialisation. En 1981, il s’illustre à Figure du gaullisme social, éternel railleur l’Assemblée nationale au cours d’un plai- connu pour ses prises de position franches doyer pour l’abolition de la peine capitale, et son caractère éruptif, Philippe Séguin a qu’il votera avec seulement 35 de ses collè- été emporté par une crise cardiaque. Pu- gues du groupe RPR. Au printemps 1986, pille de la Nation, le petit tunisien aux J. Chirac l’appelle au gouvernement. Gaul- sourcils noirs né en 1943 est un produit de liste social, il est nommé Rue de Grenelle la méritocratie républicaine. Après un pas- comme ministre des Affaires sociales et de sage à l’école normale d’instituteurs du Var, l’Emploi. Néanmoins, il est contraint de il intègre l’Institut d’Études Politiques libéraliser le marché du travail, dans la d’Aix-en-Provence puis l’École Nationale mouvance libérale portée par le ministre de d’Administration dont il sort auditeur à la l’Économie et de la Privatisation Édouard Cour des Comptes en 1970. Forgeant son Balladur. Déjà les premières animosités expérience dans les cabinets ministériels vont opposer les deux ennemis de 1995. sous la présidence de Georges Pompidou Mais au début des années 1990, c’est la puis de Valéry Giscard d’Estaing, Philippe personne de Jacques Chirac qu’il conteste Séguin, licencié ès histoire passionné a été ouvertement aux côtés de Charles Pasqua, très vite séduit par la personnalité du géné- avant de prendre part à l’aventure des “ ré- ral De Gaulle aussi il défendra durant toute novateurs RPR-UDF ” des “ quadras” Mi- sa carrière – faute de se reconnaître dans le chel Barnier, Alain Carignon, Michel Noir, pompidolisme – les préceptes de l’homme François Bayrou et Dominique Baudis. du 18 juin. Après ce putsch raté, toujours face à un En 1978, il décide d’affronter le suffrage Chirac européiste, Séguin se pose en pour- universel et le voilà élu député des Vosges fendeur du traité de Maastricht, préférant avant de ravir cinq ans plus tard la mairie une Europe politique à une Europe du d’Épinal aux socialistes. Usant de son in- marché. Lors de la campagne référendaire, uence auprès du président du RPR Jac- il déclare “ vouloir l’Europe mais l’Europe ques Chirac, le député-maire d’Épinal arra- debout ”. Les présidentielles de 1995 scel- che la moindre subvention pour réhabiliter lent le rapprochement avec le candidat sa circonscription, entachée par l’affaire Chirac, au plus bas dans les sondages et 20 . PROPOS . Février 2010
  • 21. Tri bune Li bre peu à peu lâché par le RPR qui lui préfère Balladur. Artisan de la “ fracture sociale ” avec Henri Guaino, Séguin contribue largement à la victoire du maire de Paris. Cependant, entre les deux hommes per- dure une relation orageuse, un “ je t’aime, moi non plus ”. Séguin n’hérite donc pas de Matignon et conserve le “ perchoir ” du Palais-Bourbon qu’il occupe depuis 1993. Troisième personnage de la Répu- blique, il instaure la session parlementaire Paris ”. Président du groupe RPR au Con- unique et déplore le “ Munich social ” qui seil de Paris, il démissionne rapidement sacri e la politique sociale sur l’autel du suite à un désaccord de plus avec le Chef franc fort. Après la dissolution ratée qu’il a de l’Etat. Il décide alors de se retirer de la largement désapprouvée, le député-maire vie politique, soulager de ne plus avoir à d’Épinal est chargé de la délicate mission “ écouter un tas de conneries en sou- de réconcilier chiraquiens et balladuriens riant ”. En 2004, il réintègre son corps au sein du RPR, dont il détient désormais d’origine comme premier Président. A la les clés. Fidèle à son caractère volcanique, tête de la Rue Cambon, il insuffle une il claque la porte de la maison gaulliste en profonde réforme des juridictions nan- 1999, obligeant Nicolas Sarkozy à assurer cières. Travailleur infatigable, il décline l’intérim en pleine campagne des euro- deux maroquins offerts par Nicolas Sarko- péennes. La liste conduite par Sarkozy zy, préférant s’attaquer au train de vie de n’arrive qu’en troisième position. l’Élysée et aux factures de Matignon. Bon En 2001, l’Élysée fait de la Mairie de vivant, féru de sport et amateur de foot- Paris un enjeu. En pleine cohabitation, il ball, P. Séguin avait rencontré la veille de s’agit de conserver coûte que coûte le bas- sa disparition un de ses protégés, François tion conquis par Chirac en 1977. Handi- Fillon. Tel un sportif acharné, il était venu capé par la dissidence de Jean Tiberi, Phi- plaider auprès du Premier Ministre “ son ” lippe Séguin, républicain dans l’âme, re- projet de loi visant à faire reconnaître fuse la fusion des listes. Comme en 1998 coupables d’erreur de gestion les minis- où il avait condamné les alliances avec tres. La République a perdu une de ses l’extrême-droite, il écarte toute compro- plus belles voix… mission au prix de perdre la “ bataille de Florian Petit 2A Février 2010. PROPOS . 21
  • 22. Tri bune Li bre Voyage initiatique en Birmanie avec Aung San Suu Kyi Je passe un Noël des plus sinistres. Cle- ce pays qui me parle peu qu’il me fait dé- menceau et sa politique autoritaire n’en couvrir à travers l’histoire d’une femme : nissent pas de me hanter, les coups en Aung San Suu Kyi. La biographie passion- douce d’Hindenburg et de Ludendorff nante du reporter, Aung San Suu Kyi, le pour discréditer le parlementarisme alle- jasmin ou la lune, revient sur les épisodes mand m’horripilent. Et ce Lloyd George cruels de la Birmanie du XXème siècle. De outre-manche, que lui prend-il à vouloir l’indépendance arrachée aux Britanniques à tout diriger ? l’instauration de la dictature par une clique Il me faut m’enfuir, quitter l’Europe et ses militaire en passant par la lutte contre les grands hommes, prendre le large, respirer Japonais, ierry Falise ne manque donc un peu l’air inconnu, peu importe qu’il soit pas de raconter les événements qui ont délétère ou non : je veux voir du nouveau ! marqué le peuple birman. Je n’irai pas aux Etats-Unis, pour qu’on me parle encore de Wilson et de ses 14 points, L’envol politique encore moins en Russie : relent de tsarisme Mais l’essentiel du livre est ailleurs. En assuré, je ne supporterai pas. 1945, naît en Birmanie la lle de Aung San, leader indépendantiste, fondateur de Ce sera la Birmanie l’armée birmane et signataire de l’accord Alors où aller ? Qui pour me guider vers Aung San-Attle qui donne l’indépendance une nouvelle contrée ? Il me faudra une à la Birmanie en 1947. Témoignages à l’ap- rencontre livresque étonnante pour trouver pui, l’auteur raconte l’histoire de la jeune mon chemin : ce sera la Birmanie avec lle qui deviendra la femme politique in- comme guide passionnant, le reporter contournable en Birmanie. Aung San Suu belge, ierry Falise. L’homme vit à Bang- Kyi prend son envol politique en 1988 kok depuis 1991 et couvre l’Asie du sud-est après que la junte birmane installée au depuis 20 ans. En 2003, il est arrêté au pouvoir a réprimé les manifestations popu- Laos par les autorités alors qu’il enquête sur laires qui exigent la démocratie. A partir de la répression des minorités dans ce pays. En cette date, elle ne cesse de se consacrer à sa journaliste qui n’a pas peur de s’aventurer cause : la défense des droits du peuple bir- en zones périlleuses, il a déjà passé plusieurs man. Son combat politique est de tous les mois clandestinement en Birmanie. C’est instants, chacun de ses mouvements est 22 . PROPOS . Février 2010
  • 23. Tri bune Li bre utilisé contre elle par un pouvoir pervers en place qui utilisent toutes les situations pour la discréditer. Son mari anglais est un ar- gument suffisant pour affirmer que Suu Kyi travaille pour l’occident ou la visite de ses enfants au cours de ses séjours en résidence surveillé permet à la junte de dénoncer un luxe dont les autres prisonniers ne béné - cient pas. Aung San Suu Kyi n’a donc pas d’autres choix que la rigueur et l’intransi- geance qui lui valent alors parfois les criti- ques de son propre camp. Pour éviter que la junte n’utilise ses faits et gestes, Suu Kyi refusera plusieurs fois la visite de son mari et de ses enfants en Birmanie. Plus poi- gnant, elle n’ira pas en Angleterre aux ob- sèques de son mari alors que ses enfants l’établissement de la démocratie et sa posi- avaient insisté pour qu’elle s’y rende. Mais tion sur un éventuel soulèvement populaire comme le souligne ierry Falise, Suu Kyi ainsi que la discipline qu’elle impose à son n’a pas une seule famille : chaque homme, parti en véritable leader politique. Le livre chaque enfant de Birmanie en fait partie et en demeure donc d’autant plus intéressant elle doit s’y consacrer. qu’il ne vire pas dans l’hagiographie. A l’heure actuelle, Aung San Suu kyi est Les tactiques politiques de Suu kyi toujours en résidence surveillée dans sa De telles anecdotes donnent une sensibili- maison à Rangoon, privée de ses droits, té précieuse au livre. Les passages émou- mais certainement pas de sa liberté. Il est vants ont le mérite de mettre en valeur la fort probable qu’elle se donne encore la force du dévouement de Aung San Suu force de combattre en méditant, comme Kyi, un dévouement inébranlable qui sur- elle le fait depuis si longtemps. Peut-être se monte les moments les plus difficiles. Et répète-t-elle une phrase qui un jour avait Falise ne se satisfait pas de l’émotion, il été la sienne : « La liberté, c’est le pouvoir décrit aussi les tactiques politiques de Suu de se libérer de la peur ». Kyi, ses négociations avec la junte et avec la communauté internationale, ses conces- Sisimme sions ou pas. On découvre entre autre Le livre de Thierry Falise est disponible comment « la dame de Rangoon » envisage à la bibliothèque de l’IEP Février 2010. PROPOS . 23
  • 24. Tri bune Li bre Lundi 14 Décembre, -3°C, bientôt 21h, dans une grande ville. Je marche. Dans la rue, dans le à celle - plus alléchante, de parmesan et de froid. J'arrive au coin de la rue et je tourne. tomates fraîches. Le repas complet avec un Je regarde vaguement autour de moi et la demi me coûte 14,10€. Un bon prix. Lors- seule lumière présente est vacillante, mou- que je ressors, il ne reste qu'une seule des rante. Attiré, comme une mouche, je deux mendiantes. m'approche. Non, nalement ce n'est Je me décide à trouver un hôtel. Je qu'un jeune homme couché en chient de me dirige donc vers la station de métro la fusil, entre deux sacs poubelles et recouvert plus proche. Je prends le premier métro qui d'un vieux tapis qui réchauffe son corps passe : tous les sièges sont occupés, sauf un. glacé avec une bougie. Il est pour moi. Une station. Deux stations. Tant pis, je passe mon chemin, en Trois stations. espérant apercevoir la lumière d'un restau- Monte un jeune homme. Dégin- rant. Pas celle d'une vielle bougie rabou- gandé, sale, l'air perdu. Il se pose près de la grie. Quelques rues plus loin, je remarque porte. Aussitôt, le message silencieux est un petit restaurant Italien grâce son ensei- passé entre les voyageurs. Chacun pique du gne amboyante « Au Bal des Mouettes ». nez dans son journal, regarde le bout de ses Devant, deux femmes sont assises, tout chaussures... Rien ne pourra les distraire de contre la bouche d'aération de la cuisine. leurs pensées profondes. Je feins une pas- L'une semble avoir la trentaine; l'autre bien sion pour mes lacets. Le jeune homme 70ans. Elles puent, alors même que je sens commence son discours "Mesdames et les odeurs de la cuisine; une odeur rance de messieurs, excusez-moi de vous déranger, je sueur, de crasse et d'urine. En m'appro- m'appelle Éric, j'ai 27 ans, j'ai le sida, ou je chant de l'entrée, je remarque qu'elles se sors de prison, ou j'ai perdu mon travail, je disputent un reste de pain – sans doute un suis à la rue... (ou tout cela à la fois, je bon cuistot qui passait par là. Je me suis connais trop bien ce discours). Si vous toujours demandé comment on faire ses aviez quelques pièces ou un ticket restau- besoins en étant SDF. Non, voyons, pas de rant, du travail ou au moins un petit besoins à faire si l'on ne mange pas. Bien sourire..."Un malaise s'abat sur le wagon. sûr, je n'y avais pas pensé. Silence de plomb. Personne ne bouge. J'entre chez l'Italien : ambiance « Sourire » devait être le mot de trop. festive et odeur de bière bon marché mêlée Un couple risque un regard circulaire. Ils 24 . PROPOS . Février 2010
  • 25. Tri bune Li bre cherchent à comprendre. Ce sont des tou- Quatre stations. ristes. Ils viennent d'arriver. Ils ne connais- C'est une jeune lle. Quelques sent pas encore ce scénario qui se répète des jeunes ricanent, lui disent qu'elle n'a qu'à centaines de fois par jour sur toutes les travailler. Elle hurle qu'elle voudrait les y lignes de métro. Ils ne comprennent pas le voir, eux, derrière leur beau blouson, s'ils cri rauque d'Éric. Ils ne comprennent pas vivaient ce qu'elle vit, à quoi ils ressemble- non plus pourquoi tout le monde feint de raient s'ils étaient abandonnés de tous... ne pas l'entendre. Ils cherchent à croiser un "Moi je n'ai personne." Et elle sort en hur- regard. Ils ne le trouveront pas. Éric non lant dans ses larmes... Elle était jolie plus ne croisera pas de regard. Une fois d'ailleurs. Dans le wagon toujours le même terminée sa harangue, scandée sur un ton silence... Personne ne bouge. On a peur. usé au long des jours sans n, il se lance Peur de franchir ce mur invisible qui sépare dans l'allée, très vite, sans même tendre la les gens "bien" des paumés. Peur de notre main, certain que personne ne va rien lui maladresse. Quoi dire, quoi faire ? Dans le donner. doute, on s'abstient. Quelques-uns s'en Il ne voit pas qu'une dame s'enhardit à veulent de leur lâcheté... Chacun est isolé. plonger la main dans son sac, peut-être à la Les gens bien et les paumés. Chaque fois recherche des quelques pièces qu'il espère. que j'assiste à ces scènes ordinaires, je me Et il ressort par l'autre bout du wagon en dis, il va craquer, il va se tirer une balle lançant d'un air abattu : "Au revoir mes- dans la tête sous nos yeux, ou il va se jeter à sieurs-dames. Bonne soirée. Je vous sou- la gorge d'un de ces témoins silencieux... haite beaucoup de bonheur." Février 2010. PROPOS . 25
  • 26. Tri bune Li bre Ce silence, notre silence, est d'une violence dizaine de blouses blanches la gavant de inouïe. médicaments comme une oie. Si un chien est maltraité; on a la SPA pour le nourrir, le Jamais encore, de telles agressions soigner, le laver, lui trouver un nouveau n'ont été rapportées. Elles seraient naturel- foyer, lui trouver l'amour d'un petit garçon les, légitimes, humaines. Si un homme qui « veut un chien pour ses 10 ans ». appelle à l'aide du milieu de la mer ou du Et dans nos villes, des centaines désert, on lance des hélicoptères, on mobi- d'hommes et de femmes hurlent leur dé- lise des équipes, des satellites. On se sou- tresse et on se bouche les oreilles. Ceux qui vient que la vie est sacrée. La réponse est n'en peuvent plus se jettent sous les roues inconditionnelle. On y va. Si une vieille du métro. Souvent, "Un accident de voya- femme se meurt au fond de son lit l'hôpital geur va immobiliser la rame quelque - se tord de douleur et de survie débile, elle temps. Veuillez nous excuser de ce déran- aura droit à un mot réconfortant, à quel- gement", nous explique-t-on au micro. Le ques centaines de milliers d'euros de soins; "dérangement" dure quelques minutes. Et à de l'attention; une visite de sa petite lle la vie reprend son cours. Sans eux. de 26 ans et une lettre d'un proche; à une J.N. *** Raté. Finalement ce qui pousse les rencontre avec soi-même. Ren- gens qui s’escriment à revendi- gens à faire des enfants, ce n’est contre du troisième type, oui. quer leur indépendance… Etre pas le souci de pérenniser l’es- Affrontement. Combat pour se indépendant, c’est ne pas dé- pèce, non, c’est encore et tou- sortir et occulter ce qui ne nous pendre. C’est con, mais c’est jours l’égoïsme ou du moins la plaît pas forcément. Pas complè- vrai. Vouloir être indépendant peur latente et bizarre de la soli- tement en tout cas. Achever un c’est reconnaître qu’on est dé- tude. Rien que l’expression livre, comme ça, le soir bien au pendant et vouloir dire aux « faire des enfants » est chaud dans notre lit, le refermer, gens : « vous voyez, je suis seul ! étrange… Comme si on faisait et se sentir à demi. A demi et Eh ben, même pas peur ! ». des enfants comme on fait des quelque part totalement plein de Parce que même si l’on est seul, gâteaux, pour se réconforter et ce que l’on vient de capter de on est dépendant. De tout, de s’assurer des souvenirs pour l’auteur, de l’histoire de laquelle rien, de n’importe quoi. Tout quand on sera vieux. « Se repro- on vient tant bien que mal de vaut mieux que d’être avec soi, duire » n’est pas forcément s’imprégner, et à demi vide, ou à seul et désemparé. Ne restent mieux… Pourquoi « se » repro- demi plein de vide, c’est-à-dire plus que les souvenirs, petits duire ? Hmm ? Peut-être parce totalement plein. Ivre, certes, papiers mités que l’on glisse dans qu’on souhaite de tout notre mais seul aussi. Si seul qu’on a sa poche et qu’on ressort lors- cœur, au fond, que ce qui sort envie d’en pleurer. Mais non, on qu’on a envie de se souvenir de nous nous ressemble, pour ne est er, on ne le fait pas. Et puis d’un nous-même qui n’est pas pas être perdu et seul de notre si, tant pis pour la erté. La vraiment nous puisqu’il est pas- espèce. La solitude, ou plutôt la quoi ? C’est comme tous ces sé. Un rendez-vous raté quoi. Pauline Bazin 26 . PROPOS . Février 2010
  • 27. Tri bune Li bre Merci professeur ! Je vous ai présenté naguère une émission une faute d’orthographe ? Le poids de cette télévisée aux alliciantes leçons, je vais au- faute est indéniable en France. Pourtant, le jourd’hui évoquer le livre récent (2009) et difficile apprentissage d’une orthographe controversé du très sentencieux François de exacte (ah, les dictées de mon grand-père !) Closets : Zéro faute, l’orthographe, une me laisse nalement d’assez bons souve- passion française (édition Mille et une nirs… Je conteste l’idée de François de nuits). Le journaliste se lamente à chaque Closets qui réduit l’orthographe à un don page de son ouvrage de la complexité de qu’on aurait à la naissance et j’assure que, notre langue et regrette l’absence de ré- s’il est vrai que certains paraissent avoir forme orthographique empêchée par des « naturellement » une bonne orthographe, « fétichistes » conservateurs. Sans doute il en va ainsi pour tout : chaque discipline traumatisé dans sa jeunesse par les subtilités requiert de travailler ; et même si d’aucuns (parfois illogiques il est vrai) de notre or- ont des prédispositions, un homme labo- thographe, il enrage contre l’immobilisme rieux peut parvenir à une orthographe sa- et dédouane complaisamment ceux qui tisfaisante. Mais l’auteur prévoit l’argument peinent en la matière. Je suppose qu’il n’a et rétorque qu’étant trop aberrante, un pas tout à fait tort et les exemples d’absur- travail acharné ne permet d’obtenir que de dité orthographique qu’il donne sont per- pitoyables résultats. Il est exact que le rai- tinents : un faux-fuyant mais un faux sonnement n’est pas toujours la panacée en bond, un essuie-pieds mais un chausse-pied orthographe et que parfois les leçons « par ou le redoutable « des cerises rouge foncé ». cœur » sont les seules valables. Mais est-ce Et il ajoute que cette dictature de l’ortho- si terrible ? France Soir, dans un article du graphe est d’autant plus incompréhensible 2 juillet, parle même de la malédiction que celle-ci a bien changé au cours des d’une orthographe gée qui nous conduit à siècles et qu’il serait bon de la faire évoluer une alternative désespérante : « d’un côté plutôt que d’en faire une religion d’État. une langue véhiculée qui ignore l’orthogra- De prime abord, moi qui fus pendant long- phe et de l’autre une langue musée, patri- temps fâché avec l’orthographe tends aisé- moine des élites. » Voilà, la messe serait ment à adhérer aux propos de cet ancien dite… pipo. Mon entourage ne se plaignait pas de Je récuse ce pessimisme et affirme qu’ap- mes insuffisances en mathématiques, à la prendre à bien écrire (du moins, sans différence de mon ancienne nullité en or- monstruosités orthographiques) n’est pas thographe. Nos talents disparaissent-ils et beaucoup plus difficile que d’apprendre la notre valeur diminue-t-elle sitôt qu’on fait table de Mendeleïev en chimie ou que de Février 2010. PROPOS . 27
  • 28. Tri bune Li bre grimper à la corde en sport. Evidemment, à brocard plutôt qu’adage juridique, extem- notre époque, les élèves n’ont plus vraiment porané plutôt que sans préméditation, for- le temps et doivent suivre, dès le CP, des clos plutôt que dont le droit est prescrit, cours d’histoire de l’art (véridique, cf. site exhéréder plutôt que déshériter ? Satisfaits ? internet du ministère de l’éducation), d’in- Dernier conseil, faites attention, comme a formatique et de développement durable, pu l’écrire ce cher François de Closets, à ne etc. ! Il faut faire un choix1 ! pas laisser un solécisme qui m’insupporte également vous prendre et commencer vos Mais j’ai beaucoup écrit et m’aperçois que interrogations par : « C’est qui qui… ? » je n’ai pas tenu mes engagements de la der- La prochaine fois, nous étudierons peut- nière fois ; aussi vais-je revenir sur quelques être un ou deux holorimes célèbres, nous mots à sauver. J’avais annoncé que j’éclair- verrons que l’expression « un remède de cirais le sens du verbe « investir ». D’aucuns bonne femme » est trompeuse et il faudra se souviennent sans doute de leur leçon aussi reparler de ce fameux chant neuma- d’histoire : « Commandant en chef de tique dont je n’ai toujours rien dit. Je vous l’armée du Rhin, Bazaine décide de battre laisse encore une fois avec un peu de con- en retraite et de s’enfermer à Metz que la jugaison, toujours de Queneau. Le verbe IIème armée prussienne investit. » Investir « j’embarque » à l’indicatif présent est par- signi e bien cerner, entourer… et pas en- ticulièrement irrégulier, prenez garde : trer. Mais beaucoup de lecteurs devaient J’embarque. déjà le savoir, soyons plus original : saviez- Tu bateau. vous que le caudataire est celui qui porte la Il navigue. queue de la robe -d’un roi par exemple ? Nous coulons. Pas un métier d’avenir, si vous voulez mon Ils îles désertes (à distinguer soigneu- avis. Encore plus difficile : saviez-vous que sement de « ils déserts » du verbe « je « l’illation » s’applique soit à l’apport des chameau » et de « ils désertent », du biens d'une personne qui entre en noviciat verbe « je m’engage »). dans une maison religieuse, soit au trans- port ou retour des reliques d'un saint. In- croyable, n’est-ce pas ? Assez peu employé 1 Comme disait Himmler en quittant Auschwitz pour dans la vie de tous les jours, je l’admets. aller visiter la Hollande, on ne peut pas être à la fois au four et au moulin, dixit Desproges. Cette horrible répli- La dernière fois, j’avais parlé politique, un que n’est qu’une parenthèse a n de vous inciter à relire peu de droit cette fois-ci ? On en bave des Desproges. ronds de chapeau à sciences po (et je m’y connais en chapeau). Pourquoi ne pas dire canceller plutôt qu’annuler une écriture, Charles Driant, 4A 28 . PROPOS . Février 2010
  • 29. Tri bune Li bre Un article Paul & Mick © Propos en manque d’articles, combler les graphie officielle. Mais techniquement trous, désespoir de la rédaction, alors porte aucun de ses ancêtres (de lignée) n’a été un ouverte à mes débits de conneries de petit esclave, il est juste un enfant du cosmopoli- merdeux populiste : tisme. Donc c’est pas fairplay de sa part de se raccrocher à la cause afro-américaine -Dis Cortex, tu veux faire quoi cette nuit ? quand on partage juste la couleur de peau, -La même chose que chaque nuit, bande de et pas les difficultés. Ca sent le Sartre hon- Minus, faire chier le monde ! teux d’être riche qui cherche une légitimité populaire. En même temps il est pardon- Tin Tin Tin ! Obama, un an déjà. Il est trop long de démontrer l’ineptie structu- relle de ses politiques (chut tu es en France), mais il faut néanmoins parler de sa naissance. Vous vous rappelez que cet homme fut élu car il allait être le premier président noir aux USA (très gros slogan de campagne ultra-fédérateur dans ce monde antiraciste), les propositions passant vrai- ment au second plan car le peuple améri- cain ( !?) était dans une dynamique histori- que (au passage juste une prophétie auto réalisatrice à coup de médias). Bande de noobs, il n’est pas qui il prétend être, et les américains ont voté pour une publicité mensongère. Une séance d’éducation s’im- pose. 1 Obama le faux noir Premièrement, c’est un type en détresse identitaire : vous le savez papa kenyan ren- contre maman marxiste puis se barre + mamie raciste etc. J’vous refais pas sa bio- Barack Obama au High School Février 2010. PROPOS . 29
  • 30. Tri bune Li bre nable, il a des antécédents : ques lignes indiscutables. cela près qu’ils ont le droit «  Son grand-père […] est Zut aux sources je n’ai pas de chanter du rap, de bien présenté comme un per- beaucoup de temps. Mais danser et de conserver l’af- sonnage assez original ; il être afro-américain aujour- rmative action. est le premier habitant de d’hui c’est être héritier Kendu Bay à entrer en d’esclaves, et ça passe par 3 Obama le noir contact avec les Anglais à diverses expressions. Politi- vraiment blanc Kisumu, autour de 1910 ; que : Luther King et Mal- immédiatement, il adopte colm X, musique : jazz, Obama se réclame claire- un mode de vie moderne gospel, leurs enfants et ment de Lincoln, utilise (vêtements européens, ap- petits-enfants (funk, rap des symboles tel qu’aller au prentissage de la lecture et etc …). Problèmes : pas de mémorial Lincoln avec ses de l'écriture, souci excep- jazz ni de gospel, juste enfants avant l’investiture tionnel d'hygiène) et, dés- Aretha Franklin chantant ou prêter serment sur la avoué par son père et ses « My country ‘tis of thee », bible de Lincoln. Aber- frères, se met au service du chant patriotique. Pfff, rant ! Monsieur j’ai étudié colonisateur. » (source bi- même pas de culture afro- à Columbia et Harvard ne blique de wikipedia). americaine, juste des afro sait-il pas que Lincoln est Dans n’importe quelle inclus chez les blancs. Pas raciste ? décolonisation ce type de référence au black po- « … Je dirai donc que je ne aurait été pendu … Juste wer … bah il est là pour suis pas et je n’ai jamais été « se met au service du co- inclure les noirs chez les en faveur de l’égalité poli- lonisateur » est jouissif. blancs donc il va pas pro- tique et sociale de la race Bref. Il aurait pu faire un mouvoir la erté noire … noire et de la race blanche, effort dans la forme, faire Il ne doit donc pas connaî- que je ne veux pas et que je semblant d’y croire en sa tre la culture de son origine n’ai jamais voulu que les couleur de peau, montrer d’adoption (aha c’est Noirs deviennent jurés ou qu’il la connaît, mais non. beau), alors que les noirs électeurs ou qu’ils soient Un point 2 s’impose. ont clairement votés (95%) autorisés à détenir des pour un type qui était cen- charges politiques ou qu’il 2 Obama le vrai- sé leur ressembler. Que leur soit permis de se ma- ment faux noir veux-tu … tout noir peut rier avec des Blancs. Je devenir blanc, Michael voudrais ajouter qu’il y a Qu’est-ce qu’être afro-amé- Jackson l’a fait. une différence physique ricain ? En France la ques- entre Blancs et noirs telle, tion sentirait la amme Conclusion partielle : les qu’elle interdit aux deux tricolore, aux USA il est noirs sont désormais des races d’être un jour sur le assez facile de dresser quel- blancs comme les autres, à même pied d’égalité, socia- 30 . PROPOS . Février 2010
  • 31. Tri bune Li bre lement et politiquement. Dans la mesure ques (Lincoln voulait les renvoyer en Afri- où les deux races ne peuvent vivre ainsi, il que, dans une perspective géographico- doit y avoir, tant qu’elles resteront ensem- ethnique …), soit un populiste utilisant ble, une position inférieure et une position l’inculture grave et le manque de profon- supérieure. Je désire, tout autant qu’un deur de ses concitoyens. autre, que la race blanche occupe la posi- tion supérieure. » (4 ème débat Lincoln/ Douglas, 18 Septembre 1858). En vérité, en vérité, je vous le dis, mes amis, le paradigme niant l’Histoire et les J’ai saisi, évidence, que B. Hussein voyait spéci cités culturelles est désormais domi- en Lincoln le libérateur des esclaves de nant. 1865. Ca prouve que ce politicien est soit Karl & Lenny limité dans sa perception des faits histori- Février 2010. PROPOS . 31
  • 32. Tri bune Li bre Manifeste du Parti Panna’viste La destruction de Kelutral (l’arbre sacré) Il va de soit qu’être Na’vi est aussi une ap- par les hommes venus d’en-haut, et la ten- partenance raciale et tribale : raciale par la tative de génocide qui s’en suivit, a fait possession de caractéristiques naturelles prendre conscience aux Na’vis qu’ils sont communes reconnues par tous les Na’vis une civilisation particulière, et qu’elle doit comme spéci quement Na’vis, tribale par apprendre à se protéger des menaces exté- les rites de passages spéci ques à chaque rieures. tribu. Pour ces raisons, le grand conseil des repré- Les Na’vis sont seuls maîtres de leurs des- sentants Na’vis postule que : tins, désignent un chef de tribu et peuvent prendre la parole en tant que membre à Les Na’vis sont un et multiples. Il existe part entière de la tribu. L’assemblée partici- une unité de race qui nous rassemble par pative est le mode de décision privilégié. des caractéristiques communes originelles ou échangeables, et des différences tribales Les Na’vis rejettent tout impérialisme niant acquises par les évolutions des différentes la relation qu’on les êtres vivants avec leur cultures. milieu d’origine, les interactions au sein de La défense de la civilisation Na’vi passe par ce milieu et l’équilibre naturel. l’union éclairée des tribus. Les Na’vis rejettent donc la croyance en la L’identité Na’vi trouve sa source principa- modernité émancipatrice de Eywa car elle lement dans la relation commune qu’ont menace l’équilibre naturel et donc la vie. les Na’vis avec Eywa, dans une langue commune, des coutumes communes et une La garantie d’une connexion à haut débit à Histoire uni catrice de résistance à l’enva- Eywa est un droit inaliénable. hisseur venu d’en-haut. Karl & Lenny 32 . PROPOS . Février 2010
  • 33. Tri bune Li bre Serial killeuses Les partiels approchent à grands pas en ces En effet, pour vos bonnes résolutions vous jours naissants de l’année 2010, et vous avez peut-être formulé l’espoir d’arrêter de prononcez depuis peu “ han-née ” pour fumer. Démodé, tellement an 2000. Bref, faire plaisir à M. Clément en ces temps passons. Non la nouvelle drogue est d’une difficiles de révision de son obscure ma- autre nature. Je veux parler des séries télé. tière. A défaut de connaître son cours, vous Elles ont muté pour répondre à notre be- vous êtes dit qu’avoir son accent pourrait soin d’évasion virtuel, offrant par là à Co- s’avérer sympa. ca-Cola du temps de cerveau disponible  Les bulles de champagne étant progressi- comme jamais auparavant. L’addiction est vement redescendues, il est grand temps de devenue telle qu’il faudrait mettre des mes- faire le point sur la décennie qui s’achève. sages dissuasifs avant le début de votre x En fait non, votre poste de télévision s’en de 40 minutes. Comme sur les paquets de charge déjà, et c’est plutôt chiant. Quant cigarettes, exactement, reprendre le con- au champagne, vous ne vous rappelez pro- cept. Je vois déjà le bandeau blanc entouré bablement plu en avoir bu autant l’autre de noir: “ Regarder 3 saisons de Grey’s soir, vous savez lorsque vos convives à mi- Anatomy en 2 jours peut nuire à votre san- nuit ont tous étrangement décidés de vous té et à celle de votre entourage. ”, ou en- serrer les uns après les autre dans leurs bras. core “Visualiser une saison de “ 24 ” en Néanmoins, ce mystérieux élan d’affection 24h pour s’immerger en temps réel dans la collectif vous vous en souvenez, et c’est déjà série peut causer d’importants dommages à pas mal. votre vie sociale. ” Non en réalité, je voulais plutôt parler d’un Mais-comment-en-est-on-arrivé-là ? mal nouveau, venu des Etats-Unis (encore eux !), qui se glisse subrepticement dans Je vois là plusieurs explications. Non, en nos vies sans que personne ne s’en rende fait qu’une, mais je voulais faire semblant compte. “ Et là, c’est le drame ” me diront de pouvoir répondre à ce problème en un les plus inquiets, lorsque les plus sceptiques plan deux parties deux sous parties. La crieront à une énième théorie du complot. réponse tient en un mot : FIDELISA- Soyez patients. TION. Février 2010. PROPOS . 33
  • 34. Tri bune Li bre Faisons un bref retour en arrière. Replon- J’arrive. ” gez-vous dans les années 60 (ou 70, peu Et là effectivement Derrick arrive, mais importe). Le brushing de Derrick faisait met mine de rien un sacré bout de temps. fureur. Son dèle assistant, Frank, était Il met son manteau, sort du bureau, dit à d’un charme non moins irrésistible. Der- Frank de se dépêcher car le temps presse, rière ses airs de vieil homme fatigué (oui monte dans la voiture, démarre la voiture, parce que sur la n, quand même, c’était arrive sur les lieux du meurtre, sort de la plus trop ça), Derrick résolvait toutes les voiture et voilà. Tout est lmé, au cas où enquêtes EN UN EPISODE. Trop fortiche vous n’auriez pas compris. Sur la scène du le Derrick ! Il faut dire, il avait une mé- crime, analysant le corps (oui car Derrick thode bien rodée. Exemple avec le meurtre faisait tout à lui tout seul, il était sa propre de M. Schmidt (exemple généralisable aux police scienti que, il n’a pas attendu que 2091 autres épisodes). “ Les Experts Miami ” viennent l’aider) : Derrick et Frank sont dans leur bureau. Le téléphone sonne. Frank décroche : -“ C’est une coupe à 50 dollars (non pas marks). C’était un homme d’in uence. ” – “ Un meurtre à Villeubardeu-Schtras- seu ?! Oui c’est important. Peu après il explique Derrick, décrochant à son tour, qu’en gros “ qui dit coupe à 50 dollars dit 34 . PROPOS . Février 2010
  • 35. Tri bune Li bre homme riche dit homme d’in uence dit parce que pour Jack Bauer le monde dans qu’il a des tas d’ennemis ”, au cas où vous les premières saisons c’est les Etats-Unis, il n’auriez pas suivi son raisonnement intel- n’arrive pas à concevoir qu’il puisse y avoir lectuel. Derrick ré échit vite et bien, ne se d’autres terres émergées) et accessoirement trompe jamais. Le Hercule Poirot alle- être un bon père ou mari. mand, c’est lui. Derrick se rend donc dans Le processus de délisation est à l’œuvre, et la famille du défunt, à la recherche d’ “ ali- vous ne pouvez rien faire. Tous les nou- bis ” et de “ motifs ”. Là il fait la bise au veaux “ shows ” (les guillemets sont là pour frère du mort, et sert la main de sa sœur. A vous montrer que j’utilise le jargon consa- ne rien comprendre. cré, dans le but de crédibiliser un peu plus Mais bon en deux coups de cuillers à pot, il mon argumentation chers drogués télévi- trouve le coupable dans un sursaut de ré- suels) américains ont adopté la recette. En exion, alors que vous, pauvres spectateurs France non. On est resté aux “ Cordiers, endormis, ne voyaient pas du tout qui ce juges et ics ” qui savent se contenter d’un pouvait être, tout comme Frank aux capa- seul épisode par intrigue. Les exemples cités cognitives limitées (Frank est cepen- venus outre atlantique ne manquent pas : dant dèle). dans Lost, les rescapés restent coincés près Arrive la scène du dénouement. Le tueur de trois saisons sur une île. En ce qui con- est en fuite, généralement dans une voiture cerne Prison Break, les héros restent toute (BMW noire) quittant un grand garage une saison en taule. Regarder une série est lugubre. Derrick et son dèle second sor- devenu un véritable contrat entre l’inno- tent alors leurs revolvers. Le Sherlock cent spectateur et les producteurs holly- Holmes d’outre Rhin crie alors : woodiens. Si vous regardez un épisode, “ - Frank, vise les pneus ! ” alors il faut regarder le suivant. Et si vous Et Frank s’exécute. Avec succès. en ratez un, pas la peine de continuer, vous Voilà, c’est ni, générique et petite musi- ne comprendrez plus rien (ceci est particu- que mystérieuse envoyée à 120 décibels lièrement vrai pour la série Desperate Hou- pour vous re-réveiller. Derrick, lui, ne met sewives). Et vous voilà embarqués pour pas une saison entière pour régler une af- une, deux, trois, quatre, cinq voir six sai- faire. sons, 100, 200 ou 300 épisodes. Et les frais de résiliations sont élevés : humeur maus- sade en n de série, sensation de “ vide ”, En revanche, Jack Bauer c’est une autre tremblements, sueurs… En comparaison la histoire. Certes, lui il doit sauver le monde, grippe A c’est une enfant de cœur. mais quand même. Ok il le fait en 24h, mais n’oublions pas que c’est le principe Alors réveillez-vous ! Le nouveau monstre même de la série. 24 épisodes pour terrori- froid que décrivait Nietszche n’est plus ser les terroristes, sauver les Etats-Unis (oui l’Etat mais bien Dr Shepherd et ses acoly- Février 2010. PROPOS . 35
  • 36. Tri bune Li bre tes. Le “ pouvoir puissant, tutélaire ” et “ cagnotte ” qu’il peut espérer décrocher tutti quanti qu’analysait Tocqueville, c’est dans 15 ou 20 parties, le malheureux pres- bien votre petit Dr House du mercredi surisé par un public en folie répond tou- soir ! jours d’une voix tremblante : “ je reste ”, et du diabolique présentateur de répondre en Car le Mal est déjà là. Il y a malgré tout un échos dans les ténèbres “ Il RESTE ! ”… Français plus futé que ses camarades qui a Vous l’aurez compris, Julien Lepers, s’il est compris plus tôt que tout le monde le pou- là depuis plus de 30 ans sur France 3, c’est voir de la délisation. Avec ses buzzers en parce que le gagnant de la veille revient le formes de champignons démoniaques, sa jour suivant… Et que vous, pauvres bou- question envoûtante de n de partie, ac- gres, vous voulez savoir ce qui va lui arriver! compagnée pour séduire le joueur pris au (bon en général pas grand chose, Robert se piège d’un gain immense (300€, quelle fait battre par Roseline à 1 victoire près de somme coquette !) à cumuler dans une la cagnotte, et repart avec une thalassothé- rapie et la collection des arts médiévaux éditée et offerte gracieusement par La- rousse. Applaudissements.). Comment ? Question pour un champion n’est qu’une émission pour “ septuagénaires en n de course ” ? Mé ez-vous. Rira bien qui rira le dernier. D’abord parce qu’il y a des chances que vous deveniez vieux un jour. Et ensuite parce que Julien Lepers propose depuis peu un jeu “ onlaïne ” dans le but de vous déliser dès le plus jeune âge… à bon entendeur. Pour terminer sur une note positive, William James disait: “Rien n'est plus agréable que de prendre une décision hé- roïque et, pour des raisons indépendantes de notre volonté, de ne pas pouvoir la met- tre à exécution.” On ne sait jamais… Mathieu Haumesser 36 . PROPOS . Février 2010
  • 37. Tri bune Li bre Chronique n°1 Commencer une journée avec ses rêves. La l'instantané ostracise le charme de l'attente. nir en y retournant. De nos vies de rien, Tout jeu de séduction n'est plus ou ne dure là est parfois notre seule richesse. Notre pas. pensée, notre esprit nous élève vers un rang supérieur, un autre degré, une dimension Il faut tout de suite aller au but. Il faut d'un autre ordre. conclure sans prendre le temps de s'intro- duire. Où sont passés les rendez-vous ga- Dans la journée, nous partageons. On lants ? Qu'avons-nous fait du principe des échange des informations, des anecdotes, trois rencontres. Tout comme l'orthogra- des histoires et des ressentiments. On phe, la séduction se détériore. s'échange. Le tout dans l'immédiat. La veille n'a déjà plus raison d'être ou presque. L'éducation sexuelle se meurt, l'éducation Il faut du brut, de l'information non-retrai- sentimentale est à l'agonie. Les éducateurs tée. L'adjectif "vieux" est en train de con- en perdent leurs moyens. Plus besoin de naître un renouveau formidable, au détri- cours ou d'autres, le porno est là. Tout ment de la formule du souvenir. comme le reste, il est là dans l'instant où l'on le sollicite. Gratuit, de bonne ou mau- Or, la nuit venue nous sommes seuls. Face vaise qualité, il n'est qu'un élément parmi à nous le vide de notre journée. Face à nos d'autres dans la détérioration actuelle de déceptions. On n'échange plus, on évolue. notre société. A travers nos actes manqués on évolue. Rares sont les jours pleins d'euphorie, de Mais pas n'importe quelle société. La no- joie ou de bonheur. La suprématie de tre, pas celle des autres. l'immédiat nous frustre ; la dictature de Anonyme Février 2010. PROPOS . 37
  • 38. Weill à ce que tu dis Entre les rapporte-paroles officiels, et les visiteurs intempestifs… M. Lemoigne: “ Eine große Frau avec des große nichons ” “ Il a un savoir faire limité et expéditif ”, en parlant “ Guillaume II de Prusse était dépressif, il est deve- de Johnson. nu bûcheron au Pays Bas et il mangeait des Hari- “ Petit traité d’antianglophonie primaire et pétage bo ”. de plomb nationaliste ” en parlant du discours de “ Tout le monde sait que les Boches sont des barba- De Gaulle à Montreal en 1967. res ” “ un bon évaluateur de l’évolution de la politique “ Je n'aime pas Clemenceau, c'est un type à l'intel- française ce sont les épisodes de Maigret ”. ligence sectaire et étroite; et le pire c'est que c'est “  Oui, avoir un pavé de 1100 pages dans votre vrai. Son seul point positif c'est qu'il aime le peintre biographie ça fait bling-bling , c’est un peu comme Claude Monet. ” la montre en or de Sarkozy. ” “ La France est le proxénète du Prince de Monaco ” “ Bon quand je dis que ça fait bien d’avoir des sour- “ On signe les engagements dans l'armée britanni- ces bling-bling ça veut pas dire que c’est pour déco- que sous les applaudissements: “ voyez! Il a signé! ” rer, vous devez l’avoir lu ! ”. C'est Koh-Lanta, vous voyez... ” “ le thé est rationné! (vous vous rendez compte ce M. Clément: qu'ils ont pu souffrir, les anglais!) ” “ Ma sœur elle continue à s’habiller comme si elle “ Selon Mitterand: “ Je n'écris pas mes mémoires, était svelte, mais bon elle a jamais été très intelli- parce que je n'ai rien à cacher ”... Chirac en a beau- gente elle a jamais fait d’études. Moi quand je la coup à cacher, il a publié un pavé. ” regarde je vois trois boules qui s’entassent… ”. *un téléphone sonne * “ Bon vous direz à votre (a la pause) “ il n’y a que Johnny Halliday pour mère qu'elle vous rappelle... Sinon, je la prends en comprendre ce que je ressens là. Donner de sa per- direct. ” sonne ainsi… ”. “ Le petit ruisseau qui traverse Washington... En n, “ il meurt. C’est une certaine façon de quitter la le euve je voulais dire. ” politique ” “ Roosevelt a imité Davy Crockett. ” “ Il faut 13 jours pour traverser l’atlantique et se “ Roosevelt est un Président qui se montre quasi- rendre aux Amériques si on a la chance de ne pas ment nu – en maillot de bain, mais attention pas embarquer à bord du Titanic ”. façon Tarzan, plutôt façon Dupond dans Tintin au "Elle existe toujours ou elle est sur un fauteuil rou- pays de l'or noir. ” lant Mireille Matthieu ?" “ Roosevelt lance à ce moment une campagne anti- “ eh vous savez pourquoi de Gaulle a supprimé les stress... Heu pardon, anti-trust. ” pissotière ? C’est pour empêcher Gaston Defferre ” “ Les trusts mutent comment la grippe A face au (en parlant de Cohn-Bendit qui se faisait surveiller vaccin, et leur vaccin étant la loi Scherman, ils mu- par les ics avant mai 68) “ Ben oui qu'est-ce que tent pour devenir des holdings. On ne s'en sort vous croyez ? pas besoin de dépêcher 4 cars de poli- jamais. ” ce, un petit rouquin dans le sud ça passe pas inaper- “ Est-ce que votre estomac peut se mettre en grève çu" contre votre cerveau? Non... Vous avez tout compris “ puis après avoir nourrit votre bébé vous le chan- à la grève bolchevik ”. gez. Bah oui, parce que après avoir mangé il pousse “ Si vous écrivez bien, je suis Clément si vous voyez ! ”. ce que je veux dire. ” “  oui pour les femmes il y a une date butoir, mais “ La formulation d'un arrêté juridique a de quoi nous les hommes nous pouvons semer à tout âge faire pleurer les murs! ” (en parlant de la natalité) ”. 38 . PROPOS . Février 2010
  • 39. “ Ils ont quitté la Suisse parce que M. Sarkozy “ Le mardi, vous avez sandwichologie ou pâtologie n’était pas là pour faire de la pub pour Rolex. ” entre midi et deux? ” En parlant des voisins de palier de son enfance) : “ Il y a quatre exposés? On va faire une orgie d'ex- “ Des hommes, des vrais ! Pas les femmelettes de posés! ” nos jours… ” “ S’il avait fallu retirer tous les alcooliques notoires M. Eber: et les coureurs de jupons du gouvernement améri- “ On ne va pas faire l'expérience de VeconLab parce cain, ils auraient eu aussi du mal à trouver des que comme vous êtes des bons élèves il faudrait en candidats. ” plus que je vous apprenne à faire des avions en “ La Bible c'est cochon quand ça veut : << oh oui, papier. ” pénètre mon jardinet>> ” [en parlant du jardin “ Pourquoi vous êtes ici (l’IEP) ? … Pour montrer d'Eden] que vous êtes pas des tanches ! ” M. Weill: M. Juhem : “ Par exemple, le japon ils avaient en 2007, 170% Devant nos regards perplexes face au schéma distri- de dette publique, mais vous voyez le japon ils ne bué : sont pas mort. Ils mangent peut-être des choses que “ Je préfère un schéma obscur à une explication je n’ai pas envie de manger mais ils ne sont pas claire. ” morts ”. Après avoir déplacé tous les élèves du fond de l’am- “Il y a différentes différences ” phi vers le bas et ceux qui n’avaient pas feuilles à “Merci pour ce propos ! C’est vraiment le seul côté d’élèves qui en avaient : journal dont le rapport qualité prix n’a pas changé”. “ Si vous avez besoin de conseils dans la vie… En enlevant son pull “ c’est vrai que le réchauffe- comment prendre le bus, comment prendre le ment climatique est en train de sa passer, vous ne tram… ” souffrez pas ? ”. “ Ceux qui veulent parler ont parfaitement le loisir de le faire en bibliothèque ! ” Mme Berrod: “ Mme Ashton (nouvelle haute représentante des Mme Trienbach : affaires étrangères dans l’UE) c’est une sorte “ Je voudrais pas être vulgaire là, mais vous com- d’OGM institutionnel ” mencez sérieusement à me butiner les groseilles. ” M. Constantinesco: M. Strebler : “ Vous avez un organe, il faut l'utiliser ” "Il y aura bien des élections en France tôt ou tard, “ De mon temps, les étudiants applaudissaient le des élections qui comptent hein, pas les régionales." professeur à la n du cours, qu'il ait été bon ou “ Epouser son coiffeur fait baisser le PIB. ” mauvais. Mais c'était souvent du soulagement parce “ On a le droit de pas être con quand on est dans que le cour était ni. ” * applaudissements dans l'administration! ” toute la salle à la n du cours * “ Le leader de l'opposition politique a un rôle cons- M. Smirnov : titutionnel. Il est rémunéré sur fonds de l'état mais "Ce verbe comprendre nous sera très utile, surtout à en France il est un peu difficile à trouver... ” la forme négative." M. Hartmeier: “ Le mercredi je ne suis pas exible. Il faudra faire Cette rubrique a besoin de toi! des exercices de exibilité. ” propos@hotmail.com Février 2010. PROPOS . 39
  • 40. tout simplement 40 . PROPOS . Février 2010
  • 41. Espoir "Le trou Noir De la nature humaine Me fait entrevoir La vérité même La mort est à craindre L'aube à rêver Je ne peux plus me plaindre Je dois espérer" Henri De Nesmond Vers en Prose, Prose Ultime " Il était tellement évident Dés le départ, dès le début, Que tu ne le ressentais pas, Que tu ne l'espérais pas, Je ne pourrais combler, Le vide en ton cœur, Mon espérance accompagne, Tes pleurs, Tes larmes, Un sourire juste un sourire, L'éternité n'est pas ce que tu crois." Henri De Nesmond Février 2010. PROPOS . 41
  • 42. Adieu J’ai osé, je t’ai troublée. Quel était mon espoir ? Reste mon cœur écorché, où est ma gloire… J’ai osé, j’ai crée ce bonheur Avec ardeur, espérer à travers les pleurs. Je n’offrais rien qu’un monde de erté De pureté et d’honnête, peuplé de ta douce idée J’ai osé, à tes pieds ce si sincère présent J’ai supplié, tu l’as rejeté avec douceur pourtant. J’ai osé, prêt à me perdre Tout sacri er face à Phèdre. Ne reste que ma vanité et s’il était à refaire J’éviterais ce chemin si douloureux. J’ai prié Dieu pour revenir en arrière Mais un simple adieu m’interdit les Cieux. O. Saintmoie 42 . PROPOS . Février 2010
  • 43. Fils Quand vient l’extase, je me souviens des autres. Celles que je n’aurai jamais plus et je pleure. Tant de eurs, arrachées, saccagées Cicatrice à jamais ouverte sur mon humanité. Tu sais, ce que j’ai fait Je n’en suis pas er. Il est bien dur d’être père, Le monde est si laid. Voilà ce que je lui dirai Tout ça je ne l’ai pas voulu Mais le choix je l’ai perdu. Evidemment elle m’attirait. Désir, plaisir, mais amour fou ? Rien, juste une corde contre mon cou. O. Saintmoie Février 2010. PROPOS . 43
  • 44. Le Frite de la Caverne Oui, dans ce cas précis, on écrit 'Le' et pas 'La'. C'est une exception. Pourquoi Caverne ? Parce qu'une caverne est logi- quement le récipient d'un monstre et un monstre fait logiquement peur. Soyons logiques. Depuis des centaines de milliers d'années, les hommes (au sens humain du terme) ont peur. L'homme est animal, et des plus agressifs. Un ani- mal acculé mord, un chien poussé dans ses derniers retranchements attaque, un loup apeuré se retourne lorsqu'il a trop peur pour fuir. L'homme mord donc ce dont il a peur. Ceci posé, commençons notre ré exion. La Frite est un parallélépipède rectangle fait d'une matière étrange : la pomme de terre. On trouve as- sez fréquemment des Frites dont la forme n'est pas exactement celle d'un parallélépipède rectangle; de fait, elles se courbent et se tordent sous l'action combinée du froid puis de la cuisson ou en consé- quence de l'application d'une quelconque force ou groupe de pression (aussi appellé lobby). Parfois même elles se collent : on les appelle alors les Dou- bles Frites, mais passons. Ainsi donc, la frite. Selon la très renommée mais peu reconnue ency- clopédie informatique «  Wikipédia  », les frites (ou pommes frites) sont des petits morceaux de pom- mes de terres, de forme allongée, cuits en friture, 44 . PROPOS . Février 2010
  • 45. anciennement (avant les années 60) dans de la graisse de bœuf (en France), aujourd'hui plutôt dans de l'huile végétale (par exemple d'arachide ou de tournesol), ou encore, en Belgique no- tamment, dans du Blanc d'œuf (mon expérience personnelle vous recommande d'essayer et de m'en communiquer le résultat, a n que j'en fasse l'expérience), généralement dans un appareil spé- ci que appelé Friteuse. Laissons Belges et Fran- çais s'entrefriter jusqu'à la mort et posons notre pensée. Le concept de «  Frite  » est réutilisé à plusieurs ns dans le langage français : (merci wiki) Avoir la frite : être de bonne humeur, en grande forme ou avoir la gaule. (petite blagounette du chef : Les Belges ont la frite, mais nous au moins on a la Gaule.) Se friter : avoir une altercation, se battre. Danser comme une frite  : danser sans savoir- faire, de manière rigide et coincée, comme toi. En bref, la Frite apparaît dans les endroits les plus inattendus : au lit, en boîte (de nuit mais aussi en sachet dans les grandes surfaces) et même dans les clubs de freet- ght ou a la piscine. Étonnant. Il y a donc aiguille, en n anguille (puisque l'an- guille frite est un délice) sous roche. Pourquoi la Frite est-elle partout ? Pourquoi aussi les enfants se jettent-ils sur les Frites ? Pourquoi la Frite est-elle l'un des symboles de l'expansionnisme des États-Unis ??? Est-ce donc une image de puissance, comme l'épée? ...fort Février 2010. PROPOS . 45
  • 46. probable vu que les deux sont de forme phalli- ques...! De nombreuses questions se posent. Une chose est sûre, la Frite, tout le monde en mange. Et avec voracité. Nous avions préalablement émis l'hypothèse que l'homme attaque ce qui lui fait peur. Or l'attaque la plus directe, la plus instinctive est la morsure. La Frite ferait-elle donc peur à l'homme ? Très plausible. Beaucoup de choses s'expliquent alors. En effet, en n'acceptant pas sa peur de la frite, l'homme reporte cette phobie sur son entourage : la violence (se friter), la vie (avoir la frite, avoir la patate), l'eau (les frites en mousse), la recherche d'un partenaire sexuel (danser comme une frite), la reproduction (avoir la frite) et la mort (ré é- chissez, vous connaissiez tous une personne de votre entourage morte dans une friteuse). Et vous avez sûrement tous déjà entendu parler de cette vielle légende Aztèque des Extraterrestres qui ont été repoussés en l'an 1006 par l'invention de la Frite. La Frite serait donc véritablement la meilleure défense contre une invasion extraterres- tre. Le Frite de la Caverne est la plus terrible Frite ja- mais découverte, si vous croisez une frite et qu'elle vous semble originaire d'une caverne, attention, danger. J.N. 46 . PROPOS . Février 2010
  • 47. Une Larme d’Or Je suis la Mort, Que reste-t-il ? Bourreau des corps ; Juste mes larmes, Le Destructeur, Cri puéril, Vaine torpeur ! Rien qu’une larme. Pleurs sur l’humanité Non je ne veux pas, Et son inanité. Où est le malheur ! Beauté face à mes torts Non je ne veux pas, Dans mon cœur lame d’or. Quand vient l’heure, Je me s espoir et bonté Je pars et je pleure, Mais telle la vague qui fuit Je pars et j’ai peur. Le rivage, elle me quitta Si je reste je me perds Serais-je à jamais condamné ? Esclave de ma colère Cruauté ou espoir, Mais aussitôt douceur Pour toujours sont mêlés Car elle est à moi Passent derrière le Miroir Pour toujours à moi Trompant l’éternité. Ne restent que ses pleurs… JB Février 2010. PROPOS . 47
  • 48. Vous en rêviez, on l’a fait : NOTRE JOURNEE. [Pour ne pas heurter la sensibilité des différents protagonistes, nous utiliserons des noms de code.] 6h45 : le réveil sonne chez petit bison 10h : Aaaa cette agréable chaleur moite futé. Hum qu’est-ce que j’ai comme et transpirante à l’entrée de l’amphi. Pa- cours ce matin ? Hum a oui histoire gé- potage avec les copains/copines. Oui nérale. O et je suis SIIIIII fatiguée. Allez, promis nous sommes venues pour tra- je me rendors. Petit SMS de petit bison vailler ! futé à grand sioux d’Afrique 10h15 : petit bison futé a investi dans 6h45 : le réveil chez grand sioux d’Afri- un nouvel ordi. Pratique pour prendre les que. Hum j’ai tellement sommeil. Arf cours. Sauf que petit bison futé ne sait histoire générale. Bon allez je me lève. Je pas s’en servir. Quelle vie cruelle. Petit me motive. Douche. bison futé et grand sioux d’Afrique rigo- lent beaucoup trop pendant le cours de 7h : réception du message de petit bison microéconomie. Petit bison futé et grand futé. Lâcheuse. Bon allez grand sioux sioux d’Afrique sont vraiment de très retourne te coucher. Non allez, je bosse bonne humeur ce matin plutôt. 11h : arrivée de Petit poney dans l’amphi. 8h : “ bon allez faut que vraiment que je A ben pas trop tôt : Juste 3h de retard travaille et que j’arrête de regarder les petit poney. Mais petit poney a une séries si tôt le matin ”, pense grand sioux mauvaise nouvelle. Une vraiment mau- d’Afrique tandis que petit bison futé est vaise nouvelle. Plombage d’ambiance. reparti dans ses rêves Larmes. 9h45 : bon ben “ Turbulente Europe ” 12h : déjeuner à la cafétéria comme tout attendra. Toujours pas travaillé. Il est bon petit indien qui se respecte (ou, temps d’y allez. Petit bison futé et grand comme celui-qui-ne-peut-pas-se-passer- sioux d’Afrique se retrouvent à l’arrêt de-nous, au RU matin, midi et soir). observatoire et alimentent le calumet L’ambiance n’est pas au beau xe. Mais avec le 20 minutes heureusement la grande cuisinière de la 48 . PROPOS . Février 2010
  • 49. tribu était là pour, je cite “ péter la 18h55 : arrivée au centre commercial. gueule des chagrins des petits indiens ” Achat de chocolat, de fruit et surtout, surtout, surtout de (suspense) FOIE 13h : entre copines petites indiennes, le GRAS. Pcq JOYEUX NOEL ! moral remonte. Rire. 19h15 : arrivée dans le tipi rose de petit 13h30 : Aaa ce havre de paix que nous bison futé. Grand sioux d’Afrique se met appelons la bibliothèque. Nous voici en phase avec le 21e siècle et con gure faisant la danse de la microéconomie en l’ordi de petit bison futé, pendant que ton sein. celui-ci s’affaire au repas de cérémonie. 16h : pause goûter. Retour à la cafétéria. 20h : début de repas. Dégustation de Mais petit bison futé et grand sioux FOIE GRAS et de tellement de chocolat. d’Afrique ont des projets. Des projets Mais surtout, les yeux rivés sur l’homme, GENIAUX !!!! Vous aimeriez tous savoir le seul, l’unique, le merveilleux, l’in- hein !!!!! Suspense. croyable, le phénoménal et l’irremplaça- ble BRUNO MADINIER. Honte à vous 16h02 : retour à la bibliothèque. Philo- lecteurs de ne pas savoir qui il est. Rap- sophie de la vie. Petit bison futé enlève pelez-vous cette série de l’été il y a quel- ses mocassins. Grand sioux d’Afrique ques années DOLMEN il était là, tout répète 20 fois qu’il adore sa vie. Fou rire. en splendeur. Nous y étions aussi. Et Et nalement si peu de microéconomie. nous y sommes toujours. Bruno est l’homme de notre vie. 18h : réunion associative. Pour préserver notre anonymat, nous ne citerons pas 23h30 : petit bison futé et grand sioux l’association verdoyante à laquelle nous d’Afrique sont exténués par leur journée appartenons. si riche en émotions. Malgré cela, ils jugent utiles pour l’intérêt général de la 18h30 : mise en application des projets relater. Parce que leur vie est formidable. GENIAUX élaborés l’après-midi. Direc- Et surtout que vous mourrez d’envie de tion le centre commercial. la connaître. We know you love us XOXO Petit bison futé et grand Sioux d’ Afrique. Février 2010. PROPOS . 49
  • 50. essai 1 Un portail qui s'ouvre, le chant des ciga- montre, ce mp3, ce testeur, cette radio et les, le mistral, le bruissement des feuilles, les démonte. Il prend sont temps. De- le crissement des pneus sur les graviers... main il lira d'abord le journal, avec un cet endroit se résume à des litres de dé- café au lait, et ses trois médicaments que tails. L'odeur de la chaleur lèche mes je déteste tant : un ovale et deux ronds. narines. J'avance lentement, les yeux mi- Toujours bien habillé, quelle que soit clos, dans ce paradis perdu que je connais l'occasion, même pour ce petit déjeuner par cœur. Je les vois. hebdomadaire, il me sourira, me dira la Elle, la peau effeuillée par le temps, em- nouvelle la plus importante du jour, en y bellie par les années, avec les yeux inlas- trouvant une solution qui me paraîtra sablement rieurs. Cette image d'elle cui- être la meilleure. Puis il ira nettoyer la sinant un de mes plats préférée est omni- piscine, et ira dans son bureau. Après présente. Le parfum d'une blanquette, la manger il prendra un nouveau livre, qu'il vision de la buée sur les vitres, le coulis- nira d'ailleurs dans la journée. sement des tiroirs à ustensiles... tout y Mais ses lunettes posées délicatement sur est. Et après, quand le repas sera ni, son nez glisseront de leur support lors- après également que l'eau de la piscine a qu'il plongera dans un sommeil de effleuré mon corps, je retournerai à cette plomb, malgré l'attrait des lignes écrites table, abritée par un guier, pour jouer noir sur blanc qu’il chérit tant. Craintive aux dames avec elle. Encore une fois elle de le réveiller je prendrai soin de faire le me laissera gagner, encore une fois elle moins de bruit possible en ramassant mes portera délicatement son verre de menthe crayons, peut-être même les laisserai-je à ses lèvres, encore une fois elle feintera là. Et soudain dans un sursaut dû à ce l'étonnement de la défaite, encore une somme, il reviendrait à la vie qu'il aime fois je la contemplerai. tant. Le soir il ira porter le journal à la Puis je m'avancerai vers un bureau, si voisine, par le passé il m'aurait mis dans frais par cette chaleur étouffante, avec des une brouette et m'aurait poussée jus- livres sur toutes les étagères (ou plutôt qu'en bas de cette pente. Aujourd'hui des étagères en dessous de tous ces livres). cette pente est devenue une falaise et ce Sans surprise, assis là à réparer quelque qu'il détient n'est plus un manche mais objet que ce soit, je verrai mon grand- une canne. Anonyme père. Minutieusement il regarde cette 50 . PROPOS . Février 2010
  • 51. essai 2 Je regarde le fond de tes yeux qui m'ont regarde faire quelques parties de billard, tant de fois aspirée, et je les trouve un aimer prendre un café le matin, toujours peu plus rouges que d'habitude, un peu le même d'ailleurs, "un grand café s'il te plus durs et froids. Et tu tires une der- plait". C'est ton moment de repos. C'est nière fois sur ta cigarette pour en faire ton refuge ce bar. C'est un peu de toi sortir le plus de plaisir éphémère possi- d'ailleurs. ble. Je ne t'ai connu qu'avec cette odeur Tu penses que j'ai une si mauvaise idée collée à ton être. Odeur de tabac. Tu de toi que tu ne veux pas la connaître, tu l'éteins, tu l'écrases, tu la jettes, et déjà tu penses que je ne vois que ton coté em- la regrettes. Tu lèves tes yeux si blessés mard et étouffé, alors que je juge bien vers moi, et tu parles, tu alignes des plus. Quand tu souris, je me tais. Quand mots, tu parais épuisé par la vie que tu tu pleures, je me tais. Quand tu hurles, je mènes. Vie de débauche. Tu continues à me tais. Quand tu fumes, je me tais. discourir. Mais je n'entends rien, je suis J'admire en silence toutes ces facettes là, xée sur tes yeux qui se baladent à travers celles qui te constituent, celles que j'aime mes mille incertitudes que tu connais en silence. Il n'y a que toi qui donne tant sans les avoir jamais soupçonnées. Je me de vie à la fumée d'une cigarette, il n'y a sens légère, et tes mots rebondissent sur que toi qui serais prêt à me pousser jus- moi, comme ces deux larmes qui vien- qu'au bout de ce que j'entreprends. Et je nent de s'échapper. Tu me prends la t'aime en silence, parce que je n'ai plus le main, tu l'écrases. Ca me soulage. Il y a droit de l'annoncer à voix haute, je une musique en fond, que moi seule t'aime comme on aime une partie de soi, peux apprécier, elle sent ton odeur de contraire. Je t'aime comme une moitié jeune homme dépassé. opposée, qui sait aussi bien que moi- Tu te diriges vers ta deuxième famille, un même que tout n'est qu'illusions et rêves, bar aux mille souvenirs désenchantés. Tu naïveté et utopie. Et je me tais, frappée connais tous ceux qui y rentrent, tous les par ta lucidité. J'admire tes qualités hu- jours tu passes y faire un tour, ce n'est maines, et je regarde amèrement mes même plus une habitude, c'est bien plus, défauts en face. Ne perds plus ma main, c'est une obligation. Tu prends toujours continue à marcher dans un sens opposé, le même repas, tu t'assoies toujours à évite les peines et grandi, encore et à cette même table, tu y racontes toujours jamais. Je m'émerveille une dernière fois les même choses, tu y fumes toujours les de me taire en face de toi. Quatre mots mêmes cigarettes, et tu y grandis sans dans une tasse de café, "Brûlante, s'il trop t'en rendre compte. De loin, je te vous plait." Anonyme Février 2010. PROPOS . 51
  • 52. essai bis Je ne sais plus où aller. Alors, incon- fois je m’éloigne nalement de toi. sciemment, je prends mon portable et je Comment te dire que ces jeux entre nous compose ce numéro que je connais par ne m’amusent plus, évidemment puisque cœur. Le tiens. Il faut que je dorme quel- j’y perds. Ma erté n’en est plus la vic- que part. Envie insensée d’aller chez toi. time, depuis longtemps dans tes yeux je Même si je sais qu’il ne faut pas, plus. l’ai abandonnée. Mais mon corps, mon Quatre sonneries, je m'apprête à raccro- cœur, ma raison souffrent de ce vide que cher, car si je tombe sur ta messagerie tu chaque fois tu laisses en moi et que tu ne verras mon numéro. Mais tu décroches, combles que pour leur insuffler la vie in extremis, comme d'habitude. Ce jeu nécessaire à satisfaire tes désirs. entre nous, depuis combien d’années le pratiquons-nous ? Je te formule cette Je trouve une bouteille d'eau, négligem- phrase qui déjà me brûle les lèvres “ Tu es ment posée sur la table de la cuisine. Je chez toi ce soir ? ” Tu ne me demandes prends un verre et j'avale ce triste liquide plus pourquoi, tu te contentes de répon- incolore et inodore. Je me couche dans dre "Bien sûr". Deux mots. Six ans. Du ton lit, je ferme les yeux. J'essaye de doute. dormir, mais j'ai peur de ne pas me ré- veiller pour t'ouvrir. Je somnole, perdue A chacun de ces rendez-vous mon esprit entre rêve et réalité. Et ces minutes qui m’indique qu’il sera manqué, mais mal- ne passent pas... Plus qu'une heure et gré moi j’y crois, je xe une heure, je demi...une heure... une demi heure. Mon passe récupérer les clefs de ton apparte- portable nit par sonner et je me lève, ment. La petite clé pour la porte exté- dans un état semi-léthargique. Je regarde rieure, la plus grande pour la porte de ma tête endormie dans ces miroirs gigan- ton chez toi. Il est minuit dix, j'entre. tesques. Deux mots : Oh nan. Mes doigts Cette immensité pour moi seule. J'ex- peignent mes cheveux tant bien que mal, plore, je revisite, je redécouvre. Je m’im- et j'ouvre cette porte incroyablement prègne. Et l'attente. Ma pire ennemie. Tu lourde. Mes mains engourdies trouvent ne viens pas. Puis tu m'écris que tu ne ton épaule sur laquelle elles s'appuient, et seras là que dans deux longues heures. mes lèvres embrassent doucement tes Comment exprimer cet effroi, te faire joues froides. Je mime d'un geste désin- comprendre que c’est pour ça que chaque volte mon invitation à entrer chez toi. 52 . PROPOS . Février 2010
  • 53. Nous nous asseyons à la cuisine, moi mes chon, tu me proposes, toujours sur un genoux repliés, touchant mon menton, ton enfantin, un " câlin mais après au toi les jambes allongées au-devant, tes dodo". J'accepte. mains posées sur la table. Inlassablement nous discutons pendant deux heures ... Je sens tes bras m'enlacer et me bercer. trois heures... Puis nos yeux mi-clos et Ma tête est juste en dessous de la tienne, nos bâillements contagieux nous incitent et je sens ta respiration sur mes cheveux, à aller dormir. tout comme tu sens la mienne sur ta nuque. Mes mains sont sous ton t-shirt, Tu me sors un deuxième lit. J'ai du mal à arrivées là inexplicablement. Je te serre cacher ma surprise, au point de t'en faire fort comme si tu risquais de partir à une ré exion ironique, que tu relèves à n'importe quel moment. Tes mains sont peine... et tu as raison. Tu es épuisé, mais sur mes hanches, et pendant un instant je moi je n'ai plus sommeil. Alors d'un ton repense à l'impensable. Non. Nos jambes enfantin, je te demande si tu es d'hu- enlacées m'empêchent de les différencier meur à relever les dé s. Fatigué et septi- les unes des autres. Je sens ton cœur bat- que tu me réponds “ non pas ce soir ”, tre contre le mien, mais peut-être est-ce mais c'est trop tard. Mon coussin a atter- l'inverse? Je ne le trouve plus non plus. ri droit dans le mille et déjà tu cherches La seule chose que je sens ce sont nos le tien a n de me rendre la pareille. Nous mains, incapables de rester en place. Je rions tels deux mômes. Soudain je me t’embrasse dans le cou, et je t'entends sens perdre pied et dégringoler par terre, prononcer un "putain" à peine audible. ton oreiller, tombé là quelques secondes Pas le "putain fais chier" ni le "putain oh auparavant, amortissant ma chute. Je oui", juste un "putain" inquali able, n'arrive plus à respirer, j'ai un sourire qu'il faut entendre pour cerner. Un "pu- jusqu'aux oreilles. Tu te moques et me tain" d'incertitude. Le même "putain" tends la main pour m'aider à remonter. que j'ai pensé trente secondes avant. Ma Nous nous regardons, complices. Je me tête trouve un oreiller, où elle s'enfouit; couche à côté de toi, mais je n'arrive mes jambes toujours mélangées aux tien- toujours pas à dormir. Je te chuchote un nes. Il ne faut pas y penser. Mon visage se " tu dors?" qui forcément, je le savais, te rapproche du tiens, je pourrais le faire, réveille. Après un autre coup de polo- mais quelque chose me retient. Je te sup- Février 2010. PROPOS . 53
  • 54. plie intérieurement de m'arrêter, et en J'aimerais répondre mais ma voix s'est même temps de ne pas oser y penser. Je éteinte. Par un miracle j'arrive à articuler ne peux pas faire ça. Je ne dois pas. Ar- un "non". Un "non" sec, un "non" amer, rête mes mains, arrête mes doigts, arrête un "non" douloureux. Tu continues ta mes lèvres, arrête mon souffle, arrête- litanie. Je perçois des mots, je m'endors, moi. Continu de parcourir mon corps, je soupire, tu me reformule ta question continu de respirer sur mes joues, conti- "tu fais la gueule ?", à laquelle je réponds nu de me serrer fort, continu de me faire cette fois-ci " Je t'ai déjà dit que non". sentir que nous ne sommes qu'un. Mais Mes yeux se ferment. Je m'endors. tu saisis ces sensations, et toi mieux que quiconque sait à quel point elles nous Deux heures plus tard, je me réveille. Je sont dangereuses. Les mots sont inutiles, me lève à tâtons, cherchant mon sac, mes les pensées suffisent. Mais pour me ré- chaussures, mes fringues. Je prends ce qui sonner j'ai besoin que tu le dises " re- me tombe sous la main et je sors de ta tourne dans ton lit". J'entends ces quatre chambre. Je passe mon jean, un t-shirt et mots sans y croire. J’entends ces mots parcours les étagères de cette autre telle une enfant de quatre ans qui vient chambre, a n d'y trouver du papier. Je de se faire rabrouer. Ca fait si mal la réali- prends un stylo et écrit des mots irre- té. Tes mots ont cette pointe de franchise trouvables. Je repasse dans ta chambre, qui vise simplement et juste. Quatre récupère mon Ipod, faisant craquer le mots, c'est tout. Je m'allonge, je retrouve parquet à chacun de mes pas. Tu te ré- mes jambes mais plus mon esprit. veilles, me demande ce que je fais. "Rien, rendors-toi". Je quitte la pièce et referme Je mets cinq interminables secondes à minutieusement la porte. J'attrape ma retrouver leur usage, à me lever, à "re- veste, pose le mot sur la table de la cui- tourner dans mon lit". Tu me parles, sine. J'ouvre cette porte d'entrée encore mais je ne t'entends pas, je somnole. Je plus lourde au petit matin, fais un pas t'écoute mais tes mots atteignent mon au-dehors et par l'entrebâillement aper- cœur défait et non plus mes oreilles affû- çois ce verre d'eau qui la veille avait su tées. Je suis maintenant dans mon lit, étancher ma soif... pétri ée, incapable de prononcer un mot. Tu me demande si je fais la gueule. Anonyme 54 . PROPOS . Février 2010
  • 55. SCIENCES POTIN (Novembre 2009 - Janvier 2010) C’est l’hiver ! Les corps sont enfouis sous plusieurs épaisseurs de vêtements peu sexy, l’humidité ambiante détruit les brushings, les nez sont rouges et les réveils de plus en plus durs. Mais que le Pipo ne se démotive pas, car cette période rimant dangereusement avec exams n’est pas totalement dénuée de glamour ! Encore une fois des héros, oui, des héros se sont surpassés pour nous vendre du rêve et égayer nos tristes journées. À découvrir sans plus attendre…. Et à l’intention de nos plus fervents détracteurs, un peu de ré exion : « On peut rire de tout, mais pas avec n’importe qui ». Pierre Desproges NDLR : un immense merci à nos nombreux collabora- teurs, qui ont donné d’eux- mêmes pour collecter des informations et nous les transmettre. Sans eux, Science Potin ne serait rien. Nous travaillons main dans la main au service de la Vérité. Février 2010. PROPOS . 55
  • 56. Ça ro ucoule sec… nours Les nouveautés love du moment ou la rubrique Bisou jolie Claire ne sur- Claire D (2A) et Vincent C (2A) : le Préz’ du BDE et la dure depuis plus prennent personne avec cette idylle déjà fort sérieuse qui de 2 mois. Mais malgré leur coming out, ils semblent déterminés à cacher leur amour du regard des cu- rieux. Ce qui ne fait qu’entretenir la légende. Toutes nos excuses ! Il semblerait que nous ayons ou- blié de mentionner dans le dernier numéro le couple que forment P-A (2A) et Valérie (2A) depuis plus de 6 mois. C ’est fini ! On n’en parle plus. Miss et Mister Bizu ‘08, Camille M et Raphaël P, mettent finalement un terme à leur relation. Claire et Vincent, un duo in- fluent au BDE… Selon nos sources, Alexandre B (2A) et Marie M (1A) ne devraient plus non plus voir la vie en rose ensemble. Jusqu’à une période récente, la séparation semblait pour le moins bancale puis- que les amants maudits ont été aperçus maintes fois en flagrant délit, mais la page semble dé- sormais définitivement tournée. Amitiés viriles Un vent de renouveau souffle sur l’IEP… Mais qu’arrive-t-il à nos spor- tifs  ? Les douches communes, c’est décidément plus ce que c’était. Victor D et Nelson V (2A) : un petit bisou à la soirée Parrainage entre meilleurs copains, ça se fait ! Non… ? Ah bon. Geoffrey (1A) et Adrien G  (1A) : une embras- sade pour le moins sale au Rafiot, pour le plus grand bonheur de la gent féminine (ou pas). Victor semble y mettre tout son cœur… 56 . PROPOS . Février 2010
  • 57. Le Gala ou la valse de la chope Le Gala, temple du glamour, apo- théose du trash… Mais surtout tra- Mais à quoi peut bi en penser Camille ? ditionnellement LA soirée de l’an- née, enregistrant un nombre im- pressionnant de chopes. Dérapages incontrôlés à consommer sans mo- dération. Tiphaine G et Antoine U (1A)  Tiphaine G et Lucas (un lil- lois) Anna B (2A) et ce même Lu- Marie et Johann, la danseuse et cas le pompom boy : Barbie et Ken Pauline DP (2A) et Lingette version IEP (3A) : multi récidive. Tiphaine G et Mallien (1A) : récidive. Alex B (2A) et Camille P (2A)  Marie (1A) et Johann G (1A) Camille P (1A) et Bizu ‘09 (1A) : glamour ! Alex B (2A) et Marie M (1A) : récidive. Camille D (1A) et Sébastien Tiphaine ne se lasse pas des petits D (2A) : récidive. 1A puceaux, à tel point qu’elle ne manque pas d’être taxée de JB M (2A) et Sarah C (2A) pédophile par de nombreux 2A. es ience Potin, d la rubles 3a Chopversiondu monou e : rique du tourisme sexuel. El Mundo Sc d’avoir goûté aux Louis H de 3A, non content Il sem blerait que le serial chopeur aurait finalement jeté nes femmes de Manchester, charmes de la moitié des jeu salue cet effort d’intégration remarquable. son dévolu sur… Un homme . On Février 2010. PROPOS . 57
  • 58. Chopes en vrac L’essentiel de la chope informelle. Alex B et Sixtine (4A) : anniversaire de Nelson. Sarah P (1A) et Victor G (1A) : soirée parrainage au Rafiot Pierre B (2A) et Lola (1A) : récidive Victor D et Sixtine (4A) : multi récidive. nnelle ici Sébastien D (2A) et Camille D (1A) : multi réci- Camille D, chasseuse professio prise en flag avec Séb’, aurait désormais en la per- dive. trouvé chaussure à son pied 5A… Belle sonne du très sexy Pierre de prise ! Trash : l’essentiel du vomi Il faut savoir s’arrêter à temps ! Du côté des 2A, il semble que la leçon ne soit toujours pas rentrée pour certains… On commence avec Miss Bizuth ‘08, qui lâche une petite galette gracieuse dans la poubelle du palais U au Gala, et ce en toute discrétion. Déjà moins classe est le vomi de Thi- Thibaut en mauvaise posture, baut BG, qui n’a pas hésité à recouvrir la même Miss Bizuth quelques minutes des restes de son repas à l’anniversaire de Clément K. Mais avant de poser galette la palme du Vomito revient à Tristan L, qui a littéralement repeint les murs (et les meubles si l’on en croit ses propres dires) de son appart après la soirée post exam du 14 janvier. L’avis du Professeur Lovamour Analyse transversale de l’infor- «  chopeurs de l’ombre  », outsi- mation pour vous donner la clé ders moins bling mais tout aussi de l’actualité glamour. productifs dans le secret : la petite Camille D, 18 ans « Une fin d’année très hot, si l’on et 3 jours, joue les ap- en croit les statistiques. Jetons prenties sorcières en s’at- un bref coup d’œil aux chiffres  : taquant au moindre chro- avec au minimum 4 chopes dans mosome Y se trouvant la population des 1A, Tiphaine G, dans un rayon de 5 mètres, chef pompom et boussale émé- tandis que notre roux Ben- rite, se place en tête du palmarès jamin enchaîne les chopes féminin. Du côté de la gent mas- non déclarées. A garder à culine, on admire le retour en l’œil également  : le rocker force de l’athlète Victor D, qui Alex B de 2A, qui a plus cumule lui aussi les conquêtes  : d’un tour dans son sac. Camille P de 1A et la célèbre Six- Mon conseil  : maintenez une tine de 4A (qui a quant à elle fait croissance exponentielle de la succomber la presque totalité du chope pour que les mois pro- BDS) en font partie. A côté de chains soient placés sous le signe cela, on distingue quelques du scandale ! » 58 . PROPOS . Février 2010
  • 59. Remerciements Merci à tous ceux qui ont fait en sorte que ce nouveau numéro de Propos voit le jour, en particulier : David, qui a mis au monde cette petite merveille et dont le soutien psychologique a permis à la rédaction de ne pas tomber dans la déprime, Elliot qui s’est comme toujours surpassé pour vous livrer un beau numéro, bien mis en page et agréable à lire, Monsieur Clément dont la bonne humeur a contribué à étoffer Weill à ce que tu dis de répliques cultes Vous tous qui avez pris le temps d’écrire et de vous ex- primer pour enrichir la vie des nombreux pipos qui vous liront, Mes camarades du BDP qui ont fait preuve de créativité, Loïc O., notre propagandiste maison qui manque parfois de temps mais jamais de bonne volonté ( hé ! Elle est où la nouvelle vidéo ?) Direction de la publication : Jean-Baptiste Müller, Sarah-Lou Lepers, Charlotte Guériaux, Grégoire Kuhn Conception et mise en page : Elliot Lepers Impression : David Martella Février 2010. PROPOS . 59
  • 60. Février 2010 60 . PROPOS . Février 2010