POUR UN NOUVEAU
PARTENARIAT MONDIAL :
VERS L’ÉRADICATION DE LA PAUVRETÉ ET LA
TRANSFORMATION DES ÉCONOMIES PAR LE
BIAIS DU...
UN NOUVEAU PARTENARIAT MONDIAL :
VERS L’ÉRADICATION DE LA PAUVRETÉ ET LA TRANSFORMATION DES ÉCONOMIES PAR LE BIAIS DU DÉVE...
L’APRÈS-2015
Dr. Susilo Bambang Yudhoyono		 Ellen Johnson Sirleaf		 David Cameron
LETTRE DES COPRÉSIDENTS DU GROUPE DE PER...
L’APRÈS-2015
REMERCIEMENTS
Les membres du Groupe de personnalités de haut niveau chargé du programme de
développement pour...
L’APRÈS-2015
« Ce qui est à la fois notre vision et la responsabilité qui nous est dévolue, c’est de mettre fin à
l’extrêm...
Une tendance en particulier, le changement climatique,
déterminerasinouspourronsounonréalisernosambitions.
Les preuves sci...
L’APRÈS-2015
avec l’égalité des chances pour tous, peuvent engendrer
un dynamisme créateur d’emplois et de moyens de
subsi...
L’APRÈS-2015
TABLE DES MATIÈRES
Chapitre I : Vision et cadre de référence du programme de développement pour
l’après-2015�...
L’APRÈS-2015 | 1
Définir un nouveau cap
Il nous a été demandé, en tant que membres du Groupe de haut niveau chargé du
prog...
2
des experts représentant des organisations multilatérales,
des gouvernements nationaux et des pouvoirs publics
locaux. N...
L’APRÈS-2015 | 3
développement à la fois ambitieuse et pragmatique pour
laquelle nous avons reçu mandat du Secrétaire géné...
4
représentent également une opportunité s’ils relancent
l’esprit de solidarité, le respect et l’avantage mutuels, en se
f...
L’APRÈS-2015 | 5
méfiance.
Les peuples s’inquiètent autant de disposer d’institutions
solides que de se protéger contre le...
6
pressions accrues, et pèseront encore davantage sur les
milliards d’autres êtres humains censés rejoindre la classe
moye...
L’APRÈS-2015 | 7
Cinq réorientations
Le Groupe voit cinq grandes réorientations transformatrices qui constituent les prior...
8
les femmes, les filles et les garçons.
Ces questions relèvent de la justice sociale la plus
élémentaire. Souvent,  ceux ...
L’APRÈS-2015 | 9
des investissements dans le développement durable
sont élevés, surtout si les pays en question ont accès
...
10
les pays où elles opèrent, et être transparentes quant aux
retombées financières, sociales et environnementales
de leur...
L’APRÈS-2015 | 11
du jour au lendemain, mais nous devons aller au-delà
de la routine établie et nous y atteler dès aujourd...
French United Nations Post-2015 New Global Partnership Development Agenda by High Level Panel of Eminent Persons
French United Nations Post-2015 New Global Partnership Development Agenda by High Level Panel of Eminent Persons
French United Nations Post-2015 New Global Partnership Development Agenda by High Level Panel of Eminent Persons
French United Nations Post-2015 New Global Partnership Development Agenda by High Level Panel of Eminent Persons
French United Nations Post-2015 New Global Partnership Development Agenda by High Level Panel of Eminent Persons
French United Nations Post-2015 New Global Partnership Development Agenda by High Level Panel of Eminent Persons
French United Nations Post-2015 New Global Partnership Development Agenda by High Level Panel of Eminent Persons
French United Nations Post-2015 New Global Partnership Development Agenda by High Level Panel of Eminent Persons
French United Nations Post-2015 New Global Partnership Development Agenda by High Level Panel of Eminent Persons
French United Nations Post-2015 New Global Partnership Development Agenda by High Level Panel of Eminent Persons
French United Nations Post-2015 New Global Partnership Development Agenda by High Level Panel of Eminent Persons
French United Nations Post-2015 New Global Partnership Development Agenda by High Level Panel of Eminent Persons
French United Nations Post-2015 New Global Partnership Development Agenda by High Level Panel of Eminent Persons
French United Nations Post-2015 New Global Partnership Development Agenda by High Level Panel of Eminent Persons
French United Nations Post-2015 New Global Partnership Development Agenda by High Level Panel of Eminent Persons
French United Nations Post-2015 New Global Partnership Development Agenda by High Level Panel of Eminent Persons
French United Nations Post-2015 New Global Partnership Development Agenda by High Level Panel of Eminent Persons
French United Nations Post-2015 New Global Partnership Development Agenda by High Level Panel of Eminent Persons
French United Nations Post-2015 New Global Partnership Development Agenda by High Level Panel of Eminent Persons
French United Nations Post-2015 New Global Partnership Development Agenda by High Level Panel of Eminent Persons
French United Nations Post-2015 New Global Partnership Development Agenda by High Level Panel of Eminent Persons
French United Nations Post-2015 New Global Partnership Development Agenda by High Level Panel of Eminent Persons
French United Nations Post-2015 New Global Partnership Development Agenda by High Level Panel of Eminent Persons
French United Nations Post-2015 New Global Partnership Development Agenda by High Level Panel of Eminent Persons
French United Nations Post-2015 New Global Partnership Development Agenda by High Level Panel of Eminent Persons
French United Nations Post-2015 New Global Partnership Development Agenda by High Level Panel of Eminent Persons
French United Nations Post-2015 New Global Partnership Development Agenda by High Level Panel of Eminent Persons
French United Nations Post-2015 New Global Partnership Development Agenda by High Level Panel of Eminent Persons
French United Nations Post-2015 New Global Partnership Development Agenda by High Level Panel of Eminent Persons
French United Nations Post-2015 New Global Partnership Development Agenda by High Level Panel of Eminent Persons
French United Nations Post-2015 New Global Partnership Development Agenda by High Level Panel of Eminent Persons
French United Nations Post-2015 New Global Partnership Development Agenda by High Level Panel of Eminent Persons
French United Nations Post-2015 New Global Partnership Development Agenda by High Level Panel of Eminent Persons
French United Nations Post-2015 New Global Partnership Development Agenda by High Level Panel of Eminent Persons
French United Nations Post-2015 New Global Partnership Development Agenda by High Level Panel of Eminent Persons
French United Nations Post-2015 New Global Partnership Development Agenda by High Level Panel of Eminent Persons
French United Nations Post-2015 New Global Partnership Development Agenda by High Level Panel of Eminent Persons
French United Nations Post-2015 New Global Partnership Development Agenda by High Level Panel of Eminent Persons
French United Nations Post-2015 New Global Partnership Development Agenda by High Level Panel of Eminent Persons
French United Nations Post-2015 New Global Partnership Development Agenda by High Level Panel of Eminent Persons
French United Nations Post-2015 New Global Partnership Development Agenda by High Level Panel of Eminent Persons
French United Nations Post-2015 New Global Partnership Development Agenda by High Level Panel of Eminent Persons
French United Nations Post-2015 New Global Partnership Development Agenda by High Level Panel of Eminent Persons
French United Nations Post-2015 New Global Partnership Development Agenda by High Level Panel of Eminent Persons
French United Nations Post-2015 New Global Partnership Development Agenda by High Level Panel of Eminent Persons
French United Nations Post-2015 New Global Partnership Development Agenda by High Level Panel of Eminent Persons
French United Nations Post-2015 New Global Partnership Development Agenda by High Level Panel of Eminent Persons
French United Nations Post-2015 New Global Partnership Development Agenda by High Level Panel of Eminent Persons
French United Nations Post-2015 New Global Partnership Development Agenda by High Level Panel of Eminent Persons
French United Nations Post-2015 New Global Partnership Development Agenda by High Level Panel of Eminent Persons
French United Nations Post-2015 New Global Partnership Development Agenda by High Level Panel of Eminent Persons
French United Nations Post-2015 New Global Partnership Development Agenda by High Level Panel of Eminent Persons
French United Nations Post-2015 New Global Partnership Development Agenda by High Level Panel of Eminent Persons
French United Nations Post-2015 New Global Partnership Development Agenda by High Level Panel of Eminent Persons
French United Nations Post-2015 New Global Partnership Development Agenda by High Level Panel of Eminent Persons
French United Nations Post-2015 New Global Partnership Development Agenda by High Level Panel of Eminent Persons
French United Nations Post-2015 New Global Partnership Development Agenda by High Level Panel of Eminent Persons
French United Nations Post-2015 New Global Partnership Development Agenda by High Level Panel of Eminent Persons
French United Nations Post-2015 New Global Partnership Development Agenda by High Level Panel of Eminent Persons
French United Nations Post-2015 New Global Partnership Development Agenda by High Level Panel of Eminent Persons
French United Nations Post-2015 New Global Partnership Development Agenda by High Level Panel of Eminent Persons
French United Nations Post-2015 New Global Partnership Development Agenda by High Level Panel of Eminent Persons
French United Nations Post-2015 New Global Partnership Development Agenda by High Level Panel of Eminent Persons
French United Nations Post-2015 New Global Partnership Development Agenda by High Level Panel of Eminent Persons
French United Nations Post-2015 New Global Partnership Development Agenda by High Level Panel of Eminent Persons
French United Nations Post-2015 New Global Partnership Development Agenda by High Level Panel of Eminent Persons
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

French United Nations Post-2015 New Global Partnership Development Agenda by High Level Panel of Eminent Persons

714

Published on

French United Nations Post-2015 New Global Partnership Development Agenda by High Level Panel of Eminent Persons

Published in: Business
0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
714
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
1
Actions
Shares
0
Downloads
2
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

French United Nations Post-2015 New Global Partnership Development Agenda by High Level Panel of Eminent Persons

  1. 1. POUR UN NOUVEAU PARTENARIAT MONDIAL : VERS L’ÉRADICATION DE LA PAUVRETÉ ET LA TRANSFORMATION DES ÉCONOMIES PAR LE BIAIS DU DÉVELOPPEMENT DURABLE Rapport du Groupe de personnalités de haut niveau chargé du programme de développement pour l’après-2015
  2. 2. UN NOUVEAU PARTENARIAT MONDIAL : VERS L’ÉRADICATION DE LA PAUVRETÉ ET LA TRANSFORMATION DES ÉCONOMIES PAR LE BIAIS DU DÉVELOPPEMENT DURABLE Copyright © 2013 Nations Unies Tous droits réservés Adresser toute demande de reproduction, y compris pour les droits subsidiaires à : United Nations Publications, 300 E 42nd Street, New York, NY 10017 email: publications@un.org web: un.org/publications Avertissement : Les membres du Groupe ne sont pas nécessairement d’accord avec chacun des points et détails du rapport, mais ils l’avalisent tous. Production : bocoup
  3. 3. L’APRÈS-2015 Dr. Susilo Bambang Yudhoyono Ellen Johnson Sirleaf David Cameron LETTRE DES COPRÉSIDENTS DU GROUPE DE PERSONNALITÉS DE HAUT NIVEAU CHARGÉ D’ÉTUDIER LE PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT POUR L’APRÈS-2015 30 mai 2013 à l’attention du Secrétaire général En juillet 2012, vous nous avez chargés de co-présider un Groupe de vingt-sept personnes afin de vous présenter des recommandations sur le programme de développement pour l’après-2015. Nous espérons que vous trouverez le rapport qui en résulte à la fois ambitieux et pragmatique. Nous avons mené des consultations approfondies dans toutes les régions et dans de nombreux secteurs, notamment auprès des personnes vivant dans la pauvreté, qui nous ont fait part de leurs opinions et de leurs priorités. Nous sommes extrêmement reconnaissants de l’aide précieuse qui nous a été apportée par le secrétariat du Groupe, sous la direction du Dr. Homi Kharas, et avons largement bénéficié des consultations régionales, nationales et thématiques organisées par le système des Nations Unies et les États membres. Notre Groupe a mené ses travaux dans un esprit de coopération très positif. Des débats énergiques et passionnés nous ont permis d’apprendre les uns des autres. C’est avec un grand optimisme que nous vous transmettons nos recommandations, et avec le sentiment que notre génération aura la possibilité de vivre une transformation qui mettra fin à la pauvreté grâce au développement durable. Nous soulignons cinq réorientations transformatrices, applicables aussi bien aux pays développés qu’aux pays en développement, avec notamment un nouveau partenariat mondial, fondement d’un programme unique et universel pour l’après-2015, qui permettra de concrétiser cette vision pour le bien de l’humanité. Notre rapport illustre la manière dont de nouveaux objectifs et des cibles quantifiables pourraient être définis dans le sillage de ces réorientations transformatrices. Cette liste est plus indicative que normative. Bienqu’ilyaitnaturellementeudesdivergencesdepointsdevueauseinduGroupequantàlaformulation exacte des exemples pour certains objectifs ou cibles indicatifs, nous avons convenu que notre rapport serait considéré comme incomplet sans une tentative collective de démontrer la possibilité d’élaborer un programme clair et simple s’inspirant des objectifs du Millénaire pour le développement et du processus Rio+20. Nous espérons qu’il suscitera le débat sur les priorités qui devront être établies si la communauté internationale doit convenir d’un nouveau cadre de développement avant l’arrivée à expiration des objectifs du Millénaire pour le développement. Avec nos meilleures salutations,
  4. 4. L’APRÈS-2015 REMERCIEMENTS Les membres du Groupe de personnalités de haut niveau chargé du programme de développement pour l’après-2015, mandatés par le Secrétaire général, souhaitent exprimer leur profonde reconnaissance aux gouvernements, organisations, institutions, entités des Nations Unies et individus qui ont apporté leurs points de vue, leurs idées et leur aide de façon précieuse tout au long des travaux du Groupe. Le Groupe remercie également les Gouvernements de l’Allemagne, de la Colombie, du Danemark, des États-Unis, de l’Indonésie, du Japon, du Liberia, du Mexique, des Pays- Bas, de la Suède et du Royaume-Uni, ainsi que la Fondation Ford, Havas et la Fondation Hewlett pour leurs contributions financières et en nature. Les délibérations du Groupe ont été instruites par le vaste processus consultatif mené par les Nations Unies, conformément aux instructions du Secrétaire général dans l’énoncé de notre mandat. Ce processus inclut des consultations thématiques nationales et internationales réalisées sous l’égide du Groupe des Nations Unies pour le développement (GNUD), des consultations régionales réalisées par les commissions régionales, des consultations auprès d’entreprises du monde entier sous la direction du bureau du Pacte mondial des Nations Unies, et les opinions des communautés scientifique et universitaire, exprimées par le biais du Réseau de solutions pour le développement durable. Nous sommes reconnaissants de la perspective offerte lors de ces consultations approfondies. Le Groupe souhaite également remercier les membres de plus de 5 000 organisations de la société civile ainsi que les 250 dirigeants de grandes entreprises, qui ont partagé leurs précieux points de vue et idées avec nous lors de différentes consultations, en personne ou en ligne. Notre reconnaissance va aussi aux personnes ayant soumis bulletins politiques, recherches et autres contributions au processus. Leurs noms figurent dans la liste disponible sur le site www.post2015hlp.org. Les membres du Groupe souhaitent exprimer leur profonde gratitude aux personnels du secrétariat du Groupe (liste à l’annexe VII), dirigé par le Dr. Homi Kharas, pour leur dévouement et leur rigueur intellectuelle, ainsi qu’aux institutions qui les ont libérés de leurs obligations pour leur permettre de nous apporter leur concours. Ils remercient également les experts pour leur aide et leur dévouement tout au long de l’élaboration de ce rapport. Nous saluons et apprécions avec reconnaissance toute cette aide et ces contributions.
  5. 5. L’APRÈS-2015 « Ce qui est à la fois notre vision et la responsabilité qui nous est dévolue, c’est de mettre fin à l’extrêmepauvretésoustoutessesformesdanslecontextedudéveloppementdurableetdemettre enplacelesélémentsconstitutifsd’uneprospéritédurablepourtous.»1 Le Groupe s’est réuni avec un sentiment d’optimisme et de profond respect pour les objectifs du Millénaire pour le développement (OMD). La réduction de la pauvreté la plus rapide de l’histoire de l’humanité a été observée lors des treize années qui ont suivi l’entrée dans le nouveau millénaire : le nombre de personnes vivant en dessous du seuil de pauvreté international fixé à 1,25 dollar par jour a diminué d’un demi-milliard. Le taux de mortalité infantile a diminué de plus de 30 % et près de trois millions d’enfants supplémentaires sont sauvés chaque année par rapport à l’an 2000. Les décès imputables au paludisme ont été réduits d’un quart. Ces progrès sans précédent découlent d’un ensemble de facteurs tels que la croissance économique, l’amélioration des politiques et un engagement mondial en faveur des objectifs du Millénaire pour le développement, qui ont inspiré un cri de ralliement à l’échelle planétaire. Face à ce succès remarquable, il serait erroné d’abandonner ces objectifs du Millénaire pour le développement et de repartir de zéro. Comme les dirigeants mondiaux en sont convenus à Rio en 2012, de nouveaux objectifs et de nouvelles cibles doivent être définis dans le respect des droits humains universels, et les travaux lancés dans le cadre des OMD doivent être achevés, le point central étant d’éliminer l’extrême pauvreté de la surface du globe à l’horizon 2030. Les dirigeants ont fait cette promesse maintes et maintes fois au cours de l’histoire. Aujourd’hui, elle peut enfin être honorée. Ainsi,unnouveauprogrammededéveloppementdevraitreposersurl’espritdelaDéclaration du Millénaire et les points forts des OMD, en portant une attention toute particulière à la pauvreté,lafaim,l’eau,l’assainissement,l’éducationetlasanté.Maispourréalisernotrevision de la promotion d’un développement durable, nous devons aller au-delà des OMD, qui ne se sont pas suffisamment appliqués à cibler les personnes les plus pauvres ou victimes d’exclusion. Ils sont restés silencieux sur les effets dévastateurs des conflits et de la violence sur le développement. Des facteurs importants du développement, tels qu’une bonne gouvernance et des institutions qui garantissent l’état de droit, la liberté d’expression ainsi qu’un gouvernement transparent et responsable, n’ont pas été inclus, pas plus que le besoin d’un mode de croissance inclusif favorisant la création d’emplois. Mais le plus grand échec des OMD réside dans le fait qu’ils ont omis d’intégrer les aspects économiques, sociaux et environnementauxdudéveloppementdurabletelquel’envisagelaDéclarationduMillénaire, et qu’ils n’ont pas pris en compte la nécessité de promouvoir des modèles de consommation et de production durables. De ce fait, l’environnement et le développement n’ont jamais été correctementtraitésenmêmetemps.Chacuntravaillaitdur–maissouventséparément–sur des problèmes interconnectés. Le Groupe a donc posé quelques questions simples : en premier lieu, que faut-il conserver, modifier ou ajouter aux OMD actuels ? Pour répondre à ces questions, nous avons écouté les points de vue de femmes et d’hommes, de jeunes, de parlementaires, d’organisations de la société civile, de peuples autochtones et de communautés locales, de migrants, d’experts, d’entreprises,desyndicatsetdegouvernements.Nousavonsnotammententendus’exprimer des centaines de milliers de personnes partout dans le monde lors de rencontres en face-à- facemaisaussiparlebiaisd’enquêtes,d’entretiensauseindescommunautésetdesondages par téléphone portable ou en ligne. Nous avons examiné les changements importants qu’a connus le monde depuis l’an 2000 et lesmutationssusceptiblesdesedévelopperd’icià2030.Noussommesaujourd’huiunmilliard de plus, la population mondiale s’élevant à sept milliards, et un milliard supplémentaire est prévu à l’horizon 2030. Plus de la moitié d’entre nous vit désormais en ville. L’investissement privé dans les pays en développement éclipse les flux d’aide. Le nombre d’abonnements de téléphoneportableestpassédemoinsd’unmilliardàplusdesix.GrâceàInternet,nombreux sont ceux qui cherchent maintenant à établir des liens commerciaux ou à obtenir des informationsauxquatrecoinsdumonde.Pourtantl’inégalitédemeureettousn’ontpasaccès auxmêmesopportunités.Le1,2milliarddepersonneslespluspauvresreprésenteseulement 1 pour cent de la consommation mondiale tandis que le milliard de personnes les plus riches consomme 72 pour cent. RÉSUMÉ ANALYTIQUE
  6. 6. Une tendance en particulier, le changement climatique, déterminerasinouspourronsounonréalisernosambitions. Les preuves scientifiques de la menace directe que celui- ci représente se sont accumulées. Les pressions exercées par des modèles de production et de consommation non viables se manifestent clairement dans des domaines comme la déforestation, la pénurie d’eau, le gaspillage alimentaire et le niveau élevé des émissions de carbone. Les pertes imputables aux catastrophes naturelles – dont les sécheresses, les inondations et les tempêtes – ont augmenté à une vitesse alarmante. Les personnes vivant dans la pauvreté seront les premières et les plus durement touchées par le changement climatique. Les actions menées dès à présent seront bien moins onéreuses que la résolution des problèmes futurs. Réfléchir à ces questions et en débattre a constitué un véritable parcours de réflexion pour les membres du Groupe. Lors de notre première rencontre à New York, le Secrétaire général nous a chargés de créer une vision à la fois ambitieuse et pragmatique du développement au-delà de 2015. À Londres, nos discussions se sont axées sur la pauvreté des ménages : la réalité quotidienne de la vie à la limite de la survie. Nous avons pris en compte les nombreuses dimensionsdelapauvreté,ycomprislasanté,l’éducationet les moyens de subsistance, mais aussi les demandes pour davantage de justice, une plus grande responsabilisation et la fin des violences à l’égard des femmes. Nous avons également été inspirés par des histoires expliquant comment à force d’efforts et de travail, des personnes ou des communautés avaient pu arriver à une certaine prospérité. À Monrovia, nous avons parlé de la transformation économique et des éléments constitutifs d’une croissance qui débouche sur l’inclusion sociale et le respect de l’environnement : ou comment exploiter l’ingéniosité et le dynamisme des entreprises pour favoriser le développement durable. De plus, nous avons vu de nos propres yeux les progrès extraordinaires qui peuvent être accomplis lorsqu’un pays jadis ravagé par les conflits peut rétablir la paix et la sécurité. À Bali, nous nous sommes accordés sur l’importance capitale de mener dans un nouvel esprit un partenariat mondial pour un programme orienté vers les personnes et soucieux de la planète, basé sur le principe de notre humanité commune. Nous sommes convenus de pousser les pays développés à respecter leur part du contrat, en honorant leurs engagements d’aide mais également en réformant leurs politiques commerciales, fiscales et de transparence, en veillant à mieux réguler les marchés financiers et des matières premières mondiaux et en ouvrant la voie du développement durable. Nous sommes convenus que les pays en développement se sont efforcés de financer leur propre développement et qu’ils seront capables d’en faire davantage au fur et à mesure que leurs revenus augmentent. Nous sommes également convenus delanécessitédegérerlesmodèlesdeconsommationetde production mondiales de manière plus juste et durable. Et noussommessurtoutconvenusqu’unenouvellevisiondoit êtreuniverselle:elledoitdonnerdel’espoirmaiségalement définir les responsabilités de chacun dans le monde. Ces réunions et consultations nous ont stimulés, inspirés et convaincus de la nécessité d’un nouveau paradigme. Nous ne pensons pas avoir le choix : il faut agir. Nous en avons conclu que le programme pour l’après-2015 sera un programmeuniverselquidevrasebasersurcinqgrandes réorientations transformatrices : 1. Nelaisserpersonnedecôté.Nousdevonsresterfidèles aux promesses initialement contenues dans les objectifs du Millénaire pour le développement et terminer ce qu’ils ont commencé. Après 2015, nous devrions passer de la réduction à l’éradication de l’extrême pauvreté sous toutes ses formes. Nous devrions nous assurer que chacun d’entre nous, indépendamment de son appartenance ethnique, sexe,situationgéographique,handicap,raceouautrecritère, jouisse des droits humains universels et des opportunités économiques les plus élémentaires. Nous devrions fixer des objectifs visant les groupes victimes d’exclusion, en nous assurant par exemple de suivre les progrès à tous les niveaux de revenus et en offrant une protection sociale pour aider chacun à faire face aux incertitudes de la vie. Nous pouvons être la première génération de l’histoire de l’humanité à éradiquer la faim et à s’assurer que tous accèdent à un niveau élémentaire de bien-être. Il ne peut y avoir d’excuse. Il s’agit d’un programme universel, pour lequel chacun doit accepter sa part de responsabilité. 2. Placer le développement durable au cœur des débats. Pendant vingt ans, la communauté internationale a aspiré à intégrer les dimensions sociales, économiques et environnementales de la durabilité mais aucun pays n’y est encoreparvenu.Nousdevonsagirmaintenantpourstopper la progression alarmante du changement climatique et de la dégradation de l’environnement, qui constituent une menace sans précédent pour l’humanité. Nous devons arriver à une plus grande inclusion sociale. Il s’agit d’un défi universel, pour chaque pays et chaque habitant de la planète. Cela nécessitera un changement structurel, avec de nouvelles solutions et de nouvelles opportunités. Les paysdéveloppésontunrôleparticulieràjouerenfavorisant les nouvelles technologies et en réalisant les progrès les plus rapides en matière de réduction de la consommation non viable. Bon nombre des plus grandes entreprises au monde mènent déjà cette transformation vers une économie verte dans un contexte de développement durable et d’élimination de la pauvreté. Ce n’est qu’en mobilisant ensemble les actions sociales, économiques et environnementales que nous pourrons éradiquer définitivement la pauvreté et répondre aux aspirations de huit milliards d’individus en 2030. 3. Transformer les économies pour créer des emplois et favoriser un mode de croissance inclusif. Ce que nous attendons, c’est un véritable bond en avant en matière d’opportunités économiques ainsi qu’une transformation économique profonde pour éradiquer l’extrême pauvreté et améliorer les moyens de subsistance. Ceci signifie un changement rapide vers des modèles de consommation et de production durables, en exploitant l’innovation, la technologie et le potentiel des entreprises privées pour créer plus de valeur et favoriser un mode de croissance durable et sans exclusion. Des économies diversifiées, RÉSUMÉ ANALYTIQUE
  7. 7. L’APRÈS-2015 avec l’égalité des chances pour tous, peuvent engendrer un dynamisme créateur d’emplois et de moyens de subsistance,particulièrementchezlesjeunesetlesfemmes. Il s’agit d’un défi pour chaque pays sur Terre : assurer de bonnes possibilités d’emploi tout en adoptant les modèles de durabilité de travail et de vie qui seront nécessaires dans unmondeauxressourcesnaturelleslimitées.Nousdevrions nous assurer que chacun dispose des éléments nécessaires audéveloppementetàlaprospérité,ycomprisl’accèsàune éducation et à des compétences de qualité, aux soins de santé,àl’eausalubre,àl’électricité,auxtélécommunications et au transport. Nous devrions fournir à chacun les moyens d’investir, de créer une entreprise et de faire du commerce. De plus, nous pouvons redoubler d’efforts pour tirer profit de l’urbanisation rapide : les villes sont les moteurs du mondeenmatièred’activitéscommercialesetd’innovation. Bien gérées, elles peuvent créer des emplois, de l’espoir et de la croissance, tout en intégrant la notion de durabilité. 4. Construire la paix et créer des institutions efficaces, transparentesetresponsablespourtous.Vivreàl’abride la peur, des conflits et de la violence est le droit humain le plus fondamental, et la base essentielle qui permet d’établir des sociétés pacifiques et prospères. Parallèlement, on s’attendpartoutdanslemondeàcequelesgouvernements soient honnêtes, responsables et réceptifs aux besoins des populations.Nousappelonsàunchangementfondamental, c’est-à-dire à reconnaître la paix et la bonne gouvernance comme étant des éléments essentiels du bien-être, et non pas comme de simples options. Il s’agit là d’un programme universel, pour tous les pays. Des institutions réceptives et légitimes encouragent l’état de droit, les droits fonciers, la liberté d’expression et des médias, le libre choix politique, l’accès à la justice, de même qu’un gouvernement et des administrations publiques responsables. Nous avons besoin d’une révolution en matière de transparence, de façon à ce que les citoyens puissent voir exactement où et comment sont dépensés les impôts, l’aide et les recettes des industries extractives. Ce sont des fins mais également des moyens. 5.Créerunnouveaupartenariatmondial.Laréorientation la plus importante réside peut-être dans un nouvel esprit de solidarité, de coopération et de responsabilité mutuelle qui doit être à la base du programme pour l’après-2015. Ce nouveaupartenariatdevraitreposersurunecompréhension commune de notre humanité partagée, en soutenant le respectmutueletlepartagedesavantagesdansunmonde de plus en plus petit. Ce partenariat devrait impliquer les gouvernements mais également inclure d’autres acteurs : les personnes vivant dans la pauvreté, les handicapés, les femmes, la société civile ainsi que les communautés autochtones ou locales, les groupes traditionnellement marginalisés, les institutions multilatérales, les autorités locales et nationales, le milieu des affaires, le milieu universitaire et le mécénat privé. Chaque secteur prioritaire identifié dans le programme pour l’après-2015 devrait être soutenu par des partenariats dynamiques. Le temps est venu pour la communauté internationale d’employer de nouvelles méthodes de travail afin de dépasser le simple programme d’aide et de mettre de l’ordre dans ses affaires : elle doit procéder à une réduction rapide de la corruption, des flux financiers illégaux, du blanchiment d’argent, de la fraude fiscale et de la propriété d’actifs non déclarés. Nous devons lutter contre les changements climatiques, soutenir le libre-échange et le commerce équitable, l’innovation, le transfert et la diffusion de technologies et promouvoir la stabilité financière. Comme ce partenariat repose sur les principes de l’humanité commune et du respect mutuel, il doit insuffler un nouvel esprit et être complètement transparent.Toute personne impliquée doit être entièrement responsable. De la vision à l’action. Nous pensons que ces cinq changements sont justes, intelligents et nécessaires, mais leur impact dépendra de la façon dont ils seront traduits en priorités et actions spécifiques. Nous nous sommes rendu compte que cette vision serait incomplète sans un ensemble d’objectifs et de cibles indicatifs pour montrer comment ces transformations pourraient s’exprimer sous une forme précise et quantifiable. Ce cadre référentiel est présenté en annexe I, avec une explication plus détaillée en annexe II. Nous espérons que ces exemples aideront à concentrer les efforts et à stimuler le débat. Les cibles proposées sont ambitieuses mais pragmatiques. Tout comme les OMD, elles ne seraient pas contraignantes mais elles feraient l’objet d’un suivi rigoureux. Leurs indicateurs devraient être ventilés pour que personne ne soit laissé pour compte et les cibles ne devraient être considérées comme « atteintes » que si elles le sont pour tous les groupes sociaux et de revenus concernés. Nous recommandons que tout nouvel objectif soit accompagné d’un système de surveillance indépendant et rigoureux et offredesoccasionsrégulièresderapporterlesprogrèsetles défaillances au niveau des plus hautes instances politiques. Nous réclamons également une révolution en matière de données pour le développement durable, avec une nouvelle initiative internationale pour améliorer la qualité des statistiques et des informations mises à la disposition des citoyens. Nous devrions tirer activement profit des nouvelles technologies, du crowdsourcing et des meilleures connectivités pour fournir à la population des informations relatives à l’état d’avancement des cibles. LeGroupepensequecescinqréorientationsfondamentales considérées dans leur ensemble, peuvent supprimer les barrières qui maintiennent certaines personnes à l’écart et mettre fin au fléau de l’inégalité des chances, si répandu sur notre planète. Elles peuvent, en fin de compte, regrouper les questions sociales, économiques et environnementales de manière logique, efficace, et durable. Nous espérons par-dessus tout qu’elles pourront insuffler à une nouvelle génération l’espoir qu’un monde meilleur est à sa portée et l’encourager à agir en conséquence. 1. Communiqué du Groupe de personnalités de haut niveau à Monrovia, 1er février 2013, http://www.post2015hlp.org/wp-content/ uploads/2013/02/Monrovia-Communique-1-February-2013.pdf
  8. 8. L’APRÈS-2015 TABLE DES MATIÈRES Chapitre I : Vision et cadre de référence du programme de développement pour l’après-2015���������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������� Définir un nouveau cap�������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������� De remarquables succès depuis l’an 2000�������������������������������������������������������������������������������������������� Consultation des populations et recueil des points de vue������������������������������������������������������������������ Le parcours de réflexion du Groupe de haut niveau����������������������������������������������������������������������������� Opportunités et défis dans un monde en mutation���������������������������������������������������������������������������� Un seul monde : un seul programme de développement durable����������������������������������������������������� Chapitre 2 : De la vision à l’action. Les transformations prioritaires d’un programme de développement pour l’après-2015������������������������������������������������������������������������������������������������������ Cinq réorientations��������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������� 1. Ne laisser personne de côté �������������������������������������������������������������������������������������������������������������� 2. Placer le développement durable au cœur des débats��������������������������������������������������������������������� 3. Transformer les économies pour créer des emplois et favoriser un mode de croissance inclusif����� 4. Construire la paix et créer des institutions efficaces, transparentes et responsables pour tous�������� 5. Créer un nouveau partenariat mondial��������������������������������������������������������������������������������������������� Veiller à améliorer et augmenter les financements à long terme������������������������������������������������������� Chapitre 3 : Objectifs indicatifs et impact mondial������������������������������������������������������������������������� La forme du programme pour l’après-2015����������������������������������������������������������������������������������������� Les risques à gérer dans un programme unique����������������������������������������������������������������������������������� Tirer les enseignements de l’OMD 8 (Partenariat mondial pour le développement)���������������������������� Objectifs indicatifs���������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������� Répondre aux questions transversales������������������������������������������������������������������������������������������������� L’impact mondial d’ici 2030������������������������������������������������������������������������������������������������������������������� Chapitre 4 : Mise en œuvre, responsabilisation et formation d’un consensus������������������������� Mise en œuvre du programme pour l’après-2015������������������������������������������������������������������������������� L’unification des objectifs mondiaux avec les plans nationaux pour le développement���������������������� Suivi mondial et examen par des pairs������������������������������������������������������������������������������������������������� Partenariats thématiques entre parties prenantes�������������������������������������������������������������������������������� Responsabilisation des partenaires������������������������������������������������������������������������������������������������������ Une nouvelle révolution des données est nécessaire��������������������������������������������������������������������������� Le travail en collaboration avec les autres�������������������������������������������������������������������������������������������� La formation d’un consensus politique������������������������������������������������������������������������������������������������� Chapitre 5 : Conclusions������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������� Annexe I Objectifs et cibles indicatifs������������������������������������������������������������������������������������������������� Annexe II Évaluation de l’impact et exposé des objectifs indicatifs�������������������������������������������� Annexe III Objectifs, cibles et indicateurs : utilisation d’une terminologie commune����������� Annexe IV Synthèse des efforts de communication������������������������������������������������������������������������ Annexe V Mandat et liste des membres du Groupe������������������������������������������������������������������������ Annexe VI Secrétariat du Groupe de personnalités de haut niveau������������������������������������������� 1 1 1 1 2 3 5 7 7 7 8 9 10 10 13 15 15 17 18 18 19 21 25 25 25 25 26 27 27 28 29 31 33 36 61 63 69 73
  9. 9. L’APRÈS-2015 | 1 Définir un nouveau cap Il nous a été demandé, en tant que membres du Groupe de haut niveau chargé du programme de développement pour l’après-2015, de faire des recommandations « permettant de mieux répondre aux défis internationaux du XXIe   siècle, en s’appuyant sur les objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) dans le but de mettre fin à la pauvreté. » 2 Nous nous sommes interrogés sur deux des défis mondiaux les plus importants : comment mettre fin à la pauvreté et comment promouvoir le développement durable. Nous n’apportons pas toutes les réponses mais nous sommes convaincus qu’on peut améliorer l’existencedemilliardsdepersonnestoutenpréservantlesressourcesnaturellesdelaplanète pour les générations à venir. Il est possible d’accomplir des progrès à une telle échelle, mais uniquement si les instances gouvernementales (à tous les échelons), les institutions multilatérales, les entreprises et les organisations de la société civile sont disposées à changer de cap et à rejeter leurs pratiques habituelles. Toutes ont l’opportunité de concevoir et de mettre en œuvre un nouveau programme,unprogrammequirelèvelesdéfisdumondemoderne.Ellesdoiventsaisircette opportunitédetransformerleursmodesdepenséeetd’actionafinderésoudrelesproblèmes actuels et d’inventer de nouvelles méthodes de travail, d’unir leurs forces, et de s’attaquer dans un même élan à la pauvreté et aux problèmes économiques et environnementaux, pour enfin provoquer un changement de paradigme. De remarquables succès depuis l’an 2000 Des dizaines de ministères de la Planification dans les pays émergents, des centaines d’agences internationales et des milliers d’organisations de la société civile se sont mobilisés enfaveurdesobjectifsduMillénairepourledéveloppementlorsqueceux-ciontétéadoptés. Ensemble, ils ont contribué à des réalisations remarquables  : un demi-milliard d’êtres humains est sorti de l’extrême pauvreté ; les vies de trois millions d’enfants ont été sauvées chaque année ; quatre enfants sur cinq sont désormais vaccinés contre de nombreuses maladies ; la mortalité maternelle reçoit enfin l’attention qu’elle mérite ; le nombre des décès dus au paludisme a été réduit de 25 % ; contracter le VIH ne constitue plus nécessairement une condamnation à mort ; et en 2011, un nombre record de 590 millions d’enfants a pu suivre un enseignement primaire dans les pays émergents. Ces progrès sans précédent ont été rendus possibles par la conjonction d’une économie en pleinecroissance,denouvellespolitiquesgouvernementales,delamobilisationdela société civile et de l’engagement du monde entier en faveur des objectifs du Millénaire pour le développement. Compte tenu de ces succès, lancer un programme de développement entièrement nouveau constituerait une erreur. Il reste encore beaucoup à faire dans le cadre des OMD. Certaines nations ont accompli des progrès remarquables alors que d’autres beaucoup moins, notamment les pays à faible revenu touchés par des conflits. Au cours de nos discussions, nous avons pris conscience du large écart qui existe entre la réalité sur le terrain et les cibles statistiques qui sont mesurées. Nous sommes arrivés à la conclusion que le prochain programme de développement doit s’appuyer sur les expériences vécues, les histoires, les idées et les solutions proposées par les hommes et les femmes au niveau local, et qu’en tant que Groupe, nous devons faire de notre mieux pour comprendre le monde à travers leur regard et pour réfléchir aux solutions qui pourraient réellement changer leur vie. Consultation des populations et recueil des points de vue Au cours des neuf derniers mois, le Groupe de haut niveau a consulté des représentants issus de tous les milieux sociaux. Nous avons examiné près d’un millier de propositions écrites émanant de la société civile et de groupes d’affaires du monde entier. Nous avons consulté CHAPITRE I : VISION ET CADRE DE RÉFÉRENCE DU PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT POUR L’APRÈS-2015
  10. 10. 2 des experts représentant des organisations multilatérales, des gouvernements nationaux et des pouvoirs publics locaux. Notre Groupe a été le témoin en son sein de débats vifs et passionnés. Nous sommes convenus que le programme pour l’après-2015 doit refléter les préoccupations des personnes vivant dans la pauvreté, dont les voix restent souvent inaudibles ou ignorées. Pour recueillir ces avis, les membres duGroupedehautniveausesontadressésàdesagriculteurs, des communautés autochtones ou locales, des travailleurs du secteur informel, des migrants, des handicapés, des propriétaires de petites entreprises, des commerçants, des adolescents et des enfants, des associations de femmes, des personnes âgées, des associations religieuses, des syndicats et bien d’autres. Nous avons également consulté des universitaires, ainsi que des experts, des politiciens et des philosophes. En résumé, nous avons recueilli des opinions et examiné des recommandations d’objectifs et de cibles provenant de 5  000 organisations de la société civile, qu’il s’agisse de petites associations locales ou d’alliances globales, dans environ 120 pays situés dans chaque grande région du monde. Nous avons aussi consulté les dirigeants de 250 entreprises dans 30 pays, dont les recettes annuelles dépassent 8  000  milliards de dollars, des universitaires de pays développés ou en développement, des ONG internationales ou locales, des mouvements de la société civile et des parlementaires. Lors de ces réunions, les personnes qui vivent dans la pauvreté nous ont décrit leur sentiment d’impuissance devant la précarité de leurs emplois et de leurs moyens d’existence. Elles nous ont expliqué leur peur de tomber malade et leur manque de sécurité. Elles ont parlé de l’insécurité, de la corruption et de la violence domestique. Elles nous ont décrit la manière dont les institutions de la société les excluaient et abusaient d’elles et elles nous ont expliqué l’importance qu’elles attachaient à un gouvernement transparent, ouvert et attentif qui reconnaisse leur dignité et leurs droits fondamentaux. Le Groupe a entendu des maires et des élus locaux qui leur ont fait part de priorités similaires. Ces responsables viventquotidiennementauxcôtésdegroupesmarginalisés réclamant de l’aide en termes d’alimentation, de logement, de soins de santé, de restauration scolaire, d’éducation et de fournitures scolaires. Ils se battent pour fournir à leurs administrés de l’eau potable, des installations sanitaires et de l’éclairage public. Ils nous ont dit que les pauvres des villes demandaient de meilleurs emplois que la vente de menus objets dans la rue ou le tri des déchets dans les décharges. Et qu’à l’instar des habitants du monde entier, ils demandent àvivreensécuritédesortequeleursfamilles puissent poursuivre leurs activités sans danger. Les jeunes ont demandé à être scolarisés au-delà de l’école primaire, pas uniquement pour recevoir une éducation formelle mais également pour acquérir les outils de la vie quotidienne et une formation professionnelle qui les préparent à trouver un emploi. Dans les pays où ils ont reçu une éducation et des compétences de bonne qualité, ils veulent avoir accès à des emplois décents. Ils veulent des opportunités d’échapper à la pauvreté. Ils réclament des tuteurs, un perfectionnement professionnel et des programmes pilotés par et pour les jeunes. Ils nous ont dit qu’ils voulaient être en mesure de prendre les décisions concernant leur santé et leur corps en connaissance de cause et de pleinement jouir de leurs droits en matière de santé procréative et sexuelle. Ils veulent pouvoir accéder à l’information et à la technologie afin de pouvoir participer à la vie publique de leur nation, notamment pour définir la voie à suivre pour son développement économique. Ils veulent avoir la possibilité de demander des comptes aux responsables, de bénéficier de la liberté d’expression et d’association et de vérifier l’utilisation des fonds publics. Les femmes et les jeunes filles ont insisté sur la protection de leur droit à la propriété et de leur accès à la terre ; elles veulent en outre que leur voix soit entendue et participer à la vie économique et politique. Elles ont également demandéauGrouped’œuvrerpourmettrefinauxviolences contrelesfemmesetàladiscriminationsurlelieudetravail, à l’école et dans le droit. Les handicapés ont également demandé l’égalité des chances et la fin de la discrimination. Ils ont réclamé qu’on leur garantisse des normes de niveau de vie minimales. Les représentants des groupes autochtones et des communautés locales veulent que soit reconnu leur besoin d’un mode de vie mieux équilibré, en harmonie avec la nature. Ils demandent des restitutions, le respect de leurs modes de vie ancestraux et qu’ils n’aient plus à souffrir d’aucune discrimination. Les travailleurs du secteur informel ont eux aussi demandé une protection sociale, la réduction des inégalités, de même que des opportunités d’obtenir des emplois et des moyens d’existence décents et de bonne qualité. Les entreprises ont évoqué leur contribution potentielle au programme de développement pour l’après-2015. Il ne s’agit pas uniquement d’emplois décents et de bonne qualité ou de croissance, mais également de fournir des services essentiels et d’aider des milliards de gens à avoir accès à des énergies propres et durables et à s’adapter aux changements climatiques. Elles se sont dit prêtes à prendre une part de responsabilité dans le nouveau programme de développement et ont parlé de ce que les gouvernements devraient faire pour qu’elles puissent intensifier leur action : politiques macroéconomiques saines, infrastructures correctes, main-d’œuvre compétente, marchés ouverts, règles de marché équitables et administrations publiques efficaces et responsables. Tous ces groupes ont demandé que la mise en œuvre du programme pour l’après-2015 comporte un plan qui, lorsqu’il mesure les progrès accomplis, compare la manière dontévoluentdespersonnesdeniveauxderevenu,desexe, de handicaps, d’âges et de lieux de résidence différents ; ils souhaitent également que tous puissent disposer d’un accès facile à ces informations. LeparcoursderéflexionduGroupedehautniveau Tous ces avis et ces opinions nous ont permis de mieux comprendre comment réfléchir au programme pour l’après-2015 et comment donner corps à cette vision du | CHAPITRE I : VISION ET CADRE DE RÉFÉRENCE DU PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT POUR L’APRÈS-2015
  11. 11. L’APRÈS-2015 | 3 développement à la fois ambitieuse et pragmatique pour laquelle nous avons reçu mandat du Secrétaire général lors de notre première réunion à NewYork. À Londres, nous avons débattu de la pauvreté des ménages : la réalité quotidienne de la vie aux limites de la survie. Nous sommes tombés d’accord pour chercher à éliminer l’extrême pauvreté d’ici l’année 2030. Nous avons pris conscience de l’importance du combat contre la pauvreté sous tous ses aspects, y compris lorsqu’elle affecte les besoins humains fondamentaux que sont la santé, l’éducation, l’eau potable et le logement, et les droits humains fondamentaux  : sécurité personnelle, dignité, justice, expression et autonomie, égalité des chances et droits en matière de santé procréative et sexuelle. Plusieurs de ces questions n’étaient pas incluses dans les objectifs du Millénaire pour le développement et nous sommes d’avis qu’elles doivent être intégrées au nouveau programme de développement.Nousavonsreconnulanécessitédemettre l’accent sur la qualité des services publics et sur l’accès à leursprestations.Nousavonségalementprisconsciencede cequel’accèsàunealimentationnutritiveetàl’eaupotable nesauraitêtrepérennisésansquelessystèmesalimentaires et de fourniture d’eau soient également modifiés. À Monrovia, nous avons abordé la question de la transformation économique et des fondements nécessaires à une croissance génératrice d’inclusion sociale et respectueuse de l’environnement  : comment mettre l’ingéniosité et le dynamisme des entreprises au service du développement durable. Nous avons pu constater nous-mêmes les progrès extraordinaires qui peuvent être accomplis lorsqu’un pays autrefois ravagé par un conflit est capable d’instaurer la paix et la sécurité, mais aussi le défi gigantesque que représente la fourniture de services de base tels que l’approvisionnement en énergie, les routes et les télécommunications pour connecter citoyens et entreprises à l’économie moderne. Nous avons reçu des témoignages sur les opportunités commerciales qu’offrirait une croissance écologique favorisant le développement durableetsurlapossibilitépourlesentrepreneursindividuels de réaliser leurs rêves, ou pour les grandes entreprises de tisser des liens avec de petits exploitants agricoles. Nous avons appris la grave pénurie de professionnels qualifiés dont le travail permettrait d’améliorer l’efficacité des pouvoirs publics et des entreprises. Nous nous sommes rendu compte de la nécessité pour le programme d’inclure desemplois,desinstitutions,ainsiquedessourcesd’énergie modernes, fiables et durables. À Bali, nous avons évoqué les défis internationaux auxquels nous sommes tous confrontés, y compris les dangers dus aux changements climatiques et la nécessité de mettre en œuvre des stratégies de développement qui renforcent la résilience des ménages et des pays. Nous nous sommes concentrés sur les éléments constitutifs d’un nouveau partenariat mondial. Nous sommes tombés d’accord sur le fait que les pays développés doivent faire le ménage chez eux. Ils doivent honorer mais aussi aller au-delà de leurs engagements en matière d’aide et mener des efforts mondiaux visant à réformer le commerce, à réprimer les flux de capitaux illégaux, à restituer les actifs volés et à promouvoir des modèles durables de consommation et de production. Nous avons demandé d’où viendraient les fonds nécessaires aux investissements massifs qu’il faudra réaliser pour équiper en infrastructures les pays en développement. Nous en sommes arrivés à la conclusion quenousdevonsinventerdenouveauxmodesd’utilisation de l’aide et des autres fonds publics afin de mobiliser les capitaux privés. Opportunités et défis dans un monde en mutation Les entretiens que nous avons menés ont enrichi nos propres expériences sur l’étendue des changements que le monde a connus depuis l’adoption de la Déclaration du Millénaire en 2000. Nous sommes également conscients de ce qu’il va encore changer considérablement d’ici 2030. Il sera plus urbain, doté d’une classe moyenne plus importante,avecunepopulationplusâgée,plusconnectée, plus interdépendante, plus vulnérable et confrontée à des ressources plus limitées. Il devra continuer à faire en sorte que tous bénéficient au maximum de la mondialisation. Beaucoup de gens ont le sentiment que le monde dans lequel nous vivons aujourd’hui est plus incertain que celui de l’an 2000. La crise financière qui a ébranlé les pays développés a entamé la conviction que chaque nouvelle génération vit mieux que la précédente. Quant aux pays en développement,ilsdébordentd’optimismeetdeconfiance suiteàdixansdefortecroissance,maisbeaucoupcraignent également que la lenteur avec laquelle progressent la réforme du commerce mondial et la stabilisation du système financier mondial ne nuise à leurs perspectives d’avenir. La moitié des populations extrêmement pauvres dumondevitdansdespaysdéchiréspardesconflits,tandis que d’autres souffrent des conséquences de catastrophes naturelles dont le coût a atteint 2 500 milliards de dollars de dollars depuis le début du siècle. 3 Nous estimons que dans le monde d’aujourd’hui, aucun pays, si riche ou puissant soit-il, n’est capable de pérenniser sa prospérité sanstravaillerenpartenariatafindeconcevoirdessolutions intégrées. Notre monde est constitué de défis, mais ces défis Envisager un nouveau partenariat mondial « Nous sommes tombés d’accord sur la nécessité d’un partenariat mondial renouvelé, qui facilite un programme de développement transformateur, axé sur les êtres humains, soucieux de la planète et dont la réalisation dépendra d’un dispositif où toutes les parties prenantes seront sur un pied d’égalité. Un tel partenariat doit se fonder sur les principes d’équité, de durabilité, de solidarité, de respect de l’humanité et de responsabilités partagées en fonction des capacités de chacun. » Communiqué de Bali, 28 mars 20134
  12. 12. 4 représentent également une opportunité s’ils relancent l’esprit de solidarité, le respect et l’avantage mutuels, en se fondant sur notre humanité commune et sur les principes de Rio. Un tel esprit pourrait nous inciter à relever les défis internationaux en formant un nouveau partenariat mondial qui réunirait les nombreux groupes soucieux, à travers le monde, du progrès économique, social et environnemental  : personnes vivant dans la pauvreté, femmes, jeunes, handicapés, communautés autochtones ou locales, groupes marginalisés, institutions multilatérales, gouvernements locaux et nationaux, entreprises, société civile et philanthropes privés, scientifiques et autres universitaires. Ces groupes sont plus organisés qu’auparavant, communiquent mieux entre eux, ils sont disposés à tirer les leçons d’expériences vécues et de défis réels lors de l’élaboration des politiques et ils sont déterminés à résoudre les problèmes ensemble. Nous sommes pleinement conscients de ce que la faim, la précarité et les privations continuent de régir la vie quotidienne de plus d’un milliard d’habitants de la planète aujourd’hui. Dans le même temps, nous sommes frappés par le niveau d’inégalités qui prévaut dans le monde, que ce soit entre les États ou à l’intérieur de leurs frontières : 1,2 milliard d’êtres humains vivant en situation d’extrême pauvreté n’accède qu’à un pour cent de la totalité des biens et services consommés dans le monde chaque année, alors quelemilliardd’êtreshumainslesplusrichesenconsomme 72 pour cent. 5 Un milliard de femmes sont soumises tous lesansàdesviolencesphysiquesousexuellesparcequ’elles ne jouissent pas d’une protection égale au regard de la loi,6 et deux cents millions de jeunes sont réduits au désespoir, car ils ne bénéficient pas de chances égales en termes d’acquisition des compétences dont ils ont besoin pour trouver des emplois et moyens de subsistance décents. 7 Dans le même temps, de nombreux pays affichent une prospéritéetundynamismesansprécédent.Deuxmilliards d’êtres humains font déjà partie de la classe moyenne et trois autres milliards s’apprêtent à les rejoindre d’ici 2030. Les pays à revenu faible ou intermédiaire connaissent une croissance supérieure à celle des pays à revenu élevé, ce qui contribue à réduire les inégalités à l’échelle mondiale. Et nombre de pays ont recours à des programmes publics de protection sociale et à des réglementations sociales et environnementales visant à réduire le niveau élevé des inégalités au plan national. Ils améliorent ainsi le sort des plus défavorisés tout en transformant leurs économies de manière à soutenir la croissance à long terme, à créer un plus grand nombre d’emplois de qualité et à fournir des moyens de subsistance plus sûrs. Cela signifie qu’il est désormais possible de ne laisser personne de côté, de donner à chaque enfant les mêmes chances dans la vie, de réaliser un modèle de développement dans lequel la dignité et les droits de l’homme deviennent une réalité pourtousetdeconcevoirunprogrammeaxésurlasécurité des personnes. Le monde a franchi un seuil alarmant alors que nous rédigions le présent rapport : la concentration de dioxyde de carbone dans l’atmosphère a atteint 400 parties par million, soit probablement le niveau le plus élevé depuis au moins 800 000 ans. 8 Il n’existe aucune preuve à ce jour que cette tendance à la hausse ait ralenti ou qu’elle ait été inversée, ce qu’il nous faut accomplir si nous voulons éviter des changements climatiques dont les conséquences potentielles pourraient s’avérer catastrophiques. Malgré tous les discours sur les énergies de substitution, les combustibles fossiles représentent encore 81  pour  cent de la production mondiale d’énergie, un pourcentage inchangé depuis 1990.9 Il serait périlleux de continuer dans cette voie, comme si de rien n’était. Il est essentiel de modifier les habitudes de consommation et de production et il appartient aux pays développés de montrer la voie. Les crises alimentaire ou énergétique récentes, ainsi que la hausse du prix de nombreux produits de base, indiquent que nous vivons dans un monde dans lequel la rareté croissantedesressourcesdevientlanorme.Dansles« points chauds  » en matière environnementale, les dommages seront irréversibles si nous ne renversons pas les tendances actuelles. Quinze des 24 principaux modes de vie des populations pauvres dépendant des ressources naturelles connaissent un déclin prononcé, notamment : plus de 40 pour cent des zones de pêche mondiales sont épuisées ou surexploitées, 130 millions d’hectares de forêts ont été détruits au cours de la dernière décennie, 20  pour cent des mangroves ont disparu depuis 1980, 75 pour cent des récifsdecorauxdelaplanètesontmenacés,principalement dans les petits États insulaires en développement qui en dépendent largement.10 En revanche, le Groupe de haut niveau a été impressionné par les innovations extraordinaires qui ont vu le jour, et particulièrement par la rapidité avec laquelle les nouvelles technologies sont adoptées et diffusées et par les opportunités que ces technologies offrent en termes de développement durable. Le nombre d’abonnements de téléphonie mobile est passé de moins d’un milliard à plus de six milliards et cette augmentation s’est accompagnée de l’apparition de nombreuses applications mobiles (m-banking,m-santé,m-éducation,m-fiscalité)quipeuvent changer les économies et les prestations de services de manière radicale et durable. Les puissants d’aujourd’hui ne peuvent plus s’attendre à pouvoir fixer les règles en toute impunité. Partout dans le monde, les peuples attendent des entreprises et des gouvernements qu’ils adoptent un comportement ouvert et responsable et qu’ils soient attentifs à leurs besoins. C’est maintenant l’occasion de confier aux citoyens le pouvoir de contrôler et d’exercer une influence sur leur viequotidienneetdedonneràchacundesÉtatsdavantage voix au chapitre dans la gouvernance de la planète. Sans institutionsnationalesoumondialessaines,ilestimpossible de pérenniser la réduction de la pauvreté. Depuis l’an 2000, 21 États ont connu des conflits armés et la violence criminelle est monnaie courante dans de nombreux autres pays. Ces conflits et cette violence entraînent chaque année la mort de 7,9  millions d’êtres humains.11 Pour pouvoir connaître un développement pacifique, les États en proie à des conflits, ou qui sortent d’un conflit, ont besoin d’institutions capables et attentives. Ils doivent en outre pouvoir répondre aux demandes fondamentales de leurs peuples en matière de sécurité, de justiceetdebien-être.Uneadministrationnationaleuntant soit peu opérationnelle constitue une condition préalable et sert de fondation à tout développement durable de nature à mettre un terme au cycle de la violence et de la | CHAPITRE I : VISION ET CADRE DE RÉFÉRENCE DU PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT POUR L’APRÈS-2015
  13. 13. L’APRÈS-2015 | 5 méfiance. Les peuples s’inquiètent autant de disposer d’institutions solides que de se protéger contre les maladies ou de veiller à ce que leurs enfants sachent lire et écrire, ne serait-ce que parce qu’ils comprennent que de telles institutions jouent unrôleessentieldansleursantéoudansl’éducationdeleurs enfants.Disposerd’institutionsdequalité,c’estdisposerdes éléments constitutifs essentiels à la préparation d’un avenir prospère et viable. L’état de droit, la liberté d’expression et des médias, la diversité des choix politiques et la participation active des citoyens, l’accès à la justice et une attitude responsable et non discriminatoire de la part des gouvernements et des institutions publiques contribuent au développement et ont leur propre valeur intrinsèque. Ils constituent à la fois des moyens permettant d’arriver à une fin et une fin en soi. Un seul monde : un seul programme de développement durable Le Groupe est convaincu qu’il faut saisir l’opportunité qui se présente à nous aujourd’hui de faire ce qui n’a jamais été fait à ce jour : éradiquer, une fois pour toutes, l’extrême pauvreté et éliminer la faim, l’analphabétisme et les morts évitables. Il s’agirait là véritablement d’un accomplissement historique. Mais nous avons voulu faire plus encore et nous sommes arrivés à la conclusion que l’éradication de l’extrême pauvreté n’est qu’un début, et non une fin. C’est un objectif vital mais notre vision est plus large : nous voulons engager les États sur la voie du développement durable en les encourageant à s’appuyer sur les fondations posées par la Conférence des Nations Unies sur le développement durablequis’esttenueàRiodeJaneiroen201212 etàrelever un défi qu’aucun pays, développé ou en développement, n’a relevé à ce jour. Nous recommandons au Secrétaire général que les délibérations sur un nouveau programme de développement soient impérativement guidées par cette vision d’éradication, une fois pour toutes, de l’extrême pauvreté dans le contexte du développement durable. Nous sommes parvenus à la conclusion que le moment est venu de fusionner les dimensions sociales, économiques et environnementales de la durabilité qui président au développementinternational.Pourquoimaintenant ?Parce que conformément à la décision prise en 2000, c’est avant 2015 que doivent être atteints les objectifs du Millénaire pour le développement  ; c’est aussi la date logique à laquelle devrait débuter une seconde phase qui achèvera l’œuvre qu’ils ont entamée et qui s’appuiera sur les succès obtenus. Les États membres de l’Assemblée générale des Nations Unies ont également accepté, lors de Rio+20, de définir un ensemble d’objectifs de développement durable qui soient cohérents avec et intégrés dans le programme de développement pour l’après-2015. 2015 marque également la date avant laquelle les États devront avoir négocié un nouveau traité limitant les émissions de gaz à effet de serre. Il est essentiel de concevoir un programme unique de développement durable. Nous ne pouvons pas bâtir la prospéritésansmettrefinàlapauvreté ;tropdegensseraient laissés pour compte. Sans prospérité, nous ne pouvons pas relever les défis environnementaux ; nous devons mobiliser de vastes investissements dans les nouvelles technologies afin de réduire l’empreinte des modes de production et de consommation non viables. Nous ne pouvons pas mettre fin à la pauvreté sans viabilité environnementale  : les populations pauvres sont trop profondément affectées par les catastrophes naturelles et dépendent trop des océans, des forêts et des sols dont l’état se détériore. La nécessité d’un programme unique s’impose clairement dès lors que l’on commence à réfléchir de manière pratique à tout ce qu’il est nécessaire d’accomplir. À l’heure actuelle, le développement, le développement durable et les changements climatiques sont souvent perçus comme des questions distinctes. Les mandats respectifs sont différents, comme le sont les flux financiers et les processus de suivi des progrès et de responsabilisation des personnes concernées. Cet état de fait est source de confusion et de double emploi lors de la conception de programmes et de projets spécifiques sur le terrain. Il est temps de rationaliser le programme. Il est également irréaliste de croire que nous pouvons aider encoreunmilliardd’êtreshumainsàselibérerdelapauvreté en développant leurs économies nationales si nous ne procédonspasàdeschangementsstructurelsdel’économie mondiale. Il est grand temps que les pays développés repensent leurs modèles de croissance. Ils doivent mener le monde vers des solutions aux changements climatiques en créant et en adoptant des technologies favorables au développement durable et à faibles émissions de dioxyde de carbone, puis en les transmettant aux autres pays. Sans cela, les approvisionnements en nourriture, en eau et en énergie, ainsi que les augmentations des émissions de dioxyde de carbone seront inévitablement soumis à des Notre vision et notre responsabilité « Notre vision et la responsabilité qui nous incombe sont de mettre fin à l’extrême pauvreté sous toutes ses formes dans le contexte du développement durable et de mettre en place les éléments fondamentaux d’une prospérité durable pour tous. L’éradication de la pauvreté devrait être un progrès irréversible. Il s’agit là d’un programme global, axé sur les êtres humains et soucieux de la planète, pour affronter les défis universels du XXIe  siècle : promotion du développement durable, soutien à une croissance créatrice d’emplois, protection de l’environnement, maintien de la paix, de la sécurité, de la justice, de la liberté et de l’égalité à tous les niveaux. » Communiqué du Groupe de personnalités de haut niveau à Monrovia, 1er février 2013
  14. 14. 6 pressions accrues, et pèseront encore davantage sur les milliards d’autres êtres humains censés rejoindre la classe moyenne d’ici vingt ans. Les hommes et les femmes qui se trouvent encore en situation de pauvreté ou de quasi- pauvreté et qui ont le plus souffert des récentes crises alimentaires ou financières, ou de celle du carburant, courraient alors un risque élevé de retomber une fois de plus dans la misère. C’est pourquoi nous devons modifier notre mode de réflexion. Mettre fin à la pauvreté ne dépend pas uniquement de l’aide ou de la coopération internationale. Cette éradication est un élément fondamental du développement durable, que ce soit dans les pays développés ou dans les pays émergents. Il incombe aux pays développés d’honorer leurs promesses en matière d’aide aux pays les moins fortunés. Les milliards de dollars d’aide qu’ils accordent chaque année constituent une ressource cruciale pour les pays à faible revenu. Mais ce n’est pas suffisant : ils peuvent également coopérer plus efficacement et s’attaquer de manière agressive à l’évasion ou l’optimisation fiscale et aux flux financiers illicites. À l’ère de la mondialisation, les gouvernements peuvent travailler avec les entreprises afin de créer un système plus cohérent, transparent et équitable de collecte de l’impôt sur les sociétés. Ils peuvent renforcer l’application des réglementations interdisant aux sociétés de corrompre les agents publics. Ils peuvent encourager leurs grandes sociétésmultinationalesàrendrecomptedel’impactsocial, environnemental et économique de leurs activités. Les pays en développement ont eux aussi un rôle crucial à jouerdanslesréorientationstransformatricesquis’imposent. La plupart d’entre eux connaissent une croissance rapide et développent leurs propres ressources pour financer leur développement. Ce sont eux qui contribuent désormais le plus à la croissance mondiale et à l’expansion des échanges internationaux. Leur population est jeune et dynamique. Ils s’urbanisentetsemodernisent,etilsabsorbentlesnouvelles technologies plus rapidement que jamais. Mais ils font face à des choix cruciaux. Les investissements en infrastructures qu’ils réalisent aujourd’hui détermineront leur niveau de consommation d’énergie et de pollution de demain. Leur mode actuel de gestion des revenus tirés des ressources naturelles définit les options qu’ils pourront proposer demainàleursjeunes.Ilsdoiventfairedeschoixintelligents s’ils veulent faire de leurs villes des lieux dynamiques, riches en opportunités, services et styles de vie différents, où les gens ont envie de venir vivre et travailler. Il existe un principe d’éthique universellement applicable à un monde global, qui s’appuie sur ce que nous avons en commun en tant qu’humanité, sur les principes de Rio et sur une éthique commune à toutes les traditions : « Ne fais pas à autrui ce que tu ne voudrais pas que l’on te fasse. » En outre, les investissements dans le développement durable produisent de nombreux bénéfices. Chaque dollar investi dans l’éradication de la malnutrition chronique entraîne une productivité accrue de 30 $ au cours d’une vie13 . Tout prolongement des campagnes de vaccination des enfants a une influence positive sur leur état de santé en tant qu’adultes, un bénéfice qui représente 20 fois le coût de ces campagnes14 . La valeur du temps de productivité gagné lorsque les familles ont accès chez elles à une eau potable saine est égale à trois fois le coût de la fourniture de cette eau.15 Et nous ne pouvons plus attendre pour adopter un mode de développement durable. Les scientifiques nous alertent sur la nécessité de dépasser de manière agressive les promesses et engagements volontaires actuels en vue de réduire les émissions de dioxyde de carbone, sans quoi nous nous dirigeons d’ici la fin de ce siècle vers un réchauffement d’au moins 4  °C par rapport aux niveaux préindustriels. Selon la Banque mondiale, ce scénario aurait des conséquences dévastatrices.16 La mise en place d’un programme unique de développement durable constitue la seule option juste, intelligente et nécessaire. | CHAPITRE I : VISION ET CADRE DE RÉFÉRENCE DU PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT POUR L’APRÈS-2015 2.Cf. Mandat, Annexe V. 3. Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon, 15 mai 2013, http://www.un.org/sg/statements/index.asp?nid=6821. 4.Communiqué du Groupe de haut niveau à Bali, 27 mars 2013, http://www.post2015hlp.org/wp-content/uploads/2013/04/FR- Bali-Final-Communique.pdf. 5.Calculs du secrétariat du Groupe de haut niveau. 6.Tous UNiS pour mettre fin à la violence à l’égard des femmes. Fiche d’information. http://www.un.org/en/women/endviolence/ pdf/VAW.pdf (anglais) http://www.onuci.org/pdf/fawfactsheet.pdf (français). 7.Rapport Mondial de Suivi sur l’Éducation Pour Tous (EPT), 2012. Jeunes et compétences : l’éducation au travail (p. 16). 8.Luthi et al., 2008, Nature 453, 379-382. 9.World Energy Outlook Factsheet, 2011, Agence internationale de l’énergie http://www.worldenergyoutlook.org/media/ weowebsite/factsheets/factsheets.pdf 10.Évaluation des écosystèmes pour le Millénaire (ONU, 2005). Il s’agit d’un travail d’évaluation scientifique en plusieurs volumes conduit sur quatre ans par plus de 1 000 experts. 11.Rapport sur le développement dans le monde, 2011: conflits, sécurité et développement, Banque mondiale. 12.L’avenir que nous voulons, Nations Unies, A/RES/66/288*, 11 septembre 2012. 13.Consensus de Copenhague (2012). Expert Panel Findings (p.4) et Hoddinott et al. (2012). Hunger and Malnutrition. Copenhagen Consensus Challenge Paper 2012 (p. 68). 14.Jamison, D., Jha, P., Bloom, D. (2008). The Challenge of Diseases. Copenhagen Consensus Challenge Paper 2008 (p. 51). 15.Whittington, D. et al. (2008). The challenge of Water and Sanitation. Copenhagen Consensus Challenge Paper 2008 (p. 126). 16.Baissons la chaleur, Banque mondiale, novembre 2012, http://climatechange.worldbank.org/sites/default/files/Turn_Down_ the_heat_Why_a_4_degree_centrigrade_warmer_world_must_be_avoided.pdf.
  15. 15. L’APRÈS-2015 | 7 Cinq réorientations Le Groupe voit cinq grandes réorientations transformatrices qui constituent les priorités d’un programme de développement durable tourné vers l’avenir, convaincant et intégré, basé sur les principes de Rio. Les quatre premières réorientations impliquent des mesures principalement à l’échelon national tandis que la cinquième, en créant un nouveau partenariat mondial, constitue un changement global de la coopération internationale, fournissant ainsi l’espace politique nécessaire aux transformations nationales. Nous pensons qu’un changement de paradigme est nécessaire pour donner lieu à une transformation structurelle profonde capable de surmonter les obstacles qui entravent la prospérité durable. Les transformations décrites ci-dessous s’appliquent à tous les pays. Leur pertinence est universelle et leur mise en œuvre possible. Leur application concrète pourra varier et les obligations et responsabilités de chacun seront inévitablement différentes en fonction de la situation et des capacités propres à chaque pays. Nous reconnaissons qu’il existe entre les pays d’immenses différences en termes de ressources et de capacités, profondément enracinées dans l’histoire et bien souvent indépendantes de leur volonté. Mais chaque pays peut apporter sa contribution. Ce qui est à faire ne sera pas imposé : chaque pays sera invité à exprimer ce qu’il souhaite faire, de manière volontaire, aussi bien sur son territoire que pour aider d’autres pays à relever les défis conjointement identifiés. 1. Ne laisser personne de côté Le prochain programme de développement doit veiller à ce qu’à l’avenir, ni les revenus, ni le sexe, ni l’appartenance ethnique, ni les handicaps, ni l’emplacement géographique ne viennent déterminer si un être humain vit ou meurt, si une mère peut accoucher en toute sécurité ou si son enfant pourra bénéficier de l’égalité des chances tout au long de sa vie. Nous devons rester fidèles aux promesses initialement contenues dans les objectifs du Millénaire pour le développement et achever ce qu’ils ont commencé. Les OMD visaient à réduire la pauvreté de moitié. Après 2015, nous devrions aspirer à éradiquer la faim et l’extrême pauvreté ainsi qu’à lutter contre toutes les autres formes de pauvreté. Il s’agit d’un nouvel engagement majeur envers tous ceux qui sur cette Terre se sentent marginalisés ou exclus, et envers les plus démunis et vulnérables, afin de veiller à ce que leurs préoccupations soient prises en compte et à ce qu’ils puissent jouir de leurs droits humains. Le nouveau programme doit combattre les causes de la pauvreté, de l’exclusion et de l’inégalité. Il doit relier les habitants des zones rurales et urbaines à l’économie moderne à l’aide d’infrastructures solides : électricité, irrigation, routes, ports et télécommunications. Il doit dispenser à tous des soins médicaux et une éducation de qualité. Il doit définir et faire appliquer des règles claires, sans discrimination, afin que les femmes puissent hériter, être propriétaires et diriger une entreprise, que les communautés puissent contrôler les ressources environnementales locales, et que les agriculteurs et les habitants des bidonvilles urbains aient des droits de propriété assurés. Il doit garantir la sécurité de tous. Il doit donner à chacun les moyens de réaliser ses rêves et de créer son entreprise. Il doit lui permettre de s’exprimer sur les mesures gouvernementales qui le concernent et sur la façon dont le produit de ses impôts est utilisé. Il doit mettre fin à la discrimination et promouvoir l’égalité entre les hommes et CHAPITRE 2 : DE LA VISION À L’ACTION. LES TRANSFORMATIONS PRIORITAIRES D’UN PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT POUR L’APRÈS-2015
  16. 16. 8 les femmes, les filles et les garçons. Ces questions relèvent de la justice sociale la plus élémentaire. Souvent,  ceux qui vivent dans la pauvreté n’ont pas eu des chances égales dans la vie, car ils sont victimes de maladies ou de soins de santé insuffisants, du chômage, d’une catastrophe naturelle, des changements climatiques, de conflits locaux, de l’instabilité, d’un manque de compétence au niveau local,d’uneéducationdepiètrequalité,voireinexistante. D’autres sont confrontés à la discrimination. Remédier à ces inégalités et ces injustices fondamentales est une question de respect des droits humains universels. Se préoccuperenprioritédespopulationslesplusdémunies et marginalisées, où les femmes sont représentées en nombre disproportionné, découle directement des principes convenus lors de la Déclaration du Millénaire et à Rio.17 Ces principes doivent rester au cœur du programme pour l’après-2015. Afin de garantir que nos actions aident non seulement le plus grand nombre mais surtout les plus démunis et les plus vulnérables, il conviendra de trouver de nouvelles méthodes pour mesurer les résultats obtenus. Des stratégies et des plans devront être élaborés afin d’inclure ceux qui ne sont pas suffisamment couverts par les programmes actuels. Le coût de prestation des services dans les régions reculées n’est souvent que de 15 à 20 pour cent supérieur à la moyenne, d’après l’expérience sur le terrain dans de nombreux pays. Ceci semble raisonnable et abordable, étant donné la hausse des recettes fiscales attendue dans la plupart des États et l’aide soutenue apportée aux pays  à faible revenu. Mais il est surtout de notre devoir de le faire. 2. Placer le développement durable au cœur des débats La communauté internationale aspire depuis vingt ans à intégrer les dimensions sociales, économiques et environnementales de la durabilité, sans qu’aucun pays n’ait encore réussi à adopter des modèles de consommation et de production capables d’assurer une prospérité mondiale au cours des prochaines décennies. Un nouveau programme devra définir les éléments clés de modes de vie durables pouvant fonctionner pour tout le monde. Le Groupe est convaincu que les collectivités nationales et locales, les entreprises et les individus doivent transformer la façon dont ils génèrent et consomment l’énergie, se déplacent et transportent les marchandises, utilisent l’eau et cultivent la terre. Dans les pays développés en particulier, les mesures incitatives et l’évolution des mentalités peuvent favoriser des investissementsmassifspourunpassageàuneéconomie verte dans le cadre du développement durable et de l’élimination de la pauvreté, tout en promouvant des modes de consommation et de production plus durables et plus efficaces. Les pays en développement peuvent quant à eux, lorsqu’ils accèdent aux nouvelles technologies, mettre directement en œuvre une consommation et une production plus durables et plus efficaces. Ces deux approches sont simplement des politiques publiques intelligentes. Certains prétendent que les restrictions imposées sur les émissions de carbone dans le monde forceront les pays en développement à sacrifier la croissance pour accompagner le mode de vie des riches, ou que la croissance des pays développés devra cesser afin que les pays en développement puissent évoluer, substituant ainsi une source de pollution à une autre. Nous ne pensons pas que de tels compromis soient nécessaires. La capacité d’innovation de l’humanité et les nombreuses solutions alternatives qui existent déjà font que le développement durable peut, et doit, permettre aux habitants de tous les pays de réaliser leurs aspirations. Au moins un tiers des activités permettant de réduire les émissions de carbone à des niveaux raisonnables – comme le fait de passer à un éclairage à DEL afin d’économiser de l’électricité – s’avère plus que rentable dans les conditions actuelles du marché.  Les consommateurs paieront plus cher initialement si de futures économies sont clairement visibles et si des mesures incitatives les y invitent. Les exemples de politiques judicieuses, réalisables et rentables en faveur d’une économie verte ne manquent pas  : aérodynamisme des véhicules, construction de bâtiments dotés d’une bonne efficacité  énergétique, recyclage des déchets, production d’électricité à partir de gaz d’enfouissement etc. De nouvelles technologies apparaissent sans cesse. Mais des efforts concertés sont nécessaires pour les développer et les adopter. Il existe d’autres moyens de réduire économiquement les émissions de carbone,  par exemple en restaurant les sols et en assurant la gestion durable des terres à pâturage et des forêts.18 Le coût des soins de santé peut diminuer notablement si les transports ou la production d’électricité ne polluent plus, ce qui contribuera à compenser les coûts. Mais des mesures d’incitation (fiscalité, subventions et règlements) doivent être mises en place pour encourager ce mouvement, ce qui n’est généralement pas le cas actuellement. Si l’on introduit des mesures d’encouragement adaptées et des règles moins ambiguës, bon nombre des plus grandes entreprises du monde sont prêtes à s’engager à recourir à des modes de production durables sur une vaste échelle. Dans les pays en développement aussi, les avantages | CHAPITRE 2 : DE LA VISION À L’ACTION. LES TRANSFORMATIONS PRIORITAIRES D’UN PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT POUR L’APRÈS-2015
  17. 17. L’APRÈS-2015 | 9 des investissements dans le développement durable sont élevés, surtout si les pays en question ont accès aux nouvelles technologies. Des investissements réduits permettant les échanges transfrontaliers d’électricité pourraient faire économiser 2,7  milliards de dollars chaque année à l’Afrique subsaharienne, si les centrales thermiques étaient remplacées par des centrales hydroélectriques.19 Une production durable est bien plus économique qu’une approche promouvant «  la croissance d’abord, le nettoyage plus tard ». Certains secteurs ont déjà élaboré des normes internationales afin de guider les investissements étrangers vers le développement durable. Des exemples existent dans l’industrie minière, l’huile de palme, l’exploitation forestière, les achats de terres agricoles et les banques. Les programmes de certification et de conformité mettent toutes les entreprises sur un pied d’égalité. Si davantage de secteurs développent une certification en matière de durabilité, la société civile et les actionnaires pourront plus facilement jouer le rôle de garde-fous, en tenant les entreprises responsables du respect des normes sectorielles et de la sécurité des travailleurs, et en étant prêts à retirer leurs capitaux si ellesn’yadhèrentpas.Or,seules25 pourcentdesgrandes entreprises remettent actuellement à leurs actionnaires des rapports sur leurs pratiques de durabilité  ; cela devrait devenir chose courante à l’horizon 2030. 3. Transformer les économies pour créer des emplois et favoriser un mode de croissance inclusif Le Groupe demande un véritable bond en avant en matière d’opportunités économiques et une profonde transformation économique afin d’éradiquer l’extrême pauvreté et améliorer les moyens de subsistance. Un engagement en faveur d’une croissance rapide et équitable est indispensable  : non pas une croissance à tout prix ou des sursauts éphémères, mais une croissance pérenne et inclusive à long terme, qui permette de surmonter les défis posés par le chômage (notamment chez les jeunes), la pénurie de ressources et, ce qui est peut-être le défi le plus délicat à relever, l’adaptation aux changements climatiques. Ce type de croissance inclusive doit reposer sur une économie mondiale qui veille à la stabilité financière, qui promeut des investissements privés stables et de longue durée et qui encourage un commerce ouvert, équitable et favorable au développement. La première priorité doit être la création d’opportunités d’emplois décents et de qualité et de moyens de subsistance sûrs, afin que la croissance bénéficie à tous et qu’elle réduise la pauvreté et les inégalités. Lorsque la population sort de la pauvreté, c’est en général pour accéder à la classe moyenne, mais l’éducation, la formation et les compétences permettant de réussir sur le marché du travail et de répondre à la demande de nouveaux travailleurs par les entreprises deviennent alors indispensables. Des milliards de personnes, dont la majorité vit en ville, pourraient accéder à la classe moyenne d’ici 2030, ce qui renforcerait la croissance économique dans le monde entier. De meilleures politiquesgouvernementales,desinstitutionspubliques équitables et responsables ainsi que des pratiques commerciales inclusives et durables soutiendront cette évolution et constituent des éléments clés du programme pour l’après-2015. Deuxième priorité  : s’efforcer sans relâche d’ajouter de la valeur et d’accroître la productivité, afin que la croissance génère plus de croissance. Certains facteurs fondamentaux accéléreront celle-ci partout  : les infrastructures et autres investissements, le développement des compétences, les politiques de soutien aux micro-entreprises et aux petites et moyennes entreprises, la capacité à innover et absorber de nouvelles technologies, ainsi que la production de produits de meilleure qualité, à la gamme plus étendue. Danscertainspays,celapeutpasserparl’industrialisation, dans d’autres, par l’élargissement d’un secteur moderne des services ou l’intensification des activités agricoles. Certains se spécialisent, d’autres se diversifient. Il n’existe pas de recette unique, mais il est évident que certains modèles de croissance – principalement ceux qui sont soutenus par un commerce ouvert et équitable, à la fois à l’échelon régional et mondial – offrent davantage d’opportunités que d’autres pour une croissance future. Troisièmement, les pays doivent mettre en place un environnement stable qui permette aux entreprises de prospérer. Celles-ci souhaitent avant tout être toutes sur un pied d’égalité et avoir des liens avec les principaux marchés. Pour les petites sociétés, cela veut souvent dire trouver les bonnes synergies commerciales, par le biais de chaînes d’approvisionnement ou de coopératives par exemple. Les entreprises veulent aussi un cadre réglementaire simple qui permette de facilement lancer, exploiter ou fermer une activité. Les petites et moyennes entreprises, qui sont les plus grandes pourvoyeuses d’emplois, sont aujourd’hui particulièrement freinées par des réglementations inutilement compliquées qui peuvent aussi encourager la corruption. Il n’est pas question ici d’un appel à une déréglementation totale  : les normes sociales et environnementales sont très importantes. Il s’agit plutôt d’un appel à une réglementation qui soit intelligente, stable et mise en œuvre avec transparence. Les entreprises elles-mêmes ont également un rôle à jouer, bien entendu : adopter de bonnes pratiques et payer des impôts équitables dans
  18. 18. 10 les pays où elles opèrent, et être transparentes quant aux retombées financières, sociales et environnementales de leurs activités. Quatrièmement, afin d’être porteuse d’une nouvelle prospérité et de nouvelles opportunités, la croissance doit aussi instaurer de nouveaux moyens de soutenir une consommation et une production durables et permettre la réalisation d’un développement qui l’est toutautant.Lesgouvernementsdoiventétabliretmettre en œuvre des approches précises afin d’encourager les activités durables et d’évaluer correctement le coût des comportements dangereux au niveau environnemental et social. En outre, les entreprises doivent indiquer de quelle manière elles peuvent investir afin de réduire la pression sur l’environnement et améliorer les conditions de travail des employés. 4. Construire la paix et créer des institutions efficaces, transparentes et responsables pour tous Un environnement sans conflit ni violence est le droit humain le plus fondamental et il constitue le pilier majeur d’une société pacifique et prospère. En parallèle, les populations attendent que leurs gouvernements soient transparents, répondent de leurs actes et réagissent à leurs besoins. La sécurité personnelle, l’accès à la justice, l’absence de discrimination et de persécution ainsi que la possibilité de s’exprimer face aux décisions qui les concernent sont des éléments qui découlent du développement tout autant qu’ils le déclenchent. Nous appelons donc à une réorientation radicale : reconnaître la bonne gouvernance et la paix comme étant des éléments fondamentaux du bien-être et non des options facultatives. Des États compétents et réactifs doivent créer des institutions publiques efficaces et responsables, qui soutiennent l’état de droit, la liberté de parole et celle des médias, la diversité des choix politiques et l’accès à la justice. Une révolution de la transparence est nécessaire, afin que les citoyens sachent exactement à quoi sont destinés leurs impôts, les aides et les revenus tirés des industries d’extraction. Il nous faut des gouvernements qui s’attaquent aux causes de la pauvreté, autonomisent les populations, soient transparents et autorisent un examen approfondi de leurs activités. La transparence et la responsabilité sont également de puissants outils pour empêcher le vol et le gaspillage de ressources naturelles limitées. Sans institutions solides, ledéveloppementdurablen’aaucunechance.LeGroupe estime que leur création est un élément fondamental de la transformation nécessaire pour éliminer la pauvreté de manière irréversible et permettre aux pays du monde entier, notamment ceux qui connaissent des conflits ou viennent d’en sortir, de se développer durablement. Le nouveau programme de développement doit donc impérativement aborder la question des institutions. Les sociétés organisent leurs dialogues par le biais des institutions. Pour pouvoir jouer un rôle important, les citoyens ont besoin d’un environnement juridique qui protège leur droit à bénéficier des garanties prévues par la loi et leur permette de créer des organisations de la société civile  et d’en devenir membres, et d’exprimer pacifiquement leurs objections et leurs opinions. Au niveau international aussi, les institutions représentent un canal important pour le dialogue et la coopération. En travaillant ensemble par le biais d’institutions nationales et internationales, les gouvernements pourraient réduire rapidement la corruption, le blanchiment d’argent, l’évasion et l’évitement fiscaux systématiques, la dissimulation de la détention d’actifs ainsi que le commerce illégal de stupéfiants et d’armes. Ils doivent s’engager à le faire. 5. Créer un nouveau partenariat mondial La cinquième réorientation, et peut-être la plus importante du programme pour l’après-2015, consiste à insuffler aux politiques nationales et internationales le sentiment d’appartenir à un nouveau partenariat mondial. Celui-ci doit apporter une vision et un cadre nouveaux, basés sur ce qui nous lie en tant qu’êtres humains et sur les principes établis à Rio. Ces principes sont notamment  : l’universalité, l’équité, la durabilité, la solidarité, les droits de l’homme, le droit au développement et le partage des responsabilités conformément aux capacités de chacun. Le partenariat doit intégrer un esprit de respect et de respect et d’avantage mutuels, dont il dépendra. Le principe du partenariat mondial repose sur une idée simple. Les populations et les pays comprennent que leurs destins sont liés. Ce qui se passe d’un côté du monde peut nous concerner tous. Certaines questions nepeuventêtrerésoluesquepardesactionscommunes. Les pays disposent de ressources, de compétences ou de technologies qui, si elles sont partagées, peuvent entraîner un avantage réciproque. Travailler ensemble n’est pas seulement une obligation morale pour venir en aide aux plus démunis, mais un investissement dans la prospérité à long terme de tous. Un partenariat mondial repensé exigera un nouvel état d’esprit de la part des dirigeants nationaux, mais il sera tout aussi important pour de nombreux autres acteurs d’adopter de nouveaux modes de pensée et de modifier leurs comportements. Ces évolutions n’auront pas lieu | CHAPITRE 2 : DE LA VISION À L’ACTION. LES TRANSFORMATIONS PRIORITAIRES D’UN PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT POUR L’APRÈS-2015
  19. 19. L’APRÈS-2015 | 11 du jour au lendemain, mais nous devons aller au-delà de la routine établie et nous y atteler dès aujourd’hui. Le nouveau partenariat mondial doit encourager chacun à modifier sa vision du monde de manière profonde et considérable. Il doit amener tous les pays à fusionner volontairement leurs programmes de développement et de protection de l’environnement, et à résoudre les symptômes et les causes de la pauvreté d’une manière unifiée et universelle. De quoi se compose un nouveau partenariat mondial ? Cela commence par une vision commune qui offre différentes solutions en fonction du contexte, mais qui fait preuve du même niveau d’ambition pour tous. De cette vision découle un plan d’action, au niveau de chaque pays et, à plus petite échelle, des régions, des villes ou des communes. Chacun doit apporter sa contribution et coopérer afin d’assurer un avenir meilleur. Un nouveau partenariat mondial  devrait s’assurer la participation des instances gouvernementales de tous les pays, des collectivités locales, des organisations internationales, des entreprises, de la société civile, des fondations et autres philanthropes et des populations, tous réunis autour d’une même table pour aller au- delà de l’aide et discuter d’un cadre véritablement international qui définira des politiques permettant d’obtenir un développement durable. Il devrait aller au-delà de ce que proposaient les OMD, à savoir des partenariats entre États, les uns à revenu faible, les autres à revenu élevé, et inclure davantage d’acteurs. Un nouveau partenariat mondial  devrait adopter de nouveaux modes de travail  : un processus clair qui permettra de mesurer l’état d’avancement par rapport aux objectifs et aux cibles, et demandera des comptes sur le respect des engagements de chacun. Les Nations Unies peuvent assurer cette surveillance au niveau mondial, à  partir  des informations  fournies par les gouvernements nationaux et les collectivités locales, et de ce qui ressort des dialogues régionaux. Des partenariats spécifiques à chaque domaine thématique, à l’échelon mondial, national et local, peuvent attribuer les responsabilités pour la mise en place des politiques et des programmes. Chaque participant au partenariat mondial  a un rôle précis à jouer : Les gouvernements nationaux occupent une fonction centrale et il leur incombe de veiller à leur propre développement et de garantir le respect des droits humains universels. Ils fixent à l’échelle nationale les cibles, la fiscalité, les politiques, les plans et les réglementations qui permettront de traduire concrètement dans la réalité la vision et les objectifs du programme pour l’après-2015. Leur rôle concerne tous les secteurs et de nombreux niveaux ; il va de la négociation des accords sur le commerce international oudesconventionssurl’environnementàlacréationd’un contexte propice au développement des entreprises et à l’élaboration de normes environnementales sur leur territoire. Les pays développés doivent tenir leurs promesses envers les pays en développement. L’aide Nord-Sud demeure vitale pour de nombreux États, elle doit être maintenue et accrue lorsque c’est possible. Mais l’aide ne suffira pas à mettre en œuvre un développement durable dans le monde entier. Les pays développés sont des marchés et des exportateurs importants. Leurs pratiques en matière de commerce et d’agriculture représentent un énorme potentiel pour favoriser, ou au contraire freiner, le développement des autres pays. Ils peuvent aussi encourager l’innovation, la diffusion et le transfert de technologie. Avec les grandes puissances économiques, ils jouent un rôle majeur de garant de la stabilité du système financier international. Il leur incombe en outre des responsabilités particulières pour veiller à ce qu’il n’y ait aucun refuge sûr pour les capitaux illicites et les produits de la corruption et à ce que les multinationales soient équitablement imposées dans les pays où elles opèrent. Enfin, comme ils présentent le taux de consommation par habitant le plus élevé au monde, les pays développés doivent montrer l’exemple de la consommation et de la production durables, ainsi qu’adopter et partager les technologies vertes. La diversité des pays en développement est bien plus large que lorsque les OMD furent convenus : de grandes économies émergentes côtoient des pays luttant pour sortir d’un dénuement presque total et remédier à un important manque de capacités. Ces changements se traduisent par une évolution des rôles. Les liens entre les pays en développement en matière de commerce, d’investissement et de finance connaissent une croissance rapide. Ces États peuvent partager leurs expériences sur les réformes des politiques et des institutions qui sont les plus utiles pour favoriser le développement. Les pays en développement, y compris ceux dans lesquels subsistent des îlots considérables de pauvreté, coopèrent entre eux, ainsi qu’avec les pays développés et les institutions internationales pour entreprendre des activités de coopération Sud-Sud et triangulaires de plus en plus appréciées. Ce phénomène se renforcerait encore si les meilleures pratiques étaient répertoriées,sidesréseauxd’échangedesconnaissances étaient créés, et si la coopération régionale s’étendait. 20 Les collectivités locales sont l’indispensable  trait d’union entre les gouvernements nationaux, les communautés et les citoyens et elles joueront un rôle crucial dans un nouveau partenariat mondial. Le

×