1ères rencontres franco algériennes en diabétologie

522 views

Published on

www.amis-med.com

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total views
522
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
1
Actions
Shares
0
Downloads
0
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

1ères rencontres franco algériennes en diabétologie

  1. 1. éditorial 1 Diabète    ipides    bésité    isques cardio-métaboliques    utrition •L •O •R •NS. Halimi M. BelhadjDirecteur de la EHU, Oran, Algérierédaction L es patients migrants issus des trois pays du Maghreb sont aujourd’hui nombreux en France et particulièrement affectés par les différentes formes de diabète surtout de type 2 pour ceux nés en Afrique du Nord, et donc aujourd’hui plus souvent des « seniors ». Le diabète est aussi une affection, aujourd’hui, très répandue en Algérie où, comme en France, voire plus encore, elle constitue un véritable problème de santé publique. De plus, nombre de patients de la cinquantaine, ou plus âgés, vont et viennent chaque année d’un bord à l’autre de la Méditerranée pour des séjours parfois prolongés. La majorité d’entre eux sont donc d’origine algérienne et c’est pourquoi entre collègues exerçant en Algérie ou qui soignent ces patients en France, l’idée est née d’organiser des rencontres diabétologiques sur ces patients quel que soit leur pays de résidence. En effet, tant sur le plan phénotypique que sociologique ou comportemental, ces patients offrent quelques spécificités et parfois des déterminants pouvant aider, ou, a contrario, faire obstacle à une prise en charge de qualité. Croyances de santé, habitudes alimentaires, sédentarité, incidence de certaines formes de diabète, fréquence du diabète gestationnel, Ramadan, font question pour les soignants et souvent de la même nature en Algérie et en France. Ces premiers échanges ont permis de jeter les toutes premières bases d’une meilleure collaboration et surtout de définir des axes de travail pour le futur. Nul doute que ceux-ci viendront nourrir de prochains échanges que nous appelons de nos vœux. Merci à tous les collègues des deux rives qui ont animé les ateliers, donné des conférences, animé les débats. Merci enfin aux laboratoires Novo Nordisk qui ont permis de mener à bien cette action et dont les projets et les nôtres, en ce domaine, se sont rejoints sans la moindre interférence avec le contenu du programme ou la teneur des échanges. Bien amicalement à tous. Conflits d’intérêt Les auteurs déclarent n’avoir aucun conflit d’intérêt avec le contenu de cet article.Correspondance :Serge HalimiPôle DigiDUNe,Clinique d’endocrinologie-diabète-nutrition,CHU, Grenobleshalimi@chu-grenoble.fr© 2011 - Elsevier Masson SAS - Tous droits réservés.Médecine des maladies Métaboliques - Août 2011 - Hors-série 3

×