Rencontre avec...
Alexandra
HenrionCaude a vécu le rêve des
Eisenhower
Fellows,
ceux à qui on permet de
consulter les gran...
Upcoming SlideShare
Loading in …5
×

Alexandra Henrion Caude, Rencontre

1,628 views
1,431 views

Published on

Le Professeur Alexandra Henrion Caude est chargée de la recherche médicale sur les maladies du foie des enfants.
Elle travaille notamment sur l'AVB (Atrésie des Voies Biliaires) dans les laboratoires de l'INSERM implantés à Necker.
L'été dernier, elle a reçu aux USA des mains de Colin Powell le titre prestigieux de Eisenhower Fellow.
Alexandra Henrion Caude est la seule française ayant reçu ce prix. Elle participera à l'assemblée générale de l'AMFE (25 janvier 2014) pour faire le point sur les avancées de la recherche médicale concernant les maladies du foie.

Published in: Health & Medicine
0 Comments
1 Like
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

No Downloads
Views
Total views
1,628
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
4
Actions
Shares
0
Downloads
1
Comments
0
Likes
1
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Alexandra Henrion Caude, Rencontre

  1. 1. Rencontre avec... Alexandra HenrionCaude a vécu le rêve des Eisenhower Fellows, ceux à qui on permet de consulter les grands de ce monde pour ensuite essaimer positivement. Une expérience qui a marqué cette généticienne à vie. Alexandra Henrion-Caude en présence de Colin Powell lors de son séjour aux Etats Unis pour le programme réservé aux Eisenhower Fellows. © photo : Sandor Welsh R endre le monde meilleur, un adage que semble avoir fait sien depuis toujours Alexandra Henrion-Caude, chercheur en génétique (U871), « élevée à la science » chez Axel Kahn et mère gracile de 5 enfants. C’est en tous cas l’impression que l’on a, à l’écouter. Enjouée, intarissable, elle conte son parcours de généticienne et surtout son séjour récent aux Etats-Unis, en tant que très distinguée membre du Eisenhower Fellowships, promotion 2013. Cette « confrérie internationale » apolitique, qui distingue une vingtaine de nouveaux membres chaque année, incarne l’esprit du Président Eisenhower. Son slogan: « leaders bettering the world around them », des leaders pour rendre le monde meilleur. Pour faire partie de ce cercle de privilégiés, Alexandra Henrion-Caude, encouragée par son mari et une ancienne Eisenhower Fellow a dû présenter un projet sur la façon dont son domaine, en l’occurrence la science dite « fondamentale », pourrait apporter davantage de changements positifs à la société. Didactique, comme avec ses étudiants à qui elle veut transmettre, comme en cadeau, la méthodologie qui les guidera vers l’excellence, elle a su convaincre le jury international. Esprit curieux, clair et visionnaire, son argumentation reposait sur une conviction : « C’est grâce à l’innovation que les pays se relèvent des crises, d’où l’impérieuse nécessité de ré-évaluer la place de la science dans la société et donc d’interroger les leaders de champs comme les sciences de l’informatique, la robotique ou la biologie synthétique, par exemple », explique-t-elle. Alexandra HENRION-CAUDE Choisie pour rendre le monde meilleur Au printemps dernier, elle a donc décroché son billet pour Philadelphie. Cap sur la maison-mère des Eisenhower Fellows, pour rencontrer ses 22 homologues de différents pays, sous le regard bienveillant de Colin Powell, l’actuel chairman de ce programme. Parmi les nouveaux « amis » ou Fellows de la maisonnée on comptait artistes, entrepreneurs, chercheurs... Un melting-pot qui n’était pas pour déplaire à notre hôte française. Boulimique de rencontres, sa faculté d’adaptation s’apparente à celle d’un caméléon. Cartésienne, elle est également intuitive. Son intelligence est aussi celle du cœur. Après une semaine de cette vie communautaire, lors de laquelle ils ont scellé leur engagement à vie, son road movie à travers l’Amérique a commencé. Elle a été notamment reçue par différents présidents d’universités et de centres d’innovations scientifiques et médicaux, comme Mark Wrighton, Toby Cosgrove, Jeffrey Wadsworth, des responsables de Google, Monsanto, 23andMe, mais aussi le Chef des Indiens Navajo. « Ce temps pour la rencontre, était un luxe inestimable. Sans compter les rencontres fortuites avec des sans-abris, un magicien, un juriste d’une banque de gènes, j’ai échangé avec 70 personnes. » Et maintenant ? « Ce que j’ai appris là-bas, c’est la façon d’associer les forces entre elles, par exemple allier des domaines tels que mécénat, patrimoine culturel, science pour une interaction sociétale positive ». La généticienne souhaite rester un émissaire actif pour de telles initiatives, mais n’abandonnera pas pour autant la paillasse à l’Inserm. To be followed… Graphiste, P.MINARY Stéphanie Younès

×