Your SlideShare is downloading. ×
Performances des gouvernements de m. macky sall et de m. idrissa seck
Performances des gouvernements de m. macky sall et de m. idrissa seck
Performances des gouvernements de m. macky sall et de m. idrissa seck
Performances des gouvernements de m. macky sall et de m. idrissa seck
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×
Saving this for later? Get the SlideShare app to save on your phone or tablet. Read anywhere, anytime – even offline.
Text the download link to your phone
Standard text messaging rates apply

Performances des gouvernements de m. macky sall et de m. idrissa seck

340

Published on

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
340
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
1
Actions
Shares
0
Downloads
4
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide

Transcript

  • 1. Performances économiques et financières des Gouvernements de Monsieur Macky Sall et de Monsieur Idrissa Seck La presse a rapporté les propos de M. Diéthié Fall, responsable des cadres du parti Rewmi, selon lesquels la croissance économique du Sénégal avec M. Idrissa Seck, Premier Ministre (4 novembre 2002-21 avril 2004), serait de 6% en 2006. M. Diéthié Fall veut faire croire que la gestion du Sénégal avec Idrissa Seck, serait meilleure que celle de M. Macky Sall, Premier Ministre (21 avril 2004-19 juin 2007). Notre contribution prouve le contraire avec la comparaison des périodes 2002-2003 et 20042007. Elle s’appuie sur la rétrospective de la croissance sénégalaise entre 2002 et 2007 avec les indicateurs de performances économiques et financières. L’année 2004 est prise en compte dans la gestion de Monsieur Macky Sall qui y réalise 8 mois d’exercice au détriment de la gestion de Monsieur Idrissa Seck (4 mois seulement d’exercice en 2004). Les principaux indicateurs utilisés son les indicateurs de croissance et de performance de la politique budgétaire, de dette publique et de solvabilité de la politique budgétaire et enfin les indicateurs de libéralisation financière. 1. Croissance réelle du PIB (Produit Intérieur Brut) Tableau 1. Evolution du taux de croissance réelle du PIB (%) 2002 2003 2004 2005* 2006* 2007* 1,1 6,5 6,0 5,7 2,3 4,7 Source : BCEAO (2006), * BANQUE DE FRANCE (2008). Tableau 2. Taux moyen de croissance réelle du PIB (%) 2002-2003 2004-2007 3,8 4,7 Source : Tableau 1 Le Tableau 2 montre un taux moyen de croissance réelle du PIB de 4,7% en 2004-2007 supérieur à celui de 2002-2003 : Monsieur Macky Sall a donc fait mieux que Monsieur Idrissa Seck. Concernant la situation des finances publiques, elle a été marquée par des indicateurs meilleurs pour la période 2004-2007 que pour la période 2002-2003 (Tableau 3). Tableau 3. Evolution des dépenses et recettes publiques /PIB (%) 2002 2003 2004 2005 2006 2007* Dépenses 8,0 8,5 9,8 10,0 9,9 11,2 en capital Dépenses 13,8 13,4 13,2 13,8 16,0 16,3 courantes Recettes 19,2 18,2 18,5 19,3 20,0 21,1 budgétaires Recettes 18,1 17,1 17,6 18,6 19,2 20,1 fiscales Source : BCEAO (2006) et *FMI(2010)
  • 2. Tableau 4. Moyenne des dépenses et recettes publiques /PIB (%) 2002-2003 2004-2007 Dépenses en capital 8,2 10,2 Recettes budgétaires 18,7 19,7 Recettes fiscales 17,6 18,9 Dépenses courantes 13,6 14,8 Source : Tableau 3 Différentiels 2,0 1,0 1,3 1,2 Tous les différentiels sont en faveur de Monsieur Macky Sall. Les recettes budgétaires ont augmenté surtout entre 2005 et 2006 et cela grâce en partie à l’amélioration de la performance de l’administration fiscale. Les recettes fiscales/PIB, après avoir stagné entre 2003, ont augmenté entre 2005 et 2006 afin de couvrir des dépenses courantes (salaires) et en capital de plus en plus élevées. 2. Indicateurs de dette publique et de solvabilité de la politique budgétaire La dette extérieure du Sénégal est viable en 2007 selon le FMI qui note que le Sénégal présente un risque de surendettement faible. Le service de la dette publique extérieure a baissé d’une part de 3,4% du PIB en 2007 et d’autre part de 4,2% des recettes publiques en 2007. Par rapport aux exportations de biens et services, ce service de la dette est passé de 7,3% en 2006 à 6,2% en 2007. La baisse du service de la dette publique extérieure s’accompagne d’un taux d’endettement extérieur (dette totale/PIB) en baisse de 2005 à 2007 après une augmentation forte et régulière de 2002 à 2003 (Tableau 4). Le taux d’endettement extérieur a baissé de 50% environ en 2004-2007 comparativement à la période 2002-2003 (Tableau 5). Tableau 4.Evolution du taux d’endettement extérieur (en %) 2002 2003 2004 2005 2006 2007* 66,1 54,5 46,4 42,8 20,3 24,5 Source : BCEAO (2006) * FMI(2010) Tableau 5. Moyenne du taux d’endettement extérieur (en %) 2002-2003 2004-2007 60,3 33,5 Source : Tableau 4 3. Les indicateurs de libéralisation financière Le taux d’investissement en valeur absolue (Tableau 6) et en moyenne (Tableau 7) demeure en forte hausse de 2004 à 2007 avec un record de 34,5% en 2007. Tableau 6. Evolution du taux d’investissement (%) 2002 2003 2004 2005 2006 16,7 19,5 20,0 23,4 25,1 Source : BCEAO (2006) * FMI(2010) 2007* 34,5
  • 3. Tableau 7. Moyenne du taux d’investissement (%) 2002-2003 2004-2007 18,1 25,7 Source : Tableau 6 Concernant le taux d’épargne intérieure, il se stabilise autour 9% en moyenne de 2004 à 2007 en hausse par rapport à la période 2001-2003 aussi bien pour l’épargne publique que non publique (Tableau 9). Le taux d’épargne brute est à son niveau maximum en 2007 avec 12,1 % (Tableau 8). Tableau 8. Evolution du taux d’épargne brute (%) 2002 2003 2004 2005 2006 7,0 7,4 8,2 7,6 8,3 Source : BCEAO (2006) * FMI(2010) 2007* 12,1 Tableau 9. Moyenne du taux d’épargne brute (%) 2002-2003 2004-2007 7,2 9,0 Source : Tableau 8 Les dérapages budgétaires en 2002-2003, résultat de la gestion chaotique de Monsieur Idrissa Seck, expliquent la tendance baissière de l’épargne intérieure pour la même période, ce qui est donc insuffisant pour couvrir les besoins d’investissements de l’Etat. Selon le FMI, les flux d'IDE (en milliards de francs CFA) sont passés de 131 en 2007 à 122 en 2008 avec seulement 98 en 2009. En prenant tous les indicateurs de performances économiques et financières, nous pouvons donc certifier que la gestion de Monsieur Macky Sall, alors Premier Ministre, est nettement meilleure que celle de Monsieur Idrissa Seck. L’émergence du Sénégal, dirigé par Monsieur le Président Macky Sall, est une perspective prometteuse. Dr Omar NDIAYE Docteur en Economie Convergence des Cadres Républicains (CCR-France) REFERENCES : 1. Banque de France (2008): « Rapport Annuel-Zone Franc ». 2. BCEAO (2006): “Annuaire Statistique 2006”. 3. FMI (2010): « Rapport N° 10/165 », Juin 2010.

×