• Share
  • Email
  • Embed
  • Like
  • Save
  • Private Content
Le burn out
 

Le burn out

on

  • 1,779 views

 

Statistics

Views

Total Views
1,779
Views on SlideShare
745
Embed Views
1,034

Actions

Likes
1
Downloads
0
Comments
1

2 Embeds 1,034

http://www.scoop.it 1033
http://www.google.fr 1

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Microsoft PowerPoint

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel

11 of 1 previous next

  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
  • Vraiment dommage qu'on ne puisse pas le télécharger ou l'imprimer directement...
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    Le burn out Le burn out Presentation Transcript

    • Syndrome d’épuisement professionnel
    • 1- Définition juridique2- Causes de l’apparition du syndrome3- Reconnaitre les signes2- De la fatigue à l’indifférence3- Ce que dit la loi4- Les sanctions pour l’employeur5- Les solutions
    • Talent, enthousiasme, intelligence, générositéExcellent professionnelreconnu pour son savoir-faireet son dynamismeParcours rythmé par lessuccèsCapacité à rebondir, défis+++ « L’individu-fusée »
    • ÉlitesOrientation vers uneprofession permettant laréalisation de soi et lareconnaissance parautrui
    • Début : réussites gratifiantes, épisodes dejoie professionnelle intenseQuelques échecsMoins de retour espérés en regard del’investissementfrustrationRéponses inadéquates en regard del’importance des attentes parfoisdémesurées qu’il s’est lui-même fixé
    • puis un jour la goutte d’eau… On lui demanderait d’effectuer des actes qu’il désapprouve : Conflit de valeurs +++
    • Déflagration : Crash physique et mental -démission, -problème de santé spectaculaire, -fatigue démesurée >contraint à l’arrêt de travail prolongé -immolation ?Tout est brûlé en lui, consumé, carbonisé :il est en « Burn out »
    • Le syndrome du « burn out » se caractérise par un état d’épuisement général, à la foispsychique, émotionnel et mental; les «batteries sont vides» et le sujet n’est plus capable de récupérer sur de courtes durées.Ce syndrome d’épuisement s’accompagne d’une série de symptômes.
    • Freudenberger (1970):« épuisement des ressources physiques et mentales d’unindividu qui s’évertue à atteindre un but irréalisable qu’ils’est lui-même fixé ou qu’il perçoit comme imposé par lesvaleurs de la société dans laquelle il vit ».Maslach et Jackson (1981) :« un syndrome d’épuisement émotionnel, dedépersonnalisation et de réduction de l’accomplissementpersonnel qui apparaît chez les individus impliquésprofessionnellement auprès d’autrui ».
    • « to burn » : brûler« out » : idée d’achèvement, d’extinction « burn out » : une combustion totale, la réduction en cendres d’un objet entièrement consumé dont toute la matière a disparu Terme français : « syndrome d’épuisement professionnel » Traduction française la plus fidèle ? « carbonisation psychologique » (Girault 1989)
    • Pour qui ? Pourquoi?A cause de qui ?A cause de quoi?
    • « Écart entre un trop grand idéalisme et la réalité de l’environnement de travail… L’individu idéaliste s’épuise au fur et à mesure que ses illusions sont confrontées à une réalité qui résiste »(Freudenberger) NB : jeunesse = facteur aggravant « Indice de la séparation entre ce que les gens sont et ce qu’ils doivent faire»(Maslach)
    • Le décalage entre la nature du travail et la nature de la personne qui l’exerce est de plus en plus important Coût humain élevé
    • Aujourd’hui, toutes les recherches concluent que l’origine du problème n’est pas l’individu mais l’environnement de travail : Mutations intervenues ces dernières années« l’origine du problème réside dans les tendances de l’économie, dans la technologie et dans la philosophie du management » (C. Maslach)
    • Le nombre croissant de chômeurs et la crainte de perdre son emploi favorisent la survenue de symptômes de stress et de burn out.Comme de nombreux psychologues du travail l’ont constaté, le burn out est devenu un terme à la mode.
    • Vie professionnel Vie privée
    • Pour cette raison, les vrais symptômes sont souvent méconnus et pris en charge trop tardivement. En l’absence de traitement, le syndrome peut engendrer des conditionsmédicales sérieuses comme la dépression
    • Comment savoir si vous êtes momentanément fatigué ou si vous souffrez de burn-out ? Plusieurs signes peuvent vous mettre la puce à loreille, notamment sils sont présents depuis quelque temps
    • Vous vous fatiguez plus facilement et avezsouvent des difficultés pour vous lever lematin.Vous travaillez de plus en plus alors quevotre rendement diminue constamment ;Vous avez limpression que vos efforts sontrarement remarqués ;
    • Vous avez une attitude plus désabusée ;Vous oubliez parfois vos rendez-vous ;Vous êtes plus irritable ;Vous voyez de moins en moins votrefamille et vos amis intimes.
    • Non spécifiquesVariables d’un individu àl’autreTroubles du sommeil, fatiguechronique, douleurs diffuseschroniques (lombalgiesinvalidantes…), ulcère, hypertension…
    • Épuisement émotionnel = Phase de désillusion progressive, insidieuse :« vidé nerveusement », incapable d’accueillir une émotion nouvelle, perteprogressive du sens de son métier, remise en cause de son propre système devaleursCynisme et déshumanisation des relations = Phase de retrait : évitementde tout investissement relationnel, commence à travailler unminimum, protection vis-à-vis de l’environnement, évite les conflitsBaisse de l’accomplissement personnel = Phase d’apathie et dedésespoir, baisse de l’estime de soi, se sent dépassé, incompétent (mécanismesde défense : déni, surinvestissement, acharnement) NB : différences hommes/femmes NB : différences selon les professions
    • Quelle est l’ampleur du phénomène ?
    • Selon l’OMS : le stress grimpera bientôt de la 4éme à la2 ème place dans l’échelle des problèmes menaçant lasanté mondiale (juste après le sida)1 salarié européen sur 5 souffre de troubles de santéliés au stress au travail (INRS Institut National derecherche et de sécurité 2008)
    • Initialement : professions basées sur lesrelations d’aide et d’assistance (corpssoignant, enseignants, travailleurssociaux)Aujourd’hui : toutes les professions sonttouchées (monde desemployés, cadres, dirigeantsd’entreprise, avocats, policiers, contrôleurs aériens, commerçants…)
    • LES CONSEQUENCES DU BURN OUT : Niveau élevé d’absentéisme : 50 à 60 % des journées de travail perdues en Europe ont un lien avec le stress au travail Coût du stress professionnel :- en France (évalué entre 1,9 et 3 milliards d’euros ; mais largement sous-estimé)- Coût du stress équivalent à 10% du PIB au Royaume-Uni Taux de suicide liés au travail : ++ dans certaines professions (secteur de la santé et de l’action sociale++ , exemple chez les médecins : 14 % des causes de décès contre 5,4 % dans la population générale (Conseil national de l’Ordre 2003))
    • MBI : Maslach Burnout InventoryMis au point par C. Maslach en 1981Outil mondial de référence de diagnostic du burn outRepose sur les trois dimensions du syndrome
    • ÉCHELLE DE MASLACHIndiquez la fréquence à laquelle vous ressentez ce qui est décrit à chaque item.- Jamais : 0.- Quelques fois par année, au moins : 1.- Une fois par mois, au moins : 2.- Quelques fois par mois : 3.- Une fois par semaine : 4.- Quelques fois par semaine : 5.- Chaque jour : 6.Entourer le chiffre correspondant à votre réponse MBI : Maslach Burn out Inventory ITEMS 0 1 2 3 4 5 6Je me sens émotionnellement vidé(e) par mon travailJe me sens à bout à la fin de ma journée de travailJe me sens fatigué(e) lorsque je me lève le matin et que j’ai àaffronter une autre journée de travailJe peux comprendre facilement ce que mes malades ressententJe sens que je m’occupe de certains malades de façon impersonnellecomme s’ils étaient des objetsTravailler avec des gens tout au long de la journée me demandebeaucoup d’effortJe m’occupe très efficacement des problèmes de mes maladesJe sens que je craque à cause de mon travailJ’ai l’impression, à travers mon travail, d’avoir une influence positivesur les gensJe suis devenu(e) plus insensible aux gens depuis que j’ai ce travailJe crains que ce travail ne m’endurcisse émotionnellementJe me sens plein(e) d’énergieJe me sens frustré(e) par mon travailJe sens que je travaille « trop dur » dans mon travailJe ne me soucie pas vraiment de ce qui arrive à certains de mesmaladesTravailler en contact direct avec les gens me stresse tropJ’arrive facilement à créer une atmosphère détendue avec mesmaladesJe me sens ragaillardi(e) lorsque dans mon travail j’ai été proche demes maladesJ’ai accompli beaucoup de choses qui en valent la peine dans cetravailJe me sens au bout du rouleauDans mon travail, je traite les problèmes émotionnels très calmementJ’ai l’impression que mes malades me rendent responsable decertains de leurs problèmes- Tiré de : Canoui (Pierre), Le Syndrome d’épuisement professionnel des soignants, Masson1998.
    • Instructions pour le calcul des indices de l’échelleEpuisement professionnel : questions : 1. 2. 3. 6. 8. 13. 14. 16. 20.Degré de burn-out :- total inférieur à 17 : bas- total compris entre 18 et 29 : modéré-total supérieur à 30 : élevéDépersonnalisation : questions : 5. 10. 11. 15. 22.Degré de burn-out :- total inférieur à 5 : bas- total compris entre 6 et 11 : modéré-total supérieur à 12 : élevéAccomplissement personnel : question : 4. 7. |9. 12. 17. 18. 19. 21.Degré de burn-out :- total supérieur à 40 : bas- total compris entre 34 et 39 : modéré-total inférieur à 33 : élevé
    • Des scores modérés, voire élevés, sont le signe d’un épuisementprofessionnel latent, en train de s’installer. Si vous avez obtenu : * un score élevé aux deux premières échelles et un score faibleà la dernière :  vous sentez-vous épuisé(e) professionnellement en cemoment ? * un score faible aux deux premières échelles et un score élevéà la dernière échelle :  vous êtes loin d’être épuisé !
    • En France :Le Burn out est mal connu, voir nié.