Your SlideShare is downloading. ×
nutrition et maladie d'alzheimer
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×
Saving this for later? Get the SlideShare app to save on your phone or tablet. Read anywhere, anytime – even offline.
Text the download link to your phone
Standard text messaging rates apply

nutrition et maladie d'alzheimer

11,592
views

Published on

nutrition et maladie d'alzheimer …

nutrition et maladie d'alzheimer
docteur Nelly le Reun
ploufragan 16 octobre 2008
CHU Brest


1 Comment
4 Likes
Statistics
Notes
  • After you got all the information on Fioricet, another point on your agenda should be the price for it. http://www.fioricetsupply.com resolves this problem. Now you can make the decision to buy.
       Reply 
    Are you sure you want to  Yes  No
    Your message goes here
No Downloads
Views
Total Views
11,592
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
2
Actions
Shares
0
Downloads
159
Comments
1
Likes
4
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide

Transcript

  • 1. Nutrition et Maladie d’Alzheimer Dr Nelly Le Reun Ploufragan, 16 octobre 2008
  • 2. La maladie d’Alzheimer • Maladie neuro dégénérative • La plus fréquente des démences • 860 000 personnes atteintes • 100 000 nouveaux cas par an • Touche 20 à 25% des plus de 80 ans
  • 3. A côté des signes fondamentaux de la maladie la perte involontaire de poids est très souvent oubliée C’est une complication fréquente de la maladie : présente chez 30 à 40% des malades à tous les stades de la maladie Elle peut précéder les premiers symptômes cliniques Le risque d’apparaître augmente avec la sévérité de la maladie Steward et al.,Arch.neurol.2005
  • 4. Les problèmes nutritionnels aggravent la fragilité des malades, favorisent la survenue de morbidités , la dépendance, et l’épuisement de l’aidant
  • 5. Conséquences de la dénutrition Système immunitaire Infections Masse musculaire Sarcopénie, et force dépendance, chute, fracture Perte de poids Risque d’irréversibilité Trophicité cutanée Escarre (Adaptée de M. Ferry, Année Gérontologique, 1995)
  • 6. La prise en compte de l’état nutritionnel limite la perte de poids pendant une longue période d’évolution La prise en charge doit être adaptée aux stades de la maladie et aux conditions de vie du malade
  • 7. POURQUOI LA MALADIE FAIT-ELLE PERDRE DU POIDS? Les facteurs sont multiples associant ceux propres au vieillissement et ceux de la maladie
  • 8. Diminution des apports alimentaires : -Les difficultés pour s’approvisionner, cuisiner,s’alimenter -L’épuisement et le manque d’informations de l’aidant -Les troubles du comportement alimentaire(praxiques ou d’opposition) -les troubles de la déglutition
  • 9. -Une diminution de l’appétit (par diminution de l’odorat et du goût) -Les médicaments -L’état bucco-dentaire -Une maladie intercurrente
  • 10. Augmentation des dépenses énergétiques Fonction de l’activité physique, de la déambulation, du stade de la maladie
  • 11. Perturbations biologiques -baisse de sécrétion du neuropeptide Y (peptide stimulant l’appétit) -augmentation du cortisol -augmentation du TNF
  • 12. Effet des médicaments spécifiques -Du fait des effets digestifs indésirables (début de traitement, augmentation des posologies) Mais le risque de perte de poids est diminué chez les patients traités: effet protecteur Gillette-Guyonnet S. et al.,J. of Gerontology, 2006
  • 13. COMMENT REPERER LES TROUBLES NUTRITIONNELS ? • Suivi mensuel du poids du malade et de l’aidant (courbe de poids et calcul IMC; mesure du tour de bras) • MNA , albuminémie (médecin traitant)
  • 14. MNATM
  • 15. MNATM • Outil clinique d’évaluation de l’état nutritionnel • Dépistage précoce de la DPE du sujet âgé • 18 questions simples – Étape 1 : 6 questions de dépistage • Score maximum : 14 • Si score < 12 : continuer l’évaluation – Étape 2 : 12 questions d’évaluation globale
  • 16. MNATM : interprétation de l’étape 2 MNA MNA [23,5 - 17] MNA < 17 MNA > 24 Risque de malnutrition Mauvais état nutritionnel État nutritionnel satisfaisant Déterminer la cause Bilan biologique (dont albumine) Conseils diététiques avis spécialisé simples Intervention nutritionnelle (enrichissement, CNO, NE) - Nombre de repas < 2 => aide ménagère - Plus de 3 médicaments => réduire si possible le nombre de médicaments - Déséquilibre des repas => conseils diététiques - Ou avis spécialisé (diététicienne)
  • 17. Le diagnostic de dénutrition critères dénutrition dénutrition sévère Perte de poids ≥ 5%en 1 mois ≥ 10 % en 1 mois Ou ≥10% en 6 mois Ou ≥ 15% en 6 mois IMC ≤ 21 < 18 MNA < 17 albuminémie < 35 < 30
  • 18. QUELS CONSEILS PRATIQUES ? Activité physique régulière Alimentation équilibrée Alimentation adaptée aux troubles
  • 19. • Préalables Consulter dentiste,ophtalmologiste,ORL une fois par an
  • 20. Alimentation équilibrée quantitativement qualitativement
  • 21. Quantitativement Contrairement à l’idée fausse qui prévaut les besoins ne diminuent pas avec l’âge Apports conseillés: >30 Kcal/kg/J soit environ 2000 kcal par jour Seuil minimum: 1500 Kcal par jour
  • 22. 25-30 % 35-40 % 5-10 % 25-30 %
  • 23. Répartition des apports • déjeuner: 5 composantes -entrée (1) -plat principal: protéine + légumes/féculent (2) -produit laitier (1) -dessert: fruit cru ou cuit (1) • dîner: 4 composantes -soit entrée (1) -plat principal: protéine + légumes/féculent (2) -produit laitier (1) -soit dessert: fruit cru ou cuit (1)
  • 24. Alimentation adaptée aux troubles
  • 25. L’ENVIRONNEMENT fonctionnel, sûr, accueillant bien éclairé ni trop froid, ni trop chaud: pièce aérée, stores baissés si soleil éviter le bruit (télé ,conversations…) L’INSTALLATION Installation de la table -table agréable sets antidérapants vaisselle de couleur contrastée -couverts stables et appropriés
  • 26. Installation de la personne Pas trop tôt Proposer d’aller aux toilettes Siège adapté,personne au fond de la chaise,dos droit,pieds à plat,genoux à angle droit A la même place
  • 27. LE BIEN -ETRE Bouche hydratée: eau, eau pétillante, jus de fruits, spray, eau gélifiée Etat dentaire,appareil dentaire Appareil auditif LE SERVICE - à heure régulière -présentation soignée des plats -saveur relevée avec des épices et des aromates -les plats un à un -vérifier la température
  • 28. POUR DONNER DU GOUT Les condiments acides : Citron, vinaigre, cornichons Les condiments amers : Ail, ciboulette, oignon, échalote Les épices : Tous les poivres, paprika, safran, muscade, girofle,cannelle Les herbes aromatiques : Thym, laurier, cerfeuil, estragon, basilique, menthe, ciboulette, marjolaine, aneth
  • 29. LES SITUATIONS DIFFICILES *le malade refuse et s’énerve -rester calme (voix = bienveillance) -faire diversion ( musique, chanter, jouer, se promener ) -réessayer -prévoir des aliments qu’il pourra manger debout
  • 30. LES ALIMENTS POUVANT ETRE CONSOMMES DEBOUT: LES ALIMENTS « NOMADES » -pizza, quiche, saucisson, tartes aux légumes -sandwiches -légumes crus en bâtonnets -poulet froid -gnochis, croque monsieur -croquettes de viande et de poisson -fromage -yaourt à boire -glace -compote à boire -crêpe sucrée -gâteaux, biscuits
  • 31. *le malade mange très lentement -prévoir une assiette chauffante
  • 32. *le malade fixe la nourriture et ne mange pas -l’encourager ( verbalement ) ou masser les joues -l’aider -changer la texture
  • 33. *le malade avale de travers (toux,voix humide, raclements de gorge,crachotements…) -s’installer en face du malade à la même hauteur -faire pencher la tête en avant -attendre que la bouche soit vide pour bavarder ou avant d’introduire une nouvelle bouchée avec une petite cuillère posée sur la langue -vérifier la température -utiliser pour boire paille coudée ou verre à encoche nasale -modifier les liquides :épaississant eaux gélifiées -modifier la texture des aliments solides, relever le goût
  • 34. EPAISSIR LES LIQUIDES Matériel :-paille « coudée » -verre tronqué (à encoche nasale) Température : les températures franches (froid,chaud) facilitent la déglutition -Epaississant Eaux gélifiées
  • 35. TECHNIQUES D’EPAISSISSEMENT DES LIQUIDES -Eau gélifiée: 25 g de gélatine en feuille pour 1l d’eau. Faire tremper les feuilles de gélatine,les égoutter,les incorporer dans l’eau chaude,aromatiser(sirop,jus de fruits,extraits de vanille…)répartir en portions individuelles et conserver au réfrigérateur 48h maximum -Epaississants du commerce: gel mix, magic mix, epailiss,thicken up neutre, clinutren, gerlinéa… -Procédés artisanaux: fécule, tapioca,farines pour bébés…
  • 36. Types d’épaississement liquides texture Texture Texture «nectar» «crème » « gelée » Boissons 2 càs de 4 6 chaudes blédine à base Dans 250 de lait ml Boissons 1 « dose » 2 3 d’épaissis fraîches sant dans ou 100 ml chaudes
  • 37. Surveillance de l’hydratation (Ferry M., Alix E. et al. Nutrition de la personne âgée, édition Masson, 3e édition, 2007, p.162)
  • 38. Les fausses-routes indues… • Mauvais état général – Patient déshydraté, fatigué, dyspnéique… • Troubles de la vigilance (causes métaboliques)
  • 39. • Causes iatrogènes : médicaments – Diminuant la vigilance (somnifères) – Touchant la fonction salivaire (anticholinergiques) – Favorisant la déshydratation (diurétiques, neuroleptiques) • La non-utilisation de la fonction favorise l’atrophie des muscles du carrefour oro- pharyngo-laryngé – Moins le patient mangera, moins il sera apte à manger… • Causes buccales locales
  • 40. *le malade perd du poids: Compenser, fractionner, enrichir Modifier la texture Le médecin pourra si besoin prescrire des compléments nutritionnels oraux sous forme de boissons, de potages ou sous forme de flans, de crèmes si trouble de la déglutition
  • 41. COMPENSER remplacer Le pain: pain de mie, biscottes,vermicelle ou tapioca dans le potage,biscuits,bouillie au petit déjeuner Les légumes :potage plus riche en légumes,légumes en purée Les fruits : fruit pressé, jus de fruit, compote, fruit cuit, fruit au sirop La viande : 1 part peut être remplacée par 3 ou 4 produits laitiers Les crudités: jus de légumes, jus de fruits, fruit pressé L’huile des crudités: beurre, huile dans légumes cuits crème fraîche dans potage poisson à l’huile, mousses de poissons
  • 42. FRACTIONNER -collations :matin -jus de fruit,compote,lait,yaourt après midi –laitage et jus de fruit - fruit et biscuit - boisson chocolatée et biscuit - glace et coulis de fruit en soirée –laitage(flan,semoule,petit suisse…) -lait chaud et biscuit -tisane sucrée et biscuit -compléments nutritionnels oraux (pharmacie)
  • 43. : compléments nutritionnels oraux Type:-hyperénergétiques (>1,5 kcal/ml) et/ou hyperprotidiques (>7g/100 ml) soit au moins 400 kcal et/ou 30 g de protides supplémentaires par jour(=2 unités par jour) (effet contre –productif sur l’alimentation si plus de 3/j) Se servent chauds ou frais En plus du repas (et non à la place) et en collation Saveur en fonction des goûts, rajout de parfums possible Prescription initiale: pendant 35 jours Puis réévaluation+++(poids, ingesta,tolérance,observance) Prescriptions ultérieures: maximum 3 mois HAS, 2007
  • 44. ENRICHIR en calories et/ou en protéines et/ou en calcium – Les potages et soupes • Tapioca, vermicelles, • crème fraîche, beurre, gruyère, jambon, œufs, poudre de lait écrémé , • haricots blancs ou rouges... • Poudre de protéine (pharmacie) – Les légumes (les préparer plutôt en gratin) • Gruyère, crème fraîche, beurre, œufs, viande hachée, sauces… – Les purées • Jaune d’œuf, fromage râpé, poudre de lait écrémé ou de protéine...
  • 45. – Les pâtes et le riz • Parmesan ou gruyère râpé, beurre, crème fraîche, œufs, lardons, dés de jambon, petits pois, morceaux d’omelette, viande hachée... – Les laitages tels que yaourts, fromages blancs... • Confiture, gelée de fruit, miel, caramel, chocolat, fruits au sirop... – Les desserts les plus caloriques • Gâteaux de semoule, de riz, flans aux œufs, œufs au lait, fruits en gratins, en sabayon ou en clafoutis, quatre- quarts…
  • 46. Poudre de lait 8 g de protéines 3càs Poudre de 5g protéines 1càs Fromage râpé 5g 20g Œuf 3g 1 jaune Crème fraîche 80 cal Épaisse 1càs Huile 90 cal 1càs
  • 47. MODIFIER LA TEXTURE SOLIDE - Petits morceaux -Texture tendre (écrasée à la fourchette) -Texture mixée (viande mixée + purée) -Texture lisse (viande + accompagnement mixés) (consistance fromage blanc) -Texture mixée semi liquide (consistance yaourt) -Texture mixée liquide (consistance boisson lactée) avec bouillon avec lait ½ écrémé avec petit suisse à 30% de MG
  • 48. * Le malade a des NAUSEES OU DES VOMISSEMENTS Aérer la pièce,baisser le chauffage Faire des petits repas, plus fréquents Faire mâcher lentement Privilégier une alimentation froide Bonne position : au moins 30 ° pendant le repas et l’heure qui suit Éviter mets épicés, frits, gras, à odeur forte
  • 49. *le malade a des DIARRHEES Faire des petits repas • Faire prendre des boissons à température ambiante régulièrement : Eau, bouillon salé, jus de fruits sans pulpe • L’alimentation sera limitée en légumes, en fruits, en matières grasses cuites
  • 50. • le malade est CONSTIPE • Bien surveiller la prise de boissons, les proposer plutôt fraîches • Veiller à la consommation d’au moins 5 fruits ou légumes par jour (proposer des fruits secs) • Proposer une activité régulière de marche
  • 51. ET QUAND TOUT ECHOUE? Il n’est pas recommandé de mettre en œuvre une nutrition entérale dans les stades avancés de la maladie (mais facteurs émotionnels, culturels, religieux, directives anticipées, personne de confiance)