• Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Be the first to comment
    Be the first to like this
No Downloads

Views

Total Views
573
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0

Actions

Shares
Downloads
3
Comments
0
Likes
0

Embeds 0

No embeds

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
    No notes for slide

Transcript

  • 1. 1002 Lausanne Tirage 52x annuelle 521381039766 / 397.2 / 158448 mm2 / Couleurs: 3 Page 60 18.09.2008Alzheimer Comment faire face? Le nouveau defi de la sant. Notre socit vieillissante va se heurter de plus en plus aux dgnrescences neurologiques. Ii est urgent danticiper leur prise en charge.TASHA RUMLEY capacits de soins. Dans le canton de Vaud plus quai11eurs encore: en 1993, le vie temelle? Avec wie esp&ance conseil dEtat a institu un moratoireLa de vie de 84 ans pour les femmes sur la construction dEMS dans le but79 pour les hommes, cevieux fantasme 1 1est aujourdhui presque devenu ralit. EXPLOSION AVeC raugmentation deMais ä quel prix... La dmence est pmise bon nombre dentre - Iesp&ance de vie, le nombre de malades devrait doubier, voire tripler, dici ä 2050.nonagnaire surtrois.Unvrai dfipourla mdecine qui, pour lheure, bulle sur PNURIESi on ne dveIoppe pastoutde suitecet &ueil (lire encadrp. 62). Entre l. les soins ä domicile et les EMS, le manque delongement de lesp&ance de vie et lar- places pourrait sav&ercatastrophique. Mais larive des baby-boomers ä la retraite, le demande est aigu galement pourle personnelnombre de malades en Suisseva soignant en griatrie, profession peu vaIorise.per de mani&e exponentielle. Dici ä DMENcEsAlzheimerest la forme la plus2050,11 pourrait tripler pour atteindre courante (50% des cas) des dmences dues ä la300 000 personnes. Quen ferons- destruction progressive des cellules du cerveau.nous? Qui va sen occuper? Le 21 sep- EIIesaboutissent la perte de Ja mmoire, dutembre, la Joume mondiale dalzhei- langage et de la mobilit. Ces maladiesmer sera loccasion de rflchir ä cet dgnativessontirrversibles.immense dfi de sant publique. de favoriser et de dvelopper les soinsDes solutions existent dj - mais elies domidile. 5i tout le monde saccorde äsont limites. Lorsque la maladie est trouver que ces derniers sont exceilents,diagnostique, lepatientreste la mai- 11 nen reste pas moins que le manqueson - une voie praticable uniquement de lits, notamment en section psycho-en conjuguant lattention des pmches g&iatrique, sest aggrav.et les soins doinidile. Mais, inexora- Birgitta Martensson, directrice de lAs-blement, les symptömes saggravent. sociation alzheimer Suisse, souligneLEMS devient alors incontournable. pour sa part que 1e soutien apport aux Des quelque 100000 malades dalzhei- familles qui prennent en charge un mer(ou dautres dmences) que compte malade ä la maison est clairement le la Suisse, 60% viventpourlinstantchez maillon faible. Car, rapidement, lac- eux. Les chiffres ne laissent planer compagnement du patient se trans- aucun doute: quil sagisse de places en forme en un job ä plein temps, avec de institution ou daides domicile, 11 va lourdes rpercussions sur la sant de falloir augmenter notablement les ceux qui se dvouent: 44% souffrent Argus Ref 32613337ARG U SO MGUS de Presse AC küdi9er.strosse 13 Postfach CH-802/ LJrich Coupure page 1/7 SeI. Q44 388 8200 F0x0L4 388820] wor9us.ch
  • 2. 1002 Lausanne Tirage 52x annuelle 521381039766 / 397.2 / 158448 mm2 / Couleurs: 3 Page 60 18.09.2008 danxit, 20% de dpression. - et le mdecin de famffle est souvent Le temps daller chez le colifeur. Ii complice - ä chercher un alibi qui justi- existe certes quelques mesures pouries fiera le placement.» En gn&al, une dcharger. En premier lieux, les soins ä chute, ou alors un cap symbolique, domidile (CMS) supervisent le traite- comme lexpilque Birgitta Martensson: ment, aident ä prendre une douche, «Lincontinence est souvent vcue prparent le repas ou font le mnage. comme insupportable.» Lestches mdica1es sont rembourses Mais en EMS, tout ne va pas de soi non parlassurance maladie, le reste est la plus. «La dmence mine ä loubli, aussi charge du patient ou des prestations dune langue apprise, explique Birgitta complmentaires. «La demande est Martensson. Cest un problmes pour croissante, explique Andr Jordan, >» les immigrs, qui risquent de ne passe trouver laise dans im EMS au rythme »> chef de service lOMSV (ensemble suisse, avec le souper servi ä 17 h 30.» des CMS vaudois). Nous avons affaire De in pourraient naitre des EMS >» des situations de plus en plus lourdes, » culturellement spcia1iss, comme car les malades restent plus longtemps 1e propose mi projet-piote actuelle- ä domicile.» Marc Diserens, chef de ser- ment ä lessai ä Zurich. vice la sant publique vaudoise, tra- Le personnel manque. Plus globale- vaille ä un projet pour dvelopper les ment, la pnurie demploys est le pro- soins ädomidile:«Pourlinstant, les soi- binme leplusaigu:«Enpsychog&iatrie, gnants sont des gnralistes. Nousvou- mme le personnel de cuisine et de lons mettre surpied des quipes mobi- mnage doit tre capable de g&er la les de spcialistes de la dmence.» dmence», explique Tristan Grattier, Para11lement, des associations comme secitaire gn&al de lAvdems (Associa- Alzheimer Suisse organisent des acti- tion vaudoise des EMS). Peu valorises vits pour les patients, afin que lentou- socialement, ces professions au service rage souffle un peu. Cest galement ce du 3 äge veillent peu de vocations, ce que proposent les bnvoles de Pro-XY qui fait craindre le pire pourlavenir. (15 francs de lheure) et les sa1aris «Dici ä quinze ans, la vague des baby- dAlzAmis (19 francs) qul viennent ä boomersvanous frapperdeplein fouet!» domidile. «Certains soffrent simple- prvient Marc Diserens. Dans le canton ment trois heures par semaine pour de Vaud, ce sont quatorze EMS qui aller chez le coiffeur sans craindre que seront construits pour 2010, avec une leur marl ne mette le feu ä la maison», capacit de 500 lits. Devraient suivre explique Cathy Kuhni, coordinatrlce douze tablissements suppl&nentaires dAlzAniis. vers 2015. «Le but nestpas daugmenter la proportion de personnes äges en «ON DIT QUIL FAUT SOCCUPER DE EMS», prvient Marc Diserens. Nan- SES PARENTS. MAIS AUJOURDHUI, moins, lapopulation symodifie enpm- LES "ENFANTS" ONT7O ANS!» fondeur. La multiplication des apparte- Patrce Lvy, directeurde la Fondation Mont Riant ments adapts aux aIns permettra, ceux qui ont gard leur sant menta1e En attente de la crlse. Pouries famifies, de repousserlentre en institution. Ds puises,la dcision dintemer sonpm- lors, le taux de d&nents en EMS va cmi- che en EMS entraine un lourd senti- tre.«50% ä60% des places veriirrel& ment de culpabi1it. Les s$ciallstes veront de la psychogriatrie, qui sera sont unanimes: les proches repoussent prdominante, alors quaujourdhui, eile trop longtemps cet instant et sacrifient ne reprsente que 30% des 6000 lits au passage leur sant. «On est dans im vaudols», dtaille Marc Diserens. Qui systme OÜ 011 attend la crise, analyse prcise que le canton de Vaud, comme Patrice Levy, directeur de la Fondation dautres, continuera ä ptivilgier le MontRiant.Les proches en sont r&Iuits maintien ä domicile... nettement moins Argus Ref 32613337 Coupure page 2/7
  • 3. 1002 Lausanne Tirage 52x annuelle 521381039766 / 397.2 / 158448 mm2 / Couleurs: 3 Page 60 18.09.2008coüteux. Mais Patrice Lvy Wen est pasconvaiicu. Pour liii, le vielilissementglobal mettra ä mal la solution fainiliale:«On nt quc les enfants doivent soccu- AcwIaQlaEITAdbmtper dc kurs parents. Aujourdhui, les 3bmiscneLsorflnsis1pr enfantC ont 70 ans! Ce discours ne cor- ImJrcLw,cIntcuIeLJrsenI.nKrespond plus ä la ralit6.» 0 rend celle siIuatri peribIeet &rnllhclw IM5inIØo,e an. UNE AUGMENTATION VERTIGINEUSE 330/ des 66 GopoIitis100000SuissessouIfrentaujour1hui ciela diagnostiqus 1p psRnit 68 Fr@d&k Tadctei 72 Vupourvousmaladie talzheimer. Cela paurrait de familie, qul nenparle pas paur 78 Opiniori dc Jacques Neirynckdoublerou tripierdici 2050. pargnerIes proches. 80 Dbats & polrniques 82 Rseau dc Bernard Fibicher 25000 riouveaux casapparaissent 8a ans,cest laduredevJe dun malade $4 Finance 3 Chronique de Jacques Pilet chaqueann&e. Eritre 85 eI 89 ans, dalzheirner. En moyenne, ii passe 20% desgens sont touchS, es deux derni&es ann&s desavieenEMS. Argus Ref 32613337 Coupure page 3/7
  • 4. 1002 Lausanne Tirage 52x annuelle 521381039766 / 397.2 / 158448 mm2 / Couleurs: 3 Page 60 18.09.2008 COMMENT PRVENIR LA MALADIE DALZHEIMER Dans Iattente dun vaccin 511 nexlste auJaurdhul aucun traitement curatif contre la maladle dAlzheimer, on peut cependant retarder linexorable dgönerescence des neurones. quer la maladle, ä un stade trs prcoce, arrötös. Aujourdhui, lheure est au PRVENTION dans 90% des cas», prcise Ezio Gla- vaccin de deuxiöme gönöration. Lidee Leviellllssement, lhdrd1t, le sexe (les cobini. La combinaison PIB-TEPetIRM est dinjecter directement les anti- femmes sont plus touches): face & ces ndcessitant des quipements trs coft- corps dans le cerveau, en espörant facteursderisquedelamaladiedAlzhei- teux, aucun höpital suisse nen est quils pourront dötruire les döpöts mer,onne peut rien. Mais dautrespara- encore dquipö. amyloYdes. Une douzaine dötudes mtres sont «modifiables», soullgne cliniques sont en cours dans le monde Jean-Pierre Michel, chef du service de TRAITEMENTS et le consultant scientifique estime griatrie de IH6pital des Trois-Chne, Le diagnostic a cependant progress que «lon est ö mi-chemin». Au mieux, untahlimøntdesH6pitauxuniver- beaucoup plus vite que la thrapie. Les ce vaccin ne sera commercialirö que sitalres de Genve. On peut en effet trois mödicaments disponibles ne dans quatre ä cinq ans. o traiter des troubles qui favorisent le traitent que les symptömes: ils amö- EUSABETH GORDON ddveloppement dalzheimer comnie le liorent la mömoire, lattention et la dIabte, la ciepression ou lobdsit& Mais aussi bannir la cigarette, manger du qualitö de vie. Leur effet ne dure cependant - au mieux - que deux ans. A SUIVRE www.alz.ch 0 poisson, diminuer son taux de choles- Surtout, ils interviennent trop tard Conference «Alzheimer, un dfi trol et son hypertension.Dautantque dans le döveloppement de la maladie. pour la societe» EPFL 25 septembre ces facteurs ont un effet cumulatif. «A Ii faudrait agir «pendant la phase pr- 18 h. Rens. 0244241440. ml-vie,une personne obse, hyperten- clinique», prcise Jean-Pierre MicheL Confrence «Mieux comprendre dueetsouffrantdhypercholestrolmie Seit une dizaine dannöes avant lap- pour mieux aider», Genve, Forum du Credit Suisse 13 novembre asixfoisplusde risquesdtre,plustard,, parition des premiers syniptömes. De 13 h 30,0227883518. attelntedalzheimer»,constatele müde- nombreuses öquipes travaillent cln.Quant&lefftprventlfdesantioxy- dailleurs ä la mise au point de mödi- dants, des anti-lnflammatoires ou de la caments qui modifieraient le proces- vitamine E, il faitencore debat. «On na sus de la maladie. «Si lon arrivait pas de mthode deprventionpharma- retarder le döbut de la maladie de cinq cologique, rdsume Ezio Giacobini, ans, on diminuerait de moitiö le nom- consultant scientifique du service de bre de cas.» griatrie genevois. Mais on peut modi- VACCIN fier sen style de vle.» «Le plus grand espoir» röside dans un DIAGNOSTIC vaccin thörapeutique, susceptible de Le diagnostic passe dabord parun exa- traiter les stades «moyennement men dllnlque et neuropsychologique. avancös de la maladie», selon Ezio Puls par limagerie par rdsonance Giacobini. Un premier candidat vac- magntique (IRM), qul permet de acm- cm, ölaborö en 2000, consistait tercertalnes structures cdrbrales dont introduire dans le cerveau des protöl- le volume diminue en cas dalzheimer. nes bta-amyloTdes, en comptant sur Si lon y ajoute la tomographie & mis- lorganisme pour röagir et produire sion de positons CTEP) et Ia PIB-TEP des anticorps contre cette molöcule - plus prdcise encore car elle permet toxique. Des essais cliniques ont ötö de visualiser les plaques amyloYdes qui mens sur huit cents personnes, mais, se ddposent sur les neurones et les certaines dentre elles ayant developpö endommagent - «on peut diagnosti- une möningo-encöphalite, ils ont tö Argus Ref 32613337 Coupure page 4/7
  • 5. 1002 Lausanne Tirage 52x annuelle 521381039766 / 397.2 / 158448 mm2 / Couleurs: 3 Page 60 18.09.2008 GARDER ET SOIGNER LE MALADE Ä LA MAISON Un job ä plein temps, usant pour les proches et qui cree un vide social «On dsire tous garder San conjoint ä la maison.» Tant quil en aura la force, Albert Wendler se consacrera ä sa bien- aime Lisa. Dans son malheur, ce retraitd de 76 ans a de la chance: six ans aprs son diagnostic, sa femme a gard toute sa douceur, pargne par lagressivit typique dalzheimer. En revanche, leur couple si uni a souffert. «Ehe nest plus süre que je suis san man et ne mappelle plus chou- chou», sattriste Albert. Mais Lisa lui voue une confiance totale: lorsquil sest absent pour une opration, eile lui a sautd au cou en le revoyant. «Elle est comme ma petite fihle!» Gräce ä un double traitement, ltat de Lisa ne se dgrade que trs lentement. «Lassurance maladie ne rembourse que le premier mdica- ment (Reminyl), explique Albert. Mais je prfre payer lAxura en plus. Si son tat empirait dun coup, je me he reprocherais toujours.» Cest ainsi que le couple parvient ä mener une vie d&ente, entre les aprs-midi puzzle et les balades au bord du lac. Depuis trois ans, Albert et Lisa profitent des «vacances alzheimer» de lassociation ponyrne. Deux fois par semaine, il la confie ä des amis ou ä des membres de lAssociation alzheimer et prend un peu de temps pour lui. Franois Weber semble plus us& San pouse navait que la cinquantaine aux premiers signes de la maladie. Un äge si inhabituel que leur mddecin gnraliste a pos un faux diagnostic, attribuant les absences de Danielle ä la dpression. Du temps perdu, qui aurait permis de ralentir la maladie. Aujourdhui, ä 57 ans, Danielle erre, anxieuse et sans but. Franois tente de loccuper tout en entretenant la maison: «Jaime les dfis et jai appris ä cuisiner!» Heureusement, ce diamantaire de La Chaux-de-Fonds travaille chez lui. «Sinon, je ne pourrais pas g&er la situation.» Depuis peu, ii emploie une femme de mnage et se rsoudra dici ä une annde ä faire venir les soins ä domicile. Engager une soignante au noir? 11 sait que certains le font et il les comprend, tant la perspective de 1EMS lhorrif je. Dici ä cette ultime solution, Franois est seul. «Vous nimaginez pas le nombre de gens qui promettent de vous aider. Au final, ii ny a personne. La maladie a cr un vide social autour de nous.» 0 TR Argus Ref 32613337 Coupure page 5/7
  • 6. 1002 Lausanne Tirage 52x annuelle 521381039766 / 397.2 / 158448 mm2 / Couleurs: 3 Page 60 18.09.2008 REPOUSSER LENTRI EN EMS AU MAXIMUM «Le corps rn&licai devrait aiderä chaisir le momentde Ieritr4een EMS)) Soigner«sa moitie» apris uneloriguevic de ceuple? Chislaine Freymond (61 ans) na pas eu celle chance. Cest en 1996 que celle habitante de Penthalaz (VD) rencontre Otto Menthon, veuf. «Ii avait dix- sept ans de plus que moL a me faisait bizarre, mais les Sentiments taient i. Et ii tait si sportif! Javais de in peine ä le suivrel» Mais, quand eile se 24HEURESSUR24 remmore ces annes, lnergique En travai jiant ä In maison, secrtaire distingue les pSmices de la Fran;ois Weber peut avoir maiadie. Un jour, in ra1it simpose: son pouse, Danielle, Otto pr4iMe 25 000 francs sur son toujoursä Iceil. compte. Eile ne saittoujours pas ce quil en a fait. En 2001, iL comrnence un traitement, puis vient stabiir chez Ghisiaine. Suivent plusieurs annöes oti eile tente de le g&er. «Ii venait tue chercher ä 10 heures au travail. Mais je devais pr4server mon emploil» Les symptömes empirent rapidernent. «Ii se sentait pers4cut. Une fois, ii a au que javais un amant et ne voulait plus me 1cher, mme pour aller ä in cave.» Ghislaine fait appel aux accompagnants de Iassociatiori Pro-XY, awc soins domicile et une axnie, atin de cadrer Otto la journöe. Mais celle charge lul pse. «Parfois, on en veut ä ia personne, mme st on satt que cest Ja taute de la maladle.» Finaiement, eile le place iEMS quatre jours par semaine, de 9 17 heures. «Ctait un saulagement. Je me sentais dtendue et javais des forces pour men occuper Je soft, Mais, pour iui, a a dt dur. Ii sest renferm. La psychogriatrie, ce nest pas comme un EMS normal: ies rsidents ne crent pas de liens entre eux, ils savachissent.» En noveinbre 2007, aiors quOtto passe trols semaines cons&utives dans cet tablissement, une place fixe se libere. Ii ne rentrera plus ä Ja maison. «Jaurais aim que ie corps rndicai me quide plus pour d&ider de Ja bonne prise en charge. Mais, grke aux courts sjours, ii a pu shabi- tueT.» Depuis avxil, Ghisiaine i-6cupre. Otto, 78 ans, va trS mai. Et, bien quelie solt bouleverse par Je spectacle quoffrent les malades, eile va ä iEMS trais fois par semaine: «Un jour, je suis la sceur dun tsident et, le iendemain, la mre dun autre.» Parfois, Otto «repique» et 1accueiiie avec un sourire iliumin. «Mais on ade In peine sen röjouir, car, le Jendemain, ii senibiera avoir 100 ans.» Des regrets? «Aucun! Jtais sur son chemin pour cela...» 0 TR Argus Ref 32613337 Coupure page 6/7
  • 7. 1002 Lausanne Tirage 52x annuelle 521381039766 / 397.2 / 158448 mm2 / Couleurs: 3 Page 60 18.09.2008 PLACEOtta Menthenvit en EMS. IJn sculagement poursonamie Ghislaine Freymond qui sen est occup des annes du ran t. Argus Ref 32613337 Coupure page 7/7