• Share
  • Email
  • Embed
  • Like
  • Save
  • Private Content
Rapport d'activité 2010
 

Rapport d'activité 2010

on

  • 1,357 views

 

Statistics

Views

Total Views
1,357
Views on SlideShare
1,324
Embed Views
33

Actions

Likes
0
Downloads
2
Comments
0

2 Embeds 33

http://192.168.1.3 32
http://www.slideshare.net 1

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    Rapport d'activité 2010 Rapport d'activité 2010 Document Transcript

    • 2010rapport d’activité
    • Le mot du président L’ALJT a accueilli plus de 8 000 jeunes résidents en 2010. Plus de 60 % ont un revenu inférieur au SMIC et près de la moitié, un revenu inférieur au seuil de pauvreté. La part des CDD et des jeunes salariés à temps partiel, tout comme celle des demandeurs d’emploi, a augmenté. La crise, qui touche l’emploi des jeunes, a donc des répercussions profondes sur notre activité. L’ALJT s’est mobilisée, dans ce contexte difficile, pour offrir des solutions d’accueil, de logement et d’accompagnement plus que jamais nécessaire : 4 résidences nouvelles ont été mises en service pour un total de 480 logements supplémentaires soit une augmentation de 10 % du parc de l’ALJT.Des résidences durables... Alors même que les charges augmentaient du fait du prix du gaz, de l’eau et de l’électricité, l’ALJT n’a pas augmenté ses redevances.Pour des résidences durables 6 Nous avons poursuivi notre effort d’accompagnement personnalisé etDes engagements "développement durable" tenus 8 d’animation collective pour favoriser l’accès au logement autonome, leDe nouvelles résidences 10 maintien dans l’emploi, l’accès à la santé et à la culture. Nous avons investi pour l’avenir en organisant un concours d’idées avec pour objectif la réalisation de projets moins coûteux et plus économes enet solidaires énergie, conditions essentielles dans le proche futur pour poursuivre notre effort de création de logements.Accueillir et loger 8 137 jeunes 14 Grâce à la mobilisation des salariés et de nos partenaires nous avons puAccompagner les résidents 18 proposer une offre irremplaçable de logements et de services attentifs,Favoriser la communication avec les jeunes 22 biens rares et précieux dans cette période difficile, tout en préservant la pérennité de notre association. Un grand merci aux équipes confrontées en première ligne à ces réalités.Investir, gérer, piloter, anticiperUne politique centrée sur les compétences 26 Le président de lALJT Jean-Pierre BRUNELUne gestion maîtrisée 28
    • Des résidences durables... Des exigences affirmées
    • Pour des résidences durables Nos publics sont aujourd’hui identifiés, il s’agit d’accom- pôle de recherche et d’innovation en développement. pagner les jeunes dans leurs mobilités, dans leurs parcours de formation, d’insertion et d’évolution professionnelle. Lobjectif était de désigner le maître dœuvre pour la Les produits logements correspondants doivent pouvoir réalisation de ce projet durable dans sa conception, dans se monter, en complémentarité de l’offre existante, et/ou sa réalisation et dans son exploitation. en se combinant, sur des territoires porteurs. 84 équipes de maîtrise d’oeuvre (architectes, paysagistes,6 A ce titre, plusieurs enjeux occupent une place urbanistes et designers) et bureaux d’études techniques 7 primordiale : innovation, rapidité, maîtrise des coûts, (spécialisés dans la conception et la réalisation de souplesse, modularité et évolution. logements collectifs) ont souhaité concourir. Parmi elles, 5 équipes ont été retenues en juin 2010 pour participer Le développement futur de nouvelles résidences pour à ce concours d’idées. Leurs projets ont été exposés en jeunes est conditionné par la réussite d’une conception et décembre 2010 sur le stand de l’ALJT au salon de l’Habitat d’une réalisation durables de l’habitat. Francilien à Villepinte. Nos objectifs sont d’être à la fois au plus près des nouvelles Le lauréat a été désigné en décembre par un jury composé façons qu’ont les jeunes d’occuper leurs logements, de représentants dOSICA, de collectivités territoriales, de mais aussi des nouveaux principes et procédés construc- luniversité Paris Sud 11, de maîtres dœuvre et bureaux tifs visant un habitat économiquement durable et une détude et de membres de lALJT. exploitation durable économiquement. Léquipe lauréate, Roubert Ravaux Clément La réussite d’un tel projet repose sur la possibilité d’appor- ARCHITECTES, SVENN architectures et Benoit ter aux exploitants et futurs occupants, les dispositifs, VANNESTE architecte (membres du SEED collectif), a outils et démarches d’accompagnement des options développé une modularité du bâtiment anticipant les développement durable mises en œuvre et de suivi des évolutions technologiques et réglementaires, a privilégié engagements performantiels. une structure en bois semi industrialisée performante et a construit son projet autour de lindividu, acteur de la Un concours didées autour dun projet mutation vers une nouvelle conscience de vivre. durable L’ALJT a donc décidé de s’associer à l’Entreprise Sociale pour l’Habitat OSICA pour lancer un concours d’idées, sur le territoire de l’agglomération du Plateau de Saclay, Un habitat économiquement durable et une exploitation durable économiquement Résidence RJT Paris 12 Diderot | xxxxx RIVP
    • Des engagements "dévelopement durable" tenus Les engagements mesurables que lALJT a formalisés fixé dans la charte est donc atteint : en effet, depuis 4 ans, dans sa charte du développement durable représentent la baisse est sensible puisque nous avons économisé plus un enjeu commun à toutes les étapes du cycle de vie des de 11 % de cette ressource de plus en plus rare et onéreuse résidences, quelles soient en construction, en réhabilita- (4,5 m3 en 2007). Cette évolution est le résultat du travail tion, ou bien en activité depuis plusieurs années. des équipes qui traquent les fuites deau et sensibilisent les résidents. La modernisation du parc de logements Des métiers complémentaires pour une contribue fortement à cette tendance.8 9 chaîne durable Chaque résident utilise, en moyenne, durant lannée La gestion des résidences nécessite une chaîne durable 127 kwh délectricité contre 128 kwh en 2007. La baisse en amont et en aval : tous les salariés, véritables parties est relativement faible et est principalement liée au taux prenantes de l’organisation, ont leur rôle à jouer dans déquipement dappareils électroniques des résidents en l’optimisation de la gestion de leur résidence à chaque constante augmentation. étape du cycle de vie de celle-ci : de la construction, à La consommation de gaz pour le chauffage enregistre l’accueil des premiers résidents, en passant par le suivi une baisse de 4 % depuis 2007 pour atteindre 408 kwh quotidien du bâti et du public accueilli. par an et par résident. Les nouvelles résidences résistent Pour cette raison nous parlons de métiers complémen- mieux aux conditions climatiques et des travaux ont été taires. Ainsi, ce ne sont pas moins de sept métiers qui réalisés dans les plus anciennes pour assurer une meilleure sont impliqués dans ce processus : pour le bâti, les projets isolation. et programmes, le patrimoine, les achats et la gestion hôtelière et sécurité et pour la vie résidentielle, le suivi clientèle, la communication pour la sensibilisation des résidents. Cette année encore, cette mobilisation de toutes les équipes a permis de voir les engagements de lALJT tenus. Des objectifs atteints La moyenne mensuelle cumulée de consommation deau pour lannée 2010 sest établie, pour la première fois, à moins de 4 m3 par résident en décembre 2010. Lobjectif 111 animations développement durable | +34 % en 1 an xxxxx Résidence RJT Paris 19 Ourcq | Paris Habitat
    • De nouvelles résidences 480 logements neufs Auchan, Dassault Systems, Potel et Chabot ou Véolia. 36 % des résidents ont des ressources inférieures au seuil Lannée 2010 a été marquée par la poursuite du dévelop- de pauvreté. pement de loffre et a vu louverture-réouverture de 4 résidences neuves offrant 480 logements aux standards Cachan | 94 | RJAM de conforts actuels. Le développement de la gamme Résidence pour Jeunes Actifs en Mobilité se renforce avec 92 logements, certifiés Habitat et Environnement et10 la création de 2 nouvelles RJAM. construits par OSICA, ont accueilli 123 jeunes de 26 11 à 32 ans. 20 % dentre eux sont originaires de la ville et La fermeture de la résidence de Saint-Denis décidée en 30 % du département. 41 % sont employés en CDI, 10 % février avec laccord dOSICA est intervenue le 31 octobre sont intérimaires. 26 % ont un revenu inférieur au SMIC. et tous les résidents ont été relogés grâce à léquipe de la Les principaux employeurs sont localisés dans le Val-de- résidence et son réseau de partenaires logement. Marne : CEA, Mairie de Cachan, Sécuritas ou Comatec. Paris XIXe | 7 rue de lOurcq | RJT Magny Le Hongre | 77 | RJAM La résidence, propriété de Paris Habitat, compte 41 Première résidence construite par Pierre et Lumières pour studettes dont 1 adaptée aux personnes à mobilité lALJT. Elle accueille dès le mois douverture (décembre réduite. 49 résidents ont séjourné dans cette résidence 2010) 19 jeunes en mobilité professionnelle. 79 % depuis louverture en février. 96 % sont âgés de 18 à 25 sont âgées de 26 à 30 ans, 52 % viennent de la région ans. 16 % sont en apprentissage et 26 % commencent leur francilienne et 21% du reste de la france. 47 % gagnent parcours professionnel en CDI. Ils travaillent pour la Fnac, un salaire compris entre le SMIC et 1 500 e. 68 % sont Ladurée, la Mairie de Paris, UPS ou Allianz. en CDI à temps plein ou à temps partiel. Les principaux employeurs sont Disneyland Paris, Conforama, Décathlon Chaville | 92 | RJT et Nestlé. La résidence, certifiée Habitat et Environnement et propriété dOSICA, est composée de 203 studettes dont 15 sont adaptés pour les personnes à mobilité réduite. 142 jeunes ont déjà été accueillis à fin décembre. Ils sont âgés de 18 à 25 ans pour 94 % dentre eux. 14 % viennent des Hauts-de-Seine et 44 % de la région Ile-de-France. 34 % sont en CDI, 20 % en alternance. Ils travaillent pour 87 % des résidents sont prêts à recommander lALJT pour la qualité de ses logements xxxxx Résidence RJAM Cachan | OSICA
    • Et solidaires Accueillir, loger, accompagner
    • Ressources Sexe L’ALJT accueille et loge 7 679 jeunes 48 % du seuil de pauvreté au SMIC en parcours 55 % 54 % 54 % sous le seuil de pauvreté 45 % 46 % 46 % 29 % du SMIC à 1500 € plus de 1501 € Des ressources encore très limitées Des durées de séjour plus longues 12 % 10 % La part des jeunes ayant un revenu compris entre le seuil 39 % des jeunes sont restés plus d’un an dans les de pauvreté (908)) et le SMIC (1056e) a diminué au résidences en 2010, contre 31 % en 2009. Par conséquent, profit des jeunes sous le seuil de pauvreté (48 %). les résidents qui restent moins de 6 mois en moyenne Femmes Hommes sont moins nombreux (-3 points). Face à une situation 2008 2009 2010 2008 2009 2010 Une parité qui se stabilise économique délicate et des contrats d’emploi stables plus difficiles à obtenir, les résidents sont plus prudents et Comme en 2009, les jeunes hommes représentent 54 % préfèrent rester un peu plus longtemps à l’ALJT avant de du public accueilli à l’ALJT. Depuis 2008, l’écart entre les chercher un logement autonome. Age Origine géographique femmes et les hommes a tendance à se réduire (-1 point). Une hausse des CDD et des alternants de 26 à 30 ans Des résidents un peu plus âgés de 24 à 25 ans Autre pays Ile-de-France Les résidents sont majoritairement en CDI (33 %). Plus 21 % de 18 à 21 ans Parmi les 7 679 résidents accueillis dans les résidences 11 % de la moitié des résidents a un emploi, et 42 % sont en jeunes travailleurs, plus de 79 % ont moins de 25 ans. La formation (stagiaires, alternants, étudiants). Les jeunes 28 % Dom Tom 2% 65 % 24 % part des 24-25 ans est néanmoins plus importante que en CDD (+2 points) et en alternance (+1 point) sont plus 22 % l’année dernière (+2 points) au détriment de celle des nombreux en 2010 au détriment des étudiants passant de 18-21 ans qui est passée de 26 % à 24 % en 2010. 17 % à 15 %. La part des intérimaires s’est quant à elle 27 %14 15 stabilisée : 4 % comme l’année précédente. Province Une mobilité francilienne renforcée Notons aussi le taux de demandeurs d’emploi qui n’a de 22 à 23 ans Avec 65 %, les jeunes franciliens accueillis restent, comme cessé d’augmenter depuis 2008 (4 %), 2009 (6 %) et 7 % les autres années, majoritaires et enregistrent même une en 2010. augmentation comparée à 2009 (+2 points). Parmi eux, Durée de séjour 33 % Statuts 11 % sont originaires de la commune où est implantée Ralentissement de la mobilité à lentrée et à la sortie, la résidence, 33 % viennent d’une commune du départe- hausse des situations de précarité, faiblesse des 39 % ment et 42 % viennent d’un autre département. La part de ressources, la crise de lemploi des jeunes a un impact sur jeunes venant d’un autre pays ou de province a quant à nos résidents. elle légèrement diminué (-1 point). Demandeurs demploi Entre 7 et 12 mois Entre 3 et 6 mois 16 % 23 % 23 % 15 % 14 % + de 12 mois - de 3 mois En alternance 11 % Intérimaires 15 % Stagiaires Etudiants 7% CDD CDI 4% "ALJT de Sarcelles, que dire mis à part que du bonheur ! Jy ai passé de très bons moments, proche de mon ancien travail. Equipe dynamique et xxxxx sympathique ! Bonne continuation à toutes les ALJT, vos services aident énormément de jeunes et ça mérite largement un grand respect." | Latifa
    • Sexe Age L’ALJT accueille et loge 458 jeunes Résidences Jeunes Actifs en Mobilité de 30 à 32 ans 61 % 55 % 29 % en mobilité professionnelle 45 % 26 ans et moins 39 % 36 % 35% Des résidences pour un public plus âgé les revenus de 76 % des jeunes accueillis en RJAM sont supérieurs au SMIC. Femmes Hommes Les résidences pour Jeunes Actifs en Mobilité se dévelop- de 27 à 29 ans 2009 2010 pent : après L’Ile-Saint-Denis et Villeneuve-Saint-Georges, Statuts ce sont Cachan et Magny-le-Hongre qui ont ouvert leurs portes en 2010, proposant ainsi 226 logements Les jeunes en CDI représentent 51 % de la population supplémentaires en Ile-de-France. Destiné à un public (-4 points) et on observe une hausse des jeunes ayant un Ressources Statuts plus âgé que les RJT, le principal objectif de ce type de CDD par rapport à 2009 (+5 points). Ces jeunes sont résidences est de loger des jeunes en mobilité profession- la plupart du temps en période d’essai ou en cours de 48 % nelle : embauche, mutation, mission de quelques mois. mutation. 51 % Elles proposent des logements meublés et équipés ainsi que des services hôteliers (laverie, salle de détente, Des résidents davantage franciliens cyberespace). La demande reste très forte cette année Les franciliens sont plus nombreux que l’année précédente : du seuil de pauvreté au SMIC encore, puisque 5 606 jeunes ont fait une demande dans 28 % Demandeurs demploi sous le seuil de pauvreté lune de ces 4 résidences en 2010 et seulement 458 jeunes 64 % de plus qu’en 2009. Cette population est désormais ont pu être accueillis. majoritaire au détriment de résidents venant de province du SMIC à 1500 € ou de l’étranger. Les deux nouvelles résidences RJAM plus de 1501 € En alternance 18 % 17 % Intérimaires ayant ouvert leurs portes en 2010, expliquent ces fortes Stagiaires Etudiants Vers une parité variations. 10 % CDD 7% CDI 6% 7%16 3% 5% 17 Avec 55 %, les hommes restent majoritaires en 2010. Néanmoins l’écart entre les hommes et les femmes se Des durées de séjour plus longues restreint nettement puisque le taux de femmes accueillies a augmenté de 6 points en un an. Ils étaient 86 % en 2009 à séjourner moins d’un an dans une résidence RJAM, et sont 78 % en 2010 (soit 8 points Origine géographique Durée de séjour de moins). Les durées de séjour sont plus longues car la Des âges équilibrés précarité de certains emplois ne permet pas aux résidents Dom Tom 31 % Les RJAM sont adaptées aux jeunes en mobilité, trop âgés de trouver facilement un logement autonome. Autres pays pour les RJT : ils sont 71 % à avoir entre 26 et 30 ans. Ce 15 % 24 % Entre 7 et 12 mois Province 1% 22 % Entre 3 et 6 mois sont principalement des jeunes en mission. 22 % 27% + de 12 mois - de 3 mois Des revenus plus élevés qu’en RJT 57 % Etant majoritairement en CDI et plus âgés qu’en RJT, Ile-de-France "Un lieu de vie merveilleux, des logements spacieux et confortables, un accueil souriant et chaleureux et des services à la hauteur. Jai eu mon xxxxx studio 6 jours après avoir déposé ma candidature. Le tout dépasse largement mes attentes."| Hatem
    • L’ALJT accompagne ses résidents Accompagner des jeunes handicapés (cuisinier, bibliothécaire, jardinier, secrétaire administra- En 2010, 13 résidents parisiens ont pu en bénéficier. Sensibiliser aux problématiques santé tive, artisan céramiste) ou en formation professionnelle En février 2010, lADAPT, en partenariat avec lALJT, a (informatique, comptabilité, infographie). Dans le parc social, un accord collectif, mis en place entre 379 animations santé ont été organisées sur l’ensemble ouvert à Paris un SAVS (Service dAccompagnement à la la préfecture et la Ville de Paris, offre des possibilités de des résidences. Vie Sociale) avec un agrément de 40 places réparties sur 9 Lintégration de ces jeunes parmi les autres résidents logement pour des travailleurs aux revenus inférieurs résidences parisiennes de lALJT. encourage la mixité, valeur essentielle à lALJT. Les équipes à 900e. Ce dispositif peut être mis en place pour des En 2010, le Groupement Régional de Santé Publique, a mettent en place des actions pour permettre la rencontre résidents de l’ALJT inscrits en tant que demandeurs de renouvelé son soutien à lALJT pour les actions santé. Cette coopération avec lADAPT permet à de jeunes entre ces publics, puis les jeunes prennent le relais et logement à la Ville de Paris. Quelques résidents du XVIIIe handicapés daccéder à un logement au sein de résidences Dans ce cadre, l’accent a été mis sur quatre thématiques : sinvitent, se rendent service et ont organisé ainsi une et du XIe ont ainsi obtenu des logements dans le parc pour jeunes travailleurs : il sagit ainsi de proposer un sortie ensemble à Cabourg. A travers ces expériences en social à un loyer défiant toute concurrence. Grâce à la • Organiser la prise en charge des personnes en accompagnement en milieu ordinaire. Unique expérience milieu ordinaire, le regard sur le handicap évolue. préfecture du Val-dOise, 23 résidents, ayant séjourné souffrance psychique. entre un SAVS et une association comme lALJT, ce sont dans les résidences ALJT du 95, ont eu une proposition - Dans la résidence de Paris 14, un point écoute a été mis ainsi deux projets pédagogiques qui se rencontrent. Si la solidarité existe entre les résidents, elle se développe de logement et 7 un avis favorable après passage en en place en partenariat avec le planning familial de l’Insti- aussi entre les équipes des deux associations. LADAPT commission. Pour ladmission, le jeune est reçu par un référent SAVS qui tut Fournier et a permis aux jeunes d’échanger avec un fait profiter de son réseau pour favoriser par exemple étudie son projet professionnel et évalue son autonomie professionnel de la santé dans la plus stricte confidentialité. laccessibilité de la résidence et lALJT met à disposition La question du relogement représente 15 % des actions et sa capacité à vivre seul dans un logement. Une réunion - Dans les résidence du Val-de-Marne, des actions comme son réseau logement pour faciliter laccès à un logement menées toute l’année par les résidences : du forum de coordination a lieu tous 15 jours entre le SAVS et les "cafés psycho" et les "soirées bien-être" ont été menées autonome. logement, à l’accompagnement individuel, jusqu’aux léquipe de la résidence pour étudier chaque situation. pour favoriser la sensibilisation à la souffrance psychique, ateliers collectifs plus spécifiques qui permettent aux18 Après validation conjointe entre lADAPT et lALJT un lieu la démarche vers des professionnels de la santé mentale et 19 Accompagner le parcours logement résidents d’avoir toutes les clés en main pour trouver un daccueil est alors déterminé selon les disponibilités et le la promotion du bien-être. autre logement. lieu de travail du jeune. Un rendez-vous est pris avec le Dans le parc privé, comme dans le parc social, les équipes • Prévenir les addictions en direction des publics jeune pour la visite de la résidence et le montage adminis- des résidences ont à leur disposition différents leviers La démarche PassLogement initiée en 2008 et composée jeunes. tratif de son dossier. pour aider les jeunes à trouver une solution de logement dun jeu de rôle (accessible sur www.aljt.com/jeu) et - A Fontenay-aux-Roses, l’équipe poursuit depuis 3 ans après l’ALJT. dune pochette de présentation, a été consolidée. Ce sont Un accompagnement spécifique et adapté est proposé les actions pour favoriser la prise de conscience sur la ainsi plus de 250 logements qui ont été proposés par les aux résidents par le SAVS. Ainsi pour les jeunes ayant une Depuis 2009, les résidences de Paris ont mis en place notion d’addiction. Le forum "IN DEPENDANCES" collecteurs Astria, Amalia, GIC, Procilia et une trentaine déficience visuelle, est mis en place par exemple un suivi des partenariats avec des agences immobilières dont a rassemblé cette année encore de nombreux jeunes. de résidents qui ont pu intégrer les logements. avec un ergothérapeute afin dapprendre à se repérer une Agence Immobilière à Vocation Sociale qui travaille Pour la première fois le thème "jeux vidéo, jeux en dans le logement, la résidence et le quartier. pour le compte de propriétaires. C’est un dispositif mis Au total, 54,7 % des résidents ont trouvé un logement ligne, jeux d’argent, Internet… Les dépendances en place par la mairie de Paris : "louer solidaire et sans autonome et 67,6 % des résidents sortants se logent en d’aujourd’hui" a été abordé sous forme datelier. En un an de partenariat, 15 jeunes ayant des handicaps risques" permettant aux personnes aux revenus modestes région Ile-de-France. - Dans les résidences du Val-de-Marne, 1 300 jeunes ont été accueillis au sein des résidences de Paris. Parmi eux, et sans garant d’accéder à un logement dans le parc privé. ont été informés toutes lannée sur les mécanismes de on trouve des résidents occupant des postes très variés consommation de produits toxiques. "LALJT maura permis de vivre en autonomie et davoir mon premier appart. Loyer abordable, personnel à lécoute, lALJT est un vrai xxxxx coup de pouce pour débuter dans la "vie dadulte" sereinement. Je recommande ! Et merci au personnel de lALJT de Juvisy !" | Kevin
    • LALJT accompagne • Promouvoir les repères de consommation et d’activi- également proposés. Ils sont orientés sur l’acquisition de té physique méthodologie et de connaissance tels que la création d’un Toutes les résidences ont mis en place des actions pour espace emploi sur Internet, la rédaction de courriers ou CV, promouvoir léducation nutritionnelle à moindre coût, la présentation lors d’un entretien d’embauche. encourager lévolution des représentations et des comporte- ments, et développer les activités physiques et sportives. Encourager les activités culturelles Au programme : 269 animations comme des petits20 320 animations pour découvrir le cinéma, le théâtre, les 21 déjeuners équilibrés animés par des nutritionnistes, des ateliers nutrition et budget, des forums santé et des concerts, les musées, le patrimoine, à pied ou en bateaux- activités sportives (fitness, renforcement musculaire, arts mouche. Les soirées pour rencontrer les autres cultures martiaux, stretching, relaxation, gym suédoise). sont nombreuses et souvent organisées avec laide des résidents. • Aider les jeunes à mieux prendre en considération leur capital santé Durant la semaine du développement durable, 92 photos A Roissy-en-France et à Pontoise les ateliers organisés ont de résidents ont été exposées à lEspace Sportif Pailleron permis dinformer, de sensibiliser, dorienter, le public vers sur le thème : "Solidarité et développement durable". Pour des professionnels de santé. cette occasion, ils ont été accompagnés par des profession- nels pour découvrir l’art de la photographie. Plus d’une centaine de résidents ont fait le déplacement pour assister20 Accompagner le parcours emploi au vernissage. 21 Les équipes ont accompagné les résidents dans leur recherche d’emploi et/ou dans l’élaboration de leur projet La 4e édition du rallye culturel a rassemblé 200 résidents professionnel par la mise en place de soirées d’information qui ont, grâce à cet événement, découvert ou re-découvert et dentretiens individuels. Paris, son histoire et ses différentes architectures en suivant un parcours truffé dénigmes et de défis. 267 animations ont été mises en place. Il s’agit principa- lement d’interventions d’information et de sensibilisation collective avec des thèmes spécifiques. Ceci afin de répondre le plus concrètement possible aux premières interrogations du jeune quand il accède au milieu professionnel. Exemple : "Qu’est-ce qu’un bulletin de salaire ? Un CDI, un CDD :20 quelles différences ? Quels sont mes droits, mes devoirs ?". 21 Des ateliers collectifs ou des entretiens individuels sont "LALJT, un changement dans ma vie, un nouveau départ, je naurais jamais cru que ça changerait ma vie à ce point là, être autonome et xxxxx responsable avant jen étais incapable. Je pense que cest un moment de ma vie que je noublierais jamais" | Léa
    • Favoriser la communication avec les jeunes Un site Internet mieux adapté à la Des blogs : un outil adapté pour relayer demande l’information auprès des résidents Depuis février 2010, un nouveau site Internet a vu le jour : Logement, emploi, loisirs, budget, citoyenneté, culture… plus ergonomique et plus moderne, la recherche d’infor- la palette des thèmes développés régulièrement par les mations, le dépôt et le suivi de dossier ont été ainsi facilités. 12 blogs ALJT est grande. Cet outil de communication Les candidats peuvent faire des recherches sur des critères permet aux jeunes de retrouver toutes les informations bien précis et la distinction entre les trois produits ALJT a concernant les animations dans les résidences et sert été mise en valeur. 700 000 visites et 5 millions de pages également de véritable base de données. Deux nouveaux vues en 2010. blogs ont vu le jour en 2010 : Chaville et Neuville/Pontoise qui se sont lancés dès leur ouverture dans cette animation Une page facebook pour rassembler les web. résidents 1 372 articles ont été postés au total depuis leur création. L’enquête de satisfaction annuelle a révélé que 61 % des La page la plus consultée est celle du logement, vient résidents avaient un compte facebook. Début décembre la ensuite la galerie photos qui rassemble tous les moments page facebook officielle de l’ALJT était lancée et comptait en images. en 1 mois 433 fans et près de 1210 utilisateurs actifs. En22 plus de partager leurs expériences logement, cette page Un baromètre pour évaluer la satisfaction des 23 interactive permet aussi aux résidents "fans"de découvrir résidents les bons plans culture, et de suivre l’actualité de l’ALJT. Un nouveau baromètre sur Internet a été proposé aux candidats en 2010 : plus court, plus facile à renseigner, Un forum pour répondre aux interrogations plus accessible grâce à lenvoi par e-mail du question- des candidats naire, plus orienté marketing et entièrement administré 2 344 membres inscrits, 1 652 messages postés, 539 fils par la direction de la communication et du marketing. de discussion, cest un outil qui n’échappe pas au regard 4 147 résidents ont été interrogés en 2010 et 2 733 ont des candidats puisque 3 messages en moyenne sont répondu. Cette enquête a révélé un taux de satisfaction laissés quotidiennement. Le forum leur permet d’obtenir globale qui s’élève à 83 %. des informations sur l’état de leur dossier. "Suivre son dossier et connaître la décision" est d’ailleurs la section le plus consultée avec 797 visites devant "faire une demande de logement" (325 visites). 700 000 visites sur le site Internet ALJT et 51 901 demandes de logements en 2010 4 outils technologiques au service des xxxxx jeunes
    • Investir, gérer, piloter, anticiper
    • Une politique RH centrée sur les compétences Le chantier "GPEC" de recueillir l’expression des salariés sur leurs missions et du personnel induites par la loi 2002-2, à travers l’accès Une résidence a fermé. Des propositions de reclassement leurs activités professionnelles mais aussi d’échanger sur à des formations diplômantes et qualifiantes, grâce à ont été faites aux 8 salariés (CDI et CDD). Un chantier Gestion Prévisionnelle des Emplois et des les changements en cours ou en perspective ainsi que sur une optimisation des dispositifs de financements et à Compétences a été initié fin 2009 et s’est déployé sur les freins et les facilitateurs de ces évolutions. La participa- un accompagnement des projets. La politique salariale toute l’année 2010 afin de répondre à plusieurs objectifs : tion des personnels mobilisés a été très active. • les organisations syndicales et les instances élues de Le développement des compétences collectives : L’ALJT a poursuivi sa politique de revalorisation et de représentation du personnel ont à plusieurs reprises Le recueil de l’ensemble de ces informations a permis la • des actions comme "Faire face à la souffrance promotion individuelle avec une enveloppe 2010 de mesures interpellé la direction de lALJT sur la nécessité darticu- construction d’outils techniques sous forme notamment psychique" ou "Méthodologie et gestion de projets" salariales individuelles de 151 Ke (brut chargé). Par ailleurs, ler les évolutions des postes et des personnes avec le de fiches métiers et de matrices de compétences. qui permettent aux salariés de réfléchir et de produire les négociations annuelles sur le salaire ont donné lieu à la développement de lassociation, ensemble sur des thèmes qui leur sont communs. signature de 2 accords d’entreprise avec 2 organisations • la direction de lALJT a entrepris depuis trois ans un En 2011, la démarche GPEC se poursuivra sur la base de syndicales fixant les mesures générales suivantes : l’augmen- • des actions liées à la sécurité en milieu professionnel travail danalyse et dactions qui vise à concevoir une ces outils et portera sur : tation de la valeur du point et le versement de primes comme "secourisme", ou "sécurité incendie" qui sont politique globale de ressources humaines aux modalités • un travail sur les facilitateurs proposés par les exceptionnelles. Ces mesures ont bénéficié à l’ensemble des reconduites chaque année. dapplication tant collectives quindividuelles, groupes de travail métier et la mise en place de plans salariés et ont représenté 355 Ke (brut chargé). d’action d’amélioration portant sur les conditions de • lélaboration dun plan à moyen terme 2010 – 2014 travail, l’organisation des métiers ou encore le dévelop- La formation 2010 en chiffres : conduit lALJT à rehausser la place stratégique des pement des compétences, • 5,2 % de la masse salariale consacrée à la formation, Accord senior ressources humaines et à définir des plans dactions en conséquence. • une refonte de notre outil Entretien Annuel d’Evalua- 25 actions de formations et 238 stagiaires. Signé en 2009, des actions ont été lancées en 2010 afin de tion en y intégrant la matrice des compétences, • 959 jours de formation répondre aux engagements pris : Le chantier GPEC doit ainsi se traduire concrètement fin • le lancement en collaboration avec les partenaires • 81 jours de DIF • réalisation d’une étude en collaboration avec un 2010 par une approche adaptée et actualisée des emplois sociaux d’un chantier portant sur les rémunérations. • 10 salariés en parcours de formation diplômant. ergonome, un hygiéniste et le médecin du travail et des compétences et apporter ainsi une meilleure lisibili- d’Efficience sur les métiers du Service et de la té des métiers et faciliter les évolutions professionnelles Le développement des compétences Mobilité et développement Maintenance, portant sur l’amélioration des conditions par l’identification de compétences transférables et de L’ALJT a adopté depuis quelques années une stratégie de travail et la prévention des situations de pénibilité. Les Soucieuse d’accompagner ses équipes et de favoriser les passerelles d’évolution. formation axée sur le développement conjoint des résultats de l’étude et les préconisations en découlant évolutions professionnelles internes, l’ALJT a construit des compétences individuelles, à travers des actions ciblées ont été présentés au Comité d’Entreprise et au CHSCT Un comité de suivi a été constitué. Appelé "comité parcours professionnels entre les différentes filières métier répondant à des besoins spécifiques, et des compétences puis au réseau Gestion Hôteliere et Sécurité. Des actions partenarial", il est composé des 3 délégués syndicaux, de afin de développer la promotion interne. 7 salariés ont collectives s’appuyant sur des projets rassemblant d’amélioration pour répondre aux préconisations seront 2 élus, du Directeur Général et de la DRH. Tout au long bénéficié d’une évolution professionnelle en 2010, 3 d’une l’ensemble des salariés autour de thèmes communs. déployées en 2011. du premier semestre 2010, des groupes de travail Métier mobilité fonctionnelle et 13 d’une mobilité géographique. • des entretiens "bilan retraite" ont été mis en place ont été organisés, animés par une consultante externe. Par ailleurs, 4 CDD ont été transformés en CDI.26 Le développement des compétences individuelles : par le service Administration du Personnel et les cahiers 27 Au total, 31 groupes de travail terrain se sont tenus, Le développement est également facilitateur de mobilité : • une professionnalisation des cadres et des collabo- des charges des bilans professionnels à mi-carrière et de mobilisant 125 salariés. Ces réunions avaient pour objectif 4 résidences ont ouvert en 2010 et 14 postes ont été créés. rateurs, pour répondre aux exigences de qualification la formation "préparation à la retraite" ont été conçus. 91 % des résidents sont satisfaits de la disponibilité du personnel - baromètre ALJT - 2 733 répondants xxxxx
    • Une gestion maîtrisée EVOLUTION DES RESULTATS 2010 Ecart Ecarts en euros Comptes 2009 Comptes 2010 2010/2009 2010/2009 en euros en % le-Hongre (77) avec ses 134 logements (Pierres et HEBERGEMENT 20 320 423 21 945 188 1 624 765 8,0% Les produits dhébergement progressent lumières) pour Jeunes Actifs en Mobilité (RJAM), ACCUEIL CONVENTIONNE 2 281 804 2 178 308 -103 496 -4,5% de 8 % • louverture en février de la RJAM de Cachan (94) et VIE COLLECTIVE 3 338 282 3 715 880 377 598 11,3% ses 102 places (OSICA), PRODUITS DIVERS D’EXPLOITATION 522 109 547 168 25 059 4,8% en Ke 2009 2010 variation • louverture en février de la RJT de la rue de lOurcq PRODUITS D’ACTIVITES ANNEXES 149 533 140 300 -9 233 -6,2% Produits d’activité 25 940 27 839 + 7,3 % (Paris XIXe) avec ses 41 logements réhabilités par Paris PRODUITS RESTAURATION 20 226 0 -20 226 ns Habitat, dont hébergement 20 320 21 945 + 8,0 % PRODUITS FINANCIERS 95 320 43 827 -51 493 -54,0% • la fermeture de la résidence de Saint-Denis (93) au dont accueil conventionné 2 282 2 178 - 4,5 % 31 octobre. REPRISE DE PROVISIONS 295 471 750 159 454 688 ns dont vie collective 3 339 3 716 + 11,3 % SUBVENTION TRANSFEREE 159 060 223 518 64 458 40,5% Au total, une mise à disposition de 480 places nouvelles TOTAL DES PRODUITS 27 182 228 29 544 348 2 362 120 8,7% pour les jeunes en Ile-de-France. COÛT DES LOCAUX 11 442 521 12 337 697 895 176 7,8% Cette progression est liée dune part à laugmentation de Les taux doccupation traditionnellement élevés sur Paris, LOYERS 5 246 778 5 780 864 534 086 10,2% la capacité gérée qui passe de 4 565 places à 4 922 places compte tenu de lattractivité de la capitale, ont progressé FLUIDES 2 410 108 2 687 044 276 936 11,5% en 2010, soit une augmentation de 7,8 % et une améliora- sensiblement sur le Val-de-Marne et lEssonne, mais aussi FONCTIONNEMENT 304 069 375 416 71 347 23,5% tion sensible du taux doccupation des résidences en dans le Val-dOise. IMPOTS 533 742 544 459 10 717 2,0% exploitation normale sur lannée, qui passe de 95,8 % à 97,4 %. Ce taux navait pas été atteint depuis 2004. Seule la résidence de Fontenay-aux-Roses Jean-Pierre CHARGES FINANCIERES 84 670 71 674 -12 996 -15,3% Laurens (92), dont la fermeture a été décalée dun an AMORTISSEMENTS ET PGR 1 608 685 1 446 308 -162 377 -10,1% Limpact des augmentations de redevance (effet prix) (2011), connaît pour cette raison un taux en baisse CONTRATS 657 311 790 545 133 234 20,3% est très limité (hausse réglementaire de janvier 2010 de sensible. REPARATIONS 597 158 641 387 44 229 7,4% +0,04 %). COÛTS COMMUNS 696 275 732 535 36 260 5,2% Les produits de laccueil de publics jeunes sous convention Lévolution de la capacité gérée (moyenne) est la (accueil conventionné) diminuent de 4,5 %. COÛT DU PERSONNEL 13 212 966 14 022 323 809 357 6,1% traduction de la poursuite du plan de développement FRAIS DE PERSONNEL 12 088 203 13 283 560 1 195 357 9,9% qui fait passer en six ans la capacité de lALJT de 4 000 à La nouvelle convention "2009" avec le Conseil Général FONCTIONNEMENT DU PERSONNEL 551 537 516 292 -35 245 -6,4% 4 900 places (+22,5 %). du Val-dOise, leffet en année pleine de la fermeture CHARGES DE PERSONNEL MUTUALISEES 573 226 222 471 -350 755 ns dEpinay-sur-Seine (mi 2009), la relative raréfaction des Lannée 2010 a été marquée par : contrats jeunes majeurs "Aide Sociale à lEnfance", liée CHARGES DIVERSES 88 203 104 271 16 068 18,2% • la réouverture, en décembre, de la résidence de pour partie aux situations financières des départements IMPAYES 74 645 34 511 -40 134 -53,8% Chaville (92), propriété dOSICA, avec ses 203 sajoutent à notre souhait de maîtriser au mieux cette28 29 VIE RESIDENTIELLE 226 608 260 797 34 189 15,1% logements neufs, activité. CHARGES DE RESTAURATION 30 470 0 -30 470 ns • louverture en décembre de la résidence de Magny- PROVISION POUR RISQUES ET CHARGES 1 345 082 1 889 920 544 838 TOTAL DES CHARGES 27 116 770 29 382 054 2 265 284 8,4% ELEMENTS EXCEPTIONNELS 43 305 7 443 -35 862 RESULTAT 108 763 169 738 60 975 xxxxx
    • Les subventions de fonctionnement "vie collective" Les subventions transférées augmentent de 40,5 % en Les loyers augmentent de 10,2 %, essentiellement sous structurelle du fait de la "disparition" des campagnes de progressent à nouveau de 11,3 %, sous leffet du périmètre raison essentiellement des subventions reçues de la CAF leffet du périmètre géré et de la montée en régime des gros travaux. Le parc est réhabilité ou neuf et nappelle géré et du report de 2009 sur 2010. Elles représentent de lEssonne pour les résidences de Brétigny-sur-Orge, taux de PCRC de la plupart des résidences nouvelles. plus de grosses interventions. Les investissements sont 12,9 % du total des produits hors provisions. Viry-Châtillon et Juvisy-sur-Orge et de la CAF des Yvelines désormais largement consacrés aux mobiliers des pour la résidence de Bois dArcy, ouvertes entre 2005 et Les fluides progressent de 11,5 %, à rapprocher dune résidences nouvelles. en Ke 2009 2010 variation 2008. augmentation de capacité moyenne gérée de 7,8 %. Enfin on notera le poids croissant des contrats dentretien Vie collective 3 338 3 716 + 11,3 % Les reprises de provisions, sur la provision générale Malgré les efforts de maîtrise des consommations, lié à la modernisation du parc de résidences. Collectivités locales 1 299 1 602 + 23,3 % concernent essentiellement notamment sur leau et le gaz, les évolutions sont les • Saint-Denis pour 577,2 Ke dont la fermeture a été suivantes : Fonjep 305 304 / • leau progresse de 3,8 %. On constate une très décidée en février pour fin octobre 2010, en Ke 2009 2010 variation CAF PSE 1 734 1 810 + 4,4 % Chaville dont la réouverture en octobre 2010 a généré un grande dispersion des prix du m3 allant de 3e à Paris à Coût du personnel 13 243 14 022 + 5,9 déficit important sur lexercice 2010, couvert à hauteur 5e en Seine-et-Marne. • Les contributions des collectivités locales progres- de 135,7 Ke. • Notons quen 2010 et pour la première fois, la dont charges de personnel ALJT 12 691 13 506 + 6,4 sent de 23,3 %. Cette augmentation est liée au dévelop- consommation mensuelle moyenne est passée sous les dont fonctionnement 552 516 - 6,5 pement 2009 – 2010 dans des territoires qui soutien- 4 m3 par logement et par mois. Les charges progressent de 6,7 % • le gaz progresse de 15 % dont une bonne partie liée nent notre action (Val-dOise et Paris). • Nous savons à ce jour que le budget dEtat pour les Le coût des locaux augmentent de 7,8 % à leffet périmètre, une partie aux prix et à la rigueur Le coût du personnel augmente de 5,9 % Fonjep est en 2011 divisé par 2, hivernale (début et fin 2010). en Ke 2009 2010 variation • Lélectricité progresse de 15 %, dont + 5 % deffet • Les effectifs moyens passent de 225,9 à 234,4 soit • la prestation socio éducative de la CNAF versée par prix. une progression de 3,8 %. les CAF calculée en fonction des frais de personnel Coût des locaux 11 443 12 337 + 7,8 % • Les frais de personnel proprement dit, progressent représente 49 % du total : sa progression est de 4,4 % dont loyers 5 247 5 781 + 10,2 % Lévolution apparente des coûts de fonctionnement de 6,4 %, dont la moitié est liée à laugmentation des essentiellement liée à lévolution du parc. dont charges locatives 2 410 2 687 + 11,5 % (+23,5 %) comprend un effet du changement de méthode effectifs moyens et lautre moitié à leffet cumulé des Les produits dexploitation et produits annexes sont de comptabilisation des petits matériels, mobiliers et augmentations individuelles et collectives 2010 et de dont fonctionnement 304 375 + 23,4 % stables ; il sagit essentiellement de refacturation (MJC équipements électroménagers auparavant passés en leurs effets report 2009/2010. Sarcelles, Instep Saint-Denis). dont impôts 534 544 + 2,0 % investissements, désormais inscrites en charges. • Les frais dintérim progressent sensiblement du fait des vacances de postes en attente de recrutements, de Les produits financiers, malgré la trésorerie qui est dont charges financières 85 72 - 15,3 % Lévolution limitée des impôts est liée à la disparition en lanticipation des fermetures, du recours à ce mode demeurée à un bon niveau, ont baissé du fait de la baisse dont amortissements 1 609 1 446 - 10,1 % 2010 des impôts sur Epinay-sur-Seine. Globalement la demploi en attente de passation de contrats avec les des taux courts . Nous avons ouvert en fin dannée un fiscalité locale poursuit sa forte progression, en particu- sous-traitants. dont contrats techniques 657 791 + 20,3 %30 livret de placement Associatis à la Caisse dEpargne. lier les TOM. 31 dont réparations 597 641 + 7,4 % La diminution du poste damortissements est pour partie
    • Les impayés sont en forte baisse En 2010 lALJT aura investi 2 108 Ke. En 2010, comme lan passé, lexercice aura permis de Aucune provision na été constituée cette année sur des répondre aux trois exigences du plan à moyen terme : créances de tiers payants. • accompagner le développement et la rénovation de Le poste de dépenses de vie résidentielle progresse de loffre 15 % du fait de lengagement de lALJT dans le déploie- • maîtriser la structure et adapter lorganisation ment des cyberespaces et de la forte progression dactions • anticiper et couvrir les risques futurs. subventionnées notamment par lAgence Régionale de la Santé. en Ke 2008 2009 2010 Les dotations aux provisions pour risques et charges RESULTAT DE progressent de 645 Ke, dont lessentiel provient : 88 109 170 L’EXERCICE • de la provision de la totalité de la subvention du + dotations aux amortissements 2 685 3 202 3 835 et provisions Conseil Général de Seine Saint-Denis pour lannée 2009 -reprises sur amortissements et 383 755 1 110 à hauteur de 254 Ke. provisions • dun complément de provision pour risques généraux -subventions transférées 347 159 224 à hauteur de la perte de chiffre daffaires attendu sur -plus values de cession d’actifs 9 5 2 Versailles, Paris XIV et Créteil dont les logements doivent CAPACITE être équipées de kitchenette pour maintenir à niveau D’AUTOFINANCEMENT 2 035 2 391 2 669 les standards de confort de ces résidences, pour un REMBOURSEMENT 592 617 710 DE CAPITAL montant de 325 Ke. AUTOFINANCEMENT 1 442 1 775 1 959 En 2009, lALJT a créé un fonds pour linnovation, le dévelopement et ladaptation (FIDEA) en vue danticiper et de couvrir les risques futurs. Après comptabilisation des dotations à la provision pour risques généraux et au FIDEA, le résultat 2010 sélève à 169 K.. La capacité dautofinancement qui sélève à 2 669Ke aura32 été mobilisée pour investir notamment dans les nouvelles 33 résidences.
    • BILAN ACTIF 2010 BILAN PASSIF 2010 Amortissements Net Net Net Net ACTIF en euros Brut et provisions 2010 2009 PASSIF en euros 2010 2009 IMMOBILISATIONS INCORPORELLES 224 084 231 129 Capitaux propres 991 698 821 959 Frais d’établissement 488 407 355 524 132 883 148 599 Fonds de dotation 518 530 518 530 Logiciels 467 422 376 221 91 201 82 530 Report à nouveau 303 429 194 666 IMMOBILISATIONS CORPORELLES 6 292 478 6 030 791 Résultat de l’exercice 169 738 108 763 Installations techniques, matériels et outillage 644 915 524 306 120 608 139 918 Subventions d’investissement 571 258 631 529 Autres immobilisations corporelles 17 242 223 11 274 462 5 967 761 5 877 543 Subventions reçues 1 461 043 Immobilisations corporelles en cours : Subventions rapportées au compte de résultat -889 785 Travaux en cours 204 108 0 204 108 13 330 Avance CDC 1 829 388 1 829 388 Autres, avances et acomptes 0 0 0 0 CAPITAUX PROPRES (I) 3 392 344 3 282 877 IMMOBILISATIONS FINANCIERES (1) 1 074 854 1 383 369 PROVISIONS POUR RISQUES ET CHARGES 4 252 786 3 792 023 Titres de participations 55 946 0 55 946 52 973 Provisions pour risques 319 299 325 894 Effort 1% construction 452 482 0 452 482 449 242 Provisions pour gros travaux 0 0 Dépôts et cautionnements 566 427 0 566 427 881 154 Autres provisions pour charges 1 878 195 2 266 128 ACTIF IMMOBILISE (I) 20 121 929 12 530 513 7 591 416 7 645 290 Provision pour fonds dinnovation, développement et adaptation 2 055 292 1 200 000 STOCKS ET EN-COURS 0 0 PROVISIONS (II) 4 252 786 3 792 023 Fournisseurs avances et acomptes 257 510 257 510 21 410 DETTES FINANCIERES 3 983 536 4 592 816 CREANCES D’EXPLOITATION 1 554 654 1 694 598 Emprunts 1 832 832 2 542 855 Créances clients et comptes rattachés: Dépôts et cautionnements reçus : Locataires et organismes payeurs dAPL 1 534 730 0 1 534 730 1 649 874 Dépôts de garantie des résidents 1 661 480 1 583 183 Clients douteux ou litigeux 41 082 27 160 13 922 39 917 Autres dépôts 37 299 40 342 Produits non encore facturés 6 002 0 6 002 4 807 Emprunts et dettes financières diverses 1 641 1 887 CREANCES DIVERSES (2) 1 050 197 1 387 136 Clients créditeurs 450 283 424 549 Autres créances 1 520 115 469 918 1 050 197 1 387 136 DETTES D’EXPLOITATION 6 902 989 6 329 263 VALEURS MOBILIERES DE PLACEMENT 4 980 196 4 980 196 7 017 401 Dettes fournisseurs et comptes rattachés 3 832 281 3 571 664 DISPONIBILITES 2 977 904 168 931 Dettes fiscales, sociales et autres 3 070 707 2 757 599 Chèques postaux 751 751 3 848 DETTES DIVERSES 60 878 64 769 Caisse dEpargne 2 955 275 2 955 275 144 298 Autres dettes 60 878 64 769 Caisse 21 878 21 878 20 785 PRODUITS CONSTATES D’AVANCE 20 620 25 500 CHARGES CONSTATEES D’AVANCE 201 275 201 275 152 483 PASSIF EXIGIBLE (III) 10 968 023 11 012 349 ACTIF CIRCULANT (II) 11 518 814 497 078 11 021 737 10 441 958 TOTAL GENERAL (I + II + III) 18 613 153 18 087 24834 TOTAL GENERAL (I + II ) 31 640 744 13 027 591 18 613 153 18 087 248 (1) Dont à plus dun an 1 439 121 35 dont à moins dun an 9 508 282 (2) Dont concours bancaires et soldes créditeurs de banques xxxxx
    • COMPTE DE RESULTAT 2010 COMPTE DE RESULTAT 2010 CHARGES en euros 2010 2009 PRODUITS 2010 2009 CHARGES D’EXPLOITATION 30 005 434 27 619 333 PRODUITS D’EXPLOITATION 30 128 062 27 540 970 Consommations en provenance des tiers 14 322 308 12 841 632 Produits des activités 27 839 376 25 600 509 Achats non stockés de matières et fournitures 3 295 137 2 926 298 Activités d’hébergement 21 945 188 19 980 423 Sous traitance 2 198 911 2 070 391 Actions spécifiques 2 178 308 2 281 804 Locations 5 902 298 5 371 385 Prestations de vie collective 3 715 880 3 338 282 Entretien et réparations 1 084 366 944 222 Subventions d’exploitation 433 412 444 124 Primes d’assurances 163 538 148 796 Subventions d’actions de formation 204 988 234 661 Divers 4 922 6 877 Autres subventions 228 424 209 463 Personnel extérieur à l’association 584 717 446 338 Autres produits d’exploitation 744 942 741 162 Rémunérations d’intermédiaires et honoraires 421 657 312 560 Remboursements et mises à disposition 467 528 461 647 Information, publications, relations publiques 72 734 39 804 Adhésions - cotisations 177 398 181 831 Transports 299 312 Autres produits de gestion courante 100 016 97 684 Déplacements, missions et réceptions 63 024 74 066 Reprises sur amortissements et provisions 1 110 332 755 174 Frais postaux et de télécommunications 408 746 395 555 Reprises de provisions pour risques 1 050 238 722 293 Frais de banque et divers 121 961 105 027 Reprises de provisions pour créances douteuses 60 093 32 881 Impôts, taxes et versements assimilés 1 464 319 1 395 712 Autres reprises 0 0 Sur rémunérations 911 552 853 447 PRODUITS FINANCIERS 43 827 95 320 Autres impôts et taxes 552 767 542 265 PRODUITS EXCEPTIONNELS 261 870 247 268 Charges de personnel 10 204 555 9 866 929 Sur opérations de gestion 18 431 40 117 Salaires et traitements 6 871 064 6 612 141 Sur opérations en capital 243 440 207 151 Charges sociales 3 333 491 3 254 789 Produits des cessions d’éléments d’actif 2 000 5 000 Dotations aux amortissements et aux provisions 3 677 385 3 201 739 Subventions d’investissement virées au résultat 223 518 159 060 Amortissements des immobilisations 1 666 355 1 817 039 Autres 17 922 43 091 Provisions pour risques 1 980 920 1 345 082 Reprises sur provisions 0 0 Provisions pour créances douteuses 30 111 39 618 TOTAL DES PRODUITS 30 433 759 27 883 558 Autres dotations Solde débiteur PERTE Autres charges 336 867 313 320 TOTAL GENERAL 30 433 759 27 883 558 Vie sociale 297 237 258 589 Pertes sur créances irrécouvrables 39 298 23 988 Subventions et charges diverses de gestion courante 332 30 743 CHARGES FINANCIERES 71 674 84 670 CHARGES EXCEPTIONNELLES 186 913 70 792 Sur opérations de gestion 28 910 10 307 Sur opérations en capital 0 0 Dotations aux amortissements 158 003 60 48636 Dotations aux provisions 0 0 37 TOTAL DES CHARGES 30 264 021 27 774 795 Résultat 169 738 108 763 TOTAL GENERAL 30 433 759 27 883 558
    • Conseil dadministration | 31-12-2010Personnes physiques Personnes moralesJean-Pierre BRUNEL - Président - Ancien Directeur Caisse des Dépôts - représentée par Philippe JUSSERAND -Général Adjoint de la Caisse des Dépôts Directeur interrégional adjointPhilippe BERNERT - Président d’honneur du GIC Caisse des Dépôts - représentée par Rodolphe MASSON - Directeur immobilier public groupe SNIJean-Pierre BOBICHON - Ancien administrateur principalauprès de la Commission Européenne OSICA - représenté par François-Xavier DESJARDINS - Directeur Général AdjointMichel CEYRAC - Président de France Habitation Groupe 3F - représenté par Laurence BOUCARD -Elisabeth CRESPY - Directrice Générale du FIAP Jean Directeur de lAgence Logement Thématique - DirectionMonnet de la construction Ile-de-FranceAbdoulaye DIAKHO - Résident ALJT représentant les Conseil Economique et Social de la Région Ile-de-Francemembres adhérents - représenté par Michel LANGLOIS - Président de la commission ville, habitat et cadre de vie - Membre duFrançois GARRAUD - Ancien Directeur des résidences Bureau du CESR Ile-de-Franceservices d’une SA d’HLM GIC - Action Logement - représenté par MarieJean-Louis JOLIOT - Vice Président - Ancien Directeur ORDAS-MONOT - Directrice généraleGénéral Adjoint d’EDF REVES (Résider et Vivre Ensemble à Sarcelles) - représentéJean-Yves LAUTRIDOU - Secrétaire fédéral - Fédération par Yvan DUCOS - Président de REVEScommunication conseil culture de la CFDTMonique MARLIN - Responsable solidarité Ile-de-FrancedEDFDaniel MIGNOT - Ancien Dirigeant syndicalRené SALANNE - Ancien Président de l’ALJT xxxxx
    • Plus dinformations sur le site www.aljt.com Création : ALJT - imprimé sur PEFC (forêts gérées durablement) Pass’ Logement®, Résidence JAM® et Home’R® sont des marques déposées par l’ALJT.