Les plus beaux spots de plongée de mayotte

268 views
184 views

Published on

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total views
268
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
4
Actions
Shares
0
Downloads
1
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Les plus beaux spots de plongée de mayotte

  1. 1. Les plus beaux spots de plongée de Mayotte En parallèle à la pratique du « snorkelling », de la randonnée aquatique ou de la pêche sportive, l’île bénéficie d’un grand potentiel avec plus de 100 spots référencés pour la pratique de la plongée. Encadrés par des professionnels diplômés, Mayotte vous invite à découvrir ses jardins coralliens dans les eaux calmes du lagon ou en extérieur de barrière. La biodiversité remarquable des passes récifales, ou bien encore les tombants vertigineux derrière le grand récif, face à l’océan en font un terrain de jeu extraordinaire pour amateurs ou pratiquants chevronnés. 11 centres de plongée répartis sur l’île sont à votre disposition. La diversité des sites (une centaine de spots) offre aux plongeurs de tous niveaux l’occasion d’explorer les récifs ou de découvrir pour la première fois ce fabuleux sport. Le lagon de Mayotte abrite des spots de plongée de renommée mondiale, qu’on peut regrouper en 4 secteurs. Le premier, très riche en biodiversité, se situe dans "la Passe en S", d’une longueur de 2 km et 300m de large. Réserve intégrale marine instituée depuis 1990, ce secteur emblématique de Mayotte est un site de plongée incontournable. On ne peut ni y pêcher ni jeter l’ancre. Elle regroupe 17 spots, très variés au niveau de la richesse de ses fonds, le contact avec la zone océanique et les courants marins permettant le développement de nombreux coraux et poissons pélagiques. La Passe en S, ainsi nommée en raison de sa belle forme sinueuse, accueille chaque année de nombreux plongeurs de métropole, de l’Océan Indien et d’Europe. Tous les sites sont accessibles côté intérieur ou extérieur Passe. Associée à l’expérience des encadrants, plonger à Mayotte vous assure de belles rencontres en perspective. Départ de Mamoudzou ou de Sakouli. Mliha, les îlots du Nord Ouest et le nord est. Dans cette partie du lagon, peu sujette aux courants, une importante biomasse et une diversité de coraux durs et mous, de limaces et de coquillages en font un vrai paradis pour les biologistes marins. Les autres sites d’intérêt sont le récif de la Prévoyante, Pietro et l’îlot Handrema ; mais d’autres spots hors du lagon sont à découvrir dans la passe Nord et le long de la barrière extérieure, pour découvrir des failles et des architectures coralliennes complexes. A noter aussi, de très belles plongées sur les sites du Nord-Ouest, autour de l’îlot Choizil, somptueux, ou encore au lieu dit « le banc du Boa », pavona ou cocaïne qui n’est autre, qu’une immense dune de sable blanc...Départ de Mliha N’Gouja, Boueni et les passes du Sud. Ce secteur se compose des très belles passes Bateau, Bouéni et Sada, des récifs intérieurs et de grandes passes récifales du sud (Bandrélé, réserve de Saziley).
  2. 2. Les passes sont courtes mais très spectaculaires, avec quantité de pélagiques, raies mantas et en saison, des requins marteaux. Ces plongées dérivantes se caractérisent par leur dimension sportive car il y a souvent du courant. Le Sud abrite également une double barrière, une spécificité quasiment unique au monde, avec des sites comme le récif Chirarani. Départ de Kani-Kéli et de M’zouazia. Enfin, le dernier secteur situé au sud est, permet de découvrir de nombreux spots de plongée autour des passes de Saziley sud et Nord et de Bandrélé au départ de Bandrélé. Bien d’autres sites de plongée vous attendent à Mayotte. Paysages sous-marins moins connus et moins fréquentés, les plongeurs de tous niveaux pourront découvrir et explorer le monde magique de la plongée à Mayotte Le plus beau lagon de l’océan Indien Au sein du plus grand Parc naturel marin de France, le complexe récifo-lagonaire de Mayotte est le plus vaste de la région Océan Indien. Il accueille une vie marine exubérante grâce à la pluralité des habitat. Des récifs frangeants bordent le littoral sur 195 kilomètres de long, un lagon d’une profondeur moyenne de 35 à 40 mètres, des récifs internes dispersés dans le lagon, un récif barrière long de 140 kilomètres entrecoupé de nombreuses passes récifales, les mangroves couvrent 735 hectares le long du littoral, les herbiers de phanérogames marines couvrent 760 hectares... Des paysages coralliens et des myriades de poissons multicolores Avec plus de 310 espèces connues, les coraux contribuent à l’édification des récifs. De formes variées et spectaculaires, ils arborent une grande variété de couleurs vives grâce à leur association avec de petites algues symbiotiques. Tels des oasis de vie au milieu du désert océanique, ces animaux fournissent abris, nourriture et zones de développement à bien d’autres invertébrés marins : éponges, hydraires, étoiles de mer, coquillages, nudibranches... L’observation de ces fascinants animaux, accessibles depuis les plages de l’île, peut également se dérouler plus loin dans le lagon, près des îlots et sur le récif barrière. Avec près de 800 espèces de poissons connues, les eaux mahoraises forment un gigantesque aquarium. La plupart de ces espèces, observées à quelques mètres sous la surface, égayent les paysages d’apparence inanimée des récifs de corail. Vous pourrez croiser des espèces remarquables menacées d’extinction à l’échelle internationale, tels le célèbre labre Napoléon, l’étrange poissonperroquet à bosse avec sa tête démesurée et son bec impressionnant, ou bien encore l’imposant mérou-loche géante qui peut atteindre plus de 200 kilos !
  3. 3. La rencontre impressionnante des mammifères marins Saisonnières ou résidantes, plus de 20 espèces fréquentent les eaux de l’île, soit environ 20 % des espèces de mammifères marins identifiées sur la planète ! Vous approcherez ces animaux emblématiques dans les eaux abritées du lagon comme à l’extérieur, en pleine eau. Le spectacle magique des tortues marines Mayotte est une destination d’exception pour l’observation des tortues marines dans leur milieu naturel, sur terre comme sur mer ! La tortue verte (qui dépasse un mètre pour 100 à 250 kilos), la plus fréquemment observée, se nourrit sur les herbiers. La tortue imbriquée, plus petite (87 centimètres en moyenne), est aussi plus rare. Son régime alimentaire est composé d’éponges, oursins, mollusques, crustacés et méduses. Trois autres espèces plus occasionnelles sont également présentes : tortues olivâtre, caouanne et luth. Dauphins, présents toute l’année Les dauphins les plus nombreux à Mayotte sont les stenelles et les péponocéphales, habituellement observés en grands groupes à l’extérieur du lagon. Moins nombreux, les tursiops et le dauphin à bosse préfèrent fréquenter les eaux calmes et s’approchent régulièrement des côtes mahoraises. Baleines, de juin à octobre Chaque année entre mai/juin et octobre/novembre, les baleines à bosse sont de passage à Mayotte. Le lagon et les bancs récifaux environnants constituent une halte de choix pour les ébats amoureux et les mises bas. Mâles à la poursuite de femelles, ou femelles avec leur baleineau, ces grands cétacés se laisseront approcher pour le plus grand bonheur des observateurs et des photographes. Dugong, sirène des herbiers du lagon L’énigmatique dugong appartient aux Siréniens comme son cousin le lamantin. Il évolue essentiellement sur les herbiers. Plus rarement il peut être visible à la surface où il remonte pour prendre sa respiration, comme les autres mammifères marins. Dépourvu de nageoire dorsale, il demeure plus difficile à voir. La population actuelle de dugongs est estimée à moins d’une vingtaine d’individus
  4. 4. Les îlots de Mayotte : de fabuleux espaces d’évasion Plus d’une vingtaine d’îlots (Chissioua en mahorais) sont répartis dans le lagon, à l’abri de l’océan. Imposants par leur taille et associés à une végétation luxuriante, tels M’tsamboro ou M’bouzi, ils offrent d’agréables escales nautiques et terrestres. D’autres, plus petits, permettent d’accoster et de profiter de la tranquillité des plages ou de la plongée en apnée sur les récifs. A quelques coups de rames, laissez-vous bercer par la nature sauvage de ces « presque îles »… M’tsamboro, le plus grand, le plus haut, vous promet un point de vue spectaculaire sur ses fonds marins et, par temps clair, sur la verdoyante île d’Anjouan à l’horizon. A Choizil, l’îlot Malandzamiayajou et sa languette de sable joignant deux promontoires rocheux, laissent l’image irréelle de deux océans qui s’affrontent lorsque la marée vient de part et d’autre la recouvrir. Plus modestes de taille, d’autres îlots vous séduiront comme Handréma, M’titi et l’incroyable M’tsongoma. Véritable féérie subaquatique, leur recouvrement en coraux vivants est le plus fort des îlots de Mayotte ! Plus au sud, un passage à l’îlot Bandrélé vous conduira jusqu’aux îlots éphémères du Parc de Saziley. Certains îlots ne se découvrent qu’à marée basse et offrent une halte salutaire aux nombreux oiseaux marins. Sternes voyageuses et noddis bruns viennent, tout comme le temps, y suspendre leur vol… Petits bouts de terre tombés du ciel ou surgis des vagues turquoises, on leur prête des propriétés magiques au sein des légendes populaires… L’îlot de sable blanc de M’tanga tsoholé serait ainsi le vestige de la célébration du mariage royal d’un ancien village. Du riz blanc aurait été répandu sur le sol pour le passage des époux, avant qu’il ne soit recouvert d’eau par le Dieu de la Mangrove…

×