Je	  fais	  donc	  je	  suis	  –	  Apprendre	  Do	  It	  Yourself	  	  1	  	   	  
Je	  fais	  donc	  je	  suis	  –	  Apprendre	  Do	  It	  Yourself	  	  2	  	  	  	  REMERCIEMENTS	  	  Ce	  mémoire	  de	 ...
Je	  fais	  donc	  je	  suis	  –	  Apprendre	  Do	  It	  Yourself	  	  3	  RESUME	  Les	   méthodes	   d’apprentissage	   ...
Je	  fais	  donc	  je	  suis	  –	  Apprendre	  Do	  It	  Yourself	  	  4	  SOMMAIRE	  REMERCIEMENTS	  .......................
Je	  fais	  donc	  je	  suis	  –	  Apprendre	  Do	  It	  Yourself	  	  5	  6	   -­‐	   DES	   METHODES	   D’APPRENTISSAGE	...
Je	  fais	  donc	  je	  suis	  –	  Apprendre	  Do	  It	  Yourself	  	  6	  3.5.2	  -­‐	  La	  diffusion	  des	  savoir-­‐f...
Je	  fais	  donc	  je	  suis	  –	  Apprendre	  Do	  It	  Yourself	  	  7	  VERS UN APPRENTISSAGE DO IT YOURSELF	  Sorti	  ...
Je	  fais	  donc	  je	  suis	  –	  Apprendre	  Do	  It	  Yourself	  	  8	  «	  Ce	  qui	  m’a	  plu	  dans	  le	  punk,	  ...
Je	  fais	  donc	  je	  suis	  –	  Apprendre	  Do	  It	  Yourself	  	  9	  Ensuite,	  faire	  soi-­‐même	  est	  associé	 ...
Je	  fais	  donc	  je	  suis	  –	  Apprendre	  Do	  It	  Yourself	  	  10	  méthodes	   d’apprentissage	   existantes	   t...
Je	  fais	  donc	  je	  suis	  –	  Apprendre	  Do	  It	  Yourself	  	  11	  I – ACQUISITION DE SAVOIR-FAIRE	  Dans	   cett...
Je	  fais	  donc	  je	  suis	  –	  Apprendre	  Do	  It	  Yourself	  	  12	  les	  formations	  supérieures	  comme	  des	 ...
Je	  fais	  donc	  je	  suis	  –	  Apprendre	  Do	  It	  Yourself	  	  13	  facteurs	   font	   aussi	   preuve	   d’intel...
Je	  fais	  donc	  je	  suis	  –	  Apprendre	  Do	  It	  Yourself	  	  14	  2.2 - LE SAVOIR-FAIRE	  Le	  savoir-­‐faire	  ...
Je	  fais	  donc	  je	  suis	  –	  Apprendre	  Do	  It	  Yourself	  	  15	  	  Nous	  allons	  nous	  intéresser	  au	  ca...
Je	  fais	  donc	  je	  suis	  –	  Apprendre	  Do	  It	  Yourself	  	  16	  Chaque	   grande	   compétence	   est	   conçu...
Je	  fais	  donc	  je	  suis	  –	  Apprendre	  Do	  It	  Yourself	  	  17	  	  Infographie	  de	  l’acquisition	  de	  sav...
Je	  fais	  donc	  je	  suis	  –	  Apprendre	  Do	  It	  Yourself	  	  18	  psychologie,	   la	   sociologie,	   la	   phi...
Je	  fais	  donc	  je	  suis	  –	  Apprendre	  Do	  It	  Yourself	  	  19	  manière	  différente.	  	  5.3 - LE SOCIO-CONS...
Je	  fais	  donc	  je	  suis	  –	  Apprendre	  Do	  It	  Yourself	  	  20	  5.5 - GRILLE COMPARATIVE DES METHODESD’APPRENT...
Je	  fais	  donc	  je	  suis	  –	  Apprendre	  Do	  It	  Yourself	  	  21	  déléments	   de	   base	   changeants,	   et	 ...
Je	  fais	  donc	  je	  suis	  –	  Apprendre	  Do	  It	  Yourself	  	  22	  forme	  au	  travers	  d’expériences	  et	  d’...
Je	  fais	  donc	  je	  suis	  –	  Apprendre	  Do	  It	  Yourself	  	  23	  Alors	  ce	  sera	  la	  seule	  université	  ...
Je	  fais	  donc	  je	  suis	  –	  Apprendre	  Do	  It	  Yourself	  	  24	  	  L’éducation	   contrôle	   le	   second	   ...
 Mémoire : Je fais donc je suis / Apprendre DIY | Bertrand Alice | 2013
 Mémoire : Je fais donc je suis / Apprendre DIY | Bertrand Alice | 2013
 Mémoire : Je fais donc je suis / Apprendre DIY | Bertrand Alice | 2013
 Mémoire : Je fais donc je suis / Apprendre DIY | Bertrand Alice | 2013
 Mémoire : Je fais donc je suis / Apprendre DIY | Bertrand Alice | 2013
 Mémoire : Je fais donc je suis / Apprendre DIY | Bertrand Alice | 2013
 Mémoire : Je fais donc je suis / Apprendre DIY | Bertrand Alice | 2013
 Mémoire : Je fais donc je suis / Apprendre DIY | Bertrand Alice | 2013
 Mémoire : Je fais donc je suis / Apprendre DIY | Bertrand Alice | 2013
 Mémoire : Je fais donc je suis / Apprendre DIY | Bertrand Alice | 2013
 Mémoire : Je fais donc je suis / Apprendre DIY | Bertrand Alice | 2013
 Mémoire : Je fais donc je suis / Apprendre DIY | Bertrand Alice | 2013
 Mémoire : Je fais donc je suis / Apprendre DIY | Bertrand Alice | 2013
 Mémoire : Je fais donc je suis / Apprendre DIY | Bertrand Alice | 2013
 Mémoire : Je fais donc je suis / Apprendre DIY | Bertrand Alice | 2013
 Mémoire : Je fais donc je suis / Apprendre DIY | Bertrand Alice | 2013
 Mémoire : Je fais donc je suis / Apprendre DIY | Bertrand Alice | 2013
 Mémoire : Je fais donc je suis / Apprendre DIY | Bertrand Alice | 2013
 Mémoire : Je fais donc je suis / Apprendre DIY | Bertrand Alice | 2013
 Mémoire : Je fais donc je suis / Apprendre DIY | Bertrand Alice | 2013
 Mémoire : Je fais donc je suis / Apprendre DIY | Bertrand Alice | 2013
 Mémoire : Je fais donc je suis / Apprendre DIY | Bertrand Alice | 2013
 Mémoire : Je fais donc je suis / Apprendre DIY | Bertrand Alice | 2013
 Mémoire : Je fais donc je suis / Apprendre DIY | Bertrand Alice | 2013
 Mémoire : Je fais donc je suis / Apprendre DIY | Bertrand Alice | 2013
 Mémoire : Je fais donc je suis / Apprendre DIY | Bertrand Alice | 2013
 Mémoire : Je fais donc je suis / Apprendre DIY | Bertrand Alice | 2013
 Mémoire : Je fais donc je suis / Apprendre DIY | Bertrand Alice | 2013
 Mémoire : Je fais donc je suis / Apprendre DIY | Bertrand Alice | 2013
 Mémoire : Je fais donc je suis / Apprendre DIY | Bertrand Alice | 2013
 Mémoire : Je fais donc je suis / Apprendre DIY | Bertrand Alice | 2013
 Mémoire : Je fais donc je suis / Apprendre DIY | Bertrand Alice | 2013
 Mémoire : Je fais donc je suis / Apprendre DIY | Bertrand Alice | 2013
 Mémoire : Je fais donc je suis / Apprendre DIY | Bertrand Alice | 2013
 Mémoire : Je fais donc je suis / Apprendre DIY | Bertrand Alice | 2013
 Mémoire : Je fais donc je suis / Apprendre DIY | Bertrand Alice | 2013
 Mémoire : Je fais donc je suis / Apprendre DIY | Bertrand Alice | 2013
 Mémoire : Je fais donc je suis / Apprendre DIY | Bertrand Alice | 2013
 Mémoire : Je fais donc je suis / Apprendre DIY | Bertrand Alice | 2013
 Mémoire : Je fais donc je suis / Apprendre DIY | Bertrand Alice | 2013
 Mémoire : Je fais donc je suis / Apprendre DIY | Bertrand Alice | 2013
 Mémoire : Je fais donc je suis / Apprendre DIY | Bertrand Alice | 2013
 Mémoire : Je fais donc je suis / Apprendre DIY | Bertrand Alice | 2013
 Mémoire : Je fais donc je suis / Apprendre DIY | Bertrand Alice | 2013
 Mémoire : Je fais donc je suis / Apprendre DIY | Bertrand Alice | 2013
 Mémoire : Je fais donc je suis / Apprendre DIY | Bertrand Alice | 2013
 Mémoire : Je fais donc je suis / Apprendre DIY | Bertrand Alice | 2013
 Mémoire : Je fais donc je suis / Apprendre DIY | Bertrand Alice | 2013
 Mémoire : Je fais donc je suis / Apprendre DIY | Bertrand Alice | 2013
 Mémoire : Je fais donc je suis / Apprendre DIY | Bertrand Alice | 2013
 Mémoire : Je fais donc je suis / Apprendre DIY | Bertrand Alice | 2013
 Mémoire : Je fais donc je suis / Apprendre DIY | Bertrand Alice | 2013
 Mémoire : Je fais donc je suis / Apprendre DIY | Bertrand Alice | 2013
 Mémoire : Je fais donc je suis / Apprendre DIY | Bertrand Alice | 2013
 Mémoire : Je fais donc je suis / Apprendre DIY | Bertrand Alice | 2013
 Mémoire : Je fais donc je suis / Apprendre DIY | Bertrand Alice | 2013
 Mémoire : Je fais donc je suis / Apprendre DIY | Bertrand Alice | 2013
 Mémoire : Je fais donc je suis / Apprendre DIY | Bertrand Alice | 2013
 Mémoire : Je fais donc je suis / Apprendre DIY | Bertrand Alice | 2013
 Mémoire : Je fais donc je suis / Apprendre DIY | Bertrand Alice | 2013
 Mémoire : Je fais donc je suis / Apprendre DIY | Bertrand Alice | 2013
 Mémoire : Je fais donc je suis / Apprendre DIY | Bertrand Alice | 2013
 Mémoire : Je fais donc je suis / Apprendre DIY | Bertrand Alice | 2013
 Mémoire : Je fais donc je suis / Apprendre DIY | Bertrand Alice | 2013
 Mémoire : Je fais donc je suis / Apprendre DIY | Bertrand Alice | 2013
 Mémoire : Je fais donc je suis / Apprendre DIY | Bertrand Alice | 2013
 Mémoire : Je fais donc je suis / Apprendre DIY | Bertrand Alice | 2013
 Mémoire : Je fais donc je suis / Apprendre DIY | Bertrand Alice | 2013
 Mémoire : Je fais donc je suis / Apprendre DIY | Bertrand Alice | 2013
 Mémoire : Je fais donc je suis / Apprendre DIY | Bertrand Alice | 2013
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Mémoire : Je fais donc je suis / Apprendre DIY | Bertrand Alice | 2013

7,669

Published on

Le mouvement du DIY (Do It Yourself) originaire de la culture punk des années 70, croit ces dernières année. En effet, de plus en plus d'émissions télévisés, sites internet ou événements sur le thème du DIY voient le jour, comme par exemple le festival World Makers Faire à New York, en septembre 2012, qui a attiré sur 2 jours 55 000 passionnés et 650 exposants.
Différentes raisons en sont la cause : méthodes d’apprentissage souvent trop traditionnelles transmises par l’école, crise économique depuis 2007 et développement des outils et lieux numériques qui structurent et rapprochent les passionnés de DIY.
Après avoir analysé les différentes méthodes d’apprentissage existantes (traditionnelles et modernes), recherché comment les savoir-faire étaient transmit dans les lieux numériques et interviewé différents professionnels dans le domaine de l’habillement et la couture (autodidactes, formation scolaire et réalisation de projet dans un fablab), j’ai compris quelle était la part des outils et lieux numériques dans l’acquisition de savoir-faire et quels étaient leur apport.

Published in: Education
0 Comments
5 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

No Downloads
Views
Total Views
7,669
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
5
Actions
Shares
0
Downloads
163
Comments
0
Likes
5
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Transcript of " Mémoire : Je fais donc je suis / Apprendre DIY | Bertrand Alice | 2013"

  1. 1. Je  fais  donc  je  suis  –  Apprendre  Do  It  Yourself    1      
  2. 2. Je  fais  donc  je  suis  –  Apprendre  Do  It  Yourself    2        REMERCIEMENTS    Ce  mémoire  de  recherche  a  été  réalisé  dans  le  cadre  du  Master  de  Management  Multimédias,   deuxième   année   du   programme   de   la   Fonderie   de   l’image   à  Bagnolet.      Il   a   été   dirigé   par   David   Prud’Homme,   professeur   à   la   Fonderie   de   l’image   et  Anthony  Masure,  relecteur  du  mémoire.      Je  remercie,      David  Prud’Homme  pour  son  soutien,  sa  relecture  et  ses  précieux  conseils  tout  à  long  du  projet.    L’ensemble   de   l’équipe   pédagogique   pour   leurs   nombreuses   références,  sources,  instructions  et  recommandations  qui  m’ont  permis  de  mener  à  bien  ce  mémoire.    La  classe  I3M3  pour  leur  soutien,  leur  encouragement  et  leur  solidarité.    L’ensemble  des  acteurs  interviewés  pour  leur  riche  témoignage  ainsi  que  ceux  qui  m’ont  chaleureusement  accueilli  dans  leur  univers  et  leur  FabLab.              
  3. 3. Je  fais  donc  je  suis  –  Apprendre  Do  It  Yourself    3  RESUME  Les   méthodes   d’apprentissage   du   système   éducatif   sont   aujourd’hui  controversées  :   contrôle   des   formations,   comparaison   des   compétences   d’un  élève  avec  un  système  de  notation,  capital  culturel  inégal  pour  les  apprenants…  En   conséquence,   d’autres   méthodes   d’apprentissage   font   surface   ces   cinq  dernières  années  :  apprentissage  par  les  pairs,  par  soi-­‐même,  par  l’action  et  par  les   nouvelles   technologies.   Ces   méthodes   d’apprentissage   en   rupture  redeviennent  de  plus  en  plus  utilisées  par  tous  :  avoir  la  réponse  à  ses  questions  grâce  à  un  forum,  suivre  les  conseils  prodigués  par  son  père  lors  de  bricolage,  réparer  un  objet  soi-­‐même  en  suivant  pas  à  pas  un  tutoriel  ou  encore  apprendre  lors  d’un  projet  en  groupe.  Ces  activités  sont  représentatives  d’un  mouvement  ancien  :  celui  du  Do  It  Yourself,  c’est  à  dire  de  faire  soi-­‐même,  emblématique  de  la  culture  punk  des  années  70.  Le  web  a  pris  une  grande  place  dans  l’échange  et  le   partage   de   ces   activités   DIY.   Nombreuses,   rapides   et   massives,   les  informations  se  transmettent  par  une  communauté  qui  s’est  regroupée  sur  le  web  :  des  makers.  Néanmoins,  depuis  2010,  tous  ne  se  passe  plus  sur  le  web.  Des   espaces   physiques,   des   makerspaces,     réunissant   ces   communautés   se  créent  dans  le  monde  entier  afin  de  partager,  créer  et  d’apprendre  ensemble  différemment.  L’objectif  de  ce  mémoire  est  de  connaître  la  part  de  ces  outils  et  de  ces  lieux  numériques  dans  le  développement  des  savoir-­‐faire.      Mots  clés  :  méthode  d’apprentissage,  savoir-­‐faire,  Do  It  Yourself,  makers,  outil  numérique,  lieu  numérique,  markerspace      Today,  learning  methods  of  education  are  controversial:  education  control,  of  students   skills   with   notations,   inequality   of   learners’   cultural   capital,   etc.  Accordingly,  other  learning  methods  have  appeared  for  five  years:  peer  learning,  by  oneself,  by  action  and  by  new  technologies.  These  learning  methods  are  out  with  traditional  methods  and  have  been  increasingly  used:  getting  an  answer  in  a  forum,  following  ones  father  pieces  of  advice  through  DIY  sessions, mending  a  product   to   follow   step   by   step   with   a   tutorial   or   learning   in   a   group   project.  These  activities  are  representative  of  an  old  movement:  the  Do  It  yourself  one,  emblematic  of  punk  culture  in  70’s.  The  Web  has  taken  an  important  place  in  exchanging  and  sharing  of  DIY  activities.  Quick  and  massive,  much  information  is  transmitted  through  a  community:  makers’  community.  Since  2010,  everything  only  occurs  on  the  web,  physical  spaces,  makerspaes  gathering  communities  of  creators  are  being  created  worldwide,  so  as  to  make  these  people  share,  create  together  and  learn  from  one  another.  The  aim  of  this  project  is  to  know  what  part  these  tools  and  these  places  have  occupied  in  the  development  of  know-­‐how.    Key   words:   learning   method,   know-­‐how,   Do   It   Yourself,   makers,   digital   tool,  physical  spaces  digital,  markerspace  
  4. 4. Je  fais  donc  je  suis  –  Apprendre  Do  It  Yourself    4  SOMMAIRE  REMERCIEMENTS  ..........................................................  2  RESUME  ........................................................................  3  SOMMAIRE  ...................................................................  4  VERS  UN  APPRENTISSAGE  DO  IT  YOURSELF  .................  7  I  –  ACQUISITION  DE  SAVOIR-­‐FAIRE  .............................  11    1  -­‐  L’EVOLUTION  DE  L’APPRENTISSAGE  .........................................................  11  1.1  -­‐  L’apprentissage  .......................................................................................................  11  1.2  -­‐  L’apprentissage  du  Moyen  Âge  à  la  société  moderne  ............................................  11  1.3  -­‐  L’apprenti  du  Moyen  Âge  et  l’apprenti  d’aujourd’hui  ............................................  12    2  –  LE  CARACTERE  PLURI-­‐DISCIPLINAIRE  DU  SAVOIR  ....................................  13  2.1  -­‐  Le  savoir  ..................................................................................................................  13  2.2  -­‐  Le  savoir-­‐faire  .........................................................................................................  14  2.3  -­‐  Le  savoir  être  ..........................................................................................................  14  2.4  -­‐  La  dimension  symbolique  du  savoir  .......................................................................  14    3  -­‐  LA  COMPETENCE  ......................................................................................  15  3.1  -­‐  La  notion  de  compétence  .......................................................................................  15    4  -­‐  BILAN  ........................................................................................................  16    5  -­‐  LES  METHODES  D’APPRENTISSAGE  ..........................................................  17  5.1  -­‐  Le  béhaviorisme  .....................................................................................................  18  5.2  -­‐  Le  constructivisme  ..................................................................................................  18  5.3  -­‐  Le  socio-­‐constructivisme  ........................................................................................  19  5.4  -­‐  Le  cognitivisme  .......................................................................................................  19  5.5  -­‐  Grille  comparative  des  méthodes  d’apprentissage  ................................................  20    
  5. 5. Je  fais  donc  je  suis  –  Apprendre  Do  It  Yourself    5  6   -­‐   DES   METHODES   D’APPRENTISSAGE   EN   RUPTURE   AVEC   LES   METHODES  TRADITIONNELLES  .........................................................................................  20  6.1  -­‐  Le  connectivisme  ....................................................................................................  20  6.2  -­‐  L’apprentissage  par  l’action  ...................................................................................  21  6.3  -­‐  L’apprentissage  par  soi-­‐même  ...............................................................................  22  6.4  -­‐  L’apprentissage  par  les  pairs  ..................................................................................  22    7  -­‐  LE  SYSTEME  EDUCATIF  ET  L’APPRENTISSAGE  ...........................................  23  7.1  -­‐  Le  contrôle  des  formations  par  le  système  éducatif  ..............................................  23  7.2  -­‐  La  compétence  et  le  système  educatif  ...................................................................  24  7.3  -­‐  Le  chômage  selon  les  diplômes  ..............................................................................  26  II  -­‐  OUTILS  ET  ESPACES  NUMERIQUES  ........................  28    1  -­‐  LE  MOUVEMENT  DU  DIY  ...........................................................................  28  1.1  -­‐  La  culture  Punk  .......................................................................................................  28  1.2  -­‐  Le  DIY  du  21ème  siècle  ...........................................................................................  30  1.3  -­‐  Le  DIY  comme  mode  de  vie  ....................................................................................  31  1.4  -­‐  Du  DIY  au  DIWO  :  Faisons  ensemble  ......................................................................  32  1.5  -­‐  Le  marché  du  DIY  ....................................................................................................  32    2  -­‐  LE  DIY  ET  LE  WEB  ......................................................................................  33  2.1  -­‐  La  communauté  du  DIY  :  les  makers  ......................................................................  33  2.2  -­‐  La  diffusion  du  DIY  ..................................................................................................  34  2.2.1  -­‐  Les  supports  de  diffusion  du  DIY  ......................................................................  34  2.2.2  -­‐  Les  plateformes  des  communautés  de  makers  ................................................  35  2.2.3  -­‐  Les  valeurs  du  DIY  en  ligne  ...............................................................................  37  2.2.3.1  -­‐  L’aspect  communautaire  ..........................................................................  37  2.2.3.2  -­‐  La  diffusion  du  savoir  ................................................................................  38  2.2.4  -­‐  Du  maker  amateur  au  maker  professionnel  .....................................................  39    3  -­‐  ESPACES  NUMERIQUES  :  MAKERSPACES  ..................................................  40  3.1  -­‐  Le  makerspace  héritier  du  DIY  ................................................................................  40  3.2  -­‐  La  communauté  des  makers  ...................................................................................  40  3.3  -­‐  Le  makers  :  bricoleur  ou  ingénieur  ?  ......................................................................  41  3.4  -­‐  Les  Typologies  de  makerspaces  ..............................................................................  42  3.4.1  -­‐  Les  hackerspaces  ..............................................................................................  42  3.4.2  -­‐  Les  techshop  .....................................................................................................  42  3.4.3  -­‐  Les  FabLab  ........................................................................................................  43  3.4.3.1  -­‐  Historique  .................................................................................................  43  3.4.3.2  -­‐  Qu’est-­‐ce  qu’un  laboratoire  de  fabrication  numérique  ?  .........................  43  3.4.3.3  -­‐  La  charte  du  MIT  .......................................................................................  43  3.4.3.4  -­‐  Des  FabLab  au  quatre  coins  du  monde  ....................................................  44  3.5  -­‐  Enjeux  et  caractéristiques  ......................................................................................  44  3.5.1  -­‐  Innovation  par  lusager  et  innovation  ouverte  .................................................  44  
  6. 6. Je  fais  donc  je  suis  –  Apprendre  Do  It  Yourself    6  3.5.2  -­‐  La  diffusion  des  savoir-­‐faire  ..............................................................................  46  3.5.2.1  -­‐  Les  processus  dapprentissage  .................................................................  46  3.5.2.2  -­‐  L’apprentissage  par  les  pairs  ....................................................................  46  3.5.2.3  -­‐  L’apprentissage  par  laction  ......................................................................  47  3.5.3  -­‐  Vecteur  dempowerment  .................................................................................  48  3.5.3.1  -­‐  Un  climat  de  réassurance  .........................................................................  48  3.5.3.2  –  La  capacitation  à  faire  ..............................................................................  49    4  -­‐  GRILLE  DE  COMPARAISON  DES  METHODES  D’APPRENTISSAGE  ...............  50  III  -­‐  DEMONSTRATION  .................................................  51    1  -­‐  DOMAINE  DE  LHABILLEMENT  ET  LA  COUTURE  ........................................  51  1.1  -­‐  La  couture  et  web  ...................................................................................................  52  1.1.1  -­‐  Les  réseaux  sociaux  ..........................................................................................  53  1.1.2  -­‐  Les  sites  internet  ..............................................................................................  55  1.1.3  -­‐  Les  plateformes  de  vente  en  ligne  ....................................................................  56  1.2  -­‐  Le  DIY  un  business  ..................................................................................................  57  1.3  -­‐  La  couture  et  le  lieu  numérique  .............................................................................  57  1.3.1  -­‐  Les  tissus  personnalisables  ...............................................................................  57  1.3.2  -­‐  Les  tissus  Arduino  .............................................................................................  58  1.3.3  -­‐  La  rencontre  d’une  couturière  dans  un  FabLab  ...............................................  59    2  -­‐  FORMULAIRE  ET  INTERVIEWS  :  METHODES  D’APPRENTISSAGE  ..............  60  2.1  –  Faire  évoluer  sa  marque  grâce  à  un  FabLab  ..........................................................  60  2.2  -­‐  Enquête  de  terrain  .................................................................................................  63  2.2.1  -­‐  Réalisation  d’une  enquête  ................................................................................  63  2.2.2  -­‐  Les  objectifs  de  l’enquête  .................................................................................  63  2.2.3  -­‐  Les  hypothèses  .................................................................................................  63  2.2.4  -­‐  La  taille  de  l’échantillon  ....................................................................................  64  2.2.5  -­‐  La  population  de  l’enquête  ...............................................................................  64  2.2.6  -­‐  La  diffusion  du  questionnaire  ...........................................................................  65  2.2.7  -­‐  L’analyse  des  réponses  .....................................................................................  66  2.2.8  -­‐  Les  réponses  aux  hypothèses  ...........................................................................  69  2.3  -­‐  Bilan  ........................................................................................................................  70  FAIRE  TOUS,  TOUT  SEUL  ?  ..........................................  71  BIBLIOGRAPHIE  ...........................................................  74      
  7. 7. Je  fais  donc  je  suis  –  Apprendre  Do  It  Yourself    7  VERS UN APPRENTISSAGE DO IT YOURSELF  Sorti   de   tous   cursus   scolaire   ou   universitaire,   comment   un   individu   peut  continuer  à  apprendre,  à  faire  et  à  acquérir  de  nouvelles  compétences  ?    Connaissez  vous  Marcin  Jakubowski  ?      Marc  Jakubowski  est  un  fermier  du  Missouri  et  a  obtenu  un  doctorat  en  fusion  énergétique.   Pour   développer   au   mieux   sa   ferme,   il   a   acheté   un   tracteur   qui  tomba   régulièrement   en   panne.   Endetté   par   l’achat   et   les   réparations  incessantes  de  son  matériel  agricole,  il  a  décidé  de  créer  lui-­‐même  son  tracteur.  Satisfait  de  la  productivité  de  son  produit,  il  a  ensuite  mis  à  disposition  les  plans  3D   détaillés   de   son   véhicule   sur   un   wiki,   en   libre   accès.   Par   la   suite,   d’autres  participants  du  monde  entier  se  sont  intéressés  à  son  projet.  Grâce  à  leur  aide,  8  autres  prototypes  de  machines  ont  vu  le  jour.  Marc  Jakubowski  a  donc  décidé  de  fonder   l’Open   Source   ecology1,   un   réseau   de   fermiers,   d’ingénieurs   et   de  bricoleurs   sur   une   plateforme   dédiée   à   la   fabrication   de   machines   pour  l’agriculture,  la  construction  et  la  production  low-­‐cost  et  en  accès  libre.  Depuis,  le  réseau  a  conçu  près  de  50  prototypes  de  différentes  machines  à  faible  coût  de  production  (le  Global  village  construction  set2)  permettant  à  n’importe  qui  de  bâtir  toute  l’infrastructure  dont  une  communauté  a  besoin  au  sein  d’un  village.    «  Nous  explorons  les  limites  de  ce  que  nous  pourrions  faire  pour  rendre  le  monde  meilleur  avec  des  technologies  physiques  en  accès  libre.  »3    L’exemple   de   Marc   Jakubowski   n’est   pas   un   cas   isolé.   De   plus   en   plus   de  personnes   ont   recourt   à   des   produits   fait   main,   à   des   produits   Do   It   Yourself  (traduit  par  fais  le  toi-­‐même  en  français).      Le  mouvement  DIY  est  un  mouvement  qui  s’est  développé  en  même  temps  que  la  culture  punk  des  années  1970.  Cette  culture  punk  reflète  l’éthique  du  DIY  car  elle  se  veut  anti-­‐consumérisme,  en  rejetant  la  nécessité  dacheter  des  articles  ou  d’utiliser  des  systèmes  et  des  procédés  existants  qui  favorisent  la  dépendance  à  la   société,   mais   en   conservant   l’idée   que   tout   le   monde   peut   faire.   Dans   les  années  1970,  la  culture  du  DIY  a  pris  tout  son  sens  grâce  au  développement  de  groupes   punks   émergents   qui   ont   enregistré,   de   manière   totalement  indépendante,  leurs  musiques  et  leurs  albums  et  les  ont  distribué  et  vendu.  Loran,  guitariste  du  groupe  français  des  Bérurier  Noir4  expliquait  ce  qu’était  la  culture  punk  :                                                                                                                    1  http://opensourceecology.org/    2  Wiki  du  projet  Global  village  construction  set  :  http://opensourceecology.org/about.php    3  Marc  Jakubowski,  «  des  plans  détaillés  en  accès  libre  pour  la  civilisation  »  [Conférence],  avril  2011  sur  TED  :  http://www.ted.com/talks/lang/fr/marcin_jakubowski.html  4  Bérurier  Noir  est  un  groupe  phare  de  la  scène  punk  et  alternative  française  des  années  1980,  composé  principalement  de  deux  membres  :  Loran  à  la  guitare  et  Fanfan1  au  chant.  
  8. 8. Je  fais  donc  je  suis  –  Apprendre  Do  It  Yourself    8  «  Ce  qui  m’a  plu  dans  le  punk,  ce  que  j’en  ai  compris,  c’était  vraiment  ça  :  fais  ton  groupe,  fais  ton  label,  sois  indépendant,  arrête  de  consommer  comme  un  idiot  en  ouvrant  le  bec  et  en  gobant  tout.»        Aujourd’hui,  cette  culture  du  DIY  est  toujours  présente  et  s’est  répandu  vers  une  population   beaucoup   plus   large.   Préférer   cuisiner   plutôt   que   consommer   des  plats  préparés  aux  additifs  divers,  faire  son  potager,  recoudre  ou  customiser  des  vêtements,   créer   un   robot   qui   n’existe   pas,   réparer   son   téléviseur   plutôt   que  d’en  racheter  un...  Ces  comportements  d’éco-­‐consommateurs  s’inscrivent  dans  un  mouvement  en  plein  boom,  où  l’on  ne  rachète  pas  quand  l’objet  est  obsolète  ou   cassé,   on   le   répare   et   le   plus   souvent   en   misant   sur   la   récupération   et   le  recyclage  de  matériaux  et  des  produits.      Le  marché  du  bricolage  ou  appelé  aussi  de  la  “bidouille”  est  en  forte  croissance.  Les  outils,  produits,  kits  à  faire  soi-­‐même,  livres,  magazines,  événements,  sites  internet,  émissions  télévisées,  formations,  groupes  de  travail  et  ateliers  autour  du   DIY   se   multiplient   et   ont   un   succès   grandissant.   Tous   les   domaines   sont  concernés   :   cuisine,   couture,   décoration,   construction,   informatique,   sciences,  écologique,  technologique…  L’exemple  de  la  World  Maker  Faire  5  en  septembre  2012  à  New  York  prouve  l’engouement  vers  ce  mouvement  car  cet  événement  a  regroupé  55  000  passionnés  de  DIY  et  650  exposants  en  seulement  2  jours.      Comment  expliquer  ce  tel  succès  alors  que  l’industrie  ou  les  commerces  nous  propose  tout  ce  dont  nous  avons  besoin  ?    Dans  un  premier  temps,  les  conséquences  du  modèle  d’apprentissage  dans  le  système  éducatif  peuvent  en  être  la  cause.  On  observe  une  divergence  entre  les  apprentissages  inculqués  à  l’école  et  les  besoins  des  individus  pour  évoluer  dans  la   société.   L’école   nous   enseigne   principalement   des   savoirs   et   des  connaissances  et  nous  dispense  de  savoirs  pratiques.  De  ce  fait,  les  personnes  ont  de  moins  en  moins  la  capacité  à  savoir-­‐faire  les  choses,  à  créer,  à  modifier,  à  adapter   et   à   réparer   les   objets   de   tous   les   jours.   De   plus,   les   produits   que  veulent  les  consommateurs  sont  des  produits  personnalisés  ou  sur  mesure  en  fonction   de   leur   besoin.   C’est   pourquoi,   l’école   et   la   société   industrielle   ne  répondent   plus   à   ces   besoins   de   savoir   «  faire  »   soi-­‐même.   Les   individus   ont  donc  tendance  à  se  former  et  à  apprendre  à  faire  seul  pour  pouvoir  répondre  à  leur  besoin.      Dans  un  second  temps,  la  crise  économique  est  aussi  un  facteur  de  l’accélération  de   la   tendance   du   DIY   depuis   2007.   Faire   soi-­‐même   permet   de   réaliser   de  nombreuses  économies  et  peut  être  une  alternative  face  à  ce  monde  d’ultra-­‐consommation.   Le   fait   de   créer   à   partir   de   matériaux   bruts,   de   concevoir   et  suivre  la  réalisation  d’un  produit  nous  pousse  à  réfléchir  sur  nos  besoins  réels,  qui  sont  souvent  éloignés  de  ceux  générés  par  la  société  de  consommation.                                                                                                                      5  Festival  du  21  et  22  septembre  2012.  Vidéo  de  présentation  du  World  Make  Faire  2012  :  http://www.youtube.com/watch?v=_jc2UdIqDMA  
  9. 9. Je  fais  donc  je  suis  –  Apprendre  Do  It  Yourself    9  Ensuite,  faire  soi-­‐même  est  associé  aux  développements  personnels.  En  effet,  inventer,  manipuler,  réparer  des  choses  de  ses  mains,  les  adapter  à  ses  besoins  et   y   apporter   sa   touche   personnelle   sont   liés   au   plaisir   et   à   l’acquisition   de  nouvelles  pratiques.  Cette  tendance  nous  permet  également  de  nous  épanouir  dans  des  domaines  qui  sont  souvent  éloignés  de  nos  métiers.  Cela  nous  permet  de   continuer   à   apprendre   de   nouveaux   savoir-­‐faire   et   dans   de   nouveaux  domaines.      Le  DIY  n’a  de  valeurs  que  s’il  est  partagé  entre  les  individus.  Il  n’est  donc  pas  étonnant   de   remarquer   que   ce   mouvement   du   fais   le   toi-­‐même   est  principalement  présent  sur  le  web.  Grâce  à  ce  canal,  la  diffusion  des  pratiques  et  des  savoirs  est  rapide  et  massive.  De  plus  en  plus  de  plateformes  diffusent  ses  supports   porteurs   de   ce   mouvement.   De   plus,   l’information   vient   aussi   des  réseaux  sociaux  grâce  aux  utilisateurs  qui  créé  leur  propre  DIY  et  les  partagent  à  la  communauté.  Nous  sommes  donc  en  train  de  passer  du  DIY,  fais  le  toi-­‐même  au  DIWO,  faisons-­‐le  ensemble.      Cependant,   comme   cite   Chris   Anderson 6  dans   son   expression   favorite   :  «  Certains   sont   déjà   en   train   de   passer   des   bits   aux   atomes  »7.   Les   «  bits  »  représentant  le  web  et  le  «  atomes  »  représentant  le  monde  réel.    Le   web   a   été   un   espace   en   ligne   porteur   de   partage,   de   collaboration   et   de  rapprochement  de  communauté  partageant  les  mêmes  centres  d’intérêt  du  DIY.  Depuis  2010,  de  nouveaux  lieux  propices  à  cette  culture  du  «  faire  »  voient  le  jour  :  des  makerspaces  dont  des  laboratoires  de  fabrication  numérique  (FabLab).  Ces   lieux   numériques   permettent   aux   utilisateurs   de   fabriquer   presque  n’importe   quoi.   Mais,   au-­‐delà   de   simple   atelier   de   fabrication,   ces   outils   sont  également  des  facteurs  de  transmission  de  savoir-­‐faire.  Ouvert  à  tous,  ils  sont  des   lieux   d’échange   et   de   partage   de   compétence,   basés   sur   un   modèle  horizontal,   sans   hiérarchie,   mais   avec   un   fort   lien   avec   le   reste   de   la  communauté  regroupés  dans  des  lieux  physiques.      Tous  ces  outils  et  lieux  numériques  porteurs  du  mouvement  du  fais  le  toi-­‐même  permettent  à  chaque  individu  d’acquérir  de  nouveaux  savoir-­‐faire  en  créant  soi-­‐même,  sans  pour  autant  avoir  suivi  un  enseignement  traditionnel.  Nous  pouvons  donc  nous  demander  :      Quel  part  les  outils  et  espaces  numériques  ont-­‐ils  dans  le  développement  des  savoir-­‐faire  ?    Dans   une   première   partie,   nous   définirons   les   notions   d’apprentissage,   des  savoirs   et   de   la   compétence,   puis   nous   rappellerons   quelles   sont   différentes                                                                                                                  6  Chris  Anderson  est  un  journaliste  américain  spécialisé  dans  l’économie  de  l’internet  et  de  la  gratuité.  Il  est  un  ancien  rédacteur  de  la  revue  Wired  et  a  écrit  plusieurs  livre  comme  «  The  long  tail  »  ;    «  Why  the  future  of  business  is  selling  less  of  more  »  et  «  Makers  ;  La  nouvelle  révolution  industrielle  ».  7  Chris  Anderson,  Maker  la  prochaine  révolution  industrielle  [2012]  Random  House  Business  Books    
  10. 10. Je  fais  donc  je  suis  –  Apprendre  Do  It  Yourself    10  méthodes   d’apprentissage   existantes   traditionnelles   et   novatrices   afin   de  comprendre  pourquoi  le  mouvement  du  DIY  refait  surface  ces  dernières  années.      Dans  un  second  temps,  nous  démonterons  en  quoi  les  outils  et  lieux  numériques  sont  des  héritiers  du  mouvement  du  DIY  par  leur  partage  de  savoir-­‐faire.  Nous  expliquerons   quels   sont   leurs   procédés   pour   diffuser   les   savoir-­‐faire   et   leur  méthode   d’apprentissage   en   opposition   avec   le   système   éducatif,   utilisé   pour  faire  apprendre.      Enfin,   grâce   à   un   cas   concret   d’un   apprentissage   d’un   savoir-­‐faire   dans   le  domaine   de   la   couture   et   de   l’habillement,   nous   montrerons   quelles   sont   les  différences  entre  l’acquisition  de  savoir-­‐faire  par  un  enseignement  traditionnel,  par   l’utilisation   d’outils   numériques   ou   par   la   fréquentation   d’espace   de  fabrication  numérique.      Pour  conclure,  nous  réfléchirons  à  la  possibilité  et  aux  limites  d’apprendre  de  manière   autonome   et   indépendante   par   des   méthodes   et   des   lieux  d’apprentissage  différents  de  ceux  du  système  traditionnel.        
  11. 11. Je  fais  donc  je  suis  –  Apprendre  Do  It  Yourself    11  I – ACQUISITION DE SAVOIR-FAIRE  Dans   cette   première   partie,   nous   définirons   les   termes   d’apprentissage,   de  savoir,  de  savoir-­‐faire,  de  savoir  être  et  de  compétence  afin  de  bien  comprendre  les   enjeux   de   l’apprentissage   et   de   l’acquisition   de   savoir-­‐faire.   Nous  chercherons  aussi  à  connaître  leur  évolution  du  Moyen  Âge  à  aujourd’hui.      1 - L’EVOLUTION DE L’APPRENTISSAGE1.1 - L’APPRENTISSAGE  Selon   la   définition   de   De   Ketele  :   «  L’apprentissage   est   un   processus  systématiquement   orienté   vers   l’acquisition   de   certains   savoirs,   savoir-­‐faire,  savoir-­‐être  et  savoir-­‐devenir.  »8    L’apprentissage   comprend   un   processus   d’acquisition   de   pratiques,   de  connaissances,   compétences,   dattitudes   et   de   valeurs   culturelles,   par  lobservation,  limitation,  lessai,  la  répétition  et  la  présentation.      1.2 - L’APPRENTISSAGE DU MOYEN AGE A LA SOCIETEMODERNE  L’apprentissage  tel  qu’il  est  aujourd’hui,  provient  d’une  évolution  historique  qui  remonte   au   Moyen   Âge,   comprenant   depuis   cette   époque   de   forts  remaniements.    L’apprentissage  était  déjà  présent  au  Moyen  Âge.  Cette  forme  d’enseignement  était  fortement  hiérarchisée  entre  trois  palliés  :  les  maîtres,  les  compagnons  et  les   apprentis.   Les   apprentis,   au   plus   bas   de   l’échelle,   devaient   effectuer   des  travaux  dictés  par  les  maîtres.  Ils  étaient  recrutés  à  partir  de  10  -­‐  12  ans.  Pour  se  présenter  comme  compagnon,  l’apprentissage  pouvait  durer  jusqu’à  une  dizaine  d’années.    Les  compagnons  du  Devoir  d’aujourd’hui  sont  les  successeurs  du  mouvement  du  compagnonnage  du  Moyen  Âge.  Le  compagnonnage  s’est  développé  au  Moyen  Âge,   lors   de   la   construction   des   cathédrales   par   exemple.   Ce   système  d’apprentissage   était   très   reconnu   et   formateur   car   les   compagnons   se  déplaçaient  de  ville  en  ville  et  de  chantier  en  chantier  pour  bâtir,  réparer  des  édifices,  avoir  des  missions...    Du   XVIII   au   XIX   siècles,   l’apprentissage   connaît   des   changements   sur   ses  méthodes   de   transmission,   ce   qui   entraîne   une   baisse   de   la   qualité   des  formations.   Pendant   la   Révolution,   les   apprentis   devaient   rester   chez   leur  employeur  et  n’étaient  plus  autorisés  à  se  former  de  ville  en  ville.  Au  XIX  siècle,                                                                                                                  8  Jean  Marie  De  Ketele,  Lévaluation  conjuguée  en  paradigme  [1993]  Revue  française  de  Pédagogie  
  12. 12. Je  fais  donc  je  suis  –  Apprendre  Do  It  Yourself    12  les  formations  supérieures  comme  des  écoles  polytechniques  se  développent  au  profit  de  la  dégradation  de  l’apprentissage.  Les  industries  ont  besoin  de  plus  en  plus  de  travailleurs  de  force,  non  qualifiés.   Elles  refusent  donc  de  former  des  apprentis  qualifiés.  C’est  à  partir  de  ce  moment  que  deux  voies  se  tracent  :  d’un  côté  les  formations  en  atelier  accompagnées  de  cours  à  l’école  et  de  l’autre  les  formations  à  l’école.    En  1896,  9  ouvriers  sur  10  ne  fréquentaient  pas  l’école.  Mais  en  1919,  l’école  devient  obligatoire  grâce  à  la  loi  Astier.    Pendant  l’entre  des  deux  guerres,  de  nouveaux  apprentissages  voient  le  jour  :  • 1929  :  apprentissage  agricole  • 1937  :  apprentissage  artisanal  • 1938  :  apprentissage  industriel  et  commercial    Et  l’on  distingue  quatre  nouveaux  niveaux  de  l’enseignement  professionnel  :    • le  primaire  supérieur  (section  professionnelle)  • le   secondaire   technique   (école   pratique   de   commerce   et   d’industrie,  CAP...)  • la  formation  en  lycée  d’enseignement  professionnel  (CAP  ou  BEP)  • le  supérieur  (arts  et  métiers,  école  d’ingénieurs...)    En  1939,  on  remarque  que  240  000  élèves  sont  désormais  dans  l’enseignement  professionnel  (hors  supérieur).      C’est  la  loi  de  1971  qui  clarifie  réellement  la  situation  de  l’apprentissage.  Soit  l’apprenant   exerce   un   contrat   d’apprentissage   liant   une   formation   en   atelier  chez  un  maître  d’apprentissage  avec  un  contrat  de  travail  et  une  rémunération  accompagnée   d’une   formation   dans   un   centre,   c’est   un   apprenti,   soit  l’apprenant  se  forme  dans  un  lycée  et  a  le  statut  d’élève.    1.3 - L’APPRENTI DU MOYEN AGE ET L’APPRENTID’AUJOURD’HUI  Malgré  le  fait  que  l’apprentissage  par  le  compagnonnage  date  du  Moyen  Âge,  on  peut   remarquer   une   forte   similitude   et   on   observe   une   continuité   entre  l’apprenti   du   Moyen   Âge   qui   voulait   devenir   un   compagnon   et   l’apprenti  d’aujourd’hui.    En   effet,   certains   critères   d’apprentissage   ont   été   conservés.   On   peut   citer  l’apprentissage  par  la  transmission  :  l’apprenti  d’aujourd’hui  apprend  toujours  par  la  transmission  du  savoir-­‐faire  que  son  maître  d’apprentissage  lui  offre.  Nous  pouvons  parler  aussi  de  l’apprentissage  par  l’expérience,  comme  à  l’époque,  les  apprentis  apprenaient  par  l’exécution  d’une  tâche  dans  une  situation  donnée.  Le  fait   de   répéter   cette   tâche,   de   l’adapter   à   d’autres   environnements   et   dans  d’autres  contextes,  le  tout  encadré  d’un  maître  qui  fait  comprendre  à  l’apprenti  où   il   a   effectué   des   erreurs,   permet   de   développer   ses   compétences.   Ces  
  13. 13. Je  fais  donc  je  suis  –  Apprendre  Do  It  Yourself    13  facteurs   font   aussi   preuve   d’intelligence   lorsque   l’apprenti   arrive   à   mettre   en  œuvre   ses   savoir-­‐faire   acquis   dans   la   fabrication   d’un   objet.   Comme   précise  Richard  Sennet9  :  «  La  gratification  émotionnelle  réside  dans  l’expérience  même  de  la  répétition  ».  10    L’acquisition   des   compétences   manuelles   vient   au   travers   de   répétition   des  gestes.   Ces   répétitions   font   émerger   des   compréhensions   mentales   donc  l’apprenti  arrivera  mieux  à  anticiper  à  travers  de  la  routine  et  comprendra  mieux  les   processus   de   création.   De   plus,   Sennet   insiste   sur   l’idée   que  l’expérimentation  via  l’erreur  est  également  une  caractéristique  qui  procure  à  lartisan  ou  à  l’apprenti  l’envie  de  s’améliorer  et  de  créer  alors  une  capacité  à  penser  dans  le  faire.      Dans  le  secteur  tertiaire,  nous  retrouvons  encore  une  continuité  avec  le  modèle  du  compagnonnage  du  Moyen  Âge.  Le  secteur  tertiaire  est  le  troisième  secteur  économique  (après  l’agriculture  et  l’industrie)  qui  produit  du  service  et  qui  est  en  forte  croissance  depuis  1970.  Ce  secteur  a  un  lien  proche  avec  le  modèle  du  compagnonnage  car  c’est  un  secteur  de  service  qui  à  pour  but  d’accroître  les  qualifications  et  les  capacités  créatives  des  employés.      2 – LE CARACTERE PLURI-DISCIPLINAIRE DUSAVOIR  Voici   ci   dessous,   les   notions   et   une   grille   comparative   qui   distinguent   les  différents  types  de  savoirs.    2.1 - LE SAVOIR  Le   savoir   désigne   ce   qui   est   acquis,   construit   et   élaboré   par   l’étude   ou  l’expérience.  Il  apparaît  donc  comme  le  résultat  d’une  activité  d’apprentissage,  qui  évolue  dans  des  situations  et  dans  des  pratiques.    Dans   le   système   scolaire,   les   savoirs   sont   décrits   comme   des   connaissances  organisées,   réfléchies,   institutionnalisées,   qui   sont   transmises   par   l’école.   Les  savoirs  peuvent  être  acquis  à  l’école,  mais  il  ne  faut  pas  négliger  le  fait  qu’un  grand  nombre  de  savoirs  sont  construits  en  dehors  du  contexte  scolaire  (famille,  ami,  monde  professionnel,  etc.).      Le  savoir  est  synonyme  de  connaissance.      ð Connaissance  La  connaissance  est  l’ensemble  des  domaines  où  sexerce  lactivité  dapprendre.                                                                                                                    9  Richard  Sennett  est  né  en  1943.  Il  est  un  sociologue  et  historien  américain  10  Richard  Sennet,  Ce  que  sait  la  main  :  la  culture  de  lartisanat  [2010],  Editions  Albin  Michel
  14. 14. Je  fais  donc  je  suis  –  Apprendre  Do  It  Yourself    14  2.2 - LE SAVOIR-FAIRE  Le  savoir-­‐faire  est  une  compétence  acquise  par  lexpérience  dans  les  problèmes  pratiques   ou   dans   lexercice   dun   métier.   Il   permet   l’accomplissement   d’une  tâche.  L’apprentissage  des  savoir-­‐faire  nécessite  l’entraînement  de  l’élève,  par  l’observation   de   différentes   situations,   par   la   mise   en   situation   et   par   le   jeu  répété  des  essais  et  des  erreurs  dès  l’instant  qu’ils  sont  traités.    Le  savoir-­‐faire  est  associé  à  la  notion  de  capacité.    ð Capacité  Le   terme   capacité   désigne   ce   qui   est   de   l’ordre   du   savoir-­‐faire   nécessitant  plusieurs  opérations  mentales.  D’après  Philippe  Meirieu  11:  «  C’est  une  activité  acquise,   reproductible   dans   des   domaines   divers,   et   qui   peut   évoluer   dans   le  temps.  »    2.3 - LE SAVOIR ETRE  Le  savoir  être  est  synonyme  de  domaine  affectif.  Il  s’agit  de  traits  généraux  qui  composent   la   personnalité   et   qui   ne   relèvent   pas   du   domaine   cognitif   (les  valeurs,  les  émotions,  la  socialisation,  la  motivation...).  Cela  définit  la  personne  dans  ses  rapports  aux  autres,  à  elle-­‐même  et  au  monde.    Le  savoir  être  est  relié  à  la  notion  d’attitude.    ð Attitude  L’attitude  se  définit  comme  un  état  d’esprit,  une  disposition  intérieure  acquise,  d’une  personne  à  l’égard  d’elle-­‐même  ou  de  tout  élément  de  son  entourage,  qui  incite  à  une  manière  d’être  ou  d’agir  face  à  une  situation  particulière.      2.4 - LA DIMENSION SYMBOLIQUE DU SAVOIR  En  dehors  de  ces  notions  théoriques,  le  savoir  comporte  aussi  un  aspect  social.  Pierre  Bourdieu12    explique  que  le  positionnement  des  individus  dans  la  société  peut  être  différent  en  fonction  de  leur  capital.  Il  estime  qu’il  existe  quatre  sortes  de  capital  :      • le  capital  économique  :  les  ressources  économiques  • le  capital  culturel  :  les  ressources  culturelles    • le  capital  social  :  les  ressources  humaines  et  les  relations    • le  capital  symbolique  :  une  stratégie  d’accumulation                                                                                                                  11  Philippe  Meirieu  est  né  le  29  novembre  1949  à  Alès.  Il  est  un  chercheur  et  écrivain  français,  spécialiste  des  sciences  de  léducation  et  de  la  pédagogie  12  Pierre  Bourdieu,  Les  trois  états  du  capital  culturel  [1979],  Actes  de  la  recherche  en  sciences  sociales,  vol  30  
  15. 15. Je  fais  donc  je  suis  –  Apprendre  Do  It  Yourself    15    Nous  allons  nous  intéresser  au  capital  culturel  au  sein  de  l’enseignement.  Cette  notion   avait   été   présentée   par   Pierre   Bourdieu   et   Claude   Passeron   dans  l’ouvrage   «  La   Reproduction.   Éléments   pour   une   théorie   du   système  d’enseignement  »13  pour  démontrer  qu’il  existe  des  inégalités  du  savoir  dans  le  système  scolaire  pour  les  élèves,  en  fonction  de  leur  origine  sociale.    Étant  donné  que  le  capital  culturel  existe  sous  3  formes  :      • une  forme  incorporée  :  disposition  de  savoirs  et  de  savoir-­‐faire  • une  forme  objectivée  :  ce  sont  les  biens  culturels  • une  forme  institutionnalisée  :  ce  sont  les  titres  scolaires    On  se  rend  compte  que  les  élèves  et  les  classes  sont  plus  ou  moins  munis  de  ces  trois   formes   de   capitaux.   En   effet,   la   classe   sociale   d’origine   des   élèves   est  représentative   de   leur   capital   culturel,   ce   qui   va   influencer   dans   leur   réussite  scolaire.  Le  problème  est  que  le  système  scolaire  a  reproduit  les  structures  des  classes  sociales  de  la  société  industrielle,  ce  qui  a  enclenché  une  inégalité  de  la  transmission  des  savoirs  pour  tous  au  sein  de  l’éducation.    De   plus,   il   est   difficile   de   savoir   si   un   de   ces   trois   savoirs   prédomine   sur   nos  tâches   de   tous   les   jours.   Mais   selon   Emmanuel   Bourdieu,   le   savoir   être  prédomine   sur   le   savoir-­‐faire.   En   effet,   comme   il   le   cite   dans   son   ouvrage  «  Savoir-­‐faire  :  contribution  à  une  théorie  dispositionnelle  de  l’action  »14  :  «  Avoir  une  disposition,  cest  être  enclin  à  agir  régulièrement  de  telle  ou  telle  manière,  dans  telles  ou  telles  circonstances.  »    La  notion  de  disposition  est  très  importante  pour  lui  et  il  l’a  définit  comme  le  fait  que   c’est   à   partir   de   nos   échecs   et   de   nos   réussites   dans   nos   expériences  passées  que  nous  écrivons  nos  propres  lois  de  comportement.  Il  précise  aussi  que  ces  lois  de  comportement  que  l’on  développe  par  soi-­‐même,  se  modifient  continuellement   en   fonction   de   ses   propres   expériences.   Dans   ce   sens,   nous  pouvons  dire  que  le  savoir  être  conditionne  nos  savoir-­‐faire.    3 - LA COMPETENCE  3.1 - LA NOTION DE COMPETENCE  La  description  de  la  compétence  dans  le  Socle  Commun15  est  la  suivante  :                                                                                                                      13  Pierre  Bourdieu,  Jean-­‐Claude  Passeron,  La  reproduction  :  éléments  pour  une  théorie  du  système  denseignement  [1970],  Minuit  (le  Sens  Commun)    14  Emmanuel  Bourdieu,  Savoir-­‐faire  :  contribution  à  une  théorie  dispositionnelle  de  l’action,  Paris  :  Seuil,  1998,  279  p.  15  Le  Socle  commun  est  un  ensemble  de  valeurs,  de  savoirs,  de  langages  et  de  pratiques  dont  lacquisition  repose  sur  la  mobilisation  de  lÉcole  et  qui  suppose,  de  la  part  des  élèves,  des  efforts  et  de  la  persévérance.
  16. 16. Je  fais  donc  je  suis  –  Apprendre  Do  It  Yourself    16  Chaque   grande   compétence   est   conçue   comme   une   combinaison   de  connaissances  fondamentales  pour  notre  temps,  de  capacités  à  les  mettre  en  œuvre  dans  des  situations  variées,  mais  aussi  d’attitudes  indispensables  tout   au   long   de   la   vie,   comme   l’ouverture   aux   autres,   le   goût   pour   la  recherche   de   la   vérité,   le   respect   de   soi   et   d’autrui,   la   curiosité   et   la  créativité.    Nous  pouvons  affirmer  selon  cette  définition  que  la  compétence  chapeaute  tous  les  savoirs  :      • «  connaissances  fondamentales  pour  notre  temps  »:  savoir,  connaissance  • «  de   capacités   à   les   mettre   en   œuvre   dans   des   situations   variées  »   :  savoir-­‐faire,  capacité  • «  d’attitudes  indispensables  tout  au  long  de  la  vie  »  :  savoir  être,  attitude    On  peut  donc  définir  la  compétence  comme  le  fait  d’avoir  acquis  un  savoir  et  un  savoir-­‐faire,  le  tout  régulé  avec  son  propre  savoir  être.      4 - BILAN  Nous  pouvons  conclure  que  :  • certains  termes  sont  en  relation  :  savoir  peut  être  relié  à  connaissance,  savoir-­‐faire  à  capacité  et  savoir-­‐être  à  attitude    • ces   différents   savoirs   peuvent   évoluer   dans   le   temps   :   ils   peuvent   se  construire,  se  développer  ou  se  stabiliser  Voici  ci  dessous  une  infographie  résumant  les  concepts  vus  précédemment  :      
  17. 17. Je  fais  donc  je  suis  –  Apprendre  Do  It  Yourself    17    Infographie  de  l’acquisition  de  savoir  et  notion  de  compétence  –  Bertrand  Alice    Dès  lors  que  nous  connaissons  les  notions  d’acquisition  des  différents  savoirs  et  de   la   compétence,   nous   allons   analyser   par   quels   processus   nous   pouvons  acquérir  ses  savoirs.        5  -­‐  LES  METHODES  D’APPRENTISSAGE    Les   sciences   de   l’éducation   puisent   leurs   fondements   théoriques   dans   la  
  18. 18. Je  fais  donc  je  suis  –  Apprendre  Do  It  Yourself    18  psychologie,   la   sociologie,   la   philosophie   et   les   sciences   cognitives.   Cette  diversité   est   à   la   base   des   différentes   approches   de   l’enseignement   et   de  l’apprentissage  que  l’on  peut  trouver.      Actuellement,   une   majorité   de   théoriciens   de   l’éducation   s’accordent   pour  regrouper   les   modèles   de   l’enseignement   et   de   l’apprentissage   selon   quatre  grands  courants  :  le  béhavioriste,  le  constructiviste,  le  socio-­‐constructiviste  et  le  cognitiviste.    Ces  mouvements  seront  présentés  succinctement  ci-­‐dessous.      5.1 - LE BEHAVIORISME  Le   béhaviorisme   (ou   le   comportementalisme   en   français)   a   été   introduit   par  John  Waltson16  au  XXème  siècle.  Ce  mouvement  considère  l’apprentissage  comme  une  modification  durable  du  comportement   résultant   d’un   entraînement   particulier.   Avec   la   théorie  d’apprentissage  du  béhaviorisme,  on  cherche  à  modeler  le  comportement  des  apprenants   en   mettant   les   élèves   dans   des   situations   où   ils   sont   face   à   des  stimulis   et   produiront   une   réponse   à   laquelle   l’enseignant   va   fournir   un  renforcement  positif  ou  négatif  (récompense  ou  punition).  Cet  apprentissage  va  chercher  à  découper  en  tâche  une  action  pour  développer  des  routines  et  des  procédures.    Cependant,  cette  théorie  ne  s’intéresse  pas  à  ce  qui  se  passe  dans  la  tête  de  l’apprenant,  la  «  boite  noire  »,  quand  il  fait  une  erreur.    L’erreur  est  synonyme  d’échec  de  l’apprentissage  dans  le  béhaviorisme.    ð Un  exemple  d’activité  d’apprentissage  provenant  de  ce  mouvement  :    Le  découpage  des  tâches  en  sous  tâches  pour  un  projet.    5.2 - LE CONSTRUCTIVISME  Le  constructivisme  se  centre  sur  la  manière  dont  un  individu  organise  le  monde  et  ses  propres  connaissances  au  travers  de  ses  expériences  personnelles  et  de  ses  schémas  mentaux.  Dans  la  théorie  du  constructivisme,  chaque  connaissance  est  constituée  par  une  construction  propre  à  chacun.  De  ce  fait,  il  n’est  pas  possible  d’avoir  les  mêmes  connaissances  que  quelqu’un  d’autre.  Les  élèves  apprennent  beaucoup  dans  l’action  et  le  travail  sur  l’erreur  est  très  développé   par   leur   sens   cognitif.   Pour   apprendre,   l’enfant   doit   manipuler   les  informations  et  les  connaissances.    ð Un  exemple  d’activité  d’apprentissage  provenant  de  ce  mouvement  :    Une  situation  complexe  où  l’on  questionne  l’élève  plusieurs  fois  de  suite  mais  de                                                                                                                  16  Watson  est  né  en  1878  et  mort  en  1958.  Il  était  psychologue  et  fondateur  du  béhaviorisme.  
  19. 19. Je  fais  donc  je  suis  –  Apprendre  Do  It  Yourself    19  manière  différente.    5.3 - LE SOCIO-CONSTRUCTIVISME  Issus  du  constructivisme,  le  socio-­‐constructivisme  ajoute  un  critère  social  dans  l’apprentissage  :  la  dimension  du  contact  avec  les  autres  afin  de  construire  ses  connaissances.  Le  socio-­‐constructivisme  est  une  théorie  qui  met  l’accent  sur  la  dimension  relationnelle  de  l’apprentissage.    Grâce  à  l’aspect  social  pris  en  compte,  le  langage  par  exemple  permet  d’avoir  une  construction  d’un  apprentissage  beaucoup  plus  abouti  en  échangeant  et  en  exprimant  ses  perceptions.    Le   socio-­‐constructivisme   affirme   que   l’accompagnement   individuel   aide   plus  facilement  et  rapidement  à  évoluer  et  à  acquérir  des  connaissances.      ð Un  exemple  d’activité  d’apprentissage  provenant  de  ce  mouvement  :    Le  débat.    5.4 - LE COGNITIVISME  Le   cognitivisme   se   centre   sur   les   processus   mentaux   de   l’apprenant.   Cette  théorie  cherche  à  comprendre  comment  les  informations  sont  stockées  dans  la  mémoire  à  long  terme.  Par  exemple,  ce  mouvement  va  analyser  comment  un  élève  peut  stocker  des  informations  et  y  accéder  au  moment  où  il  en  a  besoin.    Dans  le  modèle  du  cognitivisme,  les  élèves  ont  déjà  un  bagage  de  connaissances  avant  d’intégrer  une  école  ou  une  formation  et  il  faut  tenir  compte  du  fait  que  la  tête  de  l’apprenant  n’est  pas  vide.  Il  faut  apprendre  aux  élèves  à  ajouter  des  informations  aux  informations  qu’ils  ont  déjà  et  à  les  trier.      ð Un  exemple  d’activité  d’apprentissage  provenant  de  ce  mouvement  :    Les  logiciels  de  réseaux  de  concepts.      
  20. 20. Je  fais  donc  je  suis  –  Apprendre  Do  It  Yourself    20  5.5 - GRILLE COMPARATIVE DES METHODESD’APPRENTISSAGE  Béhaviorisme   Constructivisme   Socio-­‐constructuvisme   Cognitivisme    Enseigner  c’est    Stimuler  l’apprenant   Ouvrir  la  vision  vers  le  monde  extérieur  Dialoguer   Hiérarchiser  et  organiser  l’information  que  l’on  transmet    Apprendre  c’est    Avoir  un  renforcement  positif  ou  négatif  en  fonction  d’une  réponse  Construire  ses  propres  connaissances  Construire  ses  propres  connaissances  en  les  confrontant  à  celles  des  autres  Associer  et  organiser  les  nouvelles  connaissances    Méthodes  pédagogiques    Apprentissage  par  le  découpage  des  tâches  en  sous  tâche  Apprentissage  par  un  problème,  par  un  questionnement  Apprentissage  par  des  discussions,  des  débats,  des  exercices...  Apprentissage  par  la  gestion  et  la  hiérarchie  de  ses  connaissances    6 - DES METHODES D’APPRENTISSAGE ENRUPTURE AVEC LES METHODES TRADITIONNELLES  En   dehors   de   ces   quatre   mouvements   classiques,   d’autres   méthodes  d’apprentissage  ont  vu  le  jour.  L’apprentissage  du  connectivisme  développé  par  George  Siemens  mais  aussi  des  théories  novatrices  basées  sur  l’acquisition  de  compétences  par  les  pairs  et  par  l’expérience  viennent  bouleverser  les  théories  d’apprentissage  traditionnelles.    6.1 - LE CONNECTIVISME  Le  connectivisme  est  une  théorie  dapprentissage  à  lère  numérique.  Elle  a  été  développée   par   George   Siemens17  et   Stephen   Downes18.   Elle   montre   que   les  théories   du   béhaviorisme,   du   cognitivisme   et   du   constructivisme   comportent  des   limites   car   les   effets   de   la   technologies   peuvent   moduler   la   façon   dont  vivent,  communiquent  et  apprennent  les  individus.  Cette  méthodologie  se  base  sur   les   ressources   des   nouvelles   sciences   ainsi   que   les   technologies   de  l’information  et  de  la  communication.      Le  connectivisme  est  la  somme  de  principes  issus  de  la  théorie  du  chaos,  des  réseaux,  de  lauto-­‐organisation  et  de  la  complexité.  Lapprentissage  est  un   processus   qui   se   produit   dans   des   environnements   flous   composés                                                                                                                  17  Siemens  est  un  théoricien  de  l’apprentissage  dans  une  société  basée  sur  les  technologies  numériques.18  Downes  est  un  designer  et  expert  dans  le  domaine  de  l’apprentissage  en  ligne  et  des  nouveaux  médias    
  21. 21. Je  fais  donc  je  suis  –  Apprendre  Do  It  Yourself    21  déléments   de   base   changeants,   et   qui   nest   pas   entièrement   sous   le  contrôle  de  lindividu.    George  Siemens  Ce   mouvement   est   aussi   motivé   par   la   prise   de   décision   changeante   des  individus  car  les  bases  sur  lesquelles  ils  se  fondent,  se  modifient  très  souvent  et  très   rapidement.   De   ce   fait,   de   nouvelles   informations   sont   constamment  acquises   et   l’homme   développe   la   capacité   détablir   des   distinctions   entre  linformation   importante   et   l’information   sans   importance.   Il   arrive   aussi   à  développer   la   capacité   de   reconnaître   quand   de   nouvelles   informations   vont  modifier  son  environnement.      En   dehors   de   ce   mouvement,   il   y   a   aussi   des   méthodes   novatrices   qui   font  confiance  à  l’individu  en  le  rendant  plus  libre  dans  ses  actions,  lui  permettant  d’apprendre  différemment.      6.2 - L’APPRENTISSAGE PAR L’ACTION  John  Dewey  est  à  l’initiative  du  «  hands  on  learning  »,  c’est  à  dire  apprendre  par  l’action.  Cette  théorie  peut  aussi  être  appelée  pédagogie  du  projet.  Dans  cette  méthodologie,   le   maître   a   pour   rôle   de   guide   et   l’élève   apprend   en   agissant.  L’objectif  est  de  réconcilier  l’esprit  et  l’action.    Dewey   remarque   que   l’atmosphère   qui   ressort   des   salles   de   classe   est   plutôt  négative  :  • ambiance  autoritaire  • le  maître  est  le  monarque  de  la  salle  • soumission  et  obéissance  des  élèves  • …    L’éducation   nouvelle   de   Dewey   va   à   contre-­‐courant   de   ces   observations.   Les  élèves   doivent   apprendre   en   exerçant   des   activités   actuelles   qu’ils   seront  amenés  à  exécuter  plus  tard.    Apprendre  par  l’expérience  apporte  plusieurs  avantages  :    • l’élève  peut  essayer  :  il  n’a  pas  tord  ou  raison,  il  teste  par  lui  même.  • l’élève  éprouve  :  l’expérience  lui  fait  comprendre  la  nature  de  la  réalité  des  choses  (en  cas  d’échec  par  exemple).    L’expérience  permet  de  faire  apprendre  à  l’élève  d’un  côté  l’épreuve,  mais  aussi  de  l’autre  les  connaissances.  Cette  association  lui  permet  d’arriver  à  résoudre  un  problème  bien  précis  et  actuel.  Apprendre  par  l’expérience  permet  à  l’élève  de  développer  une  participation  active  de  sa  propre  formation.      Nous   pouvons   dire   que   la   théorie   de   Dewey   reprend   les   principes   de  l’apprentissage  par  l’expérience  du  modèle  du  compagnonnage,  que  nous  avons  présenté  précédemment.  En  effet,  comme  pour  le  compagnonnage,  l’individu  se  
  22. 22. Je  fais  donc  je  suis  –  Apprendre  Do  It  Yourself    22  forme  au  travers  d’expériences  et  d’actions  qu’il  rencontre  tout  au  long  de  son  chemin,  afin  de  former  ses  propres  savoir-­‐faire  et  ses  connaissances.      6.3 - L’APPRENTISSAGE PAR SOI-MEME  Les  écoles  Montessori,  crées  par  Maria  Montessori19  vont  encore  plus  loin  dans  l’autonomie  de  l’apprentissage  des  enfants.    Ici,   les   enfants   n’apprennent   plus   par   une   action,   un   exercice   ou   une   tâche  demandée,   mais   ils   apprennent   par   eux-­‐mêmes,   sans   demande   d’exécution  particulière.   En   effet,   les   enfants   se   forment   par   des   actions   de   la   vie  quotidienne.  L’accent  est  mis  sur  l’apport  d’un  environnement,  des  objets,  du  temps   et   de   l’espace   dans   lequel   l’individu   peut   apprendre   par   lui-­‐même   et  évoluer.    Cette  éducation  laisse  l’enfant  éprouver  la  joie  de  faire  des  choses  par  lui-­‐même,  ce  qui  va  favoriser  son  autonomie  et  son  envie  de  découvrir  d’autres  choses.      Les  avantages  d’un  apprentissage  par  les  écoles  Montessori  :  • apprendre  dans  un  environnement  stimulant    • chaque  enfant  peut  explorer,  toucher  et  apprendre  sans  crainte  • chaque  enfant  apprend  à  son  propre  rythme  • l’enseignant  encourage  les  enfants    6.4 - L’APPRENTISSAGE PAR LES PAIRS  L’apprentissage   par   les   pairs   n’est   pas   nouveau.   Il   est   utilisé   depuis   toujours  par    exemple  dans  la  transmission  d’un  métier  de  père  en  fils.    Un  mouvement  a  fait  ses  preuves  en  Inde  et  a  été  diffusé  dans  le  monde  entier  :  les  Université  du  mouvement  Va-­‐nu-­‐pieds.      Sanjit   Bunker   Roy20  a   construit   une   Université   Va-­‐nu-­‐pieds   en   1986,   pour  recevoir  les  personnes  qui  n’ont  pas  eu  la  chance  de  faire  des  études,  mais  qui  sont   riches   en   savoir-­‐faire   traditionnels.   Le   principe   de   cette   université   :   le  partage  et  la  transmission  de  savoir-­‐faire  par  les  pairs.                                                                                                                    19  Montessori  était  doctoresse  et  pédagogue  italienne  et  a  mis  en  place  la  pédagogie  Montessori20  Bunker  Roy  est  un  activiste  et  formateur  qui  a  fondé  le  Barefoot  College.  Il  a  été  sélectionné  comme  lune  des  100  personnalités  les  plus  influentes  en  2010  par  Time  pour  son  travail  déducation  auprès  dindiens  ruraux  souvent  illettrés.  
  23. 23. Je  fais  donc  je  suis  –  Apprendre  Do  It  Yourself    23  Alors  ce  sera  la  seule  université  en  Inde  ou,  si  tu  as  un  Doctorat  ou  un  Master,  tu  nas  pas  le  droit  den  faire  partie.  Tu  dois  être  un  dégonflé,  un  recalé,  ou  avoir  abandonné  les  études  pour  venir  dans  notre  université.  Tu  dois  vivre  de  tes  mains.  Tu  dois  avoir  une  certaine  dignité  relative  au  travail.  Tu  dois  faire  preuve  de  compétences  que  tu  peux  offrir  à  la  communauté  et  fournir  un  service  à  la  communauté.  Alors  nous  avons  lancé  lUniversité  des  Va-­‐nu-­‐pieds,  et  nous  avons  repensé  la  définition  du  professionnalisme.21  Bunker  Roy  Bunker   Roy   explique   que   lapprentissage   qui   se   met   en   place   dans   cette  université   se   fait   dans   un   esprit   de   partage   et   de   collaboration   partant   dune  situation  ou  d’un  problème  précis.  Par  exemple  :  renouveler  l’eau,  chauffer  les  locaux,  soigner  un  malade  etc.      Ce   modèle   de   transmission   par   les   pairs   apporte   des   valeurs   ajoutées   pour  lapprentissage  comme  :  • dacquérir  de  nouvelles  compétences  à  travers  lessai  et  l’erreur  • de  renforcer  leur  esprit  dentraide  et  la  collaboration  • dapprendre  par  soi-­‐même  et  de  développer  une  certaine  indépendance  • de   consolider   et   de   construire   des   relations   afin   d’améliorer   la  communication  au  sein  d’une  communauté    Ces   trois   exemples   de   méthodes   d’apprentissage   sont   importants   car   ils  démontrent   que   l’apprentissage   scolaire   traditionnel   n’est   pas   le   seul   moyen  d’apprendre  et  n’est  pas  non  plus  le  meilleur.    7 - LE SYSTEME EDUCATIF ET L’APPRENTISSAGE  7.1 - LE CONTROLE DES FORMATIONS PAR LE SYSTEMEEDUCATIF  Aujourd’hui,  le  système  scolaire  exerce  deux  différents  types  de  formations  :      • des   formations   de   «  savoirs  »   orientées   sur   les   fondamentaux  :  telles  que  le  collège,  le  lycée  et  les  études  généralistes  où  l’on  va  enseigner  à  l’élèves  des  connaissances,  par  exemple  les  mathématiques    • des  formations  de  «  savoir-­‐faire  »  orientées  sur  les  métiers  :  telles  que  les  CAP,  BEP  et  les  études  spécialisées  où  l’on  va  apprendre  à  l’élève  à  acquérir  les  capacités  à  exercer  un  métier                                                                                                                  21  Bunker  Roy,  «  Apprendre  dun  mouvement  va-­‐nu-­‐pied  »  [Conférence]  diffusé  en  octobre  2011  sur  TED    http://www.ted.com/talks/lang/fr/bunker_roy.html    
  24. 24. Je  fais  donc  je  suis  –  Apprendre  Do  It  Yourself    24    L’éducation   contrôle   le   second   type   de   formation.   En   effet,   l’éducation   va  influencer   les   élèves   à   s’orienter   dans   des   domaines   où   l’on   a   besoin   de  travailleurs   pour   la   société   d’industrialisation   de   masse,   afin   de   répondre   au  besoin  de  main  d’œuvre  manquante.  Le  système  éducatif  va  aussi  par  ailleurs  créer   de   nouvelles   formations   et   de   nouvelles   classes   lorsque   l’industrie   aura  besoin  de  ressources  humaines  et  de  travailleurs  dans  un  nouveau  domaine.  Par  exemple  :  l’énergie  thermique  avec  les  panneaux  solaires  il  y  a  quelques  années.    Nous  pouvons  donc  affirmer  que  l’éducation  et  l’industrie  sont  intimement  liées  et   orientent   les   élèves   à   exercer   les   formations   où   elles   ont   besoin   de   main  d’œuvre.    Il  est  aussi  très  difficile  pour  un  étudiant  de  s’orienter  dans  un  milieu  technique  mais  qui  n’est  pas  en  expansion.  Bien  souvent,  les  formations  sont  coûteuses,  mais  il  y  a  aussi  une  forte  sélection  des  élèves  ainsi  que  des  places  à  l’entrée  restreintes.      Il   est   fort   regrettable   que   ces   formations   soient   difficiles   d’accès   car   bien  souvent  ce  sont  celles-­‐ci  qui  permettent  de  transformer  la  nature  des  choses.  Aujourd’hui   les   individus   se   retrouvent   prisonniers   dans   une   stratégie  économique   de   l’éducation   et   de   l’économie   car   ils   n’ont   pas   les   savoir-­‐faire  pour  transformer,  réparer  ou  innover.  Ils  n’ont  pas  les  codes  pour  faire  évoluer  les  produits  et  les  objets  de  tous  les  jours.  Ils  sont  donc  obligés  de  consommer  de  nouveaux  produits.    Si  mon  Smartphone  tombe  en  panne,  je  suis  dans  l’incapacité  de  pouvoir  l’ouvrir  et  de  savoir  ce  qui  ne  fonctionne  pas.  Je  serais  donc  incapable  de  le  réparer.    7.2 - LA COMPETENCE ET LE SYSTEME EDUCATIF  L’objectif  de  l’école  est  de  faire  acquérir  aux  élèves  des  compétences.  Ainsi,  on  peut   dire   que   la   compétence   est   mise   en   œuvre   lorsque   l’élève   a   compris   la  signification   de   ce   qu’il   fait   et   qu’il   s’adapte   pour   résoudre   un   problème  spécifique   dans   une   situation   particulière.   Les   compétences   sont   souvent  associées  les  unes  par  rapport  aux  autres  pour  se  développer.    On  peut  cependant  se  demander  comment  l’école  comptabilise  et  représente  ces  compétences  afin  de  savoir  lesquelles  ont  été  acquises  par  un  élève  ou  un  étudiant  durant  sa  formation  ?    Dans  le  système  scolaire,  les  élèves  sont  associés  par  le  biais  de  notation.  En  primaire  et  collège  par  des  moyennes,  en  lycée  par  lobtention  dun  diplôme.  Dans   les   formations   supérieures,   on   peut   associer   les   compétences   d’un  

×