Mémoire : Je fais donc je suis / Apprendre DIY | Bertrand Alice | 2013

  • 5,779 views
Uploaded on

Le mouvement du DIY (Do It Yourself) originaire de la culture punk des années 70, croit ces dernières année. En effet, de plus en plus d'émissions télévisés, sites internet ou événements sur le thème …

Le mouvement du DIY (Do It Yourself) originaire de la culture punk des années 70, croit ces dernières année. En effet, de plus en plus d'émissions télévisés, sites internet ou événements sur le thème du DIY voient le jour, comme par exemple le festival World Makers Faire à New York, en septembre 2012, qui a attiré sur 2 jours 55 000 passionnés et 650 exposants.
Différentes raisons en sont la cause : méthodes d’apprentissage souvent trop traditionnelles transmises par l’école, crise économique depuis 2007 et développement des outils et lieux numériques qui structurent et rapprochent les passionnés de DIY.
Après avoir analysé les différentes méthodes d’apprentissage existantes (traditionnelles et modernes), recherché comment les savoir-faire étaient transmit dans les lieux numériques et interviewé différents professionnels dans le domaine de l’habillement et la couture (autodidactes, formation scolaire et réalisation de projet dans un fablab), j’ai compris quelle était la part des outils et lieux numériques dans l’acquisition de savoir-faire et quels étaient leur apport.

More in: Education
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Be the first to comment
No Downloads

Views

Total Views
5,779
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
4

Actions

Shares
Downloads
115
Comments
0
Likes
4

Embeds 0

No embeds

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
    No notes for slide

Transcript

  • 1. Je  fais  donc  je  suis  –  Apprendre  Do  It  Yourself    1      
  • 2. Je  fais  donc  je  suis  –  Apprendre  Do  It  Yourself    2        REMERCIEMENTS    Ce  mémoire  de  recherche  a  été  réalisé  dans  le  cadre  du  Master  de  Management  Multimédias,   deuxième   année   du   programme   de   la   Fonderie   de   l’image   à  Bagnolet.      Il   a   été   dirigé   par   David   Prud’Homme,   professeur   à   la   Fonderie   de   l’image   et  Anthony  Masure,  relecteur  du  mémoire.      Je  remercie,      David  Prud’Homme  pour  son  soutien,  sa  relecture  et  ses  précieux  conseils  tout  à  long  du  projet.    L’ensemble   de   l’équipe   pédagogique   pour   leurs   nombreuses   références,  sources,  instructions  et  recommandations  qui  m’ont  permis  de  mener  à  bien  ce  mémoire.    La  classe  I3M3  pour  leur  soutien,  leur  encouragement  et  leur  solidarité.    L’ensemble  des  acteurs  interviewés  pour  leur  riche  témoignage  ainsi  que  ceux  qui  m’ont  chaleureusement  accueilli  dans  leur  univers  et  leur  FabLab.              
  • 3. Je  fais  donc  je  suis  –  Apprendre  Do  It  Yourself    3  RESUME  Les   méthodes   d’apprentissage   du   système   éducatif   sont   aujourd’hui  controversées  :   contrôle   des   formations,   comparaison   des   compétences   d’un  élève  avec  un  système  de  notation,  capital  culturel  inégal  pour  les  apprenants…  En   conséquence,   d’autres   méthodes   d’apprentissage   font   surface   ces   cinq  dernières  années  :  apprentissage  par  les  pairs,  par  soi-­‐même,  par  l’action  et  par  les   nouvelles   technologies.   Ces   méthodes   d’apprentissage   en   rupture  redeviennent  de  plus  en  plus  utilisées  par  tous  :  avoir  la  réponse  à  ses  questions  grâce  à  un  forum,  suivre  les  conseils  prodigués  par  son  père  lors  de  bricolage,  réparer  un  objet  soi-­‐même  en  suivant  pas  à  pas  un  tutoriel  ou  encore  apprendre  lors  d’un  projet  en  groupe.  Ces  activités  sont  représentatives  d’un  mouvement  ancien  :  celui  du  Do  It  Yourself,  c’est  à  dire  de  faire  soi-­‐même,  emblématique  de  la  culture  punk  des  années  70.  Le  web  a  pris  une  grande  place  dans  l’échange  et  le   partage   de   ces   activités   DIY.   Nombreuses,   rapides   et   massives,   les  informations  se  transmettent  par  une  communauté  qui  s’est  regroupée  sur  le  web  :  des  makers.  Néanmoins,  depuis  2010,  tous  ne  se  passe  plus  sur  le  web.  Des   espaces   physiques,   des   makerspaces,     réunissant   ces   communautés   se  créent  dans  le  monde  entier  afin  de  partager,  créer  et  d’apprendre  ensemble  différemment.  L’objectif  de  ce  mémoire  est  de  connaître  la  part  de  ces  outils  et  de  ces  lieux  numériques  dans  le  développement  des  savoir-­‐faire.      Mots  clés  :  méthode  d’apprentissage,  savoir-­‐faire,  Do  It  Yourself,  makers,  outil  numérique,  lieu  numérique,  markerspace      Today,  learning  methods  of  education  are  controversial:  education  control,  of  students   skills   with   notations,   inequality   of   learners’   cultural   capital,   etc.  Accordingly,  other  learning  methods  have  appeared  for  five  years:  peer  learning,  by  oneself,  by  action  and  by  new  technologies.  These  learning  methods  are  out  with  traditional  methods  and  have  been  increasingly  used:  getting  an  answer  in  a  forum,  following  ones  father  pieces  of  advice  through  DIY  sessions, mending  a  product   to   follow   step   by   step   with   a   tutorial   or   learning   in   a   group   project.  These  activities  are  representative  of  an  old  movement:  the  Do  It  yourself  one,  emblematic  of  punk  culture  in  70’s.  The  Web  has  taken  an  important  place  in  exchanging  and  sharing  of  DIY  activities.  Quick  and  massive,  much  information  is  transmitted  through  a  community:  makers’  community.  Since  2010,  everything  only  occurs  on  the  web,  physical  spaces,  makerspaes  gathering  communities  of  creators  are  being  created  worldwide,  so  as  to  make  these  people  share,  create  together  and  learn  from  one  another.  The  aim  of  this  project  is  to  know  what  part  these  tools  and  these  places  have  occupied  in  the  development  of  know-­‐how.    Key   words:   learning   method,   know-­‐how,   Do   It   Yourself,   makers,   digital   tool,  physical  spaces  digital,  markerspace  
  • 4. Je  fais  donc  je  suis  –  Apprendre  Do  It  Yourself    4  SOMMAIRE  REMERCIEMENTS  ..........................................................  2  RESUME  ........................................................................  3  SOMMAIRE  ...................................................................  4  VERS  UN  APPRENTISSAGE  DO  IT  YOURSELF  .................  7  I  –  ACQUISITION  DE  SAVOIR-­‐FAIRE  .............................  11    1  -­‐  L’EVOLUTION  DE  L’APPRENTISSAGE  .........................................................  11  1.1  -­‐  L’apprentissage  .......................................................................................................  11  1.2  -­‐  L’apprentissage  du  Moyen  Âge  à  la  société  moderne  ............................................  11  1.3  -­‐  L’apprenti  du  Moyen  Âge  et  l’apprenti  d’aujourd’hui  ............................................  12    2  –  LE  CARACTERE  PLURI-­‐DISCIPLINAIRE  DU  SAVOIR  ....................................  13  2.1  -­‐  Le  savoir  ..................................................................................................................  13  2.2  -­‐  Le  savoir-­‐faire  .........................................................................................................  14  2.3  -­‐  Le  savoir  être  ..........................................................................................................  14  2.4  -­‐  La  dimension  symbolique  du  savoir  .......................................................................  14    3  -­‐  LA  COMPETENCE  ......................................................................................  15  3.1  -­‐  La  notion  de  compétence  .......................................................................................  15    4  -­‐  BILAN  ........................................................................................................  16    5  -­‐  LES  METHODES  D’APPRENTISSAGE  ..........................................................  17  5.1  -­‐  Le  béhaviorisme  .....................................................................................................  18  5.2  -­‐  Le  constructivisme  ..................................................................................................  18  5.3  -­‐  Le  socio-­‐constructivisme  ........................................................................................  19  5.4  -­‐  Le  cognitivisme  .......................................................................................................  19  5.5  -­‐  Grille  comparative  des  méthodes  d’apprentissage  ................................................  20    
  • 5. Je  fais  donc  je  suis  –  Apprendre  Do  It  Yourself    5  6   -­‐   DES   METHODES   D’APPRENTISSAGE   EN   RUPTURE   AVEC   LES   METHODES  TRADITIONNELLES  .........................................................................................  20  6.1  -­‐  Le  connectivisme  ....................................................................................................  20  6.2  -­‐  L’apprentissage  par  l’action  ...................................................................................  21  6.3  -­‐  L’apprentissage  par  soi-­‐même  ...............................................................................  22  6.4  -­‐  L’apprentissage  par  les  pairs  ..................................................................................  22    7  -­‐  LE  SYSTEME  EDUCATIF  ET  L’APPRENTISSAGE  ...........................................  23  7.1  -­‐  Le  contrôle  des  formations  par  le  système  éducatif  ..............................................  23  7.2  -­‐  La  compétence  et  le  système  educatif  ...................................................................  24  7.3  -­‐  Le  chômage  selon  les  diplômes  ..............................................................................  26  II  -­‐  OUTILS  ET  ESPACES  NUMERIQUES  ........................  28    1  -­‐  LE  MOUVEMENT  DU  DIY  ...........................................................................  28  1.1  -­‐  La  culture  Punk  .......................................................................................................  28  1.2  -­‐  Le  DIY  du  21ème  siècle  ...........................................................................................  30  1.3  -­‐  Le  DIY  comme  mode  de  vie  ....................................................................................  31  1.4  -­‐  Du  DIY  au  DIWO  :  Faisons  ensemble  ......................................................................  32  1.5  -­‐  Le  marché  du  DIY  ....................................................................................................  32    2  -­‐  LE  DIY  ET  LE  WEB  ......................................................................................  33  2.1  -­‐  La  communauté  du  DIY  :  les  makers  ......................................................................  33  2.2  -­‐  La  diffusion  du  DIY  ..................................................................................................  34  2.2.1  -­‐  Les  supports  de  diffusion  du  DIY  ......................................................................  34  2.2.2  -­‐  Les  plateformes  des  communautés  de  makers  ................................................  35  2.2.3  -­‐  Les  valeurs  du  DIY  en  ligne  ...............................................................................  37  2.2.3.1  -­‐  L’aspect  communautaire  ..........................................................................  37  2.2.3.2  -­‐  La  diffusion  du  savoir  ................................................................................  38  2.2.4  -­‐  Du  maker  amateur  au  maker  professionnel  .....................................................  39    3  -­‐  ESPACES  NUMERIQUES  :  MAKERSPACES  ..................................................  40  3.1  -­‐  Le  makerspace  héritier  du  DIY  ................................................................................  40  3.2  -­‐  La  communauté  des  makers  ...................................................................................  40  3.3  -­‐  Le  makers  :  bricoleur  ou  ingénieur  ?  ......................................................................  41  3.4  -­‐  Les  Typologies  de  makerspaces  ..............................................................................  42  3.4.1  -­‐  Les  hackerspaces  ..............................................................................................  42  3.4.2  -­‐  Les  techshop  .....................................................................................................  42  3.4.3  -­‐  Les  FabLab  ........................................................................................................  43  3.4.3.1  -­‐  Historique  .................................................................................................  43  3.4.3.2  -­‐  Qu’est-­‐ce  qu’un  laboratoire  de  fabrication  numérique  ?  .........................  43  3.4.3.3  -­‐  La  charte  du  MIT  .......................................................................................  43  3.4.3.4  -­‐  Des  FabLab  au  quatre  coins  du  monde  ....................................................  44  3.5  -­‐  Enjeux  et  caractéristiques  ......................................................................................  44  3.5.1  -­‐  Innovation  par  lusager  et  innovation  ouverte  .................................................  44  
  • 6. Je  fais  donc  je  suis  –  Apprendre  Do  It  Yourself    6  3.5.2  -­‐  La  diffusion  des  savoir-­‐faire  ..............................................................................  46  3.5.2.1  -­‐  Les  processus  dapprentissage  .................................................................  46  3.5.2.2  -­‐  L’apprentissage  par  les  pairs  ....................................................................  46  3.5.2.3  -­‐  L’apprentissage  par  laction  ......................................................................  47  3.5.3  -­‐  Vecteur  dempowerment  .................................................................................  48  3.5.3.1  -­‐  Un  climat  de  réassurance  .........................................................................  48  3.5.3.2  –  La  capacitation  à  faire  ..............................................................................  49    4  -­‐  GRILLE  DE  COMPARAISON  DES  METHODES  D’APPRENTISSAGE  ...............  50  III  -­‐  DEMONSTRATION  .................................................  51    1  -­‐  DOMAINE  DE  LHABILLEMENT  ET  LA  COUTURE  ........................................  51  1.1  -­‐  La  couture  et  web  ...................................................................................................  52  1.1.1  -­‐  Les  réseaux  sociaux  ..........................................................................................  53  1.1.2  -­‐  Les  sites  internet  ..............................................................................................  55  1.1.3  -­‐  Les  plateformes  de  vente  en  ligne  ....................................................................  56  1.2  -­‐  Le  DIY  un  business  ..................................................................................................  57  1.3  -­‐  La  couture  et  le  lieu  numérique  .............................................................................  57  1.3.1  -­‐  Les  tissus  personnalisables  ...............................................................................  57  1.3.2  -­‐  Les  tissus  Arduino  .............................................................................................  58  1.3.3  -­‐  La  rencontre  d’une  couturière  dans  un  FabLab  ...............................................  59    2  -­‐  FORMULAIRE  ET  INTERVIEWS  :  METHODES  D’APPRENTISSAGE  ..............  60  2.1  –  Faire  évoluer  sa  marque  grâce  à  un  FabLab  ..........................................................  60  2.2  -­‐  Enquête  de  terrain  .................................................................................................  63  2.2.1  -­‐  Réalisation  d’une  enquête  ................................................................................  63  2.2.2  -­‐  Les  objectifs  de  l’enquête  .................................................................................  63  2.2.3  -­‐  Les  hypothèses  .................................................................................................  63  2.2.4  -­‐  La  taille  de  l’échantillon  ....................................................................................  64  2.2.5  -­‐  La  population  de  l’enquête  ...............................................................................  64  2.2.6  -­‐  La  diffusion  du  questionnaire  ...........................................................................  65  2.2.7  -­‐  L’analyse  des  réponses  .....................................................................................  66  2.2.8  -­‐  Les  réponses  aux  hypothèses  ...........................................................................  69  2.3  -­‐  Bilan  ........................................................................................................................  70  FAIRE  TOUS,  TOUT  SEUL  ?  ..........................................  71  BIBLIOGRAPHIE  ...........................................................  74      
  • 7. Je  fais  donc  je  suis  –  Apprendre  Do  It  Yourself    7  VERS UN APPRENTISSAGE DO IT YOURSELF  Sorti   de   tous   cursus   scolaire   ou   universitaire,   comment   un   individu   peut  continuer  à  apprendre,  à  faire  et  à  acquérir  de  nouvelles  compétences  ?    Connaissez  vous  Marcin  Jakubowski  ?      Marc  Jakubowski  est  un  fermier  du  Missouri  et  a  obtenu  un  doctorat  en  fusion  énergétique.   Pour   développer   au   mieux   sa   ferme,   il   a   acheté   un   tracteur   qui  tomba   régulièrement   en   panne.   Endetté   par   l’achat   et   les   réparations  incessantes  de  son  matériel  agricole,  il  a  décidé  de  créer  lui-­‐même  son  tracteur.  Satisfait  de  la  productivité  de  son  produit,  il  a  ensuite  mis  à  disposition  les  plans  3D   détaillés   de   son   véhicule   sur   un   wiki,   en   libre   accès.   Par   la   suite,   d’autres  participants  du  monde  entier  se  sont  intéressés  à  son  projet.  Grâce  à  leur  aide,  8  autres  prototypes  de  machines  ont  vu  le  jour.  Marc  Jakubowski  a  donc  décidé  de  fonder   l’Open   Source   ecology1,   un   réseau   de   fermiers,   d’ingénieurs   et   de  bricoleurs   sur   une   plateforme   dédiée   à   la   fabrication   de   machines   pour  l’agriculture,  la  construction  et  la  production  low-­‐cost  et  en  accès  libre.  Depuis,  le  réseau  a  conçu  près  de  50  prototypes  de  différentes  machines  à  faible  coût  de  production  (le  Global  village  construction  set2)  permettant  à  n’importe  qui  de  bâtir  toute  l’infrastructure  dont  une  communauté  a  besoin  au  sein  d’un  village.    «  Nous  explorons  les  limites  de  ce  que  nous  pourrions  faire  pour  rendre  le  monde  meilleur  avec  des  technologies  physiques  en  accès  libre.  »3    L’exemple   de   Marc   Jakubowski   n’est   pas   un   cas   isolé.   De   plus   en   plus   de  personnes   ont   recourt   à   des   produits   fait   main,   à   des   produits   Do   It   Yourself  (traduit  par  fais  le  toi-­‐même  en  français).      Le  mouvement  DIY  est  un  mouvement  qui  s’est  développé  en  même  temps  que  la  culture  punk  des  années  1970.  Cette  culture  punk  reflète  l’éthique  du  DIY  car  elle  se  veut  anti-­‐consumérisme,  en  rejetant  la  nécessité  dacheter  des  articles  ou  d’utiliser  des  systèmes  et  des  procédés  existants  qui  favorisent  la  dépendance  à  la   société,   mais   en   conservant   l’idée   que   tout   le   monde   peut   faire.   Dans   les  années  1970,  la  culture  du  DIY  a  pris  tout  son  sens  grâce  au  développement  de  groupes   punks   émergents   qui   ont   enregistré,   de   manière   totalement  indépendante,  leurs  musiques  et  leurs  albums  et  les  ont  distribué  et  vendu.  Loran,  guitariste  du  groupe  français  des  Bérurier  Noir4  expliquait  ce  qu’était  la  culture  punk  :                                                                                                                    1  http://opensourceecology.org/    2  Wiki  du  projet  Global  village  construction  set  :  http://opensourceecology.org/about.php    3  Marc  Jakubowski,  «  des  plans  détaillés  en  accès  libre  pour  la  civilisation  »  [Conférence],  avril  2011  sur  TED  :  http://www.ted.com/talks/lang/fr/marcin_jakubowski.html  4  Bérurier  Noir  est  un  groupe  phare  de  la  scène  punk  et  alternative  française  des  années  1980,  composé  principalement  de  deux  membres  :  Loran  à  la  guitare  et  Fanfan1  au  chant.  
  • 8. Je  fais  donc  je  suis  –  Apprendre  Do  It  Yourself    8  «  Ce  qui  m’a  plu  dans  le  punk,  ce  que  j’en  ai  compris,  c’était  vraiment  ça  :  fais  ton  groupe,  fais  ton  label,  sois  indépendant,  arrête  de  consommer  comme  un  idiot  en  ouvrant  le  bec  et  en  gobant  tout.»        Aujourd’hui,  cette  culture  du  DIY  est  toujours  présente  et  s’est  répandu  vers  une  population   beaucoup   plus   large.   Préférer   cuisiner   plutôt   que   consommer   des  plats  préparés  aux  additifs  divers,  faire  son  potager,  recoudre  ou  customiser  des  vêtements,   créer   un   robot   qui   n’existe   pas,   réparer   son   téléviseur   plutôt   que  d’en  racheter  un...  Ces  comportements  d’éco-­‐consommateurs  s’inscrivent  dans  un  mouvement  en  plein  boom,  où  l’on  ne  rachète  pas  quand  l’objet  est  obsolète  ou   cassé,   on   le   répare   et   le   plus   souvent   en   misant   sur   la   récupération   et   le  recyclage  de  matériaux  et  des  produits.      Le  marché  du  bricolage  ou  appelé  aussi  de  la  “bidouille”  est  en  forte  croissance.  Les  outils,  produits,  kits  à  faire  soi-­‐même,  livres,  magazines,  événements,  sites  internet,  émissions  télévisées,  formations,  groupes  de  travail  et  ateliers  autour  du   DIY   se   multiplient   et   ont   un   succès   grandissant.   Tous   les   domaines   sont  concernés   :   cuisine,   couture,   décoration,   construction,   informatique,   sciences,  écologique,  technologique…  L’exemple  de  la  World  Maker  Faire  5  en  septembre  2012  à  New  York  prouve  l’engouement  vers  ce  mouvement  car  cet  événement  a  regroupé  55  000  passionnés  de  DIY  et  650  exposants  en  seulement  2  jours.      Comment  expliquer  ce  tel  succès  alors  que  l’industrie  ou  les  commerces  nous  propose  tout  ce  dont  nous  avons  besoin  ?    Dans  un  premier  temps,  les  conséquences  du  modèle  d’apprentissage  dans  le  système  éducatif  peuvent  en  être  la  cause.  On  observe  une  divergence  entre  les  apprentissages  inculqués  à  l’école  et  les  besoins  des  individus  pour  évoluer  dans  la   société.   L’école   nous   enseigne   principalement   des   savoirs   et   des  connaissances  et  nous  dispense  de  savoirs  pratiques.  De  ce  fait,  les  personnes  ont  de  moins  en  moins  la  capacité  à  savoir-­‐faire  les  choses,  à  créer,  à  modifier,  à  adapter   et   à   réparer   les   objets   de   tous   les   jours.   De   plus,   les   produits   que  veulent  les  consommateurs  sont  des  produits  personnalisés  ou  sur  mesure  en  fonction   de   leur   besoin.   C’est   pourquoi,   l’école   et   la   société   industrielle   ne  répondent   plus   à   ces   besoins   de   savoir   «  faire  »   soi-­‐même.   Les   individus   ont  donc  tendance  à  se  former  et  à  apprendre  à  faire  seul  pour  pouvoir  répondre  à  leur  besoin.      Dans  un  second  temps,  la  crise  économique  est  aussi  un  facteur  de  l’accélération  de   la   tendance   du   DIY   depuis   2007.   Faire   soi-­‐même   permet   de   réaliser   de  nombreuses  économies  et  peut  être  une  alternative  face  à  ce  monde  d’ultra-­‐consommation.   Le   fait   de   créer   à   partir   de   matériaux   bruts,   de   concevoir   et  suivre  la  réalisation  d’un  produit  nous  pousse  à  réfléchir  sur  nos  besoins  réels,  qui  sont  souvent  éloignés  de  ceux  générés  par  la  société  de  consommation.                                                                                                                      5  Festival  du  21  et  22  septembre  2012.  Vidéo  de  présentation  du  World  Make  Faire  2012  :  http://www.youtube.com/watch?v=_jc2UdIqDMA  
  • 9. Je  fais  donc  je  suis  –  Apprendre  Do  It  Yourself    9  Ensuite,  faire  soi-­‐même  est  associé  aux  développements  personnels.  En  effet,  inventer,  manipuler,  réparer  des  choses  de  ses  mains,  les  adapter  à  ses  besoins  et   y   apporter   sa   touche   personnelle   sont   liés   au   plaisir   et   à   l’acquisition   de  nouvelles  pratiques.  Cette  tendance  nous  permet  également  de  nous  épanouir  dans  des  domaines  qui  sont  souvent  éloignés  de  nos  métiers.  Cela  nous  permet  de   continuer   à   apprendre   de   nouveaux   savoir-­‐faire   et   dans   de   nouveaux  domaines.      Le  DIY  n’a  de  valeurs  que  s’il  est  partagé  entre  les  individus.  Il  n’est  donc  pas  étonnant   de   remarquer   que   ce   mouvement   du   fais   le   toi-­‐même   est  principalement  présent  sur  le  web.  Grâce  à  ce  canal,  la  diffusion  des  pratiques  et  des  savoirs  est  rapide  et  massive.  De  plus  en  plus  de  plateformes  diffusent  ses  supports   porteurs   de   ce   mouvement.   De   plus,   l’information   vient   aussi   des  réseaux  sociaux  grâce  aux  utilisateurs  qui  créé  leur  propre  DIY  et  les  partagent  à  la  communauté.  Nous  sommes  donc  en  train  de  passer  du  DIY,  fais  le  toi-­‐même  au  DIWO,  faisons-­‐le  ensemble.      Cependant,   comme   cite   Chris   Anderson 6  dans   son   expression   favorite   :  «  Certains   sont   déjà   en   train   de   passer   des   bits   aux   atomes  »7.   Les   «  bits  »  représentant  le  web  et  le  «  atomes  »  représentant  le  monde  réel.    Le   web   a   été   un   espace   en   ligne   porteur   de   partage,   de   collaboration   et   de  rapprochement  de  communauté  partageant  les  mêmes  centres  d’intérêt  du  DIY.  Depuis  2010,  de  nouveaux  lieux  propices  à  cette  culture  du  «  faire  »  voient  le  jour  :  des  makerspaces  dont  des  laboratoires  de  fabrication  numérique  (FabLab).  Ces   lieux   numériques   permettent   aux   utilisateurs   de   fabriquer   presque  n’importe   quoi.   Mais,   au-­‐delà   de   simple   atelier   de   fabrication,   ces   outils   sont  également  des  facteurs  de  transmission  de  savoir-­‐faire.  Ouvert  à  tous,  ils  sont  des   lieux   d’échange   et   de   partage   de   compétence,   basés   sur   un   modèle  horizontal,   sans   hiérarchie,   mais   avec   un   fort   lien   avec   le   reste   de   la  communauté  regroupés  dans  des  lieux  physiques.      Tous  ces  outils  et  lieux  numériques  porteurs  du  mouvement  du  fais  le  toi-­‐même  permettent  à  chaque  individu  d’acquérir  de  nouveaux  savoir-­‐faire  en  créant  soi-­‐même,  sans  pour  autant  avoir  suivi  un  enseignement  traditionnel.  Nous  pouvons  donc  nous  demander  :      Quel  part  les  outils  et  espaces  numériques  ont-­‐ils  dans  le  développement  des  savoir-­‐faire  ?    Dans   une   première   partie,   nous   définirons   les   notions   d’apprentissage,   des  savoirs   et   de   la   compétence,   puis   nous   rappellerons   quelles   sont   différentes                                                                                                                  6  Chris  Anderson  est  un  journaliste  américain  spécialisé  dans  l’économie  de  l’internet  et  de  la  gratuité.  Il  est  un  ancien  rédacteur  de  la  revue  Wired  et  a  écrit  plusieurs  livre  comme  «  The  long  tail  »  ;    «  Why  the  future  of  business  is  selling  less  of  more  »  et  «  Makers  ;  La  nouvelle  révolution  industrielle  ».  7  Chris  Anderson,  Maker  la  prochaine  révolution  industrielle  [2012]  Random  House  Business  Books    
  • 10. Je  fais  donc  je  suis  –  Apprendre  Do  It  Yourself    10  méthodes   d’apprentissage   existantes   traditionnelles   et   novatrices   afin   de  comprendre  pourquoi  le  mouvement  du  DIY  refait  surface  ces  dernières  années.      Dans  un  second  temps,  nous  démonterons  en  quoi  les  outils  et  lieux  numériques  sont  des  héritiers  du  mouvement  du  DIY  par  leur  partage  de  savoir-­‐faire.  Nous  expliquerons   quels   sont   leurs   procédés   pour   diffuser   les   savoir-­‐faire   et   leur  méthode   d’apprentissage   en   opposition   avec   le   système   éducatif,   utilisé   pour  faire  apprendre.      Enfin,   grâce   à   un   cas   concret   d’un   apprentissage   d’un   savoir-­‐faire   dans   le  domaine   de   la   couture   et   de   l’habillement,   nous   montrerons   quelles   sont   les  différences  entre  l’acquisition  de  savoir-­‐faire  par  un  enseignement  traditionnel,  par   l’utilisation   d’outils   numériques   ou   par   la   fréquentation   d’espace   de  fabrication  numérique.      Pour  conclure,  nous  réfléchirons  à  la  possibilité  et  aux  limites  d’apprendre  de  manière   autonome   et   indépendante   par   des   méthodes   et   des   lieux  d’apprentissage  différents  de  ceux  du  système  traditionnel.        
  • 11. Je  fais  donc  je  suis  –  Apprendre  Do  It  Yourself    11  I – ACQUISITION DE SAVOIR-FAIRE  Dans   cette   première   partie,   nous   définirons   les   termes   d’apprentissage,   de  savoir,  de  savoir-­‐faire,  de  savoir  être  et  de  compétence  afin  de  bien  comprendre  les   enjeux   de   l’apprentissage   et   de   l’acquisition   de   savoir-­‐faire.   Nous  chercherons  aussi  à  connaître  leur  évolution  du  Moyen  Âge  à  aujourd’hui.      1 - L’EVOLUTION DE L’APPRENTISSAGE1.1 - L’APPRENTISSAGE  Selon   la   définition   de   De   Ketele  :   «  L’apprentissage   est   un   processus  systématiquement   orienté   vers   l’acquisition   de   certains   savoirs,   savoir-­‐faire,  savoir-­‐être  et  savoir-­‐devenir.  »8    L’apprentissage   comprend   un   processus   d’acquisition   de   pratiques,   de  connaissances,   compétences,   dattitudes   et   de   valeurs   culturelles,   par  lobservation,  limitation,  lessai,  la  répétition  et  la  présentation.      1.2 - L’APPRENTISSAGE DU MOYEN AGE A LA SOCIETEMODERNE  L’apprentissage  tel  qu’il  est  aujourd’hui,  provient  d’une  évolution  historique  qui  remonte   au   Moyen   Âge,   comprenant   depuis   cette   époque   de   forts  remaniements.    L’apprentissage  était  déjà  présent  au  Moyen  Âge.  Cette  forme  d’enseignement  était  fortement  hiérarchisée  entre  trois  palliés  :  les  maîtres,  les  compagnons  et  les   apprentis.   Les   apprentis,   au   plus   bas   de   l’échelle,   devaient   effectuer   des  travaux  dictés  par  les  maîtres.  Ils  étaient  recrutés  à  partir  de  10  -­‐  12  ans.  Pour  se  présenter  comme  compagnon,  l’apprentissage  pouvait  durer  jusqu’à  une  dizaine  d’années.    Les  compagnons  du  Devoir  d’aujourd’hui  sont  les  successeurs  du  mouvement  du  compagnonnage  du  Moyen  Âge.  Le  compagnonnage  s’est  développé  au  Moyen  Âge,   lors   de   la   construction   des   cathédrales   par   exemple.   Ce   système  d’apprentissage   était   très   reconnu   et   formateur   car   les   compagnons   se  déplaçaient  de  ville  en  ville  et  de  chantier  en  chantier  pour  bâtir,  réparer  des  édifices,  avoir  des  missions...    Du   XVIII   au   XIX   siècles,   l’apprentissage   connaît   des   changements   sur   ses  méthodes   de   transmission,   ce   qui   entraîne   une   baisse   de   la   qualité   des  formations.   Pendant   la   Révolution,   les   apprentis   devaient   rester   chez   leur  employeur  et  n’étaient  plus  autorisés  à  se  former  de  ville  en  ville.  Au  XIX  siècle,                                                                                                                  8  Jean  Marie  De  Ketele,  Lévaluation  conjuguée  en  paradigme  [1993]  Revue  française  de  Pédagogie  
  • 12. Je  fais  donc  je  suis  –  Apprendre  Do  It  Yourself    12  les  formations  supérieures  comme  des  écoles  polytechniques  se  développent  au  profit  de  la  dégradation  de  l’apprentissage.  Les  industries  ont  besoin  de  plus  en  plus  de  travailleurs  de  force,  non  qualifiés.   Elles  refusent  donc  de  former  des  apprentis  qualifiés.  C’est  à  partir  de  ce  moment  que  deux  voies  se  tracent  :  d’un  côté  les  formations  en  atelier  accompagnées  de  cours  à  l’école  et  de  l’autre  les  formations  à  l’école.    En  1896,  9  ouvriers  sur  10  ne  fréquentaient  pas  l’école.  Mais  en  1919,  l’école  devient  obligatoire  grâce  à  la  loi  Astier.    Pendant  l’entre  des  deux  guerres,  de  nouveaux  apprentissages  voient  le  jour  :  • 1929  :  apprentissage  agricole  • 1937  :  apprentissage  artisanal  • 1938  :  apprentissage  industriel  et  commercial    Et  l’on  distingue  quatre  nouveaux  niveaux  de  l’enseignement  professionnel  :    • le  primaire  supérieur  (section  professionnelle)  • le   secondaire   technique   (école   pratique   de   commerce   et   d’industrie,  CAP...)  • la  formation  en  lycée  d’enseignement  professionnel  (CAP  ou  BEP)  • le  supérieur  (arts  et  métiers,  école  d’ingénieurs...)    En  1939,  on  remarque  que  240  000  élèves  sont  désormais  dans  l’enseignement  professionnel  (hors  supérieur).      C’est  la  loi  de  1971  qui  clarifie  réellement  la  situation  de  l’apprentissage.  Soit  l’apprenant   exerce   un   contrat   d’apprentissage   liant   une   formation   en   atelier  chez  un  maître  d’apprentissage  avec  un  contrat  de  travail  et  une  rémunération  accompagnée   d’une   formation   dans   un   centre,   c’est   un   apprenti,   soit  l’apprenant  se  forme  dans  un  lycée  et  a  le  statut  d’élève.    1.3 - L’APPRENTI DU MOYEN AGE ET L’APPRENTID’AUJOURD’HUI  Malgré  le  fait  que  l’apprentissage  par  le  compagnonnage  date  du  Moyen  Âge,  on  peut   remarquer   une   forte   similitude   et   on   observe   une   continuité   entre  l’apprenti   du   Moyen   Âge   qui   voulait   devenir   un   compagnon   et   l’apprenti  d’aujourd’hui.    En   effet,   certains   critères   d’apprentissage   ont   été   conservés.   On   peut   citer  l’apprentissage  par  la  transmission  :  l’apprenti  d’aujourd’hui  apprend  toujours  par  la  transmission  du  savoir-­‐faire  que  son  maître  d’apprentissage  lui  offre.  Nous  pouvons  parler  aussi  de  l’apprentissage  par  l’expérience,  comme  à  l’époque,  les  apprentis  apprenaient  par  l’exécution  d’une  tâche  dans  une  situation  donnée.  Le  fait   de   répéter   cette   tâche,   de   l’adapter   à   d’autres   environnements   et   dans  d’autres  contextes,  le  tout  encadré  d’un  maître  qui  fait  comprendre  à  l’apprenti  où   il   a   effectué   des   erreurs,   permet   de   développer   ses   compétences.   Ces  
  • 13. Je  fais  donc  je  suis  –  Apprendre  Do  It  Yourself    13  facteurs   font   aussi   preuve   d’intelligence   lorsque   l’apprenti   arrive   à   mettre   en  œuvre   ses   savoir-­‐faire   acquis   dans   la   fabrication   d’un   objet.   Comme   précise  Richard  Sennet9  :  «  La  gratification  émotionnelle  réside  dans  l’expérience  même  de  la  répétition  ».  10    L’acquisition   des   compétences   manuelles   vient   au   travers   de   répétition   des  gestes.   Ces   répétitions   font   émerger   des   compréhensions   mentales   donc  l’apprenti  arrivera  mieux  à  anticiper  à  travers  de  la  routine  et  comprendra  mieux  les   processus   de   création.   De   plus,   Sennet   insiste   sur   l’idée   que  l’expérimentation  via  l’erreur  est  également  une  caractéristique  qui  procure  à  lartisan  ou  à  l’apprenti  l’envie  de  s’améliorer  et  de  créer  alors  une  capacité  à  penser  dans  le  faire.      Dans  le  secteur  tertiaire,  nous  retrouvons  encore  une  continuité  avec  le  modèle  du  compagnonnage  du  Moyen  Âge.  Le  secteur  tertiaire  est  le  troisième  secteur  économique  (après  l’agriculture  et  l’industrie)  qui  produit  du  service  et  qui  est  en  forte  croissance  depuis  1970.  Ce  secteur  a  un  lien  proche  avec  le  modèle  du  compagnonnage  car  c’est  un  secteur  de  service  qui  à  pour  but  d’accroître  les  qualifications  et  les  capacités  créatives  des  employés.      2 – LE CARACTERE PLURI-DISCIPLINAIRE DUSAVOIR  Voici   ci   dessous,   les   notions   et   une   grille   comparative   qui   distinguent   les  différents  types  de  savoirs.    2.1 - LE SAVOIR  Le   savoir   désigne   ce   qui   est   acquis,   construit   et   élaboré   par   l’étude   ou  l’expérience.  Il  apparaît  donc  comme  le  résultat  d’une  activité  d’apprentissage,  qui  évolue  dans  des  situations  et  dans  des  pratiques.    Dans   le   système   scolaire,   les   savoirs   sont   décrits   comme   des   connaissances  organisées,   réfléchies,   institutionnalisées,   qui   sont   transmises   par   l’école.   Les  savoirs  peuvent  être  acquis  à  l’école,  mais  il  ne  faut  pas  négliger  le  fait  qu’un  grand  nombre  de  savoirs  sont  construits  en  dehors  du  contexte  scolaire  (famille,  ami,  monde  professionnel,  etc.).      Le  savoir  est  synonyme  de  connaissance.      ð Connaissance  La  connaissance  est  l’ensemble  des  domaines  où  sexerce  lactivité  dapprendre.                                                                                                                    9  Richard  Sennett  est  né  en  1943.  Il  est  un  sociologue  et  historien  américain  10  Richard  Sennet,  Ce  que  sait  la  main  :  la  culture  de  lartisanat  [2010],  Editions  Albin  Michel
  • 14. Je  fais  donc  je  suis  –  Apprendre  Do  It  Yourself    14  2.2 - LE SAVOIR-FAIRE  Le  savoir-­‐faire  est  une  compétence  acquise  par  lexpérience  dans  les  problèmes  pratiques   ou   dans   lexercice   dun   métier.   Il   permet   l’accomplissement   d’une  tâche.  L’apprentissage  des  savoir-­‐faire  nécessite  l’entraînement  de  l’élève,  par  l’observation   de   différentes   situations,   par   la   mise   en   situation   et   par   le   jeu  répété  des  essais  et  des  erreurs  dès  l’instant  qu’ils  sont  traités.    Le  savoir-­‐faire  est  associé  à  la  notion  de  capacité.    ð Capacité  Le   terme   capacité   désigne   ce   qui   est   de   l’ordre   du   savoir-­‐faire   nécessitant  plusieurs  opérations  mentales.  D’après  Philippe  Meirieu  11:  «  C’est  une  activité  acquise,   reproductible   dans   des   domaines   divers,   et   qui   peut   évoluer   dans   le  temps.  »    2.3 - LE SAVOIR ETRE  Le  savoir  être  est  synonyme  de  domaine  affectif.  Il  s’agit  de  traits  généraux  qui  composent   la   personnalité   et   qui   ne   relèvent   pas   du   domaine   cognitif   (les  valeurs,  les  émotions,  la  socialisation,  la  motivation...).  Cela  définit  la  personne  dans  ses  rapports  aux  autres,  à  elle-­‐même  et  au  monde.    Le  savoir  être  est  relié  à  la  notion  d’attitude.    ð Attitude  L’attitude  se  définit  comme  un  état  d’esprit,  une  disposition  intérieure  acquise,  d’une  personne  à  l’égard  d’elle-­‐même  ou  de  tout  élément  de  son  entourage,  qui  incite  à  une  manière  d’être  ou  d’agir  face  à  une  situation  particulière.      2.4 - LA DIMENSION SYMBOLIQUE DU SAVOIR  En  dehors  de  ces  notions  théoriques,  le  savoir  comporte  aussi  un  aspect  social.  Pierre  Bourdieu12    explique  que  le  positionnement  des  individus  dans  la  société  peut  être  différent  en  fonction  de  leur  capital.  Il  estime  qu’il  existe  quatre  sortes  de  capital  :      • le  capital  économique  :  les  ressources  économiques  • le  capital  culturel  :  les  ressources  culturelles    • le  capital  social  :  les  ressources  humaines  et  les  relations    • le  capital  symbolique  :  une  stratégie  d’accumulation                                                                                                                  11  Philippe  Meirieu  est  né  le  29  novembre  1949  à  Alès.  Il  est  un  chercheur  et  écrivain  français,  spécialiste  des  sciences  de  léducation  et  de  la  pédagogie  12  Pierre  Bourdieu,  Les  trois  états  du  capital  culturel  [1979],  Actes  de  la  recherche  en  sciences  sociales,  vol  30  
  • 15. Je  fais  donc  je  suis  –  Apprendre  Do  It  Yourself    15    Nous  allons  nous  intéresser  au  capital  culturel  au  sein  de  l’enseignement.  Cette  notion   avait   été   présentée   par   Pierre   Bourdieu   et   Claude   Passeron   dans  l’ouvrage   «  La   Reproduction.   Éléments   pour   une   théorie   du   système  d’enseignement  »13  pour  démontrer  qu’il  existe  des  inégalités  du  savoir  dans  le  système  scolaire  pour  les  élèves,  en  fonction  de  leur  origine  sociale.    Étant  donné  que  le  capital  culturel  existe  sous  3  formes  :      • une  forme  incorporée  :  disposition  de  savoirs  et  de  savoir-­‐faire  • une  forme  objectivée  :  ce  sont  les  biens  culturels  • une  forme  institutionnalisée  :  ce  sont  les  titres  scolaires    On  se  rend  compte  que  les  élèves  et  les  classes  sont  plus  ou  moins  munis  de  ces  trois   formes   de   capitaux.   En   effet,   la   classe   sociale   d’origine   des   élèves   est  représentative   de   leur   capital   culturel,   ce   qui   va   influencer   dans   leur   réussite  scolaire.  Le  problème  est  que  le  système  scolaire  a  reproduit  les  structures  des  classes  sociales  de  la  société  industrielle,  ce  qui  a  enclenché  une  inégalité  de  la  transmission  des  savoirs  pour  tous  au  sein  de  l’éducation.    De   plus,   il   est   difficile   de   savoir   si   un   de   ces   trois   savoirs   prédomine   sur   nos  tâches   de   tous   les   jours.   Mais   selon   Emmanuel   Bourdieu,   le   savoir   être  prédomine   sur   le   savoir-­‐faire.   En   effet,   comme   il   le   cite   dans   son   ouvrage  «  Savoir-­‐faire  :  contribution  à  une  théorie  dispositionnelle  de  l’action  »14  :  «  Avoir  une  disposition,  cest  être  enclin  à  agir  régulièrement  de  telle  ou  telle  manière,  dans  telles  ou  telles  circonstances.  »    La  notion  de  disposition  est  très  importante  pour  lui  et  il  l’a  définit  comme  le  fait  que   c’est   à   partir   de   nos   échecs   et   de   nos   réussites   dans   nos   expériences  passées  que  nous  écrivons  nos  propres  lois  de  comportement.  Il  précise  aussi  que  ces  lois  de  comportement  que  l’on  développe  par  soi-­‐même,  se  modifient  continuellement   en   fonction   de   ses   propres   expériences.   Dans   ce   sens,   nous  pouvons  dire  que  le  savoir  être  conditionne  nos  savoir-­‐faire.    3 - LA COMPETENCE  3.1 - LA NOTION DE COMPETENCE  La  description  de  la  compétence  dans  le  Socle  Commun15  est  la  suivante  :                                                                                                                      13  Pierre  Bourdieu,  Jean-­‐Claude  Passeron,  La  reproduction  :  éléments  pour  une  théorie  du  système  denseignement  [1970],  Minuit  (le  Sens  Commun)    14  Emmanuel  Bourdieu,  Savoir-­‐faire  :  contribution  à  une  théorie  dispositionnelle  de  l’action,  Paris  :  Seuil,  1998,  279  p.  15  Le  Socle  commun  est  un  ensemble  de  valeurs,  de  savoirs,  de  langages  et  de  pratiques  dont  lacquisition  repose  sur  la  mobilisation  de  lÉcole  et  qui  suppose,  de  la  part  des  élèves,  des  efforts  et  de  la  persévérance.
  • 16. Je  fais  donc  je  suis  –  Apprendre  Do  It  Yourself    16  Chaque   grande   compétence   est   conçue   comme   une   combinaison   de  connaissances  fondamentales  pour  notre  temps,  de  capacités  à  les  mettre  en  œuvre  dans  des  situations  variées,  mais  aussi  d’attitudes  indispensables  tout   au   long   de   la   vie,   comme   l’ouverture   aux   autres,   le   goût   pour   la  recherche   de   la   vérité,   le   respect   de   soi   et   d’autrui,   la   curiosité   et   la  créativité.    Nous  pouvons  affirmer  selon  cette  définition  que  la  compétence  chapeaute  tous  les  savoirs  :      • «  connaissances  fondamentales  pour  notre  temps  »:  savoir,  connaissance  • «  de   capacités   à   les   mettre   en   œuvre   dans   des   situations   variées  »   :  savoir-­‐faire,  capacité  • «  d’attitudes  indispensables  tout  au  long  de  la  vie  »  :  savoir  être,  attitude    On  peut  donc  définir  la  compétence  comme  le  fait  d’avoir  acquis  un  savoir  et  un  savoir-­‐faire,  le  tout  régulé  avec  son  propre  savoir  être.      4 - BILAN  Nous  pouvons  conclure  que  :  • certains  termes  sont  en  relation  :  savoir  peut  être  relié  à  connaissance,  savoir-­‐faire  à  capacité  et  savoir-­‐être  à  attitude    • ces   différents   savoirs   peuvent   évoluer   dans   le   temps   :   ils   peuvent   se  construire,  se  développer  ou  se  stabiliser  Voici  ci  dessous  une  infographie  résumant  les  concepts  vus  précédemment  :      
  • 17. Je  fais  donc  je  suis  –  Apprendre  Do  It  Yourself    17    Infographie  de  l’acquisition  de  savoir  et  notion  de  compétence  –  Bertrand  Alice    Dès  lors  que  nous  connaissons  les  notions  d’acquisition  des  différents  savoirs  et  de   la   compétence,   nous   allons   analyser   par   quels   processus   nous   pouvons  acquérir  ses  savoirs.        5  -­‐  LES  METHODES  D’APPRENTISSAGE    Les   sciences   de   l’éducation   puisent   leurs   fondements   théoriques   dans   la  
  • 18. Je  fais  donc  je  suis  –  Apprendre  Do  It  Yourself    18  psychologie,   la   sociologie,   la   philosophie   et   les   sciences   cognitives.   Cette  diversité   est   à   la   base   des   différentes   approches   de   l’enseignement   et   de  l’apprentissage  que  l’on  peut  trouver.      Actuellement,   une   majorité   de   théoriciens   de   l’éducation   s’accordent   pour  regrouper   les   modèles   de   l’enseignement   et   de   l’apprentissage   selon   quatre  grands  courants  :  le  béhavioriste,  le  constructiviste,  le  socio-­‐constructiviste  et  le  cognitiviste.    Ces  mouvements  seront  présentés  succinctement  ci-­‐dessous.      5.1 - LE BEHAVIORISME  Le   béhaviorisme   (ou   le   comportementalisme   en   français)   a   été   introduit   par  John  Waltson16  au  XXème  siècle.  Ce  mouvement  considère  l’apprentissage  comme  une  modification  durable  du  comportement   résultant   d’un   entraînement   particulier.   Avec   la   théorie  d’apprentissage  du  béhaviorisme,  on  cherche  à  modeler  le  comportement  des  apprenants   en   mettant   les   élèves   dans   des   situations   où   ils   sont   face   à   des  stimulis   et   produiront   une   réponse   à   laquelle   l’enseignant   va   fournir   un  renforcement  positif  ou  négatif  (récompense  ou  punition).  Cet  apprentissage  va  chercher  à  découper  en  tâche  une  action  pour  développer  des  routines  et  des  procédures.    Cependant,  cette  théorie  ne  s’intéresse  pas  à  ce  qui  se  passe  dans  la  tête  de  l’apprenant,  la  «  boite  noire  »,  quand  il  fait  une  erreur.    L’erreur  est  synonyme  d’échec  de  l’apprentissage  dans  le  béhaviorisme.    ð Un  exemple  d’activité  d’apprentissage  provenant  de  ce  mouvement  :    Le  découpage  des  tâches  en  sous  tâches  pour  un  projet.    5.2 - LE CONSTRUCTIVISME  Le  constructivisme  se  centre  sur  la  manière  dont  un  individu  organise  le  monde  et  ses  propres  connaissances  au  travers  de  ses  expériences  personnelles  et  de  ses  schémas  mentaux.  Dans  la  théorie  du  constructivisme,  chaque  connaissance  est  constituée  par  une  construction  propre  à  chacun.  De  ce  fait,  il  n’est  pas  possible  d’avoir  les  mêmes  connaissances  que  quelqu’un  d’autre.  Les  élèves  apprennent  beaucoup  dans  l’action  et  le  travail  sur  l’erreur  est  très  développé   par   leur   sens   cognitif.   Pour   apprendre,   l’enfant   doit   manipuler   les  informations  et  les  connaissances.    ð Un  exemple  d’activité  d’apprentissage  provenant  de  ce  mouvement  :    Une  situation  complexe  où  l’on  questionne  l’élève  plusieurs  fois  de  suite  mais  de                                                                                                                  16  Watson  est  né  en  1878  et  mort  en  1958.  Il  était  psychologue  et  fondateur  du  béhaviorisme.  
  • 19. Je  fais  donc  je  suis  –  Apprendre  Do  It  Yourself    19  manière  différente.    5.3 - LE SOCIO-CONSTRUCTIVISME  Issus  du  constructivisme,  le  socio-­‐constructivisme  ajoute  un  critère  social  dans  l’apprentissage  :  la  dimension  du  contact  avec  les  autres  afin  de  construire  ses  connaissances.  Le  socio-­‐constructivisme  est  une  théorie  qui  met  l’accent  sur  la  dimension  relationnelle  de  l’apprentissage.    Grâce  à  l’aspect  social  pris  en  compte,  le  langage  par  exemple  permet  d’avoir  une  construction  d’un  apprentissage  beaucoup  plus  abouti  en  échangeant  et  en  exprimant  ses  perceptions.    Le   socio-­‐constructivisme   affirme   que   l’accompagnement   individuel   aide   plus  facilement  et  rapidement  à  évoluer  et  à  acquérir  des  connaissances.      ð Un  exemple  d’activité  d’apprentissage  provenant  de  ce  mouvement  :    Le  débat.    5.4 - LE COGNITIVISME  Le   cognitivisme   se   centre   sur   les   processus   mentaux   de   l’apprenant.   Cette  théorie  cherche  à  comprendre  comment  les  informations  sont  stockées  dans  la  mémoire  à  long  terme.  Par  exemple,  ce  mouvement  va  analyser  comment  un  élève  peut  stocker  des  informations  et  y  accéder  au  moment  où  il  en  a  besoin.    Dans  le  modèle  du  cognitivisme,  les  élèves  ont  déjà  un  bagage  de  connaissances  avant  d’intégrer  une  école  ou  une  formation  et  il  faut  tenir  compte  du  fait  que  la  tête  de  l’apprenant  n’est  pas  vide.  Il  faut  apprendre  aux  élèves  à  ajouter  des  informations  aux  informations  qu’ils  ont  déjà  et  à  les  trier.      ð Un  exemple  d’activité  d’apprentissage  provenant  de  ce  mouvement  :    Les  logiciels  de  réseaux  de  concepts.      
  • 20. Je  fais  donc  je  suis  –  Apprendre  Do  It  Yourself    20  5.5 - GRILLE COMPARATIVE DES METHODESD’APPRENTISSAGE  Béhaviorisme   Constructivisme   Socio-­‐constructuvisme   Cognitivisme    Enseigner  c’est    Stimuler  l’apprenant   Ouvrir  la  vision  vers  le  monde  extérieur  Dialoguer   Hiérarchiser  et  organiser  l’information  que  l’on  transmet    Apprendre  c’est    Avoir  un  renforcement  positif  ou  négatif  en  fonction  d’une  réponse  Construire  ses  propres  connaissances  Construire  ses  propres  connaissances  en  les  confrontant  à  celles  des  autres  Associer  et  organiser  les  nouvelles  connaissances    Méthodes  pédagogiques    Apprentissage  par  le  découpage  des  tâches  en  sous  tâche  Apprentissage  par  un  problème,  par  un  questionnement  Apprentissage  par  des  discussions,  des  débats,  des  exercices...  Apprentissage  par  la  gestion  et  la  hiérarchie  de  ses  connaissances    6 - DES METHODES D’APPRENTISSAGE ENRUPTURE AVEC LES METHODES TRADITIONNELLES  En   dehors   de   ces   quatre   mouvements   classiques,   d’autres   méthodes  d’apprentissage  ont  vu  le  jour.  L’apprentissage  du  connectivisme  développé  par  George  Siemens  mais  aussi  des  théories  novatrices  basées  sur  l’acquisition  de  compétences  par  les  pairs  et  par  l’expérience  viennent  bouleverser  les  théories  d’apprentissage  traditionnelles.    6.1 - LE CONNECTIVISME  Le  connectivisme  est  une  théorie  dapprentissage  à  lère  numérique.  Elle  a  été  développée   par   George   Siemens17  et   Stephen   Downes18.   Elle   montre   que   les  théories   du   béhaviorisme,   du   cognitivisme   et   du   constructivisme   comportent  des   limites   car   les   effets   de   la   technologies   peuvent   moduler   la   façon   dont  vivent,  communiquent  et  apprennent  les  individus.  Cette  méthodologie  se  base  sur   les   ressources   des   nouvelles   sciences   ainsi   que   les   technologies   de  l’information  et  de  la  communication.      Le  connectivisme  est  la  somme  de  principes  issus  de  la  théorie  du  chaos,  des  réseaux,  de  lauto-­‐organisation  et  de  la  complexité.  Lapprentissage  est  un   processus   qui   se   produit   dans   des   environnements   flous   composés                                                                                                                  17  Siemens  est  un  théoricien  de  l’apprentissage  dans  une  société  basée  sur  les  technologies  numériques.18  Downes  est  un  designer  et  expert  dans  le  domaine  de  l’apprentissage  en  ligne  et  des  nouveaux  médias    
  • 21. Je  fais  donc  je  suis  –  Apprendre  Do  It  Yourself    21  déléments   de   base   changeants,   et   qui   nest   pas   entièrement   sous   le  contrôle  de  lindividu.    George  Siemens  Ce   mouvement   est   aussi   motivé   par   la   prise   de   décision   changeante   des  individus  car  les  bases  sur  lesquelles  ils  se  fondent,  se  modifient  très  souvent  et  très   rapidement.   De   ce   fait,   de   nouvelles   informations   sont   constamment  acquises   et   l’homme   développe   la   capacité   détablir   des   distinctions   entre  linformation   importante   et   l’information   sans   importance.   Il   arrive   aussi   à  développer   la   capacité   de   reconnaître   quand   de   nouvelles   informations   vont  modifier  son  environnement.      En   dehors   de   ce   mouvement,   il   y   a   aussi   des   méthodes   novatrices   qui   font  confiance  à  l’individu  en  le  rendant  plus  libre  dans  ses  actions,  lui  permettant  d’apprendre  différemment.      6.2 - L’APPRENTISSAGE PAR L’ACTION  John  Dewey  est  à  l’initiative  du  «  hands  on  learning  »,  c’est  à  dire  apprendre  par  l’action.  Cette  théorie  peut  aussi  être  appelée  pédagogie  du  projet.  Dans  cette  méthodologie,   le   maître   a   pour   rôle   de   guide   et   l’élève   apprend   en   agissant.  L’objectif  est  de  réconcilier  l’esprit  et  l’action.    Dewey   remarque   que   l’atmosphère   qui   ressort   des   salles   de   classe   est   plutôt  négative  :  • ambiance  autoritaire  • le  maître  est  le  monarque  de  la  salle  • soumission  et  obéissance  des  élèves  • …    L’éducation   nouvelle   de   Dewey   va   à   contre-­‐courant   de   ces   observations.   Les  élèves   doivent   apprendre   en   exerçant   des   activités   actuelles   qu’ils   seront  amenés  à  exécuter  plus  tard.    Apprendre  par  l’expérience  apporte  plusieurs  avantages  :    • l’élève  peut  essayer  :  il  n’a  pas  tord  ou  raison,  il  teste  par  lui  même.  • l’élève  éprouve  :  l’expérience  lui  fait  comprendre  la  nature  de  la  réalité  des  choses  (en  cas  d’échec  par  exemple).    L’expérience  permet  de  faire  apprendre  à  l’élève  d’un  côté  l’épreuve,  mais  aussi  de  l’autre  les  connaissances.  Cette  association  lui  permet  d’arriver  à  résoudre  un  problème  bien  précis  et  actuel.  Apprendre  par  l’expérience  permet  à  l’élève  de  développer  une  participation  active  de  sa  propre  formation.      Nous   pouvons   dire   que   la   théorie   de   Dewey   reprend   les   principes   de  l’apprentissage  par  l’expérience  du  modèle  du  compagnonnage,  que  nous  avons  présenté  précédemment.  En  effet,  comme  pour  le  compagnonnage,  l’individu  se  
  • 22. Je  fais  donc  je  suis  –  Apprendre  Do  It  Yourself    22  forme  au  travers  d’expériences  et  d’actions  qu’il  rencontre  tout  au  long  de  son  chemin,  afin  de  former  ses  propres  savoir-­‐faire  et  ses  connaissances.      6.3 - L’APPRENTISSAGE PAR SOI-MEME  Les  écoles  Montessori,  crées  par  Maria  Montessori19  vont  encore  plus  loin  dans  l’autonomie  de  l’apprentissage  des  enfants.    Ici,   les   enfants   n’apprennent   plus   par   une   action,   un   exercice   ou   une   tâche  demandée,   mais   ils   apprennent   par   eux-­‐mêmes,   sans   demande   d’exécution  particulière.   En   effet,   les   enfants   se   forment   par   des   actions   de   la   vie  quotidienne.  L’accent  est  mis  sur  l’apport  d’un  environnement,  des  objets,  du  temps   et   de   l’espace   dans   lequel   l’individu   peut   apprendre   par   lui-­‐même   et  évoluer.    Cette  éducation  laisse  l’enfant  éprouver  la  joie  de  faire  des  choses  par  lui-­‐même,  ce  qui  va  favoriser  son  autonomie  et  son  envie  de  découvrir  d’autres  choses.      Les  avantages  d’un  apprentissage  par  les  écoles  Montessori  :  • apprendre  dans  un  environnement  stimulant    • chaque  enfant  peut  explorer,  toucher  et  apprendre  sans  crainte  • chaque  enfant  apprend  à  son  propre  rythme  • l’enseignant  encourage  les  enfants    6.4 - L’APPRENTISSAGE PAR LES PAIRS  L’apprentissage   par   les   pairs   n’est   pas   nouveau.   Il   est   utilisé   depuis   toujours  par    exemple  dans  la  transmission  d’un  métier  de  père  en  fils.    Un  mouvement  a  fait  ses  preuves  en  Inde  et  a  été  diffusé  dans  le  monde  entier  :  les  Université  du  mouvement  Va-­‐nu-­‐pieds.      Sanjit   Bunker   Roy20  a   construit   une   Université   Va-­‐nu-­‐pieds   en   1986,   pour  recevoir  les  personnes  qui  n’ont  pas  eu  la  chance  de  faire  des  études,  mais  qui  sont   riches   en   savoir-­‐faire   traditionnels.   Le   principe   de   cette   université   :   le  partage  et  la  transmission  de  savoir-­‐faire  par  les  pairs.                                                                                                                    19  Montessori  était  doctoresse  et  pédagogue  italienne  et  a  mis  en  place  la  pédagogie  Montessori20  Bunker  Roy  est  un  activiste  et  formateur  qui  a  fondé  le  Barefoot  College.  Il  a  été  sélectionné  comme  lune  des  100  personnalités  les  plus  influentes  en  2010  par  Time  pour  son  travail  déducation  auprès  dindiens  ruraux  souvent  illettrés.  
  • 23. Je  fais  donc  je  suis  –  Apprendre  Do  It  Yourself    23  Alors  ce  sera  la  seule  université  en  Inde  ou,  si  tu  as  un  Doctorat  ou  un  Master,  tu  nas  pas  le  droit  den  faire  partie.  Tu  dois  être  un  dégonflé,  un  recalé,  ou  avoir  abandonné  les  études  pour  venir  dans  notre  université.  Tu  dois  vivre  de  tes  mains.  Tu  dois  avoir  une  certaine  dignité  relative  au  travail.  Tu  dois  faire  preuve  de  compétences  que  tu  peux  offrir  à  la  communauté  et  fournir  un  service  à  la  communauté.  Alors  nous  avons  lancé  lUniversité  des  Va-­‐nu-­‐pieds,  et  nous  avons  repensé  la  définition  du  professionnalisme.21  Bunker  Roy  Bunker   Roy   explique   que   lapprentissage   qui   se   met   en   place   dans   cette  université   se   fait   dans   un   esprit   de   partage   et   de   collaboration   partant   dune  situation  ou  d’un  problème  précis.  Par  exemple  :  renouveler  l’eau,  chauffer  les  locaux,  soigner  un  malade  etc.      Ce   modèle   de   transmission   par   les   pairs   apporte   des   valeurs   ajoutées   pour  lapprentissage  comme  :  • dacquérir  de  nouvelles  compétences  à  travers  lessai  et  l’erreur  • de  renforcer  leur  esprit  dentraide  et  la  collaboration  • dapprendre  par  soi-­‐même  et  de  développer  une  certaine  indépendance  • de   consolider   et   de   construire   des   relations   afin   d’améliorer   la  communication  au  sein  d’une  communauté    Ces   trois   exemples   de   méthodes   d’apprentissage   sont   importants   car   ils  démontrent   que   l’apprentissage   scolaire   traditionnel   n’est   pas   le   seul   moyen  d’apprendre  et  n’est  pas  non  plus  le  meilleur.    7 - LE SYSTEME EDUCATIF ET L’APPRENTISSAGE  7.1 - LE CONTROLE DES FORMATIONS PAR LE SYSTEMEEDUCATIF  Aujourd’hui,  le  système  scolaire  exerce  deux  différents  types  de  formations  :      • des   formations   de   «  savoirs  »   orientées   sur   les   fondamentaux  :  telles  que  le  collège,  le  lycée  et  les  études  généralistes  où  l’on  va  enseigner  à  l’élèves  des  connaissances,  par  exemple  les  mathématiques    • des  formations  de  «  savoir-­‐faire  »  orientées  sur  les  métiers  :  telles  que  les  CAP,  BEP  et  les  études  spécialisées  où  l’on  va  apprendre  à  l’élève  à  acquérir  les  capacités  à  exercer  un  métier                                                                                                                  21  Bunker  Roy,  «  Apprendre  dun  mouvement  va-­‐nu-­‐pied  »  [Conférence]  diffusé  en  octobre  2011  sur  TED    http://www.ted.com/talks/lang/fr/bunker_roy.html    
  • 24. Je  fais  donc  je  suis  –  Apprendre  Do  It  Yourself    24    L’éducation   contrôle   le   second   type   de   formation.   En   effet,   l’éducation   va  influencer   les   élèves   à   s’orienter   dans   des   domaines   où   l’on   a   besoin   de  travailleurs   pour   la   société   d’industrialisation   de   masse,   afin   de   répondre   au  besoin  de  main  d’œuvre  manquante.  Le  système  éducatif  va  aussi  par  ailleurs  créer   de   nouvelles   formations   et   de   nouvelles   classes   lorsque   l’industrie   aura  besoin  de  ressources  humaines  et  de  travailleurs  dans  un  nouveau  domaine.  Par  exemple  :  l’énergie  thermique  avec  les  panneaux  solaires  il  y  a  quelques  années.    Nous  pouvons  donc  affirmer  que  l’éducation  et  l’industrie  sont  intimement  liées  et   orientent   les   élèves   à   exercer   les   formations   où   elles   ont   besoin   de   main  d’œuvre.    Il  est  aussi  très  difficile  pour  un  étudiant  de  s’orienter  dans  un  milieu  technique  mais  qui  n’est  pas  en  expansion.  Bien  souvent,  les  formations  sont  coûteuses,  mais  il  y  a  aussi  une  forte  sélection  des  élèves  ainsi  que  des  places  à  l’entrée  restreintes.      Il   est   fort   regrettable   que   ces   formations   soient   difficiles   d’accès   car   bien  souvent  ce  sont  celles-­‐ci  qui  permettent  de  transformer  la  nature  des  choses.  Aujourd’hui   les   individus   se   retrouvent   prisonniers   dans   une   stratégie  économique   de   l’éducation   et   de   l’économie   car   ils   n’ont   pas   les   savoir-­‐faire  pour  transformer,  réparer  ou  innover.  Ils  n’ont  pas  les  codes  pour  faire  évoluer  les  produits  et  les  objets  de  tous  les  jours.  Ils  sont  donc  obligés  de  consommer  de  nouveaux  produits.    Si  mon  Smartphone  tombe  en  panne,  je  suis  dans  l’incapacité  de  pouvoir  l’ouvrir  et  de  savoir  ce  qui  ne  fonctionne  pas.  Je  serais  donc  incapable  de  le  réparer.    7.2 - LA COMPETENCE ET LE SYSTEME EDUCATIF  L’objectif  de  l’école  est  de  faire  acquérir  aux  élèves  des  compétences.  Ainsi,  on  peut   dire   que   la   compétence   est   mise   en   œuvre   lorsque   l’élève   a   compris   la  signification   de   ce   qu’il   fait   et   qu’il   s’adapte   pour   résoudre   un   problème  spécifique   dans   une   situation   particulière.   Les   compétences   sont   souvent  associées  les  unes  par  rapport  aux  autres  pour  se  développer.    On  peut  cependant  se  demander  comment  l’école  comptabilise  et  représente  ces  compétences  afin  de  savoir  lesquelles  ont  été  acquises  par  un  élève  ou  un  étudiant  durant  sa  formation  ?    Dans  le  système  scolaire,  les  élèves  sont  associés  par  le  biais  de  notation.  En  primaire  et  collège  par  des  moyennes,  en  lycée  par  lobtention  dun  diplôme.  Dans   les   formations   supérieures,   on   peut   associer   les   compétences   d’un  
  • 25. Je  fais  donc  je  suis  –  Apprendre  Do  It  Yourself    25  étudiant  au  système  européen  de  transfert  et  d’accumulation  de  crédit,  l’ECTS22.  L’ECTS   a   été   mis   en   place   en   1989   afin   de   faciliter   la   reconnaissance   des  prestations  d’études  passées.  Ce   système   repose   sur   le   principe   qu’un   étudiant   à   plein   temps   fournit   un  volume  de  travail  équivalant  à  60  crédits  au  cours  dune  année  académique.  Ces  crédits  sont  répartis  sur  les  différentes  unités  du  cursus  (cours,  modules,  autres  unités  denseignement)  de  l’année.  Les  acquis  de  l’étudiant  durant  son  année  de  formation   sont   évalués   qualitativement   par   le   biais   de   notes,   organisées   par  sections  de  cursus.      Les   compétences   acquises   d’un   étudiant,   durant   son   année   de   formation,  seraient  donc  représentées  uniquement  par  l’acquisition  d’un  nombre  de  crédits  organisé  par  des  unités  ?      Ce  système  de  notation  est  certes  appliqué  à  grande  échelle  (UE)  depuis  1989,  ce  qui  prouve  qu’il  fonctionne  et  permet  de  notifier  clairement  la  réussite  de  l’année  académique  d’un  étudiant.  Cependant,  on  peut  se  rendre  compte  qu’il  représente  mal  les  réelles  compétences  d’un  étudiant.      Imaginons  un  étudiant  ayant  effectué  et  validé  une  formation  de  deux  ans  dans   un   IUT   SRC   (Services   et   Réseaux   de   Communication).   Cet   étudiant  aura   appris   à   utiliser   des   logiciels   de   graphisme,   saura   programmer,  présenter   professionnellement   des   projets   multimédias   à   l’oral   etc.  Imaginons  un  second  étudiant  ayant  effectué  une  formation  de  deux  ans  dans   IUT   Information   et   Communication   avec   une   option   en  Documentation  et  ayant  appris  grâce  à  des  manuelles  et  des  tutoriels  en  ligne   en   dehors   de   ces   cours,   à   utiliser   des   logiciels   de   graphisme   et   à  programmer.  A  la  fin  de  leurs  deux  années  d’études,  les  deux  étudiants  ont  un  niveau  semblable  des  compétences  en  multimédias  et  chacun  ont  des  compétences  complémentaires  variées  en  fonction  de  leur  domaine.    Lorsque   ces   deux   personnes   chercheront   à   s’orienter   dans   une   licence  professionnelle  en  multimédias,  le  premier  étudiant  aura  plus  de  facilité  à  atteindre  son  objectif  car  il  aura  avec  lui  une  liste  d’ECTS  validée  dans  les  cursus  qui  seront  au  programme  de  la  licence.  Le  deuxième  étudiant,  aura  beau  avoir  acquis  ces  même  compétences  de  manière  informelle,  ces  ECTS  validés  ne  prouveront  pas  qu’il  sache  réellement  programmer,  utiliser  des  logiciels   etc.   Il   aura   moins   de   chance   de   pouvoir   accéder   à   cette   licence  alors  qu’il  a  les  compétences  pour  faire  cette  formation.    Si  un  individu  sait  faire,  c’est  qu’il  a  la  compétence  de  le  faire.  Comme  l’exprime  John  Dewey23,  initiateur  du  mouvement  «  hands-­‐on  learning  »24,  l’objectif  et  la  finalité  est  de  savoir-­‐faire  quelque  chose,  mais  pas  d’expliquer  comment  faire  la                                                                                                                  22  European  Credits  Transfer  System  23  John  Dewey  est  un  philosophe  américain  du  courant  du  pragmatisme  dans  le  domaine  de  la  pédagogie  et  des  éducations  nouvelles.24  «  Apprendre  par  laction  »  
  • 26. Je  fais  donc  je  suis  –  Apprendre  Do  It  Yourself    26  chose.   On   peut   donc   dire   que   le   système   éducatif   pose   des   barrières   sur   la  reconnaissance  des  compétences  puisqu’il  va  davantage  prendre  en  compte  les  notations  et  les  ECTS  d’un  étudiant  que  les  véritables  compétences  qu’il  a  acquis  hors  cursus  scolaire  (stage,  expériences  personnelles,  entourage…).    7.3 - LE CHOMAGE SELON LES DIPLOMES  Les  conditions  d’accès  à  l’emploi  des  jeunes  qui  entrent  sur  le  marché  du  travail  varient  selon  le  niveau  de  diplôme.  Cependant,  encore  26,2%  de  la  population  n’ont   pas   de   diplôme.   Cette   cible   est   la   plus   désavantagée   pour   trouver   un  emploi.    Le  choix  de  la  spécialité  de  formation  a  aussi  une  influence  sur  l’accès  à  l’emploi  et  la  qualité  de  l’insertion  professionnelle.  Certains  jeunes  sont  mieux  préparés  que  d’autres  à  cette  entrée  dans  le  monde  professionnel  :  les  apprentis,  dont  la  formation  alterne  avec  une  expérience  professionnelle,  en  apportent  l’exemple.      Le  fait  d’être  diplômé  et  le  niveau  de  diplôme  jouent  énormément  sur  l’insertion  professionnelle  en  début  de  carrière.  En  effet,  la  situation  professionnelle  des  diplômés   du   supérieur   est   nettement   meilleure   que   celle   des   diplômés   de  l’enseignement   secondaire   (CAP-­‐BEP,   baccalauréat   ou   équivalent)   ou   des   peu  diplômés  (personnes  sorties  de  formation  initiale  avec  uniquement  le  brevet  ou  sans  aucun  diplôme).    En  2011,  parmi  les  jeunes  actifs  sortis  du  système  éducatif  depuis  moins  de  cinq  ans,  9,4%  %  des  diplômés  du  supérieur  sont  au  chômage,  contre  22,1  %  des  diplômés  du  secondaire  et  45,7  %  de  ceux  non  diplômés  ou  diplômés  uniquement  du  brevet  des  collèges.    De  part  ces  chiffres,  l’on  se  rend  compte  que  malgré  les  études  et  diplômes  des  élèves,  la  société  n’est  plus  capable  de  trouver  un  travail  pour  tous.        Niveau  de  diplôme  selon  lâge  en  2011  –  Insee  2011  25                                                                                                                    25  http://www.insee.fr/fr/themes/tableau.asp?reg_id=0&ref_id=nattef07232    
  • 27. Je  fais  donc  je  suis  –  Apprendre  Do  It  Yourself    27      Taux  de  chômage  selon  le  diplôme,  le  sexe  et  la  durée  écoulée  depuis  la  sortie  de  formation  initiale  –  Insee  26    Nous  avons  démontré  que  le  système  éducatif  traditionnel  n’est  pas  le  seul  et  le  meilleur   apprentissage   disponible.   De   plus,   malgré   le   fait   d’avoir   suivi   des  études,   il   est   difficile   de   trouver   un   emploi   en   sortant   de   sa   formation.   C’est  pourquoi,  de  plus  en  plus  d’individus  se  forment  par  eux-­‐mêmes  (apprentissage  de   compétences   par   soi-­‐même)   grâce   aux   nombreuses   ressources   disponibles  sur  le  web,  pour  trouver  un  travail.                                                                                                                        26  http://www.insee.fr/fr/themes/tableau.asp?reg_id=0&id=584    
  • 28. Je  fais  donc  je  suis  –  Apprendre  Do  It  Yourself    28  II - OUTILS ET ESPACES NUMERIQUES  1 - LE MOUVEMENT DU DIY1.1 - LA CULTURE PUNK      «  This  is  a  chord…  this  is  another…  this  is  a  third.  NOW  FORM  A  BAND  »  
[Illustration]  Sideburns,  January  1977,  2p.  
  • 29. Je  fais  donc  je  suis  –  Apprendre  Do  It  Yourself    29  Le  mouvement  punk  est  né  dans  le  milieu  des  années  1970  à  New  York.  A  partir  de  1976,  il  commence  à  s’exporter  en  Grande-­‐Bretagne  où  la  ville  de  Londres  devient   rapidement   l’épicentre   de   ce   mouvement.   De   nombreux   groupes  connus   comme   les   Sex   Pistols,   The   Clash   ou   The   Damned   sèment   la   panique  mais   globalement,   Londres   et   le   reste   du   monde   adopte   vite   ce   mouvement.  Certains  groupes  font  de  la  musique  autoproduite  et  d’autres  s’orientent  dans  le  domaine   éditorial   en   publiant   des   fanzines27.   Le   mouvement   punk   d’hier  encourageait   de   la   même   manière   que   le   web   collaboratif   d’aujourd’hui,   les  lecteurs  des  fanzines  à  participer  eux  aussi  à  la  création  d’autres  fanzines  ou  de  réagir  et  commenter  ceux  publiés.  En  effet,  comme  le  précise  Fabien  Hein  dans  son  ouvrage  «  Do  It  yourself  !  Autodétermination  et  culture  punk  »  28:  [Le  punk]  démystifie  le  processus  de  production  culturelle  en  soulignant  que  désormais,  chacun  est  en  capacité  de  passer  à  l’acte.  Ce  qui  constitue,  à  ce  titre,  une  véritable  incitation  à  l’action.  De  même  qu’une  opposition  frontale  à  la  passivité  et  à  toute  conception  spectatrice  de  la  culture.  L’effet  produit  est  d’autant  plus  remarquable  qu’il  ne  touche  pas  uniquement  la  création  artistique  mais  qu’il  s’étend  à  l’ensemble  de  la  chaîne  de  production  culturelle  :  les  maisons  de  disques,  les  structures  de  distribution,  le  marketing,  la  presse  et  les  disquaires  notamment.  En   d’autres   mots,   n’importe   qui   dans   tous   les   domaines   confondus   peut   être  créateur  et  peut  maîtriser  toute  la  chaîne  de  production  pour  réussir  son  projet.      A  la  fin  des  années  1970,  l’émergence  de  l’entrepreneuriat  punk  voit  le  jour.  Les  groupes  commencent  à  sortir  leur  disque  autoproduit  en  faisant  tout  eux  même  de   A   à   Z.   Ils   produisent   leurs   disques,   les   distribuent,   font   la   promotion   et  s’occupent  de  la  gestion  des  ventes.  Les  punk  se  veulent  anticonsuméristes  et  sont   dans   le   rejet   de   la   nécessite   d’acheter   des   objets   de   la   société.   Anti-­‐conformiste   et   en   désaccord   avec   le   système   politique,   c’est   à   partir   de   ce  moment   que   le   DIY   apparaît   et   est   réellement   synonyme   dautonomie   et  dindépendance.                                                                                                                  27  Un  fanzine  est  une  publication  imprimée  qui  est  indépendante,  créée  et  réalisée  par  des  amateurs  passionnés  pour  dautres  passionnés.  28  Fabien  Hein,  Do  It  yourself  !  Autodétermination  et  culture  punk  [2012],  Le  Passager  Clandestin  
  • 30. Je  fais  donc  je  suis  –  Apprendre  Do  It  Yourself    30  L’éthique  motrice,  derrière  les  efforts  les  plus  sincères  du  punk  et  de  l’anarchisme  est  le  DIY  :  fais  le  toi  même.  Nous  n’avons  pas  besoin  de  compter  sur  de  riches  hommes  d’affaires,  qui  organiseront  nos  vies  et  nos  passes  temps  dans  leur  intérêt.  Nous  pouvons  le  faire  nous  mêmes,  et  dans  un  but  non  lucratif.  Nous,  les  anarcho-­‐punk,  sommes  tout  à  fait  capables  d’organiser  des  concerts,  d’organiser  et  d’assister  à  des  manifs,  de  sortir  des  disques,  de  publier  des  fanzines,  des  brochures  et  des  livres,  de  mettre  en  place  des  distributions  par  correspondance  pour  nos  produits,  de  tenir  des  magasins  de  livres  et  de  disques,  de  diffuser  de  la  littérature,  d’encourager  les  boycotts  et  de  participer  à  des  activités  politiques.  Nous  faisons  tout  cela  et  nous  le  faisons  bien  !    Joel29  1.2 - LE DIY DU 21EME SIECLE  Le  Do  It  Yourself  est  traduit  en  français  par  «  fais  le  toi  même  »  ou  «  faites  le  vous  même  ».  Le  mouvement  du  fais  le  toi  même  représente  des  activités  visant  à   créer   des   objets   de   la   vie   courante,   technologiques   ou   artistiques,  généralement  de  façon  artisanale  et  soi-­‐même.      Le  mouvement  du  DIY  est  de  base  non  lucratif.  Il  développe  différents  besoins  :    • besoin  de  créer      • besoin   d’indépendance   face   à   l’industrie   et   au   monde   d’ultra-­‐consommation  • besoin  de  développer  des  savoir-­‐faire  • besoin  de  trouver  des  solutions  pour  faire  le  maximum  de  choses  par  soi-­‐même    De  la  même  manière  que  dans  la  culture  punk,  le  DIY  d’aujourd’hui  se  base  sur  un  modèle  collaboratif,  de  partage  et  d’échange.  Il  touche  des  domaines  variés  mais  aussi  de  plus  en  plus  techniques  et  complexes.    Le  DIY  peut  s’apparenter  aux  différents  modes  d’apprentissage  que  nous  avons  vu  antérieurement  :      • la   méthode   d’apprentissage   par   l’action   et   par   l’expérience   :   de   la  même  manière  que  l’action  et  l’expérience,  c’est  en  faisant  des  activités  DIY  que  l’on  apprend  à  faire.                                                                                                                    29  Joel,  Profane  Existence  N°  11/12  fanzine  anarcho-­‐punk  américain  [En  ligne]  http://www.profaneexistence.com/  
  • 31. Je  fais  donc  je  suis  –  Apprendre  Do  It  Yourself    31  • la   méthode   d’apprentissage   par   soi-­‐même   :   l’apprentissage   par   soi-­‐même  est  aussi  développé  dans  le  DIY  car  en  effet  l’objectif  du  DIY  est  de  retrouver  son  autonomie  et  découvrir  les  choses  par  soi-­‐même.  • la   méthode   d’apprentissage   par   les   pairs   :   la   notion   de   partage   et   de  transmission  est  très  importante  dans  les  communautés  de  DIY.  • le  connectivisme  :  certaines  notions  du  connectivisme  sont  retranscrites  dans   le   DIY   puisque   les   activités   DIY   sont   énormément   relayées   sur   le  web  et  beaucoup  d’informations  se  trouvent  sur  ce  canal.    1.3 - LE DIY COMME MODE DE VIE  La   philosophie   du   DIY   peut   être   appliquée   dans   la   vie   de   tous   et   de   tous   les  jours.  Le  DIY  est  applicable  dans  quasiment  tous  les  secteurs  :    • le  travail  :  créer  sa  propre  société  plutôt  que  d’être  employé  • la  cuisine  :  manger  des  plats  cuisinés  par  ses  soins  avec  des  aliments  de  son  jardin  plutôt  que  dacheter  des  plats  préparés  • le  bricolage  :  bricoler,  réparer  et  faire  de  la  récupération  pour  éviter  le  gaspillage   et   de   consommer   des   produits   dont   nous   n’avons   pas  réellement  besoin  • la   technologie   :   adapter   un   appareil   numérique   en   fonction   de   ses  besoins  • ...    Le   DIY   permet   non   seulement   d’être   indépendant   et   de   s’autogérer   mais   il  développe  surtout  la  réappropriation  des  objets  et  des  savoir-­‐faire.  En  effet,  au  cours  du  20ème  siècle  les  métiers  d’agriculture  ou  d’artisanat  ont  diminué  au  profit  de  l’urbanisation  et  de  la  généralisation  du  salariat.  Ces  facteurs  ont  mené  à  une  dépossession  des  savoir-­‐faire  ce  qui  nous  a  rendu  petit  à  petit  dépendant  de  la  société  et  des  produits  de  consommation.  Cest  pourquoi  au  21ème  siècle,  les  citoyens  se  rendent  compte  de  cette  dépossession  et  veulent  retrouver  la  proximité   quils   avaient   avec   les   produits   de   tous   les   jours,   tout   en   étant  indépendant.      Michel  de  Certeau30  montre  dans  son  ouvrage  «  Invention  au  quotidien,  Art  de  faire  »,  que  les  individus  ne  se  contentent  plus  de  consommer,  ils  cherchent  à  produire  et  à  réinventer  le  quotidien.  Ils  sont  des  «  consom’acteurs  »  puisqu’ils  ne  s’intéressent  pas  aux  produits  en  lui-­‐même  mais  aux  usages  et  à  l’utilité  qu’ils  peuvent  leur  apporter  :  «  Il  faut  s’intéresser  non  aux  produits  culturels  offerts  sur  le  marché  des  biens  mais  aux  opérations  dont  ils  font  usage  ».  31    On  peut  donc  dire,  qu’utiliser  le  DIY  comme  mode  de  vie  permet  devenir  acteur  de   sa   vie   plutôt   que   de   la   subir.   En   faisant   soi-­‐même   on   apprend,   on  expérimente,   on   comprend,   on   échange   et   on   rencontre   davantage,   ce   qui                                                                                                                  30  De  Certeau  est  un  intellectuel  jésuite,  philosophe  et  historien  français    31  Michel  de  Certeau,  Linvention  du  quotidien,  tome  1  :  Arts  de  faire  [1980],  Gallimard,  1990
  • 32. Je  fais  donc  je  suis  –  Apprendre  Do  It  Yourself    32  apporte  un  bénéfice  humain  considérable.      1.4 - DU DIY AU DIWO : FAISONS ENSEMBLE  Le  mouvement  du  fais  le  toi-­‐même  ne  veut  pas  forcément  dire  faire  tout  seul.  Au   contraire,   lorsque   la   réalisation   d’un   projet   est   collective   et   partagée   le  sentiment  d’accomplissement  de  mener  à  une  autogestion  est  encore  plus  fort.  On   remarque   qu’aujourd’hui   on   n’a   tendance   à   ne   plus   faire   soi-­‐même   mais  avec  les  autres  :  DIWO  (Do  It  With  Others,  faisons-­‐le  ensemble).  En  effet,  de  plus  en  plus  de  forums,  de  sites,  d’espaces  collaboratifs  et  communautaires  naissent  où   des   milliers   de   passionnés   se   retrouvent   pour   discuter,   échanger,   dévoiler  leur  projet  et  partager  de  bons  conseils.      1.5 - LE MARCHE DU DIY  A   l’opposé   de   son   objectif   initial   instauré   par   la   culture   punk,   le   DIY   devient  depuis   quelques   années   un   phénomène   de   mode,   mais   aussi   un   secteur  commercial.  On  peut  désormais  parler  du  marché  du  DIY.    La   crise   économique   de   2007   a   accéléré   ce   mouvement.   La   population   a   de  moins   en   moins   les   moyens   de   s’offrir   des   produits   de   consommation  quotidienne,   elle   va   donc   autant   que   possible   créer,   modifier   ou   recycler   des  produits  pour  les  adapter  à  ses  besoins  et  à  ses  envies.    De  nouvelles  tendances  marketing  apparaissent  dû  à  cette  société  qui  évolue.  Les  consommateurs  souhaitent  une  individualisation  et  une  personnalisation  de  leur  consommation.    Les  consommateurs  ont  besoin  de  :    • se  différencier  en  ayant  des  produits  personnalisables  • s’impliquer  dans  la  vie  du  produit  • avoir  un  contrôle  sur  sa  consommation  • ne  plus  être  dépendant    C’est  pourquoi  de  nouvelles  relations  entreprises  et  consommateurs  se  mettent  en  place  en  privilégiant  :  • l’individualisation  des  échanges  (réponses  des  marques  sur  les  réseaux  sociaux...)  • avoir   un   intérêt   plus   fort   sur   l’origine   et   la   fabrication   du   produit  (commercialisation  de  produit  fait  main  ou  made  in  France)  • meilleure  transparence  (partage  des  informations  sur  les  sociétés,  sur  la  fabrication  des  objets...)    Les  marques  misent  sur  ces  aspects  en  lançant  une  économie  parallèle  au  DIY  :  comment  vendre  ou  générer  du  trafic  en  offrant  aux  publics  des  produits,  kits  ou  
  • 33. Je  fais  donc  je  suis  –  Apprendre  Do  It  Yourself    33  conseils   pour   faire   soi-­‐même.   Des   boutiques   en   ligne,   livres,   émissions   de  télévision,   sites   internet,   presse   et   box32  se   développent   pour   répondre   à   ces  besoins  des  consommateurs.      2 - LE DIY ET LE WEB2.1 - LA COMMUNAUTE DU DIY : LES MAKERS  Les   personnes   pratiquant   du   DIY   peuvent   être   appelées   des   «  makers  ».   On  pourrait   traduire   en   français   ce   terme   par   un   artisan.   Comme   le   précise   Dale  Dougherty  33  :   «  We   are   all   makers  »,  34  (nous   sommes   tous   des   artisans).   Ces  makers   sont   une   communauté   de   personnes   qui   font   des   choses   et   qui  partagent  leur  création.      Il   est   difficile   de   quantifier   le   nombre   de   makers   qui   puissent   exister   car   le  mouvement   du   DIY   est   présent   depuis   bon   nombre   d’années   et   depuis   des  générations.   Néanmoins,   nous   pouvons   affirmer   que   le   web   a   structuré   ce  mouvement   et   a   permis   de   rapprocher   les   makers   afin   qu’ils   se   rencontrent,  collaborent  et  partagent  entre  eux  des  projets.  Les  makers  sont  souvent  associés  aux   «  geeks  »   ou   aux   «  hackers  »,   cependant   je   reste   en   accord   avec   le  positionnement   d’Eric   von   Hippel35,   qui   prétend   que   cette   population   makers  englobe   tous   les   innovateurs   du   quotidien   (technologies   ou   non).   Selon   une  étude   d’avril   2010,   «  Measuring   user   innovation   of   the   UK  »36,   van   Hippel   a  réussi  à  démontrer  que  le  Royaume  Unis  comportait  2,9  millions  d’innovateurs.  Il  a  demandé  aux  citoyens  s’ils  avaient  créé  ou  modifié  un  produit  durant  les  trois  dernières  années  pour  le  rendre  plus  adaptés  à  leurs  besoins.      • 1,4  %  des  sondés  ont  répondu  avoir  créé  un  produit  • 4,2  %  ont  rapporté  avoir  modifié  un  produit  • 0,6  %  affirment  avoir  fait  les  deux    En  2010,  la  population  britannique  comportait  58  millions  d’habitants,  selon  ce  chiffre,   il   y   avait   donc   2,9   millions   de   personnes   qui   ont   créé   ou   modifié   des  produits  pour  répondre  à  leurs  besoins  quotidiens.    De  plus,  selon  un  sondage  réalisé  par  Make/inter  en  2011  :    • 23%  de  la  population  des  makers  se  disent  ingénieurs                                                                                                                    32  Boite  reçue  mensuellement  ou  trimestriellement  comprenant  des  objets  ou  des  produits  «  surprises  »  ou  choisies  par  le  client.  Les  box  peuvent  de  plus  en  plus  contenir  des  kits  à  créer  soi-­‐même.  33  Co-­‐fondateur  de  OReilly  et  fondateur  de  Make  Magazine  et  Maker  Faire  34  «  We  are  all  makers  [conférence]  diffusé  en  février  2011  sur  TED  :  http://www.ted.com/talks/dale_dougherty_we_are_makers.html    35  Von  Hippel  est  un  économiste  et  professeur  au  MIT (MIT  -­‐  Massachusetts  Institute  of  Technology)36  Stephen  Flowers,  Eric  von  Hippel,  Jeroen  de  Jong  and  Tanja  Sinozic,  Measuring  user  innovation  in  the  UK  The  importance  of  product  creation  by  users  [2010],  NESTA  :  http://www.nesta.org.uk/library/documents/MeasuringUserInnovation.pdf  
  • 34. Je  fais  donc  je  suis  –  Apprendre  Do  It  Yourself    34  • 36%  se  revendiquent  bricoleurs    • 50%  se  déclarent  amateurs    En   ce   sens,   nous   pouvons   dire   qu’un   makers   est   une   personne   amateur   ou  professionnelle  qui  innove  au  quotidien.      Non  seulement  les  makers  innovent,  mais  bien  souvent  ils  publient  librement  leurs   créations   sur   le   web.   Ces   projets   parlent   à   d’autres   utilisateurs   qui   se  passionnent  par  les  mêmes  centres  d’intérêts  et  c’est  ainsi  que  se  constituent  des  communautés  en  ligne  de  DIY.    2.2 - LA DIFFUSION DU DIY2.2.1 - Les supports de diffusion du DIY  Le   principe   du   DIY   est   de  faire   en   se   réappropriant   les   choses   grâce   à   une  meilleure   connaissance   des   processus   de   fabrication.   Les   supports   qui  transmettent  donc  une  activité  DIY  ont  peu  d’importance  à  partir  du  moment  qu’ils  conservent  ces  valeurs.      Une  activité  DIY  peut  être  transmise  à  travers  :  • une  vidéo  • une  image,    • un  montage  d’image,  • un  tutoriel,  • un  logiciel,  • un  livre,  • une  discussion  orale,  • une  démonstration,  • un  lieu,  • une  rencontre,  • ...    Ces  supports  émettant  du  DIY  doivent  se  diffuser  simplement  et  rapidement  en  ligne   afin   que   le   mouvement   soit   viral   et   qu’il   soit   partagé   au   plus   grande  nombre  de  makers.  Comme  dit  Chris  Anderson  dans  son  ouvrage  Makers  :  
  • 35. Je  fais  donc  je  suis  –  Apprendre  Do  It  Yourself    35  Si  vous  fabriquez  quelque  chose,  faites-­‐en  une  vidéo.  Si  vous  faites  une  vidéo,  mettez-­‐la  en  ligne.  Si  vous  mettez  quelque  chose  en  ligne,  faites-­‐le  savoir  à  vos  amis.  Partagés  en  ligne,  les  projets  deviennent  des  inspirations  pour  d’autres  et  des  opportunités  de  collaboration.  Les  makers  individuels,  ainsi  connectés  mondialement,  deviennent  un  mouvement.  Des  millions  de  bricoleurs,  qui  travaillaient  seuls  jusque-­‐là,  commencent  soudain  à  travailler  ensemble.37  2.2.2 - Les plateformes des communautés de makers  De  plus  en  plus  de  sites  et  d’espaces  en  ligne  se  spécialisent  dans  le  domaine  du  DIY   afin   de   répondre   aux   communautés   des   makers   qui   sont   en   pleine  expansion.      Partager  du  DIY  en  ligne  ne  change  pas  ses  valeurs  et  n’augmente  pas  la  capacité  à  créer,  cependant  le  partager  en  ligne  permet  une  propagation  plus  rapide  et  plus   massive   ainsi   que   des   échanges   plus   nombreux.   Comme   citait   Chris  Anderson  :  «  Les  ordinateurs  amplifient  le  potentiel  humain  :  ils  n’apportent  pas  seulement  aux  gens  le  pouvoir  de  créer,  mais  aussi  celui  de  diffuser  leurs  idées  rapidement,  de  créer  des  communautés,  des  marchés,  voire  des  mouvements.  »38      Les  plateformes  qui  réunissent  les  makers  sont  diverses  et  variées.  On  peut  citer  des   sites   thématiques,   des   wikis,   des   forums,   des   réseaux   sociaux   et   des  plateformes  de  vente.  Par  ailleurs,  toutes  ses  plateformes  ont  le  même  objectif  :  de   réunir   des   amateurs   et   des   professionnels   partageant   une   passion   en   un  même  endroit  afin  qu’ils  échangent  et  partagent  des  projets.      Nous   avons   listé   dans   deux   grilles   les   principales   plateformes   françaises   et  internationales  dans  le  monde  du  DIY.                                                                                                                        37  Ibid.,  p.  9.  [page  différente]38  Ibid.,  p.  9.  [page  différente]
  • 36. Je  fais  donc  je  suis  –  Apprendre  Do  It  Yourself    36  En  France  :      Sites  professionnels  Réseaux  sociaux   Forums  /  wiki  /  blog   Plateforme  de  vente  /  promotion  Geocyclab,  plateforme  de  recherche.  http://www.geocyclab.fr/      Bricolons,  bricolage  et  DIY  (bâtiment).  http://www.bricolons.org/    Hackerspaces.org,  Wiki  français  des  hackerspaces.  http://hackerspaces.org/wiki/France    Ulule,  plateforme  de  crowdfunding.  http://fr.ulule.com/          Planet  made  in  Fr,  le  DIY  Made  in  France.  http://planet.madeinfr.org/    Knowtex,  communauté  créative  et  innovante.  http://www.knowtex.com/    La  grotte  du  barbu,  forum  dédié  aux  hackers  et  population  DIY.  http://www.lagrottedubarbu.com/forum/    A  little  market,  plateforme  de  vente  d’objets  100%  fait  main.  http://www.alittlemarket.com/    Just  Diy  It,  pour  les  amateurs  et  passionnés  d’enceintes  acoustiques  DIY.  http://www.justdiyit.com/    Threadandneedles,  communauté  couture  et  DIY.  http://www.threadandneedles.fr/    Passion  DIY,  forum  sur  tous  types  de  domaines  DIY.  http://www.passiondiy.fr/forum/index.php?sid=4b84cb39c89af94b0252c358976293a5    Dawanda,  plateforme  de  vente  d’objets  100%  fait  main.  http://fr.dawanda.com/         Semageek,  forum  pour  l’électronique  et  la  robotique  DIY.  http://forum.semageek.com/index.php    Fait  maison,  plateforme  de  vente  d’objets  100%  fait  main.  http://www.fait-­‐maison.com/         Homeservey,  blog  geek  et  DIY.  http://homeserver-­‐diy.net/        A  l’internationale  :    Sites  professionnels   Réseaux  sociaux   Forums  /  wiki  /  blog   Plateforme  de  vente  /  promotion  Makezine,  contenus  éditoriaux  sur  le  DIY  (presse,  blog,  communauté...).  http://makezine.com/    Make  Project,  uniquement  des  contenus  de  contributeurs.  http://blog.makezine.com/projects/    Bazaaz  Bizarre,  blog  de  créations  artisanales.  http://www.bazaarbizarre.org/index.html    Kickstarter,  plateforme  de  crowdfunding.    http://www.kickstarter.com/    Do  It  Yourself,  plateforme  comprenant  des  DIY  et  possibilité  de  contribuer.  http://www.doityourself.com/#b    Craftser,  communauté  en  ligne  pour  l’artisanat  et  le  bricolage.    http://www.craftster.org/    Life  Hacker,  Blog  :  des  hack  de  la  vie  de  tous  les  jours.      http://lifehacker.com/    Microcosm  Publishing,  Editeur  et  distributeur  indépendant  à  Portland,  dans  lOregon.  http://microcosmpublishing.com/    Popular  Mechanic,  contenus  éditoriaux  DIY.  http://www.popularmechanics.com/      Instructables  pour  échanger  des  tutoriaux.  http://www.instructables.com/    Crimethinc,  blog  d’un  ancien  anarchiste  qui  aujourd’hui  publie  des  livres  ou  distribue  des  communiqués  de  presse  pour  la  lutte  contre  la  mondialisation.  http://www.crimethinc.comEtsy  pour  vendre  ses  productions.  http://www.etsy.com/    
  • 37. Je  fais  donc  je  suis  –  Apprendre  Do  It  Yourself    37  /    Makibox,  éditorial  et  boutique  en  ligne.  http://makibox.com/    DIY  Bio,  communauté  du  DIY  et  de  la  biologie.  http://www.diybio.eu/    DIY  Drones,  wiki  de  DIY  des  drones  par  Chris  Anderson.  http://diydrones.com/      BHG,  revue  bimestrielle  du  DIY  pour  la  décoration  d’intérieur  et  de  l’équipement  des  maisons.  http://www.bhg.com/    Thingiverse  pour  échanger  et  partager  des  ressources  sur  la  conception  numérique.  http://www.thingiverse.com/          Arduino,  plateforme  Arduino.  http://arduino.cc/en/    SoundCloud,  plateforme  de  distribution  audio  en  ligne  sur  laquelle  les  utilisateurs  peuvent  collaborer,  promouvoir  et  distribuer  leurs  projets  musicaux.  https://soundcloud.com/      Vimeo,  plateforme  de  distribution  vidéo  sur  laquelle  les  utilisateurs  peuvent  publier  leur  propre  scénario.  http://vimeo.com/          Cette  liste  n’est  pas  exhaustive.  Il  existe  une  multitude  de  sites,  de  blogs  et  de  plateformes  qui  s’intéressent  au  DIY  et  qui  regroupent  de  grandes  communautés  d’utilisateurs.  Il  est  possible  de  retrouver  des  communautés  DIY  dans  à  peu  près  tous   les   domaines   :   mode,   biologie,   robotique,   maison,   bâtiment,   conception  numérique,  hacking,  musique  …    Il  ne  faut  pas  non  plus  négliger  les  réseaux  sociaux  et  site  traditionnel  tel  que  Facebook,   Twitter,   Pinterest   et   Youtube   qui   sont   aussi   porteur   de   grandes  communautés  et  de  contenus  de  makers.      Le   développement   de   ces   nouvelles   plateformes   web,   des   applications   et   les  innovations  dans  les  dix  dernières  années  ont  rendu  plus  facile  pour  les  makers  de  contourner  les  studios  professionnels  afin  de  créer  eux-­‐mêmes.  Laccès  au  web  en  haut  débit  et  la  prolifération  de  ces  plateformes  ont  donné  aux  makers  la  possibilité  de  faire  leurs  propres  films,  enregistrements,  ou  tutoriel  et  de  les  partager  au  reste  de  la  communauté  instantanément.      2.2.3 - Les valeurs du DIY en ligne2.2.3.1 - L’aspect communautaire  Sur   toutes   ses   plateformes,   l’aspect   collaboratif   et   communautaire   semblent  être  une  évidence  et  indispensable.  Le  fait  de  faire  contribuer  et  collaborer  les  makers  permet  de  mettre  en  avant  l’intelligence  collective  de  la  communauté  
  • 38. Je  fais  donc  je  suis  –  Apprendre  Do  It  Yourself    38  afin  d’acquérir  un  plus  fort  potentiel  de  création.  Ces  espaces  de  dialogue  sur  le  web  permette  un  apprentissage  populaire  par  la  communauté  et  visent  à  créer  et   à   renforcer   les   liens   entre   les   individus   de   différents   âges,   cultures   et  horizons.    Les  makers  utilisent  le  DIY  sur  le  web  en  :    • échangeant  • partageant  • se  retrouvant  • discutant  • diffusant  • jouant  • commentant  2.2.3.2 - La diffusion du savoir  Grâce  à  des  partages  d’informations,  des  conseils  détaillés  et  à  une  expertise  de  la  communauté  presque  instantanée,  le  DIY  permet  de  prendre  confiance  en  soi  et  en  sa  capacité  à  comprendre  et  à  créer.    Le   DIY   permet   aux   individus   d’apprendre   sans   avoir   de   connaissances  particulières.  Plusieurs  facteurs  montrent  que  le  DIY  sur  le  web  peut  être  utilisé  comme  un  mode  d’apprentissage  à  part  entière,  pour  acquérir  des  savoir-­‐faire  :      • Zéro   connaissance  :   Il   n’y   a   pas   besoin   d’avoir   des   connaissances   et  compétences  particulières  dans  un  domaine  pour  réaliser  un  produit  DIY.  Bien   souvent   les   informations   sont   écrites   pour   tous   car   elles   sont  simples  de  compréhension.  • Un   problème   =   une   solution  :   Chaque   problème   à   sa   solution   car   la  communauté  aide  à  solutionner  des  problèmes  et  partage  les  solutions  (exemple  des  forums).  Chaque  question  posée  remplie  le  fond  du  savoir  collectif  car  un  autre  makers  peut  rencontrer  le  même  problème.  • Tous  les  domaines  :  Aujourd’hui  sur  le  web  il  est  possible  de  retrouver  des  ressources  sur  tous  les  types  de  domaines.  • Découverte  :   Les   individus   bénéficient   de   la   découverte   de   la  communauté  (nouvelle  sources  d’information,  produit,  lois,  normes…).  • Atelier   de   création  :   Le   web   peut   être   considéré   comme   un   immense  atelier   de   création   et   de   diffusion   ouvert   et   sans   jugement.   Chaque  individu   peut   déposer   son   projet   ce   qui   mènera   à   des   échanges   et  discussions.    • Réseaux  de  redistribution  :  Le  web  est  un  grand  réseau  de  redistribution  car  l’un  de  ses  principes  élémentaires  est  le  partage      Suite  à  cette  liste  sur  les  apports  du  DIY  en  ligne  sur  l’acquisition  de  savoir-­‐faire  nous  pouvons  dire  que  l’apprentissage  par  du  DIY  en  ligne  est  :    
  • 39. Je  fais  donc  je  suis  –  Apprendre  Do  It  Yourself    39  • Transmis   par   la   communauté  :   rappel   de   la   théorie   de   l’apprentissage  par  les  pairs.  Sur  le  web,  c’est  la  communauté  qui  nourrit  les  contenus  DIY  et  qui  les  transmet,  les  partage  et  les  commente.  • Transmis   par   l’expérience   et   l’action  :   rappel   de   la   théorie   de  l’apprentissage  par  l’expérience.  C’est  en  faisant  ou  en  reproduisant  que  l’on  apprend.  • Transmis   par   la   prise   de   responsabilité  :   rappel   de   la   théorie   de  l’apprentissage  par  soi-­‐même.  C’est  en  faisant  le  choix  de  créer  que  l’on  réfléchi   comment   faire,   comment   réaliser   et   comment   concevoir.   On  connaît  donc  mieux  le  produit,  sa  qualité  et  son  fonctionnement  et  l’on  acquiert   un   savoir-­‐faire   ainsi   qu’une   expertise   sur   la   conception   de   ce  projet.  On  peut  donc  par  la  suite  enseigner  et  conseiller  à  son  tour.    2.2.4 - Du maker amateur au maker professionnel  Comme   nous   l’avons   dit   précédemment   les   makers   ont   toujours   existé,  cependant  certains  makers  deviennent  des  professionnels  :  ils  convertissent  leur  passion  en  un  business  et  deviennent  entrepreneurs.    Par  exemple,  sur  le  site  Etsy  que  nous  avons  listé  dans  la  liste  des  sites  de  vente  en  ligne  de  produit  fait  main,  des  amateurs  peuvent  ouvrir  une  boutique  en  ligne  avec  leur  produit  et  passer  d’amateur  à  professionnel  selon  le  taux  de  vente  de  leur  production.    L’Arduino  est   un   de   ces   exemples   de   DIY   électronique   qui   a   connu   un   franc  succès  dans  le  monde  entier.    Arduino   est   une   carte   microcontrôleur   qui   peut   être   programmée   pour  produire   des   signaux   électriques   de   manière   à   effectuer   des   tâches   sur  toutes   sortes   d’appareils   domestiques   (lampe,   capteur,   moteur…)   ou   à  exercer  du  pilotage  de  robots.  Elle  a  été  inventée  en  Italie  par  cinq  amis,  de  la  société  Banzi.    Ce  petit  circuit  imprimé  est  sortie  en  2005  et  a  initié  une  révolution  du  DIY  dans  lélectronique.  Ce  composant  peut  être  disponible  pour  une  trentaine  de  dollars  mais  il  est  aussi  possible  de  construire  son  propre  Arduino  car  la  totalité   des   schémas   électroniques   et   les   codes   sources   sont   fournis  gratuitement  sous  licence  libre  sur  internet.      Arduino  a  bouleversé  le  monde  du  DIY  électronique  car  il  est  devenu  l’un  des   projets   les   plus   influents   du   matériel   libre.   Fin   2011,   on   annonçait          250  000  cartes  Arduino  vendues  à  travers  le  monde  sans  compter  celles  qui  ont   été   réalisé   chez   les   particuliers,   sachant   que   80%   du   marché   est  concentré  aux  Etats-­‐Unis  et  en  Europe.  Aujourd’hui,  la  société  a  créé  une  propre  industrie  du  DIY  électronique  car  il  y  a  plus  de  200  distributeurs  de  produits  Arduino  dans  le  monde.      
  • 40. Je  fais  donc  je  suis  –  Apprendre  Do  It  Yourself    40  3 - ESPACES NUMERIQUES : MAKERSPACESDepuis   2010,     le   partage   de   DIY   ne   se   fait   plus   uniquement   sur   le   web.   De  nouveaux   lieux   propices   à   cette   culture   du   «  faire  »   voient   le   jour   :   des  makerspaces.  Ces  espaces  numériques  permettent  aux  utilisateurs  de  fabriquer  presque  n’importe  quoi.  Mais  au-­‐delà  de  simple  atelier  de  fabrication,  ces  outils  sont  également  des  facteurs  de  transmission  de  savoir-­‐faire.  Comme  le  précise  Fabien  Eychenne  39:  «  On  sort  des  1024  pixel  ».  3.1 - LE MAKERSPACE HERITIER DU DIY  Le   makerspace   est   un   lieu   ouvert   de   travail   collaboratif   regroupant   la  communauté   des   makers.   Lorientation   des   makerspaces   est   déterminée   et  destinée  pour  cette  communauté.  On  trouve  des  machines  qui  sont  reliés  à  des  ordinateurs  et  à  des  outils  numériques.  Les  makerspaces  sont  des  héritiers  du  mouvement  du  bricolage  et  du  DIY.  3.2 - LA COMMUNAUTE DES MAKERS  Etant   donné   que   le   makerspace   est   un   lieu   ouvert,   il   touche   donc   toutes   les  personnes  intéressées  par  le  milieu  du  DIY.    Cependant,  cette  population  n’est  pas  forcément  le  cœur  de  cible  des  makerspaces.  La  majorité  des  individus  présents  dans  ces  lieux  reste  aujourd’hui  des  makers  en  affinité  avec  le  numérique.    Ce  mélange  de  population  est  très  intéressant  car  on  observe  une  importante  mixité  dans  la  communauté  et  donc  la  naissance  de  projets  variés.  On  retrouve  plusieurs  typologies  d’individus  :  • des  personnes  qui  aiment  bricoler  ou  «  bidouiller  »  par  loisir,  que  ce  soit  avec  des  objets  physiques  ou  dans  le  domaine  du  numérique  • des  utilisateurs  qui  exercent  des  professions  plutôt  intellectuelles  comme  des   ingénieurs   et   qui   sont   frustrés   par   la   difficulté   d’avoir   une   activité  manuelle  dans  leur  vie  professionnelle  • des  individus  aux  professions  plus  manuelles  comme  des  designers,  des  artistes…  • des  makers  avec  un  fort  lien  avec  le  numérique  et  l’informatique    Lenquête  «  Mapping  hackers  survey  »40  faite  en  2012,  a  analysé  la  communauté  des  makers  et  leur  provenance.  Cette  enquête  a  récolté  le  témoignage  de  138  participants  (82,6%  hommes  et  17,4%  de  femmes)  de  11  à  64  ans,  présent  dans                                                                                                                  39  Chef  de  projet  à  la  Fing  40  Jarkko  Moilanen.,  Mapping  hackers:  DIY  community  survey  2012  results  [07-­‐2012],  Statistical  studies  of  peer  production  http://surveys.peerproduction.net/2012/07/mapping-­‐hackers-­‐diy-­‐community-­‐survey-­‐2012-­‐results/    
  • 41. Je  fais  donc  je  suis  –  Apprendre  Do  It  Yourself    41  56   communautés   de   DIY   (des   FabLab,   des   hackerspaces,   des   DIYbio41  et   des  makerspaces),  dans  16  pays  différents.      Dans  87,1%  des  cas,  la  majorité  des  répondants  provenait  de  communautés  de  makers  actives.  Environ  29%  des  participants  ont  vécu  en  Amérique  du  Nord,  66%  en  Europe  et  près  de  5%  en  Australie.    En  2011,  dans  94%  des  cas,  le  profil  type  du  makers  est  un  homme  de  27  à  31  ans  qui  a  un  niveau  supérieur  (“College”  ou  “Hight  School”).  En  2012,  le  profil  type  évolue  peu  mais  il  est  moins  répandu.  Dans  64%  des  cas,  un  makers  est  un  homme  de  27  à  30  ans  et  issus  dun  niveau  supérieur.      Cependant,   depuis   2010   on   remarque   que   de   plus   en   plus   de   différentes  typologies   dindividu   se   rendent   dans   des   makerspaces   car   les   catégories  tendent  à  séquilibrer.        3.3 - LE MAKERS : BRICOLEUR OU INGENIEUR ?  Dans  un  makerspace,  on  cherche  à  produire  soi-­‐même  et  aussi  avec  les  autres  mais  avec  l’appui  d’outils  numériques.  On  vient  pour  travailler  sur  son  projet  ou  sur  le  projet  de  quelqu’un  d’autre,  en  apprenant  quelque  chose  ou  en  apprenant  à  autrui.    L’idée  principale  transmise  dans  un  makerspace  est  que  chaque  membre  «  peut  le  faire  »,  apprendre  et  montrer  l’exemple  aux  autres,  malgré  ses  compétences,  ses  savoirs,  son  profil  et  son  métier.  Ce  concept  va  à  l’encontre  de  la  pensée  de  Levi   Strauss42.   Pour   lui,   le   savant   se   distingue   du   bricoleur.   Nous   pouvons  comparer  le  makers  au  bricoleur  de  Lévi  Strauss.  Il  affirme  :      «  Le  bricoleur  est  apte  à  exécuter  un  grand  nombre  de  tâches  diversifiées  ;  mais,  à  la  différence  de  l’ingénieur,  il  ne  subordonne  pas  chacune  d’elles  à  l’obtention   de   matières   premières   et   d’outils,   conçus   et   procurés   à   la                                                                                                                  41  Laboratoire  de  fabrication  biologique  42  Claude  Levi  Strauss  est  un  anthropologue  et  ethnologue  français  qui  a  exercé  une  influence  décisive  sur  les  sciences  humaines
  • 42. Je  fais  donc  je  suis  –  Apprendre  Do  It  Yourself    42  mesure  de  son  projet  :  son  univers  instrumental  est  clos,  et  la  règle  de  son  jeu  est  de  toujours  s’arranger  avec  les  «  moyens  du  bord  »»43  Selon  Strauss,  les  bricoleurs  exercent  des  activités  avec  des  moyens  détournés  s’en   avoir   réfléchit   au   projet   en   lui-­‐même   et   n’ayant   pas   de   «  projet   précis  »  mais  des  «  idées  fortes  »  :  «  ça  peut  toujours  servir,  ça  peut  fonctionner  ».  L’opinion  de  Levi  Strauss  sur  la  définition  du  «  bricoleur  »  est  donc  divergeant  par  rapport  à  la  réflexion  des  makers.  En  effet,  comme  il  montre,  le  bricoleur  construit  avec  les  moyens  du  bord,  agence  autrement,  utilise  des  objets  dans  d’autres  contextes  et  prend  du  plaisir  dans  la  combinaison  nouvelle  de  projet.  Cependant,  les  makers  estiment  que  chaque  bricoleur  peut  être  un  ingénieur  et  acquérir   les   capacités   à   réfléchir   aux   projets   sans   pour   autant   avoir   fait   des  études.3.4 - LES TYPOLOGIES DE MAKERSPACESPlusieurs  typologies  de  makerspaces  existent  :    • les  entrepreneurials  et/ou  privés  • les  militants,  grand  public  et/ou  pro-­‐amateur  • les  institutionnels  et  éducationnel    Au  sein  de  cette  communauté  de  makers  on  trouve  différents  établissements  de  makerspaces  :  des  hackerspaces,  des  techshops  et  des  FabLab.  3.4.1 - Les hackerspacesLes   activités   des   hackerspaces   sont   variées   par   rapport   aux   cultures   et   aux  personnes  fréquentant  les  lieux.  Globalement,  dans  ces  lieux,  lobjectif  est  de  produire  des  projets,  de  nouvelles  idées  et  de  les  partager.  Ces  projets  se  font  au  travers  datelier  en  groupe  et  de  présentation  lors  de  cours.  Les  hackerspaces  se  rapprochent  du  mouvement  DIY  de  la  culture  punk  car  ils  ont  vu  leur  apparition  durant   les   années   60   et   se   sont   développés   de   manière   complètement  autonome  voir  anarchiste.  3.4.2 - Les techshopA  l’opposé,  les  techshop  sont  des  lieux  privés  et  gérés  par  des  entreprises  qui  mettent   à   disposition   de   manière   payante   les   machines   et   les   outils   dont   ils  disposent.   De   la   même   manière   que   toutes   les   autres   typologies   des  makerspaces,  ils  s’adressent  à  la  même  population.  Bien   souvent   les   techshop   ont   une   plus   grande   superficie   que   les   autres  typologies   de   makerspaces   car   ils   disposent   de   moyens   financiers  supplémentaires.   Leur   organisation   reste   similaire   aux   autres   makerspaces,                                                                                                                  43  Claude  Lévi-­‐Strauss,  La  pensée  sauvage  [1962],  Pocket  1990  
  • 43. Je  fais  donc  je  suis  –  Apprendre  Do  It  Yourself    43  cependant   les   membres   ne   sont   pas   obligés   de   partager   les   sources   de   leur  projet,  le  principe  de  données  ouvertes  n’ait  pas  appliqué.  3.4.3 - Les FabLab3.4.3.1 - HistoriqueEn  2011,  le  professeur  Neil  Gershenfeld44  du  Centre  des  bits  et  atomes45  met  en  place   le   premier   laboratoire   de   fabrication   numérique   dans   le   cadre   du  laboratoire   interdisciplinaire   au   Massachusetts   Institute   of   Technology46.   Ce  laboratoire  avait  comme  objectif  premier  détudier  la  fabrication  numérique  de  matières  atomiques,  cest  à  dire  produire  et  assembler  des  matières  palpables  par  le  biais  doutils  numériques.  Pour  cela,  Gershenfeld  réunit  en  un  seul  endroit  des   machines   pour   usiner   des   matériaux,   mettre   au   point   des   circuits  électroniques   et   programmer   des   microcontrôleurs.   Il   organisa   aussi   des  formations   nommées   :   «  How   to   make   almost   anything  »   (comment   faire  presque  tout)  pour  que  des  étudiants  et  des  makers  apprennent  à  prendre  en  main  et  à  détourner  les  machines  pour  les  adapter  à  leurs  besoins.  3.4.3.2 - Qu’est-ce qu’un laboratoire de fabrication numérique ?Selon  la  définition  de  Neil  Gershenfled  un  laboratoire  de  fabrication  numérique  est  :  Un   réseau   de   labo   local   permettant   linvention   et   la   fabrication   par   la  fourniture  daccès    aux  outils  de  fabrications  digitales  à  des  individus.  Vous   pouvez   utiliser   le   FabLab   pour   faire   tout   ce   que   vous   pouvez   et   le  partager  avec  les  autres  utilisateurs.  Léducation  au   FabLab   se  déroule  par  le  projet  et  la  pratique.  Vous  êtes  sollicité  pour  contribuer  aux  documentations  et  instructions.Ce  concept  intègre,  recouvre  et  hésite  entre  diverses  orientations:  actions  sociales,   éducatives,   artistiques   et   réflexions   économiques   et   techniques  autour   de   la   notion   de   Nouveau   Monde   industriel.   Il   est   également   une  proposition   dimplantation   dans   la   société   des   sanctuaires   que   sont   les  labos,  la  science  et  la  technique.3.4.3.3 - La charte du MIT  Pour  être  appelé  FabLab,  les  laboratoires  doivent  respecter  une  charte  mis  en  place  par  le  MIT.    Ci  dessous,  la  traduction  en  français  de  la  charte  :                                                                                                                      44  Neil  Gershenfeld  est  professeur  au  MIT  45  CBA  :  Centre  for  Bits  and  Atoms  46  MIT,  en  français  Institut  de  technologie  du  Massachusetts.  Cet  institut  est  une  institution  de  recherche  et  une  université  américaine,  spécialisée  dans  les  domaines  de  la  science  et  de  la  technologie.    
  • 44. Je  fais  donc  je  suis  –  Apprendre  Do  It  Yourself    44  «  Mission  :  les  fab  labs  sont  un  réseau  mondial  de  laboratoires  locaux,  qui  rendent  possible  linvention  en  ouvrant  aux  individus  laccès  à  des  outils  de  fabrication  numérique.      Accès  :  vous  pouvez  utiliser  le  fab  lab  pour  fabriquer  à  peu  près  nimporte  quoi   (dès   lors   que   cela   ne   nuit   à   personne)   ;   vous   devez   apprendre   à   le  fabriquer  vous-­‐même,  et  vous  devez  partager  lusage  du  lab  avec  dautres  usages  et  utilisateurs.      Education   :   la   formation   dans   le   fab   lab   sappuie   sur   des   projets   et  lapprentissage  par  les  pairs  ;  vous  devez  prendre  part  à  la  capitalisation  des  connaissances  à  et  à  linstruction  des  autres  utilisateurs.      Responsabilité  :  vous  êtes  responsable  de  :  -­‐  La  sécurité  :  Savoir  travailler  sans  abimer  les  machines  et  sans  mettre  en  danger  les  autres  utilisateurs  ;    -­‐    La  propreté  :  Laisser  le  lab  plus  propre  que  vous  ne  lavez  trouvé  ;  -­‐   La   continuité   :   Assurer   la   maintenance,   les   réparations,   la   quantité   de  stock  des  matériaux,  et  reporter  les  incidents  ;      Secret  :  les  concepts  et  les  processus  développés  dans  les  fab  labs  doivent  demeurer   utilisables   à   titre   individuel.   En   revanche,   vous   pouvez   les  protéger  de  la  manière  qui  vous  choisirez.      Business  :  des  activités  commerciales  peuvent  être  incubées  dans  les  fab  labs,  mais  elles  ne  doivent  pas  faire  obstacle  à  laccès  ouvert.  Elles  doivent  se  développer  au-­‐delà  du  lab  plutôt  quen  son  sein  et  de  bénéficier  à  leur  tour   aux   inventeurs,   aux   labs   et   aux   réseaux   qui   ont   contribué   à   leur  succès.  »47  3.4.3.4 - Des FabLab au quatre coins du monde  Les  laboratoires  de  fabrication  numérique  ont  vu  le  jour  en  2011,  aux  Etats-­‐Unis,  mais  ce  sont  rapidement  répandus  en  Europe,  principalement  aux  Pays  Bas,  en  Norvège,   en   Angleterre   puis   en   Espagne.   Désormais,   lon   peut   compter   1   à   2  laboratoires  dans  les  grandes  villes  de  pays  développés.  Selon  le  répertoire  du  MIT48,   le   nombre   de   FabLab   respectant   la   chate   du   MIT   sélevait   à   144  laboratoires  en  mai  2012.  3.5 - ENJEUX ET CARACTERISTIQUES3.5.1 - Innovation par lusager et innovation ouverte                                                                                                                47  FabLab,  «  Charte  des  Fab  Labs  »  [en  ligne] http://FabLab.fr/projects/project/charte-­‐des-­‐fab-­‐labs/  [Consulté  le  :  10/03/2013]  48  FabCentral,  «  The  Fab  Chater  »  [en  ligne]  http://fab.cba.mit.edu/about/labs/  [Consulté  le  10/03/2013]  
  • 45. Je  fais  donc  je  suis  –  Apprendre  Do  It  Yourself    45  De   la   même   manière   que   le   web   collaboratif   (web   2.0)   qui   a   démocratisé   les  outils  de  partage  et  de  collaboration  en  permettant  aux  internautes  de  devenir  «  acteurs  »  dans  leur  choix  et  dans  leur  projet,  les  makerspaces  permettent  aux  bricoleurs  de  devenir  «  auteurs  »  en  concevant  leur  produit.    Ces  lieux  entraînent  des  processus  dinnovations  variées  :    Linnovation  par  l’usager  (user  innovation)  :  comme  le  précise  Eric  Von  Hippel  dans   l’étude   «  The   source   of   Innovation  »49,   dans   81%   dinnovation,   cest  lutilisateur  qui  :  • perçoit  qu’un  progrès  de  l’instrument  est  nécessaire  • invente  l’instrument  • construit  un  prototype  • prouve  que  le  prototype  a  une  valeur  en  l’utilisant  • diffuse  des  informations  détaillées  sur  la  valeur  de  son  invention  et  sur  la  façon  dont  le  prototype  peut  être  répliqué.    Cest  lorsque  quun  individu  prend  en  main  un  produit  quil  se  rend  compte  des  détails  ou  utilisations  qui  ne  fonctionnent  pas.  Cest  donc  en  faisant  des  retours  aux  créateurs,  que  ceux-­‐ci  peuvent  améliorer  le  produit.  Linnovation  est  donc  déplacée  de  lingénieur  à  lutilisateur,  cest  qui  sappelle  linnovation  ascendante  ou  l’innovation  par  l’usager.    Ce   principe   est   tout   à   fait   repris   dans   les   makerspaces   puisque   les   individus  prennent  en  main  des  objets  de  tous  les  jours  pour  les  modifier  ou  les  détourner  afin  de  répondre  à  leur  besoin.    Linnovation  ouverte  (open  innovation)  :  Linnovation  ouverte  reprend  plusieurs  principes  qui  ont  été  initié  par  le  web  :    • le   principe   de   données   ouvertes  :   lensemble   des   projets   dans   les  makerspaces  est  offert  à  la  communauté.  En  effet,  lorsquun  projet  a  été  réalisé,   les   plans,   la   documentation   technique,   etc.   sont   diffusés   et  partagés  afin  que  chaque  membre  puisse  le  refaire  à  son  tour  ou  le  faire  évoluer.    • le   principe   dhorizontalité  :   dans   les   makerspaces,   il   ny   a   pas   de  hiérarchie   au   sein   des   structures.   Les   individus   nont   pas   de   rôles  délimités  et  donc  chacun  est  libre  de  créer,  dapprendre,  de  modifier,  de  participer…  Ces   deux   principes   reprennent   le   même   système   instauré   par   le   modèle  «  bazar  »   de   la   communauté   de   «  bidouilleurs  »   de   Linux.   En   effet,   comme  explique   Eric   Raymond50  dans   son   ouvrage   la   «  Cathédrale   et   le   bazar  »   la                                                                                                                  49  Eric  Von  Hippel,  The  source  of  Innovation  [1988],  Oxford  University  Press  50  Raymond  est  un  hacker  américain  célèbre  à  qui  lon  doit  notamment  la  popularisation  du  terme  open  source  par  opposition  à  free  software  (ou  logiciel  libre).  
  • 46. Je  fais  donc  je  suis  –  Apprendre  Do  It  Yourself    46  tradition  du  partage  du  code  et  des  données  ouvertes  a  permis  au  système  Linux  davoir  un  système  stable,  compétent  et  très  réactif  :    De   plus,   la   libre   disponibilité   du   code   source   en   fait   des   bidouilleurs  efficaces.    Ceci  peut  se  révéler  incroyablement  utile  pour  réduire  le  temps  de   débogage.   (...)   suggéreront   des   corrections,   et   vous   aideront   à  améliorer  le  code  bien  plus  rapidement  que  vous  nauriez  pu  le  faire,  si  vous  étiez  laissé  à  vous  même.  51  Comme  le  modèle  Linus,  les  makerspaces  permettent  dinnover  par  linnovation  ouverte.   Chaque   membre   réalise   et   publie   un   projet   et   le   reste   de   la  communauté   est   libre   de   refaire   le   projet,   lutiliser   et   de   le   modifier   pour  apporter  des  améliorations  ou  le  faire  évoluer  pour  répondre  à  dautres  besoins.        Olivier  Gendrin52  :    Nous   baignons   dans   un   lieu   où   les   gens   sont   en   tablier,   travaille   et  réfléchisse  de  différentes  manières.  C’est  donc  très  porteur  de  création  et  d’invention.  Nous  avons  envie  de  créer,  de  réaliser,  de  tester  voir  même  de  se  planter  sur  des  projets.  Travailler  à  deux  ou  à  plusieurs  est  beaucoup  plus  porteur  de  création,  on  est  plus  créatif  à  plusieurs  car  l’on  va  avoir  plus  d’idée,  plus  de  recul  que  tous   seul.   Ce   FacLab   permet   au   individu   de   différents   horizons   et   de  différents  âges  de  se  rencontrer  pour  créer  des  projets  ensemble  alors  que  dans  la  vraie  vie  ils  ne  se  seraient  probablement  jamais  rencontrés.53  3.5.2 - La diffusion des savoir-faire3.5.2.1 - Les processus dapprentissageMalgré  le  fait  que  lon  séloigne  des  espaces  virtuels  numériques  et  que  lon  se  retrouve   dans   des   espaces   physiques  :   des   salles,   les   méthodes   et   les   outils  dapprentissage  restent  cependant  bien  différents  de  ceux  des  salles  de  classe.  Il  est  possible  dapprendre  par  :  • les  paires  • laction  et  lexpérience  (en  mode  projet)  3.5.2.2 - L’apprentissage par les pairsDans  les  makerspaces,  lapprentissage  par  les  pairs  est  différent  de  celui  dans  un  système  scolaire  traditionnel.  Comme  nous  lavons  vu  précédemment,  ces  lieux  sont  organisés  sur  un  modèle  horizontal,  cest  à  dire  quil  ny  a  pas  de  détenteur  du   savoir,   contrairement   à   une   salle   de   classe   où   le   professeur   est   le   seul   à  pouvoir  enseigner.                                                                                                                    51  Eric  S.  Raymond,  The  Cathedral  and  the  Bazaar  [1998],  Linux  France,  11/08/1998  52  FabManageur  du  FacLab,  à  Gennevilliers  92230  53    Interview  complète  en  annexe  n°2  –  Interview  Olivier  Gendrin,  FabManager  au  FacLab  
  • 47. Je  fais  donc  je  suis  –  Apprendre  Do  It  Yourself    47  Dans  ces  structures,  les  makers  nont  pas  de  rôles  délimités,  chaque  membre  peut   être   un   enseignant   ou   un   apprenant   et   inversement.   Lobjectif   est   de  transmettre  à  autrui  un  savoir  ou  une  compétence  afin  que  celui-­‐ci  soit  à  son  tour  capable  de  le  transmettre.    Dans   ces   lieux,   on   regarde,   on   observe   et   on   explique,   ce   qui   permet  dapprendre  de  manière  informelle.  Les  makers  apprennent  autour  de  projet  et  utilisent  les  machines  comme  support  dapprentissage.  Laura  Pendelle  54  :    La  grosse  différence  en  apprenant  dans  un  FabLab  plutôt  qu’avec  un  tuto  derrière  son  ordinateur  est  que  malgré  la  communauté  en  ligne  qui  peut  être   présente,   on   na   pas   de   réel   soutien,   de   démonstrations,   de   guides  contrairement  à  un  FabLab  où  la  communauté  et  directement  sur  place  et  disponible.  55  Dans  les  makerspaces,  les  professeurs  sont  donc  remplacés  par  les  makers,  qui  tour  à  tour  enseignent  et  apprennent  selon  leur  compétence  et  leur  savoir.  Les  séances  de  cours  sont  remplacées  par  des  séances  de  travail  autour  de  projet  ce  qui   entrainent   d’autres   modes   dapprentissage   :   des   apprentissages   en   mode  projet.  Olivier  :      Ici  on  peut    réellement  échanger,  collaborer  ou  partager  des  connaissances  et   compétences   sur   différentes   problématiques   ou   techniques   sans   pour  autant  enseigner.  Nous  n’avons  pas  de  notion  de  prof  élève,  nous  sommes  tous  au  même  niveau  pour  inventer  et  réaliser  ensemble.  Cet   environnement   est   très   propice   au   développement   des   idées   et   à  lémergence  de  projet.  3.5.2.3 - L’apprentissage par lactionApprendre   par   des   outils   numériques   autour   de   projet   n’apporte   pas   des  réponses   pré-­‐faites,   mais   au   contraire   entraine   de   nouvelles   problématiques  apportant  des  apprentissages  différents.  Comme  précise  Kevin  Kelly56  :  Ce   que   nous   apporte   avant   tout   la   technologie   ne   repose   pas   sur   des  solutions   toutes   faites,   mais   au   contraire,   sur   le   fait   que   la   technologie  nous  pousse  toujours  à  apprendre.  La  leçon  de  la  technologie  ne  repose  pas  dans  ce  qu’elle  permet  de  faire,  mais  dans  le  processus.57                                                                                                                  54  Laura  Pandelle  est  designer  à  Paris  55  Interview  complète  en  annexe  n°1  –  Interview  Laura  Pandelle,  designer  56  Kevin  Kelly  est  éditeur  de  Wired  Magazine  57  Kevin  Kelly,  «  Achieving  Techno-­‐Literacy  »  [en  ligne]  http://www.nytimes.com/2010/09/19/magazine/19FOB-­‐WWLN-­‐Kelly-­‐t.html?ref=technology&_r=0    [Consulté  le  10/03/13]
  • 48. Je  fais  donc  je  suis  –  Apprendre  Do  It  Yourself    48    Dans   ces   espaces,   lapprentissage   en   mode   projet   seffectue   par   différents  procédés  :  • Par  léchec  :  contrairement  à  lécole,  léchec  est  toujours  une  option  dans  un  projet  et  est  facteur  dapprentissage,  • Par  lessai  :  lessai  et  le  test  sont  toujours  développés,  les  individus  vont  explorer  ensemble  en  testant  pour  trouver  des  solutions  et  découvrir  de  nouvelles  choses,  • Par   la   collaboration   :   le   travail   déquipe   est   naturellement   encouragé  dans  ces  lieux.  Le   résultat   de   lélaboration   dun   projet   au   sein   dun   makerspace   est   de  construire   soi-­‐même   ses   connaissances,   d’amener   à   une   réflexion,   réfléchir   à  des  problématiques  et  aux  étapes  de  conception  et  non  pas  de  réussir  à  réaliser  un  objet  ou  prototype.  Comme  précise  Neil  Gershenfeld  58:  Le  concept  de  ces  lieux  va  au-­‐delà  d’un  simple  lieu  dédié  au  prototypage  rapide.  On  ne  vient  pas  seulement  dans  un  makerspace  pour  produit  un  projet  mais  pour  faire  et  apprendre.  Ce  qui  apporte  un  véritable  enjeu  pour  un  apprentissage  différent.  3.5.3 - Vecteur dempowerment«  L’empowerment  est  le  processus  par  lequel  des  personnes,  des  organisations  et  des  communautés  peuvent  acquérir  la  maîtrise  des  événements  qui  les  concernent.  Diverses  traductions  ont  été  proposées  en  français  :  «  capacitation  »,  «  développement  du  pouvoir  dagir  »,  «  autonomisation  »,  «  responsabilisation  »,  «  émancipation  ».59Les   makerspaces   sont   vecteurs   dempowerment   car   ces   lieux   permettent   aux  individus  dêtre  davantage  acteurs  plutôt  que  consommateurs.  Lempowerment  au  sein  de  ces  lieux  numériques  se  développe  par  plusieurs  critères.  3.5.3.1 - Un climat de réassurance  La  communauté  est  un  critère  encourageant  la  confiance  en  soi  et  la  créativité  individuelle.   Dans   la   conception   dun   projet   chaque   membre   est   invité   à  participer  pour  ajouter  et  partager  ses  compétences.  De  plus,  lorsquun  individu  veut   produire   un   projet   il   est   en   permanence   encouragé   par   le   reste   de   la  communauté  en  le  poussant  dans  son  projet  et  en  lui  relayant  lidée  que  lui  aussi  «  il  peut  le  faire  ».                                                                                                                58  Neil  Gershenfel  est  professeur  au  MIT  59  Wikipedia,  «Empowerment»,  [En  ligne],  http://fr.wikipedia.org/wiki/Empowerment  [Consulté  le  10/02/2013]      
  • 49. Je  fais  donc  je  suis  –  Apprendre  Do  It  Yourself    49  Donner   confiance   aux   individus   en   les   soutenant   dans   leur   projet   permet  dinstaurer  un  climat  de  réassurance  et  de  créativité  ce  qui  encourage  lindividu  à  créer.3.5.3.2 – La capacitation à faire  Comme   nous   l’avons   montré   précédemment,   le   fait   d’arriver   à   concevoir   et  produire   un   objet   ou   un   projet   soi-­‐même   permet   à   lindividu   d’acquérir   de  nouveau  savoir-­‐faire  et  donc  davoir  la  capacitation  à  faire.  Cette  capacitation  permet  aux  makers  d’être  autonome  dans  ses  projets  et  donc  de  retrouver  une  certaine  liberté.Ces  lieux  numériques  permettent  donc  d’apprendre  autrement  et  de  redonner  confiance  à  l’individu  autour  de  projet  individuel  ou  en  groupe.  De  plus  en  plus,  les  FabLab  et  les  makerspaces  tendent  à  devenir  des  lieux  d’apprentissage  en  mode  projet  et  en  donnant  la  possibilité  aux  gens  d’avoir  la  capacité  à  savoir-­‐faire  et  non  plus  d’uniquement  de  «  savoir  et  de  connaître  ».      En   effet,   début   2012   Obama   a   reconnu   l’importance   et   l’intérêt   de   ces   lieux  numériques.   Il   a   lancé   un   programme   destiné   à   construire   1000   makerspaces  équipés   d’outils   numériques   et   machines   (imprimantes   3D,   découpes   laser…)  dans   les   écoles   américaines   d’ici   les   quatre   prochaines   années.   Les   salles   de  classe   tendront   donc   à   retrouver   un   apprentissage   manuel   afin   que   la   future  génération   soit   davantage   capable   de   concevoir   des   projets   liés   aux  problématiques  d’aujourd’hui  en  développant  les  processus  d’innovation  et  cela  dès  le  plus  jeune  âge.      
  • 50. Je  fais  donc  je  suis  –  Apprendre  Do  It  Yourself    50    4 - GRILLE DE COMPARAISON DES METHODESD’APPRENTISSAGE  Méthode  d’apprentissage  Lieux   Acteurs   Outils   Place  d’internet  Autonomie  Points  positifs  Limites  Ecole   Salle  de  cours  Professeurs  –  élèves  Papier,  crayon,  manuel,  bibliothèque  Limité  à  quelques  cours  en  fonction  de  la  formation  Non,  lieu  avec  règle  et  programme  à  suivre  Conseils  et  explications  détaillés  théoriques.  Encadrement  et  suivi  d’un  professeur  Programme  scolaire  précis  à  suivre.  Pas  réellement  possible  de  dévier  sur  d’autres  sujets  Makerspaces  Atelier   Communauté  de  markers  et  le  FabManager  Machines,  ordinateurs,  livres  Forte     Oui  et  non,  lieu  avec  règle  à  suivre  mais  autonome  dans  ses  projets  à  partir  du  moment  où  on  ne  gène  pas  la  communauté    Conseils  et  explications  détaillés  par  des  démonstration  Modèle  horizontal  donc  pas  de  vrai  encadrement  des  individus.  Univers  encore  très  geek    DIY  sur  internet  Derrière  son  ordinateur  ,  smartphone  ou  tablette  Communauté  en  ligne  Web  (site,  forum,  vidéo…).  Indispensable  Oui   Beaucoup  d’exemples  et  des  ressources  Faire  le  choix  de  la  bonne  ou  mauvaise  information  seul.  Pas  d’encadrement.  Seul   Ou  on  veut,  dans  un  atelier,  un  ordinateur,  salle…  Soi-­‐même   Tous   Possible   Oui   Autonomie  dans  ce  que  l’on  fait.  Avoir  l’inspiration  seul.  Pas  d’encadrement.      
  • 51. Je  fais  donc  je  suis  –  Apprendre  Do  It  Yourself    51  III - DEMONSTRATION  1 - DOMAINE DE LHABILLEMENT ET LA COUTURE  Pour  démontrer  nos  affirmations  exposées  dans  les  parties  précédentes,  nous  avons  réalisé  une  étude  de  cas  dans  un  domaine  spécifique  :  l’habillement  et  la  couture,  afin  de  savoir  s’il  est  possible  d’acquérir  des  savoir-­‐faire  par  soi-­‐même  ou   si   passer   par   l’apprentissage   enseigné   par   l’école   est   indispensable   pour  apprendre.      Nous  avons  souhaité  nous  concentrer  sur  le  domaine  de  l’habillement  et  de  la  couture  pour  plusieurs  raisons.      60  Historique  :  Historiquement,  le  métier  à  tisser  Jacquard   est   considéré   comme  un   ancêtre   de   la   plupart   des  ordinateurs   mécaniques   et   est  fréquemment  cité  dans  les  frises  chronologiques   de   lhistoire   de  linformatique   et   de  lautomatisation.  En   1728,   Jean   Baptiste   Falcon  utilisa   pour   la   première   fois   un  programme   gravé   sur   des  plaquettes  de  bois  pour  changer  plus  facilement  de  patron  sur  les  machines  à  tisser.    Le   métier   à   tisser   Jacquard  adapta   lidée   de   Falcon.   Il   a   été  mis   en   place   par   Joseph  Jacquard 61  en   1801   car   tisser  était   une   tâche   délicate   et  compliquée   mais   extrêmement  répétitive.   Joseph   chercha   donc  une   manière   dautomatiser   ce  travail.  En  1801,  il  construit  un  métier  à  tisser  commandé  par  une  série  de  cartes  performées   qui   permettaient   denregistrer   un   programme   de   motif.   En   1812,      10  000  machines  furent  construites  et  distribuées  en  France.    Les   trous   dans   les   cartes   permettaient   aux   tiges   de   choisir   les   fils   appropriés  pour  chaque  ligne  de  tissus.                                                                                                                    60  Joel  Mokyr,  The  Lever  of  Riches  :  Technological  Creativity  and  Economic  Progress,  p102  61  Joseph  Jacquard  est  né  le  7  juillet  1752  à  Lyon,  mort  le  7  août  1834  à  Oullins.  Il  est  l’inventeur  du  métier  à  tisser  semi-­‐automatique  
  • 52. Je  fais  donc  je  suis  –  Apprendre  Do  It  Yourself    52    En  1830,  Charles  Baggage62  décida  d’incorporer  les  cartes  des  métiers  à  tisser  Jacquard,   pour   automatiser   son   «  Analycal   Engine  »,   une   machine   à   calculer  comprenant  des  concepts  modernes  de  linformatique.    Formations  :    Ensuite,   comme   nous   l’avons   fait   remarquer   dans   la   première   partie   de   ce  mémoire,  les  places  pour  accéder  à  une  formation  où  l’on  acquiert  des  savoir-­‐faire  particuliers  sont  rares.  Les  écoles  ou  les  formations  de  couture  sont  soit  privées   et   payantes,   comme   ESMOD63,   LISAA64  ou   encore   ECL65  ou   alors   les  places   sont   très   restreintes   à   l’entrée   comme   la   structure   de   l’éducation  nationale  le  Greta66  de  la  Création,  du  Design  et  Métiers  d’Art.  Nous  pouvons  donc  dire  qu’il  est  difficile  d’intégrer  une  formation,  dans  ce  domaine.    DIY  et  couture  :  Puis,   comme   nous   l’avons   précisé   dans   la   second   partie   de   ce   mémoire,   le  mouvement   du   «  fais   le   toi   même  »   est   devenu   aujourd’hui   un   marché   voir  même   une   industrie.   Le   DIY   peut   être   un   moyen   d’apprentissage   pour   les  créateurs  de  vêtements  qui  souhaiteraient  apprendre  de  nouvelles  techniques  de  couture  (coudre  une  veste,  un  sac...).  De  plus,  les  créateurs  ont  tendance  à  eux  même  créer  ou  partager  des  DIY.  Un  véritable  écosystème  du  DIY  ou  plutôt  du  DIWO  ce  met  en  place.  Ces  personnes  sont  de  plus  en  plus  intéressées  par  l’éco-­‐citoyenneté.   Elles   vont   davantage   chercher   à   recycler,   customiser   ou  encore   faire   elles-­‐mêmes,   plutôt   que   d’acheter.   La   customisation   ou   la  conception   dans   le   domaine   de   l’habillement   est   devenu   presque   banal   :   par  exemple,  le  fait  de  savoir-­‐faire  un  ourlet  de  pantalon,  recoudre  un  bouton  ou  ajouter   des   breloques   à   un   pull   unis...   Pourtant   la   majorité   de   ces   personnes  n’ont  pas  fait  d’études  de  couture.    Enfin,  le  domaine  de  la  couture  et  du  DIY  est  de  plus  en  plus  présent  sur  le  web.  Une  multitude  de  sites,  de  réseaux  sociaux  ou  de  plateformes  voient  le  jour  dans  ce  milieu  en  pleine  expansion.    1.1 - LA COUTURE ET WEB  Aujourd’hui,  de  plus  en  plus  de  sites  et  de  blogs  se  lancent  dans  le  «  fais  le  toi  même  »  basé  sur  le  domaine  des  loisirs  créatifs  dont  la  couture.                                                                                                                    62  Charles  Baggage  est  né  le  26  décembre  1791  et  mort  le  18  octobre  1871  à  Londres.  Il  était  un  mathématicien,  inventeur,  visionnaire  britannique  du  xixe  siècle  qui  fut  lun  des  principaux  précurseurs  de  linformatique.  63  http://www.esmod.com/fr/index.html    64  Institut  Supérieur  des  Arts  Appliquées  http://www.lisaa.com/index.php    65  Ecole  de  Couture  à  Lausanne  http://www.ecoledecouture.ch/journal.html    66  http://www.cdma.greta.fr/      
  • 53. Je  fais  donc  je  suis  –  Apprendre  Do  It  Yourself    53  1.1.1 - Les réseaux sociaux  Les  réseaux  sociaux  comportent  énormément  de  ressources  DIY  ou  de  tutoriels  pour  apprendre  à  faire  soi-­‐même.                Facebook  regroupe  une  grosse  communauté  adepte  de  ce  mouvement.  En  effet,  on   compte   un   nombre   impressionnant   de   groupes   ou   de   pages   basés   sur   le  partage   de   DIY,   de   tutoriels,   de   vidéos,   de   conseils   et   d’échanges   entre  internautes.                Pinterest,  plus  récent,  concentre  aussi  une  grosse  participation  sur  le  domaine  de  la  couture  et  du  DIY.  Ce  site  y  consacre  une  rubrique  à  part  entière  basée  sur  tous  les  DIY  partagés  par  la  communauté  et  cela  mis  à  jours  quotidiennement.                Threadandneedles  (ou  T&N  pour  le  public  proche  de  ce  site),  est  un  nouveau  site  communautaire,  lancé  en  2010,  regroupant  la  communauté  couture  et  DIY  francophone.  Il  se  base  sur  le  thème  de  la  couture,  de  la  création  textile  et  du  DIY.   Le   public   cible   de   ce   site   sont   tous   des   néophytes   et   des   passionnés   qui  souhaitent   partager   leur   passion.   Cette   plateforme   comporte   aussi   un   forum  d’entraide,   une   galerie   de   créations   des   membres   et   des   articles   publiés  quotidiennement.   A   la   fois   groupe   de   discussion,   T&N   propose   comme  fonctionnalités   des   groupes   géographiques   réunissant   les   «needlenautes»   par  région  ou  des  groupes  thématiques.      Fiche  du  site  :    Coeur  de  cible  :  25-­‐35  ans.    Nombre  de  membres  :  2  600+    Nombre  de  projets  publiés:  10  000+    Pages  vues  par  mois  :  env.  715  000    
  • 54. Je  fais  donc  je  suis  –  Apprendre  Do  It  Yourself    54  Visiteurs  par  mois  :  env.  100  000  (Source  Google  Analytics  -­‐  statistiques  au  1  mars  2012)    Première  communauté  couture  francophone  en  nombre  de  pages  vues    (Source  :  Wolfram  Alpha)    Nous  pouvons  citer  d’autres  portails  communautaires  dans  le  but  de  faciliter  la  pratique   des   loisirs   créatifs   et   de   mettre   en   avant   des   créateurs   comme   par  exemple  :                          Madiwi  67est  un  site  entièrement  communautaire,  un  espace  d’expression  libre  pour  favoriser  l’entraide  et  le  partage  entre  tous  les  passionnés  et  pratiquants  de  loisirs  créatifs  (idées,  photos  de  créations,  connaissances,  astuces…)              Craftster68  est  une  communauté  en  ligne  pour  lartisanat  et  DIY,  pour  les  amateurs.  Les  utilisateurs  publient  des  photos  des  projets  dartisanat  quils  ont  réalisé.  La  plateforme  met  en  contact  les  personnes  afin  qu’ils  puissent  poser  des  questions  sur  la  façon  dont  les  projets  ont  été  fait.        Craftzine69  est  une  plateforme  américaine  dédiées  à  la  décoration  d’intérieurs,  textile  et  mode  rattachée  au  magasine  trimestrielle  Makezine  (Maker  Faire).                                                                                                                            67  http://www.madiwi.fr/    68  http://www.craftster.org/    69  http://blog.makezine.com/craftzine/    
  • 55. Je  fais  donc  je  suis  –  Apprendre  Do  It  Yourself    55  1.1.2 - Les sites internet          Hellocoton  est  à  la  base  un  agrégateur  de  blogs  féminins  crée  par  deux  anciens  membres   de   Netvibes.   Voyant   apparaître   en   2008   une   communauté   de  bloggeuses  de  plus  en  plus  importantes  et  de  plus  en  plus  créatives,  ces  deux  entrepreneurs   ont   créé   Hellocoton,   une   plateforme   regroupant   tout   ce  potentiel.    Aujourd’hui,  Hellocoton  connaît  un  franc  succès.  Il  fédère  une  communauté  de  plus   de   30   000   blogeuses   actives   qui   permet   au   site   de   s’enrichir  quotidiennement  avec  de  nouveaux  contenus.    Lui  aussi  comporte  une  importante  rubrique  sur  les  créations  fait  main  dont  la  couture  et  le  textile.    Fiche  du  site  :      1,7  million  de  visiteurs  uniques  (mai  2012  -­‐  Médiamétrie)    Le  succès  d’audience  d’Hellocoton  a  suscité  la  curiosité  du  groupe  Prisma  Média  (anciennement  Prisma  Presse)  qui  l’a  racheté  en  juillet  2012.  Prisma  Média  est  le  deuxième  éditeur  de  presse  magazine  en  France  et  le  leader  de  la  presse  féminine  francophone.  Ce  groupe  touche  plus  de  19  millions  de  femmes  par  mois.  (Print  :  Audience  bi-­‐médias,  Web  :  Médiamétrie/  NetRatings)    Youtube  Comme   nous   l’avons   écrit   plus   tôt,   les   DIY   se   transmettent   par   plusieurs  supports  dont  la  vidéo  qui  est  très  employée  pour  expliquer  comment  faire  en  image.  Youtube,  3ème  site  le  plus  visité  au  monde  avec  105  millions  de  visiteurs  uniques  par  mois70  comporte  un  grand  nombre  de  vidéo  sur  le  DIY.  Par  exemple  si   nous   entrons   la   requête    «  Do   it   yourself   clothes  »,   nous   trouvons   247   000  résultats.        [Consulté  20/12/12]    Bloggeurs  :                                                                                                                  70  Youngplanneur    
  • 56. Je  fais  donc  je  suis  –  Apprendre  Do  It  Yourself    56    Malgré  le  fait  que  la  croissance  des  blogs  soit  moins  forte  qu’il  y  a  6  ou  7  ans,  il  n’y   a   jamais   eu   autant   de   blogs   en   France   quaujourdhui.   Selon   la   secrétaire  nationale  de  lUMP  aux  entreprises,  la  France  est  au  quatrième  rang  mondial  du  nombre  de  blog,  mais  elle  est  au  premier  rang  mondial  en  nombre  de  blogs  par  internaute.  Il  est  difficile  d’estimer  le  nombre  de  blogs  existants  en  France  mais  certains  acteurs  estiment  ces  marchés  entre  15  et  20  millions  de  plateformes.  Comme  aux  Etats-­‐Unis,  la  France  se  rapproche  de  plus  en  plus  de  l’équation  «  1  fille  =  1  blog  ».    Le  blogeur  aime  partager  les  impressions  et  leurs  opinions  sur  leur  blog  qu’ils  considèrent  comme  journal  intime.  Il  n’est  donc  pas  rare  de  voir  sur  un  grand  nombre  d’entre  eux  des  DIY  ou  du  partage  de  DIY.    1.1.3 - Les plateformes de vente en ligne  Le  fait  main  fait  vendre.  Quelques  plateformes  se  disputent  le  marché  du  fait  main.  On  retrouve  quatre  acteurs  majeurs  :  Etsy,  A  little  market,  Dawanda,  ou  encore  Fait  maison  où  les  créateurs  peuvent  non  seulement  vendre  leur  objets  qu’ils  ont  fabriqué  et  réussir  parfois  à  en  vivre.    Etsy  en  chiffres  :  http://www.etsy.com/    • Crée  en  2005,  à  Brooklyn  • En  2011,  la  plateforme  a  généré  525  millions  de  dollars  de  ventes  • Elle   compte   actuellement   15   millions  d’utilisateurs  inscrits  • La  place  de  marché  accueille  875  000  vendeurs  dans  150  pays.  • 1,32  milliards  de  pages  vues  en  avril  2012  • 42  millions  de  visiteurs  uniques  par  mois  en  moyenne  (2011)  • Plus  de  13  millions  d’articles  en  vente  • Elle  emploie  300  personnes.  • 92  millions  de  dollars  de  chiffre  d’affaires    A  little  Market  en  chiffres  :  http://www.alittlemarket.com/    • Crée  en  2008,  en  France  • 180  000  membres  (2012)  • 25  000  artisans  (2012)  • 560  000  produits  en  vente  • 1,5  million  de  visites  par  mois  • Seulement  20  employés  en  2012.  • 2,1  millions  d’euros  depuis  sa  fondation  (en  2008  également)    Dawanda  en  chiffres  :  http://fr.dawanda.com/    • Crée  en  2006,  à  Berlin  • Disponible  en  3  langues  • 130  000  créateurs  inscrits  
  • 57. Je  fais  donc  je  suis  –  Apprendre  Do  It  Yourself    57  • millions  d’articles  en  vente  • 1,7  millions  de  membres  • 7  millions  de  visiteurs  • 100  millions  de  pages  vues  par  mois      Fait  Maison  :  http://www.fait-­‐maison.com/    • Produit  par  Canalblog  • Pas  de  chiffres  à  ce  jour.    1.2 - LE DIY UN BUSINESS  On  peut  voir  aussi  un  business  se  constituer  autour  du  DIY  et  de  la  couture.  En  effet,  des  marques  comme  par  exemple  Chicmaker71,  on  lancé  leur  kit  de  bijoux  (dont  des  bijoux  en  tissus)  à  faire  soi-­‐même  chez  soi.  Ce  site  propose  tous  les  mois  de  recevoir  une  box,  qui  a  connu  un  franc  succès  ces  dernières  années  afin  de  réaliser  ces  bijoux  fait  maison.    Chouettekit72,   autre   site,   propose   6   kits   par   an.   Les   clients   choisissent   pour  chaque  kit  un  thème  couleur  et  un  des  3  kits  qu’ils  préfèrent  réaliser.  Une  box  comprenant  de  la  laine,  des  perles,  du  tissu,  de  la  feutrine  etc  avec  les  produits  choisies  leur  ai  envoyée.  Chouette  Kit  est  conçu  pour  progresser  en  technique,  oser  se  lancer,  avoir  le  plaisir  de  terminer  ce  que  l’on  commence  et  être  fière  de  porter,  utiliser  ou  offrir  ce  que  l’on  a  fait  soi-­‐même.  Pour  chaque  matériau  les  projets  sont  conçus  pour  être  simples  et  rapides  à  réaliser  et  pour  apprendre  de  nouvelles  techniques.      1.3 - LA COUTURE ET LE LIEU NUMERIQUE  Le  domaine  de  la  couture  se  lie  aujourd’hui  avec  la  technologie.  De  nombreux  projets  voient  le  jour  en  alliant  des  compétences  en  couture  et  des  compétences  en  numérique.  Nous  allons  aborder  différents  projets  de  créations  textiles  grâce  à  des  machines  dans  des  espaces  de  fabrication  numérique.    Le   tricot   dirigé   par   machine   ou   tissu   à   capteur   sont   deux   exemples   de  technologies  qui  se  mêlent  à  la  couture.  Ces  deux  concepts  alliant  différentes  machines  permettent  d’avoir  une  matière  première  100%  personnalisable.      1.3.1 - Les tissus personnalisables  Fabienne  Serrières73  est  une  hacktiviste  de  la  machine  à  tricoter.  Elle  a  créé  des                                                                                                                  71  http://www.chicmaker.com/fr/  72  http://www.chouettekit.fr/    73  http://fabienne.us/    
  • 58. Je  fais  donc  je  suis  –  Apprendre  Do  It  Yourself    58  automates   cellulaires   qui   sont   appliqués   sur   des   modèles   de   tricot   afin   de  générer  des  formes,  de  créer  des  codes  et  de  transformer  du  code  en  laine  !                coce,Plus  précoce,  en  2010,  Becky  Stern  et  Lada  Ada74  avaient  construit  un  émulateur  sur   une   machine   à   tricoter   datant   de   1980.   Ces   deux   hackeuses   pouvaient  directement   programmer   sur   un   ordinateur   le   tricot   et   la   maille   qu’elles  souhaitaient.  Ils  ont  partagé  leur  travail  sous  licence  libre  afin  de  faire  contribuer  la  communauté  pour  améliorer  le  produit.    1.3.2 - Les tissus Arduino                                    Nama  Instrument  75  est  un  projet  open  source  conçu  par  Luiz  Gustavo  Ferreira  Zanotello   en   2012   et   réalisé   fin   2012   -­‐   début   2013.   Nama   Instrument   est   un  projet  poétique  et  artistique  qui  représente  l’absence  de  gravité.  Nama  est  une  interface  textile  doté  de  5  capteurs  et  de  fils  conducteur.  Nama  est  basé  sur  Arduino  pour  récolter  les  données  des  capteurs.  Ces  données  sont  récupérées  et  retranscrites  visuellement  et  phonétiquement  grâce  à  un  second  logiciel  personnalisé  en  open  source  aussi.                                                                                                                    74  http://learn.adafruit.com/electroknit    75  http://www.viraseres.com/nama/    
  • 59. Je  fais  donc  je  suis  –  Apprendre  Do  It  Yourself    59      L’interface  textile  peut  être  pliée,  tordue,  serrée  et  manipulée  ce  qui  génère  des  données   numériques   en   temps   réel   à   chaque   mouvement.   Ses   données  numériques  sont  interprétées  et  retranscrites  sur  écran  pour  de  représenter  un  visualisation  et  une  musique  fluide  et  flexible  de  chaque  mouvement.      1.3.3 - La rencontre d’une couturière dans un FabLab  Nous  avons  décidé  d’aller  à  la  rencontre  de  personnes  qui  ont  conçu  des  projets  couture  dans  un  laboratoire  de  fabrication  numérique.    Nous  avons  rencontré  deux  personnes.  Josiane,  femme  au  foyer,  fait  parti  de  lune  dentre  elle.  76    Elle  nous  explique  ce  qui  la  fait  venir  au  FacLab  de  Gennevilliers  :      À   la   base   le   projet   principal   qui   m’a   mené   au   FacLab   comportait   une  problématique  bien  précise  :  je  voulais  réussir  à  découper  du  tissus  (tissu  naturel  :  soie,  coton  biologique,  cuir  etc)  avec  une  procéder  bien  spécifique  qui  m’évite  d’avoir  à  faire  un  surfilage77  à  la  machine  après  la  découpe.  Je  voulais  que  la  matière  ou  la  technologie  utilisée  conserve  la  souplesse  du  tissu  mais  aussi  que  les  produits  utilisés  ne  soient  pas  allergènes.  Je   suis   arrivée   au   FacLab   et   ai   présenté   mon   projet.   J’en   ai   discuté  longuement  avec  les  habitués  du  FacLab  et  nous  avons  effectué  des  tests  :    -­‐  découpe  laser  du  tissu  -­‐  pointe  de  colle  au  bout  du  tissu  -­‐  pointe  de  matières  synthétiques  fondues  à  bout  du  tissu  -­‐  …    Nous  n’avons  pas  trouvé  de  solutions  idéales  à  part  la  découpe  laser  pour  les  tissus  synthétiques.  Nous  sommes  toujours  en  cours  de  recherche.  Le  fait  de  ne  pas  avoir  abouti  à  une  solution  n’est  pas  très  grave.  Au  FabLab  de  nombreux  projets  apparaissent  mais  le  but  n’est  pas  d’arriver  à  les  faire  en  quelques  jours,  l’objectif  est  que  l’on  échange,  que  l’on  teste  et  que  l’on  réfléchisse   ensemble.   Depuis   ce   premier   projet,   un   bon   nombre   d’autres  créations  ont  vu  le  jour.    Comme   il   la   été   précisé   précédemment,   lobjectif   des   FacLab   nest   pas   la  darriver  à  réaliser  un  projet  mais  davoir  réfléchit,  poser  des  problématiques,  essayer  de  résoudre  un  problème  à  plusieurs  pour  développer  ses  compétences.                                                                                                                    76  Interview  complète  de  Josiane  en  annexe  n°  3  -­‐  Interview  Josiane  –  Couturière  au  FacLab  77  Surfilage  :  action  de  surfiler  consiste  à  réaliser  un  arrêt  de  délitement  de  la  maille  du  tissu.  Lorsque  le  tissu  est  coupé,  les  fils  de  trame  et  de  chaîne  étant  libres,  ils  ont  tendance  à  se  désolidariser  lun  de  lautre.  Pour  arrêter  cette  action  on  surfile.  Le  surfilage  peut  se  faire  soit  à  la  machine,  soit  manuellement  ou  encore  être  réalisé  par  lopération  de  gansage.  
  • 60. Je  fais  donc  je  suis  –  Apprendre  Do  It  Yourself    60  À   la   base   j’ai   peu   de   compétences   en   informatique.   A   mon   arrivée   en  Février  2011,  je  savais  faire  très  peu  de  choses  sur  un  ordinateur  :  crée  un  dossier   dans   Windows,   envoyer   un   mail,   rédiger   un   texte   sur   Word,  naviguer   sur   internet.   Mais   je   n’avais   aucune   réelle   compétence  numérique.  Le  FacLab  est  un  univers  que  j’apprécie  énormément,  c’est  un  endroit  où  j’ai  rencontré  des  personnes  que  je  n’aurais  jamais  pu  rencontrer  ailleurs.  Ici   notre   cursus,   notre   métier   et   notre   âge   n’importe   en   rien   dans   les  relations  entre  les  utilisateurs  du  FacLabs.  Nous  partons  du  principe  que  chacun   a   à   apporter   à   autrui   et   a   à   apprendre   de   l’autre.   C’est   un   réel  échange   entre   les   utilisateurs.  Après   8   mois   passés   régulièrement   au  FacLab,  je  sais  réalisée  des  logos  ou  illustrations  sur  Inkskape78  et  utiliser  un   grand   nombre   de   machines   :   découpes   laser,   imprimantes   3D,  ponceuses...    Ces   lieux   sont   bien   porteurs   dapprentissage   car   comme   dit   Josiane,   la  communauté  et  le  dialogue,  léchange,  le  partage  entre  les  makers  est  très  fort  et  permet  dapprendre  les  uns  des  autres.      Nous   pouvons   dire   que   le   domaine   de   la   couture   n’est   finalement   pas   tant  éloigné   du   numérique   car   ce   sujet   est   très   développé   en   ligne   par   les  communautés   qui   s’échangent   les   bons   conseils   pour   faire   par   soi-­‐même.   De  nombreuses   plateformes   spécialisées   de   vente   en   ligne   de   produits   fait   main  connaissent  une  audience  croissante  où  les  internautes  non  seulement  vendent  leur   produit   mais   certains   en   font   même   leur   métier.   Et   enfin,   petit   à   petit  chaque   FabLab,   sont   équipés   de   machine   à   coudre   où   de   nouveaux   projets  alliant  numérique  et  couture  voient  le  jour.      Après   avoir   prouvé   que   le   domaine   de   la   couture   n’est   pas   éloigné   du  numérique,   nous   allons   essayer   de   comprendre   en   quoi   ces   outils   ou   lieux  numériques  nous  permettent  d’acquérir  des  savoir-­‐faire.      2 - FORMULAIRE ET INTERVIEWS : METHODESD’APPRENTISSAGE  2.1 – FAIRE EVOLUER SA MARQUE GRACE A UN FABLAB  Durant  nos  recherches,  nous  avons  rencontré  et  interrogé  plusieurs  entités  qui  ont  crée  leur  marque  de  vêtements.  Nous  nous  sommes  basés  sur  des  profils  de  créateurs  issus  de  formations  et  parcours  divers,  afin  de  comprendre  comment  ces   personnes   ont   développé   leur   marque   et   comment   elles   ont   appris   leur  technique  de  couture.                                                                                                                      78  Inkscape  est  un  logiciel  libre  de  dessin  vectoriel  
  • 61. Je  fais  donc  je  suis  –  Apprendre  Do  It  Yourself    61  Nous  avons  effectué  des  enquêtes  qualitatives  afin  de  recueillir  les  témoignages  de  :    • 14  personnes  autodidactes    • 5  personnes  sortant  de  formation  de  couture  • 1  marque  ayant  élaboré  un  projet  dans  un  FabLab      Ce  recueil  de  témoignages  nous  permet  de  pouvoir  comparer  des   savoir-­‐faire  comparables  (technique  de  couture)  afin  de  confirmer  ou  infirmer  nos  propos  sur  les  parties  précédentes.      Dans   un   premier   temps,   nous   allons   vous   présenter   Rosa   Tapioca79.   Rosa  Tapioca  est  une  marque  de  vêtement  féminin  conçue  et  fabriquée  en  France  et  qui   a   fait   le   pas   d’aller   plus   loin   pour   suivre   les   valeurs   de   sa   marque,   en  concevant  une  machine  au  sein  d’un  FabLab.  80    Rosa   Tapioca   est   enfaite   la   première   marque   à   développer   des   teintures  véritable,  écologiques  et  durables  grâce  à  la  création  d’un  “récupère-­‐couleur”.  Le  “récupère-­‐couleur”  est  une  machine  de  teinture  écologique  d’extraction  de  pigments  d’aliments  ou  de  plantes.  La  particularité  de  cette  machine  est  qu’à  ce  jour  aucune  autre  marque  de  mode  n’avait  encore  pris  l’initiative  de  développer  des  procédés  de  teintures  par  des  matières  organiques  recyclées  ou  des  plantes  locales.      Rosa   tapioca   a   eu   la   belle   initiative   en   juin   2012   de   développer   ce   projet   en  suivant  les  principes  de  l’open  source  (transparence,  partage  et  documentation  sur  la  technologie)  au  travers  d’un  FabLab,  le  Dye-­‐Lab.            Le  «  récupère-­‐couleurs  »  peut  teindre  jusqu’à  10  kg  de  textile  en  une  fois,  soit  une  petite  dizaine  de  mètres  de  tissus.  Avec  sa  cuve  de  200L,  on  peut                                                                                                                  79  http://www.rosatapioca.com/    80  Fiche  du  créateur  en  annexe  n°4  -­‐  Fiche  de  la  marque  Rosa  Tapioca  
  • 62. Je  fais  donc  je  suis  –  Apprendre  Do  It  Yourself    62  aussi  bien  extraire  les  pigments  végétaux  afin  d’obtenir  un  bain  de  teinture  que    teinter  fils  et  textiles.  Par  ailleurs  les  bains  peuvent  être  conservés  afin  d’être   réutilisés   dans   un   souci   d’économie   mais   aussi   de   précision   de   la  couleur  obtenue.  Il  est  important  de  noter  qu’avec  celui-­‐ci,  la  teinture  du  textile   demande   moins   d’eau   et   moins   d’énergie,   l’industrie   textile   étant  responsable   selon   la   banque   mondiale,   de   17   à   20%   de   la   pollution  mondiale  industrielle  des  eaux.81        Le  projet  du  “récupère-­‐couleur”  a  été  réalisé  au  sein  du  FacLab82  à  l’université  de   Cergy   Pointoise   où   nous   avons   aussi   rencontré   Josiane.   Pour   réaliser   ce  projet,  il  a  été  nécessaire  d’aide  financière.  Pour  cela,  la  marque  a  misé  sur  le  crowdfunding83,  sur  le  site  Kiss  Kiss  Bank  Bank84.      Nous  avons  donc  interrogé  Rosa  Tapioca  pour  comprendre  en  quoi  la  réalisation  de  leur  “récupère-­‐couleur”  au  sein  d’un  FabLab  a  été  enrichissante.      Pourquoi   avez   vous   choisi   de   développer   votre   "récupère-­‐couleur"   au  sein  dun  laboratoire  de  fabrication  numérique  ?  Nous  avons  décidé  de  nous  orienter  vers  ce  lieu  car  nous  pouvions  disposer  de  ressources  et  d’outils  techniques  bien  spécifiques  mais  aussi  de  conseils,  le   tout   gratuitement.   Ensuite,   nous   avions   pour   vocation   de   donner   en  open  source  les  plans  et  informations  sur  notre  machine,  la  construire  dans  un  FabLab  savérait  la  suite  logique  pour  partager  notre  projet.    Quel  a  été  pour  vous  lapport  de  créer  cette  machine  au  FacLab  de  Cergy  Pointoise  ?  Le  FacLab  nous  a  principalement  apporté  de  l’entraide  et  de  la  disponibilité  des   individus.   Ce   lieu   est   très   ouvert   pour   tout   projet   donc   une   réelle  dynamique   de   créativité   s’instaure   à   chaque   nouveau   projet.  Économiquement   parlant   aussi   c’est   intéressant   car   c’est   gratuit,   ce   qui  nest   pas   le   cas   de   tous   les   FabLab.   Pour   nous,   petite   marque   française,  cela  nous  a  permis  de  construire  notre  projet  sans  avoir  besoin  d’investir  une   grosse   somme   dans   la   fabrication   (société   de   recherche,   dépôt   de  brevêt…).    Avez  vous  appris  ou  acquis  des  savoir-­‐faire  en  concevant  votre  machine  dans  un  FabLab  ?  Si  oui  lequel  ?  Oui,  Mathieu  qui  s’est  chargé  de  créer  le  “récupère-­‐couleur”  a  acquis  des  savoir-­‐faire  en  électronique  pour  la  programmation  de  la  machine.  De  plus,  travaillant  toujours  sur  le  projet,  il  continue  déchanger  avec  les  personnes  du  FabLab.  C’est  donc  une  collaboration  qui  se  poursuivra  dans  le  temps  !                                                                                                                  81  DyeLab.com,  Le  «  récupère-­‐couleurs  »  –  résultat  &  avancée  du  projet  »,  [En  ligne]  http://dye-­‐lab.com    [Consulté  le  14/11/12],    82  http://www.faclab.org/    83  Plateforme  communautaire  qui  aide  à  collecter  des  fonds  pour  développer  ses  idées  ou  ses  projets  84  http://www.kisskissbankbank.com/  Projet  de  Rosa  Tapioca  sur  Kiss  Kiss  Bank  Bank  :  http://www.kisskissbankbank.com/le-­‐recupere-­‐couleurs-­‐machine-­‐de-­‐teinture-­‐textile-­‐ecologique-­‐et-­‐open-­‐source    
  • 63. Je  fais  donc  je  suis  –  Apprendre  Do  It  Yourself    63    2.2 - ENQUETE DE TERRAIN2.2.1 - Réalisation d’une enquête  L’élaboration  d’un  questionnaire  est  importante  pour  recueillir  le  témoignage  du  public.   Grâce   à   l’analyse   des   réponses,   nous   récolterons   des   informations   qui  apporteront   une   meilleure   connaissance   des   types   d’apprentissage   de   savoir-­‐faire  en  tant  qu’autodidacte  et  leur  apport.  Le  type  d’information  qui  doit  être  recueilli   pour   l’élaboration   de   cette   enquête   est   principalement   des  informations   qualitatives,   puisque   le   but   est   de   connaître   les   manières  d’apprentissage   possible   et   les   techniques   utilisées   pour   coudre   ainsi   que   de  faire   une   comparaison   des   acquisitions   des   savoir-­‐faire   par   rapport   à   des  personnes  issues  de  formations  spécialisées  dans  ce  domaine.  Mener   cette   enquête   consiste   à   interroger   des   personnes   à   l’aide   de   deux  questionnaires  :  • un  pour  les  personnes  autodidactes85  • un  pour  les  personnes  issues  d’une  formation  en  couture86  2.2.2 - Les objectifs de l’enquête  Les  objectifs  de  ce  questionnaire  sont  multiples.  Dans  un  premier  temps,  le  but  est   de   connaître   la   manière   dont   les   autodidactes   ont   acquis   leur   savoir-­‐faire  dans   le   domaine   de   la   couture.   Ensuite,   nous   chercherons   à   savoir   si   les  typologies   d’apprentissage   utilisées   aboutissent   toutes   à   un   même   résultat   et  permettent   d’acquérir   les   mêmes   techniques   et   étapes   pour   concevoir   une  collection   de   vêtements   ou   un   modèle.   Enfin,   nous   en   déduirons   si   une  personne   autodidacte   à   autant   de   chance   de   vivre   de   ses   créations   qu’une  personne  ayant  effectué  une  formation  dans  ce  domaine.      2.2.3 - Les hypothèses  Les   hypothèses   lors   d’une   enquête   doivent   être,   à   la   fin   de   l’analyse,   des  réponses  soit  confirmées,  soit  infirmées,  soit  annulées.  Plusieurs  hypothèses  peuvent  être  formulées  :      • Une   personne   autodidacte   peut   aussi   bien   réussir   qu’une   personne  formée  par  l’école.  • Les  techniques  et  étapes  de  conception  d’un  vêtement  sont  plus  précises  chez   une   personne   ayant   suivi   une   formation   que   chez   une   personne  autodidacte.                                                                                                                  85  Formulaire  d’interview  des  autodidactes  en  annexe  n°5  -­‐  Fomulaire  des  autodidactes  86  Formulaire  d’interview  des  autodidactes  en  annexe  n°6  -­‐  Formulaire  des  personnes  issues  de  formation  
  • 64. Je  fais  donc  je  suis  –  Apprendre  Do  It  Yourself    64  • Pour  évoluer,  les  autodidactes  souhaitent  continuer  à  apprendre  par  eux-­‐mêmes   contrairement   aux   personnes   issues   de   formation   qui  souhaiteraient  toujours  évoluer  dans  un  domaine  scolaire.  • Les  personnes  ayant  effectué  une  formation  préfèrent  travailler  avec  des  spécialistes  sorties  de  formation  plutôt  que  des  autodidactes.      2.2.4 - La taille de l’échantillon  L’effectif  de  la  population  interrogée  est  de  19  personnes  :87  Créateurs  autodidactes  :  • Thorgard  • Kaloca  • L’usine  à  bulle  • Sapacina  • Cécile  Bidouillage  • Poch  K  • Zanahary  • les  Queues  de  Sardines  • By  LZB  • Mystikha  • Katiwa  • Vanye.C  • Wawilak  • Mrtipoi      Créateurs  issus  de  formation  :  • Follow  the  white  rabbit  • Orangé  Pressée  • Magloo  • Lady  Cloud  • Coxeline        Toutes  ces  personnes  sont  des  créateurs  qui  ont  soit  fait  la  couture  leur  métier  ou  qui  ont  la  couture  pour  profession  secondaire.  Chacun  de  ses  19  créateurs  vend  ses  créations  sur  internet  ou  en  boutique.    2.2.5 - La population de l’enquête  Pour  cette  enquête,  nous  avons  interrogé  une  petite  partie  de  personnes  de  la  population   mère.   Nous   avons   fait   attention   d’interroger    différents   profils   de  créateurs   qui   ont   chacun   leur   propre   marque   et   un   travaille   abouti   pour   leur  marque  et  leur  création.  Les   créateurs   qui   ont   répondu   à   notre   enquête   sont   majoritairement   des  femmes  entre  25  et  35  ans.                                                                                                                      87  Liste  des  créateurs  interrogés  en  annexe  n°7  -­‐  Les  créateurs  interviewés  
  • 65. Je  fais  donc  je  suis  –  Apprendre  Do  It  Yourself    65  2.2.6 - La diffusion du questionnaireLes  formulaires  ont  été  diffusés  à  partir  du  09/12/12  pendant  deux  semaines  à  une   sélection   de   créateurs   (différents   profils   de   créateurs   en   fonction   de   la  valeur  de  leur  marque).  
  • 66. Je  fais  donc  je  suis  –  Apprendre  Do  It  Yourself    66  2.2.7 - L’analyse des réponses        
  • 67. Je  fais  donc  je  suis  –  Apprendre  Do  It  Yourself    67        
  • 68. Je  fais  donc  je  suis  –  Apprendre  Do  It  Yourself    68  La  technique  :  Globalement,   la   différence   entre   les   personnes   autodidactes   et   les   personnes  issues   de   formation   se   fait   peu   ressentir   dans   les   étapes   de   créations   d’un  vêtement  ou  d’une  collection.  Les  étapes  citées  ont  toutes  été  données  globalement  dans  le  même  ordre  :      • recherche,  thématique,*  • recherche  des  tissus  • dessins,  croquis  papier  • patron  • coupe  de  tissus  • réalisation  de  prototype  • modification  et  adaptation  du  prototype  sur  mannequin**  • réalisation  du  produit  final  • déclinaison  éventuelle  (couleur,  matière...)  • photo  du  produit  ou  shooting  photo  • mise  en  vente  sur  internet  ou  en  boutique    Cependant,  deux  phases  se  différencient  pour  les  deux  groupes  d’individus.      *Les   personnes   issues   de   formations   insistent   beaucoup   plus   sur   la   phase   de  réflexion   en   amont.   Toutes   les   personnes   interrogées   ont   définit   la   première  phase   comme   étant   celle   de   la   recherche.   Voici   les   mots   qui   en   sont   sortis   :  «  Recherche,   thème,   ligne   directrice,   ambiance,   fil   conducteur,   tissus,   matière,  matériaux,  couleur.  »  Alors  que  pour  les  autodidactes  seulement  6  personnes  sur  14  ont  abordés  cette  phase.  Ils  initient  leur  première  phase  de  conception  par  une  phase  de  dessin  et  de  croquis,  mais  n’effectuent  pas  de  recherche  au  préalable.    **La  deuxième  étape  se  distinguant  chez  les  personnes  issues  de  formation  est  la   phase   de   création   du   produit.   Toutes   les   personnes   sortant   d’études   de  couture  ont  insisté  sur  la  phase  de  prototype  du  modèle.  Toutes  ces  personnes  réalisent  un  prototype,  l’adapte,  l’ajuste  pour  ensuite  en  faire  un  modèle  alors  que  chez  les  personnes  autodidactes  cette  étape  était  moins  évidente.  Après  la  phase  de  patronage,  certaines  personnes  passaient  directement  à  la  découpe  de  tissus  pour  la  réalisation  du  produit  final.      Lors   des   réponses   des   19   créateurs,   nous   avons   remarqué   aussi   que   le  vocabulaire   utilisé   par   les   personnes   issues   de   formations   étaient   plus   précis,  plus  techniques  et  comportaient  des  informations  plus  détaillées  et  référencées.  Par  exemple  :  «  Pour  élaborer  une  jupe,  je  me  refaire  aux  normes  de  conception  universelles,  c’est  à  dire  que  j’ajoute  automatiquement  2cm  de  plus  à  l’arrière  de  la  jupe  car  ce  sont  les  règles  de  création.  »    La  reconnaissance  :  Nous   avons   demandé   à   ces   deux   groupes   de   personnes   si   le   travail   en  collaboration   avait   plus   d’intérêt   avec   une   personne   autodidacte   ou   une  
  • 69. Je  fais  donc  je  suis  –  Apprendre  Do  It  Yourself    69  personne  «  professionnelle  »  sortant  de  formation.    Sur   19   personnes   uniquement   2   (un   personne   dans   chacun   des   groupes)   ont  avoué  qu’elles  préféraient  travailler  avec  des  personnes  sortant  de  formations  professionnelles  car  cela  apportait  plus  de  sûreté  et  de  qualité  au  projet.    Pour  le  reste,  la  formation  a  peu  d’importance  ce  qui  compte  pour  elles  sont  :    • l’expérience  • la  qualité  du  travail  • le  coup  de  cœur  pour  le  travail  • l’expérience  enrichissante  de  la  collaboration  • la  personne  passionnée  • l’échange  • apprendre  de  l’autre  • avoir  un  avis  objectif  sur  ses  créations  2.2.8 - Les réponses aux hypothèses  Une  personne  autodidacte  peut  aussi  bien  réussir  qu’une  personne  formée  par  l’école.  Oui,   une   personne   autodidacte   peut   autant   réussir   qu’une   personne   issue   de  formation.   Ce   questionnaire   l’a   prouvé   car   sur   14   personnes   autodidactes,   6  personnes  vivent  de  leur  création  et  2  personnes  sont  inscrites  à  la  Chambre  de  l’Industrie  et  du  Commerce  en  tant  qu’artisan.      Les  techniques  et  étapes  de  conception  d’un  vêtement  sont  plus  précises  chez  une  personne  ayant  suivi  une  formation.  Ce  formulaire  nous  a  démontré  que  les  étapes  de  conception  d’un  vêtement  ou  d’une   collection   pour   les   deux   typologies   d’individus   sont   globalement  similaires.  Cependant,  nous  remarquons  que  certaines  étapes    qui  se  rapportent  à   d’autres   techniques   que   la   couture   sont   peu   abordés   par   les   créateurs  autodidactes  comme  par  exemple  :  la  phase  de  cadrage  (recherche,  analyse  des  besoins,  de  l’environnement,  les  cibles,  les  objectifs,  etc.),  la  phase  d’adaptation  d’un  vêtement  aux  tailles  standard  et  les  références  aux  normes.      Pour   évoluer,   les   autodidactes   souhaitent   continuer   à   apprendre   par   eux-­‐mêmes  contrairement  aux  personnes  issues  de  formation  qui  souhaiteraient  toujours  évoluer  dans  un  domaine  scolaire.  Suite   à   notre   analyse,   cette   hypothèse   s’infirme   puisque   les   autodidactes  comme  les  personnes  sortant  de  formation  souhaitent  d’abord  avoir  recours  à  des  apprentissages  par  eux-­‐mêmes  via  des  outils  web,  (tutoriel,  DIY  en  ligne…)  puis  apprendre  par  la  transmission  des  pairs.  Ensuite,  le  troisième  apprentissage  souhaité  est  la  formation  courte  (stage,  DIF,  formation  accélérée  etc.).    Les   personnes   ayant   effectué   une   formation   préfèrent   travailler   avec   des  spécialistes  sorties  de  formation  plutôt  que  des  autodidactes.  
  • 70. Je  fais  donc  je  suis  –  Apprendre  Do  It  Yourself    70  Cette  hypothèse  est  fausse  car  dans  presque  la  totalité  des  cas,  les  créateurs  préfèrent   travailler   avec   des   personnes   en   qui   ils   ont   confiance   et   qu’ils  admirent  leur  travail  et  cela  peut  importe  leur  cursus.  2.3 - BILAN  Nous   avons   montré   que   l’apprentissage   d’un   savoir-­‐faire   peut   se   faire   de  différentes   manières  :   par   le   lieu   traditionnel   de   l’école,   seul,   grâce   aux  ressources  et  aux  communautés  du  web  et  dans  un  laboratoire  de  fabrication  numérique.  Le  web  et  les  laboratoires  de  fabrication  numérique  ne  peuvent  pas  remplacer  intégralement  une  formation  complète  à  l’école.  Comme  nous  l’avons  montré  dans  cette  enquête  ainsi  que  dans  la  partie  précédente,  ces  outils  et  ces  lieux  numériques  offrent  une  grande  valeur  ajoutée  aux  formations  traditionnelles  car  elles   apportent   de   la   démonstration,   de   l’expertise,   de   l’essaie   et   des   tests.  Cependant,  hors  formation  scolaire  dans  un  domaine  spécifique,  il  est  difficile  d’acquérir   tous   les   savoirs   et   tous   les   savoir-­‐faire   liés   à   ce   domaine   sans   un  programme   précis   du   métier.   Comme   l’enquête   l’a   montré,   chaque  «  autodidacte  »   couturier   est   capable   de   gérer   une   marque,   concevoir   des  produits   et   les   vendre   mais   techniquement   nous   avons   vu   que   pour   certain  d’entre  eux,  les  compétences  hors  couture,  telles  que  le  cadrage  d’un  projet,  le  marketing  de  la  marque  ou  l’adaptation  d’un  projet  à  son  environnement  n’est  pas  une  évidence  pour  tous.        Les   outils   et   les   lieux   numériques   permettent   de   faire   plus   rapidement   car   la  communauté   nous   montre   quels   procédés,   outils   et   gestes   utiliser  contrairement  à  l’école  où  on  nous  enseigne  des  connaissances  qu’il  faut  par  la  suite   mettre   en   situation.   Il   est   donc   plus   rapide   d’apprendre   un   savoir-­‐faire  derrière   un   ordinateur   ou   dans   un   makerspace   en   suivant   les   conseils   et  démonstrations.  Néanmoins,  l’école  nous  enseigne  une  réflexion  par  rapport  à  un   savoir-­‐faire   que   nous   n’avons   pas   forcément   avec   ces   outils   et   lieux  numériques   puisque   nous   sommes   dans   la   répétition   ou   l’adaptation.  L’enseignement   traditionnel   lui,   nous   donne   des   connaissances   liées   à   une  situation  afin  que  nous  adaptions  ces  connaissances  à  un  contexte.  L’objectif  de  l’enseignement   est   de   pousser   l’élève   à   réfléchir   et   à   prendre   position   en  mettant  en  œuvre  ou  non  les  savoirs  qu’il  a  appris  dans  l’exécution  d’un  savoir-­‐faire.      Il  est  donc  possible  d’apprendre  à  faire  «  seul  »  sans  un  encadrement  scolaire  en  utilisant   des   outils   et   lieux   numériques   toutefois   pour   certains   domaines   et  métiers,   l’acquisition   de   savoirs   à   l’école   semblent   toujours   élémentaires   et  indispensables  pour  suivre  les  normes.          
  • 71. Je  fais  donc  je  suis  –  Apprendre  Do  It  Yourself    71  FAIRE TOUS, TOUT SEUL ?  Dans  ce  mémoire  de  recherche,  nous  avons  montrer  quelles  étaient  les  limites  de   l’apprentissage   dans   le   système   éducatif   traditionnel  :   contrôle   des  formations,   comparaison   des   compétences   d’un   élève   avec   un   système   de  notation,  capital  culturel  inégal  pour  les  apprenants…  Mais  nous  avons  aussi  vu  que  les  méthodes  d’apprentissage  du  système  éducatif  n’étaient  pas  les  seules  existantes  :  apprentissage  par  les  pairs,  par  soi-­‐même,  par  l’action  et  par  les  nouvelles  technologies.  Ces  méthodes  d’apprentissage  en  rupture  avec  celle  du  système  éducatif  redeviennent  de  plus  en  plus  utilisées  par  tous  :   avoir   la   réponse   à   ses   questions   grâce   à   un   forum,   suivre   les   conseils  prodigués  par  son  père  lors  de  bricolage,  essayer  de  réparer  un  objet  soi-­‐même  en  suivant  pas  à  pas  un  tutoriel  ou  encore  apprendre  lors  d’un  projet  en  groupe.  Ces   activités   sont   représentatives   d’un   mouvement   ancien  :   celui   du   Do   It  Yourself,  c’est  à  dire  de  faire  soi-­‐même,  qui  était  l’emblématique  de  la  culture  punk  des  années  70.    Le   web   a   pris   une   grande   place   dans   l’échange   et   le   partage   de   ses   actions  quotidiennes  Do  it  yourself.  Nombreuses,  rapides  et  massives,  les  informations  traitant   de   ses   activités   se   transmettent   énormément   sur   le   web   par   des  plateformes   en   ligne  :   des   réseaux   sociaux,   sites   éditoriaux,   sites   spécialisés,  vidéos,  wiki  etc.  D’importantes  communautés  de  makers  se  construisent  et  se  lient  sur  le  web  pour  partager,  apprendre  et  découvrir  ensemble.      Depuis  2010,  tout  ne  se  passe  plus  sur  le  web,  des  espaces  physiques  réunissant  ces   communautés   de   makers   se   créent   en   ayant   une   politique   de   «  bonne  conduite  »   bien   particulière  :   des   makerspaces.   Ces   lieux   s’implantent   dans   le  monde  entier,  Amérique,  Europe,  Afrique  et  Asie.  Ce  sont  des  espaces  physiques  regroupant  des  makers  d’orientations  différentes,  dans  le  but  de  partager,  de  créer  et  d’apprendre  ensemble  à  l’aide  de  machines  et  d’outils  numériques.  Leur  méthodes  d’apprentissage  sont  en  opposition  avec  celles  de  l’école  :  l’erreur  est  accepté   et   est   une   solution   possible,   l’apprentissage   se   fait   au   travers  d’exercices  et  de  projets  et  l’organisation  repose  sur  un  système  horizontal,  il  n’y  a  donc  pas  de  hiérarchie  entre  les  individus.    On  se  rend  compte  que  grâce  à  ces  outils  et  lieux  numériques  il  est  possible  de  continuer   à   apprendre   et   à   acquérir   des   savoir-­‐faire   sans   pour   autant   entrer  dans   de   nouveaux   cursus   scolaire.   Notre   question   initiale   était   donc   de  connaître   la   part   de   ces   outils   et   de   ces   espaces   numériques   dans   le  développement  des  savoir-­‐faire.    Tout  d’abord,  comme  nous  lavons  vu,  les  outils  et  lieux  numériques  permettent  d’apprendre  un  grand  nombre  de  notions  «  seul  »  et  dans  des  domaines  variés.  Cependant,  il  n’est  pas  possible  d’apprendre  seul  dans  tous  les  domaines.  Ces  méthodes   d’apprentissage   rencontrent   des   limites   à   partir   du   moment   où   ils  touchent  de  domaines  sensibles  ou  très  techniques  comme  dans  notre  exemple  
  • 72. Je  fais  donc  je  suis  –  Apprendre  Do  It  Yourself    72  de   la   couture.   Dès   lors   que   les   notions   touchent   des   pratiques   techniques  comme  des  normes  ou  des  théories  s’éloignant  du  métier  principal  comme  par  exemple  du  marketing  de  mode,  ces  savoirs  sont  moins  développés  et  traités  par  les  personnes  autodidactes.      Les   métiers   autour   de   la   médecine   sont   un   exemple   de   domaine   sensible.    Apprendre  dans  les  livres,  des  sites  en  ligne  et  par  des  exercices  de  simulations  de   pathologies   est   possible.   Mais,   il   manque   une   notion   importante   pour   ce  métier,   la   proximité   avec   le   corps   humain.   En   effet,   il   est   difficile   d’avoir   des  expériences   en   analysant   des   corps   humain   ou   encore   en   examinant   des   cas  concret  de  maladies  sans  suivre  une  formation.    Néanmoins,  aujourd’hui,  nous  tendons  vers  une  école  qui  ne  peut  plus  juger  si  l’on  fait  bien  ou  non  quelque  chose,  en  fonction  de  notre  comportement,  nos  traditions,   notre   classe   sociale...   Les   individus   ne   sont   plus   dans   l’optique   de  «  bien   faire  »   quelque   chose   comme   le   système   éducatif   le   voudrait,   mais   de  «  faire  »   en   fonction   de   leur   besoin.   Comme   dis   Montaigne   :   «  Une   tête   bien  faite  vaut  mieux  qu’une  tête  pleine  ».  En  effet,  cette  expression  prend  son  sens  dans   notre   argumentaire   et   s’applique   à   notre   cas.   Il   vaut   mieux   savoir   faire  plutôt  qu’avoir  une  tête  pleine  de  connaissance  que  nous  ne  pouvons  mettre  en  pratique.      ***    Ensuite,   on   se   rend   compte   que   le   mouvement   du   DIY   ne   peut   pas   être   une  solution  pour  subvenir  à  la  totalité  de  nos  besoins  et  pour  tout  apprendre.  La  société   industrielle   d’aujourd’hui   est   trop   puissante  :   forte   productivité   et   à  faible  coût,  pour  que  le  mouvement  du  DIY  soit  un  de  ses  concurrents.      Néanmoins,  ils  apportent  une  autre  qualité  de  vie  aux  makers.  C’est  un  moyen  de  reprendre  sa  vie  en  main.  C’est  en  construisant  et  en  réalisant  les  choses  par  soi-­‐même  que  chacun  se  rend  compte  de  ses  propres  besoins  et  pas  de  ceux  que  la   société   veut   nous   faire   croire.   Les   individus   comprennent   que   derrière   un  petit   objet   se   trouve   une   très   longue   élaboration   avec   des   problématiques  précises  de  réalisation.  L’individu  réfléchit  davantage  au  phase  de  conception  du  produit   et   comprend   quels   sont   ses   besoins,   contrairement   à   l’industrie   de  masse  qui  lui  procure  des  produits  préfabriqués  et  très  rapidement  :    Je  vais  en  boutique  ou  sur  internet,  je  choisis  mon  produit,  je  l’achète  et  l’utilise.    Ici  l’individu  prend  le  temps  et  réalise  que  chaque  objet  n’est  pas  bénin.      Le  fait  de  concevoir  et  de  problématiser  un  projet  engendre  :  • une  réflexion  de  l’individu  face  à  ses  besoins,  • la  place  de  l’individu  dans  le  produit,  il  est  en  interaction  avec  le  produit  et  donc  comprend  qu’il  a  sa  place  dans  le  produit,  qu’il  n’est  pas  qu’un  consommateur  mais  un  acteur,  
  • 73. Je  fais  donc  je  suis  –  Apprendre  Do  It  Yourself    73  • la   satisfaction   de   soi-­‐même   et   d’avoir   réaliser   quelques   chose   de   ses  propres  mains,  • le   partage   du   projet   à   la   communauté  :   le   fait   d’être   satisfait   de   son  travail   va   générer,   dans   de   nombreux   cas,   le   partage   du   projet   à   la  communauté  pour  montrer  ce  que  l’on  a  fait,  comment  et  expliquer  aux  autres  comment  le  faire  à  leur  tour.      On   se   rend   compte   qu’au   delà   de   la   conception   du   produit   d’autres   facteurs  importants   apparaissent  :   apparition   d’une   réflexion,   trouver   sa   place,  satisfaction   de   soi-­‐même   et   le   partage.   Ces   quatre   principaux   facteurs  permettent  aux  individus  de  retrouver  petit  à  petit  une  certaine  indépendance  et  autonomie  dans  leur  vie.  C’est  pourquoi  ces  outils  et  lieux  numériques  sont  des  vecteurs  d’empowerment.      ***    Malgré   cela,   il   faut   faire   attention   à   l’évolution   que   vont   prendre   les  makerspaces.  Ces  six  derniers  mois,  les  laboratoires  de  fabrications  numériques  sont  présentés  comme  des  lieux  incroyables  générateur  de  créativités  où  il  est  possible  de  tous  faire.  Il  faut  prendre  avec  des  pincettes  ces  informations  car  comme   nous   l’avons   vu,   les   makerspaces   ne   permettent   pas   à   un   individu  d’avoir   une   créativité   plus   importante,   c’est   la   communauté   présente   qui   par  leur   recherche,   leur   partage   et   leur   ouverture,   constitue   un   espace   riche   et  innovant,  ce  qui  développe  de  la  créativité.    Comme  nous  a  précisé  Laura  Pandelle  lors  de  notre  rencontre  :    «  Les  FabLab  risque  de  devenir  un  phénomène  de  mode,  chacun  va  venir  pour   faire   ce   qu’il   a   envie   et   arriver   à   une   production   mais   ne   va   pas  réfléchir   à   comment   y   arriver,   quel   plan,   quel   méthodologie,   quel  conception  et  comment  travailler  en  équipe  pour  arriver  à  son  objectif.  […]  Il  ne  faut  pas  que  les  gens  viennent  avec  un  projet  dans  l’optique  que  ce  soit  les  autres  qui  lui  fasse.  Le  but  c’est  de  réaliser  soi-­‐même,  d’apprendre  avec  les  autres  et  d’être  aider.  Le  FabLab  n’est  pas  là  pour  raccourcir  le  temps   d’un   projet   mais   pour   engendrer   une   réflexion   sur   une  problématique.  »    C’est  pourquoi,  pour  conserver  toutes  ses  valeurs,  le  mouvement  du  DIY  dans  les  makerspaces  ne  doit  pas  devenir  un  mouvement  indépendant  de  «  fab  maison  »  où  chacun  vient  pour  faire  son  projet  sans  collaborer.  Ces  lieux  doivent  devenir  des  tiers  lieux,  en  conservant  leur  notion  de  partage  et  d’échange  pour  qu’ils  perdurent  dans  le  temps  et  continuent  d’être  innovant.        
  • 74. Je  fais  donc  je  suis  –  Apprendre  Do  It  Yourself    74  BIBLIOGRAPHIE  ANDERSON   Chris,   Maker   la   prochaine   révolution   industrielle   [2012]   Random  House  Business  Books    BOTTOLIER-­‐DENOIS  François,  «  FabLabs,  markerspaces  :  entre  nouvelles  formes  d’innovation  et  militantisme  libertaire  ».    BOURDIEU  Emmanuel,  Savoir-­‐faire  :  contribution  à  une  théorie  dispositionnelle  de  l’action,  Paris  :  Seuil,  1998,  279  p.    BOURDIEU  Pierre,  Les  trois  états  du  capital  culturel  [1979],  Actes  de  la  recherche  en  sciences  sociales,  vol  30    BOURDIEU  Pierre,  PASSERON  Jean-­‐Claude,  La  reproduction  :  éléments  pour  une  théorie  du  système  denseignement  [1970],  Minuit  (le  Sens  Commun)      de   CERTEAU   Michel,   Linvention   du   quotidien,   tome   1   :   Arts   de   faire   [1980],  Gallimard,  1990    DOUGHERTY  Dale,  «  We  are  all  makers  [conférence]  diffusé  en  février  2011  sur  TED  :  http://www.ted.com/talks/dale_dougherty_we_are_makers.html      FABLAB,  «  Charte  des  Fab  Labs  »  [en  ligne]  http://fablab.fr/projects/project/charte-­‐des-­‐fab-­‐labs/  [Consulté  le  10/03/2013]    FABCENTRAL,  «  The  Fab  Chater  »  [en  ligne]  http://fab.cba.mit.edu/about/labs/  [Consulté  le  10/03/2013]    FONDATION   INTERNET   NOUVELLE   GENERATION,   Tour   d’horizon   des   Fab   Labs,  http://fing.org/Tour-­‐d-­‐horizon-­‐des-­‐Fab-­‐Labs&lang=fr,  [Consulté  le  28/11/12]    FONDATION   INTERNET   NOUVELLE   GENERATION,   ReFaire,   nouvelles   pratiques,  nouvelles  fabriques  -­‐  Fondation  Internet  Nouvelle  Génération,  http://fing.org/?-­‐Aux-­‐frontieres-­‐du-­‐Do-­‐It-­‐Yourself-­‐  ,  [Consulté  le  18/11/12]    FLOWERS  Stephen,  von  HIPPEL  Eric,  de  JONG  Jeroen,  SINOZIC  Tanja,  Measuring  user  innovation  in  the  UK  The  importance  of  product  creation  by  users  [2010],  NESTA :  http://www.nesta.org.uk/library/documents/MeasuringUserInnovation.pdf    HEIN   Fabien,   Do   It   yourself   !   Autodétermination   et   culture   punk   [2012],   Le  Passager  Clandestin    ILLICH  Ivan,  Une  société  sans  école,  Seuil,  2003,  219  p.    
  • 75. Je  fais  donc  je  suis  –  Apprendre  Do  It  Yourself    75  JAKUBOWSI   Marc,   «  des   plans   détaillés   en   accès   libre   pour   la   civilisation  »  [Conférence],  avril  2011  sur  TED  :    http://www.ted.com/talks/lang/fr/marcin_jakubowski.html    KELLY  Kevin,  «  Achieving  Techno-­‐Literacy  »  [en  ligne]    http://www.nytimes.com/2010/09/19/magazine/19FOB-­‐WWLN-­‐Kelly-­‐t.html?ref=technology&_r=0  [Consulté  le  10/03/13]    LEVI-­‐STAUSS  Claude,  La  pensée  sauvage  [1962],  Pocket  1990    MOILANEN   Jarkko,   Mapping   hackers:   DIY   community   survey   2012   results   [07-­‐2012],  Statistical  studies  of  peer  production    http://surveys.peerproduction.net/2012/07/mapping-­‐hackers-­‐diy-­‐community-­‐survey-­‐2012-­‐results/  [Consulté  le  21/11/12]    MOKYR   Joel,   The   Lever   of   Riches  :   Technological   Creativity   and   Economic  Progress,  p102    NYCSI,  World  Make  Faire  2012 :    http://www.youtube.com/watch?v=_jc2UdIqDMA  [Consulté  le  03/03/13]    RAYMOND   Eric  S.,   The   Cathedral   and   the   Bazaar   [1998],   Linux   France,  11/08/1998    ROY  Bunker,  «  Apprendre  dun  mouvement  va-­‐nu-­‐pied  »  [Conférence]  diffusé  en  octobre  2011  sur  TED    http://www.ted.com/talks/lang/fr/bunker_roy.html      SENNET  Richard,  Ce  que  sait  la  main  :  la  culture  de  lartisanat  [2010],  Editions  Albin  Michel    LE   SOCLE   COMMUN,   http://www.education.gouv.fr/cid2770/le-­‐socle-­‐commun-­‐de-­‐connaissances-­‐et-­‐de-­‐competences.html  [Consulté  le  09/03/13]    TUBAKI  Mari,  MATSUISHI  Takeshi,  «  Au  sujet  de  la  théorie  pédagogique  de  Maria  Montessori  ».    OPEN  SOURCE  ECOLOGY,  Global  village  construction  set  :    http://opensourceecology.org/about.php  [Consulté  le  10/02/13]    WIKIPEDIA,  «Empowerment»,  [en  ligne],    http://fr.wikipedia.org/wiki/Empowerment  [Consulté  le  10/02/2013]                
  • 76. Je  fais  donc  je  suis  –  Apprendre  Do  It  Yourself    76  ILLUSTRATION    «  This   is   a   chord…   this   is   another…   this   is   a   third.   NOW   FORM   A  BAND »  
[Illustration]  Sideburns,  January  1977,  2p.    HOWARD  MILLER  J.,  «  We  can  do  it  »  [1943]      
  • 77. Je  fais  donc  je  suis  –  Apprendre  Do  It  Yourself      1  ANNEXESSOMMAIRE1  -­‐  Interview  Laura  pandelle  -­‐  Designer  ............................................................  2  2  -­‐  Interview  Olivier  Gendrin  –  FabManager  au  FacLab  ....................................  4  3  -­‐  Interview  Josiane  –  Couturière  au  FacLab  ....................................................  5  4  -­‐  Fiche  de  la  marque  Rosa  Tapioca  .................................................................  7  5  -­‐  Fomulaire  des  autodidactes  .........................................................................  8  6  -­‐  Formulaire  des  personnes  issues  de  formation  .........................................  10  7  -­‐  Les  créateurs  interviewés  ...........................................................................  11        
  • 78. Je  fais  donc  je  suis  –  Apprendre  Do  It  Yourself      2  1 - INTERVIEW LAURA PANDELLE - DESIGNERLaura PandelleJeune designer, j’ai fini mes études à lENSCI-LesAteliers à Paris. Mes domaines de prédilection:linnovation sociale. Je mintéresse particulièrement aurôle daccompagnement et de médiation du designdans des projets participatifs ou collaboratifs, ainsiquà lémergence du rôle stratégique du design danslinnovation dans les services.Passionnée de voyages, jai par ailleurs sillonnélAfrique, lEurope et lAsie à plusieurs reprises: unréservoir dimpressions visuelles et daventureshumaines qui continue à me stimuler dans tous mesprojets !Parcours2003 : Bac Mention TB - Arts etLettres classiques.2003-2005 : Classepréparatoire à l’ENS-Cachan2005-2007 : Ecole Boulle(Diplôme Supérieur d’ArtsAppliqués). Projet de diplôme :«Ensoleillement, insolation,instants solaires».(Arts etcréation industrielle) à Toulouse.ENSCI-Les Ateliers, Paris.Comment  tu  t’es  liée  au  FabLab  ?    Durant  mes  dernières  années  de  formations  j’ai  réalisé  deux  projets  professionnels  dans  des  FabLab  :    1   Jokko   FabLab  :   Comment   associer   innovation   numérique   et   innovation   sociale  dans   un   pays   en   développement   ?   Jokko   vise   à   promouvoir   la   création   numérique  auprès   de   porteurs   de   projets   sénégalais,   à   travers   un   espace   de   travail   et  dapprentissage  nommé  FabLab.  Je  m’intéresse  particulièrement  au  rôle  de  médiation  et  d’accompagnement  du  design  dans   des   projets   à   caractère   participatif,   ainsi   qu’à   lutilisation   du   design   dans   la  recherche  ethnographique.  http://jokkoFabLab.wordpress.com/    Projet  :   Mise   en   place   un   cahier   des   charge   sur   mesure   (besoin,   existant,   matériel  existant  et  nécessaire...)  2   Net-­‐iki  :  rendre  accessible  un  FabLab  dans  un  espace  rural  (ex  :  l’atelier  «  machine  infernale  »  initiation  du  FabLab  pour  les  enfants)  http://www.net-­‐village.org/FabLab/    Projet  :   Mise   en   place   d’atelier   (enfant   et   adolescent).   Travail   avec   l’association   les  petits  débrouillard  :  http://www.lespetitsdebrouillards.org/    «  Les  FabLab  risque  de  devenir  un  phénomène  de  mode,  chacun  va  venir  pour  faire  ce  qu’il  a  envie  et  arriver  à  une  production  mais  ne  va  pas  réfléchir  à  comment  y  arriver,  
  • 79. Je  fais  donc  je  suis  –  Apprendre  Do  It  Yourself      3  quel   plan,   quel   méthodologie,   quel   conception   et   comment   travailler   en   équipe   pour  arriver  à  son  objectif.  »    «  Il  ne  faut  pas  que  les  gens  viennent  avec  un  projet  dans  l’optique  que  ce  soit  les  autres  qui   lui   fasse.   Le   but   c’est   de   réaliser   soi-­‐même,   d’apprendre   avec   les   autres   et   d’être  aider.  Le  FabLab  n’est  pas  là  pour  raccourcir  le  temps  d’un  projet  mais  pour  engendrer  une  réflexion  sur  une  problématique.  »    «  J’ai  peur  que  le  mouvement  des  FabLab  devienne  avec  le  temps  des  «  Fab  Maison  »  plutôt  qu’un  tiers  lieux. Il  faut  que  les  pratiques  soient  davantage  collaborative  plutôt  qu’individuel  pour  que  ca  perdure  et  fonctionne.  »    «  Selon  moi,  la  finalité  d’un  FabLab  n’est  pas  de  réussir  à  réaliser  un  objet,  mais  surtout  de  mener  un  projet  à  son  terme  que  l’on  trouve  une  solution  ou  non.  »    «  Pour  moi  un  FabLab  ne  se  substitue  pas  à  une  formation.  Il  est  complémentaire.  On  peut  apprendre  plus  rapidement  et  appliquer  des  connaissances  ou  compétences  grâce  à  des   exercices   pratiques   mais   ce   n’est   pas   un   endroit   où   l’on   peut   tous   faire   et   tous  apprendre.  »    «  La  grosse  différence  dans  un  FabLab  plutôt  qu’un  tuto  derrière  son  ordinateur  c’est  que  même  si  on  a  un  communauté  en  ligne  qui  peut  être  présente  on  a  pas  de  soutien  réel,  de   démonstration,   de   guide   contrairement   à   un   FabLab   ou   la   communauté   et  directement  là  sur  place.  »    «  Chaque  FabLab  a  eu  mission  donc  les  attentes  et  enjeux  sont  différents.  L’organisation  et  l’accueil  du  public  vont  être  différents  car  il  n’y  a  pas  les  mêmes  buts  à  atteindre  d’un  FabLab  à  un  autre.  »  
  • 80. Je  fais  donc  je  suis  –  Apprendre  Do  It  Yourself      4  2 - INTERVIEW OLIVIER GENDRIN –FABMANAGER AU FACLABNovembre  2012  FabManager  au  FacLab  à  l’université  de  Cergy  Pontoise.  http://www.faclab.org/    Fréquentation  du  FacLab  (novembre  2012)  :  • Homme  ou  femme  :  majoritairement  des  hommes  • Domaines  :  tous  les  domaines,  tous  les  profils,  peu  de  salariés  • Age  :  12  à  75  ans  • Nombre  de  visite  par  jour  :  12  personnes  • Fréquence  :  20%  reviennent  régulièrement  • 30aine  de  personnes  qui  reviennent  une  fois  ou  plus  d’une  fois  par  semaine    Comment  vous  accueillez  les  visiteurs  ?  Nous  effectuons  une  visite  guidée  des  locaux,  présentation  des  machines  et  des  individus  présents  au  FacLab.  Les   visiteurs   peuvent   s’installer   et   travailler   sur   les   machines,   ordinateurs   mais   elles  peuvent  aussi  venir  échanger  et  parler  avec  nous  pour  qu’on  les  aiguille  dans  leur  projet.  À   chaque   fin   de   visite   un   formulaire   doit   être   renseigné   afin   d’avoir   une   traces   des  visiteurs.      Qu’est-­‐ce  qu’apporte  le  FacLab  aux  visiteurs  ?  Ici   on   peut    réellement   échanger,   collaborer   ou   partager   des   connaissances   et  compétences  sur  différentes  problématiques  ou  techniques  sans  pour  autant  enseigner.  Nous   n’avons   pas   de   notion   de   prof-­‐élève,   nous   sommes   tous   au   même   niveau   pour  inventer  et  réaliser  ensemble.  Cet   environnement   est   très   propice   au   développement   des   idées   et   à   lémergence   de  projet.      En  quoi  ce  lieu  est  porteur  de  création  ?  Nous  baignons  dans  un  lieu  où  les  gens  sont  en  tablier,  travaillent  et  réfléchissent  de  différentes  manières.    
  • 81. Je  fais  donc  je  suis  –  Apprendre  Do  It  Yourself      5  3 - INTERVIEW JOSIANE – COUTURIERE AUFACLABJosiane,  45  ans  :    Quelle  est  ta  profession  ?  Aujourd’hui  je  suis  femme  au  foyer  depuis  l’accouchement  de  ma  fille.  Avant   je   travaillais   pour   Yves   Saint   Laurent   dans   la   conception   de   parfum   et   de  cosmétique.    Comment  as  tu  connu  le  FacLab  ?  J’ai  lu  un  article  sur  ce  projet  de  FacLab  qui  allait  s’ouvrir.  Je  suis  à  la  base  très  bricoleuse  et  depuis  un  bon  nombre  d’année  je  couds  et  vends  de  temps  en  temps  mes  produits.  Je  suis  aussi  très  curieuse  et  lorsque  j’ai  vu  cet  article  j’ai  tout  de  suite  été  attirée  pour  aller  visiter  cet  environnement  propice  à  la  création.    Qu’est  ce  qui  t’a  fait  venir  au  FacLab  ?  A  la  base  le  projet  principal  qui  m’a  mené  au  FacLab  comportait  une  problématique  bien  précise  :  je  voulais  réussir  à  découper  du  tissus  (tissu  naturel  :  soie,  coton  biologique,  cuir  etc)   avec   une   procédé   bien   spécifique   qui   m’évite   d’avoir   à   faire   un   surfilage   à   la  machine  après  la  découpe.  Je  voulais  que  la  matière  ou  la  technologie  utilisée  conserve  la  souplesse  du  tissu  mais  aussi  que  les  produits  utilisés  ne  soient  pas  allergènes.  Je  suis  arrivée  au  FacLab  et  ai  présenté  mon  projet.  J’en  ai  discuté  longuement  avec  les  habitués  du  FacLab  et  nous  avons  effectué  des  tests  :    -­‐  découpe  laser  du  tissu  -­‐  pointe  de  colle  au  bout  du  tissu  -­‐  pointe  de  matières  synthétiques  fondues  à  bout  du  tissu  -­‐  …    Nous   n’avons   pas   trouvé   de   solutions   idéales   à   part   la   découpe   laser   pour   les   tissus  synthétiques.   Nous   sommes   toujours   en   cours   de   recherche.   Le   fait   de   ne   pas   avoir  abouti  à  une  solution  n’est  pas  très  grave.  Au  FacLab  de  nombreux  projets  apparaissent  mais   le   but   n’est   pas   d’arriver   à   les   faire   en   quelques   jours,   l’objectif   est   que   l’on  échange,  que  l’on  teste  et  que  l’on  réfléchisse  ensemble.  Depuis  ce  premier  projet,  un  bon  nombre  d’autres  créations  ont  vu  le  jour.    Qu’est  ce  que  t’apporte  ce  laboratoire  de  fabrication  numérique  ?  J’aime   beaucoup   me   rendre   au   FacLab   car   à   chaque   visite   nous   pouvons   créér   de  nouveaux   projets,   trouver   de   nouvelles   problématiques,   rencontrer   de   nouvelles  personnes...  A  la  base  j’ai  peu  de  compétences  en  informatique.  A  mon  arrivée  en  Février  2011,  je  savais   faire   très   peu   de   choses   sur   un   ordinateur   :   créé   un   dossier   dans   Windows,  envoyer  un  mail,  rédiger  un  texte  sur  Word,  naviguer  sur  internet.  Mais  je  n’avais  aucune  réelle  compétence  numérique.  Le  FacLab  est  un  univers  que  j’apprécie  énormément,  c’est  un  endroit  où  j’ai  rencontré  des  personnes  que  je  n’aurais  jamais  pu  rencontrer  ailleurs.  Ici  notre  cursus,  notre  métier  et  notre  âge  n’importe  en  rien  dans  les  relations  entre  les  utilisateurs  du  FacLabs.  Nous  partons  du  principe  que  chacun  a  à  apporter  à  autrui  et  a  à  apprendre  de  l’autre.  C’est  un  réel  échange  entre  les  utilisateurs.
 Après  8  mois  passés  régulièrement  au  FacLab,  je  sais   réaliser   des   logos   ou   illustrations   sur   Inkskapeet   utiliser   un   grand   nombre   de  
  • 82. Je  fais  donc  je  suis  –  Apprendre  Do  It  Yourself      6  machines  :  découpes  laser,  imprimantes  3D,  ponceuses...  Ce  que  japprécie  aussi  énormément  c’est  que  lorsque  nous  rencontrons  un  problème  ou  un  point  bloquant  dans  notre  projet,  nous  pouvons  en  parler,  échanger  et  trouver  des  solutions  ensemble.  De  plus,  ayant  des  compétences  en  couture,  bien  souvent  on  me  demande  de  m’allier  à  des  projets  où  je  pourrais  mettre  en  oeuvre  mes  compétences  et  transmettre  mon  savoir  aux  autres  pour  qu’ils  arrivent  à  réaliser  leur  projet  (housses  de  Smartphone,  sac  à  dos  pour  ordinateur...).    A  quelle  fréquence  t’y  rends  tu  ?  J’essaye   de   venir   une   fois   par   semaine   ou   une   fois   toutes   les   deux   semaines.   J’ai   la  chance  d’avoir  du  temps  pour  moi  et  de  vivre  près  du  FacLab  et  il  est  vrai  que  je  suis  devenue  adepte  de  cet  univers  de  partage  et  de  création.    Projet   en   ligne   réalisé   par   Josiane   :   http://www.faclab.org/creation-­‐et-­‐couture-­‐au-­‐faclab/    
  • 83. Je  fais  donc  je  suis  –  Apprendre  Do  It  Yourself      7  4 - FICHE DE LA MARQUE ROSA TAPIOCA                Nom  de  la  marque  :  Rosa  Tapioca  Date  de  création  :  2008  Origine  :  France  Atelier  :  Ménilmontant  puis  Ivry  Boutique  :  dans  le  Marais  Equipe  :    • Aurélia  Wolff,  créatrice  de  la  marque  et  des  vêtements  Formation  :  Aurélia  a  suivi  une  formation  en  modélisme  au  London  College  of  Fashion  à  Londres,    puis  a  effectué  un  parcours  complètement  autodidacte  et  passionné  pour  créer  sa  marque.    • Mathieu  SANDANA,  ingénieur  textile    Formation  :  Mathieu  a  réalisé  ses  études  à  l’ENSAIT  -­‐  Ecole  Nationale  Supérieure  des  Arts  et  Industries  Textile  où  il  a  étudié  les  teintures  végétales  en  Inde  puis  en  Islande.    Ligne  :  féminine,  poétique,  élégante  et  confortable  Description  :  • série  limitée,  • industrie  à  dimension  humaine,  • recyclage   des   matières,   réduction   de   l’impact   environnemental,   teintures  végétales,  fibres  recyclées,  matières  organiques,  séries  limitées,    • conception  et  fabrication  locale    Valeurs  :  • eco-­‐conception  • artisanat  • humaine  • sensible    Projets  futurs  :  en  2013,  lancement  des  premières  collections  avec  les  teintures  végétale  
  • 84. Je  fais  donc  je  suis  –  Apprendre  Do  It  Yourself      8  5 - FOMULAIRE DES AUTODIDACTES  http://bit.ly/Y9JrBr      Partie  1  sur  4  –  Présentation    1  -­‐  Quelle  est  le  nom  de  votre  marque  ?  2  -­‐  Quel  est  votre  parcours  scolaire  ?  3  -­‐  Quel  est  votre  parcours  professionnel  (stages,  expériences  professionnelles...)  ?    4  -­‐  Comment  décrirez  vous  vos  créations  ou  votre  marque  de  fabrique  ?  5  -­‐  Quel  est  le  statut  de  votre  société  ?  6  -­‐  Date  de  la  création  de  votre  société  ?  7  -­‐  Vivez  vous  de  vos  créations  ?    Partie  2  sur  4  –  Historique    8  -­‐  Comment  avez  vous  appris  à  concevoir  vos  créations  ?  • Transmission  de  savoirs  faire  par  des  proches  • Association  ou  atelier  • Do  It  Yourself  (traduction  :  fais  le  toi  même,  activités  visant  à  créer  des  objets  de  la  vie  courante,  des  objets  technologiques  ou  des  objets  artistiques  seul)  • Tutoriel  • Forum  • Réseaux  sociaux  • Seul  • Autre  :    9  -­‐  Vous  avez  choisi  ce(s)  outil(s)  car  il  est/  ils  sont  :  • Accessible  à  tous  • Adaptable  • Formateur  • De  qualité  • Gratuit  • Tendance  • Utile  • Autre  :    10  -­‐  Par  quel  moyen  avez  vous  fait  connaître  votre  marque  ?  • Bouche  à  oreille  • Médias  (presse  papier  ou  en  ligne)  • Événement  (salon,  festival...)  • Réseaux  sociaux  • Forum  • Publicité  (papier  ou  en  ligne)  • Autre  :    11  -­‐  Pour  faire  évoluer  vos  techniques  de  couture  et  acquérir  de  nouvelles  compétences,  quels  procédés  utiliseriez  vous  ?  • Etude  • Formation  continue  • Formation  courte  
  • 85. Je  fais  donc  je  suis  –  Apprendre  Do  It  Yourself      9  • Formation  à  distance  • Stage,  job  • Famille,  ami,  connaissance  • Communauté  en  ligne  • Forum  • Réseaux  sociaux  • Tutoriel  • DIY  • Livres,  manuels  • Autre  :    12  -­‐  Quelles  sont  vos  futurs  projets  pour  votre  société  (collaboration,  nouvelle  marque,  embauche...)  ?    Partie  3  sur  4  -­‐  Conception    13  -­‐  Quelles  sont  vos  différentes  étapes  de  créations  pour  concevoir  une  collection  (ou  un  modèle)  ?    Partie  4    sur  4-­‐  Reconnaissance    14  -­‐  Lors  de  collaborations  avec  d’autres  artistes  ou  créateurs  (tous  milieux  confondus,  ex  :  maquilleur,  photographe,  graphiste  etc),  avec  qui  préférez  vous  travailler  ?    • des  personnes  issues  de  formation  reconnue  (écoles...)  • des  autodidactes  • cela  na  pas  dimportance  pour  vous    15  -­‐  Pourquoi  ?  
  • 86. Je  fais  donc  je  suis  –  Apprendre  Do  It  Yourself      10  6 - FORMULAIRE DES PERSONNES ISSUES DEFORMATION  http://bit.ly/10Nkq21      Partie  1  sur  4  –  Présentation  Similaire  au  question  précédent    Partie  2  -­‐  Historique  8  -­‐  Quand  tu  t’es  installé,  qu’est  ce  qui  t’as  été  le  plus  utile  pour  ton  parcours  :  quelles  sont  les  compétences  ou  connaissances  que  tu  as  acquis  durant  ta  formation  que  tu  as  réutilisé  ?    9  -­‐  Est  ce  que  ton  carnet  d’adresse  ou  les  contacts  que  tu  as  pu  faire  à  ton  école  tont  été  utile  ?    10  -­‐  Pour  faire  évoluer  vos  techniques  de  couture  et  acquérir  de  nouvelles  compétences,  quels  procédés  utiliseriez  vous  ?    • Etude  • Formation  continue  • Formation  courte  • Formation  à  distance  • Stage,  job  • Famille,  ami,  connaissance  • Communauté  en  ligne  • Forum  • Réseaux  sociaux  • Tutoriel  • DIY  • Livres,  manuels  • Autre  :    Partie  3  -­‐  Conception    11  -­‐  Quelles  sont  vos  différentes  étapes  de  créations  pour  concevoir  une  collection  (ou  un  modèle)  ?  Partie  4  -­‐  Reconnaissance    12  -­‐  Lors  de  collaborations  avec  d’autres  artistes  ou  créateurs  (tous  milieux  confondus,  ex  :  maquilleur,  photographe,  graphiste  etc),  avec  qui  préférez  vous  travailler  ?      • des  personnes  issues  de  formation  reconnue  (écoles...)  • des  autodidactes  • cela  na  pas  dimportance  pour  vous    13  -­‐  Pourquoi  ?    
  • 87. Je  fais  donc  je  suis  –  Apprendre  Do  It  Yourself      11  7 - LES CREATEURS INTERVIEWES      Cécile  Bidouillage  http://www.cecile-­‐bidouillage.com/        Coxeline  http://coxeline.canalblog.com/        Follow  the  White  Rabbit  https://www.facebook.com/bunnykftwr    
  • 88. Je  fais  donc  je  suis  –  Apprendre  Do  It  Yourself      12    Katiwa  Création  https://www.facebook.com/pages/Katiwa-­‐Créations/239773159407360?fref=ts        Kaloca  https://www.facebook.com/pages/Kaloca/341603325873722?fref=ts        LadyCloud                            
  • 89. Je  fais  donc  je  suis  –  Apprendre  Do  It  Yourself      13          Les  Z’enfants  du  Brock  http://leszenfantsdubrock.com/        Magloo  http://www.magloo.weonea.com/        Mr  Tipoi  http://www.mrtipoi.com/                      
  • 90. Je  fais  donc  je  suis  –  Apprendre  Do  It  Yourself      14            Mystikha  http://www.mystikha.com/        Orange  Pressée  http://orangexpressee.canalblog.com/          Poch  K  http://pochk.over-­‐blog.com/                  
  • 91. Je  fais  donc  je  suis  –  Apprendre  Do  It  Yourself      15              Les  queues  de  Sardines  http://www.les-­‐queues-­‐de-­‐sardines.com/        Sapacina    http://sapacina.wix.com/creations        Thorgard  http://thorgardcreations.blogspot.fr/                  
  • 92. Je  fais  donc  je  suis  –  Apprendre  Do  It  Yourself      16              L’Usine  à  bulle  http://l-­‐usine-­‐a-­‐bulle.fr/actualites_0.html        Vanye  C  http://vanyecouture.over-­‐blog.com/        Wawilak  http://wawilak.over-­‐blog.fr/                  
  • 93. Je  fais  donc  je  suis  –  Apprendre  Do  It  Yourself      17              Zanahary  http://zanaharycreation.wix.com/zanahary-­‐creation