Your SlideShare is downloading. ×
Noma SFORL 2007
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×
Saving this for later? Get the SlideShare app to save on your phone or tablet. Read anywhere, anytime – even offline.
Text the download link to your phone
Standard text messaging rates apply

Noma SFORL 2007

333
views

Published on

communication on noma surgery in sub-Saharan practice

communication on noma surgery in sub-Saharan practice


0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
333
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
0
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide

Transcript

  • 1. Traitement chirurgical des séquelles du noma Exercice en zone sous-médicalisée ABBAS A*, Tall A, Diouf R, Ndiaye I, Diop EM *Interne des Hôpitaux de Marseille Service d’ORL, CHU A. Le Dantec Dakar, Sénégal Congrès SFORL 15 Octobre 2007
  • 2. Introduction • stomatite gangréneuse de la face, à point de départ endobuccal, s’étendant vers l’extérieur en détruisant les parties molles et osseuses adjacentes • « visage de la pauvreté » • 200 000 cas par an avec une mortalité de l’ordre de 80 à 90% en l’absence de traitement initial • pic d’incidence du noma évolutif entre 2 et 5 ans, SR 1World Health Organization, 1998. Noma Today: a Public Health Problem? Report of an Expert Consultation Organized by WHO Using the Delphi Method.Geneva: World Health Organization
  • 3. Etiologie→ gingivite ulcéro-nécrosante aiguë (GUNA) Baratti-Mayer D et al. Noma: an "infectious" disease of unknown aetiology. Lancet Infectious 2003;3;419-31
  • 4. Diagnostic clinique • Le noma évolutif (phase aiguë): ulcération mutilante de la face localisation jugale : 42,4% cas labiale supérieure:31,1% cas • Le noma séquellaire: 2 processus: - destructeur: PDS muqueuse, cutanée & osseuse - réparateur : fibrose rétractile responsable de CPM 10 à 40% casBourgeois DM, Diallo B, Frieh C, Leclercq MH. Epidemiology of the incidence of orao-facial noma: a study of cases in Dakar, Senegal, 1981-1993. Am J Trop med Hyg1999;61:909-13
  • 5. Classification du noma séquellaire, adoptée par OMS• Type I : pertes de substance jugo-commissurales• Type II : pertes de substance labiales supérieures, souvent nasales, des berges alvéolaires et du palais. Parfois perte de substance du septum.• Type III : pertes de substance de la lèvre inférieure qui peut s’associer à une perte de substance de la mandibule et du plancher buccal.• Type IV : formes destructrices avec pertes de substance étendues : jugale, labiale, palatine, malaire, maxillaire mais aussi de la paupière, du nez et parfois exentération.
  • 6. Méthodes• à distance épisode aiguë: 1 an• Buts: - suppression de la constriction permanente des mâchoires - la réparation des PDS plan par plan - les retouches par modelage des lambeaux - le rétablissement d’une denture suffisante• chirurgie réparatrice difficile nécessitant parfois dans les stades III et IV des lambeaux libres, difficile de réalisation en Afrique sub- saharienne en l’absence de matériel de chirurgie microvasculaire et d’un service de soins post-opératoires correct
  • 7. Principes thérapeutiquesLa gestion de la constriction permanente des mâchoires Précède/concourt PDS tissulaire dents exposées et mal-positionnées extraites ostéotomie mandibulaire avec coronoïdectomie controlatérale éventuelle prévention de la récidive par interposition du lambeau delto-pectoral + éducationReconstruction des parties molles Tenir compte: - très grande laxité de la lèvre africaine - l’importance de la PDS muqueuse - croissance faciale
  • 8. Notre pratique en zone sous-médicalisée Lambeaux locaux:- d’ABBE-ESTLANDER- de WEBSTER (traction maximale)- de CAMILLE-BERNARD modifié selon WEBSTER Lambeaux loco-régionaux pédiculés:- grand dorsal- delto-pectoral Association entre lambeaux +++ Reconstruction osseuse 1ère si atteinte:- palais (fistule naso-palatine)- malaire (contenu orbitaire s’effondrant dans la cavité buccale)- symphyse mandibulaire- Maxillaire & lèvre supérieure avant nez
  • 9. Discussion Plupart des reconstructions par lambeau : volume suffisant symétrisant le visage PDS muqueuse toujours supérieure à la PDS cutanée Pays sous-médicalisés: lambeaux locaux homo- ou hétéro- labiaux (ESTLANDER +++) : suffisant dans les cas modérés sans constriction. Pratique idem à SERVANTPays industrialisés: lambeaux locaux et à distance (lambeaux libres+++)MONTANDON: - lambeaux libres (éviter de nouvelles cicatrices sur la face et le cou et préserver les sites donneurs de la face après croissance achevée) - PDS nasales par des lambeaux de WASHIO associés à des greffes osseuses - lambeaux sandwich de galéa greffés (plan muqueux) ou composites de muscle temporal intermaxillaires après libération CPM, avec lambeau de grand dorsal couvrant le plan cutané.
  • 10. Cas cliniques
  • 11. I: lambeau musculo-cutané de granddentelé libre replié sur lui-même (liningendobuccal) + commissuroplastie
  • 12. I: grande PDS: lambeau sous-mental pédiculé en externe et fascia temporalis préfabriqué en interne
  • 13. I bilatéral: 2 lambeaux de grand dorsal pédiculés repliés sur eux-mêmes + commissuroplastie 2nd (lèvres insérées sur la palette cutanée du lambeau)
  • 14. I: greffe composite de conque
  • 15. II: Lèvre supérieure sans conservation commissurale: lambeau d’Estlander
  • 16. III: lèvre inférieure avec atteintecommissurale: lambeau d’Estlander
  • 17. II: mobilisation des moignons latéraux (bec de lièvre) + lambeau frontal & greffe de côte pour reconstruction nasale secondaire
  • 18. IV (car CPM): fascia temporalis préfabriqué + delto-pectoral
  • 19. Conclusionlambeaux de lèvres locaux et loco-régionaux de réalisation simple excluant leslambeaux libres en zone sous-médicaliséeprévention du noma = prévention de lamalnutrition, de la vaccination contre larougeole et de l’éducation de la santé auprèsdes familles et du personnel de soinsprimaires