Loading…

Flash Player 9 (or above) is needed to view presentations.
We have detected that you do not have it on your computer. To install it, go here.

Like this presentation? Why not share!

Like this? Share it with your network

Share

Communication numérique externe

on

  • 1,845 views

Cours Licence pro "Gestion et médiation des ressources documentaires" novembre 2010

Cours Licence pro "Gestion et médiation des ressources documentaires" novembre 2010

Statistics

Views

Total Views
1,845
Views on SlideShare
1,845
Embed Views
0

Actions

Likes
1
Downloads
26
Comments
0

0 Embeds 0

No embeds

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Microsoft PowerPoint

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment
  • Externe : en direction des usagers
  • Présenter les quatre manières de naviguer dans Methodoc qui sont disponibles sur la page d’accueil : Par disciplines (-> guides disciplinaires disponibles dans la majeure partie des disciplines) Dans le cours Methodoc proprement dit (dans les 5 parties qui le composent) Par mot-clé (nuage de tags) Dans les guides « comment faire » peu nombreux encore, mais bientôt riches et foisonnants.
  • Sur les bibliothécaires français et leur rôle sur Second life, suivre particulièrement le blog Vagabondages Voir aussi l’entretien avec Jambina, bibliothécaire de référence sur Second life dans l’équipe d’Hypatia Dejavu http://ebsi2point0.blogspot.com/2008/03/interview-avec-jambina-bibliothcaire-de.html
  • Référence d’accord, mais communication avant tout sur nos services
  • Citation de Lorcan Dempsey : citation non identifiée Citation de Nicolas Alarcon : billet du 1er avril 2010 paru sur le blog Assesment librarian : http://assessmentlibrarian.wordpress.com/2010/04/01/la-bua-sur-facebook-13/ Citation de Lully : billet du 24 mars 2007 paru sur le blog Numismatique Médiévale http://numismatique-medievale.blogspot.com/2007/03/un-blog-institutionnel-pourquoi-faire.html «  Une bibliothèque peut aussi estimer finalement comme une bibliothèque américaine que le blog va de soi , et ainsi se dispenser d'une analyse préalable des besoins, des attentes et des motivations nécessaires à la création d'un blog » (Lully, Encore un biblioblog, 2007) Citation d’Olivier Tacheau : diaporama présenté à la journée de l’ABF du 4 novembre 2010 : Zut ! Mais où ai-je mis mon épée laser ? » : les bibliothèques universitaires…
  • Au départ on m’a donné un secteur d’acquisition (sélection de documents) Je me suis demandé alors comment le valoriser Puis je suis devenu formateur dans ce domaine (rédaction d’un guide Libguides sur la discipline) et enfin, je fais de la veille collaborative sur twitter dans le même domaine
  • Dessin de Claude Razanajao http://radama.free.fr/prod/mes_dessins%20%281e%20serie%29.html
  • Hybridation et orientation communautaire : On ne peut pas se contenter de réaliser le double numérique de la bibliothèque physique, il faut aussi réaliser la bibliothèque « sociale » dans les locaux physiques et sur les interfaces Olivier Tacheau : « s’ouvrir à des fonctions plus sociétales : culturelles, ludiques, associatives, événementielles… pour ne pas dire parfois sociales »
  • Rôle de l’éditeur WYSIWIG Quasiment pas de code, sauf pour le paramétrage des templates, du bandeau
  • Citation de Moreno Barros : Brazil leads the world in social media (sur Slideshare) Citation de Lully : Evoluer ou disparaître, billet du 20 septembre 2010 http://bibliotheques.wordpress.com/2010/09/20/evoluer-ou-disparaitre-oui-et-non « Répondre à notre président d’Université : d’accord, nous avons deux fois moins de lecteurs en salle, mais nous avons 1500 fans sur Facebook ? Je doute que ça le persuade. »
  • « dis-moi et j'oublierai, montre-moi et je me souviendrai, implique-moi et je comprendrai » (Confucius) Vote avec tweetpoll http://tweetpoll.codeplex.com/
  • Page d’accueil Google de Moreno Barros (vue de son diaparoma : Redes sociais e bibliotecas (Slideshare : http://www.slideshare.net/moreno/redes-sociais-e-bibliotecas?from=ss_embed)
  • Auteur de la liste : Online Marketing Libraries (Librarian in black) http://librarianinblack.net/librarianinblack/2010/10/marketing.html, traduit par Thomas Chaimbault (Vagabondages) : http://www.vagabondages.org/post/2010/10/27/Marketing-des-biblitoh%C3%A8ques
  • De manière générale, nous souhaitons “profiler” nos services, c’est à dire personnaliser les services offerts (notamment sur notre site web) afin que dès son arrivée sur le site, l’utilisateur soit reconnu et accède à une page d’accueil, des services, un nuage de blogs individualisés susceptibles de l’intéresser . A terme, l’idée est de proposer une page d’accueil “à facettes” (accès catalogue, bases de données, blogs, actus, etc.) et plusieurs pages d’accueil après authentification : des espaces web personnalisés pour gérer ses emprunts, accéder à des blogs thématiques choisis. cela entre tout à fait dans cette volonté
  • In vivo : réseau social de chercheurs mis au point par la Cornell Library Academia.edu
  • Image Le facteur Cheval : arimaj777 http://www.flickr.com/photos/12973632@N03/1391642088/sizes/m/in/photostream/ « alors que nous nous obstinons à envoyer des e-mails et des news-letters à l’adresse officielle de nos étudiants, sommes-nous conscients que la majorité n’utilise plus le mail pour communiquer mais seulement la messagerie instantanée, les SMS et prioritairement leur profil perso dans FB ? » (Olivier Tacheau, Le nombril de Belle Beille, 6 novembre 2010) Noter que pour promouvoir de nouvelles pages sur le web, le mailing reste l’outil qui a le plus d’efficacité (cf. l’expérience d’Angers avec le compte FB ouvert au printemps 2010 : http://assessmentlibrarian.wordpress.com/2010/04/06/la-bua-sur-facebook-23/)
  • Rappeler l’étymologie du mot « blog » (Merci à Michel Roland qui nous l’a restituée) Log = bûche liée à une corde que l’on jette à l’eau à l’avant du bateau et qu’on récupère à l’arrière : loch primitif. Par métonymie : log = journal de bord comportant l’historique de la navigation (navigation à l’estime dont la vitesse du bateau est l’une des variables principales avec le cap et les courants) -> journal de bord > weblog : journal de bord sur le web. Après contraction, cela donne « blog » (blogue en québécois) http://www.flickr.com/photos/14508691@N08/4861747194/sizes/m/in/photostream/ Photo : Shandchem
  • http://www.pearltrees.com/biblior2/12495943/ Article de JC Houpier : http://houpier.blog.uhp-nancy.fr/2010/05/01/nuage-de-blogs/ Interview de Sylvain Mercier avec Julie Mistral http://www.bibliobsession.net/2010/06/30/presence-web-du-scd-de-nancy-comment-ca-marche/ (Bibliobsession, 30 juin 2010)
  • Enquête de Bernard Strainchamps juin 2007 http://www.bibliobernt.net/IMG/pdf/enquete_blog.pdf
  • Typologie réalisée par le lirographe : http://lirographe.wordpress.com/2010/11/08/15-types-d%E2%80%99articles-a-l%E2%80%99usage-des-redacteurs-en-bibliotheque/ Le dialogue imaginaire : mettre en scène une information sous forme de conversation, par exemple entre expert et candide, est une manière simple de dynamiser un texte. Variante possible : interview d’un écrivain disparu sur l’actualité culturelle ou littéraire. La double critique “pour / contre” : classique mais efficace, permet d’assumer voire d’exacerber la subjectivité propre à toute critique, de créer le désir par la controverse entre deux points de vue : “la critique doit être partiale, passionnée, politique, c’est-à-dire faite à un point de vue exclusif, mais au point de vue qui ouvre le plus d’horizons. » (Victor Giraud). La critique en exercices de style ou pastiches : à la façon du livre de Queneau, selon le roman chroniqué, le raconter sous forme de sms, d’interrogatoire, de télégramme… (une collègue chargée du fonds local m’a bien transmis ce “résumé” de Madame Bovary ) La critique d’une page à l’aveugle : sans chercher à reconnaître l’auteur, le ou les critique(s) donnent leur avis sur une page (voir l’expérience tentée par le magazine Le Tigre ). L’analyse de couvertures : commentaire sur le design et le choix iconographique d’une première de couverture (voir la rubrique maintenant disparue “Sous la couverture” du Magazine littéraire ). La phrase : analyse et glose autour d’une phrase d’un artiste ou penseur contemporain. Variantes : commenter un chiffre clef dans le domaine culturel, ou encore un mot (voir le « bibliocédaire » dans le magazine de la bibliothèque de Roubaix, le Biblionaute ). La revue de la semaine culturelle, façon “Zapping” : rendu de veille sur l’actualité culturelle sous forme de patchwork, juxtaposition de préférence hétéroclite , sans commentaires. Suppose une périodicité rapprochée et fonctionne mieux en ligne grâce à d’abondants liens hypertexte. Idéal aussi pour rebondir sur des documents présents dans le catalogue. Un lieu / un livre : tourisme littéraire, associer un lieu de la ville avec une lecture, les livres qui se déroulent dans la région, ou simplement décrire les conditions de lecture idéales d’un livre. Meilleures réponses à des questions bibliographiques , ou à des questions tout court : le magazine de la BM de Lyon, Topo , valorise ainsi les meilleures réponses du Guichet du savoir. De ligne en ligne , le magazine de la BPI, fait au contraire le choix de créer du lien avec le service en ligne, en publiant uniquement la question et en invitant le lecteur à retrouver la réponse du service BiblioSésame depuis  le portail Internet de la bibliothèque. La consultation de Ménie Grégoire , sur des sujets culturels : aborder le rapport intime à la culture sous une forme parodique de forum médical (voir les réponses de Docteur littérature sur Fluctuat ). Le test : toujours dans l’interactif, pourquoi ne pas proposer des tests dans la pure tradition des journaux féminins ? (voir Texto , magazine des bibliothèques de Rouen) Le banc d’essai : « les bibliothécaires ont testé pour vous » les clubs de lecture, les cafés philo, etc. Enquête assumant sa subjectivité (la première personne est de rigueur), et adoptant le point de vue du néophyte afin de permettre une identification du lecteur curieux. Le questionnaire décalé à un artiste ou intellectuel invité par la bibliothèque (voir le « Questionnaire d’Annabelle » dans le magazine des bibliothèques de la ville de paris, En vue ). Le verbatim : toujours dans la rubrique des points de vue extérieurs, extraits à la volée d’une conférence ou d’une rencontre (voir les “miscellanées” de Copie conforme , le très créatif magazine de la BM de Saint-Herblain ), ou propos de lecteurs (« Dit lu vu entendu à la bibliothèque », dans la même revue). Le détournement d’images patrimoniales : ajouter des légendes et des dialogues délibérément anachronique et humoristique aux estampes, enluminures, dessins issus de nos vénérables fonds patrimoniaux.
  • Page Facebook de la bibliothèque de Belle-Beille à Angers. Il existe deux autres pages de ce type liées au SCD d’Angers : -page FB de Saint-Serge -page FB Galerie 5
  • Lancement de la messagerie de FB lundi 15 novembre 2010 392 pages créées par des bibliothèques au 7 avril 2010 (compte réalisé par Bibliothèques 2.0) http://bibliotheque20.wordpress.com/2010/04/07/combien-y-a-t-il-vraiment-de-bibliotheque-sur-facebook/#comment-102376 Pour donner une idée des conversations qui ont naissent sur la page FB de l’UPMC : http://www.facebook.com/#!/pages/Paris-France/Universite-Pierre-et-Marie-Curie-UPMC/42834600810
  • Selon une évaluation de Nicolas Alarcon, les onglets Catalogue et Docelec de nos pages représentent 6% chacun des visites sur les pages FB du SCD d’Angers (http://assessmentlibrarian.wordpress.com/2010/04/06/la-bua-sur-facebook-23/)
  • Classement comcampus http://www.mille-watts.com/comcampus/2010/11/classement-des-universites-sur-facebook-novembre-2010/
  • Quand et Comment modérer une page Facebook, in Le blog du modérateur http://moderateur.blog.regionsjob.com/index.php/post/Comment-moderer-une-page-Facebook?utm_source=feedburner&utm_medium=feed&utm_campaign=Feed%3A+captainjob+%28Le+blog+du+mod%C3%A9rateur%29&utm_content=Twitter
  • Les 10 applications de FB les plus utilisées par les bibliothécaires : http://oedb.org/blogs/ilibrarian/2007/top-ten-facebook-apps-for-librarians-part-one/ -Affichage des photos (Myflickr), des diaporamas (Slideshare / Facebook) des nouveautés (books iread) -Interface de chat (meebo – Qwidget QP) -interface de recherche dans le catalogue et possibilité de traiter les résultats directement dans FB (ex : interface de recherche de la Topeka & Shawnee County Public Library sur Facebook : http://apps.facebook.com/searchtscpl/
  • Source : Moreno Barros http://www.slideshare.net/moreno/redes-sociais-e-bibliotecas
  • http://alpha2.suffolk.lib.ny.us/search~S0 (catalogue de la Suffolk Library) Cf. aussi les tweets de BUblog sur la page d’accueil du blog http://buboblog.univ-brest.fr/
  • Sur le concept d’intimité ambiante, voir le billet d’Hubert Guillaud sur Internet.actu du 9 janvier 2008 http://www.internetactu.net/2008/01/09/lintimite-ambiante/ Image : http://www.noobpreneur.com/2010/09/09/crowdsourcings-impact-on-small-business-branding/
  • D’après Sarah Milstein (Information today) : http://www.infotoday.com/cilmag/may09/Milstein.shtml
  • Le Phare : http://www.wix.com/ccdshs/le-phare CCDSHS : Centre Commun de Documentation en Sciences Humaines et Sociales Veilledoc_R2 : Enseignants : Florence Thiault et Catherine Daniel / Etudiants : Luc Bertrand et Adeline Vescovo Chatroom professionnelle : citation de Lully (Bibliothèques reloaded) Les followers des compte twitter de bibliothèques sont avant tout des bibliothécaires qui se demandent à quoi peut servir twitter en bibliothèque (cf. article du blog Des bibliothèques 2.0 du 9 avril 2010) : http://bibliotheque20.wordpress.com/2010/04/09/qui-nous-suit-sur-les-reseaux-sociaux Suivi des commentaires d’une conférence : Moreno Barros : http://www.slideshare.net/moreno/twitter-no-snbu Constitution de .pdf à partir de tweets au moyen de http://www.tweetbook.com
  • La nécessité de s’agréger à des réseaux existants, fait que comme dit Lully, on ne peut pas se mettre à twitter du jour au lendemain pour le compte de sa bibliothèque (#blog) : http://bibliotheques.wordpress.com/2009/04/21/twitter-le-verbe-pas-le-nom-en-bibliotheque/ Citation de Moreno Barros : Slideshare « Brazil leads the world in social networks » http://www.slideshare.net/moreno/brazilian-lib Comme obstacle, on peut aussi mentionner le fait qu’il n’y a pas de modérateur sur twitter (#facebook) Sur twitter, le temps réel est un temps éphémère : comme le fait remarquer Lully, l’usager ne va pas fréquemment passer sur un moteur de rechercher pour récupérer le tweet qui mentionne les horaires d’ouverture de la fin de semaine.
  • Percolation selon wikipedia : C'est un phénomène de seuil associé à la transmission d'une « information » par le biais d'un réseau de sites et de liens qui peuvent, selon leur état, relayer ou non l'information aux sites voisins.
  • photo : Mariaka Nishi

Communication numérique externe Presentation Transcript

  • 1. Communication numérique externe d’une bibliothèque Licence Professionnelle Gestion et Médiation des ressources documentaires 2010-2011
  • 2. Et la bibliothèque dans tout ça ?
  • 3. Et la bibliothèque dans tout ça ?
  • 4. Et la bibliothèque dans tout ça ?
  • 5. Et la bibliothèque dans tout ça
  • 6. Et la bibliothèque dans tout ça ?
  • 7. Pourquoi ouvrir un compte sur un service 2.0 ?
    • «  Projeter la bibliothèque dans l’univers de référence de l’usager  » (Lorcan Dempsey, Lorcan Dempsey's Weblog
    • « Très prochainement, ne pas être sur Facebook sera aussi handicapant que d’être mal référencé sur Google » (Nicolas Alarcon, Assesment librarian)
    • « Une bibliothèque peut estimer que le blog va de soi » (Lully)
    • « numérique : éclaté, disséminé, redondant » (Olivier Tacheau, SCD Angers)
  • 8. Communiquer pour quoi faire ? 1. Recommander
    • -un document
    • -un événement
    • -une formation
    • Bibliothécaire = sélectionneur, médiateur, promoteur, formateur,
    • veilleur
  • 9. Communiquer pour quoi faire ? 2. Former
    • Le blog nous permet de mettre en valeur nos outils de formation
    • Interopérabilités naturelles entre Facebook, twitter (ScreenR) et Springshare
  • 10. Communiquer pour quoi faire ? 3. Garder le contact
    • En parlant la langue de l’usager…
    • En utilisant ses interfaces d’échanges…
    • Manifester sur le web et dans les espaces physiques la dimension sociale de la bibliothèque
  • 11. Spécificité de la communication digitale
    • 1. Facilité d’édition et de mise à jour
    • 2. Possibilité de toucher les non-fréquentants (mais possibilité d’en faire des fréquentants ?) = quel effet ?
    • 3. Numérique = interactif
    • 4. Numérique = personnalisable
  • 12. Facilité d’édition et de mise à jour
  • 13. Pénétration du service
    • Comment mesurer l’effet de la communication numérique externe sur l’activité traditionnelle de la bibliothèque ?
    • Comment évaluer la popularité d’une bibliothèque sur un réseau social ?
    • Comment évaluer les transactions en ligne entre étudiants et bibliothécaires ?
  • 14. Numérique = Interactif
    • Interactivité et hyper-attentifs
    • twitter, Facebook : commentaires, votes, appréciations
    • Pour les produits numériques : continuum entre la présentation, la démo et le produit
  • 15. Numérique = personnalisable
  • 16. Il existe de nombreuses possibilités…
    • Être référencé dans les annuaires généralistes
    • Être référencé dans les annuaires spécialisés
    • Être référencé dans les moteurs de recherche
    • Avoir une adresse internet qui identifie l'établissement
    • Disséminer services et événements sur les sites et agendas locaux
    • Plus généralement être présent sur ces sites locaux, notamment ceux des partenaires
    • Apparaître dans Wikipédia
    • Proposer plug-ins, widgets et applications mobiles pour interroger ses ressources
    • Référencer ses blogs dans les moteurs de recherche de blogs
    • Géolocaliser sa bibliothèque !
  • 17. Il existe de nombreuses autres possibilités…
    • Ouvrir des comptes sur différents sites de médias sociaux
    • Ouvrir des comptes sur différents sites de réseaux sociaux
    • Être référencé dans des annuaires de wifi gratuit
    • Utiliser la messagerie instantanée
    • Utiliser les textos pour renseigner les usagers ou leur permettre de nous poser des questions ( text-a-librarian )
    • Participer à des sites d'experts (notamment de questions-réponses)
    • Proposer des flux RSS
    • Participer à des univers virtuels
    • Utiliser Twitter
    • faciliter l'accès aux ressources audio et vidéo
  • 18. Quel type de communication voulons-nous ?
    • Seulement pour promouvoir des contenus, des services ou des usages ? : Blog, microblogging basique
    • Pour avoir des retours de la part des lecteurs : réseau social
    • Pour engager une conversation avec les lecteurs ? : microblogging avancé
    • Pour les faire participer à certaines de nos actions (par exemple, les acquisitions) : outils polyvalents ou applications de certains réseaux sociaux
    • On n’est pas obligé de tout faire, il vaut mieux choisir une STRATEGIE
  • 19. Stratégie 1
    • Objectif : personnaliser les services, l’info et la veille
    • Moyens : CMS permettant de créer des vues par usager (statut-discipline-niveau) et d’afficher des contenus externes (extraits de blogs, veille)
  • 20. Stratégie 2
    • Objectif : manifester le rôle de la bibliothèque dans la vie culturelle et intellectuelle de l’Université
    • Moyens : blog, page Facebook pour promouvoir les événéments
  • 21. Stratégie 3
    • Objectif : manifester la dimension sociale de la bibliothèque
    • Moyens : utiliser les réseaux existants (Facebook) et/ou créer son propre réseau social, forums, etc.
  • 22. Communiquer avec ses partenaires ou sa tutelle
    • Approbation préalable (DSI)
    • Respect de la charte graphique de l’établissement
    • Test de sécurité
    • Redondance rendue possible entre le site de la mairie/Université et le site de la bibliothèque par le RSS
    • Doter sa bibliothèque d’un seul compte (ne pas ouvrir de compte en tant qu’individu)
  • 23. Le traditionnel : la liste de diffusion
    • Résultats mitigés car :
    • Les étudiants n’utilisent pas souvent leur messagerie officielle
    • Ils n’utilisent plus de messagerie classique
    • (Gmail / yahoo remplacés parTwitter / Facebook)
  • 24. L’incontournable blog
  • 25. Structure
    • le blog institutionnel
    • Le nuage de blogs
    • Les carnets de notes des bibliothécaires agrégés en un blog
  • 26. Le nuage de blogs
    • Sortir de l’identité Institutionnelle (1 institution = 1 blog) tournée principalement sur l’institution
    • Cerner au plus près les besoins d’une communauté
    • Unifier les pratiques : rôle du coordinateur / rédac’chef
    • Formation des rédacteurs
    • Harmonisation des pratiques d’écriture
    • Harmonisation de l’indexation (tags)
    • Contrôle « léger » a posteriori
    • Publicité, communication sur les blogs
    • Référencement
    • Rédacteur = formateur = veilleur
  • 27. Agrégation de carnets de notes
    • Chaque bibliothécaire, comme tout étudiant de Paris 5 possède un profil et un carnet en ligne (Carnets2 = réseau social de l’Université)
    • Le blog du SCD est constitué de l’agrégation de tous les carnets des bibliothécaires
  • 28. Le classique blog institutionnel
  • 29. Résultats d’une enquête de 2007
    • Recours à des plateformes gratuites diffusant de la publicité
    • Pas de nom de domaine
    • Beaucoup de texte et peu de vidéos ou documents sonores (1/3 des blogs seulement proposent du multimédia)
    • Présence la plupart du temps d’un comité de rédaction
    • Contenu des blogs inégal
    • Peu de maîtrise des droits d’auteurs
    • Peu de liens entre le catalogue et le blog
  • 30. Technique
    • Héberger ses données (d’où l’utilisation privilégiée de wordpress)
    • Utiliser le nom de domaine de sa tutelle (cela implique beaucoup de diplomatie
    • Utiliser un CMS souple et facilement paramétrable disposant d’une variété de droits et de statuts (workflow)
    • Utiliser un outil interopérable avec le catalogue et d’autres outils du web
  • 31. Esthétique
    • Ne pas utiliser les thèmes proposés par la plateforme
    • Reprendre la charte graphique de la tutelle
    • Encourager l’utilisation d’images : formation aux CC
    • Encourager la retouche d’images (images à la une) : formation aux logiciels de retouche
    • Former aux normes de typographie sur le web
  • 32. Style
    • Dialogue imaginaire
    • Double critique
    • Pastiche
    • Revue de la semaine culturelle façon zapping
    • Commentaire d’une phrase
    • Sélection de réponses à des questions biblio
    • Test
    • Banc d’essai
    • Détournement d’images patrimoniales
    • Etc..
  • 33. Staff
    • Rédac’chef (Administrateur)
    • Comité de rédaction (éditeurs) assurant à tour de rôle la relecture des billets avant publication
    • Calendrier d’édition intégré au blog (2 posts par semaine + programmation pendant les vacances)
    • Accompagner au début, rendre autonome le plus vite possible (passer d’un contrôle a priori à un contrôle a posteriori)
  • 34. Taxonomie
    • Catégories
    • Tags
    • Possibilité de générer des flux RSS à partir des catégories ou des tags (= DSI) : affichage des nouveautés sur les comptes utilisateurs du site / sur les autres interfaces de médiation
    • Reproduire ces catégories sur le site ?
  • 35. Dissémination et redondance
    • Les contenus doivent pouvoir s’afficher sur d’autres interfaces :
    • Vues utilisateurs sur le site
    • Plateforme d’autoformation
    • Page Facebook : tweets et flux provenant du blog
  • 36. FACEBOOK
  • 37. Pourquoi Facebook
    • Parce que nos étudiants y sont
    • Parce qu’ils utilisent de plus en plus FB comme messagerie
    • Parce que la bibliothèque doit s’affirmer en tant que lieu communautaire physiquement et numériquement
    • Pour diffuser un autre format d’informations (information plus courte et plus pratique que sur le blog -> microblogging)
    • Pour augmenter les interactions avec les usagers et obtenir plus de feedback (du blogging à la conversation)
    • Les applications destinées aux bibliothécaires se multiplient sur Facebook
  • 38. Du blogging à la conversation
  • 39. Qu’est-ce qu’un fan ? Et que veut-il ?
    • Personne, institution
    • Enseignant, étudiant, autre
    • Fan = usager ?
    • On ne devient pas fan pour consulter les ressources en ligne de la bibliothèque
  • 40. évaluation
    • Quel effet sur la fréquentation ?
    • Nombre de fans = futur indicateur (ISO / AFNOR) ?
    • Quel effet auront les classements de pages de bibliothèque par nombre de fans ?
  • 41. modération
    • Spams
    • Messages décalés
    • Critiques
    • QUELLE CONDUITE TENIR ?
    • Supprimer les spams
    • Supprimer les messages décalés et reconfigurer la page s’ils sont récurrents
    • Répondre aux critiques, si possible sans langue de bois
  • 42. Un Facebook pour les bibliothèques
  • 43. Un facebook pour les bibliothèques
  • 44. Quel usage de twitter en bibliothèque
  • 45. Info en temps réel : pertinent ? Inclusion des tweets dans les interfaces de recherche
  • 46. Ce que semble être Twitter en dehors des bibliothèques
    • Du microblogging sur ses humeurs
    • Un lieu d’ « intimité ambiante »
    • De la recommandation de pages
    • De la conversation constructive (crowdsourcing)
  • 47. Vers une twittiquette pour institutions ?
    • Dis qui tu es : nom de l’institution et URL dans le profil
    • Utilise twitter plus pour la conversation que pour la diffusion
    • Pose parfois des questions et demande des retours
    • Cherche les tweets qui te mentionnent
    • Suis tous ceux qui te suivent
    • Poste un tweet une fois par jour
    • RECOMMANDATIONS POUR LA PLUPART NON SUIVIES PAR LES BIBLIOTHEQUES
  • 48. Ce que devient Twitter utilisé par les bibliothécaires
    • QUELLES TENDANCES ?
    • Recommandation (nouveautés, événements)
    • Outil de veille pour ses usagers (ex : @veilledoc_ R2 , Le CCDSHS de Nancy 2 qui assure la veille en psycho pour @psychophare et @sociophare )
    • chatroom professionnelle pour bibliothécaires 2.0
    • Suivi des commentaires d’une conférence
  • 49. Problèmes
    • QUELS OBSTACLES ?
    • Difficulté à trouver des abonnés (nécessité de s’agréger à des réseaux existants)
    • Difficulté à répondre à des critiques (en 140 caractères)
    • Difficulté à édifier une stratégie de com pour ce média (twitter comme institution ou comme professionnel ?)
    • Temps réel = temps éphémère
    • CONCLUSION :
    • twitter : «  really good at professional conversation, not so good at institutionnal conversation  » (Moreno Barros)
  • 50. Conclusion 1
    • Cela va devenir dommageable de ne pas faire partie d’un réseau social comme Facebook (#visibilité)
    • On ne sait pas encore comme évaluer le bien que cela apporte (#évaluation)
    • Veut-on diffuser de l’info en temps réel ou de l’info « percolée » (#stratégie)
    • Choisir entre info centrée sur l’usager ou info centrée sur la bibliothèque (#identité)
  • 51. Conclusion 2
    • Distinguer les usages d’un blog et d’un réseau social, mais les relier l’un à l’autre (#dissémination #redondance)
    • Eviter la communication dans un seul sens, susciter des échanges, des retours, des réponses à des questions qu’on se pose. (#conversation)
    • Mettre son propre usage des réseaux sociaux et de l’édition sur les plateformes 2.0 au profit de son établissement (#expérience)
    • Mettre en place une démarche projet et former ses collègues pour les rendre progressivement autonomes (#équipe)
  • 52. Merci pour votre attention ! [email_address] @dbelveze Photo : Mariaka Nishi [email_address] @dbelveze