Ponton du Club Med Les Boucaniers (Pointe Marin – Martinique). Crédit photo : CMT/ David Giral.
Professionnels                                                                                          changez pour      ...
ÉditoBimestriel édité parAgence Blue Marine1 boulevard Houelbourg sur Mer                                                 ...
Mars/Avril 2013                                         #12            Sommaire                         Édito_03          ...
Tourisme                        Au Nord-Est de la Martinique est implantée une commune                                    ...
Tourisme                                                                                                                  ...
Tourisme                                                                                          4                       ...
Évasion                           Au Nord de la Barbade,                                          1                       ...
Évasion                                                                                                                   ...
Randonnée                        Entre République Dominicaine                                             1               ...
Randonnée                                                                                        2                        ...
Ailleurs                         Il y a des îles désertes que nous rêvons tous de                                1        ...
Ailleurs                                                                                  2     grandeur nature, niché ent...
Nature                           Pas de séjour dans les Antilles sans quun seul touriste ne                               ...
Nature                                                                                           Ce que révèlent les fleur...
Environnement                    L’eau, voilà la ressource-clef de                                 notre survie. Pourtant,...
Environnement                                                                                     est dédiée à des usages ...
Environnement           • Prenez une douche plutôt qu’un bain           (la différence s’établit à -150 litres) ;      L’e...
Découverte                       Plant mystique apparu bien avant l’Homme dans les contrées égarées                       ...
Découverte                                                                                                                ...
Découverte                                                                                                                ...
-20                         %*Vous allez adorer les Antilles...Partez à la découverte des Antilles en profitant de tous les...
Découverte                                                                                                                ...
Découverte                                                                                           Le chocolat… Miam !  ...
Patrimoine                       La tête dans les étoiles et les pieds bien enracinés, la Guyane,    1                    ...
1-9. Saint-Laurent du Maroni, dhier à aujourdhui (quartier officiel, camp de la transportation devenu centre culturel, pla...
Le bon air antilles & guyane n°12 mars avril 2013
Le bon air antilles & guyane n°12 mars avril 2013
Le bon air antilles & guyane n°12 mars avril 2013
Le bon air antilles & guyane n°12 mars avril 2013
Le bon air antilles & guyane n°12 mars avril 2013
Le bon air antilles & guyane n°12 mars avril 2013
Le bon air antilles & guyane n°12 mars avril 2013
Le bon air antilles & guyane n°12 mars avril 2013
Le bon air antilles & guyane n°12 mars avril 2013
Le bon air antilles & guyane n°12 mars avril 2013
Le bon air antilles & guyane n°12 mars avril 2013
Le bon air antilles & guyane n°12 mars avril 2013
Le bon air antilles & guyane n°12 mars avril 2013
Le bon air antilles & guyane n°12 mars avril 2013
Le bon air antilles & guyane n°12 mars avril 2013
Le bon air antilles & guyane n°12 mars avril 2013
Le bon air antilles & guyane n°12 mars avril 2013
Le bon air antilles & guyane n°12 mars avril 2013
Le bon air antilles & guyane n°12 mars avril 2013
Le bon air antilles & guyane n°12 mars avril 2013
Le bon air antilles & guyane n°12 mars avril 2013
Le bon air antilles & guyane n°12 mars avril 2013
Le bon air antilles & guyane n°12 mars avril 2013
Le bon air antilles & guyane n°12 mars avril 2013
Le bon air antilles & guyane n°12 mars avril 2013
Le bon air antilles & guyane n°12 mars avril 2013
Le bon air antilles & guyane n°12 mars avril 2013
Le bon air antilles & guyane n°12 mars avril 2013
Le bon air antilles & guyane n°12 mars avril 2013
Le bon air antilles & guyane n°12 mars avril 2013
Le bon air antilles & guyane n°12 mars avril 2013
Le bon air antilles & guyane n°12 mars avril 2013
Le bon air antilles & guyane n°12 mars avril 2013
Le bon air antilles & guyane n°12 mars avril 2013
Le bon air antilles & guyane n°12 mars avril 2013
Le bon air antilles & guyane n°12 mars avril 2013
Le bon air antilles & guyane n°12 mars avril 2013
Le bon air antilles & guyane n°12 mars avril 2013
Le bon air antilles & guyane n°12 mars avril 2013
Le bon air antilles & guyane n°12 mars avril 2013
Le bon air antilles & guyane n°12 mars avril 2013
Le bon air antilles & guyane n°12 mars avril 2013
Le bon air antilles & guyane n°12 mars avril 2013
Le bon air antilles & guyane n°12 mars avril 2013
Le bon air antilles & guyane n°12 mars avril 2013
Le bon air antilles & guyane n°12 mars avril 2013
Le bon air antilles & guyane n°12 mars avril 2013
Le bon air antilles & guyane n°12 mars avril 2013
Le bon air antilles & guyane n°12 mars avril 2013
Le bon air antilles & guyane n°12 mars avril 2013
Le bon air antilles & guyane n°12 mars avril 2013
Le bon air antilles & guyane n°12 mars avril 2013
Le bon air antilles & guyane n°12 mars avril 2013
Le bon air antilles & guyane n°12 mars avril 2013
Le bon air antilles & guyane n°12 mars avril 2013
Le bon air antilles & guyane n°12 mars avril 2013
Le bon air antilles & guyane n°12 mars avril 2013
Le bon air antilles & guyane n°12 mars avril 2013
Le bon air antilles & guyane n°12 mars avril 2013
Le bon air antilles & guyane n°12 mars avril 2013
Le bon air antilles & guyane n°12 mars avril 2013
Le bon air antilles & guyane n°12 mars avril 2013
Le bon air antilles & guyane n°12 mars avril 2013
Le bon air antilles & guyane n°12 mars avril 2013
Le bon air antilles & guyane n°12 mars avril 2013
Le bon air antilles & guyane n°12 mars avril 2013
Le bon air antilles & guyane n°12 mars avril 2013
Le bon air antilles & guyane n°12 mars avril 2013
Le bon air antilles & guyane n°12 mars avril 2013
Le bon air antilles & guyane n°12 mars avril 2013
Le bon air antilles & guyane n°12 mars avril 2013
Le bon air antilles & guyane n°12 mars avril 2013
Le bon air antilles & guyane n°12 mars avril 2013
Le bon air antilles & guyane n°12 mars avril 2013
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Le bon air antilles & guyane n°12 mars avril 2013

2,530

Published on

Magazine de bord de la compagnie Air Antilles Express

Published in: Education
0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
2,530
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
1
Actions
Shares
0
Downloads
6
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Le bon air antilles & guyane n°12 mars avril 2013

  1. 1. Ponton du Club Med Les Boucaniers (Pointe Marin – Martinique). Crédit photo : CMT/ David Giral.
  2. 2. Professionnels changez pour only entreprises • Plus de 12déjà confiance nous font 000 entreprises (1) • Une gamme complète d’offres à coûts optimisés • Un réseau dernière génération • de 200 pays* avec votre mobile plus Exclusif : communiquez depuis • Des conseillers pros à proximité et des espaces spécialisés MOBILE INTERNET FIXE 0811 515 515 Du lundi au samedi de 8h à 22h (prix d’un appel local depuis un poste fixe) www.only-entreprises.fr ENTREPRISES AVEC VOUS SUR TOUTE LA LIGNE*200 pays pour les forfaits non bloqués et 150 pays (voix et SMS) pour les forfaits bloqués.Pays ou territoires (liste sur only.fr) = hors zone de souscription du forfait nécessitant un accord d’itinérance avec un opérateur tiers. Nécessite un mobile compatible. Tarifs et conditionsde facturation sur www.only-entreprises.fr. Avant de partir, assurez-vous que votre mobile et/ou carte sim sont bien activés pour le roaming en composant le 229 depuis votre mobileonly (coût d’un appel local). (1) Source : données internes OMT à fin décembre 2012. Outremer Telecom SAS au capital de 4 281 210,30 € - RCS FdF 383 678 760 – Février 2013.
  3. 3. ÉditoBimestriel édité parAgence Blue Marine1 boulevard Houelbourg sur Mer “ Chers Passagers, B ienvenue à bord ! La période du Carnaval a été encore une fois loccasion pour nous de constater que vous êtes de plus en plus nombreux à utiliser notre compagnie et nous vous remercions de votre fidélité. Pour vous prouver notre reconnaissance, nous nous engageons à toujours vous offrir les meilleurs tarifs, une ponctualité optimale et à développer notre réseau et nos services. Nous travaillonsZI Jarry - 97122 Baie-Mahault - 0590 32 64 36 sans relâche sur les potentialités de nouvelles destinations quimathieu@blue-marine.biz constitueront vos escapades de demain...Siret : 442 804 456 00014SARL au capital de 8 000€ À la veille des vacances de Pâques, bon nombre d’entre vous ressentent le besoin de rejoindre la famille ou simplement deDirecteur de PublicationChristian MARCHAND s’évader ; aussi AIR ANTILLES EXPRESS et AIR GUYANE EXPRESS sont dans les starting-blocks.Responsable dÉditionNadège CERETTO Pour cette période de haute-saison, nous avons prévu d’augmenterConception /Réalisation les rotations, particulièrement sur la Martinique et notamment surAgence Blue Marine Saint-Domingue avec plus de 5 vols par semaine dès le mois d’avril.Rédaction Nous sommes aussi heureux de vous annoncer une nouvelleN. Ceretto avec l’aide de C. Bulot, S. Saint-Martin, M. Bourdeau,J. Charlery, M. Maurin, M. Lantin, JL. Toussaint Pimenta Da Costa, facilité pour les détenteurs de carnets de coupons qui pourrontL. Mortellec, M. Mouniq, C. Malraux, E. Fiorentino, M. Grandjean, bientôt gérer leurs réservations directement sur le net…P. Virapin ; Randonnée – Ecotour Barahona ; Festival,Evénement, Sport Karujet – S. Wybo ; Littérature – B. Rossi ;Histoire d’eau – J. Van Kempen ; Jeu – D. Poncet. Que ce soit pour le plaisir ou le business, vous êtes nombreux à avoir adopté la rotation vers Sainte–Lucie ainsi que les vols versCrédits PhotosComité du Tourisme des Iles de Guadeloupe ; Comité Martiniquais la Guyane à bord des confortables Airbus A320 d’AIR FRANCEdu Tourisme – D. Giral, L. Olivier, H. Salomon ; Comité Guyanais aux tarifs d’AIR ANTILLES et d’AIR GUYANE EXPRESS.du tourisme – photo@ctguyane, X. Jourdin, M. Bourdeau ;Ministère du Tourisme de la Barbade ; Indigo France ; EcotourBarahoma ; Région Guadeloupe ; N. Ceretto ; B. Grieser ; T. Wright, Bonne nouvelle également du côté d’AIR GUYANE EXPRESS :W. Dederer ; JL. Toussaint Pimenta Da Costa ; L. Mortellec ; face au succès incontestable de la ligne Guyane-Antilles, votreC. Malraux ; A. Rossiaud ; P. Virapin ; C. Phibel ; S. Bauras ;N. Derné ; H. Valenzuela ; E. Roussas ; B. Celica ; S. Wybo ; compagnie investit pour ouvrir une nouvelle ligne vers le SurinamR. Catan ; O. Devin ; F. Gurieri – Le Pélican ; Bienglace.com ; au départ de Saint-Laurent du Maroni.Elg@you.Tofs ; IDLineStudio ; K. Vulpillat – D’Klik Sarl ;Le Soleil Levant ; Mabelo ; CAMA Renault ; HTS ; Canal+Antilles/Guyane ; Palhaço ; Thinkstock ; Google Images. Enfin, votre magazine Le Bon Air confirme également sa réussite. Le contenu progresse en quantité et en qualité. Ce succès, nousDirection ArtistiqueMarc PRAQUIN vous le devons aussi, car vous êtes de plus en plus nombreux à le lire, à le ramener dans vos foyers ou au bureau et à le partagerRégie Publicitaire sur Facebook ; les messages échangés sur son contenu seHélène : 0690 47 03 38Marie : 0690 71 82 98 comptent désormais en centaines de milliers ! Merci !Impression Nous remercions aussi très chaleureusement nos annonceursAntilles Imprimerie pour leur fidélité.Papier provenant des forêtsgérées durablement. Bonne lecture et bon vol à tous ! Christian Marchand Président Directeur Général Air Antilles Express & Air Guyane Express Le Bon Air. Mars/Avril 2013 3
  4. 4. Mars/Avril 2013 #12 Sommaire Édito_03 Tourisme_06 Évasion_10 Randonnée_12 Ailleurs_14 Nature_16 Environnement_18 Découverte_22 Patrimoine_30 Nautisme_34 Festival_38 Musique_40 Actualité_42 Artiste_44 Portrait compagnie_48 Solidarité_50 En région_52 Littérature_54 Événement_58 Sport_60 Auto_64 Technologie_66 Audiovisuel_70 Photos VIP_72 Expo_80 Mode_82 Hôtellerie_88 Histoire deau_90 Jeu_96 Agenda_984 Le Bon Air. Mars/Avril 2013
  5. 5. Tourisme Au Nord-Est de la Martinique est implantée une commune 1 conviviale, Sainte-Marie, dont l’îlet se visite jusqu’à fin avril. L’occasion pour les familles de se ressourcer à pied entre reliefs verdoyants et océan Atlantique… Martinique, Balade historique et nature 1-5. Domaine Fonds Saint Jacques à Sainte-Marie. autour de Sainte-Marie… 2. Plage et îlet de Sainte-Marie. 3. Petit train des anciennes plantations de cannes des environs de Sainte-Marie. 4. Vue panoramique sur le quartier samaritain de Morne-des-Esses. Crédits photos : Comité Martiniquais du Tourisme ; Henri Salomon ; Luc Olivier.6 Le Bon Air. Mars/Avril 2013
  6. 6. Tourisme 2 eçon d’histoire :L Sainte-Marie dispose dès lors du centre 5.000 têtes dont 80% sont des captifs Sainte-Marie, célèbre pour son industriel le plus rentable de l’île et travaillant dans les plantations environ- croissant de sable saisonnier des Antilles. On y cultive ensuite toutes nantes. Les différentes luttes socialesouvrant l’accès à l’îlet du même nom, sortes de fruits et légumes dont les qui ont lieu après 1848 engendrent laa gardé les empreintes d’un passé puissances coloniales raffolent. Attirés dissémination de la ville en plusieursparfois tumultueux. Au temps des par la prospérité grandissante de hameaux encore existants de nos jours,Indiens Caraïbes, parce qu’on y trouvait l’agglomération, les Anglais essayent, dont Bezaudin, Pérou, Morne-des-beaucoup de roucou (NDLR : plante avec de 1744 à 1782, de se l’approprier Esses… qui se partagent entre ancienslaquelle l’on se protégeait des piqûres mais en vain (NDLR : les deux canons esclaves et nègres marrons. Le premierde moustique et des brûlures du soleil) et le chemin de fer toujours présents syndicat agricole est créé fin 1901 paret des sites artisanaux dédiés à la van- sur les lieux rappellent ces périodes). Joseph Lagrosillère, Samaritain d’originenerie et à la culture du manioc et de la S’en suit la Révolution Française, ses plus tard élu député. La vision du socia-patate douce, cette bourgade était conséquences concernant la séparation lisme s’étoffe. La départementalisationélevée au rang de capitale. Celle-ci devint de l’Eglise et de l’Etat et de multiples de la Martinique toute entière a lieu.beaucoup moins paisible lorsque les révoltes esclavagistes lorsque Fonds L’activité de Fonds Saint Jacques déclineFrançais, sous les ordres du Général Saint Jacques demeure au clergé. En mais Sainte-Marie reste la capitale deDuparquet, vinrent la coloniser et lui 1836, Sainte-Marie héberge presque la côte Nord-Atlantique de l’île.inculquer des coutumes européennes,qui nuisirent assez vite aux autochtones 3implantés-là depuis des lustres et quiles firent même fuir dès 1655. Le village,une fois évangélisé, est enfin conformeaux croyances des Dominicains etprend donc son identité en l’honneurde la Sainte-Vierge. En 1659, le PèreBoulogne, principal artisan de la victoiredes colons sur place, devient l’ambas-sadeur de la propriété de Fonds SaintJacques, transformée en habitationmonastique, sucrière et rhumière, sousl’impulsion du Père Labat qui optimiseson rendement en y installant un alambicen cuivre pour une meilleure distillation. Le Bon Air. Mars/Avril 2013 7
  7. 7. Tourisme 4 Pour les infos et photos contenues dans ces pages, nous remercions : ■ Le Comité Martiniquais du Tourisme : Pointe de Jaham 97233 Schœlcher Tél. : 05 96 61 61 77 Fax : 05 96 61 22 72 Web : www.martiniquetourisme.com ■ Loffice de Tourisme de Sainte-Marie : Place Félix Lorne 97230 Sainte-Marie Tél. : 05 96 69 13 83 Fax : 05 96 69 40 62 ■ La Maison de Martinique 2 rue des Moulins 75001 Paris Tél. : 01 44 77 86 00 Fax : 01 44 77 86 25 La balade du Carême : des Antilles (NDLR : notamment les les baies de Sainte-Marie, Trinité et Pain L’îlet Sainte-Marie protège le bourg de sternes de Dougall). L’endroit rend bien de Sucre. A quelques kilomètres de là, la houle en période de forte mer. Son sûr hommage à Félix Lorne, l’instituteur l’Anse Azérot accueille, notamment à tombolo, flèche de sable construite par du village qui y périt le 3 mars 1950 alors Pâques, beaucoup des habitants de la la dérive du littoral, s’avère toujours une qu’il tentait de sauver de la noyage région venus profiter des plaisirs de la curiosité naturelle que Martiniquais et un de ses élèves finalement lui aussi plage à l’ombre des hauts cocotiers et touristes aiment à (re)voir et raconter : emporté par la violence des flots des ruines d’une ancienne rhumerie qui de novembre à avril, sous l’influence (NDLR : à Sainte-Marie, personne n’a la jalonnent. Les passionnés d’histoire de l’anticyclone des Bermudes/Açores, oublié ce drame ; c’est ainsi que le et de traditions locales préfèrent eux complexe scolaire de Morne-des-Esses se perdre dans les vestiges de Fonds les journées chaudes et les nuits plus porte le nom de Félix Lorne et que le Saint Jacques, ancienne habitation fraiches engendrent des courants inha- buste de l’homme a été sculpté et scellé sucrière et religieuse, pendant que bituels créant des vagues obliques qui en contrebas de la rue menant à l’église). d’autres applaudissent la minutie des transportent les sédiments vers la plage, rétrécissant ainsi les embouchures. Dès vannières de Morne-des-Esses ou Curiosités à (re)découvrir toute les rythmes entêtants de la maison du lors, l’accès à l’îlet récemment aménagé l’année : et balisé par l’ONF est possible à pied, bêlé. Enfin, les plus gourmands se l’occasion d’émerveiller tous les ornitho- Les amoureux de la nature se retrouvent donneront sans doute rendez-vous au logistes en herbe : parmi les poiriers, à la Philippe, forêt côtière samaritaine musée de la banane, au musée du raisiniers, balais savane et pois de bord révélant à travers ses arbres centenaires rhum ou à la distillerie Saint-James de mer nichent la plupart des espèces – filaos, mahoganys, lépinis et figuiers - pour tout savoir sur ces produits d’oiseaux rares - et donc protégées - des paysages mystiques sur l’océan, mythiques des Antilles. 58 Le Bon Air. Mars/Avril 2013
  8. 8. Évasion Au Nord de la Barbade, 1 une attraction naturelle émerveille tous les passionnés de géologie. Bienvenue dans les profondeurs de l’île ! Harrison’s Cave, La Barbade souterraine… 1-4. Les Harrisons Cave avec vue sur la mer. 2. Entrée de lattraction touristique. 3. A lintérieur des Harrisons Cave, stalagmites et stalactites éclairées pour le plus grand plaisir des visiteurs.10 Le Bon Air. Mars/Avril 2013
  9. 9. Évasion 2 de hauteur, divulguant cascades,L es Harrison ‘s Cave – situées à St-Thomas - portent le nom ruissèlements, stalactites et stalag- d’un militaire anglais de pouvoir mites géantes reliés au systèmequi détenait la plupart des terres de la géophysique de Welchman Hall GullyBarbade dans les années 1700. C’est et qui réduisent d’année en année.au cours des 18ème et 19ème siècles Dans ces antres mystiques disposantque quelques spéléologues s’aven- d’une température moyenne de 27C°,turent dans des cavités souterraines le bruit de l’eau qui dévale raisonne en 3jusqu’alors inexplorées. Parce que échos contre l’imposante façade desl’entrée rocheuse et certains passa- roches de minéraux que des éclairages partiels viennent sublimer. Le saviez-vous ?ges intérieurs demeurent difficilesd’accès aux néophytes, l’endroit, Stalagmites et stalactites sont des Comme la plupart des grottes souter-pourtant magique, va longtemps spéléothèmes qui se forment sur raines, les Harrison’s Cave regroupentrester fermé aux habitants et touristes le sol ou le plafond des grottes et un ensemble de vides et cavitésde l’île. Cartographiées pour la première souterrains par la chute lente et conti- formés à partir de calcaires soumis nue d’eaux calcaires et par leur "effetfois en 1974 par Ole Sorensen, ingénieur au processus de corrosion grâce à splash". Lorsque la stalagmite, endanois, assisté des Barbadiens Tony l’eau qui véhicule acides et résidus poursuivant sa lente croissance, rejointMason et Allison Thornhill, les Harrison’s chimiques aidant à la dissolution. la stalactite, les deux concrétions seCave ouvrent finalement leurs 2.3 Crainte et fascination assaillent le visiteur soudent progressivement, donnantkilomètres de limon calcaire au grand encerclé par cette forteresse naturelle, naissance à un véritable pilier stalag-public dès 1981. Un tramway silencieux qui comprend que les lieux ont sans mitique. Plusieurs réactions chimiques- intégré après maintes excavations - doute servi, tour à tour, d’abris ou acido-basiques sont donc à l’originepermet désormais d’explorer les couloirs sanctuaires. L’atmosphère, à la fois de ces colonnes calcaires : l’air quisombres, tièdes et humides de ces miraculeuse et pesante, donne à réfléchir entre, chargé en dioxyde de carbone,grottes parfois perchées à 15 mètres voire à méditer… se dissout dans les eaux de ruisselle- ment, qui, lorsqu’elles traversent les 4 roches calcaires, réagissent avec les ions carbonates et composent alors les ions hydrogénocarbonates (sources : Wikipedia). Rendez-vous aux Harrison’s Cave ! Welchman Hall (St. Thomas – Barbade) Tél. : (246) 417-3700 Email : info@harrisonscave.com Web : www.harrisonscave.com Le Bon Air. Mars/Avril 2013 11
  10. 10. Randonnée Entre République Dominicaine 1 et Haïti s’étend une vaste zone herbeuse et boisée, loin des tumultes des villes et marinas trop touristiques. Il s’agit de la Sierra de Bahoruco, qui s’étale sur 1125 km² à presque 2000 mètres d’altitude. A cheval à travers la Sierra Bahoruco 1. Cheval en pause. 2. Vue panoramique depuis la Sierra de Bahoruco. 3. Paysan local à cheval, croisé au fil de la randonnée. 4. Fillette vendant les fruits du bonheur (le noni). 5. Oiseau près des fleurs.12 Le Bon Air. Mars/Avril 2013
  11. 11. Randonnée 2 3 4E ntre littoral et hauts sommets cendant vers Polo, nous croisons la montagneux, la Sierra de prison construite par Trujillo, dictateur Nous remercions Bahoruco, arrosée de précipita- de 1930 à 1961. Nuit en chambre d’hôtetions régulières, est un endroit paisible qui chez Mama Gueda qui dirige la coopé-traverse les provinces d’Independencia, rative des associations du bourg.Barahona et Pedernales et qui s’ouvre Jour n°3 (900 mètres de dénivelé) :sur les merveilles d’une nature restéevierge, baignée de multiples cours d’eau, Petit-déjeuner et départ pour l’ascen- pour les informations et photosinvestie d’orchidées magnifiques et de sion de la Caña Brava qui donne sur la contenues dans ces pages. Pourjolis oiseaux multicolores. C’est dans vallée ramenant jusqu’à Paraíso. Nous réserver votre randonnée à cheval,ce cadre féérique que Le Bon Air vous empruntons alors la direction du bassin contactez-les vite :suggère un itinéraire équestre de trois de Mata de Maïz, source du Rio Nizaito Calle Padre Billinijours, plutôt ressourçant… que nous allons côtoyer une bonne #405, Zona Colonial, Santo-Domingo partie de la journée. Ici, les habitants Tél. : 809 682 2454 ou 849 861 9930Jour n°1 (1100 mètres de dénivelé) : vivent essentiellement des cultures du Email : reservations@ecotourbarahona.comRendez-vous à Paraíso, petit village cacao et de l’orange ; ils ne manqueront Web : www.ecotourbarahona.comniché entre Lomas et mer des Caraïbes. donc pas de vous en faire goûter ! NB : cette randonnée peut aussi seL’aventure à cheval démarre sur la faire à pied.Route du Café de las Mujeres, parmi Les atouts de la balade :les plantations Fincas, les nombreux Ecotour Barahona est dédié à la ■ Traversée à cheval de forêts sèches randonnée pédestre et équestre éco-caféiers, avocatiers, papayers et champs sur les pentes Nord, de la fameuse logique, et cherche à faire connaîtred’ananas, jusqu’à Charco Blanco. forêt nuageuse et des forêts de pins et se développer le Sud-Ouest de laAprès une pause pique-nique sous en altitude ; République Dominicaine dans leles pins créoles, nous poursuivons labalade sur un chemin plat et luxuriant ■ Découverte de la faune et flore affiliées ; respect de la population locale et demenant à Cachote et sa forêt de l’environnement. Tous les guides sont ■ Rencontre de la population locale ; des enfants du pays qui s’engagentnuages. Visite de la pépinière et dusentier botanique puis repas convivial ■ Itinéraire à la fois nature et historique. à faire découvrir l’île hors des sentiersavec les locaux, avant la nuit en refuge. battus tout en préservant durablement Ne manquez pas aux alentours : les villages et sites naturels traversés.Jour n°2 (700 mètres de dénivelé) : ■ El Hoyo de Pelempito - effondrement 5Après un petit-déjeuner copieux, tout dépassant les 700 mètres sur 7 kilomè-le monde en selle pour suivre l’itinéraire tres tandis que les montagnes l’entourantbien fleuri qui longe la rivière Cortico. atteignent les 1200 mètres – qui abriteAux alentours d’Auta, les panoramas beaucoup d’animaux endémiques dugrandioses se multiplient, notamment pays.aux abords de l’ancienne mine de silice.Petite pause encas auprès d’une famille ■ Les bourgs de Villa Nizao, Cabode Monte Nueva. Plus tard, en rede- Rojo et Puerto Escondido. Le Bon Air. Mars/Avril 2013 13
  12. 12. Ailleurs Il y a des îles désertes que nous rêvons tous de 1 fouler. Des endroits magiques, calmes et égarés, que le monde, pour l’instant, a préservés. Le Bon Air vous y emmène… Ce mois-ci, escale à Tetiaroa, atoll des Iles du Vent, en Polynésie française. Tetiaroa, A l’abordage ! 1-2. Paysages déserts de Tetiaroa. 3. Frégates dans les buissons de tafano. 4. Plongée à la barrière de corail de Tetiaroa.14 Le Bon Air. Mars/Avril 2013
  13. 13. Ailleurs 2 grandeur nature, niché entre cocotiers et immensités de bleus et verts jamais ne me quittera. Masque et tuba bien ajustés et c’est parti pour une inoubliable plongée et de longues errances entre les 13 motus qui s’atteignent à la nage ou à pied. L’atmosphère est magique mais torride sous ce soleil de plomb qui fait mal aux yeux. La luminosité est vraiment incroyable. Et nous vient l’idée d’aller nous mettre à l’ombre pour siester. Mais dur dur de jouer les Robinson Crusoé ! Sous les palmiers et feuillages des aito de cette île sauvage se cachent rats et moustiques affamés. Alors mieux vaut rester à l’eau et prendre de belles photos. La journée s’est vite écoulée. Au coucher du soleil, tortues et dauphins nous ont remerciés d’être passés. Bye bye Tetiaroa. Je garderai de toi un souvenir impérissable. aufragés volontaires…N lagon de 7 km – ne s’aborde pas si Tetiaroa, perdue dans les coraux facilement… Sans doute est-ce là ce Tetiaroa est un atoll privé dispersé en turquoises de la Société, grand qui lui confère tout son charme… 13 motus, intégrant les Iles sous learchipel polynésien, porte bien son Vent dans l’archipel polynésien denom : "distance", ainsi les Tahitiens … Pour une journée mémorable : la Société. Rattaché à la communeont-ils baptisé cet atoll magnifique qui tahitienne d’Arue, cet ensemble d’îlotsfut d’abord propriété du couple royal C’était en 2007. Nous avions demandé émergés entourés de corail et dede Pomaré qui aimaient s’y ressourcer l’autorisation en mairie pour aller y lagons cristallins se love à presquele week-end, avant d’appartenir à passer une journée, confie Nadège 50 kilomètres de Tahiti. Le filmun riche dentiste (NDLR : le docteur Ceretto, chargée éditoriale du Bon Air, Le bourreau des cœurs avec AldoWilliams qui est enterré sur le motu avant d’enchaîner : un catamaran Maccione y fut tourné en 1983 maisRimatuu) puis à Marlon Brando qui embarquait du port de Tahiti vers 7h Marlon Brando refusa d’y jouer unl’acheta en deux fois, en 1966 et du matin. Nous étions une dizaine à rôle, prétextant que l’endroit devait1967, pour environ 145.000 euros. bord. Le Pacifique était clément malgré avant tout rester un patrimoine naturel quelques fortes vagues lorsque nous dédié aux Tahitiens, à leur identité 3 croisions de plus gros bateaux au large et authenticité, et aux amoureux de de l’infiniment Bleue. L’enchantement a pêche et de décors sauvages. Pour commencé quand une baleine, de son que cet écosystème soit préservé, énorme queue indomptable, est venue mieux valait ne pas trop susciter saluer notre embarcation, frêle à côté la curiosité des grands groupes de ce mastodonte des mers, prête à hôteliers. Depuis 2008, après de chavirer dans ce violent faisceau d’oxy- fastidieux pourparlers, il semblerait gène et de pluie d’océan. Emerveillés, que lîle ait été rachetée par la société nous regardions s’esquisser en toile de Pacific Beachcomber qui devrait y fond les reliefs verdoyants de Tetiaroa ouvrir fin 2013 un éco-lodge dans le que des hôtes ailés – frégates et fous à respect des normes environnemen- pieds bleus nichant sur les buissons de tales en vigueur. tafano - survolaient dans un interminable ballet de nuances grises et noires. A quelques écumes de la barrière de corail 4 qui, à l’époque, était encore intacte,L’acteur américain, qui y tourna nous avons sauté à l’eau puis attenduLes révoltés du Bounty en 1960 en un à un qu’une vague assez puissantetomba amoureux et décida de s’y réfu- et haute nous déverse dans le lagon oùgier avec sa famille (NDLR : sa femme des raies, des bébés requins et de trèsTarita Teriipaia et leurs deux enfants) petits poissons multicolores frôlaient nosjusqu’en 1990. Ce petit coin de paradis jambes et bras nus. Cette sensation– 6 km de sable blanc encerclés d’un magique d’appartenir à un aquarium Le Bon Air. Mars/Avril 2013 15
  14. 14. Nature Pas de séjour dans les Antilles sans quun seul touriste ne sextasie devant la beauté naturelle et le parfum envoûtant des fleurs exotiques qui enchantent les tropiques. Au gré des jardins, des forêts et des balades vertes, le paysage senor- gueillit de couleurs féériques, dodeurs suaves et délicates... Même si toutes les fleurs poussant dans la Caraïbe nen sont pas originaires, il est toujours appréciable de les découvrir, de les distinguer, de sentêter de leurs douces effluves... Et si vous contiez fleurette...16 Le Bon Air. Mars/Avril 2013
  15. 15. Nature Ce que révèlent les fleurs… Exotiques ou pas, elles embellissent notre quotidien. Alors, quel message divulguent-elles en réalité ? Aloès = chagrin Lys = richesse Amarante = pérennité Magnolia = dignité Améthyste = confiance Marguerite = innocence Azalée = joie d’aimer Menthe = sagesse Bégonia = amitié sincère Muguet = bonheur Cactus = chaleur Nénuphar = pureté Chrysanthème = séparation Orchidée = pensée Coquelicot = consolation Palmier = victoire Dahlia = fidélité Pensée = nostalgie Eucalyptus = voyage Primevère = jeunesse Géranium = distinction Rose = amour, amitié, trahison (selon la couleur) Hibiscus = délicatesse Roseau = complaisance Jasmin = élégance Tournesol = lumière uvrir son cœur aux fleurs...O ■ Flamboyant : originaire de Madagascar, Jonquille = courtoisie Trèfle = revanche Lavande = tendresse Tulipe = extravagance, La signification des fleurs change cette Caesalpiniacée est un grand arbre réussite selon les coutumes et cultures (10 mètres) à fleurs intensément rouges Lotus = éloquence Vigne = ivressepratiquées dans le monde entier. ou jaunes.Néanmoins, il semble que le geste ■ Héliconia : originaire du Pérou, cetted’offrir un bouquet soit apprécié dans Héliconiacée étend ses bractées jaunes,la plupart des civilisations, quelquefois rouges et vertes à l’ombre du soleil.pour des raisons divergentes (exemples :cadeaux ou rites religieux). Dès lors, ■ Hibiscus : originaire de Polynésie eton peut choisir une composition fleurie d’Asie du Sud-Est, cette Malvacéeselon notre humeur, pour des questions prélasse ses fleurs rouges, jaunes,de préférences chromatiques ou direc- blanches et orangées à la lumière vive.tement liées à notre odorat, ou alors en ■ Oiseaux du Paradis : originaire d’Afri-ayant pleine conscience du message que du Sud, cette Strelitziacée orangeque l’on souhaite révéler en fonction et bleue est l’une des seules à résisterdes circonstances : généralement, le aux rudes températures (jusqu’à -2C°).rouge pour la passion, le blanc pour lapureté ou le deuil, le jaune pour l’amitié, ■ Pachystachys : originaire desle bleu pour le mystère... Antilles et d’Amérique du Sud, cette Acanthacée est un arbuste aux tigesSecrets de fleurs tropicales : ligneuses et aux bractées jaunes et orangées décoratives et résistantes Astuce poétique :Importée par le vent, les courants, dans la durée.les oiseaux ou les hommes… Chaque Saviez-vous que, pour les plusplante, fleurie ou non, a sa propre histoire ■ Rose de Porcelaine : originaire de romantiques, le nombre de fleurset des spécificités qui lui confèrent notre Malaisie, c’est en plein soleil que dans un bouquet peut révélerestime... Voici les confidences de nos s’épanouit cette Zingiberacée aux l’heure d’un rendez-vous galant fixépétales préférés... fleurs rouges bordées de jaune. le jour même où il vous est offert ?■ Allamanda : originaire du Brésil, Retrouvez toutes ces fleurs exotiques Pour offrir des fleurs exotiques : dans leur éden émeraude, au Jardincette Apocynacée se déploie en lianes ■ En Martinique :vigoureuses à grandes fleurs jaunes. de Balata (Martinique) ou au Jardin de Deshaies (Guadeloupe). www.floracom.bizElle peut atteindre jusqu’à 4 mètres. www.exoticflor.com■ Alpinia : originaire de Nouvelle-Calé- www.histoire-fleurs-martinique.comdonie, cette Zingibéracée est un arbuste ■ En Guadeloupe :à fleurs blanches et à bractées rouges,pouvant atteindre jusqu’à 4 mètres. www.fleurs-guadeloupe.com www.karukerafleurs.com■ Balisier : originaire de la Caraïbe, cette www.fleurs-tropiques.frHéliconiacée aux petites fleurs vertes www.jardins-st-eloi.comet aux bractées rouges ou jaunes peut www.panierdesiles.commesurer jusqu’à 6 mètres. Le Bon Air. Mars/Avril 2013 17
  16. 16. Environnement L’eau, voilà la ressource-clef de notre survie. Pourtant, tant de pays pauvres – notamment en Afrique – en manquent cruellement, tandis que chez nous, elle coule à flots… Mais pour combien de temps encore ? Si tenter de rééquilibrer convenablement l’afflux d’eau autour du globe est la mission des gouvernements en place, la nôtre, à titre individuel, est de moins la gaspiller au quotidien… A la maison ou au bureau, Je préserve l’eau !18 Le Bon Air. Mars/Avril 2013
  17. 17. Environnement est dédiée à des usages alimentaires, alors que les traitements en vigueur pour rendre l’eau potable coûtent extrêmement chers et que cet argent pourrait donc être dépensé dans d’autres investissements nécessaires à la préservation de l’environnement. Sans que la démarche ne soit trop contraignante ou qu’elle nuise à notre confort habituel, il est facilement envisageable de réduire de 25% à 30% notre consommation d’eau quotidienne. Si tout le monde joue le jeu, ce sont des milliards de litres qui peuvent être annuellement économisés dans 3 buts essentiels : ■ offrir de l’eau potable aux pays qui n’en disposent pas encore ; ■ garantir la ressource aux générations futures ; ■ voir baisser nos factures. Voici donc quelques astuces pour minimiser notre consommation : ■ A la maison : • Equipez vos installations d’économi- seurs d’eau (ils vont jusqu’à réduire de 50% le débit) et vérifiez régulièrement qu’elles ne sont pas sujettes à fuite (NDLR : un robinet qui goutte, c’est 100 litres perdus en 24h) ; • Privilégiez les lave-linge et lave-vaisselle classés A+ car ils disposent de program- r bleue : le bilan Ceci revient en moyenne à 7 milliardsO L’eau (comme l’air) est reconnue patrimoine communde l’humanité. Disposer en quantité de m3 d’eau utilisés en un an par les ménages et les entreprises de France. C’est d’autant plus alarmant du fait que mes économiques ; • Faites installer une chasse d’eau à débit double dans vos toilettes (jusqu’àsuffisante d’une eau de bonne qualité seulement 7% de cette consommation 50 litres économisés chaque jour) ;est l’un des grands enjeux du 21èmesiècle. En effet, si nous ne changeonsrien à nos pratiques actuelles, 50% dela population mondiale pourrait êtreprivée d’eau dès 2030.On estime que chaque Français consom-me journalièrement quelques 150 litresd’eau selon les proportions suivantes :■ Hygiène corporelle > 39%■ WC > 20%■ Lavage du linge > 12%■ Lavage de la vaisselle > 10%■ Nourriture et boisson > 7%■ Arrosage du jardin et lavage dela voiture > 6%■ Autres usages > 6% Le Bon Air. Mars/Avril 2013 19
  18. 18. Environnement • Prenez une douche plutôt qu’un bain (la différence s’établit à -150 litres) ; L’eau et la planète en quelques Les industriels consomment quant chiffres : à eux 20% de l’eau douce contenue • Ne laissez pas couler l’eau au robinet sur le globe. Il faut en moyenne : quand vous vous lavez les mains, ■ La Terre est au ¾ recouverte les dents, lorsque vous vous rasez, d’eau, celle-ci étant majoritairement ■ 20.000 litres d’eau pour produire douchez, etc ; salée puisque les mers et océans 1000 kg d’acier représentent une densité liquide ■ 35.000 litres d’eau pour produire • Lavez votre vaisselle dans 2 bacs  d’environ 1350 millions de km3 ; une voiture (un pour le lavage et un autre pour le rinçage), puis récupérez l’eau du rinçage ■ 1.5 milliard de personnes n’ont ■ 40.000 litres d’eau pour produire pour serpiller ou nettoyer les vitres. toujours pas accès à l’eau potable ; 1000 kg de papier ■ Au jardin : ■ En France, chaque individu ■ 2 millions de litres d’eau pour consomme environ 150 litres d’eau produire 1000 kg de plastique • Récupérez l’eau de pluie et arrosez durant les heures fraîches (en plein soleil, chaque jour. ■ 125 millions de litres d’eau pour 60% de l’eau s’évapore avant même produire 1000 kg d’aluminium L’eau dans l’agriculture et l’industrie : d’être absorbée par les plantes) ; L’agriculture mondiale prélève à elle ■ 5 milliards de litres d’eau pour • Optez pour l’arrosage au goutte-à- produire 1000 kg de médicaments seule environ 70% de l’eau douce goutte ou à l’arrosoir (ainsi l’eau ne de la planète. Il faut en moyenne : ruisselle pas et les plantes ont bien le Les sociétés doivent désormais temps de l’absorber). ■ 25 litres d’eau pour produire développer des technologies moins 1 kg de salades gourmandes en eau, en tous cas en • Ne lavez pas votre voiture à domicile eau potable, et donc envisager de : mais dans une station dédiée (60 litres ■ 356 litres d’eau pour produire nécessaires en station contre 200 1 kg de bananes ■ s’équiper d’économiseurs d’eau ; chez soi). ■ privilégier les machines fonction- ■ 1100 litres d’eau pour produire 1 kg de fromage nant à sec ; ■ limiter l’usage des jets d’eau et ■ 1500 litres d’eau pour produire opter pour des appareils à haute 1 kg de blé pression ; ■ 4500 litres d’eau pour produire ■ mieux gérer la récupération des 1 kg de riz eaux pluviales ; En préserver 13% - par des techni- ■ dépolluer l’eau avant qu’elle ne ques d’irrigation mieux réfléchies - s’écoule à l’extérieur (cf. code en équivaudrait à sauvegarder la vigueur concernant les eaux usées consommation globale des ménages. issues d’activités professionnelles).20 Le Bon Air. Mars/Avril 2013
  19. 19. Découverte Plant mystique apparu bien avant l’Homme dans les contrées égarées 1 et luxuriantes de l’Amazonie, le cacaoyer a depuis été cultivé à travers le globe entier, en différentes variétés. En effet, la poudre et le beurre de cacao se sont créés au fil des millénaires une renommée de choix parmi les foyers qui en raffolent et sur les marchés internationaux, cette fève servant parfois encore de monnaie d’échange. Le Bon Air s’est donc piqué de curiosité pour cet ingrédient si gourmand… Du cacao au chocolat, Tour de globe gourmand 1.-4. Cacaoyers en cours de maturité. 2. Ecabossage dune cabosse de cacao. 3. Plusieurs variétés de cabosses. 5. Fèves de cacao prêtes à griller. 6. Le chocolat, on adore ça !22 Le Bon Air. Mars/Avril 2013
  20. 20. Découverte 2 étrospective du cacao : sont envisagées comme aliments Cette denrée se vend au prix fort,R D’aussi loin que l’on s’en rappelle, le cacaoyer fut d’abord cultivé parles Olmèques, aux environs de l’an 1000 ou comme monnaie (NDLR : dans les villages, un lapin vaut 10 fèves). Il faut alors produire en large quantité, affolant les indicatifs des échanges mondiaux d’alors, perpétrant jusqu’à nos jours des transactions coûteuses,avant JC, dans la région de Maracaibo, pour répondre à l’engouement sans incitant à découvrir des routes exotiquesprès de l’actuelle frontière qui sépare le cesse grandissant de l’Amérique du et délicieuses à proximité desquellesVénézuela de la Colombie. Les Mayas, Sud, mais aussi de l’Europe suite aux les variétés s’expansent, conférantquant à eux, réussirent à le commercer conquêtes espagnoles. Car les Cours notoriété aux divers territoires qui lesà travers toute la zone équatoriale au des Rois apprécient le cacao amer hébergent. Il y a d’abord l’Amériquegré des colonisations successives des qu’il est si bon de boire chaud et Centrale (Guatemala, Belize et Honduras)16ème, 17ème et 18ème siècles : les fèves légèrement sucré et épicé en hiver. puis l’Amérique Latine (Costa Rica, Colombie, Vénézuela et Equateur), 3 viendront plus tard l’Asie du Sud-Est (Indonésie et Malaisie) et l’Afrique (Côte d’Ivoire, Ghana, Nigeria, Cameroun, Gabon). On distingue dès lors 3 types de cacao : ■ Le Criollo ou Créole aux cabosses jaunes et lisses et aux graines violettes et plates, qui est le café initial des Mayas ; ■ Le Forastero ou Etranger aux cabosses jaunes et rugueuses et aux graines pourpres ; ■ Le Trinitario Le Bon Air. Mars/Avril 2013 23
  21. 21. Découverte 4 L’arbre des dieux : géographiques, la récolte du cacao n’a chimiques qui révèlent ensuite les pas lieu au même moment. Juste sous quelques 500 arômes du chocolat ; Vous conviendrez que ce qualificatif l’équateur, les cacaoyers produisent lui sied parfaitement, d’abord parce La transformation, lorsque les fèves quasiment toute l’année, mais plus on que le cacaoyer est plus ancien que sont décortiquées, broyées et fondues, s’en éloigne, plus les saisons de cueil- l’Humanité, ensuite car les Mayas et qui consiste à mélanger la masse de lette sont distinctes. L’écabossage Aztèques usaient du cacao pour se cacao à d’autres agréments tels que le autorise les rassemblements conviviaux : préserver des brûlures du soleil et lait, le beurre et le sucre ; les planteurs et leurs familles, voisins et l’intégraient dans leurs rituels de vie amis se réunissent autour des tas de Le conchage de la pâte, ou malaxage (passages de l’enfance à l’adolescence fruits mûrs et dialoguent ou chantent à chaud de la préparation jusqu’à 72h puis à l’adulte et de la vie à la mort), ensemble tandis qu’ils extraient les pour qu’elle s’affine, s’émousse et enfin parce qu’on se délecte du cho- fèves des cabosses qui sont ensuite s’arrondisse ; colat partout dans le monde et que étalées au soleil sur des feuilles de bana- l’on connaît désormais ses multiples Le tempérage, pour obtenir la cristal- nier et laissées à fermenter puis sécher. bienfaits. Etonnant finalement que cet lisation parfaite du cacao qui donne La fermentation et le séchage sont arbuste de 10 à 15 mètres de hauteur au chocolat brillance et fondant. des étapes essentielles qui confèrent (quand d’autres arbres de la forêt au cacao tous ses arômes. Il s’agit Il existe, particulièrement en pâtisserie, équatoriale peuvent mesurer plus du d’éliminer la pulpe qui entoure la graine, plusieurs sortes de chocolat transformé : triple) trône au rang des denrées les l’eau et l’acide acétique, et de permettre plus recherchées à travers la planète ■ Le praliné : cacao + noisettes et ainsi à toutes sortes de réactions entière. Lorsqu’il pousse, à l’abri de la amandes caramélisées + lait ; chimiques d’opérer leur mission de lumière directe du soleil dont il est donneuses de goût au futur chocolat. ■ Le gianduja : cacao + noisettes et protégé par d’autres très grands arbres, noix pilées + sucre + lait ; le cacaoyer laisse apparaitre le long L’industrie du chocolat : ■ La truffe : cacao + beurre de cacao de son tronc et de ses plus solides Lorsque les fèves quittent leur lieu de + sucre + crème ; branches des fruits dodus de couleurs production, elles sont acheminées ■ Le fondant : cacao + sucre + glucose verte ou jaune puis orange ou rouge jusqu’à diverses usines alimentaires + eau ; selon l’espèce et leur degré de maturité. qui les transforment pour l’essentiel Ce sont ces cabosses, longues d’une ■ Le croquant : cacao + sucre caramé- en beurre de cacao. Plusieurs étapes vingtaine de centimètres et pesant lisé + noisettes et amandes grillées et fondamentales interviennent alors : jusqu’à 500 grammes, qui contiennent pilées ; chacune entre 30 et 50 fèves de cacao La torréfaction, comprise entre 110 ■ Le caramel : cacao + sucre caramélisé en forme d’amande, et que l’on ramasse et 140 C°, qui déshydrate les fèves, + crème + beurre ; à même l’arbre presque 6 mois après sépare les coques des amandes, la fécondation des fleurs par les fourmis. poursuit le processus d’élimination de ■ La ganache : cacao + crème Selon les pays, les climats et les régions l’acide acétique et des réactions + beurre.24 Le Bon Air. Mars/Avril 2013
  22. 22. -20 %*Vous allez adorer les Antilles...Partez à la découverte des Antilles en profitant de tous les avantagesde la location Europcar : Un vaste réseau d’agences proches de vous. Une assistance de dépannage 24h/24 et 7j/7. Une gamme prestigieuse de véhicules. Des tarifs sans surprisePour tout renseignement complémentaire,merci de contacter nos services commerciaux : GUADELOUPE MARTINIQUE Email : info@europcar-gpe.com Email : contact@europcar-martinique.com Tél. : (+590) 590 93 18 15 Tél. : (+596) 596 42 42 56 europcar-guadeloupe.com europcar-martinique.com* B é n é f i c i e z d e - 2 0 % s u r v o t re l o c a t i o n e n i n d i q u a n t l e c o d e A E E 1 3 s u r w w w. e u ro p c a r- m a r t i n i q u e . c o m e t w w w. e u ro p c a r- g u a d e l o u p e . c o m
  23. 23. Découverte 5 Le cacao dans la balance mondiale : La plupart des cultivateurs sont des ■ Le cacao Nacional de l’Equateur familles agricultrices aux origines très et son arôme Arriba (parfums jasmin Nous parlons là d’un produit spéculatif modestes à qui le cacao garantit des et fleur d’oranger) ; au même titre, par exemple, que la revenus réguliers leur permettant de se ■ Les cacaos épicés et tourbés de banane. Ainsi, son prix est défini selon construire une maisons de tôles, de se Puerto Cabello, Sur del Lago, Porcelana les principes du commerce international. soigner ou de proposer à leurs enfants et Criollo du Vénézuela (arômes miel, Une quinzaine de pays assurent la une éducation plus poussée. caramel et noisette) ; production mondiale (soit presque 4 millions de tonnes pour un chiffre Depuis la fin des années 1980, une éthi- ■ Les cacaos Forestaro, Criollo et annuel de 5 milliards d’euros). Voici que équitable s’établit progressivement. Trinitario de l’arc Caraïbe (parfums bois globalement comment ils se répartissent : Elle envisage que les petits producteurs sec, amande et tabac blond) ; puissent vivre plus décemment et que ■ Les cacaos Forastero et Amelonado ■ Afrique dont Côte d’Ivoire les différents pays cultivent des variétés de l’archipel atlantique de São Tomé et (1.300.000 tonnes) et Ghana (670.000 tonnes) = 70% distinctes de cacao pour répondre aux Principe ; attentes du marché sans trop se concur- ■ Le cacao Sambirano de Madagascar ■ Asie dont Indonésie = 16% rencer les uns les autres. Egalement (arômes fruits rouges ou fruits jaunes) ; pour répondre à la prise de conscience ■ Amérique Latine = 13% ■ Le cacao Criollo de Java en Indonésie ; diététique, principalement pour la ■ Autres pays dont Caraïbes (Répu- dégustation, on encourage davantage ■ Les cacaos plus récents de Nouvelle- blique Dominicaine, Jamaïque, Cuba, la culture de cacaos moins gras, rares Guinée, du Pérou, de la Bolivie, de la Grenade, Trinité & Tobago) = 1% et plus raffinés, notamment : Colombie et du Brésil.26 Le Bon Air. Mars/Avril 2013
  24. 24. Découverte Le chocolat… Miam ! Tous les gourmands, qu’ils préfèrent le chocolat noir ou au lait, peuvent enfin se déculpabiliser de trop en manger. En effet, bon nombre d’études ont déjà démontré que le chocolat est un anti-stress efficace notamment grâce à sa concentration en magnésium. Il influerait aussi sur : ■ la réduction des taux de cortisol plasmatique dans le sang ; ■ les risques d’infarctus du myocarde ou d’accidents cardiovasculaires ; ■ l’hypertension et maladies corona- Pâques approche. riennes ; C’est donc l’occasion de parler chocolat et ■ l’optimisation des fonctions cogni- tives (dont la mémoire) et psychique de le cuisiner, pour (sérénité, meilleur moral). faire plaisir à toute la famille… Pour 100g de chocolat soit environ 500 kcal : glucides (58g), lipides (30g), 7 sels minéraux (4g), fer (3g), potas- sium (400mg), phosphore (375mg), ELOT, chocolat de Martinique : Mélangez ensuite au lait aromatisé magnésium (115mg), calcium (50mg), et prolongez la cuisson encore sodium (12mg), vitamines A4, B, B2 Dans l’île aux fleurs, toutes les et PP (1.45mg), cholestérol (1mg). 10 minutes. générations confondues connaissent ELOT, marque désormais centenaire 3. Pilez des amandes et faites-les Un carré de chocolat de 10g contient : synonyme de gourmandise et de tremper dans la casserole. ■ 50 kcal pour 50% de cacao convivialité en famille. Issu de fèves de 4. Ajoutez enfin le lait concentré sucré ■ 55 kcal pour 75% de cacao cacao - produites à 50% en Martinique et quelques gouttes d’amande amère, et à 50% en Caraïbe et Afrique - qui ■ 60 kcal pour 90% de cacao et touillez bien. Si besoin d’épaissir lui confèrent une finesse inégalée ainsi un peu la préparation, incorporez avec que robustesse et profondeur, ce Attention, car le chocolat au lait, le toloman préalablement dissout. chocolat est localement très prisé car même s’il est moins riche en lipides, Tamisez si nécessaire pour ôter les torréfié sur place, dans l’usine dédiée est beaucoup plus sucré que le noir éventuels grumeaux. Conservez sur du Lamentin. Sa recette, jalousement donc parfois tout aussi calorique. le feu en tournant doucement et gardée, lui affilie vanille naturelle et jusqu’à l’obtention d’une boisson sucre roux localement cultivés et onctueuse à servir chaude. Pour en savoir + sur le cacao : lui garantit un goût précieux dont les Antilles sont fières. En barres ou en La Maison du Cacao : Savourez le chocolat, mode d’emploi ! poudre, noir ou au lait, nature, à la coco, aux fruits du soleil ou aux noisettes, Devenez testeur en herbe, juste pour Grande Plaine 97116 Pointe Noire il accompagne le petit-déjeuner, les le plaisir de déguster 3 chocolats fins (Guadeloupe) desserts gourmands et les encas des d’origines différentes (un Vénézuela, Tél. : 05 90 98 25 23 petits et des grands. un Madagascar, un Caraïbe) : Email : contact@maisonducacao.fr Il intervient même dans la prépara- 1. Concentrez-vous d’abord sur l’analyse ou maisoncacao@wanadoo.fr tion de la traditionnelle boisson de visuelle des plaques : recherchez les Ouvert tous les jours de 10h à 17h. communion : particularités de chacune en termes Entrée : 3€ jusqu’à 12 ans ; de couleur, de brillance, de texture. 6€/adulte. 1. chauffez environ 10 minutes à feu très doux le lait dans lequel vous 2. Cassez un carreau de chaque plaque. Le Musée du Cacao : aurez mis à infuser le zeste d’un Sentez-les. Notez aussi les dif- citron vert, un bâton de cannelle, férences de bruits et de fissures.  Domaine de Château Gaillard une gousse de vanille et un peu 97229 Trois-Ilets (Martinique) 3. Croquez-les un à un : se rompent-ils de muscade râpée. Tél. : 05 96 68 15 68 nettement? sont-ils lisses et 2. Râpez le bâton de kako dans un bol onctueux? fondent-ils rapidement Fax : 05 96 68 10 57 et ajoutez-y le chocolat en poudre sur la langue? quels sont les Entrée gratuite tous les jours ELOT avant de verser par-dessus arômes notoires qui englobent alors de 9h à 18h. l’eau bouillante, et laissez dissoudre. vos papilles ?28 Le Bon Air. Mars/Avril 2013
  25. 25. Patrimoine La tête dans les étoiles et les pieds bien enracinés, la Guyane, 1 enclavée au Nord-Est du continent Sud-Américain, est un vaste et incroyable territoire découpé en 22 communes. L’une d’elles, Saint-Laurent du Maroni, localisée à l’Ouest, à 257 kilomètres de Cayenne, se présente telle une passerelle intemporelle incitant à l’incessant voyage entre passé chargé d’histoire et présent em- preint de modernité culturelle… Saint-Laurent du Maroni, Patrimoine d’antan, Culture maintenant30 Le Bon Air. Mars/Avril 2013
  26. 26. 1-9. Saint-Laurent du Maroni, dhier à aujourdhui (quartier officiel, camp de la transportation devenu centre culturel, place du marché, ...).Crédits photos : Marie Bourdeau ; Xavier Jourdin ; Comité Guyanais du Tourisme – photo@ctguyane Patrimoine 2 4 3 5 n siècle d’histoire… U milliers de bagnards : plus de 50.000 contingent de 300 à 400 condamnés Après avoir décidé en 1852 transportés et 25.000 relégués y sont aux travaux forcés et devient ainsi la de faire appliquer la peine des envoyés. Ce n’est qu’en 1953, après capitale du bagne où se mêlent les travaux forcés en Guyane française, une suppression en plusieurs étapes, destins de bagnards en cours de peine, Louis-Napoléon Bonaparte instaure que sont rapatriés en France les de libérés astreints à résidence, du la fin des bagnes portuaires - Brest, derniers forçats. personnel dédié à l’administration Richefort, Toulon - au profit des bagnes pénitentiaire et de la population libre. … A Saint-Laurent du Maroni coloniaux. Pendant un siècle, à travers nombre de lois et décrets, au gré de Après l’échec de plusieurs implantations, Du bagne au pôle culturel plusieurs régimes politiques (Second c’est sur la rive française du Maroni d’excellence… Empire, IIIe République, Etat Français, qu’on édifie dès 1880 la commune Témoignage d’un siècle d’Histoire et IVe République) la Guyane devient une pénitentiaire. Saint-Laurent du Maroni d’un imaginaire qui a donc inspiré une terre d’expiation pour des dizaines de reçoit alors presque chaque année son longue mémoire, particulièrement celle de romanciers, musiciens, cinéastes 6 et photographes, le Camp de la Trans- portation de Saint-Laurent du Maroni, sauvé de la ruine, s’envisage enfin comme le lieu d’une nouvelle culture, vivante et multiple. Quelle fonction devait-on redonner à cet endroit destiné initialement à "surveiller et punir" (selon l’ouvrage de Michel Foucault) ? C’est le choix du mieux vivre ensemble (selon les termes de E. Benbazza – UNESCO) qui a été soutenu par l’équipe communale. Ainsi, le bagne, délaissé en 1949 par l’administration coloniale, habité de 1953 à 1990 par des populations Le Bon Air. Mars/Avril 2013 31

×