• Share
  • Email
  • Embed
  • Like
  • Save
  • Private Content
journal liberation du 1 mars 2012
 

journal liberation du 1 mars 2012

on

  • 4,310 views

صحيفة ليبراسيون ليوم 1 مارس 2012

صحيفة ليبراسيون ليوم 1 مارس 2012

Statistics

Views

Total Views
4,310
Views on SlideShare
4,310
Embed Views
0

Actions

Likes
0
Downloads
3
Comments
0

0 Embeds 0

No embeds

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    journal liberation du 1 mars 2012 journal liberation du 1 mars 2012 Document Transcript

    • • 1,50 EURO. PREMIÈRE ÉDITION NO9581 JEUDI 1ER MARS 2012 WWW.LIBERATION.FR EXCLUSIF LE LIVRE CONFESSION DU NUMÉRO 2 DE L’OAS PAGES 14­15 L Un Perec réapparaît «Le Condottière», première œuvre de l’écrivain oulipien, est publiée pour la première fois. Non-remplacement L’ACTU LITTÉRAIRE, 8 PAGES CENTRALES d’un fonctionnaire sur deux PSA-GM, l’alliance Sarkozy recule Le président-candidat est revenu en partie mardi soir sur l’une des est lancée Les constructeurs français et américain ont conclu hier un accord de stratégie, signant la naissance d’un mastodonte automobile. mesures phares de son quinquennat. Les syndicats doutent. PAGES 2­4 PAGE 16 YOUTUBE.REUTEURS (Capture vidéo du 23 février de la journaliste Edith Bouvier, blessée et bloquée à Homs depuis plus d’une semaine) SYRIE: DANS LE PIÈGE DE HOMS ÉDITH BOUVIER SERAIT TOUJOURS DANS LA VILLE REBELLE, QUI SUBISSAIT HIER UN ASSAUT TERRESTRE. PAGES 6­7IMPRIMÉ EN FRANCE / PRINTED IN FRANCE Allemagne 2,20 €, Andorre 1,50 €, Autriche 2,80 €, Belgique 1,60 €, Canada 4,50 $, Danemark 26 Kr, DOM 2,30 €, Espagne 2,20 €, Etats­Unis 5 $, Finlande 2,60 €, Grande­Bretagne 1,70 £, Grèce 2,60 €,Irlande 2,35 €, Israël 19 ILS, Italie 2,20 €, Luxembourg 1,60 €, Maroc 16 Dh, Norvège 26 Kr, Pays­Bas 2,20 €, Portugal (cont.) 2,30 €, Slovénie 2,60 €, Suède 23 Kr, Suisse 3 FS, TOM 410 CFP, Tunisie 2,20 DT, Zone CFA 1 900 CFA.
    • EVENEMENT2 • LIBÉRATION JEUDI 1ER MARS 2012ÉDITORIALPar PAUL QUINIO L’abandon de la règle du non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux pour la maternelle et le primaire sonne comme la remise en cause d’une mesure phare du mandat du président sortant.EntorseChut, surtout, ne lerépétez pas, en tout caspas trop fort. Le candidatNicolas Sarkozy renonce àl’une des mesures les plus Fonction publique: Sarkozy renie Sarkozyemblématiques duquinquennat du présidentNicolas Sarkozy : le non-renouvellement d’unposte sur deux defonctionnaires partant àla retraite. Dans toute lafonction publique ? Onse calme. Dans les écolesmaternelles et Par GRÉGOIRE BISEAU campagne», dit-il à Libération. Pour Bruno Jul-élémentaires seulement. et LAURE BRETTON L’ESSENTIEL liard, chargé des questions d’éducation, cesSeulement ? C’est déjà Photo LAURENT TROUDE atermoiements s’expliquent, car «reconnaîtreun changement majeur, LE CONTEXTE qu’il faut arrêter cette règle donne raison à Hol- Epassé un peu inaperçu st-ce un signe de fébrilité ? Un ca- lande quand il dit qu’il y a un problème de postespuisque le candidat fouillage ? En tout cas, c’est une pre- Nicolas Sarkozy a écorné mardi son à l’école». Et remet au cœur du débat sa propo-de l’UMP mardi à , mière dans cette campagne : Nicolas dogme sur le non­remplacement d’un sition de créer 60000 postes dans l’éducation.Montpellier, a zappé Sarkozy a refusé l’obstacle. Mardi, à fonctionnaire sur deux.le passage de son discours Montpellier, dans un discours consacré à SALE JOURNÉE. Ce qui est sûr, c’est que mardi,qui actait cette grosse l’éducation, le président sortant avait choisi de L’ENJEU en débarquant à Montpellier, le président can-entorse au dogme faire une très importante annonce. C’était écrit Les autres secteurs de la fonction didat était déjà très agacé de devoir réagir à lasarkozyste de réduction noir sur blanc dans son texte. Page 7 exacte- publique pourraient­ils en bénéficier ? proposition de Hollande de créer une nouvelledes effectifs dans la ment. «La maternelle et le primaire où les ensei- tranche d’impôt pour les hyper riches à hau-fonction publique. gnants travaillent déjà plus longtemps que les teur de 75%. Puis il y a eu la décision du Con-Un bel acte manqué ? autres seront à l’avenir exonérés de la règle du à ne plus fermer de classes dans les écoles pri- seil constitutionnel d’annuler sa loi sur le gé-Qu’importe. Son non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux maires à la rentrée 2012. Reconnaissant qu’il nocide arménien. Et le rétropédalage surentourage a confirmé partant à la retraite.» y avait là un «problème majeur». En revanche, l’évacuation de Syrie de la journaliste Edithla décision. Il faut donc Mais voilà, mardi soir, le candidat de l’UMP il confirme à l’époque que la règle du un sur Bouvier. Bref, une sale journée. Dans ce con-saluer la capacité de met le passage à la trappe. Pas un mot sur la fin deux «continuera» afin de «préserver la France texte, il n’a probablement pas voulu lâcher leNicolas Sarkozy à de ce dogme sarkozyste. Mieux, il réitère que des épreuves que connaissent un certain nombre moindre terrain à son adversaire socialiste. Or,changer d’avis… quand il sa règle du «un sur deux» est plus que jamais de pays dans le monde». Soit, pour 2012, la sup- annoncer la fin du un sur deux au primaire etévolue dans la bonne d’actualité pour le collège et le lycée : «Com- pression de 30400 emplois de fonctionnaires, à la maternelle risquait de crédibiliser l’urgencedirection sur un sujet ment faire quand il n’y a pas d’argent pour em- dont 14 000 dans l’éducation. de la création de postes dans l’éducation. Voiremajeur : l’avenir de baucher? Comment faire quand, pour réduire nos Pourquoi Nicolas Sarkozy a-t-il choisi de trap- de confesser un reniement. «Surtout pas, justi-l’école. Et quitte à ce qu’il déficits, il faut diminuer les effectifs en continuant per au dernier moment une annonce aussi sen- fie un proche du chef de l’Etat. Cela n’a rienrenonce à sa néfaste règle d’appliquer la règle du un sur deux aux collèges sible, attendue à la fois par les syndicats et d’un renoncement. C’est simplement que dans lede deux, autant que le et lycées? Il n’y a qu’une seule solution, faire tra- primaire, on arrive au bout des écono-candidat Sarkozy vailler les enseignants plus longtemps en les «Nicolas Sarkozy ne s’est pas donné mies en termes de postes. Donc on ar-commence par le début. payant davantage.» Alors quoi ? Grosse bou- rête.» Pour l’équipe du candidat deCar c’est une évidence lette? Simple oubli? Couac? Dans l’avion qui le temps de penser sa campagne.» la majorité, la situation au primairequ’en matière d’échec le menait à Montpellier, Sarkozy a pourtant Manuel Valls dircom de François Hollande est radicalement différente de cellescolaire, beaucoup, sinon relu son discours, sans en modifier une ligne. dans les collèges et lycées, «où il y atout, se joue dans les Si bien qu’après le meeting, son entourage s’est beaucoup de familles françaises? Et pourquoi encore trop de professeurs». D’où la propositionpremières années de la retrouvé dans l’obligation de confirmer que la laisser sa porte-parole la confirmer, le lende- de faire travailler, sur la base du volontariat, lesscolarité. Un bémol à ce fin du un sur deux dans le primaire est bien au main, en quasi catimini? Hier, les proches du professeurs du secondaire 26 heures (au lieubulletin scolaire plutôt programme. Mais aucun des grands médias n’a candidat de l’UMP désamorçaient le couac. de 18), mais payées 25% de plus. Au nom d’uneencourageant : il faudra relayé l’information. Un immense bide ! «Son discours était finalement très centré sur le présence accrue auprès des élèves.vérifier que cette collège et le lycée et cette annonce n’y a pas trouvé Cette fin du dogme du un sur deux dans le pri-mansuétude à l’égard des BRÈCHE. Hier matin, c’est la porte-parole du sa place, tout simplement», assure un conseiller. maire va-t-elle ouvrir une brèche pour le resteécoliers ne pénalisera pas candidat, Nathalie Kosciusko-Morizet, qui est «Dans un discours, il ne dit pas toujours tout, il de la fonction publique ? Pour l’instant,davantage les collégiens dépêchée pour remettre les choses à l’endroit. prend ce qu’il veut. Il aura l’occasion d’y revenir Sarkozy ne compte surtout pas généraliseret les lycéens. Nicolas «La proposition c’est : on arrête le un sur deux très vite», enchaîne un proche. D’ailleurs, dès cette exception. Rigueur budgétaire oblige.Sarkozy aura aussi du mal dans le primaire.» Et de désamorcer le ca- ce matin, invité sur France Inter, Nicolas Pourtant, son fidèle ministre de l’Intérieur,à convaincre les parents fouillage en affirmant que «ça a été annoncé il Sarkozy devrait fournir les détails. Claude Guéant, explique, lui aussi, qu’il «en-et les enseignants, ce qui y a plusieurs mois qu’il n’y aurait plus de suppres- Il n’empêche, la gauche s’est engouffrée dans trevoit le bout de la logique du non-remplacementfait beaucoup d’électeurs, sion de postes dans la primaire». Ce qui est faux. la brèche. Pour Manuel Valls, le dircom de Hol- d’un fonctionnaire sur deux à la retraite». Toutqu’il n’aurait pas pu avoir En juin, à La Canourgue, en Lozère, Nicolas lande, le problème est profond : «Nicolas récemment, il confiait encore: «Tenir cinq anscette bonne idée plus tôt. Sarkozy avait certes annoncé qu’il s’engageait Sarkozy ne s’est pas donné le temps de penser sa de plus comme ça, c’est difficile.» • 40540 18,2 REPÈRES En 2007, Nicolas Sarkozy s’était fixé pour objectif de revenir «au même nombre de fonctionnaires qu’en 1992». Le gouver­ nement de François Fillon a alors édicté la règle du non­remplacement d’un fonc­ emplois ont été supprimés dans l’éduca­ tionnaire d’Etat sur deux partant à la élèves en moyenne par enseignant à tion nationale entre 2008 et 2011. Avec retraite. Cette règle a ensuite été inscrite l’école primaire: le taux d’encadrement 950823 postes, le secteur représente près dans la révision générale des politiques en France est l’un des plus défavorables de la moitié de la fonction publique d’Etat. publiques (RGPP). d’Europe. Il est de 1 pour 16 dans l’OCDE.
    • LIBÉRATION JEUDI 1ER MARS 2012 • 3 Nicolas Sarkozy, mardi, à «l’internat d’excellence» de Montpellier, un des vingt­six créés durant son mandat.Les syndicats restent circonspects face à l’engagement de Montpellier, et rappellent les promesses non tenues.Le candidat UMP fait chauffer l’école icolas Sarkozy propose d’arrêter de s’interroge Sébastien Sihr. Pense-t-il simple- économiques (OCDE), la France dépense 14% la difficulté scolaire), d’intervenants en lan-«N supprimer des postes à l’école pri- maire à partir de 2013. Mais pourquoiattendre un an et une hypothétique réélection? ment à un moratoire, c’est-à-dire à l’arrêt de toute suppression mais aussi de toute création de postes? Ou bien prévoit-il de recréer des pos- de moins que la moyenne des pays dévelop- pés pour ses élèves de primaire. Et le taux d’encadrement est l’un des plus mauvais gues étrangères, de remplaçants, etc. Luc Chatel a dénoncé hier «ces chiffres fantaisis- tes», réaffirmant que l’école primaire étaitJe lui réponds: “Chiche monsieur Sarkozy, arrê- tes après ces années de coupes claires?» L’en- d’Europe, avec 5 enseignants pour 100 en- une priorité et qu’elle serait bien sanctuariséetez les suppressions dès maintenant car c’est tourage présidentiel, dont le ministre de fants, contre 7 à 9 en moyenne dans l’UE. en septembre. «Je maintiens mes chiffres, ré-cette année, à la rentrée, que les conditions l’Education, Luc Chatel, semblait confirmer, Cette année, sur les 14 000 suppressions de plique Christian Chevalier, du SE-Unsa. Sis’annoncent très difficiles.”» Au lendemain de hier, la fin des suppressions. «C’est toujours postes au total, 5 700 sont prévues dans le Sarkozy n’a pas tenu ses engagements cette an-l’annonce surprise de l’abandon du non- mieux que de continuer à couper dans les postes, primaire, alors que 8000 élèves supplémen- née, comment le croire pour 2013 ? J’ajouterairemplacement d’un départ à la retraite sur estime Thierry Cadart, du Sgen-CFDT. Mais taires sont attendus. que la fin des suppressions de postes dans le pri-deux dans les écoles, Sébastien Sihr, le res- ça n’est pas à la hauteur des enjeux. Avec la «Impact». Devant la fronde des maires, y maire implique qu’il veut faire porter tout l’effortponsable du Snuipp, le principal syndicat du hausse démographique dans le primaire et les compris UMP l’an dernier face aux fermetu- , sur le secondaire, puisqu’il ne renonce pas à laprimaire, était hier plutôt circonspect : «Le résultats des élèves qui laissent à désirer, il faut res de classes, Sarkozy avait déjà promis une règle du un sur deux en général. On imagineprésident Sarkozy nous a habitués à tant de pro- pouvoir recréer des postes et relancer l’investis- «sanctuarisation» du primaire en 2012. Con- l’impact sur le collège et le lycée, avec des clas-messes non tenues…» sement. Malgré tout, derrière une telle annonce, crètement, il s’engageait à ce que cette année, ses de plus en plus chargées, des options qui«Echec». La fin de la sacro-sainte règle du je vois l’aveu d’un échec de la stratégie de la ré- le solde soit nul entre les ouvertures et les fer- sautent…» A Montpellier, Nicolas Sarkozy a«un sur deux» dans le primaire, et sa pour- vision générale des politiques publiques dans metures de classes. Or, selon plusieurs syndi- entretenu le mystère sur la façon dont ilsuite dans le secondaire a été l’une des an- l’éducation, et même au-delà.» cats, la promesse ne serait, encore une fois, comptait s’y prendre. Mais si l’on en croit sonnonces phares – quoiqu’implicite (lire Tous les experts s’accordent à dire que le pri- pas tenue. D’après les chiffres du SE-Unsa fidèle ministre de l’Education, supprimer despage2) – du candidat Sarkozy, mardi soir à maire a été l’une des grandes oubliées du portant sur 91 départements, 1 500 classes postes ici ou là n’a jamais posé de problèmes:Montpellier. Mais, comme le reste du dis- quinquennat, alors que c’est là où se joue, devraient être fermées à la rentrée. Et cela on trouve toujours des «marges d’optimisationcours, elle est restée remarquablement floue. bien souvent, l’échec scolaire. Selon l’Orga- sans compter les suppressions de postes de des moyens».«Qu’a voulu dire exactement Nicolas Sarkozy? nisation de coopération et de développement Rased (les réseaux de maîtres spécialisés dans VÉRONIQUE SOULÉ«Je me suis engagé à ne pas remplacer un «La maternelle et le primaire où les enseignants «“Chiche monsieurfonctionnaire sur deux partant à la retraite. Cet travaillent déjà plus longtemps que les autres Sarkozy, arrêtezengagement, je le tiendrai parce qu’il n’y a aucun seront à l’avenir exonérés de la règle du non- les suppressions dèsautre moyen pour améliorer le pouvoir d’achat des remplacement d’un fonctionnaire sur deux maintenant.»fonctionnaires et retrouver les marges financières partant à la retraite.» Sébastien Sihr le responsablequi permettront à l’Etat de ne plus vivre à crédit.» La phrase non lue de Nicolas Sarkozy écrite à la page 7 de son du Snuipp, le principal syndicatNicolas Sarkozy à Nantes, le 19 septembre 2007 discours de mardi, à Montpellier du primaire
    • 4 • EVENEMENT LIBÉRATION JEUDI 1ER MARS 2012Des syndicalistes de la police et des finances commentent la proposition de Sarkozy. Les 500 euros d’augmentation sontLes fonctionnaires estiment «urgent» jugés démagogiques.d’abolir la règle du «un sur deux» Travailler plus: les profs dans le flou out enseignant qui voudra tra- «T vailler davantage pourra le faire avec 26 heures de présence dans l’établissement au lieu de 18 heures de cours aujourd’hui, avec en contrepartie une augmentation de son traitement de 25%, soit près de 500 euros par mois.» En proposant mardi aux profs de tra- vailler plus pour gagner plus, Nicolas Sarkozy a surtout voulu envoyer un message : les enseignants se la coulent douce, remettons-les au travail et tout ira mieux… Pour le reste, sa proposition a plongé le monde éducatif dans un abîme d’interrogations. «Hormis le fait qu’il veut plaire à sa droite, on nage dans le flou le plus total, dit Roland Hubert, cosecrétaire général du Snes-FSU, syn- dicat majoritaire dans le secondaire. Les huit heures en plus qu’il propose sont-elles des heures de présence ? Et si oui, à quoi vont-elles servir : à faire de la garderie, à rencontrer les parents? Ou ces huit heures sont-elles des heures de cours ? Dans ce cas, c’est très sensiblement sous-payé, puisque pour 40% d’heures de cours en plus, le salaire est de 25% en plus. Et puis, sur quel salaire se base-t-il, sur douze mois ou sur l’année scolaire [les profs sontManifestation contre les suppressions massives de postes dans la fonction publique, à Paris, le 10 juin 2008. PHOTO LIONEL CHARRIER. MYOP payés sur dix mois, ndlr] ?» Actuellement, les enseignants du se- t si la remise en cause du dogme du non- terrain : les policiers ont quasiment disparu tantes. La fusion entre le Trésor et les impôts, condaire, les seuls concernés par l’an-E remplacement d’un fonctionnaire sur deux, annoncé pour l’école primaire parl’équipe de campagne de Nicolas Sarkozy, de la voie publique! Les patrouilles se sont ré- duites et, quand on a des besoins précis, no- tamment lors de la campagne électorale, il qui a concerné plus de 100000 agents, consti- tue la plus grande réorganisation que l’Etat ait jamais connue. Au final, on nous a demandé nonce, ont des «obligations de ser- vice» : 18 heures de cours par semaine pour un certifié, 15 heures pour unpouvait s’appliquer à d’autres secteurs de la faut compter sur les heures supplémentaires. de nous réorganiser en profondeur, avec agrégé. Si l’on tient compte des réu-fonction publique? Chez certains syndicalis- Moins d’effectifs, cela veut aussi dire des ser- moins d’effectifs, tout en rendant un meilleur nions, des rencontres avec les parents,tes, très mécontents des conséquences de la vices qui ne fonctionnent plus correctement: service aux usagers. de la préparation des cours et des cor-révision générale des politiques publiques on ne traite plus les plaintes et cela retarde les «De façon très simpliste, l’Etat a coupé dans rections, ils font largement le double. Ils(RGPP), on y pense ouvertement. procédures. les budgets, sans aucune concertation, con- ont en outre l’obligation d’accepter une «En 2007, les policiers ont voté Sarkozy. Cette sidérant que ces économies allaient générer heure supplémentaire, ce qui est très «Les policiers ont quasiment fois-ci, je me garderai de tout pronostic. Mais automatiquement une hausse de la producti- souvent le cas avec les suppressions de disparu de la voie publique» si les policiers ont l’impression d’être oubliés vité. Résultat : selon les enquêtes que nous postes. Ils sont aussi de grands consom-Nicolas Compte, de l’Unité SGP Police par certains candidats, cela risque de se re- avons menées, nous enregistrons, parmi les mateurs d’heures supplémentaires dé-«L’annonce de l’équipe de Sarkozy nous a pris trouver dans les votes. Notre syndicat ne don- agents des deux ministères (Budget et Econo- fiscalisées, soit par choix –pour gagnerpar surprise. On nous a toujours expliqué que nera pas de consigne, mais nous participons mie), un stress légèrement supérieur à celui plus, ce qui est le but de ce dispositifla règle de non-remplacement d’un fonction- à la campagne. Nous allons envoyer une lettre des salariés de France Télécom… Sans parler cher au Président –, soit contraintsnaire sur deux était générale et ne pouvait pas aux trois principaux candidats (Sarkozy, Hol- des conséquences pour les usagers, provo- –pour combler des postes non pourvusêtre remise en cause pour les forces de sécu- lande et Bayrou) pour leur demander leur po- quées, par exemple, par le démantèlement en raison des suppressions.rité, parce que cela donnerait un mauvais si- sition vis-à-vis des réductions d’effectifs, et de services comme la protection des con- Au-delà de l’annonce jugée très souventgnal aux autres, et notamment à l’éducation nous publierons leurs réponses.» sommateurs. démagogique, quel est le projet réel dunationale. Le Président lui-même nous disait «Quand je vois ce qu’annonce le Président à candidat ? S’il s’agit d’heures de pré-que la RGPP ne devait compter aucune excep- «Un stress supérieur à celui des l’éducation nationale, je me dis qu’il y a visi- sence, cela risque de coûter cher aux fi-tion et que c’était la santé économique et fi- salariés de France Télécom» blement des secteurs plus porteurs médiati- nances publiques. S’il s’agit de cours,nancière de l’Etat qui était en jeu. Maintenant Damien Leroux, de la CFDT finances quement que les finances… L’image de notre cela devient intéressant pour le budgetqu’on change de position sur l’école, je ne «Au départ, Nicolas Sarkozy avait dit qu’il fe- ministère a d’ailleurs été un handicap depuis de l’Etat qui peut espérer récupérervois plus aucune raison à nous opposer. Reste rait attention, et que le non-remplacement le début. Le gouvernement n’a pas hésité à ainsi des heures sup défiscalisées, trèsque, pour l’instant, il n’y a aucun signe que d’un fonctionnaire sur deux partant à la re- avoir la main lourde chez nous, car il savait coûteuses. Le plus probable est un mé-nous avons été écoutés. Le 31 janvier, j’ai pré- traite ne serait pas appliqué de façon uni- que peu de Français se révolteraient contre la lange des deux. Mais le candidat mé-senté mes vœux en présence de Claude forme. Notamment dans les secteurs liés à la baisse des effectifs dans notre secteur. Sauf nage ses effets.Guéant. J’ai dit qu’on ne pouvait pas rendre sécurité, comme les douanes. Cette précau- que raisonner ainsi, c’est remettre en cause Enfin, pourquoi proposer 26 heures etun meilleur service avec moins d’effectifs, et tion a finalement été abandonnée. Et les cou- l’égalité devant l’impôt et la protection des non pas 25 ou 28 ? Sarkozy reprend icique si cette politique se poursuivait, il faudrait pes se sont faites de façon massive : consommateurs. les heures de travail hebdomadaires desréfléchir à une nouvelle organisation de notre 21500 suppressions de 2006 à 2011, soit 10% «Aujourd’hui, il faut clairement revoir cette enseignants du primaire. Derrière, il yprofession. Le ministre m’a écouté, mais il n’a des effectifs. A tel point que nous sommes politique. D’abord en gelant le “un sur deux”, aurait l’idée de créer un nouveau corpsrien dit sur la question des effectifs. aujourd’hui plus près du non-remplacement puis en réalisant un vrai bilan de ces réformes. de professeurs, pouvant officier en pri-«Il y a pourtant urgence à revenir sur cette de deux fonctionnaires sur trois que d’un sur Il faudra ensuite définir les missions des uns maire et au début du collège, histoire deréforme. Elle remet en cause la politique de deux. Ces suppressions d’emplois ont été et des autres, et alors seulement décider de faire définitivement voler en éclats unsécurité nationale et peut gravement abîmer d’autant plus mal vécues qu’elles ont eu lieu renforcer ici et de diminuer là.» «statut» que la droite a en horreur.la police. On en voit les conséquences sur le dans un contexte de restructurations impor- Recueilli par NICOLAS CORI et LUC PEILLON V.S.
    • LIBÉRATION JEUDI 1ER MARS 2012 • 5 LIBÉRATION MERCREDI 29 FÉVRIER 2012 DÉSINTOX • SUR LE BLOG DÉSINTOX Wauquiez et l’exemple Troisième édition du Bobaromètre réalisé par LibéDésintox: Nicolas Sarkozy confirme sa première place au classement font mauvais ménage des candidats à la présidentielle les plus menteurs. Après une semaine chargéeALAIN BRILLON (le Président a notamment tenté de faire croire, ce qui est parfaitement faux, qu’il a politique par l’exem- arrondit à 500 euros. par Hollande conduirait à avait personnellement voté les textes de L ple, c’est bien. Sauf quand l’exemple est toujours foireux. En octobre, Sur la même antenne de BFM une perte de 250 euros. C’est TV en début de semaine, Na- plus proche de la réalité. Mais , thalie Kosciusko-Morizet, c’est désormais une habitude François Mitterrand sur l’Acte unique et sur la monnaie unique), Nicolas Sarkozy devance légèrement Marine Le Pen, qui a engrangé«Vous vous apprêtez Wauquiez avait déjà tenté de nouvelle porte-parole de Ni- dans les estimations de Wau- grand nombre de points sur son sujet féti­ faire croire que son même colas Sarkozy, a livré un cal- quiez : le matraquage fiscal che: l’immigration.à relever les points couple de Haute-Loire avec cul plus rigoureux. Prenant des habitants de la Haute- François Hollande suit à bonne distance.de cotisation pour trois enfants paierait pour exemple un couple si- Loire est systématiquement François Bayrou, Jean­Luc Mélenchonfinancer un retour 3000 euros d’impôts en plus milaire, elle arrivait, elle, à la plus violent que partout et Eva Joly ferment la marche.artificiel à une fausse si les socialistes faisaient la conclusion que la hausse des ailleurs. desintox.blogs.liberation.fr/blog/ fusion entre impôt sur le re- cotisations telle qu’envisagée Projet pub sarko télérama:pub pour télérama 21/02/12 16:56 G.La. et C.Mt Page1demi-retraite à venu et contribution sociale60 ans. Ce coût, généralisée (CSG). Au prixpar exemple d’une grosse erreur dans lepour un ménage calcul (Libération du 24 octo- bre). Bis repetita le 10 janvierà 3000 euros,[…] représenterait500 euros DÉSINTOX du projet à propos PS de ré- forme du quotient familial. EN VENTE ACTUELLEMENTde cotisations Wauquiez assurait (toujourssupplémentaires sur BFM TV) que son couplepar an.» témoin perdrait entre 500 etLaurent Wauquiez 1 000 euros par an… Raté àle 12 février sur BFM TV, face nouveau : le ministre de laà Pierre Moscovici Recherche oubliait que le PS ne prévoyait pas une sup- a politique par l’exem- pression pure et simple du quotient familial, mais un re- HORS-SÉRIEL ple, c’est le nouveau credo de Laurent Wau-quiez. Pour débiner chaque déploiement des aides au ti- tre de la politique familiale. En réalité, la situation de laproposition socialiste, le mi- famille évoquée par Wau-nistre de l’Enseignement su- quiez ne changeait guère. Etpérieur aime à se référer à un à nouveau, face à Moscovici,cas concret, en prenant à l’exemple pris par le ministrechaque fois pour exemple un concernant la hausse des co-couple de classe moyenne de tisations souffre de gravesson département, la Haute- approximations.Loire. Le 12 février sur Prenons d’abord la mesureBFM TV face à Pierre Mosco- , telle qu’elle est présentée :vici, Wauquiez s’en prenait à pour financer sa réforme desla proposition PS d’augmen- retraites, François Hollandeter les cotisations pour fi- prévoit notamment unenancer le retour à la retraite hausse des cotisationsà 60 ans pour les salariés vieillesse de 0,1 point par anayant commencé à travailler sur cinq ans (soit, à terme, tôt : «Vous vous 0,5% pour l’employeur et INTOX apprêtez à rele- 0,5% pour le salarié). Quelles ver les points de sont les conséquences pourcotisation pour financer un re- notre couple de Haute- C’étaittour artificiel à une fausse de- Loire? Les services du minis-mi-retraite à 60 ans. Ce coût, tre nous ont donné l’explica-par exemple pour un ménage à tion: pour 3000 euros de sa- UDE sarkozy3 000 euros, ceux qui sont les laire net (environ 3800 euros PHOTO LAURENT TROménages de mon département, brut), on parvient (pour unereprésenterait 500 euros de co- augmentation des cotisationstisations supplémentaires par de 0,5%) à une hausse desan.» Plus tard dans le débat, cotisations salariales de TION HISTOIRE D’UNE AMBIWauquiez en remet une cou- 19 euros par mois, soitche: «Habilement, vous dites: 228 euros par an. Le calcul“Ne vous inquiétez pas, ce est exact. Mais comment ar- MARS 2012n’est que 0,1 point.” La réalité, river à 500 euros alors ? En HORS-SÉRIE LIBÉRATION E 7 € . FRANCE MÉTROPOLITAINc’est que c’est beaucoup plus, fait, Wauquiez double la miseparce que 0,1 point, c’est pas en ajoutant aussi l’augmen- 164 pages 7€ça qui compte pour les Fran- tation de la part patronale !çais, c’est combien est-ce Comme si les cotisations pa-qu’en euros ils payeront. Quel- tronales étaient aussi dédui-qu’un qui est à 3 000 euros, tes du salaire. Ce qui d’ungrâce à cette mesure, sera am- coup fait passer le total, auputé de 500 euros par an. Ce b out de ci nq a n s , àn’est pas un petit sujet.» 460 euros, que le ministre
    • MONDE6 • LIBÉRATION JEUDI 1ER MARS 2012 REPÈRES Bastions de la Bases Deir contestation du régime es militaires Baalbeh Bayad Bayada Qosor Al-Waer Khalidyeh Khalidiya K Khalidiy Ghouta CENTRE VILLE Bab Al-Zahra Inchaat HoodBab Amro Base HOMS des Chabiha (miliciens) TURQUIE Güveççi Alep SY R I E La Kfar Noubol née aquié Jisr-al-Choughour Baniyas Hama iterra Homs Méd Damas IRAK Mer 1 km Deraa 100 km«Les journalistes sontentrés avec précipitationdans des endroitspeu sûrs, ils en assumentla responsabilité.»Jihad Makdessi porte­paroledu ministère syrien des Affairesétrangères, hier40000C’est le nombre d’habitants quecomptait le quartier de BabAmro, le cœur de la rébellion àHoms. Deux tiers d’entre euxauraient déjà fui.Dansletunnel vantage sa place dans un roman qui permettait de retrouver enfin l’air d’Alexandre Dumas. Quiconque voulait libre, dans un terrain vague, à l’abri de en sortir n’avait aussi que ce choix ul- quelques maisons bombardées, dans la time. C’était donc le chemin des bles- périphérie de Bab Amro. sés, ceux du moins qui n’étaient pas Au fond du tunnel, on entendait de gravement atteints, et le photographe temps à autre un ronflement assourdis- britannique Paul Conroy a dû être l’un sant qui ne cessait d’enfler, comme undeBabAmro des derniers à pouvoir l’emprunter. Et cataclysme qui se rapproche. Autre sur- l’on imagine les souffrances prise, autre ingéniosité de la gué- provoquées par une telle éva- RÉCIT rilla, celle d’avoir réussi à faire cuation et le péril encouru par descendre au fond du souterrain ceux qui les portaient. C’est ce souter- une petite motocyclette tirant une mi- rain de la dernière chance que, selon nuscule remorque, qui réussissait à faire Hadi Abdallah, un membre de la Com- des allers et retours sur les deux tiers duUn étroit souterrain était l’unique issue mission générale de la révolution sy- trajet, la première partie du «tunnel» rienne, les forces du régime ont fait ex- ne lui étant pas accessible. Pour pouvoirdu quartier assiégé. Nos journalistes racontent ploser mardi «blessant un certain nombre la piloter, le jeune motard devait se de personnes qui s’y trouvaient». Un coucher sur sa machine, essayant de neleur travail dans la clandestinité, aux côtés autre «tunnel», long de 4 kilomètres, pas se cogner la tête, protégée par un avait déjà été détruit une dizaine de simple bonnet, ni de s’érafler les épau-des révoltés syriens à Homs et dans le nord. jours auparavant. les aux parois en béton. Après chaque trajet, la difficulté était d’arriver à ce SILENCE. L’ingéniosité des rebelles fut que la moto puisse faire demi-tour dans d’avoir su creuser un puits rudimen- des entrailles de la terre. Les combat-Par JEAN­ L es insurgés l’appellent «le tun- tres sous terre, et où ceux qui l’emprun- taire, en fait un gros trou dans la boue, tants y parvenaient péniblement aprèsPIERRE PERRIN nel». Il mérite ce nom puisque taient se devaient de progresser cassés pas même étayé, permettant d’accéder l’avoir dressée à la verticale. Dérisoire,et LUC ce souterrain était comme une en deux, pliés comme des vieillards sans à la canalisation au milieu d’un champ, la remorque, décrochée puis raccrochéeMATHIEU jugulaire pour le quartier de canne, dans le noir et la chaleur, traî- en rase campagne, non loin de quelques à la machine, permettait cependant Bab Amro, une longue veine d’environ nant des sacs où l’on découvrait quel- fermes. On ne pouvait s’y risquer qu’à d’atténuer quelque peu le fardeau du 3 kilomètres qui permettait à la petite ques vivres, des médicaments, parfois la nuit tombée, dans le plus grand si- petit groupe de fourmis combattantes, enclave rebelle de Homs non pas de res- une poignée de roquettes. lence –interdiction absolue de pronon- exténuées qui, néanmoins, avaient tou- pirer vraiment, mais de ne pas complè- Quiconque voulant se rendre à cer un mot –, des unités de l’armée jours une main secourable pour le jour- tement étouffer. Mais ce n’est en rien un Bab Amro, encerclé depuis des mois par campant aux alentours. A l’autre bout naliste sur le point de flancher. tunnel, juste une canalisation en béton l’armée syrienne, n’avait d’autre choix du souterrain, un autre puits, doté cette Après la nuit du «tunnel», une autre où suinte un peu d’eau, à quelques mè- que ce passage secret qui aurait eu da- fois d’une échelle de plusieurs mètres, nuit, à peine moins opaque, traversée
    • LIBÉRATION JEUDI 1ER MARS 2012 MONDE • 7 chauffer, l’électricité fonctionnait, La reporter du «Figaro» serait toujours bloquée à Homs, grâce à un générateur. Pas de téléphone mais Internet et la télévision mar- dont le quartier rebelle subissait hier un assaut terrestre. chaient également. Le sort d’Edith Bouvier Le héros des lieux s’appelle Abou Ha- nin. Depuis dix mois, il travaille clan- destinement, dirigeant une équipe d’une dizaine de journalistes activistes, dont plusieurs ont été tués ou blessés et dont les vidéos informent sur la tragé- die au quotidien de Homs. Dans la pièce principale, totalement enfumée, où toujours incertain tous les occupants ne disposent que ucune information ne filtrait hier sur Des affrontements destinés, du côté des dé- d’un espace minimum, il indiquait la place de chacun. Quelques enfants vi- vaient au milieu des reporters, prépa- A le sort réservé à la journaliste fran- çaise du Figaro Edith Bouvier, grave- ment blessée à la jambe, et à ses deux confrè- serteurs, à «empêcher l’assaut du quartier», selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH). rant le thé et vidant les cendriers. Le res occidentaux, le photographe français Les témoignages du photographe Paul Con- matin, à 6 heures, il se précipitait en William Daniels et le journaliste espagnol d’El roy et de ses accompagnateurs, qui ont réussi criant dans la petite chambre attenante Mundo Javier Espinosa, toujours bloqués à avant-hier à fuir Homs pour rejoindre le Li- pour en faire sortir trois journalistes qui Homs, alors que l’armée syrienne lançait hier ban, ont permis de comprendre pourquoi les y dormaient : «Debout, allez dans la un assaut terrestre contre le quartier rebelle trois autres journalistes occidentaux étaient pièce principale, vous n’entendez donc pas de Bab Amro. Une attaque évoquée depuis restés bloqués. Les militants syriens, épaulés les roquettes ! Ici, c’est trop exposé» plusieurs semaines par les militants, en rai- par les rebelles de l’ASL et l’ONG Avaaz, ont – c’est cette même pièce qui sera at- son notamment de la position stratégique de tenté une exfiltration de nuit, mais l’opéra- teinte quelques jours plus tard. Bab Amro, centre d’aiguillage des armes ve- tion a viré au cauchemar quand le convoi On dirait qu’il connaissait Bab Amro nant du Liban et bastion de la résistance. s’est retrouvé pris dans une embuscade de dans ses moins recoins. Sachant où «L’offensive a commencé dans la nuit de mardi l’armée syrienne. «La colonne de journalistes étaient positionnés les snipers, qui, de- à mercredi. Le secteur est sous contrôle. L’ar- a été pilonnée, et ils ont été séparés en deux», puis des tours en bordure du quartier le mée a déjà procédé à un nettoyage bloc par bloc, a indiqué Ricken Patel, président d’Avaaz. tenaient en joue de façon permanente, maison par maison, et maintenant les soldats Tandis que le «groupe de tête», avec Conroy, il savait à quel moment on pouvait se fouillent chaque cave et tunnel à la recherche a pu, selon lui, gagner la frontière libanaise, risquer à sortir et quels itinéraires em- d’armes et de terroristes», indiquait une les trois autres journalistes ont dû rebrousser prunter. Une fois hors de Homs, le che- source de sécurité à Damas. Hadi Abdallah, chemin. A la France, qui demande un cessez- min du Liban était plus facile. Si la membre de la Commission générale de la ré- le-feu à Bab Amro pour permettre une «éva- campagne est largement contrôlée par volution syrienne, faisait pour sa part état de cuation sûre et rapide» de ses ressortissants, l’Armée syrienne libre, les routes de- violents combats entre les forces régulières le ministère syrien des Affaires étrangères a meurent largement sous le contrôle de et les déserteurs de l’Armée syrienne libre répondu que «la Syrie ne se dérobera[it] pas «l’armée de Bachar». D’où le recours à (ASL), notamment dans le secteur d’Inchaat, à ses obligations humanitaires». de boueux chemins de traverse, des zig- un quartier limitrophe au nord de Bab Amro. JULIETTE RABAT zags entre les barrages et les positions Le bâtiment abritant des soldats. Un atout pour la guérilla : le «centre de presse» elle connaît le terrain comme personne. de Bab Amro filmé, le 22 février, SENTIERS. Les chemins menant à la par une équipe frontière turque, dans le nord-ouest sy- de télévision turque. rien, sont également connus des révo- PHOTO A HABER TV. AP lutionnaires. Il y en a plusieurs. Cer- tains ne sont praticables qu’à pied et nécessitent près de cinq heures de mar- che sur des sentiers rocheux puis dansde ruines, de bâtisses réduites à des des bois à flanc de montagne. A mi-squelettes, de décombres qui disputent chemin, il faut s’enfoncer jusqu’à laaux flaques d’eau la chaussée crevassée, poitrine dans une rivière glacée. Vien-de voitures brûlées, celles qui n’avaient nent ensuite deux heures de marchepas roulé assez vite pour échapper aux dans la boue. Personne ne parle, mêmetirs des positions de l’armée syrienne, fumer est interdit – le bout incandes-certaines à 200 mètres de la route dé- cent de la cigarette risquant d’être re-trempée, qui réunit l’entrée du souter- péré par les forces du régime. Les pas-rain à celle de Bab Amro. Une rafale in- seurs appellent régulièrement leurs contacts, en cachant leur té-C’était le chemin des blessés, léphone dans leur blouson, pour fixer le point de ren-et le photographe britannique Paul dez-vous. Voitures et motosConroy a dû être l’un des derniers prennent ensuite le relais.à pouvoir l’emprunter. Les changements de véhicule se font dans des fermes iso-diquait que le véhicule, pourtant tous lées. A chaque fois, une voiture ouvre lafeux éteints, était repéré. Le chauffeur, route pour s’assurer qu’il n’y a pas dequi a poussé la musique à fond, des barrage de police ou de l’armée. Cettechants exaltant le souvenir des martyrs, technique est aussi utilisée pour les dé-ne perdait jamais son sang-froid, même placements à l’intérieur du territoirelorsqu’il se trompait de chemin et fai- syrien. Les visiteurs étrangers doiventsait demi-tour devant une position de constamment se cacher, la tête enrou-l’armée régulière, qui, mystère, n’avait lée dans un keffieh ou en portant de lar-pas tiré. Enfin, le petit «centre de ges lunettes de soleil. Hormis dans lespresse», l’oasis dans le désert, un sim- zones contrôlées par l’opposition, lesple rez-de-chaussée dans un immeuble interviews se font à l’intérieur des mai-dont le dernier étage et la maison conti- sons, dans des pièces aux portes fer-guë avaient été détruits par une ro- mées. Les révolutionnaires se méfientquette. Sur le toit, l’antenne satellitaire de tout le monde, y compris parfois deétait criblée de balles. Une bonne sur- leur voisin. Ils connaissent les noms desprise: dans la ville noire, que l’on dirait informateurs du régime et sont préve-totalement abandonnée sans ces quel- nus lorsque des moukhabarat, uneques feux de bois au hasard des rues où branche des services de sécurité, pa-quelques fantômes cherchaient à se ré- trouillent dans leur village. • CHALL290 122_163LIBE.indd 1 28/02/12 10:16
    • 8 • MONDEXPRESSO LIBÉRATION JEUDI 1ER MARS 2012VU D’ISLAMABAD BONNE NOUVELLE PYONGYANG ANNONCE UN MORATOIRE SUR LE NUCLÉAIRE CPar LUCIE PEYTERMANNUn oscar pour changer La Corée du Nord appuie sur la détentela face du Pakistan Est-ce l’amorce d’un dégel dans la péninsule coréenne moins de trois retour des inspecteurs de l’Agence in- ternationale pour l’énergie atomique paix et c’est un premier pas modeste dans la bonne direction», a déclaré la mois après la mort de Kim Jong-il? La (AIEA) expulsés il y a trois ans. Au secrétaire d’Etat américaine, Hillary Corée du Nord a annoncé hier un mo- même moment, Washington annon- Clinton. Washington et Pyongyang a réalisatrice Shar- torturées chaque année pour ratoire sur les lancements de missiles çait la reprise de l’aide alimentaire à avaient tenu la semaine dernière enL meen Obaid-Chinoy a décroché le premieroscar de l’histoire du Pakis- avoir refusé une proposition de mariage ou dans le cadre de crimes d’honneur et de longue distance ainsi que sur les es- sais nucléaires et l’activité d’enrichis- sement de l’uranium menée dans son cette dictature communiste autarci- que à l’économie en déroute. «Nous avions l’espoir que les nouveaux diri- Chine des discussions pour la reprise des négociations à six (les deux Co- rées, Chine, Japon, Russie, Etats-tan pour son documentaire violences domestiques. usine de Yongbyon. Le régime de geants nord-coréens fassent le choix de Unis) sur la dénucléarisation de la pé-sur les attaques à l’acide. Pyongyang a par ailleurs accepté le mener leur nation sur le chemin de la ninsule coréenne. S. Etr.Une fierté pour ce pays et les Peu après son couronne-victimes de ces violences ment, l’équipe du documen-terrifiantes. «La gloire desoscars au Pakistan !» : leportrait de SharmeenObaid-Chinoy, émouvante taire a lancé sur son site (Sa- vingfacefilm.com) une campagne pour amplifier le combat contre ces attaques, «Sarkozy a déjà bien trop forcé sa chance. S’il la force encore, cela passera comme AuxEtats-Unis,Romney reprendl’avantageet tout sourire, brandissant en partenariat avec l’Acidla statuette la plus convoitée Survivors Foundation (ASF), une déclaration dedu cinéma mondial, s’est af- une ONG pakistanaise qui guerre à la culturefiché en une de tous les jour- aide depuis 2006 les victi-naux du pays. Une image de mes à être opérées et à se re- française, au droitfierté et d’espoir très loin du construire. «Sharmeen est français et à l’Etat PRIMAIRE Après les gains de l’Arizona et du Michigan,quotidien d’un pays rythmé notre championne ! Cette de droit français.» le mormon doit confirmer lors du «Super Tuesday».par les attentats, les graves aventure a transformé une Ahmet Davutoglu chef de lacrises économique et politi- honte nationale en une fierté diplomatie turque, hierque et la corruption. A Hol- nationale», a déclaré à Libé- l ne flamboie toujours contre 27% pour Santorum. Mitt Romney reste le candi-lywood, la réalisatrice pa-kistanaise a rendu hommage«à toutes les femmes qui ration Valérie Khan Yusufzai, la présidente d’ASF, une Française mariée à un Pakis- L’HISTOIRE I pas, mais il a repris la tête de l’étrange course répu- blicaine à la Maison Blanche: Deux autres candidats sont encore en lice, Newt Gin- grich et Ron Paul, mais ils dat des plus riches, des plus éduqués et des plus âgés, ont encore montré les sondagesœuvrent pour le changement» tanais. Son combat a contri- UN SITE TRÈS Mitt Romney s’est sorti n’avaient pas les moyens de de sortie des urnes. «Mêmedans son pays. bué à la promulgation, d’une mauvaise passe en faire réellement campagne s’il est au final le candidat du fin 2011, d’une loi punissant COCHON remportant les deux primai- dans ces deux Etats. Parti républicain, Romney ris-Son documentaire court Sa- ces crimes de quatorze ans Un Berlinois a eu la riche res de ce mardi, au Michigan «Romney a réussi à esquiver la que de se retrouver dans la po-ving Face («sauver le visage, de prison minimum et d’une idée de commercialiser et en Arizona. «Je suis prêt à balle ce mardi, résume Mi- sition de John McCainla face»), coréalisé avec amende d’au moins des cochons élevés aux conduire notre parti à la vic- chael McDonald, professeur en 2008, qui avait du mal àl’Américain Daniel Junge, 8 300 euros. épluchures de pommes de toire et à ramener la prospé- à la George Mason Univer- mobiliser sa propre base con-traite de l’une des pratiques Mais pour l’heure, et en dé- terre sur son site Mei­ rité !» a-t-il triomphé, dans sity. Mais plusieurs autres servatrice tandis que les élec-les plus moyenâgeuses du pit des paillettes hollywoo- nekleinefarm.org. Les ama­ une de ses formules toutes balles se dirigent encore vers teurs centristes allaient verspays: le vitriolage. Il suit no- diennes, le Pakistan reste teurs d’échine peuvent faites qui peinent à chauffer lui: il risque de perdre quelques Obama, prédit le professeurtamment le travail du chi- l’un des pires pays au monde aussi rendre visite sur le les cœurs républicains. Etats au Super Tuesday.» Dix McDonald. Ces primaires ex-rurgien pakistano-britanni- pour les droits des femmes. Web au goret pour s’assu­ Sur sa terre natale du Michi- Etats sont invités à voter la posent les faiblesses de Rom-que Mohammad Jawad, Mercredi, le quotidien Daily rer qu’il profite «de sa belle gan, où son père était gou- semaine prochaine, lors de ney, perçu comme un riche quirevenu dans son pays pour Times relevait ainsi que «les vie de cochon», comme verneur et où il l’avait em- ce «Super mardi» qui peut a du mal à faire le lien avec lesaider les femmes aspergées cas de violence domestique l’indique Dennis Buch­ porté avec 9 points d’avance encore remettre le «favori» électeurs ordinaires.» Maisd’acide à se reconstruire sont en hausse dans la capi- mann, nostalgique de ces sur John McCain en 2008, en question. Newt Gingrich rien n’est joué, rappelle-t-il:physiquement et psycholo- tale». Islamabad est pourtant éleveurs à l’ancienne armés Romney était menacé cette espère un come-back dans «La plupart des Américains negiquement. Au Pakistan, jus- bien plus libéral que la de fourches à deux dents. année par Rick Santorum, un les Etats du Sud, la Géorgie suivent pas vraiment ces pri-qu’à 200 femmes sont ainsi moyenne du pays. • Dès que le cochon sort du freluquet qui lui a déjà ravi en particulier dont il fut maires. S’il est vraiment le hachoir, l’acheteur repart trois Etats du Midwest (Iowa, longtemps l’élu. L’autre ba- candidat, Mitt Romney aura avec ses saucisses fraîches Minnesota et Missouri). taille clé sera celle de l’Ohio, encore le temps […] de retra-ÉGYPTE La première élec- CUBA La sœur aînée de Fidel et avec la photo du goret. Romney a stoppé l’hémorra- un swing state crucial pour le vailler son image pour revenirtion présidentielle depuis la Castro, Angela Castro Ruz, Dennis Buchmann fait aussi gie au Michigan mardi, avec vote à la présidentielle de en force à l’automne.»chute de Hosni Moubarak, il 88 ans, est décédée mardi à passer «un permis cochon» 41% des suffrages, contre novembre. Les derniers son- De notre correspondantey a un an, aura lieu les 23 La Havane des suites d’un truffé de questions vaches 38% pour Santorum. En Ari- dages y donnent Rick Santo- à Washingtonet 24 mai. cancer et d’un alzheimer. sur le fromage de tête. zona, il l’emporte avec 47%, rum largement gagnant. LORRAINE MILLOT 24h a moscou Vendredi 2 mars 2012 dès 6h émissions spéciales en continu depuis Moscou et Paris à la veille de l’élection présidentielle en Russie, toutes les émissions de France Culture se consacrent, entre Moscou et Paris, à l’exploration de ce pays-continent. franceculture.fr en partenariat avec
    • FRANCELIBÉRATION JEUDI 1ER MARS 2012 • 9 François Hollande et Ed Miliband au Parlement de Westminster, hier.HollandeversiontamiséeàLondresLe candidat socialiste, peu connu en Grande-Bretagne, n’a pas comblé hier son déficit d’image.Par MATTHIEU ÉCOIFFIER dentielle à l’étranger. Que le pro- lui donne un surcroît de légitimité, ça le Tamise. Et de traduire son slogan «leEnvoyé spécial à Londres gramme de sa journée, composée marque surtout à droite. Rajoy, Merkel changement c’est maintenant» par REPÈRESPhoto SÉBASTIEN CALVET d’un déjeuner avec Ed Miliband, le et Berlusconi, ce sont des soutiens em- «Change is now». «On ne dirait pas leader du Parti travailliste, et d’une barrassants», souligne le second. ça en anglais. Mais en français, ça ne ED MILIBAND Agé de 42 ans, le leader«W ho is he ?» Qui est conférence au King’s College, ne de- Hollande n’en a cure. «Je ne suis pas veut rien dire non plus», plaisante un donc cet homme vrait pas combler. Après Madrid, fâché. Les chefs d’Etat et de gouverne- journaliste du Times. du Labour depuis 2010 souriant, entouré Berlin, Bruxelles et Rome, Londres ment, j’attendrai d’avoir le vote des incarne une rupture plus de caméras, de- marque une nouvelle déception. Français pour les rencontrer. Je ne suis «TROUILLE». L’absence de rendez- à gauche par rapportmande une dame anglaise aux joues Hollande n’a pas rendez-vous avec qu’un candidat. Il y a un candidat sor- vous avec le pouvoir limite l’écho aux années Blair­Brown.rouges ? Il est 11 h 39, à la gare de David Cameron, le Premier ministre tant qui doit être jusqu’au bout le Prési- médiatique de la visite. Hormis laSaint-Pancras à Londres, hier : à britannique. Pour l’heure, il n’a ren- dent», déclare le socialiste qui doit BBC, venue de Paris, aucune télévi-peine le pied posé sur le sol britanni- contré aucun chef d’Etat européen, rencontrer le Premier ministre de sion britannique n’est là. «Hollande, Le Labour (Parti tra­que, le candidat socialiste hormis un Zapatero sur le centre droit polonais, Donald Tusk, ici on ne sait pas qui c’est. Les Anglais vailliste) a été au pouvoirdélivre son message dans REPORTAGE départ. «Downing Street a la semaine prochaine. connaissaient Dominique Strauss- en Grande­Bretagnela langue de Shakespeare. claqué la porte à une de- 14 h 44, Hollande fait avec Miliband Kahn, apprécié pour son centrisme. de 1997 à 2010, avec Tony«We must have regulation everywhere» mande de l’équipe de Hollande. A Ber- une «déclaration commune» aussi of- Depuis que Hollande s’est déclaré l’en- Blair et Gordon Brown(«nous avons besoin de régulation lin, Angela Merkel qui soutient Nicolas ficielle que possible dans le bureau du nemi de la finance, il a progressé en no- comme Premier ministre.partout»), y compris à la City, mar- Sarkozy a fait la même chose», insiste travailliste au Parlement de West- toriété mais fout la trouille», rapportetèle-t-il dans un anglais scolaire mais le Times, quotidien conservateur minster. Sur une cheminée, des pho- une journaliste locale. «L’image deintelligible. «Il n’est pas handicapé en outre-Manche dans son édition tos de Ed en famille. Ce dernier loue Hollande est encore terne. Il n’est pas «La gauche aanglais comme Nicolas Sarkozy», per- d’hier. Hollande ne regrette rien. «Je le «leadership impressionnant» de son invisible mais il lui reste à imprimer la gouverné pendantsifle son porte-parole, Bernard Caze- n’avais pas fait de demande», assure- hôte. Mais ne le suit pas dans sa pro- conscience des Britanniques», com- quinze ans […],neuve. Le Président accuse Hollande t-il. position de taxer à 75% les très ri- plète Michael McCarthy, reporter de elle a libéraliséde faire «semblant d’être Thatcher à ches : «Nous n’irions pas au-dessus The Independent.Londres et Mitterrand à Paris» ? A PHOTOS. Dans sa délégation, Elisa- de 50%. Les solutions sont différentes 16 heures : Hollande fait son speech l’économie etLondres comme à Paris, «c’est Fran- beth Guigou et Pierre Moscovici ac- dans chaque pays.» «C’est François le au King’s College. «Rien de neuf», ouvert les marchésçois Hollande, et c’est le même», as- cusent pourtant à demi-mots le chef rose et Ed le rouge», ironise Hollande. tranche Owen, étudiant en «études à la finance et à lasure l’intéressé. Qui ajoute : «Je ne de l’Etat d’organiser le boycott de Sur la pelouse de Westminster, il pré- européennes». Le candidat sent qu’il privatisation. Il n’ysuis pas dangerous !» son adversaire. «Il y a une énorme cise: «Je n’en veux pas à la finance qui n’a pas fait un tabac. «Je n’ai pas a pas à avoir peur.»Favori dans les sondages en France, pression de Nicolas Sarkozy pour qu’il permet de soutenir l’économie réelle, je parlé de la finance. Je n’ai pas voulule candidat du PS accuse encore un ne soit pas reçu. On le sait», assure la m’en prends à la finance folle.» Avant faire peur», lâche-t-il en descendant François Hollandedéficit d’image et de stature prési- première. «Sarkozy s’imagine que ça d’aller serrer des mains au bord de la de la tribune. Mission accomplie. • au Guardian, le 13 février
    • 10 • FRANCEXPRESSO LIBÉRATION JEUDI 1ER MARS 2012 Justice:lePSpenche QUESTIONS À CLAUDE FINKELSTEIN PRÉSIDENTE DES ASSOCIATIONS DE MALADES MENTAUX «Le plan sur la santé mentale est trop général» ora Berra, secrétaire d’Etat à la pourplusdeproximité N Santé, a présenté, hier, au Con- seil des ministres, un plan de santé mental 2012-2017. Claude Fin- Créer des «tribunaux de première instance» pour réunir toutes les affaires du quotidien? C’est la «révolution» sur laquelle travaillent les socialistes. kelstein, présidente de la Fédération des associations de malades mentaux, se DR montre sceptique. l existe une autre justice coupage «sauf si cela crée des Ce plan de santé mentale est-il une bonne nouvelle? Je suis dans l’expectative, car ce plan est trop général, il res- semble parfois à un catalogue de bonnes intentions et I que celle des délinquants sexuels et des tueurs en série. Une justice qui con- magistrats sans poste fixe qui passent leur temps sur la route», prévient la secrétaire d’autres fois à un guide de bonnes pratiques. Nous qui espé- cerne plusieurs centaines de générale, Virginie Duval. Le rions une grande loi de santé mentale, nous sommes per- milliers de personnes : les Syndicat de la magistrature plexes. En même temps, nous sommes contents qu’il y ait plus âgés placés sous tutelle, (gauche) l’est moins: «L’an- quand même un plan. les locataires, les couples qui nonce est floue, s’inquiète Vous avez été sollicitée lors de son élaboration. Y a-t-il des divorcent… C’est sur cette Matthieu Bonduelle. S’agit-il choses que vous avez pu faire passer? justice du quotidien que de rebaptiser les tribunaux ? Il y a deux choses auxquelles nous tenions. La création de l’équipe de Hollande planche C’est cosmétique. Ou de lais- maisons médicales, ouvertes à tous, dans les hôpitaux psy- actuellement. Rien n’est ser au président du “tribunal chiatriques, qui ont souvent beaucoup d’espace. C’était une tranché, mais elle réfléchit à de première instance” de Bobi- façon d’ouvrir les hôpitaux psys, et en même temps de per- la création de «tribunaux de gny [Seine-Saint-Denis, mettre à nos patients d’être bien pris en charge pour les première instance», fusion ndlr] le soin de décider com- autres soins dont ils peuvent avoir besoin. Cela nous a été des tribunaux d’instance (TI) bien de magistrats envoyer, refusé, de même que la création d’un poste de «personne de et de grande instance (TGI). ponctuellement, dans ses “an- confiance» dans chaque secteur de psychiatrie, comme cela Rien de moins qu’une «révo- tennes” de Pantin et Mon- se fait aux Pays-Bas. Cette personne sert de médiatrice et lution égale à celle qu’avaient treuil ? Vu le manque de ma- d’avocate au patient quand il est hospitalisé contre sa volonté. menée de Gaulle et Michel De- gistrats en correctionnel, les Dommage, car cela marche très bien aux Pays-Bas. bré en 1958 [qui réorganisa tribunaux de proximité seront Et qu’en est-il de la loi de juillet, instaurant le recours à un profondément les juridic- au contraire ponctionnés et juge, chaque fois que le patient est hospitalisé plus de deux tions, ndlr]», dixit André cette justice précarisée.» semaines contre sa volonté? Vallini, chef du pôle justice «Paperasse». Autre chan- Nous sommes partisans de la présence du juge, mais là, ce du candidat socialiste. tier, qui semble cette fois qui nous gène, c’est que bien souvent le malade doit se dépla- «Rendre la justice accessible», faire l’unanimité: réunir tous cer au tribunal comme un délinquant, et non l’inverse. Et c’était un slogan martelé par les contentieux sociaux en surtout, près de 40% des malades sont déclarés non trans- François Hollande, le 6 fé- une juridiction. «Dans nos portables par les médecins, et donc ne peuvent bénéficier vrier, à Paris : «Beaucoup de permanences, on voit des gens de ce dispositif. gens pensent que la justice qui sortent d’un sac plastique Recueilli par ÉRIC FAVEREAU n’est pas faite pour eux.» La un monceau de paperasses, réforme aurait deux autres témoigne le député Domini- avantages : elle n’est pas que Raimbourg, membre du «Le terrorisme, de toute façon, dérange chère – «C’est une réforme Salle d’audience du TGI de Nanterre. PHOTO RÉMY ARTIGES pôle justice de Hollande. Ils énormément. On traite les victimes profonde mais qui ne coûte se débattent avec leurs presta- rien», dit Vallini– et évite de première instance les re- Maisons de la justice et du tions qui ne leur sont plus ver- de terrorisme comme on traiterait sa lancer une réflexion sur la grouperait et serait composé droit, plus nombreuses. «Une sées ou qui sont moins élevées mauvaise conscience.» réouverture des tribunaux de chambres spécialisées : structure très lisible, de grande qu’elles ne le devraient…» ruraux fermés par Rachida chambre de la famille, de la proximité, estime Vallini. Elle Problème : chaque alloca- Christiane Vigneron à la cour d’assises spéciale de Paris, Dati… pourtant critiquée par consommation et du suren- nécessitera un an de concerta- tion, pension, dépend de ju- hier. Son fils, Laurent, a été tué le 11 juillet 1988 dans l’attentat le PS (qui évoque de rares tion avec les élus ridictions différentes (tribu- du bateau grec City of Poros ouvertures de tribunaux, en «L’annonce est floue. S’agit-il locaux, les ma- nal administratif, tribunalEL:Mise en page 1 29/02/12 19:05 Page1 Seine-Saint-Denis par gistrats et les des affaires sociales, com- exemple). de rebaptiser les tribunaux? barreaux.» missions d’invalidité…) de- FLICAGE Ikea France a an- VIOLEUR La France a de- Géographie. Aujourd’hui, C’est cosmétique.» Ces derniers ris- vant lesquelles les plus émi- noncé hier qu’elle mettait en mandé à la Belgique l’extra- les tribunaux d’instance trai- Matthieu Bonduelle du Syndicat de la quent de voir nents juristes restent cois. «disponibilité» la «personne dition d’un homme recher- tent la plupart des conflits magistrature (gauche) d’un mauvais «Rapprocher la justice des concernée», suite à l’article ché pour trois viols commis quotidiens… sauf les conten- œil cette nou- Français, c’est aussi revalori- du Canard enchaîné affirmant en l’espace de cinq jours, tieux familiaux (divorce, dettement, etc. Les locaux velle géographie judiciaire. ser l’aide juridictionnelle, abo- que le groupe d’ameuble- fin 2011 à Paris et dans l’Es- autorité parentale), les des anciens TI deviendraient Consultée hier par André lir la taxe de 35 euros, dit ment avait procédé à un «fli- sonne, et retrouvé dans une successions ou les affaires les antennes de proximité du Vallini, l’Union syndicale de Matthieu Bonduelle. Il faudra cage» illégal de son person- prison belge (Libération immobilières, jugés, eux, tribunal de première ins- la magistrature (modérée) bien un jour parler d’argent…» nel et de clients. d’hier). dans les TGI. Le tribunal de tance, complétées par des est plutôt favorable à ce dé- SONYA FAURE Le duel Les mercredis « Il y a un léger resserrement entre Hollande et sur France info Sarkozy au premier tour mais il sexplique par le retrait « Nicolas Sarkozy fait une campagne de premier tour contrairement à François des petits candidats. Et les scores pour le candidat Hollande. Les sondages commencent à illustrer A 8h50 avec socialiste restent très haut au second tour. » cette stratégie. » Jean Leymarie PAUL QUINIO FRANÇOIS D’ORCIVAL
    • LIBÉRATION JEUDI 1ER MARS 2012 FRANCEXPRESSO • 11175 EN HAUT DE LA PILE Par ANTOINE GUIRALvoix contre 157: la majo­ Le FN entre rejet durité de gauche au Sénata rejeté hier le collectifbudgétaire, qui doit faire système et désir de voixpasser la TVA de 19,6% omme à ses origines au nouer d’accords nationauxà 21,2% pour alléger lescharges patronales finan­çant la politique familiale. C début des années 70, le Front national ver- sion Marine Le Pen est aux avec les formations de droite et n’a pas souhaité opérer sa mue pour participer à unUn vote symbolique, car prises avec une contradic- gouvernement comme sonl’Assemblée nationale, qui tion majeure. D’un côté, la cousin italien du MSI.a le dernier mot, doit réta­ formation frontiste rejetteblir le texte la semaine pro­ le système ; de l’autre, elle En dépit de son installationchaine, avant la fin de la cherche à s’y adapter pour dans le paysage politique, lesession parlementaire. élargir son audience électo- FN est toujours obligé de re- rale et conquérir le pouvoir. monter la pente. Un jour La tension permanente entre pour renflouer ses finances, LES GENS ces deux logiques est au un autre pour tenter une im- cœur du Front national : à possible correction d’image Arnaud Montebourg et Audrey Pulvar, le 9 octobre, à Paris. PHOTO THOMAS COEX. AFP la conquête du pouvoir ?, après un dérapage du vieux l’ouvrage d’Alexandre Dézé, chef, opéré tout autant pour maître de conférences en des raisons internes que par Uneagressionet sciences politiques à l’uni- versité de Montpellier I. Le chercheur propose une conviction idéologique… Et la question de son accession au pouvoir achoppe toujours sur la même problématique: desplaintesenpagaille approche avant tout analyti- «Pour obtenir le soutien élec- que qui éclaire les limites de toral le plus large possible, leNORA BERRA l’entreprise actuelle de «dé- parti doit se donner les alluresRECALÉE PAR diabolisation» à l’aune de d’un parti comme les autres.L’UMP DANS l’histoire mouvementée du Mais s’il veut continuer de seLE RHÔNE VIOLENCES Le couple Montebourg-Pulvar a porté plainte parti. Il s’intéresse aussi de différencier dans la compéti- manière éclairante à l’évolu- tion et bénéficier de l’appui deElle était tout sourire Nora contre ses agresseurs d’extrême droite. Le FN riposte. tion de l’iconographie et des ses militants, il doit se distin-Berra, hier à Lyon. Façon affiches du FN. Depuis sa guer», écrit Dézé. A quel-féline sortant ses griffes? vant même les résul- role raciste et à connotation permission de minuit pour création par le groupuscule ques semaines du premierOu façon courageuse vic­time d’un complot raciste?Mardi, l’UMP a refusé de la A tats de l’enquête de police, l’agression dont ont été victimes l’ex- fascisante dans le parti de ma- dame Le Pen». «Lui et ses amis exploitent éhontément chasser les youpins de Paris.» Ou encore : «Montebourg, enculé ! Va mettre tes babou- Ordre nouveau jusqu’au ré- cent duel entre Bruno Goll- nisch et Marine Le Pen, le tour, son livre pose un regard indispensable sur les ressorts de la dynamique et des im-désigner pour les législati­ candidat à la primaire socia- l’incident, écrit le FN. Cela ches !» Deux verres sont parti est tiraillé entre sa vo- passes frontistes. •ves dans la quatrième cir­ liste Arnaud Montebourg et dans le but de tenter de contrer aussi lancés en direction du lonté de fédérer les chapellesconscription du Rhône. Et sa compagne, la journaliste la très grande popularité de couple, mais ne les attei- les plus radicales de l’ex-l’a investie dans la troi­ Audrey Pulvar, vient sur le Marine Le Pen, une popularité gnent pas. trême droite et celle d’unesième. La secrétaire d’Etat terrain judiciaire. Bien en- qui, à l’évidence, gêne un Il pourrait s’agir d’un petit «normalisation». Son isole-à la Santé a qualifié cette tendu, le socialiste a porté candidat socialiste terne et groupe venu rendre hom- ment est sa marque. Mais ildécision d’«injuste et plainte contre les auteurs des transparent.» mage au supporteur du PSG est aussi sa grande faiblesse.incompréhensible». Et faits pour «injures raciales et Rappel des faits : mardi soir tué en 2010 et membre du Ce n’est qu’au prix de crises,d’accuser l’UMP du Rhône violences volontaires». De son au moment où Arnaud Mon- kop de Boulogne, connu de départs incessants de sesqui a fait «pression» contre côté, le Front national, mis pour abriter les cadres, voire de scissionssa candidature. «Je ne veux en cause dans l’affaire puis- Les agresseurs ont scandé hooligans d’ex- (comme Bruno Mégret «Le Front national: à lapas revenir sur les raisons que les agresseurs ont scandé des slogans comme trême droite. Ma- en 1998) que le FN oscille en- conquête du pouvoir?»,qui ont motivé cette hosti­ des slogans comme «bleu, rine Le Pen a con- tre ces options. Voilà pour- d’Alexandre Dézé, éd. Armandlité», a­t­elle poursuivi. En blanc, rouge», «la France «la France aux Français» damné les faits : quoi il ne parvient jamais à Colin, 190pp., 18 euros.cause, comme elle l’a aux Français», «Le Pen pré- ou «Le Pen président» «Ce groupe n’arépété à plusieurs reprises sident», a décidé par la voix strictement rien àces derniers jours, ses «ori­ de son président d’honneur, tebourg et Audrey Pulvar voir avec le FN. Nous atten- MENACES Un homme de DIFFAMATION La fédérationgines algériennes». Berra Jean-Marie Le Pen, de porter sortaient d’un restaurant dons maintenant les résultats 45 ans, qui aurait proféré PS du Pas-de-Calais va dé-va­t­elle braver la décision plainte «contre les provoca- pour rentrer chez eux, ils de l’enquête de police.» Pour lundi des menaces de mort poser plainte contre Gérardde son parti et se présenter teurs et ceux qui véhiculent les sont violemment pris à par- permettre l’identification contre Nicolas Sarkozy, a été Dalongeville, l’ancien mairedans la quatrième circons­ termes qui leur sont prêtés». tie par une quinzaine d’indi- des auteurs des faits, toutes arrêté hier à Bordeaux et d’Hénin-Beaumont (Pas-de-cription? Ou se replier sur Et sa présidente a fait de vidus massés à la terrasse les vidéos de surveillance placé en garde à vue. Il est Calais), qui accuse dans unla troisième? «J’annoncerai même, contre Arnaud Mon- d’un café. Ces derniers se aux alentours du bar ont été soupçonné d’avoir téléphoné livre paru la semaine der-en temps voulu, ma déci­ tebourg, qu’elle accuse de mettent à proférer des inju- réquisitionnées. Monte- une dizaine de fois au com- nière des élus socialistession», répond­elle. Affir­ diffamation. res racistes au passage du bourg, lui, est sûr de pouvoir missariat de cette ville, – où d’avoir commis des malver-mant vouloir se «consacrer Dans une déclaration à couple qu’ils ont reconnu : en reconnaître au moins un. le président sortant doit se sations pour financer leavec toute [s]on énergie au l’Agence France-Presse, ce «Juden! Juden! Juden!» Puis, CHRISTOPHE FORCARI rendre samedi – pour l’in- parti. Quatre enquêtes préli-succès de la campagne de dernier a jugé que cette sur l’air d’une comptine, ils Sur Libération.fr, revivez la sulter, assurant avoir été minaires ont été ouvertesNicolas Sarkozy». C.C. agression «témoignait d’un commencent à chanter : nuit des tweets commentant payé pour le tuer. Ivre, il ap- pour vérifier le bien-fondé(à Lyon) PHOTO AFP climat de libération d’une pa- «Jean-Marie nous a donné la l’agression du couple. pelait de son téléphone. de ces accusations.Politis Ce que SarkozyHors-série n 56 www.politis.fr Politis Politis HORS-SÉRIE N° 56 HORS-SÉRIE MARS o  AVRIL 2012 www.politis.fr a fait à la France Ce qu’il a fait à laFra nce
    • 12 • FRANCE LIBÉRATION JEUDI 1ER MARS 2012 APierrefitteetà Stains,lesauve-qui- peutdesmédecins Des déserts se forment dans des zones défavorisées où les braquages de professionnels de santé se multiplient. Par ALICE GÉRAUD fitte. Pour Claude Leicher, prési- bunker un peu décati, avec vi- Photos RAPHAËL DAUTIGNY dent du syndicat MG France siophone à l’entrée et rideaux de (médecins généralistes), «la dé- fer aux fenêtres. Le dernier mé- «V ous savez que ce gradation des conditions d’exer- decin du cabinet est parti département est cice, notamment la hausse de la en 2008. Il est allé s’installer sur en train de devenir délinquance contre les profession- la commune d’à côté, à Sarcelles un désert médical nels de santé, a des conséquences qui, contrairement à Pierrefitte, parce que des gens comme vous préoccupantes». «On est en train dispose d’une zone franche s’en prennent aux pro- de laisser se créer des urbaine. Les médecins libéraux fessionnels de santé?» REPORTAGE no man’s land de la y bénéficient d’une défiscalisa- interroge sévèrement santé, poursuit-il. En tion importante, ainsi que la magistrate de la 13e chambre plus de la précarité économique, d’aides pour leurs vacations. Ce du tribunal correctionnel de Bo- on laisse des populations exposées système mis en place en 1997 bigny (Seine-Saint-Denis). A la à une précarité des soins.» pour relancer l’économie dans barre, le prévenu hausse molle- A Pierrefitte et à Stains, la com- les quartiers sensibles a, selon ment les épaules. Il a été con- mune voisine, les professionnels Joselyne Rousseau, «un incroya- damné hier à trois ans de prison, de santé tentent depuis deux ans ble effet pervers» sur les zones dont deux ferme. d’alerter les pouvoirs publics sur avoisinantes. En août 2010, avec deux copains cette «hémorragie». Ils récla- mineurs, ce jeune garçon habi- ment sur leurs territoires des «SENTINELLE». Josselyne Buru- tant la cité des Poètes de Pierre- mesures incitatives comme dans chian, kiné à Stains et prési- fitte avait braqué deux kinés de les zones franches pour retenir dente des professionnels dans sa sa ville dans leur cabinet. Ils et attirer les médecins. Et des commune, explique qu’il faut pensaient qu’elles avaient de outils pour assurer leur sécurité, «s’accrocher pour rester». Dans l’argent et une grosse voiture. notamment lors des visites à do- la paisible ville du Val-d’Oise où L’une d’elle s’est retrouvée avec micile. Ils ont obtenu des avan- elle habite, à 30 km de là, un un pistolet entre les deux yeux. cées, comme des référents sécu- kiné va partir. «Ce serait simple Elle a expliqué hier au tribunal rité dans les commissariats.«Le pour moi de m’installer. Fini les qu’après cet épisode, son cabi- préfet est attentif, mais il faudrait agressions et les journées à net avait cessé pendant six mois une volonté politique et des rallonge.» Elle a pourtant décidé d’assurer les permanences bron- moyens. Or, avec les politiques, on de rester : «Si on part, personne chiolites pour les bébés. Durant crie dans le désert», se désespère ne viendra s’occuper de nos cette même période, à Pierre- Joselyne Rousseau, présidente patients.» fitte, la gynécologue et la pédia- de l’association des profession- En 2011, Pierrefitte et Stains ont tre se sont également fait agres- nels de santé de Pierrefitte. Ce ainsi perdu 10% de leurs profes- ser. Elles ont quitté la ville. Cette médecin généraliste de 55 ans sionnels de santé. Certains sont commune de 29 000 habitants, exerce ici depuis trente ans. Elle partis en zone franche, d’autres qui connaît le plus fort de taux en est à sa 18e agression, la plu- dans des endroits plus calmes ou de natalité de la Seine-Saint- part survenues ces dernières an- tout simplement à la retraite, Denis, n’a donc plus de pédiatre nées. En 2009, elle aussi s’est re- mais sans trouver de rempla- ni de gynéco. trouvée avec un pistolet sur la çants. Joselyne Rousseau évoque tempe. Après cet épisode, elle a le rôle de «sentinelle» des méde- «HÉMORRAGIE». «Ces affaires-là envisagé pour la première fois de cins dans ces zones de grande ne sont pas anodines, elles ont des jeter l’éponge. Fermer ce cabi- pauvreté. Elle rappelle que des conséquences pour toute une po- net médical qui n’en est plus un maladies d’un autre temps vien- pulation qui se voit privée d’accès depuis longtemps. Trois méde- nent d’y faire leur réapparition, aux soins, alors qu’elle en a parti- cins et une orthophoniste occu- comme la tuberculose. Que les culièrement besoin», explique paient auparavant ce petit pa- professionnels de santé y jouent Me Stéphane Maugendre, avocat villon. Joselyne Rousseau exerce aussi un rôle fondamental pour de l’ordre des masseurs-kinési- désormais toute seule, et le petit le maintien à domicile des per-La kiné de Pierrefitte Josselyne Buruchian (droite) et la généraliste de Stains thérapeutes, partie civile dans le pavillon dont la porte était «tou- sonnes âgées ou le désengorge-Joselyne Rousseau (son cabinet en haut). dossier de l’agression de Pierre- jours ouverte» est devenu un ment des urgences. • 50% 5 km REPÈRES Pierrefi e «L’an dernier, nous DÉSERTS MÉDICAUX «Il faut des mesures VAL- D’OISE Stains avons perdu 10 de nos pour attirer des SEINE-ET-MARNE SEINE- Les déserts médicaux tou­ HAUTS- ST-DENIS 100 professionnels chent principalement les zones médecins dans les DE- de santé.» rurales et les banlieues sensi­ zones difficiles. Sinon, SEINE Bobigny PAR PARIS bles. Le nombre de médecins des Français jugent le sys­ ce sera la catastrophe.» Joselyne Rousseau de par habitant est par exemple tème de soins «inégalitaire», VAL- l’Association des professionnels trois fois moins important en selon un sondage LH2 pour la Claude Leicher du syndicat DE-MARNE de santé de Pierrefitte Seine­Saint­Denis qu’à Paris. fondation April, en novembre. de généralistes MG France
    • SAMEDI 3 MARS, AVEC LIBÉRATION + cinéma : despentes racontepop-culture / mode / lifestyle / idées / récits « bye bye blondie » portfolio dans la nuit new-yorkaise musique le blues des lolitas idées vertiges de l’humiliation spécial mode ehren dorsey, après l’élégance avec lacoste à manhattan la recette miracle du chic anglais + récit : warhol & moi, par michel nuridsanyolga l’ensorceleusekurylenko next.liberation.fr NO 42ET PLUS DE CINÉMA, MODE, DESIGN, ET MUSIQUE SUR NEXT.LIBERATION.FR
    • 14 • FRANCE LIBÉRATION JEUDI 1ER MARS 2012«Libération» publie les bonnes feuilles d’un livred’entretiens avec Jean-Jacques Susini, anciennuméro 2 de l’Organisation armée secrète.Voyagesansregretsaucœurdel’OASPar SYLVAIN BOURMEAU homme de 78 ans, condamné l’intérieur à quoi ressemblait par deux fois à la peine capi- cette organisation politiqueA quelques jours tale pour ses faits d’armes au aussi étrange que violente, d’une commémora- sein de l’OAS puis pour tenta- comment elle était structurée, tion des accords tive d’assassinat sur le général quelles étaient les trajectoires d’Evian qui, cin- de Gaulle. Auteur dès 1963, de ses militants, leurs référen-quante ans après, s’annonce depuis son exil à Rome, d’une ces idéologiques et leurs moti-plutôt consensuelle, le livre Histoire de l’OAS immédiate- vations diverses. Il dresse, end’entretiens que publie ment interdite, Susini revisite particulier du général Raoulaujourd’hui Bertrand Le Gen- pour la première fois depuis, Salan ou du chef des com-dre prend des allures de petite avec un certain détachement mandos Delta, Léon Deguel-bombe éditoriale. Cet ex-jour- mais sans jamais rien regret- dre, des portraits complexes etnaliste du Monde a convaincu ter, le combat désespéré saisissants. Cinquante ans pluscelui qui fut in fine le numéro 2 auquel il a pris une part active tard, cet ouvrage est l’occa-de l’OAS (Organisation armée entre 1961 et 1962 aux côtés sion de prendre la mesure desecrète), Jean-Jacques Susini, d’autres fanatiques de l’Algé- la fragilité d’une Républiquede revenir longuement et en rie française, qu’ils soient tout juste née d’un coup dedétail sur cette courte mais in- comme lui pieds-noirs ou, à force et alors à la merci d’untense période de l’histoire de la l’instar de ses complices, mi- véritable coup d’Etat. Il per-très jeune Ve République. litaires de carrière, souvent met aussi de mieux connaîtreVingt heures d’enregistre- haut gradés. les origines historiques etments réalisés entre septem- Document exceptionnel, ce li- idéologiques d’une certainebre et décembre 2011 avec un vre permet de comprendre de droite française. •Extraits du livre «Confessions du n°2 ibération publie des extraits exclu- seau.» […] Nous sommes partis en di- décoré de la Croix de fer. Il avait dû fairede l’OAS» qui revient sur la génèse et le fonctionnement de l’organisation. L sifs du livre d’entretiens de Ber- trand Le Gendre avec Jean-Jac- ques Susini, qui paraît ce jour. rection des Pyrénées. Guidés par un passeur, nous avons continué vers l’Es- pagne. […] Nous sommes accueillis sans partie de la division Azul, la division Bleue, composée de volontaires espa- gnols qui combattaient les Soviétiques animosité, mais nos «hôtes» prévien- sur le front Est aux côtés des Allemands. L’AVANT­OAS nent la Guardia civil. Serrano Suñer nous met en contact«La violence «Une nuit, sonnent à la porte plusieurs de mes amis, dont Marcel Ronda, qui me disent : «Lagaillarde [Pierre La- gaillarde cofondateur de l’OAS, ndlr] Les gardes civils sont arrivés peu après. […] Le lendemain, ils nous ont emme- nés dans leur casernement. Il y avait là un colonel, un type immense, squelet- avec Lagaillarde. Pierre est un garçon plein de charme. Il appréciait beaucoup la vie espagnole. Moi aussi, mais ce qui m’intéressait avant tout, c’était de pas- est mûrie, vient de partir en Espagne. Nous en fai- sons autant, il faut que tu viennes avec nous.» Je me suis habillé, j’ai dit au re- voir à mon oncle. Comme je m’apprêtais tique. Derrière lui, sur le mur, le por- trait du général Franco. Le colonel a passé beaucoup de coups de téléphone et en a reçu autant. Finalement, nous ser en Algérie. Pas de me goberger à Madrid. En attendant et pour faire avancer notre cause, j’ai pris des con- tacts avec toutes sortes de gens. J’ai planifiée, à le quitter, il me demande de le suivre avons été autorisés à prendre le train même rencontré Otto Skorzeny, l’an- dans son bureau et là il tire une porte de pour Madrid. cien SS. Deux fois. sa bibliothèque derrière laquelle je dé- Bertrand Le Gendre : Libres ? Autrichien, il était marié avec une ba- couvre une photo en grand uniforme de Jean-Jacques Susini: Libres, mais sous ronne autrichienne qui m’a vu arriver dès le Mussolini où figure cette dédicace : une surveillance attentive. Arrivés à d’un mauvais œil. Elle semblait se dire: «Avec mes plus grandes amitiés.» […] Madrid, nous sommes pris en main par «Celui-là, dans quelle aventure va-t-il Me Vignoles [avocat de Pierre La- les hommes de Ramón Serrano Suñer, encore entraîner mon mari ?» Skorzeny gaillarde] m’annonce que nous allons le beau-frère de Franco, son ex-minis- m’a questionné: «Vous comptez sur qui début» faire étape chez sa mère dans le Sud- tre des Affaires étrangères. pour réussir votre affaire ?» Je lui dis : Ouest. Je lui réponds: «C’est la dernière Et ancien de la Phalange fascisante de «Sur l’armée.» Il me répond : «Moi, je chose à faire. Demain matin, la police sera Primo de Rivera. C’est lui, apparem- vais vous raconter comment j’ai fait avec là.» Je me souviens alors d’un militant ment, qui est chargé des missions déli- un général qui se dérobait aux ordres de poujadiste dont j’avais fait la connais- cates dont Franco ne veut pas avoir à se Hitler, à la fin, en 1945. Je l’ai liquidé.» sance à Lyon. Il est boulanger-pâtissier mêler officiellement pour ne pas com- Lui, n’avait pas hésité. J’ai compris à ce à Bayonne. C’est là où nous avons promettre ses relations avec De Gaulle. moment-là que mes rêves de putsch trouvé refuge. Il avait fait de la résis- Exactement. Dans la voiture où l’on militaire risquaient de se fracasser sur tance. Il me dit : «Je réactive mon ré- nous a fait monter, il y avait un policier le mur des réalités.
    • LIBÉRATION JEUDI 1ER MARS 2012 FRANCE • 15 Quel est le point de vue de Salan sur ces «opérations ponctuelles»? Il encourage les Delta ? Ou, au contraire, il regarde de loin, il ne veut pas savoir ? Je vous l’ai dit: il ne se mêle pas du quo- tidien de l’OAS, mais il sait de quoi il re- tourne. Ces opérations ont sa bénédic- tion. Cette violence est intrinsèque à l’OAS. REPÈRES Elle est mûrie, planifiée, dès le début de l’organisation. Nous cherchions à re- mobiliser la population et l’armée en JEAN­JACQUES SUSINI vue d’un nouveau coup de force. Pour Né en 1933, en Algérie, dans les convaincre que cette fois nous pou- une famille d’origine corse, vons réussir, nous devons apparaître Susini fut président des étu­ aux yeux de tous comme une armée de diants d’Algérie. Arrêté, puis combattants, un parti révolutionnaire jugé après «la Semaine des capable – il y a des précédents – de barricades» en 1960, il gagne changer le cours de l’histoire. l’Espagne où, aux côtés du La violence comme levier ? général Salan, il participe à la La violence comme affirmation de notre création de l’OAS. Condamné force, comme outil de propagande et à mort puis amnistié, il a été comme préparation à une insurrection élu conseiller régional FN armée. Pour les pieds-noirs, apprendre en 1998. par la presse l’élimination d’un traître est un aiguillon, un encouragement à nous rejoindre. A 85 % les victimes de l’OAS sont des musulmans. Comment l’expliquez- vous ? Nos premiers adversaires sont les pro- FLN, qu’ils soient musulmans ou euro- péens. Nous sommes parfaitement ren- seignés sur leur compte, par nos mili- tants, mais aussi par les services de police en Algérie. Vous voulez dire que ces services «sous- Susini n’a apporté que des traitent» à l’OAS les opérations anti- corrections de détail à la FLN, que le respect de la légalité, du retranscription des entretiens code de procédure pénal, leur interdit de qu’il a accordés à Bertrand mener à bien ? Le Gendre. Il a tenu, en revan­ Souvent, les noms des partisans du FLN che, à insérer un paragraphe nous étaient transmis par ceux-là mê- en avant­propos dans lequel il mes qui, officiellement, nous combat- regrette l’approche «intelli­ taient. Cela peut paraître paradoxal, gentsia de gauche» du livre. mais c’était pour eux la solution. Nous «Confessions du n°2 de l’OAS», avions le même ennemi commun. Cette les Arènes Editions. collaboration remontait à la Bataille d’Alger [qui a opposé l’armée française aux indépendantistes algériens]. Il n’était L’OAS pas rare en 1957 que les zouaves qui quadrillaient la Casbah transmettent à L’Organisation armée secrète des volontaires européens la liste fut créée en février 1961 d’opérations qu’ils ne pouvaient ou ne à Madrid, regroupant deLE PUTSCH D’AVRIL 1961 nous attend à l’aéroport de Bajaras. Il Jean­Jacques Susini voulaient pas mener à bien eux-mêmes. manière clandestine des civilsVenons-en au putsch, justement. Salan est censé effectuer une évacuation sani- (au centre, cravate Pour quelles raisons les policiers et les et militaires résolus à conser­est informé de ce qui se trame par le gé- taire jusqu’à Rome. noire), en militaires chargés de pourchasser le ver par tous les moyens, ynéral Faure qui vient le voir à Madrid. Vous voilà en route pour Alger avec Sa- décembre 1960. FLN agissent-ils ainsi ? Tout simple- compris les plus violents,Quel est son état d’esprit ? lan, le général taiseux, prudent, scepti- PHOTO RUE DES ARCHIVES. ment parce qu’ils ne veulent pas pren- l’Algérie française. En moinsIl me dit : «Ils échoueront. Ils n’ont rien que, et vous, le jeune homme enfiévré AGIP dre la responsabilité d’éliminer un ad- de dix­huit mois, l’OAS auracompris. Ils n’auront jamais l’armée avec qui brûle de se replonger dans l’action. versaire dangereux et que leur fait plus de 1500 morts eteux.» Il dit aussi des militaires: «Ce sont Contrairement à Salan, vous y croyez, hiérarchie se dérobe. En 1961 comme en plus de 5000 blessés, la plu­des gens qui ne sont pas faits pour la poli- vous, au putsch ? 1957, ils sous-traitent leurs scrupules. part musulmanstique.» J’y crois, parce qu’il s’est déclenché. En 1961-1962 à Roger Degueldre et à sesIl n’y croit pas davantage lorsque les J’ai longtemps pensé que le complot en hommes.choses se précisent, c’est-à-dire à la mi-avril 1961?Pas davantage, mais il ne pouvait pas se cours n’aboutirait pas. Ma première im- pression était la bonne, hélas. Je vais vite déchanter. Les dirigeants de l’OAS, dont vous êtes, considèrent que la sale besogne re- vient à l’organisation ? • DANS «LIBÉRATION»dérober. Son devoir était de rejoindre Si les forces régulières arrêtent un agent L’indépendanceAlger dès le début de l’opération. Vous LA VIOLENCE DE L’ORGANISATION du FLN qui ne mérite pas d’être déféré de l’Algérie en pagesle voyez rendant publique une déclara- Qui donne le feu vert aux assassi- à un tribunal, il faut bien que quelqu’un «Grand Angle»tion à Madrid qui aurait dit: «Votre ac- nats commis par les [commandos] se charge de son exécution. Depuis la signature destion est juste, vous avez ma bénédiction»? Delta ? Arbitrairement. accords d’Evian, leSalan a été informé de la date du soulè- L’OAS a été un temps une organisation Nous n’avons pas commis beaucoup 18 mars 1962, qui scellaientvement militaire, fixée au jeudi 20 avril. centralisée, ô combien! Mais toutes les d’erreurs, d’erreurs judiciaires si j’ose la fin de la colonisationNous guettons les nouvelles venues initiatives ne sont pas entérinées par le dire. Il y en a eu, certainement. Mais à française de l’Algérie, und’Alger, mais il ne se passe rien. La sommet. Pour ces opérations, les prin- partir du moment où l’Etat n’a pas le demi­siècle a passé, lejournée du 21 non plus. Je vais me cou- cipaux décideurs sont Yves Godard et courage d’appliquer les sanctions radi- temps de deux généra­cher dans l’état que vous imaginez, ne Roger Degueldre [officiers ayant rejoint cales qui s’imposent, où il craint la ré- tions. Que reste­t­il, ensachant ni à qui ni à quoi attribuer ce l’OAS]. Degueldre se détermine seul probation de l’opinion, il nous revenait France, de cette histoireretard quand le 22 avril au matin, la parfois. C’est lui, l’homme de terrain à nous, clandestins, de se substituer à déchirée? Appelés, harkis,sonnerie du téléphone me réveille chez qui peut juger si une opération est réali- lui. Toutes les guerres de résistance sont pieds­noirs, Algériens, juifsMarcel Ronda. L’opération est en sable et quand. Le reste du temps, il en passées par là. J’ajoute que le FLN se li- d’Algérie: cinq récits,cours.[…] Nous finissons par embarquer réfère à Godard qui lui-même lui passe vrait à des atrocités que nous ne pou- du 12 au 16 mars.clandestinement dans un avion-taxi qui commande. vions laisser impunies.»
    • ECONOMIE16 • LIBÉRATION JEUDI 1ER MARS 2012GeneralMotorssetaillelapartdulionLe numéro 1 mondial de l’automobile et PSA Peugeot Citroën ont conclu, hier à New York,une alliance globale. L’américain va prendre 7% du français, en position de faiblesse. Varin. Une façon de rattraper l’avance de Renault dans ce do- maine. Enfin, PSA va aider GM à ré- soudre les difficultés de sa filiale européenne Opel, qui a perdu 560 millions d’euros en 2011. Tandis que PSA attend en retour un coup de pouce dans le reste du monde. QUEL SERA L’IMPACT SOCIAL ? «En matière de production, cette al- liance est neutre», a répondu Varin. Tout en ajoutant que PSA et Opel ont des «surcapacités» en Europe. Mais comme l’ont martelé les deux PDG, chacun devra régler le pro- blème de son côté. En clair, l’usine PSA d’Aulnay-sous-Bois (Seine- Saint-Denis) est toujours menacée. La CGT a exprimé hier soir ses «craintes» et demandé le «maintien de tous les sites». Varin a assuré que le milliard d’euros levé sur les mar- chés, qui servira à financer les nou- veaux projets, va conforter les cen- tres de recherche. Le ministre de l’Industrie, Eric Besson, a, lui, es- timé que l’accord sera «favorable à l’emploi en France». C’est Opel, ba- sée en Allemagne, qui devrait payer le plus lourd tribut, avec deux sites menacés. PSA est deux fois plus gros que GM en Europe, où il sera le leader naturel. D’où l’inquiétude des syndicats d’Opel, qui ont ré- clamé un traitement «équitable».L’automobile Peugeot 3008 Hybrid 4. Le français va collaborer avec GM dans les véhicules propres. PHOTO CYRIL FOLLIOT. AFP QUELS SONT LES RISQUESPar YANN PHILIPPIN 1 milliard d’euros, qui va diluer le cessions pour récupérer de l’argent. ultraclassique: grossir pour réduire POUR PSA ? poids de la famille Peugeot. PSA s’est donc marié sous la con- les coûts. Avec un objectif de La famille Peugeot a veillé à préser-U n nouveau mastodonte trainte, avec un partenaire deux fois 1,5 milliard d’euros d’économies ver son pouvoir. Elle a accepté automobile est né. PSA A­T­IL TROP ATTENDU ? plus gros que lui, sans pouvoir en- par an d’ici à 2016. Les fiancés vont d’abaisser sa participation de 30% L’américain General Mo- Sans aucun doute. Alors que Re- trer à son capital. Mais vu l’état du mettre en commun leurs 93 mil- à «environ 25%», indique Philippe tors (GM), numéro 1 nault a acheté 40% du japonais Nis- français, «mieux valait choisir un liards d’euros d’achats par an. «Une Varin. Mais une clause interdit àmondial, et le français PSA Peugeot san dès 1999, la famille Peugeot, qui gros allié qu’un petit, qui n’aurait pas puissance sans égale», a lancé le pa- GM d’augmenter sa participation.Citröen ont scellé, hier à New York, contrôle le groupe depuis deux tron de GM, Dan Aker- Bref, «le groupe reste indépendant»,une «alliance straté- cents ans, a trop long- PSA, trop petit et trop européen, son. Les deux groupes a insisté le PDG. Il conservera sesgique mondiale». Les DÉCRYPTAGE temps voulu faire ca- ne parvenait plus à financer vont aussi développer marques, son réseau et ses usines.deux groupes, qui valier seul, pour pré- ensemble des compo- La vraie question est de savoir siconserveront leur indépendance, server son pouvoir. C’est pour cette l’expansion internationale sants et des «platefor- GM aidera vraiment PSA à grossirpèsent 12,5 millions de voitures par raison que l’alliance avec Mitsu- indispensable à sa survie. mes» (la base techni- dans les pays émergents comme laan, loin devant Volkswagen, Re- bishi a échoué en 2010. Résultat : que d’une voiture). Les Chine, où il n’a guère besoin dunault-Nissan et Toyota (environ PSA, trop petit (3,5 millions de voi- résolu le problème de taille», analyse premiers modèles communs sorti- français. «Si c’est le cas, PSA en8 millions chacun). tures par an) et trop européen, ne Bernard Jullien, directeur du think ront en 2016. La coopération com- sortira renforcé, analyse l’expertSi l’alliance a été présentée hier parvient plus à financer l’expansion tank automobile Gerpisa. mencera par les berlines familiales, Bernard Jullien. Sinon, cela aboutiracomme «équilibrée» par les deux internationale indispensable à sa les 4x4, les monospaces, ainsi que à une espèce de Yalta avec un repli dePDG, elle consacre la faiblesse du survie. D’où les mauvais résultats QUE VONT GAGNER les petites voitures. Ce dernier pro- PSA sur l’Europe.» Varin a insistéfrançais. C’est d’ailleurs GM qui va de 2011, qui ont forcé le groupe à LES DEUX GROUPES ? jet porte sur un modèle à bas coûts sur le caractère «mondial» du pro-prendre 7% de PSA, dans le cadre supprimer 6800 emplois en Europe L’objectif, calqué sur le modèle Re- «destiné aux pays émergents», a in- jet. Sans dévoiler pour l’instant ded’une augmentation de capital de et à lancer un vaste programme de nault-Nissan ou Volkswagen, est diqué hier le PDG de PSA, Philippe détails concrets. • 1,5 REPÈRES PSA GENERAL MOTORS «Nous avons des Le premier constructeur français, Sauvé en 2009 par l’Etat améri­ surcapacités en Europe. contrôlé par la famille Peugeot, cain, qui détient 27% du capital, [Un problème] auquel a réalisé 60 milliards d’euros de le groupe est redevenu leader doit s’atteler chaque chiffre d’affaires et 588 millions mondial l’an dernier (9 millions de partenaire.» milliard d’euros d’économies par de profits (­48%) en 2011, pour véhicules). Il a réalisé 112 milliards an sont attendues d’ici à 2016 3,5 millions de voitures vendues. d’euros de chiffre d’affaires, pour Philippe Varin patron de PSA grâce à cette nouvelle alliance, à Il emploie 198000 salariés. un profit de 5,7 milliards (+62%). Peugeot Citroën, hier partager entre les deux groupes.
    • LIBÉRATION JEUDI 1ER MARS 2012 ECONOMIEXPRESSO • 17 -0,04 % / 3 452,45 PTS CARNET 3 241 662 370€ +20,22% DéCès Armelle, Vincent, Sophie, Eléonore et leurs familles, CARREFOUR PEUGEOT Matchoum, les familles CAP GEMINI BOUYGUES Soler et Boscher, CREDIT AGRICOLE STMICROELECTRONI. vous font part du décés de Claude DICHON 12 969,25 -0,28 % Une cérémonie aura lieu à 2 981,91 -0,16 % léglise de Ste Marguerite 5 871,51 -0,95 % Samedi 3 mars à 10H30 9 723,24 +0,01 % 20 place Antide Boyer 13009 Marseille. Linhumation se fera auUN SALON EN CAMPAGNE cimetière St Pierre.Par ÉLIANE PATRIARCA Sylvie et François JOUFFA, sa sœur et son beau-frère, Alexis et Barbara,Un nouveau virus décime EUROPE LES SALARIÉS DÉFILENT CONTRE L’AUSTÉRITÉ Susie et Frédéric, ses neveux et nièces, toute sa famillele bétail d’Europe du Nord Plusieurs manifestations –d’ampleur limitée– se sont déroulées hier en Europe, à l’initia­ tive de la Confédération européenne des syndicats, pour protester contre l’accumula­ et ses nombreux amis tion des plans d’austérité: «Le modèle social européen n’est pas mort, nous demandons ont la douleur de vous aux gouvernements de changer de cap.» Les manifestants n’étaient que quelques cen­ faire part du décès de e virus de Schmallen- Sur leur stand au Salon de taines au Portugal ou en Belgique, où ont été jetés à la rivière des mannequins à l’effigieL berg fait souffler un vent d’inquiétudePorte de Versailles. Détecté l’agriculture, les chercheurs en santé animale du Centre de recherche agronomique de Merkel et Sarkozy. La France a fait un peu mieux, avec plusieurs milliers de salariés défilant à Paris (photo) ou à Marseille. Les Grecs se sont contentés d’un concert, quand les Italiens n’ont rien organisé du tout. PHOTO CHARLES PLATIAU. REUTERS Marcel ROTHEL survenu le 28 février 2012,en Allemagne en novembre, pour le développement à lâge de 74 ans.ce virus jusqu’alors inconnu (Cirad) expliquent auxdécime désormais les éleva-ges bovins, ovins et caprinsd’Europe du Nord. Relative-ment bénin pour les ani- professionnels ce qu’ils ont déjà appris sur ce virus. C’est un laboratoire alle- mand qui a identifié, à Lejaby:lePSpousseàla Les obsèques auront lieu le vendredi 2 mars 2012. On se réunira à 14 heures, à la porte principale reprisedusitedel’Ainmaux adultes (fièvres, diar- l’automne 2011, le virusrhé e s , b a i s s e de la Schmallenberg (du nom de du cimetière parisien de Bagneux,production de lait), il est très la ville allemande proche des 45, avenue Marx-Dormoy.nocif pour les femelles en premiers foyers), mais ce-gestation, car il provoque des lui-ci s’était probablement Ni fleurs ni couronnes.malformations des fœtus largement propagé aupara- LINGERIE Montebourg a annoncé hier le rachat de l’atelierainsi que des avortements. vant. «Ce virus est proche du fsjouffa@gmail.com virus Akabane, qui produit des par une de ses proches, qui doit signer aujourd’hui.Selon le journal britannique malformations chez les rumi- Pascale WERNER, sa sœur, ainsi que sa familleThe Daily Telegraph, 69 fer- nants», expliquent Domini- e concours de sauve- Xavier Bertrand. Avant de se nanciers de l’Etat. «Et nousmes de moutons et 5 élevagesbovins sont touchés en An-gleterre et un millier dans le que Martinez et Thomas Ba- lenghien, chercheurs au Cirad. Par analogie, on sup- L tage d’usines continue entre l’UMP et le PS. Après s’être fait souffler, dé- rendre à Bourg-en-Bresse, Montebourg avait en effet prévu de passer ce matin à avons d’autres sites dans le vi- seur», prévient-on dans l’entourage de Montebourg. et ses amis, ont la douleur de vous faire part du décès dreste de l’Europe. Outre- pose donc que la transmis- but février, la reprise du site l’usine Albany-Cofpa de Sous-entendu : le camp deManche, un éleveur a déjà sion se fait par l’intermé- de textile Lejaby d’Yssin- Saint-Junien (Haute- François Hollande pourrait Anne-Claudineperdu 20% de ses têtes. Le diaire de moucherons ou de geaux (Haute-Loire), par un Vienne), fermée à la hus- réussir à sauver l’avenirvirus s’est propagé aux Pays- moustiques. ami du président de la Répu- sarde la semaine dernière par d’autres salariés menacés de BIQUARDBas, à l’Italie, au Luxem- blique (Bernard Arnault), la direction. Un dossier type licenciement. Survenu le 25 février 2012, àbourg et à la Belgique. Mais Il n’existe aucun vaccin Arnaud Montebourg a an- de «patron voyou» qui avait Reste que malgré cette atten- Paris 14ème à lâge de 69 ans.c’est en France et en Allema- contre le virus de Schmal- noncé hier le rachat de l’ate- ému les médias et plaçait sur tion inédite des deux équipes La crémation aura lieu le lundigne que la propagation est la lenberg, mais comme ce lier Lejaby de Bourg-en- la sellette plus d’une cen- de campagne, les salariés qui 5 mars 2012 à 10H15 etplus rapide. Le 23 février, le dernier ne se transmet pas Bresse (Ain), fermé depuis taine de salariés. Mais coup n’ont pas réussi à être mé- linhumation le même jour àministère français de l’Agri- de l’animal à l’homme, ni plusieurs mois, par une de de théâtre, hier matin, le mi- diatisés pourraient passer à 14 heures au cimetière du Pèreculture a confirmé que d’animal à animal, il ne pré- ses proches. l’as. Et ceux qui Lachaise.125 nouvelles exploitations sente, selon l’Organisation Assya Hiridjee, ex-directrice Le PS pourra accrocher une ont eu la chancevenaient d’être touchées en mondiale de la santé de collection chez Princesse de se voir propo- ConférenCescinq jours. Au total, ce sont animale, qu’«un risque Tam-Tam, devrait ainsi si- reprise d’entreprise à son ser des solutions277 élevages contaminés, négligeable pour la santé gner aujourd’hui le rachat du tableau de chasse dans sa ne sont pas pour "Jacques Lacan, matérialiste.dans 28 départements. humaine». • site bressan, afin de lancer sa compétition avec l’UMP. autant tirés d’af- Le symptôme nouvelle marque, Monette, faire. Ainsi, les dans la psychanalyse, les lettres et la politique" en reprenant une cinquan- nistre du Travail est parvenu Petroplus n’ont obtenuVEOLIA Antoine Frérot a TVA SOCIALE Le Parlement taine d’anciens salariés. En à convaincre la direction de qu’un sursis de six mois, et colloque international à Parissauvé son poste à la tête du devait achever, hier soir, le présence, bien sûr, de Mon- rouvrir le site… coupant les sidérurgistes de Florange les 16, 17, 18 mars,géant de l’eau et des déchets. dernier marathon budgé- tebourg, qui s’est empressé l’herbe sous le pied du socia- attendent toujours les an- organisé parHier, le conseil d’adminis- taire du quinquennat, avec hier de diffuser un commu- liste. Sans que les salariés nonces «précises» du prési- "Savoirs et clinique",tration a publiquement «re- l’adoption définitive de la niqué où il se «réjoui[ssait] aient pour autant obtenu des dent de la République. association pour lanouvelé sa confiance au TVA sociale, vivement dé- qu’Assya Hiridjee persiste et garanties sur la pérennité de Cette course électorale à formation en psychanalysePDG», mettant un terme criée à gauche, mais aussi de signe et s’apprête à reprendre l’usine. l’usine en difficulté a en tout et le Crimic (Paris-Sorbonne)–provisoire?– à la tentative la taxe sur les transactions fi- ce site pour le lancement d’une La visite, cet après-midi à cas arraché cette boutade au programme :de putsch de son ancien pa- nancières (TTF). nouvelle marque de vêtements Bourg-en-Bresse, après un secrétaire général de la CGT, savoirs-et-clinique.eutron, Henri Proglio et de lingerie féminine made in détour par Saint-Junien, Bernard Thibault, qui a lancé La reproduction de nos petites(aujourd’hui à la tête d’EDF), AFRIQUE Pour la première France». permettra néanmoins au cet appel aux salariés, un annonces est interditevisant à le remplacer par fois depuis trente ans, moins Cette affaire tombe à pic camp socialiste d’accrocher brin ironique, hier matin surJean-Louis Borloo. Le pro- de la moitié des Africains vi- pour le député de Saône-et- un trophée à son tableau de France Inter : «Ecrivez à Le Carnet Christiane Nouygueschain conseil, où 4 membres vraient sous le seuil de pau- Loire, qui voyait son dépla- chasse dans cette compéti- l’Elysée, c’est le moment !» 0140105245seront nommés, pourrait vreté, passant de 52% cement du jour compromis tion inégale où le gouverne- LUC PEILLON carnet-libe@amaurymedias.frmodifier le rapport de forces. en 2005 à 47% en 2008. par le ministre du Travail, ment dispose des moyens fi- (avec LAURE BRETTON)
    • 18 • ECONOMIE LIBÉRATION JEUDI 1ER MARS 2012 Administration, santé, justice… Pour atteindre quante ans.» Deux visions qui s’entre- choquent et souvent se contredisent. les objectifs draconiens dictés par la troïka, Dans ce gigantesque chantier de réfor- mes, les citoyens sont perdus: les politi- le pays est secondé par une «task force» ques sont trop haïs pour se risquer à ex- pliquer les changements en cours. européenne. Tout est à reconstruire dans Argyro, fonctionnaire à la Sécurité so- ciale, a été mutée dans un immeuble cet Etat, membre de l’UE depuis trente ans. flambant neuf de la banlieue d’Athènes quand les 144 caisses du pays ont été fu- sionnées en une seule. Son salaire a été réduit de 40%, à 780 euros, ses journéesLaGrèceconfrontée de travail remontées à huit heures et son service décimé. Fini les contrats temporaires. L’an der- nier, seul 1 départ à la retraite sur 10 a été remplacé (1 sur 5 à partir de 2012). Résultat, le secteur public a déjà fondu de 85000 postes depuis 2009. «C’est unàsestravauxd’Hercule peu le chaos, soupire Argyro. Les dossiers en retard s’accumulent. Nous, Grecs, n’avons aucun sens de l’organisation. En plus, on ne sait rien de ce qui va nous arri- ver. On ne nous dit rien.» Le plus grand flou règne par exemple sur la manière dont le gouvernement va encore couper 150 000 postes (sur un total de Par NATHALIE DUBOIS descendre aux enfers de la rigueur, zophrénie, à savoir jouer en même 712 000 fonctionnaires) d’ici à 2015, Envoyée spéciale à Athènes mais aussi terrasser l’hydre de la cor- temps le bon et le méchant flic. comme promis à la troïka. Rien que et PHILIPPE CERGEL ruption, éradiquer l’évasion fiscale et «Bruxelles est face à du jamais-vu: offrir cette année, 15 000 salariés du secteur nettoyer les écuries d’une administra- les programmes de pré-adhésion conçus public doivent être transférés dans une L a photo a fait le tour du monde: tion archaïque et sclérosée. pour les pays de l’Est à un Etat membre de «réserve», où ils ne toucheront que le corps dans le vide, accrochée «On est en train de tout reconstruire. Tout l’UE depuis trente ans», note un diplo- 60% de leur salaire avant d’être licen- au troisième étage de son bu- ce qui n’a pas été fait en trois décennies va mate européen. Faire du State building, ciés au bout d’un an. Pour l’heure, ils reau, Chrysoula a menacé pen- devoir l’être en deux ou trois ans», ré- inculquer le b.a.ba de la gouvernance, sont à peine 800 parqués dans cette dant des heures de se laisser sume Panos Carvounis, chef réduire la bureaucratie: autant de réfor- antichambre de la radiation. tomber. Cette ingénieure REPORTAGE de la représentation en «Le problème de l’adminis- venait d’apprendre la sup- Grèce de la Commission Comme après la chute du Mur dans tration grecque, ce n’est pression de l’organisme de logement européenne. Le défi est tel qu’Athènes les Etats candidats à l’adhésion, pas sa taille, à peu près social OEK où elle et son mari tra- a demandé l’assistance d’une task force comparable à la moyenne vaillent. Son angoisse: ne plus pouvoir d’experts bruxellois. «Le IVe Reich en les pays de l’UE offrent leur savoir- des pays de l’UE. C’est payer les soins pour leur enfant atteint Grèce», comme certains surnomment faire. Sur la réforme administrative, qu’elle ne fonctionne pas et d’une grave maladie du foie. Le drame l’équipe dirigée par l’Allemand Horst c’est la France qui est chef de file. n’est pas soumise à l’éva- a été évité, mais les 700 employés de Reichenbach, a démarré son travail en luation», relève un expert l’OEK poursuivent la grève. septembre, avec 15 personnes sur place mes structurelles bien plus longues et européen. Le mal grec du clientélisme «Nous sommes le dernier vestige d’une et 35 à Bruxelles. «Notre tâche est d’aider compliquées à mener qu’une annula- est bien connu : à chaque élection, les politique sociale qui s’effondre. Le gouver- les autorités grecques à remplir les obliga- tion de 53% de la dette privée ou un re- deux partis qui alternent au pouvoir, nement a tout supprimé, il ne restait plus tions fixées par la troïka. La task force est tour forcé à l’équilibre budgétaire… «La depuis la fin de la dictature en 1974, que nous», dénonce l’architecte Haris complémentaire de la troïka, mais elle en troïka a une vision purement comptable de noyautent le secteur public en y plaçant Gouvopoulos. Ilias Athanassiou, leader est bien distincte», répète Georgette La- court terme, poursuit ce même observa- leurs amis. D’où la structure tentacu- syndical, raconte : «L’OEK a été perdu lis, à la tête de l’antenne athénienne. La teur, tandis que, pour la task force, cette laire d’un Etat partitocratique où ont le 9 février à 5 heures du matin, lors d’un crise grecque place ainsi l’exécutif crise présente la chance inouïe d’améliorer proliféré des cohortes d’entités, d’agen- ultime arbitrage. La troïka disait : “Il me européen dans une inconfortable schi- un Etat en déréliction depuis cent cin- ces et autres inutiles comités Théodule. faut encore 325 millions d’économies, dé- Hier au Parlement était, par exemple, brouillez-vous pour les trouver”. Voilà le votée la réduction de 56 à 31, le nombre résultat de cette collaboration criminelle REPÈRES d’organismes publics de recherche. entre les nains de la politique grecque et les géants de la troïka [le trio honni des MILLEFEUILLE. Cette inflation bureau- 160 bailleurs de fonds que forment la Com- «J’aimerais vraiment cratique est en tête de liste des monstres mission, la Banque centrale euro- qu’il y ait un commissaire à éradiquer. Sous les auspices de la task péenne, et le Fonds monétaire interna- européen chargé de force, s’organisent des jumelages : tional, ndlr].» comme après la chute du Mur dans les la reconstruction de la pays candidats à l’adhésion, les Etats de À LA HACHE. Motif supplémentaire de structure économique C’est le nombre de fonction­ l’UE offrent leur savoir-faire. Sur la ré- révolte pour le personnel de l’OEK: cet grecque.» naires allemands du fisc prêts forme administrative, c’est la France qui organisme, le seul à bâtir du logement à venir aider la Grèce à gérer ses est chef de file. Une tâche titanesque qui social en Grèce, ne coûte rien au budget Jean­Claude Juncker chef de file problèmes, selon Berlin. Tous sont commencera par l’audit des structures de l’Etat puisqu’il est entièrement de l’Eurogroupe, hier, à Die Welt volontaires et certains à la retraite. et des ressources humaines. Ministère financé par des contributions patrona- par ministère, il va falloir sabrer dans un les et salariales. Mais, face à un Euro- millefeuille hiérarchique trois à dix fois groupe inflexible, Athènes sabre à la BCE: NOUVEAU PRÊT RECORD AUX BANQUES plus épais que requis. Le FMI pilote, lui, hache, sans faire de détails. Quatre la réforme du fisc, tandis que l’Allema- membres du gouvernement Papademos Deuxième tournée open bar 523 banques avaient emprunté gne planche sur l’organisation des ré- ont d’ailleurs démissionné plutôt que offerte hier par la Banque cen­ pour 489 milliards d’euros grâce gions et la Suède sur le système d’avaliser les 50 pages de conditions trale européenne (BCE): quelque à la première «Grosse Bertha», de santé. posées à l’octroi du second prêt inter- 800 banques ont profité d’un comme l’a surnommée ironique­ «C’est un mensonge de dire que la Grèce national de 130 milliards d’euros censé total de 529,53 milliards d’euros ment le président de la BCE, ne veut pas se réformer», s’indigne sauver le pays d’une faillite immédiate. de prêts exceptionnels destinés Mario Draghi. Les conditions Louka Katseli. Expulsée du Pasok pour Approuvé le 12 février lors d’une nuit à alimenter la liquidité du système étaient les mêmes hier: des prêts avoir rejeté les «conséquences sociales d’émeutes autour de la place Syntagma, bancaire. C’est un nouveau record à 1% sur trois ans. Les banques trop douloureuses et inéquitables» du ce mémorandum est une version mo- après la première opération de italiennes en ont pris pour 139 mil­ second plan d’ajustement, cette socia- derne des douze travaux d’Hercule : ce type, en décembre. A l’époque, liards d’euros. liste était ministre jusqu’en juin dans le
    • LIBÉRATION JEUDI 1ER MARS 2012 ECONOMIE • 19Sur un mur d’Athènes. Les politiques grecs sont trop haïs pour expliquer leurs réformes. PHOTO ARISTIDIS VAFEIADAKIS. ZUMA. REAgouvernement Papandréou. Elle s’enor-gueillit d’avoir baissé les prix de Les promesses de réforme de la gouvernance des Dix-Sept devraient être signées6 000 médicaments, débusqué alors que les marchés semblent se calmer. Mais la crise est loin d’être écartée.9 000 retraités encore payés dans la La tempête de la zone eurotombe, libéralisé 125 «professions fer-mées» ou raccourci de trente-cinq àdeux jours les délais administratifs pourcréer une entreprise : «L’erreur estd’avoir commencé trop de réformes enmême temps. Il faut se concentrer sur lesprincipales, et surtout vérifier qu’elless’appliquent», estime-t-elle. en pleine trêve hivernaleMais la Grèce n’est plus qu’un énorme a pause dans la crise de la zone euro se création d’un Mécanisme européen de sta- ble. L’Irlande vient, elle, d’annoncer la te-chantier : création d’un cadastre, ré-forme du fisc, de la justice, des retraites,du marché du travail, de la santé. Dur L confirme jour après jour, au grand soulagement des chefs d’Etat et de gouvernement qui se réunissent aujour- bilité (MES), véritable «FMI européen» en cours de ratification, une Banque centrale européenne qui inonde les banques de li- nue d’un référendum à haut risque sur le TSCG, ce qui, en cas de rejet, risque de le fragiliser gravement, d’autant que le candi-de ne pas perdre la tête devant les d’hui et demain. De fait, depuis décembre, quidités bon marché (près de 530 milliards dat PS à la présidentielle, François Hol-1 000 objectifs de la feuille de route. les marchés semblent enfin se calmer, après d’euros hier, après 489 milliards en décem- lande, dit vouloir renégocier ce traité. En-Dans l’escouade des pompiers euro- deux ans de folie qui ont mis les pays de la bre) afin de relancer le crédit, une dette fin, Berlin se fait tirer l’oreille pourpéens, on se partage entre scepticisme périphérie à genoux. Les Dix-Sept auraient- grecque en voie de restructuration, des augmenter la force de frappe du MES deet «optimisme prudent» face à l’ampleur ils réussi à trouver, après de multiples tâ- plans de redressement qui fonctionnent en 500 à 750 milliards d’euros comme le luide la tâche. «Ce programme est de la pure tonnements, la martingale à même de les Irlande, au Portugal, en Italie… demandent ses partenaires, le FMI et lescience-fiction. Laissons l’ancien système rassurer ? Une martingale qui se compose Mais l’accalmie est fragile. Non seulement G20. Le sommet de la zone euro qui devaitmourir ! Il n’en a plus que pour quelques d’une série d’innovations qui vont profon- la Grèce est loin d’être sortie d’affaire, suivre le Conseil européen à 27 a du coupmois»: comme tous les membres de sa dément modifier la gouvernance de la zone même si les marchés ont enfin admis que été annulé. Une nouvelle réunion est pré-génération, Dimitris Tsigos, leader des euro: un traité «sur la stabilité, la coordina- son cas était particulier, mais la situation vue avant la fin mars, après la ratificationjeunes entrepreneurs grecs, piaffe de tion et la gouvernance dans l’Union économi- espagnole se dégrade : le gouvernement par l’Allemagne du MES. Autant dire quetourner la page. «S’il y a une chose posi- que et monétaire [TSCG, ndlr]», conclu le conservateur de Mariano Rajoy a annoncé la zone euro pourrait de nouveau trébucher,tive dans ce drame, conclut Panos Car- 30 janvier et qui sera signé solennellement mardi que son déficit budgétaire pour 2011 ses problèmes structurels étant loin d’êtrevoutis, au bureau grec de la Commis- demain, dans lequel les Etats s’engagent à serait finalement de 8,5% au lieu des 6% réglés et la récession en train de s’aggraver.sion, c’est que le pays a compris que ça ne respecter la discipline budgétaire et à coor- attendus… L’effort pour atteindre 4,4% De notre correspondantpouvait plus durer comme ça.» • donner leurs politiques économiques, la en 2012 s’annonce colossal, sinon impossi- à Bruxelles JEAN QUATREMER
    • •L Premier Perec Pour les 30 ans de la mort de l’auteur des Choses, parution de son premier roman, le Condottière. Histoire d’un inédit. Pages II­III Comte-Sponville sexy Dans le Sexe ni la mort, le philosophe propose quelques pistes de réflexion sur l’amour en s’appuyant sur d’illustres prédécesseurs. Page VI Tel père, tel Stifter Initiation, transmission, noblesse. Le Cachet, un récit inédit de l’Autrichien (1805­1868). LIBÉRATION JEUDI 1ER MARS 2012 «Comment ça s’écrit». Page VIIIAu-dessous du volcanLa vengeance est unplat qui se mange glacédans le roman islandaisde Dominic CooperP ourquoi un poète et romancier écossais du XVIIIe siècle, telle que la décrit le roman: la fé- par une série de déflagrations, des coulées de lave, choisit de raconter «une histoire vraie rocité à la fois tranquille et fascinée avec laquelle de boue. «Mais bien pires que les retombées de cen- bien connue de la plupart des Islandais», les paysans ostracisent les deux jeunes condamnés dre furent les gaz acides qui arrivèrent après la pluie.» on n’a pas forcément à le savoir, cela qui partagent leur existence. Ces années 80 voient se dénouer l’affaire qui nous tient à une concordance d’ordre esthéti- Chez Dominic Cooper, le paysage s’impose. Il est occupe. Sunnefa et son frère, le chevaleresque Jónque, toujours mystérieuse, entre l’artiste et le si désolé que l’Ecosse, dit une vieille dame qui en («sa vie ne lui avait pas enseigné la fourberie»), sontmonde, sans compter la vie. Dominic Cooper, revient (Sólrún Haflidadóttir, de Thistilfjördur, la moins les héros que les instruments d’une ven-l’auteur de Vers l’aube (Métailié, 2009), a séjourné nièce par alliance de Thorsteinn Sigurdsson), est geance, d’une lutte à mort entre deux hommes,à Reykjavik quand il était jeune. L’histoire vraie en en comparaison un endroit facile. Miracle perpé- qui se transmet à la génération suivante.question est «Sunnefumádlid (l’Affaire Sunnefa)», tuel et fragile de la présence humaine, un filet de Accalmie. Le shérif Thorsteinn Sigurdsson estécrit-il dans son avant-propos, et c’est le sous-ti- fumée au-dessus de la neige signale un village. honnête mais amer. Il ne supporte pas le compor- DRtre de Nuage de cendre, qui date de 1978: «Un ro- Une parcelle agricole résiste entre l’océan et un tement de son collègue, le shérif Jens Wium, quiman sur l’affaire de Sunnefa Jónsdóttir». On ne désert de sable glaciaire. La lumière, s’il y en a, est est danois, brutal et peu scrupuleux. Le premierpeut s’empêcher de penser que Dominic Cooper somptueuse, le vent est tiède parfois, mais, le plus DOMINIC COOPER attend que le second se compromette. Mais celaa adoré recopier les patronymes. Voyez ce leitmo- souvent, le blizzard vide les cervelles et le gel suc- Nuage de cendre n’arrive pas, alors il force le destin. Ce que voyant,tiv de Sunnefa, qui est le cœur d’un problème tar- cède à la pluie qui l’avait pourtant remplacé. La Traduit de l’anglais (Ecosse) le second disparaît en s’arrangeant pour faire por-divement résolu: «Ma mère s’appelait Gudbjörg situation est rendue difficile par l’exploitation par Céline Schwaller. Métailié, ter à l’autre la responsabilité d’un meurtre possi-Magnúsdóttir, de Geitavík, à Borgarfjördur.» outrancière de l’occupant danois. S’en mêlent les 238 pp., 19 €. ble. Leurs deux fils, shérifs à leur tour, travaillentFérocité. Sunnefa a eu un enfant avec son frère, épidémies de variole, la famine, et surtout les côte à côte. L’honnêteté et l’amertume changentpuis un deuxième à la suite d’un viol. Le frère et éruptions dévastatrices. Outre la bonne idée de de camp, en proportions égales. Le temps continuela sœur sont deux orphelins de 14 et 16 ans en 1740 traduire ce texte déjà ancien mais merveilleux, les d’œuvrer, non pour calmer le jeu, mais pour l’en-lorsque la justice, représentée par le shérif Jens éditions Métailié en ont eu une deuxième: choisir venimer. Tout prend du temps dans Nuage de cen-Wium, se prononce pour la peine de mort. Il va se Nuage de cendre pour Men at Axlir, le titre original. dre. On appelle le médecin l’hiver, il arrive aupasser trois ans et huit mois avant que la condam- Cela parlera peut-être peu aux lecteurs dans deux printemps. On veut se rendre à la ville, il faut pré-nation soit confirmée par «la Grande Assemblée cents ans. Mais cela parlait aux Français de 1783, voir deux semaines de voyage. Quelques annéesde Thingvellir», puis soumise à l’éventuelle clé- atteints par les retombées de l’éruption du Laki, d’accalmie ne sauraient passer pour une paix défi-mence royale. Les jeunes gens incestueux se et cela nous rappelle l’Eyjafjöll et son nuage qui a nitive entre les deux familles ennemies :retrouvent chacun à travailler dans une ferme en obscurci l’espace aérien en avril 2010. «Qu’est-ce que quatre ans et demi pour un hommeattendant que la sentence soit appliquée, noyade En 1782, après un hiver rude, il n’y a pas eu d’été. d’à peine plus de 30 ans? Avec une vie entière devantpour l’une, décollation pour l’autre. C’est une des L’année d’après, alors qu’il faisait enfin beau après lui et aucun autre centre d’intérêt ?»particularités frappantes de la société islandaise un autre hiver effroyable, le 1er juin a été marqué CLAIRE DEVARRIEUX
    • II • L Story LIBÉRATION JEUDI 1ER MARS 2012Faussaire de jeunesse«Le Condottière» deGeorges Perec ressurgittrente ans après sa mortL e Condottière est le livre grade. La forme révèle déjà son Le noir de la toque fond dans le noir bleau comme une pierre, mais Chancel, en 1978, dans une Radio- refusé d’un homme de goût des listes, des traces dans la du décor: le visage, et rien d’autre. créer, pour la première fois, à partir scopie: «C’est un livre que j’ai peut- 23 ans, Georges Perec, neige, des procédés narratifs, des Le tableau n’a été baptisé le Con- d’elle, sa propre œuvre: «J’ai cher- être l’intention de reprendre, si je le qui cherche à devenir un formules exorcisant l’oubli («Tu te dottière qu’au XIXe siècle. On ignore ché, oui, j’ai cherché à rejoindre retrouve…» Il en restait quatre ma- écrivain. C’est l’histoire souviens» avant Je me souviens). La quel a été le modèle du peintre. Antonello. Non pas à atteindre, à force nuscrits. Des amis, trente ans aprèsd’un faussaire : tout écrivain nais- figure du faussaire reviendra Dans son livre sur l’artiste (1), de minutie et de patience, sa précision sa mort, l’ont exhumé.sant l’est par nécessité, admiration, en 1979 dans Un cabinet d’amateur; l’historien italien Mauro Lucco ré- et son génie, mais partir, tout seul, En octobre 1960, Gallimard refuseregret. Certains le restent leur vie l’énigme dissolvante du puzzle, un sume le «mystérieux canon antonel- sans autre guide que ses propres ta- le texte. Dans une lettre à unentière, ou le redeviennent. Com- peu partout. De son travail, Gas- lien», «où se mêlent une idéalisation bleaux comme des phares, comme des ami (2), Perec cite celle qu’il a re-ment faire pour être à hauteur, pard Winckler finit par dire: «Je ne synthétique de la forme et une défini- buts à atteindre, et m’envoler vers lui, çue: «On a trouvé le sujet intéressantmais à distance, des livres qui vous pouvais pas faire un puzzle…» Dans tion implacable des détails». On ne et connaître son effort et son triom- et intelligemment traité, mais il sem-font écrire ? C’est la question de Un homme qui dort, le narrateur saurait mieux définir le futur travail phe.» Mais il n’y parvient pas : à la ble que trop de maladresses et de ba-tout homme pour qui l’écriture est dira: «Tu préfères être la pièce man- de Perec. place, dit-il, «du seul portrait que vardages aient braqué plusieurs lec-la vie. C’est la question de Perec, quante du puzzle.» «Cicatrice». Jeune, il a vu au Lou- j’ai vraiment voulu faire, celui de la teurs. Et même quelques jeux deen 1959, tandis qu’il écrit : «J’ai lu Le Condottière inaugure aussi ce vre le tableau et en a punaisé une sérénité, de la force, de l’équilibre, de mots, par exemple : “Un bon TitienMoby Dick. Ce n’est pas la peine nom de Gaspard Winckler, homme reproduction au-dessus de son lit. la maîtrise du monde», il a obtenu vaut mieux que deux Ribera.”»d’écrire si l’on n’a pas en vue la créa- sans identité née d’une légende Il le citera dans plusieurs de ses «un clown déguisé, un pitre dans la Commentaire de Perec: «Que faire?tion d’œuvres de cet acabit.» Son ro- allemande (Caspar Hauser) et d’un livres. Un détail le rapproche du fier force d’âge, crispé et anxieux, perdu, Suis désarçonné. Le recommencer ?man ne trouve pas la baleine blan- poème de Verlaine, qu’on retrou- condottière : une petite cicatrice vaincu, définitivement vaincu». Il tue Le donner ailleurs? Laisser tomber etche, mais il la cherche. vera en 1975 dans W ou le souvenir sur la lèvre supérieure. Perec enfant Madera pour se venger de ses pro- faire autre chose ? […] C’est surtoutSuspense. Gaspard Winckler est d’enfance, dans la Vie mode d’emploi avait reçu dans une bagarre un cédés, de son impuissance: c’est la vexant, surtout que tout le monde di-un faussaire de haute volée en en 1978. Winckler est l’éclaireur coup de bâton de ski. La cicatrice fuite en avant d’un artiste incer- sait que c’était accepté. Et puis un siœuvres d’art. Après douze ans que l’écrivain envoie dans un restera. L’armée la consigne tain. Elle correspond à ce que vit beau sujet…» Plus loin: «Cet échec,d’exercice pour un réseau de trafi- monde où tout se construit autour en 1957. Si on regarde les photos de Perec ces années-là. est-il nécessaire? Témoigne-t-il adé-quants internationaux, il égorge de ce qui manque. Dans le Condot- l’écrivain, on voit qu’elle ressemble Nourri de plusieurs textes, le livre quatement de mes limites? Si cela est,son commanditaire, Madera, pour tière, les outils du mécano sont là, à celle du tableau. Gaspard a été écrit entre 1957 et 1960. Ce il est surmontable. Ou bien est-il unsortir de l’impasse dorée, oublier Winckler la men- que son auteur a composé jusque-là arrêt fortuit. Ne pas se laisser abat-«l’intérêt précaire des falsifica- «Le Condottière ne paraîtra pas, ou à tionne plusieurs a été mis de côté ou refusé par des tre.» Et finalement, en mars 1961 :tions», bref, cesser d’être faussaire. fois, comme un si- éditeurs. Troisième état d’un texte «Le Condottière ne paraîtra pas, ouIl le tue comme un écrivain tue ce titre posthume préfacé par gne de la réalité en d’abord appelé Gaspard, le Condot- à titre posthume préfacé par Mont-diable étrange, commun, qu’est la Montmartineau. J’ai dit. Uggh. soi : «N’importe tière, il est achevé le 25 août 1960 à martineau. J’ai dit. Uggh. D’abordfacilité. Le Condottière raconte cet D’abord parce que c’est mauvais.» quelle œuvre, n’im- Druyes-les-Belles-Fontaines, un parce que c’est mauvais.» Perecassassinat, les rapports entre un Georges Perec porte quel homme, splendide village de l’Yonne où Pe- meurt en 1982. «Montmartineau»groupe d’hommes organisant le c’est toujours une rec va régulièrement. Il le décrit est une allusion à Henri Martineau,trafic, la vie et les raisons du faus- mais l’artisan ne sait pas encore certitude qui s’atteint. Le Condottière dans Un homme qui dort: «Les restes l’éditeur des œuvres complètes desaire assassin. L’histoire emprunte tout à fait les utiliser. On les voit, en est encore au-delà: il n’a plus besoin d’un château fortifié surmontent une Stendhal, un auteur aussi autobio-vaguement au polar des attitudes et quelque sorte, agir librement. d’atteindre quoique ce soit; il ne cher- colline au bas de laquelle le village graphique que Perec. Le préfacier,des stéréotypes propres au genre : Madera a commandé à Winckler un che pas à comprendre le monde; il n’a s’est étalé. Un bienheureux, non loin aujourd’hui, est son ami Claudemeurtre initial, suspense haché, faux pouvant rapporter «150 mil- pas besoin de le comprendre. Il ne de là, aurait vécu dans une caverne Burgelin.enquête sur l’assassin, pauses de lions», pourquoi pas d’un peintre cherche pas à dominer le monde. Il le que l’on peut visiter. Sur la place, près Plateforme. Dans les années où ilfier-à-bras du désenchantement. italien de la Renaissance. Winckler domine déjà. Il le domine avant. Il est de l’église, il y a un arbre que l’on dit travaille à ce texte, l’écrivainC’est avant tout le monologue a choisi le Condottière, d’Antonello le Condottière. Où est la démarche ? plusieurs fois centenaire.» C’est là voyage en Yougoslavie, retrouve lad’une conscience en lutte et en dé- de Messine (1431 ou 1432-1479), Nulle part. Il est là, signifié par un re- qu’il retrouve Dumas, Jules Verne, France, déprime à Pau où il fait sonroute, celle de Gaspard Winckler. peint en 1475 à Venise. Ce petit por- gard, par une mâchoire, par une ci- London, les livres de ses 15 ans : service militaire dans les parachu-Tantôt à la troisième personne, tan- trait sur bois (Madera : bois en es- catrice.» Un ami de Perec, Jean Du- «Tu les relis soigneusement, sans tistes. Les sauts le paniquent. Iltôt s’adressant à lui-même en se pagnol) est au Louvre, dans la vignaud, a écrit un livre intitulé sauter une ligne, comme si tu les trouve que les locaux sont «unetutoyant pour mieux se voir, Grande Galerie, entre un Calvaire et Perec ou la cicatrice. Cette cicatrice avais totalement oubliés, comme si tu bande de cons». Il lit comme un fou,comme le fera Perec en 1967 dans un Christ bénissant de Bellini. Nul est un fait anecdotique, mais aussi, ne les avais jamais vraiment lus.» veut créer un autre monde, refuseUn homme qui dort, tantôt répon- ou presque ne s’arrête devant. C’est pour Perec, le symbole des événe- Dans la nuit blanche, il passe de «l’esthétique bourgeoise». Il montedant à des interrogatoires. la tête nue, ferme et frangée, d’un ments et d’un état : père tué l’état de lecteur à celui d’écrivain, une revue culturelle communiste,L’ensemble est nerveux, coléreux, noble italien d’une trentaine d’an- en 1940, mère déportée à comme Gaspard Winckler tente de la Ligne générale, que le PCF tueassez répétitif, à la fois composé et nées, sur fond noir, la bouche close, Auschwitz en 1943, vide fait d’oubli passer de celui de faussaire à celui dans l’œuf. Il se marie. Il note unedécousu. La vie amoureuse et ami- d’une force, d’une brutalité, d’une qui en résulta. de créateur. Perec a parfois dit que phrase d’Italo Svevo, «une confes-cale de Perec circule dedans. tenue extraordinaires. De près, on Gaspard Winckler veut non pas re- le Condottière, inédit jusqu’à ce sion écrite est toujours mensongère».Comme Winckler, il connaît des voit les poils de barbe. Une épingle produire ce portrait d’une ambition jour, était son premier texte vala- Il constate que «ce n’est pas àpeintres, il a suivi une femme à Bel- d’ivoire est son unique ornement. tellurique, déposé sur le bois du ta- ble. Il le dit en particulier à Jacques 20 ans qu’Antonello a fait le Condot-
    • LIBÉRATION JEUDI 1ER MARS 2012 Story L • IIIGeorges Perec à sa fenêtre, rue de Quatrefages, à Paris, en 1965. PHOTO BABETTE MANGOLTEtière. Le génie, à 20 ans, lorsqu’il se gue. Gaspard Winckler est un cette sécheresse, cette sobriété pres- Sa vie est peu connue, faite d’hy-manifeste (Rimbaud, le mathémati- Hamlet à l’état verbeux. Le portrait que impossible de la tenue, avait pour pothèses. On n’en avait que trèscien mort en duel), ne peut être le fascine parce qu’il fait travailler conséquence immédiate qu’elle lais- peu de traces écrites jusqu’au mo-qu’une pulsion mal maîtrisée, une le sens le moins physique, la vue : sait au visage seul le soin de définir le ment où, en 1902, un historien etexplosion, une révolution. C’est à le regard, rappelle Marilyne Heck Condottière ? C’est bien de cela qu’il un secrétaire de musée découvrent60 ans que la certitude s’acquiert.» dans Georges Perec, le corps et la let- s’agissait. Les yeux, la bouche, la pe- plusieurs documents dans les ar-(Lettre du 8 août 1959). Il pourrait tre (José Corti), «joue un rôle central tite cicatrice, la contraction des mus- chives provinciales de Messine.dire comme Gaspard Winckler: «Je dans les intrigues» de Perec. Anto- cles de la mâchoire à eux seuls expri- Concurrents, ils écrivent chacun undevais rendre compte de quelque nello de Messine a peint une tête maient parfaitement, sans la moindre livre qui nous permet encore de sa-chose qui existait déjà, je devais créerminérale, violente, la tête d’un hé- ambiguïté, la position sociale, l’his- voir qu’elles ont existé. Car, rap-un autre langage, mais je n’étais pas ros verni par le silence : c’est une toire, les principes et la méthode de pelle Mauro Lucco, «dans l’obscu-libre : la grammaire et la syntaxe figure de l’épopée et Perec célèbre ton personnage…» La forme est un rité qui précédait l’aube d’un paisibleexistaient déjà, mais les mots alors «l’épique». grand et pudique démiurge. Et la fi- lundi, le 28 décembre 1908, au beaun’avaient aucun sens; je n’avais plus A l’époque, ses amis ne voient dans gure du Condottière est finalement milieu des fêtes de Noël, un tremble-le droit de les utiliser. C’était cela le texte, pas plus que Gallimard, l’image même de la littérature ment de terre dévasta la région du dé- l’écrivain qu’ils – telle que Perec l’écrit, vers la fin troit de Messine». Les bâtiments«Les yeux, la bouche, la petite devinent, qu’ils de sa courte vie, dans le Figaro: «Je s’effondrent; le feu ravage ceux qui attendent. Dans sens confusément que les livres que ne s’effondrent pas; trois vagues de GEORGES PERECcicatrice, la contraction des muscles sa biographie, j’ai écrits s’inscrivent, prennent leur dix mètres emportent les survi- Le Condottièrede la mâchoire à eux seuls Georges Perec, sens, dans une image globale que je vants. Messine passe de 120 000 à Préface de Claude Burgelinexprimaient la position sociale, une vie dans les me fais de la littérature, mais il me 20 000 habitants. On retrouve en- Seuil «La librairie du XXIe siècle»,l’histoire, les principes et la méthode mots (Seuil), Da- semble que je ne pourrai jamais saisir core, quelques années après, des 222 pp., 17€ vid Bellos écrit : précisément cette image, qu’elle est cadavres «jusque dans les îles de lade ton personnage…» «Sans l’éclairage pour moi un au-delà de l’écriture, un mer Egée ou dans l’Océan Indien».qu’il fallait que j’invente, un nouveau lumineux de cette perception rétro- “pourquoi j’écris” auquel je ne peux Des tableaux d’Antonello finissentvocabulaire, un nouvel ensemble de spective, on ne saurait blâmer les répondre qu’en écrivant, différant sous les décombres. On en retrou-signes…» premiers lecteurs d’avoir vu dans le sans cesse l’instant même où, cessant vera jamais les archives qu’on ve-Le Condottière est la plateforme Condottière un roman prétentieux, d’écrire, cette image deviendrait visi- nait d’exhumer : le Condottièrecoléreuse et inaboutie des œuvres déconcertant, voire incompréhensi- ble, comme un puzzle inexorablement s’achève dans la disparition.à venir. Son mérite est de faire sen- ble.» Le lecteur n’est jamais en achevé.» PHILIPPE LANÇONtir l’état propre aux années 60, avance sur l’auteur. Archives. La postérité d’Antonello (1) «Antonello de Messine»quand la vie entière était remise en Face au visage de l’homme peint, rejoint étrangement la recherche (Hazan, 2011)cause par le langage. L’intimité Gaspard Winckler se demande ce trouée de Perec. Du peintre, il ne (2) «56 Lettes à un ami»voudrait être objectivée par la lan- qu’il cherche: «Comprenais-tu que reste qu’une quarantaine d’œuvres. (Le Bleu du ciel, 2012)
    • IV • L Actualités LIBÉRATION JEUDI 1ER MARS 2012 Romans nouveauté du troisième livre est qu’il n’est secrétaire martyrisée par son fils. Sensible à cette situation, il finit par s’en mêler malgré lui. Mehl) pour mener ce travail en terra incognita. G.D.P. DONALD RAY POLLOCK plus binaire, Dénouement en 2047. Cl.D. Le Diable, tout le temps Traduit de l’anglais (Etats­Unis) par mais à trois temps : aux Philosophie Christophe Mercier. Albin Michel «Terres d’Amérique», 370pp., 22 €. chapitres al- ternant les iti- néraires de Essai SLAVOJ ŽIŽEK Violence. Six réflexions Sans doute ne Tengo et d’Aomamé s’ajoutent MARTINE GROSS transversables Traduit de regarde- ceux d’un nouveau personnage, Choisir la paternité gay l’anglais par Nathalie Peronny. t-on pas im- Monsieur Ushikawa, que la Erès, 289 pp., 23 € Au diable vauvert, 314 pp., 23 € punément secte du leader assassiné charge b a t t re le de retrouver Aomamé. La- Il y a encore Le propos du cœur d’un quelle, planquée et découvrant quelques an- livre est affi- Marine écor- Proust, dit: «J’ai l’impression de nées, le terme ché en gros DR ché vif par les lire un rapport détaillé sur un as- de «paternité caractères sur Japonais. téroïde situé à des années-lumière gay» aurait la couverture:SEBALD Cette vision datée de 1945 pré- side à celles qui vont suivre, du monde dans lequel je vis ici. Je suis réceptive à chacune des scè- constitué un exemple pro- «La violence n’est pas unÀ BEAUBOURG monstrueux jalons des an- nes qui sont décrites, je peux les vocant d’oxy- accident de nos nées 60. Les enfants du comprendre. Et ces descriptions more (alliance systèmes, elleSous le titre W. G. Sebald, politique Bon Dieu sont des connards sont très brillantes, très précises. contraire de en est la fondation.» Il n’appa-de la mélancolie, le Nouveau Festival sauvages. L’ancien soldat du Mais je n’arrive pas à relier ce qui deux termes… ici, en plus, de raît pas dès lors d’une grandedu centre Pompidou rend hommage Pacifique crucifie des animaux est ici et ce qui se trouve dans le deux genres !) Un choix de pa- originalité. Mais c’est compterà l’auteur d’Austerlitz jusqu’au 12 mars. pour sauver sa femme. Un pré- livre», etc. Proust rend bavard ternité devait en effet forcé- sans l’acuité et l’inventivitéAprès Jean­Christophe Bailly, Martin dicateur tue la sienne dans l’es- les êtres les plus muets. Ph.L. ment passer par l’alliance avec conceptuelle de Slavoj Žižek,Rueff évoque, ce jeudi à 18h30, les poir de la ressusciter. Un couple une mère. Désormais, on «fait qui, sur cette problématiquepoèmes de l’écrivain allemand mort fait des photos d’art en tortu- famille» de nombreuses fa- classique, arrive à dégager desen 2001, puis, le 2, Ulrich von Bülow rant à mort des auto-stoppeurs. ANNE­CONSTANCE VIGIER çons : décomposées, recompo- «angles de vue» inédits. Iltraite de «W.G. Sebald et l’archive». Bizarrement, les personnages Héritage sées, multicomposées, le jeu commence par montrer l’«hy-Ce cycle est programmé par Muriel de ce roman gore ne pensent Joëlle Losfeld, 186 pp., 18€. des 7 familles n’en est plus un. pocrisie» de «tous ceux qui, toutPic, dont on peut lire le texte «la Fic­ qu’à manger. La manière dont Et voilà que les hommes gays en combattant la violence sub-tion par les traces, l’histoire par les leurs routes se croisent rachète Tra n q u i l l e , s’en mêlent… Arrière, Satan, jective, exercent une violenceprésages» dans le recueil Face à la quantité de cadavres qu’ils audacieuse, diront sans doute certains et systémique générant le phéno-Sebald, paru cet automne aux édi­ sèment. Cl.D. Anne-Cons- pas seulement dans les milieux mène même qu’ils exècrent».tions Inculte. Pendant ce temps, se tance Vigier, catholiques intégristes. La réa- Puis enracine la violence, «in-tient l’exposition «W, Sebald fiction», HARUKI MURAKAMI née en 1970, lité de certains cas de paternité hérente au langage», dans laGalerie Sud, toujours à Beaubourg. 1Q84 Livre 3 bâtit son gay, celle de la GPA (gestation «peur du Prochain», pour arri-Valérie Mréjen (qui publie cette Traduit du japonais par Hélène œuvre. L’«hé- pour autrui) notamment, pose ver à une discussion sur les li-semaine un nouveau roman chez Morita. Belfond, 539 pp., 23,50€. ritage» du ti- de fait de nombreuses ques- mites de la notion de tolérancePOL, Forêt noire) propose des «lectu­ tre est celui tions, à commencer par celle du telle qu’elle est promue parres performées» de Sebald, à partir Revoici Tengo et Aomamé, qui échoit à Gabriel, cadre dans statut de la gestatrice, de cette l’«idéologie actuelle», et, enfin,du 3 mars, par des comédiens et des l’écrivain mélancolique et la une grande entreprise, compa- mère qui offre de partager sa saluer «la violence divine théo-écrivains: Stéphane Bouquet, Hélène tueuse solitaire. Le destin –et le gnon depuis quinze ans du so- «fonction génésique», pour re- risée par Walter Benjamin».Frappat, Thomas Clerc et Hélèna cœur limpide et tortueux du lide Vincent. Celui-ci pense que prendre la juste expression Réprouver la violence en blocVillovitch (18h30, Petite Salle et romancier – finira par les réu- la douleur des souvenirs humi- d’Antoinette Fouque, avec des tient de la mystification, quigalerie Sud). nir, bien entendu au clair de liants ira en s’atténuant. «Et s’il hommes gays. Autant dire que occulte tant « les formes fonda- lune. A la fin du deuxième livre s’abstenait alors de le contredire, l’enquête menée dans ce livre mentales de violence sociale» que de 1Q84, on croyait qu’Ao- c’était avant tout de peur d’en- est pionnière en France. Toutes la «dissolution permanente deAUTRES RENCONTRES mamé s’était tiré une balle dans la tête au bord de la voie tendre sa propre voix perdre toute assurance et s’approcher du type les figures de procréation qui sortent du strict modèle de toutes les formes de vie dictée par la reproduction capitaliste». R.M. express n°3. Finalement, de de lamentation que Vincent lui l’imitation du modèle «natu- Sur la pensée du philosopheClaudio Magris présente Alphabets même que Conan Doyle ressus- avait, à plusieurs reprises, dit ne rel» étant quasiment interdites slovène, vient de paraître: «Žižek ­(Gallimard) le 2 mars à 18 heures, à la cita Sherlock Holmes, Mura- pas se sentir en mesure d’endurer chez nous par la loi, il a fallu Marxisme et psychanalyse»,librairie Compagnie (58, rue des Eco­ kami a arrêté le doigt sur la dé- très longtemps.» Enfant marty- une belle énergie à Martine de Roman de Calan et Raoulles, 75005). Mathématiques et poésie tente et l’aventure continue. La risé par sa mère, Gabriel a une Gross (aidée de Dominique Moati (PUF, 160 pp., 12 €)avec Hervé Le Tellier et FrédéricForte, de l’Oulipo, le 2, à 19 heures, auCentre international de poésie deMarseille (CIPM, 2, rue de la Charité, CLASSEMENT DATALIB DES VENTES DE LIVRES (SEMAINE DU 22 AU 28/02/2012)13236). Rencontre avec Pierre Joxe etSimone Gaboriau à propos de Pas Évolution Titre Auteur Éditeur Sortie Ventesde quartier? (Fayard), et de Mani­ 1 (1) Journal d’un corps Daniel Pennac Gallimard 09/02/2012 100feste pour la justice (Cherche midi), 2 (0) Changer de destin François Hollande Laffont 23/02/2012 61le 2, à 19h30, à la librairie Atout­livres 3 (0) France culture papiers n°1 Collectif Bayard 23/02/2012 57(203 bis, avenue Daumesnil, 75012). Source : Datalib et l’Adelc, d’après un 4 (2) Le Sel de la vie Françoise Héritier Odile Jacob 26/01/2012 31Alain Goulet présente la Vie d’une panel de 200 librairies indépendantes de 5 (12) La Liste de mes envies Grégoire Delacourt Lattès 01/02/2012 25 premier niveau. Classement des nouveau­femme à des messieurs sans compré­ tés relevé (hors poche, scolaire, guides,hension (MJW éditions), le 3 mars à 6 (116) Iznogoud président Tabary, Canteloup et Vassilian IMAV éditions 21/02/2012 23 jeux, etc.) sur un total de 94164 titres diffé­ 7 (4) Chroniques de Jérusalem Guy Delisle Delcourt 16/11/2011 22 rents. Entre parenthèses, le rang tenu par15 heures, à la librairie Eureka Street, le livre la semaine précédente. En gras: lesà Caen (19, place de la République, 8 (9) Rien ne s’oppose à la nuit Delphine de Vigan Lattès 17/08/2011 21 ventes du livre rapportées, en base 100, à 9 (7) Une année studieuse Anne Wiazemsky Gallimard 05/01/2012 20 celles du leader. Exemple: les ventes de14000). Soirée Paul Fournel autour Changer de destin représentent 61% dede la Liseuse (POL), le 5 mars à 10 (0) Le Destin de l’Epouvanteur t.8 Joseph Delaney Bayard 24/02/2012 19 celles de Journal d’un corps.20 heures, à Reid Hall (4, rue de Che­vreuse, 75006). Gérard Genette L’intérêt des Français pour la politique Le succès du Destin de l’Epouvanteur Qu’est­ce qui est le plus significatif? Lesigne Apostille (Seuil), le 6 mars à se mesure­t­il à la progression fou­ est­il une manifestation d’anti­sarko­ passage du 49e au 17e rang du délicieux19 heures, à la Librairie Michèle­Ignazi droyante de l’album Iznogoud président zysme? Si Changer de destin, avec son recueil Avant, de J.­B Pontalis, ou les(17, rue de Jouy, 75004). Soirée en (nouvelles aventures d’après Goscinny, verbe dynamique, est bien un titre de 62 places gagnées, juste après l’écrivainl’honneur de Jean­Claude Pirotte dessins de Tabary)? Ou bien à l’immé­ gauche (qui rappelle Changer, de Jac­ psychanalyste, par Menteurs! le nouveaudans le cadre du Printemps des poè­ diate installation du livre de François ques Delors, paru en 1975), Rien ne pamphlet de Jean­François Kahn? Pour­tes, le 7 mars à 19 heures, au centre Hollande à la deuxième place de notre s’oppose à la nuit, en l’absence revendi­ quoi est­il évident qu’aucun acheteur neWallonie­Bruxelles (46, rue Quincam­ classement, position nullement indica­ quée d’espoir d’amélioration, est­il au se trompe sur l’identité des menteurs enpoix, 75004). tive quant au verdict des urnes? contraire un titre de droite? question? Cl.D.
    • LIBÉRATION JEUDI 1ER MARS 2012 Littérature L • VBar du crime Elan de Brontë Sheila KohlerAlain Defossé se glisse dans l’espritse remémoreun meurtre à de l’aînée des trois sœurs romancièresChâteaubriant pendant l’écriture de «Jane Eyre»ALAIN DEFOSSÉ SHEILA KOHLEROn ne tue pas les gens Quand j’étais Jane EyreFlammarion, 142 pp., 15 €. Traduit de l’anglais par Michèle Hechter. La Table ronde,I l est environ neuf heures du soir, le 272 pp., 20 €. 19 juillet 1999, quand Alain Defossé M se fait héler, de manière suffisam- anchester, 1846. ment inquiétante pour être notée, par Un huis clos. un petit groupe, deux ou trois gar- Charlotte, ençons et une fille habillée en blanc, dans fille dévouée,une rue déserte de Châteaubriant, Loire- veille son pèreAtlantique, à soixante kilomètres de Nan- alité. Le pasteur Brontë reposetes. Depuis 1992, l’écrivain a une maison immobile. Le dictatorial pater-dans les environs, où il découvre que la nel a été opéré des yeux et doitcampagne n’est pas de tout repos. Auteur accepter d’être pris en charge.et narrateur semblent bien se confondre. De cet événement de la vie desLe nom de la petite ville vient très vite dans Brontë, la postérité n’a pas con-le récit pour l’authentifier. Et, d’entrée de servé plus de détails. Personnejeu, celui de Didier Tallineau est donné, ne sait ce qui s’est passé danssujet d’une émission de Christophe Hon- cette chambre sombre, quanddelatte, Faites entrer l’accuser. Pour la télé- Charlotte jouait les gardes-ma-vision, Tallineau est «l’homme aux deux vi- lades des heures durant. Aprèssages». Pour l’auteur, Didier est de ceux avoir lu un passage qui en fai-qui posent le torchon sur la pompe à bière sait mention dans une biogra-pour vous serrer la main. Il ne connaît que phie, Sheila Kohler a eu l’idéele prénom d’Alain. Alain est le visiteur du d’une fiction qui prendrait ra-soir, présence appréciée, étrangère et ras- cine dans ce moment-là. Quisurante. Il se plaît au bar La Louisiane : partirait de cette parenthèse de«J’avais décidé que Didier était un ami, un plusieurs semaines. Il se trouvecopain, quelqu’un de bien.» que Charlotte a commencé JaneL’essentiel du livre est la remémoration, Eyre à peu près à la même pé-l’ambiance. Les nuits, les amis :«Les gar- riode. «On ne sait pas ce quiçons de la Bretagne intérieure, un peu blonds, s’est passé dans cette pièce,un peu lourds, avec leurs courbes voluptueu- répétait Sheila Kohler, lors deses, leurs nuques et leurs épaules fortes, leurs son passage à Paris fin janvier.reins solides, une perfection massive d’ani- La fiction me vient souvent d’unemal.» La soirée du 19 juillet 1999 est racon- question, point de départ pourtée en italiques. Ce soir-là, après le dîner, une exploration.»lorsqu’il arrive, l’habitué a le déplaisir de Création. Au moment de laconstater que la petite bande et la fille en convalescence de son père,blanc sont déjà là, à La Louisiane. Cela va Charlotte Brontë, 30 ans, vienttrès mal finir, par un meurtre. «Un meurtre de voir son premier roman, le Charlotte Brontë (1816­1855) en 1850. Dessin de George Richmond. PHOTO BF. ADOC­PHOTOSa signé pour moi la fin d’une époque : c’est Professeur, refusé à la publica-égoïste, mais c’est vrai.» tion. La lettre de l’éditeur reste Délicat pari de s’attaquer à un décidé de ne pas me la laisser.» n’a pas achevé Jane Eyre. UnIl était présent sur la scène du crime. cuisante. Chaque page était monument de la littérature Kohler n’a pas eu plus de mal à éditeur, Newby, annonce pren-Jamais la police n’est venue l’interroger. pourtant «marquée de son anglaise. Son compatriote et se glisser dans la tête de Char- dre les manuscrits d’Emily etAurait-il dû rester après la fermeture ? âme». Son père inoffensif pour ami J. M. Coetzee a froncé les lotte pour conter les confluen- d’Anne, pas celui de la troi-Aurait-il dû sentir que, dans le regard noir un temps, elle a envie de pous- sourcils quand elle lui a parlé de ces d’émotions, les résurgences sième sœur. «Leurs livres va-de Didier, il y avait un appel, ou un gouf- ser plus loin, de desserrer ses son projet, lui conseillant tout de souvenirs, au fil de la crois- lent-ils mieux que le sien ?»fre ? Didier Tallineau a déjà tué une jeune freins, de dépasser la troisième de même : «Alors, ne restez pas sance de Jane Eyre. Elle s’est Pupitre. Une forme de concur-femme avant celle-ci. L’ami, le client fidèle personne de narration pour trop près de la vérité.» Ce demi- également glissée dans la peau rence a dû planer sur la fratriequ’est le dénommé Alain, ne peut pas le parler plus en son nom. «Assise satisfecit lui a conféré une d’Emily la sauvage et d’Anne la laborieuse et solidaire, estimesavoir. Sur le moment, il se rend juste près de son père aveugle, silen- forme de liberté. «Il y a telle- douce. Sheila Kohler. Piquée, Charlottecompte que Didier n’est pas à son aise : cieux, elle ose prendre son crayon ment de vides dans leurs vies. On Jane Eyre fut un ébranlement. se remet à fond dans Jane Eyre.«Quelque chose vient d’arriver, qui le rend et suivre pour la première fois sa ne sait pas ce qu’ils se sont dit. Et Sa tante, la sœur de sa mère «C’étaient des sœurs aimantes,définitivement hostile à ces types bruyants propre voix.» Difficile pour une on met davantage de soi-même (une fratrie de trois sœurs et un je suis sûre qu’il n’y a jamais euqui chauffent une fille superbe et saoule dans femme, alors, de se donner la dans la fiction que si on restait frère, comme chez les Brontë de compétition entre elles», s’estson café depuis le début de la soirée.» Alain permission d’écrire. Avec Jane avec les faits.» après que les deux aînées ont exclamée une participante à laDefossé est d’abord incrédule lorsqu’on Eyre, Charlotte va oser utiliser Enseignante à Princeton, pu- été fauchées par la tuber- lecture chez WHSmith à Paris.retrouve le corps, lorsqu’on identifie le le «je». Elle va puiser dans sa bliée pour la première fois à culose), a eu l’idée bizarre de Elle n’est pas écrivain, a songécoupable. Puis, il se taira pendant dix ans, propre vie, de ses amours mal- 42 ans, Sheila Kohler avait jus- lui en lire, à 7 ans, le premier l’auteur, la compétition existejusqu’à l’émission d’Hondelatte qui dé- heureuses avec le professeur de que-là produit des histoires chapitre. Son père venait de toujours, même dans le cœur leclenche son envie d’écrire. Le titre du ro- Bruxelles, Monsieur H., de ses plutôt autobiographiques. Sa mourir. Le passage où Jane croit plus pur. Quand Emily estman est une phrase prononcée par la expériences de gouvernante, de sœur disparue trop tôt flotte voir le spectre de son oncle morte, on a trouvé dans sonfemme de Didier, après qu’elle a dit qu’elle ses visions de propriétés derrière les jeunes filles perdues dans la chambre rouge où elle a pupitre des coupures plus criti-ne pardonnait pas le mensonge : «“Et enchanteresses. Alchimie de la dans ses pages. Love Child, son été punie l’a impressionnée. La ques des Hauts de Hurlevent quepuis”… Il y a eu un silence, elle hésitait, cher- création et du moment, ima- dernier opus, est basé, dit-elle, sensation s’est imprimée, elle de Jane Eyre. Sheila Kohler n’achait les termes les plus simples pour formuler giné par Sheila Kohler. Lente sur la vie de sa mère. Une l’a même poussée à écrire, dit- pas pu s’empêcher de se mettresa pensée profonde. “Et puis… on ne tue pas maturation du texte, émergé femme qui a hérité de son mari elle. à sa place et de se dire: commeles gens.”» sous cocotte-minute, puis dif- une petite fortune doit décider Quand Charlotte rentre à elle a dû souffrir. CLAIRE DEVARRIEUX fusé par aléas. de son légataire. «Ma mère a Haworth, au presbytère, elle FRÉDÉRIQUE ROUSSEL
    • VI • L Essais LIBÉRATION JEUDI 1ER MARS 2012 On achève bien Passages du désir Pas d’amour d’imprimer heureux, pas de bonheur sans Pour adultes amour… Comment faire? exclusivement Par ÉDOUARD LAUNET Suivre André Comte-SponvilleJ. K. Rowling, la mère de la saga Harry Potter, va publier prochainement un «roman pour adultes». C’est une œuvre très éloignée du monde de la sorcellerie, et proche d’on ne sait quoi : le titre et lethème du livre n’ont pas été dévoilés par l’éditeur(Little, Brown). Davantage d’informations doiventêtre données «plus tard dans l’année».Or, coup de théâtre : en raison d’un probablecafouillage, Libération et le Journal de Mickey ontreçu par mail le texte du roman dans un formatnumérique exotique mais néanmoins lisible. Lemail était destiné à Pierre Assouline, de Gallimard,car cette maison semble intéressée par la publica-tion de l’œuvre en VF. Nous sommes ainsi en me-sure de révéler les grandes lignes du «roman pouradultes» de Rowling.Le livre a pour héros Henri Potier, 54 ans, qui n’estautre que Harry Potter parvenu à l’âge mûr.L’adulte n’a plus les pouvoirs magiques de l’ado,ni même ses illusions. Potier-Potter a fui le Royau-me-Uni pour Paris, où il a repris une boutique defarces et attrapes rue de Dunkerque, dans leIXe arrondissement. Son commerce périclite, sonappartement, au-dessus du magasin, n’est plusqu’un taudis: un demi-saucisson et deux yaourtsaux fruits moisissent dans un réfrigérateur dontl’alimentation est coupée depuis onze semaines.Au moment où s’ouvre le roman, Henri Potiertente de se suicider en plongeant sa tête dans unsac en plastique frappé du logo de Daily Monop.Mais, chance ou malchance, le sac est troué : ilavait servi au transport d’un balai à chiottes auxpoils très durs avec lequel Henri avait essayé de sedébarrasser du cadavre de son chat (mort de faimdans d’affreuses convulsions) en l’enfonçant pro-fondément dans le conduit des WC. Lesquels ontfini par déborder jusque sur le palier.La tentative de suicide est un échec de plus pourHenri. Débute pourtant une grande fresquesociale, doublée d’une belle histoire romantique,où l’on retrouve tout le savoir-faire de J.K. Row-ling. Henri, en effet, tombe amoureux de DelphineDoryphore, dite Dédée, la boulangère d’en face,qui lui redonne promptement goût à la vie. Potierentreprend de dénoncer l’usage de colorants toxi-ques dans la fabrication des confettis chinois, et ANDRÉ COMTE­SPONVILLE rité, bien hyperbolique qu’en ouverture seurs anglo-saxons d’aujourd’hui, re-se remet à flots en vendant des portables d’occase Le Sexe ni la mort­Trois essais du numéro Comte-Sponville soit dit être présentants de la «virtue ethics»désimlockés. Un soir, il invite Dédée au KFC du sur l’amour et la sexualité «l’un des plus grands philosophes français (Philippa Foot, Alasdair MacIntyre ouboulevard Barbés pour la demander en mariage. Albin Michel, 416pp., 21,50€. depuis Sartre», on peut cependant Elizabeth Anscombe). Mais il se trouveJuste avant qu’elle ne s’asseye, il lui glisse sous les Revue internationale de philosophie: reconnaître, comme le fait le théoricien qu’André Comte-Sponville le fait lui-fesses un coussin-péteur, espérant la faire rire. Ré- «André Comte­Sponville» américain Charles Larmore, qu’il même, de façon très accessible, dans lesultat : il la fait fuir. Le roman s’achève sur une N°258 (diffusion Vrin), 138 pp., 25€. «incarne à merveille» les «trois traits ca- Sexe ni la mort, en s’entourant toujoursnouvelle tentative de suicide d’Henri, dont on ne ractéristiques de la philosophie française» de ses figures tutélaires, Epicure, Lu- Asait si ce sera la bonne. près Stanley Cavell et (le souci du style, la clarté d’expression, crèce, Montaigne, Pascal, Spinoza,Nous avons également reçu, sans doute pour les Deleuze, et avant William et l’«habitude de philosopher à la première Marx, Freud, et en examinant les consé-mêmes raisons techniques, le mail de Pierre As- James ou Žižek, c’est André personne») et que, dans son œuvre d’une quences possibles, dans le rapport à soisouline donnant à Antoine Gallimard ses impres- Comte-Sponville qui fait trentaine d’ouvrages, il a «développé une et dans le rapport à l’autre, de cetsions de lecture : «Très bon roman, enlevé et bien l’objet d’un numéro spécial perspective globale» qui embrasse des su- axiome de base : l’amour est une vertu,écrit. A publier absolument. Seule réserve: il est ques- de la Revue internationale de philosophie, jets aussi divers que la morale, l’art, la pas un devoir.tion d’un “coussin-péteur”, article de farces et attra- dirigée par Michel Meyer. Un honneur, sagesse, la politique, «la nature du temps Morale. «Ce qu’on fait par contrainte, onpes, semble-t-il, dont j’ignore tout du fonctionne- évidemment, pour l’auteur du Petit Traité et de la liberté», et élaboré une éthique ne le fait pas par amour», notait Kant.ment. Pouvez-vous m’éclairer sur ce point, cher des grandes vertus, que certains esprits matérialiste cohérente. Larmore, qui du Mais la réciproque, ajoute Comte-Spon-Antoine ? Bises. Passou.» • austères trouveront indu, estimant qu’un matérialisme ne partage pas le principe, ville, est aussi vraie : «Ce qu’on fait par • philosophe qui n’a plus tenu à enseigner analyse minutieusement la manière dont amour, on ne le fait pas par contrainte», ni (à la Sorbonne), qui vit de ses conféren- Comte-Sponville l’applique à l’éthique, obligation. Ce qui s’accomplit par amour SUR LIBÉRATION.FR ces et de ses publications, et qui expurge en montrant ses liens avec les théories n’a besoin que de l’amour pour s’accom- Traverses, le blog d’Yves Michaud ses livres de toute technicité excessive classiques (en l’indexant à Aristote et en plir, et ne se soucie pas même de la mo- et Lettres ouvertes, les divagations afin qu’ils soient lus par le plus grand l’opposant aux morales du devoir ou au rale : «Aime, et fais ce que tu veux» de Raphaël Sorin nombre, est forcément un penseur facile, «déontologisme» d’inspiration kan- (Augustin). Paradoxalement, la morale à exclure de l’Académie. S’il est, en vé- tienne) et avec les conceptions des pen- apparaît quand l’amour fait défaut. Elle
    • LIBÉRATION JEUDI 1ER MARS 2012 Essais L • VII L’empire est à craindre La conquête des Amériques et la découverte de la Chine. Histoire croisée volonté de puissance et amadouer ses SERGE GRUZINSKI brutalement prise d’assaut en 1511 pulsions dominatrices, sinon destructri- L’Aigle et le Dragon. Démesure par les Portugais qui, depuis, se ces. Et parce qu’au sein de l’amour, il y européenne et mondialisation comportent en vrais pirates le long a cette lave incandescente, le sexe, que au XVIe siècle Fayard, 438 pp., 24 €. des côtes chinoises. l’esprit a du mal à «fixer» – comme le La méfiance est forte. Les élites E soleil– quand il emporte le corps vers le n 1519, l’Espagnol Her- confucéennes ne veulent pas que paroxysme de la vie ou la «petite mort», nán Cortés et sa petite des étrangers viennent fouler le vers l’acmé des plaisirs ou la «boueuse troupe de conquistadors cœur de leur territoire. Si les plus concupiscence de la chair», la printanière pénètrent dans Mexico. hautes autorités chinoises ne sont étincelante du désir ou l’«obscène et Quelques mois plus pas spontanément fermées envers l’obscur», quand il lui ôte volonté et rai- tard, en 1520, le Portugais Tomé l’extérieur, elles considèrent que son, l’exalte, l’exacerbe, le fait exulter, Pires arrive à Nankin puis à Pékin, tout étranger est un barbare, et le brûle, le torture… Le chemin de la ré- rencontrant l’empereur de Chine donc une menace. L’intérêt de la flexion de Comte-Sponville est dès lors Zhengde. Cette proximité chrono- rencontre vu de Chine est donc tout tracé. Quel amour transcende la logique fascine Serge Gruzinski. Il assez limité. Il s’agit, au mieux, morale ? Comment le sexe, qui ne peut voit en effet dans ces deux événe- d’une simple affaire de commerce «se regarder en face», a-t-il été pensé ments une même dynamique irré- qui peut être profitable. par les philosophes, Platon, Lucrèce, versible, le signe d’une première Le cas des Amérindiens est bien Augustin, Montaigne, Schopenhauer, mondialisation qu’il définit différent car, malgré une résis- Feuerbach, Nietzsche, Kant… comme «la prolifération de toutes tance armée contre les Espagnols, Le premier amour se nomme eros: il est sortes de liens entre des parties du ils font preuve d’une ouverture à décrit dans le Banquet de Platon. C’est la monde qui, jusque-là, s’ignoraient l’autre, même envers les Blancs passion amoureuse. L’un des personna- ou se traitaient de fort loin». De ces qui, pourtant, sont animés d’in- ges, Aristophane, en montre l’illusion (la liens nouveaux, objets d’une «his- tentions belliqueuses. «Et cette fa- fusion avec l’«autre moitié»), quand toire connectée» chère à l’auteur, culté, estime Serge Gruzinski, ne Socrate en éclaire les désillusions : si le il s’agit d’établir le contenu, d’en serait pas étrangère à la prolifération désir est désir de ce qu’on n’a pas, que comprendre les significations en des métissages de toutes sortes que devient-il lorsqu’il porte sur ce qui est là, s’efforçant d’écrire une histoire à la colonisation déclenchera du nord présent, disponible? «Si le désir est man- parts égales. au sud du continent américain.» que, le bonheur est manqué», commente Si ces deux rencontres américaine Terre conquise. Un constat es- Comte-Sponville, qui ajoute : «Vous et asiatique s’inscrivent dans une sentiel, enfin, qu’opère l’auteur : décidez de vivre ensemble parce que vous même vision universelle du ce sont les Ibériques qui visitent êtes amoureux, puis vous cessez peu à peu monde, ce qui leur confère, mal- l’Amérique et la Chine, jamais le de l’être parce que vous vivez ensemble.» gré les apparences, de vraies simi- contraire. Différence cruciale qui Schopenhauer l’avait dit plus tristement litudes, elles présentent aussi conduit à s’interroger sur une asy- encore: «Toute notre vie oscille, comme un beaucoup de différences. L’auteur métrie fondatrice. Ainsi, si les pendule, de droite à gauche, de la souf- joue d’un bout à l’autre du livre sources chinoises démontrent une france à l’ennui», la souffrance de désirer sur cette mise en regard. Avant la certaine curiosité pour ce qui est ce qu’on n’a pas, et l’ennui d’avoir ce conquête du Mexique, les Amérin- au-delà des frontières de l’Empire que dès lors on ne désire plus. diens ignorent tout des Espagnols du Milieu, à la différence de l’Eu- Fragilité S’en sort-on mieux avec la phi- et réciproquement, l’Amérique rope, «elle ne tourne jamais au désir lia, qui pour les Grecs est presque l’ami- étant d’abord pour ces derniers un obsessionnel de savoir, d’écrire et de tié? Aristote, avant Spinoza, en dit tout obstacle dans leur course vers rendre compte pour posséder». Car d’un mot : «Aimer, c’est se réjouir», se l’Orient. Il en va tout autrement le couple infernal savoir-pouvoir réjouir de, se réjouir de l’existence de avec la Chine, pays qui fascine les est bien au cœur de l’ambition l’autre, de sa simple présence, de sa li- Européens depuis les récits de hispanique, tout comme l’«ins-Photomontage, dit, en substance : «Quand tu n’es pas berté, de sa vérité. Dès lors, s’il «n’y a Marco Polo. Les objets précieux tinct de prédateur», le désir deautoportrait capable d’aimer, agis comme si tu aimais, pas d’amour (eros) heureux», il n’y a pas venus de Chine sont connus sur les posséder l’autre et contrôler sesavec Justine. sois au moins moral, sois au moins géné- davantage «de bonheur sans amour (phi- rives du Tage bien avant que Tomé richesses. Un trait qui rapprochePékin. reux.» Ces «comme si» s’appellent droit lia)». Mais cette «joie d’aimer» peut être Pires ne visite Pékin. C’est, en les deux rencontres est la propen-PHOTO MEYER. ou politesse, lesquels «imitent la morale», aussi ternie par le poids du Moi, qui particulier, le cas des livres, très sion dans les deux cas à se croireTENDANCE FLOUE en son absence, car «être poli ou honnête, même sans s’en rendre compte, songe appréciés dans une Europe qui va- en terre conquise et à mépriser les au sens juridique du terme, c’est agir d’abord à sa propre thésaurisation. Res- lorise tant l’écrit et qui découvre autorités établies, car même si le comme si on était vertueux», comme si on terait agapé, l’amour de charité, l’imprimerie, invention que cer- voyage de Pires à Pékin se veut ressentait de la gratitude ou du respect. «l’amour selon Jésus Christ» pensé par tains érudits comme Paolo Giovio une ambassade, il n’est pas sans Tout commence donc par la politesse, la Simone Weil, mais dont Comte-Spon- croient venue de Chine. arrière-pensées belliqueuses. plus petite des vertus, qui n’est pas en- ville, athée, n’a pas «expérience». Il Elites. Les Chinois n’ont en re- Création d’un empire maritime core morale (mais qui n’est pas rien : l’appelle laïquement tendresse, délica- vanche aucune idée de ce que sont asiatique, vassalisation et christia- imaginons une société où tout le monde tesse, gentillesse, «amour de douceur», les Portugais. Le «royaume des nisation de la Nouvelle-Espagne, respecterait le droit et la politesse), et un amour qui «renonce à exercer au Fo-lang-ki», nom chinois des les Européens font preuve de tout se termine par l’amour, la plus maximum sa puissance», qui fait tenir, Portugais, se trouve-t-il en Asie, «prétentions hallucinantes» à grande des vertus, trop grande même, eût dit Jankélévitch, «le maximum au sud de Java par exemple, ou l’heure de cette première mondia- parce qu’elle outrepasse la morale, ou, d’amour dans le minimum d’être», et par beaucoup plus loin? Les élites chi- lisation. Si la modernité est bien le dirait Nietzsche, est «par-delà le bien et lequel chaque amant protégerait la fragi- noises se perdent en conjectures. saut dans le monstrueux que dé- le mal». Si chacun, inconditionnelle- lité de son aimé(e), consentirait à exister Pékin n’ignore pourtant rien de la crit Peter Sloterdijk, et la capacité ment, agissait par amour, le vivre-en- moins pour que l’autre puisse exister da- présence portugaise en Asie du d’assumer l’entière responsabilité semble n’aurait besoin d’aucune loi! Ce vantage. Impossible ? Sans doute. Mais Sud-Est. Les Chinois savent ainsi des crimes commis ou à commet- n’est pas le cas, bien sûr. Parce qu’il est à l’impossible chacun est tenu, car sans pertinemment que Malacca, grand tre, estime Serge Gruzinski, Cor- bien difficile – sauf pour le saint – cette «douceur d’aimer», quel bonheur centre de commerce javanais où tès et Pires sont déjà porteurs de d’amaigrir et de dépotentialiser le Moi imaginer ? séjourne depuis longtemps une cette modernité. de sorte qu’il soit capable de freiner sa ROBERT MAGGIORI forte communauté chinoise, a été JEAN-YVES GRENIER
    • VIII • L Littérature LIBÉRATION JEUDI 1ER MARS 2012 Comment ça s’écrit Bowie, plus fort Les liaisons d’honneur Comment David Jones d’Adalbert Stifter devint un extraterrestre Par MATHIEU LINDON à poil rouxL e Cachet est un récit inattendu retrouve habité de valeurs d’un autre dans l’œuvre d’Adalbert Stif- temps mais peut-être éternelles. Le ter. De l’Homme sans postérité récit tourne autour d’une rencontre (disponible en Points-Seuil) mystérieuse avec une femme mysté- à l’Arrière-saison (Gallimard), rieuse, et des mystérieux sentimentsl’écrivain autrichien, né en 1805 et que cela provoque. «Pour Hugo, ce futmort en 1868, ne cesse de s’intéresser une ère nouvelle. Un rideau s’était déchiré,à la noblesse d’âme, celle qui se décou- mais il ne voyait pas encore ce qu’il y avaitvre peu à peu comme celle qui s’épa- derrière. La vie aveugle avait soudainnouit –et, de ce point de vue, le Cachet ouvert ses beaux yeux – mais il ne com-est dans sa ligne. Tous ses textes appa- prenait pas encore ce que disait son re-raissent comme des récits d’initiation, gard.» De plus, ce n’est pas simplementd’éducation, où, spontanément, les l’amour qui soudain transforme l’exis-personnages déterminent la hauteur à tence du jeune homme, c’est un amourlaquelle leur esprit les porte, et elle est énigmatique, rempli d’interdits aussitoujours élevée. Admiré par Nietzsche, incompréhensibles pour le lecteur quel’écrivain opère un renversement de pour lui. La clarté du sentiment s’op-certaines valeurs, en particulier le pose à l’obscurité de ses manifestations.grand et le petit, ainsi qu’il l’explicite «Après des mois d’enquête, après queen préface de Cristal de roche (Jacqueline l’hiver eut jeté sur la ville ses flocons et sonChambon) : «La force qui fait monter et manteau de glace, il renonça à ses efforts.déborder le lait dans le pot d’une pauvre Il demeurait dans sa chambre, tenant safemme est la même que celle qui fait cra- jolie tête lasse entre ses mains.»cher le feu à la montagne et couler la lave Le titre du livre provient de l’héritage NÉJIB. GALLIMARDsur les flancs.» Seul «l’homme non averti de son héros. A la mort de son père luiet inattentif» est plus sensible aux phé- parvient le cachet dont celui-ci s’étaitnomènes les «plus spectaculaires». Or, servi toute sa vie et qui porte une devise latine, «servandus tantum-«Pour Hugo, ce fut une ère modo honos», selon laquellenouvelle. Un rideau s’était déchiré, l’honneur doit être respecté à n’importe quel prix. Et NÉJIB Haddon Hall. Londres était triste comme une David auditionne des guita-mais il ne voyait pas encore c’est curieusement parce que Quand David inventa tisane froide.» C’est ristes pour son disque, il ence qu’il y avait derrière.» ce précepte est suivi que Bowie Gallimard, 100 pp., d’ailleurs une des explica- recale un en disant «je pense le Cachet acquiert un statut couleurs, 19 €. tions proposées ici au goût que tu es trop dans (suit une«il en va dans la nature intérieure, donc différent des autres textes de Stifter. des jeunes Britanniques pour arabesque très nouille dans Fdans celle de l’espèce humaine, comme Pourtant, dans tous, l’honneur est on ans durs-bouillis la pop : il pleut, que faire si- l’image), alors que nous, ondans la nature extérieure». Equité et ne peut plus à l’honneur. Mais la ma- de Bowie, passez non brancher sa guitare ? est plus dans (suit un dessinsimplicité y sont plus remarquables que nière d’Hugo lui est personnelle, ou, votre chemin. Néjib reconnaît volontiers art déco acéré, ou un em-«les puissants mouvements du cœur», plutôt, ne la lui est pas. Le Cachet est Haddon Hall est s’être inspiré du trait délica- bouteillage de très belles an-que «l’esprit enflammé qui aspire à l’ac- sans conteste un des récits les plus éro- une fiction avec tement frisé du grand Saul tennes hertziennes)». Autre-tion» (et d’où viennent «le terrible sur- tiques de Stifter (mais, qu’on ne se mé- tous les risques que cela Steinberg (personnages à la ment dit, le dessin de Néjib,gissement de la colère» et la «soif de ven- prenne pas, par son atmosphère plus comporte, comme de retrou- 4-2 sans le 6, vues d’immeu- c’est la musique de Bowiegeance»). L’interaction entre les jeunes que par des descriptions endiablées). Il ver votre héros approprié par bles psychédéliques, empile- matérialisée par une grâceet les vieux est aussi ce qui permet aux y a, au milieu du livre, la description quelqu’un d’autre, qui ne le ment de formes stylisées) du bout des doigts.personnages de Stifter d’atteindre la d’une avalanche démarrant par la chute voit pas forcément comme pour dessiner ses rassemble- Falaise. Du coup, l’énergieplénitude de chacun de ces âges au d’un seul flocon et qui, pour le coup, vous. Crise de jalousie. Par ments enfumés et ses coupes des premiers albums porte lecœur d’une nature à la fois réconfor- fait boule de neige. «Tel est le commen- exemple, vous mugirez que de cheveux impossibles, le récit, enchaînant des tunnelstante et menaçante. C’est pourquoi cement de l’avalanche, dit-on, et tels sont Syd Barrett n’a jamais coha- tout dans une palette de cou- de riffs narratifs (Haddonaussi ses textes, malgré la violence bien souvent les débuts de toute une desti- bité avec le compositeur de leurs clashy à côté de la- Hall se lit comme une lignequ’ils mettent plus ou moins ouverte- née humaine.» Ce à quoi va se trouver Space Oddity, même si l’idée quelle la pochette de Hunky de coke) à des points d’orguement en scène, sont d’une douceur qui confronté Hugo est l’opposition entre est séduisante du point de Dory paraît sobre. Il allie à ce graphiques dissonants (l’ab-ne paraît comparable à celle d’aucun la validité d’une devise latine et celle de vue des tendances asilaires style caractéristique tous les sence de talent d’Angie, laautre écrivain. ses propres sentiments. Mais l’éduca- de The Man Who Sold the moyens rhétoriques de la folie du frère de David, ou laLa première phrase du Cachet informe tion des personnages de Stifter est habi- World. planche sans cases (mais scène en bord de falaise avecque son héros «était le fils unique d’un tuellement rendue plus facile par la Frisé. Car c’est au moment parfois avec), faisant glisser John Lennon révélant à sontrès vieux soldat». Veuf, cet homme, qui qualité même de ces êtres pour qui il où David Bowie (ex-Jones) la lecture d’un nuage à une ami que depuis qu’il a dîné«avait acquis autant de connaissances s’agit seulement de rester fidèles à ce est en train d’enregistrer son fleur et d’un pétard à un pa- avec Stockhausen et Nabo-scientifiques et politiques qu’il était possi- qu’ils sont. Leur spontanéité leur rend premier album marquant pillon. Autre bonne trou- kov, il pense que le rock estble en ce temps-là», se chargea lui- toujours hommage, ils tombent natu- que Néjib, dont on ne con- vaille venue des sixties : un «sous-art, un divertisse-même de l’éducation de son fils, quoi- rellement du bon côté. L’erreur du père naissait jusqu’alors que le représenter les trajets vus du ment pour ados»). En prime,que les sciences aient beaucoup évolué du héros a été de vouloir enseigner au- travail d’illustrateur, prend dessus, par exemple dans un les dessous d’un secret dedepuis qu’il les avait étudiées et que delà de la mesure un fils qui manquait le mythe en marche, offi- couloir complètement déplié polichinelle musicologique:d’autres auraient été plus compétents plus d’expérience que de savoir hu- ciant au scénario, dialogues, avec portes et murs, comme Life on Mars fut tissé surque lui. Pourtant, «outre cela, sans s’en main, qui avait plus à pratiquer qu’à ap- dessin et couleurs. Haddon si une caméra munie d’un Comme d’habitude (mêmesrendre compte, il donna à son fils un autre prendre. Quand on a le cœur pur Hall, c’est le nom du manoir super grand-angulaire était accords), chanson de Cloclotrésor qu’un étranger n’aurait pas pu lui comme un héros de Stifter, c’est lui où Bowie, sa femme Angie, pendue au plafond, annihi- dont Bowie avait traduit lesdonner: son propre cœur d’homme, sim- qu’il faut servir par-dessus tout. • Tony Visconti et toute une lant les distances pour tout paroles en anglais avant de seple, fort comme le fer, pur comme l’or, bande vont installer leurs rendre immédiat. faire souffler les droits parqu’Hugo aimait au-delà de toute expres- ADALBERT STIFTER Le Cachet quartiers: «C’était à la fin des Et puis le dessin, c’est aussi Paul Anka, lequel l’adaptasion, et qu’il absorba insensiblement». Traduit de l’allemand par Sibylle Muller. glorieuses sixties. Ce jour-là, un langage pour sourds- his way.Le père meurt rapidement et le héros se Circé, 118pp., 10€. comme tant d’autres, le ciel de muets, en BD. Ainsi, lorsque ÉRIC LORET
    • REBONDS20 • LIBÉRATION JEUDI 1ER MARS 2012Faut-il s’inquiéter du recoursà l’avortement chez les jeunes? S’Par NATHALIE alarmant du nombre d’IVG chez les jeu- cences à prescrire aux jeunes femmes certaines mé- dateurs de leur vie d’adulte. De même, si la poursuiteBAJOS nes, et surtout chez les mineures, thodes de contraception comme le stérilet, pourtant d’une grossesse non prévue n’empêche pas certainesSociologue­ Mme Bougrab, secrétaire d’Etat chargée très efficace, plus encore que la pilule. femmes de mener par la suite une existence heureuse,démographe de la Jeunesse, a demandé à M. Nisand, L’inquiétude relative au recours à l’IVG des jeunes ce choix peut en conduire d’autres vers de graves dif-(Inserm) professeur de gynécologie, de proposer pourrait apparaître légitime si cette pratique présen- ficultés, notamment quand cette naissance fragilise,MICHÈLE une série de mesures visant notamment tait des risques graves pour leur santé. Dans notre voire interrompt définitivement leurs parcours sco-FERRAND à endiguer un «phénomène dont les con- pays, ce n’est pas le cas: l’IVG pratiquée dans un con- laires ou professionnels. Ce sont les circonstances quiSociologue séquences sur l’intégrité physique des jeunes filles ou en- texte médicalisé ne présente presque plus aucun ris- ont conduit à la survenue d’une grossesse non prévue,(CNRS) core sur le plan psychologique peuvent être drama- que pour la santé, et ils sont moindres que ceux liés le regard social sur l’IVG et les conditions d’accueilLAURENCE tiques». Dans ce rapport (1) remis il y a peu, des à un accouchement. Pourtant, c’est ce registre que le des femmes qui déterminent le sens que cet acte prendMEYER Médecin mesures sont proposées pour diminuer les grossesses rapport entonne: dès l’introduction, le lecteur est in- dans leur vie et non l’acte lui-même.épidémiologiste, non prévues et prévenir les IVG chez les jeunes. Notre formé que «l’avortement peut entraîner des séquelles Avancer des arguments de santé publique erronés(université Paris­ propos n’est pas de discuter ces mesures, nombre psychiques» et que, d’après une étude récente, «les pour s’alarmer du recours à l’IVG chez les jeunes fem-Sud) CAROLINE d’entre elles peuvent favoriser l’utilisation de métho- femmes ayant avorté auraient un risque de suicide multi- mes participe d’une médicalisation et d’une psycho-MOREAU des efficaces de contraception et diminuer ainsi les plié par quatre et un risque accru de troubles dépressifs logisation du champ de la sexualité qui conduit à ren-Médecin grossesses non prévues. Mais de revenir sur les propos et anxieux». La méthodologie de cette étude a été cri- forcer le contrôle social sur la sexualité des femmes.épidémiologiste, tenus sur l’avortement parce qu’ils s’inscrivent dans tiquée par de nombreux chercheurs. Ses conclusions Imposer, par un tel discours normalisateur –et faux!(Inserm) un discours moralisateur qui contribue in fine à con- sont contredites par une analyse exhaustive de l’en- aux jeunes femmes qui choisissent d’interrompre leurJOSIANE trôler la sexualité des femmes tout autant qu’ils tra- semble des études sur ce sujet auprès de femmes de grossesse plutôt que de la mener à terme, une visionWARSZAWSKI duisent une panique morale des adultes face au senti- tous âges, présentée dans le rapport de l’Academy of d’un avenir marqué par des séquelles graves n’est pasMédecin ment de ne pas pouvoir maîtriser la sexualité des Medical Royal Colleges (2). Ce rapport conclut que les admissible. L’IVG concerne plus d’une femme sur troisépidémiologiste, jeunes, devenus de plus en plus autonomes. femmes qui mettent un terme à une grossesse non en France. La question de savoir si ce nombre est trop(université Paris­ Le recours à l’avortement chez les jeunes y est pré- prévue en ayant recours à l’avortement ne présentent élevé ou non relève du registre de la morale et non deSud) senté comme en hausse depuis le début des années 90, pas, par la suite, plus de troubles psychiques que celles la santé publique. notamment chez les mineures où le nombre d’avorte- qui poursuivent leur grossesse. (1) Israël Nisand, Brigitte Letombe et Sophie Marinopoulos: ments passe de 8700 en 1990 à 11700 en 2009. Outre Si certaines femmes peuvent être profondément per- «Et si on parlait de sexe à nos ados?» (Odile Jacob, 2012). qu’une lecture plus appropriée en termes de taux turbées après avoir recouru à l’IVG, d’autres peuvent (2) Academy of Medical Royal Colleges. Induced Abortion (tenant compte de l’évolution de la taille de la popula- vivre un avortement comme un des événements fon- And Mental Health, December 2011. tion concernée) conduit à nuancer sensiblement ce constat (les taux d’IVG ont fluctué pour mille mineu- res de 8 en 1990 à 11 en 2006 puis à 10 en 2009 –der- LŒIL DE WILLEM nière année documentée), c’est l’interprétation qui en est faite qui est problématique. Les travaux de l’Ined montrent que l’augmentation des taux d’IVG des mineures entre 1990 et 2005 est liée au fait que les jeunes filles ne sont pas plus souvent enceintes mais avortent davan-Imposer par un tel discours, aux tage, en 2005jeunes femmes qui choisissent qu’en 1990, en cas de grossesse nond’interrompre leur grossesse, une prévue. Tandis quevision d’un avenir marqué par des l’âge au premierséquelles graves n’est pas admissible. rapport sexuel n’a pratiquement pas changé depuis trente ans, l’âge à la maternité aug- mente au fil du temps. Les jeunes femmes ont «socio- logiquement» plus souvent recours à l’avortement en cas de grossesse non prévue aujourd’hui qu’hier. Les taux d’avortement ne sont donc pas un bon indica- teur de l’efficacité d’une politique contraceptive. Les enquêtes scientifiques montrent, contrairement aux résultats du sondage cité dans le rapport, que les jeu- nes utilisent de plus en plus la contraception: la pro- portion de premier rapport non protégé a diminué, passant de 80% au début des années 60 à moins de 10% aujourd’hui. Cependant les jeunes sans aucun di- plôme restent à l’écart de ce mouvement massif de dif- fusion de la contraception. Les difficultés contracepti- ves des jeunes traduisent aussi, au-delà d’un manque d’information, l’illégitimité sociale d’une sexualité ju- gée trop précoce. Plus de deux tiers des avortements surviennent suite à un échec de contraception, ce qui questionne l’adéquation des méthodes utilisées à la vie sociale et sexuelle des femmes et des jeunes en par- ticulier. Ce constat révèle également le trop faible re- cours à la contraception d’urgence en cas d’échec du préservatif, méthode largement utilisée en début de vie sexuelle pour prévenir les infections sexuellement transmissibles. La formation des professionnels de santé doit aussi être interrogée, notamment leurs réti-
    • LIBÉRATION JEUDI 1ER MARS 2012 REBONDS • 21Taxe «Robin des Bois», Vers un journalismeceux qui en parlent de fond de culotteet ceux qui la font Par LUC LE VAILLANT Journaliste à «Libération» tant du peuple d’être un parangon de vertu, un gentil ahuri aux blanchesPar HENRI DE RAINCOURT de la lutte contre la pauvreté et de la protec- mains, un monstre d’exemplarité. Un AMinistre chargé de la Coopération tion de l’environnement. Bill Gates, dans llons bon! Paraît que désormais, «Parfait», non plus cathare mais catho- un rapport commandé à l’initiative de la les enquêteurs de presse seront dique… Ses addictions ne regardent queI l y a quelques jours, un collectif d’ONG France – on l’a trop peu souligné –, a con- tenus de se métamorphoser en lui tant qu’elles ne tombent pas sous le s’inquiétait dans ces colonnes de l’affec- firmé qu’une telle contribution était écono- inquisiteurs. Et de passer à la coup de la loi. Moment où il revient au tation de la future taxe «Robin des Bois», miquement rationnelle. Sans compter question la sexualité, la santé et autres journaliste de se saisir de la question. ou taxe sur les transactions financières, et qu’elle est juste sur un plan éthique. Résul- domaines réservés des (im)puissants qui Car, arrêtons de nous mentir. Un journa-a invité François Hollande à se prononcer tat: elle a suscité l’intérêt de nos partenaires imaginent encore nous gouverner quand liste n’est ni un flic ni un juge. Et c’estsur ce sujet important. Qu’il me soit ici per- du G20, dont une moitié a indiqué vouloir ils ne sont plus que chair à voyeurisme tant mieux! Il n’a pas les moyens de po-mis d’apporter ma contribution à ce débat. aller de l’avant en la matière. pour des Rouletabille qui confondent lice nécessaires à l’établissement de laPremièrement, les financements dits Aujourd’hui, ce sont 9 pays en Europe, l’accessoire et l’essentiel, les domaines vérité. En particulier, en ces matières«innovants» ont toujours été adoptés par 13 pays en Afrique, et au total 24 pays dans personnels et l’action publique. sexuelles, où c’est souvent parole contredes gouvernements de droite. La France se le monde, qui se sont ralliés à l’idée de cette Les appels à la transparence intégrale, parole.bat depuis 2006 pour que ces nouveaux nouvelle forme de solidarité internationale. lancés par mon cher confrère et néan- 3) Parce que les Torquemada de pressetypes de ressources soient mis en œuvre Notre ambition à terme est de créer une moins ennemi en la matière, Jean Qua- ont intérêt à avoir les cuisses propres.pour le développement, au nom de la soli- taxe mondiale. Nous avons fait un travail de tremer, et validés à mon grand déplaisir A exiger des politiques qu’ils lavent plusdarité internationale. C’est Jacques Chirac plaidoyer de fond et gagné l’aval de nom- par la montée en une de Libération, le blanc, les journalistes s’exposent à êtrequi a créé le premier outil du genre, en ins- breux partenaires. C’est en très large partie 28 février 2012, m’horripilent abso- soumis à la même règle de mise à nu.taurant une taxe sur les billets d’avion. à l’engagement sans faille du Président, de lument. Et je vais vous dire pourquoi. Ce qui ne serait que justice, l’impunité son gouvernement et de la so- 1) Parce que c’est le triomphe du purita- irresponsable et inconsciente ayant sesCe sont les faits: les différents types ciété civile de notre pays que nisme. Ce besoin de surexposer l’intime, limites.de financements innovants, largement nous le devons. de tout dire et qu’importe la vie abîmée Il va leur falloir commencer leurs papiers Troisièmement, je confirme ici de la cible désignée, est une passion en reconnaissant qu’ils ont flirté avecconsacrés au développement, ont tous qu’une partie des recettes pro- composite. Il entre dans cette pulsion la l’attaché(e) parlementaire ou qu’ils neété conçus et mis en place par venant des financements in- certitude psychologisante que le roi élu supportent pas l’after-shave de la femmela majorité. novants ira bien aux pays les cache toujours un secret fondateur, le à barbe qui fait office de commissaire plus démunis pour couvrir de culte de l’aveu extorqué fa-Avec 4 autres pays, il a lancé Unitaid afin de nouveaux besoins. En 2012, l’objectif est de çon arracheurs d’ongles, et Un politique peut même défendrefinancer la lutte contre les grandes pandé- créer cette taxe et de rallier un nombre le besoin fouettard d’écor-mies, le sida en particulier. Cette taxe est grandissant de pays. cher ceux qui vous sont les une philosophie théorique quidésormais appliquée par de nombreux A compter du 1er janvier 2013, chaque an- plus proches. contrevienne à une pratiquepays. La Facilité internationale pour le fi- née, une partie croissante des recettes de La démocratie s’est battue individuelle. Car, cette dernière nenancement de la vaccination (Iffim), qui cette taxe sur les transactions financières contre ces tentations récur- regarde que lui.vise à faciliter l’accès à la vaccination des devra être affectée au développement des rentes de contrôle généralisé.pays en développement, a été instaurée par pays les plus pauvres et à la protection des Il semble que Orwell soit en passe de ga- européen(ne). Et la brigade des mœursNicolas Sarkozy, alors ministre des Finan- biens publics mondiaux, en particulier à la gner. Et que l’accélération numérique traquera la moindre de leurs incartades…ces, et son homologue britannique, Gordon lutte contre le changement climatique. serve de prétexte à un déballage piteux Ils pourraient même devoir annoncer laBrown. Grâce aux fonds collectés, 260 mil- Je suis convaincu que la France doit conti- que la presse française avait su longtemps couleur : «ami», «ennemi» ou «rien àlions d’enfants ont été vaccinés. Enfin, nuer à faire preuve de générosité. Elle a tenu s’éviter. foutre» du personnage approché. Eten 2011, le président Sarkozy a milité pour son rang tout au long des dernières années. L’affaire DSK ayant sapé la confiance mieux, ont-ils voté «oui» ou «non» auobtenir un accord sur la création d’une taxe Elle consacre près de 10 milliards d’euros française en son exceptio, la logique pro- référendum de 2005 ? Et cette fois-ci,sur les transactions financières. Il a fait par an, soit 0,5% de sa richesse nationale, testante anglo-saxonne et le féminisme Hollande ou Mélenchon ?bouger les lignes, en Europe comme auprès à l’aide au développement. Ce qui fait d’elle puritain requièrent désormais que le jour- Après tout, côté idées, pourquoi pas? Lede nos partenaires du G20 au sommet de l’un des quatre principaux bailleurs au nalisme scrute à la loupe les draps de lit. politique fait bien part de ses options. LeCannes, en novembre. Ce sont les faits: les monde. Ce qui lui évitera de s’intéresser à des su- journaliste, lui, se targue de planer au-différents types de financements innovants Cet élan fait écho à l’attente d’une majorité jets annexes comme, au hasard, la mise dessus de la mêlée quand il n’a rien d’unont tous été conçus et mis en place par la de nos concitoyens qui estiment que cette sous tutelle des gouvernements euro- pur esprit. Il écrit avec ses réticences, sesmajorité. Une large partie d’entre eux est politique est juste et utile. Elle se traduit par péens par les anciens banquiers de chez affects et ses blocages. Et cela vaut aussiconsacrée au développement, à la santé en des choix budgétaires courageux qui re- Goldman Sachs. pour les hypocrites donneurs de leçonsparticulier. cueillent un large assentiment. J’en veux 2) Parce que le monde des «Parfaits» est anglo-saxons… Dans ce petit métier éco-Deuxièmement, Nicolas Sarkozy a pris pour seule preuve que les crédits de notre invivable. Un dirigeant a des comptes à nomiquement faible, l’objectivité est unl’initiative de mettre en place en France, aide au développement, que j’ai présentés rendre sur ses actes de gouvernant, ou fantasme, l’indépendance, une conquêtedès cette année, une taxe sur les transac- aux parlementaires fin 2011, ont été votés sur un enrichissement indu. Par contre, de tous les jours, l’honnêteté, un espoirtions financières – qui n’a plus rien à voir de façon quasiment unanime par l’Assem- j’estime qu’il peut hanter les back-rooms toujours en chantier.avec l’impôt de Bourse. Elle vient d’être blée nationale et le Sénat. des saunas, partouzer à sa guise, ou se Evitons juste de charger la barque d’unesoumise au vote des députés mardi. Car Aujourd’hui, les ONG nous interpellent sur faire pipi dessus sans que la population en activité houleuse, en nous lançant dansnous devons montrer l’exemple. Et nous es- l’ampleur des défis à relever. Elles souli- soit avertie. un journalisme de fond de culotte quandpérons que, comme pour Unitaid et l’Iffim, gnent l’urgence qui s’attache à leur trouver Il a le droit d’élever une fille naturelle, de chacun a droit au respect de sa vied’autres pays nous emboîteront le pas. une solution. Elles ont raison! Nous ne pou- taire un cancer ou de faire face au suicide privée. Politiques, compris… LibertéParallèlement, nous poursuivons nos efforts vons pas rester inactifs ou nous contenter de sa femme sans qu’on lui demande de d’opinion, mille fois oui. Devoir de déla-pour qu’une taxe similaire soit instituée au de promesses. venir s’expliquer devant le peuple punis- tion, non.niveau européen, basée sur une assiette C’est pourquoi le président de la République seur assemblé.plus large. Comme l’a montré la Commis- et son gouvernement se sont mobilisés sans Il peut même fumer des pétards et êtresion européenne, sa mise en place au niveau relâche sur la taxe sur les transactions fi-européen permettrait de récolter des mon- nancières. Le projet avance malgré des réti-tants très significatifs. cences et les dénis de réalité de certains po- contre la légalisation du cannabis, ou dé- filer contre le pacs tout en étant gay. Il peut défendre une philosophie théorique • SUR LIBÉRATION.FRAu G20 de Cannes, la présidence française litiques. qui contrevienne à une pratique indi- Retrouvez le blog dea associé les pays émergents au débat et fait Il s’agit d’un combat de longue haleine. viduelle. Car, cette dernière ne regarde Luc Le Vaillant, «Le jour où…»avancer l’idée que le monde de la finance Pour le gagner, la mobilisation de tous, et que lui. La politique devient fiction.devait lui aussi participer au financement en particulier des ONG, est indispensable. Il est délirant de demander au représen-
    • VOUS22 • LIBÉRATION JEUDI 1ER MARS 2012TU MITONNES Passage en cuisine et réveil des papilles. Aujourd’hui, des pelmeni.Les bouchées russesPar JACKY DURAND tandis qu’elle s’était endormie. Après,Photo EMMANUEL PIERROT ils ne se sont plus quittés et ont fait trois filles belles comme le jour.»Y’ a des matins comme ça, Pierre allume une cigarette : «Tu où l’humeur du temps vas faire quoi comme recette avec hésite entre l’hiver et le ça?» Nous, on hésite: dans ce livre, printemps, entre la il y a une tripotée de recettes derésignation et la légèreté. On s’est zakouski, de borchtch, de poisson-fait couler un épais jus de caserne nailles sans compter les tartelettesavec le café de secours acheté fort au fromage blanc ou le gâteau Gé-tard chez Djamel l’épicier. Et l’on nia. On a envie de dire à Pierre ques’en va renifler notre bol sombre et son livre est une fugue qui nousfumant à la fenêtre de la cuisine. donne encore une fois envie de dé-Là-haut, au dernier étage, il y a un barquer au fin fond de la Russiebrin de soleil qui caresse une fenê- dans une de ces petites gares donttre où l’on voit passer une ombre parlent justement la Petite Gare, demâle. La grande Béa n’a pas dormi Iouri Kazakov et le Train zéro, detoute seule. Tout à l’heure, quand Iouri Bouïda (Gallimard). On s’y fe-son visiteur aura mis les bouts, elle rait de nouveaux amis autour d’unemettra à tue-tête un disque de Ca- bouteille de vodka, de gros corni-mille. Nous, on aura repris un fond chons et de pain de seigle. Et puisde café en faisant l’inventaire de la on irait manger des pelmeni danscambuse. C’est pas les frigos de la une de ses petites cuisines où il esthaute et, à vrai dire, on n’a pas indispensable de refaire le monde.l’inspiration d’un commis de Bo-cuse pour se mettre aux fourneaux. FARCE. Voici la recette des pelmeniFaut dire que la fin de l’hiver est in- tirée de Saveurs de Russie. Sur votregrate avec les gâte-sauce. On com- plan de travail, versez 500 g de fa-mence à tourner en rond entre les rine; écrasez 2 œufs en plein milieufeuilles de chou, le radis noir, les avec une bonne pincée de sel. In-patates et les carottes qui ont des corporez, peu à peu, un demi-verretroubles de l’érection. On est en- de lait, la pâte devant rester trèscore loin des jeunes pousses et des ferme. Pétrissez soigneusementrobes à fleurs. A moins de faire le avant de la mettre au réfrigérateurplein de kérosène et d’engrais pour pendant trente minutes. Le froid vas’autoriser des haricots verts l’assouplir, elle s’étalera plus faci-d’Afrique, des tomates perfusées en lement. Attention à la façon dontEspagne et des mangues du Pérou. vous l’étalerez : la saveur de vos pelmeni en dépend ! Plus elle seraDÉCOCTION. On s’en va donc au mince ( à peu près 1 mm), plus ilsmarché, un brin maussade en loca- seront réussis. Préparez votre farce:vore en fin d’hibernation, l’impor- prenez la viande de votre choix outant n’étant pas la cueillette du jour associez des viandes différentes :mais le muscadet et les huîtres que 300 g de bœuf et 200 g de porc, parl’on va s’envoyer au comptoir de exemple. Hachez la viande cruechez Nénèce, le loufiat des halles, avec un oignon. Salez, poivrez, mé-en dissertant sur le sommaire du langez. Traditionnellement, les pel-dernier Voici. meni sont en forme de demi-lune.Comme on n’est pas aux pièces, on A l’aide d’un verre, découpez ladécide de faire souffler les chevaux pâte étalée, placez la farce au mi-chez l’ami Pierre qui cède des livres lieu et recollez bien les bords. Faitescomme des bouteilles à la mer, bouillir, dans une casserole à moitiémoyennant un brin de causette et pleine, de l’eau salée et poivrée,de monnaie. C’est sûr, ce bouqui- Rigoni Stern, de Gorki, de Chala- souvenir de notre escapade mosco- nourrit de cette potion et de pain 4 feuilles de laurier et une carotteniste-là ne fera jamais fortune dans mov ; on est resté sans voix après vite, Marie.» Pierre a le chic pour noir. L’après-midi, parfois, il ajoute coupée en quatre. Jetez les futursson bout de couloir coincé entre avoir lu la Couleur de la guerre, nous fourguer des livres qui témoi- un peu de cognac dans son thé pelmeni à l’eau et laissez bouillirune supérette et un marchand de d’Arkadi Babtchenko (Gallimard). gnent de leurs anciennes vies. On chaud qui embaume son antre. «Tu jusqu’à ce qu’ils remontent à lajournaux. L’endroit tient davantage «Tiens, c’est pour toi qui aimes cuisi- se souvient d’un recueil de recettes regardes la recette des pelmeni [des surface. Servez chaud avec dude la caverne que du fonds de com- pour autocuiseur dans raviolis, ndlr], hein ? Ma tante en beurre, de la crème fraîche ou dumerce. Pierre met un point d’hon- «Tu regardes la recette des lequel on avait décou- faisait de fameux.» vinaigre. Crus, vous pouvez conge-neur à cultiver une existencemoyenâgeuse. Pour tout chauffage, pelmeni [des raviolis, ndlr], hein? vert une carte postale adressée à «Marthe et On boit le thé brûlant à petites gor- gées tandis que Pierre égraine son ler une partie de vos pelmeni en les farinant légèrement. Cuits, vousil dispose d’un réchaud à gaz sur le- Ma tante en faisait de fameux.» René Bazin». Il y était histoire : «On l’appelait Sveta. Elle pouvez les garder au chaud dans unquel il fait constamment mijoter écrit: «Votre fils est un devait avoir 15, 16 ans quand elle a panier vapeur. •une décoction de thé noire comme ner, je te l’offre », il a dit l’autre ma- garçon insupportable, mais je l’aime. été déportée de Russie vers un campde la suie et âcre comme la pru- tin en glissant un poche aux pages Remerciez-moi de vous en avoir dé- de travail en Allemagne. C’est là-basnelle. Ne lui demandez pas non plus jaunies intitulé Saveurs de Russie barrassés. Isabelle.» que mon oncle, qui était prisonnier, RENDEZ­VOUSde ticket de caisse, Pierre méprise (Le Livre de poche). L’ouvrage «Ça te plaît?» qu’il nous demande, l’a rencontrée en pleine débâcle nazie.tout moyen de calcul mécanisé. Il porte encore une étiquette en Pierre, alors qu’on est en train de Elle crevait de froid. Si mon oncle ne Dès la semaine prochainedit que l’essentiel est dans les francs (28,50F. Hypermarché Con- feuilleter Saveurs de Russie. Il frotte lui avait pas refilé sa couverture, elle retrouvez Tu mitonneslivres. Avec lui, on s’est bâfré de Si- tinent). Sur la page 3, une dédicace sa barbe cendrée en nous servant serait morte gelée. Il a tourné toute le vendredi.menon, de Calaferte, de Gary, de au stylo-bille bleu : «A Odile, en une chope de thé noir. Pierre se une nuit autour d’un feu de planches
    • LIBÉRATION JEUDI 1ER MARS 2012 ANNONCES • 23 EMPLOI REPERTOIREmouamrane@amaurymedias.fr Contact: Tél: 01 40 10 52 11 repertoire-libe@amaurymedias.fr Contact: Tél: 01 40 10 51 66 PreSSe Mode et Bien-être a Votre SerViCe aVS - LeS inteLLoS ANTIQUITÉS/BROCANTES Vous déménage depuis 20 ans au juste prix Écriture Photo-vidéo J’ACHÈTE COMPTANT 2 ROUES PariS et La ProVinCe Web Image et édition AU MEILLEUR PRIX Garde-MeUBLeS Techniques de créativité DEVIS GRATUIT OR tél. 01.42.23.23.24 mail : Caillou Horloger - Bijoutier Joallier Fabricant A.V: Scooter médical électr., pr pers à mob. réduites avsparis@wanadoo.fr CesT ouverT Se perfectionner *OR fin base cours du 03/01/2011 Prévoir une pièce d’identité Donnez du sens à vos formations 4 roues, achetée 4.500 € Achète Tableaux haute-gamme, état neufRéunion dinformation organisme de formation continue, l’eMI Grand ouest propose à Nantes des formations aux métiers de Je me déplace à domicile cause décès, Vendu 1.750 € Carnet de déCoration anciens Tél : 06.99.63.09.75 XIXe et ModerneLundi 5 mars à 18 h l’information, de la communication et du multimédia. son public-cible : avant 1960 34€ Conception graphique les professionnels en activité ou en Tous sujets, école de Barbizon, jusqu’à pour le web -11 juin au 6 juillet 2012 *du CAPITAUX DECORATION recherche d’emploi. gramme orientaliste, vue de venise, Xpress Inauguration jeudi 1er mars.... marine, chasse, peintures de 5 au 9 mars 2012 Du lundi au samedi de 10h à 19h Particuler avec garanties genre, peintres français & Illustrator www.emi-grandouest.com ✆ 01 43 56 32 98 ch. Prêt de 15 000 € étrangers (russe, grec, 12 au 16 mars 2012 Immeuble Acropole - 2, allée Baco 44000 Nantes Remboursable sur 5 ans. américains...), ancien atelier 10, avenue de Clichy 75018 Paris Photoshop Tél. : 02 40 48 62 51 M° Place Clichy coger@orange.fr de peintre décédé, bronzes... 2, 3, 4, 10 et 11 avril 2012 Mail : info@emi-grandouest.com 50, rue Jean Jaurès 94800 Villejuif Tél. : 06.07.98.46.60 Estimation gratuite 7, rue des Petites Écuries Paris 10e 01 53 24 68 68 - www.emi-cfd.com M° Paul Vaillant Couturier 112, rue d’Avron 75020 Paris RENOVATION EXPERT MEMBRE DE LA CECOA eCritUre M° Maraîchers - OUVERT LE DIMANCHE DÉMÉNAGEURS DAPPARTEMENTS V.MARILLIER@WANADOO.FR MAÎTRISE DOEUVRE 06 07 03 23 16 ACHAT OR "déMénaGeMent ACHÈTE LES BIJOUX UrGent" Création de Sdb., cuisines, PLUS CHER QUE LE POIDS DOR www.emeraude-de-paris.fr MiCHeL tranSPort maçonnerie, électricité, Apprendre un métier devis gratuit. plomberie, peinture, parquet. EXPERT depuis 1954 La reproduction Découvrez nos formations qualifiantes en Bijoux et Monnaies Prix très intéressant. Garantie décénale. Or et Argent tél. : 01.47.99.00.20 Siret : 530 298 827 000 11 de nos petites annonces écrire micheltransport@ est interditeRéunion dinformation Journées et stages de 57 ANNEES D’EXPÉRIENCE wanadoo.fr Tél.: 01.45.42.07.28Lundi 5 mars à 18 h découverte, ateliers L’EMERAUDE Graphiste bimédia réguliers par e-mail, stages BIJOUX SIGNÉS : BOUCHERON, thématiques, séjours CARTIER, CHAUMET, CHOPARD, MAUBOUSSIN, etc. ABONNEZ-VOUS Secrétaire dédition - Éditeur décriture, BIJOUX - DÉBRIS OR - LINGOTS - PIECES OR Secrétaire de rédaction multimédia aboutir et ARGENT DIAMANTS Journaliste multimédia Stages pour participants MONTRES : CARTIER, ROLEX, BREITLING, etc. Photojournaliste avancés, lectures Paris 2e 25, RUE LOUIS LE GRAND Éditeur de contenus numériques diagnostics, accompagnement M°Opéra DU LUNDI AU SAMEDI DE 10H A 19H à l’offre INTÉGRALE Iconographe bimédia personnalisés. 01 47 42 40 82Préparez votre rentrée 2012 - 2013 Lécriture de création : Paris 17e www.aleph-ecriture.fr 2, BD BESSIERES Chaque jour 7, rue des Petites Écuries Paris 10e 01 53 24 68 68 - www.emi-cfd.com 01 46 34 24 27 - M° PORTE de Saint-Ouen l e quotidien, livré chez vous 01 46 27 56 39 avant 7h30 par porteur spécial* du lundi au samedi RETROUVEZ NOS DOSSIERS Paris 18e RÉDACTIONNELS 47, R. DAMREMONT 24h/24 et 7j/7 Les appli Chaque mois SUR - M° Lamarck Caulaincourt http://liberation.regionsjob.com 01 42 52 25 45 tous les services iPhone & iPad Next, le mensuel et contenus (compatibles Androïd) Cinéma, musique, numériques en Libé en format mode, arts, IMMOBILIER accès libre numérique + de design & archi… nombreux contenus  enrichis (vidéo, galerie photo, infoimmo-libe@amaurymedias.fr Contact: Tél: 01 40 10 51 66 en temps réel) SANS MENT ENGAGE E É ViLLéGiatUre CAMPAGNE Vente DE DURLOCATION MAISON Dans le GERS, Ferme avec jardin, cadre agréable 4 pers.max 400 €/semaine Tel : 04.67.73.29.08. LOFTS/ATELIERS 19,90€ par mois* au lieu de 39,70€ "Bas Montreuil limite Vincennes" Abonnez-vous À découper et renvoyer sous enveloppe affranchie à Libération, service abonnement, 11 rue Béranger, 75003 Paris LoCation "Loft plain pied" Oui, je m’abonne à l’offre intégrale Libération. Mon abonnement intégral comprend la livraison de Libération chaque éco construction ossature jour par portage** + tous les suppléments + l’accès permanent aux services numériques payants de Libération.fr + le journal complet sur Iphone et Ipad (formule « web première » incluse). RECHERCHE bois 2005. Métro lignes 1 /9 / RER A Nom Prénom Ex-collaboratrice LIBÉ 410m2 en duplex Adresse (21) Ivry en Montagne (en retraite) devant libérer (poss.agrandir. Locaux Code postal Ville A louer Relais de Poste appart. actuel pour fin juin activité (poss. mixte/ Téléphone E-mail @ du XVIIIè sur 350m2 2012, habitation) RDC, béton ciré, Signature obligatoire : avec 5 chbres Possib. Couch. 280 m2, 2 WC douche et coin CHerCHe UrGent cuis. Étage, 230 m2, 13 personnes, Tout confort. Piscine chauffée couverte location longue durée parquet chêne. Carte bancaire N° Gge 4 voitures. 2 pces, sdb, non meublé. Le tout en parfait état. Expire le Cryptogramme Date Gîtes de France Loyer maxi 750 € C.C. Jardin 50 m2, privatisable. mois année les 3 derniers chiffres au dos de votre carte bancaire AP1001 03.80.45.97.15 Personne seule, tranquille, 2 pl. parking ds cour fermée ou sur : stable et solvable. Petite co propriété (4). Vous pouvez aussi vous abonner très simplement sur : http://abo.liberation.fr http://abo.liberation.fr réservation@ Etudie ttes propositions Px : 2 120 000 € gites-de-france- sérieuses Paris ou très proche 06.07.40.19.95 ou bourgogne.com banlieue. 06 49 00 49 33 06.09.50.14.86
    • CULTURE24 • LIBÉRATION JEUDI 1ER MARS 2012ÉCHO A la Citéde la musique,le pianiste JasonMoran recréeen versionmultimédia, àpartir d’archivessonores etvisuelles uniques,un célèbreconcertdu jazzman.Thelonious Monk, enregistrements des répétitions de Monk, où l’on entend celui-ci discuter longuement avec l’arrangeur Hall Overton et ses musiciens. Il faudra trois semaines de mise au point pour donner aux joyaux noirs de Thelonious, un écrin sur mesure. Ce making-of s’avé-ultime rappel rant presque plus passionnant que le concert lui-même, car le compositeur de Round Midnight, d’un naturel peu di- sert, était cette fois bien obligé d’expli- quer les rouages de ses compositions, sans quoi il allait être difficile d’écrire des partitions pour ses accompagna- teurs. Par ÉDOUARD LAUNET Town Hall de New York où, pour la pre- Festival confia cette recréation à Jason Ces enregistrements ont été découverts mière fois de sa carrière, il s’entoura Moran, jeune pianiste qui, comme The- de manière fortuite, dans les archives du T helonious Monk (1917-1982), le d’un big band ? lonious Monk, connaît ses classiques célèbre photojournaliste W. Eugene retour. En 2007, on célébrait tout en aimant l’expérimentation, no- Smith. Entre 1957 et 1965, Smith a tra- aux Etats-Unis les 90 ans du ÉCRIN. Cet événement, au succès re- tamment en croisant le jazz avec les arts vaillé dans un loft de la 6e avenue où ve- pianiste, figure parmi les plus tentissant, fit connaître, bien au-delà plastiques. Mais Moran s’aperçut qu’il naient répéter, faire des jams ou enre- originales du jazz, lorsque soudain du cercle des amateurs de bop, un pia- y avait bien mieux à faire que de faire gistrer, des musiciens de jazz. Il a ainsi quelqu’un eut une idée : pourquoi ne niste et compositeur dont la musique entendre un simple écho de la soirée amassé 40 000 images et trois pas recréer sur scène le célèbre concert passait à l’époque pour «difficile» (lire new-yorkaise. Il avait appris en effet mille heures d’enregistrement. Cette que Monk donna en février 1959 au page suivante). Le San Francisco Jazz que l’université de Duke possédait des incroyable documentation est exploitée
    • LIBÉRATION JEUDI 1ER MARS 2012 CULTURE • 25 Habitué au solo, l’icône du be-bop fit sensation lors de ce show new-yorkais avec neuf autres musiciens. 28 février 1959: le choc du big band CD THE THELONIOUS durant laquelle Monk joua en Monk fit plusieurs autres ex- MONK ORCHESTRA quartet (morceaux disponi- périences avec de grandes AT TOWN HALL (Riverside). bles sur la nouvelle édition formations, notamment lors du CD dans la «Keepnews d’une tournée en Europe e 28 février 1959, à New Collection» de Riverside), en 1967. Elle fut filmée par L York, eut lieu le mariage de la carpe et du lapin : Thelonious Monk puis une seconde en grande formation. Le critique Martin Williams annonçait chaque les frères Blackwood, et des extraits seront utilisés par la réalisatrice Charlotte Zwerin donna un concert accompa- morceau, avec quelques dans son docu Straight No gné d’un big band. C’était Chaser. On y une première. Les thèmes de Monk, parfois voit la grande Ce soir-là au Town Hall, une des principales salles de New obsessionnels parfois lyriques, difficulté fré- Monk, qui de York à l’époque, le plus ico- se trouvent comme magnifiés. quente alors noclaste des pianistes enroba pas mal les sa musique épileptique dans commentaires didactiques. services de psychiatrie, à la crème d’un nonet (sept Pour un large public, en ef- communiquer avec ses musi- cuivres, basse et batterie), fet, la musique de Monk res- ciens. avec des arrangements de tait un peu déroutante à Noyé. Le désastre aura lieu Hall Overton. Le public, l’époque, même si le pianiste l’année suivante, avec l’al- nombreux, fut enthousiaste, et compositeur commençait bum Monk’s Blues, chez CBS, mais la critique se montra vraiment à percer. Cinq ans où le pianiste est noyé dans plus réservée. Qu’est-ce que plus tard exactement, un ensemble de 16 musiciens la figure la plus énigmatique le 28 février 1964, Monk aura peu inspirés, et des arrange- du be-bop était allée faire droit à la couverture du ma- ments d’Oliver Nelson qui le dans cette galère? A quoi ri- gazine Time, honneur rare sont moins encore. A fuir ab- mait cette entreprise de sur- pour un musicien de jazz. solument. lignage d’une musique É.La. déroutante, jamais aussi effi- cace qu’en solo ? Solos. Le concert, organisé 06 – 11 mars 2012 par les frères Jules et Harry Colomby, ne méritait pour- tant ni cet excès d’honneur ni cette indignité. Un demi- siècle plus tard, l’écoute du CD The Thelonious Monk Or- Thelonious Monk chestra at Town Hall reste une en répétition expérience singulière. Les à New York, thèmes de Monk, parfois ob- en 1959. PHOTO sessionnels parfois lyriques, W. EUGENE SMITH. se trouvent comme magni- MAGNUM fiés. Musicien classique pas- A gauche, Jason sionné de jazz, l’arrangeur Moran. PHOTO DR Hall Overton n’a guère pris Bob Dylan de risques en faisant jouer aux cuivres les propres solos Photo : © Daniel Kramer de Monk. C’est un peu dom- Conception graphique : Neil Gurry & Marianne Beck Photo : Daniel Kramer, Bob Dylan Sound Check Forest Hills Stadium NYC, 1965 Licences  E.S. 1-1041550, 2-1041546, 3-1041547.à l’université de Duke, Caroline duNord, dans le cadre du Jazz Loft Project. temps réel. Jason Moran, casque sur les oreilles, en compagnie de sept musi- mage, d’abord parce qu’ainsi jouées à l’unisson, les fulgu- RevisitedOr il se trouve que Hall Overton était un ciens, «joue avec, contre, par-dessus et rances du pianiste perdent de Mardi 6 mars, 20hfamilier du loft et qu’il y travaillait. Sibien que, dans ces précieuses archives, par-dessous, la musique de Monk», ré- sume Vincent Bessières, de la Cité de la leur spontanéité, ensuite parce qu’il aurait été intéres- Syd matters A History of Bob Dylan avecon a fini par découvrir films, photos et musique. Projet trop complexe? Appa- sant d’opposer à Monk des Anika Bertrand Belin H-Burns Judah Warskybandes des répétitions de Monk et de remment pas, puisque le spectacle, arrangements classiques, My Brightest Diamond This is the Kitson big band. Bingo ! donné pour la première fois au Town mélodieux, que l’intéressé se mercredi 7, jeudi 8 et vendredi 9 mars, 20hGENÈSE. Voilà donc Jason Moran avec, Hall de New York en février 2009, con- tinue aujourd’hui à tourner à travers le serait fait une joie de massa- crer sur le champ en rendant Sophie Hungersur les bras, un joli bout d’histoire du monde. Il a été présenté au festival Ban- son pilonnage du clavier plus Bob Dylan - Be Part of my Dreamjazz. Comment en tirer parti ? Sur les lieues bleues voilà trois ans, et le sera à discordant encore. jeudi 8 mars, 20hbandes, Monk est très clair quant à cequ’il veut faire et ce qu’il attend des nouveau cette année dans trois villes françaises, à commencer par Paris de- Il y avait du beau monde parmi les cuivres : Phil Moriarty Before Dylanmusiciens. Dès lors, il était tentant pour main soir. Monk est de retour. • Woods au sax alto, Pepper Samedi 10 Mars 20hMoran non pas de recréer le concert de Adams au sax baryton, Do-1959, mais de ressusciter sa genèse en IN MY MIND: MONK AT TOWN nald Byrd à la trompette et, Herman Dunemêlant musique et images du concert HALL 1959 Concert multimédia de au sax ténor, Charlie Rouse, joue l’album Shot of Lovecomme du making-of, d’y intégrer la JASON MORAN Précédé de ROUND qui accompagnera Monk samedi 10 Et dimanche 11 marsvoix de Monk et de dynamiser le tout ABOUT MONK par le BIG BAND pendant plus de dix ans. La films et documentairesavec des boucles sonores et autres arti- DU DÉPARTEMENT JAZZ DU section rythmique est, hélas,fices multimédias, en collaboration CONSERVATOIRE DE PARISµ plus plan-plan, avec Art Tay- Cité de la musique www.citedelamusique.fr | 01 44 84 44 84avec le vidéaste David Demplewolf. En- Cité de la musique, demain à 20 heures. lor à la batterie et Sam Jonestreprise complexe qui fait du spectacle A Strasbourg (Pôle Sud) le 13 mars et à la basse. Le concert eutun concert doublé de son analyse en à Vaulx­en­Velin (Centre Chaplin) le 16 mars. deux parties : une première
    • 26 • CULTURE LIBÉRATION JEUDI 1ER MARS 20126,8 L’HISTOIRE TRAFIC D’ŒUVRE À LOS ANGELESc’est, en millions d’euros, le coût de la restaurationde la Villa Tugendhat à Brno en République tchèque. Les techniques ancestralesParangon du fonctionnalisme, dessinée par l’architecte utilisées pour déplacerallemand Ludwig Mies van der Rohe (1886­1969), directeur d’énormes blocs de pierredu Bauhaus, la villa avait été recyclée en établissement (pyramides d’Egypte,pour enfants méchants avant d’être reconstruite dans Stonehenge, île deles années 80 à titre de vitrine touristique. Elle a rouvert Pâques…) font partie deshier au public. grandes énigmes de l’humanité. Elles consti­ tuent aussi le socle d’une réflexion artistique àPissarro bizarre au burger laquelle le sculpteurJeudi dernier, vers 17 h 30, des policiers de la BAC du Ier ar- américain Michael Heizner,rondissement parisien ont repéré deux individus dans un pionnier du land art,fast-food qui semblaient «s’intéresser aux codes confidentiels s’intéresse depuiscomposés par les clients». Les deux hommes se sont ensuite longtemps. Aprèsrendus chez un antiquaire pour faire expertiser un tableau plusieurs années dede Paul-Emile Pissarro, fils du célèbre peintre Camille Pis- Ulysse, souviens­toi !, de Guy Maddin, peuplé d’esprits et de fantômes. PHOTO DR recherches, son expositionsarro. Interpellés, ils n’ont pas pu justifier la provenance de est sur le point d’ouvrirl’œuvre d’art. ses portes au Los Angeles SHOW Le réalisateur d’«Ulysse, souviens-toi!» County Museum of Art (Lacma). L’artiste aAlain Seban à Pompidou, saison 2 tourne en public dix-sept films en dix-sept jours. demandé, et obtenu, l’ins­Alain Seban a été, comme prévu, reconduit à la présidence tallation sur le parvis du musée d’un monolithe «Spiritismes»,du centre Pompidou, hier, en Conseil des ministres.Conseiller d’Etat, Alain Seban, 47 ans, est à la tête de l’éta- de 340 tonnes, hautblissement public depuis le 2 avril 2007. Lors de son premier comme une maison demandat de cinq ans, l’ancien conseiller pour l’éducation et deux étages, qui prendrala culture de Jacques Chirac à l’Elysée a notamment conduitl’opération de décentralisation culturelle du centre Pompidouà Metz. Maddin in Pompidou place sur une longue pièce d’acier. L’installation, intitulée Leviated Mass, donnera l’illusion de faire e fantasque réalisateur gestif du metteur en scène, teur sont des habitués de planer le bloc de granit au­Céline Dion reste coiteLe professeur Gerald Berke de Los Angeles a diagnostiqué unefaiblesse à la corde vocale droite de la chanteuse de 43 ans L du récent Ulysse sou- viens-toi!, Guy Maddin, installe sa planche ouija au ou débriefing malin avant l’ouverture au public ? Quoi qu’il en soit, ça marche l’univers maddinien. Pour le reste, ce sont des Français et, parmi eux, beaucoup d’étu- dessus de la tête des visi­ teurs. Afin de parcourir les 85 kilomètres qui séparentconsécutive à une infection virale. Elle doit prendre six à huit centre Pompidou. L’artiste de (mieux pour certains, moins diants de la Femis, école avec le Lacma de la carrière desemaines de repos et, mauvaise nouvelle, devrait après ça Winnipeg (Canada) invoque bien pour d’autres): chacun laquelle Beaubourg a conclu Riverside, d’où le rocher apouvoir rebrailler comme un sou neuf. les esprits du cinéma à tra- essaie de se dénouer (des un partenariat. La plus été extrait, un convoi vers son projet, Spiritismes. cordes, si vous avez bien grosse surprise vient des ac- (vraiment) exceptionnel L’idée : revisiter à sa sauce suivi) en criant pour renaître teurs : la wishlist du réalisa- devait traverser, à la«Les gens de The Artist étaient alignés des films, oubliés ou perdus, un petit coup. teur est très belle et, en de- vitesse de 5 miles à l’heureen face de moi, et maintenant je sens de maîtres tels que Von Stro- On n’est pas surpris de trou- hors d’Isabelle Huppert (qui (8 km/h), la banlieue et le heim, Vigo, Naruse, Hitch- ver dans le décor des mains a refusé, faute de temps), centre­ville de Los Angelesla cigarette et l’arrogance.» cock ou encore Lubitsch. en plastique, des têtes de cerftous ont accepté. entre mercredi et jeudi En sus, le Canadien a décidé empaillées, des chihuahuas Streaming. On croise donc soir, provoquant au paysKaui Hart Hemmings, auteur du roman dont le film de le faire sous forme de per- sous vitrines et autres étran- sur le plateau Mathieu Amal- des embouteillages perma­The Descendants est tiré, tweetant sa bonne humeur aux formance : 17 courts métra- getés dignes d’un freak show. ric, Rudy Andriamimari- nents. Une sorte deoscars, dimanche, avant d’effacer cette phrase malheureuse ges en dix-sept jours, tour- Après cette forte séance nosy, Jacques Bonnaffé, happening inaugural à nés en public. Maddin Amira Casar, Gé- l’exposition. B.L. partira ensuite pour Londres, Dès midi, à l’ouverture raldine Chaplin, LES GENS New York, São Paulo et Win- du centre, Guy Maddin relie Miguel Cueva, nipeg pour y rejouer la au moyen d’une corde Mathieu Demy, MÉMENTO même expérience à travers Jeanne de France, JANIO NUÑEZ, UN des séances de tables tour- les acteurs du jour. Certains Adèle Haenel, Udo 49 Swimming Pools Pop made ARTISTE QUI EN A nantes extravagantes. L’en- attachés, d’autres non. Kier, Ariane La- in France (1re partie: pop­folk DANS LE CIGARE semble avoisinant, au final, bed, Elina du Clermontois Garciaphone) la centaine de films, montés d’extraversion des esprits, le Löwensohn, Maria de Café de la danse, 5, passage Présentées au Festival du en un seul. tournage commence, dans Medeiros, Jacques Nolot, Louis­Philippe (75011). Havane qui se déroule à Transe. Dès midi, à l’ouver- une ambiance un peu sur- Christophe Paou, Jean-Bap- Ce soir, 19h30. Cuba, les œuvres de Janio ture du Centre, le réalisateur voltée. Et pour cause : le tiste Phou, Charlotte Ram- Nuñez ne passent pas ina­ relie au moyen d’une corde temps ne joue pas en faveur pling, Jean-François Stéve- Jean­Louis Un seul prénom perçues. Au milieu de ce les acteurs du jour, certains de l’équipe technique, nin, Robinson Stévenin, pour un trio supersonique rendez­vous des amateurs étant attachés, d’autres non d’autant plus que le réalisa- André Wilms. (Aymeric Avice, trompette; et professionnels du bar­ (comme dans Ulysse sou- teur a la fâcheuse manie Le plateau est ouvert pour Joachim Florent, double basse;reau de chaise, l’artiste quadragénaire sculpte à partir de viens-toi !). Il les plonge en- d’avoir des idées impromp- que les visiteurs du Centre Francesco Pastacaldi, batterie)feuilles de tabac. Torcedor (rouleur de cigare) de métier, il suite dans une transe incan- tues et de vouloir les mettre aient la possibilité de regar- au groove décalé et psychéy expose ses statues grandeur nature entièrement réali­ tatoire, essayant de faire en place le plus rapidement der ce qui s’y déroule. De (1re partie: transe urbaine desées en tabac: le Che, Compay Segundo, Charlie surgir en chaque interprète possible. plus, une grande télévision l’Orchestre tout puissant MarcelChaplin, Winston Churchill, bien entendu, et d’autres… son avatar ancestral, selon le Le tournage vire très vite à diffuse le streaming des Duchamp) Point éphémère,Obsédé par la matière qui a failli lui coûter un séjour en scénario à tourner dans la l’improvisation. Mouve- 3 webcams disposées dans le 200, quai de Valmy (75010).HP («je voyais mes amis en tabac»), une nuit, Nuñez a journée. Le tout filmé dans ments de caméra à la volée et décor (1). L’équipe technique Ce soir, 20 heures.commencé à sculpter la tête d’indien de la marque de un même décor –installé au sentiment de brouillon milli- apporte un soin maniaque aucigares Cohiba. En 2000, il s’attaque à sa première sous-sol, très confiné, qui métré pour ne pas perdre la côté performance puisqu’elle Buraka Som Sistema Le comboœuvre taille humaine. Face au succès et frappé par la rappelle la Belle Epoque et fougue émanent de l’esprit s’écarte autant que possible mi­lisboète, mi­angolais naviguegrâce divine, il arrête de sculpter et obtient, en 2006, son tout l’univers maddinien qui du grand néobarbu (oui, et règle ses gestes de façon à entre electro et hip­hop autourdiplôme de pasteur évangéliste. Il rechute en 2008 et est s’y rattache. tiens, c’est quoi ce nouveau ne pas obstruer la vue des du rythme effréné du kuduro, eninstallé depuis 2011 dans un atelier à une demi­heure de Comment les acteurs entrent look ?). spectateurs. vogue dans les faubourgs deLa Havane. Son futur projet? Une fresque, Fondements dans les limbes de l’ana- Le chef opérateur, le premier LOUDA BEN SALAH Luanda Gaîté lyrique, 3­5, ruede l’humanité, qui lui sera révélée par Dieu. PHOTO AFP base ? On ne sait. Effet sug- assistant et le chef décora- (1) Spiritismes.centrepompidou.fr Papin (75003). Ce soir, 20 heures.
    • MODELIBÉRATION JEUDI 1ER MARS 2012 • 27 Backstage au défilé Dries Van Noten. LA FASHION EN MODE ÉCRAN Pour son premier défilé, See by Chloé, la ligne bis de la maison parisienne, convoquait online. A 10h30 pile (le premier show ponctuel de toute l’histoire de la mode?), apparaissait une vidéo de six minutes, téléchargeable et regardable à volonté, dotée d’un bouton pause et d’un menu déroulant avec le nom des mannequins et la légende des tenues. Le vestiaire est celui d’une jeune fille du «triangle d’or» (avenue Montaigne et alentours), amatrice de blouses de soie, dePRÊT­À­PORTER AUTOMNE­HIVER 2012­2013 Premiers jours des défilés à Paris. jacquards bourgogne, de tops en cuir et de pochettes en python.L’exotisme triomphant Un épiphénomène, ce show virtuel? Pas tant que ça. Burberry, pionnier du genre, diffuse ses défilés, en direct sur son site, depuis septembre 2009; justede Dries Van Noten après le show, les meilleures clientes peuvent commander en boutique des pièces qui leur seront livrées en avant­première, sept semaines plus tard. En février 2010, la marquePar THEODORA ASPART deux ans auparavant. Cette fois-ci, via des laçages et des corsets… Bon. fil d’or. Et ça, c’est peace. anglaise a même organiséPhoto ÉDOUARD CAUPEIL rebelote, toutes les filles en vue Dans la salle, les inconditionnels du Revenu de New York où il présentait des projections live (sur étaient là, surélevées par des talons père et de la fille, reconnaissables à la collection Lacoste (dont il est aussi invitation) de son défilé londonien à Paris, Dubaï,P asser de Savile Row à la Côte dessinés en collaboration avec Giu- leur coordonné (veste noire le directeur artistique, lire Next à pa- d’Azur, via un club SM ? seppe Zanotti, le prince du stiletto taille 62-blouse blanche), semblent raître samedi), Felipe Oliveira New York, Los Angeles et Drôle de programme. C’était jet-set. Du graphique, du féminin, de approuver. Baptista a dévoilé ce qu’il a appelé, Tokyo, avec lunettes 3D pourtant, semble-t-il, celui l’érotique : aucune raison pour An- Sous les dorures et les plafonds peints en coulisses, sa «Belle de jour 2012». distribuées à l’entrée.du défilé d’Anthony Vaccarello, au thony Vaccarello d’abandonner le fi- de l’Hôtel de Ville, Dries Van Noten A savoir, une créature toute (ou pres- De son côté, Valeriopremier jour des shows parisiens. Au lon grâce auquel il est porté aux nues s’est, quant à lui, laissé aller à un mé- que) vêtue de cuir verni, montée sur Mezzanotti, photographefil des passages, le créateur italo- à chaque nouvelle collection. lange bien dosé entre masculin et fé- de vertigineuses boots compensées, de podiums, a lancé enbelge s’est laissé glisser de silhouet- Changement d’atmosphère radicale minin, Europe et Asie. Empruntés gainée dans des minirobes ultra-ar- février 2011 le sitetes très tailor made, presque masculi- chez Limi Feu. Pour l’hiver pro- aux hommes, les costumes quasi mi- chitecturées, entre «inspiration NowFashion, sur lequel sontnes (des manteaux officier, des smo- chain, la créatrice japonaise (fille de litaires, les cols officier, le pantalon seventies et références cyber-punk». publiées en temps réel leskings en soie bleu nuit coupés au l’illustre Yohji Yamamoto) mixe les en lin, la rigueur des coupes; du ver- La collection marque l’avènement du photos de tous les shows durasoir…) en robes bustiers collées- codes inoxydables de la mode to- sant féminin, proviennent les soies motif zèbre, que le créateur s’amuse calendrier, ou presque.serrées et jupes à boucles de métal, kyoïte (du noir, du blanc, de l’extra- plissées, les blouses fluides, les bro- à décomposer, recomposer, teinter Détail de chaque silhouette,limite bondage, pour finir par des large) avec des références hétérocli- deries. Au fil des passages, on croit de rouge ou de bleu Klein. images capturées entenues de cocktail en lurex vieil or tes à l’histoire du costume occiden- assister au retour triomphal de sol- Zèbre par petites touches sur les pulls backstage, clichés des– tout en évitant, par bonheur, tal. Tout y passe, des sixties (robes- dats du Second Empire à Paris, les et les jupes, au détour d’une épaule people assis au premierl’écueil de l’ambiance «mafia manteaux en lainage, boutons malles pleines d’étoffes exotiques : ou d’une manche… Baptista a une rang… N’en jetez plus! Sirusse». La saison dernière, les agents géants) aux Années folles (robes des soieries chinoises, des ikats indo- expression pour ça : le «Zebra bien que NowFashion figure,de top-models avaient déjà courtisé Charleston portées sous des vestes nésiens… En roi du motif bien pana- Power». Ce qui forcément mérite une depuis octobre, dans leVaccarello à l’approche de son défilé, d’homme, jupes à bretelles sur blou- ché, le créateur belge féminise l’uni- mention spéciale : si ce n’était pas top 10 des sites de modece qui n’est pas vraiment fréquent ses de soie, bibis). Même le vestiaire forme avec une nuée d’imprimés gagné d’avance, ce n’est, à l’arrivée, les plus visités au monde.pour un créateur lancé à peine victorien a droit à un petit clin d’œil, fleuris et quelques oiseaux brodés de pas kitsch pour un poil. • T.A.
    • 28 • ECRANS&MEDIAS LIBÉRATION JEUDI 1ER MARS 2012 A LA TELE CE SOIR6 VU DE LONDRES Par SONIA DELESALLE­STOLPER TF1 FRANCE 2 FRANCE 3 CANAL +semaines d’observation Dans la famille Murdoch, 20h50. R.I.S Police scientifique. 20h35. Envoyé spécial. Magazine présenté par 20h35. Le pianiste. Drame de Roman 20h55. Dexter. Série américaine :pour Paris Normandie, quia été placé hier en je vire le fils James Série française : Le prix d’excellence, Toile de maître, Guilaine Chenu et Françoise Joly. 22h05. Complément Polanski, 150mn, 2001. Avec Adrien Brody, Thomas Kretschmann. Ces choses-là, Il était une fois... Avec Michael C Hall,redressement judiciaire. À l’ombre du paradis. Jennifer Carpenter. d’enquête. 23h15. Soir 3.Durant cette période, la Avec Philippe Caroit. Argent et politique, 23h50. Un roi 22h40. Damages.direction de la Société nor­ n a retrouvé James les et des autres pratiques O 23h35. New York l’éternel soupçon. à New York. Série américaine :mande de presse, d’édition Murdoch. Invisible plus que douteuses. Unité Spéciale. Magazine présenté par Comédie britannique L’effet d’une bombe.et d’impression (SNPEI), depuis plusieurs se- Série américaine : Benoît Duquesne. de Charles Chaplin, Avec Glenn Close.propriétaire du quotidien maines, et notamment pour James Murdoch a témoigné à Identité intime, 23h20. Avant- 106mn, 1956. 23h20. 30 rock.et de plusieurs autres titres le lancement en grande deux reprises, ces derniers Flirt avec la mort. premières. Avec Charles Chaplin, Vous avez dit enceinte ?, Avec Mariska Hargitay. Magazine. Maxine Audley. Une demi-heure(Havre libre, le Havre pompe, dimanche, du Sun on mois, devant un comité par- 1h10. Londres Police 0h55. Journal de la 1h40. Libre court. interminable.Presse et le Progrès de Sunday, nouvel hebdoma- lementaire chargé d’enquê- Judiciaire. nuit, météo. Magazine. Série.Fécamp), devra élaborer, daire supposé remplacer le ter sur l’affaire des écoutes,avec deux administrateurs défunt News of the World, comité qui doit rendre pro-judiciaires, un plan de con­ James Murdoch se cachait à chainement son rapport. ARTE M6 FRANCE 4 FRANCE 5tinuation. La direction se New York. Présenté il y a en- A chaque fois, il a catégori-dit «convaincue» qu’un tel core quelques mois comme quement nié avoir jamais eu 20h35. Borgen. 20h50. Blue Bloods. 20h35. FBI : 20h35. La grande Série danoise : Série américaine : Portés disparus. librairie.plan, «s’appuyant sur des l’héritier du magnat des mé- connaissance des écoutes Ne rien entendre, ne Mon frère, Série américaine : Magazine présenté parmesures de réorganisation dias Rupert Murdoch, James illégales pratiquées par ses rien voir, ne rien dire, La peur du dragon, Exorcisme, Francois Busnel.rapides, va permettre Murdoch a annoncé sa journaux, passant, au mieux, Le temps des Requiem. Main perdante, 21h40. Un soir...d’adapter les titres aux démission de la présidence pour un grand naïf, au pire, marronniers. Avec Tom Selleck, Dans la balance La renaissancenouveaux enjeux de la de News International, la pour un parfait idiot. Avec Sidse Babett Donnie Wahlberg. Avec Anthony LaPaglia, du Bolchoï.presse quotidienne régio­ branche britannique du Rien à voir, non plus, avec Knudsen. 23h20. Coupable, Poppy Montgomery. Documentaire. 22h30. Somnolence. non coupable. 22h45. Touche pas à 22h40. Ma vie d’artiste.nale et de les relancer». groupe familial News Corpo- l’enquête publique Leveson Quand le cerveau n’en Le procès en appel de mon poste. Magazine.Véronique Christol, la ration, poste qu’il occupait qui continue chaque jour de fait qu’à sa tête. David Miot, L’affaire Divertissement 23h10. C dans l’air.secrétaire CGT du comité depuis 2007. déverser son lot de révéla- Documentaire. Thierry-Benjamin présenté par Magazine.d’entreprise, regrette de tions plus ahurissantes les 23h25. Cherche Mulatier Cyril Hanouna. 0h15. Dr CAC.n’avoir «pas eu d’explica­ A ce titre, il était responsable unes que les autres. Rien que femme polygame. Magazine. 0h15. Une semaine 0h20. Des fleuves ettions sur le contenu de ce de la publication du Times, cette semaine, un officier de Documentaire. 1h50. Météo. d’enfer. des hommes.plan». La SNPEI emploie du Sunday Times, du Sun et police a raconté comment le365 salariés. de feu News of the World. Sun vivait dans une «culture A 39 ans, le quatrième des six de versements d’argent illé- LES CHOIX enfants de Rupert Murdoch gaux à des fonctionnaires (y«Très bonne continuera officiellement compris de police) corrom- d’exercer des responsabilités pus», et que Scotland Yardnouvelle, une au sein de News Corporation, avait «prêté» en 2008 pen-performance tout à mais il va désormais se dant un an un cheval (re-fait extraordinaire.» «focaliser sur l’expansion in- traité de la police) à Rebekah ternationale des activités de Brooks, ancienne rédactriceMartin Bouygues proprio télévision», un secteur qu’il en chef du Sun puis de Newsravi –hier lors de la n’a jamais caché préférer of the World. Sans oublier la Peut­être rêver Mourir… Dormir, dormir!présentation des résultats nettement à la presse écrite. révélation, hier, que des Paris Première, 20h40 Canal+, 20h55 Arte, 22h30du groupe– du succès de Il ne s’agit donc que d’une journalistes de News of the Ce sont là des Choix un Et Dexter, c’est bien ça Ah mais tiens, en voilà unla première du télé­crochet réorganisation intérieure du World avaient formé il y a rien désabusés. West Side Dexter… Sauf que cette bon docu, ce bouleverse­The Voice sur TF1 groupe, a indiqué News Cor- quelques mois un «mur hu- Story… Oui d’accord, mais sixième saison qui com­ ment du rythme naturel dû poration. Rien à voir, bien main» pour empêcher des imaginez­vous que vous ne mence ce soir est vraiment à la lumière artificielle: la entendu, avec le scandale des policiers de faire une perqui- l’ayez jamais vu, hein. bof bof, alors. Somnolence qui zzzzzzzzzz. VU SUR LE WWW écoutes téléphoniques illéga- sition dans leurs locaux. PARIS 1ERE TMC W9 GULLI Atténuée Selon le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA), la 20h40. West side story. Comédie musicale de Robert Wise, Jerome Robbins, 152mn, 1961. Avec Natalie Wood, 20h45. Moi César, 10 ans et demi, 1m39. Comédie française de Richard Berry, 91mn, 2002. Avec Jules Sitruk, 20h50. Prédictions. Film fantastique américain d’Alex Proyas, 120mn, 2008. Avec Nicolas Cage, Chandler Canterbury. 20h35. La tulipe noire. Film d’aventures de Christian-Jaque, 110mn, 1963. Avec Alain Delon, Virna Lisi.LE TOUT PETIT bipolarisation du temps de parole sur Nicolas Sarkozy Richard Beymer. Maria De Medeiros. 23h00. Le convoi de 22h30. La guerre des et François Hollande s’est «atténuée». Entre le 1er jan­ 23h20. Les têtes 22h30. 90’ Enquêtes. l’extrême : le nouveau boutons.CARNAVAL vier et le 24 février, les chaînes et radios ont consacré brûlées. Maternités, au cœur de défi. Comédie française de Série américaine : la vie, Parents solos, Jour blanc, Yves Robert, 90mn,Keith Loutit est le roi du 750 heures aux candidats à la présidentielle: 118 heures La petite guerre, mode d’emploi. Convoi spécial. 1961.tilt­shift, cette technique pour les chaînes généralistes, 356 heures pour les chaînes Le prisonnier. Magazine présenté par Documentaire. Avec André Treton,photographique qui sem­ d’infos qui diffusent des meetings en intégralité, et Avec Robert Conrad. Carole Rousseau. 0h50. 100 % poker. Michel Isella.ble transformer les person­ 261 heures pour les radios. Jusqu’au 19 mars, nous 1h15. Programmes de la 1h45. Les nouvelles Jeu. 0h00. Dessins animés.nages et les véhicules en sommes en période d’équité du temps de parole (basée nuit. filles d’à côté. 1h55. Météo. Jeunesse.jouets en floutant le pre­ sur les résultats aux dernières élections, les sondages, lamier et l’arrière­plan des capacité à faire campagne) ; ensuite viendra la période de NRJ12 DIRECT 8 NT1 DIRECT STARimages. On lui doit la série l’égalité stricte entre chaque candidat.Little Sydney et ses scènes 20h35. Tellement Vrai. 20h40. À chacun son 20h45. You can dance, 20h40. New townde plage, et il a décliné son Mon poids est un histoire... le plus grand concours killers.magnifique effet de minia­ problème. Liberté, égalité, de danse. Drame britannique deturisation sur des images Nouvelle PDG pour le Monde interactif Magazine présenté par sexualité : Enquête sur Divertissement Richard Jobson, 97mn,tournées aux quatre coins Philippe Jannet, l’actuel PDG du Monde interactif (MIA, Matthieu Delormeau. les comportements présenté par 2009. 22h25. sexuels des Français ? Benjamin Castaldi. Avec Dougray Scott,du monde: désert de Lemonde.fr, Huffingtonpost.fr), quitte ses fonctions le Tellement Vrai. Magazine présenté par 23h00. Retour vers le Alastair Mackenzie.Mojave, Piccadilly Circus… 3 mars. Il sera remplacé à ce poste par Isabelle André, jus- Élever un enfant avec Karine Ferri. futur. 22h25. El lobo.Sa dernière production qu’ici directrice de la stratégie et du développement du des tocs. 22h30. À chacun son Film de science-fiction Policier espagnol deraconte le carnaval de groupe Amaury, depuis septembre, après avoir dirigé les Magazine histoire... américain de Robert Miguel Courtois, 125mn,Rio 2011. Déjà 312000 vues nouveaux médias et le développement du groupe le Parisien. 1h50. Poker. Magazine. Zemeckis, 116mn, 1985. 2004.bien méritées. C.Gé. Selon la lettre professionnelle Presse News, Jannet, après plus Jeu. 1h40. Morandini ! Avec Michael J Fox. Avec Eduardo Noriega,http://vimeo.com/agnelli/theci­ de trois ans au sein du groupe le Monde, devrait prendre la 2h45. Programmes de Magazine. 1h00. Sexe intentions 3. Patrick Bruel.tyofsamba direction du kiosque numérique ePresse Premium. nuit. 2h50. Very bad blagues. Téléfilm. 0h30. Star story.
    • Jeux01:LIBE09 29/02/12 19:29 Page1 LIBÉRATION JEUDI 1ER MARS 2012 JEUX­METEO • 29 ER Q SUDOKU SUPÉRIEUR Q MOT CARRÉ JEUDI 1 9 5 V LE MATIN Le ciel est ensoleillé sur L’APRÈS-MIDI Peu dévolution avec la R N B O E LIBÉRATION lAtlantique et le sud sauf brouillards en persistance des hautes pressions sur le 2 3 8 6 www.liberation.fr 11, rue Béranger 75154 Paris vallées. Brumeux en Méditerranée, pays. Très nuageux au nord, brumeux en 8 2 V T B R cedex 03 en Manche et du centre au nord-est. Manche. Soleil et douceur au sud. Tél. : 01 42 76 17 89 V B Edité par la SARL Libération 6 7 SARL au capital de 8726182 €. 11, rue Béranger, 75003 Paris 0,1 m/6º 9 4 7 3 B V N T RCS Paris : 382.028.199 Durée : 50 ans à compter Lille 0,1 m/9º 2 8 4 O E B du 3 juin 1991. Cogérants 3 2 5 O A T Nicolas Demorand Philippe Nicolas Associée unique Caen 5 9 S N A V SA Investissements Presse au capital de 18 098 355 €. Paris 6 1 4 B E R S Président du directoire Brest Strasbourg Nicolas Demorand SUDOKU Philippe Nicolas MOT CARRÉ Directeur de la publication Orléans 2 7 3 1 8 4 9 5 6 I E V N O S C R A et de la rédaction 8 1 5 7 9 6 4 2 3 R S O A C E N I V Nicolas Demorand Nantes Dijon 9 4 6 5 3 2 8 7 1 N A C R I V O E S Directeur délégué 0,1 m/11º 6 5 7 2 4 3 1 8 9 S C I E V O A N R de la rédaction 4 9 8 6 7 1 2 3 5 E V N C R A I S O Q Remarquant Vincent Giret 1 3 2 8 5 9 7 6 4 A O R I S N E V C Directeurs adjoints 5 6 1 9 2 8 3 4 7 O I A S N R V C E de la rédaction 7 8 4 3 1 5 6 9 2 C R E V A I S O N Stéphanie Aubert 3 2 9 4 6 7 5 1 8 V N S O E C R A I Sylvain Bourmeau 0,6 m/9º Limoges Lyon Paul Quinio François Sergent Directrice adjointe Tous les garçons et les filles... w LES MOTS D’OISEAU de la rédaction, Bordeaux chargée du magazine H. I. Un type vraiment choue e. - II. Tel le registre Béatrice Vallaeys I où figurent tous ceux dont un service a célébré Rédacteurs en chef II l’anniversaire de la mort. - III. Très sensibles aux Ludovic Blecher Montpellier Nice (éd. électronique) 0,1 m/11º polluants atmosphériques, ses filaments sont de Toulouse Marseille III bons indicateurs de la qualité de lair. Shoot inoffensif. Christophe Boulard (technique) IV - IV. Bien déterminées. Présida socialistement le Gérard Lefort Portugal entre 1986 et 1996 avec le second du 5. - Fabrice Rousselot 0,3 m/12º Ajaccio V V. Assez niais au doublage. Assez épouvantable Françoise-Marie Santucci VI après retournement. - VI. Assez chiche après remise (Next) en ordre. Fut à l’origine. - VII. Gens de chapiteaux Directeurs artistiques 0,1 m/13º VII jadis. - VIII. Force à élever la voix. Fond de cours. - Alain Blaise Martin Le Chevallier VIII IX. Romains. Retirer du contexte. - X. Mort. Demi Rédacteurs en chef adjoints mal, faute de vitamine B1. - XI. Fait du lard. FRANCE MIN/MAX FRANCE MIN/MAX SÉLECTION MIN/MAX IX V. 1. Une fille un peu vieillie, mais toujours facile. - Michel Becquembois (édition) Eric Decouty et Pascal Virot Lille 7/14 Dijon 3/12 Alger 8/14 X 2. Distrait. On oublie trop que le second du nom, (Politique) fils du superbe Siméon, fut surnommé le Doux. - Caen 7/13 Lyon 3/17 Bruxelles 6/14 a b c d e f g h i j l m n o p q r s t u v w x y z XI LES MOTS D’OISEAU 3. Débranchée, si l’on ose dire. Symbole. - 4. Femme Jacky Durand (société) Olivier Costemalle et Richard Poirot (éd. électronique) Brest 7/15 Bordeaux 4/19 Jérusalem 4/9 de le res américaine, ce e parisienne d’adoption Nantes 4/17 Ajaccio 8/17 Londres 7/16 Auras. V. Urgent. Ra... VI. Réel. d Magrets. VIII. a b c Elan. VII. e f g h i j l m n o p q r s t u v w x y z H:I. Un à quatre. II. Nébulisés. III. Jurés. Apt. IV. Ote. écrivit l’Autobiographie de tout le monde en 1937. J.Christophe Féraud (éco-terre) Mina Rouabah (photo) Salicacée aux souples branches. - 5. Preuve d’un Marc Semo (monde) Paris 7/13 Toulouse 4/18 Berlin 6/12 Ere. Outra. IX. Rendus. IV. X. Anti-g. Ici. XI. Bosseuses. bel effort. Cf. le second du IV. - 6. Petula twistait Sibylle Vincendon et Fabrice V:1. Un jour de rab. 2. Neutre. Reno. 3. Abrègements. 4. son double. Vaut pour moitié. Tourne autour des Drouzy (spéciaux) Nice 9/16 Montpellier 5/17 Madrid 2/18 ...que. Ela. Dis. 5. Ulsan. Gouge. 6. ai. Utérus. 7. Tsar. Let. belles mousmées. - 7. Fourra. Tout à fait tangibles. Directeur des Editions Strasbourg 4/13 Marseille 6/13 New York 3/11 Is. 8. Réparatrice. 9. Est sans avis. - 8. Bien à l’ombre. - 9. Cause de renvoi. Electroniques Ludovic Blecher Directeur administratif A B C D E F G H w ECHECS NIVEAU et financier Chloé Nicolas VENDREDI SAMEDI 8 yzofyzpz Tournoi de Copenhague, Den, 2012 Directeur commercial Philippe Vergnaud Ambiance douce et agréable, avec Encore un temps calme sur une 7 eqeyayey Les Blancs jouent et gagnent B. Mikkelsen N. Strange diffusion@liberation.fr Directeur du développement Pierre Hivernat un soleil généreux. Les maximales approcheront localement les 20 °C. grande partie du pays. Arrivée dune perturbation a énuée par la 6 yzyzyzyz Cappelle-la-très-Grande Le temple des Echecs va ouvrir ses portes dans ABONNEMENTS Marie-Pierre Lamotte Bretagne en cours de journée. 5 zyzneqky 2 jours. Dans ce e petite ville de la grande ban- lieue de Dunkerque, point de stress deux jours & 01 76 49 27 27 sceabo@liberation.fr abonnements.liberation.fr 0,3 m/6º Lille 0,3 m/6º Lille 4 yzykvzyf avant le top départ d’un des plus grands opens du monde: plus de 500 joueurs sont a endus. Car Tarif abonnement 1 an France métropolitaine : 324€. 0,1 m/9º 0,3 m/9º 3 Caen kyzyzyjy Caen cela fait 28 ans, sans interruption, que ça dure et PuBLICITÉ Paris Paris Directrice générale Brest Strasbourg Brest Strasbourg Cappelle-la-Grande, l’authentique nom de ce e 2 de LIBERATION MEDIAS ykyzyksz petite ville du Nord, collectionne les records grâ- ce à ce e légion de joueurs d’échecs de haut nive- Marie Giraud Libération Medias. 11, rue Nantes Orléans Dijon Nantes Orléans Dijon 1 lygtiyzy au: 702 joueurs en 2001, 136 grands maîtres dans un même tournoi en 2006, 63 nationalités en 2008 Béranger, 75003 Paris. Tél. : 01 44 78 30 67 Amaury médias 0,1 m/8º 0,3 m/9º et 18 normes de maître et grand maître en 2007 25, avenue Michelet Lyon Lyon yzyfyzyz SOLUTION (source: FFE). La nouveauté ce e année sera la 93405 Saint-Ouen Cedex cqzyzqzy retransmission des 20 premiers échiquiers en Tél.01 40 10 53 04 Bordeaux Bordeaux yayzqzyz hpiat@manchettepub.fr 0,6 m/11º 0,3 m/11º direct sur Internet. www.cappelle-chess.fr Petites annonces.Carnet. Montpellier Nice Montpellier Nice zyepzyhw Robert Fontaine en grande forme en Bundesli- IMPRESSION Toulouse Marseille Toulouse Marseille yzyzyzyz ga, le championnat d’Allemagne par équipe. POP (La Courneuve), eykvzwky Henrichs (2473) - Fontaine (2552) 1.Cf3 c5 2.c4 Cc6 Midi-print (Gallargues) 0,3 m/12º 0,1 m/12º Nancy Print (Nancy) nkuzyzyz 3.Cc3 g6 4.g3 Fg7 5.Fg2 e6 6.d3 Cge7 7.Fg5 h6 8.Fd2 Ouest-Print (Bournezeau), lyzylyzy b6 9.a3 Fb7 10.0–0 0–0 11.Tb1 d6 12.Dc1 Rh7 13.b4 Imprimé en France Avec leur dernier coup Ta1, les blancs soufflent : ils Dd7 14.e3 Tac8 15.Td1 g5 16.Dc2 f5 17.Ce2 Cg6 18.Fc3 Tirage du 29/02/12: Soleil Éclaircies Nuageux Couvert Faible Calme pensent avoir repoussé l’a aque. 1... Cb4+! Erreur 149 412 exemplaires. Modéré Peu agitée e5 19.Cd2 f4 20.Fe4 f3! 21.Cxf3 Txf3! Quelle inspi- Membre de OJD- Averses Pluie Orage Neige funeste! Si 2.Cxb4, 2.... Dxb2 mat. 2.çxb4 Dç4+ 0-1. ration! Tout ça pour prendre les cases blanches, fort Agitée Diffusion Contrôle. CPPP:C 3.Rb1 Dxd3+ 4.Ra2 çxb4 avec une a aque décisi- selon les quatre points cardinaux de l’échiquier: 80064.ISSN0335-1793.1 ve, par exemple 5.Tad1 Dç4+ 6.Rb1 Db3 7.Td2 Td5! Nous informons nos lecteurs 22.Fxf3 Cxb4! 23.Fxb7 [23.axb4 Fxf3 24.Rf1! per- que la responsabilité du jour- 8.Te5 f6!! avec déviation de la Dame Blanche. me ait une honnête résistance] 23...Cxc2 24.Fe4 nal ne saurait être engagée en cas de non-restitution de -10°/0° 1°/5° 6°/10° 11°/15° 16°/20° 21°/25° 26°/30° 31°/35° 36°/40° Cxa3 25.Tb3 Da4 0–1. Jean-Pierre Mercier documents libe2012.fr SITE SPÉCIAL PRÉSIDENTIELLE Chroniques, enquêtes, directs, reportages, photos, diaporamas, tribunes, vidéos, quiz, blogs… PHOTO LAURENT TROUDE SUIVEZ LA CAMPAGNE SUR LIBE2012.FR
    • GRAND ANGLE30 • LIBÉRATION JEUDI 1ER MARS 2012Quartier libre à MoscouJ­3, PRÉSIDENTIELLE RUSSE (2/2)Bars, design, médias, galeries d’art… Une ancienne chocolaterieau cœur de la capitale est devenue le rendez-vous de jeunes rond, regard enfantin, boucles indisci- plinées, gilet de laine sur chemise, il ressemble plus à un premier de la classe qu’à l’homme d’affaire futé qu’il est. «Et je n’ai jamais vraiment envie de ren- trer à Moscou, une ville épuisante, dont je ne vois plus le charme. C’est pourquoi j’ai créé un lieu à moi, pour importer un peu de cet esprit qui nous enivre tant dans les capitales européennes.» Du pain et du respect Son bar-restaurant-cinéma de poche Dome, ouvert en 2010, rapidement de- venu un lieu culturel et gastronomique incontournable d’Octobre rouge, ac-créateurs qui revendiquent leur indépendance face au pouvoir. cueille des avant-premières, des confé- rences, des joutes culinaires. Brique à nue, imposante cheminé coiffée de Par VERONIKA DORMAN moderne», de la préservation des monu- Il n’est pas sexy, et sa violence est comme grosses bougies, lumière tamisée et Correspondante à Moscou ments à la densité étouffante des agglo- les cris aigus de quelqu’un de médiocre carte world cuisine – on se sent effecti- Photos DMITRY KOSTYUKOV mérations. Strelka, institut à but non qu’on n’écouterait pas autrement.» vement loin des cafés à la chaîne sans lucratif, gratuit pour les étudiants, fi- Selon Ilya Oskolkov-Tsentsiper, ce sont âme et sans saveur qui pullulent à Mos- D es générations de nancé par des fonds privés et la recette là les causes fondamentales de la con- cou. A l’instar des autres résidents de Moscovites ont d’un bar cosy du même nom, peut se vulsion protestataire qui agite la capi- l’île, Dmitry Tchertovsky n’a pas at- grandi avec une targuer d’une véritable indépendance tale depuis décembre. Lui qui n’a jamais tendu que la mairie adopte une politi- odeur de cacao vis-à-vis de l’Etat et du marché, et attendu personne pour se lancer à corps que favorable à la réhabilitation créative dans les narines et d’une grande liberté conceptuelle. perdu dans des projets novateurs repro- des friches industrielles. «Quand la dé- des papiers collants L’école s’est installée tout naturellement che à Poutine, «cet ancien agent des ser- cision ne vient pas d’en haut, il faut pous- pleins les poches dans les locaux d’Octobre rouge. «En vices secrets au sein desquels on apprend ser par le bas, explique-t-il. Les gens de estampillés «Octo- face du Kremlin et de la cathédrale du à ne croire personne et où chacun a un ma composition, et il y en a beaucoup, bre rouge». Mais depuis quelques an- Christ-Sauveur, nous incarnons une troi- prix», d’avoir forgé un système dans le- sont comme des petites locomotives. Nous nées, la célèbre chocolaterie construite sième voix face au pouvoir spirituel et au quel «de la merde sort des gens». Mais faisons tanguer le navire jusqu’à ce qu’il en 1885 à la pointe d’une île au centre de pouvoir politique», assure l’entrepre- ces «adultes éduqués et prospères» en s’arrache à son ancre.» la capitale ne fait plus dans la confiserie. neur-designer. ont eu marre d’être dégoûtés d’eux- Dmitry Tchertovsky incarne bien cette L’usine, désaffectée, est devenue l’un mêmes. Ils sont sortis manifester. Et génération de vingt-trentenaires qui des poumons branchés de la mégapole La beauté sauvera le monde Oskolkov-Tsentsiper avec eux. ont profité de la croissance des années avec ses galeries d’art, ses rédactions de Né dans une famille d’artistes et d’in- Le 10 décembre dernier, Dmitry Tcher- Poutine pour s’accomplir, en comptant médias indépendants, ses studios de tellectuels moscovites, Ilya Oskolkov- tovsky est passé boire un café dans son surtout sur leurs propres forces. Ils se design, ses bars et boîtes à la mode. Fini Tsentsiper vit entre Moscou, Londres et bar, Dome, au fond d’une cour d’Octo- souviennent du vent de liberté politique le chocolat, la belle brique rousse in- New York. Il est à l’origine de projets bre rouge. Puis il a traversé, inquiet et qui soufflait sur la Russie des années 90, carne désormais la branchitude cultu- culturels et médiatiques remarquables: impatient à la fois, les quelques centai- et, dans les années 2000, ont pu savou- relle. le magazine Afisha, un «hybride du New nes de mètres qui séparent l’ancienne rer les avantages de la démocratie lors Ilya Oskolkov-Tsentsiper, le directeur Yorker et de Time Out» ; le Piknik chocolaterie de la place Bolotnaïa, où de leurs nombreux voyages en Occi- de l’école de design et architecture Afisha, un festival estival de musique, devait se réunir la première manifesta- dent. Désormais, en plus du pain, ils Strelka est l’un des hérauts de cette pèlerinage annuel de tout hipster qui se tion autorisée contre les élections légis- exigent un peu de respect. «Cette classe mouvance alternative. «Notre mission respecte ; ou encore le journal Bolchoï latives falsifiées du 4 décembre. «Je suis éduquée, qui gagne bien sa vie, veut est de modifier le paysage physique, so- Gorod, une référence pour la jeunesse sorti tout seul, sans suivre un mouvement aujourd’hui des garanties d’avenir, la pro- cial, et intellectuel, explique-t-il. C’est un intello, créative et dissidente de Moscou ou un politicien d’opposition, mais pour tection de sa propriété privée, un Etat de long processus d’apprentissage, fondé sur (dont la rédaction siège aussi dans Oc- m’insurger contre le mensonge et la four- droit, des lois qui sont respectées par tout un dialogue avec la société d’un côté et le tobre rouge). berie, un système dans lequel nous ne le monde, à commencer par le pouvoir», pouvoir de l’autre, qui impose de trouver Ilya Oskolkov-Tsentsiper est convaincu sommes pas libres d’agir sur notre vie.» analyse le sociologue Boris Doubine du des langages compréhensibles pour cha- qu’il n’y a que la beauté, au sens large, A 35 ans, cet ancien joueur de tennis Centre Levada. Le reproche que Dmitry que interlocuteur.» Ilya Oskolkov-Tsent- qui sauvera le monde. Est beau tout ce professionnel confortablement installé Tchertovsky fait à Poutine, c’est d’avoir siper ne cache pas sa fierté pour son qui est créatif, intelligent, innovant, dans le fauteuil du directeur commer- institutionnalisé la confiscation arbi- école née en 2009 et devenue depuis un positif, ouvert sur l’extérieur et l’ave- cial d’une entreprise immobilière flo- traire de la propriété privée et de la li- lieu phare de l’urbanisme moscovite. nir. Bref, tout ce dont semble manquer rissante, s’est fait tout seul. Il a aban- berté physique, le mensonge et l’indif- Cinq potes, dont deux entrepreneurs cruellement la Russie façonnée par Vla- donné le sport pour construire des férence du pouvoir à l’égard des désirs prospères et deux architectes fameux, dimir Poutine, ou du moins l’image maisons avec Mos Citygroup, dont les et besoins de la société. ont décidé, un soir de biennale de Ve- qu’elle a d’elle-même. projets vont d’un grat- «Le pacte tacite entre le pouvoir et la so- 1500 km nise, d’agir au lieu de se lamenter sur les «Le plus grand problème te-ciel dans un nouveau ciété – le premier assure la croissance et avantages éternels de la cité lacustre des Russes aujourd’hui, NORVÈGE NORVÈGE quartier d’affaires à des augmente le niveau de vie et la seconde, Mer de italienne et les défauts innombrables de c’est qu’ils ne s’aiment Barents lotissements de rési- en échange, renonce à ses libertés indivi- la capitale russe. pas. Et le drame princi- Moscou dences secondaires duelles et ne se mêle pas de politique –, a SIBÉRIE Ilya Oskolkov-Tsentsiper a élaboré le pal du pouvoir, c’est opulentes à l’orée de la atteint ses limites», raisonne Tikhon projet d’une école de design pour jeunes qu’il ne produit pas de RUSSIE capitale. «Je n’ai jamais Dziatko, en tirant sur sa cigarette au- professionnels dont l’objectif est de représentation d’avenir. vécu qu’à Moscou, mais dessus d’un thé noir. Ce journaliste de KAZ «développer de nouvelles perspectives L’Etat est faible, sans MONG je voyage beaucoup», 24 ans travaille depuis 2010 à l’antenne pour résoudre les problèmes de la Russie idée, mal dans sa peau. CHINE raconte-t-il. Visage de la première chaîne de télévision réel-
    • LIBÉRATION JEUDI 1ER MARS 2012 • 31 De haut en bas: Tikhon Dziatko, journaliste de 24 ans, sur son lieu de travail, la chaîne indépendante Dojd; Ilya Oskolkov­ Tsentsiper, dans son école de design et architecture, Strelka; Dmitry Tchertovsky devant son bar­restaurant­ cinéma de poche Dome. lement indépendante dans la Russie poutinienne. Dojd («Pluie») s’est ni- chée au troisième étage d’un des bâti- ments d’Octobre rouge, et diffuse vingt-quatre heures sur vingt-quatre, dont la moitié du temps en direct. En 2010, la «médiamanager» Natalia Sindeeva, déjà propriétaire d’une radio, d’un journal et d’un portail Internet li- béraux, s’est rendue compte qu’elle ne pouvait plus regarder le petit écran, de- venu un amalgame de propagande pro- pouvoir, talk-shows douteux et séries mal jouées. Elle a décidé de fonder, à ses frais, «une chaîne pour ceux qui ont ar- rêté de regarder la télévision». Le résul- tat, c’est «Dojd. Optimistic channel» diffusée sur le Net, câble et satellite, et devenue une télé de référence. «Nous couvrons tout ce qui se passe, avec pour seul impératif l’objectivité et le profession- nalisme, des meetings anti-Poutine aux rassemblements des jeunesses pro- Kremlin. Nous n’avons pas de liste noire, nos invités sont de tous bords, et Dojd n’est surtout pas une télé d’opposition», insiste Tikhon Dziadko. C’est pourtant l’étiquette qui s’est collée à la plate- forme qui fut la première à couvrir les manifestations de l’opposition et con- vier des personnes blacklistées à la télé- vision fédérale. Par contraste avec les chaînes d’Etat guindées, partiales, sou- mises au pouvoir, Dojd ressemble à un laboratoire dynamique où les conféren- ces de rédaction se déroulent en direct à l’antenne, et l’information est déli- vrée par des «gens vivants et impliqués». Réinjecter des pétrodollars Tikhon Dziadko y anime deux émissions hebdomadaires. Dziadko 3, où il débat de l’actualité de la mode et de cuisine avec ses frères : Timofei, rédacteur en chef adjoint au journal Vedomosti, et Philipp, rédacteur en chef de Bolchoï Gorod. Et Hard Days Night, où il accueille des personnalités politiques et culturel- les. Fils et petit-fils de dissidents antiso- viétiques, Tikhon Dziatko a grandi dans une atmosphère hostile à Poutine. Aujourd’hui, journaliste à la radio libé- rale Echo de Moscou et correspondant en Russie de Reporter sans frontières, il participe très activement au mouvement de contestation anti-Poutine, notam- ment en tant que modérateur de la page Facebook pour les grandes manifesta- tions. Il blâme Poutine pour avoir établi le mensonge en principe de gouver- nance et de ne pas avoir su ou voulu réinjecter les pétrodollars dans le déve- loppement du pays. «Je ne me suis ac- compli ni grâce au régime, ni malgré lui, mais en parallèle», dit-il. Comme la plu- part des contestataires, il ne croit pas en la possibilité d’une réélection de Pou- tine. Et comme tous, il ira, dimanche prochain, voter contre lui. •
    • LIBÉRATION JEUDI 1ER MARS 2012PORTRAIT CHENVA TIEU et œuvré pour la paix, en pragmatique». Il fait mine de se déso- ler «d’avoir des amis socialistes, les gens de droite ne sont pas drôles». Saluons cette franchise qui confine à l’inconscience dans le monde binaire des joutes électorales où les porte-flin- gues déterminés l’emportent sur les porte-voix cultivés. Dans le même registre spontanéité tendance imprudence, Chenva Tieu dit aussi aimer le «luxe. Pas le bling-bling, mais celui qui est léger comme le vent». Amateur de grands vins, il ne rechi- gne pas à «débourser 1 000 euros pour une nuit d’hôtel» ! On l’aura compris, «l’hybride inclassable» n’est décidément pas dans le calcul pour protéger ses arrières. «Ce n’est ni un apparatchik ni un opportuniste», insiste Fleur Pellerin, la prési- dente du Club XXIe siècle, cénacle de l’élite républicaine issue de l’immigration où siègent les deux amis. Cette énarque née en Corée du Sud, aujourd’hui en charge de l’économie numé- rique chez François Hollande, célèbre Chenva Tieu comme Valérie Pécresse. «C’est un créatif qui dispose d’une vraie intelli- gence pour les relations humaines. Il veut expliquer aux jeunes qu’un réfugié peut accéder à l’élite en travaillant.» Sans amer- tume, il se désole de voir une «France pas encore aux couleurs de la France» où les Français issus de l’immigration «restent encore des éléments périphériques». A fortiori les Asiatiques arrivés plus récemment dans l’Hexagone et encore étiquetés péril jaune. Rétif à «toute logique communautariste», il EN 8 DATES s’oppose à l’idée d’un texte sur les quotas et sur la discri- 5 avril 1963 Naissance à mination positive. «En asia- Phnom Penh (Cambodge). tique qui pratique la valeur 12 avril 1975 Fuit le travail», il défend la «mérito- Cambodge. 1985 Etudes cratie républicaine». Car ce de gestion à Dauphine. «gros bosseur», dixit Fleur 1992 Fonde Eurotrésorerie Consultants. 2005 Co­ Pellerin, est un entrepreneur fonde le Club XXIe siècle. dans l’âme. Mais à mille 2006 S’encarte à l’UMP. lieues de l’image d’Epinal du Avril 2009 Publie Manuel restaurateur ou du grossiste de chinoiseries à l’usage de d’Asie qui a réussi. Affable, mes amis cartésiens. avec un vrai goût intello pour 2012 Candidat UMP dans le maniement des concepts, la 10ecirconscription il reçoit dans un bureau sur- de Paris. chauffé où trône l’idéo- gramme «prospérité». Dans ce chic XVIIe arrondissement de Paris, il loue un hôtel particulier, une ancienne maison close du XIXe siècle reconvertie en siège social de ses quatre sociétés intervenant dans les services financiers et la produc- tion audiovisuelle. Classique tendance tradi en jean-mocas- sin-chemise, Chenva Tieu y tient un discours libéral de droite décomplexé: «Ça m’emmerde, le concept de redistribution. La Entrepreneur né au Cambodge, ce candidat UMP dans solidarité oui, l’assistanat non.» Il s’emporte contre les «règles et la bureaucratie en France». Et n’a pas de problème avec le Chinatown parisien se pose en chantre de la diversité. l’autorité «quand elle protège». Mais son intégration n’est pas passée par le service militaire. Il a repoussé jusqu’à la fin des Asiatype années 80 sa naturalisation pour y échapper. «Ça m’obsédait, l’armée m’angoisse depuis les dix premières années de ma vie.» Il a 12 ans quand la famille survit dans Phnom Penh encerclé et attaqué par les Khmers rouges. Dans les rues de la capitale cambodgienne, le jeune Chenva Tieu voit des corps déchi- quetés par les roquettes. «Depuis 1975, le sang me fait hor-Par ARNAUD VAULERIN et s’inscrire dans le court terme pour faire du commerce. Car il reur.» Les Tieu n’ont pas de chance: le père a fui la pauvretéPhoto GUILLAUME HERBAUT. INSTITUTE y a une réalité que l’on oublie trop souvent en France : le déficit du sud chinois dans les années 50 pour faire fortune au Viet- commercial avec la Chine a été multiplié par cinq, ces huit der- nam. Patron d’une société de transport maritime, il est rat-O n ne choisit pas toujours ses amis. Même dans un nières années.» Fermez le ban. trapé par des mouvements antichinois des années 60. Il gagne parti. S’il est trop poli et prudent pour le recon- Secrétaire national en charge de l’Asie à l’UMP Chenva Tieu , le Cambodge que la famille va déserter le 12 avril 1975, cinq naître, Chenva Tieu s’est retrouvé dans l’embarras n’est pas pour l’heure un adepte de la langue de bois. Comme jours avant que le piège khmer rouge ne se referme. En aban- après la sortie de Claude Guéant sur les «civilisa- si la campagne législative qui l’attend dans la 10e circons- donnant tout. On peut comprendre que Chenva Tieu soittions qui ne se valent pas». Lui, «l’hybride» qui vit «en même cription de Paris, sise sur une partie de Chinatown du XIIIe longtemps resté «anticommuniste primaire».temps dans les civilisations française et chinoise», n’a pas «im- et acquise au socialiste Serge Blisko, n’avait pas encore com- Il ne se rend qu’une fois par an en Chine où il constate lamédiatement compris» la sortie du ministre de l’Intérieur. mencé. «Son atypisme et son charisme peuvent déplacer les «grande mobilité des habitants qui savent s’adapter vite».Avant de s’interroger sur les différences entre civilisations. frontières partisanes, veut croire Valérie Pécresse, la ministre Chenva Tieu y parle le cantonais, mais pas le mandarin, pour-Il s’amuse : «Guéant serait-il devenu une agence de notation du Budget qui en a fait l’un de ses porte-parole lors des régio- tant pratiqué par la grande majorité de la population. Le détailcivilisationnelle?» Manière de masquer le malaise. On insiste. nales de 2010 et ne tarit plus d’éloges sur cet «homme aux ne manque pas de faire tousser certains Chinois de France quiIl se dévoile. «Je ne dirai pas que c’est une connerie, mais c’est idées neuves. Chenva est en fait un inclassable». ne se reconnaissent pas dans ce représentant affirmé à droite.réducteur, “inadéquat” pour reprendre le mot de Raffarin.» Le Ce n’est pas faux. A 48 ans, dont seulement six à l’UMP, Le reste du temps, monsieur Asie de l’UMP voyage quatrenom de l’ex-Premier ministre est à peine prononcé, que l’on il cultive une certaine fraîcheur dans un marigot politique mois par an à l’étranger. Celui qui se campe en paresseux «quicroit avoir affaire à un sino-béat-baba. Erreur. A rebours du franco-français et assez peu ouvert aux grands vents de l’Ex- ne lit jamais», a pourtant publié. Le premier essai tournaitsénateur de la Vienne, plus chinois que tout le Politburo du trême-Orient. Il ne se réclame d’aucun courant, même si, autour des fantasmes et méconnaissances français sur le géantPCC, Chenva Tieu tient un discours sans risettes ni courbettes «pacsé avec un garçon», il rejette les thèses de la très droitière asiatique. Il était plutôt argumenté et enlevé. Le prochain serasur son pays d’origine et sur les ratages hexagonaux. «Les Droite populaire. Il ne se reconnaît aucun mentor, même s’il une adresse aux démondialisateurs. Le manuscrit n’est pasChinois sont des gens pragmatiques, terre à terre et très forts doit son ascension dans les rangs du parti présidentiel à Jean- encore achevé, mais le titre déjà trouvé : Quand la Francedans la compréhension des réalités humaines. Le piège à éviter François Copé. Dans son panthéon politique, ne figure que s’éveillera… Pour le coup, le clin d’œil à Alain Peyrefitte faitavec eux est l’extrapolation. Il faut être dans le donnant-donnant le «père de l’Europe», Jean Monnet, qui «a connu la guerre vraiment vieille France pour un «hybride». •