• Share
  • Email
  • Embed
  • Like
  • Save
  • Private Content
Septembre 2012 a
 

Septembre 2012 a

on

  • 244 views

 

Statistics

Views

Total Views
244
Views on SlideShare
244
Embed Views
0

Actions

Likes
0
Downloads
1
Comments
0

0 Embeds 0

No embeds

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    Septembre 2012 a Septembre 2012 a Presentation Transcript

    • "ECHOS DES COLLINES' le journal du Cmc de Kédougou Imprimé en 200 exemplaires contacts: e­mail: eecchhoossddeessccoolllliinneess11@@ggmmaaiill..ccoomm Périodicité : Bimensuelle Numéro: 10 Directeur de Publication :Kalidou Cissokho ­ LLee jjoouurrnnaall ddee KKééddoouuggoouuPrix: 220000 ffccffaa Numéro: 1100 ­­ dduu 11eerr aauu 1155 SSeepptteemmbbrree 22001122 AAnnnnoonnccee Le journal ECHOS DES COLLINES recrute des stagiaires bénévoles ­ formation assurée conditions de recrutement: régularité­bonnes moeurs .Contactez la rédaction E­mail: eecchhoossddeessccoolllliinneess11@@ggmmaaiill..ccoomm "" EECCHHOOSS DDEESS CCOOLLLLIINNEESS"" ffoorrccééss eett «« aarrrraannggééss »» oonn nnee llaaiissssee pplluuss lleess fflleeuurrss éécclloorree ddee lleeuurr ggrréé MMaaïïmmoouunnaa DDiiaalllloo ,,1144 aannss ,,ssoonn mmaarrii ll'' aatttteenndd.. VVaa­­tt­­eellllee ppoouurrssuuiivvrree sseess ééttuuddeess eett ddééccrroocchheerr llee BBFFEEMM cceettttee aannnnééee ?? LLaa ppoolliittiiqquuee nnee ll’’aa jjaammaaiiss iinnttéérreesssséé mmaallggrréé ll’’iinnvviittee dduu PPrrééssiiddeenntt SSeenngghhoorr ppoouurr rreepprréésseenntteerr ssoonn ppaarrttii àà KKééddoouuggoouu àà ssoonn ééppooqquuee.. LLeess ffeemmmmeess ddee TThhiiookkéétthhiiaann,, aamma­a­ zzoonneess dduu ddéévveellooppppeemmeenntt ddee lleeuurr vviillllaaggee CCrrdd ssppéécciiaall ssuurr llaa FFoorrmmaattiioonn TTeecch­h­ nniiqquuee eett PPrrooffeessiioonnnneellllee AA KKééddoouuggoouu ll’’aacccceenntt sseerraa mmiiss ssuurr lleess mmiinneess,, ll’’aaggrriiccuullttuurree eett llee ttoou­u­ rriissmmee VVuullggaarriissaattiioonn ddee llaa llooii ssuurr llaa ppaarriittéé Le point focal du COSEF, installé OOppéérraattiioonn ddee lluuttttee ccoonnttrree llaa ppeessttee eett llaa ppaasstteeuurreelllloossee,, llee PPRROOGGEEBBEE ss''eennggaaggee PPoorrttrraaiitt ddee SSaalloouumm SSaaddiiaakkhhoouu,, uunn ppooèèttee,,ddrraammaattuurrggee aauuttooddiiddaaccttee MMaarriiaaggeess pprrééccoocceess,, EEmmppllooii ddeess jjeeuunneess
    • S M p L g d l é n t r p Q M JJeeuunneessssee eett EEmmppllooii:: BBeessooiinnss eenn FFoorrmmaattiioonn TTeecchhnniiqquuee eett PPrrooffeessiioonnnneellllee AA KKééddoouuggoouu ll’’aacccceenntt sseerraa mmiiss ssuurr lleess mmiinneess,, ll’’aaggrriiccuullttuurree eett llee ttoouurriissmmee LLoorrss dd’’uunn CCrrdd ssppéécciiaall oorrggaanniisséé ppaarr llee mmiinniissttrree ddee llaa jjeeuunneessssee,, ddee llaa ffoorrmmaattiioonn pprrooffeessssiioonnnneellllee eett ddee ll’’eemmppllooii,, pplluussiieeuurrss aacctteeuurrss ddeess rrééggiioonnss ddee KKééddoouuggoouu eett TTaammbbaaccoouunnddaa oonntt ppeenncchhéé ssuurr lleess qquueessttiioonnss ddee ffoorrmmaattiioonn pprrooffeessssiioonnnneellllee eett tteecchhnniiqquuee.. PPoouurr KKééddoouuggoouu,, lleess mmiinneess,, ll’’aaggrriiccuullttuurree eett llee ttoouurriissmmee vvoonntt ccoonnsstti­i­ ttuueerr lleess pprriioorriittééss ddee ll’’aavviiss dduu mmiinniissttrree AAllyy CCoottoo NNddiiaayyee qquuii aa ssoouutteennuu qquuee cceettttee ddéémmaarrcchhee eesstt ssuurr iinnssttrruuccttiioonn dduu CChheeff ddee ll’’EEttaatt.. D’après le ministre de la jeunesse, de la formation professionnelle et de l’em­ ploi, « ce Crd qui regroupe les régions de Tambacounda et de Kédougou vise à identifier les priorités au niveau local afin de les prendre à bras le corps. Et nous ne nous sommes pas trompés car l’ensemble des préoccupations des populations ont été prises en compte. » Il a assuré que les décisions du gouver­ nement partiront des besoins des popu­ lations à la base surtout que « le contexte gouvernemental actuel est fa­ vorable à la formation professionnelle et technique et aux mesures d’insertion des jeunes». Dans le même sens le mi­ nistre a annoncé l’élaboration des centres régionaux de formation profes­ sionnelle et technique qui vont concentrer pour chaque établissement, des filières tirées des potentialités de la région. Ainsi à Kédougou, comme il l’a souligné, les secteurs minier, agricole et touristique ont occupé une place de choix dans les différentes interventions lors de la rencontre, compte tenu de la présence de ces potentialités dans la ré­ gion. Une rencontre qui a réuni autori­ tés administratives, locales… venues des régions de Tambacounda et de Ké­ dougou en présence aussi de différents directeurs chargés de l’emploi, de la formation…. Sur place, les inspecteurs d’académies de Kédougou et de Tamba­ counda, à l’image de leurs collègues inspecteurs régionaux de la jeunesse ont fait l’état des lieux de leurs dif­ férentes structures. Ainsi entre autres difficultés énumérées, le manque de for­ mation, d’infrastructures de jeunesse, la faible proportion des filles dans les sé­ ries d’enseignement technique, l’absence de structures professionnelles privées notamment à Kédougou, de connexion internet, d’inspecteurs de spécialités, absence de structures de formation professionnelle et technique précisément dans certains départe­ ments de Tambacounda, le problème de mobilisation de ressources, insuffisance d’équipements, de crédits de fonction­ nement des Cdeps et centres conseils adolescents, insuffisance de ressources humaines, le chômage, absence de moyens de locomotions, de daaras mo­ dernes intégrant une formation profes­ sionnelle, faible implication des collectivités locales etc. D’après l’inspecteur d’académie de Tambacoun­ da, « il faut élargir l’accès au niveau des structures de formation, avoir une ap­ proche départementale et appuyer la fi­ nition du lycée technique de Tambacounda.» « Nous avons l’ambi­ tion d’ouvrir les filières tertiaires (série G)» ajoutera­t­il. Pour sa part, l’inspecteur d’académie de Kédougou a salué « l’ouverture d’une filière métallurgique » compte tenu de la pré­ sence des sociétés minières. Selon lui, l’avenir a des perspectives très promet­ teuses dans la région avec l’exploitation minière. Il a souhaité par ailleurs, l’af­ fectation de professeurs qualifiés au ni­ veau du lycée technique industriel et minier de Kédougou. Entre autres re­ commandations ou besoins de forma­ tion pour la région de Kédougou, nous pouvons retenir, le perfectionnement disciplinaire, les techniques administra­ tives, la planification et le suivi­évalua­ tion, l’amélioration indice filles­garçons, l’élaboration d’une poli­ tique de promotion de l’Education des filles. Mais aussi la création d’un insti­ tut supérieur des mines, l’accès aux crédits d’équipements aux groupe­ ments d’intérêt économique interve­ nant dans la formation professionnelle, la promotion de l’UAP (unité d’appui à la production), l’élargissement de l’ex­ périence des daaras modernes, la sensi­ bilisation des promoteurs pour la création de centres de formation tech­ nique et professionnelle privées. Sans oublier la construction d’un stade ré­ gional. Pour Tambacounda, il a été de­ mandé d’augmenter les capacités d’accueil par la construction de locaux additionnels, l’extension et l’équipe­ ment des structures de formation tech­ nique et professionnelle, l’achèvement de la construction du lycée d’enseigne­ ment technique, la mise en œuvre du plan de développement de l’apprentis­ sage au Sénégal, le renforcement du matériel informatique et logistique tout comme Kédougou, le renforcement des capacités des acteurs par les compétences et la formation continue des enseignants. Tout compte fait, le ministre a rassuré que toutes les préoc­ cupations des populations déclinées sont prises en compte dans « notre stratégie de planification en interne.» Avant de renchérir toutefois, «il nous faut l’accompagnement de certains par­ tenaires pour certaines actions.» Les autorités locales elles, n’attendent pas moins. Elles comptent à l’image du maire Tama Bindia et d’Aissatou Aya Ndiaye, deuxième vice­ présidente du conseil régional, sur le gouvernement « pour sortir les régions périphériques des problèmes d’emploi et de formation professionnelle et technique.» Ces au­ torités locales se sont réjouies en outre de ce choix porté sur Kédougou pour le lancement de cette première session prévue aussi dans d’autres régions. AAmmaaddoouu DDiioopp
    • SSoocciiééttéé:: MMaarriiaaggee ffoorrccéé,, MMaaïïmmoouunnaa DDiiaalllloo vvaa­­tt­­eellllee ppoouurrssuuiivvrree sseess ééttuuddeess ?? LLeess mmaarriiaaggeess pprrééccoocceess ffoorrccééss «« aarrrraan­n­ ggééss »» ssoonntt ddeevveennuuss mmoonnnnaaiiee ccoouurraannttee ddaannss llaa vveerrttee rrééggiioonn ddee KKééddoouuggoouu ooùù lleess ppaarreennttss nnee llaaiisssseenntt pplluuss lleess fflleeuurrss éécclloorree ddee lleeuurr ggrréé.. LLeess ffiilllleess ssoonntt ddoon­n­ nnééeess ttrrèèss ttôôtt aauu mmaarriiaaggee ppoouurr éévviitteerr ddee ttoommbbeerr eenncceeiinntteess.. MMaaïïmmoouunnaa DDiiaalllloo rriissqquuee ddee ss’’ééccrroouulleerr ssoouuss llee ppooiiddss ddeess ppeessaanntteeuurrss ssoocciiooccuullttuurreelllleess.. QQuuii eesstt MMaaïïmmoouunnaa DDiiaalllloo ?? Maïmouna Diallo, 14 ans, est une brillante élève de la classe de 4ème au CEM de Ninéfécha. Elle s’est toujours classée parmi les cinq premiers de sa classe. Depuis peu, elle ne sait plus à quel saint se vouer. Promise au mariage depuis quelques années, voila que son mari a mis les bouchers­doubles. Il est plus que jamais décidé pour que sa pro­ mise regagne le foyer conjugal. Les deux familles sont convenues sur la date du dimanche 2 septembre 2012 pour que la jeune Maïmouna regagne le foyer de son mari. MMaaïïmmoouunnaa DDiiaalllloo eett llee ccoommbbaatt ccoonnttrree lleess ppeessaanntteeuurrss ssoocciiooccuullttuurreelllleess Très tôt informée de l’intention de ses parents, Maimouna et sa tante Kadidia Barry sur conseil de son époux Tidiane Sidibé directeur de l’école élémentaire de Bandafassi ont vite saisi le comité départemental de la Scofi de Kédou­ gou.L’inspecteur départemental de l’Education et l’inspecteur d’académie ont aussitôt mis leurs véhicules à la disposition d’une forte délégation de la Scofi pour aller à la rencontre des parents de cette fille dont l’ avenir risque d’ être compromis avec ce ma­ riage.Cette délégation est composée entre autres de Bintou Founé Danfakha la présidente du comité départemental de la Scofi en compagnie de Satan Founé Diaby, Bintou Diawara, Maï­ mouna Niane, Fatou Sylla et M Benja­ min Sambou principal du collège de Ninéfécha. DDéévveellooppppeemmeenntt llooccaall:: OOppéérraattiioonn ddee lluuttttee ccoonnttrree llaa ppeessttee eett llaa ppaasstteeuurreelllloossee,, llee PPRROOGGEEBBEE ss''eennggaaggee AAuu mmooiiss dd''AAooûûtt ddeerrnniieerr uunnee ddééllééggaattiioonn dd''eexxppeerrttss cchhaarrggééss ddee llaa ssaannttéé ddeess ppeettiittss rruummiinnaannttss,, ss''eesstt rreenndduuee àà BBaannddaaffaassssii ppoouurr uunnee rreessttiittuuttiioonn ddeess rrééssuullttaattss ddeess tteessttss ddee pprroopphhyyllaaxxiiee eeffffeeccttuuééss ssuurr ddeess bbêêtteess ddee llaa llooccaalliittéé ssuuiittee àà uunn pprrééllèèvve­e­ mmeenntt ddee ssaanngg eeffffeeccttuuéé ppaarr ll''IInnssttiittuutt SSé­é­ nnééggaallaaiiss ddee RReecchheerrcchhee AAggrriiccoollee ((IISSRRAA)) .. LLaa ddééllééggaattiioonn aa ééttéé ccoonndduuiittee ppaarr llee DDoocctteeuurr vvééttéérriinnaaiirree KKaaddeerr AAkkaa,, rrees­s­ ppoonnssaabbllee ddee llaa pprroodduuccttiioonn aanniimmaallee dduu PPRROOGGEEBBEE eenn ccoommppaaggnniiee ddee MMoommaarr TTaallllaa SSeecckk,, DDoocctteeuurr vvééttéérriinnaaiirree àà ll''IIS­S­ RRAA.. Après avoir constaté une mortalité très élevée chez les petits ruminants en­ démiques de la localité de Bandafassi, le Projet de Gestion durable du Bétail Ruminant Endémique (PROGEBE), avec son programme d'appui en matière de santé des ovins et des caprins, a jugé nécessaire de procéder à des tests de prophylaxie sur ces animaux. Pour rendre beaucoup plus crédible son acti­ vité, le PROGEBE a décidé d'impliquer l'Institut Sénégalais de Recherche Agricole (ISRA) basé à Dakar. En pre­ mier temps, une équipe de l'ISRA s'est rendue dans la zone pour faire un pré­ lèvement de sang de ces bêtes, pour les besoins de tests de prophylaxie, les­ quels tests vont montrer si les bêtes portent des virus de la peste ou s'ils sont sains. Voilà pourquoi le PRO­ GEBE a confié ce travail à l’ISRA.Mais la remarque faite par ces experts en la matière, «est qu'auparavant, la manière dont ils vaccinaient les bêtes n'était pas la meilleure parce qu'on n'utilisait pas ces vaccins aux dates indiquées, on ne les conservait pas non plus dans une chaîne de froid. Et au moment de la vaccination, on ne les diluait pas avec une eau de qualité. Or, ces vaccins ne doivent plus être utilisés, après la date indiquée pour leur administration aux bêtes il faut donc impérativement les jeter, ce qui est une perte» de l'avis du Docteur Kader Aka responsable de la production animale du PROGEBE. Il reviendra à la charge pour dire : « Si on ouvre un flacon pour cent têtes de mou­ tons chez les éleveurs, on ne trouve qu'une trentaine de têtes. Alors dans ce cas, on ne vaccinera que la trentaine présente et on jettera le reste du vaccin. C’est la faute des éleveurs et ça c'est un manque à gagner, alors que l'objectif du PROGEBE est de sauver les petits ruminants contre deux maladies qui les ravagent dans la zone de Bandafassi ».C’est pourquoi, la mission de l'ISRA est de mettre en place une stratégie de prophylaxie contre la peste des petits ruminants et la pasteurellose. «Il faut impérativement conserver les vaccins dans une chaine de froid du début à la fin pour les petits ruminants. C'est pour cette raison que dans les recommanda­ tions nous avons prévu de mettre en place un vaccin thermostable qui pour­ ra être utilisé même en période de cha­ leur » a précisé Dr Momar talla Seck ,vétérinaire et chercheur à l’ISRA . Aussi ajoutera­t­il : « Le constat pour nous de l'ISRA est que le vaccin monovalent qu'on utilisait a marché pour certains animaux et pas du tout chez d'autres alors que c'est un vaccin fait pour tous les petits ruminants. » CChheeiikkhhoouu KKééïïttaa ­ ­ ­ ­ ­ ­ ­ ­ ­ ­ ­ ­ ­ ­ ­
    • Il fallait adopter une stratégie efficace en mettant l’accent sur la négociation pour ramener les parents de la fille à la raison. Une fois à Bandafassi la déléga­ tion a tenu à rencontrer la fille en question, sa tante, en présence de Moussa Diallo, le chef de village de Bandafassi peulh et de Karim Sidibé, conseiller rural. Tous ont salué cette démarche du comité départemental de la Scofi de Kédougou.«Aujourd’hui, tout le monde est conscient de l’impor­ tance de la scolarisation des filles. Si Maïmouna réussit dans ses études, ses parents seront les premiers à en tirer profit. Les filles sont celles qui aident beaucoup plus leurs parents que les garçons. Nous allons tous unir nos forces et demander à ses parents de la laisser continuer ses études. Comme Maïmouna est intelligente, elle doit pouvoir continuer ses études. Si elle réussit à l’école cela vaut mieux que le ménage. La vie conjugale est caractéri­ sée par des hauts et des bas tandis que la réussite à l’école est définitive. » a précisé Karim Sidibé, conseiller rural à Bandafassi.Moussa Diallo, le chef de village de Bandafassi abordera le sujet dans le même sillage. « Nous sommes très contents de votre démarche car vous avez regardé sur vous­mêmes d’abord en tant que modèles de femmes ayant réussi. Toute fille qui réussit à l’école pensera d’abord à récompenser ses parents avant quiconque. J’ai vu des exemples pareils où les parents avaient voulu stopper les études de leur fille pour une question de mariage. Fort heureusement que celle­ci a réussi dans ses études et s’occupe bien de ses parents aujourd’hui. » LLaa SSccooffii pprréévviieenntt……MMaaïïmmoouunnaa DDiiaalllloo ddoonnnnee ssaa ppaarroollee dd’’hhoonnnneeuurr A la lumière des différentes interven­ tions, à tour de rôle, les membres de la scofi (toutes des femmes) ne sont pas allées par quatre chemins d’ abord pour caractériser le problème et dire la veri­ té toute la vérité à Maïmouna.« Le problème se situe à trois niveaux : Maï­ mouna n’aime pas son « mari »­ son âge ne lui permet pas de se marier­ et elle veut poursuivre ses études…Par ailleurs la Scofi ne doit pas fermer les yeux sur cela. Il faudrait que les parents de Maïmouna comprennent qu’en consommant ce mariage, ils sont en train de violer les droits de leur fille » a précisé Bintou Founé Danfakha, présidente de la Scofi.Fatou Sylla a saisi cette occasion pour partager sa propre expérience en tant que victime lors de sa tendre jeunesse de ces mariages forcés « arrangés ». Ce récit très émou­ vant a plongé la jeune Maïmouna Dial­ lo dans une position confortée de sa décision de ne jamais vivre une situa­ tion pareille. De ses yeux jaillissait une lumière éblouissante symbolisant sa courageuse décision de ne jamais se laisser entrainer dans les méandres de cette vie conjugale incertaine que lui proposent ses parents à cet âge.Aussi­ tôt insista Bintou Diawara : « il ne faudrait pas que toute la délégation ici présente t’aide à remporter ce combat et qu’au finish tu te prennes à la légère à tel point que tu tombes enceinte. Ce sera une honte pour toi et pour nous pour le reste de la vie. » Ainsi après un court récit des péripéties de ses pre­ miers jours de combat contre la volon­ té de ses parents, Maïmouna Diallo a­t­elle pris l’engagement solennel de poursuivre ses études rien que ses études. « je veux continuer mes études » LLee mmaarriiaaggee ffoorrccéé ppeeuutt ––iill êêttrree uunnee ssoolluuttiioonn aauuxx ggrroosssseesssseess nnoonn­­ddééssiirrééeess ?? « Je me suis mariée depuis plusieurs années avec son papa. Et ce dernier ne me soutient jamais .Si je trouve un trouve un mari pour elle cela me réjoui­ rait.Ma fille connait bien ma souffrance et mon inquiétude et ma peur de la lais­ ser ainsi sans époux. Lorsqu’ils ont de­ mandé la main de ma fille, j’ai accepté tout en confiant à son prétendant qu’elle va continuer les études même au foyer. Moi­même, je regrette maintenant de ne pas avoir été scolari­ sée. Avec tous les cas de grossesses non­désirées qu’on note un peu par­ tout, moi, je ne voudrai pas que ma fille ait un enfant hors mariage… ». LLee mmaarriiaaggee ffoorrccéé ddeess ffiilllleess,, uunnee rrééssuul­l­ ttaannttee ddeess vviioolleenncceess ééccoonnoommiiqquueess ffaaiitteess aauuxx ffeemmmmeess aauu ffooyyeerr Poursuivant son récit sur ses difficiles conditions de vie Coumbayel , la voix cassée et haletante ajoutera : « Si vous voyez que je nettoie les rues, balaie ou fais le linge pour certains c’est tout simplement pour subvenir aux besoins de mes enfants. Je suis seule à m 'occu­ per de ses frais de scolarisation. J’ai été choquée lorsque ma fille a été renvoyée de l’école pour n’avoir pas versé sa cotisation annuelle alors que son papa avait promis de verser la somme demandée. Maïmouna connait bien ma souffrance. Le toit de ma case a suinté pendant plusieurs saisons des pluies, son papa le savait pourtant, il n’a rien essayé. Son prétendant a été le seul à me sortir de cette situation. Auparavant, même pour faire mes be­ soins naturels, j’étais obligée d’aller chez des voisines. C’est grâce à son prétendant que j’ai pu sortir de cette honte.Même au foyer conjugal, le jeune homme a promis de la laisser pour­ suivre ses études. Comme lui est anal­ phabète, il ne voudrait pas que son épouse aussi se déscolarise assez vite. Il nous a fait cette promesse.Si vous voyez que j’insiste sur ce mariage c’est surtout pour que son mari puisse nous soutenir afin que nous puissions sortir de cette souffrance. Je ne compte que sur ma force physique et mon bétail pour subvenir à nos besoins. A cet instant, j’ai fini par brader tous mes animaux » LL’’aaddmmiinniissttrraattiioonn llooccaallee pprreenndd llee ddoos­s­ ssiieerr eenn mmaaiinn Après avoir écouté attentivement les allégations Coumbayel la maman de la
    • FFeemmmmee eett DDéévveellooppppeemmeenntt LLeess ffeemmmmeess ddee TThhiiookkéétthhiiaann,, aammaazzoonneess dduu ddéévveellooppppeemmeenntt ddee lleeuurr vviillllaaggee LLee ggrroouuppeemmeenntt ddeess ffeemmmmeess ddee TThhiiookké­é­ tthhiiaann ((ccoommmmuunnaauuttéé rruurraallee ddee BBaannddaaffaas­s­ ssii)) eesstt eenn ttrraaiinn ddee ccoommpprreennddrree qquuee llaa ffeemmmmee aa aauussssii uunn iimmppoorrttaanntt rrôôllee àà jjoouueerr eett uunn mmoott àà ddiirree ppoouurr llee ddéévveellooppppeemmeenntt ddee ssaa llooccaalliittéé..CCeett eennggaaggeemmeenntt ddee cceess ffeemmmmeess ddooiitt ssee mmaattéérriiaalliisseerr ppaarr uunnee cceerrttaaiinnee pprriissee ddee ccoonnsscciieennccee ddee llaa ssiittuua­a­ ttiioonn ssoocciioo­­ééccoonnoommiiqquuee ddee lleeuurr vviillllaaggee.. Thiokéthian est situé à environ 9 km au nord­ouest de Bandafassi chef­lieu de communauté rurale. Pour promouvoir le développement économique et social de leur village, de­ puis 2007, les femmes ont créé un groupement féminin qui compte au­ jourd’hui prés de 85 membres. Avec comme présidente Salé Diallo, le grou­ pement des femmes de Thiokéthian dé­ roule comme principales activités économiques le maraichage, le petit commerce et l’agriculture. Grâce à l’appui de leurs partenaires français de l’association Commerce Equitable Vitré (CEV), les femmes s’ac­ tivent dans la production de légumes (tomates, choux, oignons, piment et au­ bergines) en saison sèche.Cette année elles ont démarré avec la culture du gombo en hivernage « Nous n’avons plus de problèmes de condiments pour la préparation de nos repas. Nous trouvons toujours quelques légumes fraiches dans notre jardin pour enrichir nos plats. Nous allons revendre une partie des légumes à Kédougou pour alimenter notre caisse» a précisé Salé Diallo, la présidente du groupement des femmes de Thiokéthian . Les durs moments sont passés rap­ pelle­t­elle « autrefois, malgré notre engagement et notre dynamisme, nous n’arrivions pas à produire suffisam­ ment de légumes. Nous n’avions pas de clôture pour notre jardin, les chèvres et les vaches attendaient la nuit pour détruire nos plants. Maintenant comme vous le voyez bien, depuis décembre 2011, nos partenaires français ont fait la clôture du jardin tout en grillage. Ils ont acheté tout le matériel et ensemble avec les hommes du village, ils ont fait la pose de la clôture. LLee ppoossttee ddee ssaannttéé dduu vviillllaaggee eesstt eenn cchhaannttiieerr En attendant la fin des travaux de construction de leur poste de santé, ces braves femmes rencontrent de sérieux problèmes. « Nous rencontrons quelques prob­ lèmes pour évacuer les malades et les femmes enceintes surtout en hivernage. Notre village est enclavé. Il faut par­ courir 7 à 9 kilomètres pour partir à Thiabédji ou à Bandafassi pour se faire soigner. C’est long pour un malade s’il n’y a pas de moyen de transport adéquat. Nous utilisons parfois des charrettes, des motos ou des vélos pour évacuer les malades» a précisé Maï­ mouna Diop LL’’eeaauu,, uunnee qquueessttiioonn eennccoorree nnoonn rrééssoolluuee Malgré les efforts de l’Etat, la question de l’accès à l’eau potable pose encore quelques soucis aux habitants de Thio­ kéthian.« On nous a construit un châ­ teau d’eau à la place du forage mais fille, Mouhamadou Moustapha Thian­ doum, le sous­préfet de Bandafassi a aussitôt informé le chef de poste de la gendarmerie de Ninéfécha pour qu’il puisse convoquer le couple à la sous­ préfecture. « Il n’est pas question de sceller ce mariage puisque la fille n’est pas consentante et son âge ne lui permet pas de se marier .Dans un premier temps je vais dialoguer avec les parents pour les amener à surseoir à ce ma­ riage précoce et forcé. Si les parents s’entêtent à poursuivre leurs inten­ tions, ils seront responsables de tout ce qui pourrait arriver à leur fille.Déjà Maïmouna a commencé à brandir cer­ taines menaces. Et si jamais elle les met en exécution, ses parents seront poursuivis par la loi avec toute la ri­ gueur qu’elle impose.» a précisé M Thiandoum.Il a aussi confié à sa tante Kadidia Barry, la garde provisoire de Maïmouna Diallo en attendant que la situation se régularise et que les parents de la fille renoncent à ce projet de mariage précoce et forcé. MMaaïïmmoouunnaa vvaa­­tt­­eellllee ssuuiivvrree lleess ttrraacceess dd’’OOuummoouu DDjjiibbaa DDiiaalllloo ?? Oumou Djiba Diallo est cette élève en classe de Cm2 qui grâce à la scofi et à l’administration avait de justesse été sauvée d’un mariage précoce forcé. La même année elle a réussi à l’entrée en sixième en se classant première du Sénégal. Aujourd’hui, elle poursuit tranquillement ses études au lycée Ma­ riama Bâ de Gorée . Elle excelle dans les disciplines scientifiques. A la rent­ rée prochaine,elle sera en classe de première.Reste à savoir si Maïmouna Diallo qui sera en classe de troisième à la rentrée scolaire suivra les pas Ou­ mou Djiba Diallo qui constitue une ré­ férence en matière de combat pour la scolarisation des filles et contre les mariages forcés et/ou précoces dans cette partie du Sénégal où les pesan­ teurs socioculturelles persistent encore . AAddaammaa DDiiaabbyy
    • jusqu’à présent ça ne va pas parce que tous les robinets placés dans les dif­ férents quartiers du village ne fonc­ tionnent pas normalement » a laissé entendre Maïmouna Diallo. Du coté de l’éducation, les femmes déplorent les conditions d’études de leurs enfants.« Dans notre école, il n’y a que 2 classes construites, les 4 autres sont en abris provisoires. Ce n’est pas sécurisant pour nos enfants. Dans ce village, très rares sont les filles qui ne vont pas à l’école, nous tenons beaucoup à leur scolarisation. Faute de moulin à mil, nos enfants vont souvent à l’école sans prendre le petit­déjeuner. La vie au vil­ lage n’est pas de tout repos. Et ce n’est pas toujours facile de se lever tôt, tous les jours pour piler le mil ou le mais pour la préparation du petit­déjeuner .Nos enfants se plaignent très souvent de maux de ventre… » a ajouté Maï­ mouna Diop DDyynnaammiiqquuee oorrggaanniissaattiioonnnneellllee dduu ggrroou­u­ ppeemmeenntt,, eennggaaggeemmeenntt ppoolliittiiqquuee ddeess ffeemmmmeess eett ssoouuttiieenn ddeess hhoommmmeess,, ddeess aassppeeccttss àà aamméélliioorreerr.. Le nombre de (85) adhérents au grou­ pement des femmes de Thiokéthian n’est pas aussi synonyme d’efficacité et de rentabilité en matière de production de travail collectif. Diriger toute cette masse humaine pose d’énormes prob­ lèmes et la gestion de la stabilité du groupement en pâtit beaucoup. « En tant que présidente du groupement des femmes de Thiokéthian, c’est très diffi­ cile de gagner la confiance de toutes les femmes afin qu’elles s’investissent toutes pour la bonne marche du grou­ pement, en respectant les horaires des réunions, le temps de travail collectif au jardin ou le versement des cotisa­ tions à temps… » a laissé entendre Sa­ lé Diallo la présidente du groupement.C’est pourquoi dans un souci de créer une certaine émulation entre les femmes du village, une nou­ velle donne s’impose aujourd’hui à Thiokéthian. « Nous avons scindé le grand groupement en quatre sous­ groupements. Chaque sous­groupe­ ment organise une tontine hebdoma­ daire à raison de 250 FCFA par femme. Chaque samedi, une femme prend la tontine et verse 1000 FCFA dans la caisse du sous­groupement. Ainsi, à tour de rôle, la femme bénéficiaire de la tontine de la semaine nous reçoit et nous discutons de tout» a soutenu Maïmouna Diallo . Cependant, les ambitions des femmes de Thiokéthian dépassent ces initia­ tives personnelles de réorganisation de leur groupement.« Nous sollicitons l’appui des bonnes volontés pour nous soutenir dans l’organisation du grou­ pement pour son bon fonctionnement. Un accompagnement matériel et finan­ cier pour la valorisation de notre jardin nous permettrait d’accéder facilement à l’autonomisation. Aujourd’hui, nous rêvons d’un village électrifié et même de naviguer sur internet comme les autres femmes des grandes villes. » a plaidé Salé Diallo, la présidente du groupement des femmes de Thioké­ thian.L’influence des hommes serait le seul et principal obstacle qui se dresse­ rait sur leur passage. Il semble encore difficile de leur faire comprendre que dans cette marche du monde, l’homme et la femme ont les mêmes droits.« Les hommes du village nous soutiennent de temps en temps, mais c’est difficile de les mobiliser pour la cause des femmes.ils ont coupé des piquets pour renforcer la clôture de notre jardin maraicher.En cas de différend entre les femmes, les hommes interviennent pour arranger, et après nous conti­ nuons à collaborer avec toutes les femmes du village.» a précisé Maï­ mouna Diop. Elle reviendra à la charge pour dire : « Nous sommes engagés sur le plan politique car nous aussi avons une place à coté des hommes. Mais, ils ont tendance à nous obscurcir la voie pensant que si les femmes ont beaucoup de pouvoirs, les hommes n’auront plus la paix ».Tout de même les femmes de Thiokéthian gardent l’espoir de lendemains meilleurs avec une prise en compte effective des prob­ lèmes de leur village .Par ailleurs, elles constituent une couche vulnérable soutenir et à promouvoir. KKhhaaddyy MMaaïïggaa KKééddoouuggoouu :: llaa ccooooppéérraattiioonn eessppa­a­ ggnnoollee ssoouuttiieenntt lleess ffeemmmmeess ppoouurr llaa vvuullggaarriissaattiioonn ddee llaa llooii ssuurr llaa ppaarri­i­ ttéé LLeess ffeemmmmeess ddee KKééddoouuggoouu vviieennnneenntt dd’’iinnssttaalllleerr uunn ppooiinntt ffooccaall dduu CCOOSSEEFF ((CCoonnsseeiill SSéénnééggaallaaiiss ddeess FFeemmmmeess)).. LLaa ccéérréémmoonniiee ooffffiicciieellllee aa ééttéé pprrééssiiddééee ppaarr MMoouussssaa BBââ,, aaddjjooiinntt aauu pprrééffeett ddee KKé­é­ ddoouuggoouu.. Le vote par l’Assemblée Nationale du Sénégal de la loi n° 2010­11 du 28 Mai 2010 instituant la parité absolue Homme­Femme constitue une avancée significative en matière de responsabi­ lisation des femmes. Elle consacre l’égalité des chances dans les fonctions électives entre les hommes et les femmes. Malheureusement la mise en application effective de cette loi laisse à désirer. « L’égalité entre homme et femme de­ vient une réalité .La parité dans les postes électifs arrive pas à pas .cepen­ dant même si la révolution est signifi­ cative mais elle n’est pas effective .Je pars du constat personnel que dans la conception des listes départementales pour les législatives, les femmes ont joué le second rôle partout elles sont suppléantes c’est une situation à dé­ noncer avec la dernière énergie » a constaté M Tama Bindia 1er adjoint au maire de Kédougou.
    • CCuullttuurree:: PPoorrttrraaiitt ddee SSaalloouumm SSaaddiiaakkhhoouu,,uunn ppooèèttee eett ddrraammaattuurrggee aauuttooddiiddaaccttee IIll ssee pprréésseennttee ccoommmmee uunn aauuttooddi­i­ ddaaccttee.. LLaa ppoolliittiiqquuee nnee ll’’aa jjaammaaiiss iin­n­ ttéérreesssséé mmaallggrréé ll’’iinnvviittee dduu PPrrééssiiddeenntt SSeenngghhoorr ppoouurr rreepprréésseenntteerr ssoonn ppaarrttii àà KKééddoouuggoouu àà ssoonn ééppooqquuee.. Né à Baraboye dans l’arrondissement de Bandafassi et âgé de 78 ans, il est at­ teint aujourd’hui de cécité mais conti­ nue encore à «écrire»; ses enfants et certains enseignants de bonne volonté l’y aidant. Saloum a consacré tout son temps libre à la lecture, à l’écriture et au théâtre. Jusque­là non édité, cet homme d’une dimension culturelle as­ surée est « aujourd’hui plus inspiré qu’avant». Entre idéalisme, engage­ ment, honneur et bravoure, principaux thèmes de ses écrits, il veut léguer à son pays, à sa jeunesse, des valeurs d’éducation et de culture. « La culture c’est la personnalité même» laisse­t­il entendre à travers un sourire qui laisse entrevoir quelques dents qui résistent encore au temps et jaunies par le tabac de sa pipe. D’un verbe posé, une diction cap­ tivante, l’homme rappelle la façon de parler de l’ancien Président Senghor. Avec des yeux qui, par moment coulent et qu’il essuie avec un petit torchon noir à la main, « le vieux Sadhiakhou », comme le surnomment la plupart des gens, ambitionnait de devenir ensei­ gnant. Chose faite, mais c’était sans compter cette passion des livres qui l’animait. Vite, il se voit gagner par la ferveur de la culture qui prime ainsi sur son métier d’enseignant. « Seuls les livres m’intéressaient surtout que j’avais à la bibliothèque des centaines et des centaines de livres que je gérais à tropical à la portion centrale, par le biais du commandant de la garde répu­ a u ­ e ­ e e e s t e s r n s t ­ s ­ e s i . r t s e t c ­ s e .Mais, il faut retenir qu’en matière de dynamique social, les acquis ont besoin d’être surveillés, consolidés et amélio­ rés car la perfection n’est pas de ce monde. C’est dans ce sens que le Conseil Sénégalais des femmes (CO­ SEF) a initié le projet : «Plaidoyer et renforcement des capacités pour la mise en place effective de la loi sur la parité ». « Ce projet financé par la co­ opération espagnole concerne six ré­ gions (Kédougou Ziguinchor, Saint­Louis, Thiès, Kaolack Dakar …). "L’objectif de l’atelier est de marquer le démarrage officiel des activités du projet Il s’agit à travers cette journée d’informer les acteurs sur le projet, ses activités, sa durée et sa zone d’inter­ vention." a précisé Mme Marie Diokh, la coordonnatrice de ce projet au ni­ veau du COSEF.Elle reviendra à la charge pour dire : « Le choix porté sur ces zones n’est point fortuit .La loi sur la parité a été votée mais jusqu'à pré­ sent, on s’est rendu compte qu’il y’ a des poches de résistance c'est­à­dire des groupes qui ne semblent pas bien comprendre la portée de cette loi ou peut­être qui comprennent bien mais essayent de mettre en avant des inté­ rêts contraires par rapport à cette loi. Ce projet vient à son heure pour un plaidoyer massif et un renforcement des capacités techniques pour que cette loi soit opérationnelle de façon ir­ réversible immédiate et effective dans tous les coins et recoins du Sénégal ». Ce beau discours retraçant les inten­ tions du COSEF n’a pas laissé indiffé­ rent M Tama Bindia 1er adjoint au maire et par ailleurs ‘‘ 1er avocat des femmes de la région de Kédougou ‘’ : « la mise en place de mouvements comme le COSEF est plus que jamais néces­ saire. Les pouvoirs publics doivent faire respecter leurs engagements et lois vo­ tées dans le cadre de l’amélioration de la condition de la femme. Les noirs se sont battus pour mettre fin à l’escla­ vage, les noirs de l’Afrique du sud pour effacer l’apartheid…A l’instar de toutes ces couches opprimées, les femmes doivent se battre pour mettre fin à la domination de la femme par l’homme. » L’administration pour sa part a félicité et salué à sa juste valeur cette belle ini­ tiative. « Le principal but du COSEF qui est de lutter pour la promotion ef­ fective de la femme sénégalaise notam­ ment par le développement et le renforcement de son leadership, de lut­ ter contre toute forme de discrimina­ tion basée sur le genre, cet objectif est en parfaite congruence avec les préoc­ cupations des pouvoirs publics en la matière .Nous vous félicitons pour l’installation d’un point focal du COSEF à Kédougou, nous espérons qu’il pourra sensibiliser et informer ses consœurs de toutes les localités de la région » a soutenu M Moussa Bâ ad­ joint au préfet de Kédougou.Il revien­ dra à la charge pour manifester tout le soutien de l’administration pour la­ quelle l’épanouissement de la femme a toujours été et demeure un des défis majeurs à relever par l’Etat. Mme Taïba Sidibé, le point focal du projet, consciente des missions qui l’at­ tendent a pris l’engagement de relever tous les défis en sensibilisant davan­ tage ses sœurs pour une meilleure compréhension des enjeux.Reste à sa­ voir si les actions combinées de Taïba Sidibé, des femmes citadines tout comme rurales, de l’administration, des collectivités locales, des chefs religieux et coutumiers parviendront à une adhésion populaire en vue de l’atteinte des objectifs du projet par une bonne compréhension des enjeux du vote de la loi sur la parité. AAddaammaa DDiiaabbyy
    • blicaine du Sénégal d’alors.» Sur place il devient commis du commandant et enseignant des enfants de gardes. Ce qui lui a permis d’enseigner l’ex­ mi­ nistre, Landing Savané vers les années 50. Après des cours qu’il recevait par correspondance à l’école ABC de rédac­ tion de Paris, il s’inscrit à l’école des sciences et arts et commence alors à écrire. « Ce qui m’a donné le courage, c’est que les professeurs de l’école des sciences et arts ont apprécié les poèmes que j’ai envoyés. » Et il se rappelle tou­ jours leur propos « Vos efforts vous permettront d’acquérir la technique sans laquelle le plus grand poète ne saurait espérer faire entendre son chant.» La voie était déjà ouverte pour lui. Il produit alors des recueils poé­ tiques parmi lesquels, « Les deux jours de l’Afrique », un recueil de 600 vers de la poésie classique qui parlait du passé et du présent. Le vent d’indépendance qui commençait à souffler l’avait inspi­ ré. Ensuite suivront « Les hymnes des bois d’Afrique », « La chanson sur la rive du fleuve », « Le consentement vi­ cieux »... Des productions qui ne connaitront pas de grands retentisse­ ments malgré les bonnes appréciations portées sur elles. Il envoie son recueil de poèmes « Les hymnes des bois d’Afrique » aux éditions de jeunesse à Bordeaux. D’autres productions telles que « La chanson sur la rive du fleuve » seront aussi envoyées à d’autres mai­ sons d’édition en France. Mais il ne se fera pas publier. La raison ? « Je crois qu’il s’est juste posé un problème finan­ cier. Les frais ne me le permettaient pas.» Même au Sénégal où il a essayé de se faire publier avec un recueil de poèmes intitulé «« Mandéla »», rien n’y fut. Son œuvre sera jugée à son grand mécontentement et surprise comme une œuvre de circonstance. Aussi produit­il des pièces théâtrales parmi lesquelles « Hamady, l’étudiant », « le fils ennemi », « Les mystères agissent », « Coups de baguette de la mémoire »… et bien d’autres pour le compte de la Tripartite, la rencontre culturelle et sportive à ca­ ractère sous­régionale et qui regroupe le Sénégal, le Mali et la Guinée Cona­ kry. SSeenngghhoorr ««ssoonn mmaaîîttrree ssppiirriittuueell »» Ses rapports avec le Président Senghor sont d’ordre spécifiquement culturel. Il refuse de le représenter à Kédougou sur le plan politique. « Même si chaque trois mois ou deux à trois fois dans l’an­ née on correspondait. Il a voulu m’atti­ rer sur le plan politique.» Mais Saloum Sadiakhou est catégorique. « C’est la culture qui nous unit et je vous appelle­ rai même mon maître spirituel. Sur tous les plans je suis votre admirateur mais la politique n’en parlons pas.» Donc « Pour moi c’est la culture qui domine.» N’empêche, « Senghor était un homme de sagesse.» à ses yeux. Aujourd’hui toutes ses œuvres « sont bien classées. Je n’ai rien perdu. C’est l’héritage que je dois laisser à mon pays, à ma jeunesse. Et je continue à écrire». Voudrait­il dire ses enfants et certains enseignants l’aident à coucher ses idées sur le papier. Seulement il se dit aujourd’hui déchu par la jeunesse «qui ne s’in­ téresse pas à la culture.» Récemment, il a écrit « Parole des idoles » qu’il a en­ voyée aux Editions de la pensée univer­ selle où, l’a­t­on signifié, 6 000 manuscrits sont en attente. Présente­ ment le « vieux Saloum » se penche sur un roman, « La source bilatérale» en réplique aux propos « d’humiliation » de Nicolas Sarkozy sur l’Afrique et où il expose aussi que « le retard de l’Afrique est dû plutôt à nos rois nègres qu’aux occidentaux.» Le noir serait alors à la source de son malheur. Calmement et d’un ton rassurant, il soutient néanmoins, « le travail c’est la première religion. L’avenir, demain doit trouver un mur, c’est le présent mais doit trouver aussi le soubassement, c’est le passé. La jeunesse ne doit pas alors se livrer à des situations in­ décentes. Il faut qu’elle entre en émula­ tion avec la jeunesse d’autres régions.» Et d’un soupir à peine audible, il termine par un haussement de tête comme qui l’approuve profondément, « que la jeunesse ait le courage de trou­ ver l’émulation sur le sentier de la vie. Son propre sentier c’est ici. Il ne doit pas y avoir de rupture entre eux, le pas­ sé et l’avenir.» «Le vieux Saloum » es­ père toujours témoigner un jour la publication de ses diverses œuvres. Son unique héritage pour son peuple. AAmmaaddoouu DDiioopp PPuubblliicciittéé :: Candidats au CAP des fascicules vous attendent avec le résumé détaillé des œuvres au programme LLiittttéérraattuurree FFrraannççaaiissee : L’Etranger (Albert Camus) –Les Fables (livre 1) de Jean de la Fontaine­ Le Cid (Pierre Corneille) LLiittttéérraattuurree AAffrriiccaaiinnee :: Buur Tilleen, Roi de la Médina ( Cheik Aliou Ndao) , Coups de pilon (David Diop) Demain, la fin du monde (Alioune B Bèye) Contactez Adama Diaby tel 7777 443355 8855 4488 ou Inspecteur Sow, Inspection d'Académie de Kédougou