Bva barometre de_leconomie_vague_49_-_decembre_2012

  • 154 views
Uploaded on

 

  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Be the first to comment
    Be the first to like this
No Downloads

Views

Total Views
154
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0

Actions

Shares
Downloads
0
Comments
0
Likes
0

Embeds 0

No embeds

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
    No notes for slide

Transcript

  • 1. Décembre 2012 BAROMÈTRE DE L’ÉCONOMIE BVA - BFM - CHALLENGES – AVANQUEST Confiance en l’avenir de la situation économique en France Employabilité perçue des Français en activité Opinion à l’égard du dispositif destiné aux entreprises de crédit dimpôt pour la compétitivité Opinion à l’égard de la gestion du gouvernement de la fermeture d’une partie du site de Florange Ce sondage est réalisé par pourPublié dans , et diffusé sur et le jeudi 6 décembre 2012. LEVEE D’EMBARGO LE 6 DECEMBRE - 06H45 Contact BVA : Gaël Sliman - Directeur Général Adjoint de BVA  01.71.16.88.34
  • 2. Méthodologie Enquête réalisée par l’Institut BVA les 29 et 30 novembre 2012 auprès d’un échantillon de Français recrutés par téléphone et interrogés par Internet*. Recueil 986 personnes de 15 ans et plus ont répondu à l’enquête. La représentativité de l’échantillon est assurée par la méthode des quotas, appliqués aux variables suivantes : sexe, âge, profession de l’interviewé et du chef de famille Echantillon après stratification par région et catégorie d’agglomération. * Il ne s’agit pas d’un access panel2
  • 3. L’œil du sondeur : Principaux enseignements (1/4)1) Notre indice de moral économique mensuel se maintient à un niveau médiocre avec 71% de défiants enl’avenir. Plus inquiétant encore, avec 72% de pessimistes contre seulement 26% d’optimistes, le sentiment« d’employabilité » des Français tombe à son plus bas niveau en une décennie de mesures effectuées par BVANotre indice mensuel de moral économique se maintient à un médiocre niveau avec 71% de « défiants » (-1point) en l’avenir contre 26% de « confiants » (+1 point).Corolaire de ce moral économique défaillant, seulement un peu plus d’un quart (26%) des Français en activitéinterrogés pense qu’il n’aurait pas trop de difficultés à retrouver un emploi comparable s’il perdait leur emploiactuel. A l’inverse, près de trois Français sur quatre (72%) pensent qu’ils auraient des difficultés à y parvenir.En plus d’être bas dans l’absolu, ce résultat l’est en historique : en près d’une décennie (depuis octobre 2003),c’est la première fois que le sentiment d’employabilité des Français tombe à un si bas niveau. Il a chuté de 6points depuis notre dernière mesure effectuée il y a un an, en novembre 2011, et qui constituait déjà sonprécédent record.Ce résultat est d’autant plus inquiétant que les Français ne sont pas si structurellement pessimistes sur cettequestion : en janvier 2011, croyant sans doute voir le début du bout de la crise, ils étaient même pour lapremière fois une majorité (54% contre 46%) à se montrer optimistes et à penser qu’ils n’auraient pas trop dedifficulté à retrouver un emploi équivalent s’ils perdaient le leur. Sur l’ensemble de la période 2003-2007, lesFrançais n’étaient d’ailleurs « que » 44% à se montrer optimiste sur cette question, soit près de 20 points d’écartavec notre mesure de décembre 2012.3
  • 4. L’œil du sondeur : Principaux enseignements (2/4)Recoupant logiquement les enseignements que nous livrent les statistiques actuelles du chômage (hormis surles jeunes, très nombreux au chômage, et pas parmi les plus inquiets sur notre question), les catégories les plusinquiètes sur le sujet se trouvent essentiellement chez les Français les moins diplômés (83% des Français ayantcomme diplôme un CAP-BEP ou un Bac pensent qu’ils auraient du mal à retrouver un emploi équivalent), lescatégories populaires (76% des « CSP-»), et les personnes habitant en province plutôt qu’à Paris (75%).Inversement, les Parisien (« seulement » 56% d’inquiets), les Français les plus diplômés (68%), les catégoriesdites supérieures (69%), et les personnes disposant des plus hauts revenus (67%) sont significativement moinsnombreuses à penser qu’elles auraient du mal à retrouver un emploi équivalent à leur emploi actuel si ellesvenaient à le perdre.Mais plutôt que ces écarts attendus et assez logiques entre « gagnants » et « perdants » du système, ce quifrappe dans ces résultats, c’est que même parmi les catégories réputées les plus « gagnantes » on comptetoujours une très large majorité - souvent plus des deux-tiers – pessimistes sur leur employabilité.2) Les Français approuvent largement l’action gouvernementale sur les deux volets que nous avons testés : 72%des Français soutiennent le CICE et 61% justifient le bras de fer engagé avec MittalDans ce contexte de profonde morosité, l’actualité économique et sociale compliquée du gouvernementapparaît particulièrement dangereuse en termes d’opinion.4
  • 5. L’œil du sondeur : Principaux enseignements (3/4)Pourtant, les deux grandes mesures gouvernementales que nous avons testées rencontrent – pour le moment –un large soutien de l’opinion.Le dispositif de crédit d’impôt aux entreprises, qui mécontente les dirigeants d’extrême-gauche, est trèslargement soutenu par les Français. Près des trois-quarts (72%) de nos concitoyens estiment qu’il s’agit d’unebonne mesure. Un certain consensus existe même sur le sujet : s’il est vrai que les catégories populaires y sontmoins favorables que les « CSP+ » (60% contre 72%), tous, y compris les sympathisants de gauche (76%), et ceuxde droite (69%) y adhèrent majoritairement.Dans un tout autre registre, le principe du bras de fer engagé avec Lakshmi Mittal sur la question de l’avenir dusite de Florange est très majoritairement soutenu.61% des Français pensent que le gouvernement a raison de faire pression sur Mittal car « c’est uniquement enlui imposant des solutions contraignantes que l’on pourra sauver des emplois sur le site de Florange ».Inversement, seulement 36% des Français pensent que le gouvernement a tort de faire pression sur Mittal car« cela pourrait avoir des conséquences sur les 20 000 employés de Mittal en France et pourrait aussi limiter lesinvestissements d’autres entreprises étrangères en France à l’avenir ».Sur ce sujet en revanche, si un certain consensus règne au niveau sociologique, des clivages politiques profondsse font jour : les sympathisants de gauche sont unanimes à cautionner ce bras de fer (90% l’approuvent) alorsque ceux de droite sont une majorité des deux tiers (64% contre 33%) à le réprouver.5
  • 6. L’œil du sondeur : Principaux enseignements (4/4)Dans un contexte très pénible depuis des mois, voici donc deux bonnes nouvelles à savourer pour FrançoisHollande et ses ministres (principalement A. Montebourg). Mais attention il faudra faire vite : en effet sur cessujets, l’opinion peut, après quelques temps, se montrer d’autant plus sévère sur les résultats qu’elle avait degrandes attentes sur les principes. Ainsi, si le bras de fer sur Florange échouait et si après quelques mois, la miseen place du CICE ne produisait guère d’effets sur l’emploi et le pouvoir d’achat, le retour de kick pourrait êtreextrêmement douloureux. Gaël Sliman, DGA de BVA6
  • 7. CONFIANCE EN L’AVENIR DE LA SITUATION ÉCONOMIQUE EN FRANCE7
  • 8. Confiance en l’avenir de la situation économique en FranceDepuis ces dernières semaines, êtes-vous plutôt plus confiant ou plutôt moins confiant concernant l’avenir de lasituation économique en France ? Plutôt moins Plutôt plus confiant confiant 71% 27% Evol.* : - 1 pt Evol.* : +1 pt Indice « Plutôt plus confiant » - « Plutôt moins confiant » = -44 (Rappel novembre 2012 : -46)*Evolution par rapport à la vague de novembre 20128
  • 9. Évolution de l’indice de confiance en l’avenirDepuis ces dernières semaines, êtes-vous plutôt plus confiant ou plutôt moins confiant concernant l’avenir de lasituation économique en France ?9
  • 10. Confiance en l’avenir de la situation économique en France selon la proximité partisaneDepuis ces dernières semaines, êtes-vous plutôt plus confiant ou plutôt moins confiant concernant l’avenir de lasituation économique en France ? Rappel « Plutôt confiant » Novembre 2012 26% 49% 3% 9%10
  • 11. QUESTIONS D’ACTUALITE11
  • 12. Employabilité perçueSi vous perdiez votre emploi actuel, retrouver un emploi équivalent serait pour vous ... Aux personnes actuellement en emploi S/T Difficile S/T Facile 72% 26% Rappel nov. 2011 : 67% Rappel nov. 2011 : 32%12
  • 13. Evolution de l’employabilité perçue depuis octobre 2003Si vous perdiez votre emploi actuel, retrouver un emploi équivalent serait pour vous ... Aux personnes actuellement en emploi13
  • 14. Employabilité perçue selon la catégorie professionnelleSi vous perdiez votre emploi actuel, retrouver un emploi équivalent serait pour vous ... Aux personnes actuellement en emploi S/T S/T Facile Difficile 26% 72% 29% 69% 23% 76%14
  • 15. Opinion à l’égard du dispositif destiné aux entreprises de crédit dimpôt pour la compétitivitéLe gouvernement va mettre en place l’année prochaine un dispositif destiné aux entreprises de crédit dimpôt pourla compétitivité. Nommé « Cice » ce dispositif sera doté de 20 milliards deuros.Il accordera aux entreprises une réduction dimpôt équivalente à 4 % de leur masse salariale (située entre 1 et 2,5SMIC) en 2013, puis une réduction de 6 % à compter de 2014.Vous personnellement, pensez-vous que c’est une … S/T Mauvaise S/T Bonne mesure mesure 72% 26%15
  • 16. Opinion à l’égard du dispositif destiné aux entreprises de crédit dimpôt pour la compétitivité selon la catégorie professionnelleLe gouvernement va mettre en place l’année prochaine un dispositif destiné aux entreprises de crédit dimpôt pourla compétitivité. Nommé « Cice » ce dispositif sera doté de 20 milliards deuros.Il accordera aux entreprises une réduction dimpôt équivalente à 4 % de leur masse salariale (située entre 1 et 2,5SMIC) en 2013, puis une réduction de 6 % à compter de 2014.Vous personnellement, pensez-vous que c’est une … S/T S/T Bonne Mauvaise mesure mesure 72% 26% 72% 26% 60% 35% 78% 21%16
  • 17. Opinion à l’égard du dispositif destiné aux entreprises de crédit dimpôt pour la compétitivité selon la proximité partisaneLe gouvernement va mettre en place l’année prochaine un dispositif destiné aux entreprises de crédit dimpôt pourla compétitivité. Nommé « Cice » ce dispositif sera doté de 20 milliards deuros.Il accordera aux entreprises une réduction dimpôt équivalente à 4 % de leur masse salariale (située entre 1 et 2,5SMIC) en 2013, puis une réduction de 6 % à compter de 2014.Vous personnellement, pensez-vous que c’est une … S/T S/T Bonne Mauvaise mesure mesure 72% 26% 76% 23% 69% 27% 59% 36%17
  • 18. Opinion à l’égard de la gestion du gouvernement de la fermeture d’une partie du site de FlorangeComme vous le savez, un bras de fer oppose en ce moment le gouvernement (F. Hollande et A. Montebourg) àl’industriel Lakshmi Mittal qui souhaite se séparer d’une partie de son site industriel de Florange. L’objectif dugouvernement est d’éviter la fermeture d’une partie du site de Florange en incitant Mittal à céder l’ensemble du siteà des repreneurs ou en le menaçant de le nationaliser.Vous personnellement, de laquelle des deux opinions suivantes vous sentez-vous le plus proche à ce sujet : Le gouvernement a raison de faire pression sur Mittal car c’est uniquement en lui imposant des solutions contraignantes que l’on pourra sauver des emplois sur le site de Florange Le gouvernement a tort de faire pression sur Mittal car cela pourrait avoir des conséquences sur les 20 000 employés de Mittal en France et pourrait aussi limiter les investissements d’autres entreprises étrangères en France à l’avenir18
  • 19. Opinion à l’égard de la gestion du gouvernement de la fermeture d’une partie du site de Florange selon la catégorie professionnelleComme vous le savez, un bras de fer oppose en ce moment le gouvernement (F. Hollande et A. Montebourg) àl’industriel Lakshmi Mittal qui souhaite se séparer d’une partie de son site industriel de Florange. L’objectif dugouvernement est d’éviter la fermeture d’une partie du site de Florange en incitant Mittal à céder l’ensemble du siteà des repreneurs ou en le menaçant de le nationaliser.Vous personnellement, de laquelle des deux opinions suivantes vous sentez-vous le plus proche à ce sujet : Le gouvernement a raison de faire pression sur Mittal car c’est uniquement en lui imposant des solutions contraignantes que l’on pourra sauver des emplois sur le site de Florange Le gouvernement a tort de faire pression sur Mittal car cela pourrait avoir des conséquences sur les 20 000 employés de Mittal en France et pourrait aussi limiter les investissements d’autres entreprises étrangères en France à l’avenir19
  • 20. Opinion à l’égard de la gestion du gouvernement de la fermeture d’une partie du site de Florange selon la proximité partisaneComme vous le savez, un bras de fer oppose en ce moment le gouvernement (F. Hollande et A. Montebourg) àl’industriel Lakshmi Mittal qui souhaite se séparer d’une partie de son site industriel de Florange. L’objectif dugouvernement est d’éviter la fermeture d’une partie du site de Florange en incitant Mittal à céder l’ensemble du siteà des repreneurs ou en le menaçant de le nationaliser.Vous personnellement, de laquelle des deux opinions suivantes vous sentez-vous le plus proche à ce sujet : Le gouvernement a raison de faire pression sur Mittal car c’est uniquement en lui imposant des solutions contraignantes que l’on pourra sauver des emplois sur le site de Florange Le gouvernement a tort de faire pression sur Mittal car cela pourrait avoir des conséquences sur les 20 000 employés de Mittal en France et pourrait aussi limiter les investissements d’autres entreprises étrangères en France à l’avenir20