• Like
  • Save
Les maladies parasitaire des batraciens
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Les maladies parasitaire des batraciens

on

  • 769 views

 

Statistics

Views

Total Views
769
Views on SlideShare
769
Embed Views
0

Actions

Likes
0
Downloads
9
Comments
1

0 Embeds 0

No embeds

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Microsoft PowerPoint

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel

11 of 1

  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    Les maladies parasitaire des batraciens Les maladies parasitaire des batraciens Presentation Transcript

    • Université farhat Abbes. Faculté science de la nature et de la vie. Département de biologie et physiologie animale. Spécialité de Parasitologie médicale et vétérinaire(Master 1). Etude Les maladies parasitaires des: Membre de groupe -Chouar Abir. --Saouci Malia. BATRACIENS 2012/2013 Dirigé par
    • Introduction 1-Rappelle général sur les batraciens 2-Les maladies parasitaires des batraciens 2-1-Les maladies qui touchent les batraciens comme un HI. 2-2Les maladies qui touchent les batraciens comme un HD. Conclusion.
    • Les Batraciens ont été utilisés de façon extensive par les écoles et les unités de recherche depuis de nombreuses années. Malheureusement les amphibiens sont devenus rares dans de nombreux pays suite aux pollutions hydriques, au drainage des terres et autres formes de destruction de leurs habitats. Mais ce ne sont pas des mammifères ce qui pose apparemment moins de problèmes éthiques.
    • Malgré l’intérêt suscité par les amphibiens, peu d’espèces sont correctement élevées en captivité et les connaissances en médecine des amphibiens restent très limitées par rapport à celles des reptiles, oiseaux et même des poissons. Il existe donc un réel besoin de mieux connaître de bonnes conditions de maintenance des amphibiens en captivité ainsi que leurs maladies les plus répandues, notamment leurs maladies infectieuses et parasitaires.
    • Les agents infectieux et parasitaires sont les plus courants des amphibiens. Les batraciens sont souvent des hôtes intermédiaires et définitifs de Protozoaires et de Métazoaires, mais les maladies associées sont rares. Il existe de nombreux types d’interrelations hôtes-parasites : (commensalisme, parasitisme).
    • Le mot "amphibien" provient du mot grec "amphibios" qui signifie double-vie. En effet, les amphibiens vivent à la fois dans l'eau et sur la terre ferme. Les amphibiens sont des vertébrés, Ils sont les premiers êtres vivants à s'aventurer sur la terre ferme.
    • Les amphibiens: ➤Sont des animaux à sang froid. ➤Vivent principalement dans les marais, les lacs, les tourbières et les champs, mais leur habitat varie beaucoup selon les espèces. ➤On compte aujourd'hui plus de 8000 espèces d'amphibiens dans le monde, mais leur nombre ne cesse de grandir.
    • Les batraciens sont la cible potentielle d’un grand nombre de maladies. On distingue quatre grands types d’infections: les infections bactériennes, les infections fongiques, les infections virales et les infections dues à des protozoaires et des métazoaires parasites.
    • Protozooses -Opalina ranarum Trématodoses : -Ribeiroia ondatrae. - Alaria alata.
    • Il y a des protistes qui infectent principalement les amphibiens anoures comprennent les gros parasites intestinaux flagellées tels que les Opalina ranarum. et le cilié Nyctotherus cordiformis. . Certains amphibiens peuvent aussi être des hôtes opportunistes pour les protistes ciliés généralement considérés comme ectoparasites des poissons, y compris les Ichthyophthiurus multifiliis. et les Trichodina spp.
    • Est un parasite protozoaire . Sont des commensaux de la partie terminale de l'intestin des vertébrés à sang froid, surtout les grenouilles. Ce sont de grosses cellules (pouvant mesurer jusqu'à 3 mm) plurinuclées et recouvertes d'une ciliature régulière et particulière: Il dispose d'un grand corps couvert de cils. Nombreux noyaux (gros points) et les mitochondries (petits points) sont visibles dans la cellule Ils se divisent par bipartition longitudinal et leur reproduction est réglée sur la période de reproduction de l'hôte. Elles sont anaérobies et se nourrissent par pinocytoses des fluides présents dans leur biotope.
    • SYS DE PARASITE Règne : Animalia S/Règne : Protozoa Emb : Sarcomastigophora S/Emb : Mastigophora Cl : Opalinata O: Opalinida G Opalina Esp : Opalina ranarum.
    • Le cycle d'O. ranarum alterne entre la grenouille adulte et le tétard: La forme trophique typique est présente chez la grenouille adulte. Elle se différencie en kystes au moment de la saison de la reproduction de l'amphibien. Ceux-ci sont ingérés par les têtards.
    • Après désenkystement, le gamonte fait la méiose et produit des micro (~mâle) et macrogamètes (~femelle) . Après fécondation, le zygote s'enkyste, ce qui permet sa transmission à d'autres têtards, où il se désenkystera et redonnera naissance à la forme trophique (trophozoïte).
    • Divers trématodes peuvent affecter les batraciens parmi ceux-ci : Ribeiroia ondatrae. Alaria alata. Progonimodiscus doyeri . Mesocoelium monodi. Maederia eburnense.
    • Le parasite trématode Ribeiroia ondatrae. est responsable des difformités (par exemple des pattes surnuméraires) observées sur les grenouilles. Ces trématodes du genre Ribeiroia qui est un digéne, ont un cycle de vie complexe puisqu’ils affectent successivement trois types d’espèceshôtes. La forme d'adulte vit dans les intestins de plus de 40 espèces d‘oiseaux et de mammifères.
    • SYS DE PARASITE Regne: Animalia Emb: Platyhelminthe Cl: Trematoda O: Echinostomida S/O: Echinostomata F: Psilostomatidae G: Ribeiroia Esp: Ribeiroia ondatrae SYSTÉMATIQUE DE HI Regne: Animalia Emb :Vertebra Cl: Amphibia O: Anoura
    • Les hôtes définitifs de ces trématodes, mammifères et oiseaux sont ainsi contaminés plus facilement.
    • La larve du parasite infecte des escargots. Puis elle se transforme, à l'intérieur de l'escargot, en une forme qui lui permet de se déplacer librement dans l'eau. Le parasite entre alors dans le têtard et se fixe à proximité de l'ébauche des futures pattes postérieures.
    • Là se forme un kyste qui perturbe le développement normal des pattes et provoque la croissance de pattes supplémentaires lorsque le têtard devient grenouille. La grenouille devient une proie facile pour l'hôte final du parasite, souvent un héron ou une aigrette. Le parasite poursuit son développement et se reproduit dans l'oiseau, qui libère des œufs de trématode dans ses déjections. Quand de nouvelles larves éclosent, le cycle recommence.
    • Alaria est un genre de petit vers parasite, trématode. Il n'est visible qu'au microscope., Alaria alata est un parasite potentiellement dangereux pour l'homme (invasif et perforant) qui peut s'enkyster dans les muscles.
    • Systématique Régne : Animalia Embranchement: Platyhelminthes Classe: Trematoda Sous-classe : Digenea Ordre: Strigeatida Famille: Diplostomatidae Genre : Alaria
    • ce parasite effectue son cycle indirect par trois hôtes intermédiaires. C'est un ver plat dont les larves microscopiques s’enkystent dans les muscles des sangliers contaminés. Les carnivores sauvages et domestiques sont les hôtes définitifs du ver adulte, de très petite taille (moins de 1 mm). Celui-ci vit dans leur tube digestif et expulse des œufs qui sont éliminés dans le milieu extérieur avec les fèces du carnivore-hôte. Ces œufs sont ensuite absorbés par les hôtes intermédiaires habituels du parasite, qui sont des mollusques aquatiques et des batraciens (grenouilles).
    • II- 2 Les maladies qui touchent les batraciens comme un HD :  Un parasite des batraciens, la lucilie bufonivore: Lucilia bufonivora. La lucilie bufonivore (Lucilia bufonivora) est une mouche parasite des amphibiens communément appelée "la mouche de la viande", ce diptère d'un beau vert métallisé est commun en France et dans d'autres pays d'Europe
    • cette mouche pond ses œufs dans les cavités nasales ou sur des plaies des batraciens, les larves se développent et se nourrissent du tissu musculaire adjacent, ravageant le palais, les globes oculaires jusqu'à la mort de l'animal qui finit par se faire entièrement dévorer Le parasitisme semble être un caractère en voie d'acquisition chez les larves de lucilies. La larve produit une destruction musculaire grave, très souvent mortelle chez les amphibiens des genres Rana, Bufo, Bombina et Pelobates.
    • Ces diptères recherchent les endroits frais, humides ou marécageux. Au soleil, leur vol est rapide et s'accompagnent d'un bourdonnement caractéristique
    • Leurs larves sont des asticots robustes à croissance rapide, normalement créophages, occasionnellement coprophages (qui se nourrit d'excréments), saprophages (qui se nourrit d'animaux en décomposition) ou parasites: c'est le parasitisme adopté par un membre de cette famille
    • SYS DE PARASITE Regne : Animalia S/regne : Metazoa Emb : Arthropoda S/Emb: Hexapoda Cl : Insecta O: Diptera F : Calliphoridae G : Lucilia Esp : Lucilia bufonivora. SYSTÉMATIQUE DE HD Regne: Animalia Emb :Chordata S/Emb: Vertebrata Cl Amphibia O Anoura F Bufonidae G Bufo Esp Bufo bufo.
    • Le cycle de vie de la mouche est composé de quatre stades : œuf larve (appelée communément asticot dans notre cas), pupe, adulte ou imago. Les œufs sont pondus sur de la viande en décomposition, excréments d‘amphibien, quoi que ce soit fournissant de la nourriture en quantité aux larves, généralement dans un endroit humide.
    • Après 8 à 20 heures, les œufs éclosent et les mouches entrent dans leur stade d'asticot. Il commence à se nourrir de ce sur quoi l'œuf a été pondu ici c’est un amphibien, habituellement de la viande en décomposition. L'asticot se gorge de nourriture jusqu'à ce qu'il soit prêt à entrer dans le stade pupal, et à ce point l'asticot s'éloigne de la source de nourriture pour aller dans un endroit tout aussi humide
    • Lucilia Les dégâts provoqués par les larves de bufonivora sur un crapaud commun (Bufo bufo),
    • Les dégâts provoqués par les larves de bufonivora sur un crapaud commun (Bufo bufo),
    • Rhabdia bufonis. Est une espèce de parasite nématode. Il a d'abord été décrit à partir des poumons de l'Europe crapaud commun ( Bufo bufo.), mais a également été constaté dans un certain nombre d'autres espèces de grenouilles.
    • Rhabdias bufonis a un mode de vie hétérogonie dans lequel une génération d'individus parasitaires est remplacée par une génération vivant en liberté. Ceci est avantageux pour le parasite, car elle permet la reproduction d'une ou plusieurs générations en l'absence de l'hôte. Le libre-compagnon de vie masculine et féminine vers et produire des œufs qui éclosent à l'intérieur de la mère.
    • Ils se nourrissent de ses organes internes et muent deux fois avant de quitter son corps. Ils sont maintenant larves infectantes et peut pénétrer dans la peau d'une grenouille. Une fois à l'intérieur, ils peuvent migrer vers les poumons et développer là-bas, se nourrissant du tissu pulmonaire. Le ver adulte parasite est un hermaphrodite et se développe à environ dix fois la longueur de la forme vivant en liberté.
    • Les œufs qu'elle produit sont toussa dans la bouche de la grenouille, sont avalés et se développer dans son intestin. Ils sont passés dans les selles et se développer en formes libres. Dans le sol, les vers se nourrissent de bactéries et d'autres matières organiques. La femelle peut produire une phéromone pour attirer un mâle.
    • On peut dire comme conclusion qu’il faut savoir que La parasitologie des batraciens est mal connue jusqu'à maintenant mais la blessure de ses amphibiens par des maladies parasitaires -qui assurez-grenouilles souffrent de déférents symptômes : Amaigrissement, manque d'appétit, décoloration ou au contraire pigmentation sombre excessive…, est reconnue comme l’un des facteurs responsables du déclin de ces populations ou du moins responsable de morts massives d’individus et on pense que les activités humaines c’est lui qui renforceraient la production de parasites par les rejets de fumier et d'engrais dans l'étang
    • qui accélèrent le développement des algues : la population des escargots qui se nourrissent de ces algues et qui hébergent le parasite augmente. Des rayonnements ultra-violet intenses et les rejets de pesticides qui par eux-mêmes peuvent causer d'autres types de difformités affaiblissentle système immunitaire des têtards et rendent ces animaux plus vulnérables aux infections par les parasites. Allors les infections due à ces parasites semble s'être développées à un rythme croissant menace l’environnement et l’écosystème puisque Les amphibiens sont de bons bio-indicateurs de la santé d’un milieu. Quand les amphibiens ne vont pas bien, c’est un avertissement que le reste de l'écosystème va mal.