INTERVIEW                                         P. 18                                         P. 36                     ...
ÉDITORIAL                      Résilience                              Voilà un concept que nous avons                  ab...
Nº03  SOMMAIRE    08    ENVIRONNEMENT    Progrès durable: le rôle    des infrastructures face    au changement climatique ...
18 36                                       32                                                     14                     ...
OPINION                                   Des dirigeants PAR EUGENIA                                   pour une société BI...
42e position mondiale. Le Rapport de com-                                    varié et se développer en tant que citoyenspé...
REPORTAGEEnvironnementInfrastructures: le défidu progrès durableFace au changement climatique et à l’impact environnemental...
La stratégie du groupe abertis                                                                                            ...
Mesures visant à préserver la biodiversité    En ce qui concerne                  En résumé, une zone    les autoroutes et...
Pere Torres                                                                                                         Biolog...
Les actions engagées                                                                                                      ...
récent, abertis telecom a, en octobre dernier,signé un accord avec les municipalités deSant Cugat et de Lleida et avec l’e...
REPORTAGE                                                                                          1abertisLe président d’...
3                                                                                                          —1—            ...
Réunion avec le ministre chilien de l’Équipement, Hernán de Solminihac.Morel de Piñera, a remis une plaque commé-        D...
1            —1—            Le président d’abertis,            Salvador Alemany, accompagné            de la sous-secrétai...
INTERVIEWInterview avec le directeur général d’EutelsatMichel de Rosen«Notre objectif n’est pasde devenir la plus grosseen...
ciblons. Ce satellite a été lancé très peu de     C’EST EN 2010 QUE NOUS   de l’entreprise, de créer un comité exécutiftem...
LA DÉCÉLÉRATION                                   non plus. Nous sommes donc, au total, peu                Selon Michel de...
nous serons aussi les meilleurs dans la façon                                                                             ...
INTERVIEWInfrastructuresJosé Luis Feito«Nous devons parier surles projets qui contribuent leplus à la croissance du pays»L...
Link Abertis Magazine N. 3 Decembre 2010
Link Abertis Magazine N. 3 Decembre 2010
Link Abertis Magazine N. 3 Decembre 2010
Link Abertis Magazine N. 3 Decembre 2010
Link Abertis Magazine N. 3 Decembre 2010
Link Abertis Magazine N. 3 Decembre 2010
Link Abertis Magazine N. 3 Decembre 2010
Link Abertis Magazine N. 3 Decembre 2010
Link Abertis Magazine N. 3 Decembre 2010
Link Abertis Magazine N. 3 Decembre 2010
Link Abertis Magazine N. 3 Decembre 2010
Link Abertis Magazine N. 3 Decembre 2010
Link Abertis Magazine N. 3 Decembre 2010
Link Abertis Magazine N. 3 Decembre 2010
Link Abertis Magazine N. 3 Decembre 2010
Link Abertis Magazine N. 3 Decembre 2010
Link Abertis Magazine N. 3 Decembre 2010
Link Abertis Magazine N. 3 Decembre 2010
Link Abertis Magazine N. 3 Decembre 2010
Link Abertis Magazine N. 3 Decembre 2010
Link Abertis Magazine N. 3 Decembre 2010
Link Abertis Magazine N. 3 Decembre 2010
Link Abertis Magazine N. 3 Decembre 2010
Link Abertis Magazine N. 3 Decembre 2010
Link Abertis Magazine N. 3 Decembre 2010
Link Abertis Magazine N. 3 Decembre 2010
Link Abertis Magazine N. 3 Decembre 2010
Link Abertis Magazine N. 3 Decembre 2010
Link Abertis Magazine N. 3 Decembre 2010
Link Abertis Magazine N. 3 Decembre 2010
Link Abertis Magazine N. 3 Decembre 2010
Link Abertis Magazine N. 3 Decembre 2010
Link Abertis Magazine N. 3 Decembre 2010
Link Abertis Magazine N. 3 Decembre 2010
Link Abertis Magazine N. 3 Decembre 2010
Link Abertis Magazine N. 3 Decembre 2010
Link Abertis Magazine N. 3 Decembre 2010
Link Abertis Magazine N. 3 Decembre 2010
Link Abertis Magazine N. 3 Decembre 2010
Link Abertis Magazine N. 3 Decembre 2010
Link Abertis Magazine N. 3 Decembre 2010
Link Abertis Magazine N. 3 Decembre 2010
Link Abertis Magazine N. 3 Decembre 2010
Link Abertis Magazine N. 3 Decembre 2010
Link Abertis Magazine N. 3 Decembre 2010
Link Abertis Magazine N. 3 Decembre 2010
Link Abertis Magazine N. 3 Decembre 2010
Link Abertis Magazine N. 3 Decembre 2010
Link Abertis Magazine N. 3 Decembre 2010
Link Abertis Magazine N. 3 Decembre 2010
Link Abertis Magazine N. 3 Decembre 2010
Link Abertis Magazine N. 3 Decembre 2010
Link Abertis Magazine N. 3 Decembre 2010
Link Abertis Magazine N. 3 Decembre 2010
Link Abertis Magazine N. 3 Decembre 2010
Link Abertis Magazine N. 3 Decembre 2010
Link Abertis Magazine N. 3 Decembre 2010
Link Abertis Magazine N. 3 Decembre 2010
Link Abertis Magazine N. 3 Decembre 2010
Link Abertis Magazine N. 3 Decembre 2010
Link Abertis Magazine N. 3 Decembre 2010
Link Abertis Magazine N. 3 Decembre 2010
Link Abertis Magazine N. 3 Decembre 2010
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Link Abertis Magazine N. 3 Decembre 2010

653

Published on

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
653
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
4
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Link Abertis Magazine N. 3 Decembre 2010

  1. 1. INTERVIEW P. 18 P. 36 P. 76DÉCEMBRE 2010 Nº03 - DEUXIÈME ÈREInfrastructuresLe défi duprogrès durable
  2. 2. ÉDITORIAL Résilience Voilà un concept que nous avons abertis sont aujourd’hui, et seront dans les adopté depuis un certain temps déjà, prochaines années, définitivement plus nom-LES OPPORTUNITÉS en raison de sa capacité à décrire et à résumer breuses et, parfois plus volumineuses, que cePOUR LES l’aptitude et l’attitude positives qui nous per- qu’elles ont été pendant cette première décen- mettent de dépasser les circonstances et les nie du XXIème siècle.OPÉRATEURS facteurs négatifs pouvant nous affecter. C’est Cette affirmation, sans préjuger du résul-COMME ABERTIS en somme la capacité que nous avons de tat final, nous pouvons l’illustrer par l’annonceSONT AUJOURD’HUI, continuer à nous projeter vers l’avenir. du gouvernement espagnol au sujet des plansET SERONT DANS Lorsque je regarde cette année 2010, déjà de concession de la gestion des grands aéro-LES PROCHAINES sur le point de s’achever, et que je pense à tout ports comme Barajas ou El Prat ; par la déci-ANNÉES, ce que nous avons fait, à tout le chemin par- sion de mise en oeuvre de l’écotaxe sur le couru et à toutes les opportunités qui s’offrent réseau routier français (en accord avec lesDÉFINITIVEMENT désormais à nous, je vois un projet d’entreprise prévisions de la directive Eurovignette) ; parPLUS NOMBREUSES, résilient. Qu’avec une conjoncture complexe les initiatives en cours dans différents ÉtatsET PARFOIS PLUS et incertaine –historique même, par son impor- de l’Union aux États-Unis ; ou encore parVOLUMINEUSES, tance–, abertis, sur la base de la diversité de le pari des nouveaux marchés –tel le Chili,QUE CE QU’ELLES ses activités et de ses territoires, ait obtenu une déjà bien présent, ou le Brésil, la Chine etONT ÉTÉ PENDANT croissance soutenue de ses revenus, marges et l’Inde– qui pourront voir l’éclosion et la matu- résultat final, et qu’elle l’ait fait grâce à la récur- ration des modèles publiques/privés dansCETTE PREMIÈRE rence des flux générés par l’activité des actifs cette deuxième décennie du siècle.DÉCENNIE que nous gérons, constitue pour moi un Voilà le monde d’abertis. Marqué parDU SIÈCLE formidable indicateur de ce projet résilient. l’internationalisation des marchés sur lesquels Un projet solide et bien enraciné, qui croit nous intervenons et attentif aux conditions en ses arguments et à la capacité de ses équi- géopolitiques, comme le souligne la directrice pes à travailler de concert avec ses actionnai- générale de l’école de commerce ESADE dans res, avec les Administrations et avec ses clients. son article. Conscient de la nécessaire interre- En créant et en identifiant les opportunités lation durable entre les infrastructures et son qui permettent de donner un projet et un environnement physique, comme nous le rap- avenir à l’entreprise, et en apportant des solu- pelle Pere Torres, conseiller en environnement tions créatives et possibilistes, depuis la pers- et membre du Conseil scientifique de la fon- pective de la viabilité financière, de l’efficacité dation abertis. Et en appliquant des critères et de l’efficience, pour la réalisation et la ges- d’analyse coûts-bénéfices permettant de tion de projets nécessaires au développement construire des modèles de décision objectifsSALVADOR d’une économie globale et concurrentielle qui afin de savoir à quelles infrastructures il estALEMANY demande, aujourd’hui plus que jamais, des nécessaire de donner la priorité et quelles sontPRÉSIDENT D’ABERTIS infrastructures visant à relier les territoires, les plus bénéfiques en termes économiques que ce soit physiquement ou virtuellement. pour ses investisseurs, qu’ils soient publiques Le résultat de ce modèle est le Groupe que ou privés, et en termes de productivité et d’uti- nous connaissons aujourd’hui. Un Groupe qui lité sociale pour l’ensemble du pays, comme a montré sa capacité à soulever l’intérêt de nous le rappelle également l’interview de José nouveaux membres qui, comme c’est le cas Luis Feito, président de l’Association euro- de CVC depuis le mois d’août dernier, ont voulu péenne des sociétés concessionnaires d’auto- s’unir et participer à l’avenir du projet abertis. routes (ASECAP). Un projet qui, de son côté, s’enrichit également Notre Groupe a les capacités –portefeuille de l’expérience, de la vision et de la connais- d’entreprises et de marchés, équipe de direction, sance des marchés internationaux de nos personnel, actionnaires, position financière, nouveaux membres. C’est pour cela que le dimension et objectif– de renforcer sa position Groupe s’agrandit. d’entreprise internationale de référence.Voilà Un élément important à garder en tête: le pari que nous faisons tous ensemble, nous les opportunités pour les opérateurs comme tous qui participons à ce projet. ■ DÉCEMBRE 2010 ■ LINK abertis ■ 3
  3. 3. Nº03 SOMMAIRE 08 ENVIRONNEMENT Progrès durable: le rôle des infrastructures face au changement climatique 22 INTERVIEW 36 REPORTAGE Qualité - Sello 500+ 52 abertis telecom récompensé par la fondation EFQM link abertis José Luis Feito sanef Prix Honos 54 “Nous devons parier sur les Le contournement sud projets qui contribuent le de Reims terminé avec abertis récompensé pour plus à la croissance du pays” six mois d’avance son engagement avec le 06 patrimoine archéologique OPINION 26 REPORTAGE 42 Prévention hivernale 55 Les autoroutes d’abertis, ACTUALITÉS prêtes à affronter le froid Eugenia Bieto Infraestructures Mobilité 42 Des dirigeants pour une Nouvelle autoroute 56 La chaire abertis abertis lance l’Annuaire sanef inaugure l’A-65 entre société globale participe au Manuel de la mobilité 2009 en Langon et Pau (France) 14 d’évaluation économique collaboration avec des projets de transport Nomination 57 la Fondation RACC Francisco Reynés, nouveau REPORTAGE Visite au ChiliSalvador Alemany, président 28 ÉQUIPE Service clientèle 44 abertis autopistas met en place un système membre du conseil d’administration de sanef Nomination 57 d’abertis, en pays andin Économie de la concession d’information interactif Josep Lluís Giménez Sevilla 18 Nouvelle direction pour Aires de repos 46 remplace José María Morera l’unité d’affaires d’abertis L’AP-7 étrenne 174 places au poste de directeur général autopistas Espagne réservées aux transporteurs d’abertis autopistas ENTREVISTA Michel de Rosen “Notre objectif n’est pas de devenir la plus 32 VOYAGE Villes intelligentes 48 abertis telecom et Indra développent des villes Logistique 58 Gefco s’installe à Arasur Belfast International 59 grosse entreprise, mais la Reims intelligentes à Lleida et La reine Elizabeth II inaugure meilleure de notre secteur” Cité des rois et champagne à Sant Cugat del Vallès le nouveau terminal4 ■ LINK abertis ■ DÉCEMBRE 2010
  4. 4. 18 36 32 14 22 58 link abertis est une publication Abertis Infraestructuras, SA Av. del Parc Logístic, 12-20. Investor’s link 08040 Barcelona. Tél.: 93 230 50 00. Fax: 93 230 50 02. ÉDITION ET RÉALISATION: Direction Corporative d’Etudes et de Communication d’abertis. CONSEIL ÉDITORIAL: Salvador Alemany, Francisco Reynés, Josep M. Vila, Francisco José Aljaro, Josep Maria Coronas, 76 Joan Rafel, Toni Brunet et Sergi Loughney. IMAGE CORPORATIVE ET PRODUCTION: Erik Ribé et Bernat Ruiz. COORDINATION DES CONTENUS: RÉSULTATS Alícia Cobeña. REDACTION: Elena Barrera, Janvier-septembre 2010 Alícia Cobeña, Gemma Gazulla, Analyse des actifs Marc Gómez, Leticia Gonzálvez et Bernat Ruiz. COLLABORATION: Christine Allard, Pilar Barbero, du Groupe Carolina Bergantiños, Bob Bullock, Julio Cerezo, 82 Joan Fontanals, Marta Giner, Sagrario Huelin, Anna Morera, Astrid Noury, Vanessa O’Connor, Enric Véhicules électriques 60 7e Prix abertis 70 Pérez, Mercedes Pérez-Cruz, Roser Prenafeta, Astrid saba installe 12 bornes de Une étude sur le trafic Recoque, Marc Ribó, Albert Rossell, Beatriz Sanz, abertis, abertis autopistas, abertis telecom, rechargement à Barcelone urbain récompensée CONSEIL abertis logística, abertis airports, 71 D’ADMINISTRATION fondation abertis et saba. ‘voluntaris’ 64 RÉALISATION: abertis fête la 2e journée Trois nouveaux membres: Ediciones Reunidas, SA (Grupo Zeta). Revistas Corporativas Barcelona. du volontariat Javier de Jaime, Consell de Cent, 425. 08009 Barcelona. BRANDING José Antonio Torre de Silva Tél.: 93 265 53 53. Restauration 66 ‘link autopistas’ Gérant: Òscar Voltas. Coordinatrice et Santiago Ramírez éditoriale: Nuria González. Rédacteurs abertis autopistas restaure Nouvelle revue en chef: Toni Sarrià et Olga Tarín. 82 Maquettage: Cristina Vilaplana le château de la ville de L’Albi numérique et Mireia Vives. Édition: Ares Rubio. pour en faire un musée Dépôt légal: B-16433-2010. 72 abertis téléphone de service à l’actionnaire: Conduite écologique 68 ACOMPTE SUR DIVIDENDES 902 30 10 15. www.abertis.comLa fondation abertis présente Règlement à l’actionnaire abertis n’est pas responsable de l’opinion une étude sur la conduite EN BREF Le dividende fut effectif de ses collaborateurs au sein des travaux publiés, et ne s’identifie pasécologique et l’environnement L’actualité d’abertis le 21 octobre nécessairement à travers leur opinion. DÉCEMBRE 2010 ■ LINK abertis ■ 5
  5. 5. OPINION Des dirigeants PAR EUGENIA pour une société BIETO Directrice général d’ESADE depuis internationale septembre 2010. Les écoles de commerce se préparent à affronter l’évolution Titulaire d’un doctorat de du management en proposant la meilleure formation l’Université Ramon Llull, ESADE-Universitat possible et le développement d’une pensée critique Ramon Llull. Titulaire d’une licence de sciences de l’entreprise et d’un Il est possible que de nombreux lecteurs C’est ce que reconnaît le Forum économique master de direction ne sachent pas que la première école de mondial qui, chaque année, publie un Rapport d’entreprise, ESADE. commerce au monde compte moins de 130 ans de compétitivité mondial dans lequel, en sui- Titulaire d’une licence d’existence. C’est en 1881, à l’université de Penn- vant un modèle économétrique complexe, il d’administration et de sylvanie, que fut crééeWharton, première busi- classe les économies mondiales en fonction direction d’entreprise, ness school au monde, dans le but de profession- de 111 variables regroupées en 12 catégories. ESADE-Universitat naliser la fonction de direction. Face aux siècles Au total, 11 de ces variables font référence à Politècnica de Catalunya. d’histoire de certaines universités de prestige la qualité de l’enseignement supérieur. Elle a été directrice international, nous pouvons qu’affirmer que le du Centre d’initiative management et la formation des dirigeants sont Devoirs en attente pour les entreprises des disciplines encore très récentes. Au classement général, l’Espagne a reculé cette d’ESADE, sous-directrice Toutefois, à cause des effets de la mondia- année de 9 places et se situe désormais en du CIDEM pour les lisation sur la fonction de direction, de la com- politiques d’équilibre plexité de la crise économique et de l’importance territorial et a exercé croissante de la responsabilité sociale des entre- différentes charges prises, la formation des dirigeants est devenue au sein de l’IMPIVA pour un facteur stratégique clé pour toutes les le développement de la création d’entreprises. grandes entreprises à vocation internationale. Elle est l’auteur, entre Piliers fondamentaux autres, de Algunos Les dirigeants de grandes organisations qui datos sobre la innovación fréquentent les écoles de commerce savent en España (Quelques que les capacités techniques exigées autrefois données sur l’innovation en Espagne) et Guía ne suffisent plus aujourd’hui. Ce qui importe práctica de la innovación désormais, c’est d’avoir des connaissances en para pymes (Guide géopolitique afin de comprendre ses effets pratique de l’innovation sur l’économie, de maîtriser la réflexion stra- pour les PME ; pag. 15-27, tégique sur la complexité d’une grande orga- 2005). nisation ou encore d’acquérir des compéten- ces émotionnelles, et ce notamment pour les Link responsables qui doivent exercer des postes ESADE de direction. L’éducation aux valeurs et un www.esade.es solide développement personnel deviennent également d’une importance cruciale. Nous sommes d’accord sur le fait qu’à l’époque de la connaissance, l’excellence de la formation au plus haut niveau et la recher- che de pointe doivent être les piliers fonda- mentaux de toute économie qui prétend créer un nouveau savoir, anticiper l’avenir et tisser des liens internationaux de premier ordre. Avoir un bon système d’enseignement supérieur devrait constituer une priorité dans l’agenda des gouvernants et des agents sociaux.6 ■ LINK abertis ■ DÉCEMBRE 2010
  6. 6. 42e position mondiale. Le Rapport de com- varié et se développer en tant que citoyenspétitivité mondial met en effet en lumière À L’EXCELLENCE DE socialement responsables.certains éléments qui indiquent que l’Espagne C’est pour cette raison, en plus de l’ex- LA FORMATION, NOUSa certains devoirs en attente tels que la qualité cellence de la formation, que nous devonsdu système d’enseignement supérieur, la for- DEVONS AJOUTER UN créer un savoir appliqué à la fonction de direc-mation en mathématiques et en sciences ou SAVOIR APPLIQUÉ À LA tion. Notre pays en a besoin. Pour cela, l’acti-encore la collaboration entre les universités FONCTION DE DIRECTION. vité de recherche doit s’ouvrir à de nouvelleset les entreprises dans le domaine de la recher- conceptions d’organisation qui fassent le lien NOTRE PAYS EN A BESOINche et du développement. Ces données ne entre les experts intéressés par un problèmefont pas davantage que justifier l’importance scientifique déterminé et les universités, lesde repenser notre paradigme productif: une centres de recherche, les entreprises et lesresponsabilité pour la société toute entière, JE NE SAIS PAS CE QUE collectifs de citoyens. L’objectif final ne peutmais plus précisément pour les principaux SERA LE MANAGEMENT être autre que –de forme collaborative, trans-centres de formation de notre pays, de la com- DANS CENT ANS, MAIS versale et globale– de générer de nouveauxmunauté de recherche et des entreprises JE PEUX CERTIFIER processus d’innovation pouvant s’appliquerorientées vers l’innovation. aux entreprises et aux organisations. QU’IL N’EST DÉJÀ PLUS Je suis fermement convaincue que l’in-Nouveaux processus de recherche POSSIBLE DE L’ACQUÉRIR novation a besoin d’un bouillon de cultureGénéralement, l’université se doit de déve- COMPLÈTEMENT ENTRE pour prospérer, bouillon dont les ingrédientslopper trois fonctions fondamentales: la for- LES QUATRE MURS essentiels apparaissent au fur et à mesure quemation, la recherche et le service apporté à la l’on y intègre ce qu’on appelle le Triangle desociété. En tant qu’école de commerce, il nous D’UNE SALLE DE COURS la connaissance: l’université, la recherche etparaît évident que tous nos étudiants doivent l’innovation dans le milieu de l’entreprise. Maisacquérir la meilleure formation possible dans la réalité nous a démontré que ledit triangleles différentes disciplines, mais en même reste, aujourd’hui encore, fragmenté. Si l’Eu-temps, apprendre à développer une pensée rope a un grand potentiel d’invention et decritique, être capables d’analyser une réalité création de nouveaux savoirs, elle a égalementcomplexe, être ouverts à un monde global et de grandes déficiences lorsqu’il devient ques- tion d’exploiter ces connaissances et de les transformer en actifs. L’avenir du management En tant qu’école de commerce, nous pouvons contribuer à consolider ce triangle fragmenté. Face aux effets de la mondialisation et à la complexité de la crise économique, nous devons être capables d’offrir aux dirigeants des modè- les de gestion à la fois nouveaux et novateurs. Pour que leur formation leur soit utile et leur permette de savoir progresser et de mieux comprendre le nouveau modèle économique, de dominer la gestion de la diversité comme grand actif de l’avenir dans les grandes organi- sations et de connaître les clés des défis mon- diaux comme le déficit énergétique, les inéga- lités sociales ou l’impact environnemental. Je ne sais pas ce que sera le management dans cent ans, mais je peux certifier qu’il n’est déjà plus possible de l’acquérir complètement entre les quatre murs d’une salle de cours. Les nouvelles technologies, l’importance de construire de solides réseaux de networking entre dirigeants et la vitesse de croisière de la société dans laquelle nous vivons exigent de nouveaux défis novateurs et permanents. ESADE veut miser sur cela. ■ Link World Economic Forum www.weforum.org DÉCEMBRE 2010 ■ LINK abertis ■ 7
  7. 7. REPORTAGEEnvironnementInfrastructures: le défidu progrès durableFace au changement climatique et à l’impact environnemental des infrastructures,quelles mesures avons-nous à proposer? Quel est le rôle d’abertis dans ce processus?Pere Torres, biologiste et conseiller en environnement, nous présente le débat surles infrastructures durables et nous apporte sa vision sur ces questionsTEXTE ET PHOTOS abertis On associe souvent les politiques désiraient un progrès rapide et de nombreu- Les infrastructures, d’infrastructures à un impact négatif ses infrastructures ont été construites avec moteurs de solutionssur l’environnement. Le bien-être et la prospé- la volonté de répondre à des besoins sociaux Si l’on pense que la durabilité peut permettrerité des hommes ont toujours été liés à de prospérité, de qualité de vie et de facilité le développement de l’humanité, alors il fau-leur capacité de développer et d’utiliser de communication. dra accepter que des outils humains rendentdes infrastructures. Mais comment celles- L’histoire a montré qu’il n’y a pas de cette durabilité possible, et parmi eux lesci peuvent-elles contribuer au dévelop- civilisation sans infrastructure, et, en consé- infrastructures. Les infrastructures doiventpement d’un environnement durable, quence, il ne peut pas non plus y avoir de être utilisées non seulement pour éviter lesqui doit aujourd’hui prendre en compte civilisation durable sans ces mêmes infras- effets négatifs sur l’environnement maisdes éléments tels que le changement tructures. Cette civilisation durable aura également pour résoudre les problèmes déjàclimatique? besoin d’infrastructures dotées d’une concep- présents. C’est pour cela que le rôle des entre- C’est au cours de la deuxième moitié tion, d’une fonctionnalité, d’un processus de prises –dans la mesure où les entreprises sontdu XXe siècle que les conséquences des construction et de gestion différents de ceux elles aussi conscientes de leur responsabilitéinfrastructures sur l’environnement ont com- que nous connaissons aujourd’hui, que ce envers la société– est fondamental pourmencé à être prises en compte. Les sociétés soit partiellement ou entièrement. prendre en compte l’intérêt général et appor-8 ■ LINK abertis ■ DÉCEMBRE 2010
  8. 8. La stratégie du groupe abertis comprend des actions visant à minimiser l’impact des infrastructures sur la biodiversité et à favoriser la protection des espaces naturels.ter leur savoir, leur vision et leur expérience et d’obtenir un bon rendement à terme. Selon sements qui reviendraient normalement àen matière d’infrastructures, que ce soit à Pere Torres, “les solutions alternatives, à la l’administration publique. Toutefois, Perel’échelle locale ou au niveau de l’État. longue, deviennent un avantage en termes Torres pense qu’il est également possible Comment faire pour que, en termes de de gestion, d’entretien et d’économies d’obtenir une collaboration public-privé dansdurabilité, les infrastructures puissent faire d’éventuels effets secondaires”. Un bâtiment le sens inverse. C’est-à-dire “que les admi-partie de la solution et non du problème? doté de critères d’efficacité énergétique sera nistrations publiques peuvent aider les entre-L’un des facteurs à prendre en compte plus cher à construire, mais moins cher à prises à s’étendre grâce à leurs politiques”,lors de la planification de la construction entretenir. Ce qui nous oblige à rechercher qu’il s’agisse de politiques de marque, d’édu-des infrastructures est celui des conditions des ressources économiques afin de les cation ou d’investissement dans la rechercheclimatiques actuelles, qui ne seront pas concentrer dans un bref espace de temps et et le développement. “Il faut les élaborer ennécessairement les mêmes dans quel- d’obtenir, à long terme, bénéfices et rende- collaboration avec les secteurs de production,ques années. ments. La solution, selon Pere Torres, “est de de façon à éviter de nous retrouver avec des Selon Pere Torres, vice-président du rechercher la collaboration entre le public et secteurs de production très dynamiques dansCol·legi d’Ambientòlegs de Catalunya, “nous le privé. C’est-à-dire que les entreprises pri- des domaines déterminés et, de l’autre côté,concevons des infrastructures dont les para- vées doivent assumer cet investissement des politiques de recherche ou d’éducationmètres peuvent devenir obsolètes à cause concentré sur quelques années et, en échange, concentrées sur des secteurs sans ancrage nidu changement climatique. Les consé- pouvoir récupérer les revenus dans des délais perspective dans le pays en lui-même”.quences du changement climatique vont plus espacés dans le temps”. On pourrait ajouter à ce point un troi-affecter les infrastructures actuelles”. Il Par collaboration entre public et privé, sième domaine de collaboration: celui duajoute qu’“il va devenir nécessaire d’entamer on entend généralement le fait, pour des dialogue sur la conception de l’avenir.une réflexion –réflexion qui se fait déjà entreprises privées, d’assumer des investis- De nombreuses entreprises, dont abertis,dans certains endroits– sur les scénarios les disposent d’experts capables de définir laplus probables, de façon à s’adapter et à viabilité de certaines orientations. Cetteprévoir notre capacité de réaction à ces nou- aptitude devrait être mieux employée lorsvelles conditions”. AVEC LE TEMPS, LES de la conception des plans, des programmes et des stratégies liées aux infrastructures. SOLUTIONS ALTERNATIVESDifférentes solutions,un seul objectif DEVIENNENT UN Répondre aux besoins de la sociétéDans la lutte contre les problèmes environ- AVANTAGE EN TERMES Une autre considération à prendre en comptenementaux, l’un de nos ennemis fondamen- DE GESTION, D’ENTRETIEN au sujet des impacts négatifs des infrastruc-taux est le facteur temps. Pallier les effets tures est la mauvaise conception de certaines ET D’ÉCONOMIESnégatifs qui s’accumulent avec le temps exige d’entre elles. Des itinéraires, des dimensionsen général d’effectuer de forts investisse- D’ÉVENTUELS EFFETS ou des tracés parfois non justifiés altèrent lements au départ afin de pouvoir les amortir SECONDAIRES. paysage, polluent l’écosystème ou ne res- DÉCEMBRE 2010 ■ LINK abertis ■ 9
  9. 9. Mesures visant à préserver la biodiversité En ce qui concerne En résumé, une zone les autoroutes et les repeuplée avec 2 millions infrastructures de d’espèces, 1.500 hectares de télécommunications, zone traitée et 500 hectares il faut souligner que ce sont les de zone boisée. principales lignes d’activités Les autoroutes C-32 et AP-7 d’abertis qui développent une sont de parfaits exemples des partie de leur activité dans efforts consentis. La première des endroits proches d’espaces compte plus de 400.000 naturels protégés. Pour cette arbres, arbustes et plantes raison, ces unités prennent sur un parcours de seulement les mesures nécessaires afin 36 kilomètres, plantés en de réduire les impacts que ces partie avec l’aide des scolaires. Quant à la seconde, l’AP-7, elle possède non seulement une aire de service au Montseny, antichambre de son parc naturel, avec 4 hectares de forêt et une aire de pique- nique, mais elle a reçu le prix de l’environnement du Colegio de Ingenieros de Caminos, Canales y Puertos (École d’ingénieurs des chemins, canaux et ports) de Catalogne pour sa qualité d’œuvre emblématique et respectueuse de son milieu, véritable modèle pour les autres autoroutes. Les stations d’épuration des aires de service de l’AP-2 (Saragosse- activités peuvent générer Méditerranée) et celles sur la biodiversité. abertis du Montseny et de La Jonquera autopistas est régi par une sur l’AP-7 permettent de politique qui prend en compte tirer profit leurs ressources l’impact de ses tracés et hydriques pour l’irrigation qui l’a conduit à aller au-delà des zones paysagées. Des du projet de construction solutions techniques ont imposé par l’Administration également été implantées –déjà soumis à des études pour tirer parti de l’énergie environnementales– solaire pour les bornes SOS, et à prendre des mesures les caméras de télévision supplémentaires afin et les stations météorologiques d’intégrer ses routes au disposées sur tout le réseau. territoire. Les différentes actions peuvent être réparties Dans la même ligne, sanef, de la façon suivante: filiale d’abertis en France, a annoncé cette année Solutions techniques: viaducs, l’investissement de tunnels, tunnels artificiels, 250 millions d’euros destinés chemins passant sous à améliorer l’intégration l’autoroute et passages pour de ses infrastructures à la faune, écrans de vol, etc. l’environnement (Paquet Vert) Reforestation et traitement en échange du prolongement du milieu: marges, de un an de deux de ses terrassements et talus. concessions, sapn et sanef.10 ■ LINK abertis ■ DÉCEMBRE 2010
  10. 10. Pere Torres Biologiste et conseiller en environnement, Pere Torres est vice-président du Col·legi d’Ambientòlegs de Catalunya. Il est également conseiller technique de l’Institut Cerdà et membre du Conseil scientifique de la fondation abertis. Il a passé la plus grande partie de sa carrière professionnelle à la Generalitat de Catalogne, en qualité de secrétaire du Conseil interuniversitaire de Catalogne, de directeur général de Planification environnementale et de secrétaire général depectent pas certaines valeurs culturelles. Les Planification territoriale.politiques liées aux infrastructures devraient LES POLITIQUES Il a été directeurrépondre à des modèles de décision permet- D’INFRASTUCTURES adjoint de l’Institutotant de définir et d’envisager de nouvelles DEVRAIENT RÉPONDRE Internacional deinfrastructures qui évitent et compensent Gobernabilidad.tous ces handicaps et appliquent des solu- À DES MODÈLES DEtions valables. Ce n’est pas chose facile, Il a également collaboré DÉCISION PERMETTANT fréquemment avecnotamment si l’on prend en compte le fait D’EN PROJETER DE plusieurs universitésqu’au cours des dernières années, la culture NOUVELLES DÉPOURVUES catalanes dans le cadredu non s’est considérablement étendue. de la formation des Selon Pere Torres,“la société devrait être D’EFFETS NÉGATIFS étudiants de troisièmedisposée à payer une infrastructure plus cher cycle, toujours sur despour qu’elle ait un itinéraire moins droit, La contribution d’abertis thèmes liés à la durabilitéqu’elle soit en partie enterrée et qu’elle adopte Dans le cadre de son engagement pour la et au territoire. De laun ensemble d’éléments complémentaires protection de l’environnement, le groupe même manière, il aqui minimiseraient son impact sur les valeurs abertis organise différentes actions visant à participé à différentsque veulent préserver les personnes qui vivent minimiser l’impact des infrastructures sur la comités organisateursdans les endroits par lesquels elle doit passer”. biodiversité et à favoriser la protection des de plusieurs congrès etEn définitive, il s’agirait de concevoir des infras- espaces naturels. Preuve en est la distinction séminaires et, en 2003, il a dirigé le Ve Forum surtructures pouvant compenser les conséquen- Gold Class de l’Annuaire de durabilité 2010 la sécurité de Catalogne.ces néfastes qui sont à l’origine d’une oppo- (Anuario de Sostenibilidad 2010) –réalisé parsition certaine dans la société et répondre aux les cabinets de conseil PricewaterhouseCoo- Il a également étébesoins de la société. Pour de nombreux pro- pers et Sustainable Asset Management membre de fondations,blèmes liés aux infrastructures, la solution est (SAM)– reçue par abertis pour son compor- conseils directeurs ou conseilscomplexe car le problème est complexe:“Nous tement en matière de durabilité et de respon- d’administration deobservons les conséquences, mais les causes sabilité d’entreprise. Cette étude a pour objec- plusieurs organisations,sont diverses et ne peuvent pas être traitées tif d’identifier les entreprises qui se démar- parmi lesquelles: Juntacomme s’il n’y en avait qu’une. Depuis quel- quent par leur capacité à gérer la durabilité. de Residus de laques années, on voit apparaître le terme de Elle regroupe l’analyse de 58 secteurs indus- Generalitat, Agènciagouvernance. La gouvernance consiste à triels et de 1.200 des 2.500 sociétés qui com- Catalana de l’Aigua,concevoir un processus qui n’est pas néces- posent l’indice boursier Dow Jones Global Institut Cartogràficsairement lent, paralysant ou compliqué, mais Total Stock Markets. de Catalunya, Institutqui est défini par des règles du jeu en matière Català del Sol etde conception et de prise de décision au sujet Minimiser l’impact Centre per a l’Empresades infrastructures, permettant à de nombreux des infrastructurest i el Medi Ambient.secteurs et entreprises de se sentir mieux Le protocole de Kyoto de 1997 fut un premierreprésentés et pleinement participants”. pas timide visant à démontrer qu’on pouvait DÉCEMBRE 2010 ■ LINK abertis ■ 11
  11. 11. Les actions engagées par le groupe abertis sur les autoroutes visent à améliorer l’intégration de l’autoroute au paysage qui l’entoure.progresser dans la lutte contre le changement juridique et de l’unité de responsabilité socialeclimatique, principalement en s’appuyant d’abertis ont participé à ce forum.sur les accords de réduction des émissions Au cours de l’année 2010, ce forum ade dioxyde de carbone et d’autres gaz res- poursuivi son travail, avec notamment leponsables du réchauffement de la planète. partage des bonnes pratiques environnemen-Face à ce défi, la stratégie de mitigation du tales, la centralisation des risques et le déve-changement climatique a constitué l’axe loppement d’un système de gestion envi-principal de réaction du groupe abertis. ronnementale qui permettra, à long terme, C’est au cours de l’année 2009 que, lancé de réduire les impacts liés à l’activité despar abertis airports, s’est mis en place le aéroports sur leur milieu.Forum environnemental, un espace de par-ticipation interne à destination des aéroports Le projet OASISdu Groupe ayant pour objectif d’analyser et Parallèlement, abertis autopistas participede réduire les risques dérivés de l’impact depuis quelque temps au projet OASIS (Ope-environnemental de ses aéroports. Grâce à ración de Autopistas Seguras, Inteligentes ydeux réunions organisées à Barcelone et à un Sostenibles, soit Opération pour des auto-travail continu via Internet, un manuel de routes sûres, intelligentes et durables). Il s’agitgestion environnementale conforme à la d’un projet à l’échelle nationale auquel par-norme ISO 14001 a été élaboré afin de per- ticipent différentes organisations universi-mettre à chaque aéroport de le développer taires et du monde de l’entreprise et donten s’appuyant sur ses propres spécificités. l’objectif est de définir les normes des futu-Des indicateurs environnementaux de suivi res autoroutes. Ses principaux groupes deont également été créés et l’impact du nou- travail sont la sécurité, la mobilité, l’optimi-veau cadre règlementaire de réduction des sation énergétique et l’environnement. Dansémissions de gaz à effet de serre, le Carbon ce dernier, les travaux étaient orientés selonReduction Commitment, sur les aéroports trois axes fondamentaux: l’amélioration dedu Royaume-Uni a été analysé. Les aéroports l’intégration paysagistique de l’autoroute, lade tbi et les représentants des départements connaissance des relations avec le milieu ettechniques (qui mettent en place des mesu- la gestion de la dynamique de la végétationres environnementales), du département dans l’écosystème de la route. Durabilité et gestion efficace des ressourcestCE DONT ONT BESOIN Depuis sa création, abertis a montré uneLES ENTREPRISES DE sensibilité spéciale aux questions liées à l’en- vironnement, non seulement à travers lesPOINTE DU DOMAINE DES activités de sa fondation mais également àINFRASTRUCTURES QUI travers les activités commerciales du Groupe.PRENNENT DES MESURES “La seule chose dont les entreprises de pointeENVIRONNEMENTALES, de ce domaine qui prennent peu à peu en compte les considérations environnemen-C’EST DAVANTAGE tales ont besoin, c’est davantage d’encoura-D’ENCOURAGEMENT gements et de reconnaissance pour cetteET DE RECONNAISSANCE mission”, insiste Pere Torres. Autre exemple12 ■ LINK abertis ■ DÉCEMBRE 2010
  12. 12. récent, abertis telecom a, en octobre dernier,signé un accord avec les municipalités deSant Cugat et de Lleida et avec l’entrepriseIndra afin de développer les smart cities ouvilles intelligentes. Le terme de villes intelli-gentes désigne un concept de grandes villesdu futur fondé sur l’utilisation des technolo-gies de pointe ayant pour objectif d’amélio-rer la qualité de vie du citoyen, d’augmenterl’efficacité des services publiques, d’amélio-rer les conditions de durabilité environne-mentale et d’augmenter les opportunitésoffertes par la ville aux individus et aux entre-prises. Cet accord entre les entreprises et lesmunicipalités est un bon exemple de colla-boration public-privé, puisque, d’une certainemanière, deux entreprises de pointe, commele sont abertis et Indra, mettent à la dispo-sition de deux administrations locales l’en-semble de leur savoir-faire.Un allié irremplaçableLes actions engagées par saba, filiale de sta-tionnement du groupe abertis, dans ledomaine technologique et environnemental,se démarquent également, avec notammentla mise en place récente d’un projet pilotede 12 bornes de rechargement pour véhicu-les électriques dans 4 zones de stationnementde la ville de Barcelone. Parmi les autres mesu-res mises en place par l’entreprise, on peutnotamment souligner l’amélioration desinstallations de stockage des résidus, l’ins-tallation de séparateurs d’huiles dans lesévacuations des eaux pluviales ou encorel’installation dans ses zones de stationnementde bornes de recyclage écosaba. Malgré le travail et les efforts du groupeabertis pour rendre les infrastructures com-patibles avec la durabilité, Pere Torres rappellequ’“il est toujours possible de faire davantage,car chaque jour, nous apprenons davantage.Chaque jour, nous découvrons de nouvellesfaçons de faire en sorte que l’objectif de ladurabilité, parfois un peu abstrait et concep-tuel, se rapproche un peu plus”. Les infrastruc-tures constituent un allié irremplaçable pouravancer vers la durabilité et “les entreprisescomme abertis doivent, à mon avis, resterattentives en permanence, non seulementaux grands changements mais également auxpetites innovations qui, appliquées à leurpropre secteur, peuvent donner des résultatsefficaces du point de vue de la durabilité”. ■LinkCol·legi d’Ambientòlegs de Catalunyawww.coamb.cat DÉCEMBRE 2010 ■ LINK abertis ■ 13
  13. 13. REPORTAGE 1abertisLe président d’abertisvisite le ChiliRécompensé par le prix de l’Entrepreneur de l’année 2010 par la Cámara Oficial Españolade Comercio au Chili, Salvador Alemany a eu l’opportunité de rencontrer de grandschefs d’entreprise et autorités du pays et d’inaugurer l’abertis logisticspark santiagoTEXTE ET PHOTOS abertis14 ■ LINK abertis ■ DÉCEMBRE 2010
  14. 14. 3 —1— Le président d’abertis, Salvador Alemany, lors de son intervention au forum ENADE. —2— Visite des installations de Rutas del Pacífico. —3— Salvador Alemany reçoit le prix d’Entrepreneur de l’année 2010 de la Cámara Oficial Española de Comercio au Chili. 2 Au mois de novembre dernier, le pré- Rencontre avec les autorités sident d’abertis, Salvador Alemany, et des entrepreneurs chiliensa réalisé un voyage d’affaires au Chili, un Au cours de son voyage, le président d’abertispays stratégique pour le Groupe puisqu’il a eu l’occasion de se réunir avec différentsaccueille quatre de ses unités d’affaires: membres du gouvernement chilien: le minis- abertis au Chiliautoroutes, aéroports, zones de stationne- tre de l’Équipement, Hernán de Solminihac; Présent au Chili depuis 1997,ment et parcs logistiques. le ministre de l’Économie, Juan Andrés Fon- le groupe abertis a peu à peu Pendant sa visite, Salvador Alemany a taine, et le ministre des Transports et des renforcé sa présence dansreçu le prix d’Entrepreneur de l’année 2010 Télécommunications, Felipe Morandé. le pays, où il disposede la Cámara Oficial Española de Comercio Salvador Alemany a également rencon- actuellement d’un effectif(Chambre de commerce espagnole) au Chili. tré Loreta Silva, sous-secrétaire chilienne à de plus de 750 employés.Cette distinction est une reconnaissance l’Équipement, et Pablo Zalaquett, maire de Il est devenu l’un desattribuée chaque année par la chambre de Santiago, une ville dans laquelle saba gère principaux opérateurscommerce à deux personnalités du monde un total de 12 zones de stationnement. d’infrastructures, présent dans quatre secteursde l’entreprise, l’une espagnole et l’autre Le directeur exécutif d’abertis a éga- d’activité: les autoroutes,chilienne. Au niveau local, le prix été attribué lement assisté à un dîner en compagnie avec la gestion de près decette année à l’entrepreneur chilien Álvaro d’Herman Chadwick, président de COPSA, 500 kilomètres répartis entreSaieh, contrôleur de Corp Group, Copesa et et du directeur général en charge des acti- les sociétés concessionnairesSupermercados Unimarc. vités et des opérations d’abertis, Josep Mar- de El Elqui, Rutas del Pacífico, En attribuant le prix à Salvador Alemany, tínez-Vila, et du directeur général d’abertis gesa et Autopista Central;la Chambre de commerce espagnole a voulu Chili, Lluís Subirà. les zones de stationnement,reconnaître “le dynamisme et la persévérance Dans le cadre de cette visite, un déjeuner avec la gestion pardu président d’abertis dans ses relations informel a également été organisé avec les l’entreprise saba de 15 zonescommerciales entre l’Espagne et le Chili”. directeurs et les cadres de direction d’abertis de stationnement totalisant Au cours de son voyage, Salvador Ale- Chili, ainsi qu’une rencontre entre entrepre- plus de 9,000 places; les aéroports, avec unemany a eu l’opportunité de découvrir en neurs chiliens au cours de laquelle les échan- participation dans laavant-première les centres opérationnels des ges ont porté sur l’état des infrastructures et société qui gère l’aéroportconcessionnaires Rutas del Pacífico –qui relie la conjoncture économique du pays. de la capital; et les parcsSantiago du Chili à Valparaíso et Viña del Mar La cérémonie d’inauguration de la délé- logistiques, avec leet à laquelle le Groupe participe à hauteur gation chilienne de la fondation abertis a développement du premierde 78%– et Autopista Central, dont abertis également été célébrée au Palacio de la parc logistique intégralpossède 50% du capital. Moneda. La première dame du pays, Cecilia de Santiago du Chili. DÉCEMBRE 2010 ■ LINK abertis ■ 15
  15. 15. Réunion avec le ministre chilien de l’Équipement, Hernán de Solminihac.Morel de Piñera, a remis une plaque commé- De son côté, Sony et Paccar utiliseront l’es-morant la donation d’abertis effectuée à la pace loué pour le stockage de produits desuite du tremblement de terre qui a eu lieu haute technologie, pour le secteur de la venteen février dernier dans le nord du pays. au détail pour le premier et pour l’industrie Il s’agit de la deuxième délégation automobile pour le second.ouverte par la fondation en dehors d’Espagne,après l’ouverture de la première en Italie, en Premier parc logistique intégral2009, et avant l’ouverture prochaine d’un abertis logisticspark santiago est le pre-troisième siège en France en 2011. mier parc logistique intégral de la Région métropolitaine de Santiago du Chili. Le parcabertis logisticspark santiago couvre une superficie totale de 63 hectaresdémarre avec 100% d’occupation et pourrait héberger, au cours de son déve-Dans le cadre de sa visite, le président loppement, jusqu’à 335.000 mètres carrés Le forum ENADEd’abertis, Salvador Alemany, et la sous-secré- de hangars et 15.000 mètres carrés de ser- Lors de son séjour au Chili,taire chilienne aux Transports, Gloria Hutt vices complémentaires, comme des bureaux, Salvador Alemany aHesse, ont inauguré l’abertis logisticspark des pompes à essence et des restaurants. La participé à la Rencontresantiago, le parc logistique qui a pour mis- première phase de réalisation du parc a généré nationale de l’entreprisesion de développer abertis logística à San- près de 250 emplois. abertis logisticspark privée (ENADE), untiago du Chili. santiago bénéficie d’un emplacement prestigieux forum d’échange qui a rassemblé plus de abertis a démarré ses opérations avec prévilégié. Situé sur la commune de Puda- 1.600 participants, etla signature de quatre contrats de location, huel, au nord-est de la Région métropoli- notamment de grandsavec Ceva Logistics Chile et APL Logistics, de taine, il est intégré au parc d’affaires ENEA, entrepreneurs et hommes7.500 mètres carrés de superficie chacun, et un complexe de 1.000 hectares composé politiques chiliens, et qui,avec Sony et Paccar, de 2.500 mètres carrés d’industries, de bureaux, de résidences, de cette année, coïncidaitchacun. Ces quatre contrats impliquent la zones vertes et de loisirs ainsi que d’aires avec le 200e anniversairelocation de la totalité de la première phase de service et de projets spécifiques. de l’indépendance du Chili.du parc, soit 20.000 mètres carrés de super- abertis logisticspark santiago dis- Seul intervenant non chilienficie, qui atteint ainsi 100% d’occupation. pose également d’accès directes depuis les invité à participer à cette Ceva Logistics et APL Logistics sont tous deux autoroutes les plus importantes de la édition, Salvador Alemanydeux des opérateurs logistiques d’envergure Région métropolitaine, Costanera Norte et a effectué une présentation intitulée Crecimientointernationale. Depuis le site d’abertis Vespucio Express. Il dispose d’un accès immé- económico y desarrollologisticspark santiago, Ceva Logistics pro- diat à l’aéroport de Santiago du Chili, situé en un contexto de crisis: laposera des services de stockage et de distri- à seulement 2,2 kilomètres, ainsi qu’aux oportunidad público-privadabution pour la marque Natura, une entreprise principales voies d’accès aux aéroports de (Croissance économiquede cosmétique et de parfumerie d’origine Valparaíso et de San Antonio, qui concen- et développement dansbrésilienne, leader en Amérique latine, alors trent plus de 80% des exportations et des un contexte de crise :qu’APL approvisionnera ses clients au Chili. importations du pays. ■ l’opportunité public-privé).16 ■ LINK abertis ■ DÉCEMBRE 2010
  16. 16. 1 —1— Le président d’abertis, Salvador Alemany, accompagné de la sous-secrétaire chilienne aux Transports, Gloria Hut Hesse; le directeur général d’abertis logística, Manel Martínez; et le directeur général d’abertis Chili, Lluís Subirà. —2— Le président d’abertis, Salvador Alemany, lors de sa rencontre avec la première dame du Chili, Cecilia Morel de Piñera, à sa droite. —3— Entretien avec le ministre chilien de l’Économie, Juan Andrés Fontaine. —4— 2 Avec le ministre chilien des Transports, Felipe Morandé. Links abertis logisticspark santiago www.abertislogistica.com/chile abertis Chile3 4 www.abertis.cl DÉCEMBRE 2010 ■ LINK abertis ■ 17
  17. 17. INTERVIEWInterview avec le directeur général d’EutelsatMichel de Rosen«Notre objectif n’est pasde devenir la plus grosseentreprise, mais la meilleurede notre secteur»Le directeur général d’Eutelsat expose les défis auxquels devra faireface le secteur des télécommunications au cours des prochaines décenniesTEXTE ET PHOTOS Eutelsat En 2007, abertis a renforcé son pro- depuis qu’abertis, la CDC/FSI sont nos pre- Profil gramme européen avec l’achat de 32% miers actionnaires, Eutelsat a entrepris un Il est diplômé de l’écoled’Eutelsat, devenant ainsi l’actionnaire majo- effort important d’augmentation et de renou- des Hautes Etudesritaire de cette entreprise. Avec une flotte vellement de sa flotte satellitaire. Eutelsat Commerciales (HEC)de 27 satellites en orbite géostationnaire, a ainsi pu faire face, durant l’année qui vient et de l’Ecole NationaleEutelsat domine le marché européen, puisqu’il de s’écouler, à une augmentation importante d’Administration (ENA).possède 30% des parts de marché et qu’il est de la demande tant dans le secteur de la vidéo, Il a rejoint Eutelsat enle troisième opérateur mondial doté d’une que dans celui du haut débit, ou encore dans juillet 2009. Aujourd’huipart de 13%. le multi-usage. directeur général, il est■ ■ ■ Au cours de cette année, de nouveaux également membre duAprès une année passée à la tête efforts ont été entrepris tandis que d’autres Conseil d’administrationd’Eutelsat en tant que directeur général, ont été poursuivis. Tout d’abord, nous avons d’Hispasat.quel bilan tirez-vous de cette période? initié un partenariat stratégique avec l’État Depuis 2008, il occupaitIl y a deux façons de répondre à cette question: du Qatar et décidé ensemble l’acquisition le poste de présidentce que cette année a été pour l’entreprise et d’un satellite, appelé EUROBIRD 2A, que nous directeur général chez SGD,ce que cette année a été pour moi. allons financer et opérer conjointement. Au responsabilités qu’il avait L’année a été remarquable par ses per- cours de cette année, Eutelsat a également également endosséesformances économiques tant dans la crois- commandé deux autres satellites –W5A et dans l’entreprisesance du chiffre d’affaires, la rentabilité, les W6A– qui vont participer à cet effort continu américaine ViroPharmarésultats nets, le dividende servi aux action- de renouvellement de notre flotte et d’aug- de 2000 à 2008.naires, que par l’amélioration de la structure mentation de nos capacités. Il a également été directeurdu bilan. Ce succès est en partie le résultat du En novembre 2009, nous avons lancé général de Rhône-Poulenctravail de qualité qui a été réalisé pendant W7 qui est à ce jour le plus grand satellite Fibres et Polymères et del’année. Mais, dans ce métier, les choses évo- lancé par Eutelsat avec 70 répéteurs. Il a été Rhône-Poulenc Rorer.luant lentement, ces résultats sont beaucoup mis en service opérationnel en janvier 2010. Il a démarré sa carrièrele fruit du travail entrepris depuis plusieurs Ce satellite dessert notamment des marchés professionnelle en Franceannées sur les plans technique, commercial en Russie et en Afrique: il s’est rempli de à l’Inspection généraleet humain. Ils tiennent en particulier au fait clients extrêmement rapidement, témoignant des finances, au sein duque, depuis quelques années et notamment ainsi du dynamisme des marchés que nous ministère de l’Économie.18 ■ LINK abertis ■ DÉCEMBRE 2010
  18. 18. ciblons. Ce satellite a été lancé très peu de C’EST EN 2010 QUE NOUS de l’entreprise, de créer un comité exécutiftemps après que je ne devienne directeur AVONS LANCÉ UNE et un comité de direction renouvelé.général: je n’y suis donc pour rien mais c’est Enfin 2010 est également l’année au RÉFLEXION APPROFONDIEune très bonne décision et déjà un très grand cours duquel nous avons entamé une réflexionsuccès pour Eutelsat. SUR LA NOUVELLE de fonds sur les orientations qui pourront Ensuite, nous avons poursuivi la prépa- ORIENTATION QUI VA nous permettre de générer de la croissanceration du lancement du satellite KA-SAT. NOUS PERMETTRE DE continue dans les 20 années qui viennent.Prévu d’être lancé le 20 décembre prochain GÉNÉRER UNE ■ ■ ■ce satellite diffère des autres par son archi- CROISSANCE CONTINUE Par rapport à votre expérience pro-tecture qui le rendra particulièrement com- fessionnelle passée, que pensez-vous AU COURS DES 20pétitif pour des services Internet Provider. En avoir apporté à une entreprise commeeffet, sa capacité de plus de 70 Gbps sera PROCHAINES ANNÉES Eutelsat?égale à la somme de tous les satellites de la Avant de répondre à cette question, permet-flotte actuelle d’Eutelsat! tez-moi de revenir sur les principales carac- À titre personnel, j’ai beaucoup appris téristiques, à mes yeux, d’Eutelsat. Toutpendant cette année au contact des collègues d’abord, notre entreprise se caractérise parde l’entreprise, des clients, des actionnaires, son aspect international à la fois par sesmais aussi des concurrents ou encore des clients, par ses actionnaires, et par ses salariés.journalistes. J’ai eu l’occasion également Il s’agit, deuxièmement, d’une entreprisede réfléchir et de travailler sur l’organisation dotée d’un concentré d’efficacité assez uni- DÉCEMBRE 2010 ■ LINK abertis ■ 19
  19. 19. LA DÉCÉLÉRATION non plus. Nous sommes donc, au total, peu Selon Michel de sujets aux cycles. Rosen, Eutelsat DE L’ÉCONOMIE doit tout faire ■ ■ ■ pour être A PEU TOUCHÉ Quelles sont vos objectifs pour Eutelsat l’entreprise qui EUTELSAT: hors de l’Europe de l’ouest? traite le mieux ses clients, LES RÉSULTATS Chez Eutelsat, nous avons coutume de dire avec attention, FURENT TRÈS BONS que nous sommes présents sur deux conti- constance nents. Un continent que nous appelons notre et humilité. EN 2009 ET EN 2010, premier continent, l’Europe de l’Ouest. Il s’agit À L’IMAGE DE 2008, du continent historique sur lequel Eutelsat QUI FUT UNE a commencé son aventure. Il y a ensuite le EXCELLENTE ANNÉE deuxième continent composé de l’Europe centrale et orientale, du Moyen orient et de l’Afrique. C’est un continent plus émergentque au monde: Eutelsat ne comprend que que le premier, qui est plus mature. Dans ces640 salariés dans le monde entier, avec une deux continents nous sommes le leader –nousprésence en Europe, Asie, Afrique, Amérique détenons 41% du marché– et nous enten-du Nord et du Sud. Leur niveau d’engagement, dons le rester. Le choix d’être très présent surde passion et d’expertise est exceptionnel. ce deuxième continent, où la croissance desEutelsat est aussi une entreprise qui travaille marchés est plus forte qu’en Europe occi-dans le temps long: ce qui se passe aujourd’hui dentale ou en Amérique du Nord, s’est révéléa été décidé il y a plusieurs années et ce que payant: c’est une des raisons pour lesquel-nous faisons aujourd’hui risque de n’être les Eutelsat a cru cette année plus rapi-visible que dans quelques années. dement que ses deux principaux concur- Au sein de cette entreprise, je crois avoir rents, Intelsat et SES.apporté une capacité d’écoute, de partage et ■ ■ ■de mobilisation. J’ai découvert une entreprise Quels sont selon vous les prochains défisoù les gens avaient besoin de parler de ce à venir? Quelle est votre vision?qu’ils faisaient, de leurs idées pour l’entreprise. Le premier défi est un défi commun à toutePour m’aider dans cette démarche, j’ai moi- l’industrie satellitaire: beaucoup de gens nemême beaucoup écouté mon prédécesseur, savent pas ce que nous faisons. L’industrieGiuliano Berretta, qui est encore le président des satellites de communications est peudu conseil, car il dispose d’une expérience connue. Les gens connaissent la météo ou leinégalable et inégalée dans le domaine spatial GPS mais très peu savent que les satelliteset le domaine des satellites. sont un maillon essentiel dans la chaîne de■ ■ ■ la diffusion de chaînes de télévision et incon-Comment le ralentissement économique tournables pour étendre l’accès haut débita-t-il affecté Eutelsat? aux usagers à l’écart de réseaux terrestres.Disons tout d’abord que le ralentissement Le premier défi est de faire savoir, faire com-économique mondial a peu affecté Eutelsat: prendre ce que nous faisons et ce que nousen 2009 et 2010, les résultats ont été très apportons à l’humanité.bons de même qu’en 2008 qui avait été une Deuxièmement, nous avons le défi deannée excellente. La principale raison pour continuer à organiser notre croissance. Enlaquelle nous ne sommes pas affectés par la tant que professionnel d’infrastructures, notreconjoncture difficile de ces deux dernières devoir est de créer de la valeur pour nosannées est que nous avons une activité très actionnaires. Pour cela, il faut que l’on trouvepeu sensible à la conjoncture économique. un équilibre adapté entre la croissance deNotre principale activité est la vidéo qui notre chiffre d’affaires, la croissance de notrereprésente 70% de notre chiffre d’affaires. rentabilité et le cash flow que nous déga-Dans ce domaine, les services de transmission geons. En même temps, nous savons queque nous fournissons sont un poste clé et ne nous avons besoin d’investir pour générer dereprésentent qu’une partie minoritaire des la croissance. Ces dernières années, nous notre volonté de croître et donc d’investir etcoûts globaux pour un diffuseur. Nous avons avons investi près de la moitié de notre chif- une discipline financière qui nous permet depresque toujours des contrats de long terme fre d’affaires en nouveaux satellites et en bien traiter nos actionnaires.qui vont jusqu’ à 10 ans, voire 15 ans. Ces lanceurs. Il y a peu d’industries qui investissent Le troisième défi est pour moi un déficontrats n’ont d’ailleurs aucune proportion- autant. Nous avons réussi à trouver le bon d’exécution. A Eutelsat, nous devons avoirnalité avec les recettes publicitaires de nos équilibre: à investir beaucoup et pourtant à le souci permanent de l’excellence opéra-clients: lorsque leurs recettes augmentent, être en mesure de verser un dividende signi- tionnelle: technique, commerciale, humaine,ils ne nous payent pas plus mais si leurs recet- ficatif à nos actionnaires. Il faut que nous financière… Cela paraît banal mais lorsquetes diminuent, ils ne nous payent pas moins continuions à préserver cet équilibre entre l’on s’engage avec des clients sur 15 ans, il20 ■ LINK abertis ■ DÉCEMBRE 2010
  20. 20. nous serons aussi les meilleurs dans la façon dont nous traiterons nos actionnaires. ■ ■ ■ Quelle est votre analyse et votre vision de l’industrie satellitaire aujourd’hui? L’industrie satellitaire comprend plusieurs domaines différents. Eutelsat est présent comme opérateur de satellites de télécom- munication et n’a pas pour ambition aujourd’hui, ni dans les 5 à 10 années qui viennent, de se développer dans le domaine des satellites de météo et les satellites d’ob- servation de la terre. Nous pensons qu’il y a déjà beaucoup à faire dans le domaine vidéo, de l’internet haut débit et dans le domaine des services gouvernementaux. Ensuite, l’industrie satellitaire recouvre deux spécialités ce qui peut susciter une cer- taine ambiguïté. Elle désigne les opérateurs de satellites comme nous, mais aussi les fabri- cants de satellites et de lanceurs. Mon pronos- tic pour les prochaines années est que les fabricants de satellites et de lanceurs vont voir leur nombre augmenter. C’est une bonne nouvelle pour Eutelsat car cela signifie qu’il y aura plus de fournisseurs et donc plus de concurrence entre eux. Enfin, du côté de notre propre industrie, étant donné les belles possi- bilités de croissance dont nous témoignons, je crois que les opérateurs de satellite vont être de plus en plus nombreux. De nouveaux acteurs apparaissent: nos amis qataris, par exemple, avec qui nous conjuguons nos com- pétences en matière spatiale. En résumé, nos marchés connaissent une dynamique vigou- reuse. Il y a de la place pour des leaders comme Eutelsat et pour des acteurs plus petits. Il n’y a rien de tel que la pression de la demande et de la concurrence pour progresser! ■ NOS MARCHÉS CONNAISSENT ACTUELLEMENT UNE DYNAMIQUE VIGOUREUSE: IL Y A DONC DE LA PLACE TANT POUR LES ENTREPRISES LEADER COMMEfaut mettre en œuvre une excellence durable. de penser que ce sont les clients qui ont EUTELSAT QUE POURMême l’image du marathon n’est pas bonne besoin de nous. Mais nous devons avoir en D’AUTRES ACTEURScar il s’agit d’un marathon qui ne s’arrête permanence, la volonté d’être ceux qui trai- PLUS MODESTES.jamais. On sait déjà aujourd’hui qu’il faudra tent le mieux leurs clients avec attention, RIEN DE MIEUX QUEtoujours continuer. acharnement et humilité. LA PRESSION DE LA L’exécution, c’est aussi l’obsession des Notre défi n’est pas de devenir le plusclients. Nous devons penser tous les jours gros, ni le plus grand mais que l’on soit les DEMANDE ET DEaux clients. Ce n’est pas évident pour une meilleurs. J’ai la conviction que si nous sommes LA CONCURRENCEsociété comme la nôtre: il peut être tentant les meilleurs dans notre service à nos clients, POUR PROGRESSER! DÉCEMBRE 2010 ■ LINK abertis ■ 21
  21. 21. INTERVIEWInfrastructuresJosé Luis Feito«Nous devons parier surles projets qui contribuent leplus à la croissance du pays»Le président de l’ASECAP, de l’ASETA et de la Commission de politique économiqueet financière de la CEOE passe en revue les clés du secteur pour avancer vers l’avenirTEXTE abertis | PHOTOS abertis/ASETA Connaisseur des besoins et des pers- ■ ■ ■ Profil pectives des infrastructures routières L’investissement public dans les infras- José Luis Feito estespagnoles en raison de sa présence à la tructures est l’une des mesures anticy- diplômé en sciencestête de l’Association des autoroutes euro- cliques adoptées par la majorité des économiques etpéennes, l’ASECAP, et de l’Association des gouvernements. Ces mesures sont-elles sciences de l’entreprisesociétés espagnoles concessionnaires toutes aussi efficaces? de l’universitéd’autoroutes, de tunnels, de ponts et de Non. La productivité des investissements dans Complutense de Madridvoies de péage, l’ASETA, José Luis Feito les infrastructures varie en effet considérable- et est économiste etanalyse la situation actuelle du secteur. ment d’un cas à l’autre et, très souvent, elle technico-commercial■ ■ ■ reste inférieure au coût desdits investisse- auprÀ

×