Innovation des entreprises dans les pays de la loire juin 2011 insee
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Innovation des entreprises dans les pays de la loire juin 2011 insee

on

  • 3,300 views

L'innovation des entreprises dans les Pays de la Loire ...

L'innovation des entreprises dans les Pays de la Loire

Jean COLLOBERT, Nicole GICQUAUD, Delphine LEGENDRE et Sébastien SEGUIN (Insee)

http://www.insee.fr/fr/themes/document.asp?reg_id=3&ref_id=17575

Statistics

Views

Total Views
3,300
Views on SlideShare
3,293
Embed Views
7

Actions

Likes
1
Downloads
64
Comments
0

1 Embed 7

http://www.slideshare.net 7

Accessibility

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

Innovation des entreprises dans les pays de la loire juin 2011 insee Innovation des entreprises dans les pays de la loire juin 2011 insee Document Transcript

  • INSTITUT NATIONALDE LA STATISTIQUEET DES ÉTUDES ÉCONOMIQUES DIRECTEUR DE LA PUBLICATION Cette étude a été rendue possible grâce à un partenariat financier entre Jean-Paul FAUR l’État et le Conseil régional. RÉDACTEUR EN CHEF La réalisation de cet ouvrage a été coordonnée par la direction régionale Sylvain DUVERNE de l’Insee des Pays de la Loire. Les organismes suivants ont également été associés à la réalisation de cette étude : SECRÉTARIAT DE RÉDACTION ET CONTACTS PRESSE - la Région des Pays de la Loire ; Clémence CULY - la Préfecture de région des Pays de la Loire - Secrétariat général aux Véronique REMONDINI affaires régionales (Sgar) ; Charlotte RIEGL - la Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consom- CONCEPTION-COORDINATION mation, du travail et de l’emploi (Direccte) ; Sébastien SEGUIN (Insee) - la Délégation régionale à la recherche et à la technologie (DRRT). RÉDACTION Jean COLLOBERT Le comité de pilotage de l’étude était composé de : Nicole GICQUAUD Delphine LEGENDRE - Maud POUPARD (Préfecture de région des Pays de la Loire - Sgar) ; Sébastien SEGUIN (Insee) - Katia CHAUVEAU (Conseil régional) ; EXPLOITATION DES DONNÉES - - Annabelle GUIVARCH (Direccte) ; CARTOGRAPHIE - Olivier MÉNARD (DRRT) ; Maxime SIMONOVICI - Benoît BUISSON, Jean COLLOBERT, Nicole GICQUAUD, MISE EN PAGE - IMPRIMEUR Delphine LEGENDRE, Romain LESUR et Sébastien SEGUIN (Insee). Grand Large Photos : Fotolia Prix : 14,50 €ISBN : 978-2-11-056137-8CODE SAGE : IDOS04344© INSEE Pays de la Loire - Juin 2011INSEE Pays de la Loire105, rue des Français LibresBP 67401 - 44274 NANTES cedex 2Tél. : 02 40 41 75 75Fax : 02 40 41 79 39Informations statistiques au09 72 72 4000 (prix d’un appel local)www.insee.fr/pays-de-la-loire
  • Dans les Pays de la Loire, l’État et le Conseil régional ont souhaité se doter en 2010 d’une stratégie régionalede l’innovation, partagée entre tous les acteurs de la recherche et de l’innovation. Celle-ci doit permettre auxPays de la Loire de devenir un territoire d’innovation en phase avec son potentiel économique. Elle fixe entreautres pour objectif d’accroître la capacité d’innovation des petites et moyennes entreprises. Ceci supposed’ouvrir les entreprises faiblement innovantes à l’innovation dans son acception la plus complète - innovationtechnologique, mais aussi innovation de produit, de procédé, d’organisation ou de marketing - de permettre ladiffusion technologique et de valoriser la recherche des entreprises déjà innovantes. Ce dossier a pour objectifde permettre une meilleure appréhension des processus d’innovation mis en œuvre dans les entreprises, quiconstitue un enjeu en termes d’emploi et de développement économique, crucial dans la situation économiqueactuelle.Les résultats de l’enquête innovation, réalisée à l’automne 2009, ont alimenté l’essentiel des analyses duprésent dossier. Cette enquête se déroule tous les deux ans au niveau national et européen. Elle vise à fournirdes informations quantitatives sur la place de l’innovation dans les entreprises et sur des aspects particuliersdu processus d’innovation tels que les formes et les dépenses d’innovation, les sources d’information et decoopération ou encore les motivations liées à l’innovation. L’édition 2009 est la première qui ait donné lieu àdes extensions régionales en complément du dispositif national, qui ont concerné sept régions. Les Pays de laLoire ont pu bénéficier de cette opération, grâce à un partenariat financier entre l’État et le Conseil régional. Cesont ainsi quelque 1 300 entreprises de 10 à 249 salariés qui ont été interrogées, sur le champ des secteurs del’industrie d’une part, des services technologiques d’autre part.Cet ouvrage est structuré en trois grandes parties : un diagnostic sur la « machine à innover », qui analyseles atouts et les handicaps de la région ; une analyse de la mesure et des caractéristiques de l’innovation desentreprises de la région et enfin, un développement sur les objectifs et les moyens en faveur de l’innovation dansles Pays de la Loire ; des explications sont proposées quant aux tendances et aux phénomènes spécifiques à larégion des Pays de la Loire.L’étude a été menée en partenariat entre l’Insee, la Préfecture de région et le Conseil régional des Pays de laLoire. La Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi(Direccte) et la Délégation régionale à la recherche et à la technologie (DRRT) ont également été associées à laréalisation de cet ouvrage.Ce socle d’analyses est destiné à tous ceux qui s’intéressent aux problématiques de l’innovation et de la rechercheet développement. En particulier les acteurs de l’innovation, qu’ils soient institutionnels, établissementsd’enseignement supérieur, entreprises ou structures de diffusion de l’innovation, y trouveront matière pouradapter leurs actions en faveur de l’innovation. Les partenaires forment le vœu que cette contribution surl’innovation des entreprises dans la région soit utile aux débats visant à favoriser et renforcer l’innovation desentreprises dans les Pays de la Loire. Le Préfet de la région Le Président du Conseil régional Le directeur régional Pays de la Loire, des Pays de la Loire de l’Insee des Pays de la Loire Préfet de Loire-Atlantique Jean DAUBIGNY Jacques AUXIETTE Jean-Paul FAUR
  • Sommaire Avant-propos 1 Synthèse 3 Atouts et handicaps des entreprises des Pays de la Loire au développement des pratiques innovantes Un environnement économique assez favorable à l’innovation > 5 Encadré : Les acteurs de l’innovation dans la région des Pays de la Loire 11 Encadré : Les dispositifs d’aide à l’innovation 13 30 000 emplois de conception et recherche en Pays de la Loire > 14 Peu de recherche et développement dans les entreprises > 18 Mesure et caractéristiques de l’innovation des entreprises des Pays de la Loire Taux d’innovation des entreprises : l’industrie ne manque pas d’atouts > 21Encadré : La France en milieu de peloton des pays européens pour l’innovation des entreprises 27 L’innovation « verte » : deux entreprises industrielles sur trois en Pays de la Loire > 28 Objectifs et moyens mis en œuvre pour développer l’innovation dans les Pays de la Loire Des coopérations fréquentes dans les entreprises innovantes > 31 La recherche et développement, au cœur des activités d’innovation technologique > 34 Un soutien important des banques en faveur de l’innovation des entreprises > 39 L’enquête européenne sur l’innovation 43 Pour en savoir plus 44
  • SynthèseSynthèse Sébastien SEGUIN (Insee)I nnover, c’est introduire un élément, Reflétant la volonté de l’Europe de Si la recherche et développement (R&D) matériel ou immatériel, nouveau ou promouvoir la croissance économique ne constitue qu’un élément parmi différent dans l’activité économique. tout en préservant l’environnement, d’autres du processus global d’innova-Dans la compétition mondiale, l’inno- la dimension environnementale a, par tion, elle joue positivement sur son inten-vation constitue un facteur essentiel de ailleurs, été ajoutée à la stratégie de sité. Or, le bilan de la recherche régionalecroissance des entreprises. Elle permet Lisbonne. Décidée en 2000 par le Conseil s’avère mitigé au regard du potentielaux entreprises françaises et européennes européen, celle-ci visait à faire de l’Union économique de la région : les Pays dede rester compétitives, malgré des coûts européenne l’économie de la connais- la Loire ne se placent qu’au 9e rang dessalariaux plus élevés que ceux des pays sance la plus compétitive au monde régions de métropole pour le niveau deémergents. Elle est, en conséquence, une à l’horizon 2010. Dans les Pays de la dépenses en R&D et au 17e rang pourcondition nécessaire de la pérennité des Loire, trois entreprises sur cinq ont ainsi l’effort en matière de R&D avec moins deemplois. Elle permet aussi de répondre déclaré avoir mis en œuvre de l’innova- 1 % du produit intérieur brut qui lui estau besoin de diversité des consomma- tion environnementale. La réduction des consacré en 2008. Les dépenses en R&Dteurs et contribue ainsi directement à coûts constitue la motivation principale sont néanmoins en progression sensiblel’amélioration de leur satisfaction. de ces entreprises qui affirment innover depuis quelques années, aussi bien dans au bénéfice de l’environnement. le secteur privé que dans le secteurUne définition public. Bien qu’également en augmenta-de l’innovation harmonisée Les Pays de la Loire tion soutenue, le nombre de chercheursau niveau international disposent d’atouts rapporté au nombre d’habitants reste lui favorables à l’innovation aussi inférieur à la moyenne nationale.Selon le Manuel d’Oslo, qui fait office La région est cependant bien placée ende référence pour la définir au niveau La région des Pays de la Loire dispose ce qui concerne la proportion d’étu-international, l’innovation déployée au d’atouts favorables au développement diants en formation d’ingénieur. Plussein des entreprises intègre plusieurs des pratiques innovantes. La forte généralement, elle est bien dotée en éta-étapes, de la recherche fondamentale à croissance de sa population, un PIB par blissements d’enseignement supérieur,la présentation commerciale, en passant habitant assez élevé et le taux d’emploi bien répartis sur le territoire.par l’étape obligée de l’innovation appli- le plus élevé des régions françaises témoignent de son dynamisme et de La région bénéficie également d’atoutsquée. Elle peut ainsi revêtir différentes son attractivité, sources d’emplois et de à travers des domaines de compétenceformes : richesses, mais aussi d’innovation. La diversifiés et reconnus : agroalimentaire,- l’innovation de produit ou de prestation horticulture et maraîchage, mécanique et consiste à introduire sur le marché un région peut, en outre, s’appuyer sur un tissu de petites et moyennes entreprises matériaux, informatique et électronique, produit, bien ou service, nouveau ou santé et biotechnologies… Elle accueille significativement amélioré au regard de (PME) très dynamique et sur la diversité de ses activités économiques. Le tissu ainsi 7 des 71 pôles de compétitivité ses caractéristiques essentielles ; du territoire national, dont 2 à vocation industriel y est dense et il reste actif- l’innovation de procédé correspond à la mondiale et 4 interrégionaux. Ceux-ci ont (4e région industrielle française en termes mise en œuvre de nouvelles techniques été mis en place dans le but de développer de niveau de valeur ajoutée). La région pour la production de biens ou la réali- des synergies et des projets collaboratifs rattrape progressivement son retard dans sation de prestations de services ; et innovants entre des entreprises, des les services, avec récemment une forte- l’innovation d’organisation est la expansion des services aux entreprises laboratoires de recherche et des établis- mise en place d’un nouveau mode et des activités financières et immobiliè- sements de formation. De plus, d’autres de fonctionnement, d’une nouvelle res. Chaque grande agglomération de la dynamiques de filières, favorables au déve- méthode d’organisation du travail ou région accueille ainsi, à présent, deux ou loppement économique, semblent émerger des relations externes qui doit résulter trois filières tertiaires d’excellence. dans les Pays de la Loire : bois et habitat de décisions stratégiques prises par la de demain, industries de la construction, direction ; Cette mue économique des Pays de la éco-technologies par exemple. Loire s’est accompagnée d’un dévelop-- l’innovation de marketing est la mise pement de son capital humain : 30 000 Les entreprises en œuvre de concepts ou de stratégies emplois sont dédiés à l’innovation industrielles innovent de vente nouveaux ou qui diffèrent si- technologique dans les métiers de la gnificativement des méthodes de vente un peu plus qu’ailleurs… conception et de la recherche, ce qui antérieures. classe la région Pays de la Loire au Sur 100 entreprises industrielles de 10 àSi l’innovation de produit peut consister 4e rang des régions métropolitaines, 249 salariés situées dans les Pays de laà introduire un produit nouveau sur le hors Île-de-France. La métropole Nantes- Loire, 53 ont déclaré avoir innové entremarché, elle peut aussi être qualifiée Saint-Nazaire est le pivot de cette mon- 2006 et 2008. Ce taux d’innovation estd’« innovation de rattrapage » lorsqu’il tée en gamme qui devra se poursuivre, un peu plus élevé qu’en moyenne natio-s’agit pour l’entreprise d’un produit via une pérennisation des démarches nale (+ 2 points) et surtout que dans lesnouveau ou amélioré de manière signifi- de métropolisation, notamment pour régions Nord-Pas-de-Calais et Provence-cative, mais qui était déjà proposé par consolider son positionnement parmi les Alpes-Côte d’Azur (+ 7 points), assezses concurrents. pôles métropolitains européens. comparables par leur taille ou leur tissu 3 insee pays de la loire - l’innovation des entreprises dans les pays de la loire - juin 2011
  • Synthèseproductif1. En particulier, ces petites nationale par un surcroît important particulier les services technologiqueset moyennes unités innovent davantage d’innovation des unités industrielles (édition, production de films, de vidéoqu’ailleurs dans certains secteurs indus- dotées d’un capital humain dédié à ou de musique, programmation et dif-triels comme la fabrication informatique, l’innovation significatif (+ 8 points). A fusion, conseil et informatique, servicesélectronique, optique et d’équipements contrario, la région se caractérise par d’information, recherche et développe-électriques, les industries agroalimen- un déficit conséquent d’innovation des ment scientifique). Dans ce secteur destaires et la fabrication de produits en unités industrielles cumulant peu de services technologiques, les petites etcaoutchouc et en plastique. C’est surtout capital humain, faible taille et taux d’in- moyennes unités de la région présententl’innovation d’organisation qui est plus vestissement bas (– 8 points par rapport néanmoins un léger déficit d’innovationrépandue dans les entreprises indus- à la moyenne nationale). par rapport à la moyenne nationale : surtrielles régionales que dans celles des Pour leurs activités d’innovation en produit 100 entreprises de 10 à 249 salariésautres régions. ou procédé, quatre entreprises industriel- situées dans les Pays de la Loire, 60Ce surcroît d’innovation s’explique pour les sur dix ont collaboré de façon active ont déclaré avoir innové entre 2006 etprès de la moitié par la différence de avec d’autres entreprises ou organismes. 2008, contre 62 au niveau national. Lesstructure entre les tissus industriels Dans la région, ces coopérations nouées entreprises des services technologiquesrégionaux et nationaux : les entreprises dans les processus d’innovation privilé- de la région, plus récentes, ne semblentindustrielles des Pays de la Loire sont gient davantage la proximité que dans ainsi pas bénéficier du même « fonction-plus grandes et davantage présentes les autres régions, surtout pour les unités nement historique » que l’industrie.sur des secteurs d’activité propices à de petite taille : ces collaborations se Le déficit d’innovation est particu-l’innovation. L’autre moitié de ce surcroît font en majorité avec des partenaires de lièrement marqué dans les activitésd’innovation relève donc d’autres facteurs marché (fournisseurs, clients, entreprises informatiques et services d’informationdits « résiduels », comme le dynamisme du même secteur…) et des partenaires (– 6 points). La taille et les secteurspropre à l’industrie régionale. situés dans la région. d’activité dans lesquels les entreprisesLa taille de l’entreprise, l’appartenance Les entreprises prennent un risque en des services technologiques des Paysà un groupe ou un réseau d’enseigne innovant. Pour financer leurs projets, elles de la Loire sont davantage présentes,et la dimension du marché sur lequel utilisent majoritairement leurs ressources sont pourtant globalement favorables àintervient principalement l’entreprise internes, surtout les plus grandes. Mais l’innovation ; quant aux activités de R&D,constituent autant de facteurs favorables les ressources financières externes, elles ne sont pas moins importantes queà l’innovation dans l’industrie. Ainsi, les privées comme publiques, restent un dans les autres régions. De plus, si elles53 % des entreprises industrielles qui appoint nécessaire pour les plus petites. ne bénéficient pas autant de finance-ont innové dans les Pays de la Loire ont Dans les Pays de la Loire, les établisse- ments des banques que les entreprisesdégagé un chiffre d’affaires représentant ments financiers soutiennent particulière- industrielles, elles reçoivent en revanche68 % du chiffre d’affaires de l’ensemble ment l’effort d’innovation des entreprises davantage d’aides publiques : celles-cides entreprises industrielles de la région. industrielles de moins de 50 salariés : ils sont versées directement par des institu-Pour autant, dans les Pays de la Loire, les financent ainsi 26 % du montant alloué tions de niveau régional ou national, ouentreprises industrielles dont le marché aux projets innovants de ces entreprises, sont liées à des dispositifs d’incitationest essentiellement local innovent davan- contre 18 % au niveau national. Cette à l’innovation tels que le crédit d’impôttage que ce même type d’entreprises au particularité peut être reliée à l’existence recherche.niveau national (+ 5 points) et bien plus dans la région d’un environnement bancaire de proximité, notamment d’un Ce secteur des services technologiquesencore dans les régions comparables de semble cependant présenter des fai-Provence-Alpes-Côte d’Azur et Nord-Pas- réseau dense de banques mutualistes ou à implantation régionale. blesses qui le pénalisent dans sesde-Calais (+ 11 points). De même, les activités d’innovation. Outre le déficitentreprises industrielles indépendantes Au final, pour les entreprises indus- de coopération à l’international desde la région innovent en plus grand trielles des Pays de la Loire, un cercle entreprises innovantes de ce secteur,nombre que celles des autres régions vertueux régional semble ainsi exister. les choix de localisation effectués par(+ 4 points). En effet, le surcroît d’innovation par les têtes de groupe ou de réseau jouentAussi, si au niveau national, la taille de rapport à la norme nationale concerne sans doute aussi un rôle : alors qu’ellesl’entreprise - appréhendée par l’inter- surtout les unités indépendantes, celles devraient être motrices dans le proces-médiaire du chiffre d’affaires réalisé - ayant principalement un marché local, sus d’innovation régional, les entreprisesconstitue le premier facteur permettant et elle se traduit par une coopération de appartenant à des groupes ou réseauxde distinguer les unités industrielles proximité ; il est en outre favorisé par un d’enseigne innovent moins fréquemmentinnovantes des non innovantes, suivi de financement bancaire de confiance et que les entreprises indépendantes régio-la dimension du marché, il en va diffé- local. Ce cercle vertueux peut s’expliquer nales. A contrario, ces dernières innoventremment dans les Pays de la Loire. C’est en partie par le riche passé industriel de en plus grand nombre que celles desle capital humain - mesuré par la part la région et les coopérations de longue autres régions. Plusieurs hypothèsesdes ingénieurs et des techniciens dans date qui y règnent, ce qui compense peuvent être avancées quant au déficitl’emploi de l’entreprise - qui apparaît l’ouverture limitée à l’international de d’innovation des entreprises apparte-comme le premier élément explicatif l’industrie régionale. nant à des groupes : implantation plusde l’innovation dans la région. En effet, récente, spécialisation dans des activitéscelle-ci se démarque de la moyenne …au contraire des entreprises moins tournées vers l’innovation. La mue des services technologiques économique des Pays de la Loire vers1 De plus, ces deux régions font partie des sept régions Depuis deux à trois décennies, la ré- les activités de services n’a pas encorepour lesquelles une extension régionale de l’enquêteinnovation permet de disposer de résultats fiables au gion des Pays de la Loire a opéré une permis de combler leur retard en ce quiniveau régional. mue économique vers les services, en concerne l’innovation dans ce secteur. ■ 4 insee pays de la loire - l’innovation des entreprises dans les pays de la loire - juin 2011
  • Atouts et handicaps des entreprises des Pays de la Loire audéveloppement des pratiques innovantesUn environnement économique assezfavorable à l’innovation Sébastien SEGUIN (Insee)La région des Pays de la Loire dispose d’atouts favorables au développement des pratiques innovantes. Laforte croissance de sa population, un PIB par habitant assez élevé, le taux d’emploi le plus élevé des régionsfrançaises témoignent ainsi de son dynamisme et de son attractivité, sources d’emplois et de richesses, maisaussi d’innovation. La région peut en outre s’appuyer sur un tissu de petites et moyennes entreprises (PME)très dynamique. Le bilan de la recherche régionale est en revanche plus mitigé : les Pays de la Loire ne seplacent qu’au 17e rang des régions de métropole pour l’effort en matière de recherche et développement. Les30 200 emplois salariés dans les secteurs technologiquement innovants positionnent par ailleurs les Pays dela Loire au 3e rang des régions françaises en termes de nombre de salariés dans ces secteurs, mais seulementau 9e rang pour ce qui est du poids de ces secteurs dans l’ensemble des effectifs salariés. La région bénéficieégalement d’atouts à travers des domaines de compétence diversifiés et reconnus. Elle accueille ainsi 7 des71 pôles de compétitivité du territoire national, dont deux à vocation mondiale. D’autres dynamiques defilières, favorables au développement économique, semblent de plus émerger dans les Pays de la Loire : boiset habitat de demain, industries du bâtiment, écotechnologies par exemple.I nnover, c’est introduire quelque chose L’innovation constitue l’un des principaux ciale, en passant par l’étape obligée de de nouveau ou de différent dans l’ac- ressorts de la productivité, de la compé- l’innovation appliquée. tivité économique. Selon le Manuel titivité et donc de la croissance écono- La stratégie de Lisbonne décidée end’Oslo, qui fait office de référence pour mique. L’économiste Joseph Schumpeter 2000 par le Conseil européen visait àdéfinir l’innovation au niveau interna- a largement souligné le rôle majeur des faire de l’économie de l’Union euro-tional, l’innovation déployée au sein innovations dans l’impulsion et la mise péenne, à l’horizon 2010, l’économiedes entreprises peut revêtir différentes en mouvement de l’économie. Celui-ci de la connaissance la plus compétitiveformes : on distingue les innovations de relevait, en particulier, que le fondement au monde. Plus récemment, en France, et la dynamique de l’économie sont l’exercice de prospective « France 2025 »produit (ou de prestation), de procédé, l’innovation et le progrès technique. pointait la nécessité de pérenniser lad’organisation et de marketing. Le rôle de l’innovation dans le dévelop- démarche de stratégie nationale deCitons quelques exemples d’innovation : pement des entreprises s’est considéra- recherche et d’innovation, de réussir lale lecteur MP3, l’ABS ou le GPS, les blement renforcé au cours des dernières « France numérique », de mieux valorisertextiles respirant pour les innovations de années, sous l’effet de la mondialisation la recherche et de concentrer les effortsproduit, les systèmes de traçage ou les et des progrès apportés par les nouvelles sur quelques pôles, leur compétitivitéprocédures de maintenance ou de comp- technologies. La pression de la concur- dépendant principalement de la consti-tabilité pour les innovations de procédé, rence, intensifiée par une mondialisation tution de masses critiques et d’unela mise en place de cercles de qualité ou de plus en plus affirmée de l’économie, collaboration forte entre les acteurs de lad’équipes autonomes pour l’innovation a en effet conduit les entreprises à s’ap- recherche et de l’innovation.d’organisation, une nouvelle ligne de puyer plus fortement sur l’innovation afinvêtements ou la promotion sur internet de consolider leur position sur le marché, Des atouts favorablespour l’innovation de marketing1. ainsi qu’à accroître leurs investissements à l’innovation en matière de recherche et développe- L’innovation ne dépend pas uniquementSi l’innovation de produit peut consister ment (R&D) et de veille technologique et de l’utilisation de facteurs tangiblesà introduire un produit nouveau sur le commerciale. comme les ressources financières et lesmarché, elle peut aussi être qualifiée technologies disponibles. La façon dont Dans la compétition mondiale, l’innova-d’« innovation de rattrapage » lorsqu’il les entreprises utilisent ces facteurs joue tion constitue ainsi un facteur essentiels’agit pour l’entreprise d’un produit de croissance des entreprises. Elle également un grand rôle. L’innovationnouveau ou amélioré de manière signifi- permet aux entreprises françaises et met en jeu la capacité créative danscative, mais qui était déjà proposé par européennes de se différencier et ainsi toutes ses dimensions et concerne leses concurrents. de rester compétitives, malgré des coûts capital intellectuel des entreprises, en salariaux plus élevés que ceux des pays particulier les caractéristiques de laL’innovation, un facteur émergents. Elle est, en conséquence, une main-d’œuvre, les activités de R&D, leessentiel de croissance des condition nécessaire de la pérennité des capital technologique aussi bien queentreprises emplois. Elle permet aussi de répondre le « capital-environnement » des entre- au besoin de diversité des consomma- prises, la valeur de leur « réseau » et la1 D’autres exemples concrets d’innovations mises en teurs et contribue ainsi directement à manière d’utiliser les sources externesœuvre par les entreprises dans les Pays de la Loire l’amélioration de leur satisfaction. Elle de connaissances.entre 2006 et 2008 sont cités dans l’encadré intitulé« exemples d’innovations introduites par des entrepri- intègre plusieurs étapes de la recherche La région des Pays de la Loire disposeses des Pays de la Loire » en page 21. fondamentale à la présentation commer- d’atouts favorables au développement 5 insee pays de la loire - l’innovation des entreprises dans les pays de la loire - juin 2011
  • Atouts et handicaps des entreprises des Pays de la Loire audéveloppement des pratiques innovantesdes pratiques innovantes, même si la économique de la région. Les Pays de Le poids des secteurs innovants danscrise économique récente ne simplifie la Loire sont ainsi relégués au 17e rang l’économie de la région est globalementpas la donne. Une forte croissance des régions sur ce critère, la moyenne équivalent à la moyenne nationale (horsde la population, un PIB par habitant des régions hors Île-de-France étant de Île-de-France). Cela positionne les Paysassez élevé (27 530 euros en 2008, soit 1,8 %3. Par ailleurs, la faible ouverture de la Loire au 9e rang des régions françai-600 euros de plus que la moyenne des internationale, en partie liée à la position ses en termes de poids des salariés desrégions de province) et surtout le taux excentrée de la région par rapport au secteurs innovants dans l’ensemble desd’emploi le plus élevé des régions fran- centre économique européen, constitue effectifs salariés. La présence encore im-çaises témoignent de son dynamisme et également un handicap. portante dans la région de nombreusesde son attractivité, sources d’emplois et industries de main-d’œuvre explique quede richesses, mais aussi d’innovation. Plus de 30 000 salariés la région soit moins bien positionnée surLa région peut s’appuyer sur un tissu de pointent dans l’innovation ce critère. Les trois quarts des établis-petites et moyennes entreprises très dy- en Pays de la Loire sements des secteurs innovants de lanamique, ainsi que sur une organisation région dépendent d’une entreprise donten filières d’excellence qui a déjà permis En 2008, dans les Pays de la Loire, on le siège social est situé dans les Pays dede faire naître d’importants projets dénombre plus de 2 500 établissements la Loire.collaboratifs. Elle est également bien appartenant aux secteurs technologique-dotée en établissements d’enseignement ment innovants ; ils rassemblent 30 200 L’aire urbaine nantaisesupérieur, universités ou écoles d’ingé- emplois salariés4. Les Pays de la Loire se concentre l’innovationnieurs, répartis de façon relativement positionnent ainsi au 3e rang des régionséquilibrée sur le territoire. La région est françaises (hors Île-de-France) en nombre Ces établissements sont inégalement ré-notamment très bien positionnée quant de salariés dans les secteurs innovants, partis sur le territoire régional : la Loire-au nombre d’étudiants inscrits dans des au même niveau que Midi-Pyrénées, Atlantique concentre ainsi la moitié desformations d’ingénieurs, avec 6,5 % des mais derrière les régions Rhône-Alpes et emplois concernés, dont 13 400 dansélèves ingénieurs de France. Provence-Alpes-Côte d’Azur. l’aire urbaine de Nantes qui représentent 4,0 % de l’ensemble des effectifs salariésLa région des Pays de la Loire poursuit Dans les Pays de la Loire, ces secteurs de ce territoire. Les activités d’innovationpar ailleurs sa mue économique : tout en représentent 1,2 % des établissements sont en effet l’apanage des grandes mé-préservant ses traditions industrielles, (agriculture, défense et travail tempo-elle développe son capital humain. Avec tropoles urbaines. Leur développement raire exclus) et 2,5 % de l’ensemble desaujourd’hui 30 000 emplois dédiés à nécessite un environnement favorable, un effectifs salariés de ces établissements.l’innovation technologique dans les mé- creuset d’activités à haute valeur ajoutéetiers de la conception et de la recherche, 3 Cf. le chapitre « Peu de recherche et développement et de fortes synergies, au sein de pôlesoccupés en majorité par des ingénieurs, dans les entreprises ». de compétitivité notamment. 4 Cette approche est différente de celle adoptée dansdes cadres d’études et des techniciens, le chapitre intitulé « 30 000 emplois de conception Dans les aires urbaines de Cholet,la région enregistre une progression et de recherche en Pays de la Loire » (p. 13). Dans d’Angers et de Laval, les secteurs inno-constante de sa capacité d’innovation2. ce dernier est mesuré l’ensemble des personnes dont vants sont également assez bien repré- l’emploi relève des métiers de la conception et de laLes Pays de la Loire se classent ainsi au recherche, qui sont généralement dédiés à la mise en sentés, avec 3 à 4 % de l’emploi salarié3e rang des régions métropolitaines, hors œuvre de l’innovation technologique. L’approche rete- total. Cette part des secteurs innovantsÎle-de-France, pour le nombre d’emplois nue ici consiste en revanche à retenir l’ensemble des est en revanche inférieure à 2 % dans salariés travaillant dans des entreprises appartenant àdédiés à l’innovation. En termes de poids des secteurs technologiquement innovants, quel que les autres principales aires urbaines dede ces métiers dans l’ensemble de l’em- soit le métier exercé par les salariés concernés. la région.ploi de la région, l’écart par rapport àMidi-Pyrénées et Rhône-Alpes est cepen- Principaux indicateurs de contexte socio-économiquedant encore manifeste : 2,1 % en Pays dela Loire contre plus de 3 % dans les deux Rang Pays de France des Paysautres régions en tête du classement. la Loire métropolitaine de la LoireLa métropole Nantes-Saint-Nazaire estle pivot de cette montée en gamme qui Évolution annuelle de la population (en %, entre 1999 et 2008) 1,0 0,7 5devra se poursuivre pour concurrencer PIB par habitant (en euros, en 2009) 26 481 29 897 9les pôles métropolitains européens, PIB par emploi (en euros, en 2009) 65 427 75 251 15notamment via une pérennisation des Taux d’emploi des 15-64 ans (en %, en 2007) 66,4 63,7 2démarches de métropolisation. Valeur ajoutée régionale des branches industrielles 13 484 211 189 4 (en millions d’euros, en 2009)La recherche doit Part de l’industrie dans la valeur ajoutée régionale (en %, en 2009) 15,9 12,5 9encore trouver sa voie Proportion de salariés dans les entreprises de 50 à 250 salariés 25,8 19,3 3Le bilan de la recherche régionale est (en %, en 2008)en revanche plus mitigé. Certes, la Proportion d’emplois de conception et recherche (en %, en 2006) 2,1 2,8 8R&D ne constitue qu’un ingrédient Part des emplois salariés des secteurs technologiquement innovants 2,5 3,5 9parmi d’autres dans le processus global dans l’ensemble de l’emploi salarié (en %, en 2008)d’innovation (cf. encadré). Mais les 938 Nombre de chercheurs des secteurs publics et privés pour 10 000 18 36 12millions d’euros de dépenses intérieures habitants (en équivalent temps plein, en 2008)en R&D en 2008 ne représentent que Étudiants inscrits en formation d’ingénieur (nombre en 2008-2009) 8 459 121 997 51,0 % du PIB régional, soit une part Part des dépenses de R&D dans le PIB (en %, en 2008) 1,0 2,1 17relativement faible au regard du potentiel Sources : Insee, RP 1999 et 2007 (exploitations principales) - Comptes régionaux des ménages (base 2000) - Clap 2008 ; ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche.2 Cf. le chapitre « 30 000 emplois de conception etrecherche en Pays de la Loire » 6 insee pays de la loire - l’innovation des entreprises dans les pays de la loire - juin 2011
  • De nombreuses unités de taille moyenne dans les Pays de la LoireLa R&D, condition ni nécessaire ni Proportion de salariés appartenant à des établissements de 50 à 249 salariés (en %)suffisante à l’innovationLes activités de recherche et développement Ensemble(R&D), en particulier les activités continues,jouent positivement sur l’intensité del’innovation. Pour autant, l’innovation estle fruit d’un processus global dans lequel la dont : industrieR&D n’est qu’un ingrédient parmi d’autres, àintégrer dans une démarche organisationnellecomplexe. L’innovation relève à la fois dudéveloppement et de la protection des dont : servicestechnologies, de l’organisation, du marketing, technologiquesdu design, de la créativité, de la stratégied’entreprise, des politiques de recrutement, et 0 5 10 15 20 25 30 35 40de toutes les composantes du management.L’innovation est le fruit de processus multiples Source : Insee, Clap 2008. Pays de la Loire France métropolitaineassociant de nombreux facteurs fonctionnels etorganisationnels, permettant d’introduire de lanouveauté dans du préexistant. Depuis quelques décennies, d’une métro- ques et chimiques sont nettement moinsDe nombreuses innovations n’intègrent aucune pole abritant de nombreuses industries nombreuses qu’en moyenne nationale.dimension technologique et relèvent de l’usage de main-d’œuvre, Nantes se transforme Comme à Rennes et à Poitiers, lesdes produits et services, ou des modèles en pôle d’excellence tertiaire. Elle rat-d’affaires. Il ressort ainsi du tableau de bord activités de télécommunication sonteuropéen de l’innovation que près de la moitié trape progressivement son retard par très présentes dans l’aire urbaine dedes entreprises européennes innovantes ne rapport aux autres grandes métropoles Nantes (31 % des salariés des secteurss’appuient sur aucune activité de recherche en françaises comparables, sans l’avoir innovants). L’implantation de grandsleur sein. encore totalement comblé aujourd’hui. établissements de France Télécom etPour mesurer l’innovation, on a tendance à Ainsi, le poids des salariés des secteurs Bouygues Télécom témoigne de cettelimiter la description des résultats obtenus sur présence. Les activités de commerce deun territoire aux données de R&D, de brevets innovants dans l’ensemble des effectifsou de publications. Mais ceci ne reflète que salariés demeure légèrement plus faible gros et d’édition, audiovisuel et diffusiontrès partiellement les résultats économiques qu’il ne l’est dans les aires urbaines de sont également plus présentes à Nantesdes entreprises. Le montant des dépenses Lyon, Toulouse et Rennes, et à un degré que dans les autres grandes métropoles.et le personnel de R&D ne renseignent pas moindre de celles de Bordeaux et Lille. De son côté, l’aire urbaine d’Angerssur les résultats des activités innovantes ; de Pour sa part, l’aire urbaine d’Angers est est spécialisée dans la fabrication deplus, les innovations dans les secteurs desservices ne donnent pas lieu nécessairement proche pour ce critère de l’aire urbaine produits informatiques et d’équipementsà des dépenses de R&D. Le nombre de brevets électriques, avec notamment les deux de Poitiers.n’est pas non plus un indicateur probant pour établissements de grande taille Thalesappréhender l’innovation dans les entreprises. Communications et Thomson.En effet un grand nombre d’inventions ne Produits informatiques,sont pas brevetées, l’entreprise n’ayant pas équipements électriques Les établissements des secteurs inno-l’intention de mettre le produit concerné sur le et télécommunications : vants emploient en majorité des salariésmarché, ou bien, à l’opposé, préfère engager la très qualifiés : près des deux tiers sontmise en production sans protection compte tenu fers de lance de l’innovation des cadres ou professions intermé-du rythme élevé de l’innovation dans le secteur,et de l’avantage du first mover. Dans les Pays de la Loire, la répartition de diaires, dans la région comme au niveauLes entreprises savent que la technologie doit l’emploi des secteurs innovants s’écarte national. La proportion de femmes estêtre combinée avec de nombreux autres facteurs sensiblement du modèle national. La par ailleurs un peu plus élevée qu’enpour générer une innovation. Il importe donc de fabrication de produits informatiques et moyenne nationale : 41 % contre 35 %.ne pas se focaliser seulement sur la rechercheou l’innovation technologique, et d’adopter une d’équipements électriques d’une part, lesvision et une politique élargies, qui intègrent activités de télécommunications d’autre Des pôles de compétitivitéles différents types d’innovation de manière à part, sont davantage présentes que dans très présents dansfavoriser globalement la capacité d’innovation les autres régions ; elles concentrent un la région…et la compétitivité des entreprises. Si la R&Dest essentielle dans de nombreuses activités, peu plus de la moitié des emplois sala- Si l’effort global de R&D dans les Payselle ne peut être considérée ni comme une riés des secteurs innovants de la région. de la Loire est relativement moins élevéactivité nécessaire, comme en témoignent les A contrario, les industries pharmaceuti- qu’ailleurs, la région dispose néanmoinsnombreuses innovations d’usage, ni commeune condition suffisante de l’innovation, car leprocessus peut être semé d’embûches. 2 500 établissements et 30 000 salariés dans les secteurs technologiquementPar ailleurs, on confond trop souvent en France innovants dans les Pays de la Loire (en 2008)innovation et invention, alors qu’il s’agit de dont dontréalités distinctes. L’invention est unique et Nombre de Nombre proportion de proportion dedépend des capacités créatrices des concepteurs salariés auet des moyens mis à disposition (argent, d’établissements femmes cadres 31/12/2008matériel). Une invention réussie ne débouche (en %) (en %)pas forcément sur un projet d’innovation, Pays de la Loire 2 500 30 200 41 29certains étant retardés voire abandonnés.L’innovation a vocation à être adoptée par des France horsutilisateurs, clients, employés, et doit donc avoir 41 800 443 300 36 30 Île-de-Franceun marché. Part des Pays de la 6,0 6,8 – – Loire en France (en %) Source : Insee, Clap 2008. 7 insee pays de la loire - l’innovation des entreprises dans les pays de la loire - juin 2011
  • Atouts et handicaps des entreprises des Pays de la Loire audéveloppement des pratiques innovantes30 200 emplois salariés dans les secteurs innovants en Pays de la LoireNombre et part demplois salariés (en %) dans les secteurs innovants Les secteurs d’activité technologiquement innovants Île-de-France Le périmètre retenu pour définir les secteurs tech- Rhône-Alpes 85 300 321 400 nologiquement innovants s’inspire d’un ensemble Centre 28 700 Haute-Normandie 21 600 de travaux d’analyse économique réalisés par Midi-Pyrénées 30 400 l’Insee, la Direction générale de la compétitivité, Provence-Alpes-Côte dAzur 46 000 de l’industrie et des services (DGCIS) et l’OCDE. Il Alsace 18 900 inclut les secteurs d’activité liés aux technologies Bretagne 28 100 de l’information et de la communication (TIC), aux Aquitaine 26 800 produits pharmaceutiques, aux biotechnologies Pays de la Loire 30 200 et aux nouveaux matériaux. Ces secteurs, dit Auvergne 10 400 Languedoc-Roussillon 16 900 innovants, sont définis à partir des activités exer- Bourgogne 11 200 cées par l’entreprise. En conséquence, certaines Nord-Pas-de-Calais 27 400 entreprises de ces secteurs peuvent ne pas être Basse-Normandie 9 500 innovantes, tandis que d’autres peuvent l’être hors Franche-Comté 7 300 de ces secteurs. Picardie 11 000 Champagne Ardennes 8 000 Le périmètre des secteurs innovants comprend les Limousin 4 100 codes de la Nomenclature d’activités française Lorraine 12 400 (NAF rév. 2, 2008) suivants : Poitou-Charentes 8 100 Corse 1 200 - dans l’industrie chimique : 2011Z, 2013B, 2014Z, 2016Z ; 0.0 1.0 2.0 3.0 4.0 5.0 6.0Lecture : En 2008, dans les Pays de la Loire, les secteurs technologiquement innovants emploient 30 200 salariés, ce qui représente - dans l’industrie pharmaceutique : 2110Z, 2120Z ;2,5 % de lemploi salarié de la région. - dans la fabrication de produits informatiques,Source : Insee, Clap 2008. électroniques, optiques et la fabrication de produits électriques : 2611Z, 2612Z, 2620Z, 2630Z, 2640Z, 2651A, 2651B, 2670Z, 2731Z,d’atouts à travers des domaines de …constitués en majorité de 2732Z ;compétence diversifiés et reconnus. Elle PME - dans le commerce de gros : 4651Z, 4666Z ;compte en 2011 sept pôles de compétiti- - dans l’édition, l’audiovisuel et la promotionvité labellisés sur les 71 pôles de compé- Sans surprise, les petites et moyennes et diffusion : 5821Z, 5829A, 5829B, 5829C,titivité du territoire national (cf. encadré entreprises (PME) sont très présentes 5911A, 5911B, 5911C, 5912Z, 5913A, 5913B, parmi les membres des pôles de com- 5914Z, 5920Z, 6010Z, 6020A, 6020B ;p. 10). Ces pôles ont été mis en place pétitivité. Sur 6 800 établissements - dans les télécommunications : 6110Z, 6120Z,par l’État, suivant le principe qu’une 6130Z, 6190Z ;entreprise, a fortiori une PME, ne peut membres de pôles de compétitivité - dans la programmation, le conseil, lesrester seule dans le combat constant recensés en 2008 en France, 4 600, soit autres activités informatiques et les servicespour la compétitivité. Son intégration 68 %, sont des PME. Dans la région d’information : 6201Z, 6202A, 6202B, 6203Z,dans un ou plusieurs réseaux d’entrepri- également, les PME sont désormais très 6209Z, 6311Z, 6312Z ;ses est indispensable pour qu’elle soit en majoritaires. Elles représentent plus de - dans les activités de location et location-bail : 60 % des membres en 2008, contre envi- 7733Z.capacité de répondre aux enjeux liés à lamondialisation des échanges et aux mu- ron un établissement sur deux en 2007.tations économiques rapides : c’est cequi a fait le succès des clusters, à travers Lemploi salarié dans les secteurs innovantslesquels des entreprises regroupées sur dans les principales aires urbaines des Pays de la Loiredes logiques de filières, de métiers ou demarchés, ont développé et conforté despôles d’excellence sur leur territoire. Nombre demplois dans linnovationEn France, près de 6 800 établissements 13 400sont membres d’au moins un pôle de Lavalcompétitivité en 2008 contre 5 800 en 4 500 Le Mans2007. Dans la région des Pays de la Loire,quelque 600 établissements sont dans 500 MAYENNEce cas, contre 470 l’année précédente.Avec 9 % des établissements membres SARTHEd’au moins un pôle de compétitivité,la région se positionne ainsi au 4e rang LOIRE-ATLANTIQUEdes régions françaises juste derrière Saint-Nazaire Angersl’Île-de-France, Rhône-Alpes et Provence-Alpes-Côte d’Azur. En outre, entre 2007 Nantes MAINE-ET-LOIREet 2008, les pôles de la région ont su Choletattirer de nombreux établissements :leur nombre a crû de 27 %, contre 17 %en moyenne nationale. Cette dynamique VENDÉEengendre une progression du nombre de Part de lemploi de linnovation dans lemploi total (en %)salariés de presque 6 % dans la région,légèrement inférieure à la croissance de La Roche-sur-Yon 4 ou plus7,6 % en France. de 2 à moins de 4 moins de 2 Géofla ®© IGN - Insee 2010 Source : Insee, Clap 2008 8 insee pays de la loire - l’innovation des entreprises dans les pays de la loire - juin 2011
  • Nantes est spécialisée dans les télécommunications, Angers dans la fabrication France Télécom, TDF, TF1 avec TV Breizh,de produits informatiques et déquipements électriques Thales, Thomson). À la convergence desRépartition des salariés dans les secteurs innovants pour les aires urbaines de Nantes, trois chaînes de valeur de l’audiovisuel,Angers et Rennes (en %) des télécommunications et des techno- 13 400 salariés 4 500 salariés 15 400 salariés Industries chimique et pharmaceutique logies de l’information, le pôle Images et 100 Fabrication de produits informatiques Réseaux aide ses membres à créer et dé- 90 80 et déquipements électriques velopper les technologies et les services 70 Commerce de gros innovants de demain. 60 Édition, audiovisuel, diffusion 50 En plus du pôle Végépolys, la région Programmation, conseil, 40 autres activités informatiques Pays de la Loire est par ailleurs chef de 30 et services d’information file pour trois pôles nationaux. Le pôle 20 Télécommunications industriel Ensembles métalliques et com- 10 0 posites complexes (EMC2) a pour but de Nantes Angers Rennes développer un espace d’excellence enSource : Insee, Clap 2008. matière de recherche et d’applications industrielles dans les technologies clésFabrication de produits informatiques, déquipements électriques et liées, d’une part, à la mise en œuvre destélécommunications : secteurs innovants phares dans les Pays de la loire matériaux métalliques et composites,Répartition des effectifs salariés dans les secteurs innovants en 2008 (en %) d’autre part, à la maîtrise des processus Fabrication de produits et systèmes complexes sur les marchés informatiques et déquipements électriques de la plaisance, de l’aéronautique, de l’automobile et de la construction navale Télécommunications et militaire. De son côté, le pôle Atlanpole Programmation, conseil, autres Biothérapies rassemble tous les acteurs activités informatiques et services d’information du développement de biomédicaments, Pays de la Loire depuis la découverte de nouveaux médi- Édition, audiovisuel, diffusion France caments jusqu’à leur évaluation clinique. hors Île-de-France Rassemblant 15 % des biotechnologies Commerce de gros françaises, relié à un vivier de 28 unités de recherche hautement spécialisées, ce Industries chimique et pharmaceutique pôle de compétitivité centré sur Nantes et Angers répond aux nouveaux défis de 0 5 10 15 20 25 30 35 la santé humaine. Enfin le pôle automo-Source : Insee, Clap 2008. bile iDforCAR, qui soutient l’innovation dans l’ensemble de la filière véhicules,En France, en 2008, les établissements De son côté, le pôle Images et réseaux couvre les régions Bretagne, Pays de lamembres d’un pôle emploient plus de regroupe, principalement en Bretagne, Loire et Poitou-Charentes. Encouragé800 000 salariés. En Pays de la Loire, les mais aussi en Pays de la Loire autour de par les constructeurs, il répond ainsipôles emploient plus de 45 000 salariés, Nantes, Laval et La Roche-sur-Yon, des aux attentes et aux besoins de tous lesce qui représente 3,7 % de l’emploi établissements d’enseignement supé- acteurs du territoire, et particulièrementsalarié total de la région. Parmi eux, les rieur et de recherche, des PME et des des PME/PMI engagées sur la voie des7 600 cadres ne représentent que 17 % grands groupes leaders dans les domai- automobiles petite série et des véhiculesde l’emploi des pôles, contre un tiers nes de l’image et des réseaux (Alcatel, spécifiques.de l’emploi dans ces pôles au niveaunational : cet écart est à l’image de lamoindre proportion de cadres dans Sept pôles de compétitivité ont une zone de recherche et développementl’emploi régional que celle observée incluant des territoires de la régionen moyenne nationale. Pour autant, lescadres sont davantage présents dans les Lannionétablissements membres d’un pôle quedans les autres établissements, au niveau Images et réseauxrégional comme au niveau national. RennesDeux pôles de compétitivité Valorial Orléansà vocation mondiale Elastopole iDforCAR AngersLe territoire régional accueille deux pôles EMC2de compétitivité à « vocation mondiale ». Nantes VégépolysPrincipalement implanté en Anjou, le Nantes Siège du pôlepôle Végépolys regroupe toutes les pro- Atlanpole Pôles mondiauxductions végétales à haute valeur ajou- (ou à "vocation mondiale") Biothérapiestée, qui nécessitent innovation, qualité Autres pôleset savoir-faire : semences, horticulture © IGN - Insee 2011ornementale, arboriculture, maraîchage, Source : DGCIS/DATAR janvier 2011viticulture, champignons, tabac, plantesmédicinales et aromatiques, cidriculture. 9 insee pays de la loire - l’innovation des entreprises dans les pays de la loire - juin 2011
  • Atouts et handicaps des entreprises des Pays de la Loire audéveloppement des pratiques innovantes Une majorité de PME parmi les établissements membres des pôles de compétitivité Sept pôles de compétitivité situés Caractéristiques des établissements membres des pôles de compétitivité dans les Pays de la Loire Un pôle de compétitivité rassemble sur un Poids des membres des pôles dans territoire donné des entreprises, des laboratoires Régions % de PME % de cadres l’effectif salarié total de la région de recherche et des établissements de formation pour développer des synergies et des Tous salariés Cadres coopérations. D’autres partenaires, dont les pouvoirs publics, nationaux et locaux, ainsi que Pays de la Loire 61 17 3,7 4,5 des services aux membres du pôle sont associés. Bretagne 64 24 3,9 6,8 L’enjeu est de s’appuyer sur les synergies et des projets collaboratifs et innovants pour permettre Poitou-Charentes 61 24 1,3 2,4 aux entreprises impliquées de prendre une position de premier plan dans leurs domaines en France métropolitaine 67 34 3,5 6,8 France et à l’international. Note : effectifs salariés au 31/12/2007. Sources : Insee ; DGCIS, enquête annuelle des pôles. Les établissements membres des pôles de compétitivité sont recensés chaque année dans le cadre de l’enquête annuelle réalisée auprès des structures de gouvernance des pôles par Dynamiser les filières cement des actions et l’évaluation des la Direction générale de la compétitivité, de résultats. l’industrie et des services (DGCIS) du ministère Par ailleurs, la structuration des filières de l’Économie, des Finances et de l’Industrie. économiques prioritaires régionales a Au final, en termes d’atouts et handi- Lors du Comité interministériel de l’aménagement été au cœur des actions en 2008, avec caps au développement des pratiques et de la compétitivité des territoires du 11 le déploiement de la démarche originale innovantes, les Pays de la Loire se mai 2010, six nouveaux pôles du secteur des lancée en 2007 par l’État et la Région situent dans une position moyenne par écotechnologies ont été labellisés et six pôles rapport aux régions françaises de taille ont été délabellisés. Le nombre de pôles de pour construire un mode d’intervention compétitivité est maintenu à 71. La région des commun : les contrats de dévelop- comparable. La Stratégie régionale d’in- Pays de la Loire est chef de file pour quatre pement. Il s’agit de réunir les acteurs novation, élaborée en 2009 et 2010 par pôles : Végépolys (pôle à vocation mondiale), d’une même filière (pôles de compétiti- l’État et la Région, fixe entre autres pour Atlanpole Biothérapies, EMC2, iDforCAR (pôles objectif d’accroître la capacité d’innova- nationaux). Trois autres pôles qui concernent vité, fédérations professionnelles, cen- également la région sont Images et réseaux tres techniques industriels, réseau des tion des PME, ce qui suppose d’ouvrir (pôle à vocation mondiale), Elastopole et Valorial chambres de commerce et d’industrie…) les entreprises faiblement innovantes à (pôles nationaux). autour d’une stratégie et d’objectifs l’innovation, de permettre la diffusion partagés. Cette stratégie se décline en technologique et de valoriser la re- programmes d’actions et en indicateurs cherche des entreprises déjà innovantes de résultats, un système de gouvernance (cf. encadré ci-contre). ■ partagée permettant de suivre l’avan- La Stratégie régionale d’innovation L’État, dans le cadre de la Stratégie nationale de recherche et d’innovation, ainsi que le Conseil 600 établissements membres de pôles de compétitivité dans les Pays de la Loire régional se mobilisent en Pays de la Loire pour répondre aux évolutions structurelles et Les établissements membres des pôles de compétitivité et leurs effectifs salariés conjoncturelles. La priorité est d’accompagner Nombre d’établissements membres d’un pôle Nombre de salariés des les entreprises vers une meilleure maîtrise de leurs processus d’innovation, tout en s’ouvrant Régions établissements membres davantage à l’innovation collaborative. 2007 2008 d’un pôle en 2008 Six objectifs principaux ont été retenus : Pays de la Loire 471 599 45 549 1. Accroître la capacité d’innovation des PME ; Bretagne 423 456 40 722 Poitou-Charentes 55 69 7 119 2. Renforcer la compétitivité des filières régionales par l’innovation ; Île-de-France 1 033 1 344 247 918 3. Renforcer la recherche régionale et la Rhône-Alpes 891 1 049 89 219 mobiliser au service de l’innovation ; Nord-Pas-de-Calais 217 257 53 732 4. Développer un haut niveau de compétences Provence-Alpes-Côte-d’Azur 592 692 53 593 dans les entreprises ; Midi-Pyrénées 313 388 53 131 5. Créer un environnement favorable à Aquitaine 252 259 28 136 l’innovation dans les entreprises ; Languedoc-Roussillon 196 243 16 328 6. Optimiser la gouvernance du système régional Ensemble 5 885 6 820 813 052 d’innovation. Note : effectifs salariés au 31/12/2007. Sources : Insee ; DGCIS, enquête annuelle des pôles. 10 insee pays de la loire - l’innovation des entreprises dans les pays de la loire - juin 2011
  • Titre partie Les acteurs de l’innovation dans la région des Pays de la Loire L’entrepreneurprocessusunede risques,: trale dans le occupe place cen- d’innovation c’est lui qui assume la prise pour la recherche et la technologie. Ce positionnement constitue un atout pour la coordination des politiques de l’État collaboratifs) des PME par des aides à l’innovation (avances ou subventions), un fonds de garantie, etc. Oséo a égale- qui décide de concevoir, d’améliorer en matière de recherche, d’innovation ment mis en place, conjointement avec une situation existante et de se projeter et de développement économique au le Conseil régional, le Fonds régional dans un avenir incertain. Pour innover, niveau régional. pour l’innovation, dispositif qui com- les entreprises peuvent s’appuyer sur plète l’offre de financement des PME Placée auprès du préfet de région, la des acteurs régionaux de l’innovation ayant un projet innovant. Il promeut et Direction régionale des entreprises, de multiples et variés : aux côtés des soutient le développement industriel et la concurrence, de la consommation, acteurs institutionnels (Conseil régio- la croissance par l’innovation notam- du travail et de l’emploi (Direccte) est nal, Délégation régionale à la recherche ment technologique, et contribue enfin l’interlocuteur économique et social et à la technologie, Direction régionale au transfert de technologies. Oséo peut unique pour les entreprises et les ac- des entreprises, de la concurrence, de la se livrer à toutes activités de service, de teurs socio économiques. Elle favorise consommation, du travail et de l’emploi, conseil, de financement ou de mobili- la compétitivité économique des entre- chambres de commerce et d’industrie, sation de ressources complémentaires prises en les incitant à développer l’in- Oséo…) et des établissements d’ensei- et d’expertise, aux échelons local, novation, l’ouverture sur l’international, gnement supérieur - universités, écoles national, communautaire et internatio- leur vigilance en matière d’intelligence d’ingénieurs, en particulier celles qui nal, de nature à soutenir la croissance et de sécurité économique. La Direccte sont regroupées au sein du Pôle de des entreprises innovantes. L’État, par est chargée des actions de développe- recherche et d’enseignement supérieur acte unilatéral ou par convention, les ment des entreprises et de l’emploi, « Université de Nantes Angers Le Mans » collectivités territoriales, ainsi que leurs notamment dans les domaines de (L’UNAM) - interviennent des structures établissements publics, par conven- de valorisation, des incubateurs et des l’innovation et de la compétitivité des entreprises en France et à l’étranger et tion, peuvent confier à Oséo d’autres structures de diffusion technologique. missions de service public ou d’intérêt du développement des compétences. En matière d’innovation technologique, général compatibles avec son objet. Le les pôles de compétitivité permettent Le Conseil régional contribue au budget d’intervention annuel d’Oséo en outre aux petites et moyennes unités développement technologique et à l’in- est essentiellement constitué d’une do- de participer à des projets collaboratifs novation, en s’appuyant sur un réseau tation de l’État et de remboursements en partageant les risques et d’accéder d’universités et de grandes écoles qui d’aides engagées antérieurement. aux compétences des organismes de re- garantissent la ressource technologique Oséo a la responsabilité de ressources cherche. Les Pays de la Loire sont chefs nécessaire aux besoins des PME. Pour complémentaires que lui confient les de file pour quatre pôles : Atlanpole cela, il s’appuie sur les dynamiques conseils régionaux, les ministères ou Biothérapies, EMC2, iDforCAR, Végépo- de filières en contribuant à leur struc- l’Union européenne. Oséo intervient lys. Trois autres concernent également turation et en favorisant l’émergence dans des investissements d’avenir, dans la région : Images et réseaux, Valorial, de projets collaboratifs s’inscrivant les phases les plus risquées, en amont, Elastopole. dans des logiques de marchés, sur les ne pouvant pas être couvertes par des pôles de compétitivité, ainsi que sur financements privés ou nécessitant un Les acteurs institutionnels les plateformes régionales d’innovation partage du risque avec d’autres finan- (cf. infra). La Région participe au finan- ceurs : investissements immatériels La Délégation régionale à la recherche cement des projets de R&D, tant colla- liés aux travaux de R&D, adaptation ou et à la technologie (DRRT) est chargée boratifs qu’individuels, des entreprises conception de produits, procédés et de l’action déconcentrée de l’État en ré- ligériennes. Elle soutient également services nouveaux, ruptures technolo- gion, dans les domaines de la recherche, les programmes d’investissement giques, innovations stratégiques, tech- de la technologie et de l’innovation, de et de structuration des PME et plus niques de commercialisation, nouveaux la diffusion de la culture scientifique et particulièrement ceux ayant vocation à usages... Oséo accompagne le projet technique, en interaction avec le monde renforcer leur capacité d’innovation et pour faciliter également l’implication socio-économique et le grand public. La leur compétitivité. Le Conseil régional d’autres financeurs (banques, capital- DRRT exécute au niveau régional la po- travaille en partenariat étroit avec les risque...) utiles au développement des litique du ministère de l’Enseignement acteurs régionaux de l’innovation et en entreprises capitalistiques, à fortes supérieur et de la Recherche. Elle ap- particulier Oséo, qui met en œuvre le perspectives de croissance. Enfin, porte son expertise et sa connaissance Fonds régional pour l’innovation (FRI), Oséo apporte aux innovateurs et aux du tissu régional de la recherche et de cofinancé par la Région des Pays de la entrepreneurs des services d’ingénierie la technologie dans l’élaboration et la Loire (cf. infra). et d’accompagnement. mise en œuvre de projets structurants dans le domaine de la recherche et Les autres grandes collectivités territo- L’Institut national de la propriété de sa valorisation, de l’innovation et riales (conseils généraux, communautés industrielle (INPI) est présent en Pays du développement économique, le urbaines ou d’agglomérations) inter- de la Loire depuis l’année 2000 pour ac- plus souvent en collaboration avec les viennent aussi pour aider les initiatives cueillir et accompagner les innovateurs autres services de l’État et les collecti- innovantes des entreprises situées sur dans leurs démarches de protection. vités territoriales. Elle est placée sous leur territoire. En collaboration avec les partenaires l’autorité du préfet de région et assure L’établissement public Oséo soutient régionaux de l’innovation, l’INPI anime un rôle de conseiller auprès du recteur les projets innovants (individuels ou la politique de propriété industrielle 11 insee pays de la loire - l’innovation des entreprises dans les pays de la loire - juin 2011
  • Atouts et handicaps des entreprises des Pays de la Loire audéveloppement des pratiques innovantesrégionale par des actions concrètes et technologique et concurrentiel. Ils agroalimentaire, biologie et biotechno-ciblées : aident les PME-PMI à mieux maîtriser logie. L’association « Pays de la Loire- il aide les PME-PMI en leur proposant l’information (technologie, processus, Innovation » a pour mission d’animer cedes outils d’évaluation personnalisés, réglementation, normes, concurrents, réseau. La cellule d’animation qu’ellecomme le « pré-diagnostic propriété fournisseurs…), les conseillent dans le héberge est chargée d’améliorer la sy-industrielle » ; domaine de la propriété intellectuelle et nergie des actions menées sur le terrain des brevets, les appuient dans le déve- et l’articulation des dispositifs d’appui- il soutient les actions permettant la loppement de nouveaux produits et les existants, grâce à des moyens de misesensibilisation, la formation et l’accom- alertent sur les risques de contrefaçon ; en commun, de partage et d’échangespagnement des entreprises dans leur ils animent également des groupes de de données ou d’informations (moyensdémarche d’innovation et de mise en travail au sein des entreprises (résolu- informatiques, réunions, rencontres…).pratique de la propriété industrielle ; tion de problèmes innovants, méthodes Les CDT (comme Astinov - anciennement- il mène des opérations de sensibili- de veille…). CRITT Pays de la Loire Productic - ousation et de formation dans les écoles, Les structures de valorisation de la re- CLARTE, le Centre lavallois de ressour-les universités, les laboratoires et les cherche sont des cellules, émanant des ces technologiques) assistent les entre-centres de recherche. établissements d’enseignement supé- prises par un diagnostic et du conseil enL’Agence nationale de la recherche rieur et des laboratoires de recherche, développement technologique. Les CRT(ANR), établissement public à caractère dédiées aux tâches de sensibilisation et (comme Synervia, ou le CTTM, Centreadministratif, a pour objectif de financer de détection, de promotion de la pro- de transfert de technologie du Mans),des projets de recherche venant de toute priété technologique et de maturation disposant de moyens technologiquesla communauté scientifique, après mise de projets innovants. et analytiques propres, exécutent enen concurrence et évaluation par les outre des prestations technologiques. Les incubateurs - dont font partie lespairs. L’ANR s’adresse à la fois aux éta- Les PFT, quant à elles, mutualisent les quatre technopoles que sont Atlanpoleblissements publics de recherche et aux compétences et ressources des établis- à Nantes (labellisé comme incubateurentreprises, avec une double mission : sements d’enseignement pour le déve- par le ministère de l’Enseignementproduire de nouvelles connaissances et loppement économique local. Elles sont supérieur et de la Recherche), Angersfavoriser les interactions entre labora- le plus souvent thématiques (Institut Technopole, Laval Mayenne Technopoletoires publics et laboratoires d’entrepri- créativité industrielle à Saint-Nazaire, et Émergence au Mans - accompagnentses, en développant des partenariats. e-mode à Cholet et Automatismes et les projets de création d’entreprises in-L’ANR apporte également un soutien composites à La Roche-sur-Yon). novantes ; leurs activités comprennentfinancier aux laboratoires publics de l’hébergement en pépinière et l’aide Par ailleurs, la nouvelle Stratégie régio-recherche labellisés « instituts Carnot », à l’implantation. Leur mission est de nale d’innovation prévoit de développerqui répondent à une charte précise et détecter et valider ces projets, puis des plates-formes régionales d’inno-s’engagent à favoriser le transfert de d’en étudier, avec le créateur potentiel, vation, dont l’objectif est de diffuser latechnologie de la recherche publique la propriété intellectuelle, la faisabilité culture de l’innovation en direction desvers les entreprises. économique, le marché et, enfin, de PME et sur tous les territoires. Il s’agit rechercher les fonds d’amorçage et de de permettre aux entreprises, quelleLes structures de capital risque adaptés. que soit leur taille, de relever les défisvalorisation, les incubateurs de l’innovation et de la créativité enet les structures de diffu- Les structures de diffusion (ou de mobilisant autour d’elles les ressources transfert) technologique comprennentsion technologique le Réseau de développement technolo- locales des établissements de formation et de recherche. Cet objectif vise clai-Dans les Pays de la Loire, l’offre publi- gique (RDT), les cellules de diffusion rement à ne pas écarter du processusque de conseil est bien dotée, avec 19 technologique (CDT), les Centres de d’innovation et de développement lesinstitutions publiques impliquant 600 ressources technologiques (CRT) et les entreprises qui ne figurent pas dans lespersonnes en équivalents temps plein. plates-formes technologiques (PFT). sphères dites « prioritaires ou d’excel-Cette offre structurée, qui concerne Les activités de ces différentes structu- lence ». Les plates-formes régionalesl’ensemble du processus d’innovation, res sont principalement orientées vers d’innovation portent sur différentesrepose sur des dispositifs complémen- les PME. filières. À titre d’exemple, Technocam-taires, de la détection des besoins des La détection du besoin aux entreprises pus EMC2 est un centre de rechercheentreprises jusqu’à l’accès à des com- est réalisée par le RDT, constitué de dédié aux matériaux composites, CISNApétences technologiques ou humaines 136 personnes qualifiées issues de 55 est un outil de calcul intensif et de si-spécifiques. structures différentes réparties sur le mulation numérique pour l’automobileLes Agences régionales d’information territoire régional, essentiellement des et Cap Aliment constitue un vaste projetscientifique et technique (ARIST) des organismes généralistes ou de transfert de transfert de technologie. À ce jour,chambres de commerce et d’industrie technologique. Il a pour mission de faire une quarantaine de plates-formes régio-proposent une gamme de prestations progresser et « monter en gamme » les nales d’innovation ont émergé.spécialisées dans le conseil en techno- entreprises régionales, plus particu-logies et développement de produits ; lièrement les PME, par le biais de laelles informent et conseillent sur les technologie. Ce réseau comprend à lanormes et réglementations. Concernant fois des conseillers généralistes du dé-le développement technologique et stra- veloppement économique et de l’inno-tégique, les conseillers de ces agences vation et des conseillers technologiquesanalysent les projets de l’entreprise en spécialisés : électronique, informatiquetenant compte de son environnement industrielle, mécanique, matériaux, 12 insee pays de la loire - l’innovation des entreprises dans les pays de la loire - juin 2011
  • Les dispositifs d’aide à l’innovationLes dispositifs européens Des sources de financement Des dispositifs spécifiquesAu sein de l’Union européenne, un au niveau national dans les Pays de la Loirecertain nombre de dispositifs visent à En dehors des dispositifs européens, Des dispositifs spécifiques aux Paysdévelopper les capacités de recherche les entreprises qui innovent peuvent de la Loire ont été mis en place pouret d’innovation des entreprises et no- faire appel à différentes sources de promouvoir l’innovation dans les PME.tamment des PME : financement public : soutiens financiers Créé en 2007, cofinancé par l’État, la de l’ANR, aides d’Oséo, Fonds régional Région et le Feder, le dispositif Dinamic- Eurêka est une initiative intergouver- d’innovation mis en place par Oséo Entreprises est ainsi chargé d’accom-nementale, créée en 1985 sous l’im- et les conseils régionaux, aides à des pagner les PME et PMI régionalespulsion de la France et de l’Allemagne, projets de recherche industrielle ou dans leur recherche de performancepour promouvoir la coopération entre de développement expérimental de interne, d’innovation et de développe-entreprises et instituts de recherche l’Agence de l’environnement et de la ment commercial. Il permet de soutenireuropéens ; Eurêka vise à développer les démarches innovantes à la foisdes produits, procédés ou services maîtrise de l’énergie (Ademe), Fonds unique interministériel (FUI). dans les entreprises traditionnelles,innovants et rapidement compétitifs sur peu sensibilisées au sujet, et dans lesle marché mondial. Les clusters Eurêka Le FUI finance les projets de R&D colla- entreprises en phase d’appropriation deet le programme Eurostar font partie boratifs des pôles de compétitivité. Le l’innovation.d’Eurêka ; fonds a vocation à soutenir des projets D’autres outils viennent compléter- le Programme cadre pour la recher- de recherche appliquée portant sur le ce dispositif, tels que les Prestationsche et le développement (PCRDT) est développement de produits ou services technologiques réseaux (PTR) quile principal instrument communautaire susceptibles d’être mis sur le marché à permettent un premier accès à l’exper-pour financer la recherche en Europe. court ou moyen terme. Les projets sus- tise technologique et le Fonds régionalCe programme pluriannuel aide à or- ceptibles d’être financés sont retenus d’aide au conseil (Frac) qui facilite l’ac-ganiser et soutenir financièrement la à l’issue d’appels à projets (deux par cès à une première expertise de conseil.coopération entre universités, centres an). Le fonds est doté de 600 millions Les efforts sont concentrés sur l’accom-de recherche et industries - y compris d’euros sur la période 2009-2011, dont pagnement des PME dans leurs projetsles PME ; 495 millions d’euros pour les projets de d’innovation et sur le financement de- le Programme cadre pour l’innovation R&D et 105 millions d’euros pour les leurs projets innovants.et la compétitivité (PIC) se veut une plates-formes d’innovation. Ses contri- L’accompagnement des filières d’ex-base juridique unique et cohérente pour buteurs sont les ministères chargés de cellence régionales est une prioritétoute action communautaire relative l’industrie, de la défense, de l’équipe- que les pouvoirs publics partagent avecà la compétitivité et l’innovation dans ment, de l’agriculture, de la santé, de l’ensemble des acteurs économiques.le cadre de la stratégie de Lisbonne. l’aménagement du territoire. Ce soutien se traduit par la mise enCe programme vise à stimuler l’esprit Le ministère de l’Enseignement supé- place de contrats de développementd’entreprise et l’innovation, favoriser rieur et de la Recherche organise cha- autour d’axes stratégiques et struc-la mise en réseau d’acteurs européens que année, depuis 13 ans, un concours turants pour l’économie régionale. Ilde l’innovation, développer les services national d’aide à la création d’entre- est adapté au niveau de structurationd’appui aux entreprises, les transferts prises de technologies innovantes. Sa et de maturité des filières prioritairesd’innovations de technologies, de vocation est de détecter et faire émerger régionales, notamment :connaissances ; des projets de création d’entreprises - industries agroalimentaires ; de technologies innovantes et soutenir - industries du bâtiment ;- le Fonds européen de développement les meilleurs d’entre eux grâce à une - mécanique-matériaux ;régional (Feder) promeut l’attractivité aide financière et un accompagnement - automobile ;et l’excellence territoriale pour les in- adapté. - électronique ;vestissements et l’emploi. Au niveau - textile-habillement ;régional, les programmes financés par - végétal spécialisé ;le Feder visent notamment le dévelop- - bois et habitat de demain ;pement de l’innovation et de l’économie - marché de l’enfant ;de la connaissance. - informatique ; - biothérapies ; - écotechnologies. 13 insee pays de la loire - l’innovation des entreprises dans les pays de la loire - juin 2011
  • Atouts et handicaps des entreprises des Pays de la Loire audéveloppement des pratiques innovantes30 000 emplois de conception etrecherche en Pays de la Loire Jean COLLOBERT (Insee)La région Pays de la Loire poursuit sa mue économique : tout en préservant ses traditions industrielles, elledéveloppe son capital humain. Avec 30 000 emplois dédiés à l’innovation technologique dans les métiersde la conception et de la recherche, la région des Pays de la Loire enregistre une progression constante desa capacité d’innovation. La métropole Nantes-Saint-Nazaire, de par sa taille dans la compétition nationale,est le pivot de cette montée en gamme qui devra se poursuivre, via une pérennisation des démarches demétropolisation notamment, pour concurrencer les pôles métropolitains européens.D isposer d’un capital humain Rattrapage quantitatif et présentent désormais 2,1 % de l’emploi important quantitativement et spécificités structurelles régional, soit le 7e rang dans la France de qualitativement est un atout province. Ainsi, depuis trente années, lamajeur pour une région. À l’heure de Ce classement des régions met cepen- région a su en partie répondre au défi dela mondialisation, le rôle de ce capital dant en évidence un mouvement de la montée en gamme des qualificationshumain est de mettre en œuvre toutes rattrapage opéré ces deux dernières mises en œuvre, avec une accélérationles formes d’innovation, garantes de la décennies par les Pays de la Loire. En notable sur la dernière période.pérennité du dynamisme économique 1999, la région était alors devancée par les trois régions citées précédemment, Dans les Pays de la Loire, les emploisdes territoires. En 2006, la région des dans la conception et la recherche sePays de la Loire compte 30 000 emplois mais aussi par le Nord-Pas-de-Calais. En retrouvent majoritairement dans lesdédiés à l’innovation essentiellement 1990, outre ces quatre régions, les Pays secteurs des services aux entreprisestechnologique1 dans les métiers de la de la Loire se classaient aussi derrière la (9 700 emplois), des industries desconception et de la recherche (cf. encadré région Centre. biens d’équipement (6 400 emplois) etet « Pour comprendre ces résultats » p. 17). Ce rattrapage est d’autant plus probant des industries des biens intermédiairesLe capital humain dédié à l’innovation si l’on prend en compte la part relative (3 800 emplois). Ces trois secteurs re-représente ainsi 4,3 % du potentiel de la de la conception et de la recherche dans présentent les deux tiers des emplois deFrance métropolitaine et 7,0 % de celui l’emploi total. En 1982, ce poids est à conception et de recherche dans la région.de la France de province. Ces emplois de son plus bas niveau dans les Pays de Industries des biens de consommationconception et de recherche nécessitent la Loire : 1 % et 14e rang régional. En (1 600 emplois), commerce (1 400 em-de fortes qualifications et sont occupés 1990, si la part progresse à 1,4 %, le plois), administration (1 400 emplois)en majorité par des cadres, des profes- classement régional régresse néanmoins et éducation-santé (1 200 emplois)sions intellectuelles supérieures et des à la 16e place. En 1999, le poids de la complètent ce panorama. Dans la familletechniciens. conception et de la recherche s’élève à des services aux entreprises, le secteurCes 30 000 emplois dans les fonctions 1,8 % et met la région au 9e rang. Enfin, de la R&D - tant privée que publique - faitde conception et de recherche classent en 2006, la conception et la recherche re- figure de parent pauvre : il ne fournit enla région Pays de la Loire au 4e rangdes régions métropolitaines, hors Île- Emploi dans la conception et la recherche versus emploi dans la R&Dde-France. Ce résultat place la région L’emploi dans la conception et la recherche mesuré ici regroupe 13 professions susceptibles de mettre enderrière Rhône-Alpes (81 000 emplois), œuvre un processus d’innovation, quel que soit le secteur d’activité dans lequel les personnes concernéesProvence-Alpes Côte d’Azur (43 000 em- exercent (cf. « Pour comprendre ces résultats » p. 17). Il correspond ainsi à un champ plus large que l’emploi dans la recherche et le développement (R&D) : ce dernier concerne plus spécifiquement l’emploiplois) et Midi-Pyrénées (42 000 emplois) dans les seules entreprises mettant en œuvre de la recherche fondamentale, appliquée et du développementen termes de volume d’emploi. En termes expérimental. Le nombre d’emplois liés à l’innovation, mesurés dans la présente étude à partir dude spécialisation relative, l’écart par rap- recensement de la population, est ainsi plus élevé que les effectifs de chercheurs et personnels de soutiensport à Midi-Pyrénées et Rhône-Alpes est de R&D, issus de l’enquête R&D menée par le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. Celle-ci comptabilise ainsi 10 800 emplois en équivalent temps plein dans la R&D en Pays de la Loire encependant encore manifeste : le poids de 2006, dont 58 % dans des entreprises. Ils représentent 5,0 % des emplois de ce type en France de province,l’emploi de conception et de recherche ce qui situe les Pays de la Loire seulement au 7e rang des régions françaises hors Île-de-France pour ceest de 2,1 % en Pays de la Loire contre critère.plus de 3 % dans les deux autres régions Effectifs enleader. Pays de la Loire équivalent temps Part dans la France de province (en %) plein en 20061 Cette approche est différente de celle adoptée dansla partie intitulée « Un environnement économique as- Recherche publique 4 502 4,8sez favorable à l’innovation ». Dans cette dernière, estmesuré l’ensemble des salariés travaillant dans des Recherche en entreprise 6 309 5,2entreprises appartenant à des secteurs technologi-quement innovants, quel que soit le métier exercé par Nombre de diplômes de doctorat 1 997 4,6les salariés concernés. L’approche retenue ici consisteen revanche à retenir l’ensemble des personnes dont Source : ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche.l’emploi relève des métiers de la conception et de larecherche, qui sont généralement dédiés à la mise enœuvre de l’innovation technologique. 14 insee pays de la loire - l’innovation des entreprises dans les pays de la loire - juin 2011
  • Titre partie30 000 emplois dans la conception et la recherche en Pays de la Loire autant de leviers à mettre en œuvre. ÀNombre et part demplois (en %) dans la fonction conception-recherche cet égard, la métropole nantaise comble progressivement son retard. La mue Île-de-France d’une métropole industrielle en pôle Midi-Pyrénées 41 900 272 800 Rhône-Alpes 80 800 d’excellence tertiaire s’est effectuée sur Alsace 18 600 plusieurs décennies. Franche-Comté 11 000 Provence-Alpes-Côte dAzur 42 900 Les principales métropoles concentrent Centre 22 200 sur leurs aires d’influence économique Pays de la Loire 29 900 l’essentiel de l’emploi de conception et Haute-Normandie 14 300 de recherche. Lyon, Toulouse, Grenoble, Bretagne 25 200 Aquitaine 23 100 Aix-Marseille, Lille, Bordeaux, Nice, Nan- Auvergne 9 800 tes, Rennes, Strasbourg, Montpellier et Nord-Pas-de-Calais 26 400 Clermont-Ferrand fournissent 45 % des Régions Languedoc-Roussillon 15 900 emplois de conception et de recherche de Bourgogne 10 800 la France de province. Dans la hiérarchie Lorraine 13 700 Picardie 10 800 des métropoles de la France de province, Basse-Normandie 9 000 seules neuf aires urbaines franchissent le Poitou-Charentes 10 100 seuil symbolique des 10 000 emplois de Champagne-Ardenne 7 300 conception et de recherche. Les quatre Limousin 3 600 Corse 600 suivantes (Strasbourg, Montpellier, 0.0 0.5 1.0 1.5 2.0 2.5 3.0 3.5 4.0 4.5 5.0 Clermont-Ferrand et Orléans) sont en situation intermédiaire : entre 6 200 etLecture : En 2006, dans les Pays de la Loire, 29 900 personnes ont un emploi dans la conception et la recherche, ce qui représente 2,1 %de l’emploi total de la région. 9 200 emplois. Toutes les autres airesSource : Insee, recensement de la population 2006 - exploitation complémentaire. urbaines sont situées sous le seuil des 5 000 emplois de conception eteffet que 5 % des emplois de conception des services aux entreprises en progrès de recherche. Les 23 principales aireset de recherche dans la région, soit la mais encore insuffisant et d’importantes urbaines hors Île-de-France comptant aumoitié des standards de la France de industries de main-d’œuvre. moins 3 000 emplois dans la conceptionprovince. et la recherche représentent 56 % duLa spécificité de l’appareil productif Les emplois de conception et potentiel de la France de province. La de recherche : un phénomène concentration de 45 % des emplois surrégional se caractérise en premier lieu essentiellement métropolitain douze métropoles et l’éparpillement depar un poids très important des indus- plus du tiers des emplois sur des airestries manufacturières et des industries Les activités de conception et de re- urbaines réduites (moins de 2 000agroalimentaires. Cette singularité se cherche sont l’apanage des grandes mé- emplois de conception et de recherche)manifeste aussi par l’importance des ac- tropoles urbaines. Pour se développer, ces caractérisent la conception et recherchetivités de services opérationnels au sein activités nécessitent un environnement dans la France de province.du secteur des services aux entreprises. favorable, un creuset d’activités à haute Dans les Pays de la Loire, plus de six em-Associée à l’étroitesse du secteur de laR&D, cette surreprésentation de secteurs valeur ajoutée et de fortes synergies. plois de conception et de recherche surmoins demandeurs d’emplois hautement Parmi ces conditions de développement dix sont concentrés dans les trois princi-qualifiés de conception et de recherche du capital humain, la disposition d’outils pales aires urbaines de Nantes, Angers etaltère la capacité de l’économie régionale de formation et la constitution de réseaux Le Mans. Celles-ci appartiennent aux 23à se hisser au niveau de capital humain d’activités figurent parmi les ingrédients aires urbaines métropolitaines comptantde régions telles que Rhône-Alpes ou indispensables : université, écoles d’in- au moins 3 000 emplois de conceptionMidi-Pyrénées. génieurs, pôles de compétitivité sont et de recherche. La métropole nantaiseToutefois, par rapport à la France deprovince, les Pays de la Loire accusent Dans les Pays de la Loire, de nombreux emplois de conception et recherchetoujours un léger retard dans l’intégration dans le conseil et assistancedes emplois de conception et recherche Répartition de lemploi de conception et recherche dans les principaux secteurs dactivité (en %)dans son tissu productif. En adaptant à lastructure productive des Pays de la Loire Conseil et assistancele contenu en emplois de conception et Industries des biens intermédiairesde recherche constatée en France de Industries des équipementsprovince, il « manque », en effet, environ mécaniques4 000 emplois. Le déficit est surtout sen- Industries des équipements électriquessible dans les services aux entreprises, et électroniques Pays de la Loireles industries des biens intermédiaires, Industrie des biens de consommation France de provinceles industries des biens de consommationet les industries des biens d’équipement. Recherche et développementLe nombre d’emplois de conception Administrationet recherche est inférieur de quelquescentaines dans chacun de ces secteurs à Commercece qu’il pourrait être selon les standards Construction navale, aéronautique etnationaux. Ce chiffrage corrobore peu ou ferroviaireprou le diagnostic partagé sur la nature 0 5 10 15 20 25de l’appareil productif régional : un poids Source : Insee, recensement de la population 2006 - exploitation complémentaire. 15 insee pays de la loire - l’innovation des entreprises dans les pays de la loire - juin 2011
  • Atouts et handicaps des entreprises des Pays de la Loire audéveloppement des pratiques innovantes tante des techniciens et dessinateurs en Lemploi dans la conception-recherche construction mécanique et travail des dans les principales aires urbaines françaises métaux, une faible représentation des chercheurs de la recherche publique Lille (7 % des effectifs). La répartition des Douai - Lens effectifs des professions de la conception Valenciennes Le Havre et de la recherche reflète donc bien les Amiens spécificités sectorielles de l’économie Metz Rouen Reims Strasbourg régionale : excellence dans les métiers Caen Île- Brest de-France de l’informatique, mais faiblesse structu- Le Mans Nancy Nombre demplois relle de la recherche publique. Rennes Mulhouse 35 000 Angers Orléans Montbéliard 12 000 La faible féminisation est une caracté- Dijon 3 000 ristique majeure de ces métiers de la Tours Besançon Nantes Part de lemploi conception et de la recherche : seulement Poitiers Clermont- de la conception-recherche 17 % de femmes en Pays de la Loire Limoges Ferrand dans lemploi total (en %) contre 20 % dans la France de province, Lyon 4 ou plus alors que les taux de féminisation pour Grenoble de 3 à moins de 4 Saint-Étienne de 2 à moins de 3 l’ensemble de la population active os- Bordeaux moins de 2 cillent entre 46 et 47 %. Les emplois de conception et de recherche sont occupés Toulouse Montpellier Avignon par des personnes jeunes, plus encore Nice qu’en moyenne dans les autres régions Marseille - Aix-en-Provence Toulon de la France de province : 60 % de moins Perpignan de 40 ans contre 50 % pour l’ensemble de la population régionale en emploi et © IGN - Insee 2010 56 % des emplois de conception et de Source : Insee, Recensement de la population 2006, exploitation complémentaire Champ : 36 aires urbaines regroupant plus de 100 000 emplois au total ou au moins 3 000 emplois recherche de la France de province. de conception-recherche (hors Île-de-France) Les métiers de la conception et de la recherche sont occupés par des per-concentre quatre emplois de conception suivis des dessinateurs. Les Pays de la sonnes plus diplômées que la moyenne :et de recherche de la région sur dix. Les Loire se distinguent des autres régions 40 % sont diplômées de deuxième ouaires urbaines de Saint-Nazaire, Laval, françaises au niveau de la répartition troisième cycle, soit un niveau supérieurCholet et La Roche-sur-Yon complètent des professions exercées : une forte à bac + 2, contre 12 % de l’ensemble desce maillage territorial et représentent représentation des ingénieurs et cadres actifs de la région. En Pays de la Loire,ensemble 15 % des emplois régionaux d’étude de la R&D en informatique (28 % le niveau de diplôme dans la conceptionde conception et de recherche. À l’échelle des effectifs), une présence plus impor- et la recherche reste néanmoins ennationale hors Île-de-France, la métropolenantaise se situe au 8e rang derrière Lyon, Lemploi dans la conception-rechercheToulouse, Grenoble, Aix-Marseille, Lille, dans les principales aires urbaines des Pays de la LoireBordeaux et Nice. De leur côté, Angerset Le Mans sont comparables aux airesurbaines de Toulon ou de Caen. Nombre demploisLe mouvement de métropolisation 12 000autour de Nantes permet à la région des LavalPays de la Loire de se situer en meilleure 3 000 Le Mansposition dans la compétition nationale 1 000et européenne qui consiste à attirer cesemplois hautement qualifiés. Ainsi,l’espace estuarien Nantes-Saint-Nazairecompte 13 600 emplois de conception Angerset de recherche et fait jeu égal avecNice, Bordeaux et Lille. L’intégration à Saint-Nazairecet espace d’autres grandes métropolesligériennes et bretonnes, envisagée par Nantesde nombreux observateurs, permettrait, Choletselon eux, au Grand Ouest de franchirune étape décisive. Part de lemploi de laLa mosaïque des métiers de conception-recherchela conception-recherche en dans lemploi total (en %)Pays de la Loire La Roche-sur-Yon de 3 à moins de 4 de 2 à moins de 3Les 18 000 ingénieurs et cadres d’étude moins de 2constituent la majeure partie des métiers © IGN - Insee 2010de la conception et de la recherche dans la Source : Insee, Recensement de la population 2006, exploitation complémentairerégion. Viennent ensuite les techniciens, 16 insee pays de la loire - l’innovation des entreprises dans les pays de la loire - juin 2011
  • Titre partieretrait de celui atteint dans la France de Dans les Pays de la Loire, de nombreux ingénieurs et cadres détudeprovince, où la proportion de diplômés de la R&D en informatiquede deuxième ou troisième cycle atteint Répartition de lemploi de conception et recherche dans les principales professions (en %)47 %. Les diplômés de premier cycledans les métiers de la conception et Ingénieurs et cadres détude, R&Dde la recherche représentent 31 % de en informatiquel’ensemble des effectifs régionaux contre Techniciens de R&D et des méthodes de fabrication en électricité, électromécanique25 % dans la France de province, et les et électroniquebacheliers 14 %. ■ Dessinateurs en construction mécanique et travail des métaux Ingénieurs et cadres détude, R&D des industries de transformation (agroalimentaire, chimie, métallurgie, matériaux lourds) Pays de la Loire France de Province Chercheurs de la recherche publique Ingénieurs et cadres détude, R&D en électricité, électronique Techniciens de R&D et des méthodes de fabrication en construction mécanique et travail des métaux 0 5 10 15 20 25 30 Source : Insee, recensement de la population 2006 - exploitation complémentaire. Pour comprendre ces résultats Pour mieux rendre compte des spécificités de l’appareil productif d’un territoire, l’Insee a mis au point une grille d’analyse constituée de 15 grandes fonctions transversales aux secteurs d’activité. Celles-ci constituent des regroupements de métiers issus de la nomenclature des professions et catégories socioprofessionnelles. L’une de ces fonctions correspond aux emplois de conception, recherche et/ou innovation. Elle regroupe 13 professions qui concernent divers niveaux de qualification et s’exercent au sein de différents secteurs d’activité. Nombre de personnes en emploi en 2006 Profession dans les Pays de la Loire Ingénieurs et cadres d’étude, recherche et développement en 8 400 informatique Techniciens de recherche-développement et des méthodes de 3 500 fabrication en électricité, électromécanique et électronique Dessinateurs en construction mécanique et travail des métaux 3 000 Ingénieurs et cadres d’étude, recherche et développement des industries de transformation (agroalimentaire, chimie, 2 300 métallurgie, matériaux lourds) Chercheurs de la recherche publique 2 200 Ingénieurs et cadres d’étude, recherche et développement en 2 100 électricité, électronique Techniciens de recherche-développement et des méthodes de 2 100 fabrication en construction mécanique et travail des métaux Ingénieurs et cadres d’étude, recherche et développement en 1 800 mécanique et travail des métaux Techniciens de recherche-développement et des méthodes de 1 400 production des industries de transformation Ingénieurs et cadres d’étude, recherche et développement des autres industries (imprimerie, matériaux souples, ameublement 1 000 et bois, énergie, eau) Dessinateurs en électricité, électromécanique et électronique 0 900 Techniciens des laboratoires de recherche publique ou de 0 800 l’enseignement Agents qualifiés de laboratoire (sauf chimie, santé) 0 400 L’emploi dans la conception et la recherche permet ainsi d’appréhender l’importance du capital humain lié à l’innovation principalement technologique, qui se trouve au centre des stratégies de développement de l’économie locale, au regard notamment de la concurrence économique internationale. Sont retenus dans la présente étude comme emplois de la conception et de la recherche les actifs ayant déclaré occuper l’une de ces professions au recensement de la population. 17 insee pays de la loire - l’innovation des entreprises dans les pays de la loire - juin 2011
  • Atouts et handicaps des entreprises des Pays de la Loire audéveloppement des pratiques innovantesPeu de recherche et développement dansles entreprises Sébastien SEGUIN (Insee)L’effort en matière de recherche et développement (R&D) dans les Pays de la Loire reste assez faible, avecmoins de 1 % du produit intérieur brut qui lui est consacré. Les Pays de la Loire ne se placent ainsi qu’au 17erang des régions de métropole pour ce critère. Les dépenses en R&D sont néanmoins en progression sensibledepuis quelques années, aussi bien dans le secteur privé que dans le secteur public. Si la contribution à l’effortde recherche des entreprises de petite et moyenne taille se situe dans la norme nationale, celle des entreprisesde plus de 250 salariés est en revanche bien inférieure. Dans la région, l’effort en R&D est par ailleurs moinsconcentré dans les secteurs de haute technologie qu’au niveau national. Bien qu’en augmentation soutenue,le nombre de chercheurs rapporté au nombre d’habitants reste lui aussi inférieur à la moyenne nationale. Larégion est cependant bien placée en ce qui concerne la proportion d’étudiants en formation d’ingénieur. Plusgénéralement, elle est bien dotée en établissements d’enseignement supérieur, bien répartis sur le territoire.L a position concurrentielle des tissu productif. Celui-ci est en effet mar- ces dernières années, concernant plus entreprises régionales est largement qué par le poids plus élevé qu’ailleurs de particulièrement les dépenses en R&D liée à leurs capacités à introduire de petites et moyennes entreprises ayant de des entreprises de la région. Les dépen-nouvelles technologies pour répondre faibles capacités d’investissement dans ses en R&D ont ainsi crû de 29 % entreau mieux aux besoins et aux attentes la R&D. 2004 et 2008, soit deux fois plus vitedu marché. Même si la recherche et Dans les Pays de la Loire comme en qu’au niveau national, et jusqu’à 40 %développement (R&D) est une condition France, les deux tiers de la dépense au sein des entreprises. Le nombre deni nécessaire ni suffisante à l’innovation1, régionale en R&D sont financés par des chercheurs (recherche publique et pri-l’acquisition et le maintien d’une avance entreprises privées. Une dynamique de vée) augmente également de 20 % entretechnologique constituent des priorités rattrapage semble s’être mise en place 2004 et 2008, ainsi que les contrats etpour l’appareil productif régional. Or,l’effort en matière de R&D dans les Paysde la Loire reste assez faible au regarddu potentiel économique de la région. Moins de 1 % du produit intérieur brut est consacré à la R&D dans les Pays de la Loire17e région française pour Dépenses intérieures de R&D dans le produit intérieur brut en 2008l’effort de recherche, malgréune progression sensiblesur la période récenteEn 2008, la dépense intérieure en R&Drégionale s’élève à 938 millions d’euros,ce qui représente 2,3 % de la dépensenationale. Elle participe pour 1,0 % duproduit intérieur brut (PIB) régional, Part (en %)une proportion nettement inférieure àla moyenne nationale hors Île-de-France de 1,75 à moins de 5(1,8 %). Les Pays de la Loire se placent de 1 à moins de 1,75 moins de 1ainsi au 9e rang des régions de métropolepour le niveau de dépenses en R&D et au17e rang pour l’effort en matière de R&Davec moins de 1 % du produit intérieurbrut qui lui est consacré en 2008. Cepositionnement est bien inférieur aurang économique ou démographique dela région. Il peut s’expliquer en partiepar l’implantation assez récente desuniversités et écoles d’ingénieurs dans larégion, par le nombre assez modeste de © IGN - Insee 2011 Source : Ministère de lEnseignement supérieur et de la Recherche - DGI - DGESIPchercheurs dans les grands organismes Inseeou encore par les caractéristiques du1 Cf. l’encadré intitulé « La R&D, condition ni nécessaireni suffisante à l’innovation » en p. 7. 18 insee pays de la loire - l’innovation des entreprises dans les pays de la loire - juin 2011
  • Titre partieForte croissance des dépenses en R&D des entreprises des Pays de la Loire vivier de matière grise représentant unedepuis 2004 masse critique suffisante constitue unÉvolution de la dépense en R&D entre 2000 et 2008 (base 100 en 2004) facteur d’attraction pour les entreprises. Cependant, cela ne constitue malgré tout 150 sphère publique Pays de la Loire entreprises Pays de la Loire qu’une densité de 18 chercheurs pour sphère publique France entreprises France 10 000 habitants, correspondant au 12e 140 rang national. Le nombre de diplômes de 130 doctorat délivrés (293 en 2007, dont 206 en sciences et santé) est dans la moyenne 120 (10e rang national) et relativement faible comparé à la population régionale. 110 Sur la période 2004-2007, les Pays de la Loire hébergent 105 des 2 900 unités 100 de recherche reconnues par le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Re- 90 cherche. Ces unités de recherche sont davantage orientées vers les sciences de 80 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 la nature et formelles (mathématiques,Source : ministère de lEnseignement supérieur et de la Recherche. logique et informatique théorique), avec 4,4 % de l’effectif national ; elles sont par incidence moins présentes dans lesprestations de transfert de technologie programme d’innovation soutenu ou sciences sociales (2,9 %). Au niveau despassés avec les entreprises. reconnu par Oséo, ce qui place les Pays disciplines suivies par les étudiants, en de la Loire au 6e rang national. Cette part seconde année de master comme enLes grandes unités de la augmente depuis plusieurs années, au doctorat, la répartition suit globalementrégion contribuent moins détriment des régions qui précèdent les la répartition nationale. Seules sont net- Pays de la Loire dans ce classement, Île- tement sous-représentées les sciencesà l’effort de recherche et techniques des activités physiquesqu’ailleurs de-France mise à part. En 2006, en Pays de la Loire, c’est dans les branches de et sportives (18e rang des régions quantLa dépense en R&D des entreprises de la pharmacie, des machines et équipe- au nombre d’étudiants dans cette disci-la région est moins concentrée dans les ments, des matériaux et composants et pline).secteurs de haute technologie qu’au de l’agroalimentaire qu’ont été investiesniveau national, en lien étroit avec la les plus grosses parts des dépenses Des unités de recherchespécialisation sectorielle de l’économie intérieures en R&D des unités régionales et des établissementsrégionale : en 2007, 62 % de la dépense de petite ou moyenne taille. d’enseignement supérieurcontre 70 % en France métropolitaine trop peu concentrés sur leconcerne des secteurs classés par 12e région française pour la territoirel’Organisation de coopération et de déve- densité de chercheursloppement économiques (OCDE) comme Globalement, la région est bien dotée enhaute ou moyenne-haute technologie, En 2008, les 6 420 chercheurs de la établissements d’enseignement supé-tels que l’aérospatial, l’électronique, région - en équivalents temps plein, rieur. Ceux-ci sont en outre bien répartisl’informatique, la chimie ou l’automobile. public et privé confondus - plaçaient sur le territoire : trois universités publi-La recherche privée dans la région est en les Pays de la Loire au 7e rang national. ques à Nantes (avec une implantation àeffet relativement plus importante dans Ce nombre est important en soi, car un Saint-Nazaire), Angers et Le Mans, unedes secteurs d’activité à plus faible tech-nologie comme la construction navale,le caoutchouc et plastiques, le bois etmeubles. Les petites et moyennes unités de la région contribuent pour un tiers à leffort de R&DLe déficit de la région en termes de Dépense intérieure en R&D en 2008 selon la taille des entreprises (en %)dépenses en R&D concerne avant toutles grandes entreprises de plus de 250 100salariés. La contribution des entreprisesde petite et moyenne taille à l’effort de 80 31 1 000 salariés et plus De 500 à 1 000 salariésrecherche se situe dans la norme natio- De 250 à 500 salariés 62nale. En conséquence, ces dernières sont 60 19 Moins de 250 salariésà l’origine en 2008 de 35 % des dépen-ses en R&D dans la région et emploient 40 1544 % des chercheurs des entreprises, 10contre respectivement 20 % et 28 % en 20 8 35moyenne nationale. En outre, les unités 20de petite ou moyenne taille des Pays de 0la Loire représentent 5 % de l’ensemble Pays de la Loire Francedes entreprises ayant fait l’objet d’un Source : ministère de lEnseignement supérieur et de la Recherche. 19 insee pays de la loire - l’innovation des entreprises dans les pays de la loire - juin 2011
  • Atouts et handicaps des entreprises des Pays de la Loire audéveloppement des pratiques innovantesLes Pays de la Loire restent mal placés sur les indicateurs de R&D Moyenne des régions Rang parmi Moyenne Principaux indicateurs sur la recherche et développement Pays de la Loire de l’Union européenne les régions française à 27 françaises Part des dépenses en recherche et développement dans le PIB en 2008 (en %) 1,0 2,1 1,8 17 Demandes de brevets déposées en 2008 par million d’habitants 135 207 n.d. 11 Nombre de chercheurs pour 10 000 habitants en 2008 18 36 n.d. 12 Proportion d’étudiants de l’enseignement supérieur en formation d’ingénieurs 7,3 4,6 n.d. 5 en 2009-2010 (en %)n.d. : non disponible.Sources : ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche ; Institut national de la propriété industrielle (INPI).université privée implantée à Angers etLaval, des antennes universitaires à La Pour comprendre ces résultatsRoche-sur-Yon, Cholet et Saumur. On dé- Les dépenses intérieures correspondent aux travaux de R&D exécutés sur un territoire quelle que soitnombre également une vingtaine d’éco- l’origine des fonds. Elles comprennent les dépenses courantes (la masse salariale des personnels de R&Dles d’ingénieurs. Le nombre d’étudiants et les dépenses de fonctionnement) et les dépenses en capital (les achats d’équipements nécessaires à la réalisation des travaux internes à la R&D ainsi que les opérations immobilières réalisées dans l’année).inscrits dans des formations d’ingénieurs(9 600 à la rentrée scolaire 2009) est Les industries manufacturières sont classées par l’OCDE en quatre ensembles :particulièrement élevé (4e rang national, - haute technologie : aérospatial, électronique, machines de bureau et ordinateurs, pharmacie, instrumentsavec 6,5 % des élèves ingénieurs de médicaux, de précision, d’optique et d’horlogerie ;France). - moyenne-haute technologie : matériel professionnel, automobile, chimie, transport, machines électriques (hors communication) et non électriques (hors bureau) ;Cependant, en matière d’innovation,des pôles de connaissance répartis trop - moyenne-faible technologie : caoutchouc et plastiques, raffineries de pétrole, métaux non ferreux, produits minéraux non métalliques, sidérurgie, ouvrages en métaux, construction navale, autres industriesuniformément sur le territoire peuvent manufacturières ;être moins efficaces que des pôles - faible technologie : papier, imprimerie et édition, textiles, habillement et cuir, alimentation, boissons etplus concentrés géographiquement. tabac, bois et meubles.La récente constitution du pôle derecherche et d’enseignement supérieur« Université Nantes Angers Le Mans »(L’UNAM), regroupant 29 membres, seveut une manière de mutualiser activitéset moyens, pour rendre plus efficace etplus attractive la recherche régionale.C’est le cas également de l’ESA d’Angers,qui a fusionné avec l’ENSA et l’INSFA deRennes pour former Agrocampus Ouest,ou encore de la création d’Oniris parla fusion de l’ENITIAA à Nantes avecl’école nationale vétérinaire. Cette fusionconstitue un autre exemple de la mutua-lisation des moyens pour développer desstratégies de formation et de rechercheplus efficientes. ■ 20 insee pays de la loire - l’innovation des entreprises dans les pays de la loire - juin 2011
  • Mesure et caractéristiques de l’innovationdes entreprises des Pays de la LoireTaux d’innovation des entreprises :l’industrie ne manque pas d’atouts Delphine LEGENDRE, Sébastien SEGUIN (Insee)Sur 100 entreprises industrielles de 10 à 249 salariés situées dans les Pays de la Loire, 53 ont déclaréavoir innové entre 2006 et 2008. Ce taux d’innovation est un peu plus élevé que la moyenne nationale (+ 2points) ; il est nettement supérieur aux taux des régions Nord-Pas-de-Calais et Provence-Alpes-Côte d’Azur(+ 7 points), assez comparables par leur taille ou leur tissu productif. Les entreprises ligériennes innoventdavantage qu’ailleurs dans certains secteurs industriels comme la fabrication informatique, électronique,optique et d’équipements électriques, les industries agroalimentaires et la fabrication de produits encaoutchouc et en plastique. C’est surtout l’innovation d’organisation qui est la plus répandue. Dans le secteurdes services technologiques, en revanche, les petites et moyennes unités de la région présentent un légerdéficit d’innovation par rapport à la moyenne nationale.La taille, la dimension du marché et l’appartenance à un groupe sont autant de facteurs favorables àl’innovation dans l’industrie. Le capital humain apparaît comme le premier facteur explicatif de l’innovationpour les entreprises industrielles des Pays de la Loire.D ans les Pays de la Loire comme dans les autres régions, les petites Exemples d’innovations introduites par des entreprises des Pays de la Loire et moyennes unités des secteurs Les innovations de produit correspondant à la création ou à l’amélioration significative d’un produit, sontdes services technologiques - activités nombreuses dans l’industrie. Par exemple, dans l’industrie agroalimentaire, ces innovations correspondent àinformatiques et services d’information, la création de produits pour différents types de consommateurs (distributeurs, haut de gamme, halal, issus de l’agriculture biologique) ou des améliorations telles que l’accroissement des dates limites de consommation.édition, recherche et développement Dans l’industrie des matériaux de construction, l’entreprise Lafarge a lancé une importante innovation pourscientifique - ont innové davantage entre le secteur : ChronoliaTM, un béton à durcissement rapide. Dans les transports, la Société d’économie mixte2006 et 2008 que celles de l’industrie : des transports de l’agglomération nantaise (Semitan) a lancé en novembre 2006 le Busway, bus à haut60 % contre 53 % d’entreprises inno- niveau de service, unique en France. Mais l’innovation de produit peut aussi consister à l’introduction d’un produit qui était déjà disponible ailleurs, comme c’est le cas au Mans avec la mise en service d’une lignevantes. Elles déclarent avoir introduit un de tramway.progrès concret, une nouveauté ou une L’innovation de procédé concerne la mise au point ou l’adoption de méthodes de production nouvelles. Lesamélioration dans l’activité économique innovations les plus importantes se retrouvent dans l’industrie avec la robotisation de lignes de production,(cf. « Pour comprendre ces résultats » p. 26 le remplacement d’anciennes machines par des outils plus performants et le développement de logiciels deet encadré ci-contre). Ces taux d’innova- conception et de publication assistées par ordinateur (CAO et PAO).tion sont très proches de ceux constatés Les innovations d’organisation sont présentes dans tous les secteurs. La plus fréquente consiste en laau niveau national (respectivement 62 % réorganisation des services et la restructuration des tâches dans l’entreprise. Dans l’industrie, les innovationset 51 %). d’organisation portent aussi sur la mise en place de systèmes de gestion et de contrôle de la qualité et sur les méthodes d’organisation des relations extérieures. Dans l’industrie agroalimentaire, cela se traduit par la mise en place d’échanges de données informatisées (EDI) et de télétransmissions avec les clients, notammentUne industrie innovante la grande distribution. Dans les industries manufacturières, l’innovation organisationnelle porte aussi sur la mise en place nouvelle de travaux de sous-traitance ou l’externalisation d’activités (impression…).Les entreprises industrielles des Pays dela Loire sont plus nombreuses à innover Les principales innovations de marketing dans les entreprises de la région se sont développées avec l’utilisation grandissante des nouvelles technologies. La création de sites Web pour la promotion et la misequ’en Nord-Pas-de-Calais et en Provence- en vente à distance de produits en est l’exemple le plus fréquent. La société Nantes Gestion ÉquipementsAlpes-Côte d’Azur (46 %), régions qui (NGE) a ainsi introduit une carte de fidélité pour les équipements qu’elle gère pour le compte des collectivitéssont assez comparables par leur taille ou de Nantes Métropole.leur tissu productif1. Dans l’industrie, les Dans l’industrie du papier et l’imprimerie, la mise en place du label Imprim’Vert a initié plusieurs entreprisessecteurs les plus innovants sont la fabrica- à l’innovation environnementale : réduction des déchets toxiques, sécurisation du stockage des produitstion informatique, électronique, optique dangereux, non utilisation de produits toxiques. Ces nouvelles pratiques constituent des innovations de procédé.et d’équipements électriques, ainsi quel’industrie chimique et pharmaceutique,avec 71 % d’entreprises innovantes. Dansce premier secteur de fabrication de produits en caoutchouc et en plastique, qu’est la métallurgie, une entreprise surtechnologies de pointe, le taux d’innova- très présents également dans la région, deux innove, soit la norme nationale.tion est supérieur à la moyenne nationale les taux d’innovation - respectivement À l’inverse, les taux d’innovation les(63 %). Dans les secteurs des industries 56 % et 65 % - sont largement plus plus bas concernent les secteurs de laagroalimentaires et de la fabrication de élevés que la moyenne nationale et que réparation et installation de machines et pour les entreprises des mêmes secteurs d’équipements (42 %), la fabrication de1 De plus, ces deux régions font partie des sept régions situées en Nord-Pas-de-Calais et en textiles et les industries de l’habillement,pour lesquelles une extension régionale de l’enquêteinnovation permet de disposer de résultats fiables au Provence-Alpes-Côte d’Azur. Dans l’autre du cuir et de la chaussure (47 %), ainsiniveau régional. secteur industriel phare de la région que le travail du bois et les industries 21 insee pays de la loire - l’innovation des entreprises dans les pays de la loire - juin 2011
  • Mesure et caractéristiques de l’innovationdes entreprises des Pays de la LoireLes PME des Pays de la Loire ont des taux d’innovation comparables Dans les services technologiques, le tauxà la moyenne nationale d’innovation culmine logiquement dansProportion d’entreprises innovantes entre 2006 et 2008, selon la forme d’innovation (en %) la recherche et le développement scienti- fique, avec deux entreprises sur trois qui Industrie Services innovent. Les entreprises des activités technologiques informatiques et services d’information Pays de la Loire 53 60 innovent également en nombre dans Innovation « au sens large » France 51 62 les Pays de la Loire (62 %), mais moins fréquemment qu’au niveau national et Pays de la Loire 39 52 Innovation de produit ou de procédé qu’en Nord-Pas-de-Calais. France 39 50 Innovation de produit 26 48 L’innovation de produit, type Innovation de procédé 29 31 le plus répandu dans les Innovation d’organisation Pays de la Loire 36 44 services technologiques Innovation de marketing 19 30 La nature des activités des entreprises détermine le type d’innovation engagé. Part du chiffre d’affaires du secteur dégagé par les entreprises innovantes Pays de la Loire 68 66 Le secteur des services technologiques (en %) pratique plus l’innovation de produit et/ou procédé que l’industrie, puisqueRemarque : une même entreprise peut combiner plusieurs types d’innovation.Champ : entreprises monorégionales ou quasi-monorégionales de 10 à 249 salariés. 52 % des entreprises des services ontSource : Insee, enquête communautaire sur l’innovation (CIS) 2008. fait de l’innovation technologique entredu papier (47 %). Ce dernier secteur 2006 et 2008 contre 40 % des entre- Des services technologiques prises industrielles des Pays de la Loire.est bien implanté dans les Pays de la moins innovants qu’ailleursLoire comme en Nord-Pas-de-Calais ou L’innovation est d’ailleurs toujours plusen Franche-Comté. Mais, si les entrepri- Depuis deux à trois décennies, la région présente dans les services technologi-ses de la région innovent autant qu’en des Pays de la Loire a opéré une mue ques que dans l’industrie, qu’il s’agisseNord-Pas-de-Calais, elles sont plus nom- économique vers les services, en particu- d’innovation de produit, de procédé,breuses à le faire qu’en Franche-Comté de marketing ou d’organisation. Les lier les services technologiques. Dans ce(47 % contre 42 %). innovations de produit et d’organisation secteur, les petites et moyennes unités sont les principales formes d’innovationLe taux d’innovation des petites et de la région présentent néanmoins un mises en œuvre dans les services, avecmoyennes unités industrielles des Pays léger déficit d’innovation par rapport à la respectivement 48 % et 44 % d’entrepri-de la Loire est supérieur de 2,3 points moyenne nationale : sur 100 entreprises ses qui ont introduit une innovation de ceà la moyenne nationale. Ce surcroît de 10 à 249 salariés situées dans les Pays type dans les Pays de la Loire.d’innovation s’explique pour près de la de la Loire, 60 ont déclaré avoir innovémoitié par la différence de structure entre Dans l’industrie, l’innovation d’organi- entre 2006 et 2008, contre 62 au niveaul’appareil productif régional et national : sation constitue la forme d’innovation la national. Comme dans l’industrie, l’effetles entreprises industrielles des Pays de plus répandue (36 % dans les Pays de de structure est pourtant largement po- la Loire) ; les entreprises industriellesla Loire sont plus grandes et davantage sitif : la taille et les secteurs d’activitéprésentes sur des secteurs d’activité pro- régionales innovent davantage dans ce dans lesquels les entreprises des Pays domaine que celles des autres régions.pices à l’innovation (effet de structure). de la Loire sont davantage présentes Viennent ensuite les innovations tech-L’autre moitié de ce surcroît d’innovationrelève donc d’autres facteurs dits « rési- sont favorables à l’innovation. Mais au nologiques (produits et procédés) pourduels », comme le dynamisme propre à contraire de l’industrie, l’effet résiduel environ 28 % des entreprises industriel-l’industrie régionale : à secteur d’activité est fortement négatif (– 5,4 points), si les. Quel que soit le secteur d’activité,et taille identiques, les entreprises indus- bien que le taux d’innovation régional est l’innovation de marketing est la formetrielles régionales sont plus performan- légèrement inférieur au taux mesuré au d’innovation la moins utilisée, puisquetes (effet résiduel). niveau national. seulement une entreprise industrielle sur cinq déclare innover en marketing.Un déficit d’innovation propre à la région Pays de la Loire dans les services La dimension environnementale a partechnologiques ailleurs été ajoutée à la stratégie de Lis-Estimation des effets structurel et résiduel (en %) bonne, marquant la volonté de l’Europe Dont : effet résiduel de promouvoir la croissance économique Taux Dont : tout en préservant l’environnement. Un Taux d’innovation Delta dit effet “régional” Secteur d’innovation en effet lien peut être fait entre innovation et pré- en France (effet total) (= effet total – effet Pays de la Loire structurel structurel) occupations environnementales : dans les Pays de la Loire, trois entreprises sur Industrie 53,4 51,2 2,3 1,0 1,3 cinq ont ainsi déclaré avoir mis en œuvre Services de l’innovation environnementale2. 60,1 62,4 – 2,3 3,1 – 5,4 technologiquesLecture : Le taux d’innovation des PME industrielles des Pays de la Loire est supérieur de 2,3 point à celui de la France entière. Ce delta s’explique pour1,0 point par la structure de l’appareil productif des Pays de la Loire (taille des PME et secteurs d’activité en 88 postes) et pour 1,3 point par un effet résidueldit effet régional.Champ : entreprises monorégionales ou quasi-monorégionales de 10 à 249 salariés. 2 Cf. le chapitre « L’innovation « verte » concerne deuxSource : Insee, enquête communautaire sur l’innovation (CIS) 2008. entreprises industrielles sur trois en Pays de la Loire » p. 28. 22 insee pays de la loire - l’innovation des entreprises dans les pays de la loire - juin 2011
  • Les PME industrielles des Pays de la Loire sont, en moyenne, plus innovantes que les autresProportion d’entreprises innovantes entre 2006 et 2008 selon le secteur d’activité Pays de la Loire Moyenne France Différence de taux Taux d’innovation Secteur Nombre Taux d’innovation d’innovation Pays de la Loire- de PME (en %) France (en %) (en %) Métallurgie et fabrication de produits métalliques à l’exception des machines et 517 50 48 2 des équipements Fabrication de denrées alimentaires, de boissons et de produits à base de tabac 345 56 46 10 Travail du bois, industries du papier et imprimerie 268 44 46 –2 Fabrication de machines, équipements et matériels de transport 257 58 61 –3 Fabrication de produits en caoutchouc et en plastique ainsi que d’autres produits 237 65 61 4 minéraux non métalliques Réparation et installation de machines et d’équipements 180 42 39 3 Fabrication de textiles, industries de l’habillement, industrie du cuir et de la 178 47 47 0 chaussure Fabrication informatique, électronique, optique, et d’équipements électriques 104 71 63 8 Industrie chimique et pharmaceutique 42 71 75 –4 Autres industries manufacturières 178 51 64 – 13 Autres 5 n.r. 30 n.r. Ensemble Industrie 2 311 53 51 2 Activités informatiques et services d’information 76 62 68 –6 Édition, audiovisuel et diffusion 66 56 55 2 Recherche-développement scientifique 17 67 77 –9 Ensemble Services technologiques 159 60 62 –2n.r. : non représentatif.Champ : entreprises monorégionales ou quasi-monorégionales de 10 à 249 salariés.Source : Insee, enquête communautaire sur l’innovation (CIS) 2008.Deux tiers des entreprises Les entreprises des services technologi- La taille de l’entreprise :innovantes combinent ques sont plus nombreuses à combiner un facteur déterminant pourplusieurs types d’innovation les quatre types d’innovation que celles l’innovation de l’industrie (19 % contre 12 %). En re-Afin d’assurer leur influence sur le vanche, 35 % des entreprises industriel- En dehors du secteur d’activité, la taillemarché ou d’optimiser leur capacité à les pratiquent un seul type d’innovation, de l’entreprise joue sur la capacité àinnover, la majorité des entreprises qui contre 19 % des entreprises des services innover. En Pays de la Loire comme auinnovent déclarent combiner plusieurs qui innovent. niveau national, la proportion d’entrepri-types d’innovations, voire les quatre si- ses qui innovent augmente avec le nom-multanément. Une innovation de produit bre de salariés qu’elles emploient. Touss’accompagne ainsi souvent, lors de lamise sur le marché, d’une innovationde marketing ; de même, une innovation Les entreprises industrielles des Pays de la Loire innovent davantagede procédé va souvent de pair avec une en organisation quailleursnouvelle organisation du travail ou, plus Proportion de PME innovantes entre 2006 et 2008 selon la forme de linnovation (en %)généralement, des modifications du Industrie Services technologiquesmode de fonctionnement de l’entreprise. Produit ProduitLes entreprises qui innovent en Pays de 50 50la Loire combinent un peu plus souvent 40 40qu’ailleurs les différentes formes d’in- 30 30novation. Ainsi, les deux tiers innovent 20 20au moins sous deux formes différentes 10 10(2 points de plus que la moyenne natio- Marketing Marketing Procédé Procédénale). Elles sont même 13 % à déclarer 0 0associer les quatre types d’innovation,une part comparable à la moyennenationale mais plus élevée que dans lesrégions Provence-Alpes-Côte d’Azur etNord-Pas-de-Calais. Lorsqu’elles ne fontqu’un seul type d’innovation, il s’agit Organisation Organisationdans la moitié des cas d’innovation Champ : entreprises monorégionales ou quasi-monorégionales de 10 à 249 salariés. Franced’organisation. Source : Insee, enquête communautaire sur linnovation (CIS) 2008. Pays de la Loire 23 insee pays de la loire - l’innovation des entreprises dans les pays de la loire - juin 2011
  • Mesure et caractéristiques de l’innovationdes entreprises des Pays de la Loire Deux tiers des entreprises innovantes combinent plusieurs types d’innovation Innovations seules ou combinées selon le secteur (en %) Services Industrie Ensemble technologiques Pays de la Pays de la Pays de la France France France Loire Loire Loire Innovation seule Produit seulement 6 8 9 11 6 9 Procédé seulement 7 9 1 3 7 8 Organisation seulement 18 16 8 10 17 15 Marketing seulement 4 4 1 4 4 4 Combinaison d’innovations Produit et procédé 7 7 8 8 6 7 Procédé et organisation 11 8 2 3 10 7 Organisation et marketing 6 6 6 8 6 7 Produit, procédé et organisation 11 10 15 11 12 10 Procédé, organisation et marketing 2 4 0 2 2 4 Produit, organisation et marketing 5 3 14 4 6 3 Produit, procédé, organisation et marketing 12 13 19 21 13 14 Autres 11 12 17 15 11 12 Ensemble des entreprises innovantes 100 100 100 100 100 100 Champ : entreprises monorégionales ou quasi-monorégionales de 10 à 249 salariés. Source : Insee, enquête communautaire sur l’innovation (CIS) 2008.secteurs confondus, moins de la moitié Le taux dinnovation croît avec la taille de lentreprisedes entreprises de moins de 20 salariés Proportion dentreprises innovantes entre 2006 et 2008,se déclarent innovantes, contre sept sur selon le secteur et la taille de lentreprise (en %)dix pour les entreprises de 50 salariés ou 100plus. Dans les services technologiques, 90 Industrie Services technologiquesle taux d’innovation s’élève fortement à 80partir de 50 salariés (80 %, contre 57 % 70en deçà). De même, dans l’industrie, 6087% des entreprises de 250 salariés ou 50 40plus innovent (cf. encadré ci-contre). En 30Pays de la Loire, ces grandes entreprises 20innovantes sont principalement concen- 10trées dans le secteur des industries 0 10 à 19 salariés 20 à 49 salariés 50 à 249 salariés 250 salariés ou plus (*)agroalimentaires et de la fabrication demachines, équipements et matériels de (*) Note : Les entreprises régionales de 250 salariés ou plus sont trop peu nombreuses dans les services technologiques pour que leur taux d’innovation soit significatif.transport. Les taux d’innovation dans Champ : entreprises monorégionales ou quasi-monorégionales de 10 à 249 salariés.ces deux secteurs sont respectivement Source : Insee, enquête communautaire sur l’innovation (CIS) 2008.de 82 % et 92 % pour les entreprises de250 salariés ou plus. Les pratiques d’innovation des grandes entreprises industrielles des Pays de laTous secteurs d’activité confondus et Loire (plus de 250 salariés)quelle que soit la taille de l’entreprise,la dimension du marché favorise l’inno- Dans les Pays de la Loire, en 2008, on dénombrait 94 entreprises industrielles de plus de 250 salariés dont au moins 80 % des effectifs salariés étaient localisés dans la région3.vation ; en sens inverse, innover permetaussi d’investir des marchés plus éten- Celles-ci se concentrent essentiellement dans deux secteurs : l’industrie agroalimentaire (23 entreprises) et la fabrication de machines, d’équipements et de matériels de transport (26 entreprises). La taille de l’entreprisedus, tant au niveau national qu’interna- joue sur la capacité à innover : 87 % de ces entreprises industrielles de plus de 250 salariés innovent, alorstional. Pour autant, dans les Pays de la qu’elles ne sont que 53 % parmi celles de 10 à 249 salariés. Le surcroît d’innovation des entreprises deLoire, les entreprises industrielles dont grande taille se vérifie sur tous les types d’innovation. En outre, alors que les petites entreprises privilégientle marché est essentiellement local inno- des innovations non technologiques (organisation et marketing), les grandes entreprises mettent en œuvre plus facilement des innovations technologiques (produit et procédé). La taille influe aussi sur la capacité àvent davantage (46 %) que ce même type mettre en œuvre de l’innovation environnementale : quatre entreprises industrielles de plus de 250 salariésd’entreprises au niveau national (41 %) sur cinq ont déclaré avoir mis en œuvre une innovation au bénéfice de l’environnement, contre trois sur cinqet surtout dans les régions comparables parmi celles de moins de 250 salariés.de Provence-Alpes-Côte d’Azur et Nord- La taille de l’entreprise facilite aussi la pratique de R&D en interne et en externe : respectivement 95 % etPas-de-Calais (35 %). 48 % pour les entreprises industrielles de plus de 250 salariés, contre 63 % et 21 % pour celles de moins de 250 salariés. Le recours à la formation est aussi plus élevé pour ces grandes entreprises. En revanche, elles n’acquièrent pas plus de machines, d’équipements, de logiciels ou d’autres connaissances externes que3 Le très faible nombre d’entreprises de plus de 250 les entreprises de plus petite taille. Les grandes entreprises industrielles sont par ailleurs plus nombreusessalariés dans le secteur des services technologiques à coopérer pour innover : 61 % des entreprises innovantes, contre 42% pour les entreprises innovantes dedans les Pays de la Loire - moins de 5 - ne permet pas 10 à 249 salariés.de donner des chiffres significatifs sur leurs pratiquesen matière d’innovation. 24 insee pays de la loire - l’innovation des entreprises dans les pays de la loire - juin 2011
  • Si les entreprises industrielles apparte- En 2010, neuf pôles de compétitivité Premier facteur explicatifnant à un groupe ou réseau d’enseignes étaient labellisés dans la région. Les Pays de l’innovation dans lesinnovent plus fréquemment que celles de la Loire sont chefs de file pour quatrequi sont indépendantes, l’appartenance Pays de la Loire : le capital de ces pôles : Ensembles métalliques et humainà un groupe n’est en revanche pas un composites complexes (EMC2), Végépo-facteur déterminant pour l’innovation lys, Atlanpole Biothérapies et iDforCAR. Une analyse plus précise des facteurs ex-dans le secteur des services. Ainsi, pliquant qu’une entreprise innove ou non Pôle Génie Civil Ecoconstruction et Novadans les Pays de la Loire, 70 % des est toutefois nécessaire, afin d’identifier Child (ex Pôle Enfant) ont changé deentreprises indépendantes des services les leviers sur lesquels les politiquestechnologiques ont innové, contre 49 % statut depuis lors. publiques pourraient agir. Au niveaude celles qui appartiennent à un groupe Les entreprises régionales qui apparte- national, la taille de l’entreprise - ap-ou un réseau. De surcroît, les entreprises naient en 2008 à un pôle de compétitivité préhendée par l’intermédiaire du chiffreindépendantes de la région innovent en innovent bien davantage que les autres : d’affaires réalisé - constitue le premierplus grand nombre que celles des autres dans l’industrie, 71 % des entreprises facteur permettant de distinguer lesrégions, dans l’industrie et encore plus appartenant à un pôle de compétitivité entreprises industrielles innovantes desdans les services technologiques. déclarent avoir mis en œuvre de l’inno- non innovantes, suivi de la dimension du vation technologique, contre 38 % des marché sur lequel intervient principale-Innovation, pôle de entreprises n’appartenant pas à un pôle ment l’entreprise. Dans les Pays de lacompétitivité et capital de compétitivité. Loire, en revanche, ce dernier facteur nehumain sont très liés semble pas jouer de rôle significatif, tan- Par ailleurs, le capital humain est nonDans une logique de filières, le rôle dis que c’est le capital humain - mesuré seulement un facteur de développement, par la part des ingénieurs et des techni-des pôles de compétitivité est majeur. mais il constitue également la ressourceConçus pour renforcer la compétitivité de ciens dans l’emploi de l’entreprise - qui initiale qui permet d’innover. Dans les apparaît comme le premier déterminantl’économie et développer la croissance et services plus encore que dans l’industrie, de l’innovation. Ainsi, le taux d’innovationl’emploi sur des marchés porteurs, cesclusters orientés R&D visent à créer des la relation entre capital humain et innova- des unités industrielles des Pays de lasynergies autour de projets innovants, tion semble bien avérée : les entreprises Loire s’élève à 70 % lorsque l’entrepriseet à développer une stratégie de réseau innovantes emploient deux fois plus de comprend plus de 10 % d’ingénieurs eten renforçant les liens entre l’entreprise, salariés dédiés à la conception et à la de techniciens dans ses effectifs salariés,l’enseignement supérieur et la recher- recherche que celles qui n’innovent pas : contre 40 % lorsqu’elle n’en comprendche, en bâtissant des partenariats ou respectivement 19 % des effectifs des aucun. En outre, la région se démarquedes projets collaboratifs de recherche et entreprises innovantes dans les services par un surcroît important d’innovationdéveloppement. technologiques et 4 % dans l’industrie. de ces entreprises industrielles ayantCapital humain, chiffre daffaires et taux dinvestissement déterminent linnovationdes entreprises industrielles des Pays de la Loire Taux dinnovation (en %) < 50 50-70 > 70 53 % Nombre dentreprises 90 30 Part des ingénieurs et techniciens dans lemploi aucun <5% > 10 % 5 à 10 % 40 % 59 % 64 % 70 % Chiffre daffaires < 4 000 < 10 000 > 10 000 < 4 000 < 10 000 > 10 000 < 4 000 < 10 000 > 10 000 < 4 000 < 10 000 > 10 000 37 % 52 % n.s. 48 % 61 % 66 % 55 % 64 % 82 % 66 % 68% 75 % <5% >5% <5% >5% <5% >5% <5% >5% <5% >5% <5% >5% 34 % 42 % Taux dinvestissement 33 % 61 % 54 % 66% 62 % 68 % 76 % 87 % 62 % 88 % n.s. : non significatif. Lecture : Le premier déterminant de linnovation est la part des ingénieurs et techniciens dans lemploi. Ainsi, le taux d’innovation des PME industrielles des Pays de la Loire s’élève à 70 % lorsque l’entreprise comprend plus de 10 % d’ingénieurs et de techniciens dans ses effectifs salariés, contre 40 % lorsqu’elle n’en comprend aucun. Champ : entreprises monorégionales ou quasi-monorégionales industrielles de 10 à 249 salariés. Source : Insee, enquête communautaire sur linnovation (CIS) 2008. 25 insee pays de la loire - l’innovation des entreprises dans les pays de la loire - juin 2011
  • Mesure et caractéristiques de l’innovationdes entreprises des Pays de la LoireLes entreprises innovantes assurent les deux tiers du chiffre daffairesde leur secteur dactivité Pour comprendre ces résultatsPart des entreprises innovantes dans les secteurs dactivité (en %) • L’innovation se traduit par un progrès concret,  une nouveauté ou une amélioration, introduit dans l’activité économique. Le Manuel d’Oslo 80 Proportion dentreprises innovantes dans le secteur définit quatre catégories : Part des entreprises innovantes dans le chiffre daffaires 2008 du secteur - l’innovation de produit ou de prestation 70 (introduction sur le marché d’un produit, bien ou service, nouveau ou significativement amélioré au regard de ses caractéristiques 60 68 essentielles) ; 66 - l’innovation de procédé (mise en œuvre 50 60 de nouvelles techniques pour la production 53 de biens ou la réalisation de prestations de 40 services) ; - l’innovation d’organisation (mise en place 30 d’un nouveau mode de fonctionnement, d’une nouvelle méthode d’organisation du travail ou des relations externes qui doit 20 résulter de décisions stratégiques prises par la direction) ; 10 - l’innovation de marketing (mise en œuvre de concepts ou de stratégies de vente nouveaux ou qui diffèrent significativement 0 Industrie Services technologiques des méthodes de vente existant auparavant). L’innovation technologique est une notionLecture : sur 100 entreprises industrielles, 53 ont innové entre 2006 et 2008 ; ces entreprises innovantes ont réalisé 68 % du restrictive qui comprend le lancement dechiffre daffaires de lensemble des entreprises industrielles en 2008.Champ : entreprises monorégionales ou quasi-monorégionales de 10 à 249 salariés. nouveaux produits (biens ou services) ouSource : Insee, enquête communautaire sur l’innovation (CIS) 2008. de nouveaux procédés. L’innovation non- technologique comprend les innovations de marketing et organisationnelle. L’innovation « au sens large » regroupe l’innovation technologique et non-technologique.une part importante d’ingénieurs et de industrielles cumulant comme caracté- •  Le  décret  d’application  (n°2008-1354) techniciens dans leurs effectifs salariés : ristiques d’employer peu d’ingénieurs de l’article 51 de la loi de modernisation de+ 8 points par rapport au niveau national et de techniciens, d’avoir un chiffre l’économie précise que la catégorie des petites et moyennes entreprises (PME) est constituéepour celles ayant entre 5 et 10 % d’ingé- d’affaires limité ainsi qu’un faible taux des entreprises qui occupent moins de 250nieurs et de techniciens, + 5 points pour d’investissement : 33 % contre 41 % au personnes, et qui ont un chiffre d’affaires annuelcelles ayant plus de 10 % d’ingénieurs et niveau national. inférieur à 50 millions d’euros ou un total de bilande techniciens. n’excédant pas 43 millions d’euros. Dans lePour ces entreprises à fort capital hu- Les entreprises innovantes cadre de cette étude, seul le critère d’effectif est vérifié pour retenir les entreprises dans le champmain, c’est la taille de l’entreprise qui in- dégagent davantage de des PME.flue ensuite le plus fortement sur le taux chiffre d’affaires que lesd’innovation : celui-ci grimpe jusqu’à autres, surtout dans82 % pour les entreprises ayant entre l’industrie5 % et 10 % d’ingénieurs et de techni- Dans l’industrie, en Pays de la Loire,ciens et qui dégagent un chiffre d’affaires les entreprises innovantes entre 2006supérieur à 10 millions d’euros. Il atteint et 2008 ont dégagé un chiffre d’affairesmême 87 % pour celles dont le taux représentant 68 % du chiffre d’affairesd’investissement dépasse 5 %, soit 13 de l’ensemble du secteur, quand elles re-points de plus que la moyenne nationale présentent à peine plus d’une entreprisepour des entreprises présentant toutes sur deux du secteur (53 %). L’écart estces caractéristiques. moins significatif dans les services tech-A contrario, la région se distingue par un nologiques : les 60 % des entreprises dudéficit particulièrement important d’in- secteur qui ont innové rassemblent 66 %novation des petites et moyennes unités du chiffre d’affaires. ■ 26 insee pays de la loire - l’innovation des entreprises dans les pays de la loire - juin 2011
  • La France en milieu de peloton des pays européens pour l’innovation des entreprises Delphine LEGENDRE (Insee)E ntre 2006 et 2008, 52 % des entrepri- ses de l’Union européenne ont innové.Parmi les 27 États membres de l’Union Un taux d’innovation français dans la moyenne des pays européens Indicateurs (en %) France Union Rang parmi les européenne pays européenseuropéenne, c’est en Allemagne (80 % Taux d’innovation 50 52 15 (a)des entreprises), au Luxembourg (65 %), Taux d’innovation dans l’industrie 53 55 15 (a)en Belgique et au Portugal (58 % chacun) Taux d’innovation dans le secteurque les entreprises sont les plus nom- « information et communication » 62 n.d. 10 (b)breuses à innover. En revanche, les pays Taux d’innovation dans la « recherche et développe- 79 n.d. 8 (c)de l’Est européen que sont la Lettonie, la ment scientifique »Pologne, la Hongrie et la Lituanie innovent Taux d’innovation technologique 35 n.d. 15 (a)peu, avec moins de 30 % d’entreprises Part d’entreprises innovantes bénéficiant de 17 n.d. 16 (b) financements publicsinnovantes. Avec 50 % d’entreprises in- Part d’entreprises innovantes bénéficiant denovantes, soit une proportion légèrement financements publics locaux ou régionaux 9 n.d. 5 (d)inférieure à la moyenne européenne, la Part d’entreprises innovantes bénéficiant de 12 n.d. 12 (b)France se place en milieu de peloton des financements publics nationauxpays européens, au 15e rang. Elle se situe Part d’entreprises innovantes bénéficiant de 5 n.d. 15 (b) financements publics de l’Union Européenneainsi assez loin des taux d’innovation deses partenaires commerciaux et voisins Part d’entreprises innovantes coopérant pour innover 42 34 6 (e)que sont l’Allemagne, le Luxembourg ou (a) données disponibles pour 28 pays - (b) données disponibles pour 23 pays - (c) données disponibles pour 16 pays (d) données disponibles pour 21 pays - (e) données disponibles pour 27 pays ; n.d. non disponiblela Belgique. Source : Eurostat, enquête communautaire sur l’innovation (CIS) 2008.C’est pour les petites entreprises de 10 à En comparaison des autres pays euro- Dans tous les pays européens, les par-49 salariés que l’écart avec les pays qui péens, les entreprises françaises qui tenaires jugés les plus fructueux sont eninnovent le plus est le plus grand. Ainsi, innovent bénéficient moins souvent de premier lieu les partenaires de marché.alors que 78 % des entreprises alleman- financements publics : la France ne se Ainsi, en France, parmi les entreprisesdes de 10 à 49 salariés innovent, ce taux situe qu’au 16e rang sur 232. Ainsi, seu- innovantes qui coopèrent, 60 % jugentn’est que de 45 % pour les entreprises lement 17 % des entreprises françaises ces derniers comme étant les partenairesfrançaises de même taille. La différence déclarent bénéficier d’aides publiques, les plus productifs. En dehors des parte-s’atténue en revanche avec l’augmenta- contre 40 % en Autriche et 31 % en Italie. naires de marché, les jugements diffèrenttion de la taille de l’entreprise : l’écart Le financement public de l’innovation en selon les pays. Certains pays considèrententre les taux d’innovation français et al- France provient avant tout d’acteurs de la coopération interne, avec d’autreslemand n’est plus que de 13 points pour niveau national, puis de niveau régional, entreprises du groupe ou du réseau,les entreprises de plus de 250 salariés ; tandis que les financements européens comme la plus fructueuse : c’est le casle taux d’innovation français dépasse en ne concernent que 5 % des entreprises en France (28 %), en Estonie (31 %), auoutre la moyenne européenne pour ces françaises. La France se situe néanmoins Luxembourg (36 %) et en Lettonie (44 %).entreprises de grande taille (79 %). Ces sur le même plan que les autres pays de En revanche, pour d’autres pays commedifférences entre pays se retrouvent tant l’Europe de l’Ouest en matière d’aides l’Espagne (33 %), l’Allemagne (27 %) etdans les taux d’innovation au sens large européennes. Les financements publics la Norvège (20 %), c’est la coopérationque dans les taux d’innovation technolo- européens sont en effet concentrés vers avec les institutionnels qui est considéréegique (procédé et/ou produit). les pays de l’Est européen : plus de 10 % comme la plus fructueuse. des entreprises innovantes bénéficientDans les seuls secteurs de l’industrie et de soutiens européens en Hongrie, endes services technologiques, sur lesquels Slovénie, en Slovaquie, en Pologne et en L’enquête innovation est réalisée dans lesporte plus particulièrement l’étude Lettonie. 27 États membres de l’Union européenneréalisée en Pays de la Loire, les taux (Allemagne, Pays-Bas, Belgique, Luxembourg, En termes de coopération dans les activi- France, Royaume-Uni, Irlande, Italie,d’innovation français sont légèrement Malte, Chypre, Grèce, Espagne, Portugal,inférieurs à la moyenne européenne : tés d’innovation, la France se positionne République Tchèque, Slovaquie, Slovénie,53 % pour les entreprises industrielles au-dessus de la moyenne des pays euro- Roumanie, Bulgarie, Lettonie, Lituanie,françaises1, contre 55 % pour la moyenne péens, avec 42 % des entreprises françai- Estonie, Pologne, Suède, Finlande, Autriche,européenne. La France affiche un déficit ses innovantes qui coopèrent - que ce soit Hongrie et Danemark), ainsi qu’en Norvège et en Croatie. À ce jour, les données pour lade 30 points par rapport à l’Allemagne, en interne (autres entreprises du réseau Grèce ne sont toujours pas disponibles.pays où les taux d’innovation sont les ou du groupe), avec des partenaires de Les entreprises enquêtées appartiennentplus importants tant dans l’industrie que marchés ou des institutionnels - contre aux secteurs suivants de l’industrie et desdans les services technologiques. Les 34 % des entreprises européennes. Elle services : industrie extractive, industrietaux d’innovation français sont également se situe ainsi en 6e position sur ce critère. manufacturière, électricité, gaz, vapeur et air La coopération n’apparaît pas comme conditionné, activités d’approvisionnementinférieurs de 10 points aux taux relevés en eau, assainissement, gestion des déchets une condition indispensable pour innover.au Luxembourg, en Irlande et en Belgique et activités d’assainissement, commerce de En effet, en Allemagne ou au Portugal,pour l’industrie, inférieurs de 20 points gros à l’exception des véhicules automobiles pays où les taux d’innovation sont élevés, et des motocycles, transport et stockage,aux taux d’innovation dans les secteurs la proportion d’entreprises innovantes qui activités d’édition, télécommunications,des services technologiques au Luxem- coopèrent y est plutôt faible. A contrario, programmation informatique, conseil etbourg, au Portugal et en Belgique. la Belgique se caractérise par des taux autres activités connexes, activités de service d’information, activités financières d’innovation et de coopération élevés. et d’assurances, activités d’architecture et1 Il s’agit du taux d’innovation des entreprises indus-trielles françaises de plus de 10 salariés ; dans les d’ingénierie, essais et analyses techniques.autres parties de cet ouvrage, sauf exception, les taux 2 Données sur le financement indisponibles pour led’innovation portent en revanche sur le champ des Royaume-Uni, l’Irlande, le Danemark, la Grèce, laentreprises de 10 à 249 salariés. Suède et la Norvège. 27 insee pays de la loire - l’innovation des entreprises dans les pays de la loire - juin 2011
  • Mesure et caractéristiques de l’innovationdes entreprises des Pays de la LoireL’innovation « verte » : deux entreprisesindustrielles sur trois en Pays de la Loire Nicole GICQUAUD (Insee)Reflétant la volonté de l’Europe de promouvoir la croissance économique tout en préservant l’environnement,la dimension environnementale a été ajoutée à la stratégie de Lisbonne, qui visait à faire de l’Union européennel’économie de la connaissance la plus compétitive au monde à l’horizon 2010. Dans les Pays de la Loire, troisentreprises sur cinq ont déclaré avoir innové au bénéfice de l’environnement, le plus souvent au cours duprocessus de production. Si le recyclage des déchets ou des produits est le premier bénéfice environnementaldéclaré par les entreprises industrielles, c’est en revanche la réduction de l’utilisation de matières qui estl’innovation la plus fréquente dans les services technologiques. La réduction des coûts est la motivationprincipale des entreprises qui innovent au bénéfice de l’environnement ; l’innovation environnementaleest également souvent mise en œuvre pour répondre à des réglementations existantes ou des taxes surla pollution. La région se distingue par une proportion élevée d’entreprises qui disposent de processus demesure de l’impact de leur activité sur l’environnement.E ntre 2006 et 2008, dans les Pays de Les entreprises industrielles innovent davantage pour l’environnement la Loire, trois entreprises sur cinq que les entreprises des services technologiques ont déclaré avoir mis en œuvre de Proportion d’entreprises ayant mis en œuvre de l’innovation environnementalel’innovation environnementale (cf. « Pour entre 2006 et 2008 (en %)comprendre ces résultats » p. 30), soit une Servicesproportion proche de la moyenne des ré- Industrie technologiquesgions françaises1. Comme dans les autres Pays de la Loire 64 44régions, les entreprises industrielles y Proportion d’entreprises ayant mis en œuvre de l’innovation environnementale …sont plus nombreuses à innover pour ap- France 60 38porter des bénéfices environnementaux Pays de la Loire 61 38que celles des services technologiques … lors du processus de fabrication France 57 34(64 % contre 44 %). Pays de la Loire 34 20 … lors de l’utilisation par le consommateurDes préoccupations France 36 19environnementales liées au Champ : entreprises monorégionales ou quasi-monorégionales de 10 à 249 salariés.type d’activité Source : Insee, enquête communautaire sur l’innovation (CIS) 2008.Dans l’industrie, les activités les plus in-novantes au bénéfice de l’environnement Lenvironnement au cœur de linnovation des entreprises industriellessont celles du secteur des technologies Proportion dentreprises ayant mis en œuvre de linnovation environnementale (en %)de pointe (fabrication informatique, élec- 70tronique, optique et d’équipements élec- Pays de la Loiretriques) et celles du secteur du travail du 60 Francebois, des industries du papier et de l’im-primerie : trois entreprises sur quatre de 50ces secteurs sont concernées. De plus, 40dans ces deux secteurs, les entreprisesde la région sont plus nombreuses à in- 30nover pour l’environnement qu’ailleurs en 20France (+ 10 points environ). À l’inverse,les petites et moyennes unités ligériennes 10de l’industrie chimique et pharmaceuti- 0que se révèlent moins performantes en Industrie Services technologiquesmatière d’innovation environnementale :cela concerne moins de trois entreprises Champ : entreprises monorégionales ou quasi-monorégionales de 10 à 249 salariés. Source : Insee, enquête communautaire sur linnovation (CIS) 2008.sur cinq contre près de quatre sur cinqen moyenne nationale. Dans le secteurde la fabrication de caoutchouc et ma- la réparation et installation de machines Priorité au recyclage destières plastiques ainsi que dans celui de et d’équipements, l’innovation en faveur déchets ou des produits de l’environnement est également moins1 L’innovation environnementale n’est pas considérée fréquente qu’au niveau national, mais Dans l’industrie, les bénéfices environ-comme une forme d’innovation par le Manuel d’Oslo, dans une moindre mesure. Dans les nementaux sont le plus souvent dégagésqui fait office de référence pour définir l’innovation au services technologiques, la quasi-totalité au cours du processus de production desniveau international. Ceci explique que la proportion biens ou des services : c’est le cas pourd’entreprises faisant de l’innovation environnementale des entreprises de recherche-développe-est supérieure à la proportion d’entreprises innovantes ment scientifique déclarent innover en six entreprises industrielles sur dix, alorsmesurée dans les autres parties de cet ouvrage. faveur de l’environnement. que pour un tiers d’entre elles les béné- 28 insee pays de la loire - l’innovation des entreprises dans les pays de la loire - juin 2011
  • Des préoccupations environnementales liées au type d’activité industrielle La réduction des coûts,Proportion d’entreprises industrielles ayant mis en œuvre de l’innovation environnementale principale motivationselon le secteur d’activité (en %) pour l’innovation Travail du bois, industries du papier et imprimerie environnementale Fabrication informatique, électronique, optique, et déquipements électriques La réduction des coûts constitue la Fabrication de machines, équipements et motivation principale des entreprises matériels de transport Fabrication de produits en caoutchouc et en pour réaliser de l’innovation environne- plastique mentale : une entreprise sur deux cite Fabrication de denrées alimentaires, de boissons et de produits à base de tabac cette raison. Dans l’industrie, un tiers Fabrication de textiles, industries de lhabillement, des entreprises ont par ailleurs mis en du cuir et de la chaussure œuvre de l’innovation environnemen- Autres industries manufacturières tale en réponse à des réglementations Métallurgie et fabrication de produits métalliques existantes ou des taxes sur la pollution. Dans les services technologiques, plus Industrie chimique et pharmaceutique d’un tiers des entreprises ont mis en Réparation et installation de machines et déquipements œuvre de l’innovation environnementale 0 10 20 30 40 50 60 70 80 en réponse à la demande des clients. Pays de la Loire France Cette proportion monte à 50 % dans leChamp : entreprises monorégionales ou quasi-monorégionales de 10 à 249 salariés ayant mis en œuvre de l’innovation environnementale. secteur de l’édition, de l’audiovisuel etSource : Insee, enquête communautaire sur l’innovation (CIS) 2009. de la diffusion.fices environnementaux sont dégagés consommation d’énergie ; la réduction Les entreprises du travail du bois etultérieurement, lors de l’utilisation par le de la pollution des sols, de l’eau ou de industries du papier, celles de l’industrieconsommateur. Dans les services techno- l’air arrive en deuxième position, avec chimique et pharmaceutique, ou encorelogiques, quatre entreprises sur dix ap- un peu plus de la moitié des entreprises les entreprises de l’industrie textile, deportent des bénéfices environnementaux qui citent ce type d’innovation. Une sur l’habillement et du cuir, ont été les plusau cours du processus de production, quatre a par ailleurs procédé à une inno- nombreuses à réaliser de l’innovationcontre un cinquième pour lesquelles ces vation consistant à améliorer le recyclage environnementale à la suite de la misebénéfices sont dégagés lors de l’utilisa- du produit. en place de codes de bonnes pratiquestion par le consommateur.Parmi les bénéfices environnementauxdégagés lors du processus de production, Le recyclage, principal bénéfice généré par les innovations environnementalesle recyclage des déchets est cité par les Proportion dentreprises ayant mis en œuvre une innovation environnementale selon le bénéfice généré lors du processus de production (en %)trois quarts des entreprises industriellesayant réalisé de l’innovation environne- Recyclage des déchets, de leau oumentale. Le remplacement des matières de matières premièrespremières polluantes ou la substitution Remplacement de matières polluantesde produits dangereux constituent égale- Réduction de lutilisation de matières (y compris emballage)ment des enjeux importants pour lesentreprises des secteurs industriels : Réduction de la pollution des sols, de leau ou de lairc’est le deuxième motif d’investissement Réduction de la consommation dénergieenvironnemental cité. Réduction des émissions de CO2Dans les services technologiques, la 0 10 20 30 40 50 60 70 80réduction de l’utilisation de matières (y Champ : entreprises monorégionales ou quasi-monorégionales de 10 à 249 salariés Services technologiquescompris emballage) par unité produite ayant mis en œuvre de linnovation environnementale. Industriearrive en tête dans la mise en œuvre de Source : Insee, enquête communautaire sur linnovation (CIS) 2008.ce type d’innovation, avec trois entrepri-ses sur cinq concernées. Par ailleurs,plus d’une entreprise des servicestechnologiques sur deux déclare innoverpour réduire la consommation d’énergie La réduction de la consommation dénergie, premier objectif des entreprises dans leset recycler les déchets. services technologiques Proportion dentreprises ayant mis en œuvre de linnovation environnementale avec bénéficesPour les bénéfices environnementaux environnementaux lors de lutilisation par le consommateur (en %)générés lors de l’utilisation par leconsommateur, le recyclage du produit Recyclage amélioré duest l’innovation la plus courante pour les produit après usageentreprises industrielles (trois sur cinq).L’ensemble des entreprises de l’industrie Réduction de lachimique et pharmaceutique privilégient consommation dénergiela réduction de la pollution des sols,de l’eau ou de l’air, et près de sept sur Réduction de la pollutiondix innovent dans la réduction de la des solsconsommation d’énergie ou le recyclage 0 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100du produit. De leur côté, les entreprises Champ : entreprises monorégionales ou quasi-monorégionales de 10 à 249 salariés. Services technologiquesdes services technologiques ont majo- Source : Insee, enquête communautaire sur linnovation (CIS) 2008. Industrieritairement privilégié la réduction de la 29 insee pays de la loire - l’innovation des entreprises dans les pays de la loire - juin 2011
  • Mesure et caractéristiques de l’innovationdes entreprises des Pays de la LoireLa réduction des coûts, principal moteur de linnovation environnementale portante, avec la moitié des entreprisesPrincipales raisons pour lesquelles les entreprises des Pays de la Loire mettent en œuvre concernées.de linnovation environnementale (en %) Les grandes entreprises Objectif de réduction des coûts plus concernées parRéglementations environnementales existantes l’environnementMise en place dun code de bonnes pratiques Les entreprises de 50 à 249 salariés sont dans le secteur dactivité généralement plus innovantes en matière Demande des clients d’environnement que celles de moins de 50 salariés : près des trois quarts pour Réglementations environnementales futures Industrie les premières contre moins de trois sur Services technologiques cinq pour les secondes. Dans l’industrie, Aides gouvernementales, subventions... les secteurs où l’écart est le plus marqué sont la fabrication de produits en caout- 0 10 20 30 40 50 60 chouc et plastique, ainsi que la métallur-Champ : entreprises monorégionales ou quasi-monorégionales de 10 à 249 salariés ayant mis en œuvre de linnovation environnementale.Source : Insee, enquête communautaire sur linnovation (CIS) 2008. gie. À l’inverse, dans le secteur du travail du bois, des industries du papier et de Un impact sur lenvironnement bien évalué dans la région l’imprimerie, les petites entreprises (10 Proportion dentreprises ayant mis en place une procédure pour mesurer leur impact à 19 salariés) se révèlent plus innovantes sur lenvironnement (en %) en matière d’environnement que les entreprises de plus grande taille. 18 Dans les services technologiques, la ca- 16 Pays de la Loire pacité à mettre en œuvre de l’innovation 14 France environnementale augmente aussi avec 12 la taille des entreprises. L’écart le plus 10 remarquable se situe dans les activités 8 informatiques et services d’information des services technologiques où, parmi 6 les entreprises de 50 à 249 salariés, 4 plus de huit sur dix sont innovantes en 2 matière d’environnement contre trois sur 0 dix pour les moins de 50 salariés. ■ Industrie Services technologiques Champ : entreprises monorégionales ou quasi-monorégionales de 10 à 249 salariés. Source : Insee, enquête communautaire sur linnovation (CIS) 2008.environnementales ou pour respecter Les grandes entreprises plus souvent concernées par linnovation environnementaleles réglementations environnementales Proportion dentreprises ayant mis en œuvre de linnovation environnementale selon la taille (en %)existantes. Ce motif est égalementinvoqué par la moitié des entreprises 80industrielles de technologie de pointe 70(informatique, électronique, optique etéquipements électriques). 60 50Un impact surl’environnement bien évalué 40dans la région 30Dans l’industrie, une entreprise sur six 20dispose de procédures pour mesurer 10régulièrement et réduire son impact sur 0l’environnement. Cette proportion est 10 à 19 salariés 20 à 49 salariés 50 à 249 salariésplus importante qu’au niveau national Champ : entreprises monorégionales ou quasi-monorégionales de 10 à 249 salariés. Industrie Services technologiques(12 %). Les entreprises de l’industrie Source : Insee, enquête communautaire sur linnovation (CIS) 2008.chimique et pharmaceutique arriventen tête pour ces mesures : près d’unesur deux en est dotée. Dans les servicestechnologiques, la proportion d’entre- Pour comprendre ces résultatsprises ayant également mis en place ce Une innovation environnementale se définit comme l’introduction d’un produit (bien ou service), d’untype de procédures de mesure est deux procédé, d’une méthode d’organisation ou de marketing nouveau ou amélioré significativement, qui génèrefois plus élevée qu’au niveau national : un bénéfice environnemental comparé aux alternatives déjà existantes. Les bénéfices environnementaux10 % contre 5 %. C’est dans le secteur peuvent être l’objectif principal de l’innovation ou le résultat d’une innovation visant d’autres objectifs. Lesde la recherche-développement scien- bénéfices environnementaux peuvent être dégagés au cours du processus de production du bien ou du service ou lors de son utilisation.tifique que la proportion d’entreprisesayant investi dans la mesure de l’impactsur leur environnement est la plus im- 30 insee pays de la loire - l’innovation des entreprises dans les pays de la loire - juin 2011
  • Objectifs et moyens mis en œuvre pour développerl’innovation dans les Pays de la LoireDes coopérations fréquentesdans les entreprises innovantes Nicole GICQUAUD (Insee)En Pays de la Loire, comme dans les autres régions françaises, les entreprises innovent d’abord pour élargirleur gamme de produits et leurs parts de marché. L’amélioration de la qualité des produits et la conquêtede nouveaux marchés figurent aussi en bonne place des motivations dans les services technologiques. Quelleque soit la forme d’innovation, la décision stratégique d’innovation se prend essentiellement au niveau del’entreprise.En Pays de la Loire comme au niveau national, quatre entreprises sur dix ayant innové en produit ou procédéont collaboré de façon active avec d’autres entreprises ou organismes pour leurs activités d’innovation. Parmiles sources d’information, les sources internes à l’entreprise ou au groupe sont plus souvent privilégiées dansles services technologiques. Au-delà de la mobilisation de ces sources, l’importance des partenariats quepeuvent nouer les entreprises avec les différents acteurs de l’innovation constitue un facteur de performance.Dans la région, ces coopérations nouées dans les processus d’innovation privilégient davantage la proximitéque dans les autres régions, surtout pour les unités de petite taille : ces collaborations se font en majoritéavec des partenaires de marché (fournisseurs, clients, entreprises du même secteur…) et des partenairessitués dans la région. Les entreprises régionales sont en revanche moins ouvertes aux coopérations avec despartenaires internationaux pour innover.E n Pays de la Loire, comme dans les de la région jugent l’amélioration des national). Cependant, les entreprises de autres régions françaises, l’innova- aspects liés à la santé ou à la sécurité ce secteur, ainsi que celles de la métallur- tion est un moyen privilégié pour comme un objectif d’importance élevée ; gie, se démarquent des autres secteursles entreprises d’accroître leur emprise en comparaison, au niveau national, d’activité par une plus forte proportionsur les marchés où elles sont déjà pré- cette préoccupation concerne seulement de déclarants pour lesquels les attentessentes ou pour conquérir de nouveaux 42 % des entreprises. Pour près des trois en termes de production sont les plusmarchés. Qu’il s’agisse d’innovation quarts des petites et moyennes unités élevées.de produit ou de procédé, les attentes des services technologiques, l’extension Que ce soit dans l’industrie ou dans lespeuvent être de trois types. Tout d’abord, de la gamme de produits et le remplace- services technologiques, les bénéficesdes bénéfices sont attendus par rapport ment des produits ou procédés dépassésau marché : élargissement de la gamme, attendus de l’innovation liée à la pro- sont déclarés comme des motivations duction sont moins souvent plébiscitésremplacement de produits ou de procé- d’importance élevée. Pour ce dernier cri-dés, accroissement des parts de marché par les entreprises que ceux attendus de tère, la proportion d’entreprises est plus l’innovation liée au marché : près de deuxou conquête de nouveaux marchés. élevée dans la région qu’en moyenneEnsuite, des bénéfices sont attendus lors entreprises sur cinq innovent dans le but nationale (74 % contre 63 %). d’augmenter la capacité de productionde l’utilisation par les consommateurs :amélioration de la qualité des produits, Dans l’industrie, les motivations liées et pour un tiers l’innovation permetamélioration des aspects liés à la au marché constituent également un d’améliorer la flexibilité de la productionsanté. Enfin, des éléments apparaissent enjeu majeur. Sept entreprises sur dix ou de réduire le coût du travail. C’estcomme étant moteurs par rapport à la ayant innové déclarent que l’extension dans le secteur de la R&D scientifiqueproduction : amélioration de la flexibilité, de la gamme de produits est un enjeu que l’objectif d’améliorer la flexibilitéaugmentation des capacités ou réduction élevé et six sur dix estiment qu’accroître de la production ou de la fourniture dedes coûts. les parts de marché ou conquérir de services est jugé le plus élevé : les deux nouveaux marchés est un enjeu tout tiers des entreprises de ce secteur en ontInnover d’abord pour élargir aussi important. Pour les secteurs les des attentes fortes.sa gamme de produits et plus innovants dans la région, que sontses parts de marché les entreprises des industries chimiques La décision d’innover est et pharmaceutiques ainsi que celles des prise majoritairementDans les services technologiques, les technologies de pointe, la dimension du au niveau de l’entreprisequatre cinquièmes des entreprises de marché est le premier déterminant dansla région innovent pour accroître leurs Quelle que soit la forme d’innovation la décision d’innover.parts de marché ou dans le but d’élargir (produit, procédé, organisation ou mar-leur gamme de produits. L’amélioration Les industries du textile et du cuir keting), la décision stratégique d’innova-de la qualité des produits et la conquête attachent également une importance tion se prend essentiellement au niveaude nouveaux marchés figurent aussi en élevée à l’accroissement des parts de de l’entreprise : c’est le cas plus debonne place des motivations pour plus de marché (83 %) ainsi qu’à l’innovation huit fois sur dix. Elle est plus rarementla moitié des entreprises dans la décision liée aux produits, que ce soit en termes prise au niveau du groupe ou du réseaud’innover. Au sein des services technolo- d’élargissement de la gamme ou de (environ une fois sur sept), et encore plusgiques, près de 80 % des entreprises de remplacement des produits ou procédés rarement au niveau de l’établissementla recherche-développement scientifique dépassés (75 % contre 41 % au niveau (moins d’une fois sur dix). Toutefois, la 31 insee pays de la loire - l’innovation des entreprises dans les pays de la loire - juin 2011
  • Objectifs et moyens mis en œuvre pour développerl’innovation dans les Pays de la LoireInnover pour accroître ou consolider son marché des sources d’information pour les acti-Objectifs jugés élevés des innovations introduites dans les Pays de la Loire (en %) vités d’innovation des entreprises (3 %). Élargir la gamme des produits (biens ou services) Les entreprises industrielles font pres- que aussi souvent appel aux sources Remplacer les produits ou procédés dépassés de marché qu’aux sources internes Conquérir de nouveaux marchés (aires géographiques) (respectivement 44 % et 47 %). Seules les entreprises du secteur de l’industrie Accroître les parts de marché chimique et pharmaceutique se dé- Améliorer la qualité des produits marquent des autres entreprises indus- Améliorer la flexibilité de la production ou de la trielles : plus d’un tiers a eu recours à fourniture de services d’autres sources, telles que conférences, Augmenter la capacité de production de biens ou de expositions, revues scientifiques et pro- la fourniture de services fessionnelles ou encore des associations Améliorer les aspects liés à la santé ou à la sécurité Services technologiques professionnelles et industrielles. Industrie Réduire le coût du travail par unité produite A contrario, dans les services technolo- 0 10 20 30 40 50 60 70 80 90 giques, les entreprises ont eu recours auxChamp : entreprises monorégionales ou quasi-monorégionales de 10 à 249 salariés dans les Pays de la Loire, ayant innové en produit, sources internes deux fois plus souventprocédé ou avec des activités dinnovation en cours ou abandonnées entre 2006 et 2008. qu’à des sources de marché (respecti-Source : Insee, enquête communautaire sur linnovation (CIS) 2008. vement 82 % et 40 %). Les entreprises du secteur de la R&D scientifique sont les plus nombreuses à mobiliser desdécision peut parfois être prise conjoin- prises ou organismes pour leurs activités sources institutionnelles : un quarttement. Ainsi, dans le secteur de la d’innovation. Les sources d’information d’entre elles a eu recours à des sourcesR&D scientifique, la décision d’innover utilisées sont nombreuses et diversifiées. émanant de l’enseignement supérieur ouen produit a été prise en moyenne dans Dans les Pays de la Loire, comme dans d’organismes publics de R&D.54 % des cas au niveau d’un groupe ou les autres régions, les ressources inter-réseau, 72 % au niveau de l’entreprise nes au sein de l’entreprise, du groupe ou L’innovation, souventet 26 % au niveau de l’établissement. du réseau d’enseigne sont privilégiées :Les groupes ou réseaux interviennent réalisée en coopération une entreprise innovante sur deux yplus fréquemment dans la prise de a eu recours. Cependant, les sources Au-delà de la mobilisation des sourcesdécision des entreprises innovantes en externes offrent une richesse également d’informations, l’importance des coopé-marketing, notamment dans les secteurs rations que peuvent nouer les entreprises exploitée par les entreprises. Les sourcesindustriels. avec les différents acteurs de l’innovation de marché, notamment les fournisseurs, constitue un facteur de performance. clients ou consommateurs ou encoreDes sources d’information Dans les Pays de la Loire, 42 % des concurrents, constituent les plus im-avant tout au sein de entreprises industrielles innovantes en portantes pour 42 % des entreprisesl’entreprise produit ou procédé ont coopéré avec un innovantes. Le recours aux informations ou plusieurs partenaires (autres entre-Pour s’adapter et progresser en matière provenant des conférences ou expositions prises ou organismes) pour réaliser leursd’innovation, les entreprises disposent contribue également à l’enrichissement activités d’innovation. Dans les servicesde nombreux leviers : la possibilité de « intellectuel » des entreprises (17 %). En technologiques, la coopération est àpartager les risques avec d’autres en- revanche, les organismes institutionnels peine inférieure (39 %). Dans l’industrie,treprises, de réaménager leurs relations (universités, établissements d’enseigne- ces coopérations se font presque toujoursavec leurs sous-traitants, de diversifier ment supérieur, organismes publics de avec des partenaires de marché (four-leurs débouchés, d’élargir leurs compé- R&D…) représentent une part minime nisseurs, clients, concurrents ou autrestences et leur savoir-faire… À travers cesdifférentes options, il ressort que lesentreprises sont amenées à s’ouvrir et Des sources internes plus souvent privilégiées dans les services technologiquesà coopérer de manière beaucoup plus Principales sources dinformation des entreprises innovantes (en %)affirmée que par le passé : leur déve-loppement repose, de plus en plus, surl’imbrication de différentes technologies Sources interneset de différents savoir-faire, sur la consti-tution d’une communauté d’entreprises,chacune apportant sa « brique » à l’édi- Sources de marchéfice. Les entreprises doivent égalementanticiper, être en mesure de transformerrapidement un concept en projet, puis en Sourcesproduit ou service. Là encore, l’ouverture institutionnellessur l’extérieur, la capacité à identifier descompétences et des complémentarités Industrieutiles peuvent constituer des atouts dé- Autres sources Services technologiquescisifs pour les entreprises.En Pays de la Loire comme au niveau 0 10 20 30 40 50 60 70 80 90national, quatre entreprises sur dix ayant Champ : entreprises monorégionales ou quasi-monorégionales de 10 à 249 salariés dans les Pays de la Loire, ayant innové en produit, procédéinnové en produit ou procédé ont colla- ou avec des activités dinnovation en cours ou abandonnées entre 2006 et 2008.boré de façon active avec d’autres entre- Source : Insee, enquête communautaire sur linnovation (CIS) 2008. 32 insee pays de la loire - l’innovation des entreprises dans les pays de la loire - juin 2011
  • Titre partieLes entreprises industrielles innovantes coopèrent essentiellement gion : ils rassemblent 18 % des suffragesavec des partenaires de marché contre 30 % en moyenne nationale.Proportion dentreprises innovantes déclarant coopérer avec... (en %) Quelle que soit leur taille, les entreprises industrielles considèrent que les coopé- 100 rations réalisées avec des partenaires de 90 marché ont été les plus profitables dans Industrie 80 Services technologiques la réalisation de leurs activités d’innova- 70 tion. Les avis sont plus partagés dans les services technologiques en fonction 60 de la taille des entreprises. Ainsi, pour 50 les entreprises de moins de 20 salariés, 40 les coopérations les plus fructueuses ont 30 été à parts égales celles conclues avec 20 des partenaires institutionnels et celles 10 réalisées en interne (47 %). Pour les 0 entreprises de 20 à 49 salariés, si les …des partenaires …des institutionnels …des partenaires …des partenaires coopérations avec des partenaires ins- de marché internes internationaux titutionnels recueillent encore la moitiéChamp : entreprises monorégionales ou quasi-monorégionales de 10 à 249 salariés dans les Pays de la Loire, ayant innové en des suffrages, celles avec des par te-produit,.procédé ou avec des activités dinnovation en cours ou abandonnées entre 2006 et 2008, ayant coopéré pour leurs activitésdinnovation. naires de marché sont aussi considéréesSource : Insee, enquête communautaire sur linnovation (CIS) 2008. comme les plus fructueuses dans l’autre moitié des cas. Les entreprises de 50 àentreprises du même secteur d’activité - régionales des activités informatiques et 249 salariés ont en revanche jugé toutcf. « Pour comprendre ces résultats » p. 33). de l’édition, l’audiovisuel et la diffusion aussi riches les collaborations menéesAinsi, 94 % des entreprises industrielles que dans les autres régions. en interne et celles avec des partenairesont coopéré avec de tels partenaires pour de marché. ■leurs activités d’innovation, contre 60 % Peu de coopération desde celles des services technologiques. petites et moyennes unitésLes coopérations les moins fréquentes régionales avec desont lieu en interne avec une entre- partenaires internationaux Pour comprendre ces résultatsprise du groupe ou du réseau d’enseigne Une entreprise est susceptible de coopérer(respectivement 29 % et 46 %). Les Dans les Pays de la Loire, les coopérations pour ses activités d’innovation avec d’autresentreprises industrielles coopèrent dans nouées dans les processus d’innovation entreprises ou organismes très variés, qualifiésdes proportions relativement équilibrées privilégient la proximité : les partenaires ici de partenaires :selon leur taille. En revanche, la proba- de marché et les partenariats nationaux - autres entreprises appartenant au mêmebilité de coopération dans les services ou régionaux. Les entreprises régionales groupe ou au même réseau d’enseigne ; sont en revanche moins ouvertes aux - fournisseurs d’équipements, matériels, com-technologiques augmente avec la taille posants, logiciels ;de l’entreprise : 23 % des entreprises de collaborations avec des partenaires - clients ou consommateurs ;moins de 20 salariés, 42 % de celles de internationaux pour innover. Ce déficit - concurrents ou autres entreprises apparte-20 à 49 salariés et 66 % des entreprises de coopération à l’international est par- nant au même secteur d’activité ;innovantes de 50 à 249 salariés ont ticulièrement marqué dans les services - consultants, laboratoires commerciaux ouétabli un partenariat. technologiques : un quart seulement privés, organismes privés de R&D ; des entreprises qui innovent coopèrent - universités, établissements d’enseignementLes disparités sont néanmoins marquées supérieur ; avec un partenaire international, contreselon les secteurs. Ainsi, dans le secteur - organismes publics de R&D ou instituts privés près d’une sur deux au niveau national etde l’industrie chimique et pharmaceu- à but non lucratif. même trois sur cinq en Provence-Alpes-tique, la proportion des entreprises Les partenaires de marché sont constitués des Côte d’Azur. Dans ces secteurs des ser-ayant coopéré est deux fois plus impor- fournisseurs, des clients ou consommateurs, vices technologiques, les coopérations des concurrents ou autres entreprises dutante que pour les industries du textile, pour innover concernent en majorité des même secteur d’activité, des consultants,de l’habillement et du cuir (61 % contre partenaires d’autres régions françaises, laboratoires et organismes privés de R&D. Les30 %) ; seulement 13 % des entreprises partenaires institutionnels sont les universités ou tandis que l’industrie régionale coopèredu travail du bois, des industries du établissements d’enseignement supérieur, les plus fréquemment avec des partenaires organismes publics de R&D ou instituts privés àpapier et de l’imprimerie ayant innové internes à la région, surtout les unités but non lucratif. Les partenaires internes sont desl’ont fait en coopération avec d’autres de petite taille. À l’instar de la majorité entreprises qui appartiennent au même groupeentreprises ou organismes. Dans les ou réseau d’enseigne. des régions françaises, les deux tiersservices technologiques, le secteur de des entreprises industrielles ligériennesla R&D scientifique arrive largement en ont coopéré majoritairement avec destête avec près de huit entreprises sur partenaires nationaux.dix ayant coopéré pour réaliser leursactivités d’innovation. Moins de trois sur Les deux tiers des entreprises ayantdix sont en revanche dans ce cas dans coopéré estiment que les collaborationsle secteur de l’édition, l’audiovisuel et les plus fructueuses l’ont été avec desla diffusion. Par ailleurs, la coopération partenaires de marché. Par rapport auavec des partenaires institutionnels est niveau national, les partenariats internesbien plus développée dans les entreprises sont jugés moins fructueux dans la ré- 33 insee pays de la loire - l’innovation des entreprises dans les pays de la loire - juin 2011
  • Objectifs et moyens mis en œuvre pour développerl’innovation dans les Pays de la LoireLa recherche et développement, au cœurdes activités d’innovation technologique Nicole GICQUAUD (Insee)Dans les Pays de la Loire, les deux tiers des entreprises ayant innové en produit ou procédé ont réalisé desactivités de recherche et développement (R&D) interne, soit un peu plus qu’au niveau national. La moitié dubudget consacré à l’innovation technologique est ainsi absorbée par la R&D interne. Ces activités de R&Dconstituent le moteur essentiel des entreprises ligériennes de plus de 50 salariés en termes d’innovation,en particulier dans les services technologiques. Les trois quarts des entreprises innovantes des secteurstechnologiques ont également investi dans la formation de leur personnel, tandis que l’acquisition demachines, d’équipements ou de matériel informatique arrive en deuxième position des dépenses pour lesentreprises industrielles innovantes. Un cercle vertueux de l’innovation s’enclenche le plus souvent : lesactivités d’innovation permettent de développer des innovations de produits, dont le retour sur investissementcrée du chiffre d’affaires. Au final, les entreprises innovantes tirent ainsi un tiers de leur chiffre d’affaires desrépercussions de leur effort d’innovation.Q u’elles innovent en produit ou en nalisée : elle représente moins de 10 % françaises (78 %). Les trois quarts ont procédé, les entreprises sont ame- des dépenses d’innovation et reste dans également investi dans la formation de nées à mobiliser un certain nombre le giron de l’entreprise. Les entreprises leur personnel. En revanche, elles ontde ressources afin de réaliser leurs activi- ligériennes font un peu moins souvent généralement moins souvent recours àtés d’innovation. Ces ressources peuvent appel aux savoirs extérieurs (droits et l’acquisition de machines, équipementsêtre de nature très différente : recherche licences, brevets…) qu’en moyenne na- ou logiciels : seulement une sur trois aet développement (R&D), acquisition tionale (15 % contre 18 %). réalisé ce type d’investissement. Avecd’équipements ou de connaissances ou 47 %, la proportion d’entreprises du sec-encore formation de leur personnel. Les R&D interne et formation teur des services technologiques s’étantactivités de R&D interne et l’acquisition dans les services engagées dans des activités de marketingde machines, équipements ou logiciels technologiques liées à la mise sur le marché des bienssont les deux postes d’activité les plus ou services innovants est supérieure à la Considérée comme une activité stra- moyenne des régions (+ 5 points).importants dans les dépenses d’innova- tégique, la R&D constitue le motiftion technologique des entreprises. Les essentiel de dépenses d’innovation dansactivités de R&D peuvent se traduire par R&D interne et acquisition les services technologiques. Quelle que de matériel dans l’industriele dépôt de brevets ou de dessins et de soit l’activité principale des entreprisesmodèles, afin de protéger une innovation innovantes de ces secteurs, la quasi-to- Dans l’industrie régionale, les dépensestechnique ou une création esthétique (cf. talité d’entre elles (96 %) a réalisé de la liées à la R&D en interne constituent éga-encadrés p. 37 et p. 38). R&D interne dans les Pays de la Loire, un lement le poste privilégié par les indus- taux supérieur à la moyenne des régions tries, mais dans une proportion moindreDeux tiers des entreprisesinnovantes réalisent de la La R&D interne au cœur de linnovation dans les industries de pointeR&D en interne Proportion dentreprises industrielles ayant procédé à de la R&D interne (en %)Dans les Pays de la Loire, les deux tiers Industrie chimique et pharmaceutique 100des entreprises innovantes ont réalisédes activités de R&D interne, soit un Fabrication informatique, électronique, optique, 81 et déquipements électriquespeu plus qu’au niveau national (61 %). Àl’instar des autres régions de métropole, Fabrication de machines, équipements et 79 matériels de transportune petite ou moyenne unité innovantesur deux a également fait l’acquisition de Fabrication de produits en caoutchouc et en plastique ainsi que dautres produits minéraux non métalliques 67machines, d’équipements ou de matérielinformatique. Comme au niveau national, Réparation et installation de machines et déquipements 61une entreprise sur deux a eu recours à la Fabrication de textiles, industries de lhabillement,formation de son personnel afin de favo- industrie du cuir et de la chaussure 61riser le développement ou l’introduction Fabrication de denrées alimentaires, de boissons 56d’innovations de produit ou de procédé. et de produits à base de tabacPar ailleurs, près de quatre entreprises Métallurgie et fabrication de produits métalliques à 55 lexception des machines et des équipementsinnovantes sur dix ont réalisé d’autresactivités d’innovation comme la prépara- Travail du bois, industries du papier et imprimerie 39tion de la mise en œuvre des innovations 0 20 40 60 80 100de produit ou procédé (études de faisa- Champ : entreprises monorégionales ou quasi-monorégionales de 10 à 249 salariés dans les Pays de la Loire, ayant innové en produit, procédébilité, tests, amélioration du matériel…). ou avec des activités dinnovation en cours ou abandonnées entre 2006 et 2008.En revanche, la R&D est rarement exter- Source : Insee, enquête communautaire sur linnovation (CIS) 2008. 34 insee pays de la loire - l’innovation des entreprises dans les pays de la loire - juin 2011
  • Titre partieLa plupart des entreprises des services technologiques qui innovent font de la La R&D absorbe la moitiéR&D interne et forment du personnel du budget d’innovationProportion dentreprises innovantes déclarant comme activités dinnovation… (en %) technologique des 100 entreprises Industrie 90 Dans les Pays de la Loire, la R&D est plus Services technologiques 80 développée qu’ailleurs : la moitié du bud- 70 get consacré à l’innovation technologique 60 est absorbée par la R&D interne, contre 50 43 % en moyenne nationale. L’acquisition 40 de machines et équipements représente 30 38 % des dépenses, soit 5 points de 20 moins que la moyenne française. Enfin, 10 la R&D externe et l’acquisition d’autres 0 connaissances externes représentent …la R&D interne …la R&D externe …la formation …lacquisition …lacquisition dautres respectivement 7 % et 4 % des dépenses de personnel déquipements connaissances externes d’innovation.Champ : entreprises monorégionales ou quasi-monorégionales de 10 à 249 salariés dans les Pays de la Loire, ayant innové en produit, procédéou avec des activités dinnovation en cours ou abandonnées entre 2006 et 2008. Dans les secteurs industriels, les entre-Source : Insee, enquête communautaire sur linnovation (CIS) 2008. prises de la région, comme celles de l’ensemble des régions, consacrent des parts budgétaires relativement proches à la R&D interne et à l’achat de machines, que dans les services technologiques. ont un comportement semblable, mais d’équipements ou de matériel informa- Ainsi, dans les Pays de la Loire, 63 % des dans une moindre mesure : les deux tique (respectivement 46 % et 42 %). entreprises industrielles innovantes en tiers ont procédé à de la R&D interne Cependant, des disparités apparaissent produit ou en procédé ont réalisé de la et la moitié a investi dans des machines en fonction de la taille des entreprises. R&D interne. Les entreprises industrielles et équipements. En revanche, dans les En effet, les entreprises industrielles de innovantes privilégient ensuite l’acquisi- entreprises de petite taille (10 à 19 sa- 50 à 249 salariés, consacrent deux tiers tion de machines, d’équipements ou de lariés), la R&D interne et l’acquisition de du montant des dépenses liées à l’inno- matériel informatique pour ces activités machines et équipements se partagent vation à la R&D interne. La R&D interne (53 %). Une entreprise industrielle sur les priorités à parts égales. ne représente en revanche qu’un tiers deux a par ailleurs eu recours à de la La formation du personnel est éga- des dépenses des entreprises de 10 à 19 formation. lement un élément important pour les salariés et à peine plus dans celles de Toutefois, les comportements des en- entreprises. La proportion d’entreprises 20 à 49 salariés. Dans ces entreprises de treprises industrielles diffèrent souvent ayant engagé des dépenses de forma- moins de 50 salariés, les dépenses liées selon l’activité principale. Ainsi, les tion liée spécifiquement aux innovations à l’achat de machines et équipements entreprises de l’industrie chimique et augmente avec la taille : de 46 % des en- sont plus élevées que celles consacrées pharmaceutique ainsi que celles des treprises de moins de 20 salariés jusqu’à à la R&D interne, avec environ la moitié 58 % des plus de 50 salariés. Comme du budget consacré à l’innovation. technologies de pointe (fabrication informatique, électronique, optique et au niveau national, la R&D externalisée Dans le secteur des services techno- d’équipements électriques) consacrent est surtout le fait d’unités de taille assez logiques, quelle que soit la taille de plus des trois quarts de leur budget importante : c’est le cas pour 27 % des l’entreprise, les activités de R&D interne d’innovation à la R&D. En revanche, les entreprises de plus de 50 salariés, soit représentent l’essentiel du budget inno- entreprises du travail du bois, papier et 10 points de plus que pour celles de plus vation (80 % à 92 %), suivant en cela la de l’imprimerie, et, dans une moindre petite taille. tendance nationale. mesure, celles des industries agroali- mentaires, de la métallurgie ou encore du secteur textiles, habillement, cuir, La R&D interne croît avec la taille de lentreprise optent le plus souvent pour l’acquisition Proportion dentreprises ayant procédé à de la R&D interne (en %) de machines et équipements. La part des entreprises innovantes engagées 90 Pays de la Loire dans des activités de marketing liées à la 80 France mise sur le marché des biens ou services 70 80 innovants est conforme à la moyenne 71 nationale dans l’industrie : 30 %. 60 66 66 60 61 50 57 54 Des disparités selon 40 la taille des entreprises 30 20 Comme au niveau national, les activités 10 de R&D constituent le moteur essentiel 0 des entreprises ligériennes de plus de 50 10 à 19 salariés 20 à 49 salariés 50 à 249 salariés Ensemble salariés en termes d’innovation. Huit sur dix ont investi dans de la R&D interne et Champ : entreprises monorégionales ou quasi-monorégionales de 10 à 249 salariés dans les Pays de la Loire, ayant innové en produit, procédé ou avec des activités dinnovation en cours ou abandonnées entre 2006 et 2008. moins d’une sur deux dans l’acquisition Source : Insee, enquête communautaire sur linnovation (CIS) 2008. de machines ou équipements perfection- nés. Les entreprises de 20 à 49 salariés 35 insee pays de la loire - l’innovation des entreprises dans les pays de la loire - juin 2011
  • Objectifs et moyens mis en œuvre pour développerl’innovation dans les Pays de la LoireUn cercle vertueux La R&D interne : l’essentiel du budget d’innovation dans les servicesde l’innovation technologiques Ventilation des dépenses d’innovation des entreprises (en %)Un cercle vertueux de l’innovation s’en-clenche le plus souvent : les activitésd’innovation permettent de développer 89 R&D internedes innovations de produit, dont le retour 46sur investissement crée du chiffre d’af-faires. Parmi les entreprises régionalesinnovantes en produit, les deux tiers Acquisition de 7ont introduit des produits nouveaux. En machines… 42« retour » de cet investissement dansl’innovation, la part du chiffre d’affaires 3dégagé par ces produits nouveaux est R&D externeestimée par l’entreprise à 15 % si le pro- 7 Services technologiquesduit est nouveau sur le marché et à 19 % Industriequand il existait déjà sur le marché. Au 2final, les entreprises innovantes retirent Acquisition de connaissances… 5ainsi un tiers de leur chiffre d’affairesde leur effort d’innovation. Cependant,un peu plus de la moitié de ce chiffre 0 20 40 60 80 100d’affaires engendré par l’innovation de Champ : entreprises monorégionales ou quasi-monorégionales de 10 à 249 salariés dans les Pays de la Loire, ayant innové en produit, procédéproduit est lié à une innovation « de rat- ou avec des activités d’innovation en cours ou abandonnées entre 2006 et 2008. Source : Insee, enquête communautaire sur l’innovation (CIS) 2008.trapage » pour l’entreprise, c’est-à-dire àl’introduction d’un produit qui était déjàproposé par ses concurrents. Les produits nouveaux dynamisent le chiffre d’affaires Part des entreprises ayant introduit des produits nouveaux et part du chiffre d’affaires dégagé (en %)Dans les secteurs industriels, ce sont huitentreprises innovantes sur dix qui ont in- 100troduit des produits nouveaux pour leur Proportion dentreprisesmarché, contre six entreprises innovantes ayant introduit des produitssur dix dans les services technologiques. 80 nouveaux pour leur marchéQue le produit soit nouveau sur le mar- 81ché ou déjà existant, la part du chiffred’affaires dégagé suite à une innovation 60 63 65 Part du chiffre daffairesde produit est plus importante pour les dégagé par les produits nouveaux pour le marchéentreprises de moins de 20 salariés etdans une moindre mesure pour celles de 4020 à 49 salariés (respectivement 22 %et 19 % pour les produits nouveaux déjà 20présents sur le marché). ■ 19 15 15 0 Industrie Services Ensemble technologiques Champ : entreprises monorégionales ou quasi-monorégionales de 10 à 249 salariés dans les Pays de la Loire, ayant innové en produit entre 2006 et 2008. Source : Insee, enquête communautaire sur l’innovation (CIS) 2008. 36 insee pays de la loire - l’innovation des entreprises dans les pays de la loire - juin 2011
  • Titre partie Les Pays de la Loire, 6e région française pour le nombre de brevets Le brevet protège une innovation technique, c’est-à-dire un produit ou un procédé qui apporte une solution technique à un problème technique donné. De nombreuses innovations peuvent faire l’objet d’un dépôt de brevet, à condition de répondre aux critères de brevetabilité et de ne pas être expressément exclues de la protection par la loi. En France, un brevet pourra ainsi être obtenu pour une invention auprès de l’Institut national de la propriété industrielle (INPI), à condition que cette invention soit nouvelle, qu’elle implique une activité inventive et qu’elle soit susceptible d’application industrielle. Si certaines inventions ne sont pas brevetables, elles peuvent néanmoins faire l’objet d’autres types de protection, comme le dépôt de dessins et modèles ou le droit d’auteur. Le développement des entreprises est de plus en plus lié à leur capacité à s’approprier l’innovation technologique ; le brevet constitue l’un des moyens de mesurer cet effort d’innovation. En 2009, les entreprises des Pays de la Loire ont déposé 444 demandes de brevets, soit 3,4 % du total national et 5,7 % du total des régions de province, la région Île-de-France regroupant à elle seule 40 % du total national. La région se situe ainsi à la 5e place des régions de province. Comme dans les autres régions, la crise économique a eu un impact sur les dépôts de brevets des entreprises ligériennes. Leur nombre a ainsi chuté de près de 15 % entre 2006 et 2007, pour remonter en 2008 au niveau de 2006, avant de baisser de nouveau de 6 % en 2009. Cependant, sur l’ensemble de la période 2001 à 2009, le nombre de brevets a augmenté de 22 % dans les Pays de la Loire, soit une progression deux fois plus rapide que la moyenne nationale. La région se situe ainsi au 4e rang pour l’augmentation du nombre de brevets déposés au cours de la décennie écoulée. Nombre Nombre de brevets et part de la région Part de la région en % de brevets 500 4.0 400 3.8 300 3.6 200 3.4 100 3.2 0 3.0 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 Source : Institut national de la propriété industrielle (INPI). Nombre de brevets Part région/France métropole La production technologique ligérienne, telle qu’elle est mesurée par les brevets, est spécialisée dans quelques domaines technologiques ciblés. Les domaines technologiques liés aux machines, à la mécanique et aux transports représentent ainsi près de la moitié des brevets déposés dans la région, contre 39 % pour l’ensemble des régions de métropole. Par ailleurs, le secteur des transports et celui du bâtiment et des travaux publics rassemblent à parts égales un quart des brevets régionaux ; pour ce dernier, c’est une part deux fois supérieure à la norme nationale. En revanche, les domaines de l’instrumentation (optique, techniques de mesure, techniques médicales) et ceux de la chimie et de la pharmacie, moins présents dans la région, ne regroupent que 17 % de l’ensemble des brevets, soit près de deux fois moins qu’au niveau national. Brevets déposés en Pays de la Loire : la moitié dans le domaine machines, mécanique, transports Part Part de Domaine technologique Nombre Pays de France en % Domaine technologique la région la Loire métropole en % Machines, mécanique, transports 212 48 Procédés et appareils thermiques 27 249 11 Surreprésentés dont Transports 54 12 Autres machines spécialisées 41 552 7 Autres 98 22 Machines-outils 18 310 6 dont BTP 57 13 BTP 57 999 6 Techniques d’informatique 4 469 4 Sous-représentés Électronique, électricité 54 12 Matériaux, métallurgie 1 185 1 Instrumentation 41 9 Chimie de base 1 190 1 Chimie 33 8 Chimie organique fine 3 598 1 Total des brevets 444 100 Total des brevets 444 13 114 3,4 Source : Institut national de la propriété industrielle (INPI). Source : Institut national de la propriété industrielle (INPI). 37 insee pays de la loire - l’innovation des entreprises dans les pays de la loire - juin 2011
  • Objectifs et moyens mis en œuvre pour développerl’innovation dans les Pays de la Loire Dessins et modèles Les « dessins et modèles » protègent les créations Évolution du nombre de dépôts et du nombre de dessins et modèles dans les esthétiques et s’appliquent à la forme ou à l’aspect Pays de la Loire extérieur donné à un produit. Le dessin correspond à un graphisme bidimensionnel, alors que le modèle caractérise un objet tridimensionnel. En France, le Dépôts Modèles dépôt de dessins et modèles s’inscrit dans un cadre juridique privilégié, grâce à la théorie dite de « l’unité 216 1000 de l’art ». Ainsi, tout objet industriel caractérisé par une esthétique particulière, quelle que soit 950 son utilisation ou sa valeur artistique, bénéficie - à 212 condition d’être original - d’une protection par droit d’auteur, en plus de la protection par dessin ou 900 modèle. 208 Sur le territoire français, cette protection peut s’obtenir soit par la voie nationale (Institut national 850 de la propriété industrielle), soit par une procédure internationale, soit par la voie communautaire 204 depuis 2003 (Office de l’harmonisation dans le 800 marché intérieur - OHMI). Dans les statistiques, il est possible de compter le nombre de dépôts et le 200 nombre de dessins et modèles, un dépôt pouvant 750 contenir un ou plusieurs dessins ou modèles. La voie nationale est principalement utilisée par les déposants français : elle représente 97 % des 196 700 dessins et modèles déposés en 2009. La mise en 2007 2008 2009 place du système communautaire en 2003 avait Note : un dépôt peut contenir plusieurs dessins et/ou modèles. Nombre de dépôts Nombre de modèles eu un impact sensible sur le nombre de dessins et Source : Institut national de la propriété industrielle (INPI). modèles déposés par la voie nationale. En 2009, dans les Pays de la Loire, 212 dépôts correspondant à 852 dessins et modèles ont été effectués, soit 4,8 % des dépôts français. La région se situe ainsi au 5e rang des régions métropolitaines. Cependant, si le nombre de dépôts augmente très légèrement entre 2008 et 2009 (+ 5 %), le nombre de dessins et modèles accuse une baisse de 13 %. Le nombre de dessins et modèles français a baissé de 3,5 % de 2008 à 2009 et s’élève à 80 533 en 2009. Mais cette baisse dissimule en réalité, malgré la crise économique, une hausse importante des dépôts classiques, c’est-à-dire ceux qui sont publiés et qui permettent une action en contrefaçon plus rapide que par les dépôts simplifiés. Tout dessin ou modèle fait l’objet d’un classement établi d’après la Classification internationale des dessins et modèles, qui distingue 32 classes. Les principales classes pour les dessins et modèles par voie nationale en 2009 ont été les articles d’habillement et mercerie (2 870 modèles), les symboles graphiques (2 362 modèles), l’ameublement (2 096 modèles), les constructions et éléments de construction (1 172 modèles). 38 insee pays de la loire - l’innovation des entreprises dans les pays de la loire - juin 2011
  • Objectifs et moyens mis en œuvre pour développerl’innovation dans les Pays de la LoireUn soutien important des banquesen faveur de l’innovation des entreprises Delphine LEGENDRE (Insee)Les entreprises prennent un risque en innovant. Dans les Pays de la Loire, pour financer leurs projets innovants,les entreprises de plus de 10 salariés utilisent majoritairement leurs ressources internes, surtout en ce quiconcerne les plus grandes d’entre elles : l’autofinancement assure ainsi près des trois quarts du financementde l’innovation. Mais les ressources financières externes, privées comme publiques, restent un appointnécessaire pour les plus petites. Dans la région, les établissements financiers soutiennent particulièrementl’effort d’innovation des entreprises industrielles de moins de 50 salariés : ils financent ainsi 26 % du montantalloué aux projets innovants de ces entreprises, contre 18 % au niveau national. Cette particularité peut êtrereliée à l’existence dans la région d’un environnement bancaire de proximité, notamment d’un réseau densede banques mutualistes ou à implantation régionale. Les aides publiques constituent la troisième source definancement. Outre les aides publiques directes reçues au niveau régional ou national, les entreprises, enparticulier celles des services, bénéficient de dispositifs d’incitation à l’innovation comme le crédit d’impôtrecherche.M ettre en œuvre une innovation Le financement de l’innovation est donc bénéficier d’aides et de soutiens publics tant de produit que de procédé lié à la possibilité ou non de couvrir ces dans leurs efforts de recherche, de pro- comporte de nombreuses incerti- incertitudes ; le risque peut être pris par duction et de diffusion de l’innovation.tudes. Pour une innovation de produit, les l’entreprise elle-même, par son grouperisques portent sur sa réussite commer- ou son réseau. Les entreprises peuvent L’autofinancement utiliséciale. Pour une innovation de procédé, aussi s’endetter auprès de banques seul dans la majorité desl’efficacité de la mise en place de nou- ou d’autres intermédiaires externes projets innovantsveautés dans le processus de production privés (instituts privés à but non lucratif, L’autofinancement est la première sourcen’est pas toujours assurée. Si les projets sociétés d’investissement). De même, de financement de l’innovation, dans lesinnovants n’aboutissent pas, les pertes en émettant des titres sur les marchés Pays de la Loire comme au niveau na-financières peuvent être sévères. L’entre- financiers, l’entreprise peut accroître son tional. Ainsi, près de quatre entreprisesprise prend donc un risque en innovant. capital en vue de financer ses projets régionales sur cinq recourent à l’autofi-De ce fait, trouver des financements, innovants. Le risque peut être aussi cou- nancement pour couvrir tout ou partie denotamment externes, pour des activités vert en partie par les pouvoirs publics. leurs dépenses d’innovation de produit ouinnovantes n’est pas chose aisée. Les entreprises innovantes peuvent enfin de procédé. L’autofinancement couvre les trois quarts des dépenses d’innovation des entreprises de la région. Les efforts d’innovation sont donc majoritairementLautofinancement, principale source de financement de linnovation supportés par les entreprises elles-Proportion dentreprises innovantes ayant recours à chaque type de financement (en %) mêmes. En effet, l’entreprise est plus à 100 même d’évaluer les chances de réussite de son projet innovant et d’assumer les risques liés à l’incertitude. Industrie 80 Services technologiques Disponible en quantité suffisante, l’auto- financement est utilisé seul. En effet, plus d’une entreprise sur deux finance 60 ses innovations uniquement par des ressources internes. De plus, quand les 40 entreprises utilisent plusieurs sources de financement, l’autofinancement est gé- néralement associé à des financements 20 externes privés ou à un recours à des aides publiques. Plus les entreprises sont grandes, plus 0 Financement Financement Financemement Avances elles ont recours à des financements interne externe public externe privé sur commande internes et plus la part de ces apportsChamp : entreprises monorégionales ou quasi-monorégionales de 10 à 249 salariés dans les Pays de la Loire, ayant innové en produit, financiers internes sont importants (cf.procédé ou avec des activités d’innovation en cours ou abandonnées entre 2006 et 2008. encadré p. 40). Si les ressources internesSource : Insee, enquête communautaire sur l’innovation (CIS) 2008. 39 insee pays de la loire - l’innovation des entreprises dans les pays de la loire - juin 2011
  • Objectifs et moyens mis en œuvre pour développerl’innovation dans les Pays de la Loirecouvrent les deux tiers des dépenses Les entreprises des Pays de la Loire bénéficient de financements externes privésd’innovation des entreprises de 10 à 19 plus élevés quailleurssalariés, elles représentent ainsi 90 % Répartition du financement de linnovation (en %)des dépenses des entreprises de 50salariés ou plus. Le risque est en effet 75plus facilement supportable pour une Financement interne 82entreprise de grande taille et sa capacitéd’autofinancement est plus importanteque pour une petite entreprise, qui n’a Financement externe 18pas forcément des moyens spécifiques privé 11pour financer ses innovations.Le recours à certains types de finance- Aides publiques (crédit 5ment dépend de la taille de l’entreprise, dimpôt recherche...) 4 Pays de la Loiremais aussi de l’appartenance ou non de Francecelle-ci à un groupe. En effet, appartenir à Autres (avances sur 2un groupe facilite le recours aux ressour- commandes…) 2ces propres de l’entreprise. Au contraire,les entreprises n’appartenant pas à un 0 10 20 30 40 50 60 70 80 90groupe sont contraintes de se tourner Champ : entreprises monorégionales ou quasi-monorégionales de 10 à 249 salariés dans les Pays de la Loire, ayant innové en produit, procédévers des financements extérieurs : elles ou avec des activités dinnovation en cours ou abandonnées entre 2006 et 2008.sont 31 % dans ce cas, alors que seule- Source : Insee, enquête communautaire sur linnovation (CIS) 2008.ment 16 % des entreprises appartenantà un groupe doivent y recourir. Un dernierfacteur discriminant est le secteur d’acti-vité. En effet, les entreprises des servicestechnologiques sont plus nombreuses En Pays de la Loire, des marchés financiers, des businessà mobiliser des financements internes les banques soutiennent angels et des instituts privés à but nonque les entreprises industrielles : 95 % l’effort d’innovation lucratif. Ainsi, dans l’industrie, 27 % descontre 86 % des entreprises industrielles entreprises innovantes déclarent utiliser S’ils sont plus difficiles à mobiliser, des ressources externes privées, contreen Pays de la Loire. les financements externes constituent 22 % au niveau national. néanmoins un appoint nécessaire pour de nombreuses entreprises qui décident En termes de montant, dans la région, Le financement de l’innovation des les banques financent 18 % du montant grandes entreprises industrielles d’innover. En général, les banques se montrent réticentes à financer des alloué aux projets innovants, contre 11 % des Pays de la Loire (plus de 250 activités innovantes par des crédits : le au niveau national. Cette particularité salariés) bénéfice retiré en cas de succès reste in- peut être reliée à l’existence d’un envi- Dans les Pays de la Loire, le recours au dépendant du rendement réel du projet. ronnement bancaire de proximité, no- financement interne est plus aisé pour les entreprises industrielles de plus de 250 salariés : Entre 2006 et 2008 (avant le début de tamment d’un réseau dense de banques la quasi-totalité y recoure pour financer au moins la crise financière), les entreprises des mutualistes ou à implantation régionale. en partie leurs innovations. En revanche, les Pays de la Loire ont bénéficié davantage Les entreprises industrielles de moins de grandes entreprises ont moins recours à des 50 salariés sont celles qui se tournent le qu’ailleurs de financements externes financements externes privés que celles de plus petite taille : 6 % contre 27 % des entreprises de privés. Ceux-ci englobent les apports plus facilement vers ces financements moins de 250 salariés. financiers des établissements financiers, privés. Par ailleurs, les grandes entreprises sont plus nombreuses à bénéficier d’un soutien financier public : c’est le cas d’un tiers d’entre elles, contre Les entreprises industrielles des Pays de la Loire de moins de 50 salariés une entreprise de moins de 250 salariés sur bénéficient de financements externes privés plus élevés que les autres cinq. En particulier, elles sont plus nombreuses à Part des financements externes selon le secteur et la taille de lentreprise (en %) déclarer recevoir des aides de l’Union européenne. Elles sont aussi plus nombreuses à bénéficier du crédit d’impôt recherche : 29 % contre seulement 30 13 % des entreprises industrielles de moins de 28 250 salariés. 24 Pays de la Loire 25 France En moyenne, pour ces entreprises de grande taille, 90 % du financement des projets innovants 20 provient de ressources internes à l’entreprise 20 et 6 % provient d‘aides publiques. L’apport 16 des établissements financiers privés, qui est 15 particulièrement important pour les entreprises de moins de 250 salariés (17 %), est très limité 10 pour les grandes entreprises industrielles (2 %). 7 7 7 5 5 3 2 2 0 0 10 à 19 salariés 20 à 49 salariés 50 à 249 salariés 10 à 19 salariés 20 à 49 salariés 50 à 249 salariés Industrie Services technologiques Champ : entreprises monorégionales ou quasi-monorégionales de 10 à 249 salariés dans les Pays de la Loire, ayant innové en produit, procédé ou avec des activités dinnovation en cours ou abandonnées entre 2006 et 2008. Source : Insee, enquête communautaire sur linnovation (CIS) 2008. 40 insee pays de la loire - l’innovation des entreprises dans les pays de la loire - juin 2011
  • Des aides publiques Les petites entreprises des services technologiques des Pays de la Loirepour favoriser l’innovation reçoivent davantage daides publiquestechnologique Part des aides publiques dans le financement de linnovation selon le secteur et la taille dentreprise (en %)Les pouvoirs publics encouragent l’in- 16novation technologique par des aides Pays de la Loire 14financières aux entreprises. Les entrepri- Franceses peuvent en outre cumuler plusieurs 12types d’aides, y compris pour la même 10innovation. Ces financements externespublics pour les activités d’innovation 8peuvent prendre différentes formes :prêts, subventions, avances, crédits 6d’impôts… Ils peuvent être d’origines 4multiples : autorités locales ou régiona-les, organismes nationaux comme les 2ministères ou Oséo, Union européenne 0via le Fonds européen de développe- 10 à 19 salariés 20 à 49 salariés 50 à 249 salariés 10 à 19 salariés 20 à 49 salariés 50 à 249 salariésment régional (FEDER), le Fonds social Industrie Services technologiqueseuropéen (FSE) ou le Programme cadrepour la recherche et le développement Champ : entreprises monorégionales ou quasi-monorégionales de 10 à 249 salariés dans les Pays de la Loire, ayant innové en produit, procédé ou avec des activités dinnovation en cours ou abandonnées entre 2006 et 2008.(PCRD). Source : Insee, enquête communautaire sur linnovation (CIS) 2008.Dans les Pays de la Loire, les aides publi-ques directes concernent davantage lesentreprises des services technologiques et développement (R&D). Dans ce cadre, chiffres masquent la volonté concertée(28 % des entreprises innovantes) que les échanges entre partenaires publics et de l’État et du Conseil régional, dans lescelles de l’industrie (22 %). En termes entreprises innovantes sont facilités. Pays de la Loire, de développer les aidesde montant, ce soutien financier direct indirectes. Les soutiens publics locaux Les entreprises de la région déclarentdes pouvoirs publics est cependant bien bénéficier en premier lieu d’aides aux entreprises peuvent ainsi souvent seinférieur aux financements privés : il nationales (15 % des entreprises), puis traduire par une délégation de l’octroireprésente seulement 5 % du montant d’aides locales ou régionales (9 %).total des projets, contre 18 % pour les des aides financières - y compris celles Les aides européennes sont plus rares provenant de l’Union européenne - à desressources provenant de bailleurs de puisque seulement 4 % des entreprisesfonds privés. structures comme Oséo et les chambres déclarent en bénéficier. La proportionLes financements externes publics des entreprises touchant des aides de commerce, ou encore par des actionsassurent contre le risque des projets locales, nationales ou européennes est vers les pôles de compétitivité ou desinnovants, contrairement aux finance- la même dans le secteur des services associations favorisant le développementments externes privés. Les apports de ou dans le secteur industriel. Mais ces d’activités innovantes.ces financements externes publics sontde 5 % dans l’industrie et 8 % dans lesservices technologiques. Ils sont plus Les soutiens financiers publics directs proviennent davantage dorganismes nationauxélevés dans les entreprises de petite Part des entreprises industrielles innovantes ayant déclaré avoir reçu un soutientaille : ils représentent jusqu’à 14 % du financier public direct (en %)financement de l’innovation pour les en-treprises de services de 10 à 19 salariés. 16Ces aides publiques financent rarement Pays de la Loireplus de 50 % de la somme nécessaire à 14 Francela réalisation d’un projet innovant. 12Les partenaires locaux aucentre du dispositif d’aides 10à l’innovation 8Ce sont les entreprises innovantesappartenant à un pôle de compétitivité 6qui sont les plus nombreuses à déclareravoir obtenu des financements externes 4publics : 46 % contre seulement 19 %des autres entreprises innovantes. Les 2pôles de compétitivité visent en effet àcréer des synergies autour de projets in- 0novants et à développer une stratégie de Soutien des organismes Soutien du crédit impôt Soutien des autorités Soutien de lUnionréseau en renforçant les liens entre l’en- nationaux recherche locales ou régionales européennetreprise, l’enseignement supérieur et la Champ : entreprises monorégionales ou quasi-monorégionales de 10 à 249 salariés dans les Pays de la Loire, ayant innové en produit, procédérecherche, en bâtissant des partenariats ou avec des activités dinnovation en cours ou abandonnées entre 2006 et 2008. Source : Insee, enquête communautaire sur linnovation (CIS) 2008.ou des projets collaboratifs de recherche 41 insee pays de la loire - l’innovation des entreprises dans les pays de la loire - juin 2011
  • Objectifs et moyens mis en œuvre pour développerl’innovation dans les Pays de la LoireLes entreprises innovantes par un quart des entreprises des services Concernant les autres dispositifs d’inci-des Pays de la Loire technologiques ayant innové, soit une tation à l’innovation, les montants desrecourent en nombre au proportion deux fois supérieure à celle financements accordés par l’Agencecrédit d’impôt recherche des entreprises industrielles. Les entre- nationale de la recherche ont diminué prises des services technologiques font en Pays de la Loire comme dans le resteLe crédit d’impôt recherche (CIR) est valoir davantage de dépenses en R&D qui de la France. Cette diminution est néan-une mesure d’incitation fiscale visant à entrent dans les critères permettant l’ob- moins plus marquée dans les Pays de lafavoriser les efforts de R&D1. Un peu plus tention du CIR. Le nombre d’entreprises Loire : – 24 % contre – 2 % au niveaude 500 entreprises en ont bénéficié dans bénéficiaires du CIR progresse fortement national. En comparaison, dans le Nord-les Pays de la Loire en 2008. Ceci situe depuis 2005 dans les Pays de la Loire Pas-de-Calais ou en Provence-Alpes-Côteles Pays de la Loire dans le trio de tête comme dans le reste de la France, à la d’Azur, ces aides ont augmenté. Les Paysdes régions de province, derrière Rhône- suite de la modification apportée à cette de la Loire se placent au 12e rang desAlpes et Provence-Alpes-Côte d’Azur. incitation fiscale dans le cadre de la loi régions françaises, loin derrière l’Île-de-Comme au niveau national, il est perçu de finances pour 2004. En 2008, le nom- France, Rhône Alpes et Provence-Alpes- bre de déclarants a augmenté de façon Côte d’Azur. ■1 Le crédit d’impôt recherche est accordé pour les sensible en Loire-Atlantique (+ 40 %) etseules dépenses de recherche et développement, qui dans le Maine-et-Loire (+ 36 %), soit da-ne couvrent qu’une partie des activités d’innovationdes entreprises. vantage qu’au niveau national (+ 24 %). Les dispositifs publics de soutien à l’innovation Les soutiens financiers publics pour les activités d’innovation peuvent prendre différentes formes : prêts, subventions, avances remboursables, garanties de prêts, crédits d’impôts… Les aides peuvent être directes, ou être versées de façon indirecte au moyen d’incitations fiscales. Elles peuvent être d’origines multiples : autorités locales ou régionales, organismes nationaux comme les ministères ou Oséo, Union européenne. Parmi les nombreux soutiens publics existants, on distingue notamment les dispositifs suivants : Crédit d’impôt recherche Le crédit d’impôt recherche est une mesure d’incitation fiscale à la recherche créée en 1983, pérennisée et améliorée par la loi de finances 2004 et à nouveau modifiée par la loi de finances 2008. Elle a pour but de baisser le coût des opérations de R&D des sociétés. Le crédit d’impôt recherche soutient leur effort de R&D afin d’accroître la compétitivité. Depuis le 1er janvier 2008, le crédit d’impôt recherche consiste en un crédit d’impôt de 30 % des dépenses en R&D jusqu’à 100 millions d’euros et 5 % au-delà de ce montant. Les entreprises industrielles, commerciales et agricoles soumises à l’impôt sur les sociétés ou à l’impôt sur le revenu dans la catégorie des bénéfices industriels et commerciaux peuvent en bénéficier. Jeune entreprise innovante Le statut de « Jeune entreprise innovante » (JEI), créé par la loi de finances pour 2004, confère aux PME qui engagent des dépenses en R&D représentant au moins 15 % de leurs charges des exonérations d’impôt sur les bénéfices, d’Imposition forfaitaire annuelle (IFA), d’impôt sur les plus-values de cession de titres pour les associés de la JEI, ainsi qu’un allègement des charges sociales patronales sur les salaires versés aux salariés participant à la recherche. Peuvent accéder à ce statut, les entreprises indépendantes ayant moins de 8 ans d’existence, employant moins de 250 personnes, réalisant un chiffre d’affaires inférieur à 40 millions d’euros ou disposant d’un total de bilan inférieur à 27 millions d’euros. En 2009, dans les Pays de la Loire, 21 entreprises ont bénéficié de ce dispositif. Conventions industrielles de formation par la recherche Les Conventions industrielles de formation par la recherche (CIFRE) ont été créées en 1981 et sont gérées par l’Association nationale de la recherche et de la technologie (ANRT). Elles s’adressent aux jeunes diplômés (Bac+5 ou Master) désireux d’entreprendre un doctorat dans le cadre d’une entreprise française qui les embauche en CDD ou CDI. Un laboratoire d’accueil ou une équipe de recherche assure l’encadrement de la thèse de l’étudiant, en partenariat avec l’équipe industrielle de l’entreprise. Cela permet aussi de renforcer la recherche en entreprise. Ce dispositif présente l’intérêt d’allier l’approche académique et la constitution d’un réseau scientifique au profit de l’entreprise en répondant à ses besoins en R&D, tout en bénéficiant d’une aide financière substantielle (subvention de 14 000 euros par an pendant trois ans). Par ailleurs, les dépenses engendrées par la collaboration avec le laboratoire de recherche académique peuvent être éligibles au crédit d’impôt recherche s’il s’agit bien de R&D, autrement dit, si elles concourent à lever un verrou technologique ; les dépenses sont alors comptées double. Enfin, dans le cadre du crédit d’impôt recherche, pour le recrutement du docteur à l’issue de la thèse CIFRE et sous certaines conditions, le salaire chargé est compté double et l’évaluation des coûts d’environnement est porté à 200 % du salaire chargé pendant les 24 mois qui suivent le recrutement. Concours national d’aide à la création d’entreprises de technologies innovantes Lancé en 1999 par le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, le concours vise à détecter, faire émerger et contribuer au développement de projets de création d’entreprises s’appuyant sur des technologies innovantes. Par convention annuelle, Oséo est mandaté par le ministère de la Recherche pour assurer l’organisation du concours. Après une pré-sélection par des jurys régionaux, les dossiers des candidats sont soumis à un jury national. Les lauréats de ce concours sur dossier reçoivent un soutien financier ainsi qu’un accompagnement dans la création de leur entreprise. Le concours distingue des lauréats porteurs de projets innovants (catégorie « en émergence ») et leur attribue un soutien moyen d’environ 38 000 euros. Il distingue également dans la catégorie « création-développement » des entreprises et leur attribue des soutiens compris entre 300 000 et 450 000 euros. 42 insee pays de la loire - l’innovation des entreprises dans les pays de la loire - juin 2011
  • L’enquête européenne sur l’innovationL ’enquête européenne sur l’innovation production de films, de vidéo ou de mu- réponse. Ainsi, la marge d’incertitude vise à fournir des informations quan- sique, la programmation et la diffusion, est telle qu’un taux d’innovation exprimé titatives sur la place de l’innovation le conseil et l’informatique, les services en % s’entend dans une fourchette dedans les entreprises (nombre d’entrepri- d’information, la recherche-développe- +/– 3 points dans l’industrie et +/– 5ses et part de chiffre d’affaires concernés ment scientifique. points dans l’ensemble des servicespar l’innovation) et sur des aspects parti- Contrairement à d’autres enquêtes, technologiques1. ■culiers du processus d’innovation tels que l’échantillon reposait sur des entrepri-les formes et les dépenses d’innovation, ses et non pas des établissements (cf. 1 Intervalle de confiance à 95 %.les sources d’information et de coopéra- définitions), l’innovation constituant ention ou encore les motivations liées à l’in- effet une démarche stratégique décidée Définitionsnovation. La première enquête conduite pour l’ensemble des unités constituant L’entreprise est la plus petite combinaisonpar le système statistique public remonte une même structure économique. Les d’unités légales de droit français qui constitue uneà 1990 et portait sur l’innovation techno- acteurs locaux souhaitant connaître la unité organisationnelle de production de biens etlogique dans l’industrie. Harmonisée au situation de leur territoire, il convenait de services jouissant d’une certaine autonomieniveau européen, l’enquête collectée en de décision, notamment pour l’affectation de ses alors de limiter l’échantillon aux entrepri- ressources courantes.2009 est la sixième du genre et a porté ses régionales (exclusivement implantéessur près de 25 000 entreprises françaises dans la région) ou quasi monorégionales L’établissement est une unité de productiond’au moins 10 salariés. Elle permet une (80 % des salariés de l’entreprise sont géographiquement individualisée, mais juri- diquement dépendante de l’entreprise. Unanalyse de la situation des entreprises implantés dans la région). établissement produit des biens ou des services :sur la période 2006-2008. L’enquête Sine 2010 sur les créateurs ce peut être une usine, une boulangerie, un magasin de vêtements, un des hôtels d’unePour la France, cette édition est la pre- d’entreprises, pour laquelle une exten- chaîne hôtelière, la « boutique » d’un réparateurmière bénéficiant d’extensions régionales sion régionale d’échantillon a été réalisée de matériel informatique...venant compléter le dispositif national. dans les Pays de la Loire, fournira en Les petites et moyennes entreprises (PME)Les Pays de la Loire font partie des sept 2012 des résultats sur l’innovation des sont des entreprises qui occupent moins de 250régions concernées par ces extensions, entreprises nouvellement créées, qui personnes et qui ont un chiffre d’affaires annuelavec la Corse, la Franche-Comté, la sont en grande majorité des entreprises inférieur à 50 millions d’euros ou un total deHaute-Normandie, l’Île-de-France, le de moins de 10 salariés. Elle complétera bilan n’excédant pas 43 millions d’euros (décret ainsi les résultats fournis par l’enquête d’application n° 2008-1354 de l’article 51 de la Nord-Pas-de-Calais et Provence-Alpes- loi de modernisation de l’économie). Dans cetteCôte d’Azur. Cette extension a été innovation sur les entreprises de 10 étude, seul le critère d’effectif est vérifié pourrendue possible dans la région grâce à salariés ou plus. retenir les entreprises dans le champ des PME.un partenariat financier entre l’État et le Plus de 80 % des entreprises interro- Un groupe est un ensemble d’unités légalesConseil régional. Ce sont environ 1 300 gées ont répondu à l’enquête. Bien que distinctes se trouvant sous le contrôle financierentreprises de 10 à 249 salariés qui ont les résultats construits sur ces bases d’une même entreprise, qualifiée de tête deainsi été interrogées, sur le champ des groupe. Un réseau est un ensemble de points de soient statistiquement robustes, il n’en vente (entreprises ou établissements) et d’unesecteurs de l’industrie d’une part, des demeure pas moins qu’ils sont entachés tête de réseau qui entretiennent des relationsservices technologiques d’autre part. Ce d’une légère imprécision liée à la tech- durables en utilisant une communauté d’intérêt.dernier secteur comprend l’édition, la nique d’échantillonnage et au taux de Nombre d’établissements et de salariés de ces établissements selon la tranche de taille de l’établissement en Pays de la Loire Ensemble des secteurs de Ensemble (*) l’industrie et des services Dont : industrie Dont : services technologiques technologiques Part des Part des Part des Nombre Nombre Nombre Nombre Part des établisse- établisse- établisse- d’établisse- d’établisse- d’établisse- d’établisse- établissements ments ments ments ments ments ments ments (en %) (en %) (en %) (en %) 0 salarié 158 561 62 7 495 42 5 170 37 2 325 61 1 à 9 salariés 76 929 30 6 470 37 5 421 39 1 049 27 10 à 49 salariés 16 999 7 2 637 15 2 300 17 337 9 50 à 249 salariés 3 778 1 904 5 811 6 93 2 250 salariés et plus 485 0 192 1 172 1 20 1 Ensemble 256 752 100 17 698 100 13 874 100 3 824 100 Ensemble des secteurs de Ensemble (*) l’industrie et des services Dont : industrie Dont : services technologiques technologiques Part des Part des Part des Nombre de Nombre de Nombre de Nombre de Part des salariés salariés salariés salariés salariés salariés salariés salariés (en %) (en %) (en %) (en %) 1 à 9 salariés 240 435 19 23 921 8 20 421 8 3 500 12 10 à 49 salariés 346 538 28 57 297 21 50 019 20 7 278 25 50 à 249 salariés 365 449 30 98 170 36 87 599 36 10 571 37 250 salariés et plus 288 752 23 95 433 35 87 899 36 7 534 26 Ensemble 1 241 174 100 274 821 100 245 938 100 28 883 100 (*) Ensemble des activités économiques, hors salariés du ministère en charge de la défense et hors emplois domestiques (emplois dont l’employeur est un ménage). ■ champ sur lequel porte principalement l’exploitation de l’extension régionale de l’enquête innovation. Source : Insee, Clap 2008. 43 insee pays de la loire - l’innovation des entreprises dans les pays de la loire - juin 2011
  • Pour en savoir plus Études à partir de l’enquête européenne sur l’innovation Conseil d’analyse économique, Rapport 77, La documentation française, 2008.Bouvier A., Les sociétés innovantes de 10 salariés ou plus - Quatresur dix entre 2006 et 2008, Insee première, n°1314, octobre Tableau de bord de l’innov@tion - 21e édition, ministère de2010. l’Économie, de l’Industrie et de l’Emploi/DGCIS, juillet 2009.Collobert J. et al., L’innovation en Pays de la Loire : l’industrie ne Indicateurs régionaux de la recherche et de l’innovation, ministèremanque pas d’atouts, Insee Pays de la Loire, Études, n°89, octobre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Document de2010. travail, janvier 2009.Gicquaud N., L’innovation « verte » concerne deux entreprises Godet M., Durance P et Mousli M., Créativité et innovation dans .industrielles sur trois en Pays de la Loire, Insee Pays de la Loire, les territoires, Conseil d’analyse économique, rapport n°4/2010,Informations statistiques, n°378, octobre 2010. mai 2010.Gallard E., La Corse surtout tournée vers l’innovation non Wemelbeke G., Pôles de compétitivité : la moitié des projetstechnologique, Insee Corse, Quant’île, n°13, octobre 2010. de R&D aboutis ont débouché sur un produit ou un procédé deBruley F L’innovation bénéficie principalement à l’environnement, ., fabrication nouveau, Direction générale de la compétitivité, deInsee Franche-Comté, L’essentiel, n°124, octobre 2010. l’industrie et des services, Le 4 pages, n°10, janvier 2011.Blazevic B. et Follin J., L’innovation dans les PMI haut-normandes Dhont-Peltrault E., Gazaniol A. et Peltrault F Innovation et .,- Une dynamique d’innovation relativement faible dans les petites internationalisation des entreprises françaises - S’implanter àstructures industrielles, Insee Haute-Normandie, Cahier d’Aval, l’étranger : un atout pour réaliser sa première innovation, Centren°89, novembre 2010. d’analyse stratégique, La note d’analyse, n°197, octobre 2010.Claudel A. et al., La machine à innover des PME franciliennes : un Dhont-Peltrault E. et Lallement R., Entreprises et innovation - Lesrendement perfectible au regard du potentiel élevé, Insee Île-de- aides publiques à la R&D : mieux les évaluer et les coordonnerFrance, À la page, n°345, octobre 2010. pour améliorer leur efficacité, Centre d’analyse stratégique, LaCrocquey E. et Vaillant É., Innovation en Nord-Pas-de-Calais : un note d’analyse, n°208, janvier 2011.potentiel à optimiser, Insee Nord-Pas-de-Calais, Pages de Profils,n°79, octobre 2010. Dhont-Peltrault E., Les entreprises de taille intermédiaire : un potentiel d’innovation à développer ?, Centre d’analyse stratégique,Barret C. et Novella S., Les PME de Provence-Alpes-Côte d’Azuren déficit d’innovation, Insee Provence-Alpes-Côte d’Azur, Sud Insee La note de veille, n°131, avril 2009.l’essentiel, n°145, novembre 2010. Autant-Bernard C., Massard N. et Charlot S., « Les déterminantsLhomme Y., L’innovation technologique dans l’industrie - Quatre géographiques de l’innovation : diffusion spatiale desentreprises industrielles sur dix ont innové entre 1998 et 2000, connaissances et choix de localisation » in Madiès T. et PragerSessi, Le 4 pages des statistiques industrielles, nº168, décembre J.-C., Innovation et compétitivité des régions, Conseil d’analyse2002. économique, Rapport 77, La documentation française, 2008. Galliano D. et Magrini M.-B., Organisation spatiale de la firme et Publications régionales sur l’économie, l’innovation et la performance à l’innovation : le cas de l’industrie française, INRA, recherche et développement présentation au séminaire EuroLIO « Les indicateurs d’innovation localisés », juin 2010.Ricordel M. et Cahier M.-C., Plus de 30 000 salariés pointent dansl’innovation en Pays de la Loire, Insee Pays de la Loire, Informations Carayon B., Intelligence économique, compétitivité et cohésionstatistiques, n°367, juillet 2010. sociale, rapport au Premier ministre, La documentation française,Collobert J. et Longeaud-Desbrosses F 30 000 emplois de ., juillet 2003.conception et de recherche en Pays de la Loire, Insee Pays de la Exertier O. et al., Étude sur les bonnes pratiques de dix pôles deLoire, Études, n°85, janvier 2010. compétitivité étrangers, réalisée pour la Direction générale de laClémot A. et al., L’appareil productif des Pays de la Loire face Compétitivité, de l’Industrie et des Services (DGCIS) par la sociétéà son avenir, Insee Pays de la Loire, Dossier, Hors série, avril 2010. Algoé, mai 2009.Chevalier P et al., Forces et faiblesses caractérisant l’économie .des Pays de la Loire, Insee Pays de la Loire, Dossier, n°32, janvier  Publications internationales sur l’innovation2009. Manuel d’Oslo, 3e édition, OCDE, 2005.Grelet J.-L., Forte croissance des pôles de compétitivité en Paysde la Loire, Insee Pays de la Loire, Informations statistiques, n°374, Harfi M. et Mathieu C., Investissement en R&D des entreprises etseptembre 2010. cycles économiques dans les pays de l’OCDE, Centre d’analyseGrelet J.-L., Les entreprises font peu de recherche et développement stratégique, La note de veille, n°153, octobre 2009.dans les Pays de la Loire, Insee Pays de la Loire, Informations Clairet G., De la mesure de l’innovation dans les régions dustatistiques, n°382, novembre 2010. Québec, ministère du Développement économique, de l’InnovationSchéma régional de la recherche 2007-2013, Région Pays de la et de l’Exportation, présentation au séminaire EuroLIO « LesLoire, 2007. indicateurs d’innovation localisés », juin 2010.Schéma régional de développement économique - Actions 2009, European innovation scoreboard 2009, comparative analysis ofRégion Pays de la Loire, 2009. innovation performance, Maastricht Economic and social ResearchL’innovation et la recherche, ORES Pays de la Loire, La lettre, n°2, and training centre on Innovation and Technology (UNU-MERIT),mai 2010. PRO INNO Europe, Paper n°15, 2010.L’innovation en région Pays de la Loire, EuroLIO, Fiches régions, Félix B., Patents and R&D personnel, Eurostat, Statistics in focus,septembre 2009. n°107/2008, novembre 2008. Hollanders H., Tarantola S. et Loschky A., Regional Innovation Publications nationales sur l’innovation Scoreboard 2009, Mission Européenne, PRO INNO Europe InnoPrager J.-C., Méthode de diagnostic du système d’innovation dans Metrics, décembre 2009.les régions françaises, ministère de l’Économie, de l’Industrie et Mairesse J. et Mohnen P Using innovation surveys for econometric .,de l’Emploi, Direction générale des entreprises, 2008. analysis, Centre interuniversitaire de recherche en analyse desMadiès T. et Prager J.-C., Innovation et compétitivité des régions, organisations (CIRANO), Montréal, 2010. 44 insee pays de la loire - l’innovation des entreprises dans les pays de la loire - juin 2011
  • Réalisation et impression GRAND LARGE IMPRIMERIE Tél. 02 40 06 10 00 - Imprimé sur papier recyclé www.insee.fr/pays-de-la-loire Cette étude a été rendue possible grâce à un partenariat financier entre l’État et le Conseil régional. Les organismes suivants ont collaboré à la réalisation de cette étude : - la Région des Pays de la Loire ; - la Préfecture de région des Pays de la Loire - Secrétariat général aux affaires régionales (Sgar) ; - la Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi (Direccte) ; - la Délégation régionale à la recherche et à la technologie (DRRT).Conseil Régional des Pays de la Loire INSEE Pays de la Loire PRÉFETHôtel de la Région DE LA RÉGION 105, rue des Français Libres1, rue de la Loire PAYS DE LA LOIRE BP 6740144066 Nantes cedex 2 44274 Nantes cedex 2 DIRECTION RÉGIONALE DES ENTREPRISES, DE LA CONCURRENCE, DE LA CONSOMMATION,