• Like

Rapport étude ZDNet Mobilité et Entreprise

  • 921 views
Uploaded on

Le développement de la mobilité en entreprise favorise l’émergence de projets IT pour le mobile, pilotés principalement par la direction générale et la DSI. Applications natives ou client Web, outils …

Le développement de la mobilité en entreprise favorise l’émergence de projets IT pour le mobile, pilotés principalement par la direction générale et la DSI. Applications natives ou client Web, outils métiers ou transverses, utilisateurs ciblés, télédistribution ou AppStore privé…
Comment les entreprises françaises d’aujourd’hui appréhendent les applications mobiles ?
=> 1 408 professionnels (dont 35% travaillent dans le secteur IT) ont répondus au questionnaire. 330 déclarent que leur entreprises ont un projet de déploiement d’application mobile pour 2012

More in: Technology
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Be the first to comment
    Be the first to like this
No Downloads

Views

Total Views
921
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
1

Actions

Shares
Downloads
17
Comments
0
Likes
0

Embeds 0

No embeds

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
    No notes for slide

Transcript

  • 1. Etude Mobilité et entreprise (France) Quels projets de déploiementdapplications mobiles en entreprise ?Le développement de la mobilité en entreprise favorise l’émergence de projets IT pour le mobile, pilotésprincipalement par la direction générale et la DSI. Applications natives ou client Web, outils métiers outransverses, utilisateurs ciblés, télédistribution ou App Store privé…Comment les entreprises françaises d’aujourd’hui appréhendent les applications mobiles ?=> 1 408 professionnels (dont 35% travaillent dans le secteur IT) ont répondus au questionnaire. 330 déclarent que leur entreprises ont un projet de déploiement d’application mobile pour 2012 Les DSI déploient des applications mobiles pour les métiers
  • 2. Les entreprises françaises déploient des applications pour smartphone et tabletteL’ouverture du système d’information des entreprises aux terminaux mobiles n’est pas en soi une nouveauté pourles DSI. Toutefois, au-delà de cette ouverture, les responsables de systèmes d’information planchent également surl’évolution de leur parc applicatif pour intégrer les usages mobiles.Sur les 1.406 répondants de l’étude conduite par ZDNet.fr, 23% témoignent ainsi de déploiements d’applicationsmobiles en 2012 (à la fois Web et natives). La finalité : fournir ainsi des outils compatibles avec les smartphones(76%), principalement mis à disposition par les entreprises (44%), mais aussi les tablettes (69%). A noter que leBYOD est une réalité pour au moins 18% des répondants.
  • 3. Des applications Web pour 61% des projetsLes projets sur le mobile peuvent consister à rendre accessibles sur les terminaux nomades des applicationsexistantes du système d’information.Pour s’affranchir, en partie, des questions de compatibilité, les DSI peuvent donc mettre l’accent sur les applicationsWeb ou en mode SaaS. 61% des projets portent ainsi sur des applications Web, accessibles donc depuis unnavigateur.A ces clients Web s’ajoute le développement de clients lourds pour les appareils mobiles, c’est-à-dire desapplications natives (55%). La complexité ici étant pour l’entreprise de gérer les changements de version des plates-formes mobiles du marché et l’hétérogénéité éventuelle de leur parc.
  • 4. La direction générale premier pilote des projets mobilesSi la direction générale, avec 50%, est présentée comme l’instigatrice en entreprise des projets d’applicationsmobiles, celle-ci travaille néanmoins de concert avec le service informatique, donneur d’ordre dans 47% des cas(question à choix multiples).Les déploiements concernant pour une part importante des applicatifs métiers, les directions métiers jouent doncnaturellement aussi un rôle dans ces projets (35%).
  • 5. Des applications majoritairement pour des populations cibléesSi 39% des projets de déploiement d’applications mobiles visent à équiper l’ensemble des collaborateurs del’entreprise, ces projets concernent néanmoins en majorité des populations ciblées d’utilisateurs, et en premier lieuceux des fonctions commerciales. Un résultat qui n’est pas surprenant puisque ce sont les utilisateurs chez qui letaux d’équipement en terminaux mobiles (fournis par l’entreprise) est le plus élevé.De même, les managers (28%) et membres de la direction générale (27%) sont les deux autres catégories les plusconcernées par ces applications mobiles. A ces utilisateurs s’ajoutent des salariés de l’entreprise dont la fonction lesplace quotidiennement en situation de mobilité (techniciens en intervention, consultants…).
  • 6. Des applications d’abord au service des métiersLe résultat est très net : les applications se destinent très majoritairement aux métiers(75%), c’est-à-dire destinéesà permettre aux fonctions de l’entreprise (marketing, commerciale, finance…) de remplir leurs missions.Les applications orientées organisation, c’est-à-dire transverses, sont elles moins critiques, bien que concernantnéanmoins 35% des répondants.
  • 7. Les outils commerciaux en prioritéCréateurs de valeur (et surtout de revenus) dans l’entreprise, ce sont les fonctions commerciales et marketing quisont clairement privilégiées en termes d’outillage applicatif. Les applications métiers déployées auprès desutilisateurs sont donc des solutions de types CRM(40%) et de vente (38%).Les métiers de la logistique, une fonction cruciale pour nombre d’entreprises, vont eux aussi bénéficierd’applications mobiles (35%). Le décisionnel est lui aussi amené à trouver sa place dans le parc applicatif mobile desentreprises. Cela s’explique par la part importante des projets destinés aux managers et à la direction générale,mais aussi aux fonctions commerciales, consommatrices de données pour leur pilotage.
  • 8. La messagerie enrichie, une application incontournable39% des projets de déploiement d’application mobile concernent l’ensemble des collaborateurs de l’entreprise. Etparmi ces projets, la messagerie électronique, et ses fonctions périphériques, s’impose comme incontournable.Ainsi, parmi les déploiements d’outils organisationnels, 80% portent sur la messagerie et les fonctionnalités qui luisont rattachées comme le calendrier et le gestionnaire de contacts. A ces applications transverses s’ajoutent deslogiciels accessibles sur mobile de gestion des congés, des notes de frais, mais également des déplacements (rangésdans la catégorie autre application).
  • 9. Android et iOS : les OS de prédilectionEn termes de plates-formes retenues par les entreprises pour leurs projets d’applicatifs sur mobile, c’est (presque)sans surprise Android et iOS qui s’imposent. Avec une lueur d’espoir pour Microsoft, qui malgré la part de marchétrès faible de Windows Phone, est cité par 25% des répondants.Si les terminaux Apple ont trouvé leur place dans l’entreprise, poussés généralement par les membres de ladirection et les cadres, ce n’est néanmoins pas iOS qui s’affiche comme le premier OS cible des projets, à 54%,contre 62% pour Android. En cause, le modèle verrouillé de l’éditeur ?
  • 10. Sécurité et hétérogénéité : des contraintes fortesLa télédistribution, comme pour le déploiement classique d’applications sur le poste de travail, reste très nettementle mode retenu pour les applications mobiles natives. A noter néanmoins que 35% des répondants déclarentenvisager la mise en place de boutiques d’applications privées de type App Store.Pour 24% d’entre eux, l’accès aux applications (pas nécessairement développées en interne) se fera par le biais d’unApp Store public. Un mode de distribution qui impose de composer avec les règles de ces boutiques. D’autresmodes comme l’extranet sont cités parmi les autres réponses.