• Like

Rapport étude ZDNet France cloud priorities (France)

  • 931 views
Uploaded on

Quelle est la place du cloud Computing dans l’entreprise aujourd’hui? …

Quelle est la place du cloud Computing dans l’entreprise aujourd’hui?

Le Cloud Computing a fait son entrée dans le monde de l’informatique il y a près de 2 ans, comment les entreprises françaises d’aujourd’hui le perçoivent-elles et comment l’utilisent-elles?
=> 331 professionnels (dont 45% travaillent dans le secteur IT) ont répondus au questionnaire de ZDNet France

More in: Technology
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Be the first to comment
    Be the first to like this
No Downloads

Views

Total Views
931
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
1

Actions

Shares
Downloads
3
Comments
0
Likes
0

Embeds 0

No embeds

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
    No notes for slide

Transcript

  • 1. Etude Cloud Priorities (France)Quelle est la place du cloud Computing dans l’entreprise aujourd’hui ?Le Cloud Computing a fait son entrée dans le monde de l’informatique il y a près de 2 ans, comment lesentreprises françaises d’aujourd’hui le perçoivent-elles et comment l’utilisent-elles ?=> 331 professionnels (dont 45% travaillent dans le secteur IT) ont répondus au questionnaireUne adoption réelle mais prudente Nous avons constaté, en analysant l’étude, un essor témoignant de l’utilité du Cloud Computing pourdifférentes tâches essentielles pour les entreprises, ralenti tout de même par des craintes concernant lasécurité.
  • 2. Les entreprises françaises ne sont pas encore converties au CloudSi près de 52% d’entre elles l’utilisent déjà, le Cloud représente moins d’unquart de leur infrastructure informatique pour la moitié d’entre elles.Seuls 7% des répondants indiquent que leur société à totalement basculéevers le CloudUn recours au Cloud axé sur les services d’hébergement et stockageLe Cloud computing en entreprise est d’abord la concrétisation des logiciels hébergés, c’est-à-dire des technologies disponibles depuis desannées.Ainsi pratiquement 60% des décideurs interrogés témoignent du recours au SaaS par leur entreprise.C’est le double de la part de répondants (33,3%) apportant des réalisations dans les domaines de l’IaaS et du PaaS.Mais à ces projets d’infrastructure à la demande correspondent surtout des services d’hébergement (83,1%) et de stockage (79,7%) – et dansune moindre mesure du calcul (61%).
  • 3. Disponibles depuis longtemps et mis en place depuis plus d’un an dans denombreuses entreprisesGlobalement, les déploiements dans le domaine du Cloud Computing ont étéentamés pour 61,5% des entreprises depuis désormais plus de 12 mois – riend’étonnant à cela, si les mises en œuvres concernent des logiciels en modehébergés.Pour 12,8% d’entre elles, l’amorce de ces projets est plus récente (6 derniersmois)La messagerie, voie d’accès au SaaSPour nombre d’entreprises, la première brique logicielle à être externalisée est lamessagerie.Une étude du cabinet PAC soulignait déjà cette tendance en 2010. Tendance quise confirme, puisque en matière de SaaS, 67% des entreprises déclarent avoir misen place une messagerie externalisée.Cela place la messagerie en tête des projets dans le SaaS.Le CRM, popularisé par Salesforce.com est depuis plusieurs années déjà unmarché de prédilection pour le SaaS, Il n’arrive cependant qu’en 2eme position etreprésente 46.2% des applications utilisées en mode SaasLe 3eme domaine applicatif où le SaaS se développe étant les outils bureautiques(45,3%), ceci pouvant expliquer les efforts déployés en 2011 par des fournisseurscomme Microsoft et Google
  • 4. Le Cloud, d’abord un partenariat DSI/direction« Il y a tellement de buzz autour du Cloud en ce moment que c’est important, en interne, vis-à-vis de la direction générale, de montrer quel’infrastructure ne reste pas les bras croisés » témoignait le responsable infrastructure de PSA, Philippe Homond.Signe que le Cloud n’est pas que de la technique, ou vise en tout cas d’abord à répondre à enjeux métiers, direction informatique et directiongénérale travaillent de concert au déploiement des solutions Cloud dans 51,1% des entreprises sondées.Très peu d’entre elles font état de l’absence de support de la direction à leurs déploiements. Ainsi, dans 40,6% des cas, ce soutien est qualifiéde total et unanime. Pour autant, les dirigeants d’entreprise ne signeraient pas les yeux fermés, avec un soutien (47,1%) conditionné à uneétape de consultation et d’identification des avantages.
  • 5. L’informatique, premier consommateur du CloudDans la majorité des cas, DSI et DG (ne serait-ce que pour la question essentielle de l’allocation des budgets) ont donc collaboré au lancementdu Cloud. Mais visiblement, en termes d’intérêt vis-à-vis de ces technologies, ce serait le département informatique qui mènerait la danse.Parmi les répondants, 70,1% affirment que cette fonction de l’entreprise a demandé à migrer vers le Cloud, nettement devant donc les autresgrandes fonctions que sont l’administration, les ressources humaines, la finance (31,6%), les ventes (30,5%) et le marketing (25,9%).Interrogés sur l’impact du Cloud sur la charge de travail de la DSI, 30,5% des répondants estiment que le Cloud aura pour effet de la réduire(dans des proportions variables toutefois). Mais ils sont dans le même temps, un peu plus de 32% à considérer que cette charge de travail seraaccrue (nettement accrue 16,6% et légèrement pour 16% d’entre eux).
  • 6. Une quête de réactivité et de maîtrise des dépenses IT« Lavantage que cela a, cest que nous sommes capables dêtre assez réactifs ». C’est ainsi que le DSI d’Afflelou, Ludovic Tassy, résumaitl’apport du Cloud. Et cette valeur ajoutée perçue en termes de réactivité se retrouve dans l’étude.56,3% des répondants voient ainsi dans le Cloud le moyen d’implémenter de nouvelles applications plus rapidement. Pour 54% d’entre eux, leprincipal avantage est la possibilité d’ajouter de la capacité (ressources informatiques) à la demande.Autre atout majeur attendu de l’adoption du Cloud : son impact sur les coûts, avec des dépenses d’exploitation (plutôt que des dépensesd’investissements) et un effet de réduction de ces coûts. Toutefois, selon les DSI interrogés par ZDNet.fr, l’effet de réduction des coûts n’estpas acquis…
  • 7. Mais des craintes explicablesLa sécurité des données, barrière insurmontable ? Plusieurs études successivesl’ont souligné : les préoccupations autour des questions de sécurité et deconfidentialité des données restent le principal frein à l’adoption du CloudComputing par les entreprises. La Cnil s’est d’ailleurs récemment emparé dusujet en France.Sondés par ZDNet.fr, les décideurs IT confirment la position centrale occupéepar cette question avec 66,1% exprimant la crainte de leur entreprise vis-à-visde la sécurité des données. La fiabilité des offres Cloud suscitent aussi desinterrogations pour 37,9% des répondants.Les entreprises pas emballées par leurs fournisseurs de services CloudSi les fournisseurs veulent convaincre les entreprises d’opter pour des offresCloud, elles vont devoir au préalable soigner leurs prestations. Interrogés surleur perception à l’égard de leur prestataire, une part réduite des sondés sedéclarent satisfaits ou très satisfaits, aussi bien sur la fiabilité, le prix, la priseen compte des besoins que le support.Toutefois, sur ces points, ce n’est pas tant l’insatisfaction que l’indifférenceet/ou la neutralité qui s’impose. Sur le critère du support, 51,4% ont un avisqualifié de neutre concernant leur prestataire.Cette part est de 40,8% sur le rapport qualité/prix et de 42% sur la sécurité.Bref, des clients ni satisfaits ni vraiment mécontents ?Ainsi, les entreprise françaises représentées dans notre étude sont, pour laplupart, déjà enthousiastes sur la capacité du Cloud Computing à les aider à sedévelopper sur beaucoup de points, mais émettent des réserves quant à laqualité du service des fournisseurs de Cloud Computing, et surtout, quant à lasécurisation des données confiées au Cloud. Mais dans l’ensemble, le Cloudsemble avoir un bel avenir dans les entreprises.
  • 8. Des projets importants pour les 12 prochains moisSi les freins et craintes à l’utilisation des technologies Cloud sont bien réels, lesentreprises placeraient néanmoins le Cloud parmi leurs priorités pour les 12prochains mois avec un niveau de priorité haute pour 40,2% des répondants.Des ambitions toutefois conditionnées à la situation économique qui devraitaffecter directement l’enveloppe budgétaire allouée à l’IT (mais peut-être aussiprofiter à tirer le marché du SaaS).Quant aux solutions Cloud visées par les entreprises (déploiements durant les12 mois à venir), ce sont les logiciels hébergés qui s’imposent pour 71,4% desrépondants. 33% des entreprises déclarent par ailleurs envisager dedévelopper leur propre Cloud privé (46,9% répondent non).