Your SlideShare is downloading. ×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×

Introducing the official SlideShare app

Stunning, full-screen experience for iPhone and Android

Text the download link to your phone

Standard text messaging rates apply

PME, démarrez votre projet de virtualisation

1,236
views

Published on

Ce cahier des charges générique vous guidera dans la formulation de votre demande. Vous pourrez ainsi vous décider sur une solution matérielle et logicielle parfaitement adaptée à votre besoin.

Ce cahier des charges générique vous guidera dans la formulation de votre demande. Vous pourrez ainsi vous décider sur une solution matérielle et logicielle parfaitement adaptée à votre besoin.

Published in: Technology

0 Comments
1 Like
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

No Downloads
Views
Total Views
1,236
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
1
Actions
Shares
0
Downloads
92
Comments
0
Likes
1
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide

Transcript

  • 1. Cahier des charges générique pour un projet de virtualisation de serveurs Réalisé pour Microsoft France par
  • 2. Table des matièresLes apports de la virtualisation de serveurs ............................................................................................ 4 Réduction des coûts ........................................................................................................................ 4 Flexibilité ......................................................................................................................................... 4 Disponibilité..................................................................................................................................... 5Comment utiliser ce cahier des charges générique ? ............................................................................. 5Les scénarios............................................................................................................................................ 6 Scénario 1 - Architecture minimale pour les petites organisations .................................................... 6 Scénario 2 – Architecture classique pour les organisations de taille moyenne .................................. 7 Scénario 3 – Architecture avancée pour les organisations de grande taille ....................................... 8L’offre System Center pour la virtualisation ........................................................................................... 9 Une seule console pour gérer des virtualisations hétérogènes ...................................................... 9 Déplacement à chaud sans interruption de service ...................................................................... 10 Placement intelligent .................................................................................................................... 10 Déploiement rapide de systèmes virtuels ..................................................................................... 10 Supervision de bout en bout ......................................................................................................... 10 Gestion des configurations et des mises à jour............................................................................. 10 Gestion des incidents et des problèmes ....................................................................................... 11 Conformité des serveurs ............................................................................................................... 11 Protection et restauration des données ....................................................................................... 11 Automatisation et dynamisme du Datacenter .............................................................................. 11Pour les PME/PMI : System Center Essentials Plus 2010 ...................................................................... 12Les modes de licences System Center pour l’administration des environnements virtualisés (etphysiques) ............................................................................................................................................. 13 Les suites de licences serveur System Center ............................................................................... 13 System Center Essentials Plus 2010 .............................................................................................. 13Hyper-V, l’hyperviseur selon Microsoft................................................................................................. 13 Hyper-V, principales caractéristiques................................................................................................ 14 Performances et montée en charge .............................................................................................. 14 Flexibilité et disponibilité .............................................................................................................. 15 Sécurité .......................................................................................................................................... 16 Administration ............................................................................................................................... 16 2
  • 3. Ouverture et interopérabilité ........................................................................................................ 16 Mode de licences pour la virtualisation avec Windows Server 2008 R2 et Hyper-V ........................ 18CAHIER DES CHARGES ........................................................................................................................... 20 Objet de la consultation .................................................................................................................... 20 Contexte ............................................................................................................................................ 20 Description du besoin et de la prestation attendue ......................................................................... 20 (Optionnel) Informations légales ...................................................................................................... 21 Echéancier ......................................................................................................................................... 21 Jugement des offres .......................................................................................................................... 21 Contacts ............................................................................................................................................. 21MODE D’EMPLOI ................................................................................................................................... 22 Description de votre attente ............................................................................................................. 23 Description de l’activité de votre organisation ................................................................................. 23 Les serveurs devant être virtualisés .................................................................................................. 24 Les objectifs du projet ................................................................................................................... 25 Description des critères techniques attendus ............................................................................... 25 Description des attentes en termes de licences, support et accompagnement ........................... 27 Echéancier ......................................................................................................................................... 29 Jugement des offres .......................................................................................................................... 29 3
  • 4. Les apports de la virtualisation de serveursActuellement, les services informatiques subissent une pression croissante afin de prendre en chargeavec réactivité et gérer efficacement des ressources informatiques en expansion tout en réduisantles coûts. La virtualisation de serveur permet d’apporter des solutions nouvelles pour réduire lescoûts, améliorer la flexibilité et la disponibilité des ressources informatiques.Réduction des coûtsEn transformant des serveurs physiques sous-utilisés (10 à 15% de taux d’utilisation CPU1 enmoyenne) en ordinateurs virtuels exécutés sur un serveur physique unique, les entreprises peuventréduire le nombre de serveurs nécessaires à leuractivité et ainsi limiter les investissements induits La virtualisation de serveur permet :par de nouvelles demandes des directionsfonctionnelles.  Une réduction et une meilleure exploitation des serveurs physiques.Mais cette diminution du nombre de serveurs  Une réduction des coûts opérationnels(consolidation) permet aussi très directement de (matériel, énergie, espace).réduire les coûts de fonctionnement du centre  Une amélioration de la disponibilité des serveurs.de données en matière despace au sol et  Une plus grande souplesse pour gérerdénergie électrique consommée (un serveur l’évolution des besoins informatiques.sous-utilisé ne consomme pas beaucoup moinsd’électricité qu’un serveur utilisé de façonoptimale soit environ 80% de l’activité CPU). Sachant que la consommation électrique représente enmoyenne 10% du budget des directions informatiques, ce point est à considérer attentivement.FlexibilitéLe déploiement de serveurs sous forme de machines virtuelles permet de réduire considérablementles charges d’administration liées à :  L’installation de nouveaux serveurs : puisqu’il est possible de créer de nouvelles machines virtuelles à partir de modèles prédéfinis ou de convertir des serveurs physiques en machines virtuelles. Avec les possibilités d’allocation automatisée des ressources (provisioning) offertes par des solutions d’administration telles que System Center Virtual Machine Manager, les utilisateurs peuvent par exemple via un portail d’entreprise créer eux-mêmes des serveurs virtuels pour des besoins de développement et tests par exemple. Et ce de façon contrôlée et sécurisée.  L’évolution des besoins de traitement : il est possible de répartir de façon automatique les machines virtuelles sur les serveurs physiques disponibles en fonction des charges respectives, mais aussi d’allouer dynamiquement aux machines virtuelles des ressources physiques (processeur, mémoire et disque) en fonction de l’évolution des besoins.  La sécurité : il est possible de limiter les communications des serveurs virtuels entre eux ou avec le réseau de l’entreprise, et donc d’apporter une forme d’isolation particulièrement1 Le processeur, ou CPU (de langlais Central Processing Unit, « Unité centrale de traitement ») 4
  • 5. intéressante du point de vue de la sécurité, particulièrement pour des serveurs « anciens » dont le système d’exploitation n’est plus supporté (comme Windows NT 4.0).Le service informatique sera donc en mesure de répondre plus rapidement et à moindre coût auxdemandes éventuelles des directions fonctionnelles.DisponibilitéCette souplesse, apportée par la virtualisation de serveur et la mutualisation des investissements entermes d’infrastructure physique, a une autre conséquence très intéressante : la réduction des coûtsliés à la haute disponibilité des services applicatifs.En effet, un choix initial d’investissement dans une infrastructure de serveurs, stockage etcommunications réseau redondante pourra bénéficier en termes de disponibilité à l’ensemble desserveurs virtuels qui seront mis en œuvre.Il est de plus beaucoup plus simple de :  Déplacer des serveurs virtuels en exploitation d’une machine à une autre pour des opérations de maintenance de serveurs physiques.  Sauvegarder l’état de machines virtuelles afin de pouvoir restaurer rapidement l’environnement serveur en cas de panne.  Isoler les serveurs virtuels afin de limiter les conséquences liées à une instabilité ou un crash.Cette mutualisation de l’investissement et la souplesse apportée par la virtualisation de serveurpermettent donc d’améliorer la disponibilité globale des serveurs de l’entreprise et de diminuer lescoûts liés à la mise en œuvre de PRA (plan de reprise d’activité) pour certains serveurs ou servicesapplicatifs particulièrement critiques.Comment utiliser ce cahier des charges générique ?Afin de vous aider dans la mise en œuvre d’une solution de virtualisation de serveurs, nous vousproposons ce cahier des charges générique, qui suivant votre contexte et vos attentes vous guideradans la formulation de votre demande.Et ce afin que vous puissiez acquérir une solution matérielle et logicielle parfaitement adaptée àvotre besoin.Outre ce document d’introduction, trois documents sont proposés :  Un document décrivant l’offre d’administration Microsoft System Center pour les environnements virtualisés.  Un document décrivant la technologie de virtualisation Hyper-V intégrée avec le système d’exploitation Windows Server.  Un squelette de cahier des charges qu’il vous suffira de compléter en vous aidant d’un mode d’emploi qui pour chacune des parties (signalées par des lettres) vous propose des informations, des recommandations, et des exemples de texte à intégrer. 5
  • 6. Afin de répondre au mieux aux différences de tailles et de besoins des organisations, trois scénariosont été définis, dont vous trouverez les descriptions ci-dessous. Pour chaque scénario (signalés pardes chiffres) les informations et exemples peuvent être différents.Avant de vous lancer dans la rédaction du cahier des charges, il est important de prendre un peu detemps afin de définir le scénario le plus adapté à votre situation actuelle et à l’évolution de vosbesoins. Cette étape vous permettra de plus de mieux appréhender les différents choix possiblesd’architectures avec leurs avantages et inconvénients.Les scénariosPour les différents scénarios envisageables, l’architecture cible sera la suivante : Deux (ou plus)serveurs physiques Windows Server 2008 R2 connectés à un média de stockage (disque dur) partagéutilisant la technologie SAN (Storage Area Network). Les différences porteront sur les choix delicences pour les serveurs physiques et sur les offres d’administration.Scénario 1 - Architecture minimale pour les petites organisations Le contexte : Vous avez moins de dix serveurs physiques Windows Server assez anciens actuellement en exploitation et vous souhaitez mettre en œuvre une solution simple et peu coûteuse. Le besoin : Disposer d’une architecture permettant de limiter le coût d’un remplacement matériel de vos serveurs tout en fournissant une meilleure disponibilité des services applicatifs actuellement assurés. La solution cible : Deux serveurs physiques Windows Server 2008 R2 connectés à un média de stockage (disque dur) partagé utilisant la technologie SAN (Storage Area Network). Un serveur d’administration distinct hébergera l’offre d’administration System Center Virtual Machine Manager 2010 (cf. document 2) et les services d’annuaire Active Directory. Cette solution permet la mise en œuvre des fonctions de transferts sans interruption de machines virtuelles d’un serveur physique vers un autre. 6
  • 7. Point important concernant les licences serveurs : Les licences dont vous disposez actuellement pour vos serveurs physiques peuvent être réutilisées si ceux-ci sont sous forme de machines virtuelles. Mais si vous prévoyez l’ajout de serveurs virtualisés supplémentaires, la réponse à l’appel d’offre devra proposer l’édition Entreprise de Windows Server pour les serveurs physiques. Cette édition inclut en effet 4 licences supplémentaires pour des serveurs virtualisés. La possibilité d’ajout sans surcoût sera donc de 8 serveurs virtuels. Recommandation : Des offres « clé en main » sont disponibles auprès des constructeurs informatiques, apportant sous forme de « rack » des configurations prêtes à l’emploi pour héberger et administrer des machines virtuelles sur une architecture redondante. Ce type de solution est à privilégier pour des raisons économiques, mais surtout pour leur simplicité de mise en œuvre.Scénario 2 – Architecture classique pour les organisations de taillemoyenne Le contexte : Vous avez moins de 500 utilisateurs et moins de 50 serveurs physiques ou virtuels. Les besoins : Disposer d’une architecture permettant de limiter le coût d’un remplacement matériel de vos serveurs tout en fournissant une meilleure disponibilité des services applicatifs actuellement assurés. Mise en œuvre d’une solution d’administration intégrée des serveurs et postes de travail (inventaire, télédistribution, supervision, gestion des machines virtuelles). La solution cible : Deux serveurs physiques Windows Server 2008 R2 connectés à un média de stockage (disque dur) partagé utilisant la technologie SAN (Storage Area Network). Un serveur d’administration distinct hébergera l’offre intégrée d’administration System Center Essentials 2010 (cf. document 2) et les services d’annuaire Active Directory. Cette solution permet la mise en œuvre des fonctions de transferts sans interruption de machines virtuelles d’un serveur physique vers un autre. 7
  • 8. Point important concernant les licences serveurs : Les licences dont vous disposez actuellement pour vos serveurs physiques peuvent être réutilisées si ceux-ci sont sous forme de machines virtuelles. Mais si vous prévoyez l’ajout de plus de huit serveurs virtualisés supplémentaires, la réponse à l’appel d’offre devra proposer l’édition Datacenter de Windows Server pour les serveurs physiques. Cette édition inclut en effet un nombre illimité de licences supplémentaires pour des serveurs virtualisés. Recommandation : Des offres « clé en main » sont disponibles auprès des constructeurs informatiques, apportant sous forme de « rack » des configurations prêtes à l’emploi pour héberger et administrer un nombre illimité de machines virtuelles sur une architecture redondante. Ce type de solution est à privilégier pour des raisons économiques, mais surtout pour leur simplicité de mise en œuvre.Scénario 3 – Architecture avancée pour les organisations de grande taille Le contexte : Vous avez plus de 50 serveurs physiques ou vous souhaitez mettre en œuvre une infrastructure pouvant héberger un grand nombre de machines virtuelles. Vous disposez de plus d’une équipe informatique pouvant gérer vos serveurs et postes de travail. Les besoins : Disposer d’une architecture permettant de limiter le coût d’un remplacement matériel de vos serveurs tout en permettant :  une meilleure disponibilité des services applicatifs actuellement assurés,  la mise en œuvre d’un plan de reprise d’activité,  une gestion fine de la mise à disposition des ressources matérielles pour les directions métiers.  Une possibilité de montée en charge de l’infrastructure de virtualisation. Mais aussi l’utilisation des principaux composants de l’offre d’administration System Center détaillés dans le document 2. La solution cible : Entre deux et seize serveurs physiques Windows Server 2008 R2 connectés à un média de stockage (disque dur) partagé utilisant la technologie SAN (Storage Area Network). Un serveur d’administration distinct hébergera les composants d’administration System Center inclus dans les suites d’administration SMSE (Server Management Suite Enterprise) ou SMSD (Server Management Suite Datacenter) et les services d’annuaire Active Directory. Le choix entre SMSE et SMSD est lié au nombre de machines virtuelles étant hébergées sur les serveurs physiques et est détaillée dans le document 2. 8
  • 9. L’offre System Center pour la virtualisationLes avantages de la virtualisation, nous l’avons vu, sont nombreux : optimisation de l’utilisation desserveurs, centralisation des ressources, gains d’espaces de stockage et économies d’énergie.Cependant, à mesure que les ressources informatiques deviennent virtuelles et abstraites,l’infrastructure informatique devient plus complexe à administrer et les économies permises par lavirtualisation sont contrebalancées par la hausse des coûts de maintenance.Selon le Gartner Group, une infrastructure virtualisée mal gérée est plus coûteuse qu’uneinfrastructure non virtualisée. Microsoft l’a bien compris et propose une solution d’administration àla fois simple et complète pour permettre de gérer à la fois les environnements virtuels et physiques,les systèmes d’exploitation et les applications et d’orchestrer les opérations d’exploitation.Avec Microsoft System Center, ensemble complet d’outils d’administration, l’exploitation dessystèmes se rationalise et la complexité se réduit au minimum. Les outils étant communs auxsystèmes physiques et virtuels, aucune formation supplémentaire n’est nécessaire, la maintenancese simplifie et vous pouvez appliquer de façon uniforme vos stratégies dans toute l’entreprise. Deplus, vous continuez d’utiliser vos logiciels, votre personnel et vos processus existants.Microsoft System Center propose des solutions efficaces pour la gestion des configurations, de laconformité, des incidents et des changements, la supervision de bout en bout, la protection et larestauration des données, et l’automatisation des processus IT :Une seule console pour gérer des virtualisations hétérogènesLa console d’administration de System Center Virtual Machine Manager (VMM) permet d’optimiserl’ensemble des ressources virtuelles à partir d’un emplacement central unique. Il est possibled’ajuster les paramètres des systèmes virtuels sans arrêter leur exploitation et d’effectuer lamigration à chaud de systèmes virtuels d’un hôte à l’autre.En plus de gérer les hyperviseurs Microsoft Virtual Server et Hyper-V, VMM permet de gérer lesenvironnements VMWare via l’intégration avec Virtual Center. VMM supporte les fonctionnalités 9
  • 10. propres à VMware telles que VMotion, mais apporte également des fonctions spécifiques à VMMtelles que le placement intelligent et la fonction PRO sur les serveurs VMware.Déplacement à chaud sans interruption de serviceSystem Center Virtual Machine Manager (VMM) prend en charge le déplacement à chaud desmachines virtuelles, permettant de déplacer des systèmes virtuels entre hôtes sans temps d’arrêt. Cedéplacement à chaud peut se faire manuellement ou bien de manière automatisée, en fonction derègles définies par les administrateurs et/ou en fonction du comportement des applications, serveursphysiques, système d’exploitation, consommation des ressources et la capacité disponible (fonctionPRO : Performance and Ressource Optimization).Placement intelligentLorsqu’un système virtuel est déployé, System Center Virtual Machine Manager analyse les donnéesde performance et les ressources requises, à la fois pour l’application et pour l’hôte. Cela permet auxadministrateurs d’optimiser les algorithmes de placement et d’obtenir des résultats parfaitementadaptés à la situation.Déploiement rapide de systèmes virtuelsLa gestion à grande échelle des systèmes virtuels est facilitée par le portail Virtual Machine ManagerSelf Service Portal (VMMSSP). Ce portail permet une gestion dynamique de toutes vos ressourcesvirtuelles, regroupées en pool de ressources correspondant aux différentes entités de votreorganisation : demande de création de VM par les utilisateurs, déploiement, allocation de ressources(réseau, stockage, …). Ce portail pilote ensuite les outils System Center spécialisés afin d’assurer lagestion automatisée de ces processus.Un reporting précis vous permet la facturation à l’usage aux différentes entités.Supervision de bout en boutSystem Center Operations Manager assure la disponibilité permanente de l’informatique et donneune excellente visibilité des environnements physiques et virtuels du centre de données, tant auniveau des applications que des serveurs physiques et systèmes d’exploitation.Cette solution proactive garantit la fluidité du fonctionnement des applications, des services et dessystèmes et permet aux administrateurs didentifier le moindre problème de disponibilité, deperformance, de configuration ou de sécurité. Toute la plate-forme, physique et virtuelle, étantsupervisée, le taux de disponibilité et la réactivité augmentent. Par ailleurs, cette solution assure quela configuration des services, des applications et des serveurs reste inchangée et que les contrats deniveaux de service sont respectés.Gestion des configurations et des mises à jourSystem Center Configuration Manager facilite les déploiements grâce à des fonctions centralisées etautomatisées de mise en service, de mise à jour et d’administration des serveurs physiques etvirtuels. Il gère de façon centralisée la configuration des systèmes physiques et virtuels, ledéploiement complet des systèmes d’exploitation, des applications, des mises à jour et des correctifs(logiciels et matériels). 10
  • 11. Gestion des incidents et des problèmesSystem Center Service Manager (SCSM) vous permet de gérer les processus de support desutilisateurs, de gestion des incidents et des problèmes, mais aussi de gestion des configurations, deschangements et de la conformité aux règlementations. SCSM 2010 utilise et agrège les informationscontenues dans Active Directory et System Center et intègre les bonnes pratiques d’automatisationdes processus d’ITIL et de MOF (Microsoft Operations Framework).Conformité des serveursSystem Center Configuration Manager aide les organisations à appliquer leurs stratégies métier et àse conformer aux contraintes légales, en appliquant des contrôles simples et en surveillant unensemble complet dévénements de sécurité.Un tableau de bord et des outils de rapports permettent aux administrateurs de contrôler l’état desserveurs et le respect des contraintes réglementaires et des pratiques recommandées. Une vuecentralisée des événements de sécurité facilite le suivi des activités telles que verrouillage descomptes ou changements de droits. Cela permet dévaluer la conformité à la réglementation etdaméliorer la sécurité du centre de données.Protection et restauration des donnéesPour protéger les données stratégiques, System Center Data Protection Manager (DPM) simplifie lareprise après incident et la gestion du stockage et renforce la continuité de l’exploitation et laréactivité via l’administration de la virtualisation des serveurs et une protection permanente desdonnées.Grâce à la virtualisation, les charges sont réparties sur différents sites géographiques. En cas dedéfaillance de lun deux, la charge est automatiquement reportée sur les autres sites afin dassurer lacontinuité de l’exploitation. Si une panne se produit, la solution effectue rapidement les sauvegardesou restaurations nécessaires sur les données stratégiques de lorganisationAutomatisation et dynamisme du DatacenterSystem Center Opalis (Orchestrator) permet de mettre en place un centre de données dynamique,en automatisant et orchestrant les tâches d’exploitation liées à la virtualisation, dans unenvironnement hétérogène.Opalis peut être utilisé pour automatiser tout processus informatique dans un environnementhétérogène, sur des serveurs Microsoft et non Microsoft.Opalis permet de simplifier des processus complexes via son intégration aux outils dadministration,ses catalogues de processus prédéfinis et un concepteur de flux de travail sans script capable deprendre des décisions sophistiquées. Cela permet un prompt retour sur investissement, uneimplémentation rapide et réduit le coût total de possession (TCO). 11
  • 12. Pour les PME/PMI : System Center Essentials Plus 2010Pour les PME/PMI, il est de plus possible d’opter pour System Center Essentials Plus (SCE Plus) 2010,solution de management intégrée pour les organisations ayant jusqu’à 50 serveurs et 500 clients, quipermet de réaliser simplement et efficacement les tâches de gestion complexes des serveurs virtuelset physiques, mais aussi des postes de travail à partir dune seule et unique console.System Center Essentials Plus 2010 fournit :  Une console unique d’administration pour les postes de travail, les serveurs et les applications.  Une gestion complète des environnements virtualisés avec l’intégration de System Center Virtual Machine Manager 2008 R2.  La sauvegarde/restauration des serveurs (physiques et virtuels) et des postes de travail avec l’intégration de System Center Data Protection Manager 2010.  Des fonctions d’inventaire logiciel et matériel.  La télédistribution de logiciels et mises à jour (OS, applications et pilotes).  La supervision des postes de travail et des serveurs par la collecte de notifications d’incidents et la résolution des problèmes avec l’intégration de System Center Operations Manager.  Des rapports d’activité et de surveillance, personnalisables. 12
  • 13. Les modes de licences System Center pour l’administration desenvironnements virtualisés (et physiques)Les suites de licences serveur System CenterMicrosoft propose l’ensemble de ses modules d’administration au sein de licences System CenterServer Management Suite (Entreprise et Datacenter). Ces suites de licences d’administration deserveur couvrent l’ensemble des applications d’administration nécessaires pour l’administration d’unserveur hôte et des environnements virtuels hébergés :  System Center Virtual Machine Manager  System Center Operations Manager  System Center Configuration Manager  System Center Data Protection Manager  System Center Service Manager  Opalis Integration ServerServer Management Suite Enterprise permet d’administrer quatre environnements virtuels sur unemachine physique, alors que Server Management Suite Datacenter permet l’administration d’unnombre illimité d’environnements virtuels sur une machine physique.System Center Essentials Plus 2010System Center Essentials Plus (SCE Plus) 2010 comprend la licence de SCE 2010 et la licence DataProtection Manager (DPM) 2010 (sauvegarde/restauration de vos serveurs et postes de travail). Lesdroits d’utilisation de System Center Essentials Plus 2010 se matérialisent par :  Une licence serveur SCE 2010 pour le serveur d’administration (administrant), avec SQL Server express ou SQL Server standard.  Une licence SCE Plus 2010 « Server ML » (Management License) par serveur physique administré (quel que soit le nombre de machines virtuelles sur ces serveurs physiques, avec un maximum de 50 systèmes d’exploitation serveur gérés par installation SCE Plus 2010).  Une licence SCE Plus 2010 « Client ML » (Management License) par poste de travail administré/sauvegardé.Une version de System Center Essentials 2010 (sans Data Protection Manager) est égalementdisponible à l’achat.Hyper-V, l’hyperviseur selon MicrosoftDisponible depuis 2008, Hyper-V est une technologie basée sur un hyperviseur 64 bits permettantd’exécuter différentes instances de systèmes d’exploitation (32 ou 64 bits) sur une même machinephysique en proposant une virtualisation du processeur, de la mémoire, du stockage et du réseau.Hyper-V est disponible sous deux formes :  Cette technologie est intégrée aux éditions (x64) Standard, Entreprise et Datacenter de Windows Server 2008 R2. Elle est activable sous la forme d’un rôle du système d’exploitation. 13
  • 14.  Mais elle peut aussi être mise en œuvre directement sur une machine nue (sans système d’exploitation installé) avec l’offre gratuite Microsoft Hyper-V Server 2008 R2.D’un point de vue architectural, le choix de Microsoft pour Hyper-V fut de limiter au maximum lataille de la couche de virtualisation afin de réduire les risques de sécurité et d’augmenter lesperformances. Architecture Hyper-VHyper-V, principales caractéristiquesAvec Windows Server 2008 R2, l’hyperviseur Hyper-V comble son différentiel technique etfonctionnel avec son principal concurrent, l’hyperviseur ESX de VMware, en apportant la possibilitéde déplacer (sans interruption pour les utilisateurs) des machines virtuelles d’un serveur physique àun autre. Cette fonctionnalité importante, appelée Live Migration, est l’équivalent de VMwareVMotion ou de Citrix XenMotion.Les principales caractéristiques d’Hyper-V de Windows Server 2008 R2 et de Microsoft Hyper-VServer 2008 R2 sont :Performances et montée en chargeEn ce qui concerne les serveurs physiques hébergeant les machines virtuelles, il faut rappelerqu’Hyper-V est un hyperviseur 64 bits et ne s’installe que sur des machines équipées de processeursIntel ou AMD x64. Hyper-V peut gérer jusqu’à 1 Téra octet de mémoire vive et 384 machinesvirtuelles sur le serveur physique. Les machines multiprocesseurs peuvent bien entendu êtreexploitées, les limites dépendant de l’édition de Windows Server choisie : 4 sockets avec WindowsServer 2008 R2 Standard, 8 sockets avec Windows Server 2008 R2 Entreprise et Microsoft Hyper-VServer 2008 R2, 64 sockets avec Windows Server 2008 R2 Datacenter.Les machines virtuelles (32 ou 64 bits) quant à elles vont pouvoir se partager 64 « processeurslogiques » (nombre de processeurs physiques multiplié par le nombre de cœurs par processeur) avecun maximum de 4 processeurs logiques par machine virtuelle. Un maximum de 512 processeursvirtuels pouvant être exploités par l’ensemble des machines virtuelles en exploitation (avec unmaximum de 384 VM). De plus, chaque machine virtuelle peut exploiter 64 Go de mémoire vive.Concernant la gestion de la mémoire vive par les machines virtuelles, Hyper-V implémente lafonctionnalité « Second Level Translation » (SLAT) qui permet d’optimiser la translation d’une 14
  • 15. adresse mémoire d’une machine virtuelle vers une adresse physique, permettant une augmentationsensible des performances. De plus, le Service Pack 1 de Windows Server 2008 R2 apporte lafonctionnalité « Dynamic Memory » qui permet de spécifier la mémoire vive initialement allouée àune machine virtuelle, tout en autorisant une augmentation dynamique de cette valeur (jusquà unelimite pouvant être définie) suivant la disponibilité des ressources mémoire physique du serveurhôte.Enfin, Hyper-V supporte la virtualisation des entrées / sorties afin d’optimiser les performances liéesà la virtualisation de serveur utilisant intensivement les disques durs (comme par exemple desserveurs de bases de données) ou les communications réseau. Concernant ce dernier point, Hyper-Vsupporte de plus les technologies TCP Chimney (déchargement sur une carte réseau physique dutrafic TCP/IP) et les Jumbo Frames (transmission de trames réseaux de 9 kilo octets).Flexibilité et disponibilitéLa haute disponibilité des services de virtualisationapportée par Windows Server 2008 R2 et Hyper-V Server2008 R2 se base sur la fonctionnalité de cluster debasculement permettant un maximum de 16 machineshôtes membres du cluster. Windows Server 2008 R2apporte une évolution majeure avec la technologie CSV(Cluster Shared Volume) des accès concurrents entre lesnœuds du cluster à une unité de stockage SAN. Sur la based’une telle architecture, il est possible d’assurer lebasculement de la machine virtuelle entre les différentsnœuds d’un cluster suivant deux modes :  Live Migration, qui permet de déplacer des machines virtuelles d’un serveur physique Hyper- V vers un autre sans interruption perceptible par l’utilisateur final. Cette migration peut être effectuée manuellement en utilisant les outils d’administration de Hyper-V et des clusters de basculement, mais elle est aussi exploitée par l’offre System Center Virtual Machine Manager / System Center Operations Manager afin d’automatiquement répartir de façon optimale les machines virtuelles sur les différents serveurs physiques hôtes disponibles suivant leur taux d’utilisation. Ces migrations peuvent se faire entre serveurs physiques hôtes de virtualisation ayant des versions différentes d’une même famille de CPU (Intel ou AMD) grâce à un mode de « compatibilité processeur ».  Quick Migration, qui permet de déplacer les machines virtuelles d’un serveur hôte Hyper-V vers un autre serveur hôte Hyper-V en cluster avec une interruption de service (enregistrement de l’état de la machine virtuelle puis restauration de l’état après bascule).Hyper-V permet de plus de créer entre des machines virtuelles sur un même serveur physique unearchitecture de clusters permettant d’ajouter un niveau supplémentaire de disponibilité des servicesapplicatifs s’exécutant dans les machines virtuelles.Autre élément important, le support des « Virtual Shadow Copy Services » (VSS) qui permettent lasauvegarde à chaud des machines virtuelles en utilisant une technique dite de clichés instantanés(sauvegarde des secteurs de disque modifiés). Afin de faciliter la gestion des sauvegardes, System 15
  • 16. Center Data Protection Manager 2010 permet de simplifier la gestion centralisée des sauvegardes dedifferents serveurs Hyper-V et de simplifier la mise en œuvre de plan de reprise d’activité.Enfin Hyper-V permet d’améliorer la flexibilité de l’infrastructure serveur en autorisant :  L’ajout à chaud de ressources de stockage disque et de mémoire vive pour les machines virtuelles en fonctionnement.  Un déploiement simplifié avec le support du démarrage à partir de fichiers .VHD (Virtual Hard Disk).  La fourniture d’outils d’analyse, compression, modification de ces fichiers VHD qui, rappelons-le, correspondent aux machines virtuelles exploitées par Hyper-V.SécuritéDifférentes caractéristiques et fonctionnalités d’Hyper-V permettent de garantir un bon niveau desécurité pour les serveurs virtuels.Tout d’abord, la taille extrêmement réduite de l’hyperviseur permet d’assurer une surface d’attaqueminimale et le contrôle complet des communications entre les machines virtuelles et l’hyperviseur, lapartition parente ou d’autres machines virtuelles apporte une isolation bénéfique en termes desécurité.Pour réduire encore les risques, il est de plus possible d’installer le rôle Hyper-V sur une installation« Server Core » de Windows Server 2008 R2 (installation minimale, sans interface graphique) ou den’installer que l’hyperviseur et un micro-noyau système avec l’offre Microsoft Hyper-V Server 2008R2.Enfin Hyper-V supporte la technologie « Authorization Manager » (AzMan) de Windows Server 2008R2 pour une gestion des autorisations par rôles et apporte la fonctionnalité « Quick Reset »permettant aux administrateurs de supprimer rapidement toutes les autorisations et tous lesparamétrages d’accès à une machine virtuelle en cas de problème.AdministrationSi l’administration de votre infrastructure physique et virtuelle peut être totalement prise en chargeavec l’offre System Center2, l’installation du rôle Hyper-V sur un serveur physique Windows Server2008 R2 apporte bien entendu une console d’administration graphique permettant de gérer lesdifférentes machines virtuelles. Cette gestion peut, de plus, être effectuée via des scripts (WindowsPowerShell) afin d’automatiser certaines tâches répétitives.Ouverture et interopérabilitéOutre le support3 dans des machines virtuelles gérées par Hyper-V des différents systèmesd’exploitation serveur et poste de travail de Microsoft, le support des systèmes d’exploitation Linuxdans les machines virtuelles Hyper-V est apporté par les « services d’intégration Linux »,actuellement en version 2.1. Les distributions Linux supportées sont : SUSE Linux Enterprise Server 10SP3, SUSE Linux Enterprise Server 11 et Red Hat Enterprise Linux 5.2, 5.3, 5.4 et 5.5.2 Cf. document 2.3 Attention, un système d’exploitation qui n’est plus supporté par l’éditeur ne le sera pas plus dans le cadred’une exécution sous forme de machine virtuelle (exemple : Windows 2000 Server ou Windows NT 4.0). 16
  • 17. On peut de plus noter que, depuis 2008, Microsoft a développé des partenariats avec desconstructeurs, des éditeurs et des sociétés de services informatiques afin de faciliter la mise sur lemarché de solutions adaptées à la virtualisation Hyper-V et de proposer des offres complètesd’accompagnement.Hyper-V, résumé des principales caractéristiques  Technologie d’hyperviseur 64 bits pouvant exploiter jusqu’à 64 « processeurs logiques » sur la machine hôte.  1 Téra octet de mémoire vive peut être exploité sur la machine hôte.  Supporte jusqu’à 384 machines virtuelles pouvant exploiter 512 processeurs virtuels.  Chaque machine virtuelle peut exploiter 4 processeurs virtuels et 64 Go de RAM (dans les limites définies ci-dessus). Performances et  Virtualisation des entrées / sorties pour de hautes performances. montée en charge  Gestion mémoire : plus grande densité de VM avec les technologies SLAT (Second Level Access Translation) et Dynamic Memory (équivalent de VMware Memory Overcommitment).  Performances réseaux améliorées avec le support des « jumbo frames » de « TCP Chimey ».  Basé sur les services de clustering et la technologie CSV (Cluster Shared Volume) permettant à 16 serveurs hôtes de partager un seul numéro d’unité logique (LUN), Hyper-V permet : o Quick Migration : déplacement d’un fichier VHD vers un autre LUN (équivalent de VMware Storage vMotion avec interruption de service). o Live Migration : déplacement d’une VM d’un serveur hôte vers un autre sans interruption de service (équivalent de VMware vMotion / Flexibilité Citrix XenMotion) avec prise en compte de la compatibilité des et disponibilité processeurs.  Ajout à chaud de périphériques de stockage, démarrage sur des fichiers VHD.  Taille très réduite de l’hyperviseur permettant de limiter les risques de sécurité et stabilité. Le rôle Hyper-V peut, de plus, être mis en œuvre sur une installation minimale (Server Core).  Tout serveur et/ou périphérique compatible avec Windows Server 2008 (x64) peut être utilisé comme hôte.  Support des distributions Linux RedHat et Novell SUSE. Ouverture  Nombreux partenariats (Novell, RedHat, Citrix, Quest, Dell, HP, Fujitsu, etc.). 17
  • 18. Une plateforme reconnueLe 30 juin, le Gartner a publié son étude comparative des éditeurs de solutions de virtualisation(Gartner Magic Quadrant for X86 Server Virtualization Infrastructure4 par Tom Bittman). Ce rapportindépendant place Microsoft parmi les leaders et livre de précieuses informations sur le marché de lavirtualisation.Avec cette étude, le Gartner reconnaît Microsoft comme un acteur incontournable de lavirtualisation en saluant notamment la familiarité de l’environnement d’administration et le prix deses solutions. En adoptant Windows Server 2008 R2 Hyper-V et System Center, vous bénéficiez desolutions flexibles et éprouvées tout en optimisant vos coûts pour retirer le meilleur de vosinvestissements.Mode de licences pour la virtualisation avec Windows Server 2008 R2 etHyper-VLa technologie de virtualisation Hyper-V peut être mise en œuvre sans aucun coût d’achatadditionnel : elle est intégrée dans les éditions Standard, Entreprise et Datacenter de Windows4 The Magic Quadrant is copyrighted 2011 by Gartner, Inc. and is reused with permission. The Magic Quadrant is a graphicalrepresentation of a marketplace at and for a specific time period. It depicts Gartners analysis of how certain vendorsmeasure against criteria for that marketplace, as defined by Gartner. Gartner does not endorse any vendor, product orservice depicted in the Magic Quadrant, and does not advise technology users to select only those vendors placed in the"Leaders" quadrant. The Magic Quadrant is intended solely as a research tool, and is not meant to be a specific guide toaction. Gartner disclaims all warranties, express or implied, with respect to this research, including any warranties ofmerchantability or fitness for a particular purpose. 18
  • 19. Server 2008 R2 ou disponible gratuitement avec Microsoft Hyper-V Server 2008 R2. Et quel que soitle choix opéré, toutes les fonctionnalités avancées (Live Migration, Dynamic Memory, etc.) sontdisponibles.Dans ces conditions, pourquoi choisir d’installer Windows Server 2008 R2 sur le ou les serveursphysiques ? Tout simplement parce que l’acquisition d’une licence serveur Windows Server 2008 R2permet sans achat de licence supplémentaire d’exécuter Windows Server de façon virtualisée, lenombre de licences « virtuelles » dépendant de l’édition de Windows Server : Edition Standard Entreprise Datacenter Nombre de licences « virtuelles » Windows 1 4 Illimité Server 19
  • 20. CAHIER DES CHARGES ACQUISITION D’UNE PLATE-FORME MATERIELLE ET LOGICIELLE DE VIRTUALISATION DE SERVEURS ET DE STOCKAGEObjet de la consultationIntroduction rapide présentant votre attenteVoir rubriqueContexte(Optionnel) Description succincte de l’activité de votre organisationDescription précise du système d’informationVoir rubriqueDescription du besoin et de la prestation attenduePréciser le nombre et la nature des serveurs devant être virtualisés, mais aussi l’évolution possible surune période significative (5 ans par exemple) des besoins de virtualisation.Décrire les objectifs du projet de virtualisation de serveurs.Définir des critères techniques attendus (configurations minimales des serveurs, type de technologie,description précise de la solution technique, solutions d’administration, etc.)Description des attentes en termes de licences, support et accompagnement.Voir rubrique 20
  • 21. (Optionnel) Informations légalesSi votre organisation est une collectivité locale, territoriale, une administration centrale ou tout autreorganisme rattaché à l’état Français, un certain nombre d’éléments sont à intégrer commeprobablement :  La description du mode de marché (avec les références aux articles ad ’hoc du code des marchés publics)  Le type de marché  Les personnes admises à remettre une offre  La durée du marché  Les pénalités de retard  Etc.EchéancierPréciser votre « feuille de route » pour le projet de virtualisation de serveursVoir rubriqueJugement des offres(Optionnel) Formaliser les priorités du projet, tout en intégrant les considérations liées auxprestations attendues.Voir rubriqueContactsMettre ici les coordonnées des personnes en charge du projet en indiquant les noms, fonctions,adresses (pour l’envoi des réponses), email et numéro de téléphone. 21
  • 22. MODE D’EMPLOI 22
  • 23. Description de votre attente Exemple de texte : La présente consultation porte sur la fourniture et la livraison d’une solution technique clef en main de virtualisation des serveurs informatiques, de stockage de données au standard du marché en mode « SAN » (Storage Area Network), de communications réseau ainsi qu’une solution d’administration des environnements virtuels. La solution attendue permettra une reprise de l’existant et des possibilités d ‘évolution. Stockage Pour ces scénarios, préciser que le stockage SAN se fait sur un réseau Ethernet en utilisant le protocole iSCSI. Pour ce scénario, suivant les impératifs de la solution envisagée, un choix technique basé sur un SAN Fiber Channel peut être pertinent. Administration Pour ces scénarios préciser dans la présentation du projet que l’administration devra porter sur les serveurs physiques et virtuels. Description de l’activité de votre organisation Il peut être pertinent de préciser l’activité de votre organisation si celle-ci induit des contraintes particulières concernant la gestion des serveurs et ayant donc un impact sur l’infrastructure de virtualisation attendue. Exemple : Pour une organisation dont l’activité implique un besoin de disponibilité totale de certaines applications métier, l’importance d’une proposition intégrant une redondance des composants et un plan de reprise d’activité (PRA) sera plus facilement perçue par le soumissionnaire. Ce type de contrainte peut s’appliquer pour les différents scénarios. Description précise du Système d’information Quel que soit le scénario, des informations précises doivent être fournies concernant les serveurs, les technologies de stockage de données et les applications hébergées par les serveurs :  Pour les serveurs : 23
  • 24. o Préciser le nombre de serveurs et leurs caractéristiques :  Configuration matérielle type.  Système d’exploitation utilisé.  Pour le stockage : o Préciser si des solutions de stockage dédiées sont utilisées (SAN, NAS) et fournir leur caractéristiques techniques. o Indiquer la volumétrie des données qui seront prises en charge dans le cadre du projet de virtualisation.  Pour les applications : o Décrire les applications métier qui sont hébergées par les serveurs devant être virtualisés. o Décrire les applications techniques : bases de données, Framework, bus applicatifs, etc. o Décrire les applications ou services d’administration actuellement utilisés pour les services d’annuaire, la supervision, la gestion des configurations et des changements, les sauvegardes, l’ordonnancement de processus, etc. Plus la description de votre environnement informatique en général et des serveurs devant être virtualisés en particulier sera précise, meilleure sera la pertinence des réponses à votre appel d’offre. Pour ces scénarios, et afin d’optimiser le dimensionnement de la solution proposée, il est souhaitable de préciser pour chacun des serveurs devant être virtualisés : la moyenne de la consommation CPU, l’utilisation moyenne de la mémoire vive (RAM), l’espace de stockage consommé et la moyenne des Entrées/Sorties (E/S) disques.Les serveurs devant être virtualisés Si une description précise des serveurs actuellement en exploitation a été fournie dans la rubrique précédente, cette partie se résume alors à une liste des serveurs concernés par le projet. Une synthèse globale des caractéristiques des serveurs à virtualiser pouvant être utile nous vous recommandons de joindre un tableau de ce type : Serveur CPU OS RAM Capacité Applications Utilisation constatée stockage hébergés Serveur 1 Intel Windows 8 Go 2 disques Base de données SQL % CPU moyen : 35% Xeon Server SATA Server 2005, serveur RAM utilisée : 3 Go Quad 2003 160 Go DHCP, Application Volume de données : Core métier XXXX (basée 20 Go 2,6 GHz sur le Framework E/S moyennes : 800 .NET Kbits/s Serveur 2 … … … … … 24
  • 25. Dans le cadre d’un projet de virtualisation de serveurs et compte tenu de la facilitéde mise en œuvre de nouvelles machines virtuelles, il est important de réfléchir dèsla phase d’appel d’offre à l’évolution probable des besoins. En effet, les choix initiauxde dimensionnement de l’infrastructure de virtualisation (en termes matériels maisaussi de licences) devront être adaptés aux évolutions des besoins de votreorganisation sur une période d’au moins cinq ans.Les objectifs du projetPréciser dans cette partie les points attendus en termes de fonctionnalités apportéespar la réponse à votre appel d’offre (en établissant si possible un ordre de priorités).Voici quelques exemples :  La consolidation de serveurs sous formes de machines virtuelles avec migration physique vers virtuel.  La migration à chaud des serveurs virtuels sur les serveurs physiques.  L’optimisation des ressources des serveurs physiques avec répartition de charge dynamique.  Un management unifié des serveurs virtuels sur une plate-forme physique sécurisée permettant un haut niveau de disponibilité et une forte tolérance aux pannes.  La définition d’un plan de reprise d’activité efficace.  La possibilité de délégation contrôlée des droits de création et mise en exploitation de nouvelles machines virtuelles.  La gestion unifiée des sauvegardes.  Un stockage des données en réseau.  Une administration des environnements physiques et virtuels à partir d’une console unique.Ces priorités peuvent varier suivant les serveurs que vous souhaitez virtualiser : Desconsidérations de coûts peuvent être prioritaires pour des serveurs non critiques,alors que les aspects de tolérances aux pannes et PRA seront une priorité pour desserveurs hébergeant des applications métier critiques au fonctionnement del’entreprise.Une réflexion préalable sur les bénéfices que vous attendez de la virtualisation deserveurs permettra d’obtenir une réponse en meilleure adéquation avec vos besoins.Description des critères techniques attendusSi vous avez dans la rubrique précédente précisément décrit les taux d’utilisation CPU/ RAM / Disques durs (volumétries de données et E/S), les sociétés consultées auronttous les éléments nécessaires pour dimensionner de façon adaptée leurs réponses. 25
  • 26. Vous pouvez cependant imposer des configurations minimales ou orienter lesréponses (en précisant par exemple que vous souhaitez une solution intégrée et « cléen main » – cf. ci-dessous pour le scénario 1). Exemple de demande pour orienter la réponse vers une solution « clé en main » :La solution attendue se présentera sous forme de « rack » incluant des configurationsprêtes à l’emploi pour héberger et administrer le nombre de machines virtuellesspécifiées sur une architecture redondante constituée au minimum de :  Deux serveurs biprocesseurs (quadri-cœurs).  Une baie de stockage iSCSI SAN.  Deux commutateurs Ethernet 10 gigabits pour la communication avec la baie SAN.  Deux licences Windows Server 2008 R2 Edition Entreprise.  System Center Virtual Machine Manager 2008 R2 (ou System Center Essentials 2010). Pour des projets plus complexes, si vous désirez une solution extensible ou pouvant s’intégrer avec une infrastructure de stockage SAN existante, vous pouvez dans cette partie spécifierprécisément vos attentes en termes de configurations techniques minimales :  Le nombre de serveurs de virtualisation souhaités avec : o Les types de processeurs (Intel / AMD, nombre de processeurs et de cœurs, support des technologies avancées d’assistance à la virtualisation, etc.). o Le minimum de mémoire vive par serveur de virtualisation. o Les types et capacités des disques durs des serveurs de virtualisation. o Une alimentation redondante. o Le nombre et la nature des slots PCI-E et PCI-X. o La présence d’un lecteur de DVD / de connecteurs USB. o Le nombre de contrôleurs réseau Ethernet (1000baseTX). Si la communication avec le SAN est basée sur le protocole iSCSI, précisez que ces contrôleurs Ethernet doivent s’ajouter aux contrôleurs de communication avec le SAN. o Une description des contrôleurs de communications avec le SAN (iSCSI ou Fiber Channel) en précisant leur nombre et leur nature par serveur de virtualisation.  Le nombre de baies SAN souhaitées avec : o Une description de l’infrastructure de communication avec le SAN : Type et nombre de commutateurs iSCSI ou Fiber Channel. o La volumétrie utile : Nombre de giga-octets ou téraoctets disponibles pour le stockage des données après configuration de la baie SAN 26
  • 27. avec mise en œuvre des technologies de reprise sur incidents (technologies RAID, disques de spare). o Le type de disques souhaités (SAS / SATA / etc.). o Les technologies d’optimisation et (le cas échéant) de redondance du stockage attendues : déduplication, niveaux RAID supportés, « thin- provisionning », clichés instantanés, etc.  Les commutateurs réseau : o Nombre et nature de ces commutateurs (information déjà fournie si un SAN iSCSI est demandé – cf. ci-dessus). o Support des VLAN. o Administration par une console unique.Quel que soit le scénario, la stabilité et la performance de votre infrastructure destockage sont primordiales. Il est donc recommandé d’investir dans une solutioncorrectement dimensionnée afin d’éviter des dépenses inutiles, mais intégrant destechnologies processeur / disque / communication récentes et redondantes.Ces attentes en termes de redondance peuvent être clairement spécifiées dans lecahier des charges.Le fait de ne pas trop entrer dans le détail de ces critères techniques peut vouspermettre d’obtenir des réponses moins « stéréotypées » de la part dessoumissionnaires à votre appel d’offre.Si vous prévoyez de juger les réponses non seulement sur des critères de coûts maisaussi sur la compréhension de votre besoin et l’adéquation technique des réponsesdans l’optique de mettre en place une relation de partenariat durable avec la sociétéchoisie, il peut être intéressant de rester évasif sur vos attentes « techniques ».Cela implique cependant que vous puissiez juger de façon avisée de la qualité desréponses et que vous ayez fourni des informations précises concernant votreenvironnement actuel et vos besoins futurs…Description des attentes en termes de licences, support et accompagnementLes licences et le support logicielTous les composants logiciels de la réponse (systèmes d’exploitation, solutionsd’administration, etc.) sont associés à des licences dont les montants devront êtredétaillés :  Description précise des éléments couverts par les licences proposées (nombre de machines virtuelles gérées, nombre de serveurs gérés, nombre de licences Windows Serveur en mode virtualisé intégrées, etc.). 27
  • 28.  Durée de validité des licences.  Coût de renouvellement.  Coût récurrent annuel (pour le support et les mises à jour).  Description détaillées des conditions de support proposées par l’éditeur de la solution logicielle (feuille de route des éléments couverts par exemple) et / ou par le soumissionnaire à l’appel d’offre.Si vous disposez déjà de contrats de licences volumes (Open, Select, AccordsEntreprise, postes ou serveurs sous Software Assurance, etc.) il est important de lepréciser afin que ces éléments puissent être pris en compte dans les réponses quivous seront fournies. Ces contrats peuvent en effet influer sur les coûts de licences(pour les serveurs et postes de travail) et sur les conditions de support.Le matérielPour les composants matériels de la réponse (les serveurs, les commutateurs réseauou Fiber Channel, la ou les baie(s) SAN), préciser vos attentes en termes demaintenance. Les minimas recommandés étant :  Une garantie du constructeur de 3 ans avec dépannage sur site incluant pièces et mains d’œuvre.  Une garantie d’intervention à J+1 (en jours ouvrés), 5 jours sur 7, de 9h à 18h.  Une durée de 10 ans des pièces disponibles en maintenance.Il est recommandé de demander des informations sur les contrats d’extension demaintenance aux delà des 3 ans ainsi que leurs limites afin d’évaluer le coûtrécurrent annuel sur la période envisagée d’amortissement de votre infrastructurede virtualisation.Les prestations d’accompagnementIl est recommandé de préciser que votre demande inclut au minimum la livraison sursite, la mise en service de votre infrastructure de virtualisation et la fourniture desdocumentations relatives aux composants matériels et logiciels. Les documentsfournis devront au minimum intégrer l’installation et les opérations de maintenanceet de gestion courantes. Si vous ne disposez pas de compétences au sein de votre organisation pour la gestion d’un environnement virtualisé, nous vous recommandons d’intégrer à votre appel d’offre une prestationde configuration des logiciels et de transfert de compétences (notamment pourl’offre d’administration). Ce transfert de compétences peut se faire :  Sur site et de façon individualisée par le soumissionnaire. 28
  • 29.  Dans le cadre de formations adaptées dont vous demanderez au soumissionnaire de vous fournir la liste (avec les coûts associés).Echéancier Le besoin pouvant être relativement simple, il suffit ici de notifier une date limite de réponse, une date limite de livraison de la solution choisie (avec la réalisation des prestations attendues). Préciser le délai de choix du soumissionnaire après réception des réponses serait un plus… Dans le cas d’un projet plus complexe il est important de préciser (outre la date limite de réponse) :  Eventuellement le fait que différents soumissionnaires pourraient être sélectionnés pour une phase de « short list ». o Procédure à réserver pour des projets de grande ampleur. o La date du choix des soumissionnaires sélectionnés devra dans ce cas être indiquée ainsi que les attentes pour les phases ultérieures (entretiens, plate-forme de démonstration, etc.).  Une feuille de route précise devra être formulée pour une mise en œuvre progressive avec des phases de test, de sites pilote, de validation et de mise en production. Jugement des offres Cette partie du cahier des charges, si vous décidez de l’intégrer, est à considérer avec la plus extrême attention : elle formalise les critères de choix d’une réponse à votre cahier des charges. Des priorités ayant déjà été énoncées dans la partie « Les objectifs du projet », le but est de fournir une vision de votre attente globale (et pas uniquement technique) concernant le projet. Les principaux critères de jugement de la réponse normalement analysés sont :  Le coût de la réponse.  La valeur technique de la réponse.  La compréhension des besoins exprimés dans la réponse.  La valeur des offres d’accompagnement Un tableau pourra être proposé détaillant les pourcentages de pondération des critères de choix. Voici deux exemples de choix suivant les scénarios proposés : 29
  • 30. Scénario Critère Pondération Coût 70 % Valeur technique 10 % de la réponse Compréhension 0% des besoins Accompagnement 20 %Scénarios Critère Pondération Coût 50 % Valeur technique 30 % de la réponse Compréhension 15 % des besoins Accompagnement 5%L’aspect coût doit toujours être le plus important (au minimum à égalité avec lavaleur de la réponse), afin d’obtenir des soumissionnaires les réponses les plusoptimisées. Mais ne juger que sur le coût peut entrainer de désagréables surprises... 30