Préparer votre marque aux nouveaux gTLD
 

Préparer votre marque aux nouveaux gTLD

on

  • 540 views

Les nouveaux domaines génériques de premier niveau (gTLD) représentent la prochaine étape majeure dans l’extension de l’espace des noms de domaines Internet. Ceux-ci sont appelés à avoir sur ...

Les nouveaux domaines génériques de premier niveau (gTLD) représentent la prochaine étape majeure dans l’extension de l’espace des noms de domaines Internet. Ceux-ci sont appelés à avoir sur les portefeuilles de domaines et stratégies de protection de marque un profond impact, auquel les entreprises doivent se préparer. Après des années de discussions, l’ICANN a ouvert la période de candidature aux nouveaux gTLD en janvier 2012.

L’heure est donc venue de vous y préparer en passant en revue les noms faisant l’objet d’une demande (mais aussi en vous familiarisant avec les mécanismes mis à votre disposition pour protéger vos droits, tels que la base de données de marques Trademark Clearinghouse), votre portefeuille de domaines, vos règles de gestion de domaines et votre stratégie de protection de marque.

Statistics

Views

Total Views
540
Views on SlideShare
467
Embed Views
73

Actions

Likes
0
Downloads
5
Comments
0

1 Embed 73

http://www.zdnet.fr 73

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    Préparer votre marque aux nouveaux gTLD Préparer votre marque aux nouveaux gTLD Document Transcript

    • Livre blanc Préparer votre marque aux nouveaux gTLD Les nouveaux domaines génériques de premier niveau (gTLD, generic Top-Level Domain) représentent la prochaine étape majeure dans l’extension de l’espace des noms de domaines Internet. Ceux-ci sont appelés à avoir sur vos portefeuilles de domaines et stratégies de protection de marque impact, auquel vous devez vous préparer. Après des années de discussions, l’ICANN a ouvert la période de candidature aux nouveaux gTLD en janvier de nombreux détails concernant les opérateurs de registres, le calendrier, les coûts et les critères ne soient pas finalisés, le lancement se rapproche à grands pas et devrait la mi-2013. L’heure est donc venue de vous y prép en revue les noms faisant l’objet d’une demande ( en vous familiarisant avec les mécanismes mis à votre disposition pour protéger vos droits, tels que la base de données de Trademark Clearinghouse), votre portefeuille de vos règles de gestion de domaines et votre stratégie de protection de marque. Rappel Le domaine de premier niveau (TLD, Top la portion d’un nom de domaine qui se trouve à la droite du point dans une adresse Internet (URL). Il en existe aujourd’hui 22, dont le plus connu est .com. L’extension à de nouveaux gTLD va permettre à des marques, communautés et entreprises d’exploiter leurs propres domaines de premier niveau, par exemple .bbc, .cpa ou .fashion. En juin 2012, l’ICANN a publié une liste de 1930 sur environ 1400 nouveaux domaines de premier niveau. Quelque 650 marques ont postulé pour un TLD sous leur propre nom. Une fois qu’elles auront obtenu leur domaine « ces entreprises seront responsables de la gestion d’un registre des noms de domaines auprès duquel d’autres entités pourront faire la demande d’un nom de sous-domaine, selon les critères fixés par le registre. parer votre marque aux nouveaux gTLD Les nouveaux domaines génériques de premier niveau (gTLD, ) représentent la prochaine étape majeure dans l’extension de l’espace des noms de domaines ci sont appelés à avoir sur vos portefeuilles atégies de protection de marque un profond Après des années de discussions, l’ICANN a ouvert la période candidature aux nouveaux gTLD en janvier 2012. Bien que nombreux détails concernant les opérateurs de registres, ne soient pas finalisés, lancement se rapproche à grands pas et devrait intervenir vers 2013. L’heure est donc venue de vous y préparer en passant en revue les noms faisant l’objet d’une demande (mais aussi vous familiarisant avec les mécanismes mis à votre disposition pour protéger vos droits, tels que la base de données de marques Trademark Clearinghouse), votre portefeuille de domaines, règles de gestion de domaines et votre stratégie de protection Top-Level Domain) est portion d’un nom de domaine qui se trouve à la droite du point existe aujourd’hui 22, dont .com. L’extension à de nouveaux gTLD va permettre à des marques, communautés et entreprises d’exploiter leurs propres domaines de premier niveau, par exemple .bbc, .cpa blié une liste de 1930 demandes, portant nouveaux domaines de premier niveau. Quelques marques ont postulé pour un TLD sous leur propre nom. fois qu’elles auront obtenu leur domaine « .marque », de la gestion d’un registre noms de domaines auprès duquel d’autres entités pourront domaine, selon les critères
    • Livre blanc – Préparer votre marque aux nouveaux gTLD 2 Que le lancement de nouveaux domaines génériques de premier niveau (gTLD) constitue une formidable opportunité ou un non-événement, votre marque doit s’y préparer. Les directives concernant le programme de nouveaux gTLD autorisent également les opérateurs de registres à gérer ces derniers comme un système fermé. Certaines marques peuvent donc opter pour cette solution, en n’acceptant les demandes que des seuls groupes internes, par exemple marketing-promo.marque, boutique.marque ou nouveau-produit.marque. D’autres marques pourront ouvrir leur registre à des partenaires de façon que leurs revendeurs, distributeurs et agents disposent de leur propre sous- domaine, étroitement associé au nom de la marque. D’autres encore pourront décider d’ouvrir leur registre à leurs canaux de distribution mais aussi à leurs fans, à leurs clients, voire à toute personne désireuse d’afficher son affinité pour une marque particulière. Les entreprises et les communautés voient elles aussi une opportunité dans l’extension de l’espace des noms de domaines Internet et sont à l’origine de la majorité des 1930 demandes de nouveaux domaines de premier niveau. De fait, plus de 1100 de ces demandes sont génériques, par exemple .film, .fashion, .sports, .books, .clothing ou même .sucks. Ces demandeurs espèrent développer une activité en offrant au public la possibilité d’enregistrer un nom de sous-domaine à gauche du point, par exemple marque.fashion, marque.sports, etc. En outre, 66 demandes ont été déposées pour des noms à connotation géographique, tels que .nyc pour New York, .london pour Londres, .osaka au Japon ou .capetown (Le Cap). Si votre marque est présente dans l’une de ces villes, peut-être serait-il judicieux d’enregistrer cette marque dans le TLD correspondant afin de nouer un lien plus fort avec cette localité. D’une manière générale, les professionnels de la protection des marques doivent saisir l’impact que ces noms de domaines génériques peuvent avoir sur leur secteur d’activité et sur la présence numérique de leur marque. Représentent-ils une opportunité pour la marque de renforcer sa présence numérique ou bien ouvrent-ils de nouveaux horizons sur le Web ? Ou bien risquent-ils de susciter un nouveau casse-tête à cause de cybersquatteurs essayant de profiter de la puissance d’une marque ? Bien examiner les demandes et comprendre les mécanismes de protection des droits Bien que les périodes de commentaires et d’objections formelles instaurées par l’ICANN soient aujourd’hui closes, il n’en reste pas moins important d’examiner les demandes de TLD et de vous préparer à ce qui se profile. Allez-vous déposer des enregistrements pendant la période prioritaire (« Sunrise ») pour l’un des TLD génériques ? Si oui, vous devez rassembler les données relatives à vos marques et les saisir dans la base Trademark Clearinghouse. Comptez-vous déposer des enregistrements pour des TLD géographiques tels que .africa ou .berlin ? Si oui, est-ce que l’un d’eux fera appel à des caractères non latins ? Qu’en est-il des enregistrements défensifs ? Si vous vous engagez dans cette voie, aiguillerez-vous les visiteurs vers de nouveaux sites ou les redirigerez-vous vers des domaines existants ? S’il subsiste encore bon nombre d’inconnues, vous devez prendre connaissance des demandes et commencer à étudier l’impact de ces nouveaux gTLD sur votre stratégie.
    • Livre blanc – Préparer votre marque aux nouveaux gTLD 3 Ensuite, de quels recours disposent les marques si, à l’examen des demandes, elles découvrent des noms qui leur posent problème ? S’il vous est impossible d’y objecter formellement, vous pouvez néanmoins recourir aux mécanismes de protection que l’ICANN a mis en place afin de protéger les propriétaires des marques. Dans le cadre du programme de nouveaux gTLD, l’ICANN a adopté un certain nombre de nouveaux mécanismes de protection des droits, à savoir la base de données de marques Trademark Clearinghouse, les procédures de revendications de marques, les procédures relatives aux enregistrements Sunrise et aux litiges, la procédure de suspension uniforme rapide (URS, Uniform Rapid Suspension), la procédure de résolution de conflits après délégation (PDDRP, Post-Delegation Dispute Resolution Procedure) et la procédure de résolution de conflits sur les restrictions des registres (RRDRP, Registry Restriction Dispute Resolution Procedure). • Trademark Clearinghouse : la base de données de marques Trademark Clearinghouse est un référentiel centralisant les informations de marques authentifiées. Celles-ci seront principalement utilisées à l’appui des revendications de marques avant lancement, des enregistrements pendant la période prioritaire (Sunrise) et des résolutions de litiges. • Revendications de marques : dans le cas où une demande d’enregistrement de nom de domaine dans un nouveau gTLD correspond à une marque authentifiée dans la base Trademark Clearinghouse, le service de revendications de marques en notifiera (dans les 90 premiers jours de l’enregistrement général uniquement) l’auteur de la demande et s’assurera i) que ce dernier a reçu bien reçu la notification de la présence de la ou des marques dans la base Trademark Clearinghouse ; ii) qu’il a compris la notification ; iii) qu’à sa connaissance, l’enregistrement et l’utilisation du nom de domaine demandé n’enfreindra pas les droits faisant l’objet de la notification. Si le domaine en question est déjà déposé, le propriétaire des droits sera promptement averti. • Enregistrements pendant la période prioritaire (Sunrise) : sous réserve des conditions d’admissibilité, les enregistrements Sunrise seront également mis à la disposition de tous les détenteurs de marques figurant dans la base Trademark Clearinghouse. Les périodes Sunrise offrent aux ayants droit la possibilité d’enregistrer des domaines en priorité avant que ceux-ci ne deviennent accessibles à tous. En outre, des notifications seront adressées à tous les détenteurs de marques référencés dans la base Trademark Clearinghouse dès qu’un tiers fera une demande d’enregistrement Sunrise. Il en ira de même si un nom de domaine enregistré pendant la période Sunrise est identique à une marque répertoriée. Les conflits éventuels à ce stade seront soumis à une procédure de résolution (SDRP, Sunrise Dispute Resolution Policy). • URS : tous les nouveaux gTLD seront soumis au système URS, une procédure économique et accélérée, destinée à remédier aux problèmes de violation et d’abus de marque. Les plaintes sont déposées au moyen d’un formulaire électronique conçu pour être aussi simple et standard que possible. Le plaignant doit expliquer sa requête en 500 mots au maximum, en acquittant des frais qui devraient être compris entre 300 et 500 dollars par procédure. Les domaines ne sont suspendus que pendant Les professionnels de la protection des marques doivent saisir l’impact que les noms de domaines génériques peuvent avoir sur la présence numérique de leur marque.
    • Livre blanc – Préparer votre marque aux nouveaux gTLD 4 Les professionnels de la protection des marques doivent se préparer à passer au crible la liste des demandeurs afin de s’assurer qu’aucun des domaines de premier niveau proposés n’enfreint leurs marques ou ne risque de semer la confusion sur le marché. le reste de leur durée d’enregistrement, ou pour une année supplémentaire aux tarifs d’enregistrement ayant cours sur le marché. Au terme de la suspension, cependant, ces domaines redeviennent disponibles et seront donc probablement enregistrés à nouveau, ce qui aboutira à un cycle sans fin de veille et de suspension. • PDDRP : cette procédure fournit également aux ayants droit la possibilité de déposer des plaintes contre les registres ayant fait preuve de mauvaise foi dans le but de profiter de l’enregistrement systématique de domaines de second niveau (à gauche du « point ») en infraction. Selon l’ICANN, ce peut par exemple être le cas d’un opérateur de registre qui encourage activement et systématiquement les déposants à enregistrer des noms de domaines afin de tirer un profit indu de la marque avec une mauvaise foi manifeste. Autre exemple : celui d’un opérateur de registre qui intervient à titre de déposant ou de bénéficiaire d’enregistrements en infraction afin d’en tirer profit en toute mauvaise foi. En cas de violation de marque au second niveau, les recours possibles consistent à enjoindre au registre de prendre des mesures pour prévenir de futurs enregistrements en infraction ou à exiger de lui la suspension de l’acceptation de nouveaux enregistrements de noms de domaines jusqu’à ce que toute violation soit résolue. • RRDRP : il s’agit d’une procédure de plainte applicable aux gTLD communautaires, dans laquelle le plaignant affirme être « un établissement lésé en conséquence du non-respect, par l’opérateur de registre de gTLD communautaires, des restrictions d’enregistrement stipulées dans le contrat de registre ». Il incombe au plaignant de prouver que l’opérateur de TLD a violé les termes des restrictions communautaires de son contrat et qu’il existe un préjudice mesurable pour le plaignant et la communauté en question. Le moment d’examiner votre portefeuille de domaines Parallèlement à l’examen de la liste des demandes, à l’identification des problèmes éventuels et à la compréhension des mécanismes disponibles pour la protection des droits, le moment est venu de prévoir l’impact de l’extension de l’espace des noms de domaines sur votre portefeuille de domaines. Peut-être qu’un certain domaine de premier niveau pourrait ouvrir de nouvelles opportunités commerciales pour votre marque, en particulier s’il s’avère que ce TLD rencontre du succès auprès des consommateurs. Malheureusement, en raison de la menace bien réelle des cybersquatteurs qui prennent pour victimes des marques réputées afin de leur voler du trafic, l’ajout d’un aussi grand nombre de nouveaux domaines de premier niveau va obliger les marques à réexaminer les volets défensifs de leur portefeuille de domaines. Aujourd’hui, l’essentiel du portefeuille de domaines d’une entreprise se compose dans une large mesure d’enregistrements défensifs (jusqu’à 80% en moyenne). Dans le cas des très grandes marques, cette proportion peut même représenter 99% de leur portefeuille total.
    • Livre blanc – Préparer votre marque aux nouveaux gTLD 5 Avec l’apparition de ces nouveaux domaines de premier niveau à partir de la mi-2013, l’enregistrement défensif de votre marque dans chacun d’entre eux n’est pas réaliste du point de vue économique, même si tous les nouveaux TLD sont pertinents pour votre marque. Quand bien même seuls 50 nouveaux domaines de premier niveau feraient l’objet d’un enregistrement défensif, si vous utilisez de multiples sous-marques, produits, promotions ou autres expressions comme noms de domaines, l’enregistrement de leur totalité sur ces 50 nouveaux TLD pourrait engendrer des surcoûts considérables. Plus que jamais, l’heure est venue d’examiner de près les noms de domaines que vous aviez enregistrés à titre défensif et de vous demander si certains d’entre eux ne sont pas superflus afin de les retirer de votre portefeuille. Les critères d’abandon concernent notamment les domaines enregistrés mais jamais utilisés, les produits ou services jamais lancés, les noms de domaines excessivement longs, ceux comportant plusieurs traits d’union, ceux se trouvant dans des domaines TLD extrêmement restreints où les coûts sont élevés mais les risques de cybersquatting faibles, les domaines liés à des pays où vous n’exercez aucune activité ou encore les variantes qui génèrent peu de trafic voire pas du tout. Veillez également à examiner les domaines qui ne sont plus utiles pour la promotion ou la protection de votre marque. Certaines expressions passent de mode à mesure que la culture évolue, et un nom de domaine qui se justifiait il y a cinq ans peut ne plus drainer de trafic ou bien être devenu problématique. Tout en jetant un œil critique sur votre portefeuille, veillez à conserver les noms de domaines qui seraient très coûteux à racheter au cas où les circonstances changeraient et où vous en auriez besoin. De même, prenez soin de garder les noms de domaines qui présentent de fortes chances d’être squattés. Revoir vos règles de gestion de domaines Alors que, selon les estimations, 40 à 50 nouveaux TLD vont être lancés chaque mois et que le nombre des demandes internes d’enregistrement devrait augmenter, c’est également le bon moment pour revoir vos règles de gestion de domaines. Prenez soin d’identifier les personnes habilitées à demander, approuver et modifier des enregistrements de noms de domaines. Ce dernier point est particulièrement important car nous avons observé l’an passé des cas d’« hacktivistes » ciblant des noms de domaines connus et modifiant les informations d’enregistrement à des fins politiques ou sociales. Si plusieurs personnes sont autorisées à apporter des modifications, il est cependant conseillé de confier à un responsable unique la tâche de vérifier et de valider l’ensemble de ces modifications. Assurez-vous en outre de disposer de règles claires qui déterminent le moment opportun pour enregistrer de nouveaux domaines, par exemple en fonction du lancement de produits et de campagnes, de l’ouverture de nouveaux domaines de premier niveau ou de la libéralisation des TLD de code pays (ccTLD). Vous devez également prévoir des consignes concernant les principales variantes, les fautes de frappe courantes ou encore des permutations d’expressions dans les noms de domaines. Définissez toutes les autres circonstances spéciales à prendre en compte, notamment des règles relatives aux informations Whois et nameserver à enregistrer (par exemple les coordonnées à indiquer).
    • Livre blanc – Préparer votre marque aux nouveaux gTLD 6 Une autre règle à mettre en place a trait au « verrouillage » de noms de domaines afin d’empêcher tout transfert ou changement de DNS non autorisé. Il ne suffit plus de sécuriser votre site Web : le nom de domaine doit lui aussi être protégé contre les pirates. Si votre bureau d’enregistrement n’offre pas des technologies de pointe pour la sécurité des noms de domaines, notamment le verrouillage des registres, vous devez peut-être envisager de transférer votre portefeuille chez un prestataire plus performant en la matière. Enfin, il est essentiel de déterminer où doivent « pointer » vos noms de domaines : vers le site principal de l’entreprise, un site de e-commerce ou un site de RH ? Est-ce que vos noms de domaines internationaux (IDN) en langue étrangère pointent vers des sites dans la langue correspondante ? Au moyen de solutions DNS standard, vous pouvez aisément obtenir de précieuses statistiques qui vous aideront à saisir le trafic généré par les enregistrements défensifs. Les informations ainsi recueillies seront utiles pour la rationalisation des portefeuilles, l’ajout de noms de domaines si nécessaire ou encore l’abandon de ceux qui drainent peu ou pas de trafic. Réévaluer votre stratégie de protection de marque C’est également le moment opportun pour réactualiser votre stratégie de protection de marque. Au niveau le plus élémentaire, il est important de surveiller tous les enregistrements de nouveaux gTLD afin d’y déceler des problèmes potentiels d’utilisation impropre de marques, slogans, etc. Prenez soin de surveiller les enregistrements suspects dès la mise en ligne des sites de façon à vérifier également leur contenu. Ce faisant, les entreprises pourront identifier les abus et agir immédiatement lorsque cela s’impose. Cela peut impliquer de surveiller activement un site et le trafic associé, de lancer une procédure SDRP ou URS, ou encore de réexaminer la précision de l’enregistrement Whois dans l’éventualité où le nom tomberait entre les mains d’une personne ou entité suspecte. Face à l’ouverture d’un si grand nombre d’espaces de noms de domaines, il y a fort à craindre que des attaques de cybersquatting et de phishing redirigent le trafic Internet des nouveaux gTLD vers des sites Web frauduleux, par l’enregistrement de domaines aux noms proches de ceux de sites légitimes dans le dessein de semer la confusion. Si vous n’avez pas encore mis en place de directives à cet égard, vos services juridiques, de protection de marque et de gestion du risque doivent travailler de concert pour instaurer des règles permettant la détection et l’investigation des sites de cyberfraude ou de contrefaçon. Intégrez une stratégie de défense active qui identifie les moyens administratifs, légaux et/ou techniques de faire fermer les sites pirates ciblant votre marque, de sorte que vos clients ne soient pas victimes d’escrocs. Repérez les sites contrefaits ou illicites qui attirent le plus de trafic et traitez ceux-ci en priorité. Mettez en place un plan afin de capturer ce trafic et de le rediriger vers les rubriques appropriées du site Web de votre marque.
    • En résumé L’heure est venue de se préparer au lancement des nouveaux gTLD. Passez en revue votre actuel portefeuille de domaines, actualisez vos règles et directives et calculez l’impact budgétaire niveau dans lesquels vous souhaiterez enregistrer vos marques. Les responsables des budgets affectés à l’enregistrement des noms de domaines doivent s’attendre à une augmentation de ces budgets, dans la mesure où près de 700 nouveaux gTLD devraient être lancé des trois prochaines années. Alors que de nombreux coûts ne sont pas encore parfaitement connus, il faudra d’enregistrement de domaine, les frais d’inscription dans la base Trademark Clearinghouse, ainsi que les coûts su et y remédier. Il importe de continuellement rationaliser votre portefeuille de domaines par un examen périodique afin d’en optimiser la valeur et d’en maîtriser les coûts. Alors qu’un afflux de nouveaux gTLD devrait les bureaux d’enregistrement n’offriront pas des services d’enregistrement dans chacun d’entre eux. Le choix d’un bureau qui des services d’enregistrement pour (y compris ceux présentant des critères très stricts d’admissibilité) deviendra critique à mesure que le nouveau paysage des noms de domaines va se complexifier considérablement au fil du temps. un seul bureau d’enregistrement contribuera à complexes qui sont à prévoir. Que ces vous apportent de nouvelles opportunités commerciales intéressantes ou non, votre intérêt est que vos clients et prospects aboutissent sur votre site, plutôt que celui d’un imposteur. A propos de MarkMonitor MarkMonitor® , leader mondial de la prot entité Propriété intellectuelle & Science de Thomson Reuters, s’appuie sur un modèle SaaS pour fournir une technologie et une expert qui protègent le chiffre d’affaires et la réputation mondiales. Dans le monde numérique, les marques sont confrontées à de nouveaux dangers liés à l’anonymat qui règne sur le Web, à sa dimension planétaire et à l’évolution des modes de consommation des contenus, marchandises et services. Les clients choisissent MarkMonitor pour sa combinaison unique d’expertise à la pointe du secteur, de technologie avancée et de relations sectorielles extensives investissements en marketing, leurs revenus et la confiance de leurs clients. Pour en savoir plus sur MarkMonitor, nos solutions et services, consultez le site markmonitor.com. Boise | San Francisco | Washington | Londres © 2013 MarkMonitor Inc. Tous droits réservés. MarkMonitor une entité de la division Propriété intellectuelle & Science de Thomson Reuters. citées sont la propriété de leurs détenteurs respectifs White Paper: L’heure est venue de se préparer au lancement des nouveaux gTLD. Passez en revue votre actuel portefeuille de domaines, actualisez vos règles et et calculez l’impact budgétaire des nouveaux domaines de premier dans lesquels vous souhaiterez enregistrer vos marques. responsables des budgets affectés à l’enregistrement des noms domaines doivent s’attendre à une augmentation de ces budgets, dans veaux gTLD devraient être lancés au cours des trois prochaines années. Alors que de nombreux coûts ne sont pas encore parfaitement connus, il faudra prendre en compte les frais d’enregistrement de domaine, les frais d’inscription dans la base Trademark Clearinghouse, ainsi que les coûts supplémentaires pour surveiller les abus continuellement rationaliser votre portefeuille domaines par un examen périodique afin d’en optimiser la valeur et Alors qu’un afflux de nouveaux gTLD devrait déferler dès cette année, tous n’offriront pas des services d’enregistrement dans chacun d’entre eux. Le choix d’un bureau qui s’engage à fournir services d’enregistrement pour l’ensemble des nouveaux gTLD présentant des critères très stricts d’admissibilité) deviendra critique à mesure que le nouveau paysage des noms de domaines complexifier considérablement au fil du temps. Une collaboration avec seul bureau d’enregistrement contribuera à simplifier certains des aspects Que ces noms de domaines supplémentaires opportunités commerciales intéressantes ou clients et prospects aboutissent sur votre site, leader mondial de la protection des marques d’entreprise et Propriété intellectuelle & Science de Thomson Reuters, s’appuie sur modèle SaaS pour fournir une technologie et une expertise de pointe a réputation des plus grandes marques mondiales. Dans le monde numérique, les marques sont confrontées à nouveaux dangers liés à l’anonymat qui règne sur le Web, à sa dimension ution des modes de consommation des contenus, marchandises et services. Les clients choisissent MarkMonitor pour combinaison unique d’expertise à la pointe du secteur, de technologie avancée et de relations sectorielles extensives afin de protéger leurs investissements en marketing, leurs revenus et la confiance de leurs clients. Pour en savoir plus sur MarkMonitor, nos solutions et services, consultez Plus de la moiti entreprises confiance prot Voyez ce que nous pouvons faire pour vous MarkMonitor Inc. USA Europe www.markmonitor.com dres © 2013 MarkMonitor Inc. Tous droits réservés. MarkMonitor® est une marque déposée de MarkMonitor Inc., de la division Propriété intellectuelle & Science de Thomson Reuters. Toutes les autres marques urs respectifs. Réf. source : WPgTLD062013 Paper: Preparing Your Brand for a New gTLD World Plus de la moitié des entreprises Fortune 100 font confiance à MarkMonitor pour protéger leurs marques en ligne. Voyez ce que nous pouvons faire pour vous. MarkMonitor Inc. USA (800) 745-9229 Europe +44 (0) 203 206 2220 www.markmonitor.com