Télécharger la Boîte à outils en Français

  • 1,078 views
Uploaded on

Télécharger la Boîte à outils en Français …

Télécharger la Boîte à outils en Français

More in: Design
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Be the first to comment
    Be the first to like this
No Downloads

Views

Total Views
1,078
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
2

Actions

Shares
Downloads
24
Comments
0
Likes
0

Embeds 0

No embeds

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
    No notes for slide

Transcript

  • 1. Boîte à outils du Changement climatique
  • 2. Introduction « Cest un problème que nous devons résoudre, Christian Aid / Elaine Duigenan sinon personne ne survivra. »Christian Aid Abdoulaye Ndiaye est maçon et agriculteur, il vit à Diarra, un village situé au nord du district de LArchevêque Podor (Sénégal). La photo est prise à un endroit où, jadis, sélevait une forêt touffue. Des années de Desmond Tutu sécheresse, de déforestation et dérosion du sol lont transformée en terre aride et sablonneuse. Le changement climatique est un problème global, populations les plus vulnérables soient protégées de vie des populations. Dans tous les cas de figure, le mais il naffecte pas tous les pays de la même manière. de limpact du changement climatique, tout en ayant changement climatique et les réponses apportées par Même si ses conséquences seront sans doute un droit au développement et une voie dissue pour les politiques auront un impact majeur sur votre travail. néfastes pour les populations des pays relativement échapper à la pauvreté. Les pays développés doivent Il est urgent dagir dès maintenant pour lutter contre le riches, elles seront bien plus dévastatrices pour les réduire leurs propres émissions et fournir tout le soutien changement climatique, car les populations pauvres du habitants vulnérables des pays pauvres. Les effets nécessaire aux pays pauvres pour leur permettre de monde entier en subissent déjà les effets - ce sont elles du changement climatique se manifestent par toutes limiter la croissance des émissions et développer de qui seront les plus touchées. sortes de problèmes. Les exemples bien connus sont les nouvelles méthodes faibles en émissions carboniques. changements au niveau des régimes pluviométriques Lheure est à la justice climatique ! et le nombre croissant d’épisodes de sécheresse et Il se pourrait que votre domaine d’intervention soit Le changement climatique est une crise denvergure dinondations, qui ont un impact dévastateur. Si la la sensibilisation de l’opinion publique aux questions mondiale : si lon ny remédie pas, ce sont la vie et température augmente de plus de 2oC, les experts d’environnement et de développement durable, les moyens de subsistance de centaines de millions prédisent des pénuries deau sérieuses, la hausse du l’organisation d’une campagne dans votre pays de populations pauvres du monde entier qui seront niveau de la mer et des millions de nouveaux cas de pour défendre le droit d’accès des communautés menacés. Pour nous attaquer à ce problème, il faut paludisme en Afrique et de famine, du fait de la baisse pauvres aux biens communs - comme l’eau, la terre, faire pression sur les leaders politiques pour réclamer générale des rendements agricoles sur toute la planète. le droit d’exploitation de la pêche et de la forêt – la une justice climatique. Nous avons besoin dun accord responsabilisation d’entreprises non respectueuses des international fructueux et équitable pour lutter contre le Les effets les plus néfastes du changement climatique normes fondamentales de protection de l’environnement changement climatique - et nous en avons besoin aussi sont ressentis dans les pays pauvres, alors quils ont et des droits des travailleurs ou le travail de rapidement que possible, pour quil entre en vigueur dès contribué en moindre part à la cause du problème. développement sur le terrain, par exemple dans la que les engagements actuels dans le cadre du protocole Cest une injustice. Nous devons veiller à ce que les fourniture de services et l’amélioration de la qualité de Kyoto arrivent à expiration, en 2012. Introduction La science et Les discussions Les positions de La campagne Aider les pays du Sud dans leur Glossaire Calendrier Liste de sources clés les impacts à lONU lAPRODEV Time for Climate plaidoyer et leurs campagnes sur dévènements sur le Web Justice le changement climatique
  • 3. économies émergentes en matière de réduction des Christian Aid/Amanda Farrant émissions globales, les obligations légales auxquelles ont souscrit les pays développés depuis 1992 qui ont un impact sur les pays du Sud et la compensation carbone, par exemple. La Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) est le principal forum de discussion et de négociation de ces questions. Deuxièmement, la boîte à outils cherche également à encourager nos partenaires et groupes alliés à faire pression sur les gouvernements et à engager des campagnes daction dans les pays du Sud. Nous souhaiterions que les ONG des pays du Sud occupent une place prépondérante dans les débats internationaux. Leur rôle serait dinterpeler leurs gouvernements sur les choix politiques faits au niveau national - par exemple, en ce qui concerne la politique de lénergie et les stratégies globales de développement - et daider la société civile à obtenir des résultats fructueux dans le cadre des discussions aux Nations Unies. Nous avons besoin de votre aide. La boîte à outils est divisée en cinq grandes parties. Vous y trouverez lintroduction, plus : - La science et les impacts - Les discussions à lONU 3 000 personnes issues de la société civile des pays du Sud participent à une mobilisation massive à Bangkok lors de lintersession de la CCNUCC sur le changement climatique en 2009. - Les positions de lAPRODEV - La campagne Time for Climate Justice (Lheure est à la Justice Climatique)Nous devons pousser nos gouvernements à prendre des de changement climatique. Les agences de lAPRODEV - Aider les pays du Sud dans leur plaidoyer et leursmesures de lutte contre le changement climatique. Les – les 17 organisations de développement qui travaillent campagnes sur le changement climatiquepays riches doivent sengager à : en collaboration avec le Conseil œcuménique Mondial des Eglises – travaillent ensemble en Europe pour faire Dans chaque section, des liens permettent aux• mettre en œuvre des réductions importantes et pression sur les gouvernements du Nord, mais si lon utilisateurs de sorienter facilement. La boîte à outils urgentes de leurs propres émissions carboniques veut obtenir des mesures internationales qui soient est complétée par une petite vidéo à lintention des (au niveau national, et non pas à létranger), pertinentes, il faut aussi faire entendre haut et fort la organisateurs de campagne, une section sur les sources conformément au seuil maximum de 2°C de voix des pays en développement. clés, un glossaire et un calendrier dévènements. réchauffement planétaire. Objectif et contenu de cette boîte à outils Pour commander des exemplaires• soutenir et aider les pays en développement à Cette boîte à outils a deux objectifs. Premièrement, de la boîte à outils financer la réduction de leurs émissions, à mettre en informer dans chaque pays le personnel des agences Si vous souhaitez vous procurer dautres exemplaires œuvre un programme de développement propre et de lAPRODEV, ses partenaires et les ONG basées dans de la boîte à outils, veuillez contacter léquipe de à sadapter au changement climatique. les pays du Sud, des principaux débats actuels sur campagne Time for Climate Justice par email à la question du changement climatique, notamment campaigns@christian-aid.org, ou rendez-vous sur www.Nous voulons créer un mouvement de masse qui ceux qui concernent les pays en développement : les climatejusticeonline.orginterpelle nos leaders pour aboutir à un accord arrangements au niveau du financement de programmeséquitable et fructueux, au niveau mondial, en matière dadaptation, le débat sur la contribution des soi-disantCette boîte à outils est une initiative de la campagne Time for ClimateJustice de lAPRODEV. LAPRODEV est lassociation des 17 organisationsmajeures de développement et daide humanitaire européennes liéesau Conseil œcuménique des Eglises. Au rang de ses membres figurentnotamment : Eglise suédoise, Diakonia, Norwegian Church Aid,DanChurch Aid, Finn Church Aid, ICCO, EED, Brot für die Welt, Bread forAll et Christian Aid.
  • 4. 1. La science etlES impacts Contenu Le consensus scientifique, latténuation et ladaptation Raisons pour lesquelles le réchauffement ne doit pas dépasser 2°C Les impacts sur le développement Figure 1 : Réchauffement planétaire - plus la « couche » de gaz à effet de serre est épaisse, plus elle absorbe le rayonnement infrarouge et plus la température augmente1Introduction La science et Les discussions Les positions de La campagne Aider les pays du Sud dans leur Glossaire Calendrier Liste de sources clés 1 les impacts à lONU lAPRODEV Time for Climate plaidoyer et leurs campagnes sur dévènements sur le Web Justice le changement climatique
  • 5. Quest-ce que le changement climatique ? Christian Aid/Mike Goldwater/Getty ImagesNotre climat, cest-à-dire les conditionsmétéorologiques moyennes relatives à un lieugéographique particulier, est influencé par toutes sortesde processus naturels – notamment le rayonnementsolaire, les échanges thermiques entre les océans etles masses dair, les courants océaniques, la circulationatmosphérique et linteraction entre les masses dair etles continents. Ces processus et les conditions météoqui en résultent ont un fonctionnement dynamique.On peut néanmoins observer des phénomènes et descycles qui se répètent, et donc parler de conditionsclimatiques « typiques ». (la notion de « typique »englobe les variations saisonnières et même lesévènements météorologiques extrêmes.)2 Le réchauffement planétaire anthropique (issu dactivités humaines) perturbe le cycle normal de notre climat. Pour comprendre pourquoi, il faut se pencher sur ce quon appelle « leffet de serre » (voir Fig. 1). Quand le rayonnement solaire pénètre dans latmosphère, une partie est renvoyée directement dans lespace, mais une proportion significative atteint la surface de la planète et la réchauffe. Cette chaleur est ensuite réémise sous forme de rayonnement infrarouge. Les gaz à effet de serre – les principaux gaz se formant naturellement sont la vapeur deau, le dioxyde de carbone (CO2), le méthane (CH4) et lozone Sécheresse au nord-est du Kenya en 2006 : Saadiya Okash, 26 ans, se repose après deux heures de marche pour aller chercher de leau au– piègent ce rayonnement qui est alors maintenu dans point deau dun autre village. Elle a absolument besoin deau pour latmosphère. Ceci a pour effet de réchauffer la surface empêcher que son petit troupeau de chèvres ne meure de soif. de la Terre et la troposphère - cest ce quon appelle leffet de serre. Leffet de serre est un phénomène naturel indispensable à la vie sur Terre. Sans lui, il ferait prévoit que les températures vont encore augmenter Ces impacts varient selon les régions du globe. Par trop froid sur la Terre pour y vivre. Or, plus il y a de de 1,1-6,4°C au cours de notre siècle, à moins que exemple, les continents se réchaufferont plus vite gaz à effet de serre (GES) dans latmosphère, plus le des mesures durgence ne soient prises pour réduire que les océans, mais les latitudes les plus élevées, rayonnement est piégé et plus le réchauffement les émissions.3 notamment la région arctique, connaîtront des hausses est important. de température plus fortes.4 Il est très probable que les Le changement climatique est une modification précipitations augmenteront dans les régions à latitudes Les émissions de GES anthropiques depuis le durable et globale des paramètres climatiques et élevées, et déclineront dans les continents subtropicaux début de la révolution industrielle – résultant météorologiques de la Terre – dépassant lenvergure (jusquà moins 20 % dici 2100, selon certains scénarios).5 principalement de la combustion de combustibles des cycles naturels – due aux émissions anthropiques Mais on observera également des variations au sein fossiles nécessaires au transport, à lindustrie et à la de GES. Outre la hausse des températures, il y a des pays – il nest donc pas facile de présenter une production dénergie, et le déboisement des forêts dautres indicateurs du changement climatique : seule configuration nationale de limpact probable du– ont fait augmenter considérablement le niveau de dérèglement des précipitations, multiplication du changement climatique.GES dans latmosphère et décuplé leffet de serre. Ceci nombre dévènements météorologiques extrêmes a induit le réchauffement artificiel de latmosphère, (ouragans, inondations, sécheresse et vagues de Le consensus scientifique, latténuation et des continents et des océans : entre 1905 et 2005, chaleur), hausse du niveau des océans, dérèglement ladaptation la température globale moyenne des continents a des saisons, acidification des océans et fonte des Les Nations Unies rassemblent tous les six ans un augmenté de 0,74°C. Depuis 50 ans, le réchauffement glaces. Ces changements ont déjà des effets socio- panel dexperts scientifiques du climat pour examiner sest accéléré et cest depuis 1995 quon a connu les économiques importants qui samplifieront – voir ci- les derniers travaux et rapports sur le changement dix années les plus chaudes jamais enregistrées. On dessous « Les impacts sur le développement ». climatique – cest le Groupe intergouvernemental Introduction La science et Les discussions Les positions de La campagne Aider les pays du Sud dans leur Glossaire Calendrier Liste de sources clés 2 les impacts à lONU lAPRODEV Time for Climate plaidoyer et leurs campagnes sur dévènements sur le Web Justice le changement climatique
  • 6. La Terre se réchauffe : Signes précurseurs les gaz à effet de serre anthropiques « On compare souvent la région arctique au canari Le développement industriel sest appuyé en grande Effet « multiplicateur » dans la mine pour ce qui concerne le réchauffement partie sur lénergie libérée par la combustion de Lune des choses qui préoccupe les climatologues, cest planétaire… et maintenant… le canari est mort. » combustibles fossiles, qui dégagent beaucoup de la question de savoir si certains effets du réchauffement dioxyde de carbone (CO2). Le CO2 est le gaz à effet Jay Zwally, scientifique à la NASA8 planétaire amplifient en fait le mécanisme de de serre le plus significatif sur le plan politique, réchauffement. Par exemple, le réchauffement car il représente la majorité des émissions de GES La fonte des glaces polaires est un indice important planétaire va provoquer de plus en plus : anthropiques ; il est intrinsèquement lié à la production du réchauffement planétaire. La glace de mer dans dénergie et aux activités économiques. Si dans une lArctique en été ne couvre déjà plus quenviron 6 • la fonte dimportantes plaques de glace, qui ne certaine mesure les émissions dautres GES ont reculé, millions de kilomètres carrés, au lieu de 9 millions dans peuvent donc plus réfléchir le rayonnement solaire, les émissions de CO2 semblent au contraire samplifier les années 1960. Ceci équivaut à une perte dun tiers de ce qui entraîne un réchauffement plus important à un rythme de plus en plus soutenu. la superficie en tout juste 40 ans.9 Cette fonte rapide est un signe que le réchauffement planétaire pourrait bien • la disparition des forêts (due à la perturbation des Les sources de GES anthropiques incluent : se manifester plus rapidement que les scientifiques ne écosystèmes), qui libère des stocks importants de lavaient prévu. carbone, en amplifiant leffet de serre • la combustion de combustibles fossiles comme le charbon, le pétrole et le gaz naturel pour Contrairement à la fonte des glaciers au Groënland • la fonte du pergélisol, qui libère du méthane, un produire de lélectricité, du chauffage et le et dans lAntarctique, la fonte de la glace de mer ne autre gaz à effet de serre. transport, etc. (produisant principalement représente pas en soi un danger immédiat pour la vie du CO2) humaine, dans la mesure où elle ne contribue pas à Ces effets multiplicateurs ont le potentiel daugmenter la hausse du niveau des océans. Cest toutefois un significativement le rythme du réchauffement planétaire. • le changement dusage des sols, par exemple signe important des tendances climatiques à lœuvre et les activités de déforestation et de défrichage des travaux récents ont conduit certains scientifiques libèrent les stocks de carbone et des quantités à conclure que la disparition de la mer de glace d’été significatives de CO2 et de CH4 peuvent être pourrait déjà être irréversible, ou sur le point de présentes dans les sols et la tourbe le devenir.10 • dautres processus industriels, comme la production de ciment, daluminium et le indiscutable de la planète. Il déclarait également que contre 278 ppm pour lépoque pré-industrielle. Comme dégagement de gaz industriels réfrigérants les activités humaines étaient « très probablement » on la vu plus haut, la hausse des niveaux de GES dans (produisant divers GES, selon le processus) la principale cause du réchauffement – avec plus de 90 latmosphère a contribué à laugmentation régulière % de certitude. Ce rapport, cité ci-dessous, confirmait des températures globales. • dautres activités agricoles, comme lélevage de que la grande majorité des études scientifiques bétail, les rizières, la production et lutilisation établissaient un lien entre les niveaux de GES et les La seule solution permanente au changement dengrais chimiques, etc. (produisant du CH4 et températures globales. climatique anthropique serait que les plus grandes de loxyde nitreux (N2O), mais aussi du CO2). économies mondiales réduisent suffisamment leurs Le réchauffement du système climatique est émissions de GES pour stopper le réchauffement et indiscutable, comme le montrent désormais les le maintenir à un niveau qui ne soit pas dangereux.sur lévolution du climat (GIEC). On en parle augmentations des températures moyennes de Cest ce quon appelle des mesures datténuation. Decomme d’un consensus scientifique global sur le lair et des océans, la fonte générale de la neige cette manière, on sattaque aux causes du changementchangement climatique, mais en fait il ne sagit pas et des glaces, et la hausse moyenne globale du climatique. En voici des exemples :de « découvertes » scientifiques, mais plutôt dune niveau des océans.6analyse de ce quun groupe déminents scientifiques • réduire la consommation de combustibles fossilesissus de tous bords saccordent à penser, en létat des Les niveaux de GES, comme le CO2, sont beaucoup (pétrole, gaz et charbon) pour le chauffage, leconnaissances actuelles. plus élevés quils ne lont été au cours des 650 000 transport et lélectricité, et adopter à la place des dernières années – période pour laquelle nous avons sources dénergie renouvelables - énergie éolienne,Dans son quatrième rapport dévaluation des des données fiables.7 Des observations récentes de énergie solaire et énergie hydrauliquechangements climatiques, publié en 2007, le GIEC lobservatoire de Mauna Loa (Hawaii) montrent en 2008a rapporté quon observait un réchauffement des niveaux de CO2 dans latmosphère de 387 ppm,Introduction La science et Les discussions Les positions de La campagne Aider les pays du Sud dans leur Glossaire Calendrier Liste de sources clés 3 les impacts à lONU lAPRODEV Time for Climate plaidoyer et leurs campagnes sur dévènements sur le Web Justice le changement climatique
  • 7. place des mesures de réduction des émissions de Effets négatifs GES, ladaptation cessera probablement dêtre une option viable pour de nombreuses populations, car les Si les émissions de GES ne sont pas freinées et si le • En Asie, le volume deau potable diminuera hausses de température et les effets météorologiques réchauffement se poursuit, les effets sur la planète dans dans les grands bassins versants, affectant associés seront impossibles à inverser. Voir 20, 40 ou 90 ans seront encore plus catastrophiques. lapprovisionnement en eau de plus dun milliard de « Adaptation dans les pays en développement » dans Le GIEC prédit par exemple les effets suivants dans personnes dici 2050. la section « Les positions de lAPRODEV », pour des différents secteurs et régions.13 exemples de mesures dadaptation. Santé Raisons pour lesquelles le réchauffement Sécurité alimentaire • Recrudescence de la malnutrition. ne doit pas dépasser 2°C • Dans les pays en développement semi-arides et Comme nous lavons vu plus haut, la hausse des arides, même une petite hausse de température • Augmentation des décès, maladies et blessures températures globales est directement liée au niveau (1-2°C) pourrait réduire le rendement des récoltes découlant dévénements météorologiques extrêmes croissant de GES présents dans latmosphère. La et augmenter les risques de faim. (vagues de chaleur, inondations, tempêtes, concentration de CO2 dans latmosphère, en 2008, sécheresse, etc.) était de 387 ppm. Un niveau de stabilisation hors de • Dans certaines parties dAfrique, les terres propices danger serait compris entre 350 et 375 ppm.11 Selon à lagriculture, la longueur de la saison de culture et • Lincidence de la diarrhée, associée principalement le GIEC, si nous stabilisons le niveau de CO2 dans le rendement des récoltes iraient tous en diminuant. aux sources deau contaminées lors dinondations et latmosphère à 400 ppm – limite souvent citée par de sécheresse, ira en croissant. divers gouvernements – le risque de dépassement des • En Asie, une baisse de 30 % du rendement des 2°C de hausse des températures moyennes globales récoltes interviendrait dans le centre et le sud de • Le changement dans la répartition spatiale de (par rapport à lépoque pré-industrielle) reste supérieur lAsie dici 2050. certaines maladies infectieuses, dont le paludisme, à 50 %, voire à 70 %.12 pourrait réduire le nombre de décès dans certaines • En Amérique latine, une baisse significative du zones, tout en augmentant le risque dinfection Une hausse de 2°C est largement considérée comme rendement des récoltes et de lélevage interviendra dans dautres. la hausse maximale acceptable des températures dans les zones les plus arides. globales avant que les effets ne deviennent préoccupants. Un rapport co-rédigé par Christian Aid • Les stocks de poisson diminueront encore plus, Forêts a souligné limportance de cette hausse maximum du fait du réchauffement et de l’acidification • La multiplication des incendies de forêts et des de 2°C : des océans. insectes nuisibles aura un impact sur les activités forestières. Si la température augmentait au-delà de 2°C, Accès à leau potable jusquà 4 milliards de personnes pourraient • Environ 50 % de la superficie de la planète pourrait • Dici 2050, la forêt tropicale sera graduellement faire face à des pénuries deau croissantes. être exposé au risque de sécheresse dici 2100. remplacée par la savane dans la région Est de Lagriculture cesserait dêtre viable dans lAmazone, tandis quune dégradation beaucoup certaines parties du monde, notamment • En Afrique, 75 à 250 millions de personnes seront plus grave de la forêt tropicale humide amazonienne dans les régions tropicales, et des millions affectées par pénuries deau dici 2020. est prévue dici 2100. dhabitants seraient exposés aux risques de la famine. Cette hausse de température entraînerait 40 à 60 millions de nouveaux cas• mettre en place des mesures déconomie dénergie En même temps, les pays devront adopter des de paludisme en Afrique.14 chez les particuliers et dans lindustrie stratégies pour protéger leurs populations et• mettre fin à la déforestation et encourager la linfrastructure des divers effets du changement Pour éviter ces effets catastrophiques, Christian Aid plantation de forêts climatique. Cest ce quon appelle des mesures est davis quil faut stabiliser le réchauffement de la• encourager un changement dhabitude au niveau dadaptation. Les efforts dadaptation sont à faire en planète à un niveau aussi faible que possible – en des transports, en privilégiant les transports en urgence, car le changement climatique est déjà amorcé tous les cas, bien en dessous de lobjectif de 2°C. En commun au lieu de la voiture (du fait des anciennes émissions). Lampleur et le type nous basant sur les chiffres du GIEC et les travaux• changer les habitudes de consommation qui de mesures dadaptation quil faudra engager à lavenir du Potsdam Institute for Climate Impact Research et reposent exclusivement sur lénergie intensive dépendront des niveaux de réchauffement futurs, qui dautres, nous sommes convaincus quil faut cibler un• réduire les émissions de GES résultant dactivités dépendront à leur tour des mesures datténuation niveau de stabilisation de 375 ppm (maximum). Daprès agricoles. qui seront prises. Si nous narrivons pas à mettre en le quatrième rapport dévaluation de la CCNUCC, ceciIntroduction La science et Les discussions Les positions de La campagne Aider les pays du Sud dans leur Glossaire Calendrier Liste de sources clés 4 les impacts à lONU lAPRODEV Time for Climate plaidoyer et leurs campagnes sur dévènements sur le Web Justice le changement climatique
  • 8. Controverses scientifiques Si la question du changement climatique est lune pour discréditer les travaux scientifiques – à laide éruptions solaires. Il est clair que ces facteurs et des plus étudiées et les plus suivies dans la science dune panoplie de coups bas, de techniques de vente dautres affectent les températures au niveau local moderne, elle nest pas à labri de la controverse commerciale et dinterprétations erronées de points et mondial, de diverses manières – mais lanalyse - souvent initiée et amplifiée par les « climato- de vue scientifiques – il est dautant plus important du climat en tient compte, et elle trouve quand sceptiques ». de souligner les preuves détaillées et concluantes de même des preuves indiscutables dune tendance lexistence dun changement climatique. au réchauffement avec une seule explication Une controverse a été déclenchée par le vol et la plausible : ce réchauffement est causé par les GES publication sélective en 2009 demails privés au sein Voici les principaux arguments de ceux qui remettent en anthropiques. de lunité de recherche sur le climat de lUniversity of cause la théorie du changement climatique : East Anglia, au Royaume-Uni. Bien quaucune question • « Les gaz à effet de serre anthropiques ne sont sérieuse à propos de la science fondamentale du climat • « La planète ne se réchauffe pas » – cest un pas suffisants pour avoir un impact » – il est vrai nait été posée, ces emails montraient clairement que les message très répandu, du fait dun hiver 2009/2010 que les sources de gaz à effet de serre - naturelles scientifiques de lUEA ne souhaitaient pas disséminer particulièrement froid et enneigé dans certaines et anthropiques - sont diversifiées et que ces gaz leurs données, dans une tentative (vouée à léchec) parties dEurope et dAmérique du Nord. Or, ce représentent une proportion relativement mince de de bloquer ce quils considéraient comme des travaux serait une erreur de juger limpact de plusieurs latmosphère. Mais ces gaz exercent une influence scientifiques mal conduits et une hostilité à légard des décennies sur des conditions climatiques, en prenant majeure sur notre climat (sans eux, la température climato-sceptiques. lexemple dune seule année, voire de quelques de notre planète serait beaucoup plus froide (moins années. La preuve de la tendance au réchauffement 30°C)) et les activités humaines ont un impact Plusieurs mois après, le GIEC a reconnu quil avait fait ne fait aucune doute si lon prend les relevés de significatif – par exemple, la concentration de CO2 une erreur en avançant dans son Quatrième Rapport température et si lon analyse les changements dans latmosphère a augmenté de plus dun tiers du dévaluation que les glaciers de lHimalaya pourraient intervenus dans lenvironnement naturel face à fait dactivités humaines. disparaître en grande partie dici 2035 ; les journaux du lévolution des températures. Le réchauffement des monde entier en ont fait des gorges chaudes, en dépit 50 dernières années na pas d’équivalent au cours Les sites Web consacrés à lanalyse scientifique du du fait que le rapport contenait également des preuves des 1300 dernières années, voire même depuis changement climatique et aux débats qui lentourent ne détaillées et très bien étayées du recul considérable des plusieurs millénaires. manquent pas. glaciers de lHimalaya. Pour voir une sélection des meilleurs sites, reportez-vous • « Le réchauffement est provoqué par dautres à la liste des sources clés sur le Web - au dos Ces incidents montrent que les experts du climat font causes » – régulièrement, on a essayé davancer du document. parfois des erreurs, qui peuvent remettre en cause que le changement de température pourrait être dû la crédibilité de leur scénario. Quand un petit groupe à des cycles naturels, à des éruptions volcaniques, de climato-sceptiques est déterminé à tout faire à lurbanisation croissante, à des taches ou desposerait un bien moindre risque – inférieur à 20 % – de En identifiant ce chiffre de deux degrés, les analyses déjà manifestés avec le réchauffement actuel et quedépassement des 2°C.15 scientifiques tracent un trait dans le sable, qui toute hausse signifierait des décès et des dommages permettrait déviter les impacts les plus néfastes du quon pourrait éviter dans les pays vulnérables.Pour que le réchauffement ne dépasse pas les 2°C, les changement climatique. Ce chiffre a ensuite été reprisémissions globales doivent atteindre un pic en 2015, dans les déclarations dobjectifs des grands pays Les impacts sur le développementau plus tard,revenir aux niveaux approchant ceux de développés. Or, de nombreux pays en développement Le changement climatique est un problème central à1990 dici 2020, et retomber dici 2050 à environ 80 % sont davis quil nest pas suffisamment ambitieux. la question du développement, car nous dépendonsdes niveaux de 1990.16 Les travaux de modélisation Pour les pays les plus pauvres qui subissent déjà des tous du climat pour survivre - pour cultiver les céréalesconfirment en grande partie la nécessité de mesures effets significatifs du changement climatique, les que nous allons manger, par exemple. Les populationsde cette ampleur. Pour parvenir à une transformation conséquences dune hausse de température globale des pays en développement sont plus sensibles auxglobale de cette envergure, le statu quo nest plus moyenne de deux degrés seraient catastrophiques. Ces effets du changement climatique, parce que le fléaude mise. pays réclament donc des objectifs plus stricts, limitant la de la pauvreté les touche plus et quelles nont pas hausse à moins de 1,5°C, voire à 1°C. Il est indiscutable largent ni les structures qui leur permettent de lutter. que des changements climatiques dangereux se sont Même des changements climatiques infimes auront unIntroduction La science et Les discussions Les positions de La campagne Aider les pays du Sud dans leur Glossaire Calendrier Liste de sources clés 5 les impacts à lONU lAPRODEV Time for Climate plaidoyer et leurs campagnes sur dévènements sur le Web Justice le changement climatique
  • 9. sources, suggèrent fortement que les effets se font Christian Aid/Mohammadur Rahman déjà ressentir.17 • Dans létat de lOuest Bengale, en Inde, les agriculteurs signalent quil ny a plus que trois saisons distinctes, au lieu de six. Les hivers sont plus courts et moins froids, tandis que le printemps a disparu et les étés sont plus chauds (plus de 35°C) et plus longs. Les jours de pluie sont moins nombreux dans lannée, y compris pendant la mousson. A larrivée de la mousson, la pluie tombe sans discontinuer, empêchant les paysans de travailler dans leur champ une partie de la journée, comme ils le faisaient avant. • Dans le nord-est du Brésil, les périodes de sécheresse sont plus prolongées et plus fréquentes, selon les scientifiques et les agriculteurs. En 30 ans, les températures ont augmenté de 1°C. Les pluies sont plus sporadiques, ce qui fait que les fermiers ne savent plus quand il faut ensemencer. Les pluies sont aussi plus fortes, risquant dendommager les récoltes et de causer des inondations. • Dans le nord du Kenya, les périodes de sécheresse ont quadruplé en 25 ans. Les communautés Déjà vulnérabilisées par la pauvreté et la fragilité de lenvironnement, les communautés riveraines du Bengladesh pastorales, nomades, qui vivent dans les régions sont exposées à un risque encore plus grand du fait quelles subissent les conséquences du changement climatique. On constate que lérosion des rivières samplifie, en partie du fait de l’impact du changement climatique arides et semi-arides sont les plus touchées. La sur le débit, la salinité de leau, les tempêtes et les régimes pluviométriques sécheresse dévastatrice de 2005 a entraîné des pertes massives dans le cheptel, réduisant ainsi les maigres biens des éleveurs.impact majeur sur la faim, les victimes de maladies climatique alors quils nont pas contribué, ou trèsou les populations qui manquent deau (pour ne citer peu, au problème. (Nous évoquons plus loin la • Dans la région côtière du Bengladesh, les cyclonesque quelques exemples). Par ailleurs, le changement responsabilité des pays industrialisés riches en sont encore plus redoutables, les populationsclimatique pourrait saper potentiellement les efforts matière de lutte contre le changement climatique et voient leurs terres disparaître suite à lérosionde développement qui ont déjà été déployés. Par ses effets néfastes.) causée par les rivières et la hausse du niveau de laexemple, même si un pays a construit des digues mer, et la contamination par leau salée des sourcespour se protéger des inondations et des raz-de- Il faut souligner que de nombreux effets du deau potable, du fait du changement climatique.marée, ses efforts risquent d’être en vain, du fait de la changement climatique se manifestent déjà à travers (Dans un tel contexte, le changement climatique arecrudescence des inondations graves ou de la hausse le monde. Par exemple, les températures moyennes exacerbé les risques climatiques existants, commedu niveau de la mer ; les puits creusés resteraient à globales nont pas cessé daugmenter dans la seconde les cyclones et lérosion due aux rivières.) Dessec vides du fait de précipitations nulles et de la baisse moitié du vingtième siècle, les saisons des pluies milliers de personnes ont été forcées de quitterdu niveau des nappes souterraines ; des avancées se sont modifiées, les glaciers sont en retrait et les leurs villages et leurs terres, victimes de lérosion etrécentes dans le domaine de la santé et de léducation évènements météorologiques extrêmes se multiplient. envahis par la mer.seraient remises en cause par les pénuries croissantes Si les débats pour savoir si l’on peut attribuer tousde nourriture et deau. Cest en ce sens que le ces changements au réchauffement climatique ne • Dans le Tadjikistan, si le changement se poursuitchangement climatique est un problème aux multiples sont pas encore clos, il est impossible de nier que au rythme actuel, des milliers de petits glaciersfacettes, se manifestant dans divers de secteurs. le changement climatique affecte déjà la vie des auront complètement disparu dici 2050, et au populations pauvres de façon majeure. Les études Pérou, la hausse des températures sest soldée parCest également une question de justice, car les pays menées au sein des communautés par les partenaires une réduction de 22 % de la superficie totale despauvres subissent les effets néfastes du changement et représentants de Christian Aid, ainsi que dautres glaciers au cours des 35 dernières années. Dans lesIntroduction La science et Les discussions Les positions de La campagne Aider les pays du Sud dans leur Glossaire Calendrier Liste de sources clés 6 les impacts à lONU lAPRODEV Time for Climate plaidoyer et leurs campagnes sur dévènements sur le Web Justice le changement climatique
  • 10. Notes J.C. Zachos, 2008, ‘Target atmospheric CO2: Where should humanity aim?’, Open Atmospheric Science Journal, 2, 1 http://maps.grida.no Sources : Department of Geography, pp 217-231. Okanagan University College au Canada ; School 12 « Atténuation du changement climatique », Rapport du of Geography, University of Oxford ; United States Groupe de travail III, dans Changements climatiques, 2007, Environmental Protection Agency (EPA), Washington ; Quatrième Rapport dévaluation du GIEC, GIEC, 2007. En « Aspects scientifiques de lévolution du climat » : Rapport fait, le GIEC tient compte des valeurs de CO2 et de ses du Groupe de travail I, dans Changements climatiques, équivalents. La valeur citée dans le Quatrième Rapport 1995, Deuxième rapport dévaluation du GIEC, GIEC, 1996. dévaluation est de 450 ppm de CO2, et non pas 400 ppm. 2 www.metoffice.gov.uk/climatechange/guide/keyfacts/ 13 « Conséquences, adaptation et vulnérabilité », Rapport du understanding.html Groupe de travail III, dans Changements climatiques, 2007, Christian Aid / Hannah Richards 3 Températures citées daprès « Les éléments Quatrième rapport dévaluation du GIEC, GIEC, 2007. scientifiques » : Rapport du Groupe de travail I, dans 14 Two Degrees, One Chance: The Urgent Need to Curb Global Changements climatiques, 2007, Quatrième rapport Warming, rapport préliminaire Tearfund, Christian Aid, dévaluation du GIEC, GIEC, 2007. Practical Action et Oxfam, 2007, p1. 4 UK Met Office, www.metoffice.gov.uk/climatechange/ 15 Ibid, et M Meinshausen, ‘What does a 2°C target mean for guide/effects/high-end.html greenhouse gas concentrations? A brief analysis based 5 « Rapport de synthèse » : Rapport du Groupe de travail I, on multi-gas emission pathways and several climate dans Changements climatiques, 2007, Quatrième rapport sensitivity uncertainty estimates,’ dans J S Schellnhuber, dévaluation du GIEC, GIEC, 2007, pp 15-16. W Cramer, N Nakicenovic et al, Avoiding Dangerous Miguelina Colque est secrétaire exécutif de la Fédération 6 « Rapport de synthèse » : Rapport du Groupe de travail I, Climate Change, Cambridge University Press, 2006. des employés domestiques en Bolivie. Derrière elle, on dans Changements climatiques, 2007, Quatrième rapport Plus récemment, voir Martin Parry, Jean Palutikof, Clair voit Chacaltaya, une montagne où se trouvait la piste dévaluation du GIEC, GIEC, 2007. Hanson et al, ‘Squaring up to reality’, ‘Nature reports de ski la plus élevée du monde. Dici 2015, la neige aura climate change’, www.nature.com/climate/2008/0806/full/ complètement disparu, et avec elle les réserves deau pour 7 A Neftel, E Moor, H Oeschger et B Stauffer, ‘Evidence climate.2008.50.html lagriculture et les usages domestiques from polar ice cores for the increase in atmospheric CO2 in the past two centuries’, magazine Nature, 315 (45-47), 2 16 Pour plus dinformation sur le calcul de cette « trajectoire » mai 1985, www.nature.com/nature/journal/v315/n6014/ démissions, voir Truly Inconvenient: Tackling Poverty and abs/315045a0.html Climate Change at Once, document dorientation Christian deux cas, une fois que la glace aura complètement Aid, 2007. 8 D Sprat et P Sutton, Climate Code Red: the Case for fondu, les populations pourraient avoir de sérieuses Emergency Action, 2008. 17 Voir The human face of climate change, rapport Christian pénuries deau. Aid, 2007 9 Voir lanalyse des données « UK Met office » dans le journal The Guardian, disponible ici : http://www.guardian.co.uk/ 18 www.emdat.be/Documents/Publications/Annual%20Autre indicateur des effets actuels, le nombre de news/datablog/2010/mar/05/arctic-sea-ice-climate-change- Disaster%20Statistical%20Review%202007.pdfdésastres hydro-météorologiques (inondations et visualisation 19 Par exemple, les logements de mauvaise qualité offrenttempêtes, surtout) qui se produisent globalement. 10 Timothy M Lenton, Hermann Held, Elmar Kriegler et souvent moins de protection pendant une tempête ou uneCes désastres se multiplient chaque année, en hausse al, ‘Tipping elements in the earth’s climate system’, inondation, ou le terrain sur lequel vit une personne pauvrede 8,4 % depuis 2000.18 Il est très probable que le Proceedings of the National Academy of Sciences, 12 peut être plus exposé aux désastres naturels.changement climatique en est lune des causes. février 2008, 105 (6), pp 1786-1793. Les auteurs de ce papier étudient les documents concernant plusieurs indicateursLes pays en développement sont particulièrement de réchauffement et, notamment en ce qui concerne la glace de mer arctique, concluent que «… un seuil demenacés du fait quils ont des capacités réduites fonte de glaces dété [point de basculement], sil nest pasdadaptation financière et institutionnelle, et de la forte déjà dépassé, serait très proche et la phase de transitiondépendance de léconomie sur lagriculture et la pêche ; pourrait bien intervenir au cours du siècle. »ces populations pauvres sont aussi plus exposées aux 11 Hansen, J., Mki. Sato, P. Kharecha, D. Beerling, R. Berner,désastres naturels, ne serait-ce que par leur mode de vie V. Masson-Delmotte, M. Pagani, M. Raymo, D.L. Royer, etet du fait de facteurs géographiques.19Cette boîte à outils est une initiative de la campagne Time for ClimateJustice de lAPRODEV. LAPRODEV est lassociation des 17 organisationsmajeures de développement et daide humanitaire européennes liéesau Conseil œcuménique des Eglises. Au rang de ses membres figurentnotamment : Eglise suédoise, Diakonia, Norwegian Church Aid,DanChurch Aid, Finn Church Aid, ICCO, EED, Brot für die Welt, Bread forAll et Christian Aid. 7
  • 11. 2. Les discussions Christian Aid/Amanda Farrantà lONU Les membres de lAlliance panafricaine pour la justice climatique rejoignent les supporters de la campagne Countdown to Copenhagen lors des discussions de lONU, à loccasion de la CDP15, pour alerter les pays riches du fait que lenterrement du Protocole de Kyoto menace la vie de millions de populations pauvres en AfriqueLe changement climatique est un problème global, lutter contre le changement climatique causé par lesqui nécessite une réponse globale. Les principauxpays pollueurs devront mettre de côté leurs propres émissions anthropiques de gaz à effet de serre. Sa mission densemble est claire : elle veut empêcher Contenuintérêts économiques à court terme pour que la que le changement climatique n’atteigne un niveau Comprendre la CCNUCC et Kyotoréponse soit efficace. Et tous les pays devront dangereux « pour que les écosystèmes puissentconvenir dune méthode pour partager le coût de la s’adapter naturellement aux changements climatiques, Le système de compensation carboneréduction des émissions de GES et de ladaptation que la production alimentaire ne soit pas menacée Les fonds dadaptation et les PANAau réchauffement planétaire, car tous nont pas une et que le développement économique puisse seresponsabilité égale en ce qui concerne la cause poursuivre de manière durable ». Lévaluation des progrès depuis 1992du problème. La convention traite à la fois des questions De Bali à CopenhagueLes discussions des Nations Unies (ONU) sur le datténuation et dadaptation, elle a été signée par 192 Au-delà de Copenhaguechangement climatique ne représentent pas la seule pays.1 Les Conférences annuelles des parties (CDP)possibilité daction, mais cest la voie la plus crédible, discutent de la mise en œuvre de la CCNUCC et dela plus légitime et la mieux établie pour arriver à une nouvelles mesures pour lutter contre le changementsolution globale. climatique. La CDP de Copenhague (CDP 15) à la fin 2009 na pas réussi à produire d’accord global qui soitComprendre la CCNUCC et Kyoto équitable et ambitieux en matière de changementEn juin 1992, les nations rassemblées au sommet de climatique, tel que le réclamaient de nombreuxTerre de lONU à Rio ont signé la Convention cadre partisans. Dans la foulée de Copenhague, il est encoredes Nations Unies sur les changements climatiques plus important de faire campagne en faveur dune(CCNUCC). La CCNUCC définit un cadre juridique pour justice climatique et de redoubler la pression surIntroduction La science et Les discussions Les positions de La campagne Aider les pays du Sud dans leur Glossaire Calendrier Liste de sources clés 8 les impacts à lONU lAPRODEV Time for Climate plaidoyer et leurs campagnes sur dévènements sur le Web Justice le changement climatique
  • 12. tous les gouvernements, mais surtout sur les pays • les pays développés visés à lAnnexe 2 doivent a droit à des émissions de GES équivalant à un certainindustrialisés, pour quils agissent. « faciliter et financer… le transfert de technologies nombre dunités. Si les émissions dun pays dépassent et savoir-faire écologiquement rationnels aux autres le nombre dunités permises pour la période 2008-2012,Dans cette partie, nous parlons des enjeux des parties et l’accès à ceux-ci, particulièrement à celles le pays peut en acquérir auprès dun pays qui na pasdiscussions de lONU ; vous pourrez la compléter par la dentre elles qui sont des pays en développement, atteint son quota (et qui a donc des unités à revendre). Celecture de la section sur « Les positions de lAPRODEV », afin de leur permettre dappliquer les dispositions type de compensation intervient entre les pays visés àqui identifie les résultats possibles des discussions de la convention » (article 4.5) lAnnexe 1. Le protocole ne spécifie pas la proportion desconformément à lidée de justice climatique. Voici la quotas dun pays pouvant être réalisée de cette manière ;date des réunions confirmées à venir : http://unfccc.int/ • les pays développés visés à lAnnexe 2 « doivent il stipule simplement que les réductions doivent êtremeetings/unfccc_calendar/items/2655.php également aider les parties qui sont des pays en réalisées principalement sur le territoire national. développement, particulièrement vulnérables auxVoici quelques points clés de la CCNUCC :2 effets néfastes des changements climatiques à faire Le protocole crée également un autre mécanisme de face au coût de leur adaptation auxdits effets... » compensation - le Mécanisme pour un développement• lobjectif densemble est de réduire les émissions (article 4.4 ; voir aussi larticle 3.1) propre (MDP). Le projet MDP permet aux pays visés de gaz à effet de serre, dans le but de préserver les à lAnnexe 1 de remplir certains quotas de réduction écosystèmes, de protéger la production alimentaire • les efforts des pays en développement sont en finançant des projets de réduction démissions de et de sauvegarder le développement durable conditionnels au respect des engagements GES dans les pays en développement (dans le secteur (article 2) souscrits par les pays développés. En outre, de lindustrie et de lénergie, en général). Selon le « le développement économique et social et secrétariat, en 2006, le marché mondial du carbone• toutes les parties ont le devoir de se fixer lobjectif l’éradication de la pauvreté sont les priorités valait 30 milliards de dollars.6 dun développement durable (article 3.4) premières et essentielles des parties qui sont des pays en développement (article 4.7) ». Le MDP souffre de plusieurs problèmes majeurs.• il appartient à toutes les parties de lutter contre le Principalement, il met à la disposition des pollueurs, changement climatique, mais les pays développés Le protocole de Kyoto – signé lors de la CDP3 en en Europe et ailleurs dans le monde, un mécanisme ont une plus grande responsabilité du fait dun 1997 mais entré en vigueur seulement en 2005 – qui leur permet déviter de réduire leurs émissions. A niveau démissions historiquement plus élevé et vient sajouter à la CCNUCC. Il définit des objectifs court terme, il est plus facile pour les entreprises et quils détiennent plus de richesses : les mesures légalement contraignants pour la réduction démissions les pays de financer des projets dénergie propre à doivent être fixées « selon leurs responsabilités de la part des pays visés à lAnnexe 1 (les pays non létranger que de faire des réajustements coûteux à leur communes mais différenciées et leurs capacités visés à lAnnexe 1 peuvent également y souscrire. Les mode dopération chez eux. Or, cest justement de ces respectives » (article 3.1) Etats-Unis sont le seul pays visé à lAnnexe 1 qui nait réajustements dont nous avons besoin pour vraiment pas encore ratifié le protocole de Kyoto). Ces objectifs réduire le niveau démissions. Parmi les autres défauts• les pays développés, visés dans lAnnexe 1 (voir ci- représentent une réduction moyenne de 5 % par du mécanisme, citons les inquiétudes relatives au dessous lencadré « Principaux blocs de négociation rapport aux niveaux démissions de 1990 et ce, sur une nombre de projets aboutissant à des réductions qui et groupements de pays dans les négociations de la période de cinq ans (2008-2012) : la première « période sont en fait « additionnelles » (cest-à-dire des projets CCNUCC »), doivent prendre linitiative de réduction dengagement ». Le secrétariat de la CCNUCC, basé à qui auraient eu lieu, même sans financement du MDP), des émissions (articles 4.2a et 3.1) ; ils doivent Bonn (Allemagne), déclare : « La principale différence léchelle restreinte de ces projets (par exemple, le fait rendre compte régulièrement de leurs progrès entre le protocole et la convention réside dans le fait quils financent rarement des projets dénergie éolienne (article 4.2b) que la convention encourageait les pays industrialisés ou solaire), limpact environnemental et social des à stabiliser leurs émissions de GES, alors que le projets au sens large, et un manque de transparence au• les pays développés visés à lAnnexe 2 (lAnnexe protocole les oblige à le faire. »5 La réunion annuelle de niveau du marché des crédits MDP. 2 est un sous-ensemble de lAnnexe 1 ; voir ci- la CDP fait également figure de réunion des parties du dessous lencadré « Principaux blocs de négociation protocole de Kyoto (où la mise en œuvre du protocole et groupements de pays dans les négociations de de Kyoto est discutée). la CCNUCC ») doivent fournir un soutien financier aux pays en développement, pour que ces Le système de compensation carbone derniers puissent préparer des « communications Le protocole stipule que les pays doivent atteindre leurs nationales »3 sur le changement climatique et faire objectifs principalement par le biais de mesures mises des efforts datténuation (articles 4.3 et 12.1, mais en œuvre sur le plan national. Cependant, le protocole voir aussi larticle 4.1 pour la description des efforts a également mis en place un système de compensation datténuation)4 carbone. Chaque pays visé à lAnnexe 1Introduction La science et Les discussions Les positions de La campagne Aider les pays du Sud dans leur Glossaire Calendrier Liste de sources clés 9 les impacts à lONU lAPRODEV Time for Climate plaidoyer et leurs campagnes sur dévènements sur le Web Justice le changement climatique
  • 13. Principaux blocs de négociation et groupements de pays dans les négociations de la CCNUCC pays en développement pour décider de la manière Christian Aid/Amanda Farrant dont largent du Fonds sera dépensé.7 Pays visés à lAnnexe 1 – baptisés ainsi du fait quils sont G77 plus la Chine – le bloc le plus important, qui Le CDP7 définit également les lignes de conduite des listés dans lAnnexe 1 de la CCNUCC. LAnnexe 1 contient comprend 130 pays, principalement des pays en Programmes nationaux daction pour ladaptation au la liste des 40 pays industrialisés (pays développés et développement. Voix très puissante dans le cadre des changement climatique (PANA). Ces documents sont pays à léconomie en transition) qui doivent prendre des négociations. Se préoccupe particulièrement dobtenir une opportunité pour les pays les moins avancés (PMA) engagements contraignants en faveur de latténuation. des mesures de financement et technologiques, ainsi didentifier les priorités les plus urgentes en matière que du caractère équitable des accords dans lensemble. dadaptation. A ce jour, 44 PMA ont soumis des PANA Pays visés à lAnnexe 2 – rarement cités aussi souvent aux Nations Unies.8 que les pays de lAnnexe 1, il sagit dun sous-ensemble APEI – Alliance des petits Etats insulaires. Fortement de lAnnexe 1, listant 23 pays développés qui, outre leurs partisans dactions majeures datténuation, car Lévaluation des progrès depuis 1992 engagements en matière datténuation conformément à lexistence même de certains Etats est menacée par Depuis la réunion de Rio, qui remonte pourtant à 17 lAnnexe 1, doivent également prendre des engagements la montée du niveau des océans, due au changement ans, les pays nont pris aucune action décisive pour financiers. climatique. empêcher le réchauffement planétaire. Comme le montre la figure 1 (ci-dessous), les émissions globales Groupe interassociatif – coalition ouverte de pays non- PMA – les 48 pays les moins avancés, selon la définition de CO2 ont augmenté denviron un tiers entre 1992 UE développés, notamment les Etats-Unis, lAustralie, des Nations Unies. Représentés aux négociations par et 2005.9 le Canada et le Japon. Ces pays bloquent souvent les le Bengladesh. Se préoccupent surtout de manière négociations. générale du financement de ladaptation. Figure 1 : émissions globales de CO211 Entrée en vigueur du UE – les 27 pays de lUnion Européenne, représentés Groupe africain – les pays dAfrique négocient dune protocole de par une présidence quils occupent à tour de rôle. Cest même voix. 90% Monde Kyoto - février 2005 souvent la plus forte voix qui sélève dans les pays 80% Annexe 1 développés en faveur dengagements solides pour OPEC – cartel des pays producteurs de pétrole. Se 70% Non-Annexe 1 Croissance depuis 1992 (%) latténuation, mais qui rechigne actuellement à prendre préoccupe essentiellement de la baisse des revenus 60% des engagements financiers. du pétrole résultant de laction contre le changement 50% Signature du climatique. 40% Entrée en protocole de Kyoto – décembre 1997 Pays non-visés à lAnnexe 1 – tous les pays non visés à 30% vigueur de la Convention – lAnnexe 1, principalement des pays en développement, Groupe de lIntégrité Environnementale – groupement 20% Signature de la mars 1994 mais inclut également certains pays ayant un produit de pays visés à lAnnexe 1 ou non visés à lAnnexe 1, Convention 10% – mars 92 intérieur brut (PIB) relativement élevé par tête incluant la Suisse, la République de Corée et le Mexique. 0% dhabitant : Singapour, République de Corée et plusieurs Partisan de laboutissement des négociations et de états du Golfe, par exemple. lobtention dun accord fructueux. -10% 1992 1994 1996 1998 2000 2002 2004 Remarque : certains pays appartiennent à plusieurs Année groupements.Les fonds dadaptation et les PANA est le plus important actuellement sur le plan politique. Le protocole de Kyoto a au moins fourni un cadreLa CDP7 de Marrakesh, en 2001, a décidé de créer trois Ce fonds est devenu opérationnel en 2009, mais il na légal, en vertu duquel les pays sont obligés de réduirefonds distincts pour aider les pays en développement pas encore distribué dargent. Il est alimenté par un leurs émissions. Cependant, ses objectifs insignifiantsdans leurs efforts dadaptation : le Fonds dadaptation, prélèvement sur les revenus du MDP. (Cette taxe se ne peuvent pas avoir dimpact significatif sur lele Fonds spécial pour les changements climatiques et le montera à 2 % de la valeur monétaire des unités de réchauffement planétaire et il semble bien quils neFonds pour les pays les moins avancés. réduction démissions émises pour un projet MDP.) seront pas atteints par plusieurs pays très pollueurs, En 2007, une commission du Fonds dadaptation a comme le Japon, le Canada et lAustralie. De plus, lesJusquà présent, ces fonds nont pas réussi à été créée pour gérer le Fonds dadaptation, sous la Etats-Unis – deuxième pays du monde au classementproduire un financement suffisant pour les pays en responsabilité en droite ligne de la CDP. Le Fonds des émissions de CO2 – na toujours pas ratifié ledéveloppement (voir aussi « Action de financement et la Commission obéissent à des arrangements traité, tandis que les pénalités infligées aux pays nedans les pays en développement », dans la section institutionnels différents des autres fonds dadaptation respectant pas leurs objectifs restent à définir.« Les positions de l‘APRODEV »). Le Fonds dadaptation de la CCNUCC, qui doivent plus donner la parole auxIntroduction La science et Les discussions Les positions de La campagne Aider les pays du Sud dans leur Glossaire Calendrier Liste de sources clés 10 les impacts à lONU lAPRODEV Time for Climate plaidoyer et leurs campagnes sur dévènements sur le Web Justice le changement climatique
  • 14. Christian Aid/Amanda Farrant Plan daction de Bali A Bali, en 2007, il a été décidé de suivre deux pistes de négociation afin daboutir à un accord post-2012 : • des négociations sur laction globale devant être mise en œuvre à long terme (y compris dans les pays n’ayant pas ratifié le protocole de Kyoto, par exemple les Etats-Unis et les grandes économies émergentes), les financements disponibles pour les pays en développement et les mécanismes à utiliser pour obtenir des ressources. Cest la piste baptisée « Action concertée à long terme » (LCA). • des négociations sur une nouvelle période dengagement dans le cadre du protocole de Kyoto, avec de nouveaux objectifs de réduction démissions post-2012. En campagne au sommet de Copenhague en décembre 2009 : Cette formule a permis la poursuite des négociations Mohamed Adow et Nelson Muffuh de Christian Aid rencontrent Hon sur les nouveaux engagements dans le cadre de Awudu Mbaya, président du réseau de parlementaires panafricains Kyoto, tout en incluant des actions des Etats-Unis sur le changement climatique, pour essayer dinfluencer la stratégie africaine dans les discussions sur le changement climatique qui refusaient de ratifier le protocole de Kyoto et en sattaquant à dautres domaines daction en suspens, comme le financement pour les pays enDe nombreux pays de lUnion Européenne (UE) sont réductions démissions coûteuses, mais qui nen sont développement.en bonne voie pour respecter leurs objectifs en vertu pas moins requises de toute urgence. La réalité desdu protocole de Kyoto - certains les ont même déjà choses vient donc saper la crédibilité de la rhétorique Tout au long de lannée 2009, des désaccords se sontatteints. Mais dautres pays de lUE sont encore loin du des gouvernements – qui cherchent à convaincre leur fait entendre quant à savoir sil fallait signer deuxbut et lUE elle-même parviendra aux 8 % de réduction public quils prennent des mesures décisives pour lutter accords distincts – sur la LCA et le prolongement duobligatoire seulement si elle rachète des crédits de contre le changement climatique. protocole de Kyoto (option favorisée par la plupartcompensation carbone, par le biais de programmes MDP des pays en développement) – ou si, au contraire,et de plantation de forêts qui serviront de puits De Bali à Copenhague un seul accord suffirait (option préférée par lesde carbone.10 Léchec des pays développés en ce qui concerne leur Etats-Unis, avec le soutien de la plupart des pays obligation légale de mener les efforts de lutte contre développés).Si lon veut stopper le réchauffement climatique le changement climatique laisse la Terre en péril. Lesdangereux, il est clair que des coupes bien plus derniers travaux scientifiques suggèrent quun pic En fin de compte, bien sûr, la CPD15 na abouti àprofondes seront requises - bien au-delà des objectifs démissions globales doit être atteint dans les six ans aucun accord, mais cette question des liens futursactuels de Kyoto. Si des objectifs obligatoires plus à venir, si lon veut une chance darriver à éviter des entre un nouvel accord et les traités existants decontraignants étaient imposés aux pays visés à lAnnexe changements climatiques catastrophiques. lONU reste pertinente.I (et appliqués), cela mettrait aussi en confiance les pays La planète se réchauffe déjà, avec des effets néfastesen développement, quant à lintention des pays du Nord bien visibles sur les communautés les plus pauvres.daller plus loin que le simple statu quo.En dépit des engagements de la CCNUCC, très peu Alors que la sonnette dalarme du réchauffement effective de la Convention » (voir lencadré). Cétaitdassistance financière a été fournie aux pays en planétaire retentissait, les pays sont revenus fin 2007 à une victoire majeure des négociateurs des pays endéveloppement pour latténuation et ladaptation, et les la table de discussion à Bali (Indonésie), pour se mettre développement, quand lon sait que beaucoup de paysprogrès en ce qui concerne le transfert de technologie daccord sur le lancement de nouvelles négociations. industrialisés voulaient complètement renégocier lasont lents. On sinquiète également beaucoup de savoir Ces négociations sont intervenues dans le cadre du Plan convention et le protocole de Kyoto.si la compensation carbone ne fait pas que retarder le daction de Bali, qui appelait les Parties à « accélérer depassage à lacte des pays développés en matière de toute urgence leurs efforts pour obtenir lapplicationIntroduction La science et Les discussions Les positions de La campagne Aider les pays du Sud dans leur Glossaire Calendrier Liste de sources clés 11 les impacts à lONU lAPRODEV Time for Climate plaidoyer et leurs campagnes sur dévènements sur le Web Justice le changement climatique
  • 15. seconde période dengagement et quils fournissent L Accord de Copenhague des financements adéquats afin de soutenir les actions des pays en développement. En fin de compte, Principaux éléments de laccord de Copenhague : Une assistance notamment pour les pays les moins Copenhague nayant abouti à aucun accord, le seul avancés, les petits Etats insulaires et lAfrique. résultat majeur est une déclaration politique peu • Il est fait référence à lobjectif maximum de 2°C probante rédigée lors de négociations subsidiaires par de réchauffement à ne pas dépasser, ainsi quà • Les pays développés fourniront aux pays en un petit groupe de chefs détat et de gouvernement : la révision et au renforcement éventuels de cet développement des fonds au titre de ladaptation « lAccord de Copenhague ». objectif en fonction des travaux scientifiques. et de latténuation « approchant les 30 milliards de dollars pour la période 2010 à 2012 ». Il y a aussi un Leur intention était que cet accord soit adopté et • Des engagements spécifiques de réduction objectif de mobilisation de 100 milliards de dollars ratifié par une décision de la CDP. Or, ces négociations démissions visant cet objectif doivent être par an dici 2020. subsidiaires, du fait de leur nature exclusive et dun pris par les différents pays – développés et en mandat douteux, nont pas recueilli le soutien de développement. • La mise en place du Fonds climatique vert de toutes les parties et quelques pays en développement Copenhague, par lintermédiaire duquel une partie sy sont opposés lors de la reprise des négociations • Limportance quil convient dattacher à « la de ces fonds seront canalisés. officielles. Résultat, la conférence sest contenté de mesure, au signalement et au contrôle » des « prendre note » de lAccord de Copenhague, sans le mesures datténuation par tous les pays et • La création dun groupe consultatif de haut ratifier officiellement. Les parties de la CCNUCC sont des efforts de financement de la part des pays niveau pour explorer les sources de financement autorisées à « sassocier » à lAccord, ce que beaucoup développés. Les pays en développement acceptent potentielles. dentre elles ont fait, mais pas toutes. un compromis significatif en ce qui concerne la visibilité internationale de leurs actions sur le plan Il est difficile de savoir combien de ces objectifs seront Comme il na pas été adopté par la CCNUCC, le statut domestique. atteints, sils le sont, vu que lAccord a très peu, sinon légal de laccord nest pas clair et pour les pays en aucune légitimité internationale pour créer de nouvelles développement, les négociations devraient avancer • Soulignement de limportance de la réduction institutions ou de nouveaux systèmes. sur la base du Plan daction de Bali et non pas de démissions résultant de la déforestation. lAccord. Si la plupart, sinon la totalité, des pays en Pour plus dinformation sur les réponses des différents développement étaient très mécontents de laccord, • Appel à renforcer la coopération internationale en pays à lAccord de Copenhague, rendez-vous sur : certains lont soutenu pour la simple raison que cétait matière dadaptation. http://unfccc.int/home/items/5262.php la seule voie possible pour aller de lavant. • Limportance dobtenir un financement adéquat, Au-delà de Copenhague prévisible et fiable de la part des pays développés Vu léchec de Copenhague, il est plus urgent que en vue de ladaptation des pays en développement. jamais de trouver une solution équitable et efficace au problème du changement climatique. Depuis la signature du protocole de Kyoto en 1997, le monde a changé et les pays riches ne peuvent plus espérerIl était prévu que les discussions du Plan daction adéquats de réduction des émissions, en avançant que dicter leurs conditions aux pays en développementde Bali sachèveraient à Copenhague en décembre des pays comme lInde et la Chine devraient eux aussi comme cétait le cas auparavant.2009, pour donner aux pays développés le temps prendre des engagements légalement contraignants,dadopter de nouveaux objectifs en vertu du protocole ce qui revient à transférer la responsabilité des efforts Il y a nouvelle donne et les négociateurs devrontde Kyoto en 2012, date à laquelle les premiers sur les pays en développement. trouver un moyen de résoudre un dilemmeobjectifs arriveront à expiration. Or, les deux ans apparemment incontournable : les pays ende négociations qui ont séparé Bali de Copenhague Un tel accord ne tiendrait pas suffisamment compte développement ont besoin dune marge de manœuvreont été mouvementés et ponctués de sautes des différents niveaux de développement et de la leur permettant daugmenter leurs émissions dansdhumeur. Si les Etats-Unis ont repris place à la table responsabilité historique en matière de changement les décennies à venir, dans le cadre dune stratégiede négociation après des années passées à nier la climatique, entre les pays développés et les pays de développement ; or, les études scientifiquesnécessité dune action internationale en matière de en développement. Bien évidemment, les pays nous disent que les émissions des pays du Sudchangement climatique, ils ne sont toujours pas prêts en développement ont résisté de pied ferme aux doivent également baisser si nous voulons éviterà engager des actions proportionnées à leur taille exigences des pays riches, en faisant pression sur un niveau dangereux de réchauffement. Une hausseet leur niveau de richesse. De même, la plupart des eux pour quils acceptent de nouveaux objectifs substantielle des émissions en Inde, en Chine, aupays développés ont rechigné à adopter des objectifs plus contraignants pour Kyoto, dans le cadre dune Brésil, en Afrique du Sud et dautres pays émergents aIntroduction La science et Les discussions Les positions de La campagne Aider les pays du Sud dans leur Glossaire Calendrier Liste de sources clés 12 les impacts à lONU lAPRODEV Time for Climate plaidoyer et leurs campagnes sur dévènements sur le Web Justice le changement climatique
  • 16. été observée au cours des dernières années – prenonslexemple de la Chine qui, en 2006, a remplacé les Etats-Unis en première place au classement des émissions deCO2 (même si, évidemment, la Chine est également lepays avec la plus forte population mondiale).13Il faut donc, par le biais de discussions internationales,convenir dun cadre qui permette de répartiréquitablement la responsabilité poids des réductionsdémissions, conformément au principe de« responsabilités communes mais différenciées »énoncé dans la Convention. Un tel cadre – les Droitsau développement dans un monde sous contraintecarbone (DDMCC) – est présenté dans la section suivanteconsacrée aux positions de lAPRODEV.Notes1 http://unfccc.int/essential_background/convention/ items/2627.php2 http://unfccc.int/resource/docs/convkp/conveng.pdf Christian Aid/Amanda Farrant3 Les communications nationales sont des rapports gouvernementaux contenant des informations sur les émissions de GES au niveau national (incluant les pourcentages par secteur) et les mesures nationales de lutte contre le changement climatique.4 Le texte de la convention nest pas clair quant à la proportion du coût des mesures datténuation quils devraient prendre à leur charge : elle déclare simplement que les pays développés doivent « couvrir la totalité des coûts supplémentaires convenus entraînés par l’application des mesures visées au paragraphe 1 du présent article ». Les membres de lAlliance panafricaine pour la justice climatique rejoignent les supporters de la campagne Countdown to5 http://unfccc.int/kyoto_protocol/items/2830.php Copenhagen pendant les discussions de lONU, pour réclamer aux pays riches des financements supplémentaires afin d’aider les pays pauvres à sadapter au changement climatique6 http://unfccc.int/kyoto_protocol/mechanisms/items/1673. php7 Ce Fonds sera géré par la Commission du Fonds Ceci correspond à la croissance économique rapide et 11 Climate Analysis Indicators Tool (CAIT), World Resources dadaptation et non pas, comme cest le cas dautres récente des pays émergents en Asie et en Afrique. Or, Institute. fonds, par le Fonds pour lenvironnement mondial (FEM). les émissions des pays développés nont pas non plus 12 http://unfccc.int/files/meetings/cop_13/application/pdf/ On espère également que les contributions des pays diminué au cours de cette période, en dépit de la place cp_bali_act_p.pdf développés seront contraignantes, conformément à la prépondérante quils occupent proportionnellement formule de « responsabilité et de capacités » - et non pas au niveau des émissions globales (par rapport à leurs 13 Environment Information Administration, ministère volontaires. populations). américain de lénergie.8 http://unfccc.int/adaptation/least_developed_countries_ 10 http://news.bbc.co.uk/1/hi/sci/tech/4112743.stm portal/submitted_napas/items/4585.php www.davidsuzuki.org/files/climate/cop/Meeting_Kyoto_ Targets.pdf9 La croissance la plus forte sobserve en fait dans les pays www.eea.europa.eu/pressroom/newsreleases/eu-15-on- non visés à lAnnexe 1. target-for-kyoto-despite-mixed-performancesCette boîte à outils est une initiative de la campagne Time for ClimateJustice de lAPRODEV. LAPRODEV est lassociation des 17 organisationsmajeures de développement et daide humanitaire européennes liéesau Conseil œcuménique des Eglises. Au rang de ses membres figurentnotamment : Eglise suédoise, Diakonia, Norwegian Church Aid,DanChurch Aid, Finn Church Aid, ICCO, EED, Brot für die Welt, Bread forAll et Christian Aid. 13
  • 17. 3. Les positions delAPRODEV danssa campagneTime for ClimateJustice Photos Morgue Les émissions des pays industrialisés sont responsables du changement climatique Cette boîte à outils a été conçue par Christian Aid pour empêcher le changement climatique de au nom de la campagne Time for Climate Justice saggraver ; il doit également veiller à ce que le Contenu de lAPRODEV, en faveur dun accord équitable et soutien financier des pays riches pour ladaptation ambitieux pour lutter contre le changement climatique. augmente de manière significative. La vision dune issue équitable et Les agences de lAPRODEV sont solidaires et partagent ambitieuse aux discussions de lONU une même plateforme de valeurs. 3. Les pays industrialisés doivent sengager à réduire leurs émissions de carbone pour atteindre dici 2020 Droits au développement dans un monde La vision dune issue équitable et ambitieuse un niveau inférieur dau moins 40 % par rapport aux sous contrainte carbone aux discussions de lONU niveaux de 1990 et dau moins 80 % dici 2050, les réductions devant intervenir au sein de ces pays, et Séquencement : la question de la Chine La prise de mesures urgentes pour stopper le non pas par le biais de la compensation carbone. et de lInde changement climatique 1. Tous les pays doivent reconnaître la nécessité 4. Les pays riches et industrialisés doivent fournir Action de financement dans les pays en urgente dagir pour limiter le réchauffement des financements importants et un transfert développement climatique à un seuil aussi faible que possible en de technologie pour soutenir et encourager dessous de 2°C, et ceci doit être fait de manière à le développement faible carbone dans les Adaptation : évaluer les enjeux et leur respecter le droit au développement des pays en développement. De leur côté, les envergure pays pauvres. pays en développement doivent utiliser toutes ces ressources fournies de manière efficace 2. Tout accord international équitable doit reconnaître et responsable et sengager en faveur du limportance équivalente de ladaptation aux effets développement durable. climatiques dans les pays pauvres et des mesuresIntroduction La science et Les discussions Les positions La campagne Aider les pays du Sud dans leur Glossaire Calendrier Liste de sources clés 14 les impacts à lONU de lAPRODEV Time for Climate plaidoyer et leurs campagnes sur dévènements sur le Web Justice le changement climatique
  • 18. Financement de la lutte contre le changement Figure 1 : voie de stabilisation durgence à 2°C pour lesclimatique dans les pays en développement Droits au développement dans un monde pays visés à lAnnexe 1 et les pays non visés à lAnnexe 115. Les pays riches doivent fournir au moins 150 sous contrainte carbone milliards de dollars par an pour rembourser leur Dans la section « La science et les impacts », nous 12 dette climatique et soutenir le développement avons évoqué la raison pour laquelle il était essentiel faible carbone et ladaptation aux effets du de stopper le réchauffement climatique, avec un seuil 2° voie d’urgence 10 changement climatique dans les pays en maximum de 2°C. Nous avons vu que ceci nécessiterait Emissions des pays non-Annexe 1 Emissions annuelles de CO2 (MtC) Emissions des pays de l’Annexe 1 développement. datteindre un pic global d’émissions au plus tard en 2015, un retour aux niveaux approximatifs de 1990 dici 86. Le financement visant les pays en développement 2020, et une réduction globale pour atteindre environ doit provenir de sources qui soient substantielles, 80 % des niveaux de 1990 dici 2050. Lun des plus 6 fiables, prévisibles et durables, en sus de laide grands dilemmes dans le débat sur le changement publique au développement (APD) et de la climatique, cest le fait que les pays du Sud devront 4 compensation carbone. dabord stabiliser, puis réduire leurs émissions dans les décennies à venir, si nous voulons que ces objectifs 27. Ces financements doivent répondre à des règles de soient atteints ; or, ces pays comptent beaucoup de bonne gouvernance et pouvoir rendre des comptes, populations pauvres et aucun pays na jamais réussi à en étant placés globalement sous lautorité de éliminer le fléau de la pauvreté sans augmenter dabord 2000 2010 2020 2030 2040 2050 la CCNUCC. Cest notamment pour cela que la ses émissions. Banque Mondiale nest pas jugée être un organisme approprié pour canaliser ce financement. Ce problème est illustré clairement dans la figure 1 ci-dessous. La courbe violette montre une voie de à la lutte contre le changement climatique du point de stabilisation durgence à 2°C, comme nous lavons vue financier.Donner la priorité aux populations pauvres vu plus haut. La courbe bleue montre les réductions8. La technologie susceptible de contribuer au démissions les plus strictes pouvant être imposées Bien évidemment, lapproche des DDMCC est un développement faible carbone et à ladaptation aux pays industrialisés (pays visés à lAnnexe 1, pour « instantané » représentatif des données disponibles à (ainsi que la capacité de la développer) doit être reprendre les termes de la Convention) - un déclin un moment donné. On peut alors faire une projection partagée avec les pays les plus pauvres. immédiat pour aboutir à 90 % de réduction. Or, si l’on vers lavenir, pour montrer lévolution de lindice fait la soustraction, cela signifie que les autres pays capacité-responsabilité (ICR) dun pays, en fonction des9. Des mesures dadaptation doivent être fournies aux – y compris les pays en développement – doivent se prévisions de croissance et démissions. Pour certains communautés pour leur permettre de prendre en soumettre aux restrictions de la ligne verte. pays et régions sélectionnés, le tableau 1 montre le main leur avenir et de réduire leur vulnérabilité face calcul de lindice de « capacité » et de « responsabilité » aux catastrophes naturelles. LAPRODEV, conjointement avec ses partenaires de chacun(e), quon combine pour obtenir lindice scientifiques, a pris parti pour la mise en place dun capacité-responsabilité (ICR) pour 2010. On fait alors10. Les efforts pour réduire la déforestation dans les cadre, baptisé Droits au développement dans un monde une projection dans lavenir de lICR en 2020 et en 2030, pays en développement doivent respecter les droits sous contrainte carbone (DDMCC)2 qui offre un moyen afin de montrer lévolution de lindice dans le temps. et les coutumes des populations autochtones et de répartir équitablement les réductions. Les DDMCC se locales, et sinscrire dans la lignée des objectifs de fondent sur les principes fondamentaux de la CCNUCC En 2010, on voit que lICR pour laction en matière de développement durable. de responsabilités communes, mais différenciées et de changement climatique global sélève à 33,1 % pour capacités respectives, pour calculer la contribution de les Etats-Unis et à 25,7 % pour lUE. Dans lensemble,11. Le MDP présente des défauts majeurs : une refonte chaque pays à leffort global. 77,4 % de la capacité et de la responsabilité daction complète est nécessaire si lon veut quil joue un revient, aux pays riches, contre 22,4 % pour les pays rôle quelconque dans la lutte contre le changement LAPRODEV est convaincue que les pays les plus pauvres à revenus moyens. Les pays à faibles revenus nont climatique. Tout système de compensation carbone – qui rentrent dans la catégorie de pays les moins quasiment aucune responsabilité en matière de doit sassurer que les activités génératrices de avancés de lONU, par exemple – doivent concentrer changement climatique. crédits soient en sus dactions prises par les pays leur attention et leurs ressources sur les besoins en développés, et que la circulation de produits développement de leurs populations, dautant plus Pour les pays industrialisés, lindice ICR élevé transmet financiers qui en résulte vienne soutenir, et non pas que les effets négatifs du changement climatique se un message très clair sur la marche à suivre. Ces endommager les efforts de développement durable. multiplient. Dans la proposition de DDMCC, il ne serait pays doivent non seulement réduire drastiquement pas demandé à ces pays de contribuer significativement leurs émissions, mais également contribuer à lactionIntroduction La science et Les discussions Les positions La campagne Aider les pays du Sud dans leur Glossaire Calendrier Liste de sources clés 15 les impacts à lONU de lAPRODEV Time for Climate plaidoyer et leurs campagnes sur dévènements sur le Web Justice le changement climatique
  • 19. Figure 2 : responsabilité de lUE en matière de DDMCC Droits au développement dans un monde sous contrainte carbone : explication 1500 120 Pourcentage des émissions de CO2 de 1990 Les DDMCC sont un moyen de répartir « leffort » global La capacité est sans doute le facteur le plus importantEmissions annuelles de CO2 (MtC) 100 requis pour répondre aux exigences de la voie durgence pour déterminer leffort que doit assumer un pays. Dans 1000 80 montrée à la Figure 1, conformément aux principes les DDMCC, on la calcule à partir du revenu national déquité de la CCNUCC. par tête dhabitant, ajusté pour refléter les différences =Voie du statu quo AIE 60 =Réductions « sans regrets » de pouvoir dachat et les inégalités dun pays à lautre. 500 =Scénario de référence 40 Les pays sont indexés pour déterminer quel pourcentage Ceci reflète la capacité dun pays à prendre en charge le =Atténuation domestique =Indicative des émissions domestiques de leffort global ils doivent assumer. Lindice de chaque coût de latténuation et de ladaptation aux changements =Atténuation dans d’autres pays =Portion du RNB allouée 20 pays est déterminé en fonction de mesures très claires climatiques. Ces données permettent dobtenir une 0 0 ayant trait à sa responsabilité et à ses capacités. capacité totale, mais encore une fois au-dessus du seuil 1990 1995 2000 2005 2010 2015 2020 2025 2030 de développement. Année -20 Lun des facteurs pris en compte serait le niveau de pauvreté dun pays. Dans les pays où une tranche Les plus grands pays en développement, comme lInde, -500 -40 importante de la population a des revenus inférieurs qui compte encore de vastes populations pauvres mais Parcours du statu quo de lUE, parcours de référence, à 7 500 dollars par an, la participation à leffort global des zones croissantes de richesse, devraient financer obligation en termes datténuation et autorisation démissions. sera inférieure. une partie de leurs propres mesures pour réduire les Au-delà des réductions « sans regrets » (tranche verte), émissions et sadapter au changement climatique. Cest les obligations de lUE en termes datténuation incluent des réductions domestiques (tranche bleue, montrant des La responsabilité est calculée en prenant les émissions la raison pour laquelle le calcul des capacités inclut un réductions au rythme annuel de moins 6 %) et des réductions cumulées de chaque pays depuis 1990, première ajustement reflétant les inégalités au sein dun même internationales (tranche violette) - cumul des obligations de étape de la CCNUCC et date de publication du premier pays ; en gros, plus il y a dinégalités, plus le pays doit lUE en matière datténuation rapport dévaluation du GIEC. Pour chaque pays, une contribuer à hauteur des richesses disponibles. tranche d’émissions – identifiée comme étant des globale nécessaire, en prenant en charge une partie de « émissions de base pour la survie », inférieures au seuil En combinant le calcul de responsabilité et de capacités, leffort que dautres pays à ICR très faible ne peuvent de développement – est déduite de la responsabilité on obtient lindice capacité-responsabilité (ICR), présenté pas se permettre. Cest également le cas en ce qui globale. Les « émissions de base pour la survie » dans le tableau 1. concerne le financement du coût de ladaptation au changement climatique. correspondent à des activités telles que la préparation des repas et le chauffage, qui offrent un niveau de vie La Figure 2 montre la responsabilité de lUnion basique minimum. Européenne (UE) en matière de DDMCC, au niveau de laction domestique et du financement des réductions démissions à létranger. Il faut noter que les mesures les nouvelles économies émergentes, comme la Chine, problème de séquencement – cest-à-dire la question datténuation « sans regrets » sont des réductions lInde et lAfrique du Sud. Le blocage des négociations de savoir qui doit agir en premier et quelle doit être démissions qui nont aucun coût net, ou présentent un de la CCNUCC s’explique par la demande de certains lenvergure de laction. avantage économique global, en matière defficacité pays industrialisés qui souhaitent que les grands pays énergétique par exemple. Cette figure montre que nouvellement industrialisés prennent une part de Les rapports entre les grands pays industrialisés et dici 2020, lUE doit réduire ses émissions de 40 % par responsabilité dans les réductions démissions, comme les nouvelles économies émergentes sont entachés rapport aux niveaux de 1990, et fournir un financement le font les pays de lAnnexe 1. De leur côté, les grands dun manque de confiance politique évident dans les aux pays en développement pour des réductions pays industrialisés en développement ont beaucoup négociations. Il sera nécessaire de gérer un processus démissions équivalentes. La trajectoire illustrée dans le rechigné à discuter de latténuation de leurs propres promoteur de confiance pour rassembler les deux schéma montre lUE en passe de réduire ses émissions niveaux démissions croissantes, tandis que les pays factions, chacune devant prendre des mesures pour domestiques de plus de 80 % dici 2050. industrialisés, notamment les Etats-Unis, nont réalisé donner confiance à lautre quelle œuvre pour le succès aucune réduction significative de leurs émissions, ni des négociations. Séquencement : la question fourni des financements ou un transfert de technologie de la Chine et de lInde suffisants pour soutenir leffort datténuation des Les DDMCC fournissent un cadre simple, équitable, La difficulté dobtenir un accord global découle en partie pays en développement, tel que le stipulaient les avec un effort de partage comparable entre les pays de la question de lenvergure de laction à engager par engagements de la CCNUCC. Cest ce quon appelle le riches, les pays à revenus moyens et les pays pauvres. Introduction La science et Les discussions Les positions La campagne Aider les pays du Sud dans leur Glossaire Calendrier Liste de sources clés 16 les impacts à lONU de lAPRODEV Time for Climate plaidoyer et leurs campagnes sur dévènements sur le Web Justice le changement climatique
  • 20. Tableau 1 : résultats des DDMCC pour les pays et groupes représentatifs Figure 3 : émissions de la Chine, y compris les mesures datténuation financées par dautres paysRésultats des DDMCC pour les pays et groupes représentatifs 3500 2010 2020 2030 =Voie du statu quo AIE =Réductions « sans regrets » 3000 =Scénario de référence Population PIB Capacité Responsabilité ICR ICR ICR =Atténuation financée au plan domestique =Portion du RNB allouée 2500 =Atténuation financée par d’autres paysEtats-Unis 4,5 20,9 29,7 36,4 33,1 29,1 25,4 Emissions annuelles de CO2 (MtC) =Indicative des émissions domestiques 2000UE (27) 7,3 22,4 28,8 22,6 25,7 22,8 19,6 1500Allemagne 1,2 4,2 5,6 5,3 5,5 4,7 4,0 1000Chine 19,7 11,7 5,8 5,2 5,5 10,4 15,3 500Inde 17,2 4,9 0,7 0,3 0,5 1,2 2,3 0Afrique du Sud 0,7 0,7 0,6 1,3 1,0 1,1 1,2 1990 1995 2000 2005 2010 2015 2020 2025 2030PMA 11,7 1,5 0,11 0,04 0,07 0,1 0,12 La tranche verte représente les mesures datténuation, au-delàAnnexe 1 18,7 58,3 75,8 78 76,9 69,0 60,9 des obligations de la Chine, qui sont nécessaires pour une réduction des émissions de la Chine cohérente avec la voiePays non-visés à 81,3 41,7 24,2 22 23,1 31,0 39,1 durgence visant une réduction globale de 2˚ClAnnexe 1 plus, les coûts dadaptation aux effets du changementPays riches 15,5 56,9 76,9 77,9 77,4 69,3 61,1 climatique doivent être supportés par les pays pollueursRevenus moyens 63,3 39,7 22,9 21,9 22,4 30,4 38,5 les plus riches. Ce transfert de fonds et de technologie ne doit pas être considéré comme faisant partie de laide auPays pauvres 21,2 3,4 0,2 0,2 0,2 0,3 0,5 développement à létranger, mais plutôt comme le coût à supporter par les pays industrialisés au titre de leursTotal 100% 100% 100% 100% 100% 100% 100% responsabilités en matière de changement climatique.Les pourcentages proportionnels de la population globale, du produit intérieur brut (PIB), de la capacité, de la responsabilité et de Il est essentiel que des nouveaux fonds daction contrelICR pour les pays et groupes de pays sélectionnés, en se basant sur les projections démissions et de revenus pour 2010, 2020 et 2030 le changement climatique ne soient pas prélevés sur le(PMA : pays les moins avancés) financement supplémentaire attribué à laide publique au développement (APD), dans le cadre des objectifs du millénaire pour le développement (OMD) et des mesuresIls montrent que les grands pays en développement terme les pays industrialisés assument la plus grande de réduction de la pauvreté ; ils doivent au contraire venirdoivent assumer une responsabilité d’action dans la responsabilité historique et ont la capacité requise pour compléter les engagements actuels au titre de laide,lutte contre le réchauffement climatique. Par exemple, réagir au changement climatique. Ils doivent mettre en comme lobjectif dy consacrer 0,7 % du revenu nationalle tableau 1 montre clairement quentre 2010 et 2030, avant des objectifs et des mesures datténuation très brut (RNB).selon lanalyse DDMCC, la Chine sera responsable dune ambitieux, ainsi que des propositions significativestranche plus importante des réductions démissions, en termes de coopération financière et technologique Tout financement opérant en dehors de la marge depassant dun ICR de 5,5 % en 2010 à 15,3 % dici 2030. pour permettre le développement propre et la manœuvre de la CCNUCC, par lintermédiaire dautresDaprès les calculs DDMCC, la Chine devra, petit à petit, décarbonisation dans les pays en développement. sources, telles que le Fonds dinvestissement climatiqueprendre des engagements plus importants en matière de la Banque mondiale, ne saurait être considéré commedatténuation. Ceci serait une manière très différente de Action de financement dans les pays en faisant partie de la contribution dun pays.gérer les pays non visés à lAnnexe 1, y compris la Chine, développementqui nont actuellement aucun objectif contraignant dans Comme nous lavons vu plus haut, il est inévitable que Dailleurs, lAPRODEV est davis que la Banque mondialela CCNUCC. la lutte contre le changement climatique nécessitera des ne doit pas intervenir dans la gestion du financement réductions significatives démissions dans les grands du changement climatique, vu quelle a des antécédentsMalgré tout, lanalyse DDMCC montre quà court pays en développement les plus industrialisés. De criticables en matière denvironnement, quelle naIntroduction La science et Les discussions Les positions La campagne Aider les pays du Sud dans leur Glossaire Calendrier Liste de sources clés 17 les impacts à lONU de lAPRODEV Time for Climate plaidoyer et leurs campagnes sur dévènements sur le Web Justice le changement climatique
  • 21. de 2007/2008 sur le développement humain, déclarait également quà la mi-2007, seulement 26 millions de dollars de financement multilatéral avaient été obtenus via les trois fonds opérationnels de la CCNUCC pour ladaptation (le Fonds des pays les moins avancés, le Fonds spécial pour les changements climatiques et le Fonds stratégique prioritaire pour ladaptation). Un éventail de solutions innovatrices pour recueillir des fonds – comme une taxe internationale sur le transport aérien ou sur les transactions financières globales, ou la mise aux enchères dans les pays riches de permis de compensation carbone - pourrait être déployé pour assurer ce financement. Adaptation : évaluer les enjeux et leur envergure Ladaptation au changement climatique nécessitera des investissements considérables, en termes de capacités humaines et dinfrastructure. Ses effets seront ressentis par toutes les populations des pays en développement, Christian Aid/Mohammadur Rahman que ce soit dans les zones rurales ou urbaines. Voici des exemples de mesures dadaptation : • améliorations apportées aux ouvrages de protection en bordure des fleuves et des océans • nouveaux projets de conservation des eaux de surface et dirrigation (durable) • politiques plus efficaces de gestion de leau Des femmes travaillent au renforcement des berges dun canal à Kandi, dans le centre de lInde : les travaux délargissement et de • montée en charge des services pour former les creusement du canal font partie de la lutte contre les inondations agriculteurs aux techniques de gestion des sols, des semences et de leau, adaptées aux nouvelles conditions météorologiquespas rendu compte de ses actions auprès des pays en milliards de dollars par an. Cependant, la logique de • plantation de cultures résistantes aux inondations, àdéveloppement, quelle sappuie majoritairement sur cette révision de Nicholas Stern replace ces sommes la sécheresse et au sel de merdes emprunts plutôt que des subventions et quelle a faramineuses dans leur contexte, puisquil estimait • services optimisés de collecte de données etlhabitude dimposer des conditions économiques. que le coût de la non intervention face au changement météorologiques climatique serait compris entre 5 et 20 % du PIB, voire • stratégies plus poussées pour se préparer auxLes estimations du coût réel dune lutte efficace contre plus. La lutte contre le changement climatique coûtera catastrophes naturellesle changement climatique - pour sadapter aux nouvelles cher, mais nous en avons les moyens et cela reviendra • protection de linfrastructure public et des logementscaractéristiques météorologiques et cesser de sappuyer inévitablement moins cher que de ne rien faire. • mesures pour sauvegarder la santé publiqueautant que par le passé sur lénergie carbone - sont • programmes de reboisement.variables, mais dans tous les cas phénoménales. Selon Les coûts dadaptation, ne serait-ce que dans les paysles calculs de la CCNUCC, rien que pour revenir dici 2030 en développement, sont estimés à environ 50-100 Les agences de lAPRODEV sont convaincues de laaux niveaux démissions globales de 2007, cela coûterait milliards de dollars par an (chiffres fournis par lONU, nécessité dun mécanisme global – placé sous la tutelle380 milliards de dollars par an. En 2007, léminent Oxfam, Stern et dautres sources). Les fonds promesses de lONU – pour distribuer des fonds à grande échelleéconomiste Nicholas Stern déclarait que le coût de la des donateurs multilatéraux et bilatéraux pour le aux pays en développement au titre de ladaptation,riposte au changement climatique serait denviron 1 % du financement au titre de ladaptation en 2007 totalisaient en fonction des besoins. Il faudra également prendreproduit intérieur mondial. En 2008, il a révisé ce chiffre à environ 450 millions de dollars, ce qui revient à moins des mesures au niveau national pour coordonner leà la hausse, en se basant sur de nouveaux éléments de 1 % des sommes requises. Le programme des financement international pour le climat, du fait quilscientifiques, à exactement 2 % – aux alentours de 1 200 Nations Unies pour le développement, dans son rapport proviendra certainement de sources diversifiées : lesIntroduction La science et Les discussions Les positions La campagne Aider les pays du Sud dans leur Glossaire Calendrier Liste de sources clés 18 les impacts à lONU de lAPRODEV Time for Climate plaidoyer et leurs campagnes sur dévènements sur le Web Justice le changement climatique
  • 22. fonds de la CCNUCC, les budgets daide aux pays en plus large, sortant du cadre actuel des ministères de petits agriculteurs pour les aider à développer dedéveloppement, les banques multilatérales pour le lenvironnement et de gestion des catastrophes. Au rang nouvelles techniques dadaptation (voir aussi « Recueildéveloppement et les ONG internationales, par exemple. des secteurs clés affectés, citons lagriculture, la pêche, des informations » dans la section « Aider les pays le logement, leau, les transports et les communications, du Sud dans leur plaidoyer et leurs campagnes sur leLe Fonds dadaptation de la CCNUCC est un les services météorologiques et la santé publique. changement climatique »). mécanisme clé qui existe déjà. On sattend à ce quela majorité de ces fonds soit transférée directement La société civile aura un rôle important à jouer dans Notesaux gouvernements pour la mise en œuvre des le suivi de ces politiques et pour les influencer, afin 1 Paul Baer, Tom Athanasiou, Sivan Kartha et Erik Kemp-travaux dadaptation. Il est essentiel que les bourses de rendre compte des efforts dadaptation autant que Benedict, dans le document The Right to Developmentdadaptation soient distribuées équitablement entre possible auprès des populations les plus vulnérables. Un in a Climate Constrained World: The Greenhouseles communautés pauvres, par le biais de plans conçus exemple immédiat vient à lesprit : le renforcement du Development Rights Framework (Le système des Droits auà léchelle nationale, en utilisant un mécanisme de rôle de la société civile dans le développement et la mise Développement dans un monde sous contrainte carbone), Ecoequity et Stockholm Environment Institute, 2e Edition,financement qui soit flexible et accessible. en œuvre des PANA et autres programmes du même septembre 2008. ordre au plan national. 2 Une description exhaustive des DDMCC se trouve dansNécessité de nouvelles approches le document The Right to Development in a Climate Pour veiller à ce que ladaptation au changement Constrained World: The Greenhouse Development RightsPour gérer les effets du changement climatique et climatique soit inscrite dans les priorités de survie et les Framework. Voir la référence ci-dessus.les fonds qui doivent circuler pour aider les pays besoins des populations les plus vulnérables à ses effets 3 Les catégories de pays riches, de pays à revenus moyensà sadapter, les systèmes gouvernementaux des néfastes, il faudra bien comprendre quels changements et de pays pauvres sont définies par la Banque mondiale.pays en développement devront aussi changer. Les climatiques interviennent sur le plan local, leur effet sur Projections basées sur le document World Energy Outlook,efforts dadaptation et de réduction des risques dus les moyens de subsistance et quelles sont les réponses International Energy Agency, 2007.aux catastrophes naturelles devront être rationalisés durables appropriées. Par exemple, dans lagriculture,au sein de politiques gouvernementales à vocation la communauté scientifique doit travailler avec lesCette boîte à outils est une initiative de la campagne Time for ClimateJustice de l’APRODEV. L’APRODEV est lassociation des 17 organisationsmajeures de développement et daide humanitaire européennes liéesau Conseil œcuménique des Eglises. Au rang de ses membres figurentnotamment : Eglise suédoise, Diakonia, Norwegian Church Aid,DanChurch Aid, Finn Church Aid, ICCO, EED, Brot für die Welt, Bread forAll et Christian Aid.
  • 23. Au moins 50 000 personnes ont convergé sur Londres le 54. La campagne décembre 2009 pour montrer quelles étaient favorables à la signature dun accord équitable et ambitieux lors de la conférence des Nations Unies sur le changement climatique à CopenhagueTime for ClimateJustice Christian Aid / Rachel Stevens Contenu La campagne internationale pour la justice Notre expérience auprès des populations mondiales participé à divers rallies et évènements, ou à la marche les plus pauvres nous a montré que le changement de 1 500 km « Cut the Carbon ». climatique climatique est aussi un problème de développement, La campagne Countdown to Copenhagen de droits de lhomme et de justice. Dès le début, nous Aux Pays-Bas, la campagne a mobilisé plus de 400 avons établi un lien entre le changement climatique églises et lopinion publique en faveur dun accord Time for Climate Justice ! et la pauvreté et transmis les observations de nos international qui soit équitable et juste, et recueilli organisations partenaires sur les effets du changement le soutien du gouvernement en faveur dun fonds Les revendications de la campagne climatique sur les moyens de subsistance des global dau moins 100 milliards deuros par an pour populations pauvres du monde entier et lobstacle le financement à long terme, en plus de laide au quil représente pour léradication de la pauvreté, notre développement déjà accordée aux pays étrangers. LaLa campagne internationale pour la justice objectif ultime. campagne a également encouragé le public à réduireclimatique sa consommation dénergie et à passer aux solutionsLes membres de l’Aprodev font campagne depuis Au Royaume-Uni, la campagne a réussi à faire pression « vertes » de gaz et délectricité.2007 sur le changement climatique au plan national sur le gouvernement pour quil augmente ses objectifsdans leur propre pays et international, au niveau de lUE de réduction démissions dici 2050 - 80 % par rapportet de lONU. Nous avons commencé par sensibiliser aux niveaux de 1990 au lieu de 60 % - et qu’il examine le Sur la voie de la justice climatiqueles politiciens, les entreprises et les citoyens en leur projet de signalement obligatoire des émissions par les En décembre 2007, la Convention cadre des Nationsexpliquant les enjeux sérieux du changement climatique entreprises. Ces victoires, nous en sommes redevables Unies sur le Changement Climatique (CCNUCC) aen ce qui concerne les efforts de lutte contre la pauvreté, au grand nombre de partisans qui ont sensibilisé convenu du Plan daction de Bali, qui définissait unen soulignant le fait que la crise climatique va bien au- lopinion publique à ce problème, envoyé des cartes nouveau processus de négociation pour lutter contre ledelà de la simple sphère environnementale. postales au premier ministre et aux parlementaires, changement climatique. Cet objectif devait être atteintIntroduction La science et Les discussions Les positions de La campagne Aider les pays du Sud dans leur Glossaire Calendrier Liste de sources clés 20 les impacts à lONU lAPRODEV Time for Climate plaidoyer et leurs campagnes sur dévènements sur le Web Justice le changement climatique
  • 24. lancer la campagne « Countdown to Copenhagen » qui Qui est lAprodev ? avait pour but dencourager les gouvernements des Bengladesh : 112 000 signatures en trois LAprodev a été fondée en 1990 dans le but de pays et lUE à faire pression pour aboutir à un accord mois renforcer la coopération entre les ONG européennes climatique global qui soit équitable et fructueux, lors Au Bengladesh, la campagne Countdown to des discussions de la CDP15 en décembre 2009. La œuvrant dans le domaine du développement et qui Copenhagen a rassemblé 54 ONG sur une même campagne appelait les pays riches à réduire dau moins sont associées au Conseil œcuménique des Eglises 40 % leurs propres émissions de carbone dici 2020 et à plateforme reliant plus de 100 000 personnes (WCC). aider les pays en développement – financièrement et par vulnérables au changement climatique. CDP – un dautres moyens – à réduire leurs émissions, à utiliser allié majeur de lAprodev au Bengladesh – a fait A lheure actuelle, 17 organisations de développement de la technologie propre pour le développement et à campagne avec dautres ONG dans 57 « upazilas » sadapter au changement climatique. et daide humanitaire collaborent par le biais (sous-districts), sur 35 districts du pays. de lAprodev. Ces organisations ont des liens A travers lEurope, nous avons demandé aux partisans institutionnels et financiers avec les églises de sengager à faire campagne en faveur dun accord Dans les zones rurales, la campagne a reçu le protestantes et orthodoxes en Europe et bénéficient juste et équitable et à transmettre les revendications ci- soutien de femmes et d’hommes analphabètes - dun soutien de la part de membres du public, dessus à leur gouvernement. Des milliers de citoyens ont des volontaires leur ont lu les revendications de la signé des cartes postales quils ont envoyées aux Chefs quils fréquentent ou non léglise. Les revenus campagne et ont aidé les populations à exprimer leur dEtat du Royaume-Uni, des Pays-Bas, du Danemark, de combinés des membres de lAprodev se chiffrent Norvège, de Suède, de Finlande, d’Allemagne, de Suisse solidarité en apposant lempreinte de leur pouce. annuellement à environ 720 millions deuros. et dEspagne. La campagne sest rapidement étendue aux Etats-Unis, où des revendications similaires ont été Le 21 novembre 2009, la campagne a organisé des Les principales agences de lAPRODEV œuvrant dans présentées à Barack Obama. conférences de presse simultanées dans les 35 le domaine du changement climatique se trouvent au districts. Le service de messagerie nayant pas livré Tout au long de lannée 2009, plusieurs ONG des pays Royaume-Uni (Christian Aid), en Allemagne (EED et en développement se sont elles aussi engagées dans la les matériaux de la campagne dans les zones les plus Brot für die Welt), aux Pays-Bas (ICCO), au Danemark campagne et ont commencé à recueillir des signatures isolées, nos partenaires nont pas hésité à fabriquer (DanChurchAid), en Norvège (Norwegian Church sur des pétitions au niveau national. En Ethiopie, la leurs propres bannières et à organiser leur propre Aid) et en Suède (Eglise de Suède et Diakonia). Le carte postale a été adaptée et traduite en amharique. conférence de presse. Près de 30 000 personnes ont signé la pétition, qui a secrétariat de lAprodev se trouve à Bruxelles. été présentée au premier ministre et à la délégation du gouvernement éthiopien. Du Salvador au Cameroun, et du Bengladesh au Kirghizistan, les partisans rassemblés remise, par lArchevêque Desmond Tutu, des signatures ont constitué un mouvement pour la justice climatique. et des promesses au chef des négociations climatiqueslors de la CDP15 à Copenhague – lun des rendez-vous de lONU, Yvo de Boer, au nom du mouvement globalpolitiques clés avant la clôture de la première phase du Les documents de la campagne, initialement en anglais, « Countdown to Copenhagen ». On a ainsi rappeléprotocole de Kyoto, en 2012. ont été traduits dans plusieurs langues sur 24 pays que la justice climatique était une urgence, comme le des cinq continents, rassemblant ainsi des milliers potentiel de cette campagne à rassembler des gensMalheureusement, Copenhague na pas rempli ses de personnes dans la lutte pour la justice climatique. dans le cadre d’une même lutte contre le changementpromesses, ni abouti à laccord quil fallait pour protéger Les activités de la campagne sorganisaient autour de climatique. L’Archevêque, en pleine forme, sest adresséles populations les plus pauvres des effets néfastes du moments ou rendez-vous clés – les journées daction à la foule avec son humour et sa chaleur habituels avantchangement climatique. Mais il y a eu un point positif : un internationale, ou des journées clés avant louverture de transmettre notre message principal aux leaders dumouvement pour la justice climatique en plein essor. de la conférence. Les membres de l’APRODEV et ses monde : « Cest un problème que nous devons résoudre, partenaires ont également participé aux réunions de sinon personne ne survivra. »La campagne Countdown to Copenhagen la CCNUCC qui se sont tenues en Pologne, à BangkokLa campagne « Countdown to Copenhagen » a touché et à Bonn. Time for Climate Justice !plus dun demi-million de personnes dans 24 pays, et En dépit dune pression intense de l’opinion publique,nous a permis de tirer des leçons inestimables. Comment Quand les Chefs dEtat sont arrivés à la Conférence de les négociateurs à Copenhague ne sont pas parvenus àcette campagne a-t-elle vu le jour ? Copenhague, la campagne avait déjà rassemblé plus un accord fructueux sur le changement climatique, qui dun demi-million de signatures. Le 13 décembre, près permetrait de réagir à la menace quil représente pourDix-huit mois avant la réunion de Copenhague, les de 5 000 personnes étaient rassemblées coude à coude la survie et les moyens de subsistance de millions demembres de l’APRODEV ont uni leurs efforts pour sur la place centrale de Copenhague pour assister à la populations pauvres. Mais Copenhague a été un succèsIntroduction La science et Les discussions Les positions de La campagne Aider les pays du Sud dans leur Glossaire Calendrier Liste de sources clés 21 les impacts à lONU lAPRODEV Time for Climate plaidoyer et leurs campagnes sur dévènements sur le Web Justice le changement climatique
  • 25. d’une autre manière : elle a rassemblé toutes sortes Christian Aid/Amanda Farrantde mouvements issus de la société civile au sein de lacampagne pour la justice climatique. Cet élan ne doitpas disparaître.La campagne Countdown to Copenhagen est terminée,mais elle se poursuit sous le drapeau de la campagne« Time for Climate Justice ». Notre objectif est toujoursdobtenir un accord qui soit équitable, contraignant etfructueux, qui favorise les populations les plus pauvres ;nous continuerons à faire pression sur les Chefs dEtat,en 2010 et après, pour quils reprennent de toute urgenceles discussions et parviennent à un accord fructueux.Venez nous rejoindre dans cette lutte !Pour en savoir plus sur notre campagne Time for ClimateJustice, rendez-vous sur www.climatejusticeonline.orgLes revendications de la campagne1er appel : obtenir au moins 40 % de réduction desémissions de carbone dici 2020 – sur le plan nationalet non pas à létrangerLobjectif de 40 % de réductions est très important :cest lenvergure requise si nous voulons que leréchauffement climatique reste inférieur à 2°C au coursde notre siècle. Dautres thèmes de campagne plusvastes peuvent être regroupés dans cet appel :• La responsabilité plus importante des pays du Les partisans éthiopiens de la campagne Countdown to Copenhagen participent au défilé de 6 km Nord en matière démissions de gaz à effet de menant au centre de conférence de lONU, à loccasion de la Journée daction internationale sur le serre.Ceci est déjà manifeste rien quà la liste climat. LEthiopie a lancé sa campagne Countdown to Copenhagen en décembre 2009, avec le soutien des pays visés à lAnnexe I (qui incluent des pays des agences de lAPRODEV. Les 30 000 promesses recueillies ont rejoint le demi-million de signatures développés, ainsi que les économies en transition remises au chef des négociations de lONU sur le climat, Yvo de Boer, par lArchevêque Desmond Tutu à loccasion dun évènement spécial organisé sur la place centrale de Copenhague dans lEst de lEurope et lancien bloc soviétique) ; par ailleurs, quasiment tous les gouvernements de lOrganisation de coopération et de développement qui réduisent leur dépendance aux combustibles (chez les pays visés à lAnnexe I) et le Mécanisme économiques (OCDE) acceptent que leurs fossiles. Si ceci se produit dans les cinq ans à pour un développement propre (Nord-Sud). réductions doivent être plus importantes que celles venir, par exemple, les chances seront d’autant des pays en développement. Ils nont dailleurs pas plus grandes dobtenir laccord des économies Pour en savoir plus sur les limites du MDP, voir la encore tenu leurs engagements. émergentes pour limposition de limites futures sur section « Les discussions à lONU ». leurs émissions.• Lintégrité du processus et linstauration dun 2e appel : soutenir et aider les pays en climat de confiance entre les pays du Nord et du • Au plan national, et non pas à létranger. Ceci remet développement à financer la réduction de leurs Sud. Pour qu’on parvienne à un accord vraiment en question les pratiques actuelles des pays de émissions, à mettre en œuvre un programme global, les gouvernements doivent impérativement lOCDE, qui cherchent à atteindre leurs objectifs de de développement propre et à sadapter au prendre des mesures concrètes pour instaurer réduction en achetant à létranger des crédits de changement climatique un climat de confiance entre les négociateurs. compensation carbone. Comme nous lexpliquons Si le premier appel renvoit aux responsabilités des Les pays de lOCDE doivent montrer lexemple dans la section « Les discussions à lONU », les pays du Nord, le second concerne des mesures aux autres pays en mettant en œuvre dans leur deux principaux mécanismes du protocole de Kyoto devant être prises conjointement par les pays du Nord économie des changements structurels marquants, utilisés à cet effet sont la compensation carbone et du Sud. Lun des principes directeurs des DroitsIntroduction La science et Les discussions Les positions de La campagne Aider les pays du Sud dans leur Glossaire Calendrier Liste de sources clés 22 les impacts à lONU lAPRODEV Time for Climate plaidoyer et leurs campagnes sur dévènements sur le Web Justice le changement climatique
  • 26. Christian Aid/Amanda Farrant au développement dans un monde sous contrainte • « Aider… les pays en développement à réduire carbone (DDMCC – voir la section « Les positions de leurs émissions. » Ceci fait référence notamment au l‘APRODEV ») est lobligation de financement des pays de transfert de technologie. Des débats mouvementés lOCDE pour aider les pays en développement à réduire ont lieu à ce propos entre dune part le Groupe des progressivement leurs émissions, à mettre en œuvre un 77 et la Chine et, dautre part, les pays de lOCDE. programme de développement propre et à sadapter au Le G77 et la Chine militent, par exemple, en faveur changement climatique. Ces mesures viennent compléter dune réforme du régime des droits de propriété les réductions mises en œuvre au plan national par les intellectuelle pour fabriquer plus facilement des pays riches. Cette approche offre une solution potentielle technologies clés renouvelables, qui permettent à un dilemme, à savoir comment lutter contre la hausse déconomiser lénergie, et dont les sociétés des émissions globales sans compromettre le droit au occidentales détiennent les brevets. Jusquà développement des économies émergentes. En gros, les présent, les pays visés à lAnnexe 1 se sont opposés DDMCC fonctionnent sur le principe dune compensation à cette réforme. financière aux pays en développement qui acceptent de ne pas emprunter la voie « sale » du développement. • Là encore, la Convention se range du côté du G77 et de la Chine. Larticle 4 appelle les pays développés Le modèle est neutre sur la question d’identifier les à « prendre toutes les mesures possibles en politiques requises pour parvenir à un développement vue d’encourager, de faciliter et de financer,... le faible carbone et durable dans les pays du Sud. Il se transfert ou l’accès de technologies et de savoir-faire contente de fournir une équation permettant le partage écologiquement rationnels aux autres parties, et équitable du coût global des programmes datténuation plus particulièrement à celles d’entre elles qui sont et de ladaptation. des pays en développement. » Si les pays de lOCDE contestent la définition de lexpression « mesures Plusieurs autres thèmes peuvent être regroupés dans le possibles », il est clair quil leur appartient de faire second appel. plus defforts pour permettre ce transfert. • La question de la « compensation » pour les pays • Lobjectif universel dun développement durable. La en développement. Les pays en développement Convention déclare aussi que tous les Etats doivent subissent certains effets les plus néfastes du œuvrer pour la promotion du développement durable. changement climatique sans avoir contribué en quoi Donc, aucun pays - même un pays en développement que ce soit au problème (dans la plupart des cas). Les - na en fait le droit automatique de polluer ou de pays développés ont donc une obligation morale de dégrader lenvironnement naturel. les aider à sadapter au changement climatique. Cest un point clé de la justice Nord-Sud souvent évoqué Comme nous lavons vu ci-dessus, nous cherchons à dans le débat climatique - ce qu’on appelle la « dette nouer des liens à travers le monde avec les mouvements climatique ». qui partagent notre point de vue, qui serait de voir les gouvernements agir rapidement sur cette question. Pour • Le non-respect de la CCNUCC. En vertu de larticle 4 savoir de quelle manière le personnel de terrain et les Un membre de la délégation de plaidoyer de la campagne de la CCNUCC, les pays développés doivent apporter partenaires peuvent commencer à se mobiliser dans leur Countdown to Copenhagen, Seng Sothira du Cambodge, un soutien financier aux pays en développement pays sur la question du changement climatique, voir la interrompt le temps dune journée ses activités de au titre de latténuation et de ladaptation, tout en section « Aider les pays du Sud dans leur plaidoyer et lobbying au sein des discussions de lONU sur le climat, montrant lexemple dans les efforts de reduire leurs leurs campagnes sur le changement climatique ». pour rejoindre des partenaires et partisans venus dEurope, émissions domestiques. Depuis l’adoption de la des Etats-Unis, dAfrique, dAsie et dAmérique latine, CCNUCC, 17 ans se sont écoulés, et nous attendons à loccasion de la journée daction internationale sur le toujours que les pays visés à lAnnexe 1 tiennent leurs Climat à Copenhague engagements. Cest inacceptable.Cette boîte à outils est une initiative de la campagne Time for ClimateJustice de lAPRODEV. LAPRODEV est lassociation des 17 organisationsmajeures de développement et daide humanitaire européennes liéesau Conseil œcuménique des Eglises. Au rang de ses membres figurentnotamment : Eglise suédoise, Diakonia, Norwegian Church Aid,DanChurch Aid, Finn Church Aid, ICCO, EED, Brot für die Welt, Bread forAll et Christian Aid.
  • 27. Les membres de l’APRODEV et ses5. Aider les pays partenaires communiquent et font retentir le message de la campagne Countdown to Copenhagen lors dune mobilisation dedu Sud dans leur masse à Bangkok, pendant les discussions de lintersession de la CCNUCC sur leplaidoyer et leurs changement climatique, en préparation à la réunion de Copenhague.campagnes surle changementclimatique Christian Aid/Amanda Farrant Contenu Il ne nous reste peut-être que dix ans pour que les émissions globales atteignent un pic, si nous Alliés internationaux 5. Formuler vos exigences et développer la voulons éviter un réchauffement catastrophique. Les Développement de capacités à long terme stratégie gouvernements doivent convenir dun programme pour réduire drastiquement les émissions de gaz à effet pour le plaidoyer et les campagnes de lutte 6. Décider de laction appropriée de serre, quand la phase dengagements actuels du contre le changement climatique 7. Constituer des alliances avec dautres protocole de Kyoto prendra fin en 2012. Les réunions de la CCNUCC sont un forum dimportance cruciale pour 1. Amorcer le débat ONG et acteurs de la société civile se mettre daccord sur un tel plan daction globale. La campagne a permis daugmenter d’un cran la pression 2. Identifier quels groupes seront les plus 8. Recueillir des informations sur les Chefs dEtat en préparation au sommet de touchés 9. Utiliser les médias et lInternet Copenhague en décembre 2009, mais ils nont pas réussi à se mettre daccord sur une action politique qui 3. Analyser la politique gouvernementale 10. Mesurer limpact est tellement nécessaire. 4. Comprendre la dimension internationale Alors que les politiques remettent à plus tard leurs décisions, les populations pauvres des pays en développement ayant le moins contribué au changement climatique en subissent déjà les conséquences et seront les plus touchées par son impact croissant. Cest uneIntroduction La science et Les discussions Les positions de La campagne Aider les pays du Sud dans leur Glossaire Calendrier Liste de sources clés 24 les impacts à lONU lAPRODEV Time for Climate plaidoyer et leurs campagnes sur dévènements sur le Web Justice le changement climatique
  • 28. Liste dobjectifs proposés pour parvenir à climatique : son impact sur les perspectives de les mouvements sociaux et ONG du développement un accord international sur le climat qui développement des populations et les liens pouvant être qui sinquiètent des effets du changement climatique soit équitable et fructueux établis entre les effets du changement climatique sur sur les populations pauvres. Climate Justice Now! le plan local et national et les campagnes de pression voit avec scepticisme les solutions au changement Objectifs de la politique internationales. Ces travaux doivent maintenant être climatique axées sur le marché ou uniquement • Veiller à ce que tout nouvel accord sur le climat développés et consolidés dans la foulée de Copenhague. sur la technologie, qui sont proposées par de protège les intérêts des pays en développement, nombreux gouvernements et entreprises dans les des populations pauvres et des groupes Cette section est divisée en deux parties. La première pays du Nord. Il appelle à de véritables réductions marginalisés à travers le monde, tout en offrant examine les réseaux et alliances internationaux auxquels de la consommation dans les pays du Nord et au une chance de maintenir au-dessous de 2°C les ONG basées dans les pays du Sud peuvent se rallier. sein des élites dans les pays du Sud, à la réduction la hausse des températures. Définir quel type La seconde est un guide pratique qui vous guidera de la dépendance aux combustibles fossiles, au daccord permettrait de remplir ces conditions pas à pas dans lorganisation dune campagne sur le contrôle démocratique des ressources naturelles, (tout en remédiant au problème d’émissions changement climatique dans votre pays. à des transferts substantiels de ressources des des pays visés à lAnnexe 1, la solution devra pays du Nord en direction des pays du Sud afin également se pencher sur les émissions des Alliés internationaux de rembourser la « dette climatique », ainsi quà pays du Sud, qui représentent actuellement plus lexpansion globale des énergies renouvelables. de la moitié du total démissions globales). 1. Réseaux globaux Le réseau compte actuellement 160 membres, il Un certain nombre de groupes, réseaux et coalitions fonctionne par le biais demails de mise à jour et a • Faire pression sur les pays développés pour font déjà campagne dans le cadre des processus de la établi une présence à la réunion annuelle de la CDP. quils prennent des mesures immédiates CCNUCC et suivent de près les réunions de la CDP. Ils de réduction de leurs propres émissions, et varient bien évidemment dun pays et dun continent • La Campagne Climat Mondiale : cest le nom donné fournissent aux pays en développement un à lautre, mais en voici quelques-uns qui agissent au à « toutes les organisations, tous les groupes et financement adéquat pour les programmes niveau global : citoyens du monde entier qui se rassemblent pour datténuation et dadaptation (le point de départ la Journée daction internationale sur le climat… étant les engagements pris dans la Convention • Réseau Action Climat (RAC) : le RAC est un réseau afin dexiger des gouvernements du monde entier et le protocole de Kyoto). global dorganisations non-gouvernementales quils engagent une action urgente dans le domaine œuvrant dans le domaine de lenvironnement et du changement climatique et de réclamer la justice • Appeler les pays développés à réduire les du développement pour « promouvoir laction climatique ». Organisée chaque année depuis 2005, obstacles au transfert Nord-Sud de technologies gouvernementale et individuelle visant à limiter les la journée daction se déroule en général un samedi, propres, et à favoriser le partage des changements climatiques anthropiques à des niveaux au milieu de la réunion annuelle de la CDP. Pour la connaissances en matière de technologies faible écologiquement durables ». Il compte huit antennes CDP16 de Mexico, elle aura lieu le 4 décembre 2010. carbone qui soient appropriées et développées nationales dans les pays en développement : Des manifestations, marches, discours et dautres sur le plan local. trois en Asie (Sud, Sud-Est et ancienne Union évènements publics seront organisés dans plus de 70 Soviétique), quatre en Afrique (Nord, Sud, Est pays à cette date, ou autour de cette date. et Ouest), et une en Amérique latine. Pour les Objectifs du processus partenaires des pays du Sud souhaitant sinformer • Promouvoir lengagement de la société civile sur laction du RAC, les antennes régionales sont 2. LAPRODEV dans les CDP. un bon moyen de le faire. Le RAC a mis en place En guise de préparation à la CDP15, les agences de plusieurs groupes internationaux fonctionnant par lAprodev en Europe, en coopération avec le Church • La constitution dalliances dorganisations de email - les membres peuvent par ce biais publier World Service et le National Council of Churches aux la société civile, au plan national et mondial, des infos sur le changement climatique et discuter Etats-Unis, plus dautres partenaires des agences pour influencer le résultat des négociations des stratégies touchant divers sujets (ex. : questions de lAPRODEV dans les pays du Sud, ont organisé internationales sur le climat. post-2012, finance et technologie, adaptation, etc.). la campagne de promesses et de cartes postales Le RAC organise des évènements et fait pression Countdown to Copenhagen, qui a recueilli plus dun sur les décideurs lors des discussions annuelles demi-million de signatures. (Pour en savoir plus, voirinjustice qui ne fait que renforcer notre détermination sur le changement climatique. Le réseau compte la section « Campagne Time for Climate Justice »). Lesà faire campagne et pression sur les décideurs pour actuellement 430 membres. pétitions et actions du même ordre sont un outil efficaceparvenir à une justice climatique globale. pour sensibiliser lopinion publique et mobiliser de • Climate Justice Now! (CJN!) : la création de ce réseau nouveaux pays.Dans de nombreux pays, les activistes commencent Climat-Justice remonte à la réunion de la CDP de Baliseulement à se pencher sur la question du changement (Indonésie), en 2007. Cest un groupe parapluie pourIntroduction La science et Les discussions Les positions de La campagne Aider les pays du Sud dans leur Glossaire Calendrier Liste de sources clés 25 les impacts à lONU lAPRODEV Time for Climate plaidoyer et leurs campagnes sur dévènements sur le Web Justice le changement climatique
  • 29. La campagne Time for Climate Justice veut continuer les plus pauvres affectées par le changement Développement de capacités à long termeà mobiliser les populations en faveur dun accord climatique, et de plaider aux discussions de lONU en pour le plaidoyer et les campagnes de lutteclimatique équitable et fructueux. Les partenaires faveur dune justice pour ces pays. contre le changement climatiquepeuvent opter pour lorganisation dactions de campagnedu même ordre dans leur propre pays. Celles-ci En revanche, dans les économies émergentes, comme Dix étapes pour faciliter le plaidoyer ou unepourraient viser leur propre gouvernement (le Premier en Inde, en Afrique du Sud ou au Brésil, les groupes campagne publique sur le changement climatiqueMinistre ou le Président, par exemple), ou même les de citoyens pourraient choisir de se focaliser sur la Cette liste, loin dêtre exhaustive, se fonde sur lesNations Unies, en soulignant les inquiétudes de la société politique énergétique nationale et éventuellement sur succès passés des ONG en termes de planificationcivile face au changement climatique et le besoin dune la nécessité de limiter la croissance future démissions. dinitiative, de plaidoyer ou de campagne.action concertée et globale pour lutter contre ses effets. Dans tous les cas, ce sera aux partenaires de décider dans chaque pays des revendications quils veulent 1. Amorcer le débatLaction visant les gouvernements nationaux sappuiera adopter. Première étape, le personnel de lAPRODEV et lesprobablement sur des messages concernant la partenaires dans chaque pays peuvent lancer un débatnécessité daction de la part des pays industrialisés Les actions mises en œuvre dans chaque pays sur la question de la nécessité dun plaidoyer et dune(voir ci-dessous la « Liste dobjectifs proposés à long dépendront bien sûr des rapports qui ont été établis campagne sur le changement climatique, dans unterme » dans lencadré). entre les organisations de citoyens et lEtat. Dans contexte local ou national. Ceci pourrait se faire au certains pays, il sera plus difficile dinfluencer la sein de lorganisation, avec les membres du public,Or, pour quelles soient pertinentes, elles doivent politique du gouvernement en matière de changement ou en collaboration avec des ONG et organisationsaussi sattaquer aux questions nationales liées au climatique et les stratégies de plaidoyer refléteront ces de citoyens ayant les mêmes préoccupations (ou unechangement climatique, dont le gouvernement est différences de contexte et de réalité politique. combinaison des trois). On peut procéder de diversesresponsable en premier chef. Bien évidemment, ces manières pour lancer des conversations locales sur lemessages varieront dun pays à lautre. Par exemple, Les partenaires à la recherche dun soutien pour des changement climatique : il peut être utile de se focaliserdans les pays les moins avancés (PMA), comme le campagnes daction peuvent contacter le personnel sur le travail des partenaires en matière de réductionBengladesh et le Burkina Faso, les lobbies, au lieu de lAPRODEV travaillant dans leur pays, ou léquipe des risques face aux catastrophes naturelles, d’analyserde concentrer leurs efforts sur la politique nationale de campagne basée au secrétariat. Vous pouvez les changements de température/précipitations auénergétique (du fait de sa contribution infime aux également contacter Christian Aid par email pour niveau local et leur impact sur lagriculture, ou bien deémissions globales des PMA), se focaliseront plutôt demander conseil : campaigns@christian-aid.org. se concentrer sur le nombre de catastrophes naturelles.sur la nécessité pour le gouvernement de défendre Ces points de départ sont importants car si le plaidoyercorrectement les intérêts des pays et communautés et la campagne ne répondent pas à un besoin ou Liste dobjectifs proposés à long-terme Objectifs de la politique • Réaliser et disséminer des recherches dans le Objectifs du processus • Suivi des actions en cours des pays développés domaine de modèles de développement durable avec • Optimiser les capacités des partenaires en faveur du visant à réduire les émissions et campagne mondiale un potentiel de montée en charge. Faire rendre des plaidoyer au niveau local et national. sur ce thème. comptes à son propre gouvernement en matière de développement non durable - soit dans des secteurs • Promouvoir lengagement de la société civile dans les • Faire pression sur les pays développés pour quils spécifiques (énergie, transport, déchets, agriculture, négociations de lONU au-delà de 2010. fournissent un financement adéquat des programmes industrie), soit à travers tous les secteurs. datténuation et dadaptation dans les pays en • Constituer des alliances au plan national et développement. • Développement et promotion dapproches de international pour influencer le résultat des ladaptation issues de la communauté ; veiller à négociations de lONU au-delà de 2010. • Appeler les pays développés à réduire les obstacles ce que le financement de ladaptation parvienne au transfert Nord-Sud de technologies faible jusquaux populations les plus touchées et • Encourager lintérêt du public pour les questions carbone, et à favoriser un plus grand partage des vulnérables au changement climatique. liées au changement climatique dans les pays en connaissances en matière de technologies faible développement, pour développer la capacité daction carbone qui soient appropriées et développées sur de masse après 2009. le plan local.Introduction La science et Les discussions Les positions de La campagne Aider les pays du Sud dans leur Glossaire Calendrier Liste de sources clés 26 les impacts à lONU lAPRODEV Time for Climate plaidoyer et leurs campagnes sur dévènements sur le Web Justice le changement climatique
  • 30. Comprendre les perspectives des pays du Sud en matière de changement climatique Questions clés Les perspectives des pays en développement La Charte appelle à inverser les politiques qui ont • Qui sont les groupes/communautés touchés ? sur le changement climatique peuvent varier conduit à la dégradation systématique des ressources considérablement de celles des pays d’Europe. Les naturelles, dont ces communautés dépendent pour leur • Dans quelle mesure divers facteurs affectent-ils ONG des pays du Sud considèrent souvent la justice subsistance (forêts, pêche, terres agricoles, etc.). La la manière dont les populations sont touchées climatique comme une question de gouvernance coalition a dialogué avec ces groupes qui considéraient par le changement climatique : revenus, sexe, économique : le besoin dun partage équitable des quil y avait un lien évident entre ce processus et le emploi, âge, appartenance ethnique, caste et ressources naturelles - terrains, eau, forêt et pêche - et changement climatique. classe ? de meilleures stratégies pour les exploiter. Le manifeste réclame également le rétablissement du • Quels sont les enjeux climatiques les plus En Inde, Christian Aid a appuyé en 2009 la formation droit de gérer ces ressources, un plus grand respect pressants auxquels ils doivent faire face ? dune nouvelle coalition dONG (la Coalition du peuple du savoir de la communauté et la préservation de sur le changement climatique) avec pour objectif de faire lécosystème. Selon les groupes en question, cest • Quels sont les enjeux climatiques à long terme ? entendre la voix des populations rurales marginalisées la meilleure façon de lutter contre le changement dans les débats sur le changement climatique. La climatique. • De quel soutien et de quelles ressources coalition a engagé le dialogue avec divers groupes - financières les communautés/groupes touchés pêcheurs, indigènes, habitants des forêts, bergers et La Charte a été publiée en Inde en octobre 2009. La ont-ils besoin pour relever ces défis et diminuer fermiers dans les zones sèches ou montagneuses - de coalition a également envoyé à Copenhague une leur vulnérabilité ? neufs états indiens au sujet des menaces qui pèsent délégation de leaders de la communauté et dONG pour actuellement sur leurs moyens de subsistance et du faire pression sur la CDP15, en décembre 2009. • Ont-ils bénéficié dun soutien quelconque du problème croissant du changement climatique. Ce gouvernement local/national ? dialogue a abouti à une Charte des communautés sur la crise climatique - un manifeste ciblant le gouvernement • Qui doit leur fournir le soutien pour leur indien et la communauté internationale. permettre de surmonter les défis auxquels ils font face ?problème spécifiques, ils ne seront pas en phase avec terre et sécheresse. Lâge, le sexe, la religion, la caste, • Serait-il possible de faire pression sur cesles événements qui se déroulent dans et intéressent lappartenance ethnique et dautres facteurs sociaux personnes/gouvernements/institutions ?la société au sens large (voir ci-dessus « Comprendre identitaires doivent tous être pris en compte quand Comment les communautés peuvent-elles faireles perspectives des pays du Sud en matière de on évalue les effets du changement climatique sur entendre leur voix ?changement climatique » dans lencadré). la population. On peut faire un exercice de brainstorming pour Nous avons lexemple de Cavite City, aux Philippines, voir de quelles manières le changement climatique qui montre les effets diversifiés que produit le perturbations de leurs moyens de subsistance, de affecte actuellement les efforts de développement changement climatique sur différents groupes problèmes daccès à leau potable, de la perte de- en réfléchissant à son impact sur les moyens socio-économiques. La ville, qui se trouve dans la biens domestiques et de moyens de gagner leur de subsistance, la production agricole, la santé, baie de Manille, est affectée par des évènements vie. Les groupes de populations à revenus plus léducation, la gestion des désastres naturels et météorologiques extrêmes : typhons, inondations importants vivaient dans des maisons construites léconomie nationale. Dans quelle mesure ses effets et sécheresse, ainsi que la montée du niveau de la en matériaux durables et pouvaient puiser dans leurs sont-ils déjà visibles ? mer et la salinisation des nappes deau souterraines économies et leur capital pour survivre - ils étaient (effets caractéristiques du changement climatique). donc moins touchés.12. Identifier quels groupes seront les plus touchés Mais tous les habitants ne sont pas touchés de laLa plupart du temps, les désastres liés aux conditions même manière. Une étude récente a montré que les 3. Analyser la politique gouvernementaleclimatiques touchent en priorité les communautés populations pauvres, notamment les petits pêcheurs, Létape suivante consiste à analyser la politiqueles plus pauvres. Les populations qui vivent déjà producteurs, vendeurs et marchands de coquillages, gouvernementale mise en œuvre dans ce domaine.dans la précarité et manquent de moyens fixes de et les petits métiers étaient plus touchés par ces Dans certains pays, les gouvernements auront déjàsubsistance sont les moins préparées pour résister effets que les populations vivant juste au-dessus du énoncé publiquement leur position et réfléchi sur leou gérer des conditions météorologiques sévères et seuil de pauvreté (salariés et micro-entrepreneurs changement climatique. Ceci facilitera votre tâche.les désastres naturels - inondations, tremblements de détenant plus dactifs). Les premiers souffraient des Dans dautres cas - sans doute pour la majorité - il Introduction La science et Les discussions Les positions de La campagne Aider les pays du Sud dans leur Glossaire Calendrier Liste de sources clés 27 les impacts à lONU lAPRODEV Time for Climate plaidoyer et leurs campagnes sur dévènements sur le Web Justice le changement climatique
  • 31. déterminer quelle est la position officielle Questions clés du gouvernement. Questions clés • Y-a-t-il une prise de conscience du Si de nombreux pays nont pas encore mis en place • Quelle est la position de votre gouvernement gouvernement au niveau national et local de politiques ou programmes nationaux pour réagir au sujet des discussions de lONU sur le de limpact du changement climatique sur la en urgence aux enjeux du changement climatique, changement climatique ? population de votre pays ? on peut néanmoins constater que les actions et les déclarations de bonnes intentions sont en nette • Quelle est la pertinence des discussions de • Que fait ou ne fait pas le gouvernement ? hausse. Au Kenya, par exemple, la politique sur le lONU en ce qui concerne les problèmes Quelles mesures prévoit-il de mettre en œuvre changement climatique est coordonnée par lAutorité de changement climatique au sein de votre pour y remédier ? nationale de gestion de lenvironnement (NEMA), point communauté/pays ? focal de la CCNUCC pour le pays et autorité nationale • Existe-t-il au sein du gouvernement un chargée du Mécanisme de développement propre • Qui est chargé de la question du changement ministère/une commission chargé(e) des (MDP). Le ministère de lenvironnement (ministère de climatique au sein de votre communauté/pays ? questions de changement climatique ? tutelle de la NEMA) abrite le Comité de coordination des activités nationales sur le changement climatique • Votre gouvernement a-t-il articulé sa position • Quels sont les plans/stratégies/politiques au (NCCACC). Le NCCACC est un comité pluridisciplinaire dans les négociations en visant à protéger le niveau national ? et interdépartemental qui conseille le gouvernement droit des communautés en termes daccès à la kényan sur la politique liée au changement climatique. santé, à leau, aux moyens de subsistance, etc. ? • En quoi ceux-ci affectent-ils les communautés (recueillez des informations) ? Peut-on les Toutes les parties prenantes sont représentées dans • Si ce nest pas le cas, comment pourrait-on décrire comme étant des plans/stratégies/ le comité, y compris les ministères, le secteur privé influencer la position du gouvernement pour politiques en faveur des populations pauvres ? et la société civile. La prise en compte croissante refléter les besoins de la population ? des enjeux du changement climatique pour les • Pour les pays les moins avancés : le stratégies nationales de développement durable, • Quelles opportunités pouvez-vous identifier de gouvernement a-t-il formulé un Programme notamment le schéma ambitieux baptisé Vision nouer des liens avec des groupes de la société national daction pour ladaptation (PANA) ? 2030, a favorisé la focalisation sur le changement civile à létranger, afin de faire entendre vos Les besoins des communautés (identifiés à la climatique. Le gouvernement, par le biais du ministère préoccupations en matière de changement 2e étape) sont-ils pris en compte de manière de lenvironnement, a proposé la création dun climatique dans dautres pays et à lONU ? adéquate dans le PANA ? département entièrement dédié au changement Par exemple, avez-vous associé vos activités climatique, avec son personnel et ses programmes nationales à des dates et processus clés au • Le changement climatique figure-t-il à lordre spécifiques. niveau international ? Voir également la section du jour des politiques sectorielles du pays : eau, « Calendrier dévènements ». agriculture, pêche, réduction des risques face 4. Comprendre la dimension internationale aux catastrophes, gestion des forêts, etc. ? Le changement climatique est un problème global exigeant une solution globale - voilà pourquoi il est si • Quels mécanismes existent pour équilibrer important que les discussions de lONU aboutissent dune part les politiques nationales dénergie et à un accord. Explorez les liens entre les questions de développement et dautre part le changement dordre local et national (évoquées à la 2e et 3e étape) • la justice environnementale et le partage des climatique et les objectifs de développement et les négociations internationales. responsabilités, en tenant compte du fait que durable ? Si le gouvernement privilégie les certains pays portent une plus lourde responsabilité premières, comment pourrait-il obtenir un La Bolivie propose un modèle très utile de coopération que dautres au niveau du changement climatique meilleur équilibre ? constructive entre lEtat et les ONG en matière de changement climatique. Le gouvernement et les • une critique du paradigme actuel du développement, mouvements civiques sexpriment de la même voix jugé intenable par le gouvernement et la plupart des et la position du gouvernement sappuie fortement ONG en Bolivie qui sont davis quil encouragesera nécessaire de contacter le ministère concerné (le sur le savoir et lexpérience de la population indigène les inégalitésministère de lenvironnement, en général) pour majoritaire. Le gouvernement bolivien a réclamé :Introduction La science et Les discussions Les positions de La campagne Aider les pays du Sud dans leur Glossaire Calendrier Liste de sources clés 28 les impacts à lONU lAPRODEV Time for Climate plaidoyer et leurs campagnes sur dévènements sur le Web Justice le changement climatique
  • 32. • le transfert de sommes dargent importantes pour la technologie « propre », afin de faire la promotion du Campagne globale pour empêcher la Banque Mondiale de concéder un emprunt à lAfrique droit au développement durable et réel du Sud pour de lénergie « sale » En février 2010, les activistes sud-africains et les accordé à un pays africain, la Banque Mondiale• la reconnaissance par les gouvernements des pays partisans de la justice climatique dune cinquantaine montre quelle ne prend pas au sérieux la question du du Nord de limportance de ladaptation et du coût dorganisations de la société civile et de groupes développement durable. que les Boliviens doivent déjà supporter communautaires ont lancé une campagne globale pour empêcher la Banque Mondiale daccorder un emprunt Ils soutiennent que non seulement ce financement• la prise en compte dun programme radical de 3,75 milliards de dollars à Eskom (Commission est en contradiction avec lobjectif officiel initial de et progressif à Copenhague, mené par les sud-africaine pour lapprovisionnement en électricité) lemprunt, qui était dengager lAfrique du Sud sur un mouvements civiques, qui soit enraciné dans destiné à financer la construction dune nouvelle parcours faible carbone, mais il doublerait aussi dici leur réalité : fonte des glaciers, sécheresse et centrale à charbon. 2025 les émissions de combustibles fossiles dEskom et déforestation. bloquerait le pays dans une logique énergétique à base Ces militants ont constitué des alliances avec des de charbon, génératrice de fortes émissions.A cet effet, le gouvernement et les ONG en Bolivie ont activistes climatiques de lUE et des Etats-Unis ; selonprésenté à Copenhague une proposition en 16 points, eux, lemprunt démontre que lon ne peut pas faire Les militants réclament la création dalternativesqui a été dévoilée à la CDP14 de Poznan en 2008. Hélas, confiance à la Banque Mondiale pour gérer les fonds propres aux centrales à charbon en Afrique du Sud, quiles réalités politiques dautres pays ne facilitent pas climatiques actuels et futurs. pourraient être financées à partir des fonds gérés parladoption dune approche similaire. les Nations Unies. A leur avis, en finançant la construction dune centrale5. Formuler vos exigences et développer la stratégie à charbon, par le biais du plus grand emprunt jamaisVoici des recommandations clés qui vous aideront àformuler vos exigences et développer un plaidoyer ouune stratégie de campagne : Voici lexemple dune formulation dun ensemble b) Message aux pays en développement (y compris les• ciblez vos interlocuteurs : les personnes ou les dexigences. Cette déclaration de positionnement a Philippines) institutions qui détiennent le pouvoir de faire été rédigée par les organisations de la société civile « Le droit au développement ne donne pas la changer les choses philippine, en guise de contribution à la CDP14 en permission de déboiser les forêts, de creuser des 2008.3 Remarque : ce nest pas la même chose quun mines, ni dutiliser sans réserve des combustibles, de• identifiez vos alliés et les principaux obstacles document de plaidoyer ou de stratégie de campagne, lénergie et des technologies nocives qui exacerbent qui renferme normalement un ensemble dobjectifs le changement climatique et présentent des risques• visez une participation populaire maximum au dengagement, ainsi quune analyse de lenvironnement sérieux pour lenvironnement et la santé. développement et au déploiement du plaidoyer et/ politique et de la campagne : ou de la stratégie de campagne « Ladaptation doit être intégrée dans les plans de a) Message aux pays développés développement national et des allocations budgétaires• faites en sorte que vos exigences ou objectifs soient « Les pays développés ont une responsabilité morale et doivent y être affectées. » autant que possible conformes à la méthode SMART éthique, du fait de leur rôle historique dans lévolution (spécifiques, mesurables, accessibles, réalistes et rapide du réchauffement climatique, de prendre c) Mesures que tous les pays devraient mettre en œuvre définis dans le temps)2 linitiative pour veiller à ce que le réchauffement global Le document de positionnement détaillait les mesures des températures reste au-dessous de 2°C par rapport à mettre en œuvre par les gouvernements dans• essayez de formuler un ordre du jour qui soit aux niveaux pré-industriels. Nous appelons les pays divers secteurs pour réduire les émissions. Il appelait « positif » - il ne doit pas seulement critiquer et développés à sengager à réaliser des réductions notamment : à lélargissement des programmes condamner la politique gouvernementale, mais majeures, drastiques et contraignantes de leurs dénergie renouvelable et à labandon progressif aussi faire des propositions ou présenter des émissions de gaz à effet de serre, en assumant leurs des centrales à charbon et nucléaires ; à l’efficacité exigences susceptibles dapporter un responsabilités pour prendre en charge le coût des énergétique ; et à une évolution vers lagriculture changement durable dommages quils ont fait subir à lenvironnement. et lexploitation forestière durables : « Nous devons évoluer vers des habitudes de production et de• mettez-vous daccord sur un ensemble dactions/ « En vertu de la Convention, la contribution des pays consommation durables, surtout dans les pays activités qui permettront de remplir vos exigences développés au Fonds dadaptation doit être dau moins développés, où les pratiques nocives sont mises en (voir la 6e étape). 1 % de leur produit intérieur brut annuel. » cause en ce qui concerne la crise du climat. »Introduction La science et Les discussions Les positions de La campagne Aider les pays du Sud dans leur Glossaire Calendrier Liste de sources clés 29 les impacts à lONU lAPRODEV Time for Climate plaidoyer et leurs campagnes sur dévènements sur le Web Justice le changement climatique
  • 33. Tribunal pour la justice climatique Voici quelques suggestions : Conseils pour les communiqués de presse • pétition ou promesse : action via des dépliants En 2009, des organisations de la société civile imprimés, ou par email en ligne • Le message doit être concis et percutant (et tenir bolivienne se sont rassemblées pour former un • marche ou manifestation pour la campagne sur un seul feuillet, si possible). « tribunal international pour la justice climatique ». • accrochage de bannières dans des endroits publics • présentation dhistoires – par le biais de médias, de • Enoncez le message dans les deux premiers Pendant deux jours, le tribunal en audience a tribunes publiques, de témoignages individuels – paragraphes (en répondant aux 5 « Q » : Qui, entendu lénoncé des problèmes liés au climat qui sur les effets néfastes du changement climatique Quand, Quoi, à Quel endroit et pour Quoi). menaçaient les droits des indigènes et les Droits de • service religieux ou prière commune (pour les lHomme. A la clôture du tribunal, une déclaration partenaires œcuméniques dAfrique ou dAmérique • Fondez-vous sur des chiffres clés et des faits non-contraignante a été adoptée, réclamant la latine) marquants (surtout sur le plan local, sils sont reconnaissance de la légitimité morale du tribunal • organisation dévènements coïncidant avec disponibles). et exigeant lofficialisation du tribunal comme des journées reconnues au plan international4 instance où pourraient être jugés, en toute légalité, ou journées daction globale sur le changement • Insérez une citation percutante dun membre de les crimes environnementaux. climatique la communauté (employant des mots frappants • utilisation de personnalités et de célébrités dans les et des arguments clairs). Le tribunal a fait lobjet de reportages majeurs dans appels à laction. la presse nationale et internationale ; le prix Nobel • Servez-vous de citations pour encourager les de la paix, Adolfo Pérez Esquivel, et la Commission populations ou les politiques à agir et attirer leur des Droits de lHomme des Nations Unies ont 7. Constituer des alliances avec dautres ONG et attention sur la question. reconnu limportance de ses travaux. acteurs de la société civile Agir avec d’autres groupes est plus efficace qu’agir • Tapez systématiquement votre communiqué de Un tribunal similaire a également été constitué à seul. Les gouvernements locaux et nationaux et leurs presse dans un traitement de texte (et vérifiez Bangkok lors de lintersession de la CCNUCC au représentants élus, notamment les députés, seront plus lorthographe). mois doctobre, avec le soutien dune coalition enclins à écouter les voix qui se font entendre si elles dONG basées en Asie. Les « témoins » venant du sont nombreuses. • Ajoutez une note à lintention du rédacteur Bengladesh, des Philippines, de Micronésie, du (incluez des coordonnées : celles de votre porte- Népal, de Thaïlande et dIndonésie ont été entendus Il faut donc essayer, autant que possible, de nouer des parole et pour obtenir des renseignements). par un panel de juges, qui ont rendu leur verdict.7 liens solides ou de former des alliances avec dautres groupes faisant eux aussi campagne sur le changement climatique. Il sagira de trouver un équilibre pour adapter Une autre voie à explorer est celle des réseaux nationaux6. Décider de laction appropriée la diversité et la taille de la coalition à la puissance des et continentaux de lutte contre le changement climatique.Les actions et les évènements sont d’autant plus messages quelle transmet. Exemples : le CSO, Groupe de travail sur le changementefficaces qu’ils transmettent clairement un message, climatique et le développement (aux Philippines),font intervenir tout un éventail de groupes, une Voici des exemples de groupes que vous pourriez lAlliance panafricaine pour la justice climatique, leparticipation en masse, un profil marqué dans lopinion contacter : forum de développement sur le changement climatiquepublique et s’ils visent des changements spécifiques. • groupes de lutte pour lenvironnement (Bengladesh), et en Bolivie, la Plataforma Boliviana • groupes religieux Sobre Cambio Climático (Plateforme bolivienne sur leEn planifiant des activités, posez-vous les questions • groupes de mouvement social/droits civiques changement climatique).suivantes : • groupes dindigènes• quels sont les gouvernements/institutions/ • organisations de jeunes/étudiants Les partenaires œcuméniques pourraient se renseigner personnes à cibler ? • groupes de femmes sur les travaux réalisés par les églises et réseaux• quel genre dévènements/actions serait le plus • syndicats déglises dans le domaine du changement climatique. efficace pour nous aider à atteindre notre/nos • consortium dentreprises/groupes daffaires. Par exemple, la Conférence pacifique des églises et la objectif(s) densemble ? Conférence des églises pour toute lAfrique sont deux• comment faire participer dautres groupes ? Lexpérience de la récente campagne Countdown organisations qui agissent désormais dans ce domaine.• comment éduquer et mobiliser des personnes to Copenhagen montre qu’un plaidoyer dalliances Les partenaires peuvent aussi envisager une alliance en masse ? internationales multiplie nos chances dinfluencer les avec lAprodev – voir ci-dessus.• comment mobiliser lattention des médias ? politiques nationales et internationales, particulièrement• comment faire pression sur les décideurs ? sur les questions denvergure mondiale.Introduction La science et Les discussions Les positions de La campagne Aider les pays du Sud dans leur Glossaire Calendrier Liste de sources clés 30 les impacts à lONU lAPRODEV Time for Climate plaidoyer et leurs campagnes sur dévènements sur le Web Justice le changement climatique
  • 34. LAlliance panafricaine pour la justice climatique est Christian Aid/Amanda Farrantune coalition internationale en plein essor. Il sagitdune coalition dorganisations de la société civiledu continent africain, réunies autour dun objectifcommun de promotion et de plaidoyer en faveurdun développement axé sur le climat et léquité, quiconsidère le changement climatique comme étant lemoteur essentiel du développement durable. Recrutantactuellement ses membres parmi les organisations non-gouvernementales, les organisations communautaires,les coalitions nationales et réseaux régionaux, lAPJCvise à cristalliser les efforts épars de la société civile enfaveur dun plaidoyer et dune action coordonnée contrele changement climatique, pour sassurer quedes mesures dintervention en faveur des pauvres etaxées sur les personnes soient prises en compte dumoment où les gouvernements cherchent à intégrer lechangement climatique dans les stratégies nationalesde développement.Dans le cadre de son mandat, lAPJC collaboreet encourage les alliances stratégiques avec despartenaires internationaux, des gouvernementsnationaux, des organismes publics régionaux ainsi quedes particuliers ayant les mêmes aspirations quelle,afin que la voix de lAfrique se fasse entendre dans lanégociation internationale.Lalliance regroupe actuellement 102 organisationsréparties dans 37 pays dAfrique.8. Recueillir des informationsLe recueil des informations est particulièrementcrucial pour communiquer les effets du changement Des représentants de la Plateforme bolivienne pour la justice climatique, en tête de la marche qui traverseclimatique. Dans nimporte quelle communication, Copenhague, à loccasion de la Journée mondiale pour la justice climatique. Selon les estimations, 100 000plaidoyer ou document en projet, il est utile dinclure personnes ont participé au défilédes témoignages authentiques de personnes affectéespar les effets du changement climatique. Or, il nest pastoujours facile de prouver que le changement climatique sur plusieurs générations ! De plus, le changement en question recouvre des changements qui sontest seul responsable de la vulnérabilité accrue dune climatique nest souvent pas la seule cause dun intervenus dans les vingt ou trente ans qui viennent decommunauté, ou de la dégradation de lenvironnement. désastre, dune dégradation ou de la vulnérabilité accrue sécouler, voire plus.Si vous liez les analyses scientifiques aux témoignages des populations - il est donc difficile de le mettre enpersonnels, vous aurez des preuves déterminantes de cause quand on voit la sécheresse se manifester par 9. Utilisation des médias et dInternet6limpact du changement climatique sur les populations une terre aride et stérile. Néanmoins, grâce à la vidéo Quelles que soient les activités que vous décidezpauvres et leur capacité de développement.5 et à la photographie, on peut parfaitement illustrer dorganiser, leur impact sera toujours plus important la vulnérabilité des populations face au changement si elles sont couvertes par les médias (journaux,C’est parfois difficile de recueillir des preuves visuelles climatique. Quelles que soient les histoires que vous radio, télévision et sites Internet). Une seule histoirede limpact du changement climatique. Imaginez- racontez, veillez à vous appuyer sur des preuves proéminente peut attirer lattention des politiques.vous en train dessayer de saisir, dans un seul cliché, scientifiques de limpact de la hausse des températures Pourquoi ne pas présenter votre activité sous forme dunle déplacement dune communauté du littoral, suite ou dautres preuves du changement climatique ; reportage ? (Voir page 30 la section « Conseils pour lesà la montée du niveau de la mer qui sest perpétrée assurez-vous que la perspective de la personne communiqués de presse  ».)Introduction La science et Les discussions Les positions de La campagne Aider les pays du Sud dans leur Glossaire Calendrier Liste de sources clés 31 les impacts à lONU lAPRODEV Time for Climate plaidoyer et leurs campagnes sur dévènements sur le Web Justice le changement climatique
  • 35. Christian Aid/Amanda Farrant 10. Mesurer limpact Notes La dixième et dernière étape consiste à faire 1 Ramon Faustino M Sales Jr, Mainstreaming Community- régulièrement une revue des activités en cours - cest based Adaptation to Climate Variability and Sea-level essentiel si vous voulez mesurer limpact de votre Rise into Integrated Coastal Management: The Case of plaidoyer. Cela vous aidera aussi à vous assurer Cavite City, Philippines, voir http://www.bcas.net/2nd-cba/ que les revendications de votre campagne restent Documents/tc-3a/ramon.pdf bien pertinentes. Votre stratégie va inévitablement 2 Spécifiques – les objectifs doivent spécifier le but changer avec la mise à jour de nouvelles informations recherché ; Mesurables– il faut pouvoir mesurer si les et lévolution de votre acquisition d’expérience sur la objectifs ont été atteints ou non ; Accessibles– les objectifs que vous définissez sont-ils accessibles et réalisables ? ; question. Réalistes– pouvez-vous réellement atteindre les objectifs fixés en partant des ressources dont vous disposez ? Les indicateurs pouvant servir à mesurer le succès Définis dans le Temps– quand souhaitez-vous atteindre incluent : les objectifs que vous vous êtes fixés ? Voir www. • le changement de position du gouvernement, ou learnmarketing.net/smart.htm des négociateurs de la CCNUCC 3 The Philippines Civil Society Organisations’ (CSO) • limplication des personnes/communautés dans le Positions on Climate Change and Development: Inputs to processus the Philippines Position in Climate Change Negotiations • létendue de la mobilisation populaire at COP14 (Organisations de la société civile aux • les informations recueillies Phillipines : Contribution de la position des Philippines aux négociations sur le changement climatique à la CDP14), • la réaction des médias Third World Network, 2008. • la réaction des politiques 4 Par exemple, la Journée mondiale de leau (22 mars), • la réaction des alliés sur le plan national et la Journée mondiale de lenvironnement (5 juin), ou la international. Journée mondiale de lalimentation (16 octobre). Pour la liste complète des journées officielles de lONU, voir www. unac.org/en/news_events/un_days/international_days.asp Bonne chance ! 5 Pour des exemples de perspectives de la communauté locale, voir : Human Face of Climate Change, Christian Aid, 2007 6 Adaptation daprès Action Guide: Global Week of Action on Trade, 10-16 April 2005 (Guide daction : Semaine mondiale daction sur le commerce, 10-16 avril 2005), Ecumenical Advocacy Alliance, 2004. 7 Pour le texte du verdict, voir : http://tcktcktck-asia.org/wp- content/uploads/2009/10/Climate-Tribunal-verdict-061009. pdf Bar Jesang Handhu, un berger indien du Gujurat, défile dans Copenhague aux côtés des supporters de la campagne Countdown to Copenhagen, pour réclamer quun accord équitable, ambitieux et légalement contraignant soit le fruit des discussions sur le climatCette boîte à outils est une initiative de la campagne Time for ClimateJustice de lAPRODEV. LAPRODEV est lassociation des 17 organisationsmajeures de développement et daide humanitaire européennes liéesau Conseil œcuménique des Eglises. Au rang de ses membres figurentnotamment : Eglise suédoise, Diakonia, Norwegian Church Aid,DanChurch Aid, Finn Church Aid, ICCO, EED, Brot für die Welt, Bread forAll et Christian Aid. 32
  • 36. Glossaire Christian Aid/Amanda Farrant Le théâtre pour la jeunesse de Sidlak, basé aux Phillipines, une initiative de FORGE. Les jeunes qui ont quitté lécole prématurément apprennent en dansant à sexprimer face aux problèmes de leur vie quotidienne : drogue, pollution et environnement, crimes, abus et règles de commerce non équitables• Adaptation : processus consistant à protéger les • CCNUCC : la Convention cadre des Nations Unies • Compensation carbone : mécanisme d’achat et de populations et linfrastructure dun pays ou dune sur les changements climatiques est le principal vente de crédit ou de permis d’émissions de gaz à région contre limpact/les effets néfastes des instrument global pour débattre d’une réponse effets de serre, pour permettre aux entreprises et changements climatiques. internationale au changement climatique. aux pays de se conformer à des objectifs spécifiques sectoriels ou nationaux de réduction des émissions.• APRODEV : association des organisations de • CDP : conférence annuelle des parties. Dans le cadre du Protocole de Kyoto, plusieurs développement et d’aide humanitaire européennes programmes d’échange ont été sanctionnés par les liées au Conseil œcuménique Mondial des Eglises. • CH4 : méthane – gaz à effet de serre. Nations Unies, comme les projets MDP (Mécanisme pour un développement propre) et les échanges de• Atténuation : processus qui s’attaque aux causes du • Changement climatique : modification durable quotas. changement climatique en réduisant les émissions et globale des paramètres climatiques et anthropiques de gaz à effet de serre. météorologiques de la Terre – dépassant les simples • Countdown to Copenhagen : campagne de lutte cycles naturels – due aux émissions anthropiques de contre les changements climatiques menée• Cancun 2010 : les parties de la CCNUCC se gaz à effet de serre. par Christian Aid et par les autres agences de rencontreront en décembre 2010 à Cancun l’APRODEV, visant la réunion de la CCNUCC à (Mexique) pour convenir de nouveaux engagements • Climat : conditions météo standard relatives à un Copenhague en 2009 et appelant les pays riches à et actions dans le cadre de la Convention et du endroit particulier. réduire drastiquement leurs émissions de CO2 et à protocole de Kyoto ; ces accords entreront en financer l’adaptation et le développement propre vigueur après 2012. • CO2 : dioxyde de carbone – gaz à effet de serre. des pays les moins riches.Introduction La science et Les discussions Les positions de La campagne Aider les pays du Sud dans leur Glossaire Calendrier Liste de sources clés 33 les impacts à lONU lAPRODEV Time for Climate plaidoyer et leurs campagnes sur dévènements sur le Web Justice le changement climatique
  • 37. • Déclaration de Rio : déclaration adoptée lors du • Impact du changement climatique : effets • Réchauffement planétaire : hausse de la Sommet de la Terre de Rio en 1992, où les pays se directs des changements climatiques sur le température moyenne de la planète causée par sont rassemblés pour signer la CCNUCC. plan hydrologique/météorologique ou socio- les émissions croissantes de gaz à effet de serre économique : hausse des températures, tempêtes anthropiques (issus d’activités humaines), qui• Droits au développement dans un monde sous plus fortes et plus fréquentes, hausse du niveau de absorbent le rayonnement infrarouge émis par contrainte carbone (DDMCC) : méthodologie la mer, sécheresse, inondations, fonte des glaciers la Terre. soutenue par Christian Aid pour le partage équitable etc. (facteurs hydro-météorologiques) ; en parallèle, du poids du changement climatique à l’échelle baisse du rendement des cultures, diminution des • Time for Climate Justice : nom de la campagne sur mondiale, calculé selon le principe de la CCNUCC réserves de poissons, maladies, famine, migration, le changement climatique menée par les agences de responsabilités communes, mais différenciées etc. (facteurs socio-économiques). de l’APRODEV, visant la CCNUCC, qui appelle les des pays et de leurs capacités respectives. pays riches à réduire drastiquement leurs émissions • Mécanisme pour un développement propre (MDP) : de CO2 et à financer le développement propre et• Emissions de gaz à effet de serre (GES) : créé dans le cadre du protocole de Kyoto. Le projet l’adaptation des pays les moins riches. dégagement dans l’atmosphère de gaz (dioxyde MDP permet aux pays visés à l’Annexe 1 de remplir de carbone, méthane, oxyde nitreux et gaz fluorés) certains de leurs objectifs de réduction en finançant • Transfert de technologie propre : transfert de découlant d’activités humaines : production des projets de réduction des GES dans les pays nouvelles technologies faibles en émissions d’énergie, industrie, transport, agriculture, déchets, en développement (en général, dans le secteur de carboniques - soit par le biais de matériel (turbines coupe des forêts, etc. l’industrie et de l’énergie). éoliennes, panneaux solaires), soit en donnant laccès au savoir-faire de fabrication. Concerne• Fonds dadaptation : Fonds des Nations Unies • N20 : oxyde nitreux – gaz à effet de serre. généralement des transferts Nord-Sud, mais les destiné à financer les efforts dadaptation dans les transferts peuvent également être dans le sens Sud- pays en développement. Bien que la décision de • Pays non-visés à l’Annexe 1 : n’importe quel pays Sud. création de ce Fonds ait été prise très tôt, lors de la faisant partie de la CCNUCC, mais qui n’est pas listé 7e Conférence des parties en 2001, le Fonds nest dans l’Annexe 1. toujours pas complètement opérationnel. On prévoit quil le sera en 2009. Le Fonds sera initialement • Pays visés à lAnnexe 1 : liste de 40 nations financé par un prélèvement de 2 % sur la valeur industrialisées (pays développés et pays à monétaire des unités de réduction démissions léconomie en transition) visées à lAnnexe 1 certifiée, obtenues dans le cadre de projets MDP. de la CCNUCC, qui ont pris des engagements Cependant, il pourrait finir par incorporer dautres contraignants en faveur de latténuation et ont sources de financement. dautres obligations en vertu de la Convention et du Protocole.• GIEC : Groupe intergouvernemental sur l’évolution du climat. Le GIEC rassemble, sous l’égide des • Protocole de Kyoto : ajout à la CCNUCC signé en Nations Unies, des scientifiques de premier plan 1997, mais qui n’est entré en vigueur qu’en 2005. Il spécialistes du climat qui se réunissent tous les définit des objectifs légalement contraignants de 6 ans, afin d’examiner et d’analyser les derniers réduction d’émissions pour les pays visés à travaux sur le changement climatique pour aboutir l’Annexe 1. à un consensus scientifique sur le changement climatique sur le plan mondial.Cette boîte à outils est une initiative de la campagne Time for ClimateJustice de lAPRODEV. LAPRODEV est lassociation des 17 organisationsmajeures de développement et daide humanitaire européennes liéesau Conseil œcuménique des Eglises. Au rang de ses membres figurentnotamment : Eglise suédoise, Diakonia, Norwegian Church Aid,DanChurch Aid, Finn Church Aid, ICCO, EED, Brot für die Welt, Bread forAll et Christian Aid. 34
  • 38. Calendrier Date 8-9 avril Evènement Forum économique mondial Amérique latine-Caraïbes Lieu Cartagena, Colombiedévènements de 9-11 avril Réunion de la CCNUCC Bonn, Allemagnelannée 2010 19-22 avril Conférence mondiale des peuples sur le changement climatique et les droits de la Terre Cochabamba, Bolivie 22 avril Journée mondiale de la Terre 2010 – 40e anniversaire Mercosul (Marché commun des pays du Sud) – réunion 10-11 mai sur lInde Montevideo, Uruguay 31 mai – 11 juin Intersession de la CCNUCC Bonn, Allemagne 5 juin Journée mondiale de lEnvironnement 25-26 juin Sommet du G8 Muskoka, Canada 26-27 juin Sommet du G20 Toronto, Canada 20-22 septembre Sommet du millénaire +10 New York, Etats-Unis 16 octobre Journée mondiale de lAlimentation 17 octobre Journée mondiale de la Pauvreté 29 novembre – 10 décembre CDP16 CCNUCC Cancun, Mexique 4 décembre Journée internationale daction en faveur du climatIntroduction La science et Les discussions Les positions de La campagne Aider les pays du Sud dans leur Glossaire Calendrier Liste de sources clés 35 les impacts à lONU lAPRODEV Time for Climate plaidoyer et leurs campagnes sur dévènements sur le Web Justice le changement climatique
  • 39. Liste de sources Campagne Time for Climate Justice ICCO, Pays-Bas (Organisation Climate Justice Now! : (Lheure est à la justice climatique) inter-églises de coopération au www.climate-justice-now.org www.climatejusticeonline.org développement) :clés sur le Web http://www.icco.nl/delivery/icco/fr/ Campagne Climat Mondiale/ Bread for All (Pain pour le prochain) Journée internationale daction sur www.brotfueralle.ch/fr/francais/ Inspiraction le climat (12 décembre 2009) : www.inspiraction.org www.globalclimatecampaign.org Brot für die Welt (Pain pour le monde) www.brot-fuer-die-welt.de/english Norwegian Church Aid Alliance panafricaine pour la www.nca.no/en/ justice climatique : Christian Aid www.pacja.org www.christianaid.org.uk Groupe intergouvernemental sur lévolution du climat : World Resources Institute Eglise de Suède www.ipcc.ch (bonne source dinformation sur www.svenskakyrkan.se les chiffres et les politiques du changement climatique) Secrétariat de la CCNUCC (contient www.wri.org/climate DanChurchAid, Danemark des informations utiles sur les www.danchurchaid.org négociations actuelles et les textes Climate progress : source des traités) : d’information sur la science www.unfccc.int climatique, les solutions et les Diakonia politiques www.diakonia.se/english www.climateprogress. Réseau Action Climat (voir aussi org/2010/02/17/an-illustrated-guide- « Réseau Action Climat » dans to-the-latest-climate-science/ EED la section « Aider les pays du www.eed.de Sud dans leur plaidoyer et leurs UK Met Office (Office campagnes sur le changement météorologique britannique) climatique » pour les liens vers les www.metoffice.gov.uk/ Finn Church Aid sites Internet régionaux du RAC) : climatechange www.kua.fi/en www.climatenetwork.orgIntroduction La science et Les discussions Les positions de La campagne Aider les pays du Sud dans leur Glossaire Calendrier Liste de sources clés 36 les impacts à lONU lAPRODEV Time for Climate plaidoyer et leurs campagnes sur dévènements sur le Web Justice le changement climatique
  • 40. Lalliance APRODEVCette boîte à outils est une initiative de la campagne Time for Climate Justice de lAPRODEV. LAPRODEV est lassociation des 17organisations majeures de développement et daide humanitaire européennes liées au Conseil œcuménique des Eglises. Au rangde ses membres figurent notamment : Eglise de Suède, Diakonia, Norwegian Church Aid, DanChurch Aid, Finn Church Aid, ICCO,EED, Brot für die Welt, Bread for All et Christian Aid.