Climate Change and Agro-meteorology

1,217 views

Published on

Daouda Zan Diarra from the Meteo agency in Bamako talks about climate change adapation during a stakeholder workshop.

0 Comments
1 Like
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

No Downloads
Views
Total views
1,217
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
53
Actions
Shares
0
Downloads
86
Comments
0
Likes
1
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Climate Change and Agro-meteorology

  1. 1. Juin 2011 DIRECTION NATIONALE DE LA METEOROLOGIE ASSISTANCE MÉTÉOROLOGIQUE AU MONDE RURAL UNE STRATEGIE NATIONALE D’ADAPTATION AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES Présenté par : Daouda Zan DIARRA, Chef de la Division Agrométéorologique
  2. 2. PLAN <ul><li>Introduction </li></ul><ul><li>Risques liés au climat pour l’agriculture </li></ul><ul><li>Assistance Météorologique au monde rural </li></ul><ul><li>Produits météorologiques et leurs avantages pour le secteur agricole </li></ul><ul><li>Perspectives d’amélioration </li></ul><ul><li>Conclusion </li></ul>
  3. 3. <ul><li>Mali : Pays sahélien – 14,5 Millions d’habitants </li></ul><ul><li>Economie nationale : </li></ul><ul><li>Largement dominée par l’Agriculture : 40% du P.I.B </li></ul><ul><li>Près de 70% de la population vivent en milieu rural dont 80 % directement ou indirectement d’agriculture pluviale </li></ul><ul><li>Production agricole soumise à la variabilité annuelle et interannuelle de la pluviométrie ainsi qu’à sa répartition spatio-temporelle. </li></ul><ul><li>Régime pluviométrique: </li></ul><ul><li>Grande sécheresse de 1972 et sécheresses successives </li></ul><ul><li>Réduction de la pluviométrie annuelle moyenne de plus de 20 % sur les périodes successives 1951 – 1970 ( période humide) et 1971 – 2000, ( période sèche) . </li></ul><ul><li>Actions de lutte contre le fléau et d’adaptation à ses effets néfastes : menées au Mali, à l’instar des autres pays du Sahel: </li></ul>INTRODUCTION
  4. 4. Atelier de sensibilsation sur les changements climatiques INTRODUCTION <ul><li>Le développement socio-économique notamment l’agriculture dans les régions semi-arides de l’Afrique de l’Ouest comme le Mali évolue dans un contexte d’extrême variabilité des facteurs environnementaux ayant comme conséquences: </li></ul><ul><li>baisse des rendements agricoles en année de faible pluviométrie entraînant des crises alimentaires plus ou moins sévères selon les années; </li></ul><ul><li>perturbation de la biodiversité; </li></ul><ul><li>élimination des variétés de cultures les moins résistantes à la sécheresse ; </li></ul>
  5. 5. <ul><li>augmentation de la pauvreté ; </li></ul><ul><li>Perturbation des références du paysan; </li></ul><ul><li>dégradation des mœurs; </li></ul><ul><li>L’assistance météorologique au Mali résulte de la volonté manifeste de concrétiser la contribution de la météorologie à la réalisation de l’objectif d’autosuffisance et de la sécurité alimentaire défini par les autorités du pays à la suite des sécheresses des années 70 en s’adaptant aux changements climatiques. </li></ul>
  6. 6. ÉVOLUTION DU CLIMAT FUTUR DANS LE MONDE Les études sur les changements climatiques au monde montre que dans un (1) siècle: -la température va augmenter de 1,3 à 5,8°c -le niveau mer va augmenter de 0,8 à 1 m -la pluviométrie va diminuer dans certains endroits et augmenter dans d’autres endroits. Au Mali , les scénarios climatiques élaborés montrent à l’horizon 2025: - Augmentation de la température de 2 à 3,5°c - Diminution de la pluviométrie de 10 -15% (CARTE) Ce changement aura un impact sur la production AGRICOLE (Réduction 10 à 25%). Source : Rapports de l’ IPCC. Figure 1 : Variation de la température globale de la surface de la terre durant les 140 dernières années ( en haut ) et de la température de la surface de la terre dans l’hémisphère Nord durant les 1000 dernières années ( en bas ) par rapport a la moyenne 1961-1990.
  7. 7. Aperçu sur la situation climatique du Mali Au Mali, on note de nos jours en moyenne une baisse de 20% de la pluviométrie entre la période 1951 – 1970 (période humide) et la dernière période de référence 1971 – 2000 entraînant un déplacement des isohyètes de 200 km vers le Sud. L’isohyète 1200 mm n’existe plus sur la carte du Mali . C’est pour dire que le régime pluviométrique au Mali est très affecté par la variabilité et les changements climatiques. Localité Période Hauteur Pluviométrie (mm ) Sikasso Tessalit 1951 – 1970  1286.9 95.3 1971 – 2000  1107.7 70.7
  8. 8. Quelques impacts potentiels futurs des changements climatiques au Mali <ul><li>Il ressort alors que </li></ul><ul><li>les températures seraient en hausse sur l’ensemble du pays de plus de 2°c avec une perception de chaleur forte (.Projet Climat/CNRST, 2003 ); </li></ul><ul><li>Ces mêmes études prévoient une diminution la pluviométrie par rapport à la normale 1961-1990 qui entraînerait une situation de sécheresse au Mali comparable à celle des années 1970; </li></ul><ul><li>Cette situation serait constatée sur la première moitié de l’hivernage (mai, juin et juillet) à partir de l’horizon 2025. La même situation pourrait s’installer dès l’horizon 2020 si la réaction du climat aux perturbations devenait plus rapide. </li></ul>
  9. 9. <ul><li>LA GESTION EFFICACE </li></ul><ul><li>DES RISQUES </li></ul><ul><li>1 . Risques liés au climat: </li></ul><ul><li>baisse des rendements agricoles en année de faible pluviométrie ; </li></ul><ul><li>réduction du couvert végétal et modification de la flore ; </li></ul><ul><li>élimination des espèces les moins résistantes à la sécheresse ; </li></ul><ul><li>la dégradation des sols </li></ul><ul><li>augmentation de la pauvreté ; </li></ul><ul><li>Perturbation des référence du paysan. </li></ul><ul><li>2. Comment gérer efficacement les risques: </li></ul><ul><li>alerte précoce; </li></ul><ul><li>assistance opérationnelle; </li></ul><ul><li>élaboration et mise à disposition d’outil d’aide à la décision </li></ul>
  10. 10. L’ASSISTANCE METEOROLOGIQUE AU MONDE RURAL: UNE APPROCHE MULTIDISCIPLINAIRE D’ADAPTATION AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES UN DES 19 PROJETS PRIORITAIRES DU PANA
  11. 11. PREOCCUPATION DES PRODUCTEURS RURAUX <ul><li>Quelle est la date de début de la saison des pluies pour telle ou telle localité? </li></ul><ul><li>Quelle quantité de pluie tombera au cours de cette saison? </li></ul><ul><li>Quelle sera la durée de la saison? </li></ul><ul><li>Y'aura t-il des épisodes secs le long de la Saison? </li></ul><ul><li>Quelles peuvent être les durées de ces épisodes secs et à quelles périodes se situent elles? </li></ul>
  12. 12. <ul><li>Peut-on prévoir le temps et le climat pour chacune des zones du pays (cercles, communes rurales et même villages)? </li></ul><ul><li>Peut-on diffuser les informations météorologiques dans toutes les langues nationales et de façon fréquente pendant la saison des pluies? </li></ul><ul><li>Est-ce que les références du paysan (connaissance, repères et indices traditionnels) sont utilisées pour prévoir le temps ou la saison? </li></ul>
  13. 13. Les activités du GTPA et des GLAM sont axées sur la production et la diffusion d’informations sur l’évolution de la campagne agropastorale. Il s’agit essentielle de: <ul><li>les réunions décadaires du GTPA; </li></ul><ul><li>la production et la diffusion des produits agrométéorologiques; </li></ul><ul><li>les visites de terrain pour la supervision. </li></ul>ACTIVITES DU GTPA ET DES GLAM <ul><li>la formation des vulgarisateurs et producteurs; </li></ul><ul><li>la c ollecte et la transmission des données météorologiques, hydrologiques, agronomiques, phytosanitaires, sur les pâturages, l’élevage, la pêche et les marchés; </li></ul><ul><li>le traitement et l’analyse; </li></ul>
  14. 14. ROLE DES ACTEURS DANS LA PRODUCTION ET LA DIFFUSION DE L’INFORMATION AGROMÉTÉOROLOGIQUE Collecte de données (Producteur rural) Collecte et rassemblement SDR Concentration des données De structure ODR Concentration Nationale / Traitement et analyse Elaboration du Bulletin Provisoire DNM Réunion du GTPA Elaboration du bulletin Agro-Hydro-Météorologique décadaire Diffusion des informations ORTM Radio de proximité Courrier
  15. 15. Les échanges avec le monde rural permettent de recenser leurs besoins en matière d’assistance ainsi que leurs us et coutumes STRATEGIE DE REUSSITE ET PERENISATION Les formations contribuent au renforcement de capacité et la maitrise des techniques élémentaires pour la participation du monde rural à la collecte des données;
  16. 16. Des séminaires itinérants ont été réalisés dans certaines localités comme Koulikoro, Dioila, Sikasso, Koutiala, Ségou, Mopti et San, Kayes , Kita, Ouélessébougou et Kassela. Les travaux ont regroupé en moyenne une soixantaine de participants ruraux et vulgarisateurs. La langue utilisée pour les séminaire est le ‘’BAMANANKAN’’ qui est la plus parlée dans les localités concernées. ECHEANCE DES PREVISIONS PERIODES DE VALIDITE TYPE D’INFORMATION DEMANDEE IMMEDIATE 0 à 2 Heures Spécification de la localisation des phénomènes (averse, grêle, etc.) TRES COURTE 0 à 12 Heures COURTE Moins de 3 jours Possibilité et caractéristique (quantité) des phénomènes locaux à synoptiques: zones de pluies ou d’orages. MOYENNE 3 à 10 jours Type de temps à venir sur un pays ou une de ses régions : persistence de pluies, de froid ou d’épisode sec. LONGUE 10 jours à un ans Anomalies sur une zone en relation avec la climatologie: pluie, température, … CLIMATIQUE Plus d’un an Grandes tendances: simulation du climat.
  17. 17. APPROCHE PARTICIPATIVE <ul><li>La conduite de l’assistance météorologique repose fondamentalement sur la participation effective de tout l’ensemble des intervenants (DNM, encadrement, producteurs ruraux, communicateurs; partenaires techniques et financiers). Au cours de la campagne plusieurs réunions de concertations et ateliers de formation ou de recyclage ont été organisées entre autres résultats: </li></ul><ul><li>Plus de 1760 paysans observateurs/formateurs (hommes et femmes) formés; </li></ul><ul><li>500 agents d’encadrement formés; </li></ul><ul><li>Près de 12000 paysans(nes) membres de groupes de vulgarisation; </li></ul><ul><li>et plusieurs journées météo et média ont été organisées; </li></ul><ul><li>Tenue de près de 26 réunions décadaires, mensuelles et de synthèse du GTPA et des GLAM et visite de terrain. </li></ul>
  18. 18. TEMOIN TEST PARCELLE DE DEMONSTRATION (SECTEUR DE BANAMBA) SU MAN SIW K  l  sili k  don dakun Sumanju 100 ka hak  min b  dakunna Baara k  kenw n’u k  don Sumanw cogoya Binjuguw hak  Suman cogo k  n  ya banaw ti  anif  nw K  ri 10/9/96 denb  90 Furak  lo 7/9/96 3 1 - -
  19. 19. PRODUITS METEOROLOGIQUES DERIVES DESTINES AUX USAGERS <ul><li>Le début, la durée et la fin de la saison pluvieuse en moyenne; </li></ul><ul><li>Calendriers prévisionnels de semis; </li></ul><ul><li>Pluviomètre paysan; </li></ul><ul><li>Bulletins agro-hydro-météorologiques décadaires, Mensuel et de conjoncture; </li></ul><ul><li>Communications verbales pour informer le conseil des Ministres de la situation pluviométrique et de son évolution probable au Mali; </li></ul>
  20. 20. LONGUEUR MOYENNE DE LA SAISON AGRICOLE
  21. 21. Echec de semis et installation des cultures au 31 juillet 2008
  22. 23. Zone 5 Zone 4 Zone 2 Zone 1 Zone 3 55 35 10 55 PREVISIONS SAISONNIERES SAISON PLUVIEUSE 2007 Les résultats de la Prévision Saisonnière pour la saison pluvieuse 2007 se présentent comme suit : > ZONE 1  : Bamako – Bougouni – Keniéba – Sikasso Des conditions de pluviométrie excédentaire avec une tendance normale sont attendues. > ZONE 2  : Kita – Koutiala – San – Ségou Des conditions de pluviométrie excédentaire avec une tendance normale sont attendues. > ZONE 3  : Kayes – Ménaka – Mopti – Nara- Nioro Des condition de pluviométrie excédentaire avec une tendance normale sont attendues. > ZONE 4  : Gao – Hombori – Tombouctou Des conditions de pluviométrie normale à excédentaire sont attendues > ZONE 5  : Kidal - Tessalit Des conditions de pluviométrie normale à excédentaire sont attendues N.B  : E = excédentaire ; N = normale ; D = déficitaire D’une manière générale, au Mali, des conditions de pluviométrie normale avec une tendance à excédentaire sont attendues pendant la saison pluvieuse 2007 . <ul><li>Légende de la carte </li></ul><ul><li>Pour chaque zone définie, les nombres figurant dans le trois cases représentent la probabilité (en pourcentage) que la saison pluvieuse pour la période juillet, août et septembre soit : </li></ul><ul><li>Excédentaire pour la case supérieure ; </li></ul><ul><li>Normale pour la case au milieu ; </li></ul><ul><li>Déficitaire pour la case inférieure. </li></ul>
  23. 24. EXEMPLE DE GUIDE DE DATES DE SEMIS CULTURE = SORGHO LOCALITE :KOLOKANI CYCLE : 120 JOURS NE PAS SEMER AVANT LE 1 ER JUIN Entre le 1 er et le 10 juin avec un cumul décadaire de 40 MM; Entre le 11 et le 20 juin un cumul décadaire de 20 MM; Entre le 21 et le 30 juin avec un cumul décadaire de 10 MM Entre le 1 er et le 10 juillet semer même à sec mais de préférence après une pluie. SEMER SI APRES CETTE PERIODE, IL EST RECOMMANDE DE SEMER UNE VARIETE A CYCLE PLUS COURT Pour les conceils agrmétéorologiques, des guides de semis très pratiques ont été préparés en langue locale qui peuvent être directement utiliser par les paysans . Pour ce faire les paysans ont été formés pour mesurer les pluies tombées et faires des observations phénologiques en utilisant des brochures éditées à cette fin dans leur langue locale . Un pluviomètre spécial à cout abordable pour les producteurs a été fabriquer pour faciliter l’utilisation du calendrier de semis.
  24. 25. <ul><li>PRINCIPAUX AXES D’ACTIVITES </li></ul><ul><li>Préparation des formats de collecte, transmission et définition des systèmes de transmission; </li></ul><ul><li>Collecte et traitement des données (météorologiques et Agronomiques en vue de l’élaboration de Calendrier Prévisionnel de Semis ; </li></ul><ul><li>Production et vulgarisation de pluviomètres; </li></ul><ul><li>Renforcement des capacités des acteurs du monde rural et des services techniques dans la collecte, la transmission et le traitement des données; </li></ul><ul><li>Formation des paysans observateurs et vulgarisateurs sur les techniques élémentaires de relevés pluviométriques et d’observations sur les cultures; </li></ul>
  25. 26. Groupe de Travail Pluridisciplinaire D’ASSISTANCE METEOROLOGIQUE <ul><li>Décade du 1er au 10 septembre 2009 </li></ul>Sommaire: I. Situations météorologique et hydrologique II. État des cultures et Situation phytosanitaire III. Pâturages, points d’eau et mouvement des animaux IV. État de la végétation V. Situation zoo sanitaire VI. Perspectives VII. Avis et Conseils Bulletin d’Information Agro-Hydro- Météorologique Décadaire
  26. 27. 1 er mai au 30 juin 2009 1er mai au 10 juin 2009 1er mai au 10 juin 2009 1er mai au 10 juillet 2009 1er mai au 20 juillet 2009 1er mai au 30 juillet 2009
  27. 28. 1er mai au 10 aout 2009 1er mai au 20 aout 2009 1er mai au 31 aout 2009 1er mai au 10 septembre 2009
  28. 29. PARTENARIAT <ul><li>La DNM élabore de produits dans le cadre de partenariat dont entre autres: </li></ul><ul><li>les structures de Développement rural; </li></ul><ul><li>Les instituts et Centres de Recherche; </li></ul><ul><li>l’assemblée Permanente des Chambres d’agriculture du Mali APCAM); </li></ul><ul><li>le Programme d’Appui aux structures Agricoles et Organisations Paysannes (PASAOP); </li></ul><ul><li>la presse privée ou étatique (écrite et parlée); </li></ul><ul><li>les Organisations Non Gouvernementales; </li></ul><ul><li>Les Partenaires au Déveolppement. </li></ul>
  29. 30. RESULTATS TECHNIQUES <ul><li>L’application des avis et conseils du Projet ont conduit les paysans bénéficiaires à une maîtrise entre autres de: </li></ul><ul><li>la période de préparation des moyens de production </li></ul><ul><li>  le moment opportun de labour </li></ul><ul><li>le choix des cultures et des variétés </li></ul><ul><li>  le choix de la période optimale des semis, de démariage, de sarclage et d’épandage d’engrais et  de traitement phytosanitaire </li></ul><ul><li>la période de récolte. </li></ul>
  30. 31. <ul><li>réduction importante du nombre de ressemis; </li></ul><ul><li>réduction  du temps des travaux champêtres ; </li></ul><ul><li>Respect strict des doses d'engrais et de pesticides ; </li></ul><ul><li>Augmentation substantielle des rendements dans les ordres de grandeur suivants:    </li></ul><ul><li>+ 25 à 30% dans le secteur de Bankoumana (Sud); </li></ul><ul><li>+ 40 à 60% dans le secteur de Banamba (Nord); </li></ul>RESULTATS TECHNIQUES (SUITE)
  31. 32. LES RESULTATS <ul><li>LES RESULTATS TECHNIQUES </li></ul><ul><li>Augmentation de 25 à 30% du rendement des parcelles suivies par rapport aux parcelles témoins dans le secteur de Bankoumana (Sud); </li></ul><ul><li>Augmentation de 40 à 60% du rendement des parcelles suivies par rapport aux parcelles témoins dans le secteur de Banamba (Nord); </li></ul>Exemple: RENDEMENT COMPARES CHAMPS ASSISTES ET NON ASSISTES (DRA KAYES) CAMPAGNE 2003-2004
  32. 33. LES RESULTATS ECONOMIQUES (SUITE) L’enquête socio-économique effectuée par la SNED en mai 1989 a montré que 50% des paysans ayant cultivé le sorgho ont réalisé un surplus de rendement variant de 500 kg/ha à 1325 kg/ha et pour le mil, des rendements variant entre 350kg/ha et 800 kg/ha Une analyse économique basée sur les prix aux producteurs de janvier 2005 à savoir 130 FCFA/ kg pour le mil, 90 FCFA pour le sorgho, 80 FCFA pour le maïs, fait ressortir les constatations suivantes : CMDT*: Koutiala CULTURES OFFICES ACCROISSEMENT MOYEN (TONNES) VALEURS (FCFA) MIL OHVN 81 11 000 000 CMDT 59 8 000 000 ORS 187 24 000 000 SORGHO OHVN 111 10 000 000 CMDT 143 13 000 000 ORS 133 12 000 000 OHVN 518 41 000 000 CMDT* 75 6 000 000 TOTAL 125 000 000
  33. 34. QUELQUES CONTRAINTES <ul><li>Couverture limité en calendrier prévisionnel de semis des cultures: seulement 5 cultures sont concernées; </li></ul><ul><li>Difficultés pour le producteur de changer de variété lorsque le besoin s’impose au cours de la campagne; ce problème est en passe de trouver une solution par la constitution d’un Stock National des Semences à l’image du Stock National de Sécurité que le Commissariat à la Sécurité Alimentaire va mettre en place </li></ul><ul><li>Nombre limité des GLAM, insuffisance d’équipements et de formation de ses membres; </li></ul><ul><li>Nombre de plus en plus réduit des agents d’encadrement; </li></ul><ul><li>Limitation technologique en matière de prévision météorologique locale; </li></ul><ul><li>Insuffisance d’équipements et de moyens financiers qui n’ont pas encore permis la couverture des autres régions en assistance opérationnelle </li></ul>
  34. 35. PERSPECTIVES <ul><li>Poursuivre les actions de sensibilisation formation en vue de s’approprier les outils transférés; </li></ul><ul><li>Poursuivre les séminaires itinérants; </li></ul><ul><li>Poursuivre l’équipement, le renforcement et la modernisation des moyens de collecte, de transmission de traitement et de diffusion; </li></ul><ul><li>Envisager la production d’un bulletin décideur pendant la campagne agropastorale; </li></ul><ul><li>Poursuivre et renforcer la collaboration entre les structures du GTPA; </li></ul><ul><li>Apporter un appui aux GLAM en vue de rapprocher davantage les producteurs ruraux; </li></ul><ul><li>Poursuivre l’amélioration des prévisions saisonnières surtout localisées; </li></ul>
  35. 36. CONCLUSION <ul><li>Climatiques constituant un défis majeur; </li></ul><ul><li>Mise à la disposition des producteurs et des décideurs d’outils d’aide à la décision; </li></ul><ul><li>Augmentation des rendements et de la qualité des productions; </li></ul><ul><li>Limitation des risques de semis et pertes de semences; </li></ul><ul><li>Diminution des coûts de production; </li></ul><ul><li>Renforcement de la Sécurité Alimentaire; </li></ul><ul><li>Renforcement de capacités des différents acteurs; </li></ul><ul><li>Préservation de l’environnement; </li></ul><ul><li>Adaptation aux changements climatiques; </li></ul><ul><li>Amélioration des conditions de vie des populations rurales; </li></ul><ul><li>Lutte contre la pauvreté. </li></ul>
  36. 37. CONCLUSION Le bouleversement socio économique important au sein des communautés touchées et la Mobilisation conséquente d’apports techniques et/ou financier imprévus par l’État et les partenaires au développement exigent que la prévention et la gestion des catastrophes soient Intégrées dans les politiques, plans et programmes de développement durable et l’allègement de la pauvreté. Aussi des actions d’alerte précoce bien coordonnées doivent être mise en place en vue de réduire les risques des catastrophes.
  37. 38. An tè sini nè sigikè waati yèlèma ko la?

×