Bellguendouz le maghreb democratique de l’e(im)migration
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Bellguendouz le maghreb democratique de l’e(im)migration

on

  • 489 views

Voila 24 ans, le 17 février 1989, l’Union du Maghreb Arabe (UMA), regroupant la Mauritanie, le Maroc, l’Algérie, la Tunisie, la Libye, était créée par la signature du Traité de Marrakech. ...

Voila 24 ans, le 17 février 1989, l’Union du Maghreb Arabe (UMA), regroupant la Mauritanie, le Maroc, l’Algérie, la Tunisie, la Libye, était créée par la signature du Traité de Marrakech. Celui-ci vise cinq objectifs

Statistics

Views

Total Views
489
Views on SlideShare
489
Embed Views
0

Actions

Likes
1
Downloads
3
Comments
0

0 Embeds 0

No embeds

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

Bellguendouz le maghreb democratique de l’e(im)migration Bellguendouz le maghreb democratique de l’e(im)migration Document Transcript

  • LE MAGHREB DEMOCRATIQUE DE L’E(IM)MIGRATION Convergences et nécessaires actions communes Par Abdelkrim Belguendouz Universitaire à Rabat, chercheur spécialisé en migrationVoila 24 ans, le 17 février 1989, l’Union du Maghreb Arabe (UMA), regroupant laMauritanie, le Maroc, l’Algérie, la Tunisie, la Libye, était créée par la signaturedu Traité de Marrakech. Celui-ci vise cinq objectifs : Réaliser le progrès et la prospérité des sociétés qui les composent et la défense de leurs droits ; Contribuer à la préservation de la paix fondée sur la justice et l’équité ; Poursuivre une politique commune dans différents domaines ; Œuvre progressivement à réaliser la libre circulation des personnes, des services, des marchandises et des capitaux.Si le champ de coopération, voir d’intégration est très vaste, force est de releverque l’essentiel reste à faire. La déception aujourd’hui est énorme lorsqu’onconstate que le Conseil de la Présidence de l’UMA, regroupant les cinq chefsd’Etats maghrébins ne s’est pas réuni depuis des années, et bien despropositions ou des positions de principe sont restées lettre morte, faute deleur validation par le Sommet.Mais la construction du Maghreb étant inéluctable et une nécessité vitale, forceest de maintenir la flamme maghrébine, aussi bien à l’intérieur des cinq pays duMaghreb qu’au sein de la diaspora maghrébine.Dans cette perspective, le Maghreb démocratique de l’émigration reste àconstruire, avec la recherche de convergences et d’actions communes. BELGUENDOUZ - LE MAGHREB DEMOCRATIQUE DE L’E(IM)MIGRATION) 16/02/2013 1
  • LE MAGHREB DEMOCRATIQUE DE L’E(IM)MIGRATION Convergences et nécessaires actions communesLes suggestions qui suivent, orientées pour favoriser la coordination intra-maghrébine en matière de politiques migratoires, s’inscrivent dans cet esprit.De manière plus précise, et dans le cadre de la construction maghrébine sousl’égide de l’Union du Maghreb arabo-amazigh (UMA à réformer enconséquence), une double coordination s’impose.En premier lieu, l’adoption d’une position commune de l’UMA vis-à-vis del’Union Européenne dan le domaine social et la conclusion d’un accord dans cesens dans le cadre d’un vaste dialogue s’imposent.En second lieu, cette solidarité au sein de l’UMA ne serait que plus efficace sielle est renforcée d’une part par la coordination et la recherche d’une positioncommune avec les autres pays africains concernés par l’émigration versl’Europe, d’autre part par le dialogue avec ces mêmes pays concernantl’immigration des Subsahariens dans les pays du Maghreb.En troisième lieu, une coordination à l’échelle intermaghrébine pour tous lesaspects maghrébo-maghrébins concernant l’immigration étrangère au Maghreb,ainsi que l’émigration vers l’étranger et principalement en Europe, s’impose.En quatrième lieu enfin, il s’agit de favoriser la mobilité intermaghrébine destravailleurs.Détaillons les deux derniers axes principaux des suggestions que nous avons àformuler.1- FAVORISER LA MOBILITE INTERMAGHREBINE DES TRAVAILLEURSCette dimension consiste notamment à prendre les initiatives suivantes : • Inciter Etats de la région maghrébine à rechercher davantage les moyens d’optimiser le potentiel de mobilité existant dans l’espace maghrébin, par la formulation de politiques qui mettent régulièrement en adéquation les flux migratoires et les besoins réels des marchés du travail. BELGUENDOUZ - LE MAGHREB DEMOCRATIQUE DE L’E(IM)MIGRATION) 16/02/2013 2
  • LE MAGHREB DEMOCRATIQUE DE L’E(IM)MIGRATION Convergences et nécessaires actions communes En effet, exception faite des appels de main-dœuvre en provenance de la Libye, qui ont eu lieu avant le renversement de Kadhafi, le mouvement migratoire est très marginal entre Etats maghrébins, alors que le développement de l’économie maghrébine nécessite notamment une grande mobilisation des compétences existantes dans chacun des pays du Maghreb et parmi la diaspora maghrébine expatriée. • Actualisation, vulgarisation des accords et conventions d’établissement existants, et mise en place d’accords régionaux afférant à la mobilité des travailleurs, en impliquant notamment les partenaires sociaux. • Création d’une agence maghrébine d’emploi chargée de mettre en place, gérer et réguler un marché régional de l’emploi, qui offre une alternative à l’émigration vers d’autres régions, en associant en particulier les centrales syndicales. • Harmonisation des législations sociales dans les pays du Maghreb, en mettant un accent particulier sur la protection sociale des travailleurs migrants maghrébins et la garantie d’un travail décent, en impliquant là aussi, les centrales syndicales aux cotés du patronat, des administrations nationales et des instances de l’UMA.2- COORDINATION AU NIVEAU DE L’UMA POUR TOUS LES ASPECTS MAGHREBO-MAGHREBINS DE L’EMIGRATION VERS L’ETRANGER ET DE L’IMMIGRATIONETRANGERE AU MAGHREBConcernant les Maghrébins à l’étranger et sans aller dans le détail, on peutconsidérer que, vue la similitude de situation des émigrés maghrébinsessentiellement en Europe (mais aussi en Amérique du Nord, au MoyenOrient..), et la multitude des instances concernées dans les pays doriginemaghrébins, une coordination simpose à plusieurs niveaux, nécessitant descontacts et des consultations à un rythme soutenu étant donné limportancedes défis: • Echange dexpériences entre les diverses administrations maghrébines concernées par lémigration. Outre les départements chargés des BELGUENDOUZ - LE MAGHREB DEMOCRATIQUE DE L’E(IM)MIGRATION) 16/02/2013 3
  • LE MAGHREB DEMOCRATIQUE DE L’E(IM)MIGRATION Convergences et nécessaires actions communes expatriés et les ministères des Affaires Etrangères, il y a non seulement les ministères de lEmploi et des Affaires sociales, mais également la Culture, les Habous, la Justice, la Jeunesse et Sports, lEducation Nationale, • les Finances etc. ... Dautres organismes sont intéressés. Il sagit des Douanes, les Croissants Rouges, certaines fondations, des organismes de concertation avec les émigrés, les caisses Nationales de Sécurité sociale, comme l’exige par exemple une réponse adéquate aux dernières remises en cause par le gouvernement néerlandais de certains droits sociaux touchant notamment les Maghrébins aux Pays-Bas (en particulier Marocains et Tunisiens) : baisse de 40% des pensions de survivants et des allocations familiales, en attendant la suppression totale de l’exportation, notamment vers le Maghreb, de ces dernières. • La coordination entre les syndicats des pays du Maghreb dans le domaine migratoire est primordiale. Il s’agit de tirer profit de l’expérience de chacun en la matière, notamment de la mise en pratique d’accords de collaboration au niveau syndical dans chacun des pays maghrébins d’une part et de syndicats dans les pays d’immigration d’autre part.L’exemple des syndicats au MarocC’est ainsi que prolongeant les traditions de solidarité ouvrière existante depuisles années 60 et 70 du siècle dernier entre les syndicats du Sud et les syndicatsdu Nord, un protocole de collaboration entre l’Union Marocaine du Travail(UMT) et la Confédération Syndicale de Commission Ouvrières (CCOO)d’Espagne, a été signé le 3 novembre 2011 à Casablanca.Dans le domaine spécifique des migrations, il s’agit de porter une attentionparticulière aux : politiques des deux pays et de l’Union européenne en matière migratoire ; droits au travail et droits sociaux des travailleurs migrants ; promotion de leur affiliation syndicale ; attention aux affiliés à un des deux syndicats dans le pays de l’autre.D’autres syndicats marocains ont conclu des accords de solidarité avec d’autressyndicats européens. Ainsi en est-il de la convention entre la FédérationDémocratique du Travail (FDT, créée en 2003) et l’Union générale destravailleurs de l’Espagne (UGT) en partenariat notamment avec l’Institutsyndical pour la coopération au développement (ISCOD).En vertu de cette convention signée en été 2008, un centre d’information et deformation a été mis en place au service des migrants et des candidats marocainsà l’émigration légale. BELGUENDOUZ - LE MAGHREB DEMOCRATIQUE DE L’E(IM)MIGRATION) 16/02/2013 4
  • LE MAGHREB DEMOCRATIQUE DE L’E(IM)MIGRATION Convergences et nécessaires actions communesFonctionnel à Rabat depuis début 2010, les missions du « Centre GuideMigration » sont les suivantes : Informer les travailleurs et les travailleuses marocain(e)s sur leurs droits et les conditions de travail en Espagne. Recueillir et suivre les doléances et requêtes des travailleurs et travailleuses marocain(e)s à l’étranger. Proposer des alternatives pour une gouvernance humaine de la question migratoire. Collaborer avec les différents intervenants et acteurs sur la question migratoire des Subsahariens (au Maroc) en coopération avec les centres guides similaires au Sénégal et en Mauritanie. Soutenir les initiatives internationales de l’OIT, relatives à la migration de main-dœuvre. Contribuer à l’organisation de conférences, séminaires et débat autour de la question des flux migratoires.C’est dans cet esprit que les deux syndicats ont organisé à Rabat du 26 au 28septembre 2011 un cours de formation pour les techniciens des centres guidemigration en Afrique et deux séminaires à Rabat sur les migrations. Le premierle 30 octobre 2009, le second les 20 et 21 avril 2012 sur le thème : « Lamigration : réalités et perspectives », en centrant sur le dialogue migratoirenord-sud et le cas spécifique des rapports migratoires hispano-marocains.L’Organisation Démocratique du Travail (ODT) s’est par ailleurs distinguée encréant au Maroc en été 2012, la première section syndicale en Afrique,concernant les travailleurs étrangers.Autres propositionsLes autres suggestions que nous formulons sont les suivantes. • Mise en place dune banque de données communes et dun réseau de recherches, en liaison avec les universités et centres de recherches maghrébins, en vue de suivre le dossier au niveau de lanalyse et de fournir des propositions daction concrètes ; • Organisation de séminaires et de rencontres au niveau des ministères, des assemblées parlementaires, des organismes culturels, des syndicats, du milieu associatif de l’émigration (les associations réellement représentatives et démocratiques) en vue détudier les conditions de lémigration maghrébine et dégager des solutions; BELGUENDOUZ - LE MAGHREB DEMOCRATIQUE DE L’E(IM)MIGRATION) 16/02/2013 5
  • LE MAGHREB DEMOCRATIQUE DE L’E(IM)MIGRATION Convergences et nécessaires actions communes• Défendre collectivement au niveau des pays dimmigration les intérêts de la communauté maghrébine, sa sécurité et sa dignité, au lieu de négocier séparément.• Protéger lidentité arabo-amazigho-musulmane de limmigration maghrébine en Europe, en particulier au niveau des générations montantes.• Adopter un programme de coopération soutenue en matière denseignement de la langue arabe pour lémigration (comité ministériel maghrébin de l’Education nationale). Il s’agit en particulier de : redynamiser l’apprentissage de la langue arabe, en modifiant le contenu des programmes et les méthodes d’apprentissage ; intégrer l’apprentissage de la langue arabe dans le cursus scolaire des pays d’accueil ; favoriser et encourager le recrutement des professeurs maghrébins de langue arabe dans les établissements scolaires des pays d’accueil.• Organiser des « universités d’été des jeunes maghrébins de l’émigration » dans les 5 pays de l’UMA, afin de mieux faire connaitre cet espace, créer des liens d’attachement et de contribuer fortement à l’émergence d’une citoyenneté communautaire.• Encourager et soutenir la création d’associations maghrébines de l’émigration dans différents thèmes et champs d’action (juristes, médecins etc.…) afin de dynamiser les liens sociaux, économiques et culturels au niveau de la région maghrébine.• Les moments de solidarités vécus à l’étranger au sein du Maghreb de l’émigration, font partie intégrante de la mémoire collective maghrébine.• Celle-ci est à réhabiliter, en inscrivent notamment l’histoire de l’émigration maghrébine, ses luttes et combats multiformes dans les manuels scolaires des pays maghrébins.• Demander la prise en compte dans les programmes (scolaires) d’histoire des pays d’accueil, de la contribution bénéfique multiforme de l’immigration maghrébine, ainsi que de l’apport de la civilisation arabo- amazigho-musulmane aux sociétés occidentales.• Dynamisation au sein de l’UMA de la Commission des Ressources Humaines, qui comprend notamment le comité ministériel de l’Emploi, des Affaires sociales et de la Communauté maghrébine à l’étranger, ainsi que le comité ministériel de l’Education nationale et constitution du conseil consultatif maghrébin de l’émigration.BELGUENDOUZ - LE MAGHREB DEMOCRATIQUE DE L’E(IM)MIGRATION) 16/02/2013 6
  • LE MAGHREB DEMOCRATIQUE DE L’E(IM)MIGRATION Convergences et nécessaires actions communesUne implication institutionnelle dans les organes de l’UMA • Associé les organisations de la société civile au sein de la diaspora maghrébine dans la formulation, la mise en œuvre et le suivi des politiques et programmes communautaires, notamment leur en confèrent un statut d’observateur auprès de certains organes de l’UMA. • Les divers groupes de travail sur la communauté maghrébine à l’étranger devraient être ouverts également aux syndicats des pays du Maghreb. • Le rôle des syndicats dans les pays du Maghreb, ainsi qu’à l’échelle transversal au niveau de l’Union des Syndicats de Travailleurs du Maghreb Arabe (USTMA), est primordial comme cadre d’expression des attentes de la société. Il devrait y avoir une représentativité syndicale dans toutes les institutions et structures de construction du Maghreb, en participant notamment aux divers groupes sectoriels de l’UMA pour faire porter les aspirations des travailleurs, influencer les décisions des dirigeants pour tenir compte des préoccupations syndicales, s’agissant notamment des politiques migratoires. L’USTMA, dont le siège est à Tunis, a besoin d’être restructurée et dynamisée pour impulser la construction du Maghreb. Elle ne peut être forte pour peser sur la sphère de la décision, en particulier en matière de droits des migrants, qu’avec des syndicats membres forts, indépendants, démocratiques et militants. • La mise en place du Conseil économique, social et environnemental maghrébin, comme cadre de dialogue constructif maghrébin, notamment sur les questions migratoires dans la région maghrébine est une urgence absolue. • De manière plus fondamentale encore, au niveau de l’approche et de la démarche à entreprendre pour l’élaboration d’une stratégie syndicale maghrébine dans le domaine migratoire, l’implication étroite dés le départ, des syndicats des pays d’accueil, nous parait incontournable et une condition indispensable. En d’autres termes, une stratégie syndicale maghrébine en la matière, ne peut être élaborée valablement de manière solitaire du coté maghrébin, même si la coordination maghrébine préalable est une étape nécessaire. BELGUENDOUZ - LE MAGHREB DEMOCRATIQUE DE L’E(IM)MIGRATION) 16/02/2013 7
  • LE MAGHREB DEMOCRATIQUE DE L’E(IM)MIGRATION Convergences et nécessaires actions communesEn guise de conclusionCompte tenu de la similitude de situation et des aspirations des expatriés, leMaghreb démocratique de l’é(im)migration est à construire.Une refondation globale des politiques migratoires au Maghreb, avec leurimplication interne et externe, y compris le respect des droits des étrangersdans les pays maghrébins, est une nécessité impérieuse.Pour ce qui est de l’immigration étrangère au Maghreb, la nécessite s’impose delibéraliser et d’équilibrer les lois des pays magrébins en matière migratoire,instaurées dans une logique purement sécuritaire, sous la pression de l’Unioneuropéenne. Il s’agit aussi de refuser les accords de réadmission impulsés parl’Union Européenne.Enfin, des procédures coordonnées à l’échelle maghrébine, sont à instituer auniveau des pays maghrébins pour la détermination du statut de réfugié dans unesprit d’ouverture bien entendu.La concrétisation de l’ensemble des suggestions émises plus haut, est tributairebien entendu de la relance sérieuse de l’UMA, qui suppose notammentl’ouverture des frontières terrestres entre l’Algérie et le Maroc et de mettrel’accent sur ce qui unit et non pas ce qui divise. Le respect de l’intégritéterritoriale de chacun des cinq pays de la région est par ailleurs indispensable.La démarche de la construction européenne et des leçons à tirer des relationsfranco-allemandes, est à méditer. Comme le disait J.Monnet, un des pèresfondateurs de l’Europe : « Il faut amener l’esprit des hommes vers le point oùleurs intérêts convergent. Ce point existe toujours. Il suffit de se fatiguer pour letrouver ».Il s’agit par conséquent de se départir de l’esprit fataliste et défaitiste ambiant,répétant à satiété que les Maghrébins en particulier et les Arabes en général, sesont mis d’accord pour ne pas se mettre d’accord !.... La coordinationmaghrébine au sein du prochain Forum Social Mondial (Tunis, fin mars 2013),devrait aller dans ce sens. Rabat, le 17 février 2013 Abdelkrim Belguendouz Universitaire à Rabat, chercheur en migrations. BELGUENDOUZ - LE MAGHREB DEMOCRATIQUE DE L’E(IM)MIGRATION) 16/02/2013 8